Portrait de métiers. Les métiers de la mécanique. Por t r a i t de mé t i e r s a o û t 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Portrait de métiers. Les métiers de la mécanique. Por t r a i t de mé t i e r s a o û t 2008"

Transcription

1 Por t r a i t de mé t i e r s a o û t 2008 Observatoire Régional de l Emploi et de la Formation d ile-de-france Portrait de métiers Les métiers de la mécanique

2 C E quipe de réalisation..rédaction : Franck Bouchut, Christophe Chapot..Infographie : Boukari Dianka..Traitement des données : Franck Bouchut, Angélique Henaux, Frédéric Lainé, Nathalie Roy..Assistance technique : Emmanuelle Vignerot..Communication : Michelle Bourdier..Coordination : Frédéric Lainé..Sous la direction de Christine Bruniaux. 2

3 C ommaire S Les métiers de la mécanique Équipe de réalisation Édito... 4 Présentation générale... 5 Les métiers de la mécanique... 8 Commentaire : les métiers...9 Commentaire : l insertion des jeunes...14 Emploi Age et formation dans l emploi...26 Prospective Formation initiale...28 Formation continue...29 Insertion des jeunes...31 Mobilité et marché du travail...36 Chômage...37 Localisation de l offre et de la demande d emploi...38 D10 Ouvriers non qualifiés travaillant par enlèvement ou formage de métal Commentaire...40 Emploi Age et formation dans l emploi...43 Mobilité et marché du travail...44 Chômage...45 Localisation de l offre et de la demande d emploi...46 D11 Ouvriers qualifiés travaillant par enlèvement de métal Commentaire...48 Emploi Age et formation dans l emploi...52 Formation initiale...53 Mobilité et marché du travail...54 Chômage...55 Localisation de l offre et de la demande d emploi...56 D12 Ouvriers qualifiés travaillant par formage de métal Commentaire...58 Emploi Age et formation dans l emploi...62 Formation initiale...63 Mobilité et marché du travail...64 Chômage...65 Localisation de l offre et de la demande d emploi...66 D13 Ouvriers non qualifiés de la mécanique Commentaire...68 Emploi...70 Age et formation dans l emploi...71 Mobilité et marché du travail...72 Chômage...73 Localisation de l offre et de la demande d emploi...74 D14 Ouvriers qualifiés de la mécanique Commentaire...76 Emploi...79 Age et formation dans l emploi...80 Formation initiale...81 Mobilité et marché du travail...82 Chômage...83 Localisation de l offre et de la demande d emploi...84 D16 Techniciens et agents de maîtrise de la mécanique Commentaire...86 Emploi...89 Age et formation dans l emploi...90 Formation initiale...91 Mobilité et marché du travail...92 Chômage...93 Localisation de l offre et de la demande d emploi...94 Ingénieurs et cadres techniques de la mécanique Commentaire...96 Emploi...98 Age et formation dans l emploi...99 Mobilité et marché du travail Fiche référence : moyenne des métiers en Ile-de-France Emploi Age et formation dans l emploi Formation initiale Formation continue Insertion des jeunes Mobilité et marché du travail Chômage Localisation de l offre et de la demande d emploi Bibliographie Définitions, sources et méthodes Annexe 1 - Liste générale des diplômes Annexe 2 - Données sectorielles

4 C E dito Pour piloter l offre de formation professionnelle, et plus largement gérer les ressources humaines de façon optimale dans la région, de manière à ce qu elles favorisent le développement économique tout en permettant la sécurisation des parcours individuels, il est indispensable de bien connaître les métiers, leur évolution passée et à venir, la façon dont ils s alimentent, le niveau auquel ils recrutent, etc. ; c est pourquoi l OREF d Ile-de-France s est attelé dès ses débuts à fournir une vision quantitative globale de l évolution des métiers, rétrospective et prospective. Aujourd hui, la question est davantage d approfondir plus en détail ces évolutions et de confronter ces analyses statistiques à celles de praticiens, professionnels des métiers en question, issus des branches en particulier, pour comprendre en profondeur le marché du travail de ces métiers, externe ou interne aux entreprises, et identifier les besoins en matière de formation, initiale ou continue. L exercice n est pas facile : si l on dispose de nombreuses données sur l emploi dans ces métiers, confronter directement le nombre de formés à ce métier dans l appareil de formation initiale ou continue, au nombre d emplois présent ou à venir ne tient pas compte des phénomènes d inadéquation entre niveau ou spécialité de formation et emploi occupé. Il faut également comprendre des phénomènes paradoxaux comme la coexistence de chômage et de difficultés de recrutement sur un métier, ou de tensions sur le marché du travail et de relégation des travailleurs âgés. S il n est pas facile, cet exercice se révèle néanmoins salutaire, pour les questions qu il peut susciter et les discussions qu il peut provoquer, amorçant un cadre de réflexion commun entre partenaires pour un pilotage plus averti des politiques de formation et d emploi. C est pourquoi ces «Portraits de métiers» ont été développés. Ils ont été conçus comme des outils de travail pour les professionnels et les techniciens des institutions en charge du pilotage des politiques de formation et d emploi. Celui-ci, le second de la série, porte sur les métiers de la mécanique, et sera accompagné d un «Thema», dossier documentaire sur les formations et les métiers du même champ. D autres suivront, sur les métiers du transport et de la logistique et ceux des services à la personne. La «boîte à outils» est donc amenée à s enrichir. Au nom du comité de programmation de l OREF, que je préside, je souhaite que ces documents soient largement utilisés comme références dans les discussions autour du pilotage de la formation, et contribuent ainsi à l élévation du niveau de compétence collective sur le sujet dans notre région. Michèle VALLADON Présidente du GIP CARIF Ile-de-France Conseillère régionale

5 C P résentation générale Ce portrait statistique des métiers de la mécanique en Ile-de-France comprend, pour chaque métier, des commentaires et des fiches d indicateurs dans les domaines de l emploi, de la formation, de la mobilité professionnelle, des tensions sur le marché du travail et du chômage. Il comporte en préalable un panorama général de ces métiers, assorti d une analyse spécifique de l insertion des jeunes dans les principales spécialités de formation préparant à ces métiers. Sauf pour les ingénieurs, la nomenclature utilisée est celle des familles professionnelles. Les familles pr o f e s s i o n n e l l e s Les familles professionnelles sont des regroupements de professions. La nomenclature des familles professionnelles (FAP) permet d analyser simultanément la nature des emplois occupés et celle des emplois recherchés, car elle rapproche les professions et catégories socioprofessionnelles utilisées pour le recensement de la population, et le répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME) utilisé par l ANPE pour codifier les demandes et les offres d emploi. Cette nomenclature des métiers comporte deux niveaux d agrégation en Ile-de-France : en 124 postes (niveau le plus détaillé), eux mêmes regroupés en 22 domaines professionnels. Les domaines professionnels ne doivent pas être confondus avec les secteurs d activité, même si les intitulés sont parfois proches. Une même profession peut être exercée dans des secteurs d activité différents (Niny, 2006). Le ch a m p de s métiers de la mé c a n i q u e Dans ce dossier, les métiers de la mécanique sont définis par six familles professionnelles de niveau ouvrier ou technicien et une profession de niveau cadre : Familles professionnelles : D10 Ouvriers non qualifiés travaillant par enlèvement ou formage de métal D11 Ouvriers qualifiés travaillant par enlèvement de métal D12 Ouvriers qualifiés travaillant par formage de métal D13 Ouvriers non qualifiés de la mécanique D14 Ouvriers qualifiés de la mécanique D16 Techniciens et agents de maîtrise de la mécanique Professions : Ingénieurs et cadres techniques de la mécanique Pour une définition du contenu des familles professionnelles utilisées par l OREF Ile-de-France, se reporter à la sous rubrique nomenclatures de la rubrique métiers, sur le site de l OREF Ile-de-France. 5

6 C P résentation générale Les thèmes ab o r d é s da n s les fi c h e s «métiers» L emploi Chaque fiche commence par une description du métier : contenu en termes de métiers détaillés, part de l Ile-de- France dans l emploi national de chacun de ces métiers. On précise ensuite les principaux secteurs utilisateurs du métier, la répartition de l emploi par taille d entreprise et département, ainsi que la répartition spatiale de l emploi en utilisant le zonage par zone d emploi. Un tableau spécifique donne les évolutions passées de l emploi. Age et formation dans l emploi On présente tout d abord les caractéristiques sociodémographiques du métier : structure par âge, prévisions de départs à la retraite, proportion de femmes et d étrangers pour les actifs en emploi. On s intéresse ensuite aux niveaux de diplôme et aux spécialités de formations détenues par la population exerçant ce métier. Prospective Cette rubrique n est présente que dans le portrait général de l ensemble des métiers de la mécanique. Un tableau présente, pour chaque famille professionnelle, les départs en fin de carrière prévus entre 2005 et 2015, les créations nettes d emploi, les postes à pourvoir (addition des départs en fin de carrière et des créations nettes d emploi) et le taux annuel de postes à pourvoir sur cette même période Insertion des jeunes Ce thème n est abordé que dans le panorama général de l ensemble des métiers de la mécanique. Pour chacune des spécialités de formation préparant à ces métiers, on fournit des données de cadrage sur l insertion des jeunes (taux d emploi, proportion d emplois à durée limitée) pour la filière scolaire et pour la filière apprentissage. Sont également listés les principaux métiers exercés par les jeunes actifs. Formation initiale Sont recensés les principaux diplômes préparant au métier, avec une comptabilisation des effectifs en dernière année (effectifs sous statut scolaire ou apprentis). Un tableau récapitulatif répartit les effectifs par niveau de formation. Formation continue Ce thème n est examiné qu au niveau général de la famille des métiers de la mécanique. Pour chacune des spécialités de formation préparant à ces métiers, on fournit des données de cadrage sur le nombre de demandeurs d emploi ayant suivi ces formations. Un autre tableau concerne les contrats de professionnalisation, qui sont répartis selon l origine des bénéficiaires (système scolaire, salariés, anciens demandeurs d emploi ). 6

7 C P résentation générale Mobilité et marché du travail On précise tout d abord les statuts en emploi et la proportion de temps partiel. La mobilité professionnelle est abordée à travers plusieurs indicateurs : ancienneté dans l entreprise, répartition des entrées et sorties par motif, taux d entrée et de sortie d entreprises. La mobilité géographique est analysée au travers d indicateurs de mobilité interrégionale et de déplacements domicile-travail. La situation sur le marché du travail est enfin examinée en mobilisant les données sur l offre et la demande d emploi enregistrée à l ANPE. Chômage Chaque fiche commence par un tableau donnant le taux de demande d emploi (pour la définition se reporter à la partie «définitions, sources et méthode»). On précise ensuite le nombre de demandeurs d emploi, leur répartition par famille professionnelle détaillée et son évolution globale ou par tranche d âge. Sont également examinées diverses caractéristiques de la demande d emploi : part des demandeurs d emploi de longue durée, des femmes, des moins de 30 ans, des 50 ans et plus, des demandeurs d emploi en activité réduite, structure par niveau de formation. On fournit enfin des indicateurs sur la fluidité du marché du travail. Localisation de l offre et de la demande d emploi Les premières informations fournies concernent les offres d emploi par département : nombre total et part des offres dont la durée du contrat est supérieure à 6 mois. Une carte montre la répartition spatiale de ces offres par zone d emploi. On précise ensuite divers éléments sur la demande d emploi par département : nombre de demandeurs, part des demandeurs de longue durée, des moins de 30 ans, des 50 ans et plus, des demandeurs à faible niveau de formation. Pour finir, une carte expose la répartition spatiale de ces demandeurs par zone d emploi. 7

8 Les métiers de la mécanique Commentaire sur les métiers Commentaire sur l insertion des jeunes Emploi Age et formation dans l emploi Prospective Formation initiale Formation continue Insertion des jeunes Mobilité et marché du travail Chômage Localisation de l offre et de la demande d emploi 8

9 C commentaire Les métiers de la mécanique A la fin des années 1990, les métiers de la mécanique 1 représentent plus de emplois en Ile-de-France, soit 12,5 % de l emploi national de cette spécialité professionnelle 2. Les techniciens et agents de maîtrise en mécanique sont les plus nombreux (50 000) et sont sur-représentés en Ile-de-France par rapport à la province. Au contraire, les différents métiers d ouvriers sont sous-représentés, de nombreux établissements de fabrication de la filière mécanique ayant été fermés ou délocalisés en province. Ces professionnels travaillent d abord dans l industrie automobile (16 % des emplois), la métallurgie et transformation des métaux (14 %) et les industries des équipements mécaniques (11 %). Les autres principaux secteurs employeurs sont la construction navale, aéronautique et ferroviaire, la construction et les services opérationnels. Au total, ces six secteurs rassemblent plus de 60 % des effectifs. Ces emplois sont principalement situés dans les moyennes et grandes entreprises du secteur privé. Fortes pertes d emploi chez les ouvriers Durant les années 1990, les ouvriers qualifiés de la mécanique et de l enlèvement de métal ont accusé les plus fortes baisses d emploi. Dans le même temps, la province enregistrait sur ces métiers soit des baisses moins fortes, soit des hausses d effectifs. Les techniciens et agents de maîtrise en mécanique ont subi des pertes d effectifs moins importantes, alors que la province gagnait des emplois. Globalement, 1 Les métiers de la mécanique présentés ici regroupent six familles professionnelles : les ouvriers non qualifiés travaillant par enlèvement ou formage de métal, les ouvriers qualifiés travaillant par enlèvement de métal, les ouvriers qualifiés travaillant par formage de métal, les ouvriers non qualifiés de la mécanique, les ouvriers qualifiés de la mécanique et enfin les techniciens et agents de maîtrise en mécanique. 2 En comptant les ingénieurs, les métiers de la mécanique représentent emplois en Ile-de-France à la fin des années 90, soit 14 % de l emploi national. les effectifs ont fortement diminué en Ile-de-France (- 28 %), soit à un rythme trois fois plus important que dans le reste de la France. Ceci est à relier à un mouvement de désindustrialisation dans la filière mécanique plus fort en Ile-de-France (fermetures d établissements, restructurations plus importantes). L emploi salarié total de la filière mécanique (métallurgie, industrie automobile, équipements mécaniques, construction navale et aéronautique) décroît de manière forte et régulière en Ile-de-France au cours des années 1990 et au début des années Conséquence de cet effritement de l emploi industriel, on estime que le nombre d emplois dans les métiers de la mécanique a continué à baisser au début des années 2000 dans la région. Les pertes d emploi concernent toutes les familles professionnelles étudiées et plus particulièrement les ouvriers travaillant par enlèvement ou formage de métal. Des estimations réalisées par l OREF fixent l emploi dans les métiers de la mécanique à personnes en Un cinquième des emplois de la mécanique est situé dans le département des Yvelines : ce département dispose de plusieurs établissements industriels majeurs des secteurs de l industrie automobile et de la construction aéronautique. Quatre autres départements rassemblent des effectifs importants (12 à 13 %) : la Seine-et-Marne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-d Oise. Des métiers qui ont vieilli Dans l ensemble, ces professions ont nettement vieilli entre 1990 et Le poids des plus de 45 ans a augmenté pour dépasser la moyenne régionale. Ce constat se vérifie pour presque toutes les familles professionnelles sauf pour les métiers d ouvriers non qualifiés, métiers jeunes à fort turn-over. La part des plus de 50 ans est nettement plus forte en Ile-de-France qu en province. Au contraire, celle des jeunes actifs est moindre. Ceci s explique par la raréfaction des embauches dans la région. 9

10 C commentaire... Les métiers de la mécanique En moyenne, moins d une femme sur dix travaille dans ces métiers. Toutefois, les professions étudiées sont hétérogènes de ce point de vue. Dans les métiers d ouvriers qualifiés travaillant par enlèvement ou par formage de métal, les femmes sont quasiment absentes. A contrario, chez les ouvriers non qualifiés travaillant par enlèvement ou formage de métal, elles représentent plus d un quart des effectifs. Les étrangers représentent 17 % des effectifs. C est nettement plus qu en province (5 %) et que la moyenne régionale (11 %). Un avenir incertain pour les ouvriers de la mécanique Ces professions de la mécanique vont pour la plupart être confrontées à de nombreux départs à la retraite (Lainé, Niny, 2007). On estime à les départs en fin de carrière d ici 2015, soit 28 % des effectifs comptabilisés en Les métiers les plus touchés seront les métiers d ouvriers qualifiés et de techniciens, avec des taux de départ à la retraite situés entre 29 % et 32 %. Les moins soumis au «papy-boom» seront les métiers d ouvrier non qualifié, qui verront malgré tout partir près d un cinquième de leurs effectifs dans les 10 ans à venir. Selon ces mêmes projections et un scénario «haut» (maintien, par métier, du poids de l Ile-de-France dans l emploi national), seuls les ouvriers qualifiés de la mécanique et de l enlèvement du métal ainsi que les techniciens et agents de maîtrise en mécanique bénéficieraient de créations nettes d emploi. En revanche, pour les ouvriers non qualifiés, les pertes d emploi seraient importantes. En cas de scénario «bas» de prolongement des tendances passées (moindre dynamique de l emploi en Ile-de-France qu en province), les diminutions d emploi toucheraient tous les métiers, même les techniciens. Au total, le taux annuel de postes à pourvoir serait inférieur à la moyenne des métiers en Ile-de-France, surtout dans le scénario «bas». Des ouvriers de la mécanique moins diplômés qu en province On compte, à la fin des années 1990, 44% de titulaires d un CAP-BEP parmi l ensemble des ouvriers et techniciens de la mécanique. La prééminence du CAP-BEP se vérifie autant parmi les jeunes que parmi les adultes de plus de 30 ans, même si les jeunes sont davantage diplômés (16 % de bacheliers et 20 % de titulaires d un diplôme du supérieur). Mais les non diplômés ou titulaires du seul brevet restent nombreux : ils représentent un quart des jeunes et un tiers des plus de 30 ans. L acquisition de compétences professionnelles dans l entreprise et la promotion interne ont en effet longtemps joué un rôle important dans l accès aux emplois qualifiés dans la mécanique. Fort logiquement, le niveau de diplôme est plus élevé à mesure que l on s élève dans la hiérarchie des qualifications. Chez les jeunes techniciens, les diplômes de niveau bac + 2 prédominent. Chez les jeunes ouvriers qualifiés, le bac prend progressivement de l importance au détriment du CAP-BEP. Ces derniers restent encore très répandus chez les ouvriers qualifiés travaillant par formage de métal, dont une large part travaille dans des petites entreprises. Les ouvriers de la mécanique en Ile-de-France sont moins diplômés qu en province. Deux raisons essentielles sont à l origine de ce phénomène : le poids des étrangers dans les métiers ouvriers, beaucoup plus élevé en Ilede-France qu en province, et le moindre processus de déclassement des jeunes et des adultes en Ile-de- France. Les métiers d ouvriers qualifiés de la mécanique, de même que les métiers de techniciens et agents de maîtrise, requièrent des compétences spécifiques. Il n est pas étonnant que ces professions emploient des jeunes dont huit à neuf sur dix sont issus d une formation initiale spécialisée. En termes de spécialités de formation, ce sont la «mécanique générale et de précision, usinage», les «spécialités pluritechnologiques 10

11 C commentaire... Les métiers de la mécanique de la mécanique» et les «structures métalliques» qui sont les plus représentées chez les jeunes actifs (30 % des effectifs). Formation initiale : beaucoup de jeunes en BTS-DUT Sur l année scolaire , jeunes sont en année terminale de formations préparant aux métiers de la mécanique par la voie scolaire ou la voie de l apprentissage. Ces effectifs relèvent essentiellement des niveaux CAP-BEP (8 % de CAP, 29 % de BEP) et BTS- DUT (39 %). Le niveau bac représente 23 % des élèves scolarisés. La proportion d apprentis est de 19 %, soit une valeur comparable à celle des formations préparant aux métiers de l électricité, de l électronique et de la maintenance, mais un peu plus faible que celle de l ensemble des formations professionnelles et des BTS-DUT en Ile-de- France (23 %). Cette proportion est plus élevée parmi les élèves de CAP (36 %) et les formations de type bac professionnel 3 (26 %), et plus faible parmi les BTS-DUT (17 %) et les BEP (10 %). Formations pour les demandeurs d emploi : du niveau V au niveau III selon les spécialités En 2005, un peu plus de 800 demandeurs d emploi ont suivi des formations préparant aux métiers de la mécanique. Les plus fréquentes sont les spécialités «S+tructures métalliques» et «Technologies de commandes des transformations industrielles» : elles regroupent chacune 30 % des effectifs. Au total, elles occupent une part assez modeste (5 %) de l ensemble des formations dispensées aux demandeurs d emploi. Ces formations se répartissent de façon presque équilibrée entre les niveaux III (28 % des effectifs), IV (33 %) et V (35 %). Les formations en structures métalliques se concentrent sur le niveau V, alors que 3 Bacs, brevets professionnels et titres professionnels de niveau IV. les formations en technologies de commandes des transformations industrielles et celles relatives aux spécialités pluritechnologiques de la mécanique et de l électricité sont davantage de niveau IV. Quant aux formations en mécanique générale et de précision, usinage, elles sont surtout de niveau III. La situation est donc différente de la formation initiale, où le niveau III (BTS, DUT) reste minoritaire dans cette spécialité. Peu d anciens demandeurs d emploi parmi les titulaires de contrats de professionnalisation En 2005, 750 contrats de professionnalisation ont été signés dans des spécialités préparant aux métiers de la mécanique : ils ne représentent que 2,4 % de l ensemble des contrats en Ile-de-France. Une grande partie de cet effectif était déjà salarié auparavant (55 % contre 31 % pour l ensemble des contrats de professionnalisation). En contrepoint, les jeunes issus du système scolaire et les anciens demandeurs d emploi sont minoritaires (respectivement 18 % et 12 %). Cette faible proportion d anciens demandeurs d emplois pourrait traduire une réticence générale des employeurs à embaucher des personne au chômage, leurs qualifications étant jugées obsolètes et leur remise à niveau difficile. La spécialité de formation la plus répandue est «Mécanique générale et de précision, usinage». En revanche, les contrats en «Technologies de commandes des transformations industrielles» sont très rares. 11

12 C commentaire... Les métiers de la mécanique Une ancienneté en entreprise plus élevée qu en province Les professionnels de la mécanique sont pour la plupart d entre eux en contrat à durée indéterminée. En outre, très peu d emplois sont occupés à temps partiel (5 %). Le turn-over est relativement limité : plus de la moitié de ces professionnels sont depuis au moins 10 ans dans leur entreprise. L ancienneté moyenne en entreprise est par conséquence assez élevée (12,2 ans), et à un niveau supérieur à celui observé en province (11 ans), en raison de la raréfaction des embauches dans la région. Cette situation est différente de celle des métiers de l électricité-électronique et de la maintenance, où l ancienneté dans l entreprise est moins importante en Ile-de-France qu en province. Pour les jeunes, ces métiers s alimentent de manière significative en province (14 % des professionnels de la mécanique de moins de 30 ans recensés en 1999 habitaient en province 9 ans auparavant). A l instar des autres ouvriers non qualifiés, les ouvriers non qualifiés de la mécanique ont des emplois davantage précaires et un turn-over élevé. Cela n exclut pas cependant pour une partie d entre eux des possibilités de promotion. Les ouvriers qualifiés et les techniciens sont essentiellement des salariés stables. Une part des embauches actuelles s effectue cependant sous la forme de CDD ou d intérim. Ceci s inscrit dans des politiques de flexibilité, ou correspond à des formes de sélection et de recrutement du personnel. Une hausse des tensions sur le marché du travail Sur la période , le taux de tension, qui rapporte les offres d emploi déposées et les demandes enregistrées à l ANPE, a varié considérablement. Faible en 1997, il a connu un premier pic en 2000 avec l amélioration de la conjoncture, puis a baissé brutalement en Depuis, le volume des offres d emploi pour ces métiers est reparti très fortement à la hausse, entraînant un doublement du taux de tension sur le marché du travail. En 2006, il est à un niveau supérieur à celui de la moyenne des métiers. Parallèlement, dans les emplois d ouvriers qualifiés et de techniciens, les employeurs expriment davantage de difficultés de recrutement que dans l ensemble des métiers en Ile-de-France. Les offres d emploi correspondant à des contrats courts (moins de 6 mois) sont cependant plus nombreuses que pour l ensemble des offres en Ile-de-France. Ceci résulte principalement de la place importante de l intérim, qui représente la moitié des offres déposées à l ANPE pour ces métiers. Une baisse de la demande d emploi, sauf pour les jeunes Le taux de demande d emploi global pour les métiers de la mécanique est de 6,3 % en 2005, soit à un niveau inférieur à la moyenne de l Ile-de-France à la même date (9,7 %). Entre 1997 et 2006, la demande d emploi a très fortement baissé (pratiquement divisée par deux), malgré un redémarrage entre 2000 et Cette baisse s explique par un mouvement de reconversion de la population active adulte vers d autres métiers et une reprise des embauches. Sur la période la plus récente ( ), l évolution du chômage en Ile-de-France dans les métiers de la mécanique est très contrastée par rapport à la province. Alors qu en Ile-de-France le chômage baisse de 13 %, en province il augmente de 11 %. Les évolutions sont également différentes selon l âge. Alors que des tensions et des difficultés de recrutement sont signalées dans les métiers de la mécanique, de manière paradoxale la demande d emploi des moins de 30 ans a augmenté. Au contraire, elle baisse pour les adultes de 30 à 49 ans (- 15 %) et les plus de 50 ans (- 34 %), une partie d entre eux partant à la retraite ou se reconvertissant dans d autres métiers. En province, le chômage ne baisse que pour les plus de 50 ans (- 15 %). 12

13 C commentaire... Les métiers de la mécanique En Ile-de-France, les ouvriers qualifiés de la mécanique représentent en 2006 près d un tiers des demandeurs d emploi de ces métiers. Cependant, comme pour la plupart des autres métiers de la mécanique, le nombre de ces demandeurs est en baisse entre 2000 et Seules deux professions voient leur chômage augmenter : les techniciens et agents de maîtrise en mécanique (+ 9 %) et les ouvriers non qualifiés de la mécanique (+ 30 %). Les ouvriers qualifiés touchés par le chômage de longue durée Près de la moitié des demandeurs d emploi ont un diplôme de niveau CAP-BEP et 27 % ont un niveau inférieur. Cette proportion de demandeurs d emploi sans diplôme professionnel (niveau infra CAP-BEP) s élève à 35 % chez les plus de 30 ans. Elle culmine chez les ouvriers non qualifiés (plus de la moitié des demandeurs). Elle demeure aussi très importante parmi les ouvriers qualifiés de la mécanique (37%). La durée moyenne passée au chômage est légèrement plus élevée que la moyenne régionale. Elle est particulièrement importante pour les ouvriers qualifiés, qui comprennent un nombre important de demandeurs d emploi de plus de 50 ans. Les chances de sortie du chômage, mesurée par le taux d écoulement, sont meilleures chez les jeunes de moins de 30 ans que chez les adultes. Les sorties du chômage sont particulièrement difficiles pour les ouvriers qualifiés de l enlèvement du métal et de la mécanique et pour les techniciens de plus de 30 ans. Les offres et les demandes d emploi ne se répartissent pas de la même manière sur le territoire francilien. Les offres d emplois proposées par l ANPE dans les métiers de la mécanique se situent principalement à Paris (35 %) où elles sont davantage de courte durée et en intérim, dans les Yvelines (19 %) et dans les Hauts-de-Seine (14 %). Leur poids sur le marché local du travail (part dans l ensemble des offres) est quant à lui plus élevé dans l Ouest de l Ile-de-France, particulièrement dans le quart Nord-Ouest, et dans les franges Est de la région. Les demandes d emploi sont surtout concentrées en Seine-Saint-Denis (19 %), dans le Val-d Oise et les Yvelines (14 %). Le chômage de longue durée est maximal en Seine- Saint-Denis et dans le Val-d Oise. Le département des Yvelines se démarque quant à lui par une très forte proportion de jeunes demandeurs d emploi. 13

14 C commentaire L insertion des jeunes dans les spécialités de la mécanique et de la productique Quatre spécialités de formation principales préparent aux métiers de la mécanique : «mécanique générale et de précision, usinage», «spécialités pluritechnologiques de la mécanique et de l électricité», «technologies de commandes des transformations industrielles» et «structures métalliques». L insertion à court terme des jeunes ayant terminé leurs études sera analysée dans la filière scolaire puis dans la filière apprentissage en Il est par contre délicat de comparer directement l insertion dans les deux filières pour un même niveau de formation : les jeunes n ont pas les mêmes caractéristiques socio-démographiques (genre, âge, milieu social, situation familiale ) et l apprentissage constitue dans de nombreux cas une forme de pré-recrutement 2. De plus, pour une même spécialité de formation et un même niveau, la liste des diplômes préparés et leurs poids respectifs sont souvent différents au sein de chacune de ces voies de formation. Les analyses sur les métiers exercés se rapportent aux jeunes actifs, c est-à-dire aux jeunes ayant achevé leurs études depuis moins de 10 ans. 3 Seront analysées les spécialités suivantes : mécanique générale et de précision, usinage spécialités pluritechnologiques de la mécanique et de l électricité technologies de commandes des transformations industrielles structures métalliques 1 Les résultats sont issus des enquêtes IVA 2006 pour les élèves sous statut scolaire, et IPA 2006 pour les jeunes ayant effectué leur scolarité par apprentissage. Les deux enquêtes interrogent les jeunes sur leur situation, sept mois après la fin de leurs études en La moitié des jeunes en emploi le sont dans leur entreprise d accueil selon l enquête IPA 2006 (cf. Panorama de l apprentissage en Ile-de-France en 2007, Région Ile-de-France, février 2008). 3 Les résultats sont issus d une exploitation des enquêtes emploi de 1997 à 2002, à l échelle nationale ou régionale. En effet, les enquêtes IVA et IPA ne permettent pas, aujourd hui, de connaître les métiers sur lesquels s insèrent les jeunes sortants. 14

15 Les métiers de la mécanique C commentaire... Analyse de l insertion des jeunes Mécanique générale et de précision, usinage (nsf = 251) Poi n t s de re p è r e su r la sp é c i a l i t é mé c a n i q u e gé n é r a l e et de pr é c i s i o n, u s i n a g e Des effectifs en baisse hormis en baccalauréat professionnel Sur l année scolaire en Ile-de-France, environ jeunes sont inscrits en année terminale d une formation en mécanique-productique 4. Les effectifs de cette spécialité sont en baisse constante depuis Seuls les baccalauréats professionnels ont des effectifs en augmentation, même si leur poids dans l ensemble de la spécialité reste minoritaire (12 %). Ce sont les baccalauréats technologiques qui concentrent les plus forts effectifs (49 %), ainsi que les BEP (27 %). Les CAP de mécanique générale et de précision semblent en voie de disparition. Une spécialité peu suivie en apprentissage Dans cette spécialité, l apprentissage est peu représenté (6 % contre 18 % toutes spécialités confondues) 5. Toutefois, la situation diffère selon les diplômes : la part des apprentis est de 20 % en CAP et bac professionnel et de 7 % en BEP. Les jeunes femmes sont quasiment absentes de la spécialité A l instar de presque toutes les spécialités industrielles, peu de femmes suivent une formation en mécanique générale et de précision, usinage. On ne comptait que 3 % de femmes parmi les élèves sous statut scolaire ayant achevé leurs études en 2005, quel que soit le niveau de formation. L insertion des jeunes sous statut scolaire juste après la fin des études Une insertion limitée pour les BEP Les jeunes diplômés de BEP en mécanique générale et de précision ont un accès à l emploi plus faible que celui de l ensemble des titulaires de BEP (41 % contre 44 %). L évolution des besoins en compétences dans les métiers de la mécanique, de plus en plus confrontés aux nouvelles technologies et à des systèmes électriques et électroniques rend de plus en plus difficile une insertion au niveau CAP-BEP. 4 CAP, BEP, bacs professionnels ou technologiques, BTS, DUT, titres professionnels. 5 La part de l apprentissage pour cette spécialité en excluant les baccalauréats technologiques est de 12 %. 15

16 Les métiers de la mécanique C commentaire... Analyse de l insertion des jeunes Un meilleur accès à l emploi pour les bacheliers professionnels Les bacheliers professionnels de la mécanique générale et de précision ont un taux d emploi (67 %) bien supérieur à celui de leurs homologues de BEP. Ils sont également davantage en emploi que l ensemble des bacheliers professionnels. Les titulaires d un baccalauréat technologique de mécanique sont quant à eux un peu moins souvent en emploi que l ensemble des jeunes possédant un baccalauréat technologique 6. L insertion des jeunes par la voie de l apprentissage juste après la fin des études Moins de 6 % des jeunes inscrits en «mécanique générale et de précision, usinage» en l étaient sous statut d apprentis, soit environ 200 jeunes pour la région Ile-de-France. Les sources de données disponibles ne permettent pas de mesurer leur insertion dans la vie active sept mois après la fin de leurs études. Les métiers exercés Les métiers exercés par les jeunes à la sortie du système éducatif ne correspondent pas forcément à leur formation initiale. Cependant, quel que soit le niveau de sortie, les métiers de la mécanique constituent fort logiquement les principaux débouchés des jeunes formés en mécanique. Les niveaux de qualification des métiers augmentent avec le niveau de diplôme Globalement, les niveaux de qualification des métiers augmentent avec le niveau de diplôme : les ouvriers non qualifiés sont plus nombreux au niveau CAP-BEP, les ouvriers qualifiés au niveau bac et les techniciens et agents de maîtrise 7 au niveau bac + 2. Ouvriers de la mécanique pour les CAP-BEP et les bacheliers Parmi les quatre premiers métiers des CAP-BEP issus de la spécialité «mécanique générale et de précision, usinage» sur le territoire national, on trouve bien des métiers de la mécanique et de l usinage : ouvriers qualifiés travaillant par enlèvement de métal (15 %), ouvriers non qualifiés de la mécanique (8 %), ouvriers qualifiés de la mécanique (6 %). Toutefois, on trouve également des ouvriers de la réparation automobile (6 %) pour lesquels 6 Contre toute attente, ce sont les non bacheliers qui sont plus souvent en emploi que les bacheliers après sept mois passés sur le marché du travail. Ce résultat n est pas propre à cette spécialité, il concerne principalement les baccalauréats technologiques de la production. Il est délicat à interpréter. Une forte part des diplômés se retrouvent en situation d inactivité (21 % contre 6 % pour les non diplômés). Sont-ils en attente d une poursuite d études (BTS ou DUT)? Ils ont pu également poursuivre des études et les abandonner prématurément. 7 Notons que nous ne disposons pas ici des données pour l Ile-de-France mais uniquement de celles de la France métropolitaine. Le champ exploité est celui des jeunes ayant achevé leurs études depuis moins de 10 ans. 16

17 Les métiers de la mécanique C commentaire... Analyse de l insertion des jeunes il existe par ailleurs une formation spécifique (moteurs et mécanique auto). Les métiers de la maintenance, des industries de process et ceux de la manutention offrent également des débouchés. Au total, 67 % les jeunes titulaires d un CAP-BEP en mécanique exercent un métier industriel ou du BTP au niveau national, cette proportion est encore plus importante pour les bacheliers (69 %). Chez les jeunes bacheliers en «mécanique générale et de précision, usinage», le principal métier exercé par les jeunes actifs est en rapport avec leur spécialité de formation : ouvrier qualifié travaillant par enlèvement de métal (17 %). Les ouvriers et techniciens de la mécanique sont également très présents. Comme pour les CAP- BEP, une partie de ces jeunes bacheliers deviennent ouvriers de la réparation automobile (8 %), ouvriers de la manutention ou de process. Des techniciens ou agents de maîtrise mais aussi des ouvriers qualifiés pour les bac + 2 Sur le territoire national, les jeunes titulaires d un bac + 2 en mécanique exercent principalement un métier de technicien ou agent de maîtrise en mécanique (20 %), en maintenance (10%), ou de process (6 %). Des phénomènes de déclassement sont cependant à l œuvre puisqu une partie de ces jeunes exercent des métiers d ouvriers qualifiés (mécanique, process, enlèvement de métal, manutention). Ces jeunes exercent aussi des métiers tertiaires : ils sont militaires, policiers, représentants ou techniciens en informatique. 17

18 Les métiers de la mécanique C commentaire... Analyse de l insertion des jeunes Spécialités pluritechnologiques mécanique-électricité (nsf = 250) Points de repère sur la spécialité pluritechnologique mécanique-électricité Presque 30 % de BTS Sur l année scolaire en Ile-de-France, près de jeunes sont inscrits en année terminale d une formation en spécialités pluritechnologiques mécanique-électricité. Les effectifs ont augmenté de 2002 à Ils sont en baisse à la rentrée 2006, en raison de la diminution du nombre d élèves en dernière année de formation de BTS. Les CAP et assimilés sont quasiment inexistants et il n y a pas de bacs technologiques. En revanche, on compte une forte proportion de BEP (38 %), de bacs professionnels (29 %) et de BTS (28 %). Beaucoup d apprentis en BTS Les apprentis représentent 19 % des effectifs, soit une proportion conforme à la moyenne régionale. Ils sont rares en BEP, mais plus nombreux en bac professionnel (22 %) et en BTS (26 %). Peu de jeunes femmes On ne compte, au total, que 2 % de femmes parmi les élèves sous statut scolaire ayant achevé leurs études en Cette proportion est un peu plus importante (4 %) au niveau BTS. Le même constat s applique pour les élèves ayant suivi une formation par apprentissage (3 % de femmes). L insertion des jeunes sous statut scolaire juste après la fin des études Beaucoup de non diplômés au niveau CAP-BEP, une insertion des bacheliers conforme à la moyenne Le taux d emploi des sortants de niveau CAP-BEP des spécialités pluritechnologiques mécanique et électricité est de 33 %, soit un taux inférieur à la moyenne de l ensemble de ce niveau (38 %). Mais ce résultat est influencé par la forte proportion de non diplômés parmi les sortants. Le nombre de jeunes diplômés enquêtés est insuffisant pour avoir des résultats significatifs. Chez les non diplômés de niveau CAP-BEP, seul un jeune sur quatre obtient un emploi. Les bacheliers professionnels ont un accès à l emploi bien supérieur : 62 % d entre eux sont en emploi, soit un taux conforme à la moyenne des bacheliers. En revanche, l échec au bac pénalise l insertion (taux d emploi de seulement 48 %). 18

19 Les métiers de la mécanique C commentaire... Analyse de l insertion des jeunes Beaucoup d intérimaires parmi les BTS Les diplômés de BTS des spécialités pluritechnologiques mécanique-électricité ont un taux d emploi de 64 % sept mois après la sortie de formation initiale. L insertion est donc meilleure qu au niveau CAP ou bac, mais l accès à l emploi reste inférieur à celui de la moyenne des BTS diplômés (70 %). Ces résultats ne concernent cependant que l insertion à court terme. Le temps d accès moyen des titulaires d un BTS/DUT industriel est en effet généralement plus long que chez leurs homologues ayant une spécialité tertiaire (résultats de la génération 1998 en Ile-de-France 8 ), mais à plus long terme au contraire, le risque de chômage est inférieur. Au plan national, ces résultats sont confirmés par les enquêtes emploi 9 : les jeunes titulaires d un bac + 2 dans ces spécialités ont des taux d emploi supérieurs à la moyenne des bac + 2. La proportion de jeunes en contrat à durée limitée (63 %) est supérieure à celle de l ensemble des BTS (52 %), car un quart des jeunes sont intérimaires. Ces jeunes sont en effet appelés à exercer des fonctions de maintenance, fonction qui est en partie externalisée et exercée en intérim. L insertion des jeunes par la voie de l apprentissage juste après la fin des études Important accès à l emploi pour les élèves de niveau bac et BTS-DUT Sept mois après la fin des études dans les spécialités pluritechnologiques mécanique-électricité, la proportion de jeunes en emploi est de 87 % au niveau bac et 81 % au niveau BTS-DUT, soit des taux supérieurs à ceux de leurs homologues apprentis de même niveau, toutes spécialités de formation confondues. Un quart des niveaux bac et un tiers des niveaux BTS ont des contrats à durée limitée (CDD, intérim, stages). Les métiers exercés Vaste éventail de métiers industriels pour les CAP-BEP Au niveau national, les jeunes titulaires d un CAP ou BEP des spécialités pluritechnologiques mécanique-électricité exercent une large gamme de métiers. Cette spécialité qui a un caractère transversal conduit notamment à des métiers d ouvriers qualifiés ou non qualifiés dans les domaines de la mécanique, de la maintenance et du process. Au total, les métiers industriels et du bâtiment représentent 69 % des emplois à l échelon national, soit une proportion plus importante que dans l électricité-électronique (62 %). 8 «L insertion des jeunes en Ile-de-France, électricité, électronique et maintenance industrielle», Notes thématiques du rectorat de Versailles, 2006 et Regards sur les mobilités professionnelles des Franciliens, Insee, OREF, Situation au regard de l emploi et du chômage des jeunes actifs, c est-à-dire des jeunes ayant achevé leurs études depuis moins de 10 ans, sur les années

20 Les métiers de la mécanique C commentaire... Analyse de l insertion des jeunes Insertion dans les domaines de la mécanique, de la maintenance et du process pour les bacheliers et les bac + 2 Les bacheliers s insèrent également de façon prioritaire dans les domaines professionnels de la mécanique, de la maintenance et de process, avec des niveaux de qualification ouvrier qualifié ou technicien. Au total, les métiers industriels et du bâtiment représentent 72 % des emplois occupés par les jeunes actifs au plan national. Les bac + 2 se positionnent quant à eux à un niveau technicien et agent de maîtrise, toujours dans les domaines prioritaires de la mécanique, de la maintenance, ou du process. 20

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Travail des métaux Mécanique générale

Travail des métaux Mécanique générale Profil du domaine professionnel Travail des métaux Mécanique générale 65 Profil du domaine professionnel Travail des métaux - Mécanique générale Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

Diplômes et insertion professionnelle

Diplômes et insertion professionnelle Diplômes et insertion professionnelle Béatrice Le Rhun, Pascale Pollet* Les conditions d accès à l emploi des jeunes qui entrent sur le marché du travail varient beaucoup selon le niveau de diplôme. Les

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Évolution des effectifs et caractéristiques du domaine en 1999

Évolution des effectifs et caractéristiques du domaine en 1999 TOURISME ET TRANSPORTS A vec 62 emplois et 8,3 % des actifs, les métiers du tourisme et du transport constituent le 4 e domaine professionnel dans la région. Les effectifs ont progressé de 34 % entre 1982

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

Maintenance industrielle et méthode

Maintenance industrielle et méthode Profil du domaine professionnel Maintenance industrielle et méthode 81 Profil du domaine professionnel Maintenance industrielle et méthode Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique. Synthèse

M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique. Synthèse M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique Synthèse Les employés et opérateurs de l informatique sont chargés des manipulations sur ordinateurs et leurs périphériques, ou de l information des utilisateurs.

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans

En 1999, près de 52 000 personnes, soit 6,9 % des actifs occupés de la région, travaillaient dans BÂTIMENT, TRAVAUX PUBLICS En, près de 52 personnes, soit 6,9 % des actifs de la région, travaillaient dans le domaine du bâtiment et des travaux publics. Composé de huit familles professionnelles, ce domaine

Plus en détail

L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france

L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france Unité Développement Direction de la stratégie et des territoires Service Prospective et évaluation L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france Enquête IPA 2013 Chiffres clés n 24

Plus en détail

Profil du domaine professionnel. Banque Assurance. 295 PFM 2010 - Basse-Normandie

Profil du domaine professionnel. Banque Assurance. 295 PFM 2010 - Basse-Normandie Profil du domaine professionnel Banque Assurance 295 Profil du domaine professionnel Banque - Assurance Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel se décline en trois grands groupes

Plus en détail

Prospective des métiers en région et orientation professionnelle. Christine BRUNIAUX OREF Ile-de-France

Prospective des métiers en région et orientation professionnelle. Christine BRUNIAUX OREF Ile-de-France Prospective des métiers en région et orientation professionnelle Christine BRUNIAUX OREF Ile-de-France Un exercice conçu pour le pilotage de la formation Contexte : préparation du PRDFP Besoin de vision

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

N 5. Les besoins de. recrutement en Ile-de-France. l horizon 2015. Observatoire Régional de l Emploi et de la Formation d ile-de-france

N 5. Les besoins de. recrutement en Ile-de-France. l horizon 2015. Observatoire Régional de l Emploi et de la Formation d ile-de-france N 5 Mai 2007 Observatoire Régional de l Emploi et de la Formation d ile-de-france Les besoins de recrutement en Ile-de-France à l horizon 2015 Quels seront les besoins de recrutement en Ile-de-France d

Plus en détail

Onze domaines professionnels en Ile-de-France. Ralentissement dans l informatique et forte hausse des services aux particuliers

Onze domaines professionnels en Ile-de-France. Ralentissement dans l informatique et forte hausse des services aux particuliers ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 260 - Décembre 2005 Emploi Onze domaines professionnels en Ralentissement dans l informatique et forte hausse des services aux particuliers Entre 1990 et 1999, les effectifs

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

L'insertion professionnelle des apprentis altérée par la crise économique

L'insertion professionnelle des apprentis altérée par la crise économique n 56 septembre 2010 ISSN 1967-6158 altérée par la crise économique Insertion dans la vie active des apprentis (Ipa) 2009 issus des centres de formation d'apprentis (Cfa) publics ou privés emploi formation

Plus en détail

Petit déjeuner de Presse

Petit déjeuner de Presse Petit déjeuner de Presse ALTERNANCE ET APPRENTISSAGE Lundi 23 juin 2014-8h30 Salon jaune de l hôtel préfectoral Préfecture de Seine-et-Marne 12, rue des Saints Pères 77000 Melun Contacts presse Virginie

Plus en détail

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente La population des sortants des formations des spécialités du commerce et de la vente (cf. méthode) est à dominante féminine que la formation

Plus en détail

insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011

insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011 n o 19 2015 insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011 TAUX D INSERTION 77,4 % PART DES EMPLOIS STABLES 67,8% PART DE POURSUITES D ÉTUDES 88,7% SALAIRE NET MENSUEL MOYEN 1 472 O B S E R VATO

Plus en détail

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013

Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2013 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2007-T4 2008-T1 2008-T2 2008-T3 2008-T4 2009-T1 2009-T2 2009-T3 2009-T4 2010-T1 2010-T2 2010-T3 2010-T4 2011-T1 2011-T2 2011-T3 2011-T4 2012-T1 2012-T2 2012-T3

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Note sur Les emplois d assistant dans le tertiaire administratif et l insertion des BTS. Stéphanie Moullet Céreq Février 2004

Note sur Les emplois d assistant dans le tertiaire administratif et l insertion des BTS. Stéphanie Moullet Céreq Février 2004 Note sur Les emplois d assistant dans le tertiaire administratif et l insertion des BTS Introduction Stéphanie Moullet Céreq Février 2004 Les évolutions à l œuvre dans le secteur du tertiaire administratif

Plus en détail

Inactivité 7% Stage de formation 6% Ensemble des sortants : 40 169 Sortants en emploi : 22 720

Inactivité 7% Stage de formation 6% Ensemble des sortants : 40 169 Sortants en emploi : 22 720 I V A Comment les lycéens franciliens s insèrent dans la vie active Premiers résultats de l enquête IVA Sept mois après sa sortie de formation initiale de lycée, plus d un jeune sur deux a trouvé un emploi

Plus en détail

GFE 12 Techniques graphiques Impression

GFE 12 Techniques graphiques Impression PLAN RÉGIONAL DE DÉVELOPPEMENT DES FORMATIONS MIDI-PYRÉNÉES (PRDF) 2007-2011 GFE 12 Techniques graphiques Impression AVRIL 2006 Contribution au diagnostic du PRDF par GFE Fonds social européen Dernières

Plus en détail

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse

P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse P0Z-Employés administratifs de la fonction publique (catégorie C et assimilés) Synthèse Les employés administratifs de la fonction publique rassemblent les agents de catégorie C ainsi que les anciens agents

Plus en détail

Le domaine de l électricité et de l électronique est composé de trois familles professionnelles

Le domaine de l électricité et de l électronique est composé de trois familles professionnelles ÉLECTRICITÉ, ÉLECTRONIQUE Le domaine de l électricité et de l électronique est composé de trois familles professionnelles définies selon le niveau de qualification des emplois. Ces trois familles ont connu

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

Avant-Propos. Recteur de l Académie de Martinique. Président de l AGEFMA-OREF. André SIGANOS. Daniel ROBIN

Avant-Propos. Recteur de l Académie de Martinique. Président de l AGEFMA-OREF. André SIGANOS. Daniel ROBIN Avant-Propos L insertion des jeunes sortant des CFA et des formations professionnelles ou technologiques de l Education Nationale dépend du marché du travail, mais aussi de leur niveau de formation et

Plus en détail

Valoriser l enseignement professionnel sur le marché du travail : quelques éléments de réflexion

Valoriser l enseignement professionnel sur le marché du travail : quelques éléments de réflexion Valoriser l enseignement professionnel sur le marché du travail : quelques éléments de réflexion Jean-François Giret, IREDU-CNRS, Université de Bourgogne Conférence de l AFDET, Nantes, 13 février 2013

Plus en détail

Les débuts de vie professionnelle

Les débuts de vie professionnelle Les débuts de vie professionnelle au prisme des enquêtes Génération du CEREQ Alberto LOPEZ (DEVA) Arnaud DUPRAY (DPMT) Centre d Etudes et de REcherche sur les Qualifications Plan de l exposé 1 La transition

Plus en détail

LES CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION CARACTÉRISTIQUES DES CONTRATS... 9 PROFIL DES STAGIAIRES... 10

LES CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION CARACTÉRISTIQUES DES CONTRATS... 9 PROFIL DES STAGIAIRES... 10 ENTREPRISES ET EFFECTIFS LES ÉTABLISSEMENTS... 2 LES SALARIÉS... 4 LE PROFIL DES SALARIÉS... 6 LES PRÉVISIONS DE DÉPART À LA RETRAITE PAR ACTIVITÉ... 7 LA FORMATION INITIALE... 8 LES CONTRATS DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France

L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France Avril 2012 Sommaire 1. Les effectifs salariés et entreprises employeurs 2 2. Les profils des salariés 10 3. Les caractéristiques de l emploi

Plus en détail

90 % insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010. n o 10 2013 OBSERVATOIRE TAUX D INSERTION PART DES EMPLOIS STABLES 83,2%

90 % insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010. n o 10 2013 OBSERVATOIRE TAUX D INSERTION PART DES EMPLOIS STABLES 83,2% n o 10 2013 insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010 TAUX D INSERTION 90 % PART DES EMPLOIS STABLES 83,2% SALAIRE NET MENSUEL MOYEN 1 437 OBSERVATOIRE Etude réalisée avec le soutien financier

Plus en détail

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes Numéro 153 : novembre 2013 Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes En Midi-Pyrénées, le revenu annuel net des femmes salariées est inférieur de 28 % à celui des hommes en 2010. Elles

Plus en détail

Face à la crise, le diplôme reste un rempart efficace contre le chômage

Face à la crise, le diplôme reste un rempart efficace contre le chômage Face à la crise, le diplôme reste un rempart efficace contre le chômage Béatrice Le Rhun, Daniel Martinelli, Claude Minni* Après avoir beaucoup augmenté au cours des années 1990, le niveau de formation

Plus en détail

Les métiers de la banque et des assurances

Les métiers de la banque et des assurances 18 juin 2015 Les métiers de la banque et des assurances Auteure : Itto BEN HADDOU-MOUSSET 1. Un secteur en mutation depuis les années 1980 L Ile-de-France est la région qui abrite les effectifs bancaires

Plus en détail

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA autofocus La lettre de l Observatoire de l ANFA N 55 OCTOBRE 2013 L'EMPLOI DES APPRENTIS REPART DOUCEMENT MALGRÉ UNE TENDANCE à la BAISSe En février 2012, 60% des apprentis sortis de formation automobile

Plus en détail

LE CONTRAT D APPRENTISSAGE EN ILE-DE-FRANCE

LE CONTRAT D APPRENTISSAGE EN ILE-DE-FRANCE BREF Thématique. N 36 Décembre 2012 Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi d Ile de France LE CONTRAT D APPRENTISSAGE EN ILE-DE-FRANCE UNE

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage

Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage Famille professionnelle (FAP) étudiée : Professionnels des arts et des spectacles (U1Z) Données de cadrage Nombre d'actifs occupés 14 198 386 387 1 297 398 Part dans l emploi 1,1 1,5 Répartition par âge

Plus en détail

FORM@DOSSIER. L enquête Région 2014 L Insertion Professionnelle des Apprentis. Form@dossier mars 2015 1

FORM@DOSSIER. L enquête Région 2014 L Insertion Professionnelle des Apprentis. Form@dossier mars 2015 1 FORM@DOSSIER L enquête Région 2014 L Insertion Professionnelle des Apprentis Form@dossier mars 2015 1 SOMMAIRE Enquête IPA 2014... 3 Contexte :... 3 Résultats de l enquête... 3 Situation des alternants

Plus en détail

Les salariés du transport et de la logistique

Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du secteur Transport-Logistique sont essentiellement des hommes (82%), exerçant un métier d ouvrier (68%), qualifié pour la plupart. Globalement,

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Services de l automobile

Services de l automobile ÉDITION 2009 LA BRANCHE DES Services de l automobile L 1 473 entreprises I 6 876 Les activités de la Branche Entreprises Salariés Commerce de véhicules automobiles 158 2 574 Entretien et réparation automobile

Plus en détail

Emploi. FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % ILE-DE-FRANCE

Emploi. FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % ILE-DE-FRANCE Emploi Rappel des dernières données disponibles Données clefs ILE-DE-FRANCE FRANCE ENTIÈRE (2003) (2001) Bénéficiaires en emploi (DOETH) 38 621 224 000 Poids région/national (2000) 12 16 % Evolution annuelle

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi FICHES THÉMATIQUES Dynamique de l emploi 2.1 Mouvements de main-d œuvre Pour un effectif de salariés en début d année, les établissements de salariés ou plus ont recruté en moyenne 42,5 salariés en 26.

Plus en détail

LES SERVICES AUX ENTREPRISES EN BRETAGNE. Emploi et formation Données et tendances du secteur Marketing, communication

LES SERVICES AUX ENTREPRISES EN BRETAGNE. Emploi et formation Données et tendances du secteur Marketing, communication LES SERVICES AUX ENTREPRISES EN BRETAGNE Emploi et formation Données et tendances du secteur Novembre 10 SYNTHÈSE MARKETING, COMMUNICATION Le secteur regroupe les entreprises exerçant une activité de marketing

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région GREF Bretagne CHÈQUE FORCE Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force Contrat de projets Etat-Région Septembre 2012 PÉRIMÈTRE DE L ÉTUDE Le Chèque Force est une aide individuelle du Conseil Régional

Plus en détail

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération Panorama de branche Industries et commerce de la récupération Industries et commerce de la récupération Avant-propos méthodologique La partie «données économiques» prend en compte l ensemble du secteur

Plus en détail

C2Z-Techniciens et agents de maîtrise de l'électricité et de l'électronique. Synthèse

C2Z-Techniciens et agents de maîtrise de l'électricité et de l'électronique. Synthèse C2Z-Techniciens et agents de maîtrise de l'électricité et de l'électronique Synthèse Les techniciens et agents de maîtrise de l électricité et de l électronique rassemblent les salariés qui participent

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention Synthèse Les ouvriers non qualifiés de la manutention assurent le chargement, le déchargement, le tri, l emballage et l expédition de marchandises. Ils sont

Plus en détail

Les contrats de travail aidés sont

Les contrats de travail aidés sont La formation en alternance et les autres contrats aidés : un tremplin pour s insérer dans le monde du travail? Christiane AUBRÉE (Rectorat), Jean-Yves HAMON (Direccte) L apprentissage occupe une place

Plus en détail

Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier

Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier Le marché du travail et la relation formation emploi Véronique Deprez Boudier www.strategie.gouv.fr 18 octobre 2013, Conseil National Education Economie De quoi parle-t-on? La «relation formation emploi»

Plus en détail

DE L'APPRENTISSAGE EN ÎLE-DE-FRANCE

DE L'APPRENTISSAGE EN ÎLE-DE-FRANCE Mai 2014 Unité Développement Direction de la stratégie et des territoires Service Prospective et évaluation PANORAMA 2013 DE L'APPRENTISSAGE EN ÎLE-DE-FRANCE www.iledefrance.fr Edito Année après année,

Plus en détail

Formation et insertion

Formation et insertion Formation et insertion Plus d un élève sur trois formé dans l industrie A la rentrée 2011, près de 600 élèves suivent une formation professionnelle initiale sur le territoire vitryat. Plus d un tiers se

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Service études et prospectives 2 rue Capella Rond point Vega 44483 Carquefou Cedex 02.28.01.08.01 observatoire@anfa-auto.fr

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 Observatoire Régional des Parcours Etudiants Aquitains (ORPEA) Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 En Bref : Le taux de réponse global atteint

Plus en détail

1 618 entreprises I 6 636 salariés

1 618 entreprises I 6 636 salariés ÉDITION 2011 La Branche Auto/Moto de l Précision importante pour l édition 2011 Compte tenu de la nouvelle nomenclature NAF (2008) et de la modification du périmètre des activités des codes NAF partagés,

Plus en détail

Jusqu à la fin des années 90, la majorité

Jusqu à la fin des années 90, la majorité ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 00.10 MARS En quinze ans, le nombre de chercheurs en entreprise (en personnes physiques) a fortement augmenté : 78

Plus en détail

Le secteur de la logistique

Le secteur de la logistique Mai 2014 Le secteur de la logistique Service Etudes CCI Indre Le secteur de la logistique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

Evolutions de l emploi et des salaires COR Séance plénière 11 avril 2012

Evolutions de l emploi et des salaires COR Séance plénière 11 avril 2012 Evolutions de l emploi et des salaires COR Séance plénière 11 avril 2012 Roth Nicole Département emploi et revenus d activité INSEE Plan de la présentation Données de cadrage emploi et salaires Insertion

Plus en détail

CAHIER DEPARTEMENTAL : ESSONNE DECEMBRE 2003

CAHIER DEPARTEMENTAL : ESSONNE DECEMBRE 2003 CAHIER DEPARTEMENTAL : ESSONNE DECEMBRE 2003 Données de contexte... 2 1. La population handicapée... 3 1.1 Les de la loi de 1987... 3 Les titulaires d une reconnaissance Cotorep... 3 Les titulaires d une

Plus en détail

Second oeuvre du bâtiment

Second oeuvre du bâtiment Profil du domaine professionnel Second oeuvre du bâtiment 51 PFM 2010 - Basse-Normandie Profil du domaine professionnel Second oeuvre du bâtiment Emploi et marché du travail Idées-forces Ce domaine professionnel

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement

P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SOMMAIRE JUILLET 2015 N 13 P.1 Un reclassement sur deux à l issue d une formation financée par Pôle emploi P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

M OBILITE P ROFESSIONNELLE D ANS

M OBILITE P ROFESSIONNELLE D ANS M OBILITE P ROFESSIONNELLE D ANS LES S ERVICES DE L'AUTOMOBILE Ce dossier est édité par l Observatoire de L Association Nationale pour la Formation Automobile Service études et prospectives 2 Rue Capella-

Plus en détail

Net.Doc.73. L insertion des jeunes dans l hôtellerie-restauration. Mickaële Molinari. Céreq

Net.Doc.73. L insertion des jeunes dans l hôtellerie-restauration. Mickaële Molinari. Céreq Net.Doc.73 L insertion des jeunes dans l hôtellerie-restauration Mickaële Molinari Département Travail, emploi et professionnalisation, Céreq molinari@cereq.fr Céreq 10, place de la Joliette BP 21 321

Plus en détail

ARGOS. GFE 05 Structures métalliques. Travail des métaux Fonderie. Pistes de réflexion

ARGOS. GFE 05 Structures métalliques. Travail des métaux Fonderie. Pistes de réflexion ARGOS Analyse régionale pour les grandes orientations du schéma des formations Pistes de réflexion GFE 05 Structures métalliques Juillet 2005 Travail des métaux Fonderie Réalisation CarifOref Midi-Pyrénées

Plus en détail

Céreq. Quand. est finie... Premiers pas dans la vie active d'une génération, enquête 2010. Enquête

Céreq. Quand. est finie... Premiers pas dans la vie active d'une génération, enquête 2010. Enquête Céreq Quand l école est finie... Premiers pas dans la vie active d'une génération, enquête 2010 Enquête 2010 Céreq Quand l école est finie... Premiers pas dans la vie active d'une génération, enquête 2010

Plus en détail

profession d'avenir LE FRANCILIEN

profession d'avenir LE FRANCILIEN profession d'avenir L EMPLOI DANS LES CABINETS FRANCILIENS Des chiffres pleins de promesses Comment va l emploi dans les cabinets franciliens? Qui sont les collaborateurs qui y travaillent? Comment ont-ils

Plus en détail

Electriciens du bâtiment

Electriciens du bâtiment Observatoire Régional de la Formation et de l Emploi (ORFE) La famille professionnelle Electriciens du bâtiment Caractéristiques Tendances 1982-1999 Directeur de la publication : Jean-Claude GAPIN-FREHEL,

Plus en détail

Éléments d une réflexion sur...

Éléments d une réflexion sur... source : Pôle Emploi - données 2009 provisoires ALSACE Éléments d une réflexion sur... EMPLOI - FORMATION La banque et l assurance n : 22 Novembre 2010 EMPLOI SALARIE A Le champ couvert correspond au secteur

Plus en détail

Les étudiants en sections de techniciens supérieurs Rentrée 2010

Les étudiants en sections de techniciens supérieurs Rentrée 2010 note d 11.04 informationfévrier Enseignement supérieur & Recherche Les sections de techniciens supérieurs (STS) relèvent de l enseignement supérieur court professionnalisant et rassemblent 223700étudiants(horsétablissements

Plus en détail

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004

18ème Bureau de la CNS. 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 18ème Bureau de la CNS 22 mai 2015 9h00-11h00 Bâtiment Sieyès salle 1004 1 Ordre du jour Intervention du vice Président Christian Nibourel Communications des membres du bureau sur leurs actualités Présentation

Plus en détail

L impact du Congé individuel de formation. Seconde évaluation nationale SYNTHESE DES RESULTATS DE L ENQUETE REALISEE

L impact du Congé individuel de formation. Seconde évaluation nationale SYNTHESE DES RESULTATS DE L ENQUETE REALISEE L impact du Congé individuel de formation Seconde évaluation nationale SYNTHESE DES RESULTATS DE L ENQUETE REALISEE PAR IPSOS SUR LES PARCOURS ACHEVES EN 2010 Sommaire Préambule... 1 Le contexte... 2 Les

Plus en détail

QUITTER L ÉCOLE SANS LE BAC EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

QUITTER L ÉCOLE SANS LE BAC EN LANGUEDOC-ROUSSILLON N 4 - Avril 23 QUITTER L ÉCOLE SANS LE BAC EN LANGUEDOC-ROUSSILLON Magalie DINAUCOURT En 1999,132 jeunes Languedociens de 15 à 29 ans étaient sortis du système scolaire sans le baccalauréat. Parmi eux,

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

IROISE INSERTION PROFESSIONNELLE CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) des bénéficiaires d un. Bretagne. Contrat de projets

IROISE INSERTION PROFESSIONNELLE CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) des bénéficiaires d un. Bretagne. Contrat de projets G R E F Bretagne INSERTION PROFESSIONNELLE des bénéficiaires d un CONTRAT UNIQUE D INSERTION - CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CUI-CIE) IROISE PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région 8 bénéficiaires

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

I. R. E. F BANQUE ET ASSURANCES

I. R. E. F BANQUE ET ASSURANCES Observatoire Régional de la Formation et de l'emploi (ORFE) I. R. E. F BANQUE ET ASSURANCES Date de mise en ligne : Janvier 29 INDICATEURS DE LA RELATION EMPLOI FORMATION Conception, méthodologie : Marie-Béatrice

Plus en détail

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne

iroise Insertion professionnelle Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Bretagne G R E F Bretagne des bénéficiaires d un Contrat unique d insertion - Contrat d accompagnement dans l emploi (CUI-CAE) iroise PRÉFET DE LA RÉGION BRETAGNE Contrat de projets Etat-Région A l issue du CUI-CAE,

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015 éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? Au 30 juin 2014, avant l entrée en vigueur de la convention d assurance chômage de mai

Plus en détail

Réparation automobile

Réparation automobile Observatoire Régional de la Formation et de l Emploi (ORFE) Le domaine professionnel Caractéristiques Tendances 1982-1999 Conception, méthodologie : Marie-Béatrice ROCHARD, directrice de l O.R.F.E. Coordination

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS RÉGION ÎLE-DE-FRANCE

LES CHIFFRES CLÉS RÉGION ÎLE-DE-FRANCE LES CHIFFRES CLÉS RÉGION ÎLE-DE-FRANCE ÉDITION 2014 ÉCONOMIE LA PROPRETÉ EN île-de-france Données économiques générales de la région > Les données de l ACOSS présentent des établissements, c est-à-dire

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007 OVE résultats Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 27 Devenir des diplômés de DUT 24, 24 mois après l obtention du diplôme

Plus en détail

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE BREF Thématique N 25 mai 2011 Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi d Ile de France L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE LES PRINCIPAUX

Plus en détail

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011

Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011 L OVE Enquête Observatoire de la Vie Étudiante Le devenir des diplômés de Licence Professionnelle 2011 Avril 2015 En 2010-2011, l offre de formation de l Université d Artois s enrichit de 3 nouvelles Licences

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête IVA 2011 (intégrant pour la première fois les sortants des lycées d enseignement agricole) Stages 5% Chômage 36%

Synthèse des résultats de l enquête IVA 2011 (intégrant pour la première fois les sortants des lycées d enseignement agricole) Stages 5% Chômage 36% I V A L insertion des lycéens dans la vie active 2011 Synthèse des résultats de l enquête IVA 2011 (intégrant pour la première fois les sortants des lycées d enseignement agricole) Au 1 er février 2011,

Plus en détail

Les diplômes de l enseignement technologique et professionnel de niveaux III, IV et V

Les diplômes de l enseignement technologique et professionnel de niveaux III, IV et V ISSN 1286-9392 www.education.fr 02.11 MARS En, le nombre de diplômes de l enseignement technologique et professionnel de niveaux III, IV et V délivrés s élève à 843 000 (France métropolitaine et DOM),

Plus en détail

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE

METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE DIRECCTE Service ESE Février 2015 METROPOLE DE LYON ET NOUVEAU RHONE Situation socio-économique Direccte Service étude, statistique, évaluation Février 2015 DIRRECTE Service ESE Février 2015 Sommaire Bref

Plus en détail