LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES OUTILS DE GESTION DES RISQUES -

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES 2013 - OUTILS DE GESTION DES RISQUES -"

Transcription

1 RMI(11)9833:8 Bruxelles, le 20 avril 2012 LA POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE APRES OUTILS DE GESTION DES RISQUES - Réaction des agriculteurs et des coopératives agricoles de l'ue aux propositions législatives de la Commission relatives à l'assurance et aux fonds de mutualisation comme outils de gestion des risques Copa - Cogeca European Farmers European Agri-Cooperatives 61, Rue de Trèves B Bruxelles EC Register Number Copa Cogeca

2 I. INTRODUCTION 1. Ce document consacré à l'assurance et aux fonds de mutualisation constitue une réaction plus détaillée 1 au positionnement du Copa-Cogeca par rapport à la proposition législative de la Commission européenne pour la PAC d'après Au cours des dernières années, les agriculteurs et les coopératives de l'ue se sont trouvés confrontés à une augmentation significative des risques, notamment due aux éléments suivants: une agriculture plus orientée vers le marché en conséquence des réformes de la PAC depuis 1992; une volatilité accrue des marchés engendrée par une ouverture toujours plus importante du marché communautaire et par les flux commerciaux internationaux; une plus grande exposition à de nouvelles maladies animales et végétales, causée par une circulation croissante de biens et de personnes au niveau international; et une fréquence accrue de phénomènes climatiques extrêmes, dans le contexte du changement climatique. 3. Même si le Copa-Cogeca reconnaît que les paiements directs sont encore considérés comme une mesure essentielle pour soutenir le revenu des agriculteurs, une gamme aussi vaste et efficace que possible d'outils de gestion des risques dans le cadre de la PAC d'après 2013 devrait être mise à disposition des agriculteurs de l'union européenne. Cela permettra de mieux faire face à la volatilité du marché, aux graves conséquences de l'apparition de maladies animales et végétales ainsi qu'aux phénomènes météorologiques extrêmes. De tels outils devraient uniquement compléter le système actuel de paiements directs et les mesures de gestion du marché et ne doivent, en aucun cas, constituer un remplacement. Le Fonds vétérinaire actuel devrait être maintenu et son activité doit être garantie à l avenir, ainsi que les mesures en vigueur dans l'ocm unique. 4. Les assurances et les fonds de mutualisation dans le deuxième pilier de la PAC devraient avoir pour objectif de stabiliser la situation économique des exploitations sans pour autant entraîner des distorsions du commerce et de la concurrence entre les agriculteurs des différents Etats membres. Ces outils devraient toujours rester flexibles afin de pouvoir coexister avec les aides d'état (actuel règlement n 1857/2006), et être cohérents et simples. La mise en œuvre doit être volontaire, à la fois pour les Etats membres et pour les agriculteurs individuels. 5. Les nouveaux instruments de gestion des risques et des crises dans le deuxième pilier de la PAC d'après 2013 devront permettre le maintien des instruments actuellement existants dans les Etats membres. En outre, les Etats membres qui le souhaitent devraient encore avoir la possibilité d utiliser tout fonds inutilisé de la PAC (1 er pilier) pour financer les outils de gestion des risques. Il est primordial que les intérêts des agriculteurs et de leurs coopératives agricoles soient au cœur de tout nouveau système d'assurance. Ils doivent en être les seuls et véritables bénéficiaires. 6. Les coopératives agricoles et les autres types d'organisations de producteurs, ainsi que les organisations agricoles et les organisations interprofessionnelles, devraient jouer un rôle plus important dans la souscription de contrats d'assurance et dans la création de fonds de mutualisation. Cette possibilité doit encore être pleinement explorée. Même si la portée des organisations de producteurs est différente selon les Etats membres, l idée d une approche collective devrait être envisagée plus avant. 7. La Commission européenne a présenté dans sa proposition pour la PAC après 2013 une nouvelle boîte à outils de gestion des risques qui reposera en partie sur l'actuelle assurance récolte, animaux et végétaux (article 70 du règlement n 73/2009, maintenant article 38 de la nouvelle proposition pour la PAC) et sur les fonds de mutualisation en cas de maladies animales ou végétales et d'incidents environnementaux (article 71 du règlement n 73/2009, maintenant article 30 du nouveau règlement n 73/2009). Elle propose en outre un nouvel outil de stabilisation du revenu (article 40 de la nouvelle proposition pour la PAC) sous forme de fonds de mutualisation pour répondre à la volatilité des revenus. 1 Vous trouverez la réaction générale des agriculteurs et des coopératives agricoles de l'ue aux propositions législatives de la Commission sur la future PAC sur le site internet du Copa-Cogeca 2 5

3 8. Nous saluons le repositionnement des actuelles mesures de gestion des risques ainsi que l'introduction d'un outil additionnel volontaire de stabilisation du revenu dans le deuxième pilier de la PAC. Toutefois, le Copa-Cogeca est déçu de constater que la Commission européenne n'a pas repris ses propositions spécifiques visant à consolider les outils de gestion des risques existants et à surmonter une série de problèmes pratiques de mise en œuvre. 9. L'utilisation de différents instruments dans la boîte à outils devrait être conçue de manière plus complémentaire. Une telle approche devrait permettre aux agriculteurs de bénéficier d'une gamme plus large d'outils qui pourraient couvrir différents risques, qu'ils soient de nature économique, climatique et sanitaire, etc. En outre, si le seuil de 30% ne devait être appliqué qu'à la partie éligible de la contribution financière publique, une contribution financière complémentaire privée devrait être autorisée en dessous du seuil de 30%. II. ASSURANCE CULTURE, ANIMAUX ET VEGETAUX 10. Les critères d'éligibilité dans la proposition pour la nouvelle PAC restent les mêmes, et les problèmes existants restent sans solution. Les mesures doivent être révisées pour garantir qu'elles sont bien orientées vers le marché, qu'elles stabilisent le revenu agricole et qu'elles n'entraînent pas une distorsion de la concurrence entre les agriculteurs des différents Etats membres. 11. Comme cela a été démontré par des systèmes d'assurance en dehors de l'ue, le seuil des 30% comme critère d éligibilité pour une contribution financière est clairement trop élevé et décourage les agriculteurs d utiliser les outils de gestion des risques. Le Copa-Cogeca a demandé à de nombreuses reprises que les critères existants soient améliorés pour faciliter l'évaluation sur l'exploitation des pertes de production. Cela devrait se faire de la manière suivante: a. Inclure la possibilité d'utiliser des indices biologiques (quantité de biomasse) ou météorologiques (quantité de précipitations, température, etc.) extérieurs à l'exploitation, qui soient développés au niveau local, régional ou national, afin de mieux évaluer les pertes subies au niveau de l'exploitation agricole, et ce dans un délai court et adéquat. Cela pourrait être utile dans les cas où il est difficile d'évaluer les pertes de production (par ex.: prairies permanentes). b. Garantir que les critères d'éligibilité puissent être adaptés aux caractéristiques spécifiques de chaque type de produit ou d'exploitation. Bien souvent, un manque de valeurs-seuils concernant la production annuelle moyenne place les petites et les moyennes exploitations en situation de désavantage, étant donné que dans la majorité des cas, ces exploitations ne disposent pas de données exactes relatives à leurs performances. C'est souvent le cas de la production des fruits ayant un court cycle de vie. c. Permettre de calculer les pertes économiques en termes d'équivalent de pertes de rendement pour une année spécifique. Les prix du marché pour certaines cultures peuvent changer rapidement au cours de l'année. Les dommages devraient être calculés par des compagnies d'assurance privées au travers d'une évaluation des pertes brutes de rendement lors de la récolte par période de végétation, au cas où les données concernant la comptabilité de l'agriculteur ne seraient pas disponibles. 12. Le Copa-Cogeca estime qu'il faudrait étendre la liste des maladies animales qui sont couvertes par le régime pour inclure de nouvelles maladies (comme les maladies des abeilles). Cela renforcera l'intérêt des Etats membres à mettre en œuvre cette disposition à l'échelle nationale. 13. Le Copa-Cogeca salue la nouvelle possibilité de couvrir les pertes dues à des mesures adoptées conformément à la Directive 2000/29/CE pour éradiquer ou circonscrire des maladies végétales ou des ravageurs dans l'union européenne. Toutefois, dans le cadre de la révision actuelle du régime communautaire phytosanitaire, cette nouvelle option ne doit pas empêcher le fait que le Fonds de solidarité actuel puisse couvrir également les pertes 3 5

4 directes des agriculteurs 2. De plus, en ce qui concerne toutes les maladies végétales et tous les ravageurs couverts pas cette mesure spécifique, il faudrait voir si le seuil actuel de 30% encouragera véritablement les agriculteurs à éradiquer ou circonscrire une maladie végétale ou des ravageurs et ainsi éviter une propagation dans toute l'union européenne. 14. Il est nécessaire de disposer d'exemples et de plus amples informations quant à l'application de ce régime au niveau européen afin de stimuler l'intérêt des Etats membres à mettre en œuvre cette disposition. III. FONDS DE MUTUALISATION EN CAS DE MALADIES ANIMALES OU VEGETALES ET D'INCIDENTS ENVIRONNEMENTAUX 15. Les fonds de mutualisation en cas de maladies animales ou végétales et d'incidents environnementaux ont été légèrement adaptés dans la proposition pour la nouvelle PAC par rapport aux mesures existantes (art. 71 du règlement n 73/2009). 16. Le Copa-Cogeca est déçu de voir que la nouvelle proposition ne couvre pas les risques dus à des phénomènes climatiques extrêmes (par ex.: sécheresse, inondation, précipitations excessives, gel, grêle, canicules, tempêtes, etc.). 17. Les fonds de mutualisation peuvent représenter, dans certaines circonstances, des outils utiles permettant aux agriculteurs ou à des groupes d'agriculteurs de gérer leurs propres risques, même si dans certains cas, il peut s avérer difficile de répondre à des pertes économiques catastrophiques. 18. Il devrait être possible de compléter les fonds de mutualisation avec des systèmes d'assurance pour garantir une gestion plus efficace des risques au niveau de l'exploitation, notamment en ce qui concerne la réassurance. 19. Les contributions financières aux fonds de mutualisation dans la proposition actuelle relèvent des coûts administratifs dus à la création du fonds de mutualisation, aux sommes payées par le fonds aux agriculteurs comme compensation financière et aux intérêts des prêts commerciaux contractés par le fonds de mutualisation pour payer la compensation financière aux agriculteurs en cas de crise. 20. Le Copa-Cogeca estime qu'il devrait également être possible de recevoir une contribution financière pour le capital du prêt commercial contracté par le fonds pour payer la compensation financière aux agriculteurs en cas de crise, comme cela est prévu actuellement par l'article 71 du règlement n 73/ Il faudrait que des exemples et plus d'informations soient disponibles au niveau européen sur la manière dont les fonds de mutualisation pourraient être mis en œuvre dans le cadre de la PAC. Ceci, associé à une approche plus flexible dans la mise en œuvre, pourrait encourager les Etats membres à plus utiliser ces outils de gestion des risques. IV. OUTIL DE STABILISATION DU REVENU 22. Le Copa-Cogeca considère l'outil volontaire de stabilisation du revenu dans la proposition du second pilier de la PAC après 2013 comme un outil pertinent pour certaines régions d'europe. Cet outil, toutefois, ne peut être une garantie de rentabilité de l'exploitation. Il ne peut remplacer le système actuel de paiements directs et les mesures de gestion du marché. 23. Pour certaines régions d Europe, un nouvel outil de stabilisation du revenu sous forme de fonds de mutualisation est un élément positif. Toutefois, la gestion des risques économiques devrait également être possible via des contrats d'assurance. Si l'assurance et le fonds de mutualisation sont bien définis, ils peuvent être utilisés de manière complémentaire pour accroître la couverture des risques et garantir une meilleure gestion des risques économiques sur l'exploitation. 2 L'actuel fonds de solidarité compense uniquement les mesures d'éradication/de suivi adoptées par les autorités compétentes pour contrôler les organismes nuisibles sur leur territoire national. 4 5

5 24. La mise en œuvre doit se faire sur une base volontaire, à la fois pour les Etats membres et les agriculteurs individuels. Le cadre communautaire devrait être bien structuré et contrôlé au niveau européen et ne devrait pas créer de distorsions de la concurrence ni de distorsions commerciales entre agriculteurs de différents Etats membres. Cependant, du fait de l'hétérogénéité des risques et des structures agricoles dans l'ue, le système devrait autoriser de la flexibilité pour l'application de cet outil, en permettant aux Etats membres d'adapter les outils à leur réalité en choisissant la solution la plus appropriée à leurs besoins spécifiques. 25. Certaines garanties sont nécessaires pour les exploitations agricoles qui ne disposent pas des données appropriées liées à l'exploitation. Cela ne devrait pas empêcher la mise en œuvre des outils au niveau de l'exploitation. 26. Dans le cadre des discussions concernant un système européen d'outils de gestion des risques et afin de maintenir les primes à un niveau suffisamment bas et acceptable, il pourrait être important d'examiner la possibilité d'introduire un système de réassurance publique-privée entre les Etats membres de l'ue en tant que réassureurs publics d'une part et des prestataires privés d assurance récolte et de réassurance dans l'union européenne d'autre part. Il y a lieu d'analyser de manière attentive le fait qu'un tel cadre soit susceptible ou non de favoriser de manière significative le développement d'un marché des produits d'assurance amélioré et plus diversifié et la manière dont les agriculteurs pourraient en bénéficier. V. FINANCEMENT DES OUTILS DE GESTION DES RISQUES DANS LA PROPOSITION DE LA PAC 27. Le Copa-Cogeca souhaiterait rappeler l'importance de continuer à fournir une contribution publique pour les primes d'assurance et les fonds de mutualisation sur une base annuelle. Les agriculteurs doivent avoir payé leur propre prime afin de respecter leurs engagements contractuels et pour que leur couverture de risques soit garantie. De plus, la gestion multiannuelle des ressources devrait être possible dans les fonds de mutualisation du fait de la volatilité sur les marchés et de la variabilité des risques d'une année à l'autre. 28. Une approche régionale, souvent adoptée pour les programmes de développement rural, ne devrait pas conduire à une augmentation des primes d'assurance ou affecter la pérennité des fonds de mutualisation qui sont souvent mis en œuvre sur plusieurs régions. Bien souvent, pour que les primes d'assurance restent à un niveau raisonnable ou pour garantir le fonctionnement des fonds de mutualisation, le risque est réparti sur une zone géographique large sur laquelle les dommages surviennent à des fréquences et dans des dimensions variables. Si cela est nécessaire, les Etats membres devraient pouvoir soumettre à approbation un programme national, avec une allocation budgétaire, pour mettre en œuvre des mesures de gestion des risques. VI. ORGANISATION COMMUNE DU MARCHE POUR LES PRODUITS AGRICOLES (REGLEMENT SUR L'OCM UNIQUE) 29. Le Copa-Cogeca salue les subventions pour les primes d'assurance relatives aux perturbations météorologiques pour la production de fruits, de légumes et de vin dans l'ocm unique. Les mesures existantes doivent être améliorées et être disponibles pour tous les agriculteurs. 5 5

Indemnisation des Calamités Agricoles en France. Séminaire Assurance Agricole - 10 Juin 2007 - Alger

Indemnisation des Calamités Agricoles en France. Séminaire Assurance Agricole - 10 Juin 2007 - Alger Indemnisation des Calamités Agricoles en France 1 Marché mondial de l Assurance Agricole Primes brutes d assurance directe = environ 6,5 milliards d euros (dont subventions gouvernementales = environ 2,9

Plus en détail

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale

Contribution de JEUNES AGRICULTEURS. Organisation Professionnelle Agricole à vocation syndicale A Paris, le vendredi 07 septembre, REEXAMEN DU REGIME DE L UE APPLICABLE AU SECTEUR DES FRUITS ET LEGUMES - CONSULTATION PUBLIQUE SUR LES OPTIONS PROPOSEES ET L'EVALUATION DE LEURS INCIDENCES Contribution

Plus en détail

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99

U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 U IO EUROPÉE E LE PARLEME T EUROPÉE LE CO SEIL Bruxelles, le 6 février 2012 (OR. en) 2009/0035 (COD) PE-CO S 79/11 DRS 133 COMPET 624 ECOFI 896 CODEC 2464 OC 99 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES I STRUME TS

Plus en détail

Gestion des risques sanitaires et futurs programmes européens. ens. CROPSAV du 10 juillet 2013

Gestion des risques sanitaires et futurs programmes européens. ens. CROPSAV du 10 juillet 2013 Gestion des risques sanitaires et futurs programmes européens ens CROPSAV du 10 juillet 2013 Calendrier de la négociation PAC octobre 2011: proposition législative de la Commission Européenne 13 mars 2013

Plus en détail

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Plateforme Forêts - Communauté européenne : Briefing Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Introduction En raison de la préoccupation internationale

Plus en détail

PROPOSITIONS POUR LE PLAN TRIENNAL REGIONAL 2015 2018 (v.7) (Pour examen par les Organisations Scoutes Nationales)

PROPOSITIONS POUR LE PLAN TRIENNAL REGIONAL 2015 2018 (v.7) (Pour examen par les Organisations Scoutes Nationales) Document 9 PROPOSITIONS POUR LE PLAN TRIENNAL REGIONAL 2015 2018 (v.7) (Pour examen par les Organisations Scoutes Nationales) *******************************************************************************

Plus en détail

RAPPORT DE CONSULTATION

RAPPORT DE CONSULTATION Commission de Régulation de l'electricité et du Gaz Rue de l'industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. : 02/289.76.11 Fax : 02/289.76.09 COMMISSION DE REGULATION DE L'ELECTRICITE ET DU GAZ RAPPORT DE CONSULTATION

Plus en détail

L 227/18 Journal officiel de l Union européenne 31.7.2014

L 227/18 Journal officiel de l Union européenne 31.7.2014 L 227/18 Journal officiel de l Union européenne 31.7.2014 RÈGLEMENT D EXÉCUTION (UE) n o 808/2014 DE LA COMMISSION du 17 juillet 2014 portant modalités d application du règlement (UE) du Parlement européen

Plus en détail

CODE RURAL ET DE LA PÊCHE MARITIME. Chapitre Ier : Organisation de la gestion des risques en agriculture

CODE RURAL ET DE LA PÊCHE MARITIME. Chapitre Ier : Organisation de la gestion des risques en agriculture CODE RURAL ET DE LA PÊCHE MARITIME Titre VI : Gestion des risques en agriculture Chapitre Ier : Organisation de la gestion des risques en agriculture Section 4 : Mutualisation des risques sanitaires et

Plus en détail

CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC

CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC Préambule En ce début de l Année de la biodiversité, il fait très plaisir à la Fédération québécoise des coopératives forestières de participer

Plus en détail

0(02. 3RXUTXRLOD&RPPLVVLRQDWHOOHSURSRVpGDFWXDOLVHUOHVGLUHFWLYHVVXU ODVVXUDQFHDXWRPRELOH"

0(02. 3RXUTXRLOD&RPPLVVLRQDWHOOHSURSRVpGDFWXDOLVHUOHVGLUHFWLYHVVXU ODVVXUDQFHDXWRPRELOH 0(02 Bruxelles, le 10 juin 2002 $VVXUDQFH DXWRPRELOH QRXYHOOH SURSRVLWLRQ GH OD &RPPLVVLRQ YLVDQW j PRGHUQLVHU OD OpJLVODWLRQ HXURSpHQQH FLQTXLqPH GLUHFWLYH VXU ODVVXUDQFH DXWRPRELOHIRLUHDX[TXHVWLRQV (voir

Plus en détail

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20 INTRODUCTION Le plan d aménagement municipal se veut l'outil de travail de premier ordre qui permettra au village de Maisonnette de mieux planifier la façon dont va s'orienter le développement au cours

Plus en détail

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999)

NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) NIMP n 10 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 10 EXIGENCES POUR L ÉTABLISSEMENT DE LIEUX ET SITES DE PRODUCTION EXEMPTS D ORGANISMES NUISIBLES (1999) Produit par le Secrétariat

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état France SA.43200 (2015/N) Aides aux contributions financières des fonds de mutualisation

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état France SA.43200 (2015/N) Aides aux contributions financières des fonds de mutualisation COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 7.1.2016 C(2015) 9811 final Objet: Aide d'état France SA.43200 (2015/N) Aides aux contributions financières des fonds de mutualisation Monsieur, La Commission européenne

Plus en détail

PARTIE III. 12.H AIDES DESTINEES A COMPENSER DES DOMMAGES EN MATIERE DE PRODUCTION AGRICOLE OU DE MOYENS DE PRODUCTION AGRICOLE

PARTIE III. 12.H AIDES DESTINEES A COMPENSER DES DOMMAGES EN MATIERE DE PRODUCTION AGRICOLE OU DE MOYENS DE PRODUCTION AGRICOLE PARTIE III. 12.H AIDES DESTINEES A COMPENSER DES DOMMAGES EN MATIERE DE PRODUCTION AGRICOLE OU DE MOYENS DE PRODUCTION AGRICOLE 1. AIDE POUR REPARER LES DOMMAGES RESULTANT DE CALAMITES NATURELLES OU D

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54 Réponse de l AGLIA à la Consultation de la Commission Européenne concernant l élaboration de plans pluriannuels de gestion pour les pêcheries démersales dans les eaux occidentales de l Union européenne

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. (Texte présentant de l intérêt pour l EEE)

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. (Texte présentant de l intérêt pour l EEE) COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 18.11.2015 COM(2015) 496 final 2015/0239 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL sur les statistiques européennes concernant les prix du gaz

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972)

Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972) Directive 72/161/CEE du Conseil (17 avril 1972) Légende: Malgré l'impopularité de certaines mesures du Plan Mansholt, le Conseil des ministres s'y rallie et adopte, le 17 avril 1972, une directive sur

Plus en détail

Consultation concernant la réforme des PC: prise de position CDAS - CDS - CDF

Consultation concernant la réforme des PC: prise de position CDAS - CDS - CDF Office fédéral des assurances sociales Domaine AVS, prévoyance professionnelle et PC Effingerstrasse 20 3003 Berne Berne, le 26 février 2016 Reg: rdo-2.144.7 Consultation concernant la réforme des PC:

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme L'éducation et la formation des femmes CSW41 Conclusions concertées (1997/4) Nations Unies, mars 1997 L'éducation et la formation des femmes 1. On s'accorde largement

Plus en détail

Aides d État n N 242/2002 - France Aides au financement des investissements des distilleries viticoles en matière de compteurs d alcool

Aides d État n N 242/2002 - France Aides au financement des investissements des distilleries viticoles en matière de compteurs d alcool COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 06.09.2002 C(2002)3244 Objet: Aides d État n N 242/2002 - France Aides au financement des investissements des distilleries viticoles en matière de compteurs d alcool

Plus en détail

Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains

Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains Promouvoir l'agriculture familiale pour résoudre les grands défis contemporains MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Le secteur agricole est

Plus en détail

La Commission européenne teste ses limites en élargissant la définition d aide d État

La Commission européenne teste ses limites en élargissant la définition d aide d État La Commission européenne teste ses limites en élargissant la définition d aide d État Réponse du CCRE à la consultation de la Commission sur le Projet de communication de la Commission relative à la notion

Plus en détail

BILAN DE SANTE DE LA PAC KAIN, 10.02.2009. José RENARD SPW DGARNE

BILAN DE SANTE DE LA PAC KAIN, 10.02.2009. José RENARD SPW DGARNE BILAN DE SANTE DE LA PAC KAIN, 10.02.2009 Bilan de santé de la PAC Plan de l exposé 1. Pourquoi un bilan de santé? Le contexte 2. Contenu du bilan de santé 3. Accord politique du 20 novembre 2008 4. Etat

Plus en détail

Consultation publique sur la mise en ligne du patrimoine culturel

Consultation publique sur la mise en ligne du patrimoine culturel Consultation publique sur la mise en ligne du patrimoine culturel La France accorde une importance au plus haut niveau politique à la numérisation, qui constitue un défi tout autant qu une formidable opportunité

Plus en détail

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1

POSITION DE LA CES. Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 POSITION DE LA CES Livre Blanc sur les pensions : «Pour garantir les retraites : Ne se tromper ni sur les objectifs, ni sur les moyens» 1 1. Le 16 février 2012 la Commission a publié son Livre Blanc sur

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 30.06.2004 C (2004)2206 fin Objet: Aide d État n N 224/04 Belgique Aides d'état à la production cinématographique et audiovisuelle belge modifications au régime fédéral

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes

Journal officiel des Communautés européennes L 275/39 DIRECTIVE 2000/46/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 18 septembre 2000 concernant l'accès à l'activité des établissements de monnaie électronique et son exercice ainsi que la surveillance

Plus en détail

AVIS (A)040205-CDC-247

AVIS (A)040205-CDC-247 Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l Industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél.: 02/289.76.11 Fax: 02/289.76.09 COMMISSION DE REGULATION DE L ELECTRICITE ET DU GAZ AVIS (A)040205-CDC-247

Plus en détail

Document de référence relatif à la consultation publique sur les options politiques pour optimiser la réutilisation des eaux dans l UE

Document de référence relatif à la consultation publique sur les options politiques pour optimiser la réutilisation des eaux dans l UE Document de référence relatif à la consultation publique sur les options politiques pour optimiser la réutilisation des eaux dans l UE 1. Situation actuelle et tendances futures pour la réutilisation des

Plus en détail

CONSULTATION SUR LE LIVRE VERT "VERS UN MARCHÉ EUROPÉEN INTÉGRÉ

CONSULTATION SUR LE LIVRE VERT VERS UN MARCHÉ EUROPÉEN INTÉGRÉ CONSULTATION SUR LE LIVRE VERT "VERS UN MARCHÉ EUROPÉEN INTÉGRÉ DES PAIEMENTS PAR CARTE, PAR INTERNET ET PAR TÉLÉPHONE MOBILE" COMMENTAIRES DE L'UGAL 25 mars 2012 Union des Groupements de Détaillants indépendants

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE AIDES A L'ALLEGEMENT ET A L'AMENAGEMENT DES CHARGES

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE AIDES A L'ALLEGEMENT ET A L'AMENAGEMENT DES CHARGES CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE 1 ère REUNION DE 2005 Séance du 11 février 2005 CG 05/1 ère /IV-03 AIDES A L'ALLEGEMENT ET A L'AMENAGEMENT DES CHARGES

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE

RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE RAPPORT DE SYNTHESE ANNEE 2004 FRANCE Fonctionnement de la base de données sur les variétés disponibles en semences issues du mode de production biologique Synthèse annuelle des dérogations accordées En

Plus en détail

Document mis en distribution le 14 novembre 2000 N 2695 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 novembre 2000 PROPOSITION

Plus en détail

LES AIDES MOBILISABLES

LES AIDES MOBILISABLES LES AIDES MOBILISABLES 133 QUELS TYPES D AIDES SONT CONCERNÉES? LES POUR L'ACCOMPAGNEMENT FINANCIER DU PROJET D'UN GIEE PEUVENT PROVENIR DE PLUSIEURS SOURCES ET NOTAMMENT : Les financements européens FEADER

Plus en détail

Critères relatifs à la délivrance des Certificats de bonne conduite ARC/COP2/D009.2211_13. Deuxième Conférence des Parties de l AR

Critères relatifs à la délivrance des Certificats de bonne conduite ARC/COP2/D009.2211_13. Deuxième Conférence des Parties de l AR Critères relatifs à la délivrance des Certificats de bonne conduite ARC/COP2/D009.2211_13 Deuxième Conférence des Parties de l AR Nairobi, Kenya 26-28 Novembre 2013 Introduction La Mutuelle panafricaine

Plus en détail

Annexe II INFORMATIONS SUR LES AIDES D'ÉTAT EXEMPTÉES AU TITRE DU PRÉSENT RÈGLEMENT

Annexe II INFORMATIONS SUR LES AIDES D'ÉTAT EXEMPTÉES AU TITRE DU PRÉSENT RÈGLEMENT Annexe II INFORMATIONS SUR LES AIDES D'ÉTAT EXEMPTÉES AU TITRE DU PRÉSENT RÈGLEMENT (Texte présentant de l'intérêt pour l'eee 1 ) Conformément à l'article 9, paragraphe 1 PARTIE I Numéro de l'aide (à compléter

Plus en détail

TEXTES ADOPTÉS PARTIE III. Unie dans la diversité. au cours de la séance du. jeudi 23 juin 2011 PARLEMENT EUROPEEN 2011-2012

TEXTES ADOPTÉS PARTIE III. Unie dans la diversité. au cours de la séance du. jeudi 23 juin 2011 PARLEMENT EUROPEEN 2011-2012 PARLEMENT EUROPEEN 2011-2012 TEXTES ADOPTÉS PARTIE III au cours de la séance du jeudi 23 juin 2011 P7_TA-PROV(2011)06-23 EDITION PROVISOIRE PE 467.614 Unie dans la diversité SOMMAIRE TEXTES ADOPTES PAR

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne

Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne Gîrbină Maria Mădălina L objective de notre intervention est de soumettre aux attention deux sujets d actualité pour la communauté comptable

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne. (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS

Journal officiel de l'union européenne. (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS 16.5.2006 C 115/1 II (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS 62 ème SESSION PLÉNIÈRE DES 16 ET 17 NOVEMBRE 2005 Avis du Comité des régions sur la «Communication de la Commission Une politique de cohésion

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 17.2.2006 COM(2006) 67 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPÉEN SUR LE RENFORCEMENT DE LA COOPÉRATION PRATIQUE NOUVELLES

Plus en détail

EC FOREST PLATFORM CAMEROON

EC FOREST PLATFORM CAMEROON Note de position ECFP sur l APV (09 Juin 2009) EC FOREST PLATFORM CAMEROON L Accord de Partenariat Volontaire entre l Union européenne et la République du Cameroun Point de vue des membres de la plateforme

Plus en détail

RÈGLEMENT (UE, EURATOM) N o 1311/2013 DU CONSEIL du 2 décembre 2013 fixant le cadre financier pluriannuel pour la période 2014-2020

RÈGLEMENT (UE, EURATOM) N o 1311/2013 DU CONSEIL du 2 décembre 2013 fixant le cadre financier pluriannuel pour la période 2014-2020 L 347/884 Journal officiel de l Union européenne 20.12.2013 RÈGLEMENT (UE, EURATOM) N o 1311/2013 DU CONSEIL du 2 décembre 2013 fixant le cadre financier pluriannuel pour la période 2014-2020 LE CONSEIL

Plus en détail

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Bruxelles, le 6 mars 2015 Représentant 10 000 traducteurs littéraires

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) 6690/3/08 REV 3. Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) RC 1 COASI 47

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) 6690/3/08 REV 3. Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) RC 1 COASI 47 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17 mars 2008 (18.03) (OR. en) Dossier interinstitutionnel: 2008/0004 (CNS) 6690/3/08 REV 3 RC 1 COASI 47 PROPOSITION Origine: Commission En date du: 14 janvier

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

DOCUMENT D'INFORMATION:

DOCUMENT D'INFORMATION: INTERNATIONAL TELECOMMUNICATION UNION TELECOMMUNICATION DEVELOPMENT BUREAU Document: 21 COLLOQUE MONDIAL DES REGULATEURS GENEVE, SUISSE, 8-9 DECEMBRE 2003 DOCUMENT D'INFORMATION: LIGNES DIRECTRICES POUR

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Rapport annuel 2011-2012

Rapport annuel 2011-2012 Code de conduite pour des relations commerciales équitables entre fournisseurs et acheteurs dans la chaîne agro-alimentaire Rapport annuel 2011-2012 Le code de conduite pour des relations commerciales

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION Parlement européen 2014-2019 Document de séance 8.7.2015 B8-0000/2015 PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION déposée à la suite d'une déclaration de la Commission conformément à l'article 123, paragraphe

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Gîtes à la ferme Bienvenue à la ferme

CAHIER DES CHARGES Gîtes à la ferme Bienvenue à la ferme CAHIER DES CHARGES Gîtes à la ferme Bienvenue à la ferme Version : Novembre 2011 APCA Agriculture et Tourisme - CDC-Gites-220312 Novembre 2011 1 Cahier des charges "Gîtes à la ferme - Bienvenue à la ferme"

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 21.9.2007 COM(2007) 546 final 2002/0222 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 251, paragraphe

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

7pOpWUDYDLO 0PH 'LDPDQWRSRXORX VH IpOLFLWH GH ODFFRUG HXURSpHQ VXU OH WpOpWUDYDLO GDQV OH VHFWHXU GXFRPPHUFH

7pOpWUDYDLO 0PH 'LDPDQWRSRXORX VH IpOLFLWH GH ODFFRUG HXURSpHQ VXU OH WpOpWUDYDLO GDQV OH VHFWHXU GXFRPPHUFH ,3 Bruxelles, Le 26 avril 2001 7pOpWUDYDLO 0PH 'LDPDQWRSRXORX VH IpOLFLWH GH ODFFRUG HXURSpHQ VXU OH WpOpWUDYDLO GDQV OH VHFWHXU GXFRPPHUFH $QQD'LDPDQWRSRXORXODFRPPLVVDLUHHXURSpHQQHFKDUJpHGHOHPSORLVHVW

Plus en détail

E 4875 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 28 octobre 2009 le 28 octobre 2009

E 4875 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 28 octobre 2009 le 28 octobre 2009 E 4875 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 octobre 2009 le 28 octobre

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mercredi 12 février 16h15 Commission des affaires européennes Communication de M me Estelle Grelier sur la consultation ouverte par la Commission européenne

Plus en détail

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur,

Bruxelles, 18 décembre 2007. Madame, Monsieur, Politique prudentielle banques et assurances PB Bruxelles, 18 décembre 2007. CIRCULAIRE PPB-2007-15-CPB-CPA aux établissements de crédit et entreprises d investissement indiquant certaines attentes prudentielles

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMTPABLES

COMMISSION DES NORMES COMTPABLES COMMISSION DES NORMES COMTPABLES Avis CNC 2013/16 - Indications à publier dans l annexe en cas de non-utilisation des règles de l'évaluation à la juste valeur pour les instruments financiers Avis du 27

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois *

France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * France, Europe et monde Les tendances économiques de l agriculture Lucien Bourgeois * Dans 50 ans, le secteur agricole restera stratégique même dans nos pays développés et il faudra toujours autant de

Plus en détail

Concours EPSO/A/1-10/03

Concours EPSO/A/1-10/03 Concours EPSO/A/1-10/03 Administrateurs adjoints (A8) Épreuve a) Test constitué d une série de questions à choix visant à évaluer les connaissances spécifiques dans le domaine choisi DOMAINE 4 Audit 1

Plus en détail

Monsieur le Président de la Confédération, Moritz Leuenberger Monsieur le Conseiller fédéral, Kaspar Villiger, Palais fédéral, 3003 Berne

Monsieur le Président de la Confédération, Moritz Leuenberger Monsieur le Conseiller fédéral, Kaspar Villiger, Palais fédéral, 3003 Berne Monsieur le Président de la Confédération, Moritz Leuenberger Monsieur le Conseiller fédéral, Kaspar Villiger, Palais fédéral, 3003 Berne Procédure de consultation concernant le rapport Paquet Poste/Swisscom

Plus en détail

Utilisation de la modélisation dans le cadre de la Politique Agricole Commune. 1. Présentation de la PAC et de ses évolutions récentes

Utilisation de la modélisation dans le cadre de la Politique Agricole Commune. 1. Présentation de la PAC et de ses évolutions récentes Utilisation de la modélisation dans le cadre de la Politique Agricole Commune 1. Présentation de la PAC et de ses évolutions récentes Depuis sa mise en place, la Politique Agricole Commune (PAC) a toujours

Plus en détail

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012

Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 Avis général de la médiatrice du cinéma sur les propositions d engagements de programmation Décembre 2012 La Médiatrice du cinéma est chargée de formuler son avis sur les propositions d engagements de

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'approche globale de l'ue. Conseil AFFAIRES ETRAGERES Bruxelles, 12 mai 2014

Conclusions du Conseil sur l'approche globale de l'ue. Conseil AFFAIRES ETRAGERES Bruxelles, 12 mai 2014 COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur l'approche globale de l'ue Le Conseil a adopté les conclusions suivantes: Conseil AFFAIRES ETRAGERES Bruxelles, 12 mai 2014 "1. L'Union européenne et

Plus en détail

FONDS STRUCTURELS EUROPEENS Dossier de presse. Dégagement d office du 31/12/2003 & Réserve de performance de mars 2004

FONDS STRUCTURELS EUROPEENS Dossier de presse. Dégagement d office du 31/12/2003 & Réserve de performance de mars 2004 FONDS STRUCTURELS EUROPEENS Dossier de presse Dégagement d office du 31/12/2003 & Réserve de performance de mars 2004 TRAME GENERALE : Les fonds structurels européens : Rappel de ce à quoi correspondent

Plus en détail

Séminaire de l'eer Bruxelles le 16 mai 2012. Giovanni BUTTARELLI Contrôleur européen adjoint de la protection des données

Séminaire de l'eer Bruxelles le 16 mai 2012. Giovanni BUTTARELLI Contrôleur européen adjoint de la protection des données Vers la création du Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) au sein d'europol: quelles sont les implications en matière de protection des données? Séminaire de l'eer Bruxelles le 16 mai

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT

PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT Juillet 2011 1 CONTEXTE 1. Une étape très importante a été franchie à Lisbonne, au

Plus en détail

Définition des considérations autres que d ordre commercial

Définition des considérations autres que d ordre commercial Solagral Mars 2001 Les agricultures du Sud et l OMC Transparent 9.1 Définition des considérations autres que d ordre commercial Les considérations autres que d ordre commercial recouvrent largement le

Plus en détail

LE PROJET DE PRELEVEMENT KILOMETRIQUE

LE PROJET DE PRELEVEMENT KILOMETRIQUE Avis de l Union Wallonne des Entreprises UNION WALLONNE DES ENTREPRISES Chemin du Stockoy, 1-3 à 1300 WAVRE Tél. + 32 (0) 10 47.19.41 - Fax : + 32 (0) 10 45 33 43- E-mail : samuel.saelens@uwe.be 1. Introduction

Plus en détail

Déclaration commune sur le télétravail des partenaires sociaux européens du secteur de l'assurance

Déclaration commune sur le télétravail des partenaires sociaux européens du secteur de l'assurance Déclaration commune sur le télétravail des partenaires sociaux européens du secteur de l'assurance I. Introduction Plus de dix ans après la signature par les partenaires sociaux européens de l'accord-cadre

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services?

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services? Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de prestations de services? 1 Note technique Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations

Plus en détail

N 512 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 512 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 512 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattaché pour ordre au procès-verbal de la séance du 8juillet 1992. Enregistré à la Présidence dusénat le 27août 1992. PROJET DE LOI relatif à

Plus en détail

Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1. 14 avril 2016

Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1. 14 avril 2016 Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1 14 avril 2016 La présente note établit les priorités du régime des travailleurs indépendants pour déterminer les principes

Plus en détail

Numéro 2 2005 CATASTROPHIQUES

Numéro 2 2005 CATASTROPHIQUES Numéro 2 2005 SYSTEMES DE FINANCEMEMENT DE LA SANTE: COMMENT REDUIRE LES DEPENSES CATASTROPHIQUES Chaque année, plus de 150 millions de personnes dans 44 millions de ménages doivent faire face à des dépenses

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002)

PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002) PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002) INTRODUCTION Actuellement, le Zimbabwe met en place divers systèmes de protection sociale qui peuvent être

Plus en détail

Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt - 06.2015

Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt - 06.2015 Régime cadre exempté de notification n SA 42062 relatif aux aides au transfert de connaissances et aux actions d'information dans le secteur forestier pour la période 2015-2020. Les autorités françaises

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France

La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France Gilles Bazin, Professeur AgroParisTech UFR Agriculture comparée et Développement agricole Académie d Agriculture de France 6 novembre

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

Accord-cadre européen sur le télétravail dans le commerce

Accord-cadre européen sur le télétravail dans le commerce $11(;( Accord-cadre européen sur le télétravail dans le commerce 1. Les partenaires sociaux européens du commerce, EuroCommerce et Uni- Europa Commerce, s engagent à développer un cadre européen pour la

Plus en détail