Développement et dynamisation de l acceptation de la carte bancaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement et dynamisation de l acceptation de la carte bancaire"

Transcription

1 1 er Mars 2016 Développement et dynamisation de l acceptation de la carte bancaire Analyses du Commerce et actions gouvernementales Sacrée moyen de paiement préféré des français à 71% selon une étude CSA 1 commandée par les Ministères des Finances et de l Economie dans le cadre des Assises des Paiements de Juin 2015, la carte bancaire est de loin, l instrument auquel les consommateurs se sentent le plus attachés de par sa simplicité d utilisation, la sécurité qu elle confère, son acceptation généralisée et ses caractères multicanal et universel... Si elle est aujourd hui en majorité utilisée pour des montants se situant entre 10 et 100, de nombreuses initiatives sont prises pour élargir son périmètre d usage aux petits montants (traditionnellement payés en espèces) afin de répondre aux nouveaux besoins des clients, mais également dans l objectif de promouvoir et de faciliter le développement à grande échelle du sans-contact, conçu pour apporter en plus de son caractère innovant, un réel gain de temps en caisse notamment aux heures de forte affluence ; le concept étant pour des paiements inférieurs ou égaux à 20, de présenter la carte devant l écran du terminal, évitant ainsi de l insérer et de saisir son code confidentiel. 1 «Les français et les moyens de paiement» - Mai 2015 CARTE BANCAIRE Développement et dynamisation de l acceptation Page 1

2 Le développement de la carte bancaire au cœur de la stratégie nationale sur les moyens de paiement En Octobre 2015, le Ministre des Finances M. Michel SAPIN a présenté dans un document intitulé «Stratégie nationale sur les moyens de paiement» 2, les différents axes de réflexions et travaux visant à «moderniser l économie en répondant au mieux aux besoins des utilisateurs». Parmi l ensemble des orientations définies figure la volonté de voir se développer et se généraliser l acceptation de la carte bancaire, notamment à partir du 1 er afin de favoriser l essor de solutions de paiement innovantes telles que le sans-contact et de réduire le recours aux espèces ainsi qu aux chèques jugés trop coûteux et potentiellement sources de risques pour les commerçants. Pour parvenir à ces objectifs, trois grandes mesures ont été actées et sont aujourd hui en cours de mise en œuvre : 1. Baisse de la tarification pour les transactions cartes bancaires : Une diminution de moitié de la commission minimale (5 cts maximum), dans le cas où elle serait facturée par la banque. Ces éléments peuvent varier d un établissement à un autre et son négociés dans le cadre des relations bilatérales commerçant/banque. Les commerçants peuvent également demander à ce que cette commission minimale soit supprimée pour promouvoir d avantage la carte bancaire auprès de leurs clients ; Plafonnement européen de l interchange (commission payée la banque du commerçant à la banque du client) à 0,2% pour les cartes de débit et à 0,3% pour les cartes de crédit. De par le règlement qui encadre cette nouvelle disposition, la visibilité sur l interchange, qui n est qu une part de la commission, est désormais obligatoire. Les commerçants qui souhaitent obtenir le détail de l ensemble de leurs transactions carte (par type et par marque), peuvent le demander auprès de leur banque. Ce qui correspond en moyenne à une baisse de 0,05% qui suivant la logique des Institutions européennes devra être répercutée dans la commission commerçant ; Réduction des coûts télécoms pour les commerçants disposant d un terminal de paiement connecté à leur prise téléphonique (RTC) et favorisation de la connectique IP (branchement du TPE à une Livebox). Des offres en ce sens doivent être désormais proposées par les banques aux commerçants qui leur permettront de réduire sensiblement leurs coûts d acceptation de la carte et les inciteront à proposer ce service à leurs clients dès le 1 er. Dans le cas où ces nouvelles dispositions n auraient pas encore été appliquées, il est nécessaire que les commerçants prennent contact avec leur(s) banque(s) afin de pouvoir bénéficier de ces évolutions. 2. Promotion du paiement sans-contact : Le paiement sans-contact qui permet pour des transactions de faibles montants (inférieures à 20 ) de s affranchir de l insertion de la carte et de la saisie du code confidentiel, prend depuis plus d un an un réel essor CARTE BANCAIRE Développement et dynamisation de l acceptation Page 2

3 Cette évolution bien qu aujourd hui en cours de généralisation (40 millions de porteurs aujourd hui et 100% du parc de cartes à horizon mi-2017) et de plus en plus plébiscitée par les clients, nécessite pour faire évoluer les usages et faciliter son appropriation auprès des clients, de disposer d un maillage significatif de commerçants indépendants de proximité proposant ce service. Compte-tenu du contexte évoqué plus haut, les conditions nous semblent réunies pour que le plus grand nombre de commerçants offre désormais la possibilité de régler les achats en sans-contact. 3. Promouvoir l acceptation de la carte en mode contact et sans-contact à partir du 1 er En cohérence avec les deux points précédents, l acceptation du paiement par carte à partir de 1 sera mise en avant par les commerçants qui le souhaitent. Une signalétique spécifique a par conséquent été développée pour promouvoir ces évolutions et supplantera à termes les différentes vitrophanies existantes sur les devantures des magasins : Les commerçants qui disposent d un terminal de paiement doté de la fonctionnalité sans-contact activée et qui souhaitent pouvoir disposer de cette nouvelle signalétique, sont invités à prendre contact avec leur(s) banques qui la leur mettront rapidement à disposition. Dans le cas où un commerçant souhaiterait proposer le sans-contact à ses clients mais ne disposerait pas du matériel approprié, un guide pratique, consultable en annexe, a été élaboré et détaille les actions à mener auprès de sa banque. 3 En Janvier 2016 : environ 40 millions de cartes disposent de la fonctionnalité sans-contact, près de 32 millions de transactions ont été réalisées pour un chiffre d affaires de l ordre de 325 millions CARTE BANCAIRE Développement et dynamisation de l acceptation Page 3

4 GUIDE PRATIQUE POUR UN COMMERCANT SOUHAITANT PROPOSER LE PAIEMENT SANS-CONTACT A SES CLIENTS Vous souhaitez proposer le paiement sans-contact à vos clients mais vous ne connaissez pas la marche à suivre? Ci-dessous quelques éléments de réponses pour vous aider dans votre démarche. a/ L équipement Vous devez vous assurer que votre terminal de paiement est compatible pour le sans-contact. Pour le savoir, il vous suffit de vérifier s il dispose au-dessus de l écran de 4 diodes lumineuses, tel que représenté ci-contre. Si cela est le cas, vous devez : Prendre contact avec votre banque pour savoir si elle propose la fonction paiement sans-contact, Signer dans le cas d une réponse positive, un avenant à votre contrat d acceptation initial afin que celle-ci procède à l activation de votre terminal, Demander à votre banque, si cela n est pas le cas, à ce que votre terminal soit branché en IP et non sur votre prise téléphonique. Si cela n est pas le cas, vous devez : Prendre contact avec votre banque pour savoir si elle propose la fonction paiement sans-contact, - (si oui) évoquer avec elle la possibilité de changer votre terminal actuel pour une gamme acceptant le sans-contact. Par la suite, renégociez les conditions tarifaires prévues pour l acceptation de la carte, signez un avenant à votre contrat initial et demander si ce n est pas le cas, à ce que votre terminal soit branché en IP et non sur votre prise téléphonique, - (si non) demander à quel délai cette fonctionnalité sera disponible pour pouvoir vous intégrer plus tard dans le dispositif. - Pour en savoir plus sur la fonctionnalité sans-contact, nous vous invitons à vous rapprocher de votre correspondant bancaire afin qu il vous en détaille les spécificités, les avantages CARTE BANCAIRE Développement et dynamisation de l acceptation Page 4

5 b/ La signalétique La visibilité de l acceptation du sans-contact en point de vente est nécessaire pour que les clients puissent reconnaitre les sigles, expérimenter le geste du «Payer sans-contact» et l intégrer dans leur quotidien. Pour cela, différents supports existent et peuvent être mis à disposition par votre banque sur demande : vitrophanies, twisters, stickers présentés ci-contre c/ Formation du personnel Spécificités du paiement sans-contact Comment puis-je savoir que ma carte est «sans-contact», comment fonctionne-t-elle, est-ce sécurisé?... Autant de questions qui peuvent être posées aux commerçants par des clients en quête d informations. Pour répondre à ce besoin, un mémo reprenant les questions les plus fréquemment posées est disponible pour rassurer les utilisateurs du caractère sécurisé du paiement sans-contact. Comment fonctionne-t-il? Pour apporter aux commerçants les éléments précis quant à l utilisation du paiement sans-contact, un guide de formation a été élaboré qui présente les gestes et les nouvelles ergonomies liées à ce mode de paiement. CARTE BANCAIRE Développement et dynamisation de l acceptation Page 5

PAIEMENT SANS-CONTACT Module de formation à destination du personnel de caisse

PAIEMENT SANS-CONTACT Module de formation à destination du personnel de caisse PAIEMENT SANS-CONTACT Module de formation à destination du personnel de caisse 1 Ce module générique de formation a pour objet d illustrer et faciliter la maîtrise du paiement sans-contact par l hôtesse

Plus en détail

Le paiement sans contact

Le paiement sans contact OCTOBRE 2015 N 37 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le paiement sans contact Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante Les Télécommunications

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante Les Télécommunications Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante Les Télécommunications Mesure n 1 : permettre au consommateur de déverrouiller son téléphone portable au bout de 3

Plus en détail

PAYBILL : faire de la carte bancaire un sésame pour la Mobilité

PAYBILL : faire de la carte bancaire un sésame pour la Mobilité PAYBILL : faire de la carte bancaire un sésame pour la Mobilité 1 Table des matières CONTEXTE... 3 Le parcours client en question, freins rencontrés par le voyageur... 3 La vague du paiement sans contact...

Plus en détail

Le financement court terme des TPE

Le financement court terme des TPE JANVIER 2015 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) 2 Ce guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire,

Plus en détail

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA L INRA, la formation et moi Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA Pourquoi se former? 4 axes stratégiques pour piloter vos formations Promouvoir les

Plus en détail

Le paiement sans contact

Le paiement sans contact Le paiement sans contact La carte bancaire est le moyen de paiement le plus utilisé en France. Parmi les cartes en circulation, plus de 31 millions sont aujourd hui sans contact. Le paiement sans contact

Plus en détail

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant?

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? Promotion Petit Poucet 2008 er et 3 mois de conseil 10 lauréats récompensésp Diagnostic personnalisé offert aux 30 finalistes Conception : Agence Cavernamuth www.cavernamuth.com

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Manuel utilisateur du moyen de paiement BUYSTER

Manuel utilisateur du moyen de paiement BUYSTER Manuel utilisateur du moyen de paiement BUYSTER Version 2.A Payline Monext Propriétaire Page 1 / 15 Page des évolutions Le tableau ci-dessous liste les dernières modifications effectuées sur ce document.

Plus en détail

LES BANQUES FRANÇAISES ENGAGÉES EN FAVEUR DES MOYENS DE PAIEMENT INNOVANTS. 2 juin 2015

LES BANQUES FRANÇAISES ENGAGÉES EN FAVEUR DES MOYENS DE PAIEMENT INNOVANTS. 2 juin 2015 LES BANQUES FRANÇAISES ENGAGÉES EN FAVEUR DES MOYENS DE PAIEMENT INNOVANTS 2 juin 2015 Les paiements en France 18 milliards d opérations de paiement traitées en 2013 Montant global des paiements en France

Plus en détail

Livret d information. octobre 2013. Cartes bancaires. sans contact

Livret d information. octobre 2013. Cartes bancaires. sans contact octobre 2013 Livret d information Cartes bancaires sans contact Cartes sans contact Une nouvelle façon de payer. Spécialement conçues pour vous. Bon à savoir Les cartes bancaires sans contact ont une double

Plus en détail

FICHES PRATIQUES ASSOCIATIONS, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS

FICHES PRATIQUES ASSOCIATIONS, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE ET DES LIBERTÉS 21, rue Saint Guillaume 75340 PARIS Cedex 07 http://www.cnil.fr FICHES PRATIQUES ASSOCIATIONS, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS 1 L INFORMATION DES PERSONNES

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) JANVIER 215 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises Ce

Plus en détail

Thinking Capital. Foire aux questions. Faire une demande

Thinking Capital. Foire aux questions. Faire une demande Faire une demande Q. Comment savoir si je suis admissible au financement? R. Nous fi nançons les petites et moyennes entreprises respectant les critères suivants : Elles sont établies au Canada. Elles

Plus en détail

CARTE MONETICO RESTO

CARTE MONETICO RESTO CARTE MONETICO RESTO SIMPLIFIEZ-VOUS LA GESTION DES TITRES-RESTAURANT Tous les avantages du titre-restaurant sans les inconvénients Une gestion dématérialisée Une sécurité renforcée DÉMATÉRIALISEZ LA GESTION

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

Etes-vous prêt à devenir plus performant tout en fidélisant votre clientèle?

Etes-vous prêt à devenir plus performant tout en fidélisant votre clientèle? Etes-vous prêt à devenir plus performant tout en fidélisant votre clientèle? Transformez votre commerce grâce à la solution des caisses libre-service Un livre blanc NCR 2009 Experience a new world of interaction

Plus en détail

Article 4 : Engagements contractuels de l'association envers le Souscripteur

Article 4 : Engagements contractuels de l'association envers le Souscripteur CONVENTION ENTRE ASSOCIATION ET COMMERCANTS Préambule La carte de fidélité XXXXXX a pour objectif la promotion du commerce de l autunois créant un réseau d adhérents solidaires, engagés dans la même politique

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC-405 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 28 novembre 1969 et un projet d'arrêté ministériel pris en exécution de ce projet d'arrêté royal en vue de

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ETLL1420785A Intitulé du texte : Arrêté modifiant l arrêté du 30 mars 2009 relatif aux conditions d application de dispositions concernant les avances

Plus en détail

Dispositions relatives à la Publication des Renseignements et à la Transparence

Dispositions relatives à la Publication des Renseignements et à la Transparence REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L ECONOMIE ET COMMERCE Programme Hub&Spokes II Atelier de Vulgarisation sur l Accord sur la Facilitation des Echanges de l OMC, à l attention des Administrations

Plus en détail

Guide de préparation au virement SEPA pour les PME LES MINI- GUIDES BANCAIRES DES PROFESSIONNELS

Guide de préparation au virement SEPA pour les PME LES MINI- GUIDES BANCAIRES DES PROFESSIONNELS P006 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Guide de préparation au virement SEPA pour les PME LES MINI- GUIDES BANCAIRES DES PROFESSIONNELS FBF - 18 rue La

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DU SITE CREDIT-PACK, les fonctionnalités de votre outil

MODE D'EMPLOI DU SITE CREDIT-PACK, les fonctionnalités de votre outil MODE D'EMPLOI DU SITE CREDIT-PACK, les fonctionnalités de votre outil La fonction de base Le site Crédit-Pack est un extranet qui vous offre plusieurs fonctionnalités. L objectif principal de cet outil

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Février 2014 / V2

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Février 2014 / V2 MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance Mieux comprendre MSSanté FAQ Février 2014 / V2 FAQ MSSanté MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance sommaire 1. Le Système MSSanté 2 MSSanté

Plus en détail

Smart Lending : la protection du client dans le processus de crédit

Smart Lending : la protection du client dans le processus de crédit Smart Lending : la protection dans le processus de crédit Comment intégrer les pratiques dans le prêt individuel des institutions de microfinance : vue d ensemble www.smartcampaign.org INTRODUCTION Ce

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER D ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES!

GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER D ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES! GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES! ÉDITO La loi Consommation, dite loi Hamon, adoptée en mars 2014, a été mise en place pour protéger le consommateur

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PROFIL D'INVESTISSEUR

QUESTIONNAIRE PROFIL D'INVESTISSEUR QUESTIONNAIRE PROFIL D'INVESTISSEUR Afin de pouvoir procéder à la vérification de la cohérence entre les transactions en instruments financiers que vous introduisez via la banque et votre profil d investisseur,

Plus en détail

S o l u t i o n. Epargne Handicap. HandiPargne. Contrat d'épargne spécifique aux personnes handicapées. www.handipargne.com

S o l u t i o n. Epargne Handicap. HandiPargne. Contrat d'épargne spécifique aux personnes handicapées. www.handipargne.com S o l u t i o n Epargne Handicap Contrat d'épargne spécifique aux personnes handicapées La clé de votre avenir financier Contrat épargne handicap sélectionné par : www.handipargne.com Solutions financi

Plus en détail

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire

1. Les avantages d un recours à l emprunt obligataire SECTION II : LES AVANTAGES DU RECOURS AU MARCHÉ OBLIGATAIRE Transférer des fonds d une personne à une autre peut sembler relativement simple. Alors pour quelle raison avons-nous besoin d un marché obligataire?

Plus en détail

épargne SALARIALE DES SERVICES SUR MESURE POUR LA GESTION DE VOTRE DISPOSITIF D épargne SALARIALE

épargne SALARIALE DES SERVICES SUR MESURE POUR LA GESTION DE VOTRE DISPOSITIF D épargne SALARIALE Tenue de Compte épargne SALARIALE DES SERVICES SUR MESURE POUR LA GESTION DE VOTRE DISPOSITIF D épargne SALARIALE Faire équipe avec votre société pour le succès de votre plan d épargne salariale Mettre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3010 Convention collective nationale IDCC : 1978. FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS ACCORD DU

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : EINC1422251A Intitulé du texte : Arrêté relatif aux modalités d exonération des frais liés au rejet de paiement d une facture d eau. Ministère à l origine

Plus en détail

Christophe FAUVEL. Président de la CCI Dordogne

Christophe FAUVEL. Président de la CCI Dordogne Christophe FAUVEL Président de la CCI Dordogne Thierry POILBOUT Président de la Commission Commerce CCI Dordogne NOTRE SOCIETE Qu il s agisse de promouvoir le commerce de proximité ou de faciliter la vie

Plus en détail

Avec l application mobile KIX, payez sans contact! Édition juin 2013 GUIDE KIX

Avec l application mobile KIX, payez sans contact! Édition juin 2013 GUIDE KIX Avec l application mobile KIX, payez sans contact! Édition juin 2013 KIX GUIDE SoMMAIRE Vous avez souscrit KIX (1) et nous vous remercions de votre confiance. Nous vous invitons à découvrir dans ce guide

Plus en détail

1 Introduction aux études de marché export

1 Introduction aux études de marché export 1 Introduction aux études de marché export Avec des marchés de plus en plus compétitifs à travers la planète, les études de marché sont à l ordre du jour d un nombre croissant d organisations, qu elles

Plus en détail

Vous partez en stage, votre FAQ!

Vous partez en stage, votre FAQ! Vous partez en stage, votre FAQ! Modalités Gratification Couverture sociale Obligations de stagiaire Textes de référence Université d Angers Direction des enseignements et de la vie étudiante 40 rue de

Plus en détail

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi?

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? La Commission européenne jette les bases du déploiement des futurs réseaux intelligents Conformément aux directives européennes 1 2009/72/CE

Plus en détail

L ouverture d un compte dans une banque suisse. L Association suisse des banquiers répond aux questions les plus fréquemment posées

L ouverture d un compte dans une banque suisse. L Association suisse des banquiers répond aux questions les plus fréquemment posées L ouverture d un compte dans une banque suisse L Association suisse des banquiers répond aux questions les plus fréquemment posées L ouverture d un compte dans une banque suisse L Association suisse des

Plus en détail

Alliage Gestion. Pour réveiller votre épargne financière

Alliage Gestion. Pour réveiller votre épargne financière Alliage Gestion Pour réveiller votre épargne financière avec Alliage Gestion votre épargne financière est plus active Qu est-ce qu Alliage Gestion? Vous disposez d une épargne financière mais vous n avez

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011 021 Vivre sans chéquier L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire 2 4 6 8 12 14 18 22 24 Introduction La délivrance d un chéquier est-elle obligatoire? Comment

Plus en détail

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN

TECHNIQUES FINANCIERES. Présidée par Inès REINMANN 1 ère réunion du groupe de travail TECHNIQUES FINANCIERES Présidée par Inès REINMANN Contribution GREEN PROPERTY 1 Table des matières Le fonds de compensation page 3 PSE paiement des services environnementaux

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel

Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel DGT/ RT3 01/09/2009 Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel (PUCE) L article 2 de la loi du 10 août 2009 réaffirmant le principe du repos dominical et visant à adapter les dérogations à ce

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4

BAC PRO Gep éditions, 2009 ISBN : 978-2-84425-687-4 BAC PRO Rôle, objectifs et moyens d action d un point de vente 1 FICHE Être capable de Définir et comprendre le rôle et les objectifs d un point de vente. Identifier comment le magasin peut atteindre ses

Plus en détail

APPEL A PROJET SITE INTERNET d E-COMMERCE DOSSIER DE PRESENTATION

APPEL A PROJET SITE INTERNET d E-COMMERCE DOSSIER DE PRESENTATION >>>>>> APPEL A PROJET SITE INTERNET d E-COMMERCE DOSSIER DE PRESENTATION L e-commerce ou le commerce électronique se défini comme l ensemble des transactions commerciales à destination des particuliers

Plus en détail

Les bouquets sont classés par ordre croissant d ambition, sous les appellations suivantes : - premium - premium+ - medium - optimum

Les bouquets sont classés par ordre croissant d ambition, sous les appellations suivantes : - premium - premium+ - medium - optimum Présentation des s de travaux et des Gains en économies d énergie générés par la réalisation des travaux préconisés, en logement ancien de taille moyenne La définition de bouquets de travaux a pour objectif

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS. MODULE 3 2 jours : Le management commercial de l entreprise

OFFRE DE FORMATIONS. MODULE 3 2 jours : Le management commercial de l entreprise OFFRE DE FORMATIONS 1 Accompagnement des cadres et des dirigeants MODULE 1 2 jours : Améliorer son efficacité managériale 1- Se connaître Gestion du temps et ses priorités Prise de recul et posture manager

Plus en détail

COMMENT FAIRE DU COMMERCE ELECTRONIQUE?

COMMENT FAIRE DU COMMERCE ELECTRONIQUE? COMMENT FAIRE DU COMMERCE ELECTRONIQUE? Lorraine Sur le marché de la création de sites marchands, les offres de prestataires fourmillent. Reste à savoir ce que ces prestations recouvrent et ce qui les

Plus en détail

Le système PEFC en bref

Le système PEFC en bref 10-1-1 NOTE À L ATTENTION DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES PUBLIANT UN APPEL D OFFRE PUBLIC INTÉGRANT UNE EXIGENCE PEFC OU UNE EXIGENCE DE CERTIFICATION DE LA GESTION DURABLE DE LA FORÊT Devant le fort

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ETLL1423395D Intitulé du texte : Décret relatif aux normes de performance énergétique minimale des logements collectifs faisant l objet d une vente par

Plus en détail

Réformer le droit du travail

Réformer le droit du travail Réformer le droit du travail Par Jacques Barthélémy et Gilbert Cette Le 3 septembre 2015 Ce rapport réalisé pour Terra Nova par Gilbert Cette et Jacques Barthélémy paraît aux Editions Odile Jacob le jeudi

Plus en détail

Qu est-ce que MiFID? Objectifs?

Qu est-ce que MiFID? Objectifs? 2 Oeuvrer à une meilleure protection des clients Qu est-ce que MiFID? Objectifs? L Agenda de Lisbonne, élaboré par la Commission européenne en 2000, s est fixé pour ambitieux objectif de faire de l Union

Plus en détail

Admission Post-Bac pour les L. Présentation de la procédure APB aux lycéens de Première et Terminale

Admission Post-Bac pour les L. Présentation de la procédure APB aux lycéens de Première et Terminale Admission Post-Bac pour les L Présentation de la procédure APB aux lycéens de Première et Terminale SAIO Nice décembre 2013 PLAN I - Présentation d APB II - L inscription sur APB III - Candidatures IV

Plus en détail

PROGRAMME DE FIDELITE ET RELATION CLIENTS NOUVELLE GENERATION

PROGRAMME DE FIDELITE ET RELATION CLIENTS NOUVELLE GENERATION FICHIER CLIENTS PROGRAMME DE FIDELITE RELATION CLIENTS NOUVELLE GENERATION VOTRE ASSOCIATION RELATION CLIENTS PERSONNALISATION INTERACTIVITÉ INNOVATION COUPONING EMAILS VISIBILITÉ FIDÉLISATION SMS INTERN

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

Compagnie des Transports Strasbourgeois. 1. La vente en ligne : comment ça marche? Avant de recharger ma carte BADGEO... 2

Compagnie des Transports Strasbourgeois. 1. La vente en ligne : comment ça marche? Avant de recharger ma carte BADGEO... 2 CONTENU 1. La vente en ligne : comment ça marche? Avant de recharger ma carte BADGEO... 2 Quels types de titres de transports CTS puis-je recharger en ligne?... 2 Quels sont les avantages de la commande

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

V PAY. Votre carte de débit européenne du 21e siècle

V PAY. Votre carte de débit européenne du 21e siècle V PAY Votre carte de débit européenne du 21e siècle L univers des cartes de débit en Europe se transforme La création du SEPA (Single Euro Payments Area) ou espace unique des paiements européens a fait

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : MCCE1524085D Intitulé du texte : Décret relatif à l aide à la réception instituée par le deuxième alinéa de l'article 99 de la loi n 86-1067 du 30 septembre

Plus en détail

Sommaire. P. 04 Le choix d une gestion taillée sur-mesure P. 06 Une offre financière de qualité au

Sommaire. P. 04 Le choix d une gestion taillée sur-mesure P. 06 Une offre financière de qualité au Sommaire P. 04 Le choix d une gestion taillée sur-mesure P. 06 Une offre financière de qualité au service de chaque stratégie patrimoniale P. 08 L assurance vie et la capitalisation, deux outils de gestion

Plus en détail

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir?

L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? L UE, la crise économique et le marché immobilier Quel projet d avenir? Prise de position CEPI, le Conseil Européen des Professions Immobilières Contact Référence Janet K. Griffiths - janet.griffiths@cepi.eu

Plus en détail

Fin des tarifs réglementés de vente : consommateurs, anticipez! Guide pour les consommateurs non domestiques de gaz naturel

Fin des tarifs réglementés de vente : consommateurs, anticipez! Guide pour les consommateurs non domestiques de gaz naturel Fin des tarifs réglementés de vente : consommateurs, anticipez! Guide pour les consommateurs non domestiques de gaz naturel L'ouverture à la concurrence des marchés de l'énergie a été engagée dès 1996,

Plus en détail

«LA BANQUE POSTALE RÉINVENTE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION» LANCEMENT DE L OFFRE DE CRÉDIT À LA CONSOMMATION

«LA BANQUE POSTALE RÉINVENTE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION» LANCEMENT DE L OFFRE DE CRÉDIT À LA CONSOMMATION COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 mars 2010 «LA BANQUE POSTALE RÉINVENTE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION» LANCEMENT DE L OFFRE DE CRÉDIT À LA CONSOMMATION DE LA BANQUE POSTALE La Banque Postale lance, à partir

Plus en détail

Consultation fédérale sur la révision du droit de la société anonyme et du droit comptable dans le Code des obligations

Consultation fédérale sur la révision du droit de la société anonyme et du droit comptable dans le Code des obligations Département des institutions et des relations extérieures Service juridique et législatif M. Grégoire Thévoz Affaires juridiques Place du Château 1 1014 Lausanne Lausanne, le 18 avril 2006 S:\COMMUN\POLITIQUE\Position\2005\POL0571.doc

Plus en détail

Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib,

Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib, Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président de la Fondation/Institut CDG, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib, Mesdames et

Plus en détail

Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante

Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante SYNTHÈSE / 3 Remboursement des soins dentaires pour une gestion publique plus performante En 2013, l'état a affecté 839,24 millions d'euros au remboursement des soins dentaires. Ces dépenses de remboursement

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Bloctel, un service simple et gratuit pour protéger les consommateurs contre le démarchage téléphonique

DOSSIER DE PRESSE. Bloctel, un service simple et gratuit pour protéger les consommateurs contre le démarchage téléphonique DOSSIER DE PRESSE Bloctel, un service simple et gratuit pour protéger les consommateurs contre le démarchage téléphonique le 1 er juin 2016 Sommaire Une nécessité : protéger les consommateurs du démarchage

Plus en détail

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef

Avis relatif à la position du médiateur dans l hôpital et sa relation vis-à-vis du gestionnaire hospitalier, de la direction et du médecin en chef SPF SANTE PUBLIQUE, Le 22/01/07 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT DIRECTION GENERALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» --- Réf.

Plus en détail

Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ

Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ Vous trouverez, dans ce dépliant, une information sur la convention AERAS, révisée au 2 septembre 2015, qui permet

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AFSS1403734D (Décret en Conseil d Etat) et AFSS1404498D (Décret simple) Intitulé du texte : décrets relatifs à la prestation d accueil du jeune enfant

Plus en détail

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il?

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Édith-Kathie Ayotte, présidente de L Association des Orthopédagogues du Québec Dans le contexte des travaux menés activement

Plus en détail

Solutions de paiement sur facture opérateur. Bilan S1 2012. Restitution du benchmark européen

Solutions de paiement sur facture opérateur. Bilan S1 2012. Restitution du benchmark européen Solutions de paiement sur facture opérateur Bilan S1 2012 Restitution du benchmark européen Bourse du commerce - 4 octobre 2012 #AFMM @MyAFMM Agenda Benchmark européen des solutions de paiement sur facture

Plus en détail

REJOIGNEZ LE RESEAU MONEO RESTO G UIDE DE L AFFILIATION EN LIGNE

REJOIGNEZ LE RESEAU MONEO RESTO G UIDE DE L AFFILIATION EN LIGNE REJOIGNEZ LE RESEAU MONEO RESTO G UIDE DE L AFFILIATION EN LIGNE POURQUOI S AFFILIER? Finis les coins à découper, les papiers à tamponner et l attente des remboursements... Moneo Resto vous fait gagner

Plus en détail

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE CI 049M C.G. Code de procédure civile MÉMOIRE Février 2012 AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE Présenté à la Commission des institutions par L OACIQ, UN ORGANISME AYANT POUR

Plus en détail

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Copie notée : 15/20 Objet : Le patrimoine numérique : enjeux et perspectives

Plus en détail

Découvrir les coûts cachés de votre centre informatique Le point de vue d un chef des services financiers

Découvrir les coûts cachés de votre centre informatique Le point de vue d un chef des services financiers Les Services technologiques mondiaux Leadership d opinion Découvrir les coûts cachés de votre centre informatique Le point de vue d un chef des services financiers De Steven L. Sams Centre informatique

Plus en détail

API08 : Evaluation ergonomique d une IHM

API08 : Evaluation ergonomique d une IHM API08 : Evaluation d une IHM Résumé Twitter : les aspects positifs et négatifs de l interface Web par Ewan C. BURNS L objectif de ce document est de proposer une évaluation de l IHM web proposée par Twitter.

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Communiqué de procédure du 10 février 2012 relatif à la non-contestation des griefs

Communiqué de procédure du 10 février 2012 relatif à la non-contestation des griefs RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Communiqué de procédure du 10 février 2012 relatif à la non-contestation des griefs La procédure de non-contestation des griefs est une possibilité donnée aux entreprises et aux organismes

Plus en détail

reverse exchangeable notes Guide Explicatif

reverse exchangeable notes Guide Explicatif reverse exchangeable notes Guide Explicatif www.warrants.commerzbank.com Un coupon attrayant? De plus en plus d investisseurs découvrent les avantages des Reverse Exchangeable Notes (REN) avec un coupon

Plus en détail

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Synthèse de l étude régionale

Plus en détail

Le titre-restaurant : bilan et perspectives d un acquis social

Le titre-restaurant : bilan et perspectives d un acquis social Le titre-restaurant : bilan et perspectives d un acquis social Dossier de Presse 26 septembre 2002 Contact de presse : AGENCE ISABELLE DEJEUX Cyril Chenu 8, rue Joseph Serlin - 69001 Lyon cyril@agence-idejeux.fr

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

innovation oseo.fr et accompagner Pour financer les PME

innovation oseo.fr et accompagner Pour financer les PME innovation oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6511-03 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME innovation oser pour gagner! Pour vous qui créez ou développez votre entreprise, faire

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 14 septembre 2007 C2007-87 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 3 août 2007,

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

CONVENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE ENTRE L ÉTAT ET LE CCCA-BTP

CONVENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE ENTRE L ÉTAT ET LE CCCA-BTP Informations presse - 22 mai 2014 CONVENTION POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE ENTRE L ÉTAT ET LE CCCA-BTP Signature le 22 mai à Paris pour le prolongement en 2014 de la campagne de mobilisation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 3097. PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE (19 janvier 2012)

Plus en détail

www.createur-repreneur.fr

www.createur-repreneur.fr www.createur-repreneur.fr Votre projet grandit avec nos solutions de financement Banque de référence pour la création-reprise d entreprise, la Banque Populaire vous apporte les éléments de réponse essentiels

Plus en détail

Standard automatique Guide administrateur

Standard automatique Guide administrateur Standard automatique Guide administrateur 01/04/2010 Page 1/13 Sommaire 1 Présentation générale... 3 1.1 Standard automatique... 3 1.2 Interface d administration Provision... 4 1.2.1 Accès à l interface...

Plus en détail

FAQ. Questions et réponses www.happy.ch

FAQ. Questions et réponses www.happy.ch FAQ Questions et réponses www.happy.ch Version: 1.3.2016 Sommaire 1. Commande... 3 1.1. Ai-je besoin d un compte clients pour passer commande?... 3 1.2. Comment faire pour passer commande sur www.happy.ch?...

Plus en détail

INSTRUCTION. N 04-019-M9 du 23 février 2004 NOR : BUD R 04 00019 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 04-019-M9 du 23 février 2004 NOR : BUD R 04 00019 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 04-019-M9 du 23 février 2004 NOR : BUD R 04 00019 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION RELATIVE À LA CARTE AFFAIRES DANS LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES E20 TOG CORRIGE ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES Le présent corrigé est donné à titre indicatif. Note aux correcteurs D autres réponses sont possibles.

Plus en détail