Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements"

Transcription

1 Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements Jacques Buchet Département Technologie en charge des Journées CEREN de l Énergie Emmanuel Coulon Directeur Papeco Adrien Fourmon Avocat, Huglo Lepage Alain Minet Segment Marketing Manager, Tertiaire, Industrie & Healthcare, Philips Eclairage Cyril Fournier-Montgieux Directeur Général Babcock Wanson Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -1-

2 Sommaire 1. Cadrage des enjeux énergétiques des utilités des bâtiments industriels 2. Économies d énergie en éclairage 3. Économies d énergie sur la boucle chaufferie réseau 4. Débat : Agir sur la performance des structures et des équipements Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -2 -

3 Le CEREN Objectifs Contribue à l élaboration de la statistique énergétique nationale Accompagne ses Clients dans une compréhension de leurs enjeux énergétiques et environnementaux Propose et met en œuvre des plans d actions de Maîtrise de la Demande en Energie Expertise La demande en énergie et ses impacts environnementaux Ressources 30 ingénieurs, économistes, statisticiens basés à Paris 65 experts et ingénieurs enquêteurs en régions Un chiffre d affaires annuel d environ 4,5 M Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -3 -

4 Sommaire 1. Cadrage des enjeux énergétiques des utilités des bâtiments industriels 2. Économies d énergie en éclairage 3. Économies d énergie sur la boucle chaufferie réseau 4. Débat : Agir sur la performance des structures et des équipements Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -4 -

5 1. Les utilités dans le bâtiment : ~ 7% des consommations d énergie primaires Utilités du bâtiment industriel ~ 35 TWh soit 7% énergie primaire 3 TWh 9% 1 TWh 3% En 2007 Electricité : ~130 TWh Combustibles : ~350 à 370 TWh 6 TWh 17% 25 TWh 71% Sources Chauffage des locaux Eclairage Ventilation Froid Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -5 -

6 1. La chaufferie industrielle en France : ~ 1/3 des consommations d énergie primaires REPARTITION DES COMBUSTIBLES DANS L'INDUSTRIE FRANCAISE 50 TWh = 14% 120 TWh = 34% 180 TWh = 52% Sources Combustibles sous-chaudière Combustibles hors chaudière Matières Premières Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -6 -

7 Sommaire 1. Cadrage des enjeux énergétiques des utilités des bâtiments industriels 2. Économies d énergie en éclairage 3. Économies d énergie sur la boucle chaufferie réseau 4. Débat : Agir sur la performance des structures et des équipements Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -7 -

8 2. Économies d énergie en éclairage LA PERFORMANCE DES EQUIPEMENTS : L ECLAIRAGE Alain Minet Segment Marketing Manager, Tertiaire, Industrie & Healthcare Eclairage 1. Luminaires 2. Systèmes de gestion Un projet d éclairage pensé en amont Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -8-

9 2. Économies d énergie en éclairage L ECLAIRAGE EN QUELQUES QUESTIONS 1. La sécurité 2. Le respect des textes législatifs (code du travail, norme EN ) 3. Effectuer une tâche visuelle dans de bonnes conditions 4. Améliorer la productivité 5. Réduire la consommation 6. Réduire la maintenance Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -9-

10 2. Économies d énergie en éclairage DES DISPOSITIFS INCITATIFS 4 fiches CEE disponibles pour l éclairage industriel IND-BA-05 Luminaire sodium ou iodure sur un dispositif d éclairage IND-BA-05 Dispositif de gestion horaire d une installation d éclairage intérieur IND-BA-05 Luminaire pour tube fluorescent T5 sur un dispositif d éclairage intérieur IND-BA-05 Luminaire avec ballast efficace avec ou sans système de gestion sur un dispositif d éclairage Prêt OSEO Eco-Energie Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -10-

11 2. Retour d expérience UNE RENOVATION EXEMPLAIRE Avant 9 luminaires 250W sodium (276 W chacun) Faible durée de vie des lampes ( h) Faible qualité de lumière Puissance installée importante : W Après 9 luminaires Philips GentleSpace à LED (145 W chacun) Système de gestion Dynalite avec détection de présence (25% d économie d énergie supplémentaire) Longue durée de vie ( h) Augmentation de la qualité de lumière (IRC>75) Maintenance réduite grâce à la grande durée de vie des sources LED Puissance installée : W Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -11-

12 2. Retour d expérience EXEMPLE DE RENOVATION Comparaison des coûts Technologie LED *maintenance technique : en effet un dépoussiérage régulier est nécessaire dans tous les cas Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

13 Sommaire 1. Cadrage des enjeux énergétiques des utilités des bâtiments industriels 2. Économies d énergie en éclairage 3. Économies d énergie sur la boucle chaufferie réseau 4. Débat : Agir sur la performance des structures et des équipements Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

14 3. Champ étudié de la boucle Sommaire chaufferie / réseau Jacques Buchet CEREN - Département Technologie, en charge des Journées CEREN de l Énergie Concerne les actions d économies d énergie pour les chaufferies et leur réseau sur le champ suivant : Chaufferies Réseaux de toutes tailles Production de fluides caloporteurs : vapeur, eau surchauffée, eau chaude Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

15 3. Où se situent les 17 TWh d économies d énergie dans les chaufferies et les réseaux industriels en France métropolitaine? 3.0 TWh = 17% GISEMENTS TECHNIQUES ACCESSIBLES D'ÉCONOMIES D'ÉNERGIE EN CHAUFFERIE ET RESEAU DANS L'INDUSTRIE : ~ 17 TWh 1.5 TWh = 9% 3.0 TWh = 17% Gisements techniques accessibles d économies d énergie dans l industrie Sources CEREN 4.5 TWh = 26% 2.0 TWh = 11% Maîtrise de la combustion Réduction des pertes en chaufferie Optimisation de la préparation de l eau d appoint et du circuit condensats Réduction des pertes de distribution et des fuites Optimisation des moyens de production Optimisation du réseau de distribution 3.5 TWh 20% Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

16 5 décembre Smart Energies for Factories 3. De multiples opportunités Sommaire d économiser sur la boucle chaufferie réseau (plusieurs dizaines d opérations possibles) On peut répartir les gisements d économies d énergie en chaufferie - réseau sur les 6 familles d actions suivantes Maîtriser la combustion Réduire les pertes en chaufferie Optimiser la préparation de l eau d appoint et du circuit condensats Réduire les pertes et les fuites réseau Optimiser des moyens de production Optimiser des réseaux de distribution Opérations axées sur Maintenance/ Exploitation Sources CEREN Opérations nécessitant +/- de l Investissement Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

17 Source CEREN - CRÉÉ Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

18 3. Liste des actions d économies Sommaire d énergie On peut répartir les actions d économies en chaufferie et réseau sur les 6 familles d actions suivantes 1.Maîtrise de la combustion Optimisation des conduites d'exploitation non automatisées Brûleurs pilotés par automate (bruleur micro-modulant) 2.Réduction des pertes en chaufferie Réduction des purges : changement de technique et/ou d additifs Récupération de l'énergie des purges Maintenir la propreté des surfaces d'échange thermique Récupération sur fumées pour préchauffer l'eau par économiseur Substitution d'énergies primaires Calorifugeage des générateurs Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

19 Sommaire 3. Liste des actions d économies d énergie (suite) 3. Optimisation des circuits d'eau sur le plan des économies d'énergie Amélioration du taux de retour des condensats Rentrage des condensats sous pression par rapport à une bâche atmosphérique Récupération énergie des condensats perdus 4. Réduction des pertes vapeur/condensats Maintenir purgeurs en état Supprimer les fuites Calorifuger et conserver en état 5. Optimisation des moyens de production Définition des besoins dans le temps et optimisation des fournitures Gestion optimisée du parc des chaudières Remise en cause de la structure de la chaufferie 6. Optimisation des réseaux de distribution Rationalisation en permanence du réseau de distribution de vapeur Gestion optimisée du réseau Utilisation de technologies de production décentralisées Chaudière à condensation Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

20 Sommaire 1. Cadrage des enjeux énergétiques des utilités des bâtiments industriels 2. Économies d énergie en éclairage 3. Économies d énergie sur la boucle chaufferie réseau : Exemples d opérations rentables 4. Débat : Agir sur la performance des structures et des équipements Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

21 3. Exemples en Chaufferie Cyril Fournier-Montgieux Directeur Général Babcock Wanson «Maîtrise combustion et réductions des pertes chaufferies» Economiseur Gain 4% à 7% (rendement) Brûleur micro modulant Régulation O2 Gain de 5 à 6% (rendement) Traitement de l eau Réduction taux de purge (énergie et eau) Variateur de vitesse sur ventilateur Gain de 30% (énergie électrique) Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

22 3. Fiche Action Économiseur 5 décembre Smart Energies for Factories «Economiseur sur chaudière : une solution simple d économiser l énergie» Economiseurs sur chaudières vapeur Equipements conçus pour chaudières industrielles Chaudières neuves ou existantes (tous types) Solutions adaptées et sur mesure Audit et contrôle des performances simples Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

23 3. Fiche Action Économiseur «Economiseur sur chaudière : une solution simple d économiser l énergie» Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -23-

24 3. Fiche Action Économiseur 5 décembre Smart Energies for Factories Economiseurs sur chaudières vapeur Equipements conçus pour chaudières industrielles Chaudières neuves ou existantes (tous types) Solutions adaptées et sur mesure Audit et contrôle des performances simples Gain rendement de 4 à 7 % ( en fonction temp. fumées et eau) Permet l obtention de CEE : IND-UT à 30% de l investissement Retour sur investissement court : 6 à 18 mois Réduction des émissions de CO2 Et vous combien gaspillez-vous? chaudière 10 MW charge 40% h gaz : 37 /MWh PCS Gaspillage énergétique : 35 à 60k /an «Économiseur sur chaudière : une solution simple d économiser l énergie» Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -24-

25 3. Retour d expérience : Emmanuel Coulon Directeur de Papeco «Economiseur sur chaudière : une solution simple d économiser l énergie» Economiseurs sur chaudière vapeur sur 11 mois/an Equipements conçus pour la chaudière industrielle de 3MW Solution adaptée et sur mesure Audit et contrôle des performances simples Estimation de l économie la 1 ère année : 34,2 k /an Estimation de l économie la 2 ème année : 25,9 k /an 11 mois sur 12 avec l'économiseur Investissement : 44 k Gain rendement mesuré de 5 % Retour sur investissement : 15,7 mois N a pas bénéficié du CEE : IND-UT-04 Réduction des émissions de CO2 Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements -25-

26 Sommaire 1. Cadrage des enjeux énergétiques des utilités des bâtiments industriels 2. Économies d énergie en éclairage 3. Économies d énergie sur la boucle chaufferie réseau 4. Débat : Agir sur la performance des structures et des équipements Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

27 4. Débat Table ronde LES BATIMENTS ET SITES INDUSTRIELS : Agir sur la performance des structures et des équipements Rappel du contexte et des orientations réglementaires actuels Adrien Fourmon, Avocat, Huglo Lepage Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

28 Efficacité énergétique : Nouvelle directive Directive du 25 octobre 2012 définit un ensemble de mesures s'adressant aux particuliers, aux entreprises et aux pouvoirs publics, en vue d'accroître de 20 % l'efficacité énergétique d'ici à 2020, voire plus au-delà de cette date. Principal objectif: accroissement de 20% de l efficacité énergétique d ici 2020 (l'efficacité énergétique est définie comme le rapport entre les résultats, le service, la marchandise ou l'énergie que l'on obtient et l'énergie consacrée à cet effet) Les États doivent notamment rendre compte des progrès enregistrés dans la réalisation des objectifs nationaux d'efficacité énergétique : Vers une économie à faible émission de CO2 Les États membres devront transposer cette directive avant le 5 juin Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

29 Efficacité énergétique : Nouvelle directive Dès 2015 des mesures contraignantes d'économie d'énergie seront imposées telles que: La réalisation d'audits énergétiques pour les grandes entreprises effectué par des experts qualifiés et/ou agréés, au plus tard le 5 décembre 2015, puis au moins tous les quatre ans. Elles en sont exemptées si elles mettent en œuvre un système de management de l'énergie (ISO ou EN ) ou de l'environnement (ISO 14000) certifié. Quant aux PME, elles sont encouragées à se soumettre à ces audits. La mise en place d'un mécanisme d'obligations pour s assurer que les distributeurs d'énergie et/ou les entreprises de vente d'énergie au détail atteignent, d'ici au 31 décembre 2020, un objectif cumulé d'économies d'énergie correspondant à 1,5 %, en volume, des ventes annuelles d'énergie aux clients finals. Le mécanisme des CEE. Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

30 Efficacité énergétique : Nouvelle directive Efficacité en matière de chauffage et refroidissement La cogénération à haut rendement et les réseaux de chaleur et de froid offrent un potentiel important d'économies d'énergie primaire. Avant le 1er janvier 2016, les États doivent réaliser et communiquer à la Commission une évaluation complète de ce potentiel, au moyen d'une analyse coûts-avantages. Si un potentiel est identifié, des mesures sont prises pour permettre le développement d'infrastructures efficaces. Les soutiens disponibles en faveur de la cogénération sont subordonnés à la condition que l'électricité produite soit issue de la cogénération à haut rendement et que la chaleur fatale soit réellement valorisée pour réaliser des économies d'énergie primaire (Dir., art. 14 et ann. I, II et VIII à X). Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

31 Quels instruments juridiques pour l efficacité énergétique? Quelques mots sur Diagnostic de performance énergétique/ audit énergétique Contrat de performance énergétique Bail vert Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

32 Démarche RSE et gouvernance La gouvernance des entreprises recouvre plusieurs réalités : La politique de l entreprise en matière de développement durable : nécessité de concilier des intérêts, a priori, contradictoires (protection de l environnement, intérêt général, compétitivité des entreprises, intérêt privé) La maîtrise de sa communication et des informations qu elle donne ou est obligée de donner; La gestion des risques : économiques, environnementaux, et d image; Éviter l engagement de sa responsabilité et celle de ses dirigeants. Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

33 Démarche RSE et gouvernance Une évolution significative de la prise en compte des considérations sociale et environnementales par l entreprise : D une démarche volontaire : ISO > à une obligation réglementaire : le reporting social et environnemental La démarche volontaire permet une communication positive (à condition d éviter le green washing) L obligation réglementaire si elle n est pas respectée a des impacts en terme : d engagement de la responsabilité et in fine d image de l entreprise Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

34 Bilan social environnemental Obligations pour les entreprises de prendre en compte : Les conséquences sociales et environnementales de leur activité Les engagements sociétaux en faveur du développement durable et de la lutte contre les discriminations et la promotion des diversités Nécessité de se préparer à la publication et à l audit des performances extra- financières Ce que prévoit la loi «Grenelle I»: «La qualité des informations sur la manière dont les sociétés prennent en compte les conséquences sociales et environnementales de leur activité et l accès à ces informations constituent des conditions essentielles de la bonne gouvernance des entreprises» (art. 53) L Art 225 de la loi Grenelle II prévoit d étendre l obligation de présenter un bilan social et environnemental dans le rapport de gestion L art 12 de la loi Warsmann du 12 mars 2012 > modifie l art. L du code du commerce > entérine le report d un an de mise en œuvre du dispositif RSE Décret du 24 avril 2012 relatif aux obligations de transparence des entreprises en matière sociale et environnementale Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

35 Bilans GES L art. 75 de la loi Grenelle II (n du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement) prévoit l obligation d établir un bilan des émissions de GES Codifié à l art. L du code de l env. Décret n du 11 juillet 2011 relatif au bilan des émissions de GES et au plan climat-énergie territorial Codifié aux art. R à R du code de l env. Guide du Ministère de l Ecologie relatif à la Méthode pour la réalisation des bilans de GES Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

36 Contacts Merci de votre attention Les bâtiments industriels : Agir sur la performance des structures et des équipements

Babcock Wanson. Bienvenue. L expertise thermique au service de l environnement dans l industrie

Babcock Wanson. Bienvenue. L expertise thermique au service de l environnement dans l industrie Babcock Wanson Bienvenue L expertise thermique au service de l environnement dans l industrie BABCOCK WANSON INTERNATIONAL L expertise thermique au service de l environnement dans l industrie Le Groupe

Plus en détail

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC

Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Présentation du 04 décembre 2014 CONFERENCE POLLUTEC Retour d expérience : Exemples concrets de mises en oeuvre de solutions suite à des audits énergétiques dont celui d une Pompe A Chaleur Haute Température

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Journée d échanges sur les Certificats d économies d énergie

Journée d échanges sur les Certificats d économies d énergie Journée d échanges sur les Certificats d économies d énergie Jeudi 7 avril 2011 - Lille 06/04/2011 Les Certificats d'économies d'énergie, c'est reparti pour 2013! 1 Sommaire 1 2 3 Qui est CertiNergy? Exemples

Plus en détail

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur SOMMAIRE 11... IINSSTALLATIIONSS ACTUELLESS... 2 22... PERFORMANCESS ACTUELLESS... 11 22...11. Ennrreeggi iisst trreemeennt tss... 11 22...22. Reennddeemeennt tss eet t vvaal lleeuurrss ccaarraacct téérri

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE

EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE 03/11/2011 Présentation CertiNergy 1 Sommaire Le partenariat entre la Fédération de la Plasturgie et CertiNergy Le dispositif

Plus en détail

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Durée : 5 jours Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Réf : (Energ.01) Montrer aux participants comment procéder à un audit énergétique et le rôle d un

Plus en détail

CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE : COMMENT OBTENIR ET OPTIMISER VOS PRIMES CEE?

CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE : COMMENT OBTENIR ET OPTIMISER VOS PRIMES CEE? CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE : COMMENT OBTENIR ET OPTIMISER VOS PRIMES CEE? Présentation CertiNergy 1 CertiNergy: qui sommes-nous? Notre métier Valoriser les Certificats d économies d énergie, Proposer

Plus en détail

Présentation du dispositif des certificats d économies d énergie

Présentation du dispositif des certificats d économies d énergie Présentation du dispositif des certificats d économies d énergie Contexte et objectifs Principes de fonctionnement Exemples 1 La maîtrise des émissions de GES Une nécessité clairement illustrée par le

Plus en détail

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout!

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants» Antoine de Saint-Exupéry

Plus en détail

Intérêt des systèmes gaz et hybrides au niveau régional

Intérêt des systèmes gaz et hybrides au niveau régional Intérêt des systèmes gaz et hybrides au niveau régional Une approche comparative des impacts des technologies de chauffage sur la demande Roch Drozdowski - Chef de mission Smart Grids GrDF - Direction

Plus en détail

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie AGRI-TH-101 Agricole Dispositif de stockage d'eau chaude de type "Open Buffer" AGRI-TH-102 Agricole Dispositif de stockage d'eau chaude AGRI-TH-103 Agricole Pré-refroidisseur de lait AGRI-TH-108 Agricole

Plus en détail

État des lieux du dispositif CEE. Club Energie Réunion

État des lieux du dispositif CEE. Club Energie Réunion État des lieux du dispositif CEE Club Energie Réunion 1 CEE attribués en TWhc Un rythme suivi CEE attribués fin Septembre 2012 (TWhc) 500 400 1 ère période 2 ème période Transition 345 TWhc 300 200 100

Plus en détail

Performance Énergétique et Bâtiments Existants

Performance Énergétique et Bâtiments Existants Performance Énergétique et Bâtiments Existants LE CONSTAT??? IL EST FAIT!!! Enjeux Outils Concepts Méthodes Exemples LES SOLUTIONS??? ELLES EXISTENT!!! ALTERÉCO 1 Performance énergétique et patrimoine

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

Annexe 1. Classes de propreté

Annexe 1. Classes de propreté Annexes Sommaire Annexe 1. Classes de propreté... 3 Annexe 2. Propositions du parking... 4 Annexe 3. Maintenance... 6 Annexe 4. Résumé de l ancien guide maintenance... 9 Annexe 5. Préparation des documents

Plus en détail

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production Programme Energy Action pour l industrie Un programme d économies d énergie. Les solutions Energy Action de Schneider Electric. Des économies d énergie

Plus en détail

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie AGRI-TH-101 Dispositif de stockage d'eau chaude de type "Open Buffer" AGRI-TH-102 Dispositif de stockage d'eau chaude AGRI-TH-103 Pré-refroidisseur de lait 30/03/2015 AGRI-TH-104 Système de récupération

Plus en détail

Tables des figures et des tableaux

Tables des figures et des tableaux Tables des figures et des tableaux 1. Table des figures Figure 1 : Priorités de la démarche négawatt... 7 Figure 2 : Démarche de modélisation du scénario négawatt 2011... 11 Figure 3 : Diagramme de Sankey

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre réglementaire Otis France - 2011

Bilan d émissions de gaz à effet de serre réglementaire Otis France - 2011 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : OTIS S.A.S. Code NAF : 4329B Code SIREN : 521 07 800 Numéro de SIRET : 542107800 Nombre de salariés : 5 027 Adresse : 3 place de La Pyramide

Plus en détail

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux 1 «CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux Dans le cadre de la réhabilitation d une chaufferie d un bâtiment tertiaire

Plus en détail

La solution chaufferie

La solution chaufferie La solution chaufferie Chaudières industrielles, brûleurs, traitement de l eau, systèmes de contrôle et régulation, aide à l exploitation, suivi réglementaire, optimisation énergétique, maintenance, audit,

Plus en détail

Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé.

Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé. Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé. Mercredi 14 octobre 2015, 13 h 35 14 h 20 Espace Congrès: Rio de Janeiro 3 +11 TWh cumac générés depuis 2013 +100

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées. Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées. Bilan des émissions de gaz à effet de serre Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées Bilan des émissions de gaz à effet de serre Septembre 213 Bilan des émissions de gaz à effet de serre Sommaire

Plus en détail

P an n d e d l a p r p ésent n ation

P an n d e d l a p r p ésent n ation Journée d information EnergyManagement System & ISO 50001 Tunis 7 Décembre 2012 Expérience Tunisienne dans l Efficacité Energétique dans l Industrie: Politique, Instruments & Réalisations KawtherLIHIDHEB

Plus en détail

Marché des micro et mini-cogénération Une filière à promouvoir

Marché des micro et mini-cogénération Une filière à promouvoir Journée micro et mini-cogénération du 29 janvier 2015 Marché des micro et mini-cogénération Une filière à promouvoir Régis Contreau, Chef de Produits Production décentralisée, GrDF Une production décentralisée

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

Historique du projet LES EXEMPLES À SUIVRE. L efficacité énergétique pour 6 entreprises nazairiennes : La force du collectif

Historique du projet LES EXEMPLES À SUIVRE. L efficacité énergétique pour 6 entreprises nazairiennes : La force du collectif LES EXEMPLES À SUIVRE Pays de la Loire L efficacité énergétique pour 6 entreprises nazairiennes : L efficacité énergétique Saint-Nazaire Organismes 6 entreprises, de la PME à la grande industrie Partenaires

Plus en détail

AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE. Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions

AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE. Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions 1 L AUDIT ÉNERGÉTIQUE: UNE ÉTAPE PRÉALABLE À LA MISE EN ŒUVRE DE TOUTE DÉMARCHE

Plus en détail

La biomasse bois, pour se chauffer et produire simultanément de l électricité. «Solution innovante de micro-cogénération énergie granulés bois»

La biomasse bois, pour se chauffer et produire simultanément de l électricité. «Solution innovante de micro-cogénération énergie granulés bois» La biomasse bois, pour se chauffer et produire simultanément de l électricité. «Solution innovante de micro-cogénération énergie granulés bois» 20/11/2015 1 Micro-cogénération Faites des économies de chauffage

Plus en détail

DEMANDE D ATTESTATION

DEMANDE D ATTESTATION NOTICE FORMULAIRE EXPLICATIVE CEB-2 DEMANDE D ATTESTATION POUR INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE I.B.G.E Département «Primes Energie» Gulledelle 100 1200 Bruxelles Tél : 02/775.75.75 Email : info@bruxellesenvironnement.be

Plus en détail

Les Certificats d Economies d Energie : Outil vertueux au service de la réhabilitation des copropriétés

Les Certificats d Economies d Energie : Outil vertueux au service de la réhabilitation des copropriétés Les Certificats d Economies d Energie : Outil vertueux au service de la réhabilitation des copropriétés Sommaire Les Certificats d Economies d Energie (C.E.E) Comment utiliser les CEE dans les projets

Plus en détail

En copropriété l économie d énergie c est possible!

En copropriété l économie d énergie c est possible! En copropriété l économie d énergie c est possible! Nos partenaires : Avec le soutien de : 1 C est à vous d agir! Dans votre copropriété vous avez trois solutions : Ne rien faire : A.G., calme assuré Faire

Plus en détail

Certificats d économie d énergie (CEE) Les opérations standardisées

Certificats d économie d énergie (CEE) Les opérations standardisées Certificats d économie d énergie (CEE) Les opérations standardisées >> LES ACTIONS STANDARDISÉES Les actions standardisées sont regroupées par secteurs concernés : bâtiment résidentiel, bâtiment tertiaire,

Plus en détail

Centre Hospitalier de SAINT AFFRIQUE. Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l exercice 2012

Centre Hospitalier de SAINT AFFRIQUE. Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l exercice 2012 CH SAINT-AFFRIQUE- Bilan des émissions des GES 2012 Centre Hospitalier de SAINT AFFRIQUE Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l exercice 2012 En application de la Méthode pour la réalisation

Plus en détail

Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente

Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Table des matières

Plus en détail

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Séminaire : Rénovation énergétique pour ménages à bas revenus 8 octobre 2010 Brussels Table des matières Quelques

Plus en détail

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Table des Matières A. Utilisations de la vapeur et terminologie Chaleur latente,chaleur sensible La boucle vapeur Le prix de la vapeur B. Optimisation de

Plus en détail

Présentation réalisée par ACT Energy. Séminaire organisé par

Présentation réalisée par ACT Energy. Séminaire organisé par Présentation réalisée par ACT Energy F. ZOTTO Ir. électromécanique-énergétique Audits, Consultance, Formation Techniques Spéciales et Energie Séminaire organisé par Copyright ACT Energy 1 /30 Domaine d

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation

Chaudière à gaz à condensation Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D). Vos avantages.

Plus en détail

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Durée : 5 jours Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Réf : (Therm.01) - Permettre au personnel ayant la pratique, d'exploiter une installation comportant des générateurs

Plus en détail

Energy Management System & ISO 500001

Energy Management System & ISO 500001 Energy Management System & ISO 500001 Tunis 29 janvier 2013 Expérience Tunisienne dans l Efficacité Energétique dans l Industrie: Politique, Instruments & Réalisations Kawther LIHIDHEB UEEI ANME Plan de

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE

LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE Contexte et objectifs Principes de fonctionnement Exemples 1 Association Loi 1901 - à but non lucratif Indépendante Créée en 1978 1600 adhérents 14 groupes régionaux

Plus en détail

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles Martina Kost Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles B4E 80 rue Voltaire BP 17 93121 La Courneuve cedex Joseph Irani www.b4e.fr Tél: 01.48.36.04.10 Fax: 01.48.36.08.65 Réduire

Plus en détail

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée Dalkia, le leader européen des services énergétiques Dalkia filiale de EDF et de Veolia Environnement, place les enjeux environnementaux au cœur

Plus en détail

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Fabrice DERNY ICEDD Le Complexe Sportif du Blocry 3 ans 18 5 m² et 19 salles de sports (occupées de 9 à 23h 36 j/an) 9 terrains de tennis couverts (bulles)

Plus en détail

Efficacité énergétique dans l industrie Contexte Solutions Energy Class Factory 31 Mars 2015 - Paris

Efficacité énergétique dans l industrie Contexte Solutions Energy Class Factory 31 Mars 2015 - Paris Efficacité énergétique dans l industrie Contexte Solutions Energy Class Factory 31 Mars 2015 - Paris Julien ADAM, Chargé de Mission Maitrise de l énergie - j.adam@atee.fr 1 Maitrise de l énergie dans l

Plus en détail

Rapport technique. Exploitation du pouvoir calorifique

Rapport technique. Exploitation du pouvoir calorifique Rapport technique Dipl.-Ing. Matthias Raisch, Bosch Industriekessel GmbH Exploitation du pouvoir calorifique L utilisation de la technique de condensation permet aux exploitants des installations à vapeur

Plus en détail

État des lieux des opérations standardisées CEE Limoges, 13 novembre 2012. Xavier ROMON Délégué général club C2E ATEE

État des lieux des opérations standardisées CEE Limoges, 13 novembre 2012. Xavier ROMON Délégué général club C2E ATEE État des lieux des opérations standardisées CEE Limoges, 13 novembre 2012 Xavier ROMON Délégué général club C2E ATEE 1 L ATEE et le Club C2E au sein du dispositif 2 Depuis 2004, appui à la DGEC et l ADEME

Plus en détail

La norme environnementale ISO 14001

La norme environnementale ISO 14001 La norme environnementale ISO 14001 La norme environnementale ISO 14001 Application à une usine de plats cuisinés : Présentation de l activité : Les produits élaborés crus et surgelés : les viandes farcies,

Plus en détail

Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r)

Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r) Publication du Bilan d Emissions de Gaz à Effet de Serre Réglementaire (BEGES-r) 1. Description de la personne morale (PM) concernée Raison sociale : ZF Systèmes de directions Nacam SAS Code NAF : 2932Z

Plus en détail

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Analyse stratégique de la filière I. Description de la filière Les bâtiments résidentiels et tertiaires sont les plus consommateurs d'énergie en France (44 %) et la

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Copropriétés. Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie. Formation ARC 6 mai 2014 CONFIDENTIEL

Copropriétés. Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie. Formation ARC 6 mai 2014 CONFIDENTIEL Ceelium 2014 CONFIDENTIEL Formation ARC 6 mai 2014 Copropriétés Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie Intervenant : Jérémy LAUER-STUMM, responsable marketing,

Plus en détail

Les emplois verts en Wallonie. Témoignage

Les emplois verts en Wallonie. Témoignage Les emplois verts en Wallonie Témoignage d un conseiller énergie en entreprise 18 décembre 2008 Philippe Smekens 0495/14 47 85 philippe.smekens@ccih.be Emplois verts - témoignage d'un conseiller énergie

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

Congrès annuel AQME Chicoutimi, 3 mai 2012. Jean-Claude Michel, ing. CCUM Réal Olivier, ing. BBA

Congrès annuel AQME Chicoutimi, 3 mai 2012. Jean-Claude Michel, ing. CCUM Réal Olivier, ing. BBA Congrès annuel AQME Chicoutimi, 3 mai 2012 Jean-Claude Michel, ing. CCUM Réal Olivier, ing. BBA Petite histoire de CCUM 1947 Construction de la centrale thermique par le CN 1960 Branchement de PVM au réseau

Plus en détail

Soirée des conseillers syndicaux. 15 Mai 2014

Soirée des conseillers syndicaux. 15 Mai 2014 Soirée des conseillers syndicaux 15 Mai 2014 Présentation Société ACCEO Un bureau d études spécialisé dans 3 domaines à forte technicité Ascenseur et Transport Vertical Efficacité Energétique Accessibilité

Plus en détail

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment 1 Atelier Les Eco-cités Micro-Cogénération Présentation Olivier CAMP 2 Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment Micro-cogénération Faites des économies de chauffage ET produisez

Plus en détail

Développement, fabrication et service après-vente des micro-unités de cogénération

Développement, fabrication et service après-vente des micro-unités de cogénération Développement, fabrication et service après-vente des micro-unités de cogénération Qu est-ce qu une microunité de cogénération? Une unité de cogénération est une unité indépendante de production simultanée

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS CATALOGUE DES FORMATIONS Sollis organise des sessions de formations en INTER et INTRA entreprise sur les métiers de l énergie. Elles contribuent à développer de nouvelles compétences, acquérir en peu de

Plus en détail

Expérience Tunisienne dans l Efficacitl l Industrie: Politique, Instruments & RéalisationsR

Expérience Tunisienne dans l Efficacitl l Industrie: Politique, Instruments & RéalisationsR FORUM ECO-CITIES CITIES Marseille, 11-12 octobre 2011 Expérience Tunisienne dans l Efficacitl EfficacitéEnergétique dans l Industrie: Politique, Instruments & RéalisationsR Kawther LIHIDHEB UEEI ANME Plan

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation

Chaudière à gaz à condensation Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D). Vos avantages.

Plus en détail

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 *

Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * Une énergie essentielle pour atteindre le Facteur 4 * * La limitation du réchauffement climatique implique dans les pays développés une division par 4 des émissions de gaz à effet de serre par rapport

Plus en détail

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Florent PERRIN Responsable région Rhône Alpes CleanTuesday Rhône-Alpes Juin 2010 CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Le GIEC a confirmé que

Plus en détail

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Schneider Electric Energy France Publication Décembre 2012 Emissions de l année fiscale 2011

Plus en détail

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES LES CONTRATS D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE CVC: MISE EN ŒUVRE D UN PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES RQE du 26 octobre 2012 -Nantes

Plus en détail

Atelier ACTENA. La qualification des bureaux d études et la réalisation d un audit énergétique

Atelier ACTENA. La qualification des bureaux d études et la réalisation d un audit énergétique Présentation du 31 mars 2015 Atelier ACTENA Samuel CARRE Marc EGLIN La qualification des bureaux d études et la réalisation d un audit énergétique Sujets de la présentation Présentation QCS et CORETEC

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247. Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45

AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247. Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45 AUDIT ÉNERGÉTIQUE EN 16247 Nour DIAB nour.diab@afnor.org 01.41.62.80.25 06.07.66.03.45 Une méthodologie pour des audits énergétiques de qualité dans des secteurs spécifiques Une norme en 5 parties EN 16247-1

Plus en détail

LA REGLEMENTATION DES CHAUDIÈRES

LA REGLEMENTATION DES CHAUDIÈRES Roger Cadiergues MémoCad ml21.a LA REGLEMENTATION DES CHAUDIÈRES SOMMAIRE ml21.1. Les éléments de base ml21.2. Les chaudières de 4 à 400 kw ml21.3. Les chaudières de 0,4 à 20 MW : rendements et équipements

Plus en détail

Atelier de stockage. Ateliers Industriels AOÛT 2014. Étude réalisée pour le compte de l ADEME par ENEA Consulting et le CETIAT Marché N 1281C0055

Atelier de stockage. Ateliers Industriels AOÛT 2014. Étude réalisée pour le compte de l ADEME par ENEA Consulting et le CETIAT Marché N 1281C0055 de stockage s Industriels AOÛT 2014 Étude réalisée pour le compte de l ADEME par ENEA Consulting et le CETIAT Marché N 1281C0055 Coordonnées des organismes : ENEA Consulting 89 rue Réaumur, Paris CETIAT

Plus en détail

NORBERT DENTRESSANGLE DIVISION LOGISTIQUE BILAN DES GAZ A EFFET DE SERRE

NORBERT DENTRESSANGLE DIVISION LOGISTIQUE BILAN DES GAZ A EFFET DE SERRE NORBERT DENTRESSANGLE DIVISION LOGISTIQUE BILAN DES GAZ A EFFET DE SERRE Description de la personne morale Ce bilan des gaz à effet de serre concerne la Division Logistique France de Norbert Dentressangle.

Plus en détail

Gisements d économies d énergie dans l industrie et Mesures incitatives à l Utilisation Rationnelle de l Energie en France

Gisements d économies d énergie dans l industrie et Mesures incitatives à l Utilisation Rationnelle de l Energie en France Gisements d économies d énergie dans l industrie et Mesures incitatives à l Utilisation Rationnelle de l Energie en France 1 l ADEME en quelques mots les éléments de contexte Energie/Industrie les mesures

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 2012

Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 2012 Enjeux énergétiques et maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Mai 212 Sommaire Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. La rénovation du parc existant, élément clé des enjeux

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes de production de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF information produit édition 04/2011 Une source de chaleur nouvelle Les nouvelles normes énergétiques BBC (Bâtiment Basse

Plus en détail

Tableau d'avancement des fiches pour la 3ème période - Dernière mise à jour le 10/08/2015

Tableau d'avancement des fiches pour la 3ème période - Dernière mise à jour le 10/08/2015 Légende Total Revisée 151 En cours 29 Supprimée 43 A réviser 7 Prête 62 Suspendue 13 Total fiches 305 Secteur Intitulé en 2ème période Etat de la révision GE Arrêté Nom Nouvel intitulé en 3ème période

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Cadre réglementaire bruxellois et européen PEB travaux PEB chauffage - Ecodesign Jonathan

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 2011 POUR LE GROUPE MONOPRIX Ce bilan d émission gaz à effet de serre a été réalisé en réponse à l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE»

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» PROGRAMME Lieu : BRUXELLES Pour tous, en fonction de l affectation du bâtiment : SOIT MODULE «DANS LE LOGEMENT INDIVIDUEL OU COLLECTIF < 10 UNITÉS)» (6 jours) SOIT

Plus en détail

Mission du facilitateur URE PROCESS

Mission du facilitateur URE PROCESS EFFICACITE ENERGETIQUE Autofinancement de projets Mission du facilitateur URE PROCESS Origine Les CCI wallonnes ont porté le projet EPW Opérateurs privés ou associatifs choisis par la RW pour leurs compétences

Plus en détail

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw.

Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. Hoval UltraGas AM condens. Chaudière à gaz au sol, à condensation jusqu à 1 300 kw. A l extérieur on se bat contre les humeurs du temps pour évacuer la neige avec de gros engins. A l intérieur on s assied

Plus en détail

Un Objectif du Grenelle Environnement

Un Objectif du Grenelle Environnement Un saut énergétique Avec la RT2012, le Grenelle Environnement prévoit de diviser par 3 la consommation énergétique des bâtiments neufs d habitation et d usage tertiaire, soit : une consommation d énergie

Plus en détail

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009

Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement. 4 décembre 2009 Le gaz naturel : une énergie qui répond aux enjeux du Grenelle de l Environnement Le Grenelle de l Environnement La genèse, les lois, les objectifs 2 Du Grenelle de l Environnement Juillet 2007 : 6 Groupes

Plus en détail

Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission. AG spéciales des immeubles

Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission. AG spéciales des immeubles Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission AG spéciales des immeubles Rappel des objectifs et méthodes Pour les immeubles Faire un point du potentiel des techniques

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Bouchers-Charcutiers Traiteurs Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts

Plus en détail