RAPPORT DE LA PREMIÈRE MISSION DE PROSPECTION ( OCTOBRE 2002)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE LA PREMIÈRE MISSION DE PROSPECTION ( 12-19 OCTOBRE 2002)"

Transcription

1 Programme des Nations Unies pour l environnement Plan d Action pour la Méditerranée Centre d Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP) PROJET RÉGIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT D AIRES PROTÉGÉES MARINES ET CÔTIÈRES DANS LA REGION MÉDITERRANÉENNE (PROJET MedMPA) ACTIVITÉ MP3: ELABORATION DU PLAN DE GESTION DE LA PARTIE MARINE DU PARC NATIONAL DE ZEMBRA ET ZEMBRETTA RAPPORT DE LA PREMIÈRE MISSION DE PROSPECTION ( OCTOBRE 2002) Le Projet MedMPA est soutenu financièrement par la Commission européenne

2

3 Programme Des Nations Unies Pour L environnement Plan d Action pour la Méditerranée Centre d Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP) PROJET REGIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT D AIRES PROTÉGÉES MARINES ET CÔTIERES DANS LA RÉGION MÉDITERRANÉENNE (PROJET MEDMPA)) ACTIVITE MP1: ELABORATION DU PLAN DE GESTION DE LA PARTIE MARINE DU PARC NATIONAL DE ZEMBRA ET ZEMBRETTA RAPPORT DE LA PREMIÈRE MISSION DE PROSPECTION Les activités du Projet MedMPA en tunisie sont mises en oeuvre Grâce à la collaboration avec le partenaire suivant: Unidad de Biologia Marine (UBM) Instituto Universitario del Agua y de las Ciencias Ambientales (IUACA) - Universidad de Alicante Campus de Sant Vicent del Raspeig Ap. 99 E Alacant SPAIN Tel: Fax: Le Projet MedMPA est soutenu financièrement par la Commission Européenne

4 Table des matières Pages 1. Avant-propos 1 2. Objectifs de la mission 2 3. Rapport d activité Stations Méthodologie Bionomie benthique et espèces remarquables Caractérisation de Patella ferruginea Comptage des poissons 7 4. Résultats préliminaires Bionomie benthique Substrats durs Biocénose des algues infralittorales Biocénose coralligène Biocénose des grottes semi-obscures Substrats meubles Les herbiers à Posidonia oceanica Biocénose des sables fins bien calibrés Biocénose des sables grossiers et des graviers fins Caractérisation des populations de Patella ferruginea Conque de Vénus (Nord-ouest de Zembra) Pointe du Blancier (Ouest de Zembra) Nord de la baie de la Cathédrale Sud de Zembretta Sud des Carrières (Sud-est de Zembra) Peuplements ichtyques Fonds infralittoraux Fonds circalittoraux Domaine pélagique 20

5 5. Conclusions générales Biocénoses benthiques Espèces remarquables Patelle géante (Patella ferruginea) Ichtyofaune Observations concernant la pêche Bibliographie Annexes 29

6 Rédaction et coordination: Bionomie benthique et espèces remarquables: Karim BEN MUSTAPHA 1, Adel BOUAJINA 2 Saba GUELLOUZ 3 et Pablo SANCHEZ-JEREZ 4. Caractérisation de Patella ferruginea: Atef LIMAM 2. Comptages visuels de poissons: Just T. BAYLE 4, et Carlos VALLE 4. Coordination et rédaction: Chedly RAIS 2 et Alfonso A. RAMOS-ESPLA 4. (1) Institut National des Sciences et Technologies de la Mer, 28 rue 2 mars 1934, 2025 Salammbô (Tunisie). (2) Centre d Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP). Plan d Action pour la Méditerranée. CAR/ASP. Boulevard de l Environnement, B.P. 33/ Tunis Cedex (Tunisie). (3) Agence de Protection et d Aménagement du Littoral (APAL), 2 rue Mohamed Rachid Ridha, 1002 le Bèlvèdère. Tunis (Tunisie). (4) Unidad de Biología Marina, Universidad de Alicante, Alicante (Espagne).

7 AVANT-PROPOS 1 1. AVANT-PROPOS Dans le cadre du project : Regional Project for the Development of Marine and Coastal Protected Areas in the Mediterranean Region (MedMPA) (ref: ME8/AIDCO/ 2001/ 0132/SMAP), entre l Union Européenne (D.G. XII) et le Centre des Activités Régionales des Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP) du Plan d Action des Nations Unies, il est prévu de fournir l assistance scientifique et technique aux autorités compétentes tunisiennes pour l élaboration d un plan de gestion de la partie marine du Parc National de Zembra et Zembretta. Ce projet a été proposé par la Tunisie (par le biais de l ANPE en 2000), et il a été convenu aprés concertation entre les experts du CAR/ASP (responsable de la mise en oeuvre des activités du project MedMPA), les repésentants de l Agence de Protection et d Aménagement du Territoire (APAL), les autorités compétentes tunisiennes, et les experts de l Unité de Biologie Marine (UBM) de l Université d Alicante (Espagne), avec la collaboration de l Institut des Sciences et Technologies de la Mer (INSTM) de Salammbô (Tunisie). Aprés des réunions préliminaires (mars et juin 2002), il a été convenu en concertation avec tous les acteurs concernés par les travaux de prospection marine de mener deux missions de terrain. La première, object de ce rapport, a eu lieu du 13 au 19 octobre. Elle a été organisée pour effectuer des travaux de prospection en petites et moyennes profondeurs (max. 35m). Ont pris part à cette mission marine: Une représentante de l APAL, plongeur scientifique; un expert du CAR/ASP, plongeur scientifique; trois experts de l UBM, plongeurs scientifiques; deux consultants nationaux: un plongeur scientifique (INSTM) et un plongeur photographe (Asociation GEXS); un technicien de plongée (INSTM); un manouvrier; un représentant de la Direction Générale des Forêts.

8 OBJECTIFS DE LA MISSION 2 2. OBJECTIFS DE LA MISSION L action consiste à mener des campagnes de prospection marine ayant pour objectif d aider à l élaboration d un plan de gestion de la partie marine du Parc National de Zembra et Zembretta. Ces campagnes de prospection ont pour objectif d élaborer un plan de zonage à partir des résultats émanant de l étude des principaux biotopes, biocénoses et espèces présentes dans la partie marine du Parc et ses environs. Une attention particulière doit être accordée aux espèces et habitats d importance méditerranéenne, particulièrement celles figurant dans les annexes du Protocole ASP. Cette première mission sur terrain a pour object d identifier et de localiser les biocénoses des fonds marins de l archipel de Zembra-Zembretta, ainsi que les espèces marines d intérêt à la conservation (rares, menacées, vulnérables ou espèces-clés) à petits et moyens fonds (entre 0 et 30m de profondeur). Le principal but est de prospecter des zones qui n ont pas été traitées par l étude entreprise par le CAR/ASP en 1986 (CAR/SPA, 1986) et de compléter l information relative: Aux habitats marins remarquables de l aire marine protégée de Zembra- Zembretta. Aux communautés et espèces végétales, d invertebrés et de poissons les plus vulnérables et représentatives.

9 RAPPORT D ACTIVITE 3 3. RAPPORT D ACTIVITE La première mission s est déroulée entre le 12 et le 19 octobre L organisation et la coordination des activités pendant la mission a été assurée conjointement par les représentants du CAR/ASP et de l APAL. Le transport de Sidi Daoued à Zembra a été assuré par une embarcation de pêche côtière en location, l hébergement dans les locaux de la Marine Nationale se trouvant sur l île et Photo 1 l intendance par un marin pêcheur engagé par le CAR/ASP. Outre le briefing général qui s est tenu le 14 octobre au siège de MedMPA pour expliciter les objectifs de la mission, le rôle du personnel impliqué et ses responsabilités ainsi que les tâches attendues, une réunion a eu lieu à Zembra même pour définir les zones de plongées auxquelles trois jours y ont été consacrés. Au cours de la période d investigations, la température de l eau a oscillée entre 19-20ºC (28-35m) et 21ºC (< 25m); la visibilité dans l eau a été très élevée (supérieure à 20m); les courants ont été faibles, à l exception de la partie SE de Zembra. De même, les conditions météorologiques ont été favorables avec une mer calme, sauf les deux premiers jours de la campagne. 3.1 Stations Les zones antérieures correspondent aux secteurs où l information était incertaine voir même inexistante (une partie des côtes N/NW, NE et SE de Zembra, ainsi que Zembretta). C est ainsi qu en tenant compte du nombre de plongeurs et de la durée de la mission, six sites ont été retenus: 5 à Zembra et 1 à Zembretta. Les sites prospectés pendant cette mission ont été choisis par l équipe de travail en fonction des besoins en information et des conditions météorologiques. Les stations (Nº = 12) ont été réparties entre les secteurs de Zembra et Zembretta comme suit (figure 1, tableau 1):

10 RAPPORT D ACTIVITE Légende Aire territoriale Isobathe(m) Echantillonnage Bionomie Patella ferruginea Comptage de poissons Figure 1 : Carte des sites prospectés

11 RAPPORT D ACTIVITE 5 Zembra Secteur Nord-Ouest: la Conque de Venus Secteur Est: Pointe du Balancier et Nord de la baie de la Cathédrale Secteur Nord-Est: Sud de Hjar-el-Maiel Secteur Sud-Est: Sud des Carrières Zembretta St Date Secteur Lat. 37ºN Long. 10ºE Prof. (m) Substrat Activités /10/02 NW Zembra r, b,p A,.B, E, Pf, V r, b, p B, E, Ph r M, Pf p,5s,80r CVP 2-1 W Zembra b, r, p, s A,.B, E, Pf, V b, r, p, s B, E, Ph r P % r CVP /10/02 W Zembra r, b, p. A,.B, E, Pf, V r, b, p B, E, Ph r M, Pf r,10p CVP 4-1 E Zembretta p, s, r, b A,.B, E, Pf, V p. s, r, b B, E, Ph r M, Pf % p CVP, Pp /10/02 NE Zembra s, b, p A,.B, E, Pf, V b,s,p B, E, Ph r,10p CVP 6-1 SE Zembra s.p,b A,.B, E, Pf, V s, p, b B, E, Ph r M, Pf p, s CVP, Pp Tableau 1. Stations dans la campagne Zembra 03. Substrat: (b) blocs; (p) Posidonia; (r) roche; (s) sable. Activités: (A) densité Astroides calycularis; (B) bionomie benthique; (CVP) comptages visuels des poissons; (E) espèces; (M) médiolittoral; (Pd) densité des faisceaux de Posidonia; (Pf) comptages de Patella ferruginea; (Ph) photographie sousmarine; (Pp) prises de Posidonia oceanica; (V) vidéo

12 RAPPORT D ACTIVITE Méthodologie L ensemble des participants à la campagne ont été divisés en quatre équipes, selon le degré de plongée: plongée en profondeur (fin à 50m), en surface (fin à 25m) et littorale (près de la côte): Equipe 1: 2 plongeurs avec SCUBA pour le comptage de poissons entre 5 et 20m Equipe 2: 2 plongeurs avec SCUBA dont un muni d une caméra vidéo pour la bionomie benthique (0-35m) Equipe 3: 2 plongeurs avec SCUBA dont un muni d une caméra de photographie pour la bionomie benthique Equipe 4: 1 plongeur en apnée pour les populations de Patella ferruginea. Au total, l équipe chargée des communautés benthiques a effectué 6 radiales perpendiculaires à la côte, leur travail consistait à réaliser un relevé filmé (vidéo) du transect (Photo2), à lister les espèces les plus caractéristiques et abondantes, et à quantifier les peuplements les plus significatifs. Photo Bionomie benthique et espèces remarquables Pour la caractérisation et la distribution des communautés benthiques, ainsi que l observation et le comptage des espèces d intérêt, la méthode qui a été adoptée est celle des trajets perpendiculaires à la côte, entre 0 et 35m de profondeur. Les trajets perpendiculaires à la côte ont été appliqués majoritairement par les équipes 2 et 3 chargées de la distribution des communautés. La mise en eau se fait dans la plupart des cas entre 25 et 35 m de profondeur. A cet effet, les deux équipes sont munies d un écho-sondeur portable, d un GPS pour localiser les points d observation (référentiel WGS84), et d un ordinateur de plongée (Aladin-Pro) pour les profondeurs in situ.

13 RAPPORT D ACTIVITE 7 La méthode consiste à parcourir le secteur de la zone la plus profonde vers le littoral, les plongées se terminant dans la majorité des cas sur la côte. Au cours de ce trajet, les plongeurs identifient visuellement les espèces dominantes et remarquables des différents habitats, décrivent la topographie et le paysage sous-marin et relèvent tout type d information susceptible d apporter des éléments pertinents (Photo3). En parallèle, chaque équipe comprend un photographe (avec une caméra Nikonos VI) ou un caméraman sous-marin (avec Sony 700x digital Handycam dans boîte étanche). Des clichés et une video sont ainsi réalisés à chaque plongée et concernent aussi bien les espèces remarquables ou demandant un complément d identification que les paysages sous-marins. Photo 3 Ponctuellement, des comptages (Nº d individus observés par unité de surface) sont réalisés pour des espèces remarquables citées dans les annexes II et III du Protocole relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée de la Convention de Barcelone (1995): Posidonia oceanica (nombre de faiceaux par unité de surface), Astroides calycularis (nombre d individus par unité de surface), Centrostephanus longispinus, Ophidiaster ophidianus, Pinna nobilis, P. rudis, grand crustacés (Palinurus spp., Scyllarides latus), Paracentrotus lividus, grands serranidés (Epinephelus marginatus, E. costae), Sciaena umbra, etc. Pour la caractérisation des communautés on s est référé à Péres et Picard (1964) et UNEP-MAP (1998). Pour les espèces et les habitats d intérêt à la conservation, on a consulté les annexes II (liste des espèces en danger ou ménacées) et III (liste des espèces dont l exploitation est réglementée) du Protocol relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée de la Convention de Barcelone (1995); les suggestions pour considérer d autres ésoèces et peuplements comme prioritaires dans la mise en oeuvre du Plan d Action pour la Conservation de la Végétation Marine en Mer Méditerranée (CAR/ASP, 2000); et le Livre rouge des végétaux, peuplements et paysages marins menacés de Méditerranée (UNEP/IUCN/GIS Posidonie, 1990).

14 RAPPORT D ACTIVITE Caractérisation de Patella ferruginea Cette espèce, qui vit sur la roche médiolittorale, est une des plus vulnérables et rares en Méditerranée. La caractérisation des populations et des peuplements associés a consisté à: Signaler la présence ou absence de la Patelle géante et voir sa densité sur des tronçons de côtes rocheuses relativement homogènes (quadrats de 40 x 40 cm) (Photo4). Mesurer le plus grand diamètre de chaque individu à l aide d un pied à coulisse (Photo5). Dénombrer, parallèlement au comptage de P. ferruginea, les individus des autres Patella (P. rustica, P. ulyssiponensis) se trouvant dans le même quadrat. Estimer la proportion de cette espèce par rapport à d autres présentes sur le même site notamment Dendropoma petraeum et Chthamalus stellatus. Photo 4 Photo 5 Il importe de signaler qu une échelle semi-quantitative de présence a été établie pour les espèces Ch. Stellatus et D. Petraeum, basée sur de simples observations visuelles au niveau de 5 stations dans les secteurs NW, E et NE de Zembra et E de Zembretta (tableau 1). Cette échelle varie de 1 à 10 en passant respectivement du degré 1 de pésence minime au degré 10 de présence très remarquable Comptage des poissons Le comptage des poissons est un excellent bioindicateur pour valoriser l effet-reserve (Bayle et Ramos, 1993) selon une méthodologie standarisée (Harmelin-Vivien et al., 1985). La mise à l eau se fait à une profondeur donnée entre 4 et 20m, identifiée à partir de l embarcation par un sondeur portable, et localisée par GPS. Photo 6

15 RAPPORT D ACTIVITE 9 La méthode consiste à parcourir une distance de 100m suivant des trajets parallèles à la côte en notant les espèces de poissons rencontrés, le nombre d individus de chaque espèce, leur taille approximative et le type de fond (Photo6). Cette technique sert à estimer les peuplements et la dynamique des poissons autour des îles de Zembra et Zembretta à partir de 6 stations situées dans les secteurs NW, E, NE et SE de Zembra et E de Zembretta (tableau 1).

16 RESULTATS PRELIMINAIRES RESULTATS PRELIMINAIRES Les listes des espèces observées (macrophytes, invertebrés et poissons), les radiales bionomiques, et les donnés sur Patella ferruginea sont dans les annexes I-IV et les documents photographiques sont dans l annexe V. 4.1 Bionomie benthique Les zones les plus profondes autour de Zembra et Zembretta n ont pas été prospectées dans cette campagne, les profondeurs maximales des plongée ont varié entre -24 et -35m. Les principales informations relatives aux travaux de prospection, de délimitation et de quantification des communautés observées sont présentées dans le tableau 2. Les biocénoses et les associations/facies prospectés pendant cette mission autour de Zembra et à l Est de Zembretta, et en fonction des substrats (fonds durs ou meubles) se présentent généralement comme suit: Substrats durs Ce sont des fonds rocheux sous forme d éboulis ou de tombants qui vont de la surface jusqu au début de l herbier à Posidonia (entre -7 et -20m). Ils sont peuplés de différentes associations selon la profondeur et l exposition à la lumière et à l hydrodynamisme. On y a observé les associations suivantes:

17 RESULTATS PRELIMINAIRES 11 T P (m) Substrats & Communautés Spp. (voir annex II) Observations (1) 28-23m: HPs (2) 23-9m: Bg,m (AP, AS, HPr) + S (3) 0-9m: Rv (AP, AS, HPr) (3) C. elongata, F. petiolata, P. pavonica, Ch. lobata, E. singularis, A. calycularis, H. communis, Sp. officinalis, Balanophyllia sp., d/p.o. (26m): 86, 82, 96; d/a.c. : P. nobilis, P. rudis, E. marginatus Ancre (22m), palangre (1) m: B (AH, AS) +G+S+HPs : (2) 26-18m: B (C,GSO) + HPr: (3) 18-10m: Bg (AP, AH, AS) (4) 10-2m: Bm-g (AP, AS, C, GSO) + HPr (5) 0-2m: Galets nus (1) m: B (AH, AS) + Rv + S + HPr,s (2) 23-12m: HPs,r + Bg (AP, AH, AS, GSO) + R (3) 12-4m: Bg (AP, AH, AS) + G + HPr (1) 30-27: S + B (AH) (2) 27-18m: HPs,r + (3) 18-7m: B + HPr + S (4) 0-7m: Rv (AF, AS, C) (1) > 34.5m: G (DC) (2) m: HPs + B (AH) (3) 24-7m: B (AP, AH, AS) + HPr (4) 7-3m: B (AP, AS) + HPr (1) > 34.5: G (DC) (2) 33-19m: HPs (3) 19-17: S + Cn (4) 17-14m: S + HPs (5) 14-10m: HPs + Cn (6) 0-10m: B (AF, AS)+HPr (1) D. polypodioides, F. petiolata, E. singularis; (2) P. axinellae, M. truncata; (3) P. pavonica, D. dichotoma, D. fasciola, D. polypodioides, C. bursa, A. calycularis, P. lividus; (4) D. fasciola, H. scoparia, C. elongata, A. calycularis, E. singularis, Ircinia sp., A. damicornis, Agelas sp., P. axinellae, (1) D. polypodioides, C. bursa, F. petiolata, H. tuna; (2) F. petiolata, Z. flava, P. pavonica, D. fasciola, A. calycularis, P. axinellae; (3) P. rosa-marina, Z. flava, S. dubyi, A. calycularis, Balanophyllia sp. C. coespitosa, H. communis, P. lividus, M. truncata, (1) C. racemosa, E. singularis; (3,4) C. racemosa, B. asparagoides, F. petiolata, Z. flava, A. calycularis, E. singularis, A. damicornis, C. coespitosa, M. truncata (2) E. singularis; (3) P. pavonica, H. scoparia, C. bursa, D. polypodioides, F. petiolata, H.. filicina, H. tuna, Peyssonnelia spp., A. calycularis, Balanophyllia sp.; (4) Cystoseira spp. H. filicina, H. scoparia, B. asparagoides, A. calycularis, C. mollior, M. truncata, S. granularis. (5) C. racemosa; (6) C. racemosa, H. tuna, F. petiolata, Peyssonnelia spp., Z. flava, A. calycularis, C. mollior, P. dura, S. granularis, E. singularis. (22m) A. calycularis, S. latus d/p.o. (21m): 86, 90, 98 d/a.c. (10m): 230, 260, 300; d/dyct. 24, 30, 40 d/f. p.: 80, 65, 72 C. longispinus, P. nobilis, P. rudis, E. marginatus, E. costae, S. sphyraena Palangre (20, 16m), trémail (7m) d/ P.o. (27m): 29, 35, 25 d/ A.c. (8-18m): 250, 320, 226; d/ E.s.: 6 col. moyen A. calycularis, P. rudis, P. nobilis, E. marginatus d/p.o. (27m): 33, 48, 42; d/f.p. (8m): 27, 56, 64; d/m.t. (8m): 20, 14, 18; A. calycularis, E. marginatus palangre (à 12-14m) P.o. sur mattes hautes cm. d/p.o. (29m): 24, 22, 26; (20m): 70, 49, 59; (13m): 99, 115, 110 A. calycularis TABLEAU 2. Les radiales prospectées et leurs principales caractéristiques bionomiques. Substrat: (B) blocs rocheux (g: gros; m: moyens); (G) gravier; (R) Roche (v: vertical). Communautés: (AH) algues hemiphotophiles; (AP) Algues photophiles; (AS) Algues sciaphiles; (C) coralligène; (Cn) Cymodocea nodosa; (DC) détritique côtier; (GSO) grottes semi-obscures; (HP) herbier de Posidonie (r: sur roche; s: sur sable). Densité (d/): (A.c.) Astroides calycularis (colonies/(30x30cm); (Dyct.) Dyctiotales (thales/30x30cm); (E.s.) Eunicella singularis (colonies/40x40cm); (F.p.) Flabellia petiolata (thales/30x30cm); (M.t.) Myriapora truncata (colonies/40x40cm); (P.o.) Posidonia oceanica (faisceaux/40x40cm)

18 RESULTATS PRELIMINAIRES Biocènose des algues infralittorales Les peuplements d algues infralittorales dans l archipel de Zembra sont riches et variés, représentés suivant un étagement lié à la pénétration de la lumière par des algues photophiles, sciaphiles et hemiphotophiles. Ces différents peuplements se trouvent entre 0 et -31m sur les éboulis et la roche infralittorale. Association des algues photophiles (Photos 7, 8) : Avec la prédominance des phaeophytes: Padina pavonica, Halopteris scoparia, Dictyota fasciola, D. dichotoma et Cystoseira spp., et les rhodophytes Corallina elongata, Amphiroa rigida et Bonnemaisonia aspargoides. Ces espèces se localisent sur les surfaces horizontales et subhorizontales entre 0 et 16m; et sur les verticales exposition Sud, près de la surface (entre 0 et 10m). Dans cette association, il faut noter la présence des madreporaires Cladocora coespitosa et Balanophyllia europaea (photos 9, 10). Photo 8 Photo 7 Photo 9 Cladocora coespitosa (un des rares coraux hermatypiques de la Méditerranée) Photo 10 Balanophyllia europaea commun à Zembra et très sensible à la pollution

19 RESULTATS PRELIMINAIRES 13 Photo 13 Association des algues hemiphotophiles (Photos 11, 12): Avec les phaeophytes Dictyopteris polypodioides, Halopteris filicina et Zonaria flava, et la chlorophyte Codium bursa. Ces espèces colonisent les surfaces verticales des éboulis et les surfaces horizontales à partir de -15m jusqu à -31m. La gorgone Eunicella singularis (Photo 13) est abondante dans l association à partir de -18m avec la densité maximale de 30 colonies/m 2 observée au transect nº 6. Photo 12 Photo 11 Association des algues sciaphiles (Photos 11, 14, 15) : Avec les chlorophytes Flabellia petiolata et Halimeda tuna, et les rhodophytes Peyssonnelia spp., qui colonisent les surfaces ombragées des éboulis et les parois verticales et tombants de la roche entre 0 et -31m. La densité de F. petiolata semble élevée avec 755 thalles/m 2. La nacre de roche Pinna rudis (Photo 16) a été observée dans cette association. Photo 15 Photo 14 Différentes associations d algues sciaphiles Photo 16 La nacre de roche Pinna rudis, protégée par la convention de Barcelone (1995) dans l annexe II, comme espèce en danger ou menacée. Photo 17 Photo 18

20 RESULTATS PRELIMINAIRES 14 Facies à Astroides calycularis (Photos 17, 18) Ce facies est très développé dans la zone, dû à l intense hydrodynamisme autour de Zembra et Zembretta, avec des densités de 2935 colonies/m 2. Elle favorive des surfaces verticales et subverticales entre 0 et -21m. Photo 19 Dans la faune vagile invertebré, il faut noter la rareté des oursins noir (Arbacia lixula) et commun (Paracentrotus lividus), contrairement à l oursin violet Sphaerechinus granularis (Photo 19). Les étoiles de mer rouge Echinaster sepositus (Photo 20) et pourpre Ophidiaster ophidianus (Photo 21) sont abondantes. Photo 20 Photo 21 Echinaster sepositus est une espèce commune à Zembra dans l infralittoral et le circalittoral supérieur. Ophidiaster ophidianus est protégée par la Convention de Barcelone comme une espèce menacée ou en danger Photo Biocénose coralligène Photo 22 La biocénose coralligène se trouve dans les profondeurs étudiées (0-35m) sur les tombants et surplombs, et les surfaces plus ombragées des éboulis. Les espèces qui dominent sont les animaux filtreurs sessiles, comme les éponges (Photos 22, 23) (Agelas, Aplysilla, Clathrina Chondrosia, Dysidea, Hemimycale, Ircinia, Oscarella, Petrosia) et les bryozoaires (surtout Myriapora truncata), alors que les ascidies ne semblent pas trop Photo 23 Association des algues Valonia utricularis (vert), Halopteris filicina (marron) et des éponges Anchinoe tenacior (bleu) et Spirastrella cunctatrix (rouge). Photo 24

21 RESULTATS PRELIMINAIRES 15 nombreuses (Aplidium, Pseudodistoma). A (-35m) de profondeur, la gorgone jaune Eunicella cavolini et l éponge Axinella cannabina ont été observées. Parmis les algues, les rhodophytes Lithophyllum expansum, Peyssonnelia rosa-marina (Photo 24) et Osmundaria volubilis dominent. Les bryozoaires, même s ils n ont pas particulièrement retenu notre attention, colonisent l espace disponible au point de couvrir les parois verticales des surplombs rocheux. L espèce Myriapora truncata a présenté une densité de 162 colonies/m 2. Photo 25 Dans la faune vagile invertebré, il faut signaler l oursin diadème Centrostephanus longispinus (Photo 25) et les étoiles de mer Echinaster sepositus (Photo 20) et Ophidiaster ophidianus (Photo 21). Il faut noter la rareté des grands crustacés, comme la grande cigale (Scyllarides latus) Biocénose des grottes semi-obscures Cette biocénose (Photos 26, 27, 28) se trouve dans les surplombs et les fentes rocheuses, et sous les éboulis entre 0 et -31m. Les espèces dominantes sont animales sessiles, surtout les éponges (Axinella damicornis, Aplysilla sulfurea, Chondrosia reniformis, Clathrina clathrus, Dysidea spp., Ircinia spp., Oscarella lobularis, Petrosia dura, Spirastrella) et les anthozoaires (Parazoanthus axinellae, Leptopsammia pruvoti, Caryophyllia spp., Cladopsammia ronaldii). Photo 27 Photo 26 Photo 28

22 RESULTATS PRELIMINAIRES Substrats meubles Les fonds meubles autour de Zembra et Zembretta commencent entre -14m et -21m (sauf des secteurs en surface avec caillous, galets et sable). Les biocénoses les plus caractéristiques de ce facies (entre 0 et 35m) sont les herbiers de Posidonia oceanica et Cymodocea nodosa Les herbiers à Posidonia oceanica Posidonia oceanica a été observée dans tous les transects, aussi bien Photo 29 f/m 2 à la limite inferieure (-34m). sur le sable que sur la roche (Photos 29, 30). Dans le sable, elle forme des herbiers très denses, entre -21 et -34m (limite inférieure franche, Photo 31). Mais elle colonise aussi les substrats durs (éboulis, roche) en forme de tâches dont la limite supérieure est entre -7 et - 18m. Les densités des faisceaux sont élevées, entre 700 f/m 2 (à -15m) et 150 Photo 30 Photo 31 Photo 32 Le polychète spirographe Sabella spallanzani dans l herbier à Posidonia (Photo 32) Photo 33 Il faut noter la présence de quelques exemplaires de Pinna nobilis (Photos 33, 34) (1 ou 2 individues par transect) de taille moyenne et petite (max. 60 cm de longueur). Photo 34 La nacre Pinna nobilis colonisée par des algues; des éponges rouges et jaunes, des bryozoaires (tâches orangé pâle) et le bivalve Arca noae

23 RESULTATS PRELIMINAIRES Biocénose des sables fins bien calibrés Dans cette biocénose, on trouve essentiellement l association de Cymodocea nodosa en forme de tâches entre -14 et -18.5m (Photos 35, 36) dans le secteur SE de Zembra où le poisson rason (Xyrichtys novacula) paraît fréquent. Par ailleurs, l algue verte Caulerpa racemosa a été observée sur une petite tâche de Cymodocea à -14m, ainsi que des tâches brunâtres de cyanobactéries sur la sable à 18-19m (Photo 37). Photo 36 Photo 37 Photo 35 Photo 38 Le gastéropode Phalium undulatum dans le substrat sablonneux avec Cymodocea d Biocènose des sables grossiers et des graviers fins Cette biocènose est constituée principalement d élements organogènes (test calcaires brisés et plus ou moins émoussés d organismes) sous la forme de sables grossiers et de fins graviers non vaseux et soumise à l influence des courants de fond. Elle est présente à partir de -21m dans l herbier à Posidonia oceanica ou bien sous forme de tâches sans végetation érecte. Caulerpa racemosa est également présente sur ce substrat à Zembretta (-32m). A partir de -35m, elle est remplacée par la biocènose du détritique côtier avec la rhodophyte calcaire Lithothamnion corallioides et les gorgones jaunes Eunicella cavolini (Photo 39). Photo 39

24 RESULTATS PRELIMINAIRES Caractérisation des populations de Patella ferruginea Il apparaît, à partir des résultats des cinq sites prospectés lors de cette première mission, qu une population importante de Patella ferruginea (Photo 40) s est maintenue autour des îles de Zembra et de Zembretta. La localisation altitudinale des individus est relativement étroite, ils se situent dans l horizon moyen du médiolittoral. Leur présence est couplée à celle de P. rustica et P. Ulyssiponensis (Photo 41). Elle est marquée aussi pour la plupart des sites prospectés par la présence de Chtamalus stellatus (Photo 42), plus ou moins abondante, et de Dendropoma petraeum (Photo 43). Les tableaux récapitulatifs des stations sont présentés dans l annexe II. Les résultats des différents sites prospectées se résument comme suit: Photo 41 Photo 43 Photo 40 Photo Conque de Venus (Nord-Ouest de Zembra) Au total, 41 individus de P. ferruginea et 79 individus de P. rustica ont été respectivement dénombrés. Le plus grand diamètre des individus de P. ferruginea a varié, dans ce site, entre 2.02 cm et 5.55 cm. Outre la présence remarquable de P. rustica où le rapport P. f / P. r (P. ferruginea / P. rustica) était de 1/1.9, l espèce Chtamalus stellatus présentait des niveaux d abandonce variant d un quadrat à l autre (voir tab.1 de l annexe III) avec parfois des portions des côtes rocheuses où un degré de présence important, de 8, a été attribué à Chtamalus. Quelques quadrats ont marqué la présence, parfois remarquable, de Dendropoma petraeum, espèce figurant sur la liste des espèces en danger ou menacées de l annexe II du Protocole ASP.

CAR/ASP. J. G. Harmelin. J. G. Harmelin. J. G. Harmelin G. Pergent

CAR/ASP. J. G. Harmelin. J. G. Harmelin. J. G. Harmelin G. Pergent Liste de Référence des Types d Habitats Marins pour la sélection des sites à inclure dans les inventaires nationaux de sites naturels d intérêt pour la conservation CAR/ASP G. Pergent Juillet 2006 Avant-propos

Plus en détail

Thème 3. LA GESTION DES RECIFS ARTIFICIELS : CAS DU PARC MARIN DE LA COTE BLEUE

Thème 3. LA GESTION DES RECIFS ARTIFICIELS : CAS DU PARC MARIN DE LA COTE BLEUE Séminaire récifs artificiels en Languedoc : bilan et perspectives. 20 novembre 2008 Sète Thème 3. LA GESTION DES RECIFS ARTIFICIELS : CAS DU PARC MARIN DE LA COTE BLEUE Frédéric BACHET & Eric CHARBONNEL,

Plus en détail

Contrôle de la reproduction de Balbuzard pêcheur du Parc National d Al Hoceima, Maroc

Contrôle de la reproduction de Balbuzard pêcheur du Parc National d Al Hoceima, Maroc NOTE NATURALISTE Avril 2013 Contrôle de la reproduction de Balbuzard pêcheur du Parc National d Al Hoceima, Maroc Flavio Monti (Université de Ferrara et CEFE-CNRS de Montpellier) ; Mathieu Thévenet (expert

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l environnement

Programme des Nations Unies pour l environnement EP Programme des Nations Unies pour l environnement UNEP(DEPI)/MED WG.382/Inf 2 26 Juin 2013 FRANCAIS ORIGINAL: ANGLAIS / FRANCAIS PLAN D'ACTION POUR LA MEDITERRANEE Onzième Réunion des Points Focaux pour

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Ce projet est conçu et réalisé par la Métropole Nice Côte d Azur Exposition photos gratuite

Ce projet est conçu et réalisé par la Métropole Nice Côte d Azur Exposition photos gratuite Ce projet est conçu et réalisé par la Métropole Nice Côte d Azur Exposition photos gratuite UNE EXPOSITION PHOTOS LA BIODIVERSITÉ LA MÉTROPOLE NICE CÔTE D AZUR S EXPOSE EN PHOTOS! A travers des photos

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION STRATEGIQUE POUR LA CONSERVATION DE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE (PAS BIO) EN REGION MEDITERRANEENNE

PROGRAMME D ACTION STRATEGIQUE POUR LA CONSERVATION DE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE (PAS BIO) EN REGION MEDITERRANEENNE Programme des Nations Unies pour l Environnement Plan d Action Pour la Méditerranée Centre d Activités Régionales Pour les Aires Spécialement Protégées PROGRAMME D ACTION STRATEGIQUE POUR LA CONSERVATION

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l environnement

Programme des Nations Unies pour l environnement EP Programme des Nations Unies pour l environnement UNEP(DEC)/MED WG.268/3 11 mai 2005 FRANCAIS PLAN D ACTION POUR LA MEDITERRANEE Septième Réunion des Points Focaux Nationaux pour les ASP Séville, 31

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

Référentiels pour la gestion des sites Natura 2000 Tome 2 : Les habitats et les espèces Natura 2000 en mer.

Référentiels pour la gestion des sites Natura 2000 Tome 2 : Les habitats et les espèces Natura 2000 en mer. Annexe 64 Référentiels pour la gestion des sites Natura 2000 Tome 2 : Les habitats et les espèces Natura 2000 en mer. Tome 2 Les habitats et les espèces Natura 2000 en mer Référentiel pour la gestion des

Plus en détail

Conférence sur le milieu marin pour les nouveaux arrivants

Conférence sur le milieu marin pour les nouveaux arrivants Communiqué de presse A Iloni, le 03/09/2015 Conférence sur le milieu marin pour les nouveaux arrivants 1 soirée, 2 thèmes : la charte d approche des mammifères marins et le réseau d observateurs C est

Plus en détail

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge!

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge! Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains Pas si sûr! Avec IndexMed Relevons ce challenge! Origine du consortium L état des lieux (source : séminaire Allenvie, séminaire Indexmed1)

Plus en détail

DONIA, une marque de la société Andromède Océanologie, 7 place Cassan, 34 280 CARNON donia@andromede-ocean.com web : donia.fr

DONIA, une marque de la société Andromède Océanologie, 7 place Cassan, 34 280 CARNON donia@andromede-ocean.com web : donia.fr SOMMAIRE 1. TELECHARGEMENT ET INSTALLATION DE L APPLICATION... 3 2. OUVERTURE DU COMPTE... 3 3. FERMETURE DE COMPTE... 3 4. CONFIDENTIALITE... 3 5. FONCTIONNALITES... 4 5.1. MENU... 4 5.2. MON PROFIL...

Plus en détail

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland

Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland Expertise sur la présence de chauves-souris Prolongement du boul. Portland 171, rue Léger ~ Sherbrooke (Québec) CANADA J1L 1M2 Tél. : 819 340-6124 ~ Fax : 819 562-7888 ~ www.genivar.com Référence à

Plus en détail

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge!

Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains. Pas si sûr! Avec IndexMed. Relevons ce challenge! Indexmed : Le big data en écologie? Pas encore disent certains Pas si sûr! Avec IndexMed Relevons ce challenge! Origine du consortium L état des lieux (source : séminaire Allenvie, séminaire Indexmed1)

Plus en détail

ÉTUDE QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES SALISSURES BIOLOGIQUES DE PLAQUES EXPÉRIMENTALES IMMERGÉES EN PLEINE EAU

ÉTUDE QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES SALISSURES BIOLOGIQUES DE PLAQUES EXPÉRIMENTALES IMMERGÉES EN PLEINE EAU TETHYS 1 (3), 1969 pp 709 714 ( ~~1ol ÉTUDE QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES SALISSURES BIOLOGIQUES DE PLAQUES EXPÉRIMENTALES IMMERGÉES EN PLEINE EAU I. - Conditions de l'expérience par Denise BELLAN.SANTINI,

Plus en détail

Trente-huitième session de la Commission. FAO HQ, Rome, Italie, 19-24 mai 2014

Trente-huitième session de la Commission. FAO HQ, Rome, Italie, 19-24 mai 2014 F GENERAL FISHERIES COMMISSION FOR THE MEDITERRANEAN COMMISSION GÉNÉRALE DES PÊCHES POUR LA MÉDITERRANÉE Trente-huitième session de la Commission FAO HQ, Rome, Italie, 19-24 mai 2014 Proposition de plan

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

Inventaire permanent de la flore de Lorraine

Inventaire permanent de la flore de Lorraine En collaboration avec : Faculté des sciences et technologies Campus des Aiguillettes BP 70239 54 506 Vandœuvre-lès-Nancy Tél : 03 83 68 41 77 Mail : contact@polelorrain-cbnne.fr 100 rue du jardin botanique

Plus en détail

Réglementation. Organisation de la plongée

Réglementation. Organisation de la plongée Réglementation Organisation de la plongée Préparation du Niveau 3 Dominique STEINMETZ Janvier 2014 Des prérogatives, des droits, des obligations En tant que niveau 3 vous aurez de nouvelles prérogatives

Plus en détail

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte

3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte 3.3. Seuils d alarme : 3.3.1 Eboulement de Meidji (commune de Saint-Nicolas, Valais) : surveillance géodesique et détermination des seuils d'alerte Eric POINTER (bureau géologique Rovina) La commune de

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR. Une base de données bibliographiques unique sur

GUIDE UTILISATEUR. Une base de données bibliographiques unique sur GUIDE UTILISATEUR Une base de données bibliographiques unique sur la Manche pour les scientifiques et gestionnaires du milieu marin. 1 2 ChanneLIS, une base de données bibliographiques scientifique unique

Plus en détail

EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire. 15 Novembre 2012. Instance de Suivi et de Concertation

EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire. 15 Novembre 2012. Instance de Suivi et de Concertation EOLIEN EN MER : Projet de Saint Nazaire 15 Novembre 2012 Instance de Suivi et de Concertation AGENDA A/ Les acteurs du consortium A/ Les acteurs du consortium B/ Le projet C/ Les études environnementales

Plus en détail

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau

Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau Les besoins d états de référence de l environnement littoral demandés par la Directive Cadre sur l Eau La Directive cadre européenne Eau Méthode de qualification Les besoins de références Organisation

Plus en détail

TUTORIEL D UTILISATION DE L APPLICATION STOT-NC

TUTORIEL D UTILISATION DE L APPLICATION STOT-NC Sommaire Présentation générale... 2 Accessibilité... 3 TUTORIEL D UTILISATION DE L APPLICATION STOT-NC Accès «interface cartographique»... 3 Connexion... 3 Fonctionnalités disponibles... 3 Accès «Saisie

Plus en détail

L ombre commun dans le canton de Vaud

L ombre commun dans le canton de Vaud Centre de conservation de la faune et de la nature Inspection de la pêche Chemin du Marquisat 1 1025 St-Sulpice Service des forêts, de la faune et de la nature www.dse.vd. vd.ch T 021 557 86 30 F 021 557

Plus en détail

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale A. El Ghorfi *, M. Boulanouar *, M. Cheggour*, N. Zahid ** * Département de biologie, ENS Marrakech ** Département d informatique,

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

LA FONDATION: MISSION ET VISION

LA FONDATION: MISSION ET VISION Premier symposium régional sur la pêche artisanale en Méditerranée et en mer Noire Gestion durable de la pêche artisanale: Actions menées par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l'environnement

Plus en détail

SVP ISO - Sécurité & Protection

SVP ISO - Sécurité & Protection SVP ISO - Sécurité & Protection ETUDE PRESTATION-FOURNITURE / INDUSTRIE & SECURITE Site web: www.svp-securite.fr - E-mail: svptouati@caramail.com 04, rue LARBI TEBESSI. 31200. Arzew - Oran - Tel / Fax:

Plus en détail

# 1. PERSONNES ASSURÉES 1.1 PERSONNES VISÉES PAR L'ACCORD

# 1. PERSONNES ASSURÉES 1.1 PERSONNES VISÉES PAR L'ACCORD Services internes 1. PERSONNES ASSURÉES # 1. PERSONNES ASSURÉES 1.1 PERSONNES VISÉES PAR L'ACCORD Cet accord vise tous les résidents canadiens qui reçoivent des services internes dans un établissement

Plus en détail

90 Poissons de méditerranée

90 Poissons de méditerranée 90 Poissons de méditerranée Faunes...3 Orphies:...7 Blade...7 Bogue...7 Castagnole...8 Dorade Royale... 8 Chapon, ou Grosse Rascasse...9 Girelles...9 Girelle Royale... 10 Girelle Paon... 10 Gobie à grosse

Plus en détail

Lic. A5862. Voyage privé Madère Fly & Drive 8 jours / 7 nuits

Lic. A5862. Voyage privé Madère Fly & Drive 8 jours / 7 nuits Lic. A5862 Voyage privé Madère Fly & Drive 8 jours / 7 nuits Jour 1 arrivée Funchal (B) Arrivée à l aéroport de Funchal en fin de soirée. Prise en charge de votre voiture de location et direction vers

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

Organisation du travail en équipe autour d un plan de gestion d un espace naturel

Organisation du travail en équipe autour d un plan de gestion d un espace naturel Organisation du travail en équipe autour d un plan de gestion d un espace naturel Exemple de la Réserve Naturelle des îlet de Petite Terre Formation «structuration de la gestion des sites du conservatoire

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

- 1320 - Cordonniers, sigans

- 1320 - Cordonniers, sigans click for previous page - 1320 - Cordonniers, sigans Corps ovale, très comprimé latéralement et couvert de petites écailles. Bouche petite, avec une seule rangée serrée de petites dents incisiformes. Nageoire

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L OPERATION DE CREATION D UN SENTIER NUMERIQUE EN SITE CLASSE «CAP NATURE AU DRAMONT»

PRÉSENTATION DE L OPERATION DE CREATION D UN SENTIER NUMERIQUE EN SITE CLASSE «CAP NATURE AU DRAMONT» PRÉSENTATION DE L OPERATION DE CREATION D UN SENTIER NUMERIQUE EN SITE CLASSE «CAP NATURE AU DRAMONT» Sentier numérique multimédia avec QR Codes pour téléphones mobiles Contact : Christine PICQUART Syndicat

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Sémiotique des Nouveaux Médias

Sémiotique des Nouveaux Médias Sémiotique des Nouveaux Médias Les Sites Web. Description Conception Spécification d une maquette Peter Stockinger Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM)

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Collection de photos échantillons

Collection de photos échantillons Collection de photos échantillons SB-800/600 Entrez dans le monde passionnant du Système d Eclairage Créatif de Nikon avec le SB-800/600. Les numéros de page se rapportent aux explications dans le manuel

Plus en détail

Bouillante. A propos de Bouillante. Il y avait 7 556 Bouillantais et Bouillantaises dans la commune en 2008

Bouillante. A propos de Bouillante. Il y avait 7 556 Bouillantais et Bouillantaises dans la commune en 2008 Bouillante Cette commune aux multiples fontaines d eau bouillantes se situe en Basse Terre, au centre de la côte sous le vent. Commune rurale, elle a vu s y développer la culture de la canne à sucre mais

Plus en détail

La pêche artisanale à Ghannouch (Tunisie) Passé, present, avenir

La pêche artisanale à Ghannouch (Tunisie) Passé, present, avenir La pêche artisanale à Ghannouch (Tunisie) Passé, present, avenir La pêche artisanale à Ghannouch (Tunisie) Passé, present, avenir Ridha M Rabet Directeur général Institut national des sciences et technologies

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Recherches sur la biodiversité des zones antarctiques et subantarctiques, implications en termes de gestion et conservation.

Recherches sur la biodiversité des zones antarctiques et subantarctiques, implications en termes de gestion et conservation. Recherches sur la biodiversité des zones antarctiques et subantarctiques, implications en termes de gestion et conservation Marc Lebouvier La ZATA s appuie sur neuf programmes de recherche soutenus par

Plus en détail

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter 1 SOMMAIRE Vues générales des toits 3 Type de charpentes, de la plus simple à la plus sophistiquée quelques coupes transversales

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Commune X Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée Les cheminements

Plus en détail

Étude Nationale sur la Biodiversité. Algues Marines

Étude Nationale sur la Biodiversité. Algues Marines Étude Nationale sur la Biodiversité Algues arines Les algues marines jouent un rôle primordial dans le maintien de l'équilibre écologique du milieu aquatique. Elle sont les principales responsables de

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Cahier des Charges Campagne de communication Moules 2015 Film publicitaire

Cahier des Charges Campagne de communication Moules 2015 Film publicitaire 1. LA PRESENTATION DU CNC Cahier des Charges Campagne de communication Moules 2015 Film publicitaire Le C.N.C.,, est l organisme représentatif des producteurs, distributeurs et transformateurs des coquillages

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Saint-Ferjeux (25) Découverte d une cavité karstique sur un site RTE BRGM/RP-61330-FR janvier 2011 Cadre de l expertise : Appuis aux administrations Appuis à la police de l eau Date

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Structure de la base de données contenant la liste ASFIS des espèces

Structure de la base de données contenant la liste ASFIS des espèces Structure de la base de données contenant la liste ASFIS des espèces Champ Type Dimensions Notes ISSCAAP Texte 2 Les codes CSITAPA (ISSCAAP) ont récemment été assignés à toutes les catégories d'espèces

Plus en détail

Claire NOEL Directeur Scientifique

Claire NOEL Directeur Scientifique Bureau d é études en océanographie acoustique SEMANTIC TS Sanary (Var) Claire NOEL Directeur Scientifique Docteur Ingénieur Opérateur sonar Capitaine 200 Plongeur PRO - Modélisation - Traitement du signal

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DES OPTIONS DE GESTION Aire Marine Protégée envisagée de Barra Fan et du mont sous-marin de la Terrasse des Hébrides

DÉVELOPPEMENT DES OPTIONS DE GESTION Aire Marine Protégée envisagée de Barra Fan et du mont sous-marin de la Terrasse des Hébrides DÉVELOPPEMENT DES OPTIONS DE GESTION Aire Marine Protégée envisagée de Barra Fan et du mont sous-marin de la Terrasse des Hébrides Un réseau d'aires Marines Protégées (AMP) est actuellement mis en place

Plus en détail

ASSOCIATION INTERCOMMUNALE POUR L EPURATION DES EAUX USEES DU BASSIN VERSANT GERINE NESSLERA

ASSOCIATION INTERCOMMUNALE POUR L EPURATION DES EAUX USEES DU BASSIN VERSANT GERINE NESSLERA Table des matières Etude générale Page 2 / 6 Objectif Examen télévisuel Classification des dommages Représentation Bassin versant de l association Page 4 / 6 Examen télévisuel - Synthèse Tronçons pour

Plus en détail

BC LABEL Location de bornes photos numériques

BC LABEL Location de bornes photos numériques BC LABEL Location de bornes photos numériques Mise a jour le 11-09-2014 page 1 / 23 Cle usb Carte de Visite Slim 2 1Go, 2Go, 4Go, 8Go, 16Go Impression Quadri Sur Demande 85 x 54 mm 10 g ABS Brillant 1001-01-11-00-02

Plus en détail

CROISIERE ALOR ET LES ILES DE LA SONDE A150517 DU 17 AU 29 MAI 2015 (35 plongées minimum)

CROISIERE ALOR ET LES ILES DE LA SONDE A150517 DU 17 AU 29 MAI 2015 (35 plongées minimum) CROISIERE ALOR ET LES ILES DE LA SONDE A150517 DU 17 AU 29 MAI 2015 (35 plongées minimum) Cette croisière unique de 12 nuits effectue un parcours entre les mers de Flores et de Sawu. C est l occasion de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/EB.AIR/WG.1/2009/8 8 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANE EXÉCUTIF DE LA CONVENTION SUR LA

Plus en détail

DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX

DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX DANS LA RESERVE PRIVEE D AMBODIRIANA (MANOMPANA SOANIERANA IVONGO) PHASE II RAPPORT PRELIMINAIRE Jeanneney Rabearivony

Plus en détail

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface TP séances 7 et 8 Forme d une bulle: gravité et tension de surface Lorsqu une goutte est posée sur un support, la tension de surface tend à rendre la bulle spérique alors que la gravité tend à écraser

Plus en détail

S ORIENTER DANS UNE GARE

S ORIENTER DANS UNE GARE S ORIENTER DANS UNE GARE SÉCURITÉ FERROVIAIRE Pistes d animation pour l enseignant Niveaux : École élémentaire / cycle 3 Durée : 1 à 2 séances Domaines transversaux : Maîtrise de la langue, culture humaniste

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l environnement

Programme des Nations Unies pour l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement EP UNEP(DEPI)/MED WG.308/5rev1 20 Mai 2007 FRANÇAIS ORIGINAL: ANGLAIS PLAN D ACTION POUR LA MEDITERRANEE Huitième Réunion des Points focaux pour les ASP

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10.

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10. COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux Epandage en pente: Cette

Plus en détail

La photo numérique. sous-marine. Guide expert. Isabelle et Amar Guillen. Groupe Eyrolles, 2005 ISBN : 2-212-67267-5

La photo numérique. sous-marine. Guide expert. Isabelle et Amar Guillen. Groupe Eyrolles, 2005 ISBN : 2-212-67267-5 La photo numérique sous-marine Guide expert Isabelle et Amar Guillen Groupe Eyrolles, 2005 ISBN : 2-212-67267-5 3 Balance des blancs, phares, filtres sous-marins Dans le chapitre précédent, nous avons

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

EXAMEN DES PROPOSITIONS D'AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II. Autres propositions

EXAMEN DES PROPOSITIONS D'AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II. Autres propositions Prop. 11.33 EXAMEN DES PROPOSITIONS D'AMENDEMENT DES ANNEXES I ET II Autres propositions A. Proposition Transférer Eunymphicus cornutus cornutus de l'annexe II à l'annexe I. La perruche de la chaîne a

Plus en détail

PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE

PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE Département Calvados Institution Interdépartementale du Bassin de l Orne PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE RT DSD 10015EZ phase1-017

Plus en détail

NUANCIERS SOMMAIRE. ENDUITS DE PAREMENT ET PEINTURES ORGANIQUES... 576 et 577. MORTIERS POUR PIERRE DE TAILLE... 584 à 587. ASPECTS...

NUANCIERS SOMMAIRE. ENDUITS DE PAREMENT ET PEINTURES ORGANIQUES... 576 et 577. MORTIERS POUR PIERRE DE TAILLE... 584 à 587. ASPECTS... NUANCIERS SOMMAIRE ENDUITS DE PAREMENT ET PEINTURES ORGANIQUES... 576 et 577 Sélection de 60 teintes : weber.tene XL, weber.tene XL+, weber.tene ST, weber.plast souple, weber peinture, weber peinture silicate,

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer?

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? L effet de la fonte des glaces sur la variation du niveau de la mer est parfois source d erreur et de confusion. Certains prétendent qu elle est

Plus en détail

Qu est-ce que le réseau MedPAN?

Qu est-ce que le réseau MedPAN? Qu est-ce que le réseau MedPAN? Le réseau MedPAN est coordonné par le WWF-France The MedPAN network is coordinated by WWF-France MedPAN est le réseau des gestionnaires d aires marines protégées de Méditerranée.

Plus en détail

QUESTIONNAIRE CAHIER DES CHARGES POUR FACILITER LA CREATION DE VOTRE SITE WEB

QUESTIONNAIRE CAHIER DES CHARGES POUR FACILITER LA CREATION DE VOTRE SITE WEB QUESTIONNAIRE CAHIER DES CHARGES POUR FACILITER LA CREATION DE VOTRE SITE WEB 1. Quel est mon idée? Mon concept? Un site vitrine Un portfolio Un site de commerce 2. Quel est l objectif de mon site? 3 quels

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Voile à l école : développer le sens marin

Voile à l école : développer le sens marin Voile à l école : développer le sens marin Météo Activités possibles Sujets d étude Compétences visées Dans le centre nautique Pour et à l école Température Nuages Bulletin météo Différencier la température

Plus en détail

PRÉFET DE CORSE. Compte-rendu. Réunion de concertation sur le projet de schéma régional de développement de l'aquaculture marine en Corse

PRÉFET DE CORSE. Compte-rendu. Réunion de concertation sur le projet de schéma régional de développement de l'aquaculture marine en Corse PRÉFET DE CORSE Compte-rendu Réunion de concertation sur le projet de schéma régional de développement de l'aquaculture marine en Corse (projet téléchargeable sur le site internet de la DIRM Méditerranée

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Localiser S orienter «Priorité à trois»

Localiser S orienter «Priorité à trois» «Priorité à trois» 5-21 Niveau 2 Entraînement 1 Objectifs Applications Matériel - Prendre conscience de l orientation de quelque chose en fonction de sa position. - S entraîner à déterminer une priorité

Plus en détail

Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive. équipe de soutien au. Plan d Action Atlantique. Financé par la

Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive. équipe de soutien au. Plan d Action Atlantique. Financé par la Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive pour l Espace Atlantique équipe de soutien au Plan d Action Atlantique Financé par la Qu est ce que l équipe de soutien au Plan d Action? En

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

BeLux Piscine EMINENCE 10m / 5m

BeLux Piscine EMINENCE 10m / 5m BeLux Piscine EMINENCE 10m / 5m Composition de la formule EMINENCE La Maçonnerie Tous les blocs de maçonnerie sont prévus pour construire une piscine d'une dimension de 10m de longueur et 5m de largeur.

Plus en détail

ACCORD DES ADJECTIFS DE COULEUR Exercice d introduction

ACCORD DES ADJECTIFS DE COULEUR Exercice d introduction Exercice d introduction Testons tes connaissances. Sylvain le smiley nous décrit la voiture de ses rêves mais il semble éprouver quelques difficultés à l écrit. Entoure les adjectifs de couleur (il y en

Plus en détail

SÉCURISEZ ET VALORISEZ VOS BÂTIMENTS

SÉCURISEZ ET VALORISEZ VOS BÂTIMENTS SÉCURISEZ ET VALORISEZ VOS BÂTIMENTS SOLUTIONS DE SÉCURITÉ SKILL, QUALITY AND EXPERIENCE www.troax.com NUMERO 1 de la protection et du cloisonnement intérieurs Troax est le leader mondial des panneaux

Plus en détail

Nom : Prénom :. Date :..Classe : 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX

Nom : Prénom :. Date :..Classe : 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX 2 TECHNIQUES DE MODIFICATION DE LA COULEUR DES CHEVEUX Objectif : Indiquer les règles de base de colorimétrie en coiffure (échelle de tons, reflets) LA COLORIMETRIE Du soleil nous parvient la lumière du

Plus en détail

RAPPORT D INVENTAIRE D EXPLOITATION DE L ASSIETTE ANNUELLE DE COUPE (AAC) 3 2 DE LA FORET COMMUNALE DE DIMAKO (491 ha)

RAPPORT D INVENTAIRE D EXPLOITATION DE L ASSIETTE ANNUELLE DE COUPE (AAC) 3 2 DE LA FORET COMMUNALE DE DIMAKO (491 ha) RAPPORT D INVENTAIRE D EXPLOITATION DE L ASSIETTE ANNUELLE DE COUPE (AAC) 3 2 DE LA FORET COMMUNALE DE DIMAKO (491 ha) Association des Communes Forestières du Cameroun (ACFCAM) Centre Technique de la Forêt

Plus en détail

Evaluation de l Aléa incendie de forêt

Evaluation de l Aléa incendie de forêt Evaluation de l Aléa incendie de forêt Secteur des Chartreuses du Boulou Note Méthodologique Février 2012 A partir de la méthodologie pour le diagnostic, l affichage et le traitement du risque d incendies

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DES AIRES MARINES PROTÉGÉES

LE TABLEAU DE BORD DES AIRES MARINES PROTÉGÉES LE TABLEAU DE BORD DES AIRES MARINES PROTÉGÉES 18 Clipperton Océan pacifique Les sites pilotes du tableau de bord des aires marines protégées Polynésie française 12 9 Saint-Pierre et Miquelon 21 Antilles

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET

INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET DOCUMENT 4.7. INSTRUMENTATIONS OCÉANOGRAPHIQUES MÉTÉOROLOGIQUES ET HYDROLOGIQUES DÉVELOPPÉES PAR LA SOCIÉTÉ SAFARE-CROUZET Jean-Jacques PESANDO Ingénieur Chef des Projets Océanographiques Société SAFARE-CROUZET

Plus en détail

La réglementation et les obligations qui en découlent

La réglementation et les obligations qui en découlent Accessibilité en milieu urbain La réglementation et les obligations qui en découlent Actualités : les BEV La norme Afnor NF P 98-351 relative aux caractéristiques et essais des dispositifs podotactiles

Plus en détail