- TGAP : Taxe Générale sur les Activités polluantes, les industries qui émettent plus de 150 tonnes de COV/an sont soumises à la TGAP.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- TGAP : Taxe Générale sur les Activités polluantes, les industries qui émettent plus de 150 tonnes de COV/an sont soumises à la TGAP."

Transcription

1 - Le code de l environnement définit les Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE) en fonction de leurs risques sanitaires Transcription de la directive 67/548/CE, l arrêté du 20 avril 94 relatif à la déclaration, la classification, l emballage et l étiquetage classifie les espèce chimiques en fonction de leurs risques sanitaires L'arrêté du 25/07/97 qui vise les installations classées soumises à déclaration d'une puissance thermique maximale supérieure à 2MW et inférieure à 20 MW uniquement pour les installations nouvelles (moteurs et autres appareils). - l arrêté du 02/02/98 dit arrêté Intégré fixe les limites d émissions des ICPE soumise à Autorisation. - L'arrêté du 11/08/99 relatif à la réduction des émissions polluantes des moteurs et des turbines à combustion ainsi que des chaudières utilisées en post-combustion Il est repris le 29/05/00 pour transcrire la directive CE. - TGAP : Taxe Générale sur les Activités polluantes, les industries qui émettent plus de 150 tonnes de COV/an sont soumises à la TGAP.

2 Vérification du respect des valeurs limites annuelles suivantes : Consommation C = I1. O8 Emission E = F. O1 E diffuse F =I1. O1. O5. O6. O7. O8 F = O2 + O3 + O4 + O9

3 ICPE * VLE canalisées Cas général : 110mg/Nm3 (carbone total) VLE diffuses Fixées par arrêté préfectoral Emissions annuelles Ec + Ed = EAC Objectif -57% COVNM En 2007 SME Schéma de Maîtrise des Emissions L objectif du SME est de garantir que le flux annuel d émissions du site n excède pas les VLE ponctuelles. Flux annuel EAC = Ec +Ed Remarques : *Application immédiate pour les installations nouvelles et pour le 30/10/05 pour les existantes. - Cas particulier : activités visées par article 30, «COV à forte toxicité», Traitement thermique

4

5 En Europe pas de normes en vigueurs Le secteur des cosmétiques et des parfums n entre pas dans le cadre de la directive de réductions des émissions des solvants organiques : faible consommation annuelle Associations et organismes : propose des recommandations afin de limiter les risques liés à la présence des COV Etats-Unis : réglementation fixant des teneurs limites en COV : en particulier pour les produits de consommation. CARB (California Air Ressources Board) : Objectif : éliminer 85% des émissions de COV en provenance des produits de consommation d ici 2010.

6

7

8 - Injection et migration des composés dans une colonne poussés par une phase mobile - Séparation des constituants et détection en sortie de colonne GC HPLC

9 !"# $%& % schedule193 1: Scan EI _ e toluene hexanal 1,2-dibromoethane octanal tetrachloroethylene styrene Bromofluorobenzene (I.S.) benzaldehyde chlorobenzene ethylbenzene nonanal m,p-xylenes o-xylene trimethylbenzene dichlorolbenzenes Time

10 Seringue flacon Espace de tête Conteneurs Sacs Absorption Barbotage Adsorption Support solide

11 Liquide : échantillons aqueux, huiles, émulsions, gels, crèmes Solide : polymères, résines, poudres pharmaceutiques, échantillons de terre

12 Bloc chauffé Aiguille chauffée mobile Volatilisation des COV Flacon échantillon placé dans enceinte chauffée Ligne de transfert chauffé Colonne chromatographique Admission gaz vecteur

13 Conteneurs Sacs Canisters Sacs (fedlar)

14 Absorption Adsorption Tube Inox rempli d adsorbant type TENAX Bulleur Solution de piégeage Charbon actif au microscope électronique

15 Détecteur GC xxxxxx xxxxxx Colonne analytique

16 Préparation - traitement Récupération - injection Extraction liquide Seringue Extraction thermique Qualité de l injection Préserver l intégrité de l échantillon

17 Chromatographie Gaz Chromatographie Liquide haute performance Détecteur à ionisation de flamme FID Détecteur à capture d électrons ECD Spectromètre de masse MS Détecteur UV : Visible Détecteur à Fluorescence Détecteur à barrettes de diodes

18 < rendu des résultats possibles en 24 heures >

19 < rendu des résultats possibles en 24 heures > Echantillons : -Liquides (puretés de solutions ) -Support imprégnés -solides Une large gamme d espèces détectées et quantifiées : -Dérives carbonylés - hydrocarbures Aromatiques Cycliques (HAP) - pesticides - autres espèces Limites de détection : jusqu à 0,05 ppbv (en fonction des espèces et des conditions d échantillonnage et d analyse) Matériel : HPLC Perkin Helmer (série 200) Détecteurs à fluorescence et à barrettes de diodes

20 < rendu des résultats possibles en 24 heures > Echantillons : -Liquides (puretés des eaux de rejets, de solutions, ) -Aérosols -Gazeux (rejets, atmosphères de salle blanche ) Une large gamme d espèces détectées en routine : Anions : fluorure, lactate, acétate, propionate, formate, méthane sulfonate, chlorite, bromate, nitrite, dichloroacétate, bromure, nitrate, glutarate, succinate, sulfate, oxalate Cations : sodium, ammonium, potassium, magnésium, calcium Limites de détection : jusqu à 0,1 ppbm (en fonction des espèces et des conditions d échantillonnage et d analyse) Matériel : Dionex DX600 et DX320

21 < rendu des résultats possibles en 24 heures > Injections : -Directe de gaz ou de liquide (split ou splitless) -Thermodésorption après échantillonnage sur support solide (manuel ou SASS) Une large gamme de COV détectés et quantifiés : -Alcanes, alcènes, aromatiques (BTEX, ), dérivés chlorés, fluorés Limites de détection : jusqu à 10 pptv (en fonction des espèces et des conditions d échantillonnage et d analyse) Matériel : Systèmes Perkin Helmer Thermodésorbeurs TurboMatrix, couplages Clarus TurboMassGold

22 - des résultats fiables et une expertise indépendante. - du matériel de pointe - des méthodologies spécifiques. - du personnel formé pour la limitation des contaminations lors des manipulations. - les compétences et le savoir faire d un réseau de spécialistes.

23

24 SASS / Smart Automatic Sampling System Echantilloneur programmable de gaz RTA / Régénérateur Thermique d Adsorbants Conditionne l adsorbant par désorption des contaminants non extraits lors de l analyse ETALONS : molécules piègées en chambre de simulation atmosphérique COV/BTEX. Consommables liés à la désorption thermique

25 des résultats probants sous 48H et moins.

26 > Parc de matériel d analyses de dernière génération > Analyses effectuées dans une salle blanche, de classe <0.01 particules à 0.1µm. > Utilisation d une chambre de simulation d atmosphère pour la réalisation d étalons > Analyse et traitement manuel des données

27 > TERA Environnement GRENOBLE : secteur microelectronique. > CAP environnement - PARIS : diagnostic et bilan de pollution atmosphérique. > ANTELIA - LYON : Formation, maintenance et commercialisation de matériel analytique.

LE SECTEUR RESIDENTIEL FICHE SYNTHESE. Lorsque la combustion est incomplète, sont retrouvés dans les fumées : le monoxyde de carbone (CO),

LE SECTEUR RESIDENTIEL FICHE SYNTHESE. Lorsque la combustion est incomplète, sont retrouvés dans les fumées : le monoxyde de carbone (CO), LE SECTEUR RESIDENTIEL FICHE SYNTHESE Lorsque la combustion est incomplète, sont retrouvés dans les fumées : le monoxyde de carbone (CO), les imbrûlés solides (suies, goudrons, charbon,..), les Composés

Plus en détail

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR SWEGON AIR ACADEMY AICVF Novembre 2007 LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR Y. LE BARS 1 L AIR C EST DE L ENERGIE l oxygène nécessaire à l humain l énergie consommée pour le rendre utilisable et le déplacer 2

Plus en détail

Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques

Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques SéminaireBIOENERGIESUD Capteurs gaz pour la mesure et le contrôle des procédés Méthodes d échantillonnage et d analyse des gaz pour le contrôle des procédés thermochimiques Ghislaine VOLLE CIRAD Unité

Plus en détail

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4

Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Organisation des enseignements Chimie en S3 et S4 Modules d'enseignements de Chimie M3303 : Techniques Spectroscopiques (Johan Alauzun S3) M4104 : Analyses Électrochimiques (Olivier Fontaine fin S3) et

Plus en détail

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences Nouvelles exigences Entretien annuel des chaudières dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kw 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie, en premier lieu, à partir

Plus en détail

Sciences et métiers : «Le technicien de la qualité de l'air» «L ingénieur analyste de l air»

Sciences et métiers : «Le technicien de la qualité de l'air» «L ingénieur analyste de l air» SVT Physique Technologie Sciences et métiers : «Le technicien de la qualité de l'air» «L ingénieur analyste de l air» Collège Niveau indicatif : 4 ème ou 3 ème La qualité de l air Mise en situation réelle

Plus en détail

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES

LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES LES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MICROPOLLUANTS DANS LES EAUX USÉES Novembre 2014 Le terme micropolluants désigne des substances, d origine naturelle ou synthétique, susceptibles d avoir une action toxique

Plus en détail

Analyse des PBDE dans les biotes marins

Analyse des PBDE dans les biotes marins Analyse des PBDE dans les biotes marins Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Norme française et/ou européenne dont est tirée la méthode Niveau de validation

Plus en détail

Pollution atmosphérique à Beyrouth : Sources et impacts

Pollution atmosphérique à Beyrouth : Sources et impacts Laboratoire Interuniversitaire des Systèmes Atmosphériques Université Paris 12 Val de Marne Pollution atmosphérique à Beyrouth : Sources et impacts Charbel AFIF JSE 2008 5 mai 2008 Le système atmosphérique

Plus en détail

Surveillance du benzène 2/2 : la méthode de référence (échantillonnage actif) et la méthode indicative (échantillonnage passif)

Surveillance du benzène 2/2 : la méthode de référence (échantillonnage actif) et la méthode indicative (échantillonnage passif) Surveillance du benzène 2/2 : la méthode de référence (échantillonnage actif) et la méthode indicative (échantillonnage passif) Nadine LOCOGE, Hervé PLAISANCE avec la collaboration technique de Thierry

Plus en détail

Norme générale pour les eaux potables en bouteilles/conditionnées

Norme générale pour les eaux potables en bouteilles/conditionnées Projet de norme tunisienne pour homologation PNT 09.83 (2007) Norme générale pour les eaux potables en bouteilles/conditionnées Indice de classement : 09.83 ICS : 67.160.20 Langue : français Descripteurs

Plus en détail

Campagne de mesure de la qualité de l air intérieur dans les locaux de la maison de retraite Bethesda-Contades

Campagne de mesure de la qualité de l air intérieur dans les locaux de la maison de retraite Bethesda-Contades Campagne de mesure de la qualité de l air intérieur dans les locaux de la maison de retraite Bethesda-Contades Rapport relatif à la campagne de mesure qui s est déroulée du 06 au 08 novembre 2007 Décembre

Plus en détail

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Christophe MERLIN DREAL Auvergne, unité territoriale 63 Sophie SEYTRE DREAL Auvergne, service risques Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement

Plus en détail

L'accréditation est délivrée à/ De accreditatie werd uitgereikt aan/ The accreditation is granted to/ Die akkreditierung wurde erteilt für:

L'accréditation est délivrée à/ De accreditatie werd uitgereikt aan/ The accreditation is granted to/ Die akkreditierung wurde erteilt für: Annexe au certificat d'accréditation Bijlage bij accreditatie-certificaat Annex to the accreditation certificate Beilage zur Akkreditatierungszertifikat 025-TEST NBN EN ISO/IEC 17025:2005 Version/Versie/Version/Fassung

Plus en détail

Elaboration des règles pour la codification Sandre

Elaboration des règles pour la codification Sandre Elaboration des règles pour la codification Sandre Nathalie Guigues 12 mars 2010 Séminaire ONEMA : Atelier 4 - AQUAREF 1 Enjeux et mission Aquaref Enjeux : Codification des données pour faciliter les échanges

Plus en détail

Les polluants atmosphériques

Les polluants atmosphériques Les polluants atmosphériques * Les principaux polluants qui retentissent sur la santé (Particules Ozone - Oxydes d'azote -Benzène) p 2-5 * Durée de vie des polluants p 6 * Origine des émissions, devenir

Plus en détail

Rarement méthode normalisée n a été

Rarement méthode normalisée n a été Le bulletin de la mesure et de la caractérisation des polluants dans les rejets atmosphériques Les Mesurages de vitesse et de débit des effluents gazeux rejetés à l atmosphère N 2 Mars 2014 Bulletin scientifique

Plus en détail

Registre STS Numéro d accréditation : STS 0197

Registre STS Numéro d accréditation : STS 0197 Norme internationale : ISO/CEI 17025:2005 Norme suisse : SN EN ISO/CEI 17025:2005 ABL Analytics SA Rue Victor-Helg 18 2800 Delémont Responsable : Responsable SM : Blaise Allemann Lucas Costato Téléphone

Plus en détail

PREAMBULE FICHES COMBUSTION SOMMAIRE - NOTATIONS - DEFINITIONS

PREAMBULE FICHES COMBUSTION SOMMAIRE - NOTATIONS - DEFINITIONS PREAMBULE FICHES COMBUSTION SOMMAIRE - NOTATIONS - DEFINITIONS SOMMAIRE : Fiche technique 1 : 3110 et 2910 Comment déterminer le classement d un site dans une rubrique ICPE «combustion»?... 3 Fiche technique

Plus en détail

Chromatographie liquide haute performance (CHLP)

Chromatographie liquide haute performance (CHLP) Chromatographie liquide haute performance (CHLP) La chromatographie liquide haute performance (CHLP en français, HPLC en anglais) est une technique analytique très générale d emploi. Elle correspond à

Plus en détail

La maitrise du risque chimique. Catalogue des prestations

La maitrise du risque chimique. Catalogue des prestations La maitrise du risque chimique Catalogue des prestations Journées thématiques Ces journées d information gratuites visent à introduire le futur système de gestion des produits chimiques en Tunisie. l le

Plus en détail

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources.

Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Analyses physico-chimiques chimiques de particules en suspension dans l air. l Application à l identification de sources. Frédéric LEDOUX a, Dominique COURCOT b, Emile PUSKARIC a, Antoine ABOUKAÏS b, Hélène

Plus en détail

La chromatographie aspects généraux

La chromatographie aspects généraux La chromatographie aspects généraux Méthode de séparation et de quantification de composés présents dans une phase homogène liquide ou gazeuse. Le principe est basé sur les équilibres successifs des composés

Plus en détail

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti

L eau dans le processus de lavagedésinfection. conditions de mesure des paramètres. 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti L eau dans le processus de lavagedésinfection et de stérilisation: conditions de mesure des paramètres 15 mars 2007, SSSH P. Ménard et L. Rosetti Les normes Normes sur l eau purifiée (pharma, laboratoire,

Plus en détail

ALEC du pays de Rennes. Présentation sur la problématique de la qualité de l air intérieur. 14 février 2013

ALEC du pays de Rennes. Présentation sur la problématique de la qualité de l air intérieur. 14 février 2013 ALEC du pays de Rennes Présentation sur la problématique de la qualité de l air intérieur 14 février 2013 1 Présentation d Air Breizh Présentation de la thématique Qualité de l Air Intérieur Présentationdel

Plus en détail

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES «La conformité à la réglementation en vigueur, la prévention des pollutions ainsi que la recherche d amélioration continue de la

Plus en détail

L analyse toxicologique, un outil de vigilance et de réduction des risques?

L analyse toxicologique, un outil de vigilance et de réduction des risques? L analyse toxicologique, un outil de vigilance et de réduction des risques? Damien RICHARD, Nicolas AUTHIER SERVICE DE PHARMACOLOGIE MEDICALE Laboratoire de Pharmacologie -Toxicologie Centre Addictovigilance

Plus en détail

Les fiches Synteau. a EAUX USÉES n 6

Les fiches Synteau. a EAUX USÉES n 6 Les fiches Synteau a EAUX USÉES n 6 LA MÉTHANISATION DES BOUES D INSTALLATIONS DE TRAITEMENT DES EAUX RÉSIDUAIRES URBAINES OU INDUSTRIELLES JUIN 2014 La méthanisation connaît un développement important

Plus en détail

UNIVERSITE BLIDA 1. Blida, le / / Faculté des Sciences - Pav. 8 - BP 270 Blida 9000 Algerie

UNIVERSITE BLIDA 1. Blida, le / / Faculté des Sciences - Pav. 8 - BP 270 Blida 9000 Algerie UNIVERSITE BLIDA 1 Faculté des Sciences - Pav. 8 - BP 270 Blida 9000 Algerie Laboratoire de Chimie des Substances naturelles et des BioMolécules Tel/Fax: 0021325433642 - Mob.: 0550 95 83 96 lnpcbiom@univ-blida.dz

Plus en détail

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale Produit Paramètre microbiologiques Valeur de tolérance UFC Eau potable Salmonelles spp nd/5 l Eau potable non traitée: - à la source - dans le réseau de distribution Eau potable traitée: - après le traitement

Plus en détail

Bois énergie : évaluation environnementale. 1) Biomasse, bois énergie : Un bilan positif sans conséquence sur l'effet de serre

Bois énergie : évaluation environnementale. 1) Biomasse, bois énergie : Un bilan positif sans conséquence sur l'effet de serre Bois énergie : évaluation environnementale 1) Biomasse, bois énergie : Un bilan positif sans conséquence sur l'effet de serre A la différence des combustibles fossiles (gaz, fioul, charbon, tourbe), le

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION G_267_2

GUIDE D UTILISATION G_267_2 G UIDE D UTILISATION G_267.2 PAGE 1 / 20 GUIDE D UTILISATION G_267_2 Règlement grand-ducal modifié du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature

Plus en détail

PERFORMANCE INDUSTRIELLE

PERFORMANCE INDUSTRIELLE PERFORMANCE INDUSTRIELLE 1 1. Améliorer l efficacité énergétique d un site industriel Donner des outils et des méthodes pour améliorer en interne l efficacité énergétique d un site industriel. Préparer

Plus en détail

Annexe 5 de la circulaire du 5 janvier 2009. Les questions les plus fréquentes

Annexe 5 de la circulaire du 5 janvier 2009. Les questions les plus fréquentes Annexe 5 de la circulaire du 5 janvier 2009. Les questions les plus fréquentes Mr MASSAT La Drôme laboratoires Valence Annexe technique circulaire du 5 janvier 2009 Responsabilité Prélèvements sur site

Plus en détail

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts (JORF n 253 du 31 octobre 2009) NOR : DEVE0918467A Vus Le ministre d Etat,

Plus en détail

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE)

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) Afin de faciliter la lecture, les références aux textes législatifs mentionnent simultanément l article concerné dans le Code

Plus en détail

Compresseurs à vis Série CSD/CSDX

Compresseurs à vis Série CSD/CSDX Compresseurs à vis Série CSD/CSD Avec le PROFIL SIGMA de réputation mondiale Débit,07 à 6,6 m³/min Pression 5,5 à 5 bar Série CSD() CSD/CSD La nouvelle référence Avec sa nouvelle version des séries CSD

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

comburante corrosive explosive inflammable irritante ou nocive toxique

comburante corrosive explosive inflammable irritante ou nocive toxique TP 1 : périodicité des propriétés chimiques : Objectifs : Présentation du laboratoire et importance de l application des règles de sécurité. Evolution des propriétés chimique dans une même période. Analogie

Plus en détail

Composés perfluorés PFCs Méthode d analyse dans les biotes

Composés perfluorés PFCs Méthode d analyse dans les biotes Composés perfluorés PFCs Méthode d analyse dans les biotes Références de la méthode La méthode qui suit est dérivée de la publication suivante Fernandez-Sanjuan M., Meyer J., Damasio J., Faria M., Barata

Plus en détail

LA SEQUESTRATION DU CO 2

LA SEQUESTRATION DU CO 2 LA SEQUESTRATION DU CO 2 La séquestration géologique du CO 2 est l une des solutions pour réduire les émissions de CO 2 énergétiques et industrielles. C est un enjeu significatif notamment face au développement

Plus en détail

ATELLYSEUR. Présentation De La Gamme et Spécifications

ATELLYSEUR. Présentation De La Gamme et Spécifications ATELLYSEUR Présentation De La Gamme et Spécifications L ATELLYSEUR, mélange de polymères d hydrocarbures et d additifs, est une poudre granuleuse employée pour des opérations de prévention, de traitement

Plus en détail

EXTINCTEURS, POSTES D INCENDIE ET ARTICLES DE PROTECTION INCENDIE

EXTINCTEURS, POSTES D INCENDIE ET ARTICLES DE PROTECTION INCENDIE EXTINCTEURS, POSTES D INCENDIE ET ARTICLES DE PROTECTION INCENDIE EXTINCTEURS ET POSTES D INCENDIE Extinction rapide de la plupart des feux naissants! Extincteurs dans toutes les classes d incendie JOMOS

Plus en détail

1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5.

1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5. 1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5. Secteurs d application 6. Dernière génération: le Bio-végétal

Plus en détail

Carrosserie automobile

Carrosserie automobile 1 Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils

Plus en détail

POELE A BOIS OBJET UNE ENERGIE RENOUVELABLE

POELE A BOIS OBJET UNE ENERGIE RENOUVELABLE POELE A BOIS OBJET Cette fiche fait le point sur la mise en place d appareils de chauffage au bois dans les maisons individuelles rénovées au niveau BBC-Rénovation : inserts, foyers fermés et poêles fonctionnant

Plus en détail

Ionisation Chimique à Pression Atmosphérique

Ionisation Chimique à Pression Atmosphérique UNIVERSITE D ANGERS Institut Supérieur de la Santé et des Bioproduits d Angers 16, Bd Daviers, 49045 ANGERS Cedex L2 Ingénierie et Management de la Santé Spectrométrie de masse Ionisation Chimique à Pression

Plus en détail

www.setimep.com SETIMEP IngénIErIE, EnvIronnEMEnT ET énergie

www.setimep.com SETIMEP IngénIErIE, EnvIronnEMEnT ET énergie www.setimep.com SETIMEP IngénIErIE, EnvIronnEMEnT ET énergie Certification ISO 9001:2008 activité ET SErvIcES Ingénierie, construction et installation d équipements industriels, soulignant: - Traitement

Plus en détail

Impact sanitaire des produits de finition & de décoration

Impact sanitaire des produits de finition & de décoration Impact sanitaire des produits de finition & de décoration Sommaire Caractéristiques sanitaires des produits de construction Outils d analyse sanitaire Fiches de données de sécurité Le protocole AFSSET

Plus en détail

Guide Utilisateur des Bonnes Pratiques RESSUAGE

Guide Utilisateur des Bonnes Pratiques RESSUAGE Guide Utilisateur des Bonnes Pratiques RESSUAGE thématique R01 Généralités SOMMAIRE Principaux procédés de contrôle par ressuage thématique R02 Produits mis en œuvre pour les contrôles manuels Accessoires

Plus en détail

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique Guide filière sur le chauffe-eau thermodynamique QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une

Plus en détail

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil d Administration.

Plus en détail

6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE

6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE 6. AUTRES TYPES DE CHROMATOGRAPHIE OBJECTIFS Connaître les particularités de la chromatographie en fluide supercritique et des chromatographies sur couche mince ou sur papier Comprendre les avantages et

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Carrosserie automobile L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux,

Plus en détail

EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS

EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Service : Microbiologie Méthode technique Mise en service de la première version : Mise en application de cette version : EAUX : TECHNIQUES DE PRELEVEMENT ET TRANSPORT DES ECHANTILLONS Rédaction : BLETTNER.C

Plus en détail

Metrohm Water Solutions

Metrohm Water Solutions Metrohm Water Solutions Commandez avant le 30 juin 2012 et vous recevrez GRATUITEMENT 1 logiciel MagIC Net TM 1 kit d ultrafiltration ou 1 kit de dilution intelligente 1 colonne Metrosep A Supp 7 250/4.0

Plus en détail

BECQUEREL. partageons nos expertises. le réseau IN2P3/CNRS de mesure de la radioactivité

BECQUEREL. partageons nos expertises. le réseau IN2P3/CNRS de mesure de la radioactivité BECQUEREL le réseau IN2P3/CNRS de mesure de la radioactivité partageons nos expertises mesures de radioactivité dosimétrie radioprotection modélisations & simulations études & expertises associées Savoir-faire

Plus en détail

COMPENTENCES par unité d enseignement

COMPENTENCES par unité d enseignement COMPENTENCES par unité d enseignement 1ère Année Tronc Commun Mathématiques Informatique EC1MI Maîtriser les concepts mathématiques et numériques nécessaires au métier de l ingénieur Maîtriser certains

Plus en détail

Les chiffres clés du dragage en France.

Les chiffres clés du dragage en France. 08/06/2011 LILLE - Journées nationales sur la gestion terrestre des sédiments de dragage portuaires et fluviaux DRAGAGE, TRAITEMENT & VALORISATION DES SEDIMENTS ETAT DES LIEUX Nicolas PROULHAC / nicolas.proulhac@idra-environnement.com

Plus en détail

Essais de pré-évaluation d un analyseur automatique BTX Détermination de la limite de détection Appareil SERES : 2000G

Essais de pré-évaluation d un analyseur automatique BTX Détermination de la limite de détection Appareil SERES : 2000G Essais de pré-évaluation d un analyseur automatique BTX Détermination de la limite de détection Appareil SERES : 2000G (peut être supprimé si rapport unique) Laboratoire Central de Surveillance de la Qualité

Plus en détail

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence-Alpes-Côte d'azur Nice, le 17/07/2015 Unité territoriale Alpes-Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse

Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse DOSSIER D APPELS D OFFRES Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse Laboratoire Biomolécules et Biotechnologies Végétales Faculté

Plus en détail

POSTER 8. O. Ludemann-Hombourger (1), N. Bourges (1), H. Muhr (2), E. Plasari (2)

POSTER 8. O. Ludemann-Hombourger (1), N. Bourges (1), H. Muhr (2), E. Plasari (2) POSTER 8 Développement d une méthode de détermination du diagramme de solubilité énantiomères - solvant en vue de leur séparation par cristallisation couplée à la chromatographie préparative O. Ludemann-Hombourger

Plus en détail

ÉNERGIE ET PRODUITS FORMATION APPLIQUÉE POUR INGÉNIEURS. PRO1 Procédés de raffinage. PRO2 Carburants actuels et du futur - Matériaux

ÉNERGIE ET PRODUITS FORMATION APPLIQUÉE POUR INGÉNIEURS. PRO1 Procédés de raffinage. PRO2 Carburants actuels et du futur - Matériaux ÉNERGIE ET PRODUITS FORMATION APPLIQUÉE POUR INGÉNIEURS Programme PRO1 Procédés de raffinage PRO2 Carburants actuels et du futur - Matériaux PRO3 Logistique des carburants PRO4 Gaz, combustion industrielle

Plus en détail

Echantillonnage de la phase gazeuse du sol au moyen de piézairs : aspects théoriques et retour d expérience

Echantillonnage de la phase gazeuse du sol au moyen de piézairs : aspects théoriques et retour d expérience Echantillonnage de la phase gazeuse du sol au moyen de piézairs : aspects théoriques et retour d expérience De la Wallonie d hier, nous créons celle de demain Marie JAILLER Service Evaluation des Risques

Plus en détail

ECS TECHNICO-ÉCONOMIQUE. Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation. habitat collectif

ECS TECHNICO-ÉCONOMIQUE. Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation. habitat collectif ÉTUDE TECHNICO-ÉCONOMIQUE habitat collectif Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation ECS 1 er système centralisé de récupération d énergie sur VMC pour production d ECS Autres 20 % Chauffage 30 %

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 9354 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 26 août 2004 Messagerie Projet de loi ouvrant un crédit d'investissement de 1 250 000 F pour le remplacement et

Plus en détail

Réductions des pollutions intérieures: exemple. Sylvie DUCROS - CRITT BOIS EPINAL

Réductions des pollutions intérieures: exemple. Sylvie DUCROS - CRITT BOIS EPINAL Réductions des pollutions intérieures: exemple Sylvie DUCROS - CRITT BOIS EPINAL Les pollutions à l intérieur des bâtiments Votre logo La qualité de l air intérieur, une résultante complexe: - de l environnement

Plus en détail

Dosage du 2,4,6-trichloroanisole relargable dans le vin par les bouchons de liège (Résolution OIV-Oeno 296-2009)

Dosage du 2,4,6-trichloroanisole relargable dans le vin par les bouchons de liège (Résolution OIV-Oeno 296-2009) Méthode OIV-MA-AS315-16 Méthode Type IV Dosage du par les bouchons de liège (Résolution OIV-Oeno 296-2009) 1 DOMAINE D'APPLICATION : Contrôle de qualité des bouchons de liège destinés à fermer les bouteilles

Plus en détail

Forum sur. Alger, 12-14 décembre 2004. «La formation à l IFP : présent et futur»

Forum sur. Alger, 12-14 décembre 2004. «La formation à l IFP : présent et futur» Forum sur LA FORMATION DANS LA CONDUITE DU CHANGEMENT Alger, 12-14 décembre 2004 «La formation à l IFP : présent et futur» Les grands défis scientifiques et techniques des industries du pétrole et du gaz

Plus en détail

EVOLUTION DES VENTES LABELS DU CHAUFFAGE. Noël LE MAUFF Syndicat des énergies renouvelables. Avenir Bois 29/02/12.

EVOLUTION DES VENTES LABELS DU CHAUFFAGE. Noël LE MAUFF Syndicat des énergies renouvelables. Avenir Bois 29/02/12. LABELS DU CHAUFFAGE DOMESTIQUE AU BOIS Noël LE MAUFF Syndicat des énergies renvelables Avenir Bois 29/02/12 EVOLUTION DES VENTES 500 000 400 000 300 000 200 000 Inserts Poêles Chaudières Cuisinières TOTAL

Plus en détail

QUALITE ET ANALYSE DU BIOGAZ

QUALITE ET ANALYSE DU BIOGAZ QUALITE ET ANALYSE DU BIOGAZ Bonnes pratiques et conséquences technico-économiques sur la valorisation Chambéry 04-11-2014 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 2 LA MATRICE BIOGAZ 3 POINTS SUR L ANALYSE DU BIOGAZ &

Plus en détail

Une nouvelle idée qui va révolutionner la validation de votre équipement analytique.

Une nouvelle idée qui va révolutionner la validation de votre équipement analytique. www.aitfrance.fr Une nouvelle idée qui va révolutionner la validation de votre équipement analytique. Les kits v:kit de NLG Analytical vous permettent d exécuter les tests OQ/PQ sur votre propre parc analytique.

Plus en détail

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 ENVIRONNEMENT, HYGIENE ET SECURITE AU NIVEAU DU SECTEUR DE L ELECTRICITE ET DU GAZ DIAGNOSTIC DE L ETAT L ACTUEL ET PERSPECTIVES Par :

Plus en détail

Aération et assainissement des lieux de travail

Aération et assainissement des lieux de travail Aération et assainissement des lieux de travail Rappels réglementaires Catégories de locaux Locaux à pollution non spécifique : Locaux dans lesquels la pollution est liée à la seule présence humaine :

Plus en détail

Présentation ORDIMIP 16 nov 2005. Projet d un d. res sur l Echezl. biocentre à Bordères

Présentation ORDIMIP 16 nov 2005. Projet d un d. res sur l Echezl. biocentre à Bordères Présentation ORDIMIP 16 nov 2005 Projet d un d biocentre à Bordères res sur l Echezl SOMMAIRE 1. GRS VALTECH en quelques mots 2. Le projet de Bordères res sur l Echezl : choix du site 3. Description du

Plus en détail

Questionnaire aux adhérents GT Reporting RSE cycle 2016-2017 - Des réglementations à l action : quelle compréhension des enjeux environnementaux?

Questionnaire aux adhérents GT Reporting RSE cycle 2016-2017 - Des réglementations à l action : quelle compréhension des enjeux environnementaux? Questionnaire aux adhérents GT Reporting RSE cycle 2016-2017 - Des réglementations à l action : quelle compréhension des enjeux environnementaux? En 2016, ORÉE réalisera un travail de comparaison des différentes

Plus en détail

Guide méthodologique pour l évaluation des émissions dans l air des installations de production et de transformation de l acier

Guide méthodologique pour l évaluation des émissions dans l air des installations de production et de transformation de l acier Guide méthodologique pour l évaluation des émissions dans l air des installations de production et de transformation de l acier Version 5 Décembre 2004 SOMMAIRE 1. - OBJET DU GUIDE METHODOLOGIQUE...1 2.

Plus en détail

CATALOGUE PRODUITS AIR INTERIEUR

CATALOGUE PRODUITS AIR INTERIEUR CATALOGUE PRODUITS AIR INTERIEUR 2014 1. PRÉSENTATION DE L ENTREPRISE...P1 2. AIR INTÉRIEUR...P2 3. ANALYSEURS EN CONTINU A. ANALYSEUR DE POUSSIERES PORTATIF...P3 EN TEMPS REELS - FIDAS MOBILE B. ANALYSEUR

Plus en détail

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination de l azote nitreux dans l eau

Plus en détail

TRAITEMENT DES CONDENSATS

TRAITEMENT DES CONDENSATS TRAITEMENT DES CONDENSATS Des Solutions et des Systèmes complets Innovants Les Solutions de Filtration de Donaldson Donaldson est un constructeur leader dans les systèmes de filtration. La société, créée

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Metrohm Water Solutions

Metrohm Water Solutions Metrohm Water Solutions Commandez avant le 30 juin 2012 et vous recevrez GRATUITEMENT 1 logiciel MagIC Net TM 1 kit d ultrafiltration ou 1 kit de dilution intelligente 1 colonne Metrosep A Supp 7 250/4.0

Plus en détail

Bilan Gaz à Effet de Serre (BGES) de CNIM SA en France 2013

Bilan Gaz à Effet de Serre (BGES) de CNIM SA en France 2013 Bilan Gaz à Effet de Serre (BGES) de CNIM SA en France 2013 Bilan réalisé avec le support de l agence conseil Prestataire habilité Bilan Carbone Membre de l Association des Professionnels en Conseil Carbone

Plus en détail

Des solutions Frigoporteurs / Caloporteurs pour Réfrigération / Chauffage / EnR Greenway, une innovation durable

Des solutions Frigoporteurs / Caloporteurs pour Réfrigération / Chauffage / EnR Greenway, une innovation durable Des solutions Frigoporteurs / Caloporteurs pour Réfrigération / Chauffage / EnR Greenway, une innovation durable Sommaire 1. Innovation Greenway L être humain et les ressources naturelles Pourquoi changer?

Plus en détail

4 èmes Rencontres de la Vilaine

4 èmes Rencontres de la Vilaine 4 èmes Rencontres de la Vilaine Décryptage d une méthode d analyse de micropolluants organiques dans l eau : du développement analytique au bulletin d analyse Fabien Mercier Usine de Férel 19 septembre

Plus en détail

Les effets amont RAPPORTS & DOCUMENTS. Commissariat général à la stratégie et à la prospective. Géraldine Ducos. Tome 2.

Les effets amont RAPPORTS & DOCUMENTS. Commissariat général à la stratégie et à la prospective. Géraldine Ducos. Tome 2. Commissariat général à la stratégie et à la prospective Département Développement durable Février 2014 RAPPORTS & DOCUMENTS Les effets amont Contribution Géraldine Ducos Tome 2 Rapport «L évaluation socio-économique

Plus en détail

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques

Le ciment. CaCO 3 (s) = CaO (s) + CO 2 (g) 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques Le ciment 1. Fabrication du ciment 2. Emissions de dioxyde de carbone 3. Exemples d exploitations pédagogiques 1. Fabrication du ciment Le ciment est obtenu à partir du calcaire (CaCO 3 ) et de l argile

Plus en détail

Exposition par inhalation au benzène, toluène, éthylbenzène et xylènes (BTEX) dans l air

Exposition par inhalation au benzène, toluène, éthylbenzène et xylènes (BTEX) dans l air RAPPORT D ÉTUDE 21/12/2004 N Exposition par inhalation au benzène, toluène, éthylbenzène et xylènes (BTEX) dans l air Sources, mesures et concentrations Page 1 sur 26 Exposition par inhalation au benzène,

Plus en détail

CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL

CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL CONSEIL OLEICOLE INTERNATIONAL COI/T.20/Doc. nº 11/Rév.2 2001 FRANÇAIS Original: ESPAGNOL Príncipe de Vergara, 154 28002 Madrid Espagne. Tel.: +34 915 903 638 Fax: +34 915 631 263 - e-mail: iooc@internationaloliveoil.org

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

ELECTROPHORESE : Bases physique & Applications Médicales

ELECTROPHORESE : Bases physique & Applications Médicales ELECTROPHORESE : Bases physique & Applications Médicales Dr K CHATTI, 2010 Population cible Etudiants 1 ère Année Médecine Pré-requis Généralités sur la solution, potentiel chimique, propriétés colligatives

Plus en détail

QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT

QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT Remplissage des eaux de chauffage et traitement d'eau QUALITÉ DE L EAU DANS LES INSTALLATIONS TECHNIQUES DU BÂTIMENT SA Route du Madelain 6 1753 Matran Association des techniciens en chauffage, climatisation

Plus en détail

LA PURIFICATION DANS LE LABORATOIRE DE SYNTHÈSE

LA PURIFICATION DANS LE LABORATOIRE DE SYNTHÈSE LA PURIFICATION DANS LE LABORATOIRE DE SYNTHÈSE CHANTAL ZEDDE SERVICE HPLC SPCMIB/ICT/PICT TOULOUSE III QUEL MOYEN D ÉVALUATION? Chromatographie sur couche mince Rapide à mettre en œuvre Faible coût Insuffisant

Plus en détail

INCINÉRATEURS DE DÉCHETS SPÉCIAUX

INCINÉRATEURS DE DÉCHETS SPÉCIAUX INCINÉRATEURS DE DÉCHETS SPÉCIAUX Des unités efficaces d élimination des polluants et de valorisation énergétique Une entreprise de Bayer et LANXESS DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PROPRES Prestataire compétent,

Plus en détail

Les solvants. Des produits. 1 Million de tonnes par an. Dont 550 000 tonnes de solvants organiques neufs* 15 % des salariés exposés

Les solvants. Des produits. 1 Million de tonnes par an. Dont 550 000 tonnes de solvants organiques neufs* 15 % des salariés exposés Les solvants Des produits 1 Million de tonnes par an Dont 550 000 tonnes de solvants organiques neufs* 15 % des salariés exposés * Source INRS ( ND2230) 1 Les solvants Contexte réglementaire - l utilisation

Plus en détail

Dessiccatif NORKOOL DESITHERM

Dessiccatif NORKOOL DESITHERM Dessiccatif NORKOOL DESITHERM Présentation d un nouveau dessiccatif haut de gamme conçu pour combattre la corrosion 2 Vous recherchez un triéthylène glycol (TEG) haute performance pour un système de séchage

Plus en détail

Point d avancement sur l élaboration d un plan de prévention 2010-2014 : Axe 2 LA NOCIVITE. 14 octobre 2010

Point d avancement sur l élaboration d un plan de prévention 2010-2014 : Axe 2 LA NOCIVITE. 14 octobre 2010 Point d avancement sur l élaboration d un plan de prévention 2010-2014 : Axe 2 LA NOCIVITE 14 octobre 2010 Rappels: Pourquoi un volet sur la nocivité? Contexte : La légitimité du SYCTOM : Risques et impacts

Plus en détail

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques Dominique Robin Ricardo Stouvenel Frédéric Jaquenod Gilles Triscone Martina Zsely-Schaffter Des

Plus en détail