PORTRAIT SOCIO-ÉCONOMIQUE DU TERRITOIRE DE LA MRC D ANTOINE-LABELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PORTRAIT SOCIO-ÉCONOMIQUE DU TERRITOIRE DE LA MRC D ANTOINE-LABELLE"

Transcription

1 PORTRAIT SOCIO-ÉCONOMIQUE DU TERRITOIRE DE LA MRC D ANTOINE-LABELLE PRÉSENTATION SEPTEMBRE 2011

2 TABLE DES MATIÈRES Sociodémographique...1 Tableau 1 : Portrait sociodémographique de la MRC d Antoine-Labelle...1 Tableau 2 Comparaison sociodémographique entre les MRC composant les Laurentides... 2 Tableau 3 : Dépendance économique au gouvernement...2 Tableau 4 : Indice de dépendance projeté en Tableau 5 : Inventaire des résidences pour personnes aînées dans la MRC d Antoine-Labelle... 4 Moteurs économiques - local...5 Industrie touristique...5 Tableau 6 : Hébergement de quatre unités et plus, MRC d Antoine-Labelle... 5 Tableau 7 : Nombre d actes d information des bureaux d accueil touristique... 5 Tableau 8 : Valeur foncière des chalets et maisons de villégiature dans la MRC d Antoine-Labelle Industrie forestière...7 Tableau 9 : Indicateurs du marché du bois résineux et feuillus...7 Tableau 10 : Activité de récolte dans l unité d aménagement forestier Industrie agricole Tableau 11 : Production laitière dans la MRC d Antoine-Labelle...9 Tableau 12 : Production acéricole Tableau 13 : Évolution du prix moyen de vente des veaux d embouche aux encans du Québec Difficultés des entreprises...11 Tableau 14 : Nombre de faillites sur le territoire de la MRC d Antoine-Labelle EMPLOIS...12 Tableau 15 : Cycle des bénéficiaires d Assurance Emploi dans la MRC d Antoine-Labelle... 12

3 SOCIODÉMOGRAPHIQUE Tableau 1 : Portrait sociodémographique de la MRC d Antoine-Labelle Superficie en terre ferme (2010) ,4 km² Densité de population (2010) 2,4 hab/km² Population totale (2010) hab. 100% 0-14 ans hab. 13,2% ans hab. 10,4% ans hab. 19,5% ans hab. 37,6% 65 ans et plus hab. 19,3% Solde migratoire interrégional ( ) 71 hab. Perspectives démographiques (variation 2031/2006) 9,0% Travailleurs de ans (2009) (-0.7% vs 2008) Taux de travailleurs de ans (2009) 60,7% Revenu d'emploi moyen des travailleurs de ans (2009) $ Taux de faible revenu des familles (2008) 11,8% Revenu personnel disponible par habitant (2009) (+4,7% vs 2008)$ Valeur totale des permis de bâtir (2010) M$ Valeur foncière moyenne des maisons unifamiliales (2011) $ Source : Institut de la statistique du Québec profil des régions 2010 Très faible densité de population, c est-à-dire, occupation du territoire dispendieuse ; Proportion de ans très élevée ; Valeur foncière moyenne des maisons unifamiliales correspond à 4 fois le revenu d emploi moyen. 1

4 Tableau 2 Comparaison sociodémographique entre les MRC composant les Laurentides Source : Institut de la statistique du Québec profil des régions 2010 Revenu personnel disponible par habitant le plus faible des Laurentides ; Taux d emploi le plus faible des Laurentides ; Taux d accroissement moyen de la population le plus faible des Laurentides. Tableau 3 : Dépendance économique au gouvernement Variation 2008/2004 $ par 100 $ de revenu d'emploi % Total des transferts gouvernementaux 36,79 38,8 40,94 42,3 42,1 14,4 Assurance-emploi 7,11 7,47 8,47 9,1 8,2 15,3 TPS 1,05 1,06 1, ,8 Prestation fiscale pour enfants 2,52 2,51 2,75 2,9 2,8 11,1 Sécurité de la vieillesse 9,93 10,09 10,47 10,9 11,2 12,8 Pension du Canada ou RRQ 8,67 8,96 9,31 9,7 10,1 16,5 Indemnités des accidents de travail 2,45 2,39 2,38 2,4 2,7 10,2 Assistance sociale 3,71 3,45 3,41 3,5 3,4-8,4 Crédits d'impôts provinciaux remboursables/allocations familiales 1,36 2,87 2,88 2,8 2,7 98,5 2

5 Les habitants de la MRC sont très dépendants des revenus provenant des gouvernements (le plus haut taux des Laurentides) ; L indice de dépendance économique de l ensemble du Québec est la moitié de celui de la MRC ; Une légère décroissance entre 2007 et 2008 représente une augmentation des revenus d emploi. Tableau 4 : Indice de dépendance projeté en 2031 INDICE DE DÉPENDANCE 2006 MRC Antoine- Labelle Argenteuil Deux- Montagnes La Rivière-du- Nord Les Laurentides Les Paysd'en-Haut Mirabel Thérèse-De Blainville Laurentides (15) et Total Âge moyen 43,0 42,1 37,7 39,5 42,8 45,3 33,8 36,0 38,9 Âge médian 45,9 44,0 38,7 40,5 45,1 48,2 34,1 37,3 40,3 Indice de dépendance 59,35 61,14 57,44 57,62 59,02 56,02 58,29 60,36 58, et Total Âge moyen 50,7 47,3 42,7 45,2 48,2 50,6 39,1 41,6 44,4 Âge médian 55,3 49,8 42,9 46,3 51,2 54,6 38,9 41,5 45,3 Indice de dépendance 104,13 94,40 80,82 86,46 91,63 91,77 75,95 84,09 85,83 Calcul de l'indice de dépendance: Population 0-19 ans et 65 ans et plus divisé par les ans Soure: Institut de la statistique du Québec - Traitement: CLD de la MRC d'antoine-labelle 2031 La MRC d Antoine-Labelle est la seule où le nombre de personnes âgées entre 0-19 ans diminuera entre 2006 et 2031 ; La MRC d Antoine-Labelle est la seule où le nombre de personnes âgées entre ans diminuera entre 2006 et 2031 ; L indice de dépendance dans la MRC d Antoine-Labelle est le plus élevé des Laurentides. 3

6 Tableau 5 : Inventaire des résidences pour personnes aînées dans la MRC d Antoine-Labelle Inventaire des résidences pour personnes aînées dans la MRC d Antoine-Labelle (janvier 2011) Municipalité NOM unités Nominingue Rendez-vous des Ainés 9 Lac-des-Écorces Domaine des Fleurs Mont-Laurier La Petite Coccinelle 9 Mont-Laurier Les Habitations Antoine-Labelle 116 Mont-Laurier Maison d'accueil Francine 12 Mont-Laurier Manoir du Picardie 65 Mont-Laurier Pavillon Alain Campeau 38 Mont-Laurier Résidence Carillon 15 Mont-Laurier Résidence des Violettes 9 Mont-Laurier Résidence Dumas-Morin 9 Mont-Laurier Résidence Gaudreau 25 Mont-Laurier Résidence Laurier 9 Mont-Laurier Résidence Manoir de la Lièvre 12 Mont-Laurier Villa des Arcs en Ciel 12 Mont-Laurier Villa des Colibris 34 Mont-Laurier CHSLD Ste-Anne CHSLD 126 Mont-Laurier Manoir de la Lièvre 5 Ferme-Neuve Pavillon Sénath 15 Ferme-Neuve Résidence Le Gîte 50 Rivière-Rouge Résidences Côme-Cartier 41 Rivière-Rouge Villa du Lac 12 Rivière-Rouge Hôpital de l'annonciation CHSLD 96 Rivière-Rouge Résidence Au Cœur d'or 4 Notre-Dame-du-Laus Résidence Bertrand 5 Total 743 Il y a actuellement 743 unités pour aînés de 65 ans et plus dans la MRC ; En 2031, c est unités qui seront nécessaires pour combler les besoins de la population ; L offre de service est concentrée dans 5 des 17 municipalités. 4

7 MOTEURS ÉCONOMIQUES - LOCAL INDUSTRIE TOURISTIQUE Cette industrie comprend autant les revenus engendrés par les touristes proprement dits (les gens qui sortent de leur ville d origine pour une nuit ou plus) les excursionnistes (ceux qui se déplacent à plus de 40 kilomètres de leur résidence) et les villégiateurs (propriétaires de résidence secondaire). Il est difficile d évaluer quelle est la part du revenu généré par cette industrie, mais voici trois tableaux présentant des facteurs directs des fluctuations de ces revenus. Tableau 6 : Hébergement de quatre unités et plus, MRC d Antoine-Labelle Nombre d unités disponibles Taux d'occupation moyen 36,36% 36,36% 36,26% 37,20% Revenu annuel total $ $ $ $ Le taux d occupation a augmenté légèrement en 2010 après le recul de 2009 ; Les revenus totaux diminuent constamment ; Le coût de location moyen par unité est moindre en 2010 qu en 2009 ; Le nombre d unités disponibles a baissé dû à la conversion d un motel en résidence pour aînés. Tableau 7 : Nombre d actes d information des bureaux d accueil touristique Rivière-Rouge Mont-Laurier Total Le nombre d actes totaux de 2010 est au même niveau que 2008 ; L achalandage des sites Internet d information touristique connaît une croissance exponentielle ( visites en 2009, en 2010 et entre janvier et juillet 2011) ; Près de 25% des actes d information en 2010 ont été faits auprès de résidents de la MRC d Antoine-Labelle. 5

8 Tableau 8 : Valeur foncière des chalets et maisons de villégiature dans la MRC d Antoine-Labelle Nombre de résidences de villégiature Valeur foncière moyenne Valeur foncière totale $ $ $ $ $ Le nombre de résidences de villégiature est stable ; La valeur foncière moyenne a augmenté de 60% depuis 2007 ; Les résidences de villégiature représentent 33% de la valeur foncière résidentielle totale. En bref L industrie touristique dans la MRC d Antoine-Labelle est en changement. On note un plafonnement, tant dans la construction de résidence de villégiature, que dans les revenus générés par l hébergement. D un autre côté, bien que le nombre d actes d information aux bureaux d accueil touristique diminue, le type de demande se spécialise : vélo, randonnée pédestre, quad, motoneige, culture, gastronomie, etc. Les clients du CLD éprouvent des difficultés pour la majorité des activités touristiques autres que celles offrant de l hébergement en chalet. La rentabilité des entreprises touristiques ayant uniquement un camping, sans chalet, est moyenne. Cependant, beaucoup de promoteurs viennent nous voir pour démarrer des campings ou ajouter des sites à leurs emplacements actuels Pistes de développement Doter la région d un outil de développement de produits et de mise en marché permettant la forfaitisation ; Identifier et promouvoir de façon intégrée la complémentarité des pôles d activités touristiques ; Améliorer la convergence des outils de promotion du territoire et des publicités régionales. 6

9 INDUSTRIE FORESTIÈRE L application en 2013 du nouveau régime forestier du ministère des Ressources naturelles et de la Faune rend difficiles les prévisions dans ce secteur d activité. Les entreprises de récoltes et de travaux sylvicoles sont actuellement en forêt, mais tout dépend du nouveau transformateur local (Forex) en ce qui a trait à la reprise réelle des activités de l industrie dans la MRC. Tableau 9 : Indicateurs du marché du bois résineux et feuillus Le prix composé (303,59) ne permet pas une reprise des opérations ; Le taux de base de la Réserve fédérale américaine (0,25$) est au minimum et ne permettra plus d augmenter la masse monétaire pour contrer l inflation à venir ; Le nombre de mises en chantier connaît une légère croissance de mai à juin sans toutefois avoir un impact sur la demande globale (le nombre de mise en chantier en juin 2010 était de ) 7

10 Tableau 10 : Activité de récolte dans l unité d aménagement forestier Saison Récolté et transformé dans la région (m³) % relatif 69% 68% 48% 57% 70% 57% 19% Récolté mais transformé à l'extérieur de la région (m³) % relatif 31% 32% 52% 43% 30% 43% 81% Volume total coupé dans la / saison Le nombre de mètres cubes (m³) récolté (directement lié avec le nombre d emplois en forêt) connaît une forte diminution depuis 2 ans; Les entreprises de première transformation locales consomment de moins en moins de matière première (Les Bois K.M.S., Produit Forestier Laurentien, H. Radermaker (Forex), Maison Saga, C. Meilleur et Fils, C.C.P.L. Mont-Laurier, Bois Nobles Ka'N'Enda (Forex), Max Meilleur (Forex), Bois Feuillus de la Lièvre (Forex), Bois NorQué, etc.); Les activités de sylviculture sont essentiellement supportées par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (Crédit d impôt sur les chemins forestiers); Grande incertitude découlant de la mise en œuvre du bureau de mise en marché du bois (BMMB). En bref Les principaux signaux et indicateurs d une relance de l industrie forestière ne sont guère encourageants. En effet, le développement des mises en chantier aux États-Unis est prévu dans un horizon de plus de 2 ans. Les signes d une nouvelle récession (3 trimestres de décroissance consécutifs) inquiètent les plus grands économistes. La décote de la santé économique des États-Unis et plusieurs pays de l Union européenne hausse l incertitude des investisseurs. La nécessité de procéder à d importantes réductions des dépenses gouvernementales ne fera qu accélérer le ralentissement économique. Les clients du CLD procèdent à des investissements importants dans les usines de deuxième transformation du bois, pour amélioration des procédés ou développement de nouveaux produits. Pistes de développement Identifier les entreprises possédant des liquidités et étudier des axes de développement en fonction de leur marché respectif ; Rechercher des opportunités d affaires en participant à des colloques et salons présentant les innovations ; Assurer un leadership régional en matière de maintien des acquis. 8

11 INDUSTRIE AGRICOLE L agriculture est un secteur beaucoup plus stable que l industrie forestière et touristique. En 2006, les 258 producteurs agricoles ont généré des revenus bruts de 33,8 millions de dollars dans la MRC d Antoine-Labelle. La production se répartit comme suit : Production laitière 48 % Production bovine 13 % Production d'autres animaux 19 % Culture abritée (serres) 14 % Autres 6 % Tableau 11 : Production laitière dans la MRC d Antoine-Labelle Production laitière Nombre de producteurs Quota Nombre de litres produits Revenu total de lait $ $ $ La quantité de kilos de gras de production demeure très stable ; Le nombre d entreprises ne fluctue pratiquement pas depuis plusieurs années ; La possibilité d acquérir des quotas supplémentaires demeure limitée et à coût élevé. Tableau 12 : Production acéricole Production acéricole 2011 Nombre de producteurs 50 Nombre d'entailles Nombre de livres produites Livre par entaille 2,40 Prix la livre 2,78 Revenus bruts $ Première année de suivi de cet indicateur et difficulté de connaître l historique ; 30% des producteurs des Laurentides sont dans la MRC d Antoine-Labelle ; Le ratio de livre par entaille est plus élevé dans les Laurentides que l ensemble du Québec. 9

12 Tableau 13 : Évolution du prix moyen de vente des veaux d embouche aux encans du Québec Veaux d'embouche - Mâle de 501 lb à 600 lb ($/100 lb vif): 84 $ 77 $ 107 $ 82 $ 107 $ Le prix fluctue beaucoup en fonction des mois et des années ; Les prix en Ontario sont généralement plus élevés qu au Québec ; Les prix minimum et maximum pour une même période sont très volatiles. En bref Les perspectives de développement économique liées à la production agricole sont positives, mais sans toutefois être porteuses d une diversification intensive. Là où les intervenants de la MRC devront poursuivre leurs efforts, c est au niveau de la transformation locale des fruits de l agriculture. Chez les clients du CLD, on remarque des défis liés au développement de marché dans l agroalimentaire en 2010, mais ce n est pas une situation nouvelle. Pistes de développement Faire connaître les avantages de la production biologique comme avenue de diversification et argument de vente ; Sensibiliser la population à réduire les kilomètres parcourus par les aliments consommés localement ; Soutenir la relève agricole afin de limiter l intégration des cultures et productions. 10

13 DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES Tableau 14 : Nombre de faillites sur le territoire de la MRC d Antoine-Labelle Année Faillites Consommateurs Faillites Affaires Propositions consommateurs Propositions commerciales Total * Source: Bureau du surintendant des faillites Canada - traitement: CLD MRC Antoine-Labelle * Résultat partiel - janvier à mai 2011 Le nombre de faillites d affaires en 2011, connaîtra une hausse de 52 % si la tendance se maintient ; Les faillites d affaires sont souvent la conséquence d une augmentation des faillites de consommateurs ; Toute proportion gardée, il y a près de 26 % plus de faillites dans la MRC d Antoine-Labelle que dans l ensemble du Québec. En bref Malheureusement, certaines des entreprises que nous avons financées sont parmi les statistiques. La majorité des faillites et propositions aux créanciers est faite par les entreprises de première transformation du bois et activités connexes (transporteurs et opérateurs de machinerie) (Ex. : Max Meilleur, Bois Nobles, Syafor). Les entreprises qui survivent ou réussissent sont celles qui travaillent sur la construction et la réfection de chemins forestiers. La fermeture de Max Meilleur et Fils, Bois feuillus de la lièvre, Uniboard Lac des îles et Bois noble Ka N Enda a eu un impact énorme sur les entreprises de Ferme-Neuve, Saint-Anne-du- Lac, Saint-Aimé-du-Lac-des-Îles et Mont-Laurier. Actuellement il y a beaucoup d entreprises en vente et la relève n est pas au rendez-vous. De plus, la majorité des vendeurs exigent un prix de vente trop élevé, ce qui conduit parfois à des fermetures. 11

14 EMPLOIS Les intervenants de la MRC d Antoine-Labelle, jadis mono industrielle, mettent en place des mesures favorisant la diversification économique. Afin de mesurer les résultats de ces nombreux efforts, la proportion d emplois par secteur d activités et par industries est mesurée : Emplois par secteur d'activités Commerces et services 40,7 % Publique et parapublique 24,8 % Forestier 18,5 % Construction / excavation 3,9 % Agroalimentaire 3,8 % Transport 2,5 % Les données spécifiques du territoire de la MRC d Antoine-Labelle, relatives au portrait du marché du travail, sont très rares, mais un indicateur maison du CLD nous permet de suivre la tendance de très près. Tableau 15 : Cycle des bénéficiaires d Assurance Emploi dans la MRC d Antoine-Labelle Les cycles de prestation d assurance-emploi dans la MRC d Antoine-Labelle sont semblables ; En septembre 2010, le nombre de bénéficiaires était à son plus bas niveau depuis le début du suivi de l indice ; Le nombre de prestataires d aide financière de dernier recours en 2010 est comparable à

15 En bref La situation de l emploi n est pas des plus reluisantes, mais démontre des lueurs d espoir par un renversement de la tendance. Les secteurs d activité économique prédominant au niveau de l emploi sont bien adaptés pour répondre aux besoins des industries. Bien que certains habitants de la MRC doivent aller travailler à l extérieur, ils demeurent résidents permanents et croissent à un retour du balancier de l emploi. 13

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Laurentides. Portrait régional

Laurentides. Portrait régional Laurentides Portrait régional Été 2013 2 Table des matières Occupation du territoire p. 4 Démographie p. 5 Conditions de vie p. 6 Structure économique p. 7 Secteur des entreprises p. 8 Économie p. 9 Dernières

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de Sainte-Jeanne d Arc (C-16) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Impacts économiques. un aéroport en plein essor. faits saillants. des employés. Approche Quantifier le pouvoir d achat

Impacts économiques. un aéroport en plein essor. faits saillants. des employés. Approche Quantifier le pouvoir d achat Cartographie des employés, un aéroport en plein essor faits saillants Organismes et entreprises Près de 30 entreprises et organismes établis sur le site de l aéroport 3 700 emplois directs au sein de ces

Plus en détail

LA GESTION ET L EXPLOITATION FORESTIÈRE DANS LE CANTON DE WENTWORTH

LA GESTION ET L EXPLOITATION FORESTIÈRE DANS LE CANTON DE WENTWORTH JOURNÉE DE L ENVIRONNEMENT DU CANTON DE WENTWORTH 10 août 2013 par Eric Pelletier, ingénieur forestier MRC d Argenteuil Portrait du territoire 9 municipalités Population = 32 500 Superficie = 1300 km carrés

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

Parc régional du Haut-Pays de Kamouraska. Mise en oeuvre du projet

Parc régional du Haut-Pays de Kamouraska. Mise en oeuvre du projet Parc régional du Haut-Pays de Kamouraska Mise en oeuvre du projet MRC de Kamouraska Profil démographique Baisse de la population 24 500 en 1986 22 000 en 2009 25 000 24 500 24 000 23 500 23 000 Population

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Portrait de Rivière-à-Pierre

Portrait de Rivière-à-Pierre Portrait de Rivière-à-Pierre Le territoire en bref 93,7% du territoire occupé par la forêt Éloignement des grands centres urbains Porte d entrée de la Réserve faunique de Portneuf Environnement parsemé

Plus en détail

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes.

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes. Présent dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis 1998, le Centre local de développement s est impliqué fortement dans son milieu pour combler les besoins collectifs. De par ses actions structurantes, le CLDVG

Plus en détail

Nouveau portrait de l agriculture québécoise?

Nouveau portrait de l agriculture québécoise? Nouveau portrait de l agriculture québécoise? Colloque Établissement et retrait de l agriculture Comment s établir autrement Jean Philippe Perrier Traget Laval Université laval Drummondville 8 mai 2013

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

Outaouais. Portrait régional

Outaouais. Portrait régional Outaouais Portrait régional Été 2013 2 Table des matières Occupation du territoire p. 4 Démographie p. 5 Conditions de vie p. 6 Structure économique p. 7 Secteur des entreprises p. 8 Économie p. 9 Dernières

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS)

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) Raj K. Chawla La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) est entrée en vigueur en 1991. Contrairement à la taxe sur les ventes des fabricants qu elle a remplacée, laquelle était perçue seulement

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

ANNEXE VI LISTE DES VARIABLES ET INDICATEURS POUR UN MODÈLE DE SUIVI DES IMPACTS SUR LE LOGEMENT

ANNEXE VI LISTE DES VARIABLES ET INDICATEURS POUR UN MODÈLE DE SUIVI DES IMPACTS SUR LE LOGEMENT ANNEXE VI LISTE DES VARIABLES ET INDICATEURS POUR UN ODÈLE DE SUIVI DES IPACTS SUR LE LOGEENT 30 Les tableaux suivants présentent les variables et les indicateurs utilisés dans les trois sections de ce

Plus en détail

Évaluation des bénéfices économiques et financiers d une récolte de 400 000 mètres cubes de bois dans les Laurentides. Présentation des résultats

Évaluation des bénéfices économiques et financiers d une récolte de 400 000 mètres cubes de bois dans les Laurentides. Présentation des résultats Évaluation des bénéfices économiques et financiers d une récolte de 400 000 mètres cubes de bois dans les Laurentides Présentation des résultats Sant-Jérôme, septembre 2014 Marcel LeBreton Bac et maîtrise

Plus en détail

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Démographie La communauté locale des Grands-Monts était composée

Plus en détail

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005 Respecter ses engagements Le budget de 2005 Forger une économie productive et durable le 23 février 2005 Les résultats économiques et financiers remarquables du Canada Depuis l élimination du déficit en

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole

Les taux de rendement actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Séries sur l examen du renment s exploitations agricoles /Volume No. Les taux renment actuels en agriculture canadienne par type d exploitation agricole Introduction Ce bulletin présente nouvelles mesures

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu :

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : un contexte difficile pour faire face au choc du vieillissement de la population 39 e Congrès de l ASDEQ Ottawa 15 mai 2014 François

Plus en détail

Le Canada rural, ça compte

Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte 1 Le Canada rural, ça compte Le Canada rural, ça compte Les régions rurales du Canada sont importantes pour la santé et la prospérité du pays. Malheureusement, les habitants

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

Stratégie de développement et de gestion des établissements d hébergement touristique du Vieux-Québec

Stratégie de développement et de gestion des établissements d hébergement touristique du Vieux-Québec Stratégie de développement et de gestion des établissements d hébergement touristique du Vieux-Québec Division de la Gestion du territoire - Juillet 2008 Plan de la présentation Mise en contexte Portrait

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation Les facteurs fondamentaux Les prévisions pour 2014 Les intentions à moyen terme Les principaux risques Vers un autre resserrement hypothécaire? Plan de la présentation Les facteurs

Plus en détail

Survol du marché de l habitationl

Survol du marché de l habitationl Survol du marché de l habitationl Région de l Abitibi-Témiscamingue Patrice Tardif, analyste principal de marché Février 2010 Société canadienne d hypothèques et de logement Marché de I habitation : notre

Plus en détail

La croissance du Québec : ce que nous avons accompli et ce qu il nous reste à faire (en 20 minutes)

La croissance du Québec : ce que nous avons accompli et ce qu il nous reste à faire (en 20 minutes) La croissance du Québec : ce que nous avons accompli et ce qu il nous reste à faire (en 20 minutes) Conférence présentée à la 2 e Journée d études sur la qualité de l emploi ISQ/INRS-UCS Montréal, 23 avril

Plus en détail

Mise à jour économique et financière

Mise à jour économique et financière 2010-2011 Mise à jour économique et financière L hon. Blaine Higgs Ministre des Finances Le 26 novembre 2010 Mise à jour économique et financière 2010-2011 Publié par : Ministère des Finances Province

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

PORTRAIT STATISTIQUE SAINTE-BRIGITTE- DE-LAVAL

PORTRAIT STATISTIQUE SAINTE-BRIGITTE- DE-LAVAL PORTRAIT STATISTIQUE SAINTE-BRIGITTE- DE-LAVAL Portrait statistique présente un bref aperçu socio-économique de chacun des territoires de la. Il expose, à l aide de graphiques et de tableaux, les principales

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI LES VILLES LES PLUS VERTES DU CANADA Montréal et la RMR Facteur Vert: les bicyclettes BIXI Solutions énergétiques écologiques Que font les grandes villes du pays pour favoriser les transports à émissions

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Introduction... 2. Offre... 3 FORCES... 3 FAIBLESSES... 3 ATOUTS... 3 OPPORTUNITES... 3 MENACES ET CONTRAINTES EXTERNES... 3

Introduction... 2. Offre... 3 FORCES... 3 FAIBLESSES... 3 ATOUTS... 3 OPPORTUNITES... 3 MENACES ET CONTRAINTES EXTERNES... 3 Sommaire Introduction... 2 Offre... 3 FORCES... 3 FAIBLESSES... 3... 3 OPPORTUNITES... 3... 3 Organisation du secteur... 4... 4 FAIBLESSES... 4... 4 Demande... 4... 4 OPPORTUNITES... 4... 5 Promotion et

Plus en détail

Les dons d entreprise au Canada : Dernières statistiques, tendances et répercussions. Steven Ayer

Les dons d entreprise au Canada : Dernières statistiques, tendances et répercussions. Steven Ayer Les dons d entreprise au Canada : Dernières statistiques, tendances et répercussions Steven Ayer Les entreprises veulent satisfaire leurs intervenants Employés Cadres supérieurs Cadres intermédiaires Consommateurs

Plus en détail

La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 2014

La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 2014 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES Québec, 16 janvier 214 La faible croissance économique au Québec fera place à un contexte plus favorable en 214 Hélène Bégin Économiste principale 11 18 16 14 12 Québec La province

Plus en détail

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL 1. L AQUITAINE Une région en croissance La région Aquitaine s inscrit depuis la fin des années quatre-vingt-dix dans le peloton de tête des régions françaises

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Perspectives 2015 du marché de la revente

Perspectives 2015 du marché de la revente HORIZON immobilier 2015 Perspectives 2015 du marché de la revente Par Paul Cardinal Directeur, Analyse du marché Fédération des chambres immobilières du Québec Plan de la présentation 1 2 3 4 Facteurs

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

Les produits de l érable aux États-Unis. Réalisé par : Daniel Richard, agroéconomiste

Les produits de l érable aux États-Unis. Réalisé par : Daniel Richard, agroéconomiste Les produits de l érable aux États-Unis Réalisé par : Daniel Richard, agroéconomiste Avril 2008 LES PRODUITS DE L ÉRABLE AUX ÉTATS-UNIS Réalisation Daniel Richard, agroéconomiste Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

ANNEXE 1 RECUEIL DES STATISTIQUES AGRICOLES DE LA MRC D ARGENTEUIL

ANNEXE 1 RECUEIL DES STATISTIQUES AGRICOLES DE LA MRC D ARGENTEUIL ANNEXE 1 RECUEIL DES STATISTIQUES AGRICOLES DE LA MRC D ARGENTEUIL Table des matières 1. INTRODUCTION... 3 2. CONTEXTE GÉNÉRAL DE LA ZONE AGRICOLE D ARGENTEUIL... 4 2.1. Les Laurentides et ses MRC... 4

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Emploi saisonnier et perspectives du marché du travail québécois

Emploi saisonnier et perspectives du marché du travail québécois Emploi saisonnier et perspectives du marché du travail québécois Présentation au colloque sur la saisonnalité Pour un développement durable de l emploi André Grenier, économiste Direction de l analyse

Plus en détail

L importance des audits énergétiques

L importance des audits énergétiques L importance des audits énergétiques Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques (BEIE) Geneviève Bélanger, ing. Octobre 2012 Plan de la présentation Historique Les analyses énergétiques et

Plus en détail

marché du travail nvestissements LA SITUATION ÉCONOMIQUE économie tourisme transport démographie ise en chantier résidentielles logement

marché du travail nvestissements LA SITUATION ÉCONOMIQUE économie tourisme transport démographie ise en chantier résidentielles logement LA SITUATION ÉCONOMIQUE 2013 DANS L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL nvestissements logement démographie ise en chantier résidentielles permis de construction tourisme transport économie marché du travail de

Plus en détail

Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR. Région économique du Nord-Est

Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR. Région économique du Nord-Est Prof i ls régionaux du Nouveau - Bru nswick FAITS SAILLANTS ET MISES À JOUR Région économique du Nord-Est Profils régionaux du Nouveau-Brunswick : Faits saillants et mises à jour Région économiques du

Plus en détail

Comparaisons 2 èmes trimestres 2014 et 2015

Comparaisons 2 èmes trimestres 2014 et 2015 embre 2012 Comparaisons 2 èmes trimestres 2014 et 2015 ENTREPRISES Créations d entreprises Liquidations judiciaires Crédits à l équipement Permis de construire de locaux Investissements des entreprises

Plus en détail

Crédit d impôt pour solidarité

Crédit d impôt pour solidarité CHAPITRE Crédit d impôt pour solidarité Conception et gestion de la mesure fiscale 2 Entités vérifiées : Ministère des Finances du Québec (MFQ) Revenu Québec (RQ) Mise en contexte Crédit d impôt pour solidarité

Plus en détail

PLAN D'ACTION NOUS JOINDRE SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT DU TÉMISCAMINGUE

PLAN D'ACTION NOUS JOINDRE SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT DU TÉMISCAMINGUE SOCIÉTÉ DE DÉVELOPPEMENT DU TÉMISCAMINGUE PLAN 2015 D'ACTION Le présent document propose des priorités d aux membres du conseil d administration de la SDT (SADCT CLDT) pour 2015 uniquement. Ces s ont été

Plus en détail

Faciliter l accès à la propriété pour les nouvelles populations rurales : exemples d initiatives québécoises

Faciliter l accès à la propriété pour les nouvelles populations rurales : exemples d initiatives québécoises Faciliter l accès à la propriété pour les nouvelles populations rurales : exemples d initiatives québécoises Laurie Guimond Doctorante en géographie, Université d Ottawa Coordonnatrice de recherche, Institut

Plus en détail

Bilan des réalisations 2012-2013. Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation. Direction régionale du Bas-Saint-Laurent

Bilan des réalisations 2012-2013. Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation. Direction régionale du Bas-Saint-Laurent Bilan des réalisations 2012-2013 Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation Direction régionale du Bas-Saint-Laurent DES ALIMENTS DU QUÉBEC AU GOÛT DES CONSOMMATEURS Faciliter l identification

Plus en détail

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 -

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 - Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009-1) Objectif de la bourse du golf du CLD Ce fonds constitue, en soi, un incitatif

Plus en détail

Le marché de l habitation régional

Le marché de l habitation régional Le marché de l habitation régional Mauricie Centre-du-Québec Bois-Francs Service économique et affaires publiques Le marché de l habitation Mauricie Centre-du-Québec Bois-Francs Les secteurs de la Mauricie,

Plus en détail

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise

Tourisme en bref. Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires. Juin 2010 Volume 6, numéro 6. www.canada.travel/entreprise Tourisme en bref Les marchés clés de la CCT et de ses partenaires www.canada.travel/entreprise Juin Volume 6, numéro 6 Points saillants Grâce à une croissance économique soutenue, le nombre de voyageurs

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Industrie des services d emploi

Industrie des services d emploi Industrie des services d emploi Présentation à l'association Nationale des Entreprises en Recrutement et Placement de Personnel Lucie Cloutier et Chantal Mollenthiel Le 11 mai 2011 Aperçu Description de

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Impact économique du secteur des coopératives George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Tendances Les coopératives au Canada 350 300 250 200 150 100 50 0 Les coopératives en Nouvelle- Écosse

Plus en détail

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances

Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances Des mesures fiscales visant à redresser l'investissement privé : Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec et au ministre des Finances du Canada, lors

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE L AGRICULTURE POUR LE QUÉBEC Préparée pour l Union des producteurs agricoles 31 octobre 2014 Siège social : 825, rue Raoul-Jobin, Québec (Québec) Canada, G1N 1S6

Plus en détail

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015

Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Des milieux de travail équitables, sécuritaires et productifs Travail Prévisions salariales pour les négociations collectives en 2015 Division de l information et de la recherche sur les milieux de travail

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-119

BULLETIN FISCAL 2011-119 BULLETIN FISCAL 2011-119 Mars 2011 RÉSIDENCE PRINCIPALE EXEMPTION POUR GAIN EN CAPITAL Nous allons aborder trois sujets touchant l exemption pour gain en capital relative à une résidence principale. Choix

Plus en détail

Bulletin sur le marché du travail

Bulletin sur le marché du travail Bulletin sur le marché du travail Terre-Neuve-et-Labrador Mai L édition mensuelle du Bulletin sur le marché du travail fournit une analyse des résultats mensuels de l Enquête sur la population active pour

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

PROFIL SOCIO- ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE THETFORD

PROFIL SOCIO- ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE THETFORD PROFIL SOCIO- ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE THETFORD Municipalités de la MRC de L Amiante Source : Portail gouvernementale / Région de la Chaudière-Appalaches, 2003 http://www.chaudiere-appalaches.gouv.qc.ca

Plus en détail

Sondage auprès des entreprises en production agricole sur l impact des modifications au régime de l Assurance-Emploi

Sondage auprès des entreprises en production agricole sur l impact des modifications au régime de l Assurance-Emploi Sondage auprès des entreprises en production agricole sur l impact des modifications au régime de l Assurance-Emploi Présenté par Robert Ouellet, CRIA Coordonnateur à l emploi agricole AGRIcarrières Le

Plus en détail

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010 ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS janvier 21 PRIX À LA CONSOMMATION Évolutions sectorielles 2 variation sur 12 mois en % 7 15 1 5 Énergie (7,3 % du total) 6

Plus en détail

Table des matières. Page

Table des matières. Page Enquête salariale Table des matières Contexte et objectifs.... 2 Méthodologie. 3 Sommaire exécutif...... 4 Résultats détaillés... 10 Rémunération globale selon la fonction occupée 11 Rémunération globale

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 ANALYSE DES GRANDS INDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL L emploi Le taux d emploi des personnes âgées de 15 à 64 ans

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail