RAPPORT DE LA PREMIÈRE MISSION DE PROSPECTION ( OCTOBRE 2002)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE LA PREMIÈRE MISSION DE PROSPECTION ( 12-19 OCTOBRE 2002)"

Transcription

1 Programme des Nations Unies pour l environnement Plan d Action pour la Méditerranée Centre d Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP) PROJET RÉGIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT D AIRES PROTÉGÉES MARINES ET CÔTIÈRES DANS LA REGION MÉDITERRANÉENNE (PROJET MedMPA) ACTIVITÉ MP3: ELABORATION DU PLAN DE GESTION DE LA PARTIE MARINE DU PARC NATIONAL DE ZEMBRA ET ZEMBRETTA RAPPORT DE LA PREMIÈRE MISSION DE PROSPECTION ( OCTOBRE 2002) Le Projet MedMPA est soutenu financièrement par la Commission européenne

2

3 Programme Des Nations Unies Pour L environnement Plan d Action pour la Méditerranée Centre d Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP) PROJET REGIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT D AIRES PROTÉGÉES MARINES ET CÔTIERES DANS LA RÉGION MÉDITERRANÉENNE (PROJET MEDMPA)) ACTIVITE MP1: ELABORATION DU PLAN DE GESTION DE LA PARTIE MARINE DU PARC NATIONAL DE ZEMBRA ET ZEMBRETTA RAPPORT DE LA PREMIÈRE MISSION DE PROSPECTION Les activités du Projet MedMPA en tunisie sont mises en oeuvre Grâce à la collaboration avec le partenaire suivant: Unidad de Biologia Marine (UBM) Instituto Universitario del Agua y de las Ciencias Ambientales (IUACA) - Universidad de Alicante Campus de Sant Vicent del Raspeig Ap. 99 E Alacant SPAIN Tel: Fax: Le Projet MedMPA est soutenu financièrement par la Commission Européenne

4 Table des matières Pages 1. Avant-propos 1 2. Objectifs de la mission 2 3. Rapport d activité Stations Méthodologie Bionomie benthique et espèces remarquables Caractérisation de Patella ferruginea Comptage des poissons 7 4. Résultats préliminaires Bionomie benthique Substrats durs Biocénose des algues infralittorales Biocénose coralligène Biocénose des grottes semi-obscures Substrats meubles Les herbiers à Posidonia oceanica Biocénose des sables fins bien calibrés Biocénose des sables grossiers et des graviers fins Caractérisation des populations de Patella ferruginea Conque de Vénus (Nord-ouest de Zembra) Pointe du Blancier (Ouest de Zembra) Nord de la baie de la Cathédrale Sud de Zembretta Sud des Carrières (Sud-est de Zembra) Peuplements ichtyques Fonds infralittoraux Fonds circalittoraux Domaine pélagique 20

5 5. Conclusions générales Biocénoses benthiques Espèces remarquables Patelle géante (Patella ferruginea) Ichtyofaune Observations concernant la pêche Bibliographie Annexes 29

6 Rédaction et coordination: Bionomie benthique et espèces remarquables: Karim BEN MUSTAPHA 1, Adel BOUAJINA 2 Saba GUELLOUZ 3 et Pablo SANCHEZ-JEREZ 4. Caractérisation de Patella ferruginea: Atef LIMAM 2. Comptages visuels de poissons: Just T. BAYLE 4, et Carlos VALLE 4. Coordination et rédaction: Chedly RAIS 2 et Alfonso A. RAMOS-ESPLA 4. (1) Institut National des Sciences et Technologies de la Mer, 28 rue 2 mars 1934, 2025 Salammbô (Tunisie). (2) Centre d Activités Régionales pour les Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP). Plan d Action pour la Méditerranée. CAR/ASP. Boulevard de l Environnement, B.P. 33/ Tunis Cedex (Tunisie). (3) Agence de Protection et d Aménagement du Littoral (APAL), 2 rue Mohamed Rachid Ridha, 1002 le Bèlvèdère. Tunis (Tunisie). (4) Unidad de Biología Marina, Universidad de Alicante, Alicante (Espagne).

7 AVANT-PROPOS 1 1. AVANT-PROPOS Dans le cadre du project : Regional Project for the Development of Marine and Coastal Protected Areas in the Mediterranean Region (MedMPA) (ref: ME8/AIDCO/ 2001/ 0132/SMAP), entre l Union Européenne (D.G. XII) et le Centre des Activités Régionales des Aires Spécialement Protégées (CAR/ASP) du Plan d Action des Nations Unies, il est prévu de fournir l assistance scientifique et technique aux autorités compétentes tunisiennes pour l élaboration d un plan de gestion de la partie marine du Parc National de Zembra et Zembretta. Ce projet a été proposé par la Tunisie (par le biais de l ANPE en 2000), et il a été convenu aprés concertation entre les experts du CAR/ASP (responsable de la mise en oeuvre des activités du project MedMPA), les repésentants de l Agence de Protection et d Aménagement du Territoire (APAL), les autorités compétentes tunisiennes, et les experts de l Unité de Biologie Marine (UBM) de l Université d Alicante (Espagne), avec la collaboration de l Institut des Sciences et Technologies de la Mer (INSTM) de Salammbô (Tunisie). Aprés des réunions préliminaires (mars et juin 2002), il a été convenu en concertation avec tous les acteurs concernés par les travaux de prospection marine de mener deux missions de terrain. La première, object de ce rapport, a eu lieu du 13 au 19 octobre. Elle a été organisée pour effectuer des travaux de prospection en petites et moyennes profondeurs (max. 35m). Ont pris part à cette mission marine: Une représentante de l APAL, plongeur scientifique; un expert du CAR/ASP, plongeur scientifique; trois experts de l UBM, plongeurs scientifiques; deux consultants nationaux: un plongeur scientifique (INSTM) et un plongeur photographe (Asociation GEXS); un technicien de plongée (INSTM); un manouvrier; un représentant de la Direction Générale des Forêts.

8 OBJECTIFS DE LA MISSION 2 2. OBJECTIFS DE LA MISSION L action consiste à mener des campagnes de prospection marine ayant pour objectif d aider à l élaboration d un plan de gestion de la partie marine du Parc National de Zembra et Zembretta. Ces campagnes de prospection ont pour objectif d élaborer un plan de zonage à partir des résultats émanant de l étude des principaux biotopes, biocénoses et espèces présentes dans la partie marine du Parc et ses environs. Une attention particulière doit être accordée aux espèces et habitats d importance méditerranéenne, particulièrement celles figurant dans les annexes du Protocole ASP. Cette première mission sur terrain a pour object d identifier et de localiser les biocénoses des fonds marins de l archipel de Zembra-Zembretta, ainsi que les espèces marines d intérêt à la conservation (rares, menacées, vulnérables ou espèces-clés) à petits et moyens fonds (entre 0 et 30m de profondeur). Le principal but est de prospecter des zones qui n ont pas été traitées par l étude entreprise par le CAR/ASP en 1986 (CAR/SPA, 1986) et de compléter l information relative: Aux habitats marins remarquables de l aire marine protégée de Zembra- Zembretta. Aux communautés et espèces végétales, d invertebrés et de poissons les plus vulnérables et représentatives.

9 RAPPORT D ACTIVITE 3 3. RAPPORT D ACTIVITE La première mission s est déroulée entre le 12 et le 19 octobre L organisation et la coordination des activités pendant la mission a été assurée conjointement par les représentants du CAR/ASP et de l APAL. Le transport de Sidi Daoued à Zembra a été assuré par une embarcation de pêche côtière en location, l hébergement dans les locaux de la Marine Nationale se trouvant sur l île et Photo 1 l intendance par un marin pêcheur engagé par le CAR/ASP. Outre le briefing général qui s est tenu le 14 octobre au siège de MedMPA pour expliciter les objectifs de la mission, le rôle du personnel impliqué et ses responsabilités ainsi que les tâches attendues, une réunion a eu lieu à Zembra même pour définir les zones de plongées auxquelles trois jours y ont été consacrés. Au cours de la période d investigations, la température de l eau a oscillée entre 19-20ºC (28-35m) et 21ºC (< 25m); la visibilité dans l eau a été très élevée (supérieure à 20m); les courants ont été faibles, à l exception de la partie SE de Zembra. De même, les conditions météorologiques ont été favorables avec une mer calme, sauf les deux premiers jours de la campagne. 3.1 Stations Les zones antérieures correspondent aux secteurs où l information était incertaine voir même inexistante (une partie des côtes N/NW, NE et SE de Zembra, ainsi que Zembretta). C est ainsi qu en tenant compte du nombre de plongeurs et de la durée de la mission, six sites ont été retenus: 5 à Zembra et 1 à Zembretta. Les sites prospectés pendant cette mission ont été choisis par l équipe de travail en fonction des besoins en information et des conditions météorologiques. Les stations (Nº = 12) ont été réparties entre les secteurs de Zembra et Zembretta comme suit (figure 1, tableau 1):

10 RAPPORT D ACTIVITE Légende Aire territoriale Isobathe(m) Echantillonnage Bionomie Patella ferruginea Comptage de poissons Figure 1 : Carte des sites prospectés

11 RAPPORT D ACTIVITE 5 Zembra Secteur Nord-Ouest: la Conque de Venus Secteur Est: Pointe du Balancier et Nord de la baie de la Cathédrale Secteur Nord-Est: Sud de Hjar-el-Maiel Secteur Sud-Est: Sud des Carrières Zembretta St Date Secteur Lat. 37ºN Long. 10ºE Prof. (m) Substrat Activités /10/02 NW Zembra r, b,p A,.B, E, Pf, V r, b, p B, E, Ph r M, Pf p,5s,80r CVP 2-1 W Zembra b, r, p, s A,.B, E, Pf, V b, r, p, s B, E, Ph r P % r CVP /10/02 W Zembra r, b, p. A,.B, E, Pf, V r, b, p B, E, Ph r M, Pf r,10p CVP 4-1 E Zembretta p, s, r, b A,.B, E, Pf, V p. s, r, b B, E, Ph r M, Pf % p CVP, Pp /10/02 NE Zembra s, b, p A,.B, E, Pf, V b,s,p B, E, Ph r,10p CVP 6-1 SE Zembra s.p,b A,.B, E, Pf, V s, p, b B, E, Ph r M, Pf p, s CVP, Pp Tableau 1. Stations dans la campagne Zembra 03. Substrat: (b) blocs; (p) Posidonia; (r) roche; (s) sable. Activités: (A) densité Astroides calycularis; (B) bionomie benthique; (CVP) comptages visuels des poissons; (E) espèces; (M) médiolittoral; (Pd) densité des faisceaux de Posidonia; (Pf) comptages de Patella ferruginea; (Ph) photographie sousmarine; (Pp) prises de Posidonia oceanica; (V) vidéo

12 RAPPORT D ACTIVITE Méthodologie L ensemble des participants à la campagne ont été divisés en quatre équipes, selon le degré de plongée: plongée en profondeur (fin à 50m), en surface (fin à 25m) et littorale (près de la côte): Equipe 1: 2 plongeurs avec SCUBA pour le comptage de poissons entre 5 et 20m Equipe 2: 2 plongeurs avec SCUBA dont un muni d une caméra vidéo pour la bionomie benthique (0-35m) Equipe 3: 2 plongeurs avec SCUBA dont un muni d une caméra de photographie pour la bionomie benthique Equipe 4: 1 plongeur en apnée pour les populations de Patella ferruginea. Au total, l équipe chargée des communautés benthiques a effectué 6 radiales perpendiculaires à la côte, leur travail consistait à réaliser un relevé filmé (vidéo) du transect (Photo2), à lister les espèces les plus caractéristiques et abondantes, et à quantifier les peuplements les plus significatifs. Photo Bionomie benthique et espèces remarquables Pour la caractérisation et la distribution des communautés benthiques, ainsi que l observation et le comptage des espèces d intérêt, la méthode qui a été adoptée est celle des trajets perpendiculaires à la côte, entre 0 et 35m de profondeur. Les trajets perpendiculaires à la côte ont été appliqués majoritairement par les équipes 2 et 3 chargées de la distribution des communautés. La mise en eau se fait dans la plupart des cas entre 25 et 35 m de profondeur. A cet effet, les deux équipes sont munies d un écho-sondeur portable, d un GPS pour localiser les points d observation (référentiel WGS84), et d un ordinateur de plongée (Aladin-Pro) pour les profondeurs in situ.

13 RAPPORT D ACTIVITE 7 La méthode consiste à parcourir le secteur de la zone la plus profonde vers le littoral, les plongées se terminant dans la majorité des cas sur la côte. Au cours de ce trajet, les plongeurs identifient visuellement les espèces dominantes et remarquables des différents habitats, décrivent la topographie et le paysage sous-marin et relèvent tout type d information susceptible d apporter des éléments pertinents (Photo3). En parallèle, chaque équipe comprend un photographe (avec une caméra Nikonos VI) ou un caméraman sous-marin (avec Sony 700x digital Handycam dans boîte étanche). Des clichés et une video sont ainsi réalisés à chaque plongée et concernent aussi bien les espèces remarquables ou demandant un complément d identification que les paysages sous-marins. Photo 3 Ponctuellement, des comptages (Nº d individus observés par unité de surface) sont réalisés pour des espèces remarquables citées dans les annexes II et III du Protocole relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée de la Convention de Barcelone (1995): Posidonia oceanica (nombre de faiceaux par unité de surface), Astroides calycularis (nombre d individus par unité de surface), Centrostephanus longispinus, Ophidiaster ophidianus, Pinna nobilis, P. rudis, grand crustacés (Palinurus spp., Scyllarides latus), Paracentrotus lividus, grands serranidés (Epinephelus marginatus, E. costae), Sciaena umbra, etc. Pour la caractérisation des communautés on s est référé à Péres et Picard (1964) et UNEP-MAP (1998). Pour les espèces et les habitats d intérêt à la conservation, on a consulté les annexes II (liste des espèces en danger ou ménacées) et III (liste des espèces dont l exploitation est réglementée) du Protocol relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée de la Convention de Barcelone (1995); les suggestions pour considérer d autres ésoèces et peuplements comme prioritaires dans la mise en oeuvre du Plan d Action pour la Conservation de la Végétation Marine en Mer Méditerranée (CAR/ASP, 2000); et le Livre rouge des végétaux, peuplements et paysages marins menacés de Méditerranée (UNEP/IUCN/GIS Posidonie, 1990).

14 RAPPORT D ACTIVITE Caractérisation de Patella ferruginea Cette espèce, qui vit sur la roche médiolittorale, est une des plus vulnérables et rares en Méditerranée. La caractérisation des populations et des peuplements associés a consisté à: Signaler la présence ou absence de la Patelle géante et voir sa densité sur des tronçons de côtes rocheuses relativement homogènes (quadrats de 40 x 40 cm) (Photo4). Mesurer le plus grand diamètre de chaque individu à l aide d un pied à coulisse (Photo5). Dénombrer, parallèlement au comptage de P. ferruginea, les individus des autres Patella (P. rustica, P. ulyssiponensis) se trouvant dans le même quadrat. Estimer la proportion de cette espèce par rapport à d autres présentes sur le même site notamment Dendropoma petraeum et Chthamalus stellatus. Photo 4 Photo 5 Il importe de signaler qu une échelle semi-quantitative de présence a été établie pour les espèces Ch. Stellatus et D. Petraeum, basée sur de simples observations visuelles au niveau de 5 stations dans les secteurs NW, E et NE de Zembra et E de Zembretta (tableau 1). Cette échelle varie de 1 à 10 en passant respectivement du degré 1 de pésence minime au degré 10 de présence très remarquable Comptage des poissons Le comptage des poissons est un excellent bioindicateur pour valoriser l effet-reserve (Bayle et Ramos, 1993) selon une méthodologie standarisée (Harmelin-Vivien et al., 1985). La mise à l eau se fait à une profondeur donnée entre 4 et 20m, identifiée à partir de l embarcation par un sondeur portable, et localisée par GPS. Photo 6

15 RAPPORT D ACTIVITE 9 La méthode consiste à parcourir une distance de 100m suivant des trajets parallèles à la côte en notant les espèces de poissons rencontrés, le nombre d individus de chaque espèce, leur taille approximative et le type de fond (Photo6). Cette technique sert à estimer les peuplements et la dynamique des poissons autour des îles de Zembra et Zembretta à partir de 6 stations situées dans les secteurs NW, E, NE et SE de Zembra et E de Zembretta (tableau 1).

16 RESULTATS PRELIMINAIRES RESULTATS PRELIMINAIRES Les listes des espèces observées (macrophytes, invertebrés et poissons), les radiales bionomiques, et les donnés sur Patella ferruginea sont dans les annexes I-IV et les documents photographiques sont dans l annexe V. 4.1 Bionomie benthique Les zones les plus profondes autour de Zembra et Zembretta n ont pas été prospectées dans cette campagne, les profondeurs maximales des plongée ont varié entre -24 et -35m. Les principales informations relatives aux travaux de prospection, de délimitation et de quantification des communautés observées sont présentées dans le tableau 2. Les biocénoses et les associations/facies prospectés pendant cette mission autour de Zembra et à l Est de Zembretta, et en fonction des substrats (fonds durs ou meubles) se présentent généralement comme suit: Substrats durs Ce sont des fonds rocheux sous forme d éboulis ou de tombants qui vont de la surface jusqu au début de l herbier à Posidonia (entre -7 et -20m). Ils sont peuplés de différentes associations selon la profondeur et l exposition à la lumière et à l hydrodynamisme. On y a observé les associations suivantes:

17 RESULTATS PRELIMINAIRES 11 T P (m) Substrats & Communautés Spp. (voir annex II) Observations (1) 28-23m: HPs (2) 23-9m: Bg,m (AP, AS, HPr) + S (3) 0-9m: Rv (AP, AS, HPr) (3) C. elongata, F. petiolata, P. pavonica, Ch. lobata, E. singularis, A. calycularis, H. communis, Sp. officinalis, Balanophyllia sp., d/p.o. (26m): 86, 82, 96; d/a.c. : P. nobilis, P. rudis, E. marginatus Ancre (22m), palangre (1) m: B (AH, AS) +G+S+HPs : (2) 26-18m: B (C,GSO) + HPr: (3) 18-10m: Bg (AP, AH, AS) (4) 10-2m: Bm-g (AP, AS, C, GSO) + HPr (5) 0-2m: Galets nus (1) m: B (AH, AS) + Rv + S + HPr,s (2) 23-12m: HPs,r + Bg (AP, AH, AS, GSO) + R (3) 12-4m: Bg (AP, AH, AS) + G + HPr (1) 30-27: S + B (AH) (2) 27-18m: HPs,r + (3) 18-7m: B + HPr + S (4) 0-7m: Rv (AF, AS, C) (1) > 34.5m: G (DC) (2) m: HPs + B (AH) (3) 24-7m: B (AP, AH, AS) + HPr (4) 7-3m: B (AP, AS) + HPr (1) > 34.5: G (DC) (2) 33-19m: HPs (3) 19-17: S + Cn (4) 17-14m: S + HPs (5) 14-10m: HPs + Cn (6) 0-10m: B (AF, AS)+HPr (1) D. polypodioides, F. petiolata, E. singularis; (2) P. axinellae, M. truncata; (3) P. pavonica, D. dichotoma, D. fasciola, D. polypodioides, C. bursa, A. calycularis, P. lividus; (4) D. fasciola, H. scoparia, C. elongata, A. calycularis, E. singularis, Ircinia sp., A. damicornis, Agelas sp., P. axinellae, (1) D. polypodioides, C. bursa, F. petiolata, H. tuna; (2) F. petiolata, Z. flava, P. pavonica, D. fasciola, A. calycularis, P. axinellae; (3) P. rosa-marina, Z. flava, S. dubyi, A. calycularis, Balanophyllia sp. C. coespitosa, H. communis, P. lividus, M. truncata, (1) C. racemosa, E. singularis; (3,4) C. racemosa, B. asparagoides, F. petiolata, Z. flava, A. calycularis, E. singularis, A. damicornis, C. coespitosa, M. truncata (2) E. singularis; (3) P. pavonica, H. scoparia, C. bursa, D. polypodioides, F. petiolata, H.. filicina, H. tuna, Peyssonnelia spp., A. calycularis, Balanophyllia sp.; (4) Cystoseira spp. H. filicina, H. scoparia, B. asparagoides, A. calycularis, C. mollior, M. truncata, S. granularis. (5) C. racemosa; (6) C. racemosa, H. tuna, F. petiolata, Peyssonnelia spp., Z. flava, A. calycularis, C. mollior, P. dura, S. granularis, E. singularis. (22m) A. calycularis, S. latus d/p.o. (21m): 86, 90, 98 d/a.c. (10m): 230, 260, 300; d/dyct. 24, 30, 40 d/f. p.: 80, 65, 72 C. longispinus, P. nobilis, P. rudis, E. marginatus, E. costae, S. sphyraena Palangre (20, 16m), trémail (7m) d/ P.o. (27m): 29, 35, 25 d/ A.c. (8-18m): 250, 320, 226; d/ E.s.: 6 col. moyen A. calycularis, P. rudis, P. nobilis, E. marginatus d/p.o. (27m): 33, 48, 42; d/f.p. (8m): 27, 56, 64; d/m.t. (8m): 20, 14, 18; A. calycularis, E. marginatus palangre (à 12-14m) P.o. sur mattes hautes cm. d/p.o. (29m): 24, 22, 26; (20m): 70, 49, 59; (13m): 99, 115, 110 A. calycularis TABLEAU 2. Les radiales prospectées et leurs principales caractéristiques bionomiques. Substrat: (B) blocs rocheux (g: gros; m: moyens); (G) gravier; (R) Roche (v: vertical). Communautés: (AH) algues hemiphotophiles; (AP) Algues photophiles; (AS) Algues sciaphiles; (C) coralligène; (Cn) Cymodocea nodosa; (DC) détritique côtier; (GSO) grottes semi-obscures; (HP) herbier de Posidonie (r: sur roche; s: sur sable). Densité (d/): (A.c.) Astroides calycularis (colonies/(30x30cm); (Dyct.) Dyctiotales (thales/30x30cm); (E.s.) Eunicella singularis (colonies/40x40cm); (F.p.) Flabellia petiolata (thales/30x30cm); (M.t.) Myriapora truncata (colonies/40x40cm); (P.o.) Posidonia oceanica (faisceaux/40x40cm)

18 RESULTATS PRELIMINAIRES Biocènose des algues infralittorales Les peuplements d algues infralittorales dans l archipel de Zembra sont riches et variés, représentés suivant un étagement lié à la pénétration de la lumière par des algues photophiles, sciaphiles et hemiphotophiles. Ces différents peuplements se trouvent entre 0 et -31m sur les éboulis et la roche infralittorale. Association des algues photophiles (Photos 7, 8) : Avec la prédominance des phaeophytes: Padina pavonica, Halopteris scoparia, Dictyota fasciola, D. dichotoma et Cystoseira spp., et les rhodophytes Corallina elongata, Amphiroa rigida et Bonnemaisonia aspargoides. Ces espèces se localisent sur les surfaces horizontales et subhorizontales entre 0 et 16m; et sur les verticales exposition Sud, près de la surface (entre 0 et 10m). Dans cette association, il faut noter la présence des madreporaires Cladocora coespitosa et Balanophyllia europaea (photos 9, 10). Photo 8 Photo 7 Photo 9 Cladocora coespitosa (un des rares coraux hermatypiques de la Méditerranée) Photo 10 Balanophyllia europaea commun à Zembra et très sensible à la pollution

19 RESULTATS PRELIMINAIRES 13 Photo 13 Association des algues hemiphotophiles (Photos 11, 12): Avec les phaeophytes Dictyopteris polypodioides, Halopteris filicina et Zonaria flava, et la chlorophyte Codium bursa. Ces espèces colonisent les surfaces verticales des éboulis et les surfaces horizontales à partir de -15m jusqu à -31m. La gorgone Eunicella singularis (Photo 13) est abondante dans l association à partir de -18m avec la densité maximale de 30 colonies/m 2 observée au transect nº 6. Photo 12 Photo 11 Association des algues sciaphiles (Photos 11, 14, 15) : Avec les chlorophytes Flabellia petiolata et Halimeda tuna, et les rhodophytes Peyssonnelia spp., qui colonisent les surfaces ombragées des éboulis et les parois verticales et tombants de la roche entre 0 et -31m. La densité de F. petiolata semble élevée avec 755 thalles/m 2. La nacre de roche Pinna rudis (Photo 16) a été observée dans cette association. Photo 15 Photo 14 Différentes associations d algues sciaphiles Photo 16 La nacre de roche Pinna rudis, protégée par la convention de Barcelone (1995) dans l annexe II, comme espèce en danger ou menacée. Photo 17 Photo 18

20 RESULTATS PRELIMINAIRES 14 Facies à Astroides calycularis (Photos 17, 18) Ce facies est très développé dans la zone, dû à l intense hydrodynamisme autour de Zembra et Zembretta, avec des densités de 2935 colonies/m 2. Elle favorive des surfaces verticales et subverticales entre 0 et -21m. Photo 19 Dans la faune vagile invertebré, il faut noter la rareté des oursins noir (Arbacia lixula) et commun (Paracentrotus lividus), contrairement à l oursin violet Sphaerechinus granularis (Photo 19). Les étoiles de mer rouge Echinaster sepositus (Photo 20) et pourpre Ophidiaster ophidianus (Photo 21) sont abondantes. Photo 20 Photo 21 Echinaster sepositus est une espèce commune à Zembra dans l infralittoral et le circalittoral supérieur. Ophidiaster ophidianus est protégée par la Convention de Barcelone comme une espèce menacée ou en danger Photo Biocénose coralligène Photo 22 La biocénose coralligène se trouve dans les profondeurs étudiées (0-35m) sur les tombants et surplombs, et les surfaces plus ombragées des éboulis. Les espèces qui dominent sont les animaux filtreurs sessiles, comme les éponges (Photos 22, 23) (Agelas, Aplysilla, Clathrina Chondrosia, Dysidea, Hemimycale, Ircinia, Oscarella, Petrosia) et les bryozoaires (surtout Myriapora truncata), alors que les ascidies ne semblent pas trop Photo 23 Association des algues Valonia utricularis (vert), Halopteris filicina (marron) et des éponges Anchinoe tenacior (bleu) et Spirastrella cunctatrix (rouge). Photo 24

21 RESULTATS PRELIMINAIRES 15 nombreuses (Aplidium, Pseudodistoma). A (-35m) de profondeur, la gorgone jaune Eunicella cavolini et l éponge Axinella cannabina ont été observées. Parmis les algues, les rhodophytes Lithophyllum expansum, Peyssonnelia rosa-marina (Photo 24) et Osmundaria volubilis dominent. Les bryozoaires, même s ils n ont pas particulièrement retenu notre attention, colonisent l espace disponible au point de couvrir les parois verticales des surplombs rocheux. L espèce Myriapora truncata a présenté une densité de 162 colonies/m 2. Photo 25 Dans la faune vagile invertebré, il faut signaler l oursin diadème Centrostephanus longispinus (Photo 25) et les étoiles de mer Echinaster sepositus (Photo 20) et Ophidiaster ophidianus (Photo 21). Il faut noter la rareté des grands crustacés, comme la grande cigale (Scyllarides latus) Biocénose des grottes semi-obscures Cette biocénose (Photos 26, 27, 28) se trouve dans les surplombs et les fentes rocheuses, et sous les éboulis entre 0 et -31m. Les espèces dominantes sont animales sessiles, surtout les éponges (Axinella damicornis, Aplysilla sulfurea, Chondrosia reniformis, Clathrina clathrus, Dysidea spp., Ircinia spp., Oscarella lobularis, Petrosia dura, Spirastrella) et les anthozoaires (Parazoanthus axinellae, Leptopsammia pruvoti, Caryophyllia spp., Cladopsammia ronaldii). Photo 27 Photo 26 Photo 28

22 RESULTATS PRELIMINAIRES Substrats meubles Les fonds meubles autour de Zembra et Zembretta commencent entre -14m et -21m (sauf des secteurs en surface avec caillous, galets et sable). Les biocénoses les plus caractéristiques de ce facies (entre 0 et 35m) sont les herbiers de Posidonia oceanica et Cymodocea nodosa Les herbiers à Posidonia oceanica Posidonia oceanica a été observée dans tous les transects, aussi bien Photo 29 f/m 2 à la limite inferieure (-34m). sur le sable que sur la roche (Photos 29, 30). Dans le sable, elle forme des herbiers très denses, entre -21 et -34m (limite inférieure franche, Photo 31). Mais elle colonise aussi les substrats durs (éboulis, roche) en forme de tâches dont la limite supérieure est entre -7 et - 18m. Les densités des faisceaux sont élevées, entre 700 f/m 2 (à -15m) et 150 Photo 30 Photo 31 Photo 32 Le polychète spirographe Sabella spallanzani dans l herbier à Posidonia (Photo 32) Photo 33 Il faut noter la présence de quelques exemplaires de Pinna nobilis (Photos 33, 34) (1 ou 2 individues par transect) de taille moyenne et petite (max. 60 cm de longueur). Photo 34 La nacre Pinna nobilis colonisée par des algues; des éponges rouges et jaunes, des bryozoaires (tâches orangé pâle) et le bivalve Arca noae

23 RESULTATS PRELIMINAIRES Biocénose des sables fins bien calibrés Dans cette biocénose, on trouve essentiellement l association de Cymodocea nodosa en forme de tâches entre -14 et -18.5m (Photos 35, 36) dans le secteur SE de Zembra où le poisson rason (Xyrichtys novacula) paraît fréquent. Par ailleurs, l algue verte Caulerpa racemosa a été observée sur une petite tâche de Cymodocea à -14m, ainsi que des tâches brunâtres de cyanobactéries sur la sable à 18-19m (Photo 37). Photo 36 Photo 37 Photo 35 Photo 38 Le gastéropode Phalium undulatum dans le substrat sablonneux avec Cymodocea d Biocènose des sables grossiers et des graviers fins Cette biocènose est constituée principalement d élements organogènes (test calcaires brisés et plus ou moins émoussés d organismes) sous la forme de sables grossiers et de fins graviers non vaseux et soumise à l influence des courants de fond. Elle est présente à partir de -21m dans l herbier à Posidonia oceanica ou bien sous forme de tâches sans végetation érecte. Caulerpa racemosa est également présente sur ce substrat à Zembretta (-32m). A partir de -35m, elle est remplacée par la biocènose du détritique côtier avec la rhodophyte calcaire Lithothamnion corallioides et les gorgones jaunes Eunicella cavolini (Photo 39). Photo 39

24 RESULTATS PRELIMINAIRES Caractérisation des populations de Patella ferruginea Il apparaît, à partir des résultats des cinq sites prospectés lors de cette première mission, qu une population importante de Patella ferruginea (Photo 40) s est maintenue autour des îles de Zembra et de Zembretta. La localisation altitudinale des individus est relativement étroite, ils se situent dans l horizon moyen du médiolittoral. Leur présence est couplée à celle de P. rustica et P. Ulyssiponensis (Photo 41). Elle est marquée aussi pour la plupart des sites prospectés par la présence de Chtamalus stellatus (Photo 42), plus ou moins abondante, et de Dendropoma petraeum (Photo 43). Les tableaux récapitulatifs des stations sont présentés dans l annexe II. Les résultats des différents sites prospectées se résument comme suit: Photo 41 Photo 43 Photo 40 Photo Conque de Venus (Nord-Ouest de Zembra) Au total, 41 individus de P. ferruginea et 79 individus de P. rustica ont été respectivement dénombrés. Le plus grand diamètre des individus de P. ferruginea a varié, dans ce site, entre 2.02 cm et 5.55 cm. Outre la présence remarquable de P. rustica où le rapport P. f / P. r (P. ferruginea / P. rustica) était de 1/1.9, l espèce Chtamalus stellatus présentait des niveaux d abandonce variant d un quadrat à l autre (voir tab.1 de l annexe III) avec parfois des portions des côtes rocheuses où un degré de présence important, de 8, a été attribué à Chtamalus. Quelques quadrats ont marqué la présence, parfois remarquable, de Dendropoma petraeum, espèce figurant sur la liste des espèces en danger ou menacées de l annexe II du Protocole ASP.

PROJET RÉGIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT D AIRES PROTÉGÉES MARINES ET CÔTIÈRES DANS LA REGION MÉDITERRANÉENNE (PROJET MedMPA)

PROJET RÉGIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT D AIRES PROTÉGÉES MARINES ET CÔTIÈRES DANS LA REGION MÉDITERRANÉENNE (PROJET MedMPA) CAR/ASP PROJET RÉGIONAL POUR LE DÉVELOPPEMENT D AIRES PROTÉGÉES MARINES ET CÔTIÈRES DANS LA REGION MÉDITERRANÉENNE (PROJET MedMPA) ACTIVITÉ MP3: ELABORATION DU PLAN DE GESTION DE LA PARTIE MARINE DU PARC

Plus en détail

PLAN DE GESTION DE LA PARTIE MARINE DU PARC NATIONAL DE ZEMBRA ET ZEMBRETTA

PLAN DE GESTION DE LA PARTIE MARINE DU PARC NATIONAL DE ZEMBRA ET ZEMBRETTA CAR/ASP Projet Régional pour le Développement d Aires Protégées Marines et Côtières dans la région Méditerranéenne (Projet MedMPA) PLAN DE GESTION DE LA PARTIE MARINE DU PARC NATIONAL DE ZEMBRA ET ZEMBRETTA

Plus en détail

Méthodologie de RECOR, Le réseau de surveillance des assemblages coralligènes

Méthodologie de RECOR, Le réseau de surveillance des assemblages coralligènes Méthodologie de RECOR, Le réseau de surveillance des assemblages coralligènes Andromède 7 place Cassan, 34280 Carnon Tel : 04 67 66 32 48 - contact@andromede-ocean.com 1 www.andromede-ocean.com C A R A

Plus en détail

Les poissons de l herbier de Posidonie : comportements et critères d identifications Photo : A. Cheminée

Les poissons de l herbier de Posidonie : comportements et critères d identifications Photo : A. Cheminée Les poissons de l herbier de Posidonie : comportements et critères d identifications Photo : A. Cheminée Adrien CHEMINEE adrien.cheminee@unice.fr Contribution aux photos et extraits de diaporamas : Jérémy

Plus en détail

COMMUNAUTES BIOLOGIQUES MARINES DU CAP DES TROIS FOURCHES (MEDITERRANEE, MAROC) : CARACTERISATION, CARTOGRAPHIE ET ORIENTATIONS DE GESTION

COMMUNAUTES BIOLOGIQUES MARINES DU CAP DES TROIS FOURCHES (MEDITERRANEE, MAROC) : CARACTERISATION, CARTOGRAPHIE ET ORIENTATIONS DE GESTION COMMUNAUTES BIOLOGIQUES MARINES DU CAP DES TROIS FOURCHES (MEDITERRANEE, MAROC) : CARACTERISATION, CARTOGRAPHIE ET ORIENTATIONS DE GESTION 1 Les appellations employées dans ce document et la présentation

Plus en détail

CAR/ASP. J. G. Harmelin. J. G. Harmelin. J. G. Harmelin G. Pergent

CAR/ASP. J. G. Harmelin. J. G. Harmelin. J. G. Harmelin G. Pergent Liste de Référence des Types d Habitats Marins pour la sélection des sites à inclure dans les inventaires nationaux de sites naturels d intérêt pour la conservation CAR/ASP G. Pergent Juillet 2006 Avant-propos

Plus en détail

MARSEILLE / CALANQUE DE PODESTAT (COEUR DE PARC NATIONAL DES CALANQUES) : COUP D ENVOI D UNE ETUDE SCIENTIFIQUE ET D UN SUIVI BIOLOGIQUE.

MARSEILLE / CALANQUE DE PODESTAT (COEUR DE PARC NATIONAL DES CALANQUES) : COUP D ENVOI D UNE ETUDE SCIENTIFIQUE ET D UN SUIVI BIOLOGIQUE. MARSEILLE / CALANQUE DE PODESTAT (COEUR DE PARC NATIONAL DES CALANQUES) : COUP D ENVOI D UNE ETUDE SCIENTIFIQUE ET D UN SUIVI BIOLOGIQUE. MARSEILLE / Guy Teissier, Député des Bouches-du-Rhône, Maire des

Plus en détail

Quelques traits de la biodiversité marine de Tunisie ---- Proposition d aires de conservation et de gestion. K. Ben Mustapha and A.

Quelques traits de la biodiversité marine de Tunisie ---- Proposition d aires de conservation et de gestion. K. Ben Mustapha and A. Quelques traits de la biodiversité marine de Tunisie ---- Proposition d aires de conservation et de gestion K. Ben Mustapha and A. Afli Résumé Faute d inventaires actualisés, l étude de la biodiversité

Plus en détail

INVENTAIRES BIOLOGIQUES ET ANALYSE ECOLOGIQUE DES HABITATS MARINS PATRIMONIAUX

INVENTAIRES BIOLOGIQUES ET ANALYSE ECOLOGIQUE DES HABITATS MARINS PATRIMONIAUX INVENTAIRES BIOLOGIQUES ET ANALYSE ECOLOGIQUE DES HABITATS MARINS PATRIMONIAUX SITES NATURA 2000 EN MER DU LOT CORSE EXTREME SUD Volet II : «Inventaires biologiques et analyse écologique des habitats marins

Plus en détail

Site d étude. Figure 1 : localisation de la masse d eau et de la station pour les macroalgues intertidales. Ar Gall et Le Duff Ar Gall et Le Duff

Site d étude. Figure 1 : localisation de la masse d eau et de la station pour les macroalgues intertidales. Ar Gall et Le Duff Ar Gall et Le Duff Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

click for previous page - 1149 - Symphodus (Crenilabrus) roissali (Risso, 1810)

click for previous page - 1149 - Symphodus (Crenilabrus) roissali (Risso, 1810) click for previous page - 1149 - Symphodus (Crenilabrus) roissali (Risso, 1810) Autres noms scientifiques encore en usage : Symphodus (Crenilabrus) quinquemaculatus : Risso, 1826 Noms vernaculaires : FAO:

Plus en détail

PLAN DE GESTION DE LA COMPOSANTE MARINE DU PARC NATIONAL D'AL HOCEIMA

PLAN DE GESTION DE LA COMPOSANTE MARINE DU PARC NATIONAL D'AL HOCEIMA ICRAM CAR/ASP Projet Régional pour le Développement d Aires Protégées Marines et Côtières dans la Région Méditerranéenne (Projet MedMPA) PLAN DE GESTION DE LA COMPOSANTE MARINE DU PARC NATIONAL D'AL HOCEIMA

Plus en détail

Thème 3. LA GESTION DES RECIFS ARTIFICIELS : CAS DU PARC MARIN DE LA COTE BLEUE

Thème 3. LA GESTION DES RECIFS ARTIFICIELS : CAS DU PARC MARIN DE LA COTE BLEUE Séminaire récifs artificiels en Languedoc : bilan et perspectives. 20 novembre 2008 Sète Thème 3. LA GESTION DES RECIFS ARTIFICIELS : CAS DU PARC MARIN DE LA COTE BLEUE Frédéric BACHET & Eric CHARBONNEL,

Plus en détail

Guide des espèces étudiées

Guide des espèces étudiées Guide des espèces étudiées ZIPHIUS Rorqual de Minke GRANDE PORCELAINE Dalmatien Dorade royale Denti TORTUE LUTH BARRACUDA Gorgonocéphale GRAND DAUPHIN MostelleSPIROGRAPHE Globicéphale noir Poissonlune

Plus en détail

Newsletter Septembre 2012. «Analyser, suivre et réduire la perte de biodiversité marine»

Newsletter Septembre 2012. «Analyser, suivre et réduire la perte de biodiversité marine» Newsletter Septembre 2012 «Analyser, suivre et réduire la perte de biodiversité marine» Sommaire Pêches de Juillet p.3 EDITO Pêches d Août Guide d identification des post-larves de Méditerranée 36th Annual

Plus en détail

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo».

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo». Département Halieutique Manche Mer-du-Nord Laboratoire Ressources Halieutiques de Port-en-Bessin Station de Normandie Avenue du Général de Gaulle, BP 32 14520 PORT-EN-BESSIN Eric FOUCHER Décembre 2008

Plus en détail

Document d'objectifs Site Natura 2000 FR 9302001 Lagune du Brusc. Atlas cartographique

Document d'objectifs Site Natura 2000 FR 9302001 Lagune du Brusc. Atlas cartographique Document d'objectifs Site Natura 2000 FR 930200 Lagune du Brusc Atlas cartographique DOCUMENT D OBJECTIFS DU SITE NATURA 2000 FR 930200 "LAGUNE DU BRUSC" ATLAS CARTOGRAPHIQUE MAITRE D OUVRAGE MEDDTL Direction

Plus en détail

419.9 ± 126.8 44.4 ± 27.9

419.9 ± 126.8 44.4 ± 27.9 Îles Medes (NE Espagne) : 1 site très exploité (LFD: low fish density; rond rouge); 2 sites moins exploités (IFD: Intermediate fish density; HFD: High fish density; ronds bleu) Biomasse en kg PH/ha (moyenne

Plus en détail

COMPTE RENDU CAMPAGNE D INVENTAIRE DES POPULATIONS DE MEROUS ET DE CORBS DANS LES ILES MARSEILLAISES Octobre 2010

COMPTE RENDU CAMPAGNE D INVENTAIRE DES POPULATIONS DE MEROUS ET DE CORBS DANS LES ILES MARSEILLAISES Octobre 2010 COMPTE RENDU CAMPAGNE D INVENTAIRE DES POPULATIONS DE MEROUS ET DE CORBS DANS LES ILES MARSEILLAISES Octobre 2010 1. INTRODUCTION ET OBJECTIFS Cette septième mission d inventaire a été suscitée par le

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l environnement

Programme des Nations Unies pour l environnement EP Programme des Nations Unies pour l environnement UNEP(DEPI)/MED WG.382/Inf 2 26 Juin 2013 FRANCAIS ORIGINAL: ANGLAIS / FRANCAIS PLAN D'ACTION POUR LA MEDITERRANEE Onzième Réunion des Points Focaux pour

Plus en détail

Compétence n 5 : protection de l environnement

Compétence n 5 : protection de l environnement 1 Compétence n 5 : protection de l environnement 2 Le bateau et la zone de mise à l eau Respect du milieu 3 Le bateau et la zone de mise à l eau Gestion des déchets 4 Zone de pratiques et les différents

Plus en détail

Base de formation environnement Niveau 3 Apnée FFESSM

Base de formation environnement Niveau 3 Apnée FFESSM GUC Plongée Section apnée Base de formation environnement Niveau 3 Apnée FFESSM Modules 2b et 5 Ce n est pas un cours mais la base de la présentation Power-Point Objectifs : base du fonctionnement des

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE CONCEPTION - REALISATION

MARCHE PUBLIC DE CONCEPTION - REALISATION MARCHE PUBLIC DE CONCEPTION - REALISATION EXPERIMENTATION DE DISPOSITIFS DE NURSERIES ARTIFICIELLES DANS UNE RESERVE MARINE : ETUDE DE CONCEPTION, FABRICATION, IMPLANTATION, BILAN ET PROTECTION. CAHIER

Plus en détail

I. UN CONTEXTE FAVORABLE

I. UN CONTEXTE FAVORABLE L opération RÉCIFS PRADO : un projet exemplaire de la gestion du littoral marseillais Sète, 20 novembre 2008 Jean-Charles LARDIC Ville de Marseille Secrétariat Général Direction de la Qualité de Vie Partagée

Plus en détail

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne

La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne La base de données SILENE Un outil pour la conservation de la flore méditerranéenne Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles V. Noble 06 novembre 2014 Plan de la présentation Le Conservatoire

Plus en détail

CONTRIBUTION AUX RECHERCHES BIONOMIQUES SUR LES FONDS CORALLIGÈNES AU LARGE DE L'ADRIATIQUE MOYENNE

CONTRIBUTION AUX RECHERCHES BIONOMIQUES SUR LES FONDS CORALLIGÈNES AU LARGE DE L'ADRIATIQUE MOYENNE CONTRIBUTION AUX RECHERCHES BIONOMIQUES SUR LES FONDS CORALLIGÈNES AU LARGE DE L'ADRIATIQUE MOYENNE par H. GAMULIN-BRIDA INTRODUCTION Jusqu'à présent on n'avait pas effectué de recherches bionomiques sur

Plus en détail

Guide d interprétation sur la règlementation concernant le débarquement. Parc national des Calanques

Guide d interprétation sur la règlementation concernant le débarquement. Parc national des Calanques Guide d interprétation sur la règlementation concernant le débarquement Parc national des Calanques 2 Débarquement Guide d interprétation Guide d interprétation sur la règlementation concernant le débarquement

Plus en détail

Le Plateau de Rochebonne

Le Plateau de Rochebonne Le Plateau de Rochebonne Niveau 2/3 Niveau difficulté : 6/10 Intérêt du site : 9/10 Profondeur Mini : 5 m Profondeur Maxi : 60 m Situation: Au large à l Ouest de l'ile de Ré, à 57 milles nautiques du port

Plus en détail

Rencontre avec les gestionnaires et pêcheurs professionnels de la Réserve Naturelle de Scandola, en Corse

Rencontre avec les gestionnaires et pêcheurs professionnels de la Réserve Naturelle de Scandola, en Corse DOSSIER DE PRESSE Rencontre avec les gestionnaires et pêcheurs professionnels de la Réserve Naturelle de Scandola, en Corse Un évènement presse organisé en partenariat entre le GIP des Calanques et la

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

MERIGEO. De la côte à l océan: l information géographique en mouvement. Brest 24-26 novembre 2015

MERIGEO. De la côte à l océan: l information géographique en mouvement. Brest 24-26 novembre 2015 Les fonds marins accessibles à tous avec la restitution tridimensionnelle haute résolution MERIGEO De la côte à l océan: l information géographique en mouvement Brest 24-26 novembre 2015 B. CHEMISKY 1

Plus en détail

La gestion des risques au Maroc

La gestion des risques au Maroc La gestion des risques au Maroc Laila EL FOUNTI, Maroc Key words: RÉSUMÉ La croissance des risques naturels et technologiques est un phénomène mondial préoccupant qui résulte notamment de l industrialisation

Plus en détail

Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales

Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales Indicateur : milieux naturels protégés par voies réglementaire, foncière et contractuelle dans les communes littorales Contexte Comme toutes les lisières entre deux types de milieux (écotone), le littoral

Plus en détail

EVALUATION DES INCIDENCES NATURA 2000 formulaire destiné aux pétitionnaires pour ETABLISSEMENT SPORTIF en Corse du Sud

EVALUATION DES INCIDENCES NATURA 2000 formulaire destiné aux pétitionnaires pour ETABLISSEMENT SPORTIF en Corse du Sud EVALUATION DES INCIDENCES NATURA 2000 formulaire destiné aux pétitionnaires pour ETABLISSEMENT SPORTIF en Corse du Sud Contacts : DDTM 2A-Mission Patrimoine Naturel et Biodiversité Terre Plein de la Gare

Plus en détail

Etat écologique du littoral rocheux de Malte

Etat écologique du littoral rocheux de Malte NOTE NATURALISTE Mission PIM Mai 2008 Rapport Avril 2011 Avec le soutien : Etat écologique du littoral rocheux de Malte Mission/rapport réalisés en partenariat avec : Thierry THIBAUT Université de Nice

Plus en détail

Biologie Subaquatique 3

Biologie Subaquatique 3 Biologie Subaquatique 3 Pour les petits fours, c est toujours Jérôme et les bouteilles pour l apéro? Ca ne change pas. Logistique = Jérôme Prochains RV du Mardi 20h Aujourd hui On parle de onds Rocheux

Plus en détail

Cette brochure s inscrit dans le cadre du programme pédagogique

Cette brochure s inscrit dans le cadre du programme pédagogique Cette brochure s inscrit dans le cadre du programme pédagogique Programme pédagogique L'Office de la mer, dans le cadre de ses activités, s'efforce de développer l'utilisation de la mer, la valorisation

Plus en détail

INVENTAIRE PISCICOLE PAR PECHE ELECTRIQUE SUR LE CHER A L AVAL DU BARRAGE DE PRAT

INVENTAIRE PISCICOLE PAR PECHE ELECTRIQUE SUR LE CHER A L AVAL DU BARRAGE DE PRAT INVENTAIRE PISCICOLE PAR PECHE ELECTRIQUE SUR LE CHER A L AVAL DU BARRAGE DE PRAT COMMUNE DE TEILLET ARGENTY COMPTE RENDU DE L OPERATION M. LELIEVRE JANVIER 2010 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 MATERIEL

Plus en détail

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN DE LA COP 9 DE BONN 2008 À LA COP 10 DE NAGOYA 2010 DE LA COP 9 DE BONN 2008 A LA COP10 DE NAGOYA 2010 INTRODUCTION Du 2 au 8 Avril 2009 tenue au Siège de l Organisation de Nations Unies pour la Science

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

La pêche professionnelle dans les eaux du Parc national des Calanques

La pêche professionnelle dans les eaux du Parc national des Calanques La pêche professionnelle dans les eaux du Parc national des Calanques GIP des Calanques Parc national des Calanques 12 Juillet 2012 Page 1 sur 20 SOMMAIRE I. Présentation du Parc national des Calanques....p3

Plus en détail

Le cap des Trois Fourches. Un site de grande importance pour la conservation de la nature sur la côte méditerranéenne du Maroc

Le cap des Trois Fourches. Un site de grande importance pour la conservation de la nature sur la côte méditerranéenne du Maroc Le cap des Trois Fourches Un site de grande importance pour la conservation de la nature sur la côte méditerranéenne du Maroc Le cap des Trois Fourches Un site de grande importance pour la conservation

Plus en détail

CONDITIONS METEOROLOGIQUES

CONDITIONS METEOROLOGIQUES 10 BULLETIN MENSUEL DU MOIS D OCTOBRE 2014 SITUATION DU CRIQUET PELERIN AU MALI ----------------------------------------------------------------------------------------------- Résumé les conditions écologiques

Plus en détail

Ancrages écologiques permanents

Ancrages écologiques permanents DR Guide d aide à la gestion des Aires Marines Protégées en Méditerranée Ancrages écologiques permanents Comment citer cet ouvrage : Francour P., Magréau J.F., Mannoni P.A., Cottalorda J.M., Gratiot J.

Plus en détail

Atelier «les aires marines protégées : un outil de la réconciliation des usagers?» Le rôle des aires marines protégées

Atelier «les aires marines protégées : un outil de la réconciliation des usagers?» Le rôle des aires marines protégées Atelier «les aires marines protégées : un outil de la réconciliation des usagers?» Le rôle des aires marines protégées Ferdy LOUISY Président du Parc national de Guadeloupe Vice-président de l Agence des

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

Premières évaluations du patrimoine sous-marin du Parc national de Port Cros (France, Méditerranée) : les campagnes Poséidon

Premières évaluations du patrimoine sous-marin du Parc national de Port Cros (France, Méditerranée) : les campagnes Poséidon Sci. Rep. Port-Cros natl Park, 27 : 119-128 (2013) Premières évaluations du patrimoine sous-marin du Parc national de Port Cros (France, Méditerranée) : les campagnes Poséidon Jean-Georges HARMELIN 1,2

Plus en détail

PRÉFECTURE DE LA RÉGION PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR ANNEXE 1. 1 Définition de la zone d influence (concernée par le projet)

PRÉFECTURE DE LA RÉGION PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR ANNEXE 1. 1 Définition de la zone d influence (concernée par le projet) PRÉFECTURE DE LA RÉGION PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR ANNEXE 1 FORMULAIRE D EVALUATION SIMPLIFIEE DES INCIDENCES NATURA2000 en application des articles R.414-19 à R.414-26 du Code de l Environnement 1

Plus en détail

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 GEMEL Picardie 115 Quai Jeanne d Arc 80230 Saint Valery sur Somme 03.22.26.85.25 gemel.picardie@libertysurf.fr www.gemel.org Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 BOUVET Audrey

Plus en détail

Plongeurs en prospection @ BCasalta - Obs.marin Cavalaire-sur-Mer La Croix Valmer Ramatuelle Rayol-Canadel-sur-Mer

Plongeurs en prospection @ BCasalta - Obs.marin Cavalaire-sur-Mer La Croix Valmer Ramatuelle Rayol-Canadel-sur-Mer Campagne caulerpes 2011 Plongeurs en prospection @ BCasalta - Obs.marin Cavalaire-sur-Mer La Croix Valmer Ramatuelle Rayol-Canadel-sur-Mer Prospection en ligne- B.Casalta - Obs.marin Algues envahissantes

Plus en détail

DOCUMENT D OBJECTIFS Site Natura 2000 FR 9301995 «Cap Martin» Désigné au titre de la Directive «Habitat-Faune-Flore»

DOCUMENT D OBJECTIFS Site Natura 2000 FR 9301995 «Cap Martin» Désigné au titre de la Directive «Habitat-Faune-Flore» DOCUMENT D OBJECTIFS Site Natura 2000 FR 9301995 «Cap Martin» Désigné au titre de la Directive «Habitat-Faune-Flore» Fiches descriptives des habitats et espèces d intérêt communautaire Document provisoire

Plus en détail

Gestion intégrée des Aires Marines Protégées Parc Marin International des Bouches de Bonifacio

Gestion intégrée des Aires Marines Protégées Parc Marin International des Bouches de Bonifacio Gestion intégrée des Aires Marines Protégées Parc Marin International des Bouches de Bonifacio Marie Hélène LUCIANI Office de l Environnement de la Corse www.oec.fr 4 ème Rencontres de la Coopération décentralisée

Plus en détail

O b s e r v a t o i r e d u M i l i e u M a r i n M a r t i n i q u a i s

O b s e r v a t o i r e d u M i l i e u M a r i n M a r t i n i q u a i s Les oursins, les étoiles de mer et leurs alliés A partir de ce groupe, le corps des animaux est protégé par un squelette, les organes se complexifient, et pour la première fois un anus apparaît, orifice

Plus en détail

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L ENVIRONNEMENT PLAN D ACTION POUR LA MEDITERRANEE

PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L ENVIRONNEMENT PLAN D ACTION POUR LA MEDITERRANEE UNITED NATIONS UNEP(DEPI)/MED WG.408/9 PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L ENVIRONNEMENT PLAN D ACTION POUR LA MEDITERRANEE 22 Mai 2015 Français Original : Anglais Douzième réunion des Points focaux pour

Plus en détail

Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut

Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Depuis 2006, les écovolontaires de Cybelle planète participent, chaque été, à la collecte

Plus en détail

ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que

ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que les autres publications de la série du Projet de Développement

Plus en détail

Spots sur le Dramont

Spots sur le Dramont Spots sur le Dramont Les Pyramides : 43 24 32N 6 50 37E Prof. Moyenne : 20 m / 65.6 ft Prof. Max : 38 m / 124.7 ft Courant : Faible (1 knot) Visibilité Bonne : (10-30 m) Qualité du site : Bon Expérience

Plus en détail

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay,

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay, FICHE DE SYNTHESE Contexte : Les zones humides sont des milieux rares à l échelon national (4% du territoire) et fortement menacés par les activités anthropiques. La publication, en France en 1994, de

Plus en détail

La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013

La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013 Lundi 6 juin 2011 La Ville de Marseille organise le 3ème Congrès Mondial des Aires Marines Protégées en octobre 2013 Historique du Congrès : Après l Australie (Geelong, octobre 2005) et les USA (Washington,

Plus en détail

Organisation du travail en équipe autour d un plan de gestion d un espace naturel

Organisation du travail en équipe autour d un plan de gestion d un espace naturel Organisation du travail en équipe autour d un plan de gestion d un espace naturel Exemple de la Réserve Naturelle des îlet de Petite Terre Formation «structuration de la gestion des sites du conservatoire

Plus en détail

Dossier de presse. Installation du conseil de gestion du Parc naturel marin des Glorieuses et élection du président. Crédits photos : V.

Dossier de presse. Installation du conseil de gestion du Parc naturel marin des Glorieuses et élection du président. Crédits photos : V. Le 22 février 2013 à Saint-Pierre, Dossier de presse Installation du conseil de gestion du Parc naturel marin des Glorieuses et élection du président Crédits photos : V.Lamarre / SHOM Contact Presse :

Plus en détail

Robert Lapalme EnviroLac Février 2011

Robert Lapalme EnviroLac Février 2011 PROGRAMME DE SUIVI ENVIRONNEMENTAL DU LAC-LA-TORTUE POUR LA SAISON 2010 RAPPORT D ANALYSE DES RÉSULTATS Préparé pour La Ville de Shawinigan Et L association de protection environnementale du Lac à la Tortue

Plus en détail

SYMPOSIUMS SUR LA CONSERVATION DES HABITATS MARINS CLES MEDITERRANEENS Portorož, Slovenie, 27-31 octobre 2014

SYMPOSIUMS SUR LA CONSERVATION DES HABITATS MARINS CLES MEDITERRANEENS Portorož, Slovenie, 27-31 octobre 2014 C A R / A S P Programme des Nations Unies pour l Environnement Plan d Action pour la Méditerranée Centre d Activité Régionales pour les Aires Spécialement Protégées DEUXIEME ANNONCE SYMPOSIUMS SUR LA CONSERVATION

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Comme pour l ATPP, différents peuplements sont considérés : algues, coraux, mollusques, échinodermes et poissons.

Comme pour l ATPP, différents peuplements sont considérés : algues, coraux, mollusques, échinodermes et poissons. Série Tiahura Le récif corallien de Tiahura à Moorea est étudié depuis 1971, date à laquelle y a été conduite la première étude qualitative et quantitative des peuplements récifaux majeurs de Polynésie

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/SC.3/2003/10/Add.1 4 août 2004 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de

Plus en détail

Newsletter Novembre 2013. «Analyser, suivre et réduire la perte de biodiversité marine»

Newsletter Novembre 2013. «Analyser, suivre et réduire la perte de biodiversité marine» Newsletter Novembre 2013 «Analyser, suivre et réduire la perte de biodiversité marine» 2 Sommaire Pêches du mois d Août p.3 EDITO Newsletter Novembre 2013 (LL - Cefrem) Pêches de Sept & Oct p.4 La période

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Espaces protégés en France, parcs et réserves. Denise Bellan-Santini 2009

Espaces protégés en France, parcs et réserves. Denise Bellan-Santini 2009 Espaces protégés en France, parcs et réserves Denise Bellan-Santini 2009 Les espaces protégés en France Le réseau d espaces protégées comporte 9 parcs nationaux, 163 réserves naturelles, 600 arrêtés de

Plus en détail

à : a pou Typologie des biocénoses benthiques de Méditerranée Liste de référence française et correspondances Service du Patrimoine Naturel

à : a pou Typologie des biocénoses benthiques de Méditerranée Liste de référence française et correspondances Service du Patrimoine Naturel Service du Patrimoine Naturel Muséum National d'histoire Naturelle. r u o j à N e P s i : N I t m ' l n é. e e t e l d é m l e e e a t s u i s e t s i i c t g r e a l o e l r n v o e o A i p t l s y r

Plus en détail

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Publié par la En collaboration avec le Ministère de l Equipement, de l Aménagement du Territoire et du Développement Durable Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Synthèse Publié par Bureau

Plus en détail

2. Conclusions des investigations complémentaires.

2. Conclusions des investigations complémentaires. - cas n 3, la protection des personnes peut être obtenue par la réalisation de travaux nécessitant au préalable un diagnostic «sommaire» par un bureau d études «structures» généralistes ; - cas n 4, la

Plus en détail

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP)

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) (Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) Exposé écrit présenté par le Secrétaire général de l ONU au Tribunal international

Plus en détail

Préambule : Sous le patronage de :

Préambule : Sous le patronage de : Sous le patronage de : Association reconnue d utilité publique Université Paris VI Laboratoire d Anatomie comparée 2 place Jussieu 75005 PARIS http://www.societeherpetologiquedefrance.com Préambule : L

Plus en détail

Journée Scientifique et Technique janvier 2013 L ANALYSE STRATÉGIQUE DE GUYANE

Journée Scientifique et Technique janvier 2013 L ANALYSE STRATÉGIQUE DE GUYANE Journée Scientifique et Technique janvier 2013 L ANALYSE STRATÉGIQUE DE GUYANE 1 Objectifs Synthèse des informations existantes sur le milieu marin de Guyane patrimoine naturel et culturel, les usages

Plus en détail

LIFE + LAG Nature Volet FAUNE

LIFE + LAG Nature Volet FAUNE LIFE + LAG Nature Volet FAUNE PROTOCOLE REGIONAL DE RECUEIL DE DONNEES DE TERRAIN Méthode de recensement de la faune indicatrice Sites visés par le LIFE + LAG Nature : Complexe lagunaire de Salses Leucate,

Plus en détail

Compte rendu de la prospection en plongée du Gisement d Oursins (Paracentrotus lividus et Sphaerechinus granularis) du Golfe du Morbihan en 2007

Compte rendu de la prospection en plongée du Gisement d Oursins (Paracentrotus lividus et Sphaerechinus granularis) du Golfe du Morbihan en 2007 Sciences et Technologies Halieutiques Laboratoire biologie halieutique de Lorient Joël Diméet septembre 7 - R.INT.DIR/LAB/SERV AN-NUMERO Compte rendu de la prospection en plongée du Gisement d Oursins

Plus en détail

Habitats en Manche occidentale (1968-1979) harmonisés selon la typologie EUNIS

Habitats en Manche occidentale (1968-1979) harmonisés selon la typologie EUNIS Habitats en Manche occidentale (1968-1979) harmonisés selon la typologie EUNIS Nom du fichier de données: ifr_peupl_compil_mo_l2_p_eunis200410 Date d'édition du jeu de données: 16 janvier 2008 Dernière

Plus en détail

Sur proposition du Ministre de l environnement et du développement durable,

Sur proposition du Ministre de l environnement et du développement durable, Décret n 2005-1991 Du 11 juillet 2005, relatif à l étude d impact sur l environnement et fixant les catégories d unités soumises à l étude d impact sur l environnement et les catégories d unités soumises

Plus en détail

DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX

DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX DANS LA RESERVE PRIVEE D AMBODIRIANA (MANOMPANA SOANIERANA IVONGO) PHASE II RAPPORT PRELIMINAIRE Jeanneney Rabearivony

Plus en détail

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances

J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances J. Localisation des zones d activité de la pêcherie artisanale marocaine sud Atlantique à partir d une base de connaissances Abdellah Belkhaouad, INRH - Casablanca (Maroc) Marc Taconet, FAO Rome (Italie)

Plus en détail

Rapport du programme : Prospection aérienne de concentration de reproducteurs (ICCAT/GBYP Phase 2-2011) Zone Malte Bloc 3CM

Rapport du programme : Prospection aérienne de concentration de reproducteurs (ICCAT/GBYP Phase 2-2011) Zone Malte Bloc 3CM Rapport du programme : Prospection aérienne de concentration de reproducteurs (ICCAT/GBYP Phase 2-2011) Zone Malte Bloc 3CM Juillet 2011 Sébastien Stradal Damien Grima Table des matières TABLE DES MATIERES...

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Le cadre : la convention de Cartagena

Le cadre : la convention de Cartagena Le cadre : la convention de Cartagena La convention de Cartagena a été adoptée en mars 1983 à Cartagena de Indias (Colombie) par les Etats de la Caraïbe pour la protection et la mise en valeur de la Mer

Plus en détail

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2010/054 ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Contexte Figure

Plus en détail

NATURA 2000 EN MER EN CORSE

NATURA 2000 EN MER EN CORSE NATURA 2000 EN MER EN CORSE Sommaire Fiche 1 COMMUNIQUE DE PRESSE Fiche 2 Fiche 3 LE DISPOSITIF NATURA 2000 EN MER FICHE ET CARTE DU SITE NATURA 2000 EN MER «CAP ROSSU, SCANDOLA, POINTE DE LA REVELLATTA,

Plus en détail

Inventaire permanent de la flore de Lorraine

Inventaire permanent de la flore de Lorraine En collaboration avec : Faculté des sciences et technologies Campus des Aiguillettes BP 70239 54 506 Vandœuvre-lès-Nancy Tél : 03 83 68 41 77 Mail : contact@polelorrain-cbnne.fr 100 rue du jardin botanique

Plus en détail

ANIMAUX SAUVAGES EN CAPTIVITE

ANIMAUX SAUVAGES EN CAPTIVITE ANIMAUX SAUVAGES EN CAPTIVITE (fiche MEDD) La détention d animaux sauvages en captivité est régie par le code de l environnement. Toute personne détenant un animal d espèce non domestique à titre individuel

Plus en détail

Plan de restauration des tortues marines en Guyane 2007-2012

Plan de restauration des tortues marines en Guyane 2007-2012 Plan de restauration des tortues marines en Guyane 2007-2012 La tortue olivâtre Lepidochelys olivacea et la tortue verte Chelonia mydas. Qu est ce qu un plan de restauration? la tortue luth Dermochelys

Plus en détail

CREATION DE OBSERVATOIRE DES DECHETS EN MILIEUX AQUATIQUES ODEMA

CREATION DE OBSERVATOIRE DES DECHETS EN MILIEUX AQUATIQUES ODEMA 1 Marseille, le 4 juin 2006 CREATION DE OBSERVATOIRE DES DECHETS EN MILIEUX AQUATIQUES ODEMA 1 2 Notre production de déchets ne cesse d augmenter. Leur gestion plus ou moins appropriées par les personnes

Plus en détail

De Port-Cros à Port-Cros, en passant par Bruxelles :

De Port-Cros à Port-Cros, en passant par Bruxelles : Boudouresque C.-F., 2013. De Port-Cros à Port-Cros, en passant par Bruxelles : l histoire d un écosystème-miracle, l herbier à Posidonia oceanica. GIS Posidonie : plus de 30 ans au service de la protection

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Protection de la faune et de la flore au Maroc :Encadré par DR. Mr EL AKLAA plan Introduction I- La biodiversité au Maroc III-La

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Cadre de l expertise : Avis sur le dimensionnement d ouvrages hydrauliques au droit du collège de Bandrélé BRGM/RP-61292-FR Juin, 2012 Appuis aux administrations Appuis à la police

Plus en détail

Reliefs et climats du monde

Reliefs et climats du monde Reliefs et climats du monde Matière : Géographie Domaine : Regard sur le Monde Séance 1 Quels sont les reliefs mondiaux? CM2! Objectif(s) de la séance :! Connaître les caractéristiques des reliefs du monde

Plus en détail

DECRET Décret n 98-802 du 3 septembre 1998 portant création de la réserve naturelle de Saint-Martin (Guadeloupe) NOR: ATEN9860068D

DECRET Décret n 98-802 du 3 septembre 1998 portant création de la réserve naturelle de Saint-Martin (Guadeloupe) NOR: ATEN9860068D Le 21 novembre 2013 DECRET Décret n 98-802 du 3 septembre 1998 portant création de la réserve naturelle de Saint-Martin (Guadeloupe) NOR: ATEN9860068D Version consolidée au 25 avril 2012 Le Premier ministre,

Plus en détail

PERMIS BATEAU PERMIS BATEAU PERMIS BATEAU PERMIS

PERMIS BATEAU PERMIS BATEAU PERMIS BATEAU PERMIS PERMIS BATEAU PERMIS BATEAU PERMIS BATEAU PERMIS Formation et suivi jusqu à obtention La conduite bateau? Votre moniteur agréé vous aide à obtenir votre permis facilement: La sécurité,la réglementation,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Exposition sur le thème de l eau au Centre aquatique du Clermontais. du 16 mai au 16 juin Salle de l étage Entrée Gratuite

COMMUNIQUE DE PRESSE. Exposition sur le thème de l eau au Centre aquatique du Clermontais. du 16 mai au 16 juin Salle de l étage Entrée Gratuite Le 14 mai 2013 De : Magali BOUCHEZ, chargée de communication CCC Pour : Information et diffusion COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition sur le thème de l eau au Centre aquatique du Clermontais du 16 mai au 16

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail