Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009"

Transcription

1 Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009

2 «Nouvelles recommandations» Sources : DGS : CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE N DGS/RI2/DHOS/DGT/DSS/2008/91 du 13 mars 2008 relative aux recommandations de prise en charge des personnes exposées es à un risque de transmission du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) Rapport de l HAS l octobre 2008

3 Population adulte exposée e au VIH

4 Rappel sur les indications et nouveautés Expositions sexuelles : cas particulier du couple sérodifférentrent Quelles molécules? Quel suivi sérologique s?

5 Prophylaxie Postexposition vis-à-vis du VIH Accidents exposant au au sang sang :: Critères de de décision Patient source Risque Risque et et nature nature de de l exposition l exposition Reconnu Reconnu infecté infectépar par le le VIH VIH Sérologie Sérologie inconnue inconnue Important Important Piqûre Piqûre profonde, profonde, aiguille aiguille creuse, creuse, de de gros gros calibre, calibre, Prophylaxie Prophylaxie recommandée recommandée dispositif dispositif IV IV Prophylaxie Prophylaxie recommandée recommandée uniquement uniquement si si patient patient reconnu reconnu àrisque àrisque 1 1 Intermédiaire Intermédiaire Prophylaxie Prophylaxie recommandée recommandée Prophylaxie Prophylaxie non non recommandée recommandée - - Coupure Coupure avec avec bistouri bistouri - - Piqûre Piqûre avec avec aiguille aiguille à à IM IM ou ou sous-cutanée sous-cutanée - - Piqûre Piqûre avec avec aiguille aiguille pleine pleine - - Exposition Exposition cutanéomuqueuse cutanéomuqueuse avec avec temps temps de de contact contact supérieur supérieur à à minutes minutes ET ET exposition exposition datant datant de de moins moins de de heures heures Minime Minime Prophylaxie Prophylaxie non non recommandée recommandée Prophylaxie Prophylaxie non non recommandée recommandée -Autres -Autres cas cas - - Morsures Morsures ou ou griffures griffures

6 Notion de personne source à risque Usager de drogues par voie intra-veineuse Homme homosexuel ou bisexuel Personne ayant des rapports sexuels non protégés s ou rupture de préservatifs avec des personnes au statut sérologique inconnu ET appartenant à un groupe dans lequel la prévalence est supérieure à 1% Notion de situations à risque Prise de substances psycho-actives Partenaires sexuels multiples

7 DGS mars 2008

8 DGS mars 2008

9 Expositions sexuelles : cas particulier du couple sérodifférentrent

10 Données : Absence de transmission hétérosexuelle h décrite d chez les partenaires de patients VIH+ avec charge virale (CV) indétectable Réduction de la CV dans le liquide séminal s sous traitement ARV Prise de position Commission Fédérale F Suisse : «Patients : recevant un traitement antirétroviral troviral efficace CV <40c/ml Pas d autres d infections sexuellement transmissibles Ne transmettent pas le VIH par voie sexuelle»

11 Persistance de l ARN l VIH-1 dans le plasma séminal s chez des patients sous traitement ARV efficace (1) 1 ère re étude, USA (1) (1) : suivi longitudinal de patients sous HAART CV plasmatiques et séminales s tous les 15 jours entre S0 et S24 chez 25 patients débutant d une trithérapie rapie 100% en succès s virologique à S16 Malgré cette indétectabilit tectabilité,, 12/25 patients présentent, à une ou plusieurs reprises, une CV détectable d dans le sperme (1) Sheth P, CROI 2009, Abs. 50 ; (2) Marcelin AG, CROI 2009, Abs. 51

12 2 ème me étude, France (2) (2) : mesure de l ARN l VIH-1 1 dans le sang et dans le PS chez 264 paires d échantillons provenant de 145 patients inclus dans un programme d assistance d médicale à la procréation * 7 patients sous HAART efficace avec une CV plasmatique indétectable avaient un ARN VIH-1 1 détectable d dans le PS Sang Plasma séminal * 225 (1) Sheth P, CROI 2009, Abs. 50 ; (2) Marcelin AG, CROI 2009, Abs. 51

13 3 è me étude : étude de modélisation Relation between HIV viral load and infectiousness: a model- based analysis. Wilson et al. Lancet 2008; 372:

14

15 Expositions sexuelles : cas particulier du couple sérodiffs rodifférentrent même si charge virale indétectable, le risque est bien réelr nécessité d une prise en charge en cas d AEVd

16 Cas particulier :couple sérodifférentrent Avis du médecin m référentr rent Tests génotypiques g antérieurs Eventuellement traitement du patient source: Si celui-ci ci n est n pas en échec virologique Possible automédication limitée e aux quelques prises initiales avant la consultation spécialis cialisé

17 Prise en charge médicale m VIH Délai de la mise en route du traitement Précoce +++ Idéalement < 4 heures Acceptable < 48 heures

18 Quelles molécules? Trithérapie rapie : 2 inhibteurs nucléosidiques (IN) : zidovudine, lamivudine, emtricitabine, stavudine et ténofovirt «l association ténofovir+emtricitabine t (Truvada*) peut maintenant être proposée» + un inhibiteur de protéase (IP) fosamprénavir/r, lopinavir/r, saquinavir/r Préférer rer lopinavir/r (kaletra*) : recul important en prophylaxie Simplicité des prises Viracept* ne doit plus être prescrit

19 CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE N DGS/RI2/DHOS/DGT/DSS/2008/91 du 13 mars 2008

20 Cas génèralg Première intention : Truvada*+IP/r Ou Combivir*+IP/r +++ le plus de recul en termes d utilisation d dans les prophylaxies 1 Etude prospective, Est de la France, 121 patients : 23 arrêts précoces pour raison autre qu intol intolérance 98 traitements pris : Intolérance pour 58 patients soit 58/98 = 59 % dont 20 cas à l origine d un d arrêt précoce soit 20/98=20 % 1.Tolerability of Postexposure Prophylaxis with the Combination of Zidovudine-Lamivudine and Lopinavir-Ritonavir for HIV Infection. Rabaud et al. Clinical Infectious Diseases 2005; 40:303 51

21 (AZT+3TC)Combivir* (TDF+FTC)Truvada* Efficacité en prophylaxie? AZT évalué vs placebo(aes) 1 : OR=0.19( )? Modèles animaux Diffusion muqueuses génitales 3TC 400% / concentration plasmatique 2 AZT 235 % FTC 395% TDF 110% Tolérance hématologique Peu évaluée en prophylaxie Recul en prophylaxie Coût journalier journalier A case-control study of HIV seroconversion health care workers after percutaneous exposure. Cardo. N Engl J Med 1997;337: Kashuba, CROI 2008.

22 Quelle durée e de suivi sérologique s? Diminution des seuils de détection d de l Ag l p24 => amélioration des performances des tests ELISA combinés s par rapport aux tests de 3ème générationg => réduction r de la fenêtre sérologiques

23 Fiebig et al. Dynamics of HIV viremia and antibody seroconversion in plasma donors: implications for diagnosis and staging of primary HIV infection. AIDS 2003;17(13):1871-9

24 fenêtre sérologique s pour les tests combinés autour de 24,5 et 26 jours après s la contamination Fiebig et al. Dynamics of HIV viremia and antibody seroconversion n in plasma donors: implications for diagnosis and staging of primary HIV infection. AIDS 2003;17(13):1871-9

25 Rapport HAS 2008 : «un résultat r négatif n de l analyse l de dépistage d 6 semaines après s l exposition l pourra être considéré comme excluant une infection par le VIH lors de cette exposition en l absence l de signes cliniques évocateurs d une d primo-infection infection ou d un d contexte particulier.»

26 6 semaines 6 semaines = durée e moyenne de la fenêtre sérologique + 2 semaines (incertitudes) Car : Tests évalués s principalement sur des souches de VIH-1 1 du sous-type B => incertitudes sur la performances des tests combinés s pour d autres d souches

27 En cas de traitement prophylactique? Le traitement prophylactique pourrait avoir un effet inhibiteur sur la réplication r virale et la réponse r immunitaire 1 1. Kassutto et al. Incomplete HIV type 1 antibody evolution and seroreversion in acutely infected individuals treated with early antiretroviral therapy. Clin Infect Dis 2005;40(6):

28 Pas de changement : durée e de suivi = 4 mois

29 Décision sur : Conclusion Évaluation du risque et nature de l expositionl Statut sérologique s du patient source Place importante des tests rapides Truvada* ou Combivir*+IP/r en première intention Suivi sérologique: s 6 semaines sans traitement 4 mois si traitement

Accident exposant au sang et liquides biologiques: un sujet à forte actualité

Accident exposant au sang et liquides biologiques: un sujet à forte actualité Accident exposant au sang et liquides biologiques: un sujet à forte actualité G.KIERZEK/F.DUMAS Service des Urgences Médico Chirurgicales (Pr Pourriat) Hôtel Dieu AP HP Définition? Prise en charge des

Plus en détail

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013 ECN n 202 Une jeune élève infirmière, vient de se piquer avec une aiguille alors qu elle venait de faire un prélèvement péè e tdesa sang veineux. eu Accidents d exposition au risque viral Albert Sotto

Plus en détail

Traitement post-exposition

Traitement post-exposition Traitement post-exposition Dr Sandrine HENARD (CHU Nancy-Brabois) 1 Traitement post-exposition (TPE) : Rationnel Objectif : diminuer le risque de transmission en réduisant la charge virale Principe : Agir

Plus en détail

Dr Isabelle GUEIT 17 janvier 2014

Dr Isabelle GUEIT 17 janvier 2014 AEV : quoi de neuf avec le rapport Morlat? Dr Isabelle GUEIT 17 janvier 2014 Implication des services spécialisés pour le VIH, Urgences et Médecine du travail depuis 1995. Diminution de l incidence des

Plus en détail

Accidents d exposition au risque de transmission du VIH

Accidents d exposition au risque de transmission du VIH 16 Accidents d exposition au risque de transmission du VIH Dès 1995, en France, la prise en charge des personnes après accident d exposition professionnelle au sang était organisée [1, 2]. Elle faisait

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention Evaluation du risque après AEV Selon le type d'accident Virus Percutanée Cutanéomuqueux Morsure VHB 2 à 40% >HCV>VIH Documentée VHC

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

Prise en charge des accidents d exposition au VIH aux urgences du CHU de Nantes

Prise en charge des accidents d exposition au VIH aux urgences du CHU de Nantes Prise en charge des accidents d exposition au VIH aux urgences du CHU de Nantes Les recommandations 1995 : premières recommandations pour AES professionnel Avril 1998 : étendues aux expositions non professionnelles

Plus en détail

Accidents exposant au sang (AES)

Accidents exposant au sang (AES) Accidents exposant au sang (AES) Source VIH + Charge virale Inconnu / groupe de prévalence ** Type d exposition Détectable Indétectable * Haute Faible Important : - piqûre profonde, aiguille creuse, dispositif

Plus en détail

Surveillance des contaminations professionnelles par le VIH, le VHC et le VHB chez le personnel de santé Situation au 31 décembre 2009

Surveillance des contaminations professionnelles par le VIH, le VHC et le VHB chez le personnel de santé Situation au 31 décembre 2009 Surveillance des contaminations professionnelles par le VIH, le VHC et le VHB chez le personnel de santé Situation au décembre 009 Florence Lot - Institut de veille sanitaire Dominique Abiteboul Groupe

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 FUZEON 90 mg/ml, poudre et solvant pour solution injectable Boîte contenant 60 flacons de poudre + 60 flacons de solvant + 60 seringues de 3 ml + 60

Plus en détail

RAPPORT 2013 SOUS LA DIRECTION DU Pr PHILIPPE MORLAT ET SOUS L EGIDE DU CNS ET DE L ANRS

RAPPORT 2013 SOUS LA DIRECTION DU Pr PHILIPPE MORLAT ET SOUS L EGIDE DU CNS ET DE L ANRS FR/HIV/0101/13 - Octobre 2013 - ViiV Healthcare SAS. Document réservé à l'usage exclusif de la visite médicale de ViiV Healthcare. Ne peut être ni copié, ni imprimé, ni cédé PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES

Plus en détail

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG Généralités Epidémiologie Facteurs de risque des Contaminations Professionnelles Généralités et définitions Objectif : éviter la transmission au personnel soignant d infections

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG (HIV, HBV, HCV) Anne-Sophie LASCAUX

PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG (HIV, HBV, HCV) Anne-Sophie LASCAUX PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG (HIV, HBV, HCV) Anne-Sophie LASCAUX DEFINITION L accident d exposition au sang (AES) est une exposition percutanée par piqûre ou coupure (par une aiguille,

Plus en détail

TPE 2 INRTI + 1 IP RATIONNEL TRUVADA + KALETRA. William Tosini RATIONNEL RATIONNEL. Arguments Biologiques. Études Animales. Transmission Mère - Enfant

TPE 2 INRTI + 1 IP RATIONNEL TRUVADA + KALETRA. William Tosini RATIONNEL RATIONNEL. Arguments Biologiques. Études Animales. Transmission Mère - Enfant RATIONNEL Évaluation de la Tolérance de l Association Tenofovir/Emtricitabine + Lopinavir boosté par Ritonavir formulation comprimé TRUVADA + KALETRA dans le Cadre du Traitement Post-Exposition (TPE) au

Plus en détail

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Hépatites virales Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Journées de Biologie Clinique Necker Institut Pasteur 2010 Mercredi 20 janvier 20 Difficultés

Plus en détail

Intérêt de la surveillance des Accidents Exposant au Sang dans les hôpitaux

Intérêt de la surveillance des Accidents Exposant au Sang dans les hôpitaux 9 mai 2003 Intérêt de la surveillance des Accidents Exposant au Sang dans les hôpitaux Jean-Pierre RÉZETTE École de Santé Publique C.H.U. de Charleroi Danger HIV HBV HCV Risque Quelques chiffres Quelques

Plus en détail

LES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG AES. Service hygiène - Centre Hospitalier de Saint- Quentin - Septembre 2015

LES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG AES. Service hygiène - Centre Hospitalier de Saint- Quentin - Septembre 2015 LES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG Service hygiène - Centre Hospitalier de Saint- Quentin - Septembre 2015 AES Définition d un Accident par Exposition au sang CONTACT DIRECT AVEC DES LIQUIDES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Transmission sexuelle du VIH Dépistage de l infection par le VIH

Transmission sexuelle du VIH Dépistage de l infection par le VIH Transmission sexuelle du VIH Dépistage de l infection par le VIH Dr. David Rey Le Trait d Union NHC Hôpitaux Universitaires Strasbourg 8 septembre 2009 Transmission sexuelle, charge virale et ARV Transmission

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble

ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble Définition d un AES Sang ou liquide biologique potentiellement contaminant Sécrétions vaginales / sperme

Plus en détail

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Rapport Morlat2013 REUNION COREVIH - Vendredi 17 Janvier 2014 Docteur Yasmine DEBAB Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Rouen 1 I. Désir

Plus en détail

Procédure de prise en charge des Accidents d Exposition au Sang et liquides biologiques (AES) Secteur Sanitaire Est

Procédure de prise en charge des Accidents d Exposition au Sang et liquides biologiques (AES) Secteur Sanitaire Est Procédure de prise en charge des Accidents d Exposition au Sang et liquides biologiques (AES) Secteur Sanitaire Est - 1- Conduite à tenir en cas d exposition au sang et/ou à des liquides biologiques P.02-2-

Plus en détail

ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes

ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes 4èmes journées scientifiques ANRS-CAMEROUN, 15 novembre 2011 ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes Evaluation de trois stratégies de traitement antirétroviral de 2 ème Ligne en

Plus en détail

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille Echec : Définitions Recommandations Françaises(1 ) Non

Plus en détail

Annexe 3 - Accident d'exposition au sang :

Annexe 3 - Accident d'exposition au sang : Annexe 3 - Accident d'exposition au sang : http://www.sante.gouv.fr/htm/actu/36_vih17.htm Annexe 2 de la circulaire DGS/DH/DRT/DSS n 98/228 du 9 avril 1998 relative aux recommandations de mise en oeuvre

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES.

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. LES OBJECTIFS RECHERCHES SONT : 1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. 3 D AMELIORER LE DISPOSITIF

Plus en détail

18 Prise en charge des situations d exposition au risque viral

18 Prise en charge des situations d exposition au risque viral 18 Prise en charge des situations d exposition au risque viral La mise en œuvre des recommandations de traitement post-exposition (TPE) repose sur un dispositif hospitalier transversal, défini dans ses

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

Désir d enfant. Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve)

Désir d enfant. Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve) Désir d enfant Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve) Dr Cédric Arvieux - COREVIH Bretagne CHU de Rennes Merci au Pr. Laurent Mandelbrodt et aux autres contributeurs dont j ai pu utiliser certains

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

5 Traitement antirétroviral

5 Traitement antirétroviral 5 Traitement antirétroviral Depuis les précédentes recommandations du groupe d experts sur la prise en charge thérapeutique des personnes infectées par le VIH en 2006, des études de cohortes ont apporté

Plus en détail

1- TRITHÉRAPIE ANTIRÉTROVIRALE DE L ADULTE

1- TRITHÉRAPIE ANTIRÉTROVIRALE DE L ADULTE 1- TRITHÉRAPIE ANTIRÉTROVIRALE DE L ADULTE 1-1- Indications : 1-1-1- Au cours de la primo-infection Le traitement de la primo-infection est discuté car il doit être initié dès les premiers jours ou les

Plus en détail

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Eric Ouattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 VIH en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH Partie 2 : Modélisation

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

Procréation médicalement assistée pour des patients séropositifs: le point de vue du biologiste. Françoise Urner

Procréation médicalement assistée pour des patients séropositifs: le point de vue du biologiste. Françoise Urner Procréation médicalement assistée pour des patients séropositifs: le point de vue du biologiste Françoise Urner Vers chez les Blancs, 16.06.2011 Techniques de procréation assistée dans un contexte viral

Plus en détail

LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Vaccination anti-vhb obligatoire : personnes concernées es 4 Les personnels EXPOSES

Plus en détail

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques.

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Référence : PT/CLI/001-C Page :Page 1 sur 7 Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Résumé des modifications

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION)

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 ITEM N 20 : DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les éléments de prévention vis-à-vis des infections

Plus en détail

NATIONS UNIES INFORMATION A L UTILISATION DES TROUSSES PPE MARS 2014 A L USAGE DU/DES: PREPOSES DES TROUSSES PPE ANTI-VIH (PAGE 1)

NATIONS UNIES INFORMATION A L UTILISATION DES TROUSSES PPE MARS 2014 A L USAGE DU/DES: PREPOSES DES TROUSSES PPE ANTI-VIH (PAGE 1) LA PROPHYLAXIE POST EXPOSITION (PPE) POUR LE VIH AU SEIN DES NATIONS UNIES INFORMATION A L UTILISATION DES TROUSSES PPE MARS 2014 A L USAGE DU/DES: PREPOSES DES TROUSSES PPE ANTI-VIH (PAGE 1) PATIENTS

Plus en détail

Mandovi Rajguru Pédiatre Maternité/Néonatologie Bichat

Mandovi Rajguru Pédiatre Maternité/Néonatologie Bichat AES en pédiatrie/néonatologie Mandovi Rajguru Pédiatre Maternité/Néonatologie Bichat Introduction Spécificité pédiatrique due à des contraintes particulières dues la spécialité Nous aborderons deux versants

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

brochure papamamanbebe.net Comment faire un bébé? Des parents concernés par le VIH vous expliquent

brochure papamamanbebe.net Comment faire un bébé? Des parents concernés par le VIH vous expliquent 1 brochure Comment faire un bébé? Des parents concernés par le VIH vous expliquent OUI c est possible de faire un bébé quand on a le VIH! Alors, comment faire? Vous devez protéger votre partenaire et votre

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

Principes de base du traitement par ARV dans les PED

Principes de base du traitement par ARV dans les PED Principes de base du traitement par ARV dans les PED M.Strobel, IFMT MS-IFMT-Sémin.VIH.Févr.2005 1 3 grands règles 1. Pas de traitement sans confirmation sérologique 2. Le traitement est double : 1. anti-infections

Plus en détail

Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance. Serge Paul Eholié

Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance. Serge Paul Eholié Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance Serge Paul Eholié Critères OMS pour le diagnostic de l échec 2002 2006 2010 Clinical * Immunological * Clinical * Immunological

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Guérir l infection VIH 1996-1997: l espoir initial Guérir l

Plus en détail

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand?

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Dr. Ilka Engelmann Laboratoire de Virologie, Pôle Biologie Pathologie Génétique, CHRU de Lille EA3610, Université Lille 2

Plus en détail

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués

Plus en détail

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010 S. Alain Le Cytomégalovirus (CMV) Famille des Herpesviridae Persiste sous forme latente après la primoinfection Spécificité d hôte étroite : HCMV

Plus en détail

Accidents d'exposition au sang - Spécificités au bloc opératoire

Accidents d'exposition au sang - Spécificités au bloc opératoire Accidents d'exposition au sang - Spécificités au bloc opératoire Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Taux de transmission... 1 2 Facteurs de risques spécifiques

Plus en détail

QUESTIONS ET RÉPONSES LA CHARGE VIRALE ET LES RAPPORTS SEXUELS (NON) PROTÉGÉS

QUESTIONS ET RÉPONSES LA CHARGE VIRALE ET LES RAPPORTS SEXUELS (NON) PROTÉGÉS QUESTIONS ET RÉPONSES LA CHARGE VIRALE ET LES RAPPORTS SEXUELS (NON) PROTÉGÉS Par la Hiv Vereniging Nederland, l Aids Fonds, Schorer et Soa-Aids-Nederland 24 mai 2011 Quel est le rapport entre la transmission

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

Informations express sur la prévention du VIH

Informations express sur la prévention du VIH Informations express sur la prévention du VIH Où se trouve le VIH? On peut trouver le VIH dans de nombreux fluides corporels tels que le sang, le sperme, les fluides vaginaux et le lait maternel. Comment

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène. Direction générale de la santé

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène. Direction générale de la santé SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET

Plus en détail

Le rôle des traitements antirétroviraux dans la prévention du VIH. Dossier de synthèse documentaire et bibliographique. août 2011

Le rôle des traitements antirétroviraux dans la prévention du VIH. Dossier de synthèse documentaire et bibliographique. août 2011 Le rôle des traitements antirétroviraux dans la prévention du VIH Dossier de synthèse documentaire et bibliographique août 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. : 04 91 59 83

Plus en détail

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008 Les A.E.S Rémi Buchaniec Forcomed 2008 SOMMAIRE Définition A.E.S. Les facteurs de risque de contamination Conduite à tenir en cas d A.E.Sd Les précautions standards Conclusion Définition A.E.S. Accidents

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

infovihtal #6 hiver 2001

infovihtal #6 hiver 2001 infovihtal #6 Primo-infection Primo-infection Le stade qui suit l infection par le VIH est connu sous le nom de primo-infection ou phase aiguë de l infection à VIH. Quand le VIH entre dans l organisme

Plus en détail

TESTS RAPIDES d ORIENTATION DIAGNOSTIQUE VIH

TESTS RAPIDES d ORIENTATION DIAGNOSTIQUE VIH TESTS RAPIDES d ORIENTATION DIAGNOSTIQUE VIH BILAN D UN AN D UTILISATION Docteur Blesch M O Service de Santé au Travail Alpha Santé Groupe alpha sante un hôpital général MCO un hôpital médico gériatrique

Plus en détail

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée.

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Si vous vous piquez avec une aiguille contaminée : Faites saigner légèrement la plaie et lavez-la avec de l eau et du savon, sans brosser.

Plus en détail

Recommandations et Traitement post exposition en Afrique

Recommandations et Traitement post exposition en Afrique Recommandations et Traitement post exposition en Afrique E. Ehui 1, C. Rabaud 2 1 Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Treichville, Abidjan, Côte d Ivoire 2 Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 REYATAZ 150 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 043 8 0) REYATAZ 200 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 045 0 2) REYATAZ 300 mg, gélule Boîte

Plus en détail

Dispositif de prise en charge après AES

Dispositif de prise en charge après AES Dispositif de prise en charge après AES Dominique Abiteboul Service de santé au travail Prise charge après AES Premiers soins Evaluation du risque prophylaxie suivi médical Conseil, soutien D. Abiteboul

Plus en détail

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA MESSAGES IMPORTANTS NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent L (OMS) révise ses lignes directrices relatives au traitement antirétroviral (TAR) destiné

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

Désir d enfant. Quelle place et quelle organisation pour l aide Médicale àla Procréation?

Désir d enfant. Quelle place et quelle organisation pour l aide Médicale àla Procréation? Journée IDE 2011 Désir d enfant et VIH Désir d enfant Quelle place et quelle organisation pour l aide Médicale àla Procréation? Dr Cédric Arvieux - COREVIH Bretagne CHU de Rennes Merci au Pr. Laurent Mandelbrodt

Plus en détail

Actualités et autres données concernant le VIH. Formation geres 18 19 20 nov 2009 JM Descamps

Actualités et autres données concernant le VIH. Formation geres 18 19 20 nov 2009 JM Descamps Actualités et autres données concernant le VIH Formation geres 18 19 20 nov 2009 JM Descamps La diversité du VIH-1 VIH-1 O Sur la base de sa variabilité nucléotidique, le VIH-1 est subdivisé en 3 groupes

Plus en détail

Délai entre infection et diagnostic et

Délai entre infection et diagnostic et Délai entre infection et diagnostic et épidémie cachée du VIH en France Virginie Supervie 1, Jacques Ndawinz 1, Sara Lodi 2 & Dominique Costagliola 1 1 Inserm U943 & Université Pierre and Marie Curie,

Plus en détail

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre 2013

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre 2013 Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral Rapport Morlat Septembre 2013 Incidence du VIH en France Entre 2004 et 2007, 7000 à 8000 contaminations par an, soit une incidence

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Web : www.nat78.com email: cpav@medical78.com CONDUITE

Plus en détail

FICHE DE SUIVI DES VISITES CLINIQUES: ADULTES VIH+

FICHE DE SUIVI DES VISITES CLINIQUES: ADULTES VIH+ FICHE DE SUIVI DES VISITES CLINIQUES: ADULTES VIH+ SECTION INFIRMIÈRE SIGNES VITAUX Temp TA. en Celsius Farenheit GROSSESSE Inconnu Date des dernières règles Pouls Poids FR en cm de HG ÉTAT DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 juillet 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 19/09/2007 (JO du 07/04/2009). VIRACEPT 50 mg/g, poudre orale Flacon

Plus en détail

VIH état actuel des connaissances sur le dépistage et le diagnostic. Informations à l intention des médecins

VIH état actuel des connaissances sur le dépistage et le diagnostic. Informations à l intention des médecins VIH état actuel des connaissances sur le dépistage et le diagnostic Informations à l intention des médecins Impressum Editeur: Office fédéral de la santé publique (OFSP) en collaboration avec la Commission

Plus en détail

Comité Consultatif National d Ethique pour les Sciences de la Vie et de la Santé Avis N 123

Comité Consultatif National d Ethique pour les Sciences de la Vie et de la Santé Avis N 123 Comité Consultatif National d Ethique pour les Sciences de la Vie et de la Santé Avis N 123 Questionnement éthique et observations concernant la contre-indication permanente du don de sang pour tout homme

Plus en détail

Implications pour la transmission mèreenfant chez les femmes contrôlées sur le plan virologique en fin de grossesse. du mode d accouchement

Implications pour la transmission mèreenfant chez les femmes contrôlées sur le plan virologique en fin de grossesse. du mode d accouchement 11 Mai 2012 AG EPF Implications pour la transmission mèreenfant chez les femmes contrôlées sur le plan virologique en fin de grossesse du mode d accouchement Contexte Recommandations : La césarienne programmée

Plus en détail

Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER

Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Etat des lieux Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER Pourcentage de femmes enceintes HIV-positive ayant reçu une PTME, 2007

Plus en détail

Le dépistage VIH. Troussier- 2014-2015

Le dépistage VIH. Troussier- 2014-2015 Le dépistage VIH Troussier- 2014-2015 A connaître La place du dépistage dans la stratégie de santé publique Stratégies et outils d intervention dans les CDAG Le déroulé d une consultation Le rendu des

Plus en détail

Risques infectieux et prévention des accidents exposant au sang et aux liquides biologiques

Risques infectieux et prévention des accidents exposant au sang et aux liquides biologiques Risques infectieux et prévention des accidents exposant au sang et aux liquides biologiques Dominique Abiteboul a,b, *, Gérard Pellissier a, William Tosini a, Elisabeth Bouvet a,c RÉSUMÉ Les professionnels

Plus en détail

brochure comitedesfamilles.net réédition 2015 Comment faire un bébé? Des parents concernés par le VIH vous expliquent

brochure comitedesfamilles.net réédition 2015 Comment faire un bébé? Des parents concernés par le VIH vous expliquent brochure comitedesfamilles.net réédition 2015 1 Comment faire un bébé? Des parents concernés par le VIH vous expliquent OUI c est possible de faire un bébé quand on a le VIH! Alors, comment faire? Vous

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH AU SEIN DES FRACTIONS DU SPERME Classement NABM : 16-02 - code : non codé JUILLET 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

Le dépistage VIH. Troussier- 2013

Le dépistage VIH. Troussier- 2013 Le dépistage VIH Troussier- 2013 A connaître La place du dépistage dans la stratégie de santé publique Stratégies et outils d intervention dans les CDAG Le déroulé d une consultation Le rendu des résultats

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD 5 e réunion viro-clinique inter-corevih «VIH, cultures et thérapeutiques» Marie Leoz, 23 mars 2013 PRÉLÈVEMENT SUR BUVARD : C EST QUOI? POURQUOI? Mode alternatif de

Plus en détail

HERPES GENITAL ET GROSSESSE : Mesure de prévention de la transmission materno-foetale

HERPES GENITAL ET GROSSESSE : Mesure de prévention de la transmission materno-foetale version 4 page 1/6 Référence : RSN/PR/REA.O/008/C Date de 1 ère mise en service : 10/05/2000 N Date de la version modification 1 13/03/2003 2 09/05/2004 3 07/06/2012 Suivi des modifications Objet de la

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos à la deuxième édition... V Introduction... VII Remerciements...IX Abréviations de l'ouvrage...

Table des matières. Avant-propos à la deuxième édition... V Introduction... VII Remerciements...IX Abréviations de l'ouvrage... Avant-propos à la deuxième édition................................. V Introduction................................................... VII Remerciements.................................................IX

Plus en détail

Procréation et prise en charge de la grossesse et VIH Journée régionale d actualisation CH Tourcoing Dr Y Hammou JdF

Procréation et prise en charge de la grossesse et VIH Journée régionale d actualisation CH Tourcoing Dr Y Hammou JdF Procréation et prise en charge de la grossesse et VIH Journée régionale d actualisation CH Tourcoing Dr Y Hammou JdF LE VIH :une infection qui concerne la mère et l enfant Beaucoup de progrès ont été accomplis

Plus en détail

Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE

Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE Faut-il traiter l hyperthermie chez les malades infectés de réanimation? CONTRE Conséquences de la fièvre Données in vitro Sur les microorganismes: Inhibition de la croissance bactérienne, inhibition de

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Item 9 (item 8) : Prélèvement de cornée à but thérapeutique Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 9 (item 8) : Prélèvement de cornée à but thérapeutique Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 9 (item 8) : Prélèvement de cornée à but thérapeutique Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Aspects législatifs... 3 2. Sélection

Plus en détail

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement Dr Nicolas Sananès 27 novembre 2012 Plan Problématique Dépistage pendant la grossesse Suivi de la grossesse Modalités d

Plus en détail

le VIH, le VHC et le VHB chez le personnel de santé en France

le VIH, le VHC et le VHB chez le personnel de santé en France Septembre 2006 Contaminations professionnelles par le VIH, le VHC et le VHB chez le personnel de santé en France sommaire 1 2 3 4 5 Introduction p. 2 Méthodes p. 2 2.1. Définitions p. 2 2.2. Fonctionnement

Plus en détail

Transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) Dr. Marialuisa PARTISANI 8 septembre 2009

Transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) Dr. Marialuisa PARTISANI 8 septembre 2009 Transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) Dr. Marialuisa PARTISANI 8 septembre 2009 TME Identifiée dès les années 80 Taux de TME du VIH-1 variable selon les zones géographiques Afrique: 30 % (50%)

Plus en détail

Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE)

Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Impact de la vaccination GARDASIL sur l'incidence des verrues génitales en France (étude EFFICAE) Frédéric Mistretta 1, Jean-Sylvain Larguier 1, Didier Not 1, Xavier Carcopino 2, Anne-Carole Jacquard 3,

Plus en détail