Anticipation et prévention des difficultés financières des entreprises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Anticipation et prévention des difficultés financières des entreprises"

Transcription

1 Livret Blanc AIG Anticipation et prévention des difficultés financières des entreprises 13 ème Colloque BusinessGuard 19 mars 2015 Maison du Barreau Prêts pour demain

2 Dans ce très élégant site du Barreau de Paris, le colloque est introduit par Fabrice Domange, Directeur général d AIG Europe en France et animé par Alain Mourot, Secrétaire général. Un colloque AIG tourné essentiellement sur les préoccupations des PME et des TPE, c est suffisamment rare pour être souligné. Contrairement aux grands Groupes où la Direction générale est entourée d experts internes et externes pour prévoir et gérer ses difficultés financières, le patron de la petite entreprise se trouve bien démuni quand l alerte se révèle. Pour lui, la crise brutale se solde par la dégradation immédiate de sa note par sa banque. Et une mauvaise note se traduit toujours par des ennuis comme la fermeture des crédits. Le cycle infernal est lancé Peut-on aider l entreprise à éviter ce piège? Comment? C est l objet de ce brillant 13 ème colloque. Les réponses sont édifiantes. Sur la scène, pas moins de 6 experts vont expliquer aux 200 participants comment la PME peut anticiper ces difficultés et les prévenir. Dans cette logique implacable où la dégradation de la notation entraîne une série toxique de mesures qui paralysent puis tuent souvent l entreprise, nous comprenons qu une autre logique peut et doit s imposer. Pour le dirigeant, il s agit d abord de rompre sa solitude en se faisant accompagner en amont de son expert-comptable et/ou de son avocat pour «traduire» son bilan de termes fiscaux en termes économiques. Il s agit aussi d aller au-devant de sa banque, au- devant du Tribunal de Commerce pour expliquer sa situation, étayer et justifier sa politique et ses actions correctives. La salle comprend que transparence et dialogue sont les clés d une sortie de crise ou d un sauvetage réussi. En plus, lorsque nous apprenons que l assureur AIG, avant les autres, introduit dans la protection du dirigeant une garantie de fonds de sauvegarde de l entreprise, l intérêt et l attention de l auditoire sont totalement éveillés. Sur l île de la Cité, au Palais, une jolie matinée s annonce 2

3 Le regard du Tribunal de Commerce Jean-Bertrand Drummen, Président d honneur de la Conférence Générale des Tribunaux de Commerce, Président du Tribunal de Commerce de Nanterre jusqu en 2008 Le Président Drummen dresse le cadre de la problématique en donnant quelques chiffres sur les plans de sauvegarde, e, les mandats ad hoc,, les conciliations. À Nanterre, chaque dispositif compte de 1300 à 1500 cas. Des chiffres qui montrent que l action consulaire se traduit souvent en aide réelle des entreprises. Toutefois, comme il le souligne, l arrivée au Tribunal se s révèle bien souvent beaucoup trop tardive pour éviter le dépôt de bilan et la liquidation de l entreprise. Chaque année, les Tribunaux de Commerce enregistrent plus de dépôts de bilan en France Pour le Président, il faut rappeler que l objectif du législateur reste prioritairement le maintien de l entreprise, le maintien de l emploi. Il signale que la tendance actuelle va dans le sens de favoriser les créanciers en contraignant les réserves des actionnaires. Pour aider l entreprise, le Tribunal nomme des experts dont la fonction est de dégager des solutions consensuelles tournées vers le sauvetage. J.B. Drummen insiste sur la nouvelle mission de prévention du Tribunal de Commerce. «Si hier encore, le chef d entreprise fuyait le Tribunal, on remarque qu aujourd hui ils sont de plus en plus nombreux à venir spontanément y prendre des informations, des avis, des conseils.» Pour le Président, le succès d une démarche tient à différents facteurs. Les facteurs de succès reposent d abord sur la disponibilité du Tribunal et de son Président pour recevoir et écouter le chef d entreprise. Cette disponibilité est aujourd hui, souligne-t-il, il, une réalité dans tous les Tribunaux. La confidentialité de ces démarches permet aussi de sécuriser et d optimiser l efficacité de la prévention. On notera aussi le souci du Tribunal d adapter au cas par cas les missions, sachant que chaque problématique est un cas particulier. Autre facteur déterminant, la qualité de l administrateur judiciaire fera toujours le succès de l accompagnement. Enfin J.B. Drummen d insister sur le rôle éminent et décisif du dialogue entre le Tribunal et le chef d entreprise, entre les experts nommés par le Président et ce Président. «Pour moi, le Tribunal a un devoir de communiquer sur toutes s les facettes de la prévention». Le Président se félicite de constater que cette anticipation, très souvent salvatrice, s inscrit désormais dans la pratique quotidienne des Tribunaux. Pour lui, ce sont les TPE qui ont le plus besoin de cette anticipation,, car si les plus grosses PME se sortent d affaire dans près de 70% des cas, «environ 90% des TPE arrivent trop tard au Tribunal qui ne peut que procéder à leurs liquidations». Ce regard du Tribunal de Commerce encourage l auditoire à faire de l anticipation ation et du dialogue les règles d une conduite protectrice. 3

4 Le regard du juge Jean-Pierre Piotet, juge consulaire à Bobigny, Président de l Observatoire de la Réputation Jean-Pierre Piotet choisit de nous parler de sa vie de juge au quotidien. Il distingue d emblée les juges bénévoles, créateurs et managers de leurs entreprises, des juges toujours bénévoles- mais salariés des grandes entreprises. Deux façons de vivre une fonction. Deux manières de se comporter vis-à-vis de ceux qui viennent à la rencontre du Tribunal Sur le sujet de la prévention qu il juge fondamental, J.P. Piotet souligne «qu on peut faire plein de choses tout au long des procédures». La porte du Président reste toujours ouverte pour échanger, prendre conseil, dénouer une situation. tion. Visiblement, le juge consulaire sur la tribune conçoit son «métier» comme celui d un agent facilitateur. «Derrière un non dépôt de comptes, un signalement d un commissaire aux comptes il y a toujours des opportunités pour donner un conseil au chef c d entreprise, le guider dans une démarche, lui montrer la voie positive». Et J.P. Piotet de livrer que dans un cas sur deux, il parvient avec son interlocuteur à dresser des schémas possibles de sauvegarde de son entreprise. Pour lui, il y a des juges qui cherchent des solutions quand d autres se contentent d appliquer des procédures ; la salle mesure le poids humain dans la fonction «La prévention, c est d abord une intention». Le juge consulaire précise ensuite à l auditoire les trois grands types de missions demandées par le Tribunal. Le mandat ad hoc Aidé par son expert-comptable ou son avocat, le dirigeant demande au Tribunal de se faire aider par un mandataire. Un tiers est alors nommé pour faire avancer les choses. Cette aide, souligne J.P. Piotet, n est pas limitée dans le temps. Le conciliateur Le dirigeant demande au tribunal l intervention d un conciliateur pour négocier avec les parties intéressées. Pour le juge à la tribune, l immense avantage de cette démarche consiste à suspendre toutes les poursuites des créanciers et autres caisses. Cette solution permet de sauver bon nombre d entreprises. Le plan de sauvegarde Inscrit dans la loi de 2005, le Tribunal recourt à ce dispositif quand les autres démarchent échouent. C est un peu la dernière chance, mais elle se révèle assez souvent la bonne. Au travers de cette intervention souvent imagée, la salle découvre que le Tribunal de Commerce, malgré les apparences, n échappe pas au facteur humain. Applaudissements. 4

5 Le regard de l avocat William liam Feugère, Avocat au barreau de Paris, membre du bureau du Conseil National des Barreaux, Président national des Avocats Conseils d Entreprises (ACE) William Feugère rappelle que sa profession s investit depuis l origine dans la prévention. «Pour nous, le litige, le procès sont des révélateurs d échec». L avocat veut dire par là qu une prévention bien conduite, bien partagée évite toujours le redressement, ou pire, la liquidation judiciaire. Si l avocat ne peut éviter la liquidation, il peut en effet grandement aider à son évitement. Pour Maître Feugère, le rôle fondamental de l avocat consiste ainsi à accompagner son client tout au long de la vie, souvent mouvementée, de son entreprise. De la création à la cession ou à la transmission, l entrepreneur anticipera avec son avocat les moments clés de son entreprise. L avocat remarque que la TPE ou la PME réclame davantage d accompagnement que la grande entreprise qui peut s appuyer sur ses talents internes pour prévoir et réagir aux événements. Pour W.Feugère, l expérience montre hélas que le dirigeant de PME n a pas le réflexe d associer l avocat à sa vie d entreprise. Il y pense quand il se trouve acculé par des problèmes financiers insolubles. «Alors souvent, on arrive trop tard». Et William Faugère d affirmer que l avocat ne coûte pas cher, eu égard aux bénéfices qu en retire le dirigeant. La recette du succès aux yeux de Maître Feugère réside dans un mix de conseils qui associe l expert-comptable, l expert financier Cette interprofessionnalité sécurise la protection du dirigeant et pérennise l entreprise. L avocat incite aussi fortement ses clients à aller à la rencontre du juge consulaire pour envisager des possibles, bâtir des solutions. Écouter, comprendre, dialoguer la réussite d une démarche préventive repose sur cette ouverture positive. Pour W. Feugère, de ce faisceau de compétences se dégagent toujours des opportunités insoupçonnées. Devant la réticence des patrons de TPE à pousser la porte d un avocat, devant leur crainte d entrer dans un univers trop feutré et argenté, William Feugère salue la démarche de certains de ses confrères ouvrant en rez-de de-chaussée de simples boutiques sur la rue, avec tarifs affichés. Les résultats de ces cabinets sont exemplaires! Exemple à suivre. Pour conclure, l avocat rappelle ses convictions pour l avenir de son métier au service des petites entreprises. Cela tient en deux mots. Interprofessionnalité et proximité. Le message est clair! 5

6 Le regard de l expert-comptable Agnès Bricard, expert-comp comptable, Présidente d honneur du Conseil Supérieur des experts-comptables ( ), 2012), Présidente de l association «Tous pour la prévention de l entreprise». La très tonique Agnès Bricard se lamente «les entreprises ont des solutions pour se soigner, plein p de solutions, mais elles les découvrent chez le juge... et c est trop tard!» Tout commence d habitude par un retard de paiement de TVA ou de charges. Cela touche aujourd hui, nous dit-elle, plus de entreprises! Et derrière des dettes qu on n a pas pris soin de négocier, se profile bien souvent la cessation de paiement. «Mon conseil tient en trois mots : anticiper, anticiper, anticiper». Parmi ses conseils, Agnès Bricard évoque d abord la Commission des chefs de services. Cette commission sion donne immédiatement au dirigeant une attestation de suspension de poursuites avec laquelle il pourra se rendre au Tribunal de Commerce pour construire avec le juge une solution. Là, il pourra demander le fameux mandat ad hoc qui fera patienter son banquier comme ses deux ou trois principaux fournisseurs. Avec Agnès Bricard, tout paraît simple, clair. Notre oratrice évoque un deuxième type de solutions. Il s agit de la médiation du crédit. Le dirigeant rédigera avec son expert-comptable ou son avocat une demande en ce sens. Mais, bien sûr, cela coûte et justement l entreprise n a plus de liquidités. Le conseil d Agnès Bricard est simple, là encore. Il suffit d avoir une assurance qui payera ces honoraires de conseil (jusqu à ). Elle insiste. Cette assurance d un prix modique devrait être contractée dès la création de l entreprise. Mieux vaut tard que jamais, le dirigeant la prendra dans tous les cas avant la cessation d activité. Agnès Bricard se fait l avocate déterminée de d «l assurance-santé santé économique entreprise». Pour environ 400 /an pour les TPE,, AIG offre désormais ce fonds de prévention,, en l encapsulant dans la RC du mandataire social (Pack Confort). Pour l oratrice, cette assurance est une œuvre de salut public quand on mesure lors des liquidations les impayés à l état des TVA et autres charges sociales. Pour Agnès Bricard, l avenir de cette nouvelle garantie-santé économique entreprise a de beaux jours devant elle parce qu elle correspond à un besoin fondamental des entrepreneurs, des investisseurs, de l État Après la mutuelle santé obligatoire pour les salariés, à quand cette assurance pour la santé économique des entreprises obligatoire? La salle est conquise. L énergie et le dynamisme d Agnès Bricard sont contagieux! 6

7 La voie créative Patrick Sénicourt, docteur en gestion, Président Directeur Général de NOTA-PME La simple observation des petites entreprises a montré à Patrick Sénicourt que la mauvaise notation financière pouvait avoir des conséquences désastreuses, voire mortelles, pour une TPE. Une mauvaise note, c est tout de suite le refus de crédit, la ligne de trésorerie coupée, les tensions avec les fournisseurs Le «scoring» fait aujourd hui la pluie et le beau temps des TPE. Il fallait réagir. NOTA- PME répond. Innovation. Comment améliorer l image et la réputation financière de la PME? Patrick Sénicourt commence par camper le décor. Sur 1,3 millions de PME, les chiffres montrent que 50% vont bien (note > 6/10), 30% sont fragiles (note de 4 à 6/10) et 20% sont en difficulté (note < 4/10). Devant ce constat alarmant, la réponse de P. Sénicourt vise à trouver un moyen pour anticiper la dégradation de la note, c est-à-dire un moyen pour le dirigeant de mieux piloter son entreprise et son développement en améliorant sa communication financière. L expert livre à l auditoire une information importante. Depuis peu, le dirigeant peut demander à sa banque sa notation ; la banque étant obligée de lui communiquer. L analyse de l environnement financier et de ses règles montre assez vite à Patrick Sénicourt que l accès aux financements est la condition de réussite des PME. Or, les chiffres montrent que près de 40% des PME «ont mal à leur trésorerie». Bâle 3 a durci l accès au crédit, et globalement, les investisseurs i sont devenus avec la crise plus exigeants, plus prudents. Dans le même esprit, si la médiation sauve aujourd hui environ 50% des dossiers de demande de crédit, la moitié des demandes se heurte à des refus. Pour P. Sénicourt, un immense problème de confiance sépare la banque et la PME. Dans tout ce contexte, la l clé de tout est la fameuse liasse fiscale que l entreprise est tenue de mettre à disposition des institutions. Du bilan fiscal au bilan économique Pour notre orateur, il est évident que la liasse fiscale chacun le sait - déforme la réalité de l entreprise, à la fois pour des raisons réglementaires et techniques. Ce standard de référence de la communauté financière avec ses provisions, ses amortissements, son cadencement des exercices ne n reflète pas la réalité économique de l entreprise. Pour cerner cette réalité plus fidèlement, il faut souvent revaloriser les actifs de l immobilier, des équipements, voire des immatériels comme la R&D, le poids des marques, la valeur de la clientèle Il faut aussi dégager une plus juste mesure de la rentabilité de l entreprise en intégrant des postes comme les sur - salaires, les dotations aux amortissements, les loyers, les achats En fait, Patrick Sénicourt plaide pour une démarche bien connue des grands groupes avec l IFRS. L orateur prend des exemples Une entreprise qui présente une importante créance à la clôture de ses comptes verra sa note dégradée alors que cette créance sera honorée 5 jours après la clôture On voit bien que le fameux besoin en fonds de roulement (BFR) sera amélioré selon la date de clôture des comptes. De même, un immobilier de 320 K, totalement amorti, peut être valorisé par un expert à 500 K. 7

8 Dans tous les cas, ces «correctifs» de réalité entraînent à chaque fois une amélioration de la note de près d un demi-point! P. Sénicourt insiste auprès de l auditoire sur un impératif ; le dirigeant devra justifier chaque point par un justificatif : pour nos exemples, un relevé bancaire pour le paiement d une créance, un rapport d expert pour une valorisation immobilière En conclusion, le bon schéma pour l orateur consiste «à prendre la main» dans la relation avec l institution financière. Alerté en amont par son expert-comptable d une difficulté à venir sur le prochain bilan, le dirigeant construit sa «note économique» avec NOTA-PME pour dialoguer avec sa banque et commenter ce nouvel éclairage du bilan. Les atouts de la note NOTA-PME Éprouvée et validée depuis 15 ans, démontrée et justifiée, benchmarkée, la note économique NOTA-PME et sa justification crée une nouvelle confiance, un nouveau dialogue avec la banque. «Et cette confiance ré ouvre les portes du crédit financier». Patrick Sénicourt insiste sur le fait que son produit n est pas une prestation de services mais un outil en ligne permettant au dirigeant et à son conseil de construire automatiquement et simplement ce nouveau regard économique sur l entreprise en «sortant» une notation économique corrigeant la note comptable. Ainsi, le logiciel Alert Missions permettra à l expert-comptable d analyser la pérennité du portefeuille clients et de repérer des missions d urgence et NOTA-PME pourra produire la notation économique justifiée. En fait, comme le souligne notre orateur, ces outils permettent à l entreprise e de «transformer des menaces en opportunités». Avec NOTA-PME, l entreprise accède à des exemples éclairants et génère ses web- dossiers qui positiveront et objectiveront son image financière. La salle l a compris, si l objectif de P. Sénicourt était de trouver le moyen de faire contrepoids à la notation bancaire, la mission est totalement remplie. Et quand le public découvre que ce service en ligne ne coûte que quelques centaines d euros par an selon le chiffre d affaires de l entreprise, le parterre applaudit plaudit! 8

9 La parole de l assureur Didier Seigneur, Directeur du Département Risques Financiers d AIG France Leader historique mondial de l assurance Responsabilité des Dirigeants, AIG a, dès l origine du projet NOTA-PME, prêté une oreille attentive à cette nouvelle approche. Pour Didier Seigneur, c est donc tout naturellement qu AIG a décidé d inclure cette protection supplémentaire du chef d entreprise dans son assurance Responsabilité du Dirigeant. Dès 2005, AIG innove en intégrant un volet de prévention «Fonds de sauvegarde». Dans cette protection, l assurance prend en charge tous les frais d honoraires engagés auprès d avocats et/ou d experts-comptables ou d experts divers dans le cadre d un mandat ad hoc ou dans une procédure de conciliation. Aujourd hui, en intégrant à sa RC la protection du dirigeant pour surmonter ses difficultés de financement et d éviter la cessation de paiement, AIG s inscrit dans une dynamique globale d accompagnement de la PME et de la TPE. Et pour quelques dizaines d euros de plus Pour Didier Seigneur, quand l assurance agit «avant le sinistre», elle s inscrit dans le cœur même de sa vocation. NOTA-PME et AIG, l innovation aussi est contagieuse 3h30 de colloque pour découvrir une belle et nouvelle opportunité té! Dans la salle, les 200 avocats, experts-comptables et courtiers ont été impressionnés par cette énergie collective pour faire naître (enfin!) un nouveau dispositif véritablement novateur et fondamentalement utile à l activité économique des petites entreprises. 9

L assurance Santé Entreprise

L assurance Santé Entreprise L assurance Santé Entreprise Rendre la prévention accessible! Extrait du Sic n 306 d avril 2012 Le magazine de l Ordre des Experts-Comptables AVRIL 2012 Sic 306 17 Le dirigeant lui-même peut être le déclencheur

Plus en détail

Pérennité Entreprise. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable.

Pérennité Entreprise. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 1 Pérennité Entreprise Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. Sommaire 2 Groupama Protection juridique Chiffres et activités

Plus en détail

Compte-rendu de la CONFÉRENCE organisée à la CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE de BORDEAUX

Compte-rendu de la CONFÉRENCE organisée à la CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE de BORDEAUX Compte-rendu de la CONFÉRENCE organisée à la CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE de BORDEAUX le 4 JUIN 2013, Précédant la signature des statuts du nouveau CENTRE D INFORMATION SUR LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières 1 Rue de Morimont Site de l Espérance 90000 Belfort Votre contact «PREVENIR

Plus en détail

Procédures collectives

Procédures collectives Procédures collectives Les «sauvegardes» et les comités de créanciers ; Le sort des opérations locatives mobilières et immobilières; Rétablissement professionnel : quels impacts sur vos contrats? 1 1.

Plus en détail

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise ENTREPRISES EN DIFFICULTE Gestion de la crise Gestion de la crise Faire face à la crise. S entourer: sortir de son environnement habituel pour s entourer de professionnels spécialisés: avocats, experts-comptables,

Plus en détail

RESEAU TRANSMISSION D ENTREPRISE DU CHER. Bourges, le 19 février 2015

RESEAU TRANSMISSION D ENTREPRISE DU CHER. Bourges, le 19 février 2015 et RESEAU TRANSMISSION D ENTREPRISE DU CHER Bourges, le 19 février 2015 LA REPRISE D ENTREPRISE EN DIFFICULTE Nombre de RJ en 2014 Tranche de salariés < 5 salariés 6 à 10 salariés > 10 salariés COMMERCE

Plus en détail

3. Renforcer la trésorerie

3. Renforcer la trésorerie 3. Renforcer la trésorerie La trésorerie est fortement impactée en permanence par le poids des stocks, les délais de paiement des clients ou aux fournisseurs et d autres paramètres récurrents (cotisations

Plus en détail

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 EME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation Cette loi (n 2005-845 du 26 Juillet 2005, publiée au Journal

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE. Exercice clos le 30/09/2014 INSTITUT EUROPEEN D AUDIT ET DE CONSEILS (IEAC)

RAPPORT DE TRANSPARENCE. Exercice clos le 30/09/2014 INSTITUT EUROPEEN D AUDIT ET DE CONSEILS (IEAC) RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 30/09/2014 INSTITUT EUROPEEN D AUDIT ET DE CONSEILS (IEAC) INTRODUCTION Le présent rapport de transparence est rédigé et publié en application de l article R 823-21

Plus en détail

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Les instruments préprocéduraux Médiateur d entreprise Mandataire de justice Administrateur provisoire La réorganisation judiciaire 30

Plus en détail

Donnez l'élan à votre Trésorerie

Donnez l'élan à votre Trésorerie Donnez l'élan à votre Trésorerie 2010 Dossier de Presse Fidrys Sylvie Henry Martin Contact : mailto:sylviehm@fidrys.com?subject=dossier de presse Fidrys 2010 Fidrys : Anticiper et Accompagner la trésorerie

Plus en détail

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui

Info CCI. Sortir de la crise! Réagissons ensemble... Edito. Et après... La Sortie de crise se prépare aujourd hui Et après... Info CCI Faire face à la crise Édition n 2 Edito La Sortie de crise se prépare aujourd hui Le cycle actuel de conjoncture défavorable ne durera pas éternellement! L accélération des cycles

Plus en détail

Pérennité Entreprise I. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable.

Pérennité Entreprise I. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 1 Pérennité Entreprise I Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 2 PERENNITE ENTREPRISE I : Être acteur au moment critique Pour

Plus en détail

ETRE CHEF D ENTREPRISE ET RENCONTRER DES DIFFICULTES FINANCIERES

ETRE CHEF D ENTREPRISE ET RENCONTRER DES DIFFICULTES FINANCIERES ETRE CHEF D ENTREPRISE ET RENCONTRER DES DIFFICULTES FINANCIERES Livre blanc MAITRE LATSCHA NOVEMBRE 2015 " NOS PLUS GRANDS HEROS SONT NOS CHEFS D ENTREPRISE " Maître Latscha 1 A PROPOS DE L'AUTEUR Henri

Plus en détail

Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment?

Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment? DOSSIER : la culture Cash Améliorez la culture Cash de votre entreprise. Pourquoi, comment? Avant de chercher financements ou capitaux auprès de banques ou d investisseurs, pourquoi ne pas chercher et

Plus en détail

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 Le suivi des règlements clients Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 SOMMAIRE La mise en relation des parties La facturation Les délais de règlement Le paiement

Plus en détail

Cabinet d Expert Comptable inscrit au tableau de l Ordre des Experts Comptable de Paris

Cabinet d Expert Comptable inscrit au tableau de l Ordre des Experts Comptable de Paris Axess Conseil est un cabinet d Expertise Comptable, d Audit, et de Commissariat aux Comptes. Cette structure à taille humaine a pour vocation principale d accompagner les Entreprises qui lui font confiance.

Plus en détail

DIFFICULTES PRATIQUES DANS L APPLICATION DE LA LOI DE SAUVEGARDE

DIFFICULTES PRATIQUES DANS L APPLICATION DE LA LOI DE SAUVEGARDE DIFFICULTES PRATIQUES DANS L APPLICATION DE LA LOI DE SAUVEGARDE Pierre MULHAUPT Administrateur Judiciaire L une des innovations essentielles de la Loi du 26 juillet 2005 est constituée par la création

Plus en détail

5 ème Rencontre du FINANCEMENT Côte d Opale 2015

5 ème Rencontre du FINANCEMENT Côte d Opale 2015 LA CCI CÔTE D OPALE 5 ème Rencontre du FINANCEMENT Côte d Opale 2015 ATELIER N 1 SOLUTIONNER LES PROBLÉMATIQUES DE TRÉSORERIE - M DELEDALLE - M DUPORTAIL - M LEMARIE - M PESIN Gérer sa Trésorerie Gérer

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises Gérard Rameix, Médiateur du crédit > Commission système financier et financement de l économie 7 novembre 2011 Sommaire 1. La Médiation du crédit au service des entreprises

Plus en détail

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie?

VENDRE SON ENTREPRISE. Quelle stratégie? VENDRE SON ENTREPRISE Quelle stratégie? PLAN DE L INTERVENTION 1 ère partie : Pierre Haenel CCI 49 bien connaitre son entreprise pour faire les bons choix les différents réseaux d intermédiaires Les facteurs

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

9 octobre 2014. Acquérir et redresser une cible sous-performante

9 octobre 2014. Acquérir et redresser une cible sous-performante Acquérir et redresser une cible sous-performante , des compétences multiples, un partenaire unique au service de vos transactions Banquier d affaire Avocats Commissaires aux comptes Consultants en stratégie

Plus en détail

Prévention des entreprises en difficulté

Prévention des entreprises en difficulté istockphoto Prévention des entreprises en difficulté Dans le contexte économique actuel, la prévention des entreprises en difficulté est un sujet important pour la profession. Une journée de présentation

Plus en détail

PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES. 10 février 2011 www.optimes.

PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES. 10 février 2011 www.optimes. PRESENTATION DES DISPOSITIFS DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES RENCONTREES PAR LES ENTREPRISES AGRICOLES Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons

Plus en détail

Dahir n 1-92-139 du 14 rajeb 1413 (8 janvier 1993) portant promulgation de la loi n 15-89

Dahir n 1-92-139 du 14 rajeb 1413 (8 janvier 1993) portant promulgation de la loi n 15-89 Dahir n 1-92-139 du 14 rajeb 1413 (8 janvier 1993) portant promulgation de la loi n 15-89 Décret n 2-89-519 du 23 hijja 1410 (16 juillet 1990) relatif au diplôme national d expert comptable Règlement du

Plus en détail

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012

RC DES DIRIGEANTS 1 Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 RC DES DIRIGEANTS Gilles GASTON Pôle Assistance Technique et Prévention. Septembre 2012 1 REMARQUES 1) On parle de RC Dirigeants (Définition plus large) et non plus de RC Mandataires Sociaux. 2) Un seul

Plus en détail

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Sommaire 1. Etre prêt pour l aventure 2. Créer ou reprendre? 3. Identifier la cible 4. Structurer votre projet d entreprise 5. Planifier votre

Plus en détail

Demande d'ouverture de sauvegarde

Demande d'ouverture de sauvegarde Demande d'ouverture de sauvegarde Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Situation matrimoniale (en cas de mariage, préciser

Plus en détail

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS

A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE REMPLIR VOTRE DECLARATION DE CESSATION DES PAIEMENTS Seul le représentant légal de la société ou de l entreprise est habilité à effectuer une déclaration de cessation des

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

La prévention des difficultés des entreprises

La prévention des difficultés des entreprises La prévention des difficultés des entreprises Le Tribunal de Commerce et la prévention judiciaire : - Convocation par le TC - Le Mandat Ad Hoc - La conciliation Anciens Juges du TC, Experts- Comptables,

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009 L ENTREPRISE FACE A LA CRISE 1 I] Les outils pour réagirr #La mensualisation des remboursements de crédit de TVA #Le remboursement anticipé des créances de carry back #Le remboursement accéléré des excédents

Plus en détail

DES ENTREPRISES RENCONTRANT DES DIFFICULTÉS

DES ENTREPRISES RENCONTRANT DES DIFFICULTÉS Guide d accompagnement DES ENTREPRISES RENCONTRANT DES DIFFICULTÉS www.strasbourg.cci.fr Vous recherchez une écoute et une information, vous ne savez pas vers qui vous tourner? Ne restez pas isolé! En

Plus en détail

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise?

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? PASS RC des Dirigeants d'entreprise Prévention juridique ASSistance pénale d urgence Responsabilité Civile des Dirigeants

Plus en détail

Osez l accompagnement des entreprises en difficulté. Assemblée Générale de Rouen-Normandie 7 novembre 2014

Osez l accompagnement des entreprises en difficulté. Assemblée Générale de Rouen-Normandie 7 novembre 2014 Osez l accompagnement des entreprises en difficulté Assemblée Générale de Rouen-Normandie 7 novembre 2014 Intervenants Eric JUSTAL, Président de la Commission du Tableau, devoirs et intérêts professionnels

Plus en détail

Demande d'ouverture de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire (et de rétablissement professionnel) (R. 631-1 du code de commerce)

Demande d'ouverture de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire (et de rétablissement professionnel) (R. 631-1 du code de commerce) Demande d'ouverture de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire (et de rétablissement professionnel) (R. 631-1 du code de commerce) Identification de la personne déposant la demande Nom de

Plus en détail

Brevet Technique Supérieur. Comptabilité gestion des Organisations. Stage en entreprise. «Administrateur Judiciaire»

Brevet Technique Supérieur. Comptabilité gestion des Organisations. Stage en entreprise. «Administrateur Judiciaire» MELLAN Maître de stage : NICOLAS MAÎTRE BOURTOURAULT Rémy 12 boulevard Thiers 21 000 DIJON Brevet Technique Supérieur Comptabilité gestion des Organisations Stage en entreprise «Administrateur Judiciaire»

Plus en détail

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce)

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms

Plus en détail

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes?

Atelier A12. Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Atelier A12 Gestion du contentieux de sinistre Quelles parties prenantes? Intervenants Stefano TASSO Directeur département Sinistres stefano.tasso@fmglobal.com André LAVALLEE Directeur Technique et Sinistres

Plus en détail

Le plan financier est un carnet de bord qui permet d analyser la faisabilité et la rentabilité du projet.

Le plan financier est un carnet de bord qui permet d analyser la faisabilité et la rentabilité du projet. 1 LE PLAN FINANCIER Le plan financier est un carnet de bord qui permet d analyser la faisabilité et la rentabilité du projet. Son élaboration est un exercice de prospection accompagné d une série d autres

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Cérémonie de remise des Trophées ITB Lauréats 2013 Interview de Lindo MENDES, Délégué régional CFPB

Cérémonie de remise des Trophées ITB Lauréats 2013 Interview de Lindo MENDES, Délégué régional CFPB AITB Midi Pyrénées NEWSLETTER décembre 2014 1 Chers Ami(e)s, NEWSLETTER décembre 2014 L année 2014 a démarré sur les chapeaux de roue pour l AITB Midi Pyrénées et pas moins de trois évènements ont rythmé

Plus en détail

Les outils juridiques du retournement d entreprise. Intervention ISEP - 9 mai 2012 -

Les outils juridiques du retournement d entreprise. Intervention ISEP - 9 mai 2012 - Intervention ISEP - 9 mai 2012 - Introduction I. Les interlocuteurs en cas de difficulté II. Les solutions traditionnelles hors tribunal III. Les solutions confidentielles sous l égide du tribunal IV.

Plus en détail

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE

LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE LA REPRISE D ENTREPRISE : LES PRECAUTIONS JURIDIQUES À PRENDRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR Créer une entreprise comporte une part de risque mais la reprise d une structure déjà existante également! Les risques

Plus en détail

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par :

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par : Demande d'ouverture de sauvegarde accélérée ou de sauvegarde financière accélérée (L. 628-1, R. 628-2, D. 628-3, R. 621-1 et le cas échéant L. 628-9 et R. 628-13 du code de commerce) Identification du

Plus en détail

Bien se faire conseiller

Bien se faire conseiller Bien se faire conseiller Comment choisir son cabinet d aide à la création Se faire accompagner surtout au début, est vraiment indispensable. Une boutique de gestion est le partenaire idéal pour vous aider

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE

CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE Page CRÉER ET DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE Les conseils de l expert-comptable Salon de la création de l entreprises 18/10/2008 Page Intervenants Agnès Bricard Expert-comptable, Commissaire aux comptes Page

Plus en détail

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 2 S O M M A I R E PAGES Contexte 3 Rappel des différentes procédures existantes

Plus en détail

«Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise»

«Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise» CHEFS D ENTREPRISES «Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise» PROGRAMME ACTION PRÉVENTION REPI ENTREPRENEURIAT Emmanuel Imberton, Imberton, Président Président la de CCI la de CCI Lyon de Lyon 02

Plus en détail

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE Votre dossier doit être déposé par vous-même au Greffe ou par un avocat ou un mandataire muni d un pouvoir. Un dossier reçu par voie postale n est pas

Plus en détail

Indiquer par une croix à quelle catégorie appartiennent les comptes suivants :

Indiquer par une croix à quelle catégorie appartiennent les comptes suivants : Comptabilité générale : exercice de révision Exercice 1 : charges / produits / actifs / passifs Indiquer par une croix à quelle catégorie appartiennent les comptes suivants : Comptes ACTIF PASSIF CHARGE

Plus en détail

La transmission d entreprises

La transmission d entreprises La transmission d entreprises www.interface-entreprises.com Janvier 2013 Plan 1 2 3 4 5 1 Contexte et enjeux de la transmission d entreprises 2 Les motivations de la transmission 3 Les points clés du processus

Plus en détail

Optimisez vos chances de réussite avec un dossier bien élaboré. Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC

Optimisez vos chances de réussite avec un dossier bien élaboré. Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC Optimisez vos chances de réussite avec un dossier bien élaboré Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC SOMMAIRE Le dossier financier : Qu est ce que c est? Dans quel but? Les facteurs clés

Plus en détail

L observatoire. des entreprises. Pérennité des entreprises après l ouverture d une procédure collective

L observatoire. des entreprises. Pérennité des entreprises après l ouverture d une procédure collective L observatoire des entreprises Pérennité des entreprises après l ouverture d une procédure collective N 20 - Novembre 2014 En 2014, Coface Services devient Ellisphere et se recentre sur son métier de l

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

La société ACDFOR, en partenariat avec la COFIMEC et de EC2A, propose aux entreprises en difficulté une formation avec accompagnement

La société ACDFOR, en partenariat avec la COFIMEC et de EC2A, propose aux entreprises en difficulté une formation avec accompagnement La société ACDFOR, en partenariat avec la COFIMEC et de EC2A, propose aux entreprises en difficulté une formation avec accompagnement Intitulé de la formation : «Aide aux entreprises en difficulté» Responsable

Plus en détail

UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE?

UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE? UN AUDIT COMPTABLE, FISCAL, SOCIAL POUR QUOI FAIRE? par Jean Luc SCEMAMA Membre du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Président du Comité Transmission d Entreprise du CSOEC Club Reprise

Plus en détail

Fiche 1 Le résumé du projet

Fiche 1 Le résumé du projet Fiche 1 Le résumé du projet Le résumé présente les grandes lignes du plan en un seul coup d oeil. Aussi, il doit être concis et s énoncer dans peu de pages. Deux pages c est bien, mais une page, c est

Plus en détail

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement :

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement : LE DIRIGEANT DE SOCIETE FACE AUX DIFFICULTES FINANCIERES DE L ENTREPRISE REUNION CFACI DU 12/10/2007 INSTITUT GOETHE PAR SERGE WORTHALTER, MEMBRE DE LA CFACI, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS TEL 01 43 41 22

Plus en détail

Déclaration de cessation des paiements d une société Demande d'ouverture de redressement judiciaire / liquidation judiciaire

Déclaration de cessation des paiements d une société Demande d'ouverture de redressement judiciaire / liquidation judiciaire Déclaration de cessation des paiements d une société Demande d'ouverture de redressement judiciaire / liquidation judiciaire Société : forme : Lieu du siège social : Numéro SIREN : Activité : Code APE/NAF

Plus en détail

Pourquoi et comment réaliser la synergie de collaboration entre l expert-comptable externe et l organisme financier?

Pourquoi et comment réaliser la synergie de collaboration entre l expert-comptable externe et l organisme financier? Pourquoi et comment réaliser la synergie de collaboration entre l expert-comptable externe et l organisme financier? GÉRARD DELVAUX Président de l IEC Dans cette contribution, notre Président propose une

Plus en détail

LA PREVENTION DES DIFFICULTES DANS LES ENTREPRISES AGRICOLES

LA PREVENTION DES DIFFICULTES DANS LES ENTREPRISES AGRICOLES LA PREVENTION DES DIFFICULTES DANS LES ENTREPRISES AGRICOLES La CAVB est propriétaire des droits de ce répertoire d information non exhaustif et sa responsabilité ne serait être engagée en cas d erreurs

Plus en détail

Kit Procédures collectives

Kit Procédures collectives Kit Procédures collectives Déposer une demande d ouverture de procédure de sauvegarde Contient : Notice pour remplir les intercalaires du formulaire (p.2) Liste des documents à produire (p.3) Formulaire

Plus en détail

Traitement des entreprises en difficulté :

Traitement des entreprises en difficulté : 31-37 FOCUS.qxp 1/07/10 12:24 Page 31 Konstantin - Fotolia.com Traitement des entreprises en difficulté : la boîte à outils du dirigeant Confronté à une dégradation de la situation financière de son entreprise,

Plus en détail

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS REUNION AVEC LES BATONNIERS ETRANGERS Rentrée du barreau de Paris 4 décembre 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR LE BATONNIER ALAIN MARTER

Plus en détail

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé de l entreprise consiste en une garantie financière destinée à accompagner et assister les entreprises en difficulté.

Plus en détail

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL 17 parazit - Fotolia.com Étape 3 > Mes prévisions financières > Mon plan de financement > Mon compte de résultat prévisionnel > Mon seuil de rentabilité > Mon

Plus en détail

5 ème Journée de la Prévention. Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs

5 ème Journée de la Prévention. Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs 5 ème Journée de la Prévention Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs 12 novembre 2013 Table ronde animée par William Nahum Intervenants: Olivier Bafunno,

Plus en détail

édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous

édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous édition 2014 La transmission d entreprise en 10 questions e nt re p re nd re a v e c v ous La transmission d entreprise en 10 questions Introduction La transmission d entreprise constitue une étape importante

Plus en détail

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION :

CHAPITRE I : LES PRINCIPES GENERAUX DE LA LIQUIDATION SECTION 1 : DÉFINITION DE LA LIQUIDATION : INTRODUCTION : Dans la vie économique nous avons marqué des nombreuses annonces de dissolution d entreprises, que notre choix s est porté, pour l élaboration de mon sixième rapport qui est son titre «la

Plus en détail

Le regard du Banquier sur le dossier de financement

Le regard du Banquier sur le dossier de financement Le regard du Banquier sur le dossier de financement Laurent Fabry Crédit Mutuel Méditerranéen Directeur du Centre d Affaires Entreprise de Villeneuve-lès-Avignon Plan de la conférence Résultats des financements

Plus en détail

PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES

PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES DOSSIER DE PRESSE PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES 12 MAI 2004 SOMMAIRE Allocution de Dominique Perben Exposé des motifs Présentation du projet de loi 1. Maintien du mandat ad hoc 2. Traiter

Plus en détail

Date et lieu de naissance : N Téléphone : Situation matrimoniale : N de portable : Domicile :

Date et lieu de naissance : N Téléphone : Situation matrimoniale : N de portable : Domicile : DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE Le chef d entreprise ci-après dénommé : Nom, prénom : Nationalité : Date et lieu de naissance : N Téléphone : Situation matrimoniale : N de portable :

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Sans titre-2 1 02/07/12 14:47

Sans titre-2 1 02/07/12 14:47 «LE DIRIGEANT FACE À LA PROCÉDURE COLLECTIVE : COMMENT ANTICIPER ET GÉRER CETTE SITUATION?» -Le contexte économique local PREAMBULE L ac%vité se main%ent dans l industrie mais l Indicateur du Climat des

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE

LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE LES MISSIONS DE L EXPERT-COMPTABLE AUPRÈS DU COMITÉ D ENTREPRISE FINANCÉES PAR L ENTREPRISE Groupe SOFIFRANCE - Carole Reynaud Siège social : Impasse Honoré Daumier, 238 voie privée - 13880 Velaux Téléphone

Plus en détail

LES ACHATS (SUITE) Tenir la comptabilité fournisseurs (révisions et suite) :

LES ACHATS (SUITE) Tenir la comptabilité fournisseurs (révisions et suite) : 1ère et Terminale Bac Pro COMPTABILITÉ LE PLAN DE FORMATION EST A LIRE DE FACON TRANSVERSALE PROMOTION 2009 COMMUNICATION ET ORGANISATION COMMERCE ET COMPTABILITÉ ÉCONOMIE DROIT UTILISER LES OUTILS DE

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC

RESTRUCTURATION FINANCIERE. Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC RESTRUCTURATION FINANCIERE Présenté par Mme. BEN DALY Amel FIDELIUM FINANCE Vice Présidente ATIC 14-15 Octobre 2010 LA RESTRUCTURATION FINANCIERE N est pas un nouveau concept. Une procédure qui a capté

Plus en détail

GAMME PERENNISER VOTRE ENTREPRISE. Agir face aux difficultés CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DU VAR

GAMME PERENNISER VOTRE ENTREPRISE. Agir face aux difficultés CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DU VAR GAMME PERENNISER VOTRE ENTREPRISE Agir face aux difficultés CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DU VAR Les solutions pour entreprendre GAMME PERENNISER VOTRE ENTREPRISE Au cours de son cycle de vie, une

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les Đlières agréées. La certiđcation

Plus en détail

Entreprises en difficultés

Entreprises en difficultés Entreprises en difficultés PROCEDURES COLLECTIVES Lois : Loi du 1 er mars 1984 Loi du 25 janvier 1985 Loi du 10 juin 1994 Les instruments de détection : - Le droit d alerte du commissaire aux comptes dans

Plus en détail

La conduite des missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives

La conduite des missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives La conduite des missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Résumé : Cet article a pour objet d aborder la conduite des missions d assistance et d investigation ordonnées par

Plus en détail

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse I - La SAS PLASTICAUTO est une PME dont l activité industrielle se situe dans le secteur économique de la construction automobile.

Plus en détail

DES SOLUTIONS CRÉATIVES

DES SOLUTIONS CRÉATIVES DES SOLUTIONS CRÉATIVES ARCHERS ASSISTE, CONSEILLE ET DÉFEND LES INTÉRÊTS DE SES CLIENTS DANS LES PRINCIPAUX DOMAINES DU DROIT DES AFFAIRES, DE LA FISCALITÉ, DE LA FINANCE, DE L IMMOBILIER, DU CONTENTIEUX,

Plus en détail

Entrepreneurs. prévention des difficultés. relance. écoute. collection «Entreprendre» n vert 0 800 005 056. préconisations. Edition 2012.

Entrepreneurs. prévention des difficultés. relance. écoute. collection «Entreprendre» n vert 0 800 005 056. préconisations. Edition 2012. collection «Entreprendre» analyse www.morbihan.cci.fr 21 quai des Indes - 56323 Lorient cedex - Tél. 02 97 02 40 00 «La prévention consiste à éviter que les difficultés des entreprises ne deviennent si

Plus en détail

Cession, transmission & financement des cabinets. Anticiper pour pérenniser

Cession, transmission & financement des cabinets. Anticiper pour pérenniser Cession, transmission & financement des cabinets Anticiper pour pérenniser Intervenants Denis Barbarossa Expert-comptable, Président du CJEC Luc Fialletout Directeur Général Adjoint (Interfimo) Jean-Pierre

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Conditions générales et Tarif de Maître BECK. Tous les montants sont majorés de la TVA de 21 % à dater du 1er Janvier 2014

Conditions générales et Tarif de Maître BECK. Tous les montants sont majorés de la TVA de 21 % à dater du 1er Janvier 2014 Conditions générales et Tarif de Maître BECK Tous les montants sont majorés de la TVA de 21 % à dater du 1er Janvier 2014 1. L avocat BECK travaille au mieux des intérêts du client sur base des présentes

Plus en détail

Groupama Banque : qui, que, quoi?

Groupama Banque : qui, que, quoi? Groupama Banque : qui, que, quoi? - Une seule banque au service de tous les clients du Groupe - Un nouveau modèle bancaire, conçu dès sa création comme multicanal - L une des seules banques en France à

Plus en détail

INSTALLATION EN LIBERAL. 12 juin 2008

INSTALLATION EN LIBERAL. 12 juin 2008 INSTALLATION EN LIBERAL 12 juin 2008 Un secteur en pleine croissance, mais une profession souvent mal connue des banques en raison des tailles très diverses des cabinets d une organisation professionnelle

Plus en détail

Demande d'ouverture d une procédure de sauvegarde pour un commerçant

Demande d'ouverture d une procédure de sauvegarde pour un commerçant Demande d'ouverture d une procédure de sauvegarde pour un commerçant M Né(e) le à Nationalité : Situation matrimoniale : Demeurant : Lieu de l établissement principal : Numéro SIREN : Activité : Code APE/NAF

Plus en détail