Formation Continue IAL Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie"

Transcription

1 Formation Continue IAL Présentation de cas Dr. Borbala Pazar Maldonado Service d Immunologie et Allergie

2 Mme C. L, patiente de 76 ans Antécédents: Dépression chronique récurrente Fracture déplacé du 5 ème MTP à gauche en janvier 2014 Notion de polyneuropathie bilatérale Trouble de la marche et de l équilibre origine multifactorielle Thrombose veineuse profonde en 2000 Hypertension artérielle Cholécystectomie

3 En février 2012: Investigations car asthénie, douleur fosse iliaque droit CT abdominale: pas de lésion suspecte au niveau de l abdomen, mais un effet de masse paravertébrale rétrocardiaque droite Complété par CT thoracique:

4 Plusieurs effets de masse intrapulmonaires, masse nodulaire d environ 15 mm postérieur du lobe inférieur droit. DD tumeur primaire/ métastases

5 Biopsie pulmonaire en mars 2012: Nombreux foyers d inflammation granulomateuse microabcédante et focalement nécrosante Recherche des germes ( PAS, Gram, Ziehl) négatif, BAAR négatif, recherche des mycobacteries par PCR négatif Pas de cellules tumorales

6 Diagnostic en 2012 Sarcoidose avec attente pulmonaire (hypothétique) Pas de consultation IAL Pas de traitement Pas de suivi

7 En janvier 2014: Chute, fracture du 5 ème MTP à gauche Suite l opération: parésie distale et troubles de la sensibilité du membre inferieur gauche Anamnèse pas claire si symptomes déjà auparavant ENMG en janvier 2014: polyneuropathie sensitivomotrice axono-myélinique ddc

8 Hospitalisation actuel: Février 2015: asthénie, baisse de l état générale, soins impossible à domicile Transfert CHUV début mars 2015: insuffisance rénale rapidement progressive: créatinine > 300 µmol/l ( en octobre 2014 chez MT: 160 µmol/l)

9 Anamnèse actuel: Asthénie, inappétence depuis début 2015, fatigue, perte de poids Hyperesthésie/ paresthésie pied gauche depuis janvier 2014, accompagné par une faiblesse du pied gauche Arthralgies d allure mécaniques occasionnelles

10 Status: Aréflexie des membres inférieurs symmétrique, hyperesthésie tactile du pied gauche, force musculaire 4/5 au niveau des réleveur des orteils au pied gauche Autrement sp

11 Examens paracliniques Laboratoire: CRP 34 mg/l, VS 65 mm/h, ferritine 498 µg/l FSC: lymphopénie à 0.67 G/l Créatinine à 344 mcg/l (FE Na 2.34 rénale), K à 5.1 mmol/l, tests hépatiques normaux Dépistage ANA: négatif ANCA: p-anca avec anti-pr3 positif à 817 CU, anti- MPO et anti-gbm négatif Immunosoustraction : pas de gammapathie monoclonale Sédiment uriniare : nombreux erythrocytes spot : prot/créat 420, protéinurie 24 heures estimé à 1600 mg Imagerie: - Rx thorax: mini épanchement pleuraux, autrement sp - US abdomen inferieur: léger atrophie rénale, pas autre pathologie des voies urinaires

12 CT thorax natif du Absence d'adénomégalie intra-thoracique ou axillaire. Pas d'épanchement pleuropéricardique. présence de quelques micronodules sous-pleuraux, aspécifiques, donnant une impression d'épaississement sous-pleural irrégulier. Absence de nodule d'allure suspecte ou pouvant parler en faveur d'un Wegener.

13 Biopsie rénale: Glomerulonéphrite extra-capillaire nécrosante pauci-immune avec Lésions actives: 3 croissants cellulaires dont 2 avec nécrose 4 croissantes fibro-cellulaires Minime inflammation interstitielle non-spécifique Lésions chroniques: Sclérose glomerulaire 9/14, 64% 7 croissantes fibreux Minime foyer de fibrose interstitielle A noter qu il n a pas été observé de granulome IF: négatif, dépôts de fibrinogène au niveau des croissants cellulaires

14 Diagnostic Polyangéite granulomateuse avec Attente rénale: insuffisance rénale aigue rapidement progressif Présence des anticorps anti-pr3 à haut titre Possible attente neurologique ( ENMG en janvier 2014) Probable attente pulmonaire en 2012

15 Traitement Solu-Medrol 500 mg /j en attendent la biopsie rénale 7 séances de plasmaphérèse sur 2 semaines Cyclophosphamide 7.5mg/kg/cure soit 500 mg au total 6 pulses Relai par prednisone per os 1 mg/kg/j

16 Evolution Cliniquement stable, patiente peu symptomatique Laboratoire: amélioration rapide de la fonction rénale Suite du traitement: Azathioprine vs rituximab à discuter

17 ANCA et polyangéite granulomateuse Classique: C-ANCA avec anti-pr3 plus de 90% des c-anca sont dirigés contre la PR3, environ 80-90% des p-anca reconnaissent la MPO une spécificité MPO est retrouvée dans moins de 10% des fluorescences d aspect c-anca des p-anca avec une spécificité PR3 sont encore plus rares Immunofluorescence indirecte n est pas toujours fiable, dû moins en ce qui concerne le pattern. C est la spécificité PR3 ou MPO qui fait foi

18 Evolution spontané sur 2 ans? Lésions pulmonaires en 2012 déjà présentation de la polyangéite granulomateuse? Premier temps sarcoidose?

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé :

La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit être clairement exprimé : Indications des examens d imageried en pathologie thoracique Partie 1 M El Hajjam et P Lacombe La prescription d un examen d imagerie thoracique doit être raisonnée et motivée Le problème à résoudre doit

Plus en détail

CLASSIFICATION ET DIAGNOSTIC DES VASCULARITES SYSTEMIQUES Loïc Guillevin Hôpital Cochin, Paris

CLASSIFICATION ET DIAGNOSTIC DES VASCULARITES SYSTEMIQUES Loïc Guillevin Hôpital Cochin, Paris CLASSIFICATION ET DIAGNOSTIC DES VASCULARITES SYSTEMIQUES Loïc Guillevin Hôpital Cochin, Paris Fibrinoid necrosis (media) Inflammation Thrombosis CLASSIFICATION CLASSIFICATION DES VASCULARITES NECROSANTES

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires

Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Patiente de 43 ans ATCD : tabagisme sevré 2003, G3P2 Asthénie, ictère d aggravation progressive depuis 2014, prurit, quelques angiomes stellaires Biologie : Cytolyse, cholestase ALAT, ASAT 80, GGT 107,

Plus en détail

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque

Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque Arthrite chronique juvénile associée à une maladie cœliaque I. Lustenberger 1 *, P. Wiesel 2, A. K. So 1, J. C. Gerster 1. 1 Service de Rhumatologie et Réhabilitation, Hospices CHUV, Lausanne, Suisse 2

Plus en détail

Quizz en Infectiologie 1 er cas

Quizz en Infectiologie 1 er cas Quizz en Infectiologie 1 er cas Charles CAZANAVE, Noémie GENSOUS, Didier NEAU Service des Maladies Infectieuses et Tropicales du Pr. M. DUPON Histoire de la maladie Depuis été 2013 : patient de 74 ans

Plus en détail

SYNDROME INFLAMMATOIRE SANS PISTE CLINIQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

SYNDROME INFLAMMATOIRE SANS PISTE CLINIQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE SYNDROME INFLAMMATOIRE SANS PISTE CLINIQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE K. Di Silvestro FAG 21 novembre 2013 Mr R. Anamnèse BEG, asthénie depuis 2 mois, EF à 38.5 C depuis 2j Inappétence, pas de perte pondérale

Plus en détail

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Dampremy 9 janvier 2010 Prescription d imagerie par le médecin généraliste à 22% de ses patients;

Plus en détail

Vasculites: Quand il faut y penser! A propos de deux cas

Vasculites: Quand il faut y penser! A propos de deux cas Vasculites: Quand il faut y penser! A propos de deux cas Cas n 1(M.G.): anamnèse Monsieur M.G., 72 ans Bonne santé habituelle Consulte son MT alors que: Depuis 2-3 mois: baisse de l'état général, asthénie,

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

Maladies systémiques et autoimmunes

Maladies systémiques et autoimmunes Maladies systémiques et autoimmunes Olivier Fain Médecine interne Hôpital Saint Antoine Université Paris 6 75012 Paris olivier.fain@aphp.fr 01 71 97 05 84 Maladies systémiques Atteinte de plusieurs systèmes

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

Le syndrome d activation macrophagique

Le syndrome d activation macrophagique DMCP Le syndrome d activation macrophagique J. Wassenberg Formation continue IAL CHUV - 9 octobre 2008 Fille de 11 ans Douleurs et tuméfactions articulaires intermittente (genoux, poignets, doigts) Methotrexate,

Plus en détail

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes 11 ème RENCONTRE SUR LES URGENCES ET COMPLICATIONS SEVERES CHEZ LE PATIENT CANCEREUX N Meuleman 16/10/2010 Atteintes pulmonaires et hémopathies malignes

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE

De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE De l Arthrite Juvénile Idiopathique au Syndrome de Chevauchement A. VENAILLE - GRENOBLE Kévin, né en 1991 Pas d antécédents familiaux ni personnels Vaccins à jour Début du suivi pour maladie inflammatoire

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE 1 Elianne DUBOIS IDE CENTRE G F LECLERC DIJON SOFOG TOULOUSE 9 octobre 2015 LA PERSONNE ÂGÉE En France, la population âgée

Plus en détail

Cas clinique. Purpura rhumatoïde ou purpura de Henoch-Schönlein. Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - http://nephrohug.

Cas clinique. Purpura rhumatoïde ou purpura de Henoch-Schönlein. Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - http://nephrohug. Cas clinique Purpura rhumatoïde ou purpura de Henoch-Schönlein Dr Vincent Bourquin - service de néphrologie - http://nephrohug.com Patiente de 18 ans Pas de mauvaise habitude Pas de traitement habituel

Plus en détail

Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002"

Formation continue Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002 Dr. med. Eric Breitenstein Vidy-Med SA, Schweiz Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002" Keywords: pneumonie,

Plus en détail

situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey

situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey Récit d une d situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q Présent senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey 1) Introduction Patient de 50 ans Vu en consultation avec son épouse Motif : Fièvre persistante

Plus en détail

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Contexte et méthode d évaluation 2 Une évaluation par la HAS : Pourquoi? Mars 2005: lancement effectif

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois

Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Dossier CT Marrakech P Fajadet, J Giron F, 57 ans Cl: pneumopathie fébrile Arthralgies, Erythème noueux tabagisme: 30 pqts-années ATCD=0 Voyage USA il y a 1 mois Diagnostic? Un peu plus de clinique?

Plus en détail

RADIOLOGIE au quotidien. Que retenir pour le praticien généraliste?

RADIOLOGIE au quotidien. Que retenir pour le praticien généraliste? RADIOLOGIE au quotidien Que retenir pour le praticien généraliste? Exemple à critiquer! Cher confrère, Veuillez réaliser chez M. X un scanner abdominal total. Bien confraternellement, Docteur Y La bonne

Plus en détail

Vascularites à anticorps anti membrane basale glomérulaire. E. Thervet Service de Néphrologie Département HYPPARC HEGP eric.thervet@egp.aphp.

Vascularites à anticorps anti membrane basale glomérulaire. E. Thervet Service de Néphrologie Département HYPPARC HEGP eric.thervet@egp.aphp. Vascularites à anticorps anti membrane basale glomérulaire E. Thervet Service de Néphrologie Département HYPPARC HEGP eric.thervet@egp.aphp.fr Petits vaisseaux glomerule interlobulaire 50 µm arquée 70

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

MALADIE DE HORTON. Pr. Magy-Bertrand Chef du Service de Médecine Interne CHU Besançon

MALADIE DE HORTON. Pr. Magy-Bertrand Chef du Service de Médecine Interne CHU Besançon MALADIE DE HORTON Pr. Magy-Bertrand Chef du Service de Médecine Interne CHU Besançon DEFINITION Artérite giganto-cellulaire Concerne les vaisseaux de moyen et gros calibre Prédomine dans le territoire

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

item 206 Pathologies Interstitielles Diffuses

item 206 Pathologies Interstitielles Diffuses item 206 Pathologies Interstitielles Diffuses représentation schématique du lobule pulmonaire septa inter-lobulaires (SIL) vus en thoracoscopie chez un fumeur Cause connue 1/ Proliférations malignes lymphangite

Plus en détail

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé?

2. Comment peuvent-elles expliquer la gravité accrue des affections cardiovasculaires chez le sujet âgé? Fondamentale juin 2011 Traiter TROIS questions parmi les SIX suivantes. Une question par copie 1. Quelles sont les conséquences de la restriction calorique chez l'animal et chez l'homme? Quelles sont les

Plus en détail

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM)

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM) Niveau 1 (P1) Niveau 2 (P2) Niveau 3 (P3) Niveau 4 (P4) Guide de priorités pour les Examen nécessaire immédiatement pour diagnostiquer un état qui met en danger la survie du patient. Type d examen qui

Plus en détail

Question 1 Le diagnostic proposé est celui d infection urinaire. Quels arguments tirés de l énoncé permettent

Question 1 Le diagnostic proposé est celui d infection urinaire. Quels arguments tirés de l énoncé permettent Énoncé D1-2007 Une femme de 68 ans, tabagique non sevrée, est hospitalisée pour altération de l état général. À l arrivée, la tension artérielle est à 140/80 mmhg, le pouls à 110/ min, elle a une polypnée

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail

RÉSECTIONS HÉPATIQUES MAJEURES D HEPATOCARCINOME SUR FOIE NON CIRRHOTIQUE A PROPOS DE 6 CAS EN 14 MOIS B. GENELLE, L. AZIERE, T.

RÉSECTIONS HÉPATIQUES MAJEURES D HEPATOCARCINOME SUR FOIE NON CIRRHOTIQUE A PROPOS DE 6 CAS EN 14 MOIS B. GENELLE, L. AZIERE, T. RÉSECTIONS HÉPATIQUES MAJEURES D HEPATOCARCINOME SUR FOIE NON CIRRHOTIQUE A PROPOS DE 6 CAS EN 14 MOIS B. GENELLE, L. AZIERE, T. DERYCKE CHC : UNE VINGTAINE DE CAS PAR AN AU CHT DECOUVERTE LE PLUS SOUVENT

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Cancer du sein: le rôle du praticien dans le diagnostic et les traitements. PD Dr med. Gilles Berclaz, directeur clinique du centre du Sein de Berne

Cancer du sein: le rôle du praticien dans le diagnostic et les traitements. PD Dr med. Gilles Berclaz, directeur clinique du centre du Sein de Berne Cancer du sein: le rôle du praticien dans le diagnostic et les traitements PD Dr med. Gilles Berclaz, directeur clinique du centre du Sein de Berne Plan Dépistage Diagnostic Préparation à l opération Opération:

Plus en détail

Reins et connectivites. Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004

Reins et connectivites. Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004 Reins et connectivites Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004 Introduction Les glomérulopathies inflammatoires Les glomérulonéphrites immunes : LED, pauci-immunes, anti-gbm

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

Principales lésions élémentaires en pathologie rénale

Principales lésions élémentaires en pathologie rénale Principales lésions élémentaires en pathologie rénale Isabelle Brochériou Hôpital Tenon Lésions élémentaires évaluées sur une biopsie rénale Lésions glomérulaires Lésions tubulaires Lésions Interstitielles

Plus en détail

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND

Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers. Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Anatomie des tumeurs: Signes et symptômes d évolution des cancers Renée Dugas MD Soins palliatifs CHUM-HND Cancers les plus fréquents: par ordre décroissant Poumons Côlon et rectum Sein Prostate Pancréas

Plus en détail

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo EXERCICE 1 : Un enfant de 10 ans est amené par ses parents aux urgences

Plus en détail

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient.

N 92. Rachialgie. Les dix commandements [N 92] 5. Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. N 92. Rachialgie Diagnostiquer une rachialgie. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. Statistiques ECN Question déjà tombée 3 fois. En quelques mots-clés Commune/symptomatique

Plus en détail

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne Généralités Imagerie du cancer de DES de gynécologie 09 février 2007 Edouard Poncelet, Pr D Vinatier Service d Imagerie médicale, JDF Service de Chirurgie gynécologique, JDF 3 cancer chez la femme (sein,

Plus en détail

testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement!

testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement! : t i u t a r g t i a Extr testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement! Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur 8 Dossier N 1 2 Mme T, âgée de 65 ans se présente

Plus en détail

Juillet 2012 n 8 CORRECTION

Juillet 2012 n 8 CORRECTION DOSSIER DU MOIS Juillet 2012 n 8 CORRECTION ANNEE 2011/2012 CORRECTION DU DOSSIER DU MOIS DE JUILLET 2012 Question 1: (11 points) Maladie de Horton (3) Maladie potentiellement grave (1) Clinique : terrain,

Plus en détail

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP)

LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITONS (TEP) Qu est ce que la TEP? - Technique d imagerie médicale fonctionnelle métabolique - Injection d un radiopharmaceutique Particularité : Emetteur de positons -

Plus en détail

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES

LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 23.03.09 Dr Jacquier Orthopédie - Rhumatologie - Traumatologie I)La Polyarthrite Rhumatoïde (PR) B)Signes fonctionnels C)Signes physiques F)Radios G)Traitement LES RHUMATISMES INFLAMMATOIRES 1)Traitement

Plus en détail

CAS CLINIQUE: UN PURPURA INOPPORTUN

CAS CLINIQUE: UN PURPURA INOPPORTUN CAS CLINIQUE: UN PURPURA INOPPORTUN Claire Laresche CHU Besançon, Pr Humbert Nancy, 28/10/2010 Mr M., 44ans Antécédents: Rectocolite hémorragique (RCH), diagnostiquée en 2002: Corticothérapie Ciclosporine

Plus en détail

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce

PET- SCAN ou TEP. Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce PET- SCAN ou TEP Son intérêt actuel en Cancérologie thoracique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY et Docteur F. VAYLET Hôpital du Val-de-Grâce (certains de ces clichés proviennent de la monographie Astrazeneca

Plus en détail

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire.

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire. LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE MICHEL EID, MASSOTHÉRAPEUTE CLINIQUE DU LYMPHOEDÈME DU QUÉBEC ET PHYSIO EXTRA Plan de la présentation Définition de différents types de lymphoedème.

Plus en détail

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant Dossier 1 N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte Complications : Diagnostiquer un diabète chez l enfant et l adulte. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne. Imagerie du sein

Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne. Imagerie du sein Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne Imagerie du sein Dr. Domenico Lepori Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle, CHUV Lausanne

Plus en détail

«Chimiothérapie pour MHCR, SOS et CASH : le point de vue du pathologiste»

«Chimiothérapie pour MHCR, SOS et CASH : le point de vue du pathologiste» «Chimiothérapie pour MHCR, SOS et CASH : le point de vue du pathologiste» Laura Rubbia-Brandt Service de Pathologie Clinique Cancer colorectal avancé Traiter les métastases hépatiques Augmenter la résecabilité

Plus en détail

Inflammations granulomateuses

Inflammations granulomateuses Pathologie Générale Inflammation et Cicatrisation Inflammations granulomateuses Pr Gérard ABADJIAN USJ 2014 Définitions et introduction Granulome inflammatoire ensemble des éléments cellulaires (leucocytaires,

Plus en détail

PICC line. Dr Khalil Jabbour. Département d Anesthésie Réanimation. Hôtel-Dieu de France

PICC line. Dr Khalil Jabbour. Département d Anesthésie Réanimation. Hôtel-Dieu de France + PICC line Dr Khalil Jabbour Département d Anesthésie Réanimation Hôtel-Dieu de France + + Introduction PICC line : Peripherally Inserted Central Catheter Depuis le début des années 90, largement utilises

Plus en détail

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 ASPECTSENIMAGERIEDE EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 Hantous-Zannad S., Trabelsi S., Ridène I., Zidi A, Baccouche I., Belkhouja K., Ben Romdhane K., Besbes M., Ghedira H., Ben Miled-M

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille Introduction La prise en charge chirurgicale

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

INSUFFISANCE RENALE AIGUË

INSUFFISANCE RENALE AIGUË INSUFFISANCE RENALE AIGUË 1 DEFINITION : Diminution du débit de filtration glomérulaire responsable d un syndrome d urémie aiguë (élévation créatininémie et urémie) Constitution brutale ou rapidement progressive

Plus en détail

Highlight sur les Hépatopathies Auto-immunes

Highlight sur les Hépatopathies Auto-immunes Formation Continue Hépatites 29 novembre 2007 Highlight sur les Hépatopathies Auto-immunes «La Cirrhose Biliaire Primitive» Caractéristiques Épidémiologie Histologie Pathophysiologie Traitement Situation

Plus en détail

Un infiltrat peut en cacher un autre. Jérôme OLAGNE Service de Néphrologie Transplantation Département de Pathologie CHU Strasbourg

Un infiltrat peut en cacher un autre. Jérôme OLAGNE Service de Néphrologie Transplantation Département de Pathologie CHU Strasbourg Un infiltrat peut en cacher un autre Jérôme OLAGNE Service de Néphrologie Transplantation Département de Pathologie CHU Strasbourg 1 Cas clinique 1 Jeune femme de 43 ans Antécédents : Cirrhose post-oh

Plus en détail

Lombalgie commune. T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO S. Rochard, Service de réeducation 23 avril 2008

Lombalgie commune. T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO S. Rochard, Service de réeducation 23 avril 2008 Lombalgie commune T. Sacroug, SMPR A.-S. Steiner, SMPR S. Leal, UMPRO S. Rochard, Service de réeducation 23 avril 2008 Objectifs Distinguer une lombalgie commune d une lombalgie spécifique Poser l indication

Plus en détail

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie:

Myélome. Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: MYÉLOME MULTIPLE Myélome Prolifération maligne d un clone de cellule plasmocytaire produisant une immunoglobuline monoclonale Epidémiologie: 1% des cancers, 10% des hémopathies Plus fréquent chez les hommes,

Plus en détail

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France MARS 2013 Marqueurs cardiaques Non spécifiques : Myoglobine CK et CK-MB LDH et ASAT Spécifiques : Troponine

Plus en détail

OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE

OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE OBJECTIFS DU STAGE DE CHIRURGIE TABLE DES MATIÈRES APTITUDES... 2 COMPÉTENCES CLINIQUES... 2 DOULEUR AIGUË DE LA FOSSE ILIAQUE DROITE... 2 DOULEUR AIGÜE DE LA FOSSE ILIAQUE GAUCHE... 4 DOULEUR AIGÜE DE

Plus en détail

Clément Porte IMG 1 er semestre

Clément Porte IMG 1 er semestre Clément Porte IMG 1 er semestre Mme G, 57 ans, arrive aux urgences à 16h Adressée par son MT pour suspicion d AVC devant des signes apparus à 14h : Paralysie faciale droite de la partie inférieure du

Plus en détail

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic?

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic? Monsieur L., 25 ans Cas cliniques Camille Francès Service de Dermatologie Allergologie Hôpital Tenon camille.frances@tnn.aphp.fr Cuisinier, célibataire, sans enfant; Pas d antécédent personnel ou familial;

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

DOSSIER N 8 QUESTION 1. QUESTION 2 Dans ce contexte, quel est le seul diagnostic à évoquer en urgence?

DOSSIER N 8 QUESTION 1. QUESTION 2 Dans ce contexte, quel est le seul diagnostic à évoquer en urgence? DOSSIER N 8 Dossier n 8 Une femme de 29 ans sans antécédent particulier, mariée, un enfant, sous pilule estroprogestative, consulte aux urgences pour des céphalées d intensité inhabituelle depuis hier

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Aucun conflit d intérêt Rodriguez Maeva CH Angoulême Mr B 31 ans Antécédents : AVP en 2014 dans un contexte d alcoolisation : plaies hépatique et

Plus en détail

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières Préambule... 3 1. Prérequis... 3 2. Mésothéliome malin... 3 2.1. Généralités...

Plus en détail

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Thierry COMOLET. Direction générale de la santé. Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et de la politique

Plus en détail

Plaquettes, auto-immunité, antiphospholipides et grossesse. Françoise Boehlen Service d Angiologie et d Hémostase HUG

Plaquettes, auto-immunité, antiphospholipides et grossesse. Françoise Boehlen Service d Angiologie et d Hémostase HUG Plaquettes, auto-immunité, antiphospholipides et grossesse Françoise Boehlen Service d Angiologie et d Hémostase HUG Cours de perfectionnement Labmed Neuchâtel 18 février 2013 Cas cliniques 1 et 2 Mme

Plus en détail

Un homme, un pic, 3 possibilités...

Un homme, un pic, 3 possibilités... Un homme, un pic, 3 possibilités... Symposium, 17.10.2015 Dr Bauwens Déborah, Hématologue 1. Définition Plasmocytes malins dans la moelle osseuse (> 10%). Les cellules myélomateuses sécrètent une proteine

Plus en détail

Quels switchs: Quand et comment?

Quels switchs: Quand et comment? Quels switchs: Quand et comment? Villemain Angers 1 Les avantages et inconvénients des différents immunosuppresseurs 2 CICLOSPORINE - NEORAL Avantages Inconvénients Pierre angulaire de la transplantation

Plus en détail

Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement

Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement Recommandations de la société britannique d infectiologie (littérature revue jusqu en septembre 2008) Méningites tuberculeuses: diagnostic et traitement DES de Neurologie Lyon, 20/10/2010 X Moisset Introduction

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique Diagnostiquer une tumeur du sein : argumenter l'attitude thérapeutique et justifier le suivi du patient Professeur X Pivot, Professeur M Marty, Docteur M Espié CHU de Besançon, Hôpital Saint Louis-Paris

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Corticoïdes Immunomodulateurs Immunosuppresseurs. L Sailler Service de Médecine Interne

Corticoïdes Immunomodulateurs Immunosuppresseurs. L Sailler Service de Médecine Interne Corticoïdes Immunomodulateurs Immunosuppresseurs L Sailler Service de Médecine Interne définitions Immunomodulateurs: Modifie la réponse immune de l organisme sans majorer le risque infectieux ou tumoral

Plus en détail

Objectifs des stages obligatoires à l externat

Objectifs des stages obligatoires à l externat Faculté de médecine Vice-décanat aux études médicales de premier cycle Objectifs des stages obligatoires à l externat Utiliser la navigation par signets de votre lecteur Adobe pour repérer le stage désiré.

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

APPORT DE LA TDM THORACIQUE (HR) DANS LE DIAGNOSTIC DES MANIFESTATIONS PULMONAIRE AU COURS D UNE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

APPORT DE LA TDM THORACIQUE (HR) DANS LE DIAGNOSTIC DES MANIFESTATIONS PULMONAIRE AU COURS D UNE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE APPORT DE LA TDM THORACIQUE (HR) DANS LE DIAGNOSTIC DES MANIFESTATIONS PULMONAIRE AU COURS D UNE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE DR SOULEF KRIAA Département d imagerie d médicale m EPS Fattouma Bourguiba Monastir

Plus en détail

4- MODE DE CONTAMINATION

4- MODE DE CONTAMINATION PNEUMOCYSTOSE 1- DEFINITION La pneumocystose humaine est due à un microorganisme, cosmopolite, ubiquitaire, opportuniste, Pneumocystis jiroveci, se développant principalement dans les poumons de patients

Plus en détail

EPIDEMIE D HISTOPLASMOSE A Histoplasma capsulatum var. capsulatum A LA MARTINIQUE

EPIDEMIE D HISTOPLASMOSE A Histoplasma capsulatum var. capsulatum A LA MARTINIQUE EPIDEMIE D HISTOPLASMOSE A Histoplasma capsulatum var. capsulatum A LA MARTINIQUE Nicole Desbois, M. Chakra, B. Dugardin, Danielle Quist, J. de Thore, S. Simon, Christine Aznar Laboratoire de Parasitologie-Mycologie-Immunologie,

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

TOXOCAROSE OCULAIRE. DU d imagerie rétinienne et traitements maculaires 2002. Dr C. Lemaître-Labilloy Pitié-Salpétrière Paris

TOXOCAROSE OCULAIRE. DU d imagerie rétinienne et traitements maculaires 2002. Dr C. Lemaître-Labilloy Pitié-Salpétrière Paris TOXOCAROSE OCULAIRE DU d imagerie rétinienne et traitements maculaires 2002 Dr C. Lemaître-Labilloy Pitié-Salpétrière Paris Epidémiologie Syndrome de larva migrans : impasse parasitaire chez l homme de

Plus en détail

Module 3.3: Immunopathologie. Néphropathologie. S. Rotman Pathologie

Module 3.3: Immunopathologie. Néphropathologie. S. Rotman Pathologie Module 3.3: Immunopathologie Néphropathologie S. Rotman Pathologie Objectifs Illustrations pratiques des connaissances théoriques en immunopatholgie Pathologie fréquente de la transplantation rénale Maladie

Plus en détail