Contrôle de gestion Méthodes et techniques principales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contrôle de gestion Méthodes et techniques principales"

Transcription

1 Contrôle de gestion Méthodes et techniques principales Gerd Peters Dieter Pfaff Traduction et adaptation françaises: Anne Anderson Versus Zurich

2 Grâce au généreux engagement de veb.ch, le présent ouvrage a pu être traduit en français et en italien. La maison d édition et les auteurs remercient veb.ch de son soutien. Version originale allemande: Gerd Peters Dieter Pfaff: Controlling. Wichtigste Methoden und Techniken Zweite, überarbeitete Auflage, Versus Verlag, Zürich 2008 Également disponible en italien: Controlling. Metodi e tecniche principali Tous droits de traduction, d adaptation et de reproduction par quelque procédé que ce soit, photocopie, microfilm, bande magnétique, disque ou autre, réservés pour tous pays Versus Verlag AG, Zurich Informations sur les ouvrages publiés par la maison d édition Versus sur le site Traduction et adaptation: Anne Anderson Mur/VD Illustration de couverture et dessins: Massimo Danielis Composition et production: Versus Verlag Zurich Impression: Comunecazione Bra Imprimé en Italie ISBN

3 5... Table des matières Préface du président de veb.ch: Notre offensive de formation Avant-propos Remarque préliminaire: Les deux «opérations de base» du contrôle de gestion Chapitre 1 er Croissance de l actif et rendement du capital Le modèle explicatif des mathématiques financières Le couple «rentabilité du chiffre d affaires» et «rotation du capital» Le levier financier Pilotage global de l entreprise: le ROCE Pilotage interne de l entreprise: les niveaux de capital et de résultat Chapitre 2 Systèmes et données comptables Remarque préliminaire La comptabilité par nature et la comptabilité par centres de coûts La comptabilité par unités d imputation et le compte de résultat par produit

4 6 Table des matières... Chapitre 3 Données et structures de données: conditions d utilisation en contrôle de gestion Les données financières, matière brute du contrôle de gestion Séparation des coûts fixes et des coûts variables Séparation par origine des produits Séparation des coûts directs et indirects Compatibilité des systèmes et des données de système Répartition du travail et échelon économique: l interface judicieuse entre centres de services Chapitre 4 Du rapport financier au cockpit du contrôle de gestion Définition des rendements des centres de profit La structure des coûts et des revenus d un centre de profit et les paramètres qui permettent de la piloter Le cockpit du contrôle de gestion Chapitre 5 Méthodes de décision et de pilotage en entreprise Le calcul d investissement La signification des investissements Survol des méthodes de calcul d investissement La méthode classique de la valeur actuelle nette La méthode du taux de rendement réel Étalement des décaissements Comparabilité de projets d investissement Calcul statique d investissement Ce qu il ne faut pas faire Délai de récupération (durée d amortissement) Durée de l investissement et période de calcul Les deux volets du calcul d investissement: projet et produit Plausibilité ou analyse qualitative du risque Sensibilité ou analyse quantitative du risque Remarques conclusives à propos du calcul d investissement Le calcul prévisionnel Analyse du seuil de rentabilité Définition et calcul du seuil de rentabilité Volume critique et prix critique Modification du seuil de rentabilité Estimation des résultats sur la base du seuil de rentabilité

5 Table des matières Le calcul prévisionnel de résultat La fixation des prix Fourchette de prix Le calcul classique du prix d offre Prix minimum en cas de pénurie de capacités Prix de transfert et de cession interne entre entreprises liées Les opérations réciproques Types d opérations réciproques Le principe de pleine concurrence Les méthodes de fixation des prix de cession interne Le transfert Chapitre 6 Techniques de l utilisation optimale des données et des informations Lissage des coûts fixes Le couple carnet de commandes et chiffre d affaires Données glissantes Le couple stocks et créances Le couple investissements et réparations Le couple investissements et amortissements Données consolidées Coût d opportunité et coûts irrécupérables Coût d opportunité Coûts irrécupérables Le principe de Pareto et l analyse ABC Le principe de Pareto L analyse ABC Données corrigées de l inflation Plausibilité et sensibilité des données Données historiques L effet crosse de hockey et l analyse quantitative Le contrôle qualitatif Sensibilité des données Données «fausses» Évolution du résultat en pourcentage Coûts unitaires fixes et coûts variables absolus

6 8 Table des matières... Chapitre 7 Thèmes particuliers Remarques préliminaires L indicateur EVA Contrôle de gestion des risques Le tableau de bord prospectif (TBP) La méthode du coût complet sur le cycle de vie, la méthode des coûts cibles et la méthode des coûts par activité La méthode du coût complet sur le cycle de vie La méthode des coûts cibles La méthode des coûts par activité Comptabilité analytique consolidée Raisons d être et conditions Organisation Objets de référence de la comptabilité analytique Uniformisation des classifications, de l enregistrement et de l évaluation des coûts Élimination des résultats intermédiaires et consolidation de la comptabilité analytique Comptabilité analytique consolidée primaire Profitabilité de la comptabilité analytique consolidée Le benchmarking Chapitre 8 Études de cas Remarques préliminaires Mise en place d un système de contrôle de gestion Modélisation de l assainissement d une ligne de produits Achat supplémentaire de marchandises: oui ou non? Fermeture d une usine Délocalisation d une ligne de produits Estimation du chiffre d affaires et du résultat dans le rapport mensuel Prévision de chiffre d affaires et de résultat par extrapolation à l exercice Fixation du prix pour la fabrication sur commande Consolidation des résultats de la production et des ventes Consolidation des résultats dans le cadre du transfert interne Analyse d assortiment Calcul d investissement et de profitabilité

7 Table des matières Désinvestissement d une ligne de produits Planification de résultat La rubrique économique des quotidiens Bibliographie Table des figures Annexe Abréviations français anglais Lexique français allemand italien anglais Lexique allemand français italien anglais Lexique italien français allemand anglais Lexique anglais français allemand italien Glossaire Cockpit du contrôle de gestion (excédent brut d exploitation): formulaire Controlling-Cockpit (Gross Operating Result): Form Cockpit du contrôle de gestion (excédent brut d exploitation): exemple Controlling-Cockpit (Gross Operating Result): Example Controlling-Cockpit (Bruttobetriebsergebnis): Beispiel Controlling-Cockpit (Risultato lordo d esercizio): Esempio Index Les auteurs

8 10 Table des matières...

9 11 Préface du président de veb.ch Notre offensive de formation veb.ch et sec suisse organisent conjointement les examens pour l obtention du brevet fédéral de spécialiste en finance et comptabilité et du diplôme fédéral d expert-e en finance et en controlling. C est pour veb.ch une mission de taille: en tant que première association professionnelle suisse d experts en finance et en controlling et de spécialistes en finance et comptabilité, nous nous engageons depuis plus de septante ans en faveur de notre métier et de nos quelque membres. Nos efforts sont couronnés de succès, comme le prouve le point auquel nos titulaires de brevets et de diplômes sont prisés dans l économie et dans le public. C est dans le souci de permettre aux candidates et aux candidats aux examens de bénéficier de supports de formation de qualité, et ce, dans les trois principales langues pratiquées en Suisse, que veb.ch a choisi d apporter une contribution financière substantielle à la traduction du présent ouvrage en français et en italien. «Contrôle de gestion Méthodes et techniques principales» trouvera sa place comme ouvrage de référence et comme outil de travail dans le quotidien professionnel ainsi que dans la formation. Il permettra aux futurs spécialistes en finance et en comptabilité et aux candidats aux nombreux examens de se préparer. Très utile pour l exercice journalier du métier et pour la formation autodidacte, ce guide se concentre sur l essentiel. Par son con-

10 12 Préface du président de veb.ch Notre offensive de formation tenu concret et sa présentation claire, il répond parfaitement à notre philosophie : «Par des praticiens pour des praticiens». Je remercie les deux auteurs pour leur précieux travail, et tout particulièrement et avec fierté notre vice-président, le professeur Dieter Pfaff. Herbert Mattle Président veb.ch Préface du président de swisco.ch Partons d un constat simple et les chiffres parlent d eux-mêmes: membres ne sauraient se tromper! Faire partie de «swisco.ch», la Chambre des Experts en Finance et en Controlling, est gratifiant au quotidien. En Suisse romande, notre association défend les intérêts des spécialistes en finance et comptabilité avec brevet fédéral et des experts diplômés en finance et en controlling. Nous considérons l encouragement du perfectionnement professionnel et de la formation continue de nos membres comme une tâche majeure. Nous accomplissons cette mission avec succès par l organisation de cours spécialisés, de séminaires et conférences. L échange d expériences et de «know-how» est encouragée de manière informelle à l intérieur du cercle professionnel et bien au-delà. En outre, nous veillons à une préparation adéquate aux examens des futurs spécialistes et experts. Les employeurs du secteur privé et de l administration sont nos principaux groupes cibles. En effet, nous désirons leur faire connaître les avantages d une collaboration avec les spécialistes et les experts. Swisco.ch s engage, à tous les niveaux, pour vous et votre succès. Devenez membre, aujourd hui encore! Joseph Catalano Président swisco.ch Chambre des Experts en Finance et en Controlling

11 13 Avant-propos Première édition 2005 Aujourd hui, l influence de la création de valeur sur les processus de décision en entreprise constitue un sujet récurrent parmi les théoriciens et les praticiens de la finance et de la gestion d entreprise. Tous s accordent sur un principe: l entreprise doit, et avec elle chacun de ses centres de profit, générer de la valeur. Mais qu est-ce que la «valeur»? Est-ce une grandeur mesurable à l instar de l impulsion ou de la puissance en physique? Comment évaluer les stratégies et les mesures qui visent à augmenter la valeur de l entreprise? Quelle est l influence des variables classiques de l activité opérationnelle sur la création de valeur attendue par la direction? Autant de questions complexes qui soulèvent régulièrement la polémique, en particulier lorsque l optique de l ingénierie ou des sciences naturelles se heurte de front à celle de la finance ou de la gestion d entreprise. Les uns se préoccupent essentiellement de techniques et de méthodes, les autres de profitabilité et de rendement. Le contrôle de gestion occupe une position médiane. Tant qu elle reste technique, la discussion est relativement sereine. Les différends les plus graves portent sur la reproductibilité de telle ou telle formule ou sur la pertinence de telle ou telle prescription d essai. C est lorsqu on passe à la traduction en données financières et de gestion d entreprise que les problèmes surgissent.

12 14 Avant-propos Les contrôleurs de gestion en font chaque jour l amère et immanquable expérience: chacun parle son propre langage et néglige les règles et les principes les plus élémentaires des mécanismes financiers. La faute est au chaos terminologique qui règne en gestion d entreprise et au nombre incommensurable de définitions du rendement qu elle utilise. En théorie comme en pratique, on rencontre, pour ne nommer que quelques-uns des indicateurs de rendement du capital, le ROA (Return on Assets ou rendement de l actif), le RONA (Return on Net Assets ou rendement de l actif net), le ROI, le ROIC et le ROC (Return on Investment, Return on Invested Capital, Return on Capital, tous trois traduits par rendement de l investissement), le ROCE (Return on Capital Employed ou rendement des capitaux engagés), le ROE (Return on Equity ou rendement des capitaux propres) ou encore le CFROI (Cash Flow Return on Investment ou taux de rentabilité interne des investissements). En ce qui concerne le résultat, les esprits sont également diviséssur des indicateurs tels que l EBIT (Earnings Before Interest and Taxes ou résultat avant intérêts et impôts), l EBITA (Earnings Before Interest, Taxes and Amortization ou résultat avant intérêts, impôts et amortissement du survaloir), l EBITDA (Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization ou résultat avant intérêts, impôts et amortissement des immobilisations corporelles, des investissements financiers et du survaloir), le NOPAT (Net Operating Profit After Taxes ou résultat net d exploitation), le résultat d exploitation ou encore le résultat net de l exercice. Pour compliquer encore les choses, les praticiens ne parviennent pas toujours à se décider entre objectif de rentabilité et objectif de résultat. Cette indécision produit des modèles explicatifs erronés et des solutions de rechange qui n en sont pas. Au bout du compte, les décisions détruisent plus de valeur qu elles n en créent. Enfin, le diable se cache dans les détails: prenons un chercheur, par exemple, qui exprime l amélioration apportée à un procédé en termes de réduction des coûts du produit fabriqué qui plus est sous forme de coûts unitaires, au lieu d indiquer que les coûts variables de la formule ou les coûts fixes de production ont baissé, et qu il faut par conséquent moins d actif immobilisé pour fabriquer une quantité donnée de produit. Sans ce genre de précision, il est impossible de savoir quel est le résultat obtenu par le chercheur ou l objectif qu il vise sur le plan de la gestion d entreprise. L intention de cet ouvrage est donc de décrire les principes et les outils fondamentaux du contrôle de gestion dans l entreprise focalisée sur le rendement. Il s adresse aux décideurs, autrement dit aux dirigeants, aux res-

13 Avant-propos 15 ponsables de divisions, de services et de centres de coûts, mais aussi aux étudiants et aux personnes qui débutent dans la profession. Il leur permettra de mieux comprendre les processus de décision qui interviennent dans des entreprises et des groupes de complexité variable. Sa structure est axée sur le travail du contrôleur de gestion qui, à l intersection entre les décideurs, coordonne les processus de décision et détient la compétence méthodologique. La première partie décrit sa boîte à outils: instruments, conventions, principes, mais aussi expériences et simples règles de bon sens. Le contrôleur de gestion doit transmettre ce savoir et le faire accepter par la majorité, sans quoi les processus de décision seront ardus, inefficients voire irrationnels. La première partie se termine par la présentation de thèmes particuliers ainsi que par une introduction à l EVA (Economic Value Added ou valeur économique ajoutée), à la méthode des coûts par activité, à la méthode des coûts cibles, au tableau de bord prospectif et au benchmarking ou analyse comparative. La seconde partie présente des études de cas pratiques offrant un survol représentatif des décisions en entreprise. Leur résolution recourt à la gamme complète des outils du contrôle de gestion décrite dans la première partie, à l exception des thèmes particuliers. Les études de cas s articulent autour du cockpit du contrôle de gestion, qui a été développé sous forme de fichier Excel. Les fichiers Excel correspondant aux études de cas sont réunis sur le CD-ROM qui accompagne le présent ouvrage. Notre avant-propos serait incomplet s il ne mentionnait pas les sujets que nous avons écartés par souci de clarté et de concision. C est volontairement que nous avons mis l accent sur le contrôle de gestion opérationnel ou sur le pilotage de centres de profit. Par conséquent, le contrôle de gestion financier et le contrôle de gestion stratégique ne sont que brièvement évoqués, et divers volets du contrôle de gestion des fonctions (logistique, marketing, ressources humaines et informatique) ont été laissés de côté. Nous n avons pas non plus abordé le contrôle de gestion de projet, même si un grand nombre des considérations qui suivent s y réfèrent, du moins en ce qui concerne les objectifs de rentabilité. Nous tenons également à souligner que cet ouvrage est entièrement axé sur les problèmes de l industrie. Cela étant, les principes et les éléments qu il expose sont de portée si vaste qu ils sont directement applicables à d autres secteurs de l économie. Ce livre privilégie les aspects pratiques du contrôle de gestion et renonce de ce fait à étayer son propos par des arguments scientifiques. Cela ne signifie pas pour autant que toute théorie en est absente, bien au contraire. Il

14 16 Avant-propos repose entièrement sur les principes fondamentaux de la gestion d entreprise, adaptés aux exigences de la pratique. Nous espérons que ce choix aidera les professionnels comme les personnes en formation à se familiariser avec les problèmes quotidiens du contrôle de gestion ainsi qu avec ses outils, et à utiliser ces derniers lorsqu ils le peuvent. Le présent ouvrage combine des décennies d expérience du management et du contrôle de gestion dans l industrie avec les exigences de l enseignement en université et dans le cadre de formations pratiques. Nous aimerions remercier toutes celles et tous ceux qui nous soutenus et encouragés lors de sa rédaction. Nous pensons tout particulièrement à Corinne Elliker, qui a corrigé le manuscrit et en a amélioré le style à plusieurs reprises, à Roland Bardy, pour ses précieux conseils concernant certains chapitres, notamment celui consacré au benchmarking, ainsi qu à Silvia Allmendinger, Dieter Gathge, David Klett et Jochen Kühn pour leurs critiques constructives. Nous remercions également Judith Henzmann et Anne Buechi de la maison d édition Versus pour la qualité de leur collaboration ainsi que pour leur participation à la correction et à la conception artistique de l ouvrage. Deuxième édition allemande et éditions française et italienne Grâce au généreux engagement de veb.ch, le présent ouvrage a pu être traduit en français et en italien. Le lexique en appendice existe désormais en allemand, français, italien et anglais. De même, le cockpit et les études de cas du CD-ROM ci-joint sont disponibles en plusieurs langues. La deuxième édition allemande, qui a servi de base aux traductions, comporte diverses corrections et actualisations. Les principaux ajouts portent sur les méthodes de calcul du prix de cession interne. La bibliographie a été elle aussi actualisée et complétée. La traduction d un tel ouvrage représente un investissement considérable, et nous sommes extrêmement reconnaissants à veb.ch de l avoir assumé. Sans cet exceptionnel soutien, ce projet n aurait jamais vu le jour. Nos remercions également Anne Anderson (français) et Thomas Ernst (italien) pour la qualité de leur traduction. Nos remerciements vont aussi à Marie-Christine Molitor von Mühlfeld, Marco Roos, Sergio Beretta et Orlando Nosetti (bibliographie italienne) ainsi qu à Cyrille Gueden (français) pour leurs précieux conseils la concernant. Gerd Peters et Dieter Pfaff Stuttgart et Zurich, été 2008

15 283

16 284 Chapitre 8 Études de cas 8.15 La rubrique économique des quotidiens ou Comment améliorer la valeur significative des rapports de sociétés et des commentaires économiques Objectif Identifier les informations erronées et incomplètes. Approfondir le chapitre 1 er «Croissance de l actif et rendement du capital» et les sections 6.3 «Données glissantes» et 6.12 «Données fausses». Problème Lisez les textes ci-dessous avec attention et d un œil critique. Quelles sont les informations erronées ou incomplètes? Commentez les articles. Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ): rentabilité du chiffre d affaires et bénéfice de l exercice Le bilan des bilans in FAZ du , p. 13 «À notre époque, qui est celle de la valeur actionnariale, la Bourse est friande de succès. Cette avidité incite les entreprises à faire fi de leur devoir de transparence et à masquer le moindre fléchissement des résultats, d autant plus qu à mesure que les cours baissent, leur peur d être absorbées s accroît. Rien d étonnant dès lors qu elles justifient les mauvais résultats trimestriels par des erreurs prétendument passagères et soulignent qu on ne peut les comparer ni avec ceux de l exercice précédent, ni avec ceux de la concurrence. Elles inventent sans cesse de nouveaux indicateurs dont elles affirment qu ils reflètent leur situation avec une fidélité inégalée jusqu alors. Le bénéfice de l exercice est remplacé par un nombre exponentiel d indicateurs, qui vont du résultat avant impôts en passant par le résultat avant

17 8.15 La rubrique économique des quotidiens 285 impôts et intérêts jusqu au résultat avant impôts, intérêts et amortissements sur la valeur de l entreprise ou surtout avant amortissements ou encore à celui qui corrige le bénéfice de l exercice des charges des plans d options d actions. La rentabilité du chiffre d affaires a cédé la place à des indicateurs de rendement du capital prétendument plus faciles à comprendre pour l investisseur. La valeur de référence est une fois les capitaux propres, une autre fois le capital investi, puis une autre fois encore le capital total. Chacun cherche l indicateur qui fait apparaître ses résultats sous un jour favorable. La demande d indicateurs est en plein essor. Cette évolution mène droit dans le mur, autrement dit non pas vers plus de transparence mais vers moins de comparabilité. Elle nous noie dans les détails. Les classiques bénéfice de l exercice et rentabilité du chiffre d affaires avaient deux avantages: premièrement, nous savions si, indépendamment de tous les facteurs particuliers, une société avait réalisé un bénéfice. Deuxièmement, tout le monde utilisait les mêmes indicateurs, ce qui autorisait les comparaisons. Bien que la multiplicité des indicateurs permette d analyser une entreprise de plus près, les usages différents qui en sont faits empêchent quasiment toute comparaison. Les arbres cachent la forêt: impossible de savoir que la situation globale d une société s est dégradée, comme c est le cas.» Notre commentaire Si, comme dans l optique de la rédaction économique d un grand quotidien, la rentabilité du chiffre d affaires et le bénéfice de l exercice sont les principaux indicateurs de la performance d une entreprise et si ceux relatifs au rendement du capital sont incompréhensibles, on comprend l article malgré ses lacunes chroniques et ses erreurs. Ce n est pas la rentabilité du chiffre d affaires prise isolément qui est déterminante, mais le rendement du capital, autrement dit le produit de la rentabilité du chiffre d affaires et de la rotation du capital, ainsi que sa comparaison avec la rémunération attendue par les investisseurs (coût du capital). Le fait que la rotation du capital ne soit pas mentionnée dans cet article prouve que beaucoup de journalistes économiques ne connaissent ni la formule du rendement ni sa dérivée. Vouloir représenter une société par la seule rentabilité du chiffre d affaires, c est être incomplet, mais comparer des sociétés ou des divisions d une société est faux. Cela semble pourtant être la norme la plupart du temps incontestée des commentaires de la presse économique.

18 286 Chapitre 8 Études de cas Süddeutsche Zeitung (SZ): Rapport annuel de Henkel Henkel fait la nique au marasme in SZ du , p. 25 «L an dernier, Henkel a accru la capacité bénéficiaire de tous ses domaines d activité. La progression la plus spectaculaire a été enregistrée dans le celui des colles pour le grand public et les artisans, avec un résultat d exploitation en hausse de 14,6% à 141 millions d EUR. Sa rentabilité du chiffre d affaires de 10,8% fait de cette division l activité la plus rentable du groupe Henkel. Elle est suivie par les détergents et produits d entretien et les cosmétiques, qui ont dégagé des chiffres d affaires en nette augmentation (+9,3%). Les colles industrielles (Henkel Technologies) restent à la traîne avec une rentabilité du chiffre d affaires de 7,3% due à la faible demande en provenance de l industrie électronique.» Notre commentaire Ces affirmations concernant les domaines d activité sont fausses. Il suffit de consulter le rapport annuel pour s en convaincre ( fig. 8-56). Le domaine d activité le plus rentable est celui non pas des colles, mais des détergents et produits d entretien. Il dégage le chiffre d affaires le plus important et présente une rotation du capital de 3,56, nettement supérieure à celle des autres segments; le rendement du capital atteint donc le niveau spectaculaire de 33,1% ( fig. 8-57). Cela étant, le rendement du capital pris isolément n a aucune valeur significative. Il faut le comparer avec les rémunérations attendues par les investisseurs; elles sont reflétées dans le coût du capital et dépendent du degré de risque d un domaine d activité (voir section 7.2 «L indicateur EVA»).

19 8.15 La rubrique économique des quotidiens 287 Fig Information sectorielle Henkel (source: rapport d activité Henkel 2003) en millions d EUR Divisions de l entreprise Détergents et produits d entretien Cosmétiques Colles Henkel Technologies Corporate Groupe Chiffre d affaires Évolution par rapport à l exercice précédent 1,8% 1,4% 0,3% 3,5% 10,0% 2,3% Part dans le chiffre d affaires du groupe 33% 22% 14% 28% 3% 100% Chiffre d affaires EBITDA EBITDA EBIT ) 706 EBIT Évolution par rapport à l exercice précédent 7,1% 5,4% 14,6% 4,9% 6,0% Rentabilité du chiffre d affaires (EBIT) ,3% 9,3% 10,8% 7,3% 7,5% Rentabilité du chiffre d affaires (EBIT) ,5% 8,7% 9,4% 6,7% 6,9% Rendement du capital investi (ROCE) ,1% 22,6% 20,7% 11,3% 16,2% Rendement du capital investi (ROCE) ,2% 21,9% 19,2% 10,5% 15,7% Capital investi ) Capital investi ) Évolution par rapport à l exercice précédent 0,6% 0,9% 4,5% 6,3% 0,5% 1) dont charges d extended restructuring de 85 millions d EUR 2) avec valeurs commerciales au coût d acquisition; dont imputables aux détergents et produits d entretien 22 millions d EUR; cosmétiques 18 millions d EUR; colles 10 millions d EUR; Henkel Technologies 24 millions d EUR; Corporate 11 millions d EUR Fig Henkel: rendements du capital 2003 par segments RC = RCA ROTC Groupe* 16,2 = 7,5 2,16 Détergents et produits d entretien 33,1 = 9,3 3,56 Cosmétiques 22,6 = 9,3 2,43 Colles 20,7 = 10,8 1,92 Henkel Technologies 11,3 = 7,3 1,55 * consolidé RC = Rendement du capital (base ROCE); RCA = Rentabilité du chiffre d affaires; ROTC = Rotation du capital

20 288 Chapitre 8 Études de cas Neue Zürcher Zeitung (NZZ): rapport trimestriel Akzo Nobel Des résultats robustes pour Akzo Nobel in NZZ du , p. 29 «Au troisième trimestre, le groupe pharmaceutique et chimique a dégagé un résultat net de 239 (contre 242 pour la même période de l exercice précédent) millions d EUR ou de 0,84 (0,85) par titre, dépassant ainsi largement les attentes des analystes. Avec 3,52 (3,54) milliards d EUR, le chiffre d affaires du groupe pour la période sous revue est resté au niveau de l exercice précédent. Ces résultats se distinguent une fois de plus par une forte croissance dans le secteur pharmaceutique: la poursuite des activités a fait grimper les chiffres d affaires de 14%, tandis que le résultat d exploitation augmentait de 10% à 205 millions d EUR.» Fig Akzo Nobel: résultats au troisième trimestre (source: NZZ du , p. 29) Akzo Nobel Résultats au troisième trimestre en milliards d EUR en % Chiffre d affaires 10,44 10,73 3 Résultat d exploitation 1,27 1,24 2 Pharma 0,54 0,62 14 Coatings 0,39 0,36 9 Chemicals 0,35 0,28 21 Résultat net* 0,73 0,71 2 par action (en EUR) 2,54 2,49 2 Rentabilité du chiffre d affaires en % 12,2 11,6 Collaborateurs * sans résultat extraordinaire ni postes spéciaux Notre commentaire La fig indique les chiffres usuels au troisième trimestre (ici en septembre 2001). Même si les résultats retenus sont traités dans un bref commentaire, les informations de ce genre sont ambiguës et incomplètes, et ce, pour les raisons suivantes: absence d indicateurs de segment (chiffre d affaires et rendement du capital), absence d informations sur les investissements et les amortissements, la rotation du capital manque, absence d information sur les capitaux engagés.

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

La comptabilité comme instrument de gestion Solutions

La comptabilité comme instrument de gestion Solutions La comptabilité comme instrument de gestion Solutions Jürg Leimgruber Urs Prochinig La comptabilité comme instrument de gestion Solutions Jürg Leimgruber et Urs Prochinig ont achevé leurs études à l Université

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique*

Cegedim : Un chiffre d affaires 2013 en léger recul en organique* SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2013 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Perspectives: un exercice 2015 exigeant

Perspectives: un exercice 2015 exigeant Communiqué de presse Cicor enregistre une nouvelle croissance et augmente encore son résultat opérationnel au titre de l exercice 2014 Cicor nomme Dr. Jürg Dübendorfer nouveau CEO Zurich, le 11 mars 2015.

Plus en détail

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3

Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE. Éditions d Organisation, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 Ouvrage conçu et coordonné par HERVÉ HUTIN TOUTE LA FINANCE, 1998, 2002, 2005 ISBN : 2-7081-3239-3 SOMMAIRE DÉTAILLÉ INTRODUCTION : L évolution de l environnement a transformé les métiers de la finance

Plus en détail

Modèle comptable harmonisé MCH2-light dans le Canton de Saint-Gall: la voie raisonnable

Modèle comptable harmonisé MCH2-light dans le Canton de Saint-Gall: la voie raisonnable Modèle comptable harmonisé MCH2-light dans le Canton de Saint-Gall: la voie raisonnable Berne, le 3 septembre 2010 Reinhold Harringer Directeur du service des finances de la ville de Saint-Gall Aperçu

Plus en détail

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel Association suisse des Institutions de prévoyance ASIP Association de spécialistes en gestion de la prévoyance en faveur du personnel VVP Guide relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE 1 Le dossier de candidature proposé par l Ecopôle Périgord Aquitaine ne constitue pas un cadre rigide et doit bien entendu être adapté au projet de votre entreprise.

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A L INSTITUT CANADIEN NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS Québec NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS par Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A Wise, Blackman SENCRL Évaluateurs d entreprises/juricomptables Montréal

Plus en détail

La communauté d achat pour les caisses de pension

La communauté d achat pour les caisses de pension La communauté d achat pour les caisses de pension Des risques maîtrisés Avadis est le principal prestataire de services complets pour les caisses de pension suisses. La gestion de fortune parfaitement

Plus en détail

Analyse nancière : quelques ratios

Analyse nancière : quelques ratios Analyse nancière : quelques ratios Eric Vansteenberghe 18 février 2014 Une application aux achats dans le secteur spatial Table des matières 1 Introduction 2 2 La solvabilité de l'entreprise 2 2.1 Ratio

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS

Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 2 février 2005 Réalisations 2004 et perspectives 2005 Passage aux nouvelles normes IFRS Sans attendre la publication de ses comptes 2004 qui seront arrêtés par le Conseil

Plus en détail

Communiqué de presse FY 2014-2015

Communiqué de presse FY 2014-2015 Communiqué de presse du 29 mai 2015 Huizingen, Belgique Confidentiel jusqu au 29 mai 2015 Communiqué de presse FY 2014-2015 (Résultats pour l exercice clôturé le 31 mars 2015) 1,8 de croissance du chiffre

Plus en détail

Bruxelles le 31 août 2010 -

Bruxelles le 31 août 2010 - RENTABILIWEB Progression record du chiffre d affaires et des résultats au 1 er semestre 2010 Croissance organique très dynamique : CA +39% Excellente progression des performances opérationnelles : EBITDA

Plus en détail

Excel VBA. La gestion sous. Techniques quantitatives de gestion. CD-ROM inclus avec exercices corrigés et feuilles de calculs prêtes à l emploi

Excel VBA. La gestion sous. Techniques quantitatives de gestion. CD-ROM inclus avec exercices corrigés et feuilles de calculs prêtes à l emploi C o l l e c t i o n F i n a n c e Chelali Herbadji La gestion sous Excel VBA et CD-ROM inclus avec exercices corrigés et feuilles de calculs prêtes à l emploi Techniques quantitatives de gestion, 2012

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse

Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Universität Zürich Institut für Politikwissenschaft Forschungsbereich Policy-Analyse & Evaluation Evaluation du Réseau Santé Psychique Suisse Sur mandat de l Office fédéral de la santé publique Thomas

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Sèvres, le 28 avril 2015 Progression de la croissance Internet à +4,1%, chiffre d affaires consolidé en légère baisse et renforcement des partenariats avec les grands acteurs du web

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Analyse financière. Christophe Thibierge. 5 e ÉDITION. Synthétique et opérationnel

Analyse financière. Christophe Thibierge. 5 e ÉDITION. Synthétique et opérationnel Christophe Thibierge 5 e ÉDITION Analyse financière Synthétique et opérationnel Un apprentissage progressif Un cas entièrement corrigé Un glossaire, un index Sommaire Introduction..........................................................................................

Plus en détail

controlling en Suisse

controlling en Suisse Schweizerischer Verband der dipl. Experten in Rechnungslegung und Controlling und der Inhaber des eidg. Fachausweises im Finanz- und Rechnungswesen. Seit 1936 Normes relatives au controlling en Suisse

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

PROGRAMME AEC COMPTABILITÉ FINANCIÈRE INFORMATISÉE

PROGRAMME AEC COMPTABILITÉ FINANCIÈRE INFORMATISÉE PROGRAMME AEC COMPTABILITÉ FINANCIÈRE INFORMATISÉE Numéro Liste de compétences - cours Introduction aux mathématiques comptables et financières Utiliser à des fins de gestion des méthodes statistiques

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir La sécurité financière de votre vie future Prévoir Que nous réserve l avenir? C est une question que chacun de nous se pose de temps en temps sans pouvoir y répondre avec beaucoup d assurance. Quoi qu

Plus en détail

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION TABLE DES MATIÈRES Préface... 5 Remerciements... 7 Introduction... 9 Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION D UN INSTRUMENT DE PILOTAGE... 11 Chapitre 1 Un système nommé «entreprise»... 13 1. L approche

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Galenica: 2015 augmentation du bénéfice attendue pour la 20 e fois consécutive

Galenica: 2015 augmentation du bénéfice attendue pour la 20 e fois consécutive COMMUNIQUÉ DE PRESSE Date Contact Investor Relations: Julien Vignot, Responsable des Relations avec les investisseurs, Groupe Galenica Media Relations: Christina Hertig Responsable de la Communication

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

OUTILS DE SOLUTIONS D AFFAIRES

OUTILS DE SOLUTIONS D AFFAIRES OUTILS DE SOLUTIONS D AFFAIRES SUPPORT@EZQ.CA EZQ.CA GUIDE D UTILISATEUR EZQ V4.01 2004-2014 Sg Conseils inc.- Tous droits réservés. TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 2 TRUCS À UTILISER LORS DE

Plus en détail

Pilotage Financier de de l entreprise

Pilotage Financier de de l entreprise 3 ième séance GFN GFN 106 106 Pilotage Financier de de l entreprise Compte de résultat, formation du profit et SIG Enseignant : Yosra BEJAR Maître de Conférences : TELECOM & Management SudParis Chercheur

Plus en détail

Principaux éléments des comptes 2004 IFRS. Comptes annuels 2004 IFRS Relations Investisseurs 1

Principaux éléments des comptes 2004 IFRS. Comptes annuels 2004 IFRS Relations Investisseurs 1 Principaux éléments des comptes 2004 IFRS 1 Avertissement Veolia Environnement est une société cotée au NYSE et à Euronext Paris et le présent document contient des «déclarations prospectives» (forward-looking

Plus en détail

IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros)

IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros) IFRS Etats financiers consolidés abrégés (en milliers d euros) 1. Compte de résultats consolidé par segment au 30.06.2005 2. Bilan consolidé par segment au 30.06.2005 3. Tableau des flux de trésorerie

Plus en détail

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire

Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit. Sommaire Projet de mise en consultation du 9 septembre 2003 Circ.-CFB 0 / Annexe 1: Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Rapport standard analyse des risques/stratégie d audit Les sociétés d audit

Plus en détail

COMPTABILITÉ DE GESTION

COMPTABILITÉ DE GESTION COMPTABILITÉ DE GESTION Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : septembre 1997 Réédité par la Direction

Plus en détail

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy

Résumé abrégé. des applications de. Tribut TAX et TAXEasy Résumé abrégé des applications de Tribut TAX et TAXEasy TRIBUT SA, 3172 Niederwangen Tel 031 980 16 16 / FAX 031 980 16 19 Hotline: 08:00 12:00 031 980 16 17 Homepage: http://www.tribut.ch E-Mail: mailto:tribut@tribut.ch

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier

PRIVATE EQUITY. La solidité et la prospérité du marché suisse. Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier VIRGIN REAL ESTATE INVEST PRIVATE EQUITY La solidité et la prospérité du marché suisse Un rendement stable et durable dans l immobilier locatif et hôtelier L excellence de la place luxembourgeoise. ADEJE

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Comptabilité : mieux lire l information financière

Comptabilité : mieux lire l information financière Comptabilité : mieux lire l information financière par Bernard CHRISTOPHE Maître de Conférences de Gestion à l Université de Paris 2 Expert-Comptable 1. Consolidation des comptes de groupe... A 4 552-2

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Le ROI du marketing digital

Le ROI du marketing digital Online Intelligence Solutions Le ROI du marketing digital et les Web Analytics Par Jacques Warren WHITE PAPER A propos de Jacques warren Jacques Warren évolue en marketing digital depuis 1996, se concentrant

Plus en détail

Cegedim : Le retour à une croissance solide se confirme

Cegedim : Le retour à une croissance solide se confirme SA au capital de 13 336 506,43 euros R. C. S. Nanterre B 350 422 622 www.cegedim.com COMMUNIQUE DE PRESSE Page 1 Information Financière Trimestrielle au 31 décembre 2014 IFRS - Information Réglementée

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

«Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance

«Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance «Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance Présentation détaillée du plan «Action 2016» le mardi 13 décembre 2011 Perspectives financières : o Pertes opérationnelles

Plus en détail

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS Pour diffusion immédiate DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE PREMIER TRIMESTRE ET RENOUVELLE SON OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DANS LE COURS NORMAL DES ACTIVITÉS MONTRÉAL (Québec), le 12 juin 2014

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Rapport financier semestriel au 30 juin 2013 de BSB Rapport financier. Ajustement de l offre commerciale. Extension de l empreinte métier

Rapport financier semestriel au 30 juin 2013 de BSB Rapport financier. Ajustement de l offre commerciale. Extension de l empreinte métier Rapport financier semestriel 2013 Solife EBIT et EBITDA en hausse Nouveaux contrats majeurs Nouveau centre de développement Ajustement de l offre commerciale Extension de l empreinte métier Lancement d

Plus en détail

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise

Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise GESTION DES RETRAITES Le financement des retraites: une problématique clé de la finance d entreprise Ces dernières années, la gestion du risque liée au poids des retraites a pris une place de plus en plus

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

CONFÉRENCE FINANCE ET ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE Toute personne souhaitant (re)découvrir les fondamentaux de la finance d entreprise et comprendre l évolution du modèle de consommation Conférence 1,5 jours

Plus en détail

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z.

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. 1 Mesdames et messieurs, Une gestion de fortune clairvoyante, réaliste et compétente

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont

Au cours des trois dernières décennies, dans un environnement hyper- concurrentiel, les entreprises ont DOSSIER : Gestion d entreprise La gestion des partenariats : les bons principes pour améliorer la gestion d un réseau de distributeurs Dans un grand nombre de secteurs, la distribution indirecte a pris

Plus en détail

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21%

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 mai 2015 Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Leader sur le marché de

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail

Rédaction d un Plan d affaires

Rédaction d un Plan d affaires Rédaction d un Plan d affaires Catherine Raymond 2001 INTRODUCTION Raisons qui ont motivé la rédaction du plan d affaires Personnes ou organismes qui ont collaboré à l élaboration du plan d affaires Sommaire

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

Management financier d une entreprise pétrolière et gazière

Management financier d une entreprise pétrolière et gazière Gestion et Finance Gestion et Finance GIP / MFP GIP / FMC Management financier d une entreprise pétrolière et gazière 10 Jours Approfondir ses connaissances en comptabilité pétrolière et s initier à l

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E

S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E 2 QUAND LA GESTION DE PORTEFEUILLE SE DÉMOCRATISE 3 Le debut des activités, en 2011, de la Société de gestion privée des Fonds FMOQ inc. marque une nouvelle

Plus en détail

CHAPITRE 4 : Le Résultat de la Comptabilité Analytique et le Résultat De la Comptabilité Générale

CHAPITRE 4 : Le Résultat de la Comptabilité Analytique et le Résultat De la Comptabilité Générale et le Résultat De la Comptabilité Générale A. Différence de résultat Le résultat de la comptabilité générale est obtenu par la différence entre les produits (classe 7) et les charges (classe 6). Ce résultat

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

LA GESTION FINANCIÈRE

LA GESTION FINANCIÈRE République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LA GESTION FINANCIÈRE PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition 2013

Plus en détail

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S.

SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. 1 SOCIÉTÉ BIC Siège social : 14, rue Jeanne d Asnières 92 110 Clichy Société Anonyme au capital de 205 952 534.32 EUR 552 008 443 R.C.S. Nanterre Note d information émise par SOCIÉTÉ BIC en vue de la mise

Plus en détail

DOLLARAMA OBTIENT DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE ET ANNONCE UN FRACTIONNEMENT D ACTIONS ORDINAIRES À RAISON DE DEUX POUR UNE

DOLLARAMA OBTIENT DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE ET ANNONCE UN FRACTIONNEMENT D ACTIONS ORDINAIRES À RAISON DE DEUX POUR UNE Pour diffusion immédiate DOLLARAMA OBTIENT DE SOLIDES RÉSULTATS POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE ET ANNONCE UN FRACTIONNEMENT D ACTIONS ORDINAIRES À RAISON DE DEUX POUR UNE MONTRÉAL (Québec), le 11 septembre

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Le diagnostic financier des sociétés et des groupes... 1 I. L analyse du risque de faillite... 2 A. L analyse fonctionnelle... 2 B. L analyse dynamique du risque de faillite

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail