EDUQUER A L EGALITE DANS LA DIVERSITE!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EDUQUER A L EGALITE DANS LA DIVERSITE!"

Transcription

1 EDUQUER A L EGALITE DANS LA DIVERSITE!

2 A. AOCDTF Les Compagnons du Devoir du Tour de France est une association ouvrière créée en 1941 et officialisée en Mais le Compagnonnage se serait fondé au Moyen Âge. Les légendes du Compagnonnage le rattachent à la construction du temple de Salomon mais d après les historiens, il apparait au moment des débuts de la construction des cathédrales aux XII et XIII siècles, organisé à partir des matériaux de bases (pierre, bois et fer) et des métiers qui les mettent en œuvre. Une quarantaine de métiers composait le Compagnonnage au début du XIX. Les idéaux religieux ou politiques furent la cause de discordes du XVII au XIX siècle et des combats meurtriers existèrent entre les différents mouvements. Un compagnon menuisier du XIX, Agricol Perdiguier cherchera à apaiser les tensions entre les Compagnons. La fin du XIX et la première moitié du XX siècle est marquée par le déclin du Compagnonnage due aux luttes intestines, au développement des industries et aux différentes guerres et conflits. Un effort de rénovation est entrepris dans la fin des années 30 et au cours des années 40 grâce au Compagnon Jean Bernard, tailleur de pierre de son état, qui aboutira à la création de l AOCDTF. L unité ne sera pas retrouvée mais le Compagnonnage aura de nouveau un rayonnement dans la société et une place dans le monde ouvrier. De nos jours, le but de l association est la formation des jeunes. Cela commence par un apprentissage, qui est suivi d un perfectionnement par le voyage en faisant son tour de France et depuis peu son tour d Europe voir du monde. La retransmission des savoir-être et des savoir-faire sont les bases du Compagnonnage. L AOCDTF est orientée par un Premier Conseiller élu aux Assises du Compagnonnage pour 5ans. Il est chargé de représenter l association lors de réunion. Les responsabilités sont redistribuées à différentes échelles, par zones, provinces et villes. L association forme des jeunes dans 27 métiers. Ces métiers font tous partie des secteurs de l industrie, du bâtiment et des métiers de bouche. La formation se fait selon un planning bien déterminé qui se construit de la façon suivante : - Le cas classique de l apprentissage se fait pendant 2 ans en alternance avec une période en entreprise de 6 semaines et une période de 2 semaines au CFA. Pendant sa deuxième année, le jeune fera un voyage à l étranger de trois semaines et travaillera durant les 2 dernières semaines de sa mobilité dans une entreprise du pays. Ces 2 années d apprentissage se clôturent par le CAP. - Dans le cas où le jeune a déjà un diplôme du métier, le concept de prépa tour de France lui permet de passer un diplôme supérieur à son CAP en un laps de temps raccourci, grâce aux cours du soir et aux périodes de stages. - Dans le cas où l arrivant a déjà un diplôme du type bac ou bac pro le principe de prépa métier lui permet de préparer un CAP dans un métier de son choix en un an au lieu de deux. - Puis pendant le perfectionnement sur son tour de France, le cadre des contrats pro (contrat de professionnalisation) permettra à l itinérant d avoir 4 semaines (réparties) de formation dans des CFA des Compagnons, et 5 mini-stages durant son année de contrat. Pendant les semaines où il n a pas de stages et dans la mesure du possible (s il n est pas en déplacement ou autre), des cours généraux seront dispensés à l itinérant, les lundis, mardis et mercredis soirs (de 20h à 22h). Enfin des cours concernant le métier lui seront donnés ou se feront en autonomie les soirs des jeudis et vendredis ainsi que dans la journée du samedi de 8h à 17h. La vie en communauté constitue un autre pilier de la vie compagnonnique. Cette communauté s articule autour de figures centrales : la Mère des Compagnons (ou maîtresse de maison) d une part et le Prévôt d autre part. La Mère qui est traditionnellement la seule femme de la maison (ce n est plus vrai depuis peu car les filles sont désormais acceptées sur le Tour de France) est très respectée des aspirants et Compagnons. Elle s occupe de la gestion de la maison, des pensions des itinérants et leur prodigue ses conseils dans toutes situations difficiles de la vie. Les itinérants, stagiaires et apprentis mangent ensembles et dorment dans des chambres individuelles ou collectives. Ils prennent tous des gâches (sorte de services attitrés à chacun). Ils tâchent de vivre en communauté dans le respect de la règle instaurée par les Compagnons.

3 Le prévôt quant à lui est le responsable direct d une maison. Il gère les embauches et le relationnel avec les entreprises. Il préside aux réunions communautaires et s occupe des questions de disciplines. L embauche du jeune est trouvée par le Prévôt et un compagnon du corps de métier chargé du placement des jeunes. Le Prévôt détermine avec l employeur le type de contrat. Le jeune restera pour une durée de un an dans l entreprise et passera à la fin de son année un diplôme (B.P ; C.A.P. ; B.T.S ) en candidat libre. La grande difficulté est l adaptation dans une nouvelle entreprise car il faut se faire à différentes personnes, d autres manières de travailler et voir même d autres types d ouvrages. Se faire à une nouvelle entreprise demande donc un très grand investissement au début de l embauche. Le fait de changer chaque année d entreprise nous permet de voir divers ouvrages et techniques de travail, les choses que l on peut faire ou non. Ces expériences sont très enrichissantes et nous aident d autant plus pour la conception de certains ouvrages que l on a à réaliser. Pour résumer les Compagnons du Devoir prônent le développement de l Homme par les métiers manuels et la retransmission des savoirs aux plus jeunes afin que les gestes ne se perdent pas. B. F.O.L 37 La Ligue de l Enseignement a été créée en 1866 par des Républicains. Aujourd hui le mouvement laïque d éducation populaire réunit des dizaines de milliers de femmes et d hommes responsables et engagés dans le développement d activités éducatives, sportives, civiques, culturelles et des loisirs au sein d un réseau d associations locales qui est implantés sur tout le territoires. Elle travaille aussi avec des écoles et des collectivités. La fédération d Indre-et-Loire, créée en 1932, affilie dans son département plus de 500 associations qui ont plus de adhérents. Les actions de la fédération ont pour but : - L ambition de faire vivre la citoyenneté et la solidarité. - S adresser en priorité à celles et ceux qui sont victimes de la précarité et de l exclusion. - Resserrer le lien social, aider au développement local et dynamiser des territoires urbains et ruraux. La ligue de l enseignement promeut l économie au service de l homme, et développe des activités s inscrivant dans ce cadre tout en respectant son caractère à but non lucratif notamment l organisation de services éducatifs, sociaux et culturels, de voyages et séjours de vacances, d activités sportives et de loisirs, l action de formation, etc. Cela favorise aussi les lieux de rencontre et de débats, qui donnent aux citoyens l envie de connaître et de comprendre les questions de société pour exercer une pleine citoyenneté. La Ligue de l enseignement promeut une société plus solidaire et plus fraternelle comme alternative au chacun pour soi. Son projet départemental d éducation à la paix, de lutte contre les discriminations et les préjugés ainsi que d éducation à l égalité dans la diversité s inscrit dans cette ambition. La fédération d Indre-et-Loire de la Ligue de l enseignement pour répondre à ses objectifs est organisée en différents services : L USEP 37 (Union Sportif de l Enseignement du Premier Degré) est en charge de la mise en place du sport scolaire à l école maternelle et élémentaire, et de la proposition d activités sportives aux enfants fréquentant ces écoles. L UFOLEP 37 (Union Française des Œuvres Laïques d Education Physique) est une fédération sportive affinitaire multisports. Elle promeut le sport loisir, réunit des clubs sportifs qui partagent l idée de la citoyenneté par le sport. Elle met en place des activités de loisirs sportifs à destination de tous les publics de 7 à 77 ans. Le service vie associative est en charge d accompagner les associations affilliées ou non. Cet accompagnement va du simple conseil sur les statuts à la mise en place de l assurance en passant par l accompagnement à la rédaction de dossiers de demandes de subvention. Le service tourisme social promeut l accès aux vacances pour tous. Il propose des séjours juniors( colonies de vacances et séjours à l étranger), des séjours familles/adultes et des séjours de groupes pour les comités d entreprise, associations ainsi que pour les établissements scolaires des classes de découverte dans toute la France.

4 Le service culturel propose des actions autour de la littérature jeunesse tel que la Quinzaine du Livre Jeunesse. Il est également en charge d une programmation de spectacle vivant à destination des enfants et des jeunes des territoires ruraux du département. Il est aussi en charge du dispositif «Elèves en scène» qui réunit les classes à projet théâtral du département. Ce service coordonne également le dispositif Lire et faire lire qui permet à des retraités d aller lire des histoires aux enfants du département dans les écoles et centres de loisirs. Enfin, ce service a en charge la coordination des activités culturelles à la Maison d Arrêt de Tours Le service formation/citoyenneté organise des formations professionnelles qualifiantes ou non à destination des acteurs éducatifs : personnel de restauration scolaire, animateurs, ATSEM. Il coordonne également la programmation de la Ligue en termes de formations d animateurs volontaires : BAFA/BAFD. Ce service propose également des stages de citoyenneté pour personnes sou main de justice ou les bénéficiaires du revenu de solidarité active. Enfin le service éducation/jeunesse a en charge l ensemble des actions éducatives dans et autour de l Ecole quelqu en soit le niveau. Il s agit principalement d accompagner les professionnels de l éducation dans la mise en place de leurs projets. La fédération met par exemple en place des expositions, des formations de délégué élèves, accompagnement dans la rédaction de projets éducatifs territoriaux... Ce service met également en place les actions d éducation à la laïcité et à l égalité et de lutte contre les préjugés et les discriminations. Ce secteur de la fédération est aussi en charge du développement de l engagement des jeunes par la gestion de dispositifs tel que le service civique, les juniors associations, les agendas 21 lycéens. Enfin il accompagne les projets de solidarité internationale des associations affiliées en lien avec l éducation ou la jeunesse. Laureen MARCHAND, 30 ans, Formatrice, Danse, Dordogne "Nouvelle année, nouveau challenge, sujet intéressant." Claire PRUNIERES, 25 ans, Peintre, Dessin, Tarn-et-Garonne "C'est un sujet intéressant car il nous a permis d'avoir de nombreux débats." Timothée MCAVOY, 22 ans, Serrurier, Pêche, Oise "La discrimination est malheureusement un des fondements de la société entre riches et pauvres, puissants envers les faibles. C'est moralement choquant mais à mon avis nécessaire à la cohabitation." Martin HOUSTON, 22 ans, Couvreur, Basket & Karaté, Alpes-Maritimes "La discrimination est le cancer le plus dangeureux et le plus facilement curable de l'être humain."

5 Maxime SEGHIRI, 21 ans, Maçon, Musique, Nord, "C'est un sujet intéressant mais qui peut amener beaucoup de difficultés." Bertrand MEDINA, 21 ans, Plombier, Surf, Pyrénnées Atlantiques "La discrimination est un sujet sensible où il faut savoir peser le pour et le contre." Julian COQ, 21 ans, Charpentier, Tennis & Film, Martinique "Sujet bien qui aurait dû être traité en 1h." Lionel MENTZER, 21 ans, Jardinier-Paysagiste, Dessin, Moselle "C'est un sujet qui touche tout le monde." Pacôme OLLIVRY, 21 ans, Mécanicien, Cinéma, Loire Atlantique "Nous ne sommes pas fait pour nous aimer, je n'accepterai jamais les actes mais je peut comprendre les pensées liées à la discrimination ou au fascime." Marie MENDES, 21 ans, Boulanger, Pâtisserie & Danse, Yvelines "La discrimination est la peur de l'inconnu." Pierre BONNETON, 21 ans, Menuisier, Dessin, Herault "La discrimination est en relation direct avec le changement."

6 Petronille HUON, 21 ans, Pâtissier, Sport, Nord "Sujet sensible mais intéressant grâce aux échanges de points de vue." Aurélien MAUGÉ, 20 ans, Electricien, Cinéma, Herault "Le projet est bien car il apporte un débat sur le thème de la discrimination." Guillaume VIX, 20 ans, Serrurier, Faire de la voile, Bas-Rhin "Les discriminations sont des suites d'injustices et de problèmes entre les hommes." Kévyn RAGUET, 20 ans, Electricien, Moto Cross, Ardennes "La discrimination est un sujet intéressant. Le projet est bien malgré qu'il prend beaucoup de temps." Corentin CAPPÉ, 19 ans, Menuisier, Tennis & Snowboard, Gironde "La discrimination c'est mal vous voyez!" Constant MARMONIER, 19 ans, Mécanicien, Musique, Herault "Au départ je n'étais pas trop motivé par le thème mais la dynamique du projet m'a plu." Valentin MIRLAND, 18 ans, Menuisier, Judo, Nord, "La discrimination est un sujet de débat qui participe à la vie de tous les jours."

7 Harmony ROCHAIS, 18 ans, Ébéniste, Natation, Maine et Loire "La discrimination c'est le fait de ne pas être tolérant les uns avec les autres." Alexandre DELAUNEY, 17 ans, Menuisier, Football & Sport, Sarthe "La discrimination est un sujet sensible, c'est bien d'en parler avec les plus jeunes." Pierre MESNARD, 17 ans, Carrossier, Musique, Loire et Cher "Je trouve que l'on parle trop de la discrimination dans la vie de tous les jours." Rémi PORNIN, 17 ans, Mécanicien, Sport, Essonne "La discrimination c'est pas gentil." Julien DESRUE, 17 ans, Mécanicien, Mécanique, Indre et Loire "La discrimination sont des propos malsains et méchants." Guillaume GOURDET, 17 ans, Boulanger, Sport, Ardennes "On peut tous en être victime." Florian TROCHOU, 15 ans, Chaudronnier, Choumacrie & Sport, Indre et Loire "La discrimination est un sujet intéressant mais mal exploité."

8 Il est plus que jamais nécessaire de mobiliser la raison contre la barbarie. Il est plus que jamais indispensable d éduquer contre toutes les formes de repli sur soi, de rejet de l autre, contre toutes les discriminations. Les Semaines d éducation contre le racisme, temps fort de la mobilisation des acteurs de l éducation, ont plus de 20 ans. Force est de constater que ces 20 ans d engagement n auront pas suffi à convaincre. Car, faire évoluer réellement les représentations des jeunes et faire reculer les attitudes xénophobes et de rejet n est pas chose facile. En premier parce que cela nous amène, nous éducateurs, à interroger nos propres représentations et à les déconstruire pour pouvoir accompagner ensuite les jeunes dans cette démarche. Éviter le moralisme Tous les éducateurs savent qu il ne suffit pas de discours moralisateurs et incantatoires pour atteindre un tel objectif. Mais il est tout particulièrement difficile de se dégager de la pression morale qu exerce sur les Européens que nous sommes le «Plus jamais ça» de l après Auschwitz. Tolérer un écart de langage, risquer une expression qui pourrait s apparenter à du racisme ou à de l antisémitisme est, pour la plupart des éducateurs, un exercice douloureux. On est alors tenté de préparer les élèves, de les guider dans leurs prises de parole, de rappeler combien le racisme est condamnable. Or, c est une condition sine qua non du dialogue que de construire des espaces de parole où peuvent s exprimer des préjugés, des incompréhensions (sur les modes de vie, les cultures, les religions), se formuler des plaintes ou des revendications. C est une condition nécessaire pour les déconstruire. Bien entendu, toute séance de libre expression devra se terminer par un rappel fort de la loi, sa lettre et son esprit. Refuser la victimisation Dans cet effort de dialogue, il faut se souvenir que les victimes comme les bourreaux ne sont pas victimes ou bourreaux par essence. Il est donc important de ne pas contribuer involontairement au jeu de la concurrence entre les victimes. Les discriminations ne sont pas l affaire des seules victimes ; c est bien l ensemble de la société qui vacille quand ces attitudes de rejet se développent. Proposer un projet de société alternatif dans l école Plus positivement, pour lutter contre les discriminations, il nous faut militer pour les valeurs de fraternité, d égalité des droits, de justice sociale, de démocratie. Ces valeurs républicaines ne sont pas des principes désincarnés. Elles doivent être vivantes dans les établissements scolaires. Si l on veut en convaincre les plus jeunes, il est indispensable que les établissements soient des lieux d action collective, d apprentissage de la démocratie et de la responsabilité. Sanctionner sans généraliser Enfin, il nous semble nécessaire de faire en sorte que la lumière soit systématiquement faite sur toute affaire de racisme et de discrimination dans une école, un collège ou un lycée, que le délit soit sanctionné et que l on refuse toute généralisation. Faire se rencontrer les acteurs, faire se croiser les points de vue de tous les acteurs, y compris les parents, permet de faire face à ce qui est l un des défis majeurs de notre système éducatif. A. Le cahier des charges Afin de présenter le projet du Lapin Nelson, nous, jeunes de l'aocdtf, avons dû suivre un cahier des charges. Celui-ci nous exposait les différentes contraintes avec lesquelles nous devions avancer pour la conception de l'œuvre. Pour commencer, le thème de la discrimination nous a été imposé ainsi que la collaboration avec la F.O.L 37. Il nous était demandé de créer un outil pédagogique afin de prévenir les discriminations et s'adressant à un public de collégiens. Pour nous aider à réaliser ce projet, nous avons eu plusieurs rencontres avec Mathias, notre interlocuteur de la F.O.L 37. Avec lui, nous avons défini ses besoins et ses attentes. En parallèle, nous avions des cours du soir afin de nous perfectionner aux cours généraux (culture française, mathématiques et anglais). Voici les quelques contraintes imposées par le cahier des charges: - le projet devait être conçu par les jeunes Compagnons du Devoir de Tours Littré

9 - il devait être transportable par une seule personne et dans une voiture - le budget ne devait pas dépasser la somme de dans cette réalisation nous devions retrouver au maximum les différents métiers présents chez les Compagnons du Devoir. Nous pouvons affirmer que nous avons réussi le challenge de respecter les "règles" du cahier des charges. B. L avancée du projet Lors de la première séance de cours, nous avons reçu le cahier des charges cité ci-dessus afin de réaliser une œuvre anti-discrimination en partenariat avec la Fédération des Œuvres Laïques (voir cahier des charges en annexe). Durant les séances suivantes, nous avons fait un brainstorming pour regrouper nos idées. Plusieurs projets nous ont apparu intéressants et nous les avons alors présentés à Mathias (notre référent F.O.L 37). Il y avait un visage rubik s cube composé de visages de diverses origines, une balance de la discrimination, un arbre à mains et enfin un jeu basé sur le personnage de Petit Biscuit (un des principaux héros du célèbre dessin animé Shrek). Après un vote, le projet choisi fut celui de Petit Biscuit. Mais après un débat constructif, nous avons finalement remplacé Petit Biscuit par un Lapin Crétin afin de viser un public plus âgé (début collège). Début décembre, Mathias est venu à la maison des Compagnons du Devoir pour faire le point sur l avancée du projet et nous avons tous ensembles décidé de faire un vote à main levée pour trouver un prénom à notre lapin. Ainsi, plusieurs noms entraient en lice dont Nelson en l honneur du célèbre Nelson Mandela et Timmy un personnage victime de discrimination incessante dans une série nommée South Park. Au début du vote, Timmy sortit vainqueur mais après une réflexion collective, nous avons jugé ce nom trop peu connu. Nous avons alors choisi Nelson! L étude sur la conception de Nelson le lapin crétin a été faite par une mécanicienne qui a réalisé le plan. Puis les menuisiers ont fait toute la réalisation pratique car le lapin a comme matière première le bois et la réalisation aura durée 10h au total. Puis l unique peintre de notre groupe a pris le temps de peindre le lapin aux couleurs choisies. Cela aura duré un peu moins de 10h. C. La conception Pour donner une forme au lapin, nous l avons dessiné sur panneaux de contre-plaqué. Une fois le lapin dessiné, nous avons vissé et découpé à la scie sauteuse deux panneaux ensembles afin qu ils soient identiques.

10 Ensuite nous avons fini la forme à la cale à poncer et à la râpe. Nous avons débité les calles et les étagères pour mettre à l intérieur du lapin afin de maintenir l épaisseur. Nous avons vissé les panneaux avec les cales puis au fur et à mesure nous débitions des bandes de contre-plaqué cintrable pour faire l épaisseur du lapin. Ensuite nous avons tracer les oreilles, la bouche et le ventre. Pour finir, nous avons reboucher les trous de visses à la pâte à bois et nous avons poncer le lapin. C est un jeu en deux temps. Il y a une partie en équipe et une partie individuelle (une fois l une, une fois l autre). Le système de roulement permet à chaque enfant de participer durant le jeu. Partie en équipe : cette manche concerne des questions sur la discrimination auxquelles les enfants devront répondre, puis débattre tous ensembles. L enfant en bout du groupe à gauche du lapin va tirer une question, la donne à l intervenant F.O.L 37 puis va s asseoir dans le groupe en face. L intervenant lit la question aux deux équipes. Pour répondre, les deux équipes se concertent, mais il n y a qu un enfant par groupe qui doit répondre (pour le désigner ce sera tout simplement l enfant qui se trouvera devant le buzzer). Partie en groupe : cette seconde manche se joue avec des images trouvées sur internet ou imaginées. Elles mettent en situation des scènes quotidiennes de discrimination. Le premier enfant du groupe à droite du lapin se lève pour tirer une image. Il la décrit et donne son ressenti pour ensuite débattre avec les autres enfants. L enfant s assoit alors avec le groupe d en face. Antisémitisme Terme apparu en Allemagne à la fin du XIXe siècle destiné à caractériser en terme «racial» et pseudoscientifique une hostilité aux Juifs, jusqu alors perçus en termes religieux et culturels (antijudaïsme). De

11 manière plus générale, ce terme désigne l hostilité particulière envers un groupe de personnes considérées, à tort ou à raison, comme «juives». Bouc émissaire (théorie) Se référant à un rite expiatoire, la théorie du bouc émissaire permet d envisager que certains groupes contiennent la violence présente en leur sein en désignant un ennemi, intérieur ou extérieur. Cet ennemi cristallise la violence du groupe et l oriente vers l extérieur. Il s agit d un phénomène qui n est jamais totalement conscient (la plupart des membres du groupe sont convaincus que l ennemi présente des caractéristiques négatives qu il faut combattre par la violence). Communautarisme Néologisme apparu dans les années 1980, en référence aux revendications de certaines «minorités» d Amérique du Nord (Indiens, Noirs, Québécois Français). Employé dans un sens plutôt péjoratif, le terme communautarisme désigne une forme d ethnocentrisme ou de socio-centrisme qui donne à la communauté (ethnique, religieuse, culturelle, sociale, politique, mystique, sportive ) une valeur plus importante qu à l individu, avec une tendance au repli sur soi. Ce repli «identitaire», «culturel» ou «communautaire» s accompagne d une prétention à contrôler les opinions et les comportements des membres de la communauté contraints à une obligation d appartenance. Communauté Au sens général, une communauté désigne un groupe social constitué de personnes partageant les mêmes caractéristiques, le même mode de vie, la même culture, la même langue, les mêmes intérêts Elles interagissent entre elles et ont en outre un sentiment commun d appartenance à ce groupe. Exemples : la communauté chinoise dans une grande ville, la communauté des artistes, les communautés virtuelles sur Internet Une communauté intentionnelle est un groupe de personnes qui décident de vivre ensemble en respectant les mêmes règles. Exemples : une communauté hippie, une communauté monastique. Différentialisme Idéologie qui prône la mise à distance, la discrimination, l infériorisation ou l exclusion d un individu ou d un groupe en raison d une différence réelle ou supposée. Le différentialisme apparaît en réaction à l universalisme (égalité de tous en matière de droit). Alors que l existence de «races» est mise à mal par les découvertes scientifiques, le racisme prend alors appui sur des catégories culturelles. Il se base notamment sur l idée que l hétérogénéité culturelle constitue une menace pour la survie de certaines cultures Discrimination Traitement différencié d une personne ou d un groupe de personnes. Les discriminations sont des pratiques qui entravent l égalité d accès à des rôles, des statuts, des lieux en fonction de caractéristiques socialement construites. Diversité culturelle La diversité culturelle est la constatation de l existence de différentes cultures, comme la biodiversité est la constatation de l existence de la diversité biologique dans la nature. La déclaration universelle de l Unesco sur la diversité culturelle de 2001 est considérée comme un instrument normatif reconnaissant, pour la première fois, la diversité culturelle comme «héritage commun de l humanité» et considérant sa sauvegarde comme un impératif concret et éthique inséparable du respect de la dignité humaine. Pour certains sociologues, c est un concept servant à décrire l existence de différentes cultures au sein d une société,en fait à l intérieur d un État-nation. Ethnicité Sentiment de partager une ascendance commune, que ce soit avec une langue, des coutumes, des ressemblances physiques ou de l histoire vécue. Cette notion est très importante sur le plan social et politique. Il s agit d héritage socio-culturel commun, différent en cela du concept de race : qui partage des caractéristiques biologiques et morphologiques liées à des ancêtres communs. L ethnicité est donc tout ce qui nourrit un sentiment d identité, d appartenance et les expressions qui en résultent. Étranger Personne qui a une nationalité différente de celle qui la considère. Pour le Haut conseil à l intégration, et donc sous l angle de la présence d une personne sur un territoire, un étranger est une personne qui ne possède pas, sur le territoire français, la nationalité française, soit qu elle possède (à titre exclusif) une autre nationalité, soit qu elle n en possède aucune (apatride). Hétérophobie

12 Albert Memmi définit l hétérophobie comme «le refus d autrui au nom de n importe quelle différence». L hétérophobie constitue, selon lui, le sentiment premier qui est à l origine du racisme. À ne pas confondre avec une seconde acception du terme, en référence à l hétérosexualité, où l hétérophobie fait pendante à l homophobie et désigne l hostilité à l égard des hétérosexuels. Homophobie L homophobie désigne toutes les manifestations (discours, pratiques, violences ) de rejet ou de différenciation à l encontre d individus, de groupes ou de pratiques homosexuels ou perçus comme tels. Identité En psychologie, cette notion est définie comme un processus cognitif et affectif par lequel le sujet se conçoit et se perçoit. Cette entrée permet d éviter de figer définitivement pour un être son identité et de mettre cette notion en lien avec le principe d émancipation de l individu. Dans une approche plus collective et pour éviter le piège de l identité nationale, on peut parler d une identité culturelle ou sociale comme de ce qui regroupe tout ce qui est commun avec les autres membres d un groupe, tel que valeurs, normes, règles que la personne partage avec sa communauté ou sa société. Interculturel Rencontre des cultures. Plus qu un pont entre les cultures, il s agit d un mélange de différents rapports culturels, un nouvel espace d interactions. Intégration Le terme d intégration désigne un processus complexe qui provoque chez les individus un «sentiment d identification à une société et à ses valeurs». Selon Patrick Weil, l intégration désigne un «processus continu d intériorisation de règles et de valeurs communes [qui] permet de socialiser, dans un cadre national, des citoyens appartenant à des entités géographiques, des classes sociales, des cultures ou des religions différentes». Aujourd hui, l usage de ce concept est décrié par un certain nombre de chercheurs. Islamophobie Le terme islamophobie est employé par la Commission nationale consultative des droits de l Homme pour désigner une peur et/ou un rejet de l islam qui se traduisent par des pratiques de mises à distance, de stigmatisation ou de rejet à l encontre des musulmans. Judéophobie Attitudes et comportements anti-juifs fondés sur un amalgame entre juifs, Israéliens et sionistes. Il s agit d un nouvel antisémitisme, apparu après la Shoah, qui peut prendre trois formes : - La négation ou la relativisation de la Shoah, - Un «antisionisme», qui rend l ensemble des juifs responsables de la politique de l État d Israël, ou qui rend l État d Israël responsable de maux politiques qui ne relèvent pas de ses actions, - Une comparaison entre les crimes «endurés» et les crimes «commis» par les (ou des) juifs. Migrant Se dit d une personne qui quitte son pays d origine pour s installer durablement dans un pays dont elle n a pas la nationalité. Si le terme «immigré» favorise le point de vue du pays d accueil et le terme «émigré» celui du pays d origine, let erme «migrant» prend en compte l ensemble du processus migratoire. Minorités Les minorités sont le produit d un rapport social : il s agit de groupes différenciés, stigmatisés ou rejetés dans une société donnée Préjugé Dans son sens premier, le terme «préjugé» désigne une opinion préconçue qui peut participer à la catégorisation, et parfois au rejet, d individus. Par extension, le terme désigne également les processus de généralisation abusive. Lorsque le groupe concerné par ce/ces préjugé(s) est racialisé, on parle alors de préjugé racial. Racisme Si la catégorie «race» est employée de façon courante depuis le XVIIIe siècle, le terme «racisme», utilisé avant la Première Guerre mondiale, devient d un emploi courant essentiellement lors des années vingt et trente. Il apparaît dans le Larousse en Il désigne à la fois des pratiques (ségrégations,

LES CRITERES PROHIBES DE LA DISCRIMINATION

LES CRITERES PROHIBES DE LA DISCRIMINATION LES S PROHIBES DE LA DISCRIMINATION (DÉFINITION DES CRITÈRES) La jurisprudence nous aide à définir les critères énoncés à l article 225-1 du code pénal et à l article L.122-45 du code du travail L origine

Plus en détail

MARCHE MONDIALE DES FEMMES

MARCHE MONDIALE DES FEMMES RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS MARCHE MONDIALE DES FEMMES Pour clôturer la Marche mondiale des Femmes, nous étions plus de 10,000 personnes à y participer (femmes,

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURES CONCOURS. PRIX NATIONAL «Ethique et Sport scolaire»

APPEL À CANDIDATURES CONCOURS. PRIX NATIONAL «Ethique et Sport scolaire» APPEL À CANDIDATURES CONCOURS PRIX NATIONAL «Ethique et Sport scolaire» Edito Le sport permet la diffusion de valeurs telles que le respect de l autre, la responsabilité ou encore la solidarité et contribue

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

LA FÉDÉRATION GÉNÉRALE DES PEP. Faire vivre des parcours civiques et citoyens

LA FÉDÉRATION GÉNÉRALE DES PEP. Faire vivre des parcours civiques et citoyens LA FÉDÉRATION GÉNÉRALE DES PEP Faire vivre des parcours civiques et citoyens La Fédération Générale des PEP met depuis son origine au cœur de son projet associatif et de son action sociétale trois grandes

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CCRPA DU 11 MARS 2014 COMMENT FAIRE FACE AUX DISCRIMINATIONS SUBIES PAR LES PERSONNES EN PRECARITE?

COMPTE RENDU DU CCRPA DU 11 MARS 2014 COMMENT FAIRE FACE AUX DISCRIMINATIONS SUBIES PAR LES PERSONNES EN PRECARITE? COMPTE RENDU DU CCRPA DU 11 MARS 2014 COMMENT FAIRE FACE AUX DISCRIMINATIONS SUBIES PAR LES PERSONNES EN PRECARITE? Les participants : 18 personnes (dont 11 personnes accueillies) LE CCRPA : PRÉSENTATION

Plus en détail

Formation pour les bénévoles dirigeants associatifs

Formation pour les bénévoles dirigeants associatifs Sommaire Edito 2 Formation pour les bénévoles dirigeants associatifs - Les nouvelles procédures budgétaires pour les établissements et les services médico-sociaux tarifés 3 - La loi 1901, le projet associatif,

Plus en détail

CARRIÈRES SOCIALES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES

CARRIÈRES SOCIALES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES 1 2 CARRIÈRES SOCIALES SOMMAIRE PRÉAMBULE - Organisation des études - Adaptation locale MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES OPTION ANIMATION SOCIALE ET SOCIO-CULTURELLE 1 - Méthodologie,

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme

Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE DES DROITS DE L HOMME Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme (Adopté par l Assemblée plénière du 2 mars 2000) Le 1 er février 2000, le

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Louer sans discriminer

Louer sans discriminer 1 Louer sans discriminer Guide pratique pour les propriétaires Novembre 2010 2 La présente publication est financée par le programme communautaire pour l emploi et la solidarité sociale (2007-2013). Ce

Plus en détail

Organisation / Gestion du temps

Organisation / Gestion du temps Organisation / Gestion du temps Séquence 3 : La gestion des tâches dans le temps La transition entre le collège et le lycée pose de nombreuses questions. Au collège 1, le premier élément expliquant l échec

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

Pour bien travailler ensemble

Pour bien travailler ensemble Programme d éducation à la citoyenneté pour l enseignement primaire Pour bien travailler ensemble Nous sommes heureux d accueillir vos classes dans le cadre de notre programme "La haine, je dis NON!".

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle

B.P.J.E.P.S. Animation Culturelle Centre de Formation du Théâtre en Miettes LA PRESENTATION DETAILLEE DE LA FORMATION LE PUBLIC Cette formation s'adresse à plusieurs types de candidats : - Des candidats actuellement employés sur des postes

Plus en détail

Candidature des participants. PEJ-France Caen

Candidature des participants. PEJ-France Caen Candidature des participants PEJ-France Caen Du 29 mai au 8 juin 2014 2 Le mot du président Malo MOFAKHAMI Président du PEJ-France Chers participants, En 2014, le Parlement Européen des Jeunes - France

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION L'association à pour objectifs Aider les parents d'élèves dans la recherche d'organismes de séjours de vacances à l'étranger Aider les jeunes à voyager en proposant des

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012

LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE. Académie de la Réunion 2009 2012 LE PLAN D ACTION DEPARTEMENTAL POUR L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE Académie de la Réunion 2009 2012 PREFACE DE MONSIEUR L INSPECTEUR D ACADEMIE L Education Physique et Sportive, discipline d enseignement,

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Rencontre intergénérationnelle autour du jeu

Rencontre intergénérationnelle autour du jeu Rencontre intergénérationnelle autour du jeu Cre ation d'un support d'animation par les e le ves pour les personnes a ge es de leur commune Renforcer le lien social et cre er des re flexions sur la citoyennete.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PAISES

DOSSIER DE PRESSE PAISES DOSSIER DE PRESSE PAISES Mercredi 13 mai 2009 Qu est ce que PAISES? Le projet PAISES est une Plateforme d Accompagnement, d Information et de Sensibilisation sur les Echanges Solidaires. C est un centre

Plus en détail

Pourquoi êtes-vous là? Discriminations dans le monde du travail, sur le marché de l emploi

Pourquoi êtes-vous là? Discriminations dans le monde du travail, sur le marché de l emploi Pourquoi êtes-vous là? Discriminations dans le monde du travail, sur le marché de l emploi Même personne, Mêmes compétences, Mêmes chances? Nous sommes tous victimes de stéréotypes! Cardiologue Cadre

Plus en détail

Programme des activités pour les scolaires 2015 2016

Programme des activités pour les scolaires 2015 2016 MUSEE DES BEAUX-ARTS Programme des activités pour les scolaires 2015 2016 Découvrir le musée en s amusant, apprendre à regarder les œuvres d art et les objets, créer en toute liberté dans l atelier toutes

Plus en détail

Projet éducatif des CLSH et des accueils périscolaires des services de l Ufcv

Projet éducatif des CLSH et des accueils périscolaires des services de l Ufcv Partenaire de votre projet local Projet éducatif des CLSH et des accueils périscolaires des services de l Ufcv Ufcv 10 Quai de la Charente 75019 PARIS Téléphone : 01 44 72 14 14 L UFCV s enracine dans

Plus en détail

Le Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes

Le Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes Le Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes Intervention de Brigitte Grésy, Secrétaire générale du CSEP Commission pour l égalité entre les femmes et les hommes (GEC),

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Charte FIGARO CLASSIFIEDS

Charte FIGARO CLASSIFIEDS Charte FIGARO CLASSIFIEDS PARTIE 1 : NOTRE ENGAGEMENT 1. Notre engagement Leader privé du marché des annonces d emploi sur Internet en France, FIGARO CLASSIFIEDS a développé une offre Emploi unique sur

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Des rencontres avec Des séances réservées. et les professionnels. Un accueil personnalisé. Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics

Des rencontres avec Des séances réservées. et les professionnels. Un accueil personnalisé. Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics Enseignants, élèves, étudiants et nouveaux publics Un accueil personnalisé. Des rencontres avec Des séances les cinéastes réservées. et les professionnels. Du 7 au 15 avril 2015 au Cinéma Luminor-Hôtel

Plus en détail

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Dossier de presse A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! La JOC, c'est la Jeunesse Ouvrière Chrétienne : une association

Plus en détail

ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE. S. COUSTIER CPAIEN Oullins Décembre 2015

ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE. S. COUSTIER CPAIEN Oullins Décembre 2015 ENSEIGNEMENT MORAL ET CIVIQUE S. COUSTIER CPAIEN Oullins Décembre 2015 RESSOURCES PEDAGOGIQUES SITE EDUSCOL dont sont extraits les documents du dossier mis à disposition GESTES PROFESSIONNELS GLOSSAIRE

Plus en détail

LES DISCRIMINATIONS NOUS CONCERNENT TOUS

LES DISCRIMINATIONS NOUS CONCERNENT TOUS LES DISCRIMINATIONS NOUS CONCERNENT TOUS Qu est-ce qu une discrimination? C est un traitement moins favorable subi par une personne par rapport à une autre dans une situation comparable, en raison de critères

Plus en détail

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

CLASSE DE 3 ème. Présentation de l année

CLASSE DE 3 ème. Présentation de l année CLASSE DE 3 ème Présentation de l année Quelques points de repères pour l année de 3 ème 1 er trimestre Informations La classe rencontre la conseillère d Orientation Réunion d information parents / direction

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

DROITS DE L HOMME. Compétence 7 UE 1.3 S1 F. Poinsignon et V. Croizer

DROITS DE L HOMME. Compétence 7 UE 1.3 S1 F. Poinsignon et V. Croizer DROITS DE L HOMME Compétence 7 UE 1.3 S1 F. Poinsignon et V. Croizer INTRODUCTON Parler d éthique, de morale et de déontologie, c est parler des droits de l homme Définitions Ethique Morale Déontologie

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Jeux de société coopératifs Classe : cycles 1,2 & 3 Niveau : de la maternelle au CM2 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : Stage jeux coop mai 2011 Alain Joffre-

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

Parlement Européen des Jeunes France. 10 è Forum européen «Les jeunes au cœur de la citoyenneté européenne de demain» 7 13 juillet 2013 Dijon

Parlement Européen des Jeunes France. 10 è Forum européen «Les jeunes au cœur de la citoyenneté européenne de demain» 7 13 juillet 2013 Dijon Parlement Européen des Jeunes France 10 è Forum européen «Les jeunes au cœur de la citoyenneté européenne de demain» 7 13 juillet 2013 Dijon 2 Sommaire Ø Le Parlement européen des Jeunes Le Parlement Européen

Plus en détail

Projet Enseignement de FLE / FLS et supports multimédia

Projet Enseignement de FLE / FLS et supports multimédia Projet Enseignement de FLE / FLS et supports multimédia Parcours Pédagogique Fiche élaborée par Gabriel Picard Titre : «Une histoire de l outre mer : l héritage colonial français» Thèmes : Colonialisme,

Plus en détail

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani.

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Sommaire Programme, Capacités (http://www.education.gouv.fr/cid50636/ mene0925419a.html) Dossier documentaire d histoire géographie en CAP : Note de cadrage de l épreuve.

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

«La Belgique, pays d accueil»

«La Belgique, pays d accueil» «La Belgique, pays d accueil» Activités réalisées dans le cadre de l appel à projets interculturels 2009-2010 CONTEXTE Athénée Royal Serge Creuz 1 à BRUXELLES Cours d ouverture aux cultures Professeur

Plus en détail

Projet pédagogique d école

Projet pédagogique d école Au carrefour du cadre institutionnel de l Education Nationale et de l idéologie des Servites de Marie, voici les choix pédagogiques de l équipe éducative pour les élèves du 1 er degré de l ensemble scolaire

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

Passages vers le Canada Niveau secondaire

Passages vers le Canada Niveau secondaire Passages vers le Canada Niveau secondaire Le 21 mars Guide pédagogique sur le thème de la Journée internationale pour l élimination de la discrimination raciale Préparé par le programme Passages vers le

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

«Développement de l Esprit d entreprendre» Lycée Pierre & Marie Curie

«Développement de l Esprit d entreprendre» Lycée Pierre & Marie Curie Date de remise du rapport : 01 / 2014 «Développement de l Esprit d entreprendre» Lycée Pierre & Marie Curie NOTE DE RESTITUTION FINALE DU PORTEUR DE PROJET Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l Education

Plus en détail

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur Dossier de Presse 2015 > Présentation de l Association Petits Princes > Bénévole à l Association Petits Princes : une aventure humaine exceptionnelle > Pour un même enfant, plusieurs rêves réalisés avec

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Le Droit à la Non Discrimination

Le Droit à la Non Discrimination CM1 B -2014- Le Droit à la Non Discrimination Le 5 décembre 2013, Nelson Mandela est décédé à l âge de 94 ans dans son village natal en Afrique du Sud. Une pensée particulière à ce grand pionnier des droits

Plus en détail

MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EUROPÉENNE Séjour de courte durée (16 jours)

MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EUROPÉENNE Séjour de courte durée (16 jours) Coller ici une photo d identité récente. CANDIDATURE MOBILITÉ PROFESSIONNELLE EUROPÉENNE Séjour de courte durée (16 jours) Prénom et NOM :... Groupe :... Né(e) le :... Sexe : M F Nationalité:... Adresse

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences

Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur et ses missions Référentiels de compétences Le directeur d école doit être en mesure d assurer des missions de trois ordres : missions pédagogiques, missions administratives, missions sociales.

Plus en détail

Ecole régionale. de la 2 e chance Midi-Pyrénées. Enquête de satisfaction des élèves. Résultats 2008 UNION EUROPÉENNE

Ecole régionale. de la 2 e chance Midi-Pyrénées. Enquête de satisfaction des élèves. Résultats 2008 UNION EUROPÉENNE PREFECTURE DE LA REGION MIDI-PYRENEES Profils & Parcours Ecole régionale de la 2 e chance Midi-Pyrénées Enquête de satisfaction des élèves Résultats 2008 Mars 2009 UNION EUROPÉENNE Sommaire 1 - Champ

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat

Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Objet : Appel à participation / Festival 2 Pays, Samedi 14 et Dimanche 15 septembre 2013, à Baccarat Madame, Monsieur, «Territoires 2 vie, territoires d initiatives» est un projet de coopération lancé

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Guide des premiers jours

Guide des premiers jours Accueillir un enfant du voyage dans une classe ordinaire : Guide des premiers jours Quatre facteurs entravent sensiblement la réussite scolaire des enfants itinérants : «- changement de maître, et partant

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

PROJET EDUCATIF PROJET PEDAGOGIQUE

PROJET EDUCATIF PROJET PEDAGOGIQUE PROJET EDUCATIF PROJET PEDAGOGIQUE Accueil de loisirs de Nozay Croc Loisirs de Vay Responsables Nozay : Denis Bretécher (enfancenozay.lamano@orange.fr) N port: 06.79.67.32.92. Vay: Nolwen Hébert-Bertho

Plus en détail

le tour européen du bénévolat et du volontariat fait étape à paris

le tour européen du bénévolat et du volontariat fait étape à paris année européenne du bénévolat et du volontariat le tour européen du bénévolat et du volontariat fait étape à paris du 14 au 20 avril 2011 place de l Hôtel de ville programme Ouvert de 11h à 19h Entrée

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Master Professionnel Sciences de l éducation

Master Professionnel Sciences de l éducation Anjot Simon 12, rue Leroy 14000 Caen simon.anjot@gmail.com Téléphone : 0632181851 Master Professionnel Sciences de l éducation Projet professionnel pour le Master 2 Pro : Education, formation et mutations

Plus en détail

Septembre à décembre 2015

Septembre à décembre 2015 Nos partenaires: Septembre à décembre 2015 Donner vie à un projet de société libre, égalitaire et fraternelle. Implantée dans le département du Pas-de-Calais depuis 1926, la Ligue de l enseignement du

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 Introduction Depuis plusieurs années, CHAULGNES s est fortement engagée en faveur de la jeunesse considérée comme un champ d action

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail