CONSEIL GENERAL DU VAL-DE-MARNE DIRECTION DE L EDUCATION ET DES COLLEGES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL GENERAL DU VAL-DE-MARNE DIRECTION DE L EDUCATION ET DES COLLEGES"

Transcription

1 CONSEIL GENERAL DU VAL-DE-MARNE DIRECTION DE L EDUCATION ET DES COLLEGES NOTE aux membres du CDEN Séance du 2 octobre 2013 Communication au Conseil départemental de l Education nationale Dotation 2014 collèges publics Dans le cadre de ses priorités données à l Education et à la Jeunesse, le Département consacre des moyens importants au financement des collèges tant pour assurer les compétences qui lui ont été confiées par les lois de décentralisation que pour mettre en œuvre le Projet Educatif Départemental «Réussir ils en sont tous capables» qui a pour objectif d agir sur l environnement des collégiens afin de contribuer à la réussite de tous les élèves. 66,6 M sont ainsi consacrés à la reconstruction, à la rénovation, à la maintenance et à l équipement informatique des collèges pour offrir des établissements accueillants, dans le cadre de démarches de développement durable, respectueuses de l environnement. 14,1 M (montant identique par rapport à 2013) sont consacrés au fonctionnement des 104 collèges publics dans le cadre d une dotation globale de fonctionnement composée d une dotation initiale, votée par le Conseil général et notifiée aux collèges avant le 1 er novembre, objet du présent rapport, et de subventions complémentaires (subventions et abondements) pour couvrir le cas échéant des variables d ajustement et/ou des dépenses exceptionnelles. 7 M sont dédiés à l opération ORDIVAL. La dotation de fonctionnement permet de financer les dépenses obligatoires à la charge des collèges : viabilisation, maintenance des équipements, entretien de premier niveau des bâtiments, dépenses de vie scolaire. Les activités pédagogiques sont pour leur part financées par des crédits spécifiques de l Etat. En outre une somme de permet de subventionner certains équipements spécifiques dans les collèges et sont dédiés à l achat de matériel de bureau et de mobiliers scolaires. Dans le cadre des objectifs de lutte contre les inégalités sociales et scolaires, de solidarité et d innovation pour les collèges, la répartition des moyens accordés dans le cadre de la dotation de fonctionnement s effectue sur une base de calcul, issue de l histoire avec souvent de fortes inégalités liées principalement à la viabilisation et à l ancienneté des 1

2 bâtiments (qu il conviendrait à terme de réduire), et par l attribution de crédits destinés à soutenir des dispositifs spécifiques, illustrant les actions propres à notre collectivité. Dans un contexte de crise financière économique et sociale, le Département a néanmoins toujours maintenu son effort en direction des collèges alors que les périodes de restrictions budgétaires actuelles grèvent de façon importante et régulière les dotations de l Etat versées aux collectivités. Cependant, depuis quelques années la dotation est ajustée en fonction des fonds de réserves des établissements aux services généraux. Sans renoncer à nos engagements forts pris en direction des collèges, il convient cependant d être particulièrement vigilant à la meilleure utilisation des fonds publics, y compris lorsqu il s agit d organismes publics financés par les collectivités tels les collèges, établissements publics locaux d enseignement. L examen attentif des budgets des collèges devrait donc nous permettre d optimiser encore davantage les moyens dédiés aux établissements afin d assurer les meilleures conditions d accueil et de vie des élèves dans tous les établissements et développer des actions renforcées dans les 35 collèges situés dans les quartiers les plus sensibles. La proposition de dotation de fonctionnement des collèges pour l année 2014 s appuie donc sur une analyse approfondie des comptes financiers concernant l année 2012 et s inscrit dans un objectif renforcé de la meilleure utilisation des fonds dédiés aux collèges. I. BILAN FINANCIER DES COLLEGES & ANALYSE DE L EXISTANT L analyse financière des comptes financiers des collèges, arrêtés au 31 décembre 2012, a porté sur les 104 établissements (intégrant les trois collèges en cités scolaires). Avec la réforme du cadre budgétaire et comptable (RCBC), la notion de fonds de roulement a évolué. Il est maintenant constitué de l ensemble des réserves disponibles, des stocks et des dépôts et cautionnements. Afin de simplifier l analyse, le fonds de roulement incluant désormais les réserves des services généraux, des services spéciaux (SEGPA) et celles du service restauration, seront entendus hors stocks et dépôt et cautionnements. Les points marquants de cette analyse sont les suivants : - un montant important des fonds de roulement des collèges. L ensemble des réserves disponibles au compte financier s élèves à en 2012 contre en 2011 soit une augmentation de + 10 %, sachant que ce montant était déjà en augmentation de 4 % par rapport à l année Par ailleurs pour 2012, la moyenne des réserves disponibles représente une somme de par collège, soit 4 mois d autonomie financière moyenne par collège. Le montant médian des réserves disponibles s élève à et 50 % des établissements disposent donc d une durée d autonomie de plus de 3 mois, alors que le montant des réserves préconisé s élève à 1,5 mois d autonomie,. Il est à noter par ailleurs que certains collèges disposent en outre de ressources propres (loyers, accueil de GRETA). 2

3 - des disparités importantes entre les collèges pour les charges de viabilisations et d entretien. L analyse des comptes financiers des collèges sur les quatre dernières années montrent des disparités importantes entre les collèges en matière de viabilisation et de maintenance des installations. Ces écarts viennent impacter les crédits disponibles pour les actions pédagogiques et la vie scolaire. Le ratio rapportant les dépenses de viabilisation et de maintenance à la dotation versée peut ainsi varier de 40 % à 80 %. Certains collèges voient alors la quasi-totalité de leur dotation «absorbée» par la viabilisation et ne disposent ainsi plus de crédits suffisants pour financer les dépenses pédagogiques. Il est donc proposé que la dotation 2014 soit calculée en tenant compte du montant important des réserves qui constituent des crédits inemployés. Il apparaît anormal en effet dans le contexte actuel que ces crédits ne puissent pas être utilisés non seulement dans un souci légitime de bonne utilisation des deniers publics mais surtout avec l objectif de redéployer ces crédits pour améliorer la vie scolaire des élèves et soutenir les collèges en difficultés. Par ailleurs, une attention particulière sera portée aux établissements dont les dépenses structurelles (viabilisation et entretien) sont importantes et qui ne disposent pas de réserves suffisantes pour les absorber. II. RÉPARTITION DE LA DOTATION ANNUELLE 2014 Afin de clarifier et rendre plus transparentes les modalités de calcul de la dotation, il est proposé d identifier une dotation initiale ciblant la partie «variable» du fonctionnement de l établissement (viabilisation, maintenance, entretien de premier niveau) et la part «fixe» dédiée aux élèves (crédits liés aux effectifs et à la pratique sportive). Afin de maintenir un suivi individualisé et de rendre lisible l engagement de la collectivité dans certains domaines, les crédits liés à une spécificité de l établissement ou à une action volontariste de la collectivité seront versées dans le cadre d une subvention complémentaire en début d année civile. Les 3 cités mixtes régionales auront les mêmes critères de calcul de la dotation pour la part fixe et l impact du fonds de roulement, mais auront une dotation de base moins importante du fait des contrats d entretien qui sont payés directement à la région par le département. A. Elaboration de la dotation initiale selon 4 critères Critère 1 : Prise en compte du fonds de roulement La dotation initiale 2014 a été élaborée en tenant compte de la situation de chaque collège au regard du fonds de roulement (arrêté aux comptes financiers 2012), et évaluée à travers son autonomie financière. Considérant que 1,5 à 2 mois d autonomie (soit 12,5% à 16,67% du montant de la dotation initiale) sont nécessaires pour faire face aux impondérables, l on 3

4 peut constater, dans l analyse financière effectuée, que 22 collèges n atteignent pas ce niveau de sécurité. Ainsi, dans un souci de rééquilibrage, il est proposé d ajuster la dotation des établissements au regard du fonds de roulement. Au regard du fonds de roulement arrêté aux comptes financiers 2012, les réajustements de la dotation 2014 s appliqueront sur la dotation 2013 (hors crédits spécifiques) selon les taux suivants : augmentation de 3 % de la dotation des collèges dont le fonds de roulement est inférieur ou égal à 1,5 mois d autonomie de trésorerie ; maintien de la dotation des collèges dont le fonds de roulement se situe entre 1,5 et 2 mois d autonomie de trésorerie ; du collège Decroly à Saint Mandé compte tenu de sa spécificité de gestion, du collège Laplace à Créteil qui vient de bénéficier d une reconstruction et du collège Jean Macé à Fontenay-sous-Bois compte tenu de ses difficultés financières ; diminution de 3 % de la dotation des collèges dont le fonds de roulement se situe entre 2 et 3 mois d autonomie de trésorerie; diminution de 7 % de la dotation des collèges dont le fonds de roulement se situe entre 3 et 5 mois d autonomie de trésorerie ; diminution de 10 % de la dotation des collèges dont le fonds de roulement est supérieur à 5 mois d autonomie de trésorerie ; Critère 2 : Évolution des effectifs Maintien des crédits dédiés à la vie scolaire, soit une dotation de 17 par élève, en tenant compte des effectifs sur la base du constat de rentrée transmis par l Inspection académique pour l année scolaire 2013/2014. Critère 3 : Pratique sportive Maintien des crédits dédiés à l éducation physique et sportive, soit une dotation de 6,40 par élève complété d un crédit de affecté à l acquisition de matériel sportif. Critère 4 : Dépenses structurelles Intégration des dépenses structurelles qui font l objet d abondements récurrents, ainsi que celles liées aux restructurations et agrandissements des collèges, notamment pour les collèges réhabilités. Les frais liés à la taxe sur les déchets ménagers ne sont pas intégrés. Une démarche est en cours auprès de la direction départementale des finances publiques pour obtenir l exonération de cette taxe conformément au code général des impôts. Le montant de la dotation 2014 accordée aux 104 collèges publics traduit la volonté du Département d accorder aux collèges les justes moyens de fonctionner malgré un contexte économique et financier contraint. B. Crédits spécifiques versés en dehors de la dotation initiale A cette dotation initiale s ajoutent les crédits spécifiques, versés en dehors de la dotation 4

5 Ces crédits feront l objet d une subvention en début d année civile, afin de les ajuster aux effectifs de l année scolaire 2013/2014 (et/ou créations/suppressions de ces enseignements), pour les classes spécifiques suivantes : - 26 par élève en faveur des classes de 3ème de découverte professionnelle (DP) ; par classe d'accueil d'élèves non scolarisés antérieurement (NSA) ; pour les ateliers artistiques (AA) ; - 80 par élève de SEGPA ; par classes et ateliers relais ; par unités (8 élèves) localisée pour l inclusion scolaire destinée à l accueil des élèves handicapés (ULIS) ; Mais également : - 4,60 par élève attribués sur projet aux 35 collèges prioritaires, ce supplément de crédits pédagogiques sera versé uniquement sur présentation de projet et au regard des effectifs 2013/2014. Il est à noter qu en 2013, les collèges de Bonneuil (P. Eluard), le Kremlin-Bicêtre (J. Perrin), Orly (Dorval) n ont pas présenté de projet. - Des subventions pour la location de gymnase et le transport vers les installations sportives. Enfin : spécifiquement attribués pour la location de camions réfrigérés pour les cuisines centrales qui doivent être inscrits à un service spécial restauration. - L ensemble des crédits dédiés aux collèges s élèvera ainsi à en 2014, montant inchangé par rapport à

6 III. ORIENTATION POUR L ELABORATION DES BUDGETS & VERSEMENT DES ABONDEMENTS A. Orientations pour l élaboration des budgets 2014 Les orientations du département en matière d utilisation de la dotation de fonctionnement pour contribuer au mieux à la réussite des élèves seront énoncées dans une note annexée à la notification de la dotation globale de fonctionnement aux établissements. En outre, une collaboration renforcée avec les services du Rectorat, permettra d améliorer l accompagnement et le contrôle des financements dédiés aux établissements dans le cadre de la réforme budgétaire et comptable (RCBC) et de la dématérialisation des actes des collèges prévue en Une note d instruction relative aux procédures que le Département souhaite voir respecter pour l'élaboration et la transmission des actes budgétaires (budget, décisions budgétaires modificatives et compte financier) ainsi que des actes du Conseil d'administration sera adressée aux collèges. Par ailleurs et pour rappel, il convient aux établissements d inscrire au budget 2014 les crédits permettant de faire face aux dépenses de viabilisation, quelles que soient la rigueur de l hiver et l évolution des prix de l énergie. Il appartient à l établissement de définir ces crédits selon une estimation calculée sur la base moyenne des charges réelles des deux derniers comptes financiers. De plus, les établissements neufs, agrandis, dont les dépenses de viabilisation sont en progression constante depuis quelques années, ou encore chauffés au fuel ou au gaz, doivent être particulièrement vigilants pour l estimation de leurs dépenses de viabilisation. Le Département ne compensera les éventuels déficits que sous la double condition du respect de cette disposition et de l insuffisance des réserves disponibles de l établissement. Concernant les dépenses d entretien, les établissements doivent inscrire la totalité des dépenses liées à la passation des contrats d entretien et de contrôle obligatoires : Alarmeincendie, Ferme-portes automatiques et ventouses, Blocs de secours, Désenfumage, Extincteurs, Chauffage, Monte-charge et ascenseurs, Hottes et extractions ventilation, Terrasses, Cabines moyenne et basse tension, Tout système d accès automatique (portes et portails automatiques), installations sportives, Contrôle des installations gaz, électriques et de la conformité de la maintenance des monte-charges et ascenseurs. Aussi, tous les établissements sont invités à transmettre avec leur budget 2014 la liste chiffrée des contrats d entretien qu ils ont souscrits pour l année. Afin de rendre plus lisibles les critères d attribution et les modalités de calcul de la dotation, un guide pratique, expliquant également les incidences de la réforme budgétaire et comptable sur les budgets des collèges sera par ailleurs élaboré à l attention des membres des conseils d administration des collèges B. Versement des abondements en fonction des fonds de roulement des collèges Il convient d ajuster le seuil minimal des fonds de roulement (réserves du service général et des services spéciaux incluant la restauration) à la spécificité de chaque établissement. Il est donc proposé de limiter le seuil de ces fonds à 1,5 mois d autonomie pour chaque collège (soit 12,5 % du montant de la dotation initiale). De fait, toute demande d abondement y compris les demandes spécifiques d équipement tel que l achat de Casiers, (hors variables d ajustement et crédits spécifiques) ne sera examinée que dans le cas de dépenses exceptionnelles et après utilisation des fonds de roulement. 6

7 Aucun abondement ne sera accordé pour les établissements dont les fonds de roulement seront supérieurs à ce ratio. 7

Objet : préparation du budget de l exercice 2007.

Objet : préparation du budget de l exercice 2007. Créteil, le 9 novembre 2006 Le recteur de l académie de Créteil à Rectorat Division de l accompagnement au pilotage des établissements Département des établissements et des élèves DETEL 2 Service des contrôles

Plus en détail

CNDS et financement des activités d accompagnement éducatif au titre de l année scolaire 2007-2008

CNDS et financement des activités d accompagnement éducatif au titre de l année scolaire 2007-2008 ANNEXE 1 CNDS et financement des activités d accompagnement éducatif au titre de l année scolaire 2007-2008 1. Modalités de mise en place des crédits du CNDS Au titre de l année scolaire 2007-2008, le

Plus en détail

RAPPORT DU CHEF D ETABLISSEMENT BUDGET 2015

RAPPORT DU CHEF D ETABLISSEMENT BUDGET 2015 Collège Pierre Mendès France 7 Route de Nozay 91460 MARCOUSSIS Tél : 01 69.63.37.40 Fax : 01.64.49.83.46 RAPPORT DU CHEF D ETABLISSEMENT BUDGET 2015 La dotation de fonctionnement du Conseil Général a été

Plus en détail

RAPPORTN 13.388 CP DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLEPROSPECTIVEET PARTENARIATS. Direction : Mission contractualisation et politique de la ville

RAPPORTN 13.388 CP DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLEPROSPECTIVEET PARTENARIATS. Direction : Mission contractualisation et politique de la ville RAPPORTN 13.388 CP COMMUNEDE CHAVILLE - POLITIQUEDE CONTRACTUALISATION - APPROBATIONDU CONTRATDE DEVELOPPEMENTDEPARTEMENT- VILLE DE CHAVILLE ET ATTRIBUTIONSDE SUBVENTIONS D'INVESTISSEMENTET DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

OBJET : Attribution des crédits de fonctionnement des lycées et orientations pour la gestion 2015

OBJET : Attribution des crédits de fonctionnement des lycées et orientations pour la gestion 2015 ASSEMBLEE PLENIERE DU CONSEIL REGIONAL DE FRANCHE-COMTE Politique : Formation tout au long de la vie Composante : N du rapport : 3-1 Date : vendredi 17 octobre 2014 Sous-Politique : Fonctionnement OBJET

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES A L ECOLE PRIMAIRE

LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES A L ECOLE PRIMAIRE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES A L ECOLE PRIMAIRE Décret n 2013-77 du 24 janvier 2013 1 SOMMAIRE Les textes Pourquoi la réforme? Les objectifs Le cadrage du temps scolaire L obligation de service des

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

Rapport Financier Fondation Maréchal Foch 2013

Rapport Financier Fondation Maréchal Foch 2013 Rapport Financier Fondation Maréchal Foch 2013 Sommaire LA FONDATION MARÉCHAL FOCH Les mots du Président et du Trésorier................ P.1 Les actions financées en 2013........................P.2-3 Modalités

Plus en détail

PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS

Plus en détail

PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux

PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux PÔLE «SOLIDARITÉS, FORMATION, JEUNESSE, SPORT ET CULTURE» Direction des établissements sociaux et médico-sociaux Cahier des charges relatif à la création de structures expérimentales spécialisées dans

Plus en détail

CHARTE DES SORTIES ET VOYAGES

CHARTE DES SORTIES ET VOYAGES CHARTE DES SORTIES ET VOYAGES Cette Charte a pour objectif de définir les principes selon lesquels les voyages et sorties sont élaborés et soumis à l approbation du conseil d administration, elle veut

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3330 Convention collective nationale IDCC : 2526. ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES DE L HABITAT SOCIAL ACCORD DU

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND, THIZY CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE PRINCIPES FONDATEURS Les communes de BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND et THIZY ont

Plus en détail

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité.

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité. Gérer son entreprise Gérer une entreprise et la faire prospérer ne s improvisent pas. Cela nécessite au contraire des connaissances spécifiques, de la réactivité et une grande rigueur. Si votre métier

Plus en détail

conseils d administration : échéancier

conseils d administration : échéancier conseils d administration : échéancier Ce tableau présente les échéances incontournables d une année scolaire. Il n est bien entendu pas exhaustif. Les dates de CA sont données à titre indicatif ; c est

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE Principes fondateurs L es communes de BAUGE, MONTPOLLIN, PONTIGNE, SAINT MARTIN D ARCE, LE VIEIL- BAUGE, sont situées au centre du canton de Baugé. Partageant un passé historique

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. Ainsi, un salarié occupé 5 jours par semaine, pourra être en situation de télétravail au plus 3 jours par semaine.

NOTE TECHNIQUE. Ainsi, un salarié occupé 5 jours par semaine, pourra être en situation de télétravail au plus 3 jours par semaine. NOTE TECHNIQUE L accord du 4 mars 2014 est conclu à durée déterminée. Il s applique pour une durée de 3 ans à compter de sa date d agrément, soit du 3 juillet 2014 au 2 juillet 2017. 1 Définition du télétravail

Plus en détail

CONVENTION DE SUBVENTIONNEMENT DES ACTIONS MENEES EN FAVEUR DE L ACCOMPAGNEMENT SOCIAL DES FAMILLES

CONVENTION DE SUBVENTIONNEMENT DES ACTIONS MENEES EN FAVEUR DE L ACCOMPAGNEMENT SOCIAL DES FAMILLES CONVENTION DE SUBVENTIONNEMENT DES ACTIONS MENEES EN FAVEUR DE L ACCOMPAGNEMENT SOCIAL DES FAMILLES ENTRE Le Département de l Isère, 7, rue Fantin Latour - BP 1096 38022 Grenoble cedex 1, représenté par

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ

CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ CAHIER DES CHARGES POUR L ACCOMPAGNEMENT DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DE 5ÈME CATÉGORIE AUX NOUVELLES NORMES D ACCESSIBILITÉ 1. CONTEXTE La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

30MAI 2015 CEMEA de Haute -Normandie. Rapport financier année 2014

30MAI 2015 CEMEA de Haute -Normandie. Rapport financier année 2014 Assemblée Générale 30MAI 2015 CEMEA de Haute -Normandie Rapport financier année 2014 Compte de Une année excédentaire +18 460 450 000 400 000 350 000 387 667 352 380 CEMEA - Produits 2014 1 049 033 300

Plus en détail

SÉCURITÉ BUDGET 2016 POUVOIR D ACHAT EMBELLISSEMENT DE LA VILLE PROXIMITÉ

SÉCURITÉ BUDGET 2016 POUVOIR D ACHAT EMBELLISSEMENT DE LA VILLE PROXIMITÉ SÉCURITÉ BUDGET 2016 POUVOIR D ACHAT PROXIMITÉ EMBELLISSEMENT DE LA VILLE Chères Niçoises, Chers Niçois, ÉDITO Nous adoptons le budget 2016 de la Ville de Nice dans un contexte national difficile marqué

Plus en détail

Les sorties et les voyages scolaires

Les sorties et les voyages scolaires Les sorties et les voyages scolaires Dossier thématique Novembre 2006 Les sorties et les voyages scolaires présentent de multiples intérêts, à la fois pédagogiques et personnels. Ils contribuent à la mise

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES HANDICAPEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES HANDICAPEES C13 L aide sociale à l hébergement en établissement (foyer d hébergement, foyer de vie et foyer d accueil médicalisé, établissement pour personnes âgées) et accueil en structure occupationnelle Références

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR LA MINISTRE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS

LE MINISTRE DE L INTERIEUR LA MINISTRE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS Ministère de l intérieur DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des finances locales et de l action économique Bureau des interventions économiques et de l aménagement du territoire

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES N/Réf. : FA604003 Avis n 2006-0028 Séance du 8 février 2006 COLLEGE JEAN-MERMOZ A BLAGNAC Département de la Haute-Garonne Article L. 232-4 du code des juridictions

Plus en détail

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège La loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l école de la République confie

Plus en détail

LA DECISION DE FINANCEMENT

LA DECISION DE FINANCEMENT o o o o o o o Séance 1 : Les critères de sélection des modes de financement. Séance : Exercices sur le coût d une source de financement. Séance 3 : Contrôle. Séance 4 : Le choix d une structure optimale

Plus en détail

Le compte financier et l analyse financière de l EPLE dans le cadre budgétaire et comptable rénové

Le compte financier et l analyse financière de l EPLE dans le cadre budgétaire et comptable rénové Le compte financier et l analyse financière de l EPLE dans le cadre budgétaire et comptable rénové La règlementation : principes et esprit Le compte financier 2013 : constantes et évolutions L analyse

Plus en détail

Accompagnement Point Info Energie de l'union départementale Consommation Logement et Cadre de Vie Gironde. Convention financière 2013

Accompagnement Point Info Energie de l'union départementale Consommation Logement et Cadre de Vie Gironde. Convention financière 2013 Accompagnement Point Info Energie de l'union départementale Consommation Logement et Cadre de Vie Gironde Convention financière 2013 ENTRE : L ASSOCIATION UNION DEPARTEMENTALE CONSOMMATION LOGEMENT CADRE

Plus en détail

Modalités de versement de l aide financière de la Société de financement des infrastructures locales du Québec

Modalités de versement de l aide financière de la Société de financement des infrastructures locales du Québec Modalités de versement de l aide financière de la Société de financement des infrastructures locales du Québec Provenant du transfert d une partie des revenus de la taxe fédérale d accise sur l essence

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3097 Convention collective nationale IDCC : 1307. EXPLOITATION CINÉMATOGRAPHIQUE

Plus en détail

5REPUBLIQUE FRANCAISE

5REPUBLIQUE FRANCAISE Pôle développement de la solidarité 5REPUBLIQUE FRANCAISE Direction EXTRAIT DES DELIBERATIONS DE L'ASSEMBLEE DU CONSEIL GENERAL DES VOSGES Séance du 26 mars 2012 Rapport de Monsieur le Président Le soutien

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 11 décembre 2008 portant homologation du règlement n o 2008-12 du Comité de la réglementation

Plus en détail

2015 : UN BUDGET OFFENSIF ADAPTÉ À LA SITUATION DE NOTRE DÉPARTEMENT

2015 : UN BUDGET OFFENSIF ADAPTÉ À LA SITUATION DE NOTRE DÉPARTEMENT 2015 : UN BUDGET OFFENSIF ADAPTÉ À LA SITUATION DE NOTRE DÉPARTEMENT Quasiment stable par rapport à 2014, le budget départemental s établit à 565,4 millions d euros. Afin de poursuivre le projet Doubs

Plus en détail

TOULOUSE, le 10 juillet 2008. Le Président. Réf. : GO8095011. Monsieur le Maire,

TOULOUSE, le 10 juillet 2008. Le Président. Réf. : GO8095011. Monsieur le Maire, Le Président TOULOUSE, le 10 juillet 2008 Réf. : GO8095011 Monsieur le Maire, Conformément à l'article L. 241-11 du code des juridictions financières je vous notifie le rapport d'observations définitives

Plus en détail

L influence de l Union européenne dans les politiques de logement

L influence de l Union européenne dans les politiques de logement L influence de l Union européenne dans les politiques de logement Bénédicte Heindrichs, chercheuse-associée Etopia, 2009 centre d animation et de recherche en écologie politique www.etopia.be Page 2 Conformément

Plus en détail

Caractéristiques Associations loi 1901 Associations RUP Fondations RUP Fondation d entreprise Fonds de dotation

Caractéristiques Associations loi 1901 Associations RUP Fondations RUP Fondation d entreprise Fonds de dotation Tableau comparatif des régimes des associations loi 1901, des associations et fondations reconnues d utilité publique, des fonds de dotation et des fonds d entreprise Dispositions fiscales Dons manuels

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2011-2013

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2011-2013 Département Administration Paris, le 29 février 2011 et Gestion Communales GeC/VP/AH/Note 26 Affaire suivie par Véronique PICARD et Geneviève CERF CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2011-2013 La

Plus en détail

CPA A lerte info IFRS

CPA A lerte info IFRS JUILLET 2013 CPA A lerte info IFRS Contrats de location Quelles sont les incidences des modifications proposées en matière de comptabilisation des contrats de location? Le présent bulletin Alerte info

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT 2005-2008

PROJET D ETABLISSEMENT 2005-2008 PROJET D ETABLISSEMENT 2005-2008 La réactualisation du projet 2002-2005 a été entreprise en mai 2005 et poursuivie en septembre et octobre de la même année. Le projet 2005-2008 est issu d une réflexion

Plus en détail

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation

Charte. d attribution des logements. Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Charte d attribution des logements un processus de mise en location lisible Assurer un bon accueil des ménages, sans discrimination, et dans le respect de la réglementation Garantir la lisibilité du circuit

Plus en détail

LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES Ministère des finances NOTE METHODOLOGIQUE DE PREMIERE APPLICATION DU SYSTEME COMPTABLE FINANCIER «SCF» LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES La présente note vient en appui à l instruction n 2 du 29 octobre

Plus en détail

Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées»

Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées» Appel à projets «Résidences artistiques et culturelles dans les lycées» Terre de curiosité et d'ouverture, la Lorraine propose au plus grand nombre une offre culturelle de qualité et encourage les expériences

Plus en détail

COMPTE RENDU DE GESTION 2014 DE L'ORDONNATEUR

COMPTE RENDU DE GESTION 2014 DE L'ORDONNATEUR COMPTE RENDU DE GESTION 2014 DE L'ORDONNATEUR Le Collège Adrien Cerneau est implanté sur un site de 8 613 m2 dont : 2 322 m2 de Surfaces Utiles (S.U. = surfaces bâties) 2 912 m2 de Surface Hors Œuvre Nette

Plus en détail

CADRE DE GESTION ET D'APPLICATION DE LA POLITIQUE SUR LA QUALITÉ DES SERVICES DE GARDE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL

CADRE DE GESTION ET D'APPLICATION DE LA POLITIQUE SUR LA QUALITÉ DES SERVICES DE GARDE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL CADRE DE GESTION ET D'APPLICATION DE LA POLITIQUE SUR LA QUALITÉ DES SERVICES DE GARDE À LA COMMISSION SCOLAIRE DE MONTRÉAL Section 1 Service de garde 1. Définition : Les services de garde en milieu scolaire

Plus en détail

Charte de la Commune Nouvelle AUDIERNE-ESQUIBIEN

Charte de la Commune Nouvelle AUDIERNE-ESQUIBIEN Charte de la Commune Nouvelle AUDIERNE-ESQUIBIEN Modifiée suite aux remarques des Conseils Municipaux du 8 Juillet 2015 Projet de charte élaboré par le groupe de travail composé de : Joseph Evenat, Didier

Plus en détail

édition 2015 fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo

édition 2015 fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo le collège édition 2015 en pratique fonctionnement budget Qui fait quoi? seine-et-marne.fr fo Édito La réussiste des collégiens est une priorité du Département. Il consacre cette année, malgré des contraintes

Plus en détail

GUIDE INTERNE DE LA COMMANDE PUBLIQUE ET DES ACHATS DE LA CCI DE REGION RHONE-ALPES

GUIDE INTERNE DE LA COMMANDE PUBLIQUE ET DES ACHATS DE LA CCI DE REGION RHONE-ALPES GUIDE INTERNE DE LA COMMANDE PUBLIQUE ET DES ACHATS DE LA CCI DE REGION RHONE-ALPES En référence au règlement intérieur de la CCI de région Rhône-Alpes, l objet du présent document est de définir les règles

Plus en détail

PRINCIPES ORGANISATEURS 1- UN DECOUPAGE REGIONAL ET UN PARTENARIAT ACADEMIQUE. La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger

PRINCIPES ORGANISATEURS 1- UN DECOUPAGE REGIONAL ET UN PARTENARIAT ACADEMIQUE. La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger La directrice de l agence pour l enseignement français à l étranger à mesdames et messieurs les chefs des postes diplomatiques et consulaires à l attention de mesdames et messieurs les conseillers de coopération

Plus en détail

Rapport d orientation budgétaire 2015 relatif aux établissements et services d aide par le travail (ESAT) financés par l Etat.

Rapport d orientation budgétaire 2015 relatif aux établissements et services d aide par le travail (ESAT) financés par l Etat. Service émetteur : Direction des coopérations territoriales et de la performance Direction adjointe financement et performance du système de santé Pôle allocation de ressources médico-sociales Affaire

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers.

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers. REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DIRECTION DE L ARTISANAT PARIS, LE 13 JAN. 1989 Sous-Direction de la Réglementation 24, rue de l Université et de l Orientation des Structures

Plus en détail

Les fiches techniques du CCAH Juin 2012. La scolarité des enfants en situation de handicap

Les fiches techniques du CCAH Juin 2012. La scolarité des enfants en situation de handicap Les fiches techniques du CCAH Juin 2012 La scolarité des enfants en situation de handicap QUE DIT LA LOI? La scolarité des enfants en situation de handicap La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des

Plus en détail

CLEMENCE ISAURE A TOULOUSE

CLEMENCE ISAURE A TOULOUSE Toulouse, le 2 décembre 2013 LE PRESIDENT Madame, Monsieur, Depuis 1986, le Conseil Général a la responsabilité des collèges et a toujours considéré celle-ci comme une priorité de son action en faveur

Plus en détail

Coûts d investissement

Coûts d investissement Coûts d investissement Version du 1 er octobre 2014 1. Définition et enjeux L estimation des coûts d investissements constitue un élément-clé de l évaluation. La fiabilité de cette estimation, donc la

Plus en détail

IMMOBILIER DE LOISIRS

IMMOBILIER DE LOISIRS IMMOBILIER DE LOISIRS Les avantages fiscaux relatifs à l immobilier de loisirs ont connu récemment des modifications substantielles. Les lois de finances, depuis 1998, ont accordé des avantages fiscaux

Plus en détail

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5

Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Sommaire Production de logements Aide à la production de logements sociaux 3 Aide à la production de logements privés à loyers maîtrisés _ 5 Amélioration des conditions de logement Aide à la réhabilitation

Plus en détail

Synthèse de la présentation de. Gemma PECK

Synthèse de la présentation de. Gemma PECK Les Rencontres FutuRIS vendredi 8 avril 2011 «La réforme de l enseignement supérieur en Angleterre» Gemma PECK Senior Policy Advisor Department for Business, Innovation and Skills Synthèse de la présentation

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-onzième session 191 EX/27 PARIS, le 25 mars 2013 Original anglais Point 27 de l'ordre du jour provisoire SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO Résumé Conformément

Plus en détail

Résumé du budget du Québec de 2011

Résumé du budget du Québec de 2011 Résumé du budget du Québec de 2011 Le 17 mars 2011 Table des matières RÉSUMÉ DU BUDGET DU QUÉBEC DE 2011 Page INTRODUCTION... 1 1. MESURES RELATIVES AUX IMPÔTS... 1 1.1 Instauration d un crédit d impôt

Plus en détail

États Financiers. Société Alzheimer du Canada/ Alzheimer Society of Canada. Le 31 Mars 2012

États Financiers. Société Alzheimer du Canada/ Alzheimer Society of Canada. Le 31 Mars 2012 États Financiers Société Alzheimer du Canada/ Alzheimer Society of Canada Le 31 Mars 2012 SOCIÉTÉ ALZHEIMER DU CANADA / États financiers 2012 Table des matières Page Rapport de l auditeur indépendant 1

Plus en détail

Conseil d administration 323 e session, Genève, 12-27 mars 2015 GB.323/PFA/3(Rev.)

Conseil d administration 323 e session, Genève, 12-27 mars 2015 GB.323/PFA/3(Rev.) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 323 e session, Genève, 12-27 mars 2015 GB.323/PFA/3(Rev.) Section du programme, du budget et de l administration Segment du programme, du budget

Plus en détail

MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE L'OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE L'OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE L'OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITES TERRITORIALES DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des finances locales et de l'action économique Paris, le 24 septembre

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU VERSEMENT D UNE SUBVENTION D INVESTISSEMENT A LA SCI (SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE) LE MOUCHEROTTE

CONVENTION RELATIVE AU VERSEMENT D UNE SUBVENTION D INVESTISSEMENT A LA SCI (SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE) LE MOUCHEROTTE CONVENTION RELATIVE AU VERSEMENT D UNE SUBVENTION D INVESTISSEMENT A LA SCI (SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE) LE MOUCHEROTTE ENTRE - le Département de l Isère, représenté par Monsieur André Vallini, Président

Plus en détail

Contrôle interne comptable : Cartographie des cycles et des processus comptables et financiers

Contrôle interne comptable : Cartographie des cycles et des processus comptables et financiers Contrôle interne comptable : Cartographie des cycles et des processus comptables et financiers Par circulaire du 1 er juin 2011, le ministre du budget, des comptes publics de la fonction publique et de

Plus en détail

Direction de l établissement C.H.U. de Limoges - Hôpital Dupuytren 2 Avenue Martin Luther-King 87042 LIMOGES Cedex

Direction de l établissement C.H.U. de Limoges - Hôpital Dupuytren 2 Avenue Martin Luther-King 87042 LIMOGES Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2015-027241 Orléans, le 9 juillet 2015 Direction de l établissement C.H.U. de Limoges - Hôpital Dupuytren 2 Avenue Martin Luther-King 87042 LIMOGES Cedex

Plus en détail

Objet: Rapport d inspection intégré

Objet: Rapport d inspection intégré A Monsieur Michel Président du CPAS de Marchin Place de Belle Maison 1 4570 MARCHIN Rapport d inspection intégré SPP IS Inspection SPP IS 3 (n 2-6-7). L65C-FPSC-FSGE (MH) Objet: Rapport d inspection intégré

Plus en détail

L AIDE À L INVESTISSEMENT (AI)

L AIDE À L INVESTISSEMENT (AI) L AIDE À L INVESTISSEMENT (AI) 1. Objectifs de l aide à l investissement La subvention d investissement de la Collectivité Départementale de Mayotte a pour finalité de favoriser la création et le développement

Plus en détail

Le ministre de l intérieur. à Mesdames et Messieurs les préfets

Le ministre de l intérieur. à Mesdames et Messieurs les préfets Paris, le 15 janvier 1999 REF. LP/PB/CIRBUD2/CIRCULAIRE AFFAIRE SUIVIE PAR : Laurent PREVOST NOR/INT/A/99/00008/C Le ministre de l intérieur à Mesdames et Messieurs les préfets O B J E T : Crédits du chapitre

Plus en détail

LES SPECIFICITES de l'eple

LES SPECIFICITES de l'eple LES SPECIFICITES de l'eple L'EPLE, Etablissement Public Local d'enseignement, Instauré par la loi 83-663 du 22/07/83 complétant la loi du 7/01/83 relative à la répartition des compétences entre les communes,

Plus en détail

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO *

Note de recherche du ROP. LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * Note de recherche du ROP LA COOPERATION ENTRE L ONU ET L UNION AFRICAINE SUR LES OPERATIONS DE PAIX Par Madeleine ODZOLO MODO * L Union africaine (UA) a élaboré une architecture continentale de paix et

Plus en détail

Contribution de la FNARS. Projet de cahier des charges des plates-formes d accueil des demandeurs d asile

Contribution de la FNARS. Projet de cahier des charges des plates-formes d accueil des demandeurs d asile Contribution de la FNARS Paris, le 11 septembre 2009 Projet de cahier des charges des plates-formes d accueil des demandeurs d asile Largement concernée par la mise en place de la régionalisation, la Fnars

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

Instituts de recherche en santé du Canada. Rapport financier trimestriel Pour le trimestre terminé le 31 décembre 2011

Instituts de recherche en santé du Canada. Rapport financier trimestriel Pour le trimestre terminé le 31 décembre 2011 Rapport financier trimestriel Pour le terminé le 31 décembre 2011 1. Introduction Le présent rapport financier devrait être lu de concert avec le Budget principal des dépenses, le Budget supplémentaire

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. (Texte présentant de l intérêt pour l EEE)

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. (Texte présentant de l intérêt pour l EEE) COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 18.11.2015 COM(2015) 496 final 2015/0239 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL sur les statistiques européennes concernant les prix du gaz

Plus en détail

LES PERSONNES HANDICAPÉES

LES PERSONNES HANDICAPÉES LES PERSONNES HANDICAPÉES - 1 - Hébergement et accompagnement de la personne handicapée Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 25 LES 1 1 - Hébergement et

Plus en détail

DIRECTIVE RELATIVE À LA GESTION DU FONDS À DESTINATION SPÉCIALE

DIRECTIVE RELATIVE À LA GESTION DU FONDS À DESTINATION SPÉCIALE 1. RÉFÉRENCES Règles budgétaires Loi sur l instruction publique (art. 94, 110.4) Manuel de normalisation de la comptabilité scolaire 2. OBJECTIFS Permettre à la commission scolaire d assumer ses responsabilités

Plus en détail

Programme opérationnel POIA 2014 2020

Programme opérationnel POIA 2014 2020 Programme opérationnel POIA 2014 2020 Axe 4 Assistance technique Région Provence Alpes Côte d Azur Comité de suivi du 10 juin 2015 1 Rappel du descriptif de l axe prioritaire 4 «assistance technique» 2

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Direction générale des collectivités

Plus en détail

Paris, le 20 février 2004

Paris, le 20 février 2004 Paris, le 20 février 2004 Le ministre de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets de région (directions régionales des affaires culturelles) Mesdames et Messieurs les préfets

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Code du travail formation continue

Les avis de la Chambre des Métiers. Code du travail formation continue Les avis de la Chambre des Métiers Code du travail formation continue Projet de loi portant modification des articles L. 542-7. à L. 542-14., ainsi que des articles L. 542-17. et L. 542-19. du Livre

Plus en détail

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/04/16 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 O B J E T : - Commentaire des dispositions

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 19 DECEMBRE 2014 BP 2015 COMMISSION DES SOLIDARITES Direction Générale Adjointe des Solidarités Direction du Handicap et de la Vieillesse RAPPORT

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012

DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 _ DESCRIPTION DU PROGRAMME Dernière mise à jour : octobre 2012 1. Le Programme 1.1. Description du Programme Le programme IntégraTIon Montréal est une mesure financière incitative auprès des employeurs

Plus en détail

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes Rapport financier 2007 Budget prévisionnel 2008 Rapport du commissaire aux comptes Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires 34196 Montpellier cedex 5 Tél 04 67 52 64 17 Fax 04 67 52 02 74 E-mail contact@ors-lr.org

Plus en détail

LA POLITIQUE DU LOGEMENT ET DE L HABITAT. DE LA CAF-Réunion. 1- NOV 2012 - N. de Bollivier

LA POLITIQUE DU LOGEMENT ET DE L HABITAT. DE LA CAF-Réunion. 1- NOV 2012 - N. de Bollivier LA POLITIQUE DU LOGEMENT ET DE L HABITAT DE LA CAF-Réunion 1- NOV 2012 - N. de Bollivier Le logement et l habitat : une mission dans laquelle la CAF-R investit légitimement les conditions de logement et

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Règlement départemental. d octroi de subventions d investissement. concernant les Etablissements. et Services Sociaux et Médico-Sociaux de l Yonne

Règlement départemental. d octroi de subventions d investissement. concernant les Etablissements. et Services Sociaux et Médico-Sociaux de l Yonne Règlement départemental d octroi de subventions d investissement concernant les Etablissements et Services Sociaux et Médico-Sociaux de l Yonne La présent document a pour objectif de fixer les principes

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT SOCIAL Formation professionnelle, emploi et démocratie sociale Loi du 5 mars 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT SOCIAL Formation professionnelle, emploi et démocratie sociale Loi du 5 mars 2014 n 6 > 21 mars 2014 info Sommaire Loi du 5 mars 2014, mesures relatives : > à la formation professionnelle > à l emploi > aux institutions représentatives du personnel Calendrier fiscal et social d avril

Plus en détail

CREDIT MUNICIPAL DE PARIS

CREDIT MUNICIPAL DE PARIS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES MARCHE RELATIF A LA MISE EN ŒUVRE D UN DISPOSITIF DE MICRO-CREDIT PERSONNEL LOT n CREDIT MUNICIPAL DE PARIS MARCHE D APPEL A CONCURRENCE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE en application

Plus en détail

LE E P ROJ O ET E T A SS S OC O I C ATI T F Aubenas, le 17 janvier / Le Pouzin, le 24 janvier / Mauves, le 26 janvier

LE E P ROJ O ET E T A SS S OC O I C ATI T F Aubenas, le 17 janvier / Le Pouzin, le 24 janvier / Mauves, le 26 janvier LE PROJET ASSOCIATIF Aubenas, le 17 janvier / Le Pouzin, le 24 janvier / Mauves, le 26 janvier 3 contraintes pour les associations sportives ; 1. S adapter 2. Se structurer 3. Se développer ; prépare l

Plus en détail

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée.

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée. Le Président Nantes, le 11 mars 2013 Référence rappeler : KPL GD 130392 KJF Monsieur le Directeur, Je vous ai adressé par lettre du 30 janvier 2013 le rapport d observations définitives concernant la gestion

Plus en détail

mode d emploi Le temps de travail

mode d emploi Le temps de travail mode d emploi Le temps de travail Dans son volet consacré au temps de travail, LA LOI DU 20 AOUT 2008 poursuit 4 objectifs principaux : p élargir l espace de la négociation collective, plus particulièrement

Plus en détail

établir les modalités de report des soldes en fin d année financière.

établir les modalités de report des soldes en fin d année financière. 1 But et responsabilités Ce chapitre décrit les règles qui s appliquent lors de la préparation des demandes budgétaires et du suivi des budgets : a) des projets de réaménagement et de rénovation; b) des

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? La présente fiche récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail