Hétérogénéité ou dysharmonie? Clinique du fonctionnement mental des enfants à haut potentiel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hétérogénéité ou dysharmonie? Clinique du fonctionnement mental des enfants à haut potentiel"

Transcription

1 bulktix psyholoqisltome 59 (5)/ 485 / septembre-otobre r psyhost for reative ranfort, Swets, 'intelligene is, Eitions u th an reality :, High abilities WpsrranNN-Annnp C atherine Hétérogénéité ou ysharmonie? Clinique u fontionnement mental s enfants à haut potentiel loneptions of ipetive, ans i. J ), Subotnik ess an talent, < Le psyhisme est à la fois un et hétérogène " Anré Green, l99l < Suroués >, < intelletuellement préoes >>, << à haut potentiel >), << aux aptitus hautement performantes >, la iversité s termes employés pour ésigner 'intelligene haut niveau, témoigne, à la fois la iffiulté à intifier es sujets et l'évolution s onepts: nous sommes passés u < suron > à la préoité intelletuelle et, parallèlement, la ébilité mentale faisait plae à la ysharmonie évolutive. Ce glissement épistémologique permettait réinfoure la référene au éveloppement, on au temps, en relativisant le aratère hxé, génétique, u on ou u éfaut (Weismann-Arahe, 2005). Toutes es éfinitions éhappent au hamp psyhanalytique, mais la question u < éveloppement et la temporalité psyhiques à l'épreuve la préoité intelletuelle > (Weismann-Arahe, 2003) peut être aborée sous un angle psyhanalytique. C'est 'ailleurs ans ette perspetive -peu utilisée pour les enfants à haut potentiel - que nous avons analysé les bilans psyhologiques approfonis 24 enfants présentant un Q supérieur à 130, âgés 3 à 12 ans: entretiens, éhelles Wehsler (WPPS ou WSC ), épreuves 'inspiration piagétienne ([DN [utilisation u nombrel ou EDPL [éhelle éveloppement la pensée logiquel), épreuves projetives (CAT ou TAT et Rorshah), et ssins (libre, a famille, Figure Rey). Cette méthoologie appelle aussi ifférentes etures en référene au éveloppement et à l'organisation psyhiques. La préoité implique l'iée 'une avane, 'un anahronisme ans le éveloppement psyhique ont elle interroge la ohérene L'anahronisme entretrent, en effet, s relations étroites ave la pathologie, et Freu (1896, 1913) avait relevé le rôle s éalages temporels ans le éterminisme s névroses, notamment ans 'artiulation u éveloppement libiinal et u éveloppement u moi. Le point vue génétique en psyhanalyse onstitue ainsi le point 'anrage toute la psyhopathologie. et e point vu se fon aussi sur la notion 'éqlrilibre Si le pathologique peut se ornprenre omme retar ou régression, ou enore orune une inursion u passé ans e présent, que ire a préoité intelletuelle? Serait-elle une manifestation u futur ans le présent? Les éléments liniques orresponants sont 'hétérogénéité et la ysharmonie, que nous examinerons en référene à ette traversée que tout être humain oit effetuer, s premières phases u éveloppement au tumulte la névrose infantile, puis e passage 'une aalmie (peut-être), ave 'anrage au pofi la pério latene, avant 'aborr les rives 'aolesene. L'inine la préoité intelletuelle et son rôle ans le éveloppement psyhique seront étuiés: prématurité et hypermaturité se rejoignent-elles en annulant les étapes u éveloppement, et quelle est a part éséquilibre que le fontionnement psyhique peut tolérer pour rester hors pathologie? Conerrrant les enfants à haut potentiel, s iffrultés 'orre moteur ou praxique sont souvent évoquées en tant que < yssynhronie > (Terrassier 1981), ou enore une immaturité affetive qui s'opposerait à 'hypermaturité intelletuelle. Peut-on onsiérer qu'un enfant à haut potentiel, àgé inq ans, par exemple, onnaît le même éveloppement affetif que n'importe quel autre enfant, e qui supposerait une séparation raiale entre le ognitif et l'affetif? Que signifie 'immaturité affetive? DELADYSHARMONE À r,a nyssynchronre DE L'ENFANT À nlur PoTENTEL Anna Freu (1962) est à 'origine u onept ysharmonie entre les lignes éveloppement, qui ne présente un aratère pathogène qu'à partir 'un ertain seuil éséquilibre. Ce fateur éséquilibre est néessaire mais non suffisant oour éfinir * Laboratoire PRS Clinique et soiété, Université Rouen. rue Lavoisier, Mont-Saint-Aignan ex <athe ri ne weis mann-ara un i r,-rouen fi>

2 482 bu llri N t psyh oloqi e le pathologique ar il est inhérent à périos oj tà vie : arnsr, on pourrair 4i."":lT:: àvsharmonie esr à r'aores""";";;;;" ilili"l: à s organisations psyhopathologiques graves. e i;ffi,t:,,ff*,*ïîï,*,ï*mj:,ïilïllï i: sionnalisation>> est à la pério lâtene..selon Lang' il;ë;"j"bservarion 'est P' Mâle qui à éveloppé que la Green ompare notion à un ysharmonie 'évolution : << a pattit ra perspetive La éveloppe- rise,.'"ntut" -i..i.'r".-aouettes 'aolesene, rise.quel'onpèuromparerà selon "rt'orientée ra hè"h" u temps> <la (G.;;, ysharmonie' iï0, struturante o 4g). l elle s,agit aussi, ne pas sonfonre trois premières error,riio.r, années' rrnéaire > (Lang, et 1978'p.131). hronologique, ave L'étar le éve- r.pp;;ilàu," rise s'instaurerait o" quoi à partir l,anahrànisme oeihasages se entre super_ le por" sexuel' u, pu'trrotogiqu". la ynamique pulsionneilè Le onept et t'zquipement yssynhronie gar-rii sa pertinene si on le ioumet à l,élairage i:ïfi",îii;##'""";'.',',xïji,ë:[::ï Ë*] âil "*Ëi" 'investigatio"-p.y"r,","rytique? la poussée pubertaire. Les De rr;;;";; e point vue, l'harmonie renvoie non vivraient es éalages en hors "nràtr o" seulement paàj", à une struture iéale, mais aussi à une struturantes. Peut-on ire, alors, que l'étai ""r stase mortifère rise : le progrès, le venir et la subliest permanent? Évoquant le ésëquilib." mation.o-à" ne peuvent être envisagés sans un état frontière la nosographie, AjuriaË*-" nse.,. f rsglju véritable terreau po-u, la roissane assoie la notion 'immaturiré âonti.r psyhique. f.it;";rrg; la pensée, voire là réativité. très extensif sinon abusif, et qui se.uppoa" tuul_ tuellement à la sphère affetive, émotiônnelle, ou motrie. Les DVERSTÉ éséquilibres DES peuvenr OUTLS porrer sur s éalages enrre ET HÉRÉROGÉNÉTÉ les ifférenies lignées Oe Àut,r.u_ tion (motriité, DUÈôiCif-,rN*rnf",1TMENTAL langage, intelligeie),,",i,.r", uu sein la personnalité (entre le àéveloppement libi- Nous avons réparti inal nos et 24sujets 'organisation en fbntion u moi), o" i""o." rr" leur âge: 9 sujets (6 rnternes garçons à une même n1"o voie- âgés éveloppemen, ",': 3 1p* à5anl; zrujàt, (5garçonset2filles) exemple une hétérogénéité âgés 6à ognitiv" àu"" tene s "o-"*lr-!^ans ; É suiets (a garçons et stas 4 filles) âgés 9 Pré-oPératoire et à opératoire). Pour 12 ans. eite Freu' l'éart.partition_ nous permet entre évelopp"-"nt,envisager purr-à-nn"r 'axe iahronique éveloppement en fontio[s grans u moi, "t étapes u'0", ru"i"".r-r.rr""p- u éveloppeàent tibles "tt psyhique, provoquer la s névrose troubles infan- nevrotiques. Reua tile à la pë.roj" nuane latene. epenant Les supports son propos utilisés - en préisant que << la entretien, ssrn prématuration rmposé ou sexuelle spontané, va tests souvent pair uu"" un éveloppement 3iv9a3 ou piagétiens, et épreuves projetives intelletuel prématu'ré; -on - à la la fois ivàrs et omplémentaires, vonr mettre à ' tr( ps t 2( slt m, fl1, ler th, tr( SC 11( i p Lt 't ' u o Rr un i r i retrouve omme telle ans 'hisroire l,enfane l,épreuve les ifférentâ, s inivius f"*;;;;; les plus la"personna[té prus l'enfanr, soit Elle ::::lrl:lres l,axe ne "upuot", synhronique. semble pas, ans La iversité e as, avoir J effets s outils méthoologiq.r", aussi pathogènes p"._êt que,en lorsqu'elle exploiter upparuit isote- au mieux la omplémentarité ment >) (Freu' et, 1905, ans p un premier et exààple pose la temps, nous mettrons question en perspetive la ohérene ^193). eux que nous u fontionnement avons retenus psyhique ii pour _"tt : plusieurs r;tetàgénéité auteurs (Brusset, en D;;; évine : es éhelles wehsler, " Green' 2000) insistent les sur épreuves le fait que F.",râ r;u pu, a'inspiration piagétienne, utilisé lairement et le Rorshah. la perspetive' Si génétique la pàur probèmatiqu" er,rale", le t: haut potentiel, est étran- géveloppement u moi, :l*:: il pu, gè." u.r* oe psyhanalytiques, orresponane entre "'"^irt" "ân""p* la sta méthoo- libiinal et sta u logie utilisée nr mor. 'vru'rar çr ùlau un,voque, ti::: u ; l"n::i: Ë.Tï"';ii"i: es éalages, néessaires à r,évolurion 'ini- fli,o,i:j;. ;:ff',ïli,s;:liî:;:,i::riît::ï viu' sont prouits par les moifiations internes au sujet' re et par réinsérant elles ans 'environnement. l,organisation ls mentale sont repréave ses sentés inuestis.eà"nij' par la notion huiainu,rx onflit, et narissiques, ans la thég.fe er ses "*én"g;;;;;;ierensrfs. en va même pour la i"j,li#]1ïi?#ï: :"ïiî:jïïi"i*'" ïou, -éth;;;;l érirons, ans un premier 'équilibre t-emps' enrre srrurur;:tj.:::":i:,,to"t"tt les épreuves ognitives et leurs présupposés q''unoou""u".*'1i:iiïiiîiîi{iq'"rï::;r'.'n*:.**î:ffiîff au sta suivant' À son tour' Gibello (1984) évoque #,î',ïïïr le tt synrome Jaentes à s omportements yssynhronie observables affeti'o-lnt"tt".- hez nos tuelle >,u:",r. qui r-" varierait no.*îu.n vienra 'immaturito onfirmer ametti,'e ou Ùanate infirmer noi." hypo,hèr"'r r", onepts yssynhronie et o u sll ve ra, NC mi SA fo L' pr né qt trt SU r élt le St o

3 bullrrix t psyholoçit 483 ues graves. e e trouble, le :, illustrant la :ompare à un re éveloppel u temps > )as onfonre ave le éve- ;me se superlyssynhronie t à l'élairage ralytique? renvole non s aussi à une r et la sublirs un état rolssane té. fontion ;) âgés 3 âgés 6 à igés 9 à 'envisager ns étapes 'rose infan- :s utilisés - é, tests :tives - à lt mettre à ersonnalité a iversité r exploiter n premrer ( que nous 3énéité en ; épreuves rh. Si la est étranméthoo façon re. Nous multiples Lronre, en ave ses )s, et ses e pour a premler supposés es uriliies soushez nos infirmer lfonle e[ 'immaturité affetive appliqués à l'enfant suroué ne sont pas peftinents pour la linique psyhanaly_ tique; la notion 'hétérogénéité vrait pouvoir renre ompte la spéifiité u fontionnement psyhique, son amplitu aratérise un état rlse. Wehsler et Piaget : que 'hétérogénéité? faire Nous onsiérons que les onnées liniques ainsi reueillies permettent < érire un appareil ognitif istint l'appareil psyhique au sein uquel il se trouve pourtant immergé > (Debray, 2000). Dans ette perspetive, éhelles Wehsler et épreuves piagétiennes offrent une omplémentarité analogue à elle qui réunit axes iahronique et synhronique en linique infantile, malgré es ifférenes au niveau s présupposés théoriques. Les tests Q rennt ompte 'une organisation à un moment onné, ave ses points fons et ses faiblesses, ses onrenus peniée. L'intelligene y est appréhenée selon une struture fato_ rielle mise en évine par le regroupement s ifférents subtests en fateurs généraux que l,on pourra ensuite éomposer en fateurs spéifigues Le long et axe horizontal, es performanes 'enfant seront omparées à elles sa lasse 'âge, en référene à la variabilité inter-iniviuelle, puis en fontion sa propre organisation ognitive, selon une variabilité intra-iniviuelle. Rappelons que, pour Wehsler, 'intelligene était une entité globale, en tant que fateur, et omplexe ar se manifestant à travers ifférentes aptitus ont la somme ne suffit pas à renre ompte s onuites intelligentes et s proéures mises en euvre par le sujet. Au niveau 'aministration u test, ette omplexité se retrouve ans la iversité et 'alternane s épreuves: verbales, non verbales, onrètes, abstraites, ave matériel figuratif ou non, ave moèle ou sans, bénéfiiant ou non u onours 'aulte. Cette hétéroeénéité u matériel fait ého à elle u sujet. qui peut s'en saisir ou non, s'y laisser prenre ou l,ignorer, en fontion sa sensibilité et sa réativité. L'ensemble s résultats témoigne, ans un premler temps, 'homogénéité ou l,hétérogé_ néité u fontionnement ognitif, s points forts et s points faibles. À partir ette analyse quantitative, le liniien peut ébauher s hypotéèses sur le fontionnement mental i'enfant et es onnées seront mises en relation ave les autres éléments ' investigatron. Les épreuves type Piaget permettent,explorer le raisonnement 'enfânt à travers l'intégration strutures pensée logique qui renvoient à s ontenants pensée : opér.ations lassifiation, sériation et onservation. L'enfzrnt esr onfronté à s situations onflit ognitif ans lesquelles la pereption imméiate peut fausser le jugement. Ces éhelles évaluent < le gré épenane à la réalité externe et pereptive: [l'enfant] ne roit-il que e qu'il voit, ou bien ispose-t-il 'un jugement qui lui permet transformer s pereptions en représentations? > (Weismann-Arahe, 2OO4, p.243). l-.es fonments théoriques es épreuves reposent sur les notions ita et linéarité hronologique u éveloppement ognitif, référene pertinente pour évaluer les enfants à haut potentiel, ar renvoyant analogiquement à la notion préoité intelletuelle: haque sta orrespon approximativement à une tranhe 'âge, sensori_ moteur avant 4 ans, préopératoire 4 à 7 ans, sta s opérations onrètes j à ans, sta préformel 12 à 14 ans, formel au-là. Ce éveloppement iéal est néanmoins mis en question par la linique qui révèle, au ontraire, une gran hétérogénéité intra-iniviuelle, permettant rarement situer un sujet ans un sta. Ce hiatus entre théorie et linique appelle ux types réponses: < La première onsistait à la traiter omme une erreur mesure et à la neutraliser en moyennant. C'est la solution qu'a retenue Longeot (1974) pour l'éhelte éveloppement la pensée logique (EDpL) en proposant un barème qui fait orresponre haque sta à un total points obtenu en sommant les réussites à haune s épreuves l,éhelle La seon onsiste à trouver un sens à ette variabilité iniviuelle, et l'on a peut-être un peu rapi_ ment rnterprété L'hétérogénéité u éveloppement orrune une ysharmonie, omme 'expression,un synrome (Gibello, 1984 ; Lautrey, 1998). D'aurre part, vouloir situer un enfant ans un sta est illu_ soire, ar l'intelligene logique proè ifférentes opérations orresponant à plusieurs voies éveloppement rarement homogènes. Deux es voies ont été intihées (Hureau, 1995): - les opérations logio-mathématiques qui inté_ ressent les quantités isontinues, que l,on peut énombrer, et mettent en euvre s épreuves onservation u nombre, lassifiation. sériation ; - les opérations infra-logiques qui onernent s éléments non quantifiables mais mesurables en pois, en volume, en longueur, poftant sur une réalité ontlnue, les parties ou les propriétés,un même objet. La onservation u pois, u volume, la longueur, néessite 'aès aux notions réversibi_ lité et perrnanene 'objet au sens piagétien : l'objet qui hange fome gar son intité. Chez un même sujet, la onorane es voies éveloppement est rare, et il existe un ontlnlrum allant 'hétérogénéité relative s proessus raisonnement à la ysharmonie ogni_ tlve

4 484 Rorshah et immaturité affetive bulleriu t psyholoçit s représentations soi plus onventionnelles, réelles et poliées. La, représentation soi est envisageable à partir la qualité et u gré ifféreiiarion la RÉSULTATS: QUT] FARE DEL'HÉTÉROGÉNÉTÉ? Éhelles Wehsler r SA m:l me les <( av( o1 per ht t nel alé lmj tlel 'al qul exl fetr ( ent lntr a s'a if S1 pol vol inh tivt Air or vle pas la sul lmi l per to ne ol évt pal ral (1e ttel es l Grt apf

5 ntlonnelles, Lble à partir atron la rionsation. : image u s réponses rubenberg, mmanuelli évaluer la r'éponses à l'intéiement e parfois us élevés K Organlr. 'héré_ rble être 'éheile re la erbauq la iffélst on nnement s enjeux Dreuves. fait que llaire et onomre )ose sur -lve un je atévestre : tron u tualités puis plaisir, re s :às,lus en petttes es s 'isible rpères orps iales.,ts ants : habirppel s limites ramène le sujet à son statut,enfant, à sa épenane aux aultes, et réative la oroblé_ matique astration. [ntra-éhells, les ux épreuves qui varient signifiativement et négative_ ment par rapport aux moyennes iniviuelles, sont les épreuves < Mémoire s hiffres > et. Co ' '. habituellernent mises en orrélation ave les apaités mnésiques,,apprentissage et onentration. Or, la majorité nos suiets sont performants à l'éole, e qui nous a inité à her_ her 'autres paramètres omparaison entre es ux épreuves : elles ne mobilisent pas le raison_ nement, néessitent 'appliation strite 'une règle aléatoire qui ne peut être ni inuite ni éuire, er imposée par un aulte Ces épreuves sont ésinves_ ties par les enfants à haut potentiel qui privilégrent 'abstration, le reours à la représentation mentale qui permet se renre inépenant s ontrarntes la réalité, s moèles : Florent, g ans, nous expliquait qu'il ne pouvait faire les opérations à retenue que tête, s'il les érivait il se trompait Ces éléments rennt ompte 'artiulatron entre le travail la pensée et la gestion s onflits intrapsyhiques La qualité u proessus intifi_ atolre est, sans oute, sous_jaente au refus s'appuyer sur un moèle. Nous pensons que les iffiultés rype ysgraphie ou ysorthographie, sl souvent mises en avant hez les sujets à haut potentiel, pourraient bien relever 'une rétiene, voire 'une impossibilité, à assumer les ontrainres inhérentes à 'appliation onventions olle_ trves et os ommuns qu'exigent es ativités. sur l'intériorité, fae aux onventions et aux règles imposées par les ontraintes a réalité externe. Releture s épreuves piagétiennes : la pensée formelle omme mise à l'épreuve 'organisation phobique La linique s jeunes enfants préoes (3_5 ans) ne trent pas les promesses la théorie et vient ontreire la notion stas en mettant n évine 'hétérogénéité intra-intiviuelle. e paraoxe théorio-linique : les rroalités falsonnement présentent une gran avane ans ertalns seteurs seulement. pour Shmi_Kitsikis ( 999, p ) < L'utilisation s épreuves piagé_ tlennes permet, grâe surtout au are théorique qur les sous-ten et à une émarhe qui solliite l.enga_ relationnel, -semen le onflit et la réflexion l. Cette faiblesse à Co est égalelrent sigrralée parun rnoir.rr-e Cr-r-rbar, Duyrne. Côte (1997) t aitrjbuée :) appel à la réativité par err epreuv bullsin r psyholoçir 485 assoiative, mettre en évine les liens qu'entretiennent la pensée émotionnelle (ans ses manifestations autant arhatques que plus évoluées) er la pensée oneptuelle (...) >. De là à supposer que, la même manière que les présentent pas éfirt en seteur. En revanhe, hez erlains enfants plus âgés, si 'on ompare la isparité s éhelles Verbale et Performane au WSC, à 'hérérogénéité s proéures raisonnement à 'EDPL, fore est onstater que les éarts les plus marqués au WlSC omesponnr à s lysharmoniei ogni_ tives pathologiques mises en évine à l,edpl. et telles que Gibello (19g4) les a érites. Cerre manlaques. Nous pouvons néanmoins saluer les remarquables suppléanes intelletuelles mises en plae ans es as : mieux vaut être ysharmonique et suroué que ysharmonique éfiitaire. Nous istinguerons es ysharmonies pathologt_ ques s ysharmonies ognitives que nous quali_ frerons normales, et qui sont ues à une extiême avane ans le raisonnement, o_existant ave s strutures pensée logique en rapport ave l,âge réel l'enfant. De plus, ette hétérogénéité ne respete pas, non plus, la hronologie 'un évelop_ pement ognitif linéaire, tel elui érit par piagèt. et qui implique une onstane ans l,orre s aquisitions. Dans ette perspetive, évelopper ertalnes strutures pensée logique avant l,heure - et parfois ans e ésorre _ relèverait véritable_ ment la néessité. Or, nous onstatons que : - hez les 3-5 ans, les résultats les Lrlus éleves sont obtenus en majorité à l'épreuve À eonserva_ tion u nombre 2, appartenant au omarne lo-qio-mathématique 2 Deux olletions ornportant le nrême nombr.e 'éléntents, s bouteilles et les bouhons, sont plaées n tenre à ter-nr. puis les oblets 'r-rne s ollètions sont rapprolrés spatialement : on lerrernle à 'enfânt s,il y a toujours la rrêrre hose. ou plus, ou rroir.rs.l Le ontl)ra-q omntr: argllment est r-rtilisé très tôt hez nos junes sruets

6 486 bulkriv r psyholoqie - tous nos sujets réellement suroués, la pério latene, atteignent un sta supérieur au leur,-à une épreuve, les quantifiations Ë probabi_ lités 3, relevant aussi la voie logio_mathématique. Résoure le onflit ognitif en ontreisant les apparenes trompeuses et maîtriser les probabilités, équivaut fantasmatiquement à retiouver < le parais peru l'évine > (Mijolla_Mellor, 1992, p. 57), nostalgie u temps myt-hique ou les limites la onition humaine étailnt i^non.rues. C'est << le fantasme la possibilité reonstruire le mon 'avant l,éroulement s ertitus > (Mijolla-Mellor, 1992, p.72) qui sourienr l,ativité pensée l'enfant, et elle u herheur, 'ailleurs. De même, maîtriser les probabilités onsiste à omparer ux systèmes È référene l'objet trop présent ne permet pas 'investissement ontraphobique la pensée. l en va, sans oute, même pour les épreuves non verbales. on fonées sur s images ou s éléments matériels, s éhelles WeJhsler. Rappelons qu'a. Freu (l9a\ a érit 'intelletualùation io--".rn méanisme typiquement aolesent, une générali_ sation abstraite stinée à brir la troj intense réativiré pulsionnelle erte pério âe la vie. Ainsi, les aménagements éfenùfs nos ieunes sulets à haut potentiel semblent s'insrire àuuun_ tage ans un proessus 'aolesene antiipée, soit ans un ontexte nse. Le Rorshah : immaturité affetive ou vulné_ rabilité narissique? Proessus pensée t r r n n o r o E ll 3. l s'agit omparer ux tas omportant s jetons ave roix et sjetons sans roix, visibles, puis retjumés u ôté intique, ans un système frations, qur néessite la prise en ompte ux systèmes référéne. les numérateurs et les énominateurs. Dans 'ensemble et à tout âge, les protooles Rorshah se aratérisent par la rëstrition s réponses, assoiée à une appréhension globale très supérieure aux noûnes. Le nombre supérieur loalisations globales atteste,.. unè ativité projetive qui s'applique à lore et à éfinir, on à sortir 'inertitu >. Mijolla_Mellor (Lg92, p. 200) rappelle ii une reommanation Léonar Vini s'appliquant à ironsrire s tahes onfuses sur un mur. Ce rapport inversé entre réponses globales et réponses èiails montre, aussi, un fort investissement s limites, on e qui ontient et évite la perte. L'aent porté sur t9 ontour n'empêhe pas 'artiulation s éléments la réponse en sénarios fantasmatiques qui illustrent la limite ténue entre réativité et angorsse, par exemple, planhe Lara, 5 ans : << Deux voleurs ave s pistolets, et ils vâlent un enfant >. Un aure ritère ommrln, 'apparente faiblesse u reours à la forme (F %), signë en fait la iuer_ sité s mos,expression revélée par un F Vo élargi, très important à tout âge. Ces mos se répartissent entre les kinesthésies et les réponses sensorielles nombreuses, sous la ominan^e,un prinipe formel aéquat. Cette iversité s resrs_ tres est une autre partiularité nos sujets : les réponses kinesthésiques humarnes sont avant irésentes l'heure, hez les 3_5 ans ; e type Ë réponse est onnu pour être très orrélé ave les apàités intelletuelles ou réatives, mais elle révèle égale_ ment le reours au méanisme introjetion_pr6ie_ tion éjà très opérant hez s.nf-t,,l 1"unË.. Cette aptitu à. la représentation sert prélu à la sublimation, et vient également,n" réativité pulsionnelle qui reste onstante "nigue. o, importante (réponses sensorielles nombreuses "i et pourentage élevé réponses ouleur). L,état rise pren alors une oioration a.u"-lri*.. mlse en < sur-régime > u ", fu lugement 'éxisterre S n e F S P Ji n ] a e l, t C e tl t, \

7 bu llrri ry e psyholoçi r 487 ssement sans oute, rbales, on matériels, qu'a. Freu omme un ne généralitrop intense la vie. nos Jeunes avanantiipée, ou vulné- ition s globale rrès upérieur ativité éfinir, on lor (1992, s lnverse ls montre, Es, on nt porté sur lation s :asmatlques réativité et ara, 5 ans : i volent un e faiblesse it la iveratunfv mos se s réponses ane 'un s regis- ;ujets : les présentes te réponse apaités èle égale- )n-proje- Jeunes. e prélu rguer une re et très reuses et L'état lue, et a jxrstene pren valeur anti-traumatique en opposant le < représenté >, au << réel >. Enfin, notre étu transversale montre que sl 'hétérogénéité u fontionnement persiste hez les plus grans, elle permet néanmoins un investisse_ ment moins éfensif s proessus pensée : le nombre réponses s'aroît, se norrnahsant avantage et témoignant 'une iminution s éfenses phobiques. L'éart entre réponses globales et réponses étails iminue. Mais 'exploration s éoupes meure prunte et peu onformiste par rapport à elle s enfants tout venant: D gris, Planhe X, Ariane 8 ans, < Deux gros afars qui se isputent une lampe à pétrole >. Le versant élaboratif supplante peu à peu le versant éfensif qui ominait hez les petirs, la préoité intelletuelle ten alors à s'intégrer à la personnalité, selon le shéma freuien pulsion-formation réationnelle-formation aratère-sublimation. Représentation soi en fontion l'ôge L'aaptation à la réalité est supérieure à e qui est attenu hez s enfants, et l'étu la planhe V renvoie, ans l'ensemble, à une représentatron soi intègre et unihée, ave s réponses sobres hez les 3-5 ans, ominées par le plaisir 'intifier et reonnaître ou 'énumérer les ifférentes parties renant ompte l'unifiation l,image u orps. Un peu plus tar, vers 6-8 ans, les réponses supplémentaires partielles sont fréquentes et nombreuses : < s têtes rooile > (yvan, 8 ;8) < la tête 'un fourmilier ii > (ris, 6 ;7), tout omme 'insistane à intifier simultanément et la hauve-souris et le papillon, en lien ave une pensée mobile, ivergente qui ne veut rien perre et ren ompte la fragilité narissique sous- Jaente. Enfin, à partir 9-10 ans, les apaités sublimatoires ommenent à se éployer, laissant viner leur soure narissique, par exemple pour Amélie, LOl.2: << Sinon ça peut faire penser aussi à un haut masque ave les plumes, les yeux, et e qui séparerait les yeux >. S'agissant 'enfants, la représentation soi est enore très épenante s imagos parentales, ont les figures arhaïques semblent oexister longtemps ave s représentations plus soialisées, y ompris ans un même protoole. Assoiés à s ontenus humains supérieurs à la moyenne, es éléments montrent une propension aux intifiations humaines, sorte mobilité intifiatoire ont il faut rappeler qu'elle était pour Freu un ritère réativité, puisqu'il a souligné < la tenane u réateur littéraire morne à sinr son mol en mois partiels, par effet l'observation soi > (Freu, 1908). D'autres auteurs onr souligné ette labilité intifiatoire omme étant favorable à s investissements objetaux 'une gran intensité : ainsi Melanie Klein (1921) repren 'exemple Léonar Vini hez qui elle suppose une faulté préoe et très éveloppée 'intifiation ave les objets u mon ; elle préise que < l'aptitu à maintenir la libio en état non-éharge serait un autre élément ette faulté >. Cet état non-éharge, trop plein énergétique, susite s mouvements pulsionnels gran amplitu hez nos sujets, orollaires leurs investissements narissiques et objetaux massifs. À et état non éharge pourrait"orresponre e qu'anzieu (1981) nomme << rises réatries > ou < éollages >, qu'il relie aux grans étapes u éveloppement que sont lajeunesse puis la maturité. Selon et auteur, les réations jeunesse puisent leur énergie ans un véritable geyser pulsionnel ont la violene exessive er traumatrque - ar maximale en raison l,ahève_ ment la roissane organique - réveille 'angoisse perte, mort ; ette violene peut être ontenue et élaborée ans une euvre << ispositif anti-traumatique rétroatif >, à valeur reonstitution ou même 'invulnérabilité naris_ sique. Azoulay er Emmanuelli (2002, p. 40) rappellent que 'aolesene s'insrit << sous le signe 'une ouble ontrainte narissique et pulsionnelle (2OO2, p.40) " partiulièremenr visible au Rorshah. Cette. rue pulsionnelle >> appelle effetivement s éfenses à sa mesure, tel 'investrssement la pensée, une ertaine entratlon narissique, le reours à < la représentation soi >. Ces éléments, ommuns aux enfants à haut potentiel, nous initent à penser que la préoité intelletuelle onstituerait également un ispositif anti-traumatique hez nos sujets. POURCONCLURE Nous avions hoisi 'aborr la problématique u haut potentiel à partir s voables phénoménologiques <yssynhronie> et <immaturité affetive >. Cette terminologie renvoie au hamp u éveloppement er à la métho l,observation. ont les limites oneptuelles ne permettent pas 'aborr les proessus mentaux sous-iaents à es onuites La linique sriptive qui..uppose une rmmaturité affetive 'enfant préoe, opposée à son hypermaturité intelletuelle, n'abor pas la question la ohérene entre ynamique pulsionnelle, organisation psyhique éfensive et investissements intifiatoires (il est à noter que préoe signifie aussi bien hypermarure que prématuré). Notre reherhe montre ainsi ertaines aratéristiques u fontionnement mental s enfants a haut potentiel : 'intensité la réativité pulsionnelle ou suseptibilité aux traumatismes, la

8 488 bu lkri ru r psyholoqi e propensron marquée aux intifiations, la sensibi_ lité à la perte, éléments qui sont évoateurs,une sensibilité narissique partiulière : les exisenes pulsionnelles ont un effet véritablement t;uma_ ttque sur nos sujets hypersensibles à toute exita_ tion interne ou externe. Ces aratéristiques ont également été érites en tant que << traumato_ philie > (Lowenfel, 1977) ou suseptibilité au traumatisme repérée hez les artistes et les aoles_ ents (Emmanuelli, 1994) qui s'y onfrontent répé_ titivement pour le surmonter et l,élaborer. Cette oup plus intense que hez 'autres suiets. Nous pensons que 'on a onfonu immaturité affetive et vulnérabilité narissique. La yssynhronie onsiérée omme aratéri_ L'hétérogénéité u fontionnement mental s enfants à haut potentiel se rapprohe ainsi 'une nse aolesente ou s énivellations retrouvées hez le réateur....développer un mo pensée formelle avant 'heure, orrespon aussi à un fontionnement ognitif aolesent, stiné à maintenir à istane tien 'une pensée qui sert la ontinuité narissique. et la apaité à agir sur laréalité externe et, on, à prenre en ompte un investissement objetal. Ainsi 'aspet éfensif primerait 'abor sur le fontionnement élaboratif, e qui était aussi le moèle freuien la sublimation. Ce sera aussi le moèle que l'évolution nos sujets suroués nous inite à retenir: la préoité intelletuelle onsrt_ t r( e p (: à ît r p u D P' nénénnnrs ATURTAGUERRA (Jullian ), Manrnr (Daniel)._ Psyhopathologie 'enfant, paris, Masson 19g1. ANZTEU (Diier).- mar, Le orps 'ruvre, paris. Galli_ Azouley (Carherine), EMMANUELLT (Mihèle)._ Zes épreuves projetives à ' aolesene,paris, Duno, BEzMANN (Céile).- Le Rorshah l,enfant à 'aulte [1974], Neuhâtel, Delahaux et Niestlé, 3" éit BTRRAUX (Annie).- Éloge la phobie, paris, presses unrversitaires Frane, 1994.,- BoprHolr (Monika).- Fonments pulsionnels 'expériene visuelle; regar à travers la genèse u proessus Rorshah, psyhiatrie l,enfant, XXXX, 2, 1996, p Cnaeenr (Catherine).- psyhanalyse projetives, Paris, Duno, 199g. et métho.es DesRAy (Rosine)._ L,examen psyhologique 'enfant à kt pério latene, parls, OunoA]ZbOO. EMMANUELLT (Mihèle)._ nines u narissisme sur_les proessus pensée à 'aolesene, psyhiatrie 'enfant, XXXW, Fnnuo (Anna).-, lgg4, p.249_305. Le Moi et les méanismes.e éfense [1949], Paris, Presses universitaires Frane, 19g5. Fnruo (Anna).- Le normal et le pathologique hez 'enfant, Paris, Gallimar, Fneuo (Sigmun)._ Nouvelles remarques sur les psyhonévroses éfense llg96l, Névros", trryrhor" perversion, Paris, presses universitaires "r Frane, 197g. Fn-auo (Sigmu n).- Trois essais sur la théorie sexuelle [1905], Paris, Gatlimar, Fnruo (Sigmun).- Le réateur littéraire et la fantaisie Lyon, 1997, p. tl6-t28. BRUssEr (Bemar).- Le éveloppement libi.in.al. Paris, Presses universitaires Frane, [1908], ans L'inquiétante étrangeté et autres es.tais, Paris, Gallimar, 1997, p.3l_50. Fneuo (Sigmun).- La isposition à la névrose obses_ sronnelle ll913l, Névrose, psyhose et peruersion, pans, Presses universitaires Frane, 197g.

9 Èf ; bullerin & psyholoçit 489 t mental s le ainsi 'une )ns retrouvées )rmelle avant ntronnement nir à istane n la proxila préoité rtelletualisalieu 'objet 4). Le balanrntre le main- : narissique, rne et, on, ent objetal. Lbor sur le ait aussi le sera aussi le roués nous relle onstiréponse à rn humaine, ertion 'A. ;'ensuit que s hommes GreeLLo (B ernar).- L' e nfant à ' inr e i g e n e t ro ublé e, Paris, Le Centurion, 1984 GnroN (Anré) - Méonnaissane 'inonsient, ans Dorey (R.), L'inonsient et la siene, parts. Duno,1991. GneeN (Anré) Le temps étaté, Eitions Minurt. GnÉorne (Jaques) - nterpréter les résultats à l'éhelle 'intelligene Wehsler pour aultes, forme révisée (WAS-R). Quelques valeurs référene, Revue européenne psyhologie appliquée, 42, 4, ggz, p Gnueen (Jean-Clau), Duyvp (Mihel), Côre (Sophie).- ln préoité intelletuelle, a mythologie à la génétique, Sprimont, Maraga, Hureau (Mihel). Manuel psyhologie ffiren_ tielle, Paris, Duno, 1995 KrerN (Melanie).- Le éveloppement,un enfant, ans Ëssais psyhanalyse, paris, payot, lgtl, p LeN (Jean-Louis) - Aax frontières la Dsyhose infantile, Paris, Presses universitaires Frane, i97g Leurnsy (Jaques).- La théorie er les méthos 'évaluation 'intelligene : s relations paraoxales, ans Debray (R), L'intelligene 'un enfant, pans, Duno, 1998, p LoweNpelo (Henry).- Traumatisme psyhique et expériene réatrie hez l,artiste, psvhanalyse à 'université, 2, 8, 1917, p Muorla-Mellon (Sophie ).- Le pltisir pensée, Paris, Presses universitaires Frane, 1992 Reuss oe Tnausexsen (Nina), Botzou (Mane_ Frane).- Le Rorshah en linique infantile. L'imagb naire et le réel hez l'enfant, paris, Duno, l9gl. Rolrex (Pasal).- La métho projetive omme ispositif à symboliser, ans Roman (p.), proietion et symbolisation hez 'enfant, la mérho proietire "n p sy ho patho lo gie, Ly on, Presses universitaires Lvon. l,991 p. 37-5t. SHunr-KnsrKrs logie linique. Paris, Duno, 1999 (Elsa).- pour introuire a nstho_ TenRassren (Jean-Charles).- Les enfants sur.oués ou la préoitë embarrassante. paris. ESF, l9gl. WrrsvaNN-AnAHE (Catherine)._ < euan i'étais gran >, le éveloppemenr et la temporalité psyhiques à l'épreuve la préoité intelletuelle, thèse otorat en psyhologie linique et psyhopathologique, Univer_ sité Paris 5, WETsMANN-ARAHE (Catherine)_ L'évaluation 'enfant en situation solaire, ans Emmanuelli (M.), L'examen psyhologique en linique, Duno, 2004, p LoNeor (François)'- Éhelte éveloppement la wbrsrraann-anache (atherine).- on presrit un e, pensée logique, ssy-les-moulineaux, EAp, lg74 L'information psyhiatrique, gl, 2005, p.205_209 r méthos ogtque, rarrssisme Dsyhiatrie éfense :, rque hez, sur les ryhose et te, 1978 t: sexuelle, fantaisie '; essais, ;e obses-,n, Paris,

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2 .Boukai Optique P Inteférenes non loalisées e eux ones totalement ohérentes Table es matières 1 Interférene entre eux ones lumineuses 1.1 éfinition....................................... 1. uperposition

Plus en détail

Résistance à l effort tranchant des poutres sans armatures transversales

Résistance à l effort tranchant des poutres sans armatures transversales N : 2P-4 Hamrat M. Université e Chlef, Algérie Résistane à l effort tranhant es poutres sans armatures transversales Hamrat M*, Boulekbahe B Université e Chlef, Faulté e Génie Civil, Algérie Chemrouk M

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

La Gazette du Rallye Mathématique de l IREM Paris-Nord LE RALLYE : CONSIGNES ET EPREUVES.

La Gazette du Rallye Mathématique de l IREM Paris-Nord LE RALLYE : CONSIGNES ET EPREUVES. N 2 Mars 2012 La Gazette u Rallye Mathématique e l IREM Paris-Nor LE RALLYE : CONSIGNES ET EPREUVES. Dans un même établissement et pour une urée e 1 heure : ο ο une ate est retenue : le luni 12 après-mii

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

TRAPPE DE PLAFOND et TRAPPE DE VISITE

TRAPPE DE PLAFOND et TRAPPE DE VISITE www.nioll.fr TRAPPE DE PLAFOND et TRAPPE DE VISITE Guie e presription GPTAP09 La réglementation fait évoluer votre métier. Lors u protoole e Kyoto en 2005, la Frane s est engagée à ramener ses émissions

Plus en détail

La formation en informatique? Une question à géométrie variable!

La formation en informatique? Une question à géométrie variable! 1 La formation en informatique? Une question à géométrie variable! Fabienne Viallet*, Alain Piaser** * MCF Informatique DiDiST CREFI-T Didatique des Disiplines Sientifiques et Tehniques Centre de Reherhe

Plus en détail

VII- Applications, bijections, bijection réciproque

VII- Applications, bijections, bijection réciproque ) Définitions VII- Appliations, bijetions, bijetion réiproque des un Une appliation d un ensemble (de départ) E dans un ensemble (d arrivée) F fait orrespondre à haque élément de E un élément unique (appelé

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Multi cotations, information et concurrence entre marchés boursiers. Sarah Draus *

Multi cotations, information et concurrence entre marchés boursiers. Sarah Draus * ulti otations information et onurrene entre marhés boursiers Sarah Draus Septembre 007 Première version RESUE Ce papier présente un moèle où eu marhés boursiers ayant ifférents aès à l information otent

Plus en détail

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite?

Quelles différences y a-t-il entre coqs d origine et coqs introduits par la suite? Quelles différenes y a-t-il entre oqs d origine et oqs introduits par la suite? Le prolème Pour l élevage-souhe, les reproduteurs de poulet à hair ont fait l ojet d une séletion intensive onernant la vitesse

Plus en détail

3.2 Succession d intégrales simples - Théorème de Fubini

3.2 Succession d intégrales simples - Théorème de Fubini 8 Intégrle oule. Suession intégrles simples - Théorème e Fuini Soit R = [, [, (

Plus en détail

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction

MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introduction Statistique Informatique Mathématique appliquées Novembre 3 MACROS MINITAB POUR LE CALCUL DES COURBES D'EFFICACITÉ DES CARTES DE CONTRÔLE DE SHEWHART R. PALM * 1. Introdution Les artes de ontrôle sont

Plus en détail

La stabilité en géométrie

La stabilité en géométrie Roger Cuppens (*) À George Pólya (1) PMEP Pour herher et approfonir 671 La stabilité en géométrie Dans et artile, j étuie le rôle es essins ans l élaboration e la géométrie euliienne. Ce rôle et le fait

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

Quelques notions de conductimétrie

Quelques notions de conductimétrie Quelques nots e conuctimétrie - Mobilité un Deux électroes planes, parallèles, e surface et istantes e sont reliées aux pôles un générateur alternatif (*). I Les surfaces sont en regar l une e l autre

Plus en détail

Chapitre 3 Intégrale double

Chapitre 3 Intégrale double Chpitre 3 Intégrle oule Nous llons supposer le pln usuel muni un repère orthonormé (O,i,j). 3. Aperçu e l éfinition formelle e l intégrle oule Soit =[, [, (

Plus en détail

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph

Problème 4 : étude de solutions tampon de ph ème OI Épreuve de séletion 5 PRÉ : étude de solutions tampon de ph I. Préparation. L aide éthanoï que est noté OH. À la température onsidérée, le pk du ouple OH/O est égal à,7. On prépare une solution

Plus en détail

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle

Comment reconstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostics et inventaires aux niveaux forêt et parcelle 326 Forêts et tempête Comment reonstituer un patrimoine forestier? Valeur d avenir : diagnostis et inventaires aux niveaux forêt et parelle par Mihel Vallane et Bernard Roman-Amat Offie National des Forêts

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Métiers du onseil en entreprise Questionnaire préalable d assurane Identiiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Chapitre VII Molécules conjuguées Méthode de Hückel

Chapitre VII Molécules conjuguées Méthode de Hückel 43 Chapitre VII Moléules onjuguées Méthode de Hükel. Liaisons, liaisons et onjugaison.. Liaisons et orbitales et ous avons défini au hapitre IV les liaisons omme résultant de la formation d une orbitale

Plus en détail

4087 fr - 01. 2007 / a CHARGE ACTIVE. Banc d essais de machines tournantes Acquisition de données

4087 fr - 01. 2007 / a CHARGE ACTIVE. Banc d essais de machines tournantes Acquisition de données 4087 fr - 01. 2007 / a CHARGE ACTIVE Ban d essais de mahines tournantes Aquisition de données pour ban d'essais de mahines tournantes Rapproher l'enseignement tehnique des réalités industrielles a toujours

Plus en détail

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

SELECTIONNER ENTREPRISES

SELECTIONNER ENTREPRISES GUIDE POUR AGIR Comment SELECTIONNER les ENTREPRISES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES Ave le soutien du Fonds soial européen Pourquoi séletionner ertaines entreprises? Toutes les entreprises de votre seteur

Plus en détail

Exemples de solutions acoustiques

Exemples de solutions acoustiques Exemples de solutions aoustiques RÉGLEMENTATON ACOUSTQUE 2000 Janvier 2014 solement aux bruits aériens intérieurs et niveau de bruit de ho Traitement aoustique des parties ommunes Bruits d équipements

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation Mathématiques e Livret de orrigés Rédation : Niole Cantelou Sophie Huvey Hélène Leoq Fabienne Meille Françoise Raynier Philippe Nadeau Jean-Denis Poignet Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Métiers de la séurité by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015

Proposition de conditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0 Septembre 2015 Sommaire Proposition de onditions quantitatives Normes provisoires 2.0... 1 Contexte... 2 Critères d éligibilité pour l épargne

Plus en détail

Le traitement de l édenté complet est bien codifié, il

Le traitement de l édenté complet est bien codifié, il Une tehnique simple et préitile pour traiter l éenté total au sourire gingival Mithriae Davarpanah, Philippe Rajzaum, Georgy Demurashvili, Serge Szmukler-Monler Patients et pratiiens attenent e la thérapie

Plus en détail

Exercice 1: Câble coaxial et Théorème d'ampère

Exercice 1: Câble coaxial et Théorème d'ampère UTBM PS1 / Examen Final P8 Pour tenir ompte de la longueur de l'énoné, le total des points possibles est 33, mais la note finale sera ramenée à une note sur points Exerie 1: Câble oaxial et Théorème d'ampère

Plus en détail

Localisation des firmes multinationales et environnement : entre contrainte imposée et responsabilité incitée

Localisation des firmes multinationales et environnement : entre contrainte imposée et responsabilité incitée Loalisation es firmes multinationales et environnement : entre ontrainte imposée et responsabilité initée Fabrie DARRIGUES CATT, UPPA fabrie.arrigues@univ-pau.fr Jean-Mar MONTAUD CATT, UPPA jean-mar.montau@univ-pau.fr

Plus en détail

Consigne : Voici 9 baguettes de tailles différentes. Je voudrais que tu les ranges dans l ordre. CAPACITE A : ETABLIR ET GERER DES RELATIONS D ORDRE

Consigne : Voici 9 baguettes de tailles différentes. Je voudrais que tu les ranges dans l ordre. CAPACITE A : ETABLIR ET GERER DES RELATIONS D ORDRE 3. SERIATION CAPACITE A : ETABLIR ET GERER DES RELATIONS D ORDRE CONSIDERER «PETIT» ET «GRAND» COMME DES RELATIONS ET NON DES ETATS SERIATION épreuve 1 les baguettes Objectifs : Evaluer le niveau de sériation

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement valables onernant ma vie, mes périodes de souffrane, les derniers moments de mon existene et ma mort Institut interdisiplinaire

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation athématiques 6 e Livret de orrigés Rédation : laudine lbin-vuarand Niole antelou arie-jo Quéffele arie-frane Lefèvre ar Le rozler oordination : Jean-enis Poignet, responsable de formation e ours est la

Plus en détail

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie Chapitre 7 - ests d hypothèses Lexique anglais - français Constats - terminologie - onepts de base tests ests onernant une moyenne - variane onnue - variane inonnue - ourbe aratéristique - n =? est de

Plus en détail

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5

Préface. À ma mère. Van de Velde ISMN-979-0-56005-291-5 Préfae À ma mère En filigrane de es pages il y a le souvenir de ma mère Nadia Tagrine. Tout e que vous trouverez dans e livre est auprès d elle que je l ai appris. Ave ette méthode j ai voulu rendre hommage

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Servies à la personne by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle

10. Trigonométrie. - 1 - Trigonométrie du triangle quelconque. 10.1 La mesure de l angle - 1 - Trigonométrie du triangle quelonque 10.1 La mesure de l angle 10. Trigonométrie Les quatre unités prinipales de mesure d'un angle géométrique sont le degré, le radian, le grade et le tour. Le degré

Plus en détail

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés

NCCI : Calcul d'assemblages de pieds de poteaux encastrés NCCI : Calul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés Ce NCCI fournit les règles relatives au alul d'assemblages de pieds de poteaux enastrés. Ces règles se ontentent de ouvrir la oneption et le alul

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Portage Salarial pour les métiers du Conseil by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms

Plus en détail

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée)

Personnel Pour chaque diagnostiqueur, veuillez fournir les informations suivantes : Date de la formation. Formation (durée) 1 Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Date de réation : Possédez-vous

Plus en détail

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences

Étape II. Compétences à développer de 8 à 12 ans. Grilles des compétences Grilles des ompétenes Compétenes à développer de 8 à ans COMPÉTENCES DE 8 À ANS Les ompétenes en «aratères droits» sont à ertifier. (symbole en fin de ligne) Les ompétenes en «aratères italiques» sont

Plus en détail

JAVA ET JDBC : UNE MINI-INTRODUCTION MARCIN SKUBISZEWSKI

JAVA ET JDBC : UNE MINI-INTRODUCTION MARCIN SKUBISZEWSKI JAVA ET JDBC UNE MINI-INTRODUCTION MARCIN SKUBISZEWSKI Comment nous proédons skubi@skubinet http//wwwskubinet Etude de quelques points essentiels et diffiiles Etude d exemples de ode Manuels Tous les douments

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

CRÉATEUR D ENTREPRISE

CRÉATEUR D ENTREPRISE GUIDE POUR AGIR Comment s imaginer CRÉATEUR D ENTREPRISE JE BÂTIS MON PROJET PROFESSIONNEL Ave le soutien du Fonds soial européen Créer une entreprise... pourquoi pas moi? Chaque année, plus de 270.000

Plus en détail

Jean-Louis CAYATTE http://jlcayatte.free.fr/ jlcayatte@free.fr

Jean-Louis CAYATTE http://jlcayatte.free.fr/ jlcayatte@free.fr Jean-Louis CAYATTE http://jlcayatte.free.fr/ jlcayatte@free.fr Chapitre 2 Le nombre es chômeurs Le nombre es chômeurs augmente lorsque les entrées au chômage sont supérieures aux sorties u chômage. Cette

Plus en détail

Bureau d études techniques by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Bureau d études techniques by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Bureau d études tehniques by Hisox Questionnaire préalable d assurane Bureau d études tehniques by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS CAALOGUE DES FORMAIONS La formation aux métiers éduatifs et soiaux > édiion 2016 > EIE ENFANCE > RAVAIL SOCIAL > ERSONNES ÂGÉES www.arifts.fr Édito Édito En deux ans, le paysage de la formation professionnelle

Plus en détail

B CHIFFRES CLÉ S FONDATION INSA DE LYON

B CHIFFRES CLÉ S FONDATION INSA DE LYON F O N D AT I O N I N S A D E LY O N Près de 11 millions d euros levés en 4 ans auprès de 16 entreprises méènes et partenaires 5 Chaires réées pour une dotation globale de plus de 2 millions d euros une

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION

ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION - Février 2003 - ETUDE COMPARATIVE RELATIVE AU SERTISSAGE DES CANALISATIONS EN CUIVRE DANS LE SECTEUR DE LA RENOVATION Centre d Information du Cuivre 30, avenue Messine 75008 Paris HOLISUD Ingénierie 21,

Plus en détail

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Diagnostic Immobilier by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Diagnosti Immobilier by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Nom ou raison soiale Adresse Code postal Ville

Plus en détail

Démographie et emploi dans la grande région

Démographie et emploi dans la grande région DE L ADEUS Démographie et emploi dans la grande région Quelles dynamiques à l œuvre? 187 déembre 215 DéMOGRAPHIE La grande région est omposée d entités fortement différeniées, tant en termes d évolutions

Plus en détail

Centrales Villageoises Photovoltaïques

Centrales Villageoises Photovoltaïques Centrales Villageoises Photovoltaïques Projet Centrales Villageoises Photovoltaïques Optimisation du raordement életrique et gestion du réseau sur le village de : - Les Haies Rédateur Nom Fontion Damien

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau Géométrie dans l Espae Courbes de niveau Christophe ROSSIGNOL Année solaire 008/009 Table des matières 1 Quelques rappels 1.1 Coordonnées d un point, d un veteur................................. 1. Colinéarité

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 RC Professionnelle by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms et adresses des filiales

Plus en détail

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas!

X-infos. L AcTUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014. Tous a vos agendas! Sommaire. Édito. Édito. Tous à vos agendas! X-infos L ATUALITé DE LA SPL-XDEMAT > N 2 MARS 2014 Édito Tous a vos agendas! La soiété SPL-Xdemat s apprête à vivre pour la première fois de sa jeune existene, les életions muniipales. Et ompte tenu du

Plus en détail

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc

LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE. mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieuc LES CONDITIONS D EMBAUCHE DE L ARTISTE DANS LE CHAMP DE L ACTION CULTURELLE mardi 15 septembre 2009 La Passerelle Saint-Brieu Sommaire LE CONTRAT DE TRAVAIL...3 LA REMUNERATION : PAIEMENT AU CACHET, PAIEMENT

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

UNIVERSITE PIERRE MENDÈS FRANCE GRENOBLE II MACROECONOMIE Licence Economie et Gestion 2 ème année, 1 er semestre 2010-2011

UNIVERSITE PIERRE MENDÈS FRANCE GRENOBLE II MACROECONOMIE Licence Economie et Gestion 2 ème année, 1 er semestre 2010-2011 UNIVERSITE PIERRE MENDÈS FRANCE GRENOBLE II MACROECONOMIE Liene Eonomie et Gestion ème année, er semestre - Cyria GUILLAUMIN Corretion du partie du 4 janvier Questions.. a 3. d 4. 5. 6. 7. 8. a, 9.. a,

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE www.suplog.fr Tél. 01 43 13 53 34 ontat@supdelog.fr DOSSIER DE CANDIDATURE ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Collez votre photo NE PAS REMPLIR CE CADRE RÉSERVÉ AU SERVICE DES ADMISSIONS Date de réeption dossier :

Plus en détail

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4 SOAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Prouit ou comoment e eux torseurs 4 2.2 Torseurs élémentaires 4 2.2.1 Torseur couple 4 2.2.2 Torseur

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL

IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL Proposé par BUMA Feinance Master en management e projets informatiques Consultant en système écisionnel I. COMPREHENSION DU CONTEXTE «L informatique

Plus en détail

Le compte satellite des institutions sans but lucratif

Le compte satellite des institutions sans but lucratif Institut des omptes nationaux Le ompte satellite des institutions sans ut luratif 2000-2001 Contenu de la puliation Le ompte satellite des institutions sans ut luratif (ISBL) est élaoré d après les définitions

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

L addiction à l alcool l états limites. Sous la direction de M. WAWRZYNIAK

L addiction à l alcool l états limites. Sous la direction de M. WAWRZYNIAK L addiction à l alcool l et les états limites. Sous la direction de M. WAWRZYNIAK LAMBERT Christophe christophe.lambert7@gmail.com LABORATOIRE DE PSYCHOLOGIE APPLIQUEE UNIVERSITE PICARDIE JULES VERNE SOMMAIRE

Plus en détail

Contribution de l Association Nationale des Etudiants en Pharmacie (ANEPF) dans le cadre des Assises Nationales de l enseignement Supérieur

Contribution de l Association Nationale des Etudiants en Pharmacie (ANEPF) dans le cadre des Assises Nationales de l enseignement Supérieur Contribution de l Assoiation Nationale d Etudiants en Pharm (ANEPF) dans le adre d Assis National de l enseignement Supérieur Cette ontribution de l Assoiation Nationale d Etudiants en Pharm de Frane (ANEPF),

Plus en détail

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie

DocumentHumain. Confidentiel. Disposition de fin de vie Confidentiel Disposition de fin de vie DoumentHumain Mes volontés juridiquement obligatoires pour ma vie, mes périodes de souffrane, mes derniers moments et ma mort Institut interdisiplinaire d éthique

Plus en détail

Votre dossier d adhésion

Votre dossier d adhésion MSH INTERNATIONAL pour le ompte Votre dossier d adhésion Vous avez besoin d aide pour ompléter votre dossier d adhésion? Contatez-nous au +33 (0)1 44 20 48 77. Adhérent Bulletin d adhésion Titre : Mademoiselle

Plus en détail

Production d Hydrogène via le Procédé Catalytique CH 4 + CO 2

Production d Hydrogène via le Procédé Catalytique CH 4 + CO 2 Rev. Energ. Ren. Vol.4 (2001) 101-105 Prodution d Hydrogène via le Proédé Catalytique CH 4 + CO 2 K. Bahari 1, R. Bouarab 1,2 et O. Chérifi 1 1 Laboratoire CGN, Institut de Chimie, USTHB BP 32, El Alia,

Plus en détail

Métiers de la sécurité by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Métiers de la sécurité by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Métiers de la séurité by Hisox Questionnaire préalable d assurane Métiers de la séurité by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web

Plus en détail

Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance

Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance Formation continue Cournoyer, Essopos et Lachance Offre de formation continue par tutorat en ligne destinée aux professionnels de l orientation et du développement de carrière Un groupe composé de deux

Plus en détail

Chapitre 3.2 L expérience de Young

Chapitre 3.2 L expérience de Young hapitre 3.2 expérience e Young étalement e l one plane en one sphérique orsqu une one plane subit une iffraction au travers une ouverture, l one pren la forme une one sphérique. orsque l one sphérique

Plus en détail

Énergie et pollution. Déroulement. Énergies non renouvelables et pollution

Énergie et pollution. Déroulement. Énergies non renouvelables et pollution Énergie et pollution 9 Objetifs Connaître les onséquenes de l utilisation des soures d énergie non renouvelables sur l environnement. Connaître les avantages et les inonvénients de haque soure d énergie.

Plus en détail

Actualité des troubles névrotiques chez l enfant et l adolescent

Actualité des troubles névrotiques chez l enfant et l adolescent Actualité des troubles névrotiques chez l enfant et l adolescent Extrait de la publication Actualité des troubles névrotiques chez l enfant et l adolescent Extrait de la publication Actualité des troubles

Plus en détail

et les Trois Marches d'assurance

et les Trois Marches d'assurance The Geneva Papers on Risk an Insurance, 20 (juillet 98), 36-40 Asymétrie 'Information et les Trois Marches 'Assurance par Jean-Jacques Laffont * La proposition stimulante e Monsieur Ic Professeur Borch

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment NÉGOCIER. avec un futur EMPLOYEUR JE RÉUSSIS MON EMBAUCHE. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment NÉGOCIER. avec un futur EMPLOYEUR JE RÉUSSIS MON EMBAUCHE. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment NÉGOCIER ave un futur EMPLOYEUR JE RÉUSSIS MON EMBAUCHE Ave le soutien du Fonds soial européen Négoier... quoi? Négoier signifie «s entendre ave». Aussi, tout futur salarié peut

Plus en détail

Partie 6 : Les fluctuations économiques à court-terme

Partie 6 : Les fluctuations économiques à court-terme Enseignant A. Direr Liene 2, 1er semestre 2008-9 Cours de maroéonomie suite Partie 6 : Les flutuations éonomiques à ourt-terme Observons le graphique montrant la prodution industrielle des EU entre 1960

Plus en détail

La RFID et les quarante voleurs

La RFID et les quarante voleurs Gildas Avoine, Massahusetts Institute of Tehnology, Cambridge, MA, USA, avoine@mit.edu La tehnologie en un lin d oeil L identifiation par radiofréquene (RFID) fait aujourd hui ouler beauoup d enre... et

Plus en détail

Avis de convocation. Assemblée générale mixte de PagesJaunes Groupe. le 26 avril 2007 à 17 heures à la Maison de la Chimie

Avis de convocation. Assemblée générale mixte de PagesJaunes Groupe. le 26 avril 2007 à 17 heures à la Maison de la Chimie Avis de onvoation Assemblée générale mixte de PagesJaunes Groupe le 26 avril 2007 à 17 heures à la Maison de la Chimie 28 bis, rue Saint-Dominique - 75007 Paris sommaire Comment partiiper à l Assemblée

Plus en détail

La volatilité accrue du prix de l électricité pour les ménages belges

La volatilité accrue du prix de l électricité pour les ménages belges La volatilité arue du prix de L'éLetriité pour Les ménages belges La volatilité arue du prix de l életriité pour les ménages belges Une analyse basée sur les aratéristiques spéifiques de la fixation des

Plus en détail

La Photographie Principes G.Loichot

La Photographie Principes G.Loichot La Photographie Principes G.Loichot Introduction La principale chose à laquelle il faut penser en photographie, c est à la lumière. C est elle qui traverse l objectif et qui vient «s écraser» sur le capteur

Plus en détail

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME «La chance aide parfois, le travail toujours» Vous vous apprêtez à vous lancer dans cette course contre la montre qu est l admission en

Plus en détail

Accueillir, faire connaissance

Accueillir, faire connaissance Formation/action de l Institut Catholique de Paris Recension de méthodes et techniques d animation Accueillir, faire connaissance 1. Constitution du groupe 1.1 Jeu «Aveugle et son guide» Des binômes constitués

Plus en détail

Exercice A : Effet Hall

Exercice A : Effet Hall Université Paris-Diderot - Paris 7 Année 2008-2009 L2-51 EM 4 Eletromagnétisme Corrigé de l examen (deuxième session) du jeudi 25 juin 2009 Exerie A : Effet Hall x z B 0 v a O b y Figure 1: Corrigé 1)

Plus en détail

Maîtrise de l eurocode 2

Maîtrise de l eurocode 2 Maîtrise de l euroode E U R O C O D E Guide d appliation Jean Roux Afin d harmoniser les règles de oneption des strutures en béton entre les états membres de l Union européenne, les règles de alul ont

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

FORMATION APOGÉE. la gestion de l'anonymat

FORMATION APOGÉE. la gestion de l'anonymat AGENCE DE MUTUALISATION DES UNIVERSITÉ S ET É TABLISSEMENTS FORMATION APOGÉE MODULE 29 Introuction à l'organisation et la gestion e l'anonymat SITUATION DU MODULE DANS LE PARCOURS MODULE 1 Objectifs et

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance

Tourisme Pro by Hiscox Questionnaire préalable d assurance Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Tourisme Pro by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

La Préparation Mentale

La Préparation Mentale La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail