Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais."

Transcription

1 Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais Méthodologie Enquête déclarative faite en février 2010 auprès des IDE hygiéniste et/ou ingénieur qualité et/ou IDE coordinateur des HAD (N = 15) Méthodologie 2008 : Enquête déclarative auprès de la direction des HAD (janvier 2008 ) : 11 réponses / 14 Enquête déclarative auprès des personnels de soins travaillant en HAD : 98 réponses / 110

2 Présentation des HAD 13 réponses dont 1 pour 3 établissements Soit 15 HAD ayant répondu En 2008 : 11 HAD participantes à l enquête CLIN et EOH (1) Un CLIN spécifique à l HAD est constitué : Oui : 10 (7 en 2008) Nombre de réunions par an : 3 / an : 9 + de 3 / an :1 Des médecin libéraux participent au CLIN Oui : 2 / 14 Des IDE libéraux participent au CLIN Oui : 4 / 12

3 CLIN et EOH (2) Personnel dédié à l hygiène Oui : 15 Interne à l HAD : 12 Rattaché à l ES dont dépend l HAD : 6 Appartenant à une EOH d un autre établissement : 6 Personnel formé Oui : 14 (7/ 11 en 2008) 11 DU d hygiène / 4 autre formation CLIN et EOH (3) Correspondants en hygiène : Médicaux Paramédicaux Oui 7 13 Non 8 2 Des formations en hygiène sont-elles dispensées en interne pour le personnel? Oui : 11 / 15 (2008 : 8 / 11) Plus de 2 fois par an : 3 2 fois / an : 1 1 fois / an : 3 Variable / à la demande : 6

4 Précautions «standard» Au domicile du patient, le soignant dispose d un endroit prévu : Oui * Au lavage des mains % Au rangement du matériel % A la préparation et à la réalisation du soin % * Enquête réalisée auprès des soignants (N = 98) Hygiène des mains Le matériel pour l hygiène des mains est fourni par l HAD : Oui * Savon doux liquide 9 / 15 48% Papier essuie-mains à usage unique 9 / 15 40% Produit hydro-alcoolique % Gants à usage unique % Gants à usage unique Non Poudrés %

5 Tenue des soignants La tenue de travail est obligatoire? Oui : 13 / 15 (2008* : 52 %) La tenue de travail est : Une blouse en tissu : 3 Une surblouse en intissé (à usage unique) : 12 Un tablier plastique : 3 Tenue de travail en tissu (N = 3) La tenue de travail est retirée entre chaque domicile Oui : 2 L entretien de la tenue de travail est assuré par l HAD Oui : 3 Fréquence de changement de tenue de travail Quotidienne : 2 Tous les 2 / 3 jours : 1

6 Tenue en intissé ou tablier plastique (N = 13) La tenue est à patient unique Oui : 13 La tenue est changée lors de chaque visite Oui : 10 (2008* : 52 %) Autre réponse : changée 1 fois par jour hors contexte infectieux : 3 Surblouses ou tabliers de protection Disponibles à chaque domicile Oui : 11 / 15 (2008* : 97 %) Disponible uniquement en cas d infection ou colonisation à BMR Oui : 3 (2008* : 29 %) Non : 8

7 Entretien des locaux L entretien de l environnement proche du patient à domicile relève t-il des prestations de l HAD? Oui : 10 / 15 (2008* : 34 %) Si non, qui est chargé de réaliser cet entretien? La famille : 5 / 15 Entretien de la mallette de soins Le personnel soignant dispose d une malette de soins personnelle? Oui : 15 Celle-ci est désinfectée régulièrement? Oui : 11 / 15 A quel rythme : Journalier : 3 Hebdomadaire : 1 Bi-mensuel : 2 Tous les 2 à 6 mois : 1 Indéfini : 1 A la fin de la journée pour l extérieur, en quittant domicile si BMR, entièrement 1 fois / semaine : 3

8 Procédures d hygiène (n = 13 en 2010 / 11 en 2008) Thèmes Rédigées En cours Évaluées Précautions standard Hygiène des mains Élimination des déchets Sondage urinaire Prévention d escarre Dispositifs intra-vasculaires Pansements Entretien des locaux / environnement Circuit du linge Antiseptiques / Désinfectants 10/6 3 1/2 2 Gestion des dispositifs médicaux Précautions complémentaires Gestion Voies Veineuses Centrales Prenez-vous en charge des patients porteurs de : Cathéter veineux centraux Jamais 2 1 Rarement 5 Quelquefois 6 1 Chambre à Cathéter Implantable Souvent 2 13 Un protocole de soins spécifique sur l entretien des VVC existe? Oui : 10 / 15 En cours d élaboration : 3

9 Chambre à Cathéter Implantable Matériel utilisé lors du branchement de l aiguille d une CCI : Masque : 13/ 15 Surblouse : 14 / 15 Set de branchements : 11 / 15 Fréquence du changement de l aiguille de Hubert : 72 h : 2 Tous les 5 jours : 2 Tous les 6 jours :1 Hebdomadaire : 8 5 à 7 jours : 1 Fréquence du changement des lignes veineuses : Tous les jours : 3 48 à 72 h : 1 72 h : 8 5 jours : 1 Hebdomadaire :1 Gestion des déchets Disposez vous de conditionnements spécifiques pour les DASRI? Oui : 15 Disposez vous de Collecteur à Piquants- Coupants Tranchants? Oui : 15 Si oui, est-il à patient unique? Oui : 15 Le tri des déchets est-il effectué au plus près du soin? Oui : 15

10 Filière d élimination des déchets Ordures ménagères DASRI DASRI uniquement si patient en précautions complémentaires Poche d alimentation entérale Change complet Sonde d aspiration Blouse à Usage Unique Compresses Poche de perfusion 14 DASRI Le circuit de ramassage des DASRI est-il organisé? Oui : 14 / 15 Qui est chargé du transport des DASRI? Le personnel soignant : 3 / 15 Un prestataire externe : 11 / 15 Un agent dédié, un prestataire externe : 1 / 15 Avec quel véhicule les DASRI sont transportés? Véhicule du personnel soignant : 2 Véhicule dédié : 12 Fréquence de nettoyage du véhicule de transport des DASRI? A chaque déchargement : 1 Journalier : 2 Hebdomadaire : 3 Pas de fréquence établie : 1 Ne sait pas (dépend prestataire) : 8

11 Fréquence de ramassage des déchets Pour les Collecteurs à Piquants-Coupants- Tranchants Quand plein : 2 Hebdomadaire : 9 Bi-mensuel : 2 Dépend du volume (hebdo ou mensuel) : 1 Pour les autres DASRI Quand plein :1 Tous les jours : 1 Hebdomadaire : 12 Dépend du volume (hebdo ou mensuel) : 1 Elimination des DASRI Disposez-vous d un lieu de stockage intermédiaire dans l HAD? Oui : 3 / 15 Si non, ramenez-vous des DASRI à l établissement auquel vous appartenez? Oui : 2 / 13 ou un prestataire de service se charge de l élimination des déchets? Oui : 7 / 10

12 Dispositifs médicaux (1) Lorsque celui-ci est disponible, privilégiez-vous l utilisation de Dispositif médicaux à Usage Unique? Oui : 15 Quels sont les dispositifs médicaux que vous réutilisez? thermomètre tensiomètre, stéthoscope lecteur de glycémie pinces, ciseaux, garrots Ce matériel est nettoyé, désinfecté au domicile? Oui après chaque utilisation : 10 / 13 (2008* : 76 %) Ce matériel est nettoyé, désinfecté à l'had? Oui : 6 / 11 (2008* : 36 %) Dans un local prévu à cet effet : 5 / 6 Dispositifs médicaux (2) Utilisez-vous des dispositifs médicaux (DM) stérilisables? Non : 15 Lorsqu un Dispositif Médical (lit médicalisé, appareil respiratoire...) est fourni par un prestataire externe, qui est chargé de son entretien? Le personnel soignant : 10 (2008* : 66 %) Le prestataire qui a fourni le DM : 10 Le patient ou sa famille : 5 (2008* : 35 %)

13 Audits Un Audit d observance des pratiques d hygiène a t il déjà été réalisé dans votre HAD? Oui : 13 / 15 (2008 : 5 / 11) Non : 2 car EOH pas encore en place IDEH présente depuis peu Thématique des audits : Hygiène des mains : 10 Précautions standard : 3 Tenue du personnel : 3 Précautions complémentaires : 2 KT veineux : 2 Chambre implantable : 4 Tri des déchets, sondage urinaire, AES, injection insuline : 1 Bactéries Multi-Résistantes (1) Les données sur une infection ou colonisation à une Bactérie Multi-Résistante sont fournies le plus souvent : Oui * Au transfert de l hôpital au domicile 14 77% A retardement, par l hôpital 6 41% A retardement, par le médecin traitant 5 29% A retardement, par la lettre de sortie 7 68% Les informations sur les bactéries multi-résistantes Sont connues du personnel? Oui : 14 / 15 ( 2008* : 91 %) Sont respectées par la famille et le patient? Oui : 9 / 15 (2008* : 45 %)

14 Bactéries Multi-Résistantes (2) Assurez-vous un suivi des patients en précautions particulières? Oui : 14 / 15 Si oui, de quel type : Information lors des transferts : 14 Evaluation des mesures mises en place : 10 Prélèvements de contrôle : 8 Avec quels outils? Support papier : 14 Suivi informatique : 5 Si non, pourquoi : manque de temps, de connaissance, de formation Surveillance et alerte Vous paraîtrait-il pertinent de participer à une enquête de prévalence des IAS avec une méthode spécifique aux HAD? Oui : 13 / 15 Disposez-vous d une procédure écrite concernant le signalement d Evénements Indésirables Graves? Oui : 15 En 2009, quel est le nombre de situations d'alerte ayant fait l'objet d'un signalement en interne : Aucune : 10 Entre 1 et 47 : 4 Ne sait pas :1 En 2009, quel est le nombre de situations d'alerte ayant fait l'objet d'un signalement en externe (CCLIN, ARS) : Aucune : 13 Une : 2 (oralement pour 1)

15 Bon usage des antibiotiques (1) La pharmacie est interne à l HAD Oui : 5 Non : 10 Le prescripteur des antibiotiques est-il : Le médecin traitant : Habituellement : 14 Exceptionnellement : 1 Le médecin coordinateur : Habituellement : 1 Exceptionnellement : 6 Jamais : 8 Autre : Le médecin hospitalier : 5 Bon usage des antibiotiques (2) D après vous, est-ce qu il serait pertinent de former le médecin coordinateur à l antibiothérapie (DU, formation régionale )? Oui : 11 / 15 Serait-il faisable que le médecin coordinateur donne des conseils en antibiothérapie au médecin libéraux qui interviennent habituellement dans votre HAD? Oui : 13 / 15 D après vous, est-il possible d instaurer des protocoles d antibiothérapie de première intention en HAD? (Pour certaines BMR, pour les infections urinaires, pulmonaires, ORL ) Oui : 11 / 15

16 Bon usage des antibiotiques (3) Une évaluation de la qualité des prescriptions antibiotiques est-elle possible sur votre HAD? Oui : 7 / 15 Non : 8 / 15 Si non, pourquoi : Prescription relevant uniquement des médecins traitants Pas de système informatique adéquat actuellement Possible partiellement (par analyse rétrospective des ordonnances des médecins) Prescription médecin généraliste et dispensation en officine de ville possible si pas PUI Bon usage des antibiotiques (4) Est-il possible de calculer la consommation des antibiotiques (en DDJ) sur votre HAD? Oui partiellement : 4 / 15 Oui : 10 / 15 Non : 1 / 15 Si non, pourquoi? logiciel non adapté au recueil de données sur consommation d'atb activité trop chronophage de récupérer les conso d'atb sur les factures possible si PUI

17 Thèmes à aborder B.M.R Déchets Prise en charge et suivis CCI Antiseptique (règles d utilisation) Entretien des DM / mallette de soins Conclusion Forte progression des HAD en matière de prévention du risque infectieux Quelques axes d amélioration possible notamment sur l entretien de l environnement proche du patient et sur le materiel disponible pour l hygiène des mains Travail à poursuivre et à stabiliser Merci pour votre participation

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013 RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013 Programme d actions 2013 - Poursuivre la démarche qualité : amélioration continue de la qualité et de la - sécurité des soins - Prévention, gestion des risques associés

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

Respect des précautions standard

Respect des précautions standard Respect des précautions standard 11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Denis THILLARD Circulaire DGS/DH n 98-249 du 20 avril 1998 : «Des précautions

Plus en détail

LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD

LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD LES RECOMMANDATIONS ET LE RISQUE INFECTIEUX EN HAD Quiz ARLIN Aquitaine Réseau des Ides et cadres hygiénistes d Aquitaine 18 juin 2015 Reco de 2006 en cours d actualisation par groupe de travail : SF2H,

Plus en détail

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile.

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Frédérique SIESSE,infirmière libérale, Perpignan, Référente RVPCLR pôle Perpignan 1 La responsabilité de l infirmière

Plus en détail

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D.

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. DAURIAC MARIE-CHRISTINE INFIRMIERE EQUIPE MOBILE DE GERIATRIE CH AUCH 9 JUIN 2011 Projet de vie / projet de soins Les deux projets,

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Gestion des Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux lors des soins à Domicile. F. Taillardas CDS hygiéniste

Gestion des Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux lors des soins à Domicile. F. Taillardas CDS hygiéniste Gestion des Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux lors des soins à Domicile F. Taillardas CDS hygiéniste Présentation HAD du littoral 3 antennes: Berck sur mer, Boulogne sur mer et Fruges Prise

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Arrêté du 17 octobre 2000 relatif au bilan annuel des activités

Plus en détail

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE Liliane GUILLORET**, Mireille LAMBERT*, ** Coordinatrice de SSIAD, Infirmière re hygiéniste *PH responsable EOHH, Président du CLIN HOPITAL LOCAL MONTFORT

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Prise en Charge de l Antibiothérapie Intraveineuse à Domicile. STUDIOSANTE Présenté par Cécile Collonge, Infirmière

Prise en Charge de l Antibiothérapie Intraveineuse à Domicile. STUDIOSANTE Présenté par Cécile Collonge, Infirmière Prise en Charge de l Antibiothérapie Intraveineuse à Domicile STUDIOSANTE Présenté par Cécile Collonge, Infirmière coordinatrice STUDIOSANTE INTRODUCTION Dans le contexte actuel de réduction des coûts

Plus en détail

Démarche d accompagnement pour l amélioration de la prévention des IAS en EHPAD à la Réunion

Démarche d accompagnement pour l amélioration de la prévention des IAS en EHPAD à la Réunion Démarche d accompagnement pour l amélioration de la prévention des IAS en EHPAD à la Réunion Catherine PAYET BONNEFOND Cécile MOURLAN ARLIN Réunion/Mayotte Lyon SF2H 2011 1 Présentation La Réunion : DOM

Plus en détail

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PROCÉDURE METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PG INF 011 v4 03/2014 1/7 MODIFICATIONS APPORTÉES Application des précautions complémentaires air ou gouttelettes, mars 2013 En cas de transfert

Plus en détail

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08 EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste 1 Sommaire 1. Planter le décor : CH Valenciennes 2. Flash back sur le contexte national et les recommandations des instances

Plus en détail

Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile?

Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile? le point sur PRODUITS DE SANTÉ ET DU CORPS HUMAIN > Produits de santé, thérapeutiques et cosmétiques Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile? Depuis le 1 er novembre 2011, la distribution

Plus en détail

Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile?

Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile? PRODUITS DE SANTÉ ET DU CORPS HUMAIN > Produits de santé, thérapeutiques et cosmétiques Comment jeter vos déchets de soins à risques produits à domicile? Depuis le 1 er novembre 2011, la distribution gratuite

Plus en détail

Déchets d activité de soins à risque infectieux : Quelle logique de tri?

Déchets d activité de soins à risque infectieux : Quelle logique de tri? 10 e Rencontre de Prévention du Risque Infectieux Nosocomial de l Océan Indien - Vendredi 26 avril 2013 Déchets d activité de soins à risque infectieux : Quelle logique de tri? Hélène Boulestreau Service

Plus en détail

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Véronique Bussy-Malgrange Martine Blassiau Journée interrégionale de formation CClin-Est-Resclin,

Plus en détail

Remerciements aux participants!

Remerciements aux participants! Remerciements aux participants! Enquête sur les pratiques et les relations entre les pharmacies des ETS et les pharmacies d officine auprès des pharmaciens hospitaliers de la région Bretagne 30 ETS répondeurs

Plus en détail

L Hospitalisation à domicile

L Hospitalisation à domicile L Hospitalisation à domicile Centre Hospitalier B.P. 70348 22303 LANNION Cedex 02.96.05.70.15 S O M M A I R E Où SE SITUE L HAD? p 2 QU EST-CE QUE L HAD? p 4 QUEL LIEU D INTERVENTION? p 4 QUE DOIT-ON

Plus en détail

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2014 1 L incontinence fréquente, de grave conséquence chez le sujet âgé. L incontinence

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE

QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE QUIZ Deux documents de référence LA PERFUSION SOUS CUTANÉE OU HYPODERMOCLYSE ARLIN Aquitaine Journée des Correspondants en Hygiène 28 mai 2015 Recommandations pour la prévention des infections dans les

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique

Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique Programme d inspection des cabinets dentaires à visée préventive et pédagogique Dr Philippe PANOUILLOT pharmacien inspecteur de santé publique dept. Inspection contrôle évaluation (DICE) - ARS25 novembre

Plus en détail

Gants sous surveillance

Gants sous surveillance Gants sous surveillance Atelier «Rencontre avec l Expert» Monique Bourjault, Béatrice Croze, Christia Gheno XXIII e congrès national Société Française d Hygiène Hospitalière Lille 6 juin 2012 20/06/2012

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD BILAN DE VISITE DE RISQUE DANS 20 ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD BILAN DE VISITE DE RISQUE DANS 20 ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD BILAN DE VISITE DE RISQUE DANS 20 ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES F. Ruban-Agniel, N. Larroumes, S. Amsellem-Dubourget, C.Chapuis Equipe

Plus en détail

Précautions complémentaires d hygiène

Précautions complémentaires d hygiène Précautions complémentaires d hygiène Évaluation des pratiques au CHU de Nîmes et au CRLC Val d Aurelle Jeudi 6 décembre 2012 Amandine Minchella Pharmacien Équipe opérationnelle d hygiène CRLC Val d Aurelle

Plus en détail

REINTEGRATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

REINTEGRATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille et de la Solidarité Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative Direction de la Sécurité Sociale Direction Générale

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

Education des patients immunodéprimés traités par immunoglobulines Copol Edith IDE, Hôpital St Louis

Education des patients immunodéprimés traités par immunoglobulines Copol Edith IDE, Hôpital St Louis Education des patients immunodéprimés traités par immunoglobulines Copol Edith IDE, Hôpital St Louis Sommaire I- Préambule II- Cas de Mme B III- Education du patient IV- Suivi à domicile V-Conclusion I.Préambule

Plus en détail

Prévention de l infection urinaire. Chantal Léger

Prévention de l infection urinaire. Chantal Léger Prévention de l infection urinaire Chantal Léger Enquête PRIAM : Résultats Infections urinaires 24% Infections respiratoires hautes et basses confondues : 41% Répartition proportionnelle des infections

Plus en détail

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex C H M A D Service d Hospitalisation à Domicile Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101 77875 Montereau Cedex Secrétariat: 01 64 31 67 71 Médecin coordonnateur : 01 64

Plus en détail

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D.

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. 1 constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. Limiter la diffusion des «BMR» Indiquer la conduite à tenir

Plus en détail

NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile. Nouvelle Législation

NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile. Nouvelle Législation NUTRITION PARENTÉRALE Création de forfaits dédiés aux prestations à domicile Nouvelle Législation 1 Refonte de la LPP avec individualisation des prestations relatives à la nutrition parentérale CE QUI

Plus en détail

«La Chambre des erreurs» un nouvel outil de sensibilisation et d information sur les erreurs liées aux soins

«La Chambre des erreurs» un nouvel outil de sensibilisation et d information sur les erreurs liées aux soins un nouvel outil de sensibilisation et d information sur les erreurs liées aux soins SEMAINE SECURITE DES PATIENTS 2013 25 au 29 novembre 2013 OMEDIT CHU Poitiers, coordination des vigilances Principe «La

Plus en détail

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau 1 Note introductive (chapô) La mise en place d une démarche globale de gestion de la qualité de l eau consiste à assurer la maîtrise des risques sanitaires liés

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

IAS hors établissement de santé : adapter et appliquer les recommandations

IAS hors établissement de santé : adapter et appliquer les recommandations IAS hors établissement de santé : adapter et appliquer les recommandations Joseph Hajjar Service d hygiène et d épidémiologie Valence Infection associée aux soins IAS en dehors des établissements de santé

Plus en détail

Désobstruction d un cathéter veineux central

Désobstruction d un cathéter veineux central Oncologie-Hématologie Pédiatrique CHRU de Caen Fiche technique 14 Désobstruction d un cathéter veineux central 1- Principe de soin Il s agit de rendre perméable un cathéter central ou un site veineux implantable,

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DOCUMENT

IDENTIFICATION DU DOCUMENT Pages : 1 /7 IDENTIFICATION DU DOCUMENT Domaine RÉALISATION DU SERVICE Fonction ELIMINATION/DÉCHETS Caractéristique SOINS MÉDICAUX Type PROCÉDURE Date de péremption 04/09/2010 Mots clefs : DECHETS/ EMAS/

Plus en détail

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central.

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central. Page : 1/7 Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central DESTINATAIRES - Cadres de santé - Pharmacie Centrale et Pharmacies d'etablissement - Tous les destinataires des classeurs CLIN - Tous les médecins

Plus en détail

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits)

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits) Infections liées aux soins Guide de prévention (extraits) Technique du lavage des mains Mouiller Savonner Rincer Sécher par tamponnement Fermer le robinet avec l essuie-mains Indications du lavage des

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY 1, rue du Bosquet BP 85 24400 SAINT -MÉDARD-DE-MUSSIDAN Février 2005 Haute Autorité de santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...

Plus en détail

LES SOINS URINAIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1

LES SOINS URINAIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 LES SOINS URINAIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 La pose de sonde vésicale Indication: La pose de sonde vésicale est un geste invasif réalisé sur prescription médicale. Les indications principales

Plus en détail

LES SOINS URINAIRES. La pose de sonde vésicale

LES SOINS URINAIRES. La pose de sonde vésicale LES SOINS URINAIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 1 La pose de sonde vésicale Indication: La pose de sonde vésicale est un geste invasif réalisé sur prescription médicale. Les indications principales

Plus en détail

Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital

Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital Partie 2 : Voies Veineuses Centrales - Relation ville-hôpital Manon Gandolfo - IDE HAD Nice Cédric Lefranc Directeur Coordination de soins STUDIO SANTE 83 Circuit du patient La voie veineuse centrale est

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Les déchets hospitaliers

Les déchets hospitaliers Les déchets hospitaliers C est l ensemble des sous-produits des activités de soins. L établissement est responsable de l élimination des déchets. Les points importants sont le tri à la source et l approche

Plus en détail

Gestion des excreta dans un établissement de santé dans le contexte de recrudescence des bactéries multi (et hautement) résistantes

Gestion des excreta dans un établissement de santé dans le contexte de recrudescence des bactéries multi (et hautement) résistantes Gestion des excreta dans un établissement de santé dans le contexte de recrudescence des bactéries multi (et hautement) résistantes Aïcha ZRAIB - IDE Hygiéniste Agenda Introduction Contexte Méthodologie

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie

Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie Utilisation de la méthode ALARM dans le cadre de la survenue d épidémie Dr Karine BLANCKAERT Médecin Coordonateur Antenne Régionale Nord-Pas de Calais de lutte contre les Infections Nosocomiales CHRU de

Plus en détail

GESTES TECHNIQUES CHEZ LE PATIENT DIABETIQUE

GESTES TECHNIQUES CHEZ LE PATIENT DIABETIQUE Page 1/6 Versio n Nom et fonction 00 ME BRASSART Cadre de Santé MC BEAUFILS Pharmacien 01 02 03 MEBRASSART MC.BEAUFILS Le Groupe hygiène-soins Rédaction Vérification Approbation Date Visa Nom et fonction

Plus en détail

Hygiène hospitalière. Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013

Hygiène hospitalière. Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013 Hygiène hospitalière QUIZZ Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013 QUIZZ 1 Un patient revient 10 mois après une intervention pour une prothèse de genou dans le cadre d une infection

Plus en détail

Isolement "Grippe A" H1N1

Isolement Grippe A H1N1 Isolement "Grippe A" H1N1 Rédigé par: Unité de Prévention des Infections Nosocomiales 'DESP), avec la collaboration des services de Médecine du Travail et de Maladies Infectieuses et Tropicales Validé

Plus en détail

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes

LES INJECTIONS DEFNINTION INVARIANTS. 1. Cadre législatif. 2. Principes LES INJECTIONS DEFNINTION Une injection parentérale est l introduction dans l organisme de substances médicamenteuses par une autre voie que le tube digestif au moyen d une seringue et d une aiguille.

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION SUITE À VISITE CIBLÉE. 2 e PROCÉDURE. Centre hospitalier 2, rue du Potelet BP 102 91 415 Dourdan

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION SUITE À VISITE CIBLÉE. 2 e PROCÉDURE. Centre hospitalier 2, rue du Potelet BP 102 91 415 Dourdan ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION SUITE À VISITE CIBLÉE 2 e PROCÉDURE Centre hospitalier 2, rue du Potelet BP 102 91 415 Dourdan Septembre 2008 PARTIE 1 Additif au rapport de certification - 2 éme procédure

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Protocole de préparation des diffuseurs portables à destination des infirmiers libéraux dans la mucoviscidose

Protocole de préparation des diffuseurs portables à destination des infirmiers libéraux dans la mucoviscidose XXXVII èmes Journées d Hygiène Hospitalièreet de Prévention des Infections Nosocomiales Palais de la Musique et des Congrès Strasbourg 11 et 12 décembre 2014 Protocole de préparation des diffuseurs portables

Plus en détail

Coordination des parcours de santé personnalisés et fluides: lien ville-hôpital-ville. 28 mars 2015

Coordination des parcours de santé personnalisés et fluides: lien ville-hôpital-ville. 28 mars 2015 Coordination des parcours de santé personnalisés et fluides: lien ville-hôpital-ville 28 mars 2015 Comité de pilotage: CONDUITE DU PROJET Mme J.BORIE, présidente du conseil d administration, ISC Dr F.BLANC-LEGIER,

Plus en détail

Bonne pratique de soins en maternité

Bonne pratique de soins en maternité Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Bonne pratique de soins en maternité de la salle d accouchement à la pouponnière Prévention du risque

Plus en détail

Prévention des IAS en HAD

Prévention des IAS en HAD Prévention des IAS en HAD S. Monier CClin Sud-Est 28 mars RIPHH Marseille Prévention des IAS en HAD Guide paru en 2012 Coordonné par: C. Chapuis, médecin hygiéniste de l équipe intersectorielle de la prévention

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Utilisation d'une chambre implantable

Utilisation d'une chambre implantable Utilisation d'une chambre implantable Prévention des infections associées aux soins Référence BM : Ref. Service : Version : 1 Centre Hospitalier de Hyères SERVICE HYGIENE Nombre de page : 11 1. OBJET Eviter

Plus en détail

Généralités sur les injections

Généralités sur les injections Généralités sur les injections UE 4.4 S2 THERAPEUTIQUES ET CONTRIBUTION AU DIAGNOSTIC MEDICAL C. REVAUX, G. PASCHER, L.NEROVIQUE, A.PAPAS, I..JUIF, N.COUGNOUX Promotion 2014-2017 1 Plan 1- Principes à

Plus en détail

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines Réalisation d un examen cytobactériologique des urines dans le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Rouen : vers un résultat fiable à 100% A. Deperrois-Lefebvre, A. Le Gouas, F. Boissaud,

Plus en détail

PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique»

PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique» PICC = nouveau matériel «Cathéter veineux central à abord périphérique» Anne-Marie Béduchaud Responsable Hygiène gestion du risque Polyclinique de Poitiers/Clinique Saint Charles/HAD 18032015 Qu est ce

Plus en détail

mentaires en EHPAD : Quand les lever?

mentaires en EHPAD : Quand les lever? Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Réseau CEN T RE HO S PIT AL IE R LE MANS Les Précautions Complémentaires mentaires en EHPAD : Quand les lever? 2 ème Journée inter-régionale Prévention

Plus en détail

DIPLÔME PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE PUÉRICULTURE. Référentiel d activités

DIPLÔME PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE PUÉRICULTURE. Référentiel d activités DIPLÔME PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE PUÉRICULTURE Référentiel d activités L auxiliaire de puériculture exerce sous la responsabilité de l infirmier ou de la puéricultrice, dans le cadre de l article R.

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E2/DGS/RI3/2007/231

CIRCULAIRE N DHOS/E2/DGS/RI3/2007/231 Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Ss-direction : de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé Bureau :

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

1. L HAD : UN MODE D HOSPITALISATION À PART ENTIÈRE

1. L HAD : UN MODE D HOSPITALISATION À PART ENTIÈRE 1. L HAD : UN MODE D HOSPITALISATION À PART ENTIÈRE Le code de la santé publique (CSP) considère les structures d HAD comme des alternatives à l hospitalisation. L article R. 6121-4 du CSP définit que

Plus en détail

Protocole Hémoculture

Protocole Hémoculture Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.042.1 Protocole Hémoculture SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 11 : SERVICE DE SOINS

Plus en détail

Nouveaux outils (depuis 1 an) Actualités s en hygiène. Méthodo/Audit Précautions Complémentaires

Nouveaux outils (depuis 1 an) Actualités s en hygiène. Méthodo/Audit Précautions Complémentaires Système d'alerte Procédure PC contact Procédure PC gouttelettes Procédure PC Air Elimination des excreta Vérification des mesures BMR Port d'équipement de protection individuelle 20 situations cliniques

Plus en détail

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD?

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? 2 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD ARLIN Haute-Normandie - CCLIN Paris Nord 18 novembre

Plus en détail

IAS EHPAD & prévention Journée CCLIN Ouest Juin 2010

IAS EHPAD & prévention Journée CCLIN Ouest Juin 2010 PRÉVENTION DES INFECTIONS DANS LES ETABLISSEMENTS MEDICO- SOCIAUX 1 B. Lejeune avec la collaboration de K Chami, MAE Ertzscheid, C Liétard, M Rothan- Tondeur, JM Thiolet & tous les très nombreux participants

Plus en détail

DELBE Aurélie FREDERIC Célia GETA Kathryn HANGARD Christelle NIJEAN Jessica VALEY Anaïs-Marie. Le chariot d urgences

DELBE Aurélie FREDERIC Célia GETA Kathryn HANGARD Christelle NIJEAN Jessica VALEY Anaïs-Marie. Le chariot d urgences DELBE Aurélie FREDERIC Célia GETA Kathryn HANGARD Christelle NIJEAN Jessica VALEY Anaïs-Marie Le chariot d urgences Qu est ce que le chariot d urgences Chariot mobile utilisé pour la prise en charge vitale

Plus en détail

Les infections associées aux soins

Les infections associées aux soins Les infections associées aux soins Définitions, structuration de la lutte contre les IAS en France Atelier discussion Dr DENIS Corinne Journée des correspondants para médicaux en hygiène hospitalière 20

Plus en détail

Gestion d une épidémie en EHPAD

Gestion d une épidémie en EHPAD Gestion d une épidémie en EHPAD EHPAD Roger BESSON Sandrine BERTHELOT, Brigitte FLEURY, Catherine MAISONNIAL - St GERAND le PUY - 03 1 Présentation de l EHPAD Établissement public dans un village de 1000

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014

Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014 Les outils du GREPHH : la liste s allonge Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014 Delphine Verjat-Trannoy et Danièle Landriu CClin Paris-Nord Réunion sur la prévention du risque infectieux

Plus en détail

DIARRHEES NOSOCOMIALES

DIARRHEES NOSOCOMIALES DIARRHEES NOSOCOMIALES Dr Julie Gagnaire Journée de formation de printemps des correspondants en hygiène hospitalière AVRIL 2016 INTRODUCTION Manque d intérêt car : nombreuses causes de diarrhées (médicaments,

Plus en détail

Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT)

Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT) Sommaire Recommandations MAP Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT) Messages clés L injection intra vitréenne doit être réalisée par un ophtalmologiste expérimenté. Elle doit être réalisée

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE Surveillance des bactériémies : un outil pour améliorer la qualité des prescriptions antibiotiques et pour la lutte contre les infections nosocomiales. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC.

Plus en détail

POLYCLINIQUE DE POITIERS - 1 rue de la Providence - 86035 POITIERS CEDEX. La tenue de l opérateur sera conforme aux règles d hygiène.

POLYCLINIQUE DE POITIERS - 1 rue de la Providence - 86035 POITIERS CEDEX. La tenue de l opérateur sera conforme aux règles d hygiène. Page 1 sur 5 La tenue de l opérateur sera conforme aux règles d hygiène. SONDAGE VESICAL EN SYSTEME CLOS Dans le cadre de son rôle propre, l infirmière accomplit les changements de sonde vésicale et la

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact :

Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Evaluation des Précautions Complémentaires de type Contact : Un nouvel outil pour les équipes d hygiène Xe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Yann Ollivier 1 Contexte /

Plus en détail

Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie

Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie Hospitalisation à domicile et prise en charge en oncologie Quelques chiffres sur la France (FNEHAD) Prise en charge pour 2014 *105.000 patients en HAD/66 millions d habitants *4.4 millions de journées

Plus en détail

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD Les mesures d isolement Les mesures d isolement Objectifs Établir des barrières res de niveaux variables afin de limiter ou supprimer la transmission de micro-organismes organismes D un malade à un autre

Plus en détail