Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN"

Transcription

1 Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1

2 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises en œuvre au Bénin et de s organiser pour contribuer davantage à la gouvernance des politiques publiques en matière de transparence, de cohérence, et d alignement des fonds de l aide sur les stratégies nationales. 2

3 Plan de présentation Introduction Définition Le référentiel des politiques publiques Les exigences des politiques publiques Les allocations de ressources L évaluation des politiques publiques Les défis et perspectives Conclusion 3

4 Introduction (1/2) Dans toutes démocraties, l essentiel du processus d élaboration et de mise en œuvre des politiques publiques est sous la responsabilité de l Exécutif. Les autres institutions de la République y ont un rôle et des responsabilités définis dans les lois fondamentales. 4

5 Introduction (2/2) Le Parlement en tant qu institution représentant le peuple est au cœur de ce processus car c est son vote qui va autoriser les allocations de ressources aux ministères sectoriels chargés de mettre en œuvre les politiques publiques. (cf. Constitution du Bénin Articles 96 et 98 al 7) 5

6 I Définition (1/4) Politique publique / politique de développement: Politique de développement : c est l ensemble des politiques publiques sectorielles mises en œuvre pour améliorer les grands agrégats économiques que sont le revenu, l investissement, la production, la consommation, le taux de chômage, l inflation, etc. 6

7 Définition (2/4) Politique publique : c est l ensemble de mesures entreprises par l Etat afin de produire un certain résultat ou faire évoluer une situation donnée dans un domaine spécifique et que l on peut évaluer. 7

8 Définition (3/4) Toute politique publique implique les éléments suivants : - Un ou des objectifs concrets - Un contenu qui dicte les mesures concrètes et les ressources à utiliser - Des individus ou groupes affectés à l application de la politique et à son évaluation 8

9 Définition (4/4) Les politiques publiques permettent d atteindre des objectifs divers, au nombre desquels, on peut citer la volonté d assurer : l éducation des citoyens, la sécurité et le maintien de l Etat de droit, l amélioration de l environnement des affaires, l accroissement du revenu per capita, le plein emploi, la couverture médicale universelle, la libre circulation des personnes et des biens, la redistribution de la richesse nationale, etc. 9

10 II - Référentiel des politiques publiques (1/2) Les politiques publiques sont basées sur un certain nombre de documents de base au nombre desquels, on peut noter: - Les études prospectives Bénin Alafia Les OMD - Les Orientations Stratégiques de Développement - Les Stratégies de croissance et réduction de la pauvreté (1 ère, 2 nde et 3 ème générations) - Les programmes et plans d actions du gouvernement 10

11 Référentiel des politiques publiques (2/2)) - Les engagements internationaux - Les politiques nationales de population, de santé publique, d éducation, de sécurité, d aménagement du territoire, etc. 11

12 III - Les exigences des politiques publiques (1/2) L existence d une politique publique suppose une cohérence entre plusieurs actions des institutions et administrations publiques avec un ensemble de moyens pour agir sur la situation. Ces actions sont marquées à la fois par de fortes contraintes budgétaires, un processus de complexification des politiques et une interpénétration des niveaux d intervention. 12

13 Les exigences des politiques publiques (2/2) Face au besoin croissant et légitime d information des citoyens sur l action publique, l évaluation constitue aujourd hui un outil essentiel de pilotage de la performance et de la transparence des politiques publiques. Pour mieux appréhender cet outil, le secteur public doit concilier la qualité du service rendu avec les exigences de transparence, de cohérence, d alignement (des fonds de l aide sur les stratégies nationales) et de subsidiarité. 13

14 3.1. Transparence des politiques publiques Le mot transparence, par analogie ou métaphore est utilisé pour qualifier une pratique sociale guidé par la sincérité et une parfaite accessibilité de l information dans les domaines qui concernent l opinion publique. L objectif premier de la transparence est d établir une relation de confiance. Elle s oppose à l opacité. En matière de politiques publiques, la transparence porte sur la connaissance des décisions et leurs motivations, sur la façon dont elles sont prises, sur les coûts réels des projets, sur l accès à l information, etc. 14

15 3.2. Cohérence des politiques publiques La notion de cohérence sert à caractériser le lien étroit qui unit les différents éléments constitutifs d un ensemble convergeant vers le même but. Dans le champ des politiques publiques la cohérence désigne la mise en synergie de politiques pour renforcer leur potentiel de transformation et leur impact positif sur les réalités socioéconomiques. 15

16 3.3. Alignement des fonds de l aide sur les stratégies nationales Conformément à la déclaration de Paris sur l efficacité de l aide (mars 2005), l alignement de l aide veut dire que «les donneurs font reposer l ensemble de leur soutien sur les stratégies nationales de développement, les institutions et les procédures des pays partenaires». Pour ce faire les donateurs doivent tirer autant que possible leurs conditionnalité des stratégies nationales de développement des pays partenaires et lier leur financement à un ensemble raisonnable d indicateurs dérivés des stratégies nationales de développement. 16

17 3.4. La subsidiarité - En politique, le principe de subsidiarité est le principe selon lequel une responsabilité doit être prise par le niveau local d autorité publique compétent pour résoudre un problème. - En matière de décentralisation, le principe de subsidiarité conduit l Etat à déléguer certains de ses pouvoirs au collectivités territoriales lorsqu il considère qu elles sont mieux à même de les assumer, compte tenu de leur proximité aux citoyens 17

18 IV les allocations de ressources (1/4) Rappel des articles de la Constitution du Bénin - Article 79, al 2 «.. Il (le Parlement) exerce le pouvoir législatif et contrôle l action du Gouvernement» - Article 96 «L Assemblée Nationale vote la loi et consent l impôt.» - Article 98 «Sont du domaine de la loi, les règles concernant :.... L assiette, le taux et les modalités de recouvrement des impositions de toute nature..» 18

19 Les allocations de ressources (2/4) Il est très clair que c est le rôle du parlement d allouer les ressources à l Exécutif pour financer les politiques publiques. Cela se fait par la loi des finances initiale qui est discutée et votée chaque année au cours de la session budgétaire d octobre à décembre. Il arrive que des lois de finances rectificatives viennent modifier le budget initial en cours d exécution. 19

20 Les allocations de ressources (3/4) L Exécutif décide du moment d introduire ce budget remanié à l Assemblée nationale Le vote de la loi des finances ne doit pas être une simple formalité compte tenu des implications sur l atteinte des objectifs de développement Dès lors les députés doivent s assurer, au préalable, que : 20

21 Les allocations de ressources (4/4) Les politiques publiques permettent d atteindre des objectifs divers, au nombre desquels, on peut citer : - La conformité des allocations aux stratégies de politiques publiques - Le respect des contraintes financières de l Etat - Le respect des priorités arrêtées par les pouvoirs publics - Le respect des engagements internationaux 21

22 V - L évaluation des politiques publiques (1/3) Les politiques publiques sont au cœur du processus décisionnel et de la modernisation de l Etat. Elles définissent des rapports entre l Etat et la société. C est pourquoi leur évaluation est complexe et recouvre des dimensions qui devraient aller au-delà de la sphère financière pour s ancrer davantage au parlement; l évaluation publique a pour objet d'apprécier l'efficacité de cette politique en comparant ses résultats aux objectifs assignés et aux moyens mis 22 en œuvre

23 L évaluation des politiques publiques (2/3) L évaluation est un point essentiel des politiques publiques. Sans cela, toute politique publique perd de son sens : la réponse à des besoins identifiés de certains secteurs de la société. Les enjeux de ce renouveau de l évaluation sont: (i) l exigence de transparence, (ii) la compréhension de la chaîne des causes et (iii) la clarté des décisions. 23

24 L évaluation des politiques publiques (3/3) Au niveau du parlement, l expérience béninoise de l évaluation des politiques reste bien modeste et peut s apprécier essentiellement au regard des missions constitutionnelles de contrôle de l action gouvernementale. L institutionnalisation de la fonction d évaluation des politiques publiques prévoit le renforcement du rôle des organes parlementaires en matière de contrôle et/ou d évaluation. 24

25 VI les défis et perspectives (1/5) L environnement public est marqué à la fois par de fortes contraintes budgétaires, un processus de complexification des politiques et une interpénétration des niveaux d intervention. La transparence est l une des principales exigences des citoyens à l égard des responsables politiques et des acteurs économiques. Le défi pour ceux-ci est de trouver l équilibre entre ce qui doit être dévoilé et ce qui ne doit ou ne peut l être. Pour le citoyen, la difficulté est de savoir si l information qu il reçoit est réellement sincère et correspond à la réalité. 25

26 VI les défis et perspectives (2/5) Comment pouvons-nous mieux assurer la cohérence entre les objectifs d aide au développement et les objectifs des politiques publiques à tous les échelons de gouvernance? En Afrique, la cohérence des politiques publiques est devenue une problématique centrale aussi bien pour les acteurs non gouvernementaux que pour les organisation régionales et les Etats. 26

27 VI les défis et perspectives (3/5) Les échecs ou les retards dans la mise en œuvre des politiques d intégration et de développement dont dus, en partie, à la multiplicité des mesures, des engagements et des décisions qui se chevauchent et s imbriquent sans faire l objet d une articulation cohérente. Un écheveau complexe d engagements juridiques et de politiques de développement difficile à démêler s est constitué au fil des années au sein des communautés économique régionales 27

28 VI les défis et perspectives (4/5) L alignement de l aide sur des priorités reste encore problématique. Les causes de non alignement de l aide sur les priorités sont: La politique du donateur La faiblesse des institutions de gestion des finances publiques La corruption et l impunité L ignorance de la société civile 28

29 VI les défis et perspectives (5/5) Les moyens pour écarter les causes du faible alignement de l aide sur les priorités: Le lobbying des medias La bonne gouvernance Le renforcement de la politique de tolérance zéro Le renforcement des capacités d institutions Le renforcement de la société civile 29

30 Conclusion (1/3) L existence d une politique publique suppose une cohérence entre plusieurs actions gouvernementales et une transparence dans les domaines qui concernent l opinion publique. Pour que les politiques publiques aient un impact réel sur les groupes cibles, il faut réaliser une bonne allocation et un bon emploi des ressources budgétaires sur les actions programmées, s assurer de leur exécution efficace et réaliser un bon suivi des résultats. 30

31 Conclusion (2/3) En matière d évaluation des politiques publiques, plusieurs sujets peuvent constituer des centres d intérêts pour les parlementaires. Au nombre de ces sujets, on peut retenir: La cohérence entre les objectifs de développement, les programmes sectoriels et les dépenses publiques; La pertinence des allocations proposées par le Gouvernement; 31

32 Conclusion (3/3) - La répartition des investissements publics, par secteurs, par fonctions et par régions correspond aux objectifs spécifiques de la stratégie de réduction de la pauvreté ou à une forme d équité pouvant permettre d atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement. 32

33 .. 33

SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015

SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015 SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015 ENDA ECOPOP Complexe Sicap POINT E - Immeuble B, 2ème Etage Avenue Cheikh Anta DIOP Téléphone : +221 33 859 64 11 - Fax : +221 33 860 51 33 Email : ecopop@endatiersmonde.org

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT AP - Rapport n 3 3 1/10 3 PROPOSITION ASSEMBLEE PLENIERE 13 DECEMBRE 2013 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL Intégration de critères

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

I- Objectifs et Caractéristiques du projet de la LORLF

I- Objectifs et Caractéristiques du projet de la LORLF Ramadane MOUSSA Conseiller du Ministre des Finances et du Budget Octobre 2012 1 Introduction I- Objectifs et Caractéristiques du projet de la LORLF II- Présentation du projet de la LORLF III- Les changements

Plus en détail

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE

LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE LES CHOIX BUDGÉTAIRES 2005-2006 LE SOUTIEN ESSENTIEL À UN DÉVELOPPEMENT ÉQUITABLE ET DURABLE Mémoire présenté par le CHANTIER DE L ÉCONOMIE SOCIALE au ministre des Finances, monsieur Michel Audet Dans

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT 1 Les valeurs à partager pendant l

Plus en détail

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques

Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Quels outils de gestion financière locale? : pour plus d instruments de gestion et moins de normes juridiques Mesdames et Messieurs ; A partir des interventions développées jusqu à présent, il me paraît

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

RETOUR D EXPÉRIENCES D ENTREPRISES SUR UNE ACTION COMPÉTENCES ET DÉVELOPPEMENT DANS LES SERVICES À LA PERSONNE JEUDI 9 DÉCEMBRE 2010

RETOUR D EXPÉRIENCES D ENTREPRISES SUR UNE ACTION COMPÉTENCES ET DÉVELOPPEMENT DANS LES SERVICES À LA PERSONNE JEUDI 9 DÉCEMBRE 2010 RETOUR D EXPÉRIENCES D ENTREPRISES SUR UNE ACTION COMPÉTENCES ET DÉVELOPPEMENT DANS LES SERVICES À LA PERSONNE JEUDI 9 DÉCEMBRE 2010 Ordre du jour Rappel de l action Nathalie Roux et Stéphanie Gobert,

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Au service des acteurs-clés des territoires Notre ambition: Réussir l accompagnement humain de vos transformations

Au service des acteurs-clés des territoires Notre ambition: Réussir l accompagnement humain de vos transformations Au service des acteurs-clés des territoires Notre ambition: Réussir l accompagnement humain de vos transformations Présentation de la société (2015) Sommaire 1. Vos enjeux 2. Nos réponses 3. Notre équipe

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Brevet de technicien supérieur Négociation et relation client

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES. Brevet de technicien supérieur Négociation et relation client I APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ II.1. DÉFINITION RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Brevet de technicien supérieur Négociation et relation client L activité du titulaire du brevet

Plus en détail

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES Sous-thème II Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires Document de discussion élaboré par le groupe de travail sous-thème II National Audit Office,

Plus en détail

THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES

THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES Présenté par Monsieur Grégoire LAOUROU Président de la commission des

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

w w w. a g r o p a r i s t e c h. f r C. BLATRIX, N. FRASCARIA, A.de MONTBEL, H.OLLAGNON

w w w. a g r o p a r i s t e c h. f r C. BLATRIX, N. FRASCARIA, A.de MONTBEL, H.OLLAGNON C. BLATRIX, N. FRASCARIA, A.de MONTBEL, H.OLLAGNON Pourquoi la formation SPES? Face à l émergence des nouvelles questions de la gestion du vivant et de l action en univers complexe, Et aux mutations de

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?)

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Observatoire des Fonctions Publiques Africaines Gouvernement de la République du Bénin VERS UNE ADMINISTRATION ET UNE

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions La fusion des Départements et des Régions -parfois des Départements avec certaines

Plus en détail

La transition énergétique pour tous!

La transition énergétique pour tous! La transition énergétique pour tous! Pour une vraie prise en compte de la question sociale et de la précarité énergétique dans la transition énergétique Document de synthèse des analyses et propositions

Plus en détail

ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFÉRENCE

ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFÉRENCE DOSSIER DE PRESSE ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFÉRENCE Vendredi 14 février 2014 NEVERS Aline DEVILLERS 03 86 60 58 50 - aline.devillers@cg58.fr Damien TRESCARTES 03 86 60 68 16 damien.trescartes@cg58.fr

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

Promotion et éducation pour la santé face aux comportements à risques et aux maladies non-transmissibles

Promotion et éducation pour la santé face aux comportements à risques et aux maladies non-transmissibles Note de cadrage 3 Promotion et éducation pour la santé face aux comportements à risques et aux maladies non-transmissibles Objet : Assises de la santé, groupe Promotion et éducation pour la santé faces

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE :

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : Cat. 2.412-80.3 LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : UNE ATTEINTE À LA CAPACITÉ DE LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE DE DÉFENDRE ET PROMOUVOIR LES DROITS

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Corrigé - Les Laboratoires Cattier

Corrigé - Les Laboratoires Cattier CIE4DME Session 2009 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé - Les Laboratoires Cattier PARTIE I : L ÉTUDE

Plus en détail

-------------------- --------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------- La Gouvernance au Mali

-------------------- --------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------- La Gouvernance au Mali MINISTERE DE L ECONOMIE DE REPUBLIQUE DU MALI L INDUSTRIE ET DU COMMERCE Un Peuple Un But Une Foi -------------------- --------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------- La Gouvernance au Mali

Plus en détail

-------------------- Travail Liberté Patrie --------------- LOI N 2014 009 PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES

-------------------- Travail Liberté Patrie --------------- LOI N 2014 009 PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES PRESIDENCE DE LA REPLUBLIQUE REPUBLIQUE TOGOLAISE -------------------- Travail Liberté Patrie --------------- LOI N 2014 009 PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES L Assemblée

Plus en détail

----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- LOI N 008-2013 /AN

----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- LOI N 008-2013 /AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 008-2013 /AN PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CONCOURS DE RECRUTEMENT D INSPECTEUR DE L ACTION SANITAIRE ET SOCIALE EPREUVES DE COMPOSITION AU CHOIX

LE PROGRAMME DES CONCOURS DE RECRUTEMENT D INSPECTEUR DE L ACTION SANITAIRE ET SOCIALE EPREUVES DE COMPOSITION AU CHOIX LE PROGRAMME DES CONCOURS DE RECRUTEMENT D INSPECTEUR DE L ACTION SANITAIRE ET SOCIALE EPREUVES DE COMPOSITION AU CHOIX Sources : Arrêté du 12 février 2004 modifiant l'arrêté du 9 juillet 1996 fixant l'organisation

Plus en détail

Approche intégrée de développement territorial

Approche intégrée de développement territorial Approche intégrée de développement territorial Appel à stratégies V0 CADRE COMMUN AUX APPELS A CANDIDATURE ITI ET LEADER La loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles

Plus en détail

Les principes de la Déclaration

Les principes de la Déclaration LA BUDGÉTISATION SENSIBLE AU GENRE Comment l aide peut-elle être sensible au genre dans le contexte des nouvelles modalités d aide? Leçons tirées des efforts de budgétisation sensible au genre Les principes

Plus en détail

Audit et Contrôle de Gestion quelle complémentarité? Thème : Synthèse entre les fonctions Audit, Contrôle de Gestion et Organisation.

Audit et Contrôle de Gestion quelle complémentarité? Thème : Synthèse entre les fonctions Audit, Contrôle de Gestion et Organisation. Séminaire des auditeurs de l ACORS Port Leucate, 12-13 - 14 septembre 2012 Audit et Contrôle de Gestion quelle complémentarité? Thème : Synthèse entre les fonctions Audit, Contrôle de Gestion et Organisation.

Plus en détail

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE Dans le cadre de l Initiative

Plus en détail

Le guide de la microfinance

Le guide de la microfinance Sébastien Boyé, Jérémy Hajdenberg, Christine Poursat Le guide de la microfinance Microcrédit et épargne pour le développement Préface de Maria Nowak, 2006 ISBN : 2-7081-3664-X Sommaire Préface... 11 Quelques

Plus en détail

Comprendre les enjeux de l Accès aux Services Energétiques pour le Développement Humain. Les acteurs centraux au cœur du changement

Comprendre les enjeux de l Accès aux Services Energétiques pour le Développement Humain. Les acteurs centraux au cœur du changement Comprendre les enjeux de l Accès aux Services Energétiques pour le Développement Humain Les acteurs centraux au cœur du changement Détails sur les contenus des sessions : Thème 1 : «Compréhension des concepts

Plus en détail

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE D INFORMATION ORGANISE PAR PARIS21 POUR LES CONSULTANTS FRANCOPHONES SUR LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE DANS LES PAYS

Plus en détail

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009)

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) Mission de la Société

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI

REPUBLIQUE DU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI Ministère à la Présidence Chargé de la Bonne Gouvernance, de la Privatisation, de l Inspection Générale de l Etat et de l Administration Locale ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE

Plus en détail

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L objet de cette communication est de décrire brièvement l approche budgétaire comme instrument

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

SOMMAIRE PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6

SOMMAIRE PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6 CHARTE DE L ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES 1 SOMMAIRE Pages PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6 III - LE DISPOSITIF D ÉVALUATION

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011)

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) Actualisation du plan stratégique 2010-2014 de l AERES décembre 2011 (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) SOMMAIRE Une actualisation du plan stratégique 2010-2014, indispensable

Plus en détail

PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION Novembre 2008 1. Contexte La gestion des systèmes d éducation et de formation

Plus en détail

1 Introduction aux études de marché export

1 Introduction aux études de marché export 1 Introduction aux études de marché export Avec des marchés de plus en plus compétitifs à travers la planète, les études de marché sont à l ordre du jour d un nombre croissant d organisations, qu elles

Plus en détail

Carrefour. de l économie

Carrefour. de l économie 2006/9A année 10 Carrefour. de l économie «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Une nouvelle identité pour le SPF Economie

Plus en détail

ECONOMIE TECHNICIEN/NE COMMERCIAL/E

ECONOMIE TECHNICIEN/NE COMMERCIAL/E Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR 7 ECONOMIE ORIENTATION D' ETUDES : TECHNICIEN/NE COMMERCIAL/E Formation en cours de Carrière Avec l aide du Fonds Social Européen Outils pédagogiques construits

Plus en détail

GESTION AXÉE SUR LES RESULTATS. Concepts et Principes

GESTION AXÉE SUR LES RESULTATS. Concepts et Principes Cellule d Analyse de Politiques Gestion Axée sur les Résultats Abidjan Economiques du CIRES GESTION AXÉE SUR LES RESULTATS Concepts et Principes 1 Structure de la Présentation 1. Contexte de la GAR 2.

Plus en détail

Efficacité du développement

Efficacité du développement Efficacité du développement Pour une véritable responsabilité mutuelle Par Mary Robinson Nous présentons ici une version abrégée de l allocution d ouverture prononcée par Mary Robinson au Forum de haut

Plus en détail

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office Livre Blanc Bureau de Gestion de Projet PMO Project Management Office Rédacteur en chef : Sébastien ROUX 2015 Sommaire Introduction... 3 Définition et contexte... 4 Les généralités des PMO... 7 PMO Dédié

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

Bâtir un système intégré

Bâtir un système intégré Florence GILLET-GOINARD Bâtir un système intégré Qualité/Sécurité/Environnement De la qualité au QSE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3651-8 Table des matières Introduction............................................

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales Analyse Financière des collectivités locales Maison de l Elu, Marrakech 23 May 2012 Présenté par: M. Hassan Ameur

Plus en détail

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports Politique sur la vision pour 2030 de l enseignement supérieur Mars 2014 Préface L enseignement supérieur joue

Plus en détail

Projet de programme. Baccalauréats professionnels du secteur industriel. Consultation des enseignants. Économie - gestion.

Projet de programme. Baccalauréats professionnels du secteur industriel. Consultation des enseignants. Économie - gestion. Baccalauréats professionnels du secteur industriel Consultation des enseignants Projet de programme Économie - gestion Avril 2008 eduscol.education.fr/ - D0048 Rénovation du programme d Économie - Gestion

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre

Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Comité aviseur femmes en développement de la main-d œuvre Avis sur le Projet de politique de l éducation des adultes dans une perspective de formation continue présenté au ministre d État à l Éducation

Plus en détail

2. Les métiers porteurs : facteurs clés de l insertion professionnelle

2. Les métiers porteurs : facteurs clés de l insertion professionnelle Métiers porteurs : le rôle de l entrepreneuriat, de la formation et de l insertion professionnelle Synthèse analytique préparée par la MICI - juin 2013 A l occasion de la relance du débat sur l insertion

Plus en détail

Le bureau du recrutement et des concours

Le bureau du recrutement et des concours Cette brochure présente les conditions d inscription ainsi que les nouvelles épreuves applicables dès 2013 au concours d attaché d administrations parisiennes. Dans un souci pédagogique, divers indications

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015

Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015 REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DU PLAN, DE l AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE Fraternité - Travail - Progrès Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015 Les choix

Plus en détail

Synthèse. Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et COUR DES COMPTES. Du RMI au RSA : la difficile organisation de l insertion

Synthèse. Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et COUR DES COMPTES. Du RMI au RSA : la difficile organisation de l insertion COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Juillet 2011 Du RMI au RSA : la difficile organisation de l insertion Constats et bonnes pratiques Avertissement Cette synthèse est destinée à faciliter

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

AIDE MEMOIRE. 23 26 février 2009 Tanger (Maroc) Un séminaire de haut niveau pour faire face à la crise financière mondiale. Original : Anglais

AIDE MEMOIRE. 23 26 février 2009 Tanger (Maroc) Un séminaire de haut niveau pour faire face à la crise financière mondiale. Original : Anglais African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Termes de Références. Recrutement d un Bureau d étude ou d un groupement de Bureau d étude pour

Termes de Références. Recrutement d un Bureau d étude ou d un groupement de Bureau d étude pour Ministère de l Equipement, de l Aménagement territorial et du Développement Durable Direction Générale de l Environnement et de la qualité de la Vie Termes de Références Recrutement d un Bureau d étude

Plus en détail

AVIS N 2001-13. du 13 septembre 2001 RELATIF A L ACTUALISATION DU RAPPORT SUR LA RECONVERSION DES INDUSTRIES DE L ARMEMENT EN ILE-DE-FRANCE

AVIS N 2001-13. du 13 septembre 2001 RELATIF A L ACTUALISATION DU RAPPORT SUR LA RECONVERSION DES INDUSTRIES DE L ARMEMENT EN ILE-DE-FRANCE AVIS N 2001-13 du 13 septembre 2001 présenté au nom de la commission de l emploi, du développement économique et de la formation professionnelle par M. Joël TARCHE CERTIFIE CONFORME LE PRESIDENT 29 rue

Plus en détail

L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui

L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses CONSEILS pour les améliorer et contribue

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

N 653. Votre Revue de Presse Du 28/ 03 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059

N 653. Votre Revue de Presse Du 28/ 03 /2016. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 N 653 By Votre Revue de Presse Du 28/ 03 /2016 CONECT 2016 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 Tunisie : une journée consacrée à la transformation digitale des entreprises prévue

Plus en détail