FONCTIONS AUTOMORPHES ET CORRESPONDANCES MODULAIRES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FONCTIONS AUTOMORPHES ET CORRESPONDANCES MODULAIRES"

Transcription

1 330 FONCTIONS AUTOMORPHES ET CORRESPONDANCES MODULAIRES Par G ORO SHIMURA liest bien connu que le groupe modulaire de Siegel est le groupe de transformations pour les périodes des fonctions abéliennes, mais on sait peu de chose des relations entre les fonctions modulaires et les abéliennes, sauf au cas de dimension 1. L'objet de cette conférence est d'énoncer quelques idées et résultats à ce sujet. Nous démontrerons d'abord que les 'modules' des variétés abéliennes polarisées, regardés comme fonctions des périodes, engendrent les fonctions modulaires de Siegel, et que les fonctions modulaires par rapport aux groupes de congruence s'obtiennent à partir des points t sur les variétés abéliennes tels que qt = 0 pour un entier q. On peut appliquer le même procédé à d'autres types de fonction automorphe, par exemple, aux fonctions de Hilbert. Ce sont non seulement la généralisation de la fonction j(r) ou des e p-teilwerte', mais les outils dont on se sert pour attaquer les problèmes arithmétiques des fonctions automorphes. On voit en effet que les opérateurs T n, introduits par Hecke pour les formes modulaires elliptiques et généralisés par ses disciples pour divers formes automorphes, ne sont autres que les représentations de certaines correspondances algébriques, appelées correspondances modulaires, définies au moyen d'isogénies de variétées abéliennes. En se basant sur cette idée, on acquiert des formules de congruence pour les correspondances modulaires dans le cas d'une certaine classe de fonctions automorphes de dimension 1, que l'on rencontrera à la fin de cet exposé. Pour commencer, on va rappeler les notions de variété abélienne polarisée et de ses modules (Weil [7], Matsusaka [3], Shimura [6] ). Soient A une variété abélienne et X un diviseur sur A. On désignera par fé'(x) l'ensemble de tous les diviseurs X' sur A pour lesquels il existe deux entiers positifs m, m 1 tels que mx soit algébriquement équivalent à m'x'. fé"(x) s'appellera une polarisation de A si ^(X) contient un diviseur ample. On entendra par une variété abélienne polarisée une variété abélienne A sur laquelle est donnée une polarisationfé 7,désignée par (A,të). (A,^) est dit isomorphe à une autre variété abélienne polarisée (A',fé 7 ') s'il existe un isomorphisme de A sur A' qui envoie fé 7 sur fé". On dira que (A,fé 7 ) est défini sur un corps k si A est défini sur k et sifé 7 contient un diviseur X rationnel sur k. Ainsi, soit o* un isomorphisme

2 FONCTIONS AUTOMORPHES 331 de k sur un corps k'\ on désignera parfé" 0- la polarisationfé^x 0 ") de A". On peut démontrer qu'il existe un sous-corps K de k jouissant de la propriété suivante: pour qu'un isomorphisme o* de k soit l'identité sur K, il faut et il suffit que (A, < ) soit isomorphe à (A,fé 70 ").Si la caractéristique est 0, K est déterminé par cette condition, et s'appellera le corps de modules de (A,<ë). On l'obtient au moyen de points de Chow ainsi qu'il suit. Soient X un diviseur ample dansfé 7 et J.' l'image d'un plongement projectif de A donné par X; soient J.* la transformée de A' par une transformation projective générique sur k et z le point de Chow de J.*. Le lieu #" de z sur & ne dépend que de A et dex; onappellera J^ la famille projective de (A,X). (A,^) est isomorphe à (J/,fé(X')) si et seulement si les familles projectives de (A, X) et de (Ä', X') coïncident, où l'on suppose que les dimensions des systèmes linéaires définis par X et X' soient les mêmes. Il en résulte que le corps de modules de (A, X) est engendré sur Ot P ar I e point de Chow de 3F', qui peut être donc considéré comme un 'module' de (A,fé). On peut définir de même les 'modules' au cas de caractéristique #= 0; mais on n'en s'occupera pas dans cet exposé. On va maintenant étudier les fonctions modulaires et para-modulaires. Soient S l9..., S n n entiers positifs tels que #i=l> *i *m (K*<n-Ï); soient S la matrice diagonale ayant pour éléments les 8 i9 et * - G ".') M 1 «" % où l n est la matrice unité de degré n. On désignera par T'(ô) le groupe composé des matrices T de degré 2n à coefficients entiers telles qu'on ait l TET = E. On voit que le groupe T(Ô) = {F-^T^F T T'(â)} est un sous-groupe du groupe symplectique. T(l n ) = r'(l^) est le groupe modulaire de Siegel. Les éléments de T(8) opèrent d'une manière ordinaire sur l'espace de Siegel S n. Soit D d (z) un lattice de l'espace numérique complexe O engendré par les colonnes de la matrice (z â) sur Z. Si z est un point de S n, le tore complexe C n jd 8 (z) a une structure de variété abélienne; la matrice alternée E donne une forme de Riemann sur C n \D 8 (z), pour ainsi dire, la matrice (z 8) détermine une structure de f On désignera par Z, O, R t G l'anneau des entiers rationnels, les corps des nombres rationnels, réels et complexes.

3 332 GORO SHIMURA variété abélienne polarisée, qui est réalisée comme une variété projective A s (z) par les fonctions thêta correspondant à la matrice me pour un entier m ^ 3. Fixons désormais un tel entier m, et désignons par ^8(z) la famille projective de A ô (z) pour chaque z. Tandis que A 8 (z) dépend du choix d'une base des fonctions thêta, ^8(z) ne dépend que de z (et de m). On vérifie facilement que les &> b (z) pour zes n sont toutes de même dimension. Il existe, de plus, un sous-ensemble analytique Y de S n de co-dimension 1 et des fonctions méromorphes <^±(z),...,<f) x (z) sur S n jouissant des propriétés suivantes: (m 1) les êf 8 (z) pour z e S n Y sont de même degré; (m2) pour chaque zes n Y, (1,^(2),...,<j) x (z)) donne le point de Chow de la variété ^8(z). Soient T un élément du groupe Y'(S) et U = F^T^F. La relation l TET = E entraîne que deux variétés A 8 (z) et A 8 (U(z)), polarisées par les sections hyperplanes, sont isomorphes; d'où résulte ^8(z) = êf 8 (JJ(z)). Réciproquement, on peut démontrer que si l'on a lf 8 (z) = 3F 8 (z'), il existe un élément U de Y(à) tel que z' = U(z). On déduit de ceci, en vertu du théorème de plongement projectif de l'espace quotient SJT(S) (Baily [1], Satake et Cartan [4] ), le théorème suivant: Théorème 1. Si n > 1, le corps C(^) est le corps des fonctions méromorphes sur 8 n invariantes par T(S). En d'autres termes, les fonctions automorphes par rapport à T(ô) sont engendrées par les modules des variétés abéliennes polarisées 'de la famille '; en effet, d'après ce qu'on a vu plus haut, pour chaque point z' de S n, le corps Q(ç^(z')) est le corps de modules de la variété A à (z'). Désignons par L(ô) le corps C(^); le corps L(l n ) est le corps des fonctions modulaires de Siegel, même si n = 1. Considérons maintenant les points t sur A 8 (z) tels qu'on ait qt = 0 pour un entier q; ils engendreront les fonctions automorphes par rapport aux groupes de congruence. Pour avoir ce résultat il faut rappeler la notion de variété de Kummer introduite par Weil C7]. Soit G le groupe des automorphismes d'une variété abélienne polarisée (A,^); on sait que G est d'ordre fini. On entendra par une variété de Kummer de (A,^) une variété quotient TF de J. par rapport à G. Bien entendu, W n'est pas uniquement déterminé; mais on peut construire, en vertu des résultats de Weil [8], une variété de Kummer W dans un espace projectif ainsi qu'une application naturelle h de A sur W satisfaisant aux conditions suivantes: (Wl) TT est défini sur le corps K de modules de (A, fé).

4 FONCTIONS AUTOMORPHES 333 ( W 2) h est défini sur tout corps de définition pour (A, fé) contenant K. (TF 3) Si o* est un isomorphisme d'un corps de définition pour (A, fé 7 ) contenant K, et si À est un isomorphisme de (A, fé) sur (A*,^*), on a A = A *oà. On construit pour A 8 (z) un couple (Tf,A) jouissant des propriétés (Wl-W3). Soit d(u) l'isomorphisme de G n jd 8 (z) sur A 8 (z) où uec n. Soit b un vecteur de K 2n (une matrice à 2n lignes et une colonne). On peut considérer, en gros, le point h(8(o) 8 (z)b)) comme une fonction de z. Il est difficile d'éclaircir la situation pour tout point de S n, puisqu'on ignore comment fabriquer (W, h) comme fonction de z. De toute façon, nous pouvons obtenir des fonctions méromorphes g a (z, b) sur S n dont les valeurs en z donnent les coordonnées du point h(6(o) 8 (z) b)) pour 'presque tout' point z de S n. Ces fonctions satisfont à l'équation ( ) i- a {U{z), Tb)mU(z), Tb) = U», m fi (z, b), où U est un élément de T(8) et T = F-^U^F. C'est une conséquence de la propriété (TF3). Soit q un entier positif; on désignera par Y'(8,q) le sous-groupe formé des éléments T de Y'(8) tels que T = ± \ 2n (mod g), et par Y(8,q) le sous-groupe {F-^T^F \ T e Y'(S,q)} de Y(8). Soient a i (1 < i < q 2n ) les vecteurs de R 271 tels que les coordonnées de qa i soient des entiers non-négatifs < q. D'après la relation (g), on voit qu'un élément U de Y(8) laisse invariantes les fonctions a (z, a^fé^z, a t ) si et seulement si U est contenu dans Y(S,q). Il s'ensuit de là le théorème suivant. Théorème 2. Sin > \,le corps engendré sur G par les <^> i et les est le corps des fonctions méromorphes sur S n invariantes par Y(8, q). Dans le cas n = 1, les fonctions qu'on vient de construire engendrent les fonctions modulaires elliptiques de 'Stufe' q. Les systèmes {A 8 (z) \ z e S } sont les plus grands systèmes de variétés abéliennes polarisées; et chaque membre générique de ces systèmes n'a pas de multiplication complexe, c.-à-d. son anneau des endomorphismes est isomorphe à Z. En considérant les variétés abéliennes dont les anneaux d'endomorphismes contiennent un certain anneau donné, on obtient un système de variétés abéliennes polarisées, auquel notre méthode est applicable également. Il vaudrait mieux, dans ce cas, généraliser quelque peu la notion de corps de modules ainsi qu'il suit. On se bornera au cas de caractéristique 0. Soit x un anneau; on entendra par une variété abélienne polarisée de type x, une variété abélienne polarisée (A,^) pour laquelle est donné un isomorphisme TJ de x dans

5 334 GORO SHIMURA l'anneau des endomorphismes de A; on la désignera par (A,fé 7,TJ). Un isomorphisme À de (.4,fé 7 ) sur (A,( ë') s'appellera un isomorphisme de (A,fé 7,ri) sur (A', fé", rf) si l'on a Xrj(r) = ^'(r) À pour tout r ex. Soit & un corps de définition pour (A,fé 7 ) par rapport auquel tout élément de rj(x) est défini; et soit o* un isomorphisme de k sur un corps k*. On obtient alors une variété abélienne polarisée (A*,fé 0 ",rf) de type r, en posant rf(r) = 77(r) 0 ". On peut démontrer qu'il existe un sous-corps K' de k pour lequel cr est l'identité sur K' si et seulement si (A,fé 7,9/) est isomorphe à (A*, c ë a, TJ 0 "). On appellera K' le corps de modules de (J.,^,?/); le corps de modules de (A, fé) est un sous-corps de K f \ ils coïncident si x = Z; la réciproque n'est pas nécessairement vrai. Considérons par exemple le cas de fonctions de Hilbert. Soit t un corps totalement réel de degré n > 1 sur O, et soit r l'anneau des entiers de ï. On désignera par a (1),..., a (n) les conjugués de a e ï. Soit a un idéal de x ; désignons par Y(a) le groupe des transformations r -> (ar + &)/(cr + d) où a, 6, c, d sont quatre éléments tels que a e ï, 6 a, c e a -1, d e x et que ad bc= 1. T(a) opère sur l'espace produit H n de n demi-plans complexes Im(r) > 0. Soit (r) = (r ly...,r w ) un point de H n ; soit D(r,a) le lattice de G^ composé des vecteurs {ap-^ + U 1 *,...,a (7l) r w + 6 (7l) ) où a et, be a. Le tore C 7l /D(r, a) a une structure de variété abélienne, sur laquelle toute forme de Riemann correspond à un nombre y de ï tel que y < 0 pour tout i; chaque élément a de r définit un endomorphisme de G n ID(r, a) donné par la matrice diagonale ayant pour éléments les a. On obtient ainsi les systèmes de variétés abéliennes polarisées A(r, a, y) de type t. Nous pouvons démontrer qu'il existe des fonctions méromorphes ^v(r) sur H n telles que Q(^V(T')) soit le corps de modules de A(T',a,y) pour presque tout point r' de H n. De plus, ces fonctions engendrent sur G toutes les fonctions méromorphes sur H n invariantes par T(a). Si l'on ne tient pas compte des endomorphismes, on se procure un certain sous-corps de ce corps de fonctions comme ' corps de modules absolus'; pour qu'ils soient les mêmes, il faut et il suffit qu'on ait (yay =t= ya pour tout automorphisme cr =)= 1 de ï. On se propose maintenant d'étudier les corps de définition pour les corps de fonctions automorphes. Supposons qu'on ait défini un système {A(s)} de variétés abéliennes polarisées de type 0, où 0 est un anneau, dont les membres dépendent d'une manière convenable de points s sur un sous-ensemble S ouvert connexe de C m ; on obtient alors des fonctions méromorphes Xv sur & telles que Q(x v { s ')) so^ I e corps de modules de A (s') pour presque tout s'e S. Soit k un sous-corps dênombrable de G. Le système est dit complet par rapport à k s'il satisfait à la condition suivante :

6 FONCTIONS AUTOMORPHES 335 Soit s 0 un point de S tel que tout A(s) soit une spécialisation de A(s Q ) sur k. Si B est une spécialisation générique de A(s 0 ) sur k, il existe un point s x tel que deux variétés abéliennes polarisées A(s 1 ) et B de type o, soient isomorphes. Notre critérium de corps de définition s'énonce: Théorème 3. Si le système {A (s)} est complet par rapport à un corps dênombrable k, le corps k(x v ) est une extension régulière de k et Von a àim k k(x v ) = dim Q C(x v )- On vérifie facilement que les systèmes {A 8 (z)} et {A(r, a, y)} sont tous complets par rapport à O- Ce théorème est applicable même au cas de domaine fondamentale compact, où l'on ne peut pas se servir de série de Fourier. On sait à titre d'exemple une classe de fonctions automorphes de dimension 1 définie pour la première fois par Poincaré, qui sont en rapport avec une forme quadratique ternaire indéfinie, et qu'on trouve dans le livre de Fricke et Klein. Les recherches sont 'peu développées', comme Eichler a dit, dans l'arithmétique de ces fonctions. On va maintenant s'occuper de cette classe. Soit 21 une algèbre de quaternions sur O dont la norme est une forme quadratique indéfinie, et soit o un ordre maximal de %. Comme 91 contient un corps quadratique réel, 91 a une représentation de degré 2 à coefficients dans, que l'on désignera par M. Soit y un unité de o tel que det M (y) = 1; y donne une transformation r_> d u demi-plan complexe H, où M (y) = l I. Désignons par Y(o) le groupe des transformations ainsi obtenues; si 2ï n'a pas de diviseur de zéro, le domaine fondamental est compact. Soient r un point de H et D(T) le lattice de C 2 composé des vecteurs M (a) I J pour a o. On obtient sur le tore C 2 /D(r) une forme de Riemann correspondant à un élément w de 9ï tel que w 2 soit un nombre négatif de Q. La matrice M (a) pour aeo donne un endomorphisme de C 2 /D(r). On peut ainsi définir un système {A(r)} de variétés abéliennes polarisées de type o. Le corps de modules de A(r) est donné par les valeurs de certaines fonctions méromorphes g^r) sur H, qui engendrent toutes les fonctions automorphes par rapport à Y(o). On vérifie que {A(T)} est complet par rapport à Q, de sorte que le corps Q(fl^) est une extension régulière de Q de dimension 1. Par suite il existe une courbe algébrique définie sur le corps rationnel donnant un modèle du corps des fonctions automorphes par rapport à T(o). Commençons la théorie des correspondances modulaires par l'étude

7 336 GORO SHIMURA du groupe Y(o,q) composé des transformations obtenues à partir des unités y e o tels que y = ± 1 mod g, où q est un entier positif. Dans ce but, on modifie, eu égard aux endomorphismes, la définition de variété de Kummer et les propriétés (W 1-W 3). Soient W une variété de Kummer de A(T) et h une application de A(T) sur W ayant les propriétés modifiées. Les coordonnées du point h(t), où t est un point sur A(r) tel que qt = 0, regardées comme fonctions de r, donnent des fonctions méromorphes fa sur H, qui engendrent, avec les g iy toutes les fonctions automorphes par rapport à Y(o, q). Prenons un point r 0 sur H tel que tout A(r) soit une spécialisation de A(T 0 ) sur Q, et posons K q = Q(gi(T 0 ),fa(t 0 )). K q est une extension galoisienne de K x dont le groupe de Galois est isomorphe au groupe G des éléments réguliers de l'anneau o/qo. Ç q étant une racine primitive g-ième d'unité, Q(Ç a ) est algébriquement fermé dans K q, Ki(Çq) correspond à un sous-groupe des éléments a tels que det M (a) = 1 mod q. Un élément a donne un automorphisme Ç q -> Ç sur Q(Ç q ), où m = det M (a). Si q est premier avec le discriminant de l'algèbre 9Ï (ce que l'on suppose dans ce qui suit), K q contient un sous-corps K q tel que K q = K' q (Ç q ) et K q n Q(Ç q ) = O; il existe donc une courbe algébrique C q définie sur Q, dont le corps des fonctions est le corps des fonctions automorphes par rapport à Y(o,q). Soit p un nombre premier. Les points u sur A(T 0 ) tels que pu = 0 forment un groupe g d'ordre p* invariant par o. Il existe exactement p +1 sous-groupes de g d'ordre p 2, invariants par o, qu'on notera par g l9..., Q p+1. Chaque g correspond à un idéal ooc v de norme p de telle façon qu'il existe un homomorphisme À de A(TQ) sur A(T V ) dont le noyau est g,,, où On définit un isomorphisme cr v de K q par ^(TO) 0 *" = gi(r v ) et h(ty v = h v (X v t) pour qt = 0, où h v est l'application naturelle de A(T V ) sur sa variété de Kummer. Soit x un point générique de G q et soit X p le lieu de x x.afi par rapport à O; X p s'appellera la correspondance modulaire de degré p sur C q. Soit P un diviseur premier dep dans une clôture algébrique de K q, on indiquera par la barre la réduction modulo P. La réduction modulo P donne un homomorphisme de g sur le groupe g des éléments û sur A(T 0 ) tels quepü = 0. Comme g est d'ordre^2, le noyau de cet homomorphisme est un des g, mettons Q V On voit alors que le noyau de À est g ou {0} selon que v > 1 ou v = 1. Désignons par {i y l'homomorphisme de A(T V ) sur A(T 0 ) tel que ji v X v = p; le noyau des ~ji v est d'ordre 1 ou p 2 selon que v > 1 ou v = 1. On en déduit que -4(r x ) est isomorphe à A(T 0 ) P et que

8 FONCTIONS AUTOMORPHES 337 A(r ö ) est isomorphe à A(T V ) P pour v > 1; les homomorphismes X x et ~fi v pour v > 1 sont équivalents aux homomorphismes de p-ième puissance. Nous pouvons démontrer, d'après ces relations, deux formules de congruence pour la correspondance modulaire x p = n + WoY p, WOY P = Z, OïI, OZ sur G q pour presque tous p, où II est la correspondance x -> %P sur G q, Y p est la correspondance birationnelle de G q donné par h(t) -> h(pt), Z est une certaine correspondance birationnelle de C q et ' désigne l'antiautomorphisme de Rosati. Ces formules sont des généralisations de celles qui ont été obtenues pour les fonctions modulaires elliptiques (Eichler [2], Shimura [53 ), puisque nos fonctions automorphes coïncident avec les fonctions modulaires elliptiques de 'Stufe' q, si o est l'ensemble des matrices de degré 2 à coefficients entiers. La représentation de X p par les formes différentielles de première espèce, n'est autre que l'opérateur T p de Hecke, pour les formes paraboliques de poids 1. Par suite la fonction de la courbe G q s'exprime sous la forme C(s ) q r ) = r( S )^)C(s-l)<Ê>(5)- 1 où Ç(s) est la fonction de Riemann, r(s) est une fonction rationnelle de p~ s et (s) désigne un produit d'euler du type introduit par Hecke. D'après un résultat de Weil, on constate que les valeurs absolues des racines caractéristiques de l'opérateur T p pour les formes paraboliques de poids 1 ne dépassent pas 2 Jp pour presque tous les nombres premiers p. On signale que les formules de congruence sont démontrées pour les correspondances elles-mêmes non seulement pour les classes de correspondances. Ce fait nous semble bien significatif pour les formes automorphes de poids > 1. On peut définir, de la même manière que ci-dessus, les correspondances modulaires pour les fonctions automorphes de plusieurs variables au moyen des isogénies de variétés abéliennes; on obtiendra alors les formules de congruence pour ces correspondances. Et il est à souhaiter en déduire quelque chose d'intéressant; le conférencier regrette qu'il n'a rien à dire sur ce que signifient ces formules. BIBLIOGRAPHIE [1] Baily, W. L. Satake's compactification of V n. Amer. J. Math. 80, (1958). [2] Eichler, M. Quaternäre quadratische Formen und Riemannsehe Vermutung für die Kongruenzzetafunktion. Arch. Math. 5, (1954).

9 338 GORO SHIMURA [3] Matsusaka, T. Polarized varieties, fields of moduli and generalized Kummer varieties of polarized abelian varieties. Amer. J. Math. 80, (1958). [4] Satake, I. et Cartan, H. Exposés du Séminaire H. Cartan, 10 ( ). [5] Shimura, G. Correspondances modulaires et les fonctions de courbes algébriques. J. Math. Soc. Japan, 10, 1-28 (1958). [6] Shimura, G. Modules des variétés abéliennes polarisées et fonctions modulaires. Séminaire H. Cartan, 10 ( ). [7] Weil, A. On the theory of complex multiplication. Proc. Int. Symp. Alg. number theory. Tokyo-Nikko, Tokyo, Science Council of Japan, 9-22 (1956). [8] Weil, A. The field of definition of a variety. Amer. J. Math. 78, (1956).

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Arithmétique Algorithmique http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Partie III Algorithmes classiques 1 Coût de la multiplication et de la division 2 Exponentiation rapide 3 Algorithme d Euclide

Plus en détail

Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier

Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier François Brunault Exposé au séminaire de mathématiques pures, Université de Clermont-Ferrand, mardi 15 novembre 25 Les courbes elliptiques sont

Plus en détail

CH.2 CODES CORRECTEURS

CH.2 CODES CORRECTEURS CH.2 CODES CORRECTEURS 2.1 Le canal bruité 2.2 La distance de Hamming 2.3 Les codes linéaires 2.4 Les codes de Reed-Muller 2.5 Les codes circulaires 2.6 Le câblage des codes circulaires 2.7 Les performances

Plus en détail

Les formes modulaires, la «cinquième opération de l arithmétique»

Les formes modulaires, la «cinquième opération de l arithmétique» Les formes modulaires, la «cinquième opération de l arithmétique» Cécile Armana, Institut de Mathématiques de Jussieu Séminaire lambda, Institut de Mathématiques de Bordeaux, 16 mai 2007 Selon une citation

Plus en détail

2010/2011. Espaces vectoriels

2010/2011. Espaces vectoriels Université Paris-Est Marne-la-Vallée 010/011 M1 enseignement CD/Préparation au CAPES Espaces vectoriels Dans toute la suite on considèrera des espaces vectoriels sur un corps commutatif K de caractéristique

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 3 4 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document : Solution des exercices d algèbre linéaire Table des matières

Plus en détail

Sous la direction de Nikita Karpenko. Gilles Tauzin

Sous la direction de Nikita Karpenko. Gilles Tauzin Sous la direction de Nikita Karpenko Gilles Tauzin Années universitaires 20042007 Théorème de Bézout et applications Ici, k est un corps algébriquement clos. Lorsque l'on étudie des courbes dans le plan

Plus en détail

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11.1. Espaces vectoriels, algèbres 11.1.1. Structure d espace vectoriel et d algèbre 11.1.2. Combinaisons linéaires 11.1.3. Espaces vectoriels et algèbres

Plus en détail

Algèbre approfondie - Automne 2007

Algèbre approfondie - Automne 2007 Algèbre approfondie - Automne 2007 ENS-Lyon ALGÈBRE COMMUTATIVE II : CORRIGÉ Exercice 1 (Localisation des modules) 1) Si (M,λ ) et (M,λ ) sont deux couples satisfaisant à la propriété universelle considérée,

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire

Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire Agrégation de Mathématiques Exercices d algèbre linéaire P. HUBERT La plupart des exercices ci-dessous se trouvent dans les livres suivants : - E. Leichtnam, X. Schaeur, Exercices corrigés de mathématiques

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Les théorèmes de Gerschgorin et de Hadamard

Les théorèmes de Gerschgorin et de Hadamard Localisation des valeurs propres : Quelques propriétés sur les disques de Gerschgorin. Jean-Baptiste Campesato 22 septembre 29 Gerschgorin est parfois retranscrit en Gershgorin, Geršgorin, Hershhornou

Plus en détail

Structures algébriques : groupes, anneaux et corps

Structures algébriques : groupes, anneaux et corps Maths PCSI Cours Structures algébriques : groupes, anneaux et corps Table des matières 1 Groupes 2 1.1 Lois de composition interne..................................... 2 1.2 Groupes................................................

Plus en détail

Liste complète des sujets d oral (SESSION 2004) servant pour 2004-2005. Leçons d Algèbre et de Géométrie

Liste complète des sujets d oral (SESSION 2004) servant pour 2004-2005. Leçons d Algèbre et de Géométrie http://perso.wanadoo.fr/gilles.costantini/agreg.htm Liste complète des sujets d oral (SESSION 2004) servant pour 2004-2005 Légende : En italique : leçons dont le libellé a changé ou évolué par rapport

Plus en détail

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Exercice 1 On considère sur R la loi de composition définie par x y = x + y xy. Cette loi est-elle associative, commutative?

Plus en détail

Variétés dont le fibré cotangent est ample

Variétés dont le fibré cotangent est ample Variétés dont le fibré cotangent est ample Olivier Benoist Mémoire de magistère sous la direction d Olivier Debarre Table des matières Introduction 2 1 Variétés projectives lisses 3 1.1 Généralités..............................

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

NOMBRES ALGÉBRIQUES ET NOMBRES p-adiques. cours préparatoire aux études doctorales 2003-04. par Loïc Merel

NOMBRES ALGÉBRIQUES ET NOMBRES p-adiques. cours préparatoire aux études doctorales 2003-04. par Loïc Merel NOMBRES ALGÉBRIQUES ET NOMBRES p-adiques cours préparatoire aux études doctorales 2003-04 par Loïc Merel Université Pierre et Marie Curie Université Denis Diderot I Les valeurs absolues des nombres rationnels

Plus en détail

CONCOURS D'ADMISSION 1996 M ATHÉMATIOUES. DEUXIÈME ÉPREUVE OPTION M (Durée de l'épreuve : 4 heures) Nombres alpébriques et nombres transcendants.

CONCOURS D'ADMISSION 1996 M ATHÉMATIOUES. DEUXIÈME ÉPREUVE OPTION M (Durée de l'épreuve : 4 heures) Nombres alpébriques et nombres transcendants. CONCOURS COMMUN MINES-PONTS 1996 111 2 h e coiiipositioii 1/6 ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRJEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES. DES TÉLÉCOMMUNICATIONS,

Plus en détail

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale

Devoir maison n 5. MP Lycée Clemenceau. A rendre le 7 janvier 2014. Centrale Devoir maison n 5 MP Lycée Clemenceau A rendre le 7 janvier 214 Centrale - Dans le problème, λ désigne toujours une application continue de IR + dans IR +, croissante et non majorée. - Dans le problème,

Plus en détail

Fonctions modulaires. Caroline Dumoulin. Université de Fribourg (Suisse) 25.10.2007

Fonctions modulaires. Caroline Dumoulin. Université de Fribourg (Suisse) 25.10.2007 Fonctions modulaires Caroline Dumoulin Université de Fribourg (Suisse) 25.0.2007 Table des matières Introduction 2 La fonction modulaire 3 La fonction modulaire J de Klein 6 Introduction Dans ce proséminaire,

Plus en détail

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I Rappels d Algèbre Linéaire de PCSI Table des matières 1 Structure d espace vectoriel sur IK 3 11 Définition et règles de calcul 3 12 Exemples de référence 3 13 Espace vectoriel produit 4 14 Sous-espaces

Plus en détail

Autour de la conjecture ε de Serre

Autour de la conjecture ε de Serre Autour de la conjecture ε de Serre M. Tibouchi 29 novembre 2006 Résumé On se propose de présenter, à un niveau aussi élémentaire que possible, un certain nombre des idées intervenant dans la preuve par

Plus en détail

Chapitre 2. 1 2.3. Réciproque d une application linéaire

Chapitre 2. 1 2.3. Réciproque d une application linéaire Chapitre 2 2 Réciproque d une application linéaire On commence par rappeler le concept d application inversible Fonctions inversibles Une application T : X Y est dite inversible si, pour tout y Y, l équation

Plus en détail

Placements de tours sur les diagrammes de permutations

Placements de tours sur les diagrammes de permutations Placements de tours sur les diagrammes de permutations 5 août 0 Résumé Le problème des placements de tours consiste à compter le nombre de manières de placer k tours sur un échiquier sans que les tours

Plus en détail

et Transversalité par Pierre Vogel

et Transversalité par Pierre Vogel Université Paris 7 Denis Diderot Institut de Mathématiques de Jussieu Géométrie des Variétés et Transversalité par Pierre Vogel Introduction Ce cours est destiné à l étude des variétés différentiables

Plus en détail

Multiplication rapide : Karatsuba et FFT

Multiplication rapide : Karatsuba et FFT Université Bordeaux 1 Préparation à l agrégation Mathématiques Année 2009 2010 Multiplication rapide : Karatsuba et FFT Il est rappelé que le jury n exige pas une compréhension exhaustive du texte. Vous

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Le fer à cheval de Smale

Le fer à cheval de Smale Le fer à cheval de Smale Selim GHAZOUANI, ENS Lyon Novembre 2010, Groupe de lecture dirigé par Alexey GLUSTYUK sur les systèmes dynamiques Le fer à cheval de Smale est un exemple de transformation continue

Plus en détail

Espaces euclidiens. 1 Définitions et exemples. 2 Orthogonalité, norme euclidienne 2. 3 Espaces euclidiens, bases orthonormées 2

Espaces euclidiens. 1 Définitions et exemples. 2 Orthogonalité, norme euclidienne 2. 3 Espaces euclidiens, bases orthonormées 2 Espaces euclidiens Table des matières 1 Définitions et exemples 1 Orthogonalité, norme euclidienne 3 Espaces euclidiens, bases orthonormées 4 Orthogonalisation de Schmidt 3 5 Sous-espaces orthogonaux 3

Plus en détail

Espaces affines. 2 Applications affines 7. 2.2 Projections et symétries affines ; affinités... 8 2.3 Alignement et parallélisme...

Espaces affines. 2 Applications affines 7. 2.2 Projections et symétries affines ; affinités... 8 2.3 Alignement et parallélisme... Maths PCSI Cours Espaces affines Table des matières 1 Espaces et sous-espaces affines 2 1.1 Espaces affines et translations.................................... 2 1.2 Exemples d espaces affines......................................

Plus en détail

Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2. Guillaume CARLIER

Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2. Guillaume CARLIER Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la décision Notes de cours ALGEBRE 2 Guillaume CARLIER L1, année 2006-2007 2 Ce support de cours est basé sur le poly de Tristan Tomala des années précédentes.

Plus en détail

Isométries d'un espace euclidien.

Isométries d'un espace euclidien. Isométries d'un espace euclidien. Dans ce chapitre, le corps des scalaires est R et l'espace (E ; ) est un espace euclidien de dimension finie n. 1. Isométries vectorielles d'un espace euclidien...p.1

Plus en détail

Séminaire Delange-Pisot-Poitou. Théorie des nombres

Séminaire Delange-Pisot-Poitou. Théorie des nombres Séminaire Delange-Pisot-Poitou. Théorie des nombres DON ZAGIER Traces des opérateurs de Hecke Séminaire Delange-Pisot-Poitou. Théorie des nombres, tome 17, n o 2 (1975-1976), exp. n o 23, p. 1-12.

Plus en détail

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface...

TABLE DES MATIÈRES. Préface... TABLE DES MATIÈRES Préface......................................................... iii G. Henniart Représentations linéaires de groupes finis..... 1 1. Caractères des groupes abéliens finis.......................

Plus en détail

Agrégation de mathématiques - Leçons d algèbre et géométrie

Agrégation de mathématiques - Leçons d algèbre et géométrie Agrégation de mathématiques - Leçons d algèbre et géométrie Adrien Le Boudec Ce document regroupe par thèmes les leçons d algèbre et géométrie au programme de la session 2011 de l agrégation externe de

Plus en détail

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1.

Indication Prendre une combinaison linéaire nulle et l évaluer par ϕ n 1. 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R 2 (2x + y, x y) R 2, f 2 : (x, y, z) R 3 (xy, x, y) R 3 f 3 : (x, y, z) R 3 (2x +

Plus en détail

Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J =

Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J = Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 205 Prof. A. Abdulle EPFL Série 4 (Corrigé) Exercice Soit J M 2n 2n (R) la matrice définie par J 0 In, I n 0 où I n est la matrice identité de M n n (R) et 0

Plus en détail

1. La notion d espace fibré au sens de Steenrod

1. La notion d espace fibré au sens de Steenrod FIBRES, CONNEXIONS ET HOMOLOGIE CYCLIQUE par Max KAROUBI. La notion d espace fibré au sens de Steenrod.. Dans l acceptation la plus simple, un espace fibré ξ de base B et de fibre F est la donnée d une

Plus en détail

Jacobiennes modulaires non hyperelliptiques de dimension 3

Jacobiennes modulaires non hyperelliptiques de dimension 3 Jacobiennes modulaires non hyperelliptiques de dimension 3 Roger Oyono University of Waterloo Séminaire de Théorie des nombres, Limoges 2007 Jacobiennes modulaires de dimension 3 1 Courbes non hyperelliptiques

Plus en détail

en dimension finie Table des matières

en dimension finie Table des matières Maths PCSI Cours Algèbre linéaire en dimension finie Table des matières 1 Rappels d algèbre linéaire 2 1.1 Applications linéaires......................................... 2 1.2 Familles libres, génératrices

Plus en détail

1. a) question de cours b) P(f) est un polynôme de l endomorphisme f donc commute avec f.

1. a) question de cours b) P(f) est un polynôme de l endomorphisme f donc commute avec f. escp-eap 2(Ecole de commerce) OPTION SCIENTIFIQUEMATHEMATIQUES I adapté en retirant certaines question qui sont du cours de PC et en ajoutant le dernier exemple.. a) question de cours b) P(f) est un polynôme

Plus en détail

Le texte qui suit, rédigé en septembre 1958, diffère sensiblement de l exposé oral, ne serait ce que par sa longueur.

Le texte qui suit, rédigé en septembre 1958, diffère sensiblement de l exposé oral, ne serait ce que par sa longueur. Séminaire Chevalley 21 avril 1958 1958, exposé n o 1 ESPACES FIBRÉS ALGÉBRIQUES Le texte qui suit, rédigé en septembre 1958, diffère sensiblement de l exposé oral, ne serait ce que par sa longueur. Sommaire

Plus en détail

Autour de Perron, Frobenius et Markov

Autour de Perron, Frobenius et Markov Université Claude Bernard Lyon 1-2007/2008 Préparation Capes - Algèbre et Géométrie - Devoir à rendre le 12 février 2008 - Autour de Perron Frobenius et Markov Rappels et notations On note M mn (K) le

Plus en détail

Une axiomatisation du plan euclidien

Une axiomatisation du plan euclidien Nicole opp Strasbourg, avril 2007 Une axiomatisation du plan euclidien Le but de ce texte est de montrer comment on peut axiomatiser le plan euclidien d une manière qui se rapproche, autant que faire se

Plus en détail

EXERCICE 1. Corrigé ECRICOME Eco 2012 par Pierre Veuillez

EXERCICE 1. Corrigé ECRICOME Eco 2012 par Pierre Veuillez Corrigé ECRICOME Eco par Pierre Veuillez EXERCICE (M 3 (R), +,.) désigne l espace vectoriel des matrices carrées d ordre 3 à coeffi cients réels. Deux matrices A et B de M 3 (R) étant données, on suppose

Plus en détail

I. SYMÉTRIES. F = {x E σ(x) =x }, G = {x E σ(x) = x }.

I. SYMÉTRIES. F = {x E σ(x) =x }, G = {x E σ(x) = x }. Dans tout ce qui suit on désigne par k un corps commutatif de caractéristique différente de 2 (par exemple R ou C) etpare un k-espace vectoriel de dimension finie n>0. On appelle L(E) l anneau des endomorphismes

Plus en détail

À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats

À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats 1 À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats Cette note est écrite comme une section 7 du chapitre VIII du livre Algèbre Commutative. Méthodes Constructives.

Plus en détail

COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET

COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET COURS DE LICENCE 2 SCIENCES ECONOMIQUES COURS D ANNIE CLARET MATHEMATIQUES 3 PRISE DE NOTE PAR : PLASMAN SYLVAIN SERIE 7 ANNEE 2010-2011 1 Sommaire et accès aux chapitres/sous-chapitres Cliquez sur le

Plus en détail

Espaces de probabilités.

Espaces de probabilités. Université Pierre et Marie Curie 2010-2011 Probabilités et statistiques - LM345 Feuille 2 Espaces de probabilités. 1. Donner un exemple d'une famille de parties d'un ensemble qui ne soit pas une tribu.

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

et Théorie des Nombres

et Théorie des Nombres Laboratoire de Mathématiques de Besançon Université de Franche-Comté UMR 6623 CNRS Directeur : C. Le Merdy Publications Mathématiques de Besançon Algèbre et Théorie des Nombres Responsable : C. Maire Algèbre

Plus en détail

I) Deux propriétés importantes Propriété 1 Si A est multiple de B et B est un multiple de n, alors A est un multiple de n.

I) Deux propriétés importantes Propriété 1 Si A est multiple de B et B est un multiple de n, alors A est un multiple de n. Extrait de cours de maths de 5e Chapitre 1 : Arithmétique Définition 1. Multiples et diviseurs Si, dans une division de D par d, le reste est nul, alors on dit que D est un multiple de d, que d est un

Plus en détail

Réduction des endomorphismes et des matrices carrées

Réduction des endomorphismes et des matrices carrées 48 Chapitre 4 Réduction des endomorphismes et des matrices carrées La motivation de ce chapitre est la suivante. Étant donné un endomorphisme f d un espace E de dimension finie, déterminé par sa matrice

Plus en détail

Le théorème du point xe. Applications

Le théorème du point xe. Applications 49 Le théorème du point xe. Applications 1 Comme dans le titre de cette leçon, le mot théorème est au singulier, on va s'occuper du théorème du point xe de Picard qui a de nombreuses applications. Le cas

Plus en détail

Le second degré. Table des matières

Le second degré. Table des matières Le second degré Table des matières 1 La forme canonique du trinôme 1.1 Le trinôme du second degré......................... 1. Quelques exemples de formes canoniques................. 1.3 Forme canonique

Plus en détail

2 Fonctions affines : définitions et propriétés fondamentales

2 Fonctions affines : définitions et propriétés fondamentales Chapitre 3 : Fonctions affines Dans tout ce chapitre, le plan est muni d un repère. 1 Rappels sur les équations de droite Une droite qui n est pas verticale a une unique équation du type y = ax + b, qu

Plus en détail

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure.

Construction de la mesure de Lebesgue. 1 Mesure positive engendrée par une mesure extérieure. Université d Artois Faculté des Sciences Jean Perrin Analyse Fonctionnelle (Licence 3 Mathématiques-Informatique Daniel Li Construction de la mesure de Lebesgue 28 janvier 2008 Dans ce chapitre, nous allons

Plus en détail

202 - Exemples de parties denses et applications

202 - Exemples de parties denses et applications 202 - Exemples de parties denses et applications 1 Généralités et premiers exemples 1.1 Parties denses On xe un espace métrique (X, d). Dénition 1. Soit D X. On dit que D est dense dans X si D = X. Exemple.

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

LES ROTATIONS DE R 3 : VERSION MATRICIELLE

LES ROTATIONS DE R 3 : VERSION MATRICIELLE LES ROTATIONS DE R : VERSION MATRICIELLE. L espace R n Les structures dont R n est muni appartiennent à quatre niveaux : Structure vectorielle: Vecteur. Combinaison linéaire. Familles libres et liées.

Plus en détail

Le second degré. Déterminer et utiliser la forme la plus adéquate d une fonction polynôme de degré deux en vue de la résolution d un problème :

Le second degré. Déterminer et utiliser la forme la plus adéquate d une fonction polynôme de degré deux en vue de la résolution d un problème : Chapitre 1 Ce que dit le programme Le second degré CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Second degré Forme canonique d une fonction polynôme de degré deux. Équation du second degré, discriminant.

Plus en détail

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 POLYNÔMES Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 Polynômes 1) Formule de Taylor pour les polynômes. Soit P un polynôme non nul de degré n N. a K, P(X) = k=0 P (k) (a) (X a) k et en particulier P(X)

Plus en détail

Sur les extensions de groupe de Galois Ã4

Sur les extensions de groupe de Galois Ã4 ACTA ARITHMETICA LXII.1 (1992) Sur les extensions de groupe de Galois Ã4 par C. Bachoc et S.-H. Kwon (Talence) 0. Introduction. Soit K/k 0 une extension séparable de degré n, et soit N/k 0 sa clôture galoisienne

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Construction de formes automorphes réflectives sur un espace de dimension 4

Construction de formes automorphes réflectives sur un espace de dimension 4 Journal de Théorie des Nombres de Bordeaux 18 (006, 89 111 Construction de formes automorphes réflectives sur un espace de dimension 4 par Caroline DESREUMAUX Résumé. Dans la lignée des travaux de V. Gritsenko

Plus en détail

Préparation à l agrégation interne de mathématiques - Année 2014-2015 Préparation à l écrit - Samedi 13 décembre 2014

Préparation à l agrégation interne de mathématiques - Année 2014-2015 Préparation à l écrit - Samedi 13 décembre 2014 Préparation à l agrégation interne de mathématiques - Année 04-05 Préparation à l écrit - Samedi 3 décembre 04 Durée : 4 à 6 heures - Le sujet comporte 6 pages. Dans ce problème, on se propose de prouver

Plus en détail

Matrices et déterminants

Matrices et déterminants Matrices et déterminants Matrices Définition.. Une matrice réelle (ou complexe) M = (m i,j ) (m, n) à m lignes et n colonnes est un tableau à m lignes et n colonnes de réels (ou de complexes). Le coefficient

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Ó Ø Ó Ö ¾¼½ PSI Aurélien Monteillet ii Ce document contient les notes d un cours de mathématiques pour la classe de PSI. Les démonstrations non exigibles ou hors programme sont explicitement

Plus en détail

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire Université de Paris X Nanterre UFR Segmi Année 7-8 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II Chapitre Algèbre linéaire Table des matières Espaces vectoriels Espaces et sous-espaces

Plus en détail

CODES CORRECTEURS D'ERREURS

CODES CORRECTEURS D'ERREURS CODES CORRECTEURS D'ERREURS Marc URO TABLE DES MATIÈRES DÉTECTION ET CORRECTION D'ERREURS... 6 CAS D'UN CANAL SANS SYMBOLE D'EFFACEMENT...6 CAS D'UN CANAL AVEC SYMBOLE D'EFFACEMENT...7 GÉNÉRATION ET DÉTECTION

Plus en détail

Formulaire de maths - Analyse dans R n

Formulaire de maths - Analyse dans R n Formulaire de maths - Analyse dans R n Nom Théorème ou formule Espaces vectoriels normés Norme sur E Application qui vérifie les propriétés de : séparation : homogénéité : inégalité triangulaire : Normes

Plus en détail

3 Droite. Vecteur directeur, vecteur normal. Positions relatives de deux droites. GA2D-Cours.nb 2. Vecteur directeur

3 Droite. Vecteur directeur, vecteur normal. Positions relatives de deux droites. GA2D-Cours.nb 2. Vecteur directeur GAD-Cours.nb 1 Géométrie métrique -ème année niveau avancé Edition 007-008 3-ème année niveau standard DELM 3 et 4 Géométrie analytique D Liens hypertextes Exercices de géométrie analytique D: http://www.deleze.name/marcel/sec/cours/geomanalytiqued/gad-exercices.pdf

Plus en détail

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016 Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé Prof. MOWGLI Ahmed Année scolaire 2015-2016 1 Pour des cours particuliers par petits groupes de 3 ou 4 élèves en maths et/ou physique-chimie, veuillez me contacter.

Plus en détail

THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1

THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1 THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1 Michel Goze, Elisabeth Remm 1. Edité par Ramm Algebra Center 2 Introduction Ce cours s adresse aux étudiants

Plus en détail

L3 Mathématique pour la physique Examen final 4 janvier 2011 : CORRIGE

L3 Mathématique pour la physique Examen final 4 janvier 2011 : CORRIGE Université Joseph Fourier L3 Physique Julia Meyer julia.meyer@ujf-grenoble.fr L3 Mathématique pour la physique Examen final 4 janvier 20 : CORRIGE Modalités : Notes de cours et TDs permis. NOTE IMPORTANTE

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Université de Montréal. Évaluation du régulateur sur une courbe modulaire et valeurs particulières. Nicolas Bouchard

Université de Montréal. Évaluation du régulateur sur une courbe modulaire et valeurs particulières. Nicolas Bouchard Université de Montréal Évaluation du régulateur sur une courbe modulaire et valeurs particulières par Nicolas Bouchard Département de mathématiques et de statistique Faculté des arts et des sciences Mémoire

Plus en détail

1 Séancs du 14/21.11.08

1 Séancs du 14/21.11.08 1 1 Séancs du 14/21.11.08 1.1 Le rayon spectral Le spectre d un opérateur (ici, élément d une algèbre stellaire) est un compact non vide. La compacité est immédiate, car, pour z > u, u zi peut être inversé

Plus en détail

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014 Baccalauréat Série S Métropole, juin 4 Sujet et Corrigé Stéphane PASQUET Disponible sur http://www.mathweb.fr juin 4 Exercice (5 points) - Commun à tous les candidats Partie A Dans le plan muni d un repère

Plus en détail

Espaces euclidiens. 1 Produit scalaire 2 1.1 Définition... 2 1.2 Exemples fondamentaux... 2 1.3 Cauchy-Schwarz... 3 1.4 Norme associée...

Espaces euclidiens. 1 Produit scalaire 2 1.1 Définition... 2 1.2 Exemples fondamentaux... 2 1.3 Cauchy-Schwarz... 3 1.4 Norme associée... Maths PCSI Cours Table des matières Espaces euclidiens 1 Produit scalaire 2 1.1 Définition...................................... 2 1.2 Exemples fondamentaux.............................. 2 1.3 Cauchy-Schwarz..................................

Plus en détail

Rapport de stage Mise à plat d'un polygone

Rapport de stage Mise à plat d'un polygone Rapport de stage Mise à plat d'un polygone Stagiaire : Sejjil Olfa Tuteurs de stage: Luc BIARD et Bernard LACOLLE Laboratoire: Jean Kuntzmann (LJK) Equipe: Modélisation Géométrique & Multirésolution pour

Plus en détail

Une note sur les fibrés holomorphes non-filtrables

Une note sur les fibrés holomorphes non-filtrables Une note sur les fibrés holomorphes non-filtrables Marian Aprodu, Matei Toma Un théorème de structure pour les fibrés vectoriels stables de rang deux sur les surfaces elliptiques algébriques a été démontré

Plus en détail

COHOMOLOGIE ET GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE

COHOMOLOGIE ET GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE COHOMOLOGIE ET GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE JEAN-PIERRE SERRE De nombreux problèmes de géométrie algébrique classique peuvent être formulés et étudiés de la façon la plus commode au moyen de la théorie des faisceaux:

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

ALGEBRE: GROUPES ET ANNEAUX 1

ALGEBRE: GROUPES ET ANNEAUX 1 Université Blaise Pascal U.F.R. Sciences et Technologies Département de Mathématiques et Informatique Licence de Mathématiques Troisième année, U.E. 35MATF2 ALGEBRE: GROUPES ET ANNEAUX 1 Polycopié du cours

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

Ezra Getzler. Department of Mathematics and Society of Fellows Harvard University, Cambridge MA 02138

Ezra Getzler. Department of Mathematics and Society of Fellows Harvard University, Cambridge MA 02138 INÉGALITÉS ASYMPTOTIQUES DE DEMAILLY POUR LES FIBRÉS VECTORIELS Ezra Getzler Department of Mathematics and Society of Fellows Harvard University, Cambridge MA 02138 Abstrait. On démontre une généralisation

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Arithmétique et Tests de Primalité

Arithmétique et Tests de Primalité Arithmétique et Tests de Primalité Pierre Rouchon Centre Automatique et Systèmes Mines ParisTech pierre.rouchon@mines-paristech.fr Novembre 2012 P.Rouchon (Mines ParisTech) Arithmétique et Tests de Primalité

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Le problème des multiplications matricielles enchaînées peut être énoncé comme suit : étant

Le problème des multiplications matricielles enchaînées peut être énoncé comme suit : étant Licence informatique - L Année 0/0 Conception d algorithmes et applications (LI) COURS Résumé. Dans cette cinquième séance, nous continuons l exploration des algorithmes de type Programmation Dynamique.

Plus en détail

Quelques Remarques sur les Opérateurs et les q-algèbres de Banach

Quelques Remarques sur les Opérateurs et les q-algèbres de Banach E extracta mathematicae Vol. 19, Núm. 2, 233 241 (2004) Quelques Remarques sur les Opérateurs et les q-algèbres de Banach R. El Harti Département de Mathématiques, Faculté des Sciences et Techniques Université

Plus en détail

Université Paris Diderot U.F.R. de Mathématique 4 mai 2010. EXAMEN DE M2 Responsable : Mr O. DEBARRE

Université Paris Diderot U.F.R. de Mathématique 4 mai 2010. EXAMEN DE M2 Responsable : Mr O. DEBARRE Université Paris Diderot U.F.R. de Mathématique 4 mai 2010 EXAMEN DE M2 Responsable : Mr O. DEBARRE Les exercices sont indépendants. On pourra utiliser sans démonstration tous les résultats des notes de

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

SUR LA SPHÈRE VIDE. Professeur à V Université de Leningrad, Leningrad, Russie.

SUR LA SPHÈRE VIDE. Professeur à V Université de Leningrad, Leningrad, Russie. SUR LA SPHÈRE VIDE PAR M. B. DELAUNAY, Professeur à V Université de Leningrad, Leningrad, Russie. Soit E un système de points distribués régulièrement dans l'espace, au sens de Bravais, c'est-à-dire un

Plus en détail