Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries"

Transcription

1 Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Dr Charles KOUANFACK, MD, PhD

2 Plan 1- Présentation de la situation épidémiologique de l infection à VIH au Cameroun et PEC à l HDJ 2- Problématique de l accès au traitement ARV et difficultés de suivi biologique 3- Problématique du diagnostic précoce de l échec au traitement 4- Conclusions 2

3 Situation de l épidémie du VIH au Cameroun (EDS 2004) Prévalence nationale: 5,5% 1,7% 2% Prévalence Nord-Ouest: 8,7% 6,9% Prévalence Nord 1,7% 8,7% 8% 4,7% 5,6% 4,7% 38% patients éligibles sous ARV 8,6% 6,5% 3

4 Prise en charge globale de l infection à VIH à l Hôpital de Jour de l Hôpital Central de Yaoundé dossiers ouverts dont nouveaux en sous traitement antirétroviral ( 43% de patients suivis dans Yaoundé) sous première ligne 400 sous deuxième ligne En moyenne 120 consultations par jour dont 80% VIH+. Intégration des soins à domicile (Partenariat MTN Foundation/HCY pour la phase expérimentale) 4

5 Evolution de la file active des patients sous traitement ARV au Cameroun déc-05 avr-06 août-06 déc-06 avr-07 août-07 déc-07 avr-08 août-08 déc-08 avr-09 août-09 déc-09

6 Couverture du traitement antirétrovial dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, fin 2008 Région géograpique Nbre de personne recevant un traitemnt Estimation des besoins en traitement Couverture Afrique Sub-Saharienne % Amerique Latine et Caraïbes Asie de l Est, du Sud et du Sud-Est Europe et Asie Central % 37% 23% Afrique du Nord et moyen-orient % Total [ million] [ million] 42% [40 47%] 6

7 Données résumant le succès virologique en Afrique Subsaharienne Burkina-faso: 90-95% Cameroun: 80-90% Zimbabwé: 85-96% Botswana: 87% Nigéria: 78-92% Kenya: 82% Senegal: 73-78% Source: Roos E Barth et al. The Lancet Infectious Di 2010; 10:

8 Problématique du suivi biologique 2 options pour définir l échec thérapeutique 1- Pays développés 2-Pays en voie de développement - CV > 400 copies - CV > 50 copies - Symptomatologie clinique - CD4 - CV (coût non accessible) recommandations de l OMS 8

9 Nouvelles recommandations OMS sur le diagnostic de l échec Si CV disponible, utiliser chaque fois pour confirmer l échec Si possible en routine, une fois tous les six mois, faire une CV pour détecter la réplication virale Valeur persistante de CV> 5000 copies confirme un échec thérapeutique Si CV non disponible, utiliser le critère immunologique pour confirmer un échec clinique 9

10 Echec aux ARV avec le temps Echec virologique Echec immunologique Echec clinique Résistance M184V NNRTI TAMs?? Diagnostic de l échec aux ARV 10

11 Facteurs de l échec thérapeutique Echec de la première ligne: Traitement concomitant de la TB Mauvaise observance rapportée chez le patient dès le 1 er mois de traitement Echec de la 2nde ligne Le fait de changer un au lieu de tous les INTI Autre IP que LPV/r Consultation dans un Hôpital publique Absence de réfrigérateur à la maison N est pas associé au sexe, âge, niveau d éducation, durée du traitement, revenu El Kathib. AIDS 2010; pujades et al. CROI

12 Raisons de l échec Résistance du virus Prescription inadéquate du traitement: dosage, interactions médicamenteuses Patients: Mauvaise observance toxicité Interruption volontaire du traitement Perdus de vue Le traitement à vie est un challenge individuel!!(christine KATLAMA) 12

13 % de changement de traitement selon l outil utilisé (1/2) MSF cohort (M.Pujades.CROI 2010) en 1 ère ligne 632 changements pour la 2 nde ligne (1,4%) après une médiane de 25 mois 119 cas d échec de 2 nde ligne (18,8%) 11 cas d échec virologique confirmé sur 119 (9%) Aucun patient en 3 ème ligne 13

14 % de changement de traitement selon l outil utilisé (2/2) Analyse situationnelle Changement de la 1 ère à la 2 nde ligne Afrique Subsaharienne 2,6% Pays d Amérique Latine 2,6% Asie 1,1% Autres régions 1,9% Pays utilisant la CV en routine 6% WHO & UNAIDS

15 Selon une étude faite au Malawi La charge virale est le meilleur outil pour le dignostic précoce de l échec. Les critères clinicoimmunologiques de l OMS sont de mauvais indicateurs de l échec, surtout de l échec précoce. source: Joep J. G. van Oosterhout et al, Tropical Medicine and International Health

16 Etude faite au Cameroun Low Levels of Antiretroviral-Resistant HIV Infection in a Routine Clinic in Cameroon that Uses the World Health Organization (WHO) Public Health Approach to Monitor Antiretroviral Treatment and Adequacy with the WHO Recommendation for Second-Line Treatment Charles Kouanfack et al CID 2009:48 (1 May) HIV/AIDS 16

17 Contexte Patients suivis selon le guide National Approche santé publique de l OMS Suivi essentiellement clinique Suivi biologique limité Accessibilité financière limitée Quel impact? Suivi des patients Comment se pose le dg de l échec thérapeutique Choix des protocoles de 2ème ligne 17

18 Objectifs Evaluer l efficacité virologique Charge virale Comme outil du dg d échec Emergence des mutations de résistances Décrire le polymorphisme génétique des souches virales chez les patients traités et naïfs 18

19 Méthodologie Etude transversale Recrutement des patients de Nov 2006 à Oct 2007 Critères d inclusions Adulte à 18 ans HIV-1 group M Naïfs ou à 12 et 24 mois de traitement (± 2mois) 19

20 Méthodes de laboratoire ARN VIH-1 par méthode générique ANRS (Biocentric) Mutations génotypiques sur la RT et sur protéase analysées par une méthode maison (Vergne et al 2000) Interprétation des mutations de résistance par l algorithme ANRS (version juillet 2007) Patients naïfs, la présence des mutations de résistance analysée selon méthode OMS (Shafer et al) 20

21 Patients traités 249 à M12 et 178 à M24 81 échantillons avaient une charge virale > 1000 copies/ml 72 (88,9%) ont pu être genotypés 9 n ont pas pu être séquencés faisant penser à une charge virale < 2000 copies/ml, seuil de détection. 41 des 72 (57%) avaient des mutations de résistance selon l algorithme de l ANRS 21

22 Résultats 1/3 Variable Month 12 Month 24 (np 249) (np 178) Viral load test during ART 0 14/178 Treatment switch 20/249 16/178 Les changements de traitement à 12% ont été faits sur la base d échec clinique ou de problèmes d intolérance 22

23 Résultats 2/3 Variable Month 12 Month 24 (np 249) (np 178) Viral load >500 copies/ml 55/249 (22.1) 45/178 (25.3) Presence of>1 major drug resistance mutation in amplified 11/34 30/38 samples 67,7% de patients qui ont une CV détectable à 12 mois n ont pas encore de résistances Vs 78,9% de patient qui ont une charge virale détectables à 24 mois font déjà de résistance Problématique de diagnostic précoce. 23

24 Résistance génotypique après 12 et 24 mois d ARV 3/3 M12 M24 N=249 N=178 Charge Virale > 1000 copies/ml 41 (16.4%) 40 (22.5%) Echantillons amplifiés 34/41 38/40 une mutation majeure 11/34 30/38 Résistance génotypique à 3TC/FTC seule 1 0 NVP/EFA seule 1 3 3TC/FTC + NVP/EFA TC/FTC + AZT/D4T + NVP/EFA 2 5 3TC/FTC+ AZT/D4T - 1 3TC/FTC+AZT/D4T+ IDV - 1 Prévalence des résistances 4,4% 16,9% 24

25 Discussion Pour ¼ des patients, l utilisation de la CV limiterait les résistances et l utilisation de la 2ème ligne La gratuité des médicaments et l observance constituent la clé de l efficacité La CV reste le meilleur outil de diagnostic de l échec précoce Des études de coût-efficacité sont nécessaires pour montrer l économie possible dans son utilisation en routine 25

26 Conclusion Peut-on imaginer de diminuer la fréquence de réalisation des CD4 au profit de la charge virale pour améliorer le diagnostic précoce? Des outils simplifiés de mesure de charge virale sont nécessaires pour améliorer le diagnostic précoce de l échec (papier buvard, PCR en temps réel etc.). La CV devrait être un outil primordial et non secondaire au suivi des patients 26

27 JE VOUS REMERCIE 27

ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes

ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes 4èmes journées scientifiques ANRS-CAMEROUN, 15 novembre 2011 ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes Evaluation de trois stratégies de traitement antirétroviral de 2 ème Ligne en

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance. Serge Paul Eholié

Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance. Serge Paul Eholié Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance Serge Paul Eholié Critères OMS pour le diagnostic de l échec 2002 2006 2010 Clinical * Immunological * Clinical * Immunological

Plus en détail

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 «Nouvelles recommandations» Sources : DGS : CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE

Plus en détail

DBS (Dried Blood Spot) dans le suivi virologique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral

DBS (Dried Blood Spot) dans le suivi virologique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral DBS (Dried Blood Spot) dans le suivi virologique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral ANRS 12 235 Abou Abdallah Malick DIOUARA UCAD(ED-SEV) Sénégal & UM1 (CSB2) Montpellier - France Contact:

Plus en détail

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille Echec : Définitions Recommandations Françaises(1 ) Non

Plus en détail

ANRS THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization)

ANRS THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization) ANRS 12269-THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization) Renforcement de l observance et traitement à base de darunavir et raltegravir chez des adultes infectés par le VIH-1 en échec virologique de deuxième

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP»

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» Alexandra Serris Interne en médecine interne INTRODUCTION : LES ESSAIS BIOMÉDICAUX EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE De plus en plus nombreux La majorité

Plus en détail

RAPPORT 2013 SOUS LA DIRECTION DU Pr PHILIPPE MORLAT ET SOUS L EGIDE DU CNS ET DE L ANRS

RAPPORT 2013 SOUS LA DIRECTION DU Pr PHILIPPE MORLAT ET SOUS L EGIDE DU CNS ET DE L ANRS FR/HIV/0101/13 - Octobre 2013 - ViiV Healthcare SAS. Document réservé à l'usage exclusif de la visite médicale de ViiV Healthcare. Ne peut être ni copié, ni imprimé, ni cédé PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD 5 e réunion viro-clinique inter-corevih «VIH, cultures et thérapeutiques» Marie Leoz, 23 mars 2013 PRÉLÈVEMENT SUR BUVARD : C EST QUOI? POURQUOI? Mode alternatif de

Plus en détail

Cohorte de patients sous traitement antirétroviral de troisième ligne sur les sites ANRS : Cohorte SAVELINC (Salvage Therapy in Low Income Countries)

Cohorte de patients sous traitement antirétroviral de troisième ligne sur les sites ANRS : Cohorte SAVELINC (Salvage Therapy in Low Income Countries) Cohorte de patients sous traitement antirétroviral de troisième ligne sur les sites ANRS : Cohorte SAVELINC (Salvage Therapy in Low Income Countries) Serge Paul Eholié Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD)

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD) Perspectives en sciences sociales et santé publique Bernard Taverne (CRCF/IRD) Journée scientifique ANRS, Dakar 25 juin 2010 Le devenir des patients au delà d un processus de recherche clinique, Organisation

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires. Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse

Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires. Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse Conflits d intérêt Honoraires de conférencier : ViiV Participation

Plus en détail

Focus sur la nutrition et l annonce du diagnostic à l enfant

Focus sur la nutrition et l annonce du diagnostic à l enfant Focus sur la nutrition et l annonce du diagnostic à l enfant Dr. David Masson Journée scientifique SOLTHIS 28 juin 2012 Avec le soutien de Le programme Grandir Constat en 2006: retard à la PEC pédiatrique

Plus en détail

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Eric Ouattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 VIH en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH Partie 2 : Modélisation

Plus en détail

Recherches épidémiologiques et suivis de cohortes : deux instruments de la recherche pour une meilleure efficacité des programmes

Recherches épidémiologiques et suivis de cohortes : deux instruments de la recherche pour une meilleure efficacité des programmes Recherches épidémiologiques et suivis de cohortes : deux instruments de la recherche pour une meilleure efficacité des programmes Réunion des Amis du Fonds Mondial Europe Jeudi 2 Juillet 2015 Brigitte

Plus en détail

Expérience dans un centre de traitement dans l Extrême-Nord Cameroun

Expérience dans un centre de traitement dans l Extrême-Nord Cameroun Accès au suivi virologique pour les patients vivant avec le VIH sous traitement en zone décentralisée d Afrique sub-saharienne: Apport de la méthode DBS Expérience dans un centre de traitement dans l Extrême-Nord

Plus en détail

STATISTIQUES MONDIALES

STATISTIQUES MONDIALES F I C H E D I N F O R M A T I O N 2 014 STATISTIQUES MONDIALES Personnes vivant avec le VIH En 2013, 35 de personnes [33,2 37,2 ] vivaient avec le VIH. - Depuis le début de l épidémie environ 78 de personnes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 FUZEON 90 mg/ml, poudre et solvant pour solution injectable Boîte contenant 60 flacons de poudre + 60 flacons de solvant + 60 seringues de 3 ml + 60

Plus en détail

Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique. Solthis le 28/06/2012

Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique. Solthis le 28/06/2012 Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique Solthis le 28/06/2012 Évolution des recommandations OMS pays à ressources limitées 2002 2006 2010 d4t +++ d4t ± Arrêt d4t, AZT ++, TDF ++ CD4+/- CV

Plus en détail

Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR

Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR Suivi de l emergence des résistances aux ARV et facteurs associés au Sénégal Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR HIV Drug Resistance Programme de TARV Résistance Transmise

Plus en détail

Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER

Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Etat des lieux Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER Pourcentage de femmes enceintes HIV-positive ayant reçu une PTME, 2007

Plus en détail

DYNAMIQUE DE LA QUASIESPECE DE VARIANTS ADN VIH-1 RESISTANTS CHEZ DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT EFFICACE ETUDE EN SEQUENCAGE A HAUT DEBIT

DYNAMIQUE DE LA QUASIESPECE DE VARIANTS ADN VIH-1 RESISTANTS CHEZ DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT EFFICACE ETUDE EN SEQUENCAGE A HAUT DEBIT Séminaires Jeudi 24 septembre 2015 DYNAMIQUE DE LA QUASIESPECE DE VARIANTS ADN VIH-1 RESISTANTS CHEZ DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT EFFICACE ETUDE EN SEQUENCAGE A HAUT DEBIT Dr Pierre Gantner EA 7327: Infec-on

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID. Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes

Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID. Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes Programme en réponse à l appel d offres UNITAID: Diagnostic TB, Paludisme et VIH

Plus en détail

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Tests Interferon ( IGRA) dans l infection par le VIH Peut on les utiliser? Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Population générale TB maladie 1/3 population mondiale infectée par BK Répartition

Plus en détail

Collaborations internationales

Collaborations internationales Collaborations internationales Principes directeurs Hypothèses de recherche nécessitant l inclusion d un nombre de patients tel que ces questions ne peuvent être explorées au sein de chaque cohorte participante

Plus en détail

Francine NANDA Monitrice d étude clinique Centre Pasteur du Cameroun. Journées scientifiques du site ANRS Cameroun les 3 et 4 juin 2013

Francine NANDA Monitrice d étude clinique Centre Pasteur du Cameroun. Journées scientifiques du site ANRS Cameroun les 3 et 4 juin 2013 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun les 3 et 4 juin 2013 Améliorer le diagnostic de la tuberculose chez les enfants infectés par le VIH en Afrique (Burkina Faso, Cameroun) et en Asie (Cambodge,

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

PALUDISME PENDANT LA GROSSESSE EN AFRIQUE

PALUDISME PENDANT LA GROSSESSE EN AFRIQUE PALUDISME PENDANT LA GROSSESSE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE: INFLUENCE DU CALENDRIER D ADMINISTRATION DU TRAITEMENT PRÉVENTIF INTERMITTENT BICH-TRAM HUYNH, MD PHD ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE, 4 DÉCEMBRE

Plus en détail

Simplification et observance : une corrélation à démontrer?

Simplification et observance : une corrélation à démontrer? Simplification et observance : une corrélation à démontrer? Dr. Jean-Jacques Parienti CHU Caen Côte de Nacre Conflits d intérêt: BMS, Abbott, Boehringer Ingelheim Niveau de preuve Simplification des traitements

Plus en détail

PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires

PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires AUBERT Jean-Pierre, DI PUMPO Alexandrine, GERVAIS Anne, SANTANA Pascale, MAJERHOLC Catherine, MARCELLIN Patrick. JNI, Marseille, 5

Plus en détail

Echec virologique et résistances aux ARVs chez des patients VIH-1 positifs pris en charge dans les. (Projet ANRS12186)

Echec virologique et résistances aux ARVs chez des patients VIH-1 positifs pris en charge dans les. (Projet ANRS12186) Echec virologique et résistances aux ARVs chez des patients VIH-1 positifs pris en charge dans les programmes et structures nationaux au Sénégal (Projet ANRS12186) Nafissatou Leye Diouf LBV-HALD-Sénégal/UMI233-IRD-Montpellier1

Plus en détail

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON Programme VIH/sida MISE À JOUR PROGRAMMATIQUE UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON RÉSUMÉ ANALYTIQUE AVRIL 2012 WHO/HIV/2012.8

Plus en détail

Etude au sein des COREVIH Nord-Est sur l'évolution de la prévalence et de l'incidence de l'infection à VIH dans le contexte du TasP et TandT

Etude au sein des COREVIH Nord-Est sur l'évolution de la prévalence et de l'incidence de l'infection à VIH dans le contexte du TasP et TandT Etude au sein des COREVIH Nord-Est sur l'évolution de la prévalence et de l'incidence de l'infection à VIH dans le contexte du TasP et TandT E Jeanmaire, H Jeulin, T May, E Schvoerer Et les membres du

Plus en détail

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Séminaire ANRS 24 /25 septembre 2015 Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Mélanie Plazy Post-doctorante sur le projet ANRS 12249 TasP

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses.

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses. CAS CLINIQUE Dr Wissem HACHFI Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses Leila née le 17.11.96, infectée par le VIH suite à une transmission materno-foetale ATCDS Fx: - Père était infecté par

Plus en détail

La prise en charge précoce de. l adulte infecté par le VIH : de «Cotrimo CI» à «Temprano»

La prise en charge précoce de. l adulte infecté par le VIH : de «Cotrimo CI» à «Temprano» Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique Lésions bucco dentaires et qualité de vie chez La prise en charge précoce de les enfants infectés par le VIH en Afrique de l Ouest

Plus en détail

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA MESSAGES IMPORTANTS NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent L (OMS) révise ses lignes directrices relatives au traitement antirétroviral (TAR) destiné

Plus en détail

Au cœur de la lutte contre le VIH Au cœur de la solidarité

Au cœur de la lutte contre le VIH Au cœur de la solidarité Au cœur de la lutte contre le VIH Au cœur de la solidarité Esther, la solidarité en mouvement histoire d une dynamique partagée Des partenaires au développement de référence D une Initiative française...

Plus en détail

L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle, néonatale et infantile : l exemple du Rwanda

L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle, néonatale et infantile : l exemple du Rwanda Conférence internationale pour l Afrique de l Ouest et du Centre «Eliminons la transmission du VIH de la mère à l enfant» Paris, 16-17 Novembre 2011 L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle,

Plus en détail

Moussa SEYDI, Fatou N GOM GUEYE, Papa Salif SOW. Journée scientifique site ANRS Sénégal, 31 Mai 2012, Novotel Dakar

Moussa SEYDI, Fatou N GOM GUEYE, Papa Salif SOW. Journée scientifique site ANRS Sénégal, 31 Mai 2012, Novotel Dakar ANRS 12269-THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization) Essai pilote de traitement à base de Darunavir et Raltegravir au sein d une cohorte de patients en échecs de seconde ligne Moussa SEYDI, Fatou

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail

L enquête. Communiqué de presse Copenhague, 13 novembre 2014

L enquête. Communiqué de presse Copenhague, 13 novembre 2014 Communiqué de presse Copenhague, 13 novembre 2014 Selon une nouvelle enquête réalisée en Europe par l OMS, les pharmaciens jouent un rôle déterminant dans la lutte contre la résistance aux antibiotiques

Plus en détail

Indicateurs harmonisés TB/VIH et données rapportées à l OMS par les pays d Afrique francophone

Indicateurs harmonisés TB/VIH et données rapportées à l OMS par les pays d Afrique francophone Atelier TB/VIH Afrique Francophone Lomé, Togo, January 25-27 2012 Indicateurs harmonisés TB/VIH et données rapportées à l OMS par les pays d Afrique francophone Henriette Wembanyama Delphine Sculier Organisation

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP

Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP Dr Laurence Bocket Service de virologie CHRU de Lille XIème journée régionale de Pathologie Infectieuse - 27 Septembre 2005 - Lille Résistance

Plus en détail

o o o o o o o o o o o o 1.00 0.75 0.50 0.25 0.00 0 2 4 6 8 10 12 Time to treatment failure (months) Legend: PMTCT Exposed PMTCT Not exposed o o o o o o o o o o

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Désir d enfant. Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve)

Désir d enfant. Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve) Désir d enfant Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve) Dr Cédric Arvieux - COREVIH Bretagne CHU de Rennes Merci au Pr. Laurent Mandelbrodt et aux autres contributeurs dont j ai pu utiliser certains

Plus en détail

MALI MEDICAL. Echec virologique aux antirétroviraux

MALI MEDICAL. Echec virologique aux antirétroviraux ETUDE DE DEUX CAS D ECHEC VIROLOGIQUE AUX ANTIRETROVIRAUX A L INSTITUT D HYGIENE SOCIALE (IHS) DE DAKAR Study of two cases of virological failure of the antiretroviral in the Institute of Social Hygiene(ISH)

Plus en détail

VIH/SIDA. Affordable healthcare. IDA HIV/AIDS Group

VIH/SIDA. Affordable healthcare. IDA HIV/AIDS Group Affordable healthcare VIH/SIDA IDA HIV/AIDS Group Slochterweg 35 1027 AA Amsterdam P.O. Box 37348 1030 AH Amsterdam Les Pays-Bas Bureau de Services téléphone : +31 20 4037178 fax : +31 20 4037179 e-mail

Plus en détail

Les charges virales basses: constat et gestion

Les charges virales basses: constat et gestion Les charges virales basses: constat et gestion Symposium inter-régional viro-clinique Hardelot 25-26 Mai 2011 Laurence Bocket --- Laboratoire de Virologie --- CHRU Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Dix ans d ARV en Afrrique Subsaharienne

Dix ans d ARV en Afrrique Subsaharienne Dix ans d ARV en Afrrique Subsaharienne Serge Paul EHOLIE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Treichville, Abidjan, Côte d Ivoire Département de Dermatologie-Infectiologie, Université

Plus en détail

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Introduction 2 complications dans l OVCR : OM Ischémique : HIV, GNV Pour définir le risque

Plus en détail

A. Cabié, P. Pugliese, C. Delpierre, L. Cuzin, E. Billaud, S. Stegman, A. Cheret, T. Jovelin, P. Dellamonica et le groupe Dat Aids

A. Cabié, P. Pugliese, C. Delpierre, L. Cuzin, E. Billaud, S. Stegman, A. Cheret, T. Jovelin, P. Dellamonica et le groupe Dat Aids Évaluation de l impact sur la qualité de la prise en charge des personnes vivant avec le VIH de l intégration d un outil d aide à l application des recommandations de bonnes pratiques (NadisWorkflow )

Plus en détail

Traitement post-exposition

Traitement post-exposition Traitement post-exposition Dr Sandrine HENARD (CHU Nancy-Brabois) 1 Traitement post-exposition (TPE) : Rationnel Objectif : diminuer le risque de transmission en réduisant la charge virale Principe : Agir

Plus en détail

Paralysie faciale à frigore

Paralysie faciale à frigore Paralysie faciale à frigore Quelle place pour les traitements anti-viraux? Symposium Urgences/SMUR POISSY Octobre 2008 Miren UHALDE Rappels physiopathologiques VII : nerf mixte Quatre rôles : moteur, sensitif,

Plus en détail

«Approches comparées des politiques

«Approches comparées des politiques «Approches comparées des politiques d accès aux ARV en Afrique et spécificités du programme camerounais» Semaine de la France au Brésil L accès aux antirétroviraux dans les pays du Sud : 20 ans après l

Plus en détail

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 Cancer et VIH Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 JNI Lyon - Juin 2009 Cancer et VIH : des interfaces physiopathogéniques communes Deficit

Plus en détail

Prise en charge des accidents d exposition au VIH aux urgences du CHU de Nantes

Prise en charge des accidents d exposition au VIH aux urgences du CHU de Nantes Prise en charge des accidents d exposition au VIH aux urgences du CHU de Nantes Les recommandations 1995 : premières recommandations pour AES professionnel Avril 1998 : étendues aux expositions non professionnelles

Plus en détail

Risque de transmission du VIH sous traitement antirétroviral

Risque de transmission du VIH sous traitement antirétroviral Risque de transmission du VIH sous traitement antirétroviral V Supervie 1, JP Viard 2, D Costagliola 1, R Breban 3 1 UMR S 1136, Inserm, UPMC, Paris 2 Hôpital Hôtel-Dieu, Paris 3 Institut Pasteur, Paris

Plus en détail

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Clotilde Allavena NANTES Symposium JANSSEN JNI 2011, Toulouse Jusqu en 1996, la montée en puissance Bithérapie 2 NUCs Trithérapie 2 NUCs

Plus en détail

Congrès National des Réseaux de Cancérologie 2 et 3 Octobre 2014 à Poitiers. Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1, Pierre INGRAND 1 1

Congrès National des Réseaux de Cancérologie 2 et 3 Octobre 2014 à Poitiers. Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1, Pierre INGRAND 1 1 Étude TRAJAN : Facteurs associés aux délais d accès aux traitements du cancer du sein à partir d une représentation temporelle automatisée du parcours de soins Alexandre QUILLET 1, Gautier DEFOSSEZ 1,

Plus en détail

Expérience du Lesotho

Expérience du Lesotho Nouvelles recommandations 2010 de la PTME et protocole thérapeutique effective en Afrique Subsaharienne Expérience du Lesotho Dr. Appolinaire TIAM, MBChB, DipHIVMan, M(fam)Med Directeur Technique: Elizabeth

Plus en détail

Outils moléculaires de surveillance de laboratoire

Outils moléculaires de surveillance de laboratoire Outils moléculaires de surveillance de laboratoire Hugues Charest Laboratoire de santé publique du Québec Faculté de médecine, Université de Montréal Conflits d intérêts Je déclare n avoir aucun conflit

Plus en détail

Le lien entre les droits sexuels & la santé sexuelle. Maître Ingrid Geray WAS-UNESCO Chaire

Le lien entre les droits sexuels & la santé sexuelle. Maître Ingrid Geray WAS-UNESCO Chaire Le lien entre les droits sexuels & la santé sexuelle Maître Ingrid Geray WAS-UNESCO Chaire 1 Approche des droits sexuels Maître Ingrid Geray WAS-UNESCO Chaire 2 Droits Sexuels Droits Humains appliqués

Plus en détail

VIH-SIDA. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr

VIH-SIDA. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr VIH-SIDA Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Association reconnue d utilité publique - Grande cause nationale 1987 - Prix Nobel de la paix

Plus en détail

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Guérir l infection VIH 1996-1997: l espoir initial Guérir l

Plus en détail

Dépistage de l infection par le VIH en médecine générale Multiplier les propositions de test et privilégier l entretien orienté

Dépistage de l infection par le VIH en médecine générale Multiplier les propositions de test et privilégier l entretien orienté Dépistage de l infection par le VIH en médecine générale Multiplier les propositions de test et privilégier l entretien orienté Henri Partouche et Vincent Renard. CNGE Contexte épidémique : nécessité d

Plus en détail

Génotypage et profil de résistance aux IP des virus de l hépatite C par séquençage dans la région NS3 à partir d une seule RT-PCR

Génotypage et profil de résistance aux IP des virus de l hépatite C par séquençage dans la région NS3 à partir d une seule RT-PCR Génotypage et profil de résistance aux IP des virus de l hépatite C par séquençage dans la région NS3 à partir d une seule RT-PCR B Besse 1, M Coste-Burel 1, S Vallet 3, C Feray 2, E André-Garnier 1 Laboratoire

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

Les répercussions de la migration sur l infection à VIH et sur la tuberculose en France. Delphine Antoine, Florence Lot InVS, France

Les répercussions de la migration sur l infection à VIH et sur la tuberculose en France. Delphine Antoine, Florence Lot InVS, France Les répercussions de la migration sur l infection à VIH et sur la tuberculose en France Delphine Antoine, Florence Lot InVS, France JASP - Octobre 26 Méthodes Analyse descriptive des données de la déclaration

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 LA SITUATION DE LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE ET EN AFRIQUE Par le Professeur Pierre Chaulet Alger 29 Novembre 2009 LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 En millions Taux Population mondiale 6.668 100% Personnes

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Charge virale de l Hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 05VHC1 mars 2005 Edition : novembre 2006 Annales ARN-VHC 05VHC1 1 / 14 ARN-VHC

Plus en détail

VIH et Procréation. C Jacomet 2011

VIH et Procréation. C Jacomet 2011 VIH et Procréation C Jacomet 2011 Options pour les couples avec infection VIH ayant un désir d enfant Quelles options? Procréation médicalement assistée Procréation naturelle Adoption Risques à considérer

Plus en détail

SCHEMAS DE TRAITEMENT PAR LES ARV AU BURUNDI

SCHEMAS DE TRAITEMENT PAR LES ARV AU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI CONSEIL NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA SCHEMAS DE TRAITEMENT PAR LES ARV AU BURUNDI Octobre 2010 Centre National

Plus en détail

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016 Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016 La surveillance des diagnostics d'infection par le VIH et de sida en France repose sur la déclaration obligatoire [1],

Plus en détail

La prise en charge précoce de. l adulte infecté par le VIH :

La prise en charge précoce de. l adulte infecté par le VIH : 23 BP 2485 ABIDJAN 23 Tel : 23-52-52-53 / 23-46-25-51 Fax : 23-52-52-53 Email : acondavs@aviso.ci Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique La prise en charge précoce de Charge

Plus en détail

Résistance du VIH aux ARV : Nécessité de surveillance

Résistance du VIH aux ARV : Nécessité de surveillance Résistance du VIH aux ARV : Nécessité de surveillance Pr Ndeye Coumba Touré Kane Laboratoire de Bactériologie-Virologie CHNU A. Le Dantec-Dakar-Sénégal Introduction F VIH (Virus de l Immunodéficience Humaine)

Plus en détail

Mise en place d une unité d assistance médicale à la procréation (AMP) en contexte viral HIV pour les patients des 3 DFA

Mise en place d une unité d assistance médicale à la procréation (AMP) en contexte viral HIV pour les patients des 3 DFA CHU POINTE A PITRE GUADELOUPE Projet :: Mise en place d une unité d assistance médicale à la procréation (AMP) en contexte viral HIV pour les patients des 3 DFA Cible : Guadeloupe Martinique Guyane Saint

Plus en détail

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole Termes de Reference Recrutement d un bureau d étude ou une institution pour l Enquête de Couverture Vaccinale (ECV) post campagne Rougeole en Mauritanie 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Lors de l assemblée

Plus en détail

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG Généralités Epidémiologie Facteurs de risque des Contaminations Professionnelles Généralités et définitions Objectif : éviter la transmission au personnel soignant d infections

Plus en détail

Favoriser un lien durable entre soignant et soigné: L exemple des programmes pour et avec les populations à risque (HSH, UDVI, TS) en Asie

Favoriser un lien durable entre soignant et soigné: L exemple des programmes pour et avec les populations à risque (HSH, UDVI, TS) en Asie Favoriser un lien durable entre soignant et soigné: L exemple des programmes pour et avec les populations à risque (HSH, UDVI, TS) en Asie Dr Niklas Luhmann MD, MPH HIV/AIDS and HR Advisor Médecins du

Plus en détail

Les médecins généralistes recherchent-ils l'hypovitaminose D chez l'adulte et le sujet âgé, la préviennent-ils, la corrigent-ils?

Les médecins généralistes recherchent-ils l'hypovitaminose D chez l'adulte et le sujet âgé, la préviennent-ils, la corrigent-ils? Les médecins généralistes recherchent-ils l'hypovitaminose D chez l'adulte et le sujet âgé, la préviennent-ils, la corrigent-ils? Enquête un jour donné. Marie Benque Faculté de Médecine PARIS DESCARTES

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : GADGET OU OPTIMISATION?

EDUCATION THERAPEUTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : GADGET OU OPTIMISATION? EDUCATION THERAPEUTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : GADGET OU OPTIMISATION? Journée de formation infirmier(e) 7 octobre 2015 Guillaume Gras - CHU Tours Voltaire (1694-1778) «Les médecins prescrivent des

Plus en détail

Les couples discordants et la transmission du VIH/SIDA dans cinq pays d Afrique Octobre 2006, Damien de Walque

Les couples discordants et la transmission du VIH/SIDA dans cinq pays d Afrique Octobre 2006, Damien de Walque DECRG - Groupe de recherche, Développement humain et services publics Les conclusions de nouveaux travaux de recherche sur les couples discordants où un seul des partenaires est porteur du VIH/SIDA remettent

Plus en détail

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand?

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Dr. Ilka Engelmann Laboratoire de Virologie, Pôle Biologie Pathologie Génétique, CHRU de Lille EA3610, Université Lille 2

Plus en détail

Mise en place d'un protocole d'optimisation du diagnostic des endocardites infectieuses au CHU Félix Guyon

Mise en place d'un protocole d'optimisation du diagnostic des endocardites infectieuses au CHU Félix Guyon Mise en place d'un protocole d'optimisation du diagnostic des endocardites infectieuses au CHU Félix Guyon Adrien MAILLOT IDE Unité Maladies Infectieuses CHU Félix Guyon Introduction (1) L'Endocardite

Plus en détail

Coût des traitements ARV : évaluation de l impact d interventions au niveau des prescripteurs et des patients GOTA

Coût des traitements ARV : évaluation de l impact d interventions au niveau des prescripteurs et des patients GOTA Coût des traitements ARV : évaluation de l impact d interventions au niveau des prescripteurs et des patients GOTA : Gestion Optimale des Traitements ARV Promoteur : ANRS Investigateur principal : Y. Yazdanpanah;

Plus en détail

PTME et prise en charge de l infection à VIH chez l enfant

PTME et prise en charge de l infection à VIH chez l enfant Notes PTME et prise en charge de l infection à VIH chez l enfant Module 9 Contexte La transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) est une cause majeure de sida en Afrique. Sa prévention (PTME) nécessite

Plus en détail

Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014

Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014 Elimination de la Transmission DU VIH de la mère à l enfant au Bénin Point 31 décembre 2014 DNSP(PNLS)-DSME Cotonou, 26 mars 2015 Plan Introduction Rappel du processus PTME Quelques indicateurs Grandes

Plus en détail

Association BACLOFÈNE

Association BACLOFÈNE Faire connaître et reconnaître l'efficacité et l'innocuité du Baclofène dans le traitement de la maladie alcoolique Résultats des essais Nalmefène/Placebo Ces résultats sont la traduction en français de

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail