CONTROLE DE GESTION. DECF Session Corrigé indicatif

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTROLE DE GESTION. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif"

Transcription

1 CONTROLE DE GESTION DECF Session Corrigé indicatif Dossier 1 Partie A Raisons : - variation des effectifs (effet effectif), - changements de catégories professionnelles (effet de structure), - variation de l ancienneté (effet ancienneté effet de noria en cas de rajeunissement des effectifs), - augmentation des salaires (effet taux), - autres facteurs : évolution de la législation, recours à d autres formes de contrats GVT : Glissement Vieillesse Technicité. - Glissement : variations individuelles du salaire liées au mérite ( à ancienneté et qualification constante ) - Vieillissement : variation de la masse salariale liée à l ancienneté - Technicité : variation de la masse salariale liée aux changements de qualifications professionnelles Masse salariale 2007 = Masse salariale 2006 = MS 2007 / MS 2006 = 1,05 d où un taux de croissance de 5% Effet global = 1,05 = effet effectif x effet GVT x effet taux Effet GVT = 1,024 (+2,4%) Effet effectif = 510 / 500 = 1,02 donc effet taux = 1,05 / (1,02 x 1,024) = 1,0053 (+0,53%) Il est possible de décomposer le GVT : Effet de structure = 1,0072 ( 0,72 % ) effet ancienneté = 1, ( + 1,67 %) Commentaire : la masse salariale progresse de 5% en Cette hausse provient principalement de l augmentation de 2% des effectifs, notamment des personnels soignants (infirmiers et aides soignants). Par contre il y a eu peu de changements de catégorie et les augmentations de salaires ont été limitées à 0,53%. Question 3 MS2008 = x 1,025 x 1,014 = K Question 4 Charges de fonctionnement 2008 : - charges de personnel : x 1,45 = K - disponible pour groupes 2 et 3 : = 8082 K Conclusion : En 2007, les groupes 2 et 3 ont consommé K. Pour équilibrer le budget, il faut réduire de 0,95 % les postes 2 et 3. Or, il est prévu une augmentation du coût des fournitures et des prestations de 2,5 %. A qualité constante des soins et des prestations annexes, il sera difficile d équilibrer le budget. DECF 2007 Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale /6

2 Partie B Type de centre : centre de coûts (bien que l on puisse considérer que les activités à caractère «marchand» puissent être gérées comme un centre de profit, ces activités restent marginales et l hôpital, en tant qu organisme public, n a pas pour vocation première de faire des bénéfices). Principaux objectifs à atteindre : - maîtrise des coûts : coût des repas, coût du linge traité - amélioration de la qualité : satisfaction des «clients» (patients, résidents, clients externes ), qualité des prestations, respect des normes (hygiène, sécurité..) - réduction des délais ( ex : blanchisserie) Outils de gestion à mettre en place : - comptabilité de gestion par activités (coût des repas, coût du linge..), - budget par activités (activité restauration, blanchisserie, entretien, stockage) - tableaux de bord, Périodicité : prévoir une périodicité courte pour les outils de gestion afin de favoriser la rétroactivité ( par ex mensuelle ) Modalités du reporting : - Gestion par exception pour les relations avec la Direction Générale ( dans le cadre des outils de gestion ) - Rapport semestriel ( Direction et Conseil d Administration ) présentant une synthèse de l activité et des performances de l établissement Avantages de l organisation en centres de responsabilité : - définition d un cadre cohérent pour l ensemble des activités médicales, logistiques et de gestion (clarification des objectifs stratégiques et opérationnels) ; - mise en place d un système d évaluation des performances des centres et de leurs activités en adéquation avec les objectifs ; - responsabilisation et motivation des acteurs, notamment des responsables de centres qui doivent être de véritables «pilotes» dans le cadre de la contractualisation interne (engagement des responsables sur la base de contrats de type objectifs/moyens) ; - possibilité d intéressement des centres aux résultats ; - amélioration des résultats grâce à une meilleure prise de conscience des objectifs de gestion, notamment en terme de qualité (réponse aux attentes des «clients»), de maîtrise des coûts (lutte contre les gaspillages..) Risques de réticences : - crainte (ou refus) d une emprise de la culture «managériale» sur la culture «médicale» ; - refus d une politique de maîtrise des coûts dans un contexte de demande de soins grandissante ; - crainte d une surcharge de travail (mise à jour et suivi des outils de gestion) ou d un manque de compétences DECF 2007 Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale /6

3 Dossier 2 Partie A Coût d un repas fabriqué : / = 4,91 Nombre de repas distribués en office et MDR : = Coût d un repas distribué en office et MDR : 4,91 + ( / ) = 4,91 + 3,25 = 8,16 Coût d un repas servi en self : 4,91 + ( / 73000) = 4,91 + 1,72 = 6,63 Question 3 Les repas sont facturés aux familles à 6,00, alors qu ils ont un coût de revient de 8,16. Pour les repas pris au self, on peut concevoir que le tarif réservé au personnel soit inférieur au coût de revient. Cette pratique fréquente s inscrit dans la politique sociale des établissements, qui subventionnent la différence. Mais le tarif pour les externes ne devrait pas être inférieur au coût de revient, c est à dire 6,63. Conclusion : les tarifs familles et externes sont sous-évalués et il y a de ce fait un manque de recettes pour l hôpital. Question 4 Nombre de repas prévu pour les familles : = 8720 Manque à gagner sur les repas familles : (8,16 6,00) x 8720 = Manque à gagner sur les repas externes servis au self : (6,63 6,00) x = 6898 Manque à gagner total : Question 5 Les tarifs des repas pris par les familles et servis au self pour les personnes externes devront être relevés. Sur la base des coûts de revient prévus pour 2007, et en supposant que les quantités restent identiques, les recettes subsidiaires pourraient augmenter de environ Partie B Méthodes fondées sur les coûts : coût réel : PCI évalué sur la base du coût réel du centre vendeur. Cette méthode ne doit pas être retenue en pratique. - Elle n incite guère à l amélioration des performances et transfère l efficience ou l inefficience du vendeur sur l acheteur. - Elle nécessite des révisions fréquentes de PCI, ce dernier n étant connu par l acheteur qu à postériori. coût standard complet : Avantages : meilleure localisation des performances, stabilité du PCI, incitation pour le vendeur à améliorer son efficience, pas de transfert d efficience ou d inefficience sur l acheteur. Inconvénients : -le vendeur est tributaire des quantités achetées (la sous activité du centre vendeur est supportée par l acheteur), -le PCI est considéré par l acheteur comme un coût variable alors qu il contient des charges fixes coût variable standard ( plus forfait pour couvrir les charges fixes budgétées )(les cessions supérieures aux quantités budgétées étant facturées au coût variable uniquement): Avantage : incitation pour l acheteur à dépasser les quantités budgétées Inconvénient : le centre vendeur est assuré de couvrir ses frais fixes, ce qui ne l incite guère à mieux utiliser sa structure. Autres solutions : coût marginal (en général coût variable standard ), coût d opportunité DECF 2007 Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale /6

4 Méthodes fondées sur les prix du marché : prix du marché : prix des concurrents sur le marché externe ( ce prix peut être aménagé en tenant compte des économies sur les coûts de transaction ) Avantages : incite les centres à avoir une attitude d entrepreneur, incite le vendeur à être aussi efficient voire plus que le marché Inconvénient : risque de perte de marché interne pour le vendeur Critères à prendre en compte pour la fixation d un PCI : - possibilité d approvisionnement sur le marché externe et prix du marché - qualité de la prestation en interne et en externe - degré d autonomie des responsables de centres - stratégie de l entreprise (externalisation, recentrage ) - mesure équitable de la performance des centres - cohérence entre l intérêt général et les intérêts particuliers des centres. Question 3 En toute logique, comme il s agit de centres de coûts et que l hôpital n a pas pour vocation de faire des bénéfices sur la maison de retraite, c est le coût standard complet qui devrait servir de PCI. Autre solution : Retenir un PCI égal au prix du marché aménagé, soit : Prix du marché ( 6,5 ) - économie sur les coûts de transaction ( 10 % * 6,5 ) = 5,85 Partie C Coût de gestion = coût des commandes (frais de passation des commandes et de livraison) + coût de possession du stock. Coût des commandes = 112,00 x 52 semaines = Stock de sécurité = 600 kg. Coût de possession du stock = stock moyen x 2,16 = [(600 / 2) + 600)] x 2,16 = 1944 (dont 600 x 2,16 = 1296 pour le stock de sécurité). Coût annuel de gestion du stock : = F(Q) = ( / Q ) * ( Q/2)*2, * 2,16 F(Q) = / Q + 1,08 Q F (Q ) = / Q 2 + 1,08 F (Q) = 0 pour Q = 1 798, 76 => 1800 kg par commande Avec la formule de Wilson Q = [(2 x x 112) / 2,16] = 1799 soit 1800 kg. Nombre de commandes : N = / 1800 = 17,33 par an. Rythme de commandes : consommation hebdomadaire = 360 / 17, 33 = 20,76 soit 1 commande tous les 21 jours. Coût total : = Vérification : Coût de passation des commandes (plus livraison) = 17,33 x 112 = 1941 Coût de possession du stock = [(1800 / 2) + 600] x 2,16 = 3240 ( pour le stock de sécurité). Commentaire : Ce mode de gestion permettrait de réaliser une économie de = 2587 par an. La viande est un produit périssable : peut-on stocker un volume de viande correspondant à 21 jours de consommation? DECF 2007 Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale /6

5 Question 3 Coût par commande et livraison : (12/2) = 106. Coût de passation des commandes et de livraison : 6 x 52 x 106 = Coût de possession du stock : (100/2) x (6/7) x 2,16 = 93. ( ce coût peut être négligé ) Coût total de gestion du stock par an : = Commentaire : le coût de possession est très bas car les stocks de viande sont très réduits (100 kg en début de journée et rien en fin de journée en moyenne, plus une journée sans stock par semaine). Mais le coût des livraisons explose, passant à 33072, ce qui rend ce mode de gestion impossible dans ces conditions. Question 4 Pour que la gestion en flux tendus soit possible, il faudrait que le coût des livraisons baisse de sorte que ce mode ne coûte pas plus cher que celui correspondant à la méthode de Wilson, c est à dire Coût maximum de passation des commandes et de livraison par an : = 5088 ( accepter ) pour 6 x 52 = 312 livraisons par an. Soit par commande et livraison : 5088 / 312 = 16,30 dont 6 pour les commandes. Il reste 16,30 6,00 = 10,30 maximum pour les frais de transport par livraison. ( 10,5 en négligeant le coût de possession ) Autres avantages que procurerait une gestion à flux tendus: - moins de stock => moins de BFRE - moins de risque de péremption, moins de risque bactériologique, moins de contrôle (de température ) - qualité de la viande (produit frais) - possibilité de commander en fonction des besoins journaliers et des menus prévus par type de viande - possibilité de mettre en place un système de menus à la carte (les «clients choisissent leur menu la veille et les commandes sont passées le soir pour une livraison le lendemain matin) et donc amélioration du service. Conclusion : une gestion à flux tendus serait préférable mais à condition qu elle ne revienne pas (ou guère) plus cher qu une gestion classique. Il faudrait par conséquent négocier les frais de transport avec le fournisseur, faire jouer la concurrence (il y a quand même un gros marché à la clé), trouver un ou des fournisseurs proches capables de livrer à moindre coût des produits frais DECF 2007 Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale /6

6 Dossier 3 Projet A Coût variable par repas : ( * ) / = 2,54 Marge sur coût variable par repas : 5,00 2,54 = 2,46 Coûts fixes spécifiques : (28000 / 4) = par an Seuil de rentabilité : / 2,46 = repas par an soit 33,4 repas par jour en moyenne Nombre total de repas à livrer à la clinique sur l année : 80 x 365 = Résultat marginal : (2,46 x 29200) = Conclusion : projet à retenir. Ce résultat permettrait de réduire de plus de moitié la baisse des dépenses prévues sur les groupes 2 et 3 du budget de fonctionnement Projet B Avantages : - moins de charges de gestion : réduction des effectifs, suppression des commandes et des stocks de denrées et fournitures alimentaires, réduction des immobilisations, baisse du BFR (stocks) - avantages financiers si le prix des repas achetés au GIP est inférieur au coût de revient en interne, ce qui est en général le cas puisque ces structures ont des capacités plus importantes et bénéficient d économies d échelle (et de plus n ont pas pour logique de faire du profit) - avantages liés à la spécialisation du GIP (qualité, normes..) - réduction des risques (non-conformités bactériologiques, contrôles..) Inconvénients : - dépendance vis à vis du GIP (définition des menus, variété des plats) - retour en arrière difficile en cas de problème - problème de l affectation des coûts indirects entre adhérents, et donc de facturation (source de litiges) - problème de la réaffectation des agents dans les autres services - problème de la spécificité des repas pour certains malades La logique est celle de toute stratégie fondée sur l externalisation des activités secondaires et le recentrage sur le métier de base, à savoir la production de soins. Les hôpitaux n ont pas pour vocation de devenir des entreprises de restauration ou de traitement du linge. Or si ces activités sont réalisées en interne, ils sont obligés de les gérer avec des méthodes performantes (ce qui nécessite des compétences managériales) voire de les développer pour les rentabiliser (ou trouver de nouvelles recettes) auprès de nouveaux clients, ce qui implique une démarche de type entrepreneurial. L activité de base d un établissement de santé étant bien entendu le traitement des malades (ou des personnes âgées dans le cas des MDR), on comprend qu ils soient de plus en plus tentés par l externalisation de leurs activités à caractère «hôtelier» et général. Le GIP est, par ailleurs, un partenaire de l hôpital intégré dans son périmètre d activité. La logistique relève toujours de la gestion publique. DECF 2007 Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale /6

CONTRÔLE DE GESTION. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif

CONTRÔLE DE GESTION. DCG - Session 2008 Corrigé indicatif CONTRÔLE DE GESTION DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 MISE EN PLACE D OUTILS D AIDE A LA DECISION Question 1 : Rédiger une note d environ une page destinée au directeur général visant à lui

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

SESSION 2015 UE 11 CONTRÔLE DE GESTION

SESSION 2015 UE 11 CONTRÔLE DE GESTION SESSION 2015 UE 11 CONTRÔLE DE GESTION Éléments indicatifs de corrigé Dossier 1 1) Quel est le bénéfice courant de l activité bières Grand Houblon? R = CA CV CF R = [(400 000 * 110) (400 000 *84.5) 1 400

Plus en détail

Chapitre II : Gestion des stocks :

Chapitre II : Gestion des stocks : Chapitre II : Gestion des stocks : Section I : Présentation générale de la problématique des stocks I. 1. DEFINITION DES STOCKS : Un stock est une quantité de biens ou d articles mis en réserve pour une

Plus en détail

HIGHTECH Contrôle de gestion et tableau de bord Pr. Rabhi Décembre 2012

HIGHTECH Contrôle de gestion et tableau de bord Pr. Rabhi Décembre 2012 HIGHTECH Contrôle de gestion et tableau de bord Pr. Rabhi Décembre 2012 1. Les mots clés du contrôle de gestion? Définition proposée par l Association Nationale des Contrôleurs de Gestion : «Le contrôleur

Plus en détail

UE 11 Contrôle de gestion Le programme

UE 11 Contrôle de gestion Le programme UE 11 Contrôle de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Positionnement du

Plus en détail

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE LA VILLE DE GUILERS. 16, rue Charles de Gaulle 29820 GUILERS. Tél. : 0298076152 Fax 0298074644

CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE LA VILLE DE GUILERS. 16, rue Charles de Gaulle 29820 GUILERS. Tél. : 0298076152 Fax 0298074644 CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE LA VILLE DE GUILERS 16, rue Charles de Gaulle 29820 GUILERS Tél. : 0298076152 Fax 0298074644 Marché de service : CCAS de Guilers - fourniture et livraison de repas à

Plus en détail

Fiche de poste Cadre des Services hôteliers Fonction hôtelière, Blanchisserie, Restauration, Transports externes

Fiche de poste Cadre des Services hôteliers Fonction hôtelière, Blanchisserie, Restauration, Transports externes Fiche de poste Cadre des Services hôteliers Fonction hôtelière, Blanchisserie, Restauration, Transports externes Référence : Page : 1 Date d application : Immédiate Classement : Rédaction : Olivier GEROLIMON,

Plus en détail

Supermarché CHAMPION CORRIGE

Supermarché CHAMPION CORRIGE BTS Management des Unités Commerciales EPREUVE E4 : Management et Gestion des Unités Commerciales Supermarché CHAMPION CORRIGE Remarque préalable : l introduction et la conclusion ne sont plus demandées

Plus en détail

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif

GESTION FINANCIÈRE. DECF Session 2007 - Corrigé indicatif GESTION FINANCIÈRE DECF Session 2007 - Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TABLEAU DE FLUX ET DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Définir l objectif des tableaux de flux de trésorerie : Ils permettent : de déterminer la

Plus en détail

Coûts de renvient et comportement des coûts, un éclairage vers la rentabilité!

Coûts de renvient et comportement des coûts, un éclairage vers la rentabilité! Coûts de renvient et comportement des coûts, un éclairage vers la rentabilité! André Bélanger, CPA, CMA Ceinture verte Six Sigma Conseiller senior Associé Optima Management inc andre.belanger@optima-management.qc.ca

Plus en détail

UE 11 - CONTRÔLE DE GESTION

UE 11 - CONTRÔLE DE GESTION UE 11 - CONTRÔLE DE GESTION Niveau L : 210 heures 18 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier (10 heures) Le contrôle

Plus en détail

1. Justifier le chiffre d affaires net rétrocédé par les commerciaux du siège.

1. Justifier le chiffre d affaires net rétrocédé par les commerciaux du siège. DCG UE11 COTROLE DE GESTIO - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que ses auteurs. Les réponses sont parfois plus détaillées que ce qui est attendu

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

SESSION 2013 UE11 - CONTRÔLE DE GESTION. Durée de l épreuve : 4 heures - coefficient : 1,5

SESSION 2013 UE11 - CONTRÔLE DE GESTION. Durée de l épreuve : 4 heures - coefficient : 1,5 DCG SESSION 2013 UE11 - CONTRÔLE DE GESTION Durée de l épreuve : 4 heures - coefficient : 1,5 Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans aucun moyen

Plus en détail

Les corrigés des examens DECF 2007

Les corrigés des examens DECF 2007 Les corrigés des examens DECF 2007 L école en ligne qui en fait + pour votre réussite Ce corrigé est la propriété exclusive de Comptalia.com ; toute utilisation autre que personnelle devra faire l'objet

Plus en détail

Les préconisations par type de situation

Les préconisations par type de situation Les préconisations par type de situation Le tableau qui suit a été élaboré en mai 2007 à la suite d une étude sur la situation économique et financière des associations d aide aux personnes à domicile.

Plus en détail

EPLEFPA de Seine-Maritime HORTITHEQUE - CFA HORTICOLE de Fauville en Caux MARCHE PUBLIC A BONS DE COMMANDE

EPLEFPA de Seine-Maritime HORTITHEQUE - CFA HORTICOLE de Fauville en Caux MARCHE PUBLIC A BONS DE COMMANDE EPLEFPA de Seine-Maritime HORTITHEQUE - CFA HORTICOLE de Fauville en Caux MARCHE PUBLIC A BONS DE COMMANDE Fourniture de denrées alimentaires Confection de repas Prestation d assistance technique CAHIER

Plus en détail

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité.

Même s il confie sa comptabilité à un cabinet d expertise comptable, un bon entrepreneur connaît parfaitement et maîtrise son activité. Gérer son entreprise Gérer une entreprise et la faire prospérer ne s improvisent pas. Cela nécessite au contraire des connaissances spécifiques, de la réactivité et une grande rigueur. Si votre métier

Plus en détail

Cartographie de compétences d un entrepreneur

Cartographie de compétences d un entrepreneur Cartographie de compétences d un entrepreneur Mission générale L entrepreneur définit la stratégie générale de l entreprise et supervise sa mise en œuvre Principales activités L entrepreneur fixe les objectifs

Plus en détail

- 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen, Gestion des stocks en quantité et en valeur.

- 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen, Gestion des stocks en quantité et en valeur. - 04 - LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS Objectif(s) : o o Pré requis : o o Cadence d'approvisionnement, Optimisation de la gestion des stocks. Principes d'évaluation des stocks : coût moyen,

Plus en détail

Barème global sur 80 points du Sujet LBA

Barème global sur 80 points du Sujet LBA Barème global sur 80 points du Sujet LBA DOSSIER 1 : Analyse de gestion (40 points) I DOSSIER 2 : Analyse du système d information (40 points) CORRIGE DOSSIER 1 Analyse de gestion (40 points) I ANALYSE

Plus en détail

ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES. Adopté le 27 août 2012.

ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES. Adopté le 27 août 2012. ANNEXE 2012-CA570-03.04-R6094 PLAN DE REDRESSEMENT FINANCIER DE L UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À TROIS-RIVIÈRES Adopté le 27 août 2012. PLAN DE REDRESSEMENT UQTR L UQTR présente un Plan de redressement qui permettre

Plus en détail

Tableau de bord : un outil d'anticipation fondamental. Animé par : Christophe LE MEUT Expert-Comptable

Tableau de bord : un outil d'anticipation fondamental. Animé par : Christophe LE MEUT Expert-Comptable Tableau de bord : un outil d'anticipation fondamental Animé par : Christophe LE MEUT Expert-Comptable Les objectifs de l atelier Comprendre l intérêt d un tableau de bord dans une entreprise Savoir construire

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

Politique Achats. Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats. p. 1/8

Politique Achats. Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats. p. 1/8 Politique Achats Fournisseurs Clients Internes Conditions Achats Prix Acteurs du processus Achats p. 1/8 Fournisseurs Objectifs Principes / Moyens Indicateurs / Preuves Améliorer le niveau de qualité fourni.

Plus en détail

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Lamine LAKHOUA Lic. ès Sciences Commerciales et Industrielles C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Maturité Suisse I M P O R T A N T Ce document est un support de cours.

Plus en détail

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997)

ANNEXE I. RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES (arrêté du 3 septembre 1997) L hôtellerie-restauration, au sens large du terme, regroupe l ensemble des activités qui répondent aux besoins de la clientèle

Plus en détail

Présentation de l UGAP

Présentation de l UGAP 2013 Statut et mission PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE L UNION DES GROUPEMENTS D ACHATS PUBLICS (UGAP) L UGAP est un établissement public industriel et commercial créé en 1985 et placé sous la double tutelle

Plus en détail

4 ans après la LME: Où en sommes-nous? Mireille DANY 6 décembre 2012

4 ans après la LME: Où en sommes-nous? Mireille DANY 6 décembre 2012 4 ans après la LME: Où en sommes-nous? Mireille DANY 6 décembre 2012 Introduction La loi LME du 4 août 2008 - Malgré de nombreuses critiques et propositions de modifications, la Loi LME est toujours en

Plus en détail

LES APPROVISIONNEMENTS

LES APPROVISIONNEMENTS LES APPROVISIONNEMENTS APPROVISIONNER C EST Mettre à disposition d une entreprise des biens, tels que les denrées périssables et parfois des services, nécessaires à son fonctionnement. Cette mise à disposition

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2009 Le transfert aux régions du transport express régional (TER) : un bilan mitigé et des évolutions à poursuivre Avertissement La présente

Plus en détail

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Toute entreprise commerciale ou industrielle opère chaque mois des achats, des ventes, des paiements, des versements. Elle reçoit aussi de l argent, paie ses salariés,

Plus en détail

«1000 jours» pour bien négocier la dernière ligne droite

«1000 jours» pour bien négocier la dernière ligne droite Partenaires experts LES EXPERTS > THIERRY LHOMMEAU Aexecutive > NATHALIE DELAIGUE KPMG > PIERRE LAMIDON Cornet Vincent Ségurel > SYLVAIN QUERNEAU UI Cap Ouest > LUDIVINE LEBRETON - Société Générale > Avec

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature PROJET : NOM-PRENOM : NOM-PRENOM : NOM-PRENOM : NOM-PRENOM : Ce document est un exemple de plan d affaires professionnel. Vous êtes libre de vous en inspirer ou d en choisir un autre

Plus en détail

PLAN I-LA METHODE DU COUT VARIABLE OU DIRECT COSTING

PLAN I-LA METHODE DU COUT VARIABLE OU DIRECT COSTING PLAN INTRODUCTION I-LA METHODE DU COUT VARIABLE OU DIRECT COSTING A- DEFINITION ET PRINCIPE B- CONDITION D APPLICATION C- LES INDICATEURS DE GESTION D- AVANTAGES ET LIMITES II-METHODE DU COUT SPECIFIQUE

Plus en détail

SYSTÈME À RECOMPLÈTEMENT PÉRIODIQUE AVEC QUANTITÉ VARIABLE (voir chapitre 4.3.)

SYSTÈME À RECOMPLÈTEMENT PÉRIODIQUE AVEC QUANTITÉ VARIABLE (voir chapitre 4.3.) GESTION DES STOCKS CAS 04.11. SYSTÈME À RECOMPLÈTEMENT PÉRIODIQUE AVEC QUANTITÉ VARIABLE (voir chapitre 4.3.) 1. Mise en place d'un calendrier d'approvisionnement Données de base : Stock initial au 01/01/20n

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

4 : gestion d'approvisionnements avec rupture tolérée de stock car sans réassortiment possible 1 - Les services de l'approvisionnement

4 : gestion d'approvisionnements avec rupture tolérée de stock car sans réassortiment possible 1 - Les services de l'approvisionnement GESTION OPTIMALE ET BUDGETAIRE DES STOCKS 1 - Les services de l'approvisionnement 11 - Les activités de la fonction achat 12 - Les activités de la fonction logistique de stockage 13 - Les produits à gérer

Plus en détail

Application mobile patient : retour d expériences. Dr. A. RUFFIÉ

Application mobile patient : retour d expériences. Dr. A. RUFFIÉ Application mobile patient : retour d expériences Dr. A. RUFFIÉ Objectifs Mettre à disposition du patient d un outil facilitant la communication avec l établissement de santé pour améliorer l efficience

Plus en détail

DOSSIER 1 - CALCUL DE RÉSULTATS PRÉVISIONNELS

DOSSIER 1 - CALCUL DE RÉSULTATS PRÉVISIONNELS DCG session 2013 UE11 Contrôle de gestion Corrigé indicatif DOSSIER 1 - CALCUL DE RÉSULTATS PRÉVISIONNELS 1. Justifier le chiffre d affaires net rétrocédé par les commerciaux du siège à l agence Alsace.

Plus en détail

LA GESTION DU STOCK ET DES APPROVISIONNEMENTS

LA GESTION DU STOCK ET DES APPROVISIONNEMENTS LA GESTION DU STOCK ET DES APPROVISIONNEMENTS PLAN DU COURS 1/ LA FONCTION LOGISTIQUE 1.1/ Les flux entrées sorties 1.2/ Suivi des stocks 2/ CALCUL DU NIVEAU DES STOCKS 2.1/ Cadencier et fiche de réassort

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA GESTION BUDGÉTAIRE

L ESSENTIEL DE LA GESTION BUDGÉTAIRE DIDIER LECLÈRE L ESSENTIEL DE LA GESTION BUDGÉTAIRE LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 1944, 2012 ISBN : 978-2-212-55334-5 Table des matières Introduction Qu est-ce que la gestion budgétaire? 7 1. Les origines

Plus en détail

Segment : Tous segments des IAA Module : Approvisionnement TERMES DE RÉFÉRENCE

Segment : Tous segments des IAA Module : Approvisionnement TERMES DE RÉFÉRENCE Segment : Tous segments des IAA Module : Approvisionnement TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTATS... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 POPULATIONS CONCERNEES... 3 PRE-REQUIS... 3 ACTIVITES ET LIVRABLES...

Plus en détail

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi?

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? La Commission européenne jette les bases du déploiement des futurs réseaux intelligents Conformément aux directives européennes 1 2009/72/CE

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : EXERCICES DE REFLEXION (5 points)

PREMIERE PARTIE : EXERCICES DE REFLEXION (5 points) LYCEE KABARIA MOUROUJ 2 *** ENSEIGNANTE : RAFIKA SOUABNI *** DATE : 07/12/2013 CLASSES : 4 ème E. G. 1+2 EPREUVE : GESTION DUREE : 3 h 30 COEFFICIENT : 4 Les copies devront être soignées et les fautes

Plus en détail

ouvrant un crédit d'investissement de 409 000 F pour la réalisation d'une application de gestion des emplois de solidarité

ouvrant un crédit d'investissement de 409 000 F pour la réalisation d'une application de gestion des emplois de solidarité Secrétariat du Grand Conseil PL 10539 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 2 septembre 2009 Projet de loi ouvrant un crédit d'investissement de 409 000 F pour la réalisation d'une application

Plus en détail

Leçon 9. Systèmes de gestion dépôt central / magasins secondaires

Leçon 9. Systèmes de gestion dépôt central / magasins secondaires CANEGE Leçon 9 Systèmes de gestion dépôt central / magasins secondaires Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : comprendre le fonctionnement d une organisation dépôt central

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Prix de vente : soyez stratégiques!

Prix de vente : soyez stratégiques! PRATICO-PRATIQUE Prix de vente : soyez stratégiques! Stratégies de prix de vente pour les restaurants familiaux et à service rapide Plusieurs restaurateurs se contentent de fixer leurs prix de vente de

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

COMPRENDRE & INTERPRETER UN BILAN & UN COMPTE DE RESULTAT

COMPRENDRE & INTERPRETER UN BILAN & UN COMPTE DE RESULTAT GEST 01 COMPRENDRE & INTERPRETER UN BILAN & UN COMPTE DE RESULTAT Durée : 14 heures 990 HT / jour Dates : à définir en 2012 Comprendre la logique du compte de bilan et du compte de résultat Identifier

Plus en détail

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC

Retraite. Pacte social de la CFE-CGC Retraite Instaurer un bouclier retraite Permettre le cumul emploi et retraite de réversion Valider les droits à retraite, les années d études et les stages des jeunes générations 46 Pacte social de la

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

Fonds Européen pour les Réfugiés ( FER ) 2008-2013

Fonds Européen pour les Réfugiés ( FER ) 2008-2013 Fonds Européen pour les Réfugiés ( FER ) 2008-2013 Réunion d information Paris, le 16 avril 2013 Le guide des bonnes pratiques et l éligibilité des dépenses Présentation générale du guide Objectif général

Plus en détail

Méthodes des coûts complets : La comptabilité analytique d Exploitation. Préparé par : Mr Larbi TAMNINE, professeur agrégé d Economie et Gestion

Méthodes des coûts complets : La comptabilité analytique d Exploitation. Préparé par : Mr Larbi TAMNINE, professeur agrégé d Economie et Gestion Méthodes des coûts complets : La comptabilité analytique d Exploitation Préparé par : Mr Larbi TAMNINE, professeur agrégé d Economie et Gestion Important : Chers lectures, n hésitez pas à m envoyer vos

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

LE PRIX DE CESSION INTERNE

LE PRIX DE CESSION INTERNE LE PRIX DE CESSION INTERNE Introductio n Intérêt du sujet Le système du prix de cessions interne mesure les résultats économiques dégagés de chaque centres de responsabilité PROBLÉMATIQUE : Quel est le

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

MAR A KE K TI T N I G

MAR A KE K TI T N I G MARKETING 4 éléments du marketing I. LE PRODUIT II. LA DISTRIBUTION III. LE PRIX IV. LA COMMUNICATION Fournir un produit / service de façon efficiente au consommateur et communiquer leurs caractéristiques

Plus en détail

COLLEGE. Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS

COLLEGE. Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS COLLEGE Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS 2/14 NORME N 8 LES STOCKS NORME N 8 LES STOCKS SOMMAIRE 3/14 EXPOSÉ DES MOTIFS...

Plus en détail

I. La fixation des prix :

I. La fixation des prix : THEME 8. LA POLITIQUE DU PRIX Le prix est élément important d action sur le marché, il doit être en cohérence avec les autres variables marketing. Il a une incidence forte pour l entreprise : il procure

Plus en détail

La Gestion de Production au sein de l'entreprise

La Gestion de Production au sein de l'entreprise La Gestion de Production au sein de l'entreprise Cet article permet de situer le rôle de la Gestion de Production au sein de l'entreprise, de comprendre son impact et d'identifier les points clés permettant

Plus en détail

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT

ASPECTS FINANCIERS ET FISCAUX DES TRANSPORTS ROUTIERS. Politique de tarification routière Réaffirmation de la position de principe de la CEMT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

La gestion des stocks & approvisionnements

La gestion des stocks & approvisionnements Page : 1 Coût d achat Il y a un coût d achat par matière 1e ou fourniture achetée. Il est composé de : prix d achat, y compris les frais annexes coût indirect d approvisionnement Page : 2 Page : 3 Prix

Plus en détail

«moteur» de la chaîne logistique

«moteur» de la chaîne logistique Le transport, «moteur» de la chaîne logistique Pascal Devernay Chef de Service Logistique Industrielle, RENAULT S il est vrai que la logistique doit être globale et intégrée, il est non moins vrai que

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Sécurisation de trajectoire budgétaire 2013-2015 Projection des dépenses de personnel

Sécurisation de trajectoire budgétaire 2013-2015 Projection des dépenses de personnel Sécurisation de trajectoire budgétaire 2013-2015 Projection des dépenses de personnel L outil «2BPSS» traduit en crédits la variation réelle des effectifs rémunérés, en s appuyant sur les flux d entrées

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

CHAPITRE 5 LES COUTS A BASE D'ACTIVITES

CHAPITRE 5 LES COUTS A BASE D'ACTIVITES CHAPITRE 5 LES COUTS A BASE D'ACTIVITES La méthode des coûts à base d'activités, ou comptabilité d'activités, en anglais ABC (Activity Based Costing), a pour objectif de mieux rattacher le coût des ressources

Plus en détail

Fermeture réglementaire des livres de la Société en commandite Gaz Métropolitain pour la période du 1 er octobre 1996 au 30 septembre 1997

Fermeture réglementaire des livres de la Société en commandite Gaz Métropolitain pour la période du 1 er octobre 1996 au 30 septembre 1997 D-98-23 R-3393-97 23 Avril 1998 PRÉSENTS : M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. André Dumais, B. Sc. A. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

Z.A Pra de Serre 63960 Veyre-Monton Tél : 04 73 39 62 00 / fax : 04 73 39 62 01 m.grenouilloux.gvac@wanadoo.fr janvier 2012

Z.A Pra de Serre 63960 Veyre-Monton Tél : 04 73 39 62 00 / fax : 04 73 39 62 01 m.grenouilloux.gvac@wanadoo.fr janvier 2012 SERVICE DE PORTAGE DE REPAS A DOMICILE PRESTATION DE FOURNITURE DES REPAS Dossier de Consultation Z.A Pra de Serre 63960 Veyre-Monton Tél : 04 73 39 62 00 / fax : 04 73 39 62 01 m.grenouilloux.gvac@wanadoo.fr

Plus en détail

Les 3 principaux leviers de la rentabilité en entreprise

Les 3 principaux leviers de la rentabilité en entreprise Les 3 principaux leviers de la rentabilité en entreprise 1 SOMMAIRE La rentabilité en entreprise, c est quoi? 3 principaux leviers pour améliorer sa rentabilité 3 principaux leviers pour maîtriser sa rentabilité

Plus en détail

UE Marketing Opérationnel

UE Marketing Opérationnel UE Marketing Opérationnel La politique Prix Séance 2 Les 4 variables d action marketing MARKETING Mix Produit Qualité Caractéristiques Style Marque Conditionnement Garantie SAV Prix Tarif Remise Rabais

Plus en détail

Atelier 1 Acheter l électricité et le gaz

Atelier 1 Acheter l électricité et le gaz Atelier 1 Acheter l électricité et le gaz Pascal SOKOLOFF, FNCCR Le cadre juridique des collectivités locales françaises pour l achat des énergies de réseau Les collectivités locales face à l achat public

Plus en détail

Les nouvelles obligations en matière d e-commerce

Les nouvelles obligations en matière d e-commerce Loi dite Hamon relative à la Consommation Les nouvelles obligations en matière d e-commerce Loi n 2014-344 du 17 mars 2014 parue au JO n 65 du 18 mars 2014 Mardi 10 juin 2014 1 Loi «Hamon» : les nouvelles

Plus en détail

La logistique à délai commercial court de Fleury Michon

La logistique à délai commercial court de Fleury Michon La logistique à délai commercial court de Fleury Michon Malgré la situation géographique quelque peu excentrée de Fleury Michon, et une large gamme de produits (un millier de références), son système logistique

Plus en détail

BREVET PROFESSIONNEL BOULANGER

BREVET PROFESSIONNEL BOULANGER D r ye er &Herv ém Mey r ie e d i BREVET PROFESSIONNEL BOULANGER Gestion de l entreprise Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014 ISBN : 978-2-84425-953-0 2 LA GESTION DES STOCKS Les matières premières

Plus en détail

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création.

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. DU RESULTAT AU FLU DE TRESORERIE Cette étude a pour objet : de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. de faire des simulations à partir d un tableur et

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE SERVICES

MARCHES PUBLICS DE SERVICES MARCHES PUBLICS DE SERVICES UNIVERSITE MONTPELLIER 1 DIRECTION DES AFFAIRES GENERALES SERVICE DE LA COMMANDE PUBLIQUE 5 boulevard Henri IV CS 19044 34967 MONTPELLIER CEDEX 2 Tél: 04.34.43.31.49 CAHIER

Plus en détail

Chapitre III. M.Reghioui - 2011 1

Chapitre III. M.Reghioui - 2011 1 Chapitre III Gestion des stocks M.Reghioui - 2011 1 Contenu du chapitre Introduction Stocks et paramètres Politiques d approvisionnement Conclusion M.Reghioui - 2011 2 1. Introduction M.Reghioui - 2011

Plus en détail

«Pôle Formation» de CAMBRESIS EMPLOI

«Pôle Formation» de CAMBRESIS EMPLOI 1 «Pôle Formation» de Préambule et définitions du «Pôle Formation» de Cambrésis Emploi Cambrésis Emploi conventionne, conformément à ses statuts, avec des opérateurs (prestataires) pour la mise en place

Plus en détail

Séminaire académique sur les coopérations technologiques 27 avril 2005 Lycée Descartes Tours

Séminaire académique sur les coopérations technologiques 27 avril 2005 Lycée Descartes Tours Séminaire académique sur les coopérations technologiques 27 avril 2005 Lycée Descartes Tours Un projet académique pour valoriser les coopérations technologiques. 1 Séminaire académique sur les coopérations

Plus en détail

Sommaire 18/01/2013. 1. Qu entend-on par achats et approvisionnements?

Sommaire 18/01/2013. 1. Qu entend-on par achats et approvisionnements? Sources (Hélène Guide pratique des Person, : achats de Editions et la des fonction approvisionnements, Maxima)s achats et approvisionnements Editions DunodPrésentation PME CGR ENSGSI 1 Sommaire 1. Qu entend-on

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS. DOSSIER 1 : Analyses de gestion

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS. DOSSIER 1 : Analyses de gestion SESSION 2010 E 5 CERP ROUEN BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS ANALYSES DE GESTION ET ORGANISATION DU SYSTEME D INFORMATION ELEMENTS INDICATIFS DE CORRIGE Barème global

Plus en détail

COURS 22 > Le calcul des coûts dans l unité commerciale

COURS 22 > Le calcul des coûts dans l unité commerciale COURS & EXERCICES ANNALES CORRIGÉES REPÈRES COURS 22 > Le calcul des coûts dans l unité commerciale Le calcul des coûts est un outil de pilotage indispensable au manageur de l unité commerciale. Cela lui

Plus en détail

Les calculs fondamentaux pour son entreprise

Les calculs fondamentaux pour son entreprise Les calculs fondamentaux pour son entreprise 1. Seuil de rentabilité et point mort : Définition et calcul Seuil de Rentabilité et Point Mort sont deux facettes d un même concept. Petite-entreprise. net

Plus en détail

Conseil National de l Ordre des Masseurs Kinésithérapeutes 88 avenue Niel 75017 Paris www.cnomk.org

Conseil National de l Ordre des Masseurs Kinésithérapeutes 88 avenue Niel 75017 Paris www.cnomk.org GUIDE D'ÉLABORATION DU BUDGET Ce document vise à servir de guide à l'élaboration des budgets des Conseils départementaux de l'ordre des Masseurs Kinésithérapeutes. Il a pour objet de présenter les différentes

Plus en détail

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex

30 jours. Sommaire. N 202 janvier 2014. L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex N 202 janvier 2014 30 jours L actualité de la gestion des salariés en France sélectionnée par le Secrétariat Social Securex Chers clients, Parce qu il n existe pas de résultat sans effort, nous mettons

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Les présentes conditions régissent les relations commerciales entre les ÉDITIONS DE LA RAMONDA et son client, les deux parties les acceptant sans réserve. Ces conditions générales

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

L Epargne Collective : Un marché d opportunités

L Epargne Collective : Un marché d opportunités L Epargne Collective : Un marché d opportunités Estimé par la Banque de France à 8.325 milliards d en 2005, le patrimoine des ménages français a augmenté de 44% depuis 2001. Chaque année, les flux d épargne

Plus en détail

Guide pratique Répercussion Gazole

Guide pratique Répercussion Gazole Guide pratique Répercussion Gazole Introduction Dans le transport routier, la répercussion de la hausse du gazole dans les prix ne se fait habituellement que tardivement et partiellement. Elle arrive avec

Plus en détail