courrier de l AVIVO canton de Vaud septembre octobre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "courrier de l AVIVO canton de Vaud septembre octobre 2010 1"

Transcription

1 courrier de l AVIVO canton de Vaud septembre octobre

2 Sommaire Courrier de l'avivo Revue destinée à toutes celles et tous ceux qui bénéficient ou vont bénéficier des prestations AVS/AI. Organe officiel de l AVIVO du canton de Vaud, paraît six fois l an. Abonnement pour non-membres: Fr. 12.-, CCP Administration: Courrier de l AVIVO, case postale 501, 1020 Renens 1 Editeur responsable: Comité cantonal AVIVO Vaud Comité de rédaction: Mmes Eva Gloor et Suzanne Sisto, MM. Mica Arsenijevic, Olivier Conod, Michel Guenot, Jean-Pierre Guignard et Pierre Jeanneret Rédactrice: Myriam Tétaz, Av. Eglise Anglaise 16, 1006 Lausanne Textes rédactionnels: Envoi par courriel à Photos et matériel publicitaire: Envoi par courriel à Abonnements: Mica Arsenijevic, case postale 11, 1323 Romainmôtier, Fax , tél (répondeur) Billet du président Les brèves Informations Assurances sociales Hommage Les sorties du Courrier de l'avivo Coup de griffes L'invité: Etre paysan à Lausanne Coup de projecteur Avec nos sections Lu pour vous: La recette du bonheur Voyages: Cuba Jeux De tout et de rien Billet de Morrens Courrier de lecteur Prochain délai de rédaction: 15 octobre 2010 Si malgré soins et contrôles, votre exemplaire présente un défaut d impression, contactez l Imprimerie Conde à Crissier au Horaires et jours d ouverture: de 8h à 18h 1 er septembre au 30 novembre: du lundi au samedi 1 er décembre au 30 juin: mardi, jeudi, vendredi et samedi 1 er juillet au 31 août: vendredi et samedi Fermé: dimanche et jours fériés A1 sortie Yverdon-sud puis suivre Moudon, Thierrens sur 6 km 2 3

3 Billet du président Simplement exister... L'an dernier, le canton de Vaud a demandé à chaque commune de mettre en œuvre un plan canicule destiné aux personnes âgées. La longue canicule de 2003 et celles des années suivantes, certes plus courtes, ont incité les autorités cantonales à se soucier plus particulièrement de cette catégorie de la population. La Ville de Lausanne a ainsi élaboré son propre plan canicule. Celui-ci consistait à mettre sur pied une ligne téléphonique que les personnes de plus de 75 ans vivant seules et non suivies par un CMS pouvaient appeler pour avoir une visite ou un contact en cas de canicule, soit trois jours consécutifs à plus de 32. Quelques personnes (policiers, assistants de police, collaborateurs de la protection civile, pompiers) ont été formées à cet effet. Ainsi, ce sont quelque 12'000 Lausannoises et Lausannois qui ont reçu une lettre leur proposant ce soutien et préconisant diverses attitudes en cas de chaleur importante. A ce jour, une soixantaine de personnes ont demandé d'avoir une visite ou un appel téléphonique pour voir si tout allait bien. Ce qui m'a particulièrement touché et interpellé c'est le nombre important de messages, de tous ordres, que j'ai reçus pour témoigner de la reconnaissance au fait que les autorités pensent à elles, même si elles n'avaient pas besoin directement d'un soutien. Je ne me rendais pas vraiment compte qu'une visite, un coup de fil ou une lettre personnalisée pouvait simplement faire plaisir, être utile et montrer que chacun existe, qu'il est considéré. Il est à relever que le personnel de l'administration a eu autant de plaisir à visiter ou à contacter les personnes âgées que celles-ci à être visitées. Au temps des mails, de l'internet, des sms, cela montre bien que les vrais contacts entre les personnes restent les plus importants. Bonne fin d'été à toutes et à tous. Marc Vuilleumier, président 4 5

4 Les brèves Attention aux contrats par téléphone! Plusieurs fois par année, lors des permanences de l AVIVO, nous sommes interpellés par des personnes qui ont conclu un contrat par téléphone. Il a suffit que quelqu un ait dit OUI à une proposition au téléphone pour qu elle se trouve avec un contrat et des factures à payer. Un dernier exemple: une dame, qui a été hospitalisée pendant plusieurs mois, s est vu changer d opérateur téléphonique pendant cette période où elle n était pas à la maison. Le nouvel opérateur n a pas annulé l ancien contrat, et ainsi cette dame avait des factures des deux côtés Elle a donc refusé de payer le nouveau contrat et on lui a coupé le téléphone. Après bien des téléphones et plusieurs lettres, elle a tout annulé et s est adressée à Swisscom, qui ne lui semble pas avantageux du point de vue des tarifs mais elle peut au moins téléphoner... La difficulté est que rien ne se fait par écrit, il n y avait pas de réponses aux lettres. Lors d un dernier appel, on nous dit qu on peut jeter tous les rappels, car les factures ont été annulées... Cette aventure démontre qu il faut être prudent quand on nous appelle par téléphone pour nous proposer quelque chose. SSZ L'OMS lance un réseau de villes «amies des aînés» L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a lancé mardi un «Réseau mondial des villesamies des aînés» dans le cadre d'un ensemble de mesures visant à répondre au vieillissement rapide des populations. La proportion des plus de 60 ans dans le monde doit passer de 11% en 2006 à 22% en D'ici 2050, l'oms prévoit que 80% des deux milliards de personnes âgées de 60 ans ou plus que comptera le monde vivront dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. L'objectif du Réseau est d'aider les villes à créer des environnements urbains qui permettent aux personnes âgées de rester actives et de continuer à participer, en gardant une bonne santé, à la vie sociale. New York est la première ville à se joindre au Réseau. Le maire de la ville Michael Bloomberg a reçu mardi le premier certificat d'adhésion. Qu est-ce que le CSA? ats Le Conseil Suisse des Aînés est l organe de consultation du Conseil Fédéral et des autorités pour les questions concernant la vieillesse. Il représente les demandes des personnes âgées dans les domaines économiques, sociaux et de société. Les 34 membres traitent les questions qui se posent à eux dans divers groupes de travail. Ils communiquent leurs prises de positions aux autorités et aux instances politiques. Le CSA est constitué de deux organisations faîtières: Fédération des Associations des retraités et de l entraide en Suisse (FARES) Association Suisse des Aînés (ASA) Ensemble, les deux organisations représentent près de 200'000 seniors, membres de ces associations Apprentissage coopératif dans les écoles «Lents ou avancés, tous les élèves apprennent mieux lorsqu ils coopèrent les uns avec les autres. Mais dès qu on introduit un élément comme les notes ou le redoublement, ce type de collaboration ne fonctionne plus. Les enfants sont socialisés dans un système compétitif qui s impose partout en dépit des recherches soulignant les bienfaits pour tous de l apprentissage coopératif. Sur la base de nos recherches et d autres études du genre dans le monde, nous cherchons à savoir pourquoi une méthode reconnue pour ses effets positifs n est utilisée que de façon minoritaire dans les écoles». Céline Buchs, doctorante à l UNIL. Lu dans Uniscope Le nombre de millionnaires a bondi de 20% A la faveur de l'embellie intervenue sur les marchés financiers l'an passé, les Suisses les plus fortunés ont pu étoffer leur bas de laine. Le nombre de millionnaires s'est accru de près de 20% par rapport à 2008, en Suisse. Les pertes de la crise financière ont été effacées. En 2009, la Suisse recensait pas moins de 221'700 millionnaires, soit 19,7% de plus qu'un an auparavant, selon la 14 e édition du rapport «World Wealth Report» publiée par la banque américaine Merrill Lynch et la société de conseils Capgemini. En 2008, leur nombre s'était réduit de 12,6%. Immigration UNE IDEE POUR UN BUT DE SORTIE AVEC MONTE-ESCALIER POUR HANDICAPES MAGASIN - DIAPORAMA VISITE GUIDEE DES CAVES DEGUSTATION DE FROMAGES (Réservation conseillée) MELANGE FONDUE AOC RENSEIGNEMENTS: TEL FAX COOPERATIVE DES PRODUCTEURS DE FROMAGES D ALPAGES «L ETIVAZ» AOC 1660 L ETIVAZ PAYS-D ENHAUT/VD Enfin une touche positive: la Coupe du monde de football rappelle les atouts du métissage. La Suisse redevient une terre d'immigration et d'asile ouverte aux «secondos» et aux «terzos». La preuve par neuf: Behrami (Serbie), Benaglio (Italie), Derdiyok (Turquie), Fernandes (Cap Vert), Inler (Turquie), Nkufo (Zaïre), Yakin (Turquie), Vonlanthen (Colombie) et Senderos (Espagne). Avis à ceux et celles qui criaient: la Suisse a gagné, après un certain match contre l Espagne! 6 7

5 Informations Votations du 26 septembre 2010 Objet fédéral: Modification du 19 mars 2010 de la loi fédérale sur l'assurance-chômage obligatoire et l'indemnité en cas d'insolvabilité (loi sur l'assurance-chômage, LACI). Objets cantonaux: 1. Modification de l'article 151 de la Constitution du Canton de Vaud du 14 avril 2003 (prolongation du mandat des autorités communales dans certains cas de fusions de communes) 2. Loi du 16 décembre 2009 sur la juridiction en matière de bail. L AVIVO a pris officiellement position sur la juridiction en matière de bail (point 2) et vous invite à refuser cet objet en votant NON. informez-vous et surtout votez! Votations Pourquoi il faut maintenir la gratuité du Tribunal des Baux Séance d information organisée par l AVIVO. Le rendez-vous est fixé au 6 septembre 2010 à 14h30, à la Salle des Vignerons au 2 e étage du Buffet de la Gare de Lausanne. Nous pourrons entendre Mme Anne Baehler-Bech, députée et secrétaire générale de l'asloca Vaud, et M. Jacques-André Mayor, secrétaire général de l'asloca Lausanne. ALEXANDRE ZONI LABORATOIRE DENTAIRE RUE DE L'ALE LAUSANNE TÉL SUCCESSEUR: MARIO DELLI-PIZZI Tribunal des Baux: il faut maintenir la gratuité Dans le canton de Vaud, les litiges entre locataires et bailleurs sont jugés par un tribunal spécialisé, le Tribunal des Baux à loyer. Ce tribunal, entré en fonction en 1983 a été créé par une initiative cantonale lancée par les milieux de défense des locataires. Il s agissait d un projet entièrement rédigé auquel les autorités politiques n ont pas pu apporter de modifications. Ainsi, dans sa forme et son fonctionnement, il a été voulu par une large majorité des citoyennes et citoyens de ce canton. Une de ses particularités, c est qu il est gratuit. Cela signifie que les locataires et les bailleurs n ont pas à payer d émoluments de justice, ni de frais d expertises ou de témoins. En revanche, chacun paiera son avocat s il décide d être assisté par un défenseur. La gratuité a été voulue pour permettre un large accès des locataires à la justice. Il faut rappeler qu après l abandon par l Etat du système de contrôle, puis de la surveillance des loyers, à la fin des années 1960, il y a eu un grand vide en matière de protection des locataires. La question du logement était réglée presqu exclusivement par les lois du marché. Le résultat ne s est pas fait attendre: hausse massive des loyers, nombreux congés, manque d entretien des immeubles. Face à la colère de la population le Conseil fédéral a dû légiférer en urgence en 1972: un arrêté fédéral a été adopté pour lutter contre les abus dans le secteur locatif. Protéger les locataires Ce régime légal a été repris en 1990 dans le Code des obligations, c est globalement les règles que nous connaissons aujourd hui encore. La loi vise à protéger les locataires contre les abus des bailleurs; elle place le locataire au centre du dispositif: c est lui qui peut le mieux connaître et se plaindre d une position abusive des bailleurs; c est au locataire d agir s il veut s opposer à une hausse de loyer, à lui d agir s il veut demander une baisse de loyer, à lui d agir encore s il veut s opposer à un congé ou demander la prolongation du bail, à lui d intervenir s il veut réclamer l élimination de défauts dans son logement ou l entretien négligé de son appartement. A louer tout confort! Si la loi donne des droits aux locataires, encore faut-il que ceux-ci puissent les utiliser et les faire valoir en justice sans trop de difficultés. C est pour cela que dans le canton de Vaud, l AVLOCA, association de défense des locataires, a proposé un tribunal spécialisé et gratuit. Les milieux immobiliers de ce canton n ont jamais admis cette particularité: ils ont cherché à plusieurs reprises depuis 1983 à supprimer la gratuité. En vain jusqu en décembre Mais à cette date, une majorité politique du Grand Conseil a adopté une nouvelle loi sur le fonctionnement du tribunal des baux pour l adapter aux nouvelles règles de la procédure civile fédérale. Alors que rien ne l y obligeait, une majorité de députés a décidé de supprimer la gratuité. L AVLOCA a lancé un referendum qui a été soutenu par près de citoyens. Nous voterons donc le 26 septembre sur cet objet. Dissuader le locataire En supprimant la gratuité du tribunal des baux, les milieux immobiliers veulent rendre plus difficile aux locataires l accès à la justice; ils affirment d ailleurs que cette mesure contribuera à décharger le tribunal des baux. C est donc qu ils comptent bien que beaucoup de locataires renonceront à agir en justice par crainte des coûts. L argument du coût du procès est 8 9

6 d ailleurs largement utilisé pour dissuader le locataire de poursuivre dans ses revendications après la tentative de conciliation devant le Préfet. Aujourd hui cet argument ne tient pas puisque le tribunal est gratuit. Les milieux immobiliers estiment que ceux qui utilisent le tribunal des baux doivent participer à son coût par un émolument supportable. Or, le tribunal, nous le finançons par nos impôts: son coût de fonctionnement n est pas élevé (de l ordre de 2 millions pour un budget de l ordre judiciaire de 160 millions, lequel représente moins de 5% du budget de l Etat de Vaud). L émolument de justice que la majorité politique voudrait imposer au locataire et au bailleur (qu il soit un petit propriétaire individuel ou une grande banque) ne sera pas «symbolique» comme on veut le faire croire. Cet émolument est fixé selon la valeur litigieuse. Or, en matière de bail à loyer la valeur litigieuse atteint très souvent des montants importants: en matière de hausse de loyer, elle se calcule sur vingt ans de hausse et en cas de congé sur trois ans de loyer annuel. L émolument de justice qui en découle peut atteindre plusieurs centaines voire milliers de francs. Une avance à payer par le demandeur De plus, selon le nouveau code de procédure civile suisse, le tribunal demandera une avance à concurrence de la totalité des frais judiciaires présumés: celui qui engagera le procès (le demandeur) avancera donc les frais des deux parties. On l a dit plus haut, en matière de bail à loyer, c est le plus souvent le locataire qui doit prendre l initiative du procès pour s opposer à un abus du bailleur. Les défenseurs du projet estiment que ceux qui ne peuvent assurer le coût du procès peuvent recourir à l assistance judiciaire: l Etat, en effet, peut, sur demande, avancer les coûts du procès aux personnes indigentes dont le litige a une chance de succès. Mais cette avance est remboursable par acomptes; elle reste une charge dans un budget, donc un frein: ce n est pas une réponse adéquate. Les milieux immobiliers estiment qu il y a trop de procès sans importance, voire d actions menées par des quérulents. Or, il n y a pas de «petites affaires»; c est trop souvent dans les «petites choses» que les abus sont les plus fréquents: pensons aux factures d entretien courant que l on veut faire supporter aux locataires, à la taxe d'épuration des eaux facturée indûment, aux «arrondis» en matière de fixation de loyer, etc... quant à ceux, bailleurs ou locataires, qui agissent contre l évidence, la loi peut les sanctionner: la témérité n est pas gratuite, aujourd hui comme demain le quérulent pourra être condamné à payer les frais. La gratuité du Tribunal des Baux n est pas une chose exceptionnelle dans le système judiciaire. Elle est admise aujourd hui pour plusieurs catégories de litiges. Le code de procédure civile fédérale et la loi vaudoise d application prévoient expressément la gratuité notamment pour les conflits du travail devant le tribunal des prud hommes, les mesures protectrices de l union conjugale (très fréquentes), les conflits en matière d assurances sociales. Pourquoi refuser aux locataires et bailleurs ce qui est admis pour d autre? Avec les milieux de défense des locataires et l AVIVO, il faut dire NON au projet soumis au vote le 26 septembre. Michel Guenot Les structures intermédiaires sont une alternative à l entrée en EMS Les structures intermédiaires sont une véritable alternative à l entrée en EMS. Elles permettent de rester plus longtemps autonome, ceci à des conditions financières moins onéreuses. Ce que l on a considéré dans les jeunes années comme un signe extérieur de réussite sociale peut se transformer en insurmontable obstacle quand les années mettent un frein, voire un terme à la mobilité physique. Une villa à la campagne dans un cadre bucolique mais pentu devient inhabitable dès que la force physique vient à manquer, ainsi que le sens de l équilibre ou la vue qui baisse. Ces handicaps ne justifient pas le passage en institution. Ce que l on appelle communément appartement protégé offre dans cette situation une solution qui devrait intéresser non seulement les personnes âgées fragilisées, mais aussi les communes qui souvent disposent d un terrain approprié, surtout s il est situé dans les environ d un home, d une gare ou des commerces. Certes le déménagement demande que l on fasse un premier et important tri de ses affaires. Ce premier choix fait, s ouvre au couple ou à la personne seule un débouché sur une nouvelle tranche de vie qui peut apporter tout un cortège de nouvelles impressions. Avoir réussi de bien aborder une tranche de vie, accepter et se voir accepté dans un nouvel environnement sont une expérience enrichissante. La réalisation de telles constructions doit impérativement se faire dans un groupe multidisciplinaire, comprenant des spécialistes disposant de l expérience nécessaire. Communes, architectes et autres communautés intéressées doivent travailler ensemble et tirer à la même corde.. Michel Studer, membre CSA 10 11

7 Innovation dans les soins dentaires Lancement d une unité mobile de soins au service des EMS En juin 2010, le lancement du Nomadent, véritable clinique dentaire mobile high-tech développée par Adent Cliniques Dentaires S.A., révolutionne l accès aux soins dentaires pour les personnes en perte d autonomie et de mobilité vivant en EMS. Ce nouveau concept d intérêt public offre aux institutions des soins dentaires facilités, car dispensés directement sur place. A très court terme, Adent Cliniques Dentaires va élargir ce service au profit des entreprises et écoles privées de Suisse romande. A l instar d un cabinet dentaire traditionnel, le Nomadent dispose d équipements de pointe. «Du point de vue technique tout comme de l hygiène, la plupart des traitements prodigués dans nos cliniques peuvent être réalisés à bord du Nomadent» explique Ralph Hefti, Directeur Général d Adent Cliniques Dentaires. Destiné dans un premier temps aux établissements médicosociaux, ce concept novateur offre une réponse concrète à la dégradation avérée de l état dentaire des résidents en EMS. Diverses études médicales ont en effet démontré que le mauvais état bucco-dentaire relevé en institution est un facteur à risque pour la santé globale des résidents. «Une prothèse mal réglée peut, à elle seule, porter à conséquences de manière significative sur la capacité à s alimenter d une personne en perte d autonomie et engendrer ainsi des carences nutritionnelles» explique la médecin-dentiste Pascale Cloastre. «De plus, certains problèmes bucco-dentaires sont parfois négligés voire per- çus comme secondaires par rapport à des problèmes de médecine générale» ajoute-t-elle. L exemple des EMS de la Fondation Mont Riant Ce concept inédit de clinique mobile destiné prioritairement aux EMS a conduit à la formalisation, ce printemps, d un partenariat avec la Fondation Mont Riant, institution vaudoise spécialisée dans l accueil de personnes en perte d autonomie. «Ce service novateur répond à un véritable besoin pour un établissement comme le nôtre. Une telle prise en charge sur le pas de notre porte rassure nos résidents et évite le stress lié à un déplacement souvent complexe à organiser» explique Klara Fantys, responsable de l EMS «la Méridienne à Renens.» Les sites de Lausanne et Yverdon de l institution vont bénéficier d une visite régulière du Nomadent, 3 à 4 fois par an, afin d assurer le suivi régulier des contrôles et des traitements. Un réseau en passe de s élargir en Suisse romande Fondé en 1997 à Ecublens, Adent Cliniques Dentaires SA gère actuellement 5 cliniques en Suisse romande: Ecublens (1997), Yverdon (2000), Genève (2002), Lausanne (2006) et Meyrin (2008). L entreprise emploie près de 140 collaborateurs. Adent dispose, en outre, de deux laboratoires prothétiques à Ecublens et Yverdon. Avec une croissance de l ordre de 10 à 15% par an depuis sa création, Adent projette l ouverture de deux nouvelles cliniques en Suisse romande, à Aubonne (VD) en automne 2010 et à Martigny (VS) au printemps Publireportage Les normes architecturales dans les EMS En moins de 20 ans, la population hébergée dans les EMS vaudois s est considérablement modifiée. En 2010 n entrent en EMS plus que des personnes très âgées, souvent déjà fortement atteintes dans leur santé, qui requièrent un niveau de soins et d accompagnement très élevé. Dans le même laps de temps, on a observé un développement massif du nombre et du type de normes appliquées au secteur médico-social. Une évolution autant due à la volonté de contrôler les coûts qu à celle de garantir un niveau de qualité, même si certaines normes (droit des patients, soins palliatifs) ont parfois constitué des avancées claires. Toujours plus médicalisées, plus souvent confrontées à la mort (réduction de la durée moyenne des séjours) et poussées par les normes vers l uniformisation, les institutions sont ainsi confrontées à un enjeu de taille: rester avant tout des lieux de vie et conserver une âme, pour le bien des résidents. Pour Christine Clément, coordinatrice soins et accompagnement au sein du secrétariat de l AVDEMS (Association vaudoise d établissements médico-sociaux), il faut se garder de vouloir tout quantifier en EMS: «il ne sera jamais possible de mesurer la qualité, pourtant essentielle, de la relation qui s instaure entre l équipe soignante, les résidents et leurs proches. Par contre, les conditions d un accompagnement de qualité peuvent êtres définies, comme le niveau de formation du personnel». Les normes architecturales doivent mieux servir les résidents Les nouvelles directives architecturales sont d abord un rappel de toutes les normes existantes en matière de handicap, de sécurité et de feu ou de santé au travail, dont il s agit de tenir compte lorsqu on veut construire ou rénover un EMS. Le problème est qu elles fixent un cadre relativement étroit et se heurtent parfois au fonctionnement quotidien des EMS, qui doit s adapter lui à l évolution et à la spécificité de sa population hébergée. Quelques exemples concrets: la lourdeur croissante des prises en soins impose dans de nombreux EMS une augmentation du nombre de collaborateurs. Mais la taille et le nombre de locaux dont ceux-ci ont besoin sont cependant peu pris en compte par les directives, donc aussi insuffisamment financés. Sans parler des équipements informatiques aujourd hui nécessaires. La capacité d accueil des établissements peut ainsi se trouver limitée faute d espace pour le personnel. A contrario, en regard de l augmentation du nombre de résidents incontinents et alités, le nombre imposé de sanitaires privatifs semble toujours plus disproportionné. Très peu utilisés, ces lieux coûtent en effet cher et doivent tout de même être entretenus régulièrement... En revanche la quasi généralisation des chambres à un lit répond à une demande. Certaines anciennes structures doivent relever non seulement le défi de l évolution des normes, mais aussi le défi de l évolution de leur mission, de leur clientèle. Il convient de ne pas les oublier dans les projets d investissement du canton. Extrait d un texte paru dans «Eclairages», le bulletin de l AVDEMS 12 13

8 AVIVO Suisse Assemblée des délégués du 17 juin 2010 à La Chaux-de-Fonds Rapport annuel Chaque jour, l espérance de vie augmente de cinq heures. C est sans doute le changement le plus spectaculaire de l humanité. Un progrès incroyable auquel personne n osait songer il y a un siècle. Certains n y voient que la perspective de désastres financiers. «Nos aînés trop nombreux, trop chers?» proclamait en mars dernier l émission TTC de la TV romande. D autres dénoncent l avènement de la «génération des voraces», comme le dit si aimablement un certain Benoît Goblot de Senioragency (Le Matin, juin 2010). Quant à Thomas Held, retraité d Avenir Suisse (officine créée par 14 grandes multinationales), il estime sans ambages que «les aînés profitent, les jeunes vont payer» et il propose de baisser dans l immédiat d un tiers les rentes du 2 e pilier (Le Matin mai 2009). Et pourtant. Une enquête du Fonds national de la recherche scientifique (PNR 52/2008) montre que le bénévolat des aînés envers leurs proches, parents, enfants, petits-enfants, conjoints, représente une économie annuelle de 13 à 24 milliards. (Le Matin mai 2010) Et pourtant. Le refus de H. R. Merz de corriger, comme il l a fait pour les actifs, la discrimination fiscale entre couples mariés et concubins chez les aînés «économise» 185 millions par an à la Confédération (lettre de H. R. Merz à l AVIVO 2008). Et pourtant. Dans notre si riche pays, un sixième des retraités vivent avec moins de Fr. 2'550.- par mois (rapport Wanner 2008). Et pourtant. Les retraités d aujourd hui furent les actifs d hier qui ont contribué à la prospérité du pays, à la création des assurances sociales et qui continuent à payer des impôts. Et pourtant. La quote-part des pauvres est à peu près identique chez les jeunes et chez les aînés. Les femmes âgées et les personnes très âgées sont spécialement frappées par la pauvreté. (PNR Rehberg 2008, Pro Senectute 2010). Et pourtant. Ce sont les derniers mois de la vie qui coûtent cher, quel que soit l âge du patient. (Observatoire suisse de la santé). Etc. etc. Inutile, après cet inventaire d expliquer encore combien une association de retraités comme l AVIVO est indispensable. Non pas pour créer un nouveau communautarisme, mais bel et bien pour refuser une absurde opposition entre jeunes et vieux et défendre farouchement l esprit du «vivre ensemble». Ensemble dans la solidarité, la convivialité et la lutte farouche contre l isolement et la pauvreté. Car il y a des pauvres dans notre pays si riche. Ce n est pas un conflit de générations mais une question de solidarité entre riches et pauvres. Des cassandres annonçaient la ruine de l AVS, dès sa création en Elle a pourtant tenu bon, grâce à son système de répartition, malgré les changements de la démographie et les diverses crises économiques (4 milliards de bénéfice en 2009). Ces mêmes pessimistes, prosélytes des assureurs, ont subi un camouflet sévère le 7 mars dernier à propos du 2 e pilier: 4 votants sur 5 ont balayé la diminution du taux de conversion et montré leur attachement à un système de retraite garanti. L AVIVO, qui avait soutenu le référendum par solidarité, s en réjouit. On voit que des revirements populaires sont possibles, l AVIVO s y engage au niveau national et cantonal. Ce fut le cas le 1 er juin 2008, quand le peuple suisse a refusé vertement la toute-puissance des assureurs dans l assurance-maladie («Qualité et efficacité économique dans l assurance-maladie»). Pourtant, de transformations suaves en coupes drastiques, notre Etat social est durement remis en question. L assurance invalidité fête ses 60 ans. Elle souffre d anorexie et elle est réduite surtout à la chasse aux abus ou soi-disant abus. En septembre dernier, l AVIVO a soutenu son indispensable sauvetage, à contre-cœur à cause de l augmentation temporaire de la TVA, faute de pouvoir faire accepter une augmentation des cotisations. Hier, le Conseil National a accepté par 99 voix contre 67 une modification essentielle de la LAMal en introduisant les réseaux de soins, la limitation du choix du médecin, l augmentation à 20% de la participation aux frais pour les récalcitrants au système et même une pénalisation pour ceux qui en sortiraient avant les deux ans imposés. Une mesure qui touche surtout les malades, comme ce fut le cas avec le financement des soins de longue durée qui, dès le 1 er juillet 2010, exigeront une participation de 20% et le doublement du plafond. C est le règne du managed care, en anglais cela fait plus chic, qui touche les médicaments, (imposition des génériques sinon ce n est pas remboursé ou que partiellement), les hôpitaux dont le budget dépend de forfaits selon l âge, la pathologie et la durée du séjour de patients types et les réseaux de soins qui doivent être reconnus par les assureurs ou même financés par eux. Quant à l AVS, sa 11 e révision bis est désormais entre les mains du discret Didier Burkhalter, discret mais déterminé à remodeler à sa façon et à celle de son parti les assurances sociales. Les 800 millions économisés sur le dos des femmes devraient pour moitié servir à offrir une retraite anticipée à certains sans diminuer totalement les rentes à vie, mais selon des modalités variables et peu transparentes. Cela fait d ailleurs plusieurs mois que d études en rapports, Wanner, Bonoli, l OFAS tire abusivement diverses conclusions et annonce que «désormais les aînés sont à l abri du besoin» et peuvent faire des sacrifices. Mais les objectifs sont encore plus alarmants, puisque sont envisagées des modifications «furtives» et ondoyantes du système même de l AVS, conduisant à un premier pilier à deux étages selon la situation économique du pays, la vie du bénéficiaire, et un embrouillamini de critères mystérieux qui dénaturent totalement le système AVS. Ce système qui pourtant a fait 14 15

9 Notre association a été fondée en Son but (non lucratif): rendre moins coûteux un mode de sépulture toujours plus répandu. Y adhérer à tout âge, c'est faciliter la tâche de ses proches lors du décès. Tous renseignements peuvent être obtenus sans engagement auprès des membres-délégués de chaque district, ou à la gérance: 1003 Lausanne, Caroline 1, téléphone , le matin Excursions Voyages en Suisse et à l étranger François Feller Avenue de la Gare Bex Tél ses preuves durant plus de 60 ans... La plus grande vigilance est donc de mise pour la 12 e révision de l AVS qui se concocte au fin fond des marmites fédérales. L AVIVO suisse, un pivot et un moteur Nos 31 sections locales et cantonales ont une longue tradition de solidarité, de convivialité, de soutien et de soif de justice sociale. Cette tradition est particulièrement illustrée par le remplissage des feuilles d impôts qu une multitude de bénévoles offrent à leurs concitoyens dans toutes les régions. Pour la première fois, nous avons tenté de généraliser les bases d une statistique utilisée à l AVIVO Vaud. Celleci permet de mieux dessiner, en toute confidentialité et anonymement, le portrait des personnes souvent très modestes qui nous consultent. C est grâce à ces statistiques que furent clairement démontrés les effets de seuil. Le revenu disponible d une personne qui est juste à la limite de l aide possible et n en reçoit pas peut être inférieur de quelque Fr. 6'000.- par an par rapport à celui de la personne qui reçoit les PC et une aide pour la LAMal. L AVIVO participe aux séances de préparation d une initiative de caisse maladie publique qui compte démarrer dans les tout prochains mois, sous les auspices d une association qui parrainera l initiative. Nous avons répondu à plusieurs consultations, publié plusieurs communiqués de presse sur l actualité dont l un en protestation contre la hausse des tarifs des transports publics et salué l élection de Didier Burkhalter qui a répondu aimablement. Les membres suivants de l AVIVO participent à la FARES (Fédération des associations de retraités en Suisse et de l entraide): Gérard Heimberg président GT, Heidi Deneys présidente GT, Jean Spielmann membre, Olivier Conod comité, Josiane Besançon, Robert Beumer, Henri von Kaenel, Silvia Jaggi, délégués et Christiane Jaquet-Berger coprésidente. Les personnes suivantes de l AVIVO sont élues au Conseil suisse des aînés: Gérard Heimberg, président du groupe du travail et comité, Jean Spielmann membre et Christiane Jaquet-Berger coprésidente du CSA. Le suivi de l actualité est intense et s accompagne d un gros travail administratif vu le décès de la secrétaire générale Margrit Bossart et la mise en œuvre d un contrat de prestations avec l OFAS (nouveaux statuts, nouveau règlement, etc.) Le Comité et le Bureau de l AVIVO ont siégé une douzaine de fois à Lausanne. C est l occasion d échanges d expériences, de prises de position et d une rencontre conviviale. Je ne voudrais pas terminer sans remercier chaleureusement les membres du bureau, notre précieuse secrétaire Chantal Delemont, notre fidèle trésorier Gérard Linder et les deux vice-présidentes Heidi Deneys, organisatrice de cette journée, et Louise Stebler. Cette dernière vient d annoncer qu elle renonçait à cette charge. Notre reconnaissance va à son engagement durant de longues années et à son souci d assurer dans la bonne humeur un trait d union entre Romandie et Suisse alémanique. Merci aussi aux présidents de nos associations cantonales pour leur participation fidèle à nos séances de comité. Rien ne serait possible pour l AVIVO suisse sans l implantation des sections locales dans le tissu social, sans leur souci de proximité, sans la solidarité que les membres de l AVIVO savent si bien développer autour d eux. C est un antidote précieux à l individualisme, à l isolement et à l insécurité diffusée sournoisement autour de nous. Or, avoir peur conduit à la soumission et au désespoir, tout le contraire de ce que veut l AVIVO et de ce qu il faut à notre pays. Merci à toutes et à tous de votre efficacité, de votre engagement et de votre chaleureuse amitié. Christiane Jaquet-Berger, votre présidente. AVIVO Suissse 16 17

10 Assurances sociales Non à un démantèlement masqué de l AVS Lors de la votation fédérale du 7 mars dernier, le peuple suisse a montré clairement son attachement à un système de retraite à la fois solide et garanti. Or, justement, le financement par répartition de l AVS a prouvé sa pérennité et sa viabilité, fruits de la solidarité entre les générations. Malgré les crises et la démographie. Malgré les prévisions alarmistes et la rengaine sur le soi-disant délabrement des retraites qui se chante depuis des décennies. Il n est donc pas étonnant de vouloir non seulement défendre le système d une AVS solidaire mais aussi de souhaiter le renforcer. L argent destiné à l AVS est resté stable en % du PIB depuis une vingtaine d années Dès 1970, les retraites représentent la moitié des dépenses sociales totales mais le poids respectif de chacun des trois piliers a beaucoup changé. L AVS et le 2 e pilier sont soumis à des rythmes politiques asynchrones, ce qui brouille la compréhension de leur interdépendance, pourtant profonde et durable. Pour l un, l AVS, les cotisations servent à payer les rentes de retraite, il y a donc circulation immédiate entre cotisations et dépenses. C est le système par répartition. Pour l autre, les cotisations permettent d alimenter un stock de capital placé dont les intérêts permettent de payer les retraites. C est la capitalisation. Toutes nos assurances sociales sont remises sérieusement en question. Certains ne parlent-ils pas d un «frein à l endettement» dans ce domaine? Les travaux discutables sur la 11 e révision bis de l AVS ne sont même pas terminés que se profile déjà, sur les traces de l étude Bonoli, une 12 e révision inquiétante par ses mesures obscures d austérité et ses attaques contre les fondements même de l AVS. L étude Bonoli (IDHEAP 2008) prétend dégager des modèles pour l AVS basés sur des réformes des retraites dans des pays voisins. C est oublier l histoire de l AVS et le rôle sécuritaire fort qu elle joue pour une population très attachée aux principes de l AVS depuis sa création en 1948: le mandat constitutionnel exige que les rentes couvrent les besoins vitaux de manière appropriée; la solidarité entre les générations est réalisée par le financement par répartition où chaque génération est d abord contributrice puis bénéficiaire; l universalité des rentes, qui ne sont pas liées à des conditions complexes et individuelles comme c est le cas pour les Prestations Complémentaires et l Aide sociale. La gestion de l AVS a permis d augmenter les rentes depuis 1948, tout en préservant son indispensable viabilité financière alors que le vieillissement démographique existait déjà. L augmentation de l âge de la retraite s avère donc être une fausse bonne idée. Surtout lorsque la recherche et la conservation d un emploi sont de plus en plus difficiles pour les jeunes et pour les vieux. Or l étude Bonoli propose des mesures d austérité diffuses en raison de processus compliqués qui resteront obscurs pour la plupart des citoyens, même s ils s accompagnent parfois de faibles compensations. Ainsi deux mécanismes d auto-adaptation des rentes visent à calquer automatiquement les prestations à l évolution de l économie en supprimant tout contrôle démocratique: l un porte sur le ralentissement et le blocage de l indexation des rentes, l autre sur l adaptation des montants des rentes à la situation économique. Deux coefficients viennent corriger les rentes calculées selon le droit actuel, à la baisse surtout, la faible hausse concédée pour la pénibilité du travail pourrait être réalisée autrement. Ces mesures conduisent à la flexibilisation et à une individualisation des rentes qui les éloignent toujours plus de leur mandat constitutionnel et de leur universalité. Pire, un dérapage progressif fait glisser le financement social par répartition vers un financement par capitalisation. Un renforcement du financement de l AVS se fera sentir. Mais il existe d autres voies pour éviter un démantèlement masqué de l AVS: des voies plus cohérentes avec son rôle d assurance vieillesse de base, sociale, collective et solidaire, principalement l augmentation de la masse des cotisations. Il s agit de l augmentation du taux des cotisations, mais aussi de celle de «l assiette des cotisations» qui devrait toucher tous les revenus (primes spéciales, bonus en entreprises et revenus du capital). Pour la FARES, l avenir de l AVS ne doit pas consister en un démantèlement et elle se battra pour l empêcher. Il faudra sans doute renforcer le financement de l AVS d ici à quelques années. Plusieurs pistes sont à envisager, comme l augmentation des cotisations qui devraient, en plus, concerner tous les revenus, des primes spéciales aux bonus, en passant aussi par les revenus du capital. Gérard Heimberg, Christiane Jaquet-Berger 18 19

11 Hommage Imprimeur, éditeur, humaniste, homme engagé Henri Cornaz ( ) Henri Cornaz est né et a vécu à Yverdon. Il entretenait avec sa ville un rapport étroit. Il aimait Buffet de la Gare 1882 Gryon Chez Corinne et Alberto Ribeiro Fondue fromage / Spécialités chinoises Gambas / Filets de perche Entrecôte de cheval Tél Fermé mardi soir et le mercredi Sur la ligne du chemin de fer Bex-Villars-Bretaye en faire découvrir l histoire et l architecture aux visiteurs. Il contribua à la redécouverte de l Encyclopédie d Yverdon de Théodore de Felice ( ), un monument éditorial du Siècle des Lumières, à la mise en valeur des écrits du grand pédagogue Pestalozzi, et à l essor du Musée installé dans le château construit par Pierre de Savoie. Un peu contre son gré (il aurait voulu faire des études), il dut apprendre la profession de son père, petit imprimeur indépendant. Mais il se passionnera vite pour ce métier, ou plutôt cet art, dont il expliquera les secrets dans un livre autobiographique, De plomb et de puce, ce titre apparemment étrange faisant allusion au passage des lettres en métal fondu à l informatique et à la photocomposition. Il savait tout sur les caractères (Garamond, Fraktur, Helvetica, etc.) et sur ces ingénieuses machines qu étaient la fameuse Heidelberg ou la linotype. Mais, au contraire d autres imprimeurs qui ne prirent pas à temps le virage de l ordinateur et de l offset, il sut s adapter aux techniques nouvelles. Agence générale Lausanne François Schopfer agent général Toutes assurances En cas de sinistre, un coup de fil suffit Place St-François Lausanne Tél Tél Ouvert de mi-juin à fin octobre selon météo Fermé le soir et le mardi Juillet-août, ouvert tous les jours 20 minutes à pied dès le terminus de Bretaye L'assurance qui n'est pas compliquée Progressiste, il avait adhéré au POP à la fin de la guerre, comme beaucoup de jeunes gens de sa génération. Il le quitta en 1956, après les événements de Budapest, tout en restant attaché aux valeurs de la gauche. En marge du parti, il fut actif à sa façon, toujours avec modestie, dans de nombreuses organisations coopératives (notamment du Logement Ouvrier), sociales ou culturelles. Il fut par exemple l un des fondateurs du Ciné-Club d Yverdon. L horreur du colonialisme, du racisme et de la torture pratiquée systématiquement par l armée française l amena à soutenir les indépendantistes algériens. Il publia même l un des documents essentiels du FLN. Relevons que son épouse Jacqueline, décédée un mois après son mari, partageait ses idéaux et ses engagements. Petit patron imprimeur, Henri Cornaz fut aussi éditeur. Il fonda en 1969 les Editions de la Thièle, du nom de la rivière qui traverse sa ville. Elles ont publié des écrivains romands comme Janine Massard, Gaston Cherpillod et Mousse Boulanger, des ouvrages consacrés au Nord vaudois, mais aussi plusieurs livres sur le théâtre. Cousin par alliance du célèbre metteur en scène Benno Besson, Henri Cornaz avait été en effet subjugué par les pièces de Bertolt Brecht, qui amenaient un théâtre radicalement nouveau et socialement engagé. Homme encyclopédique, lecteur vorace mais à l esprit critique toujours en éveil, Cornaz fut aussi un grand amateur de musique, s intéressant La linotype qui permettait la composition mécanique des textes La platine de Heidelberg à Bach comme aux compositeurs contemporains ou à la musique populaire. Il publia et imprima pendant de nombreuses années la Revue musicale de Suisse romande. Après avoir remis son entreprise, l imprimerie Cornaz à Yverdon, il fut jusqu à ses derniers jours un «retraité» (le mot ne convient guère!) enthousiaste, passionné par ses multiples activités et d une incroyable vitalité, laissant un souvenir vivant à tous ceux qui l ont connu. C est à cet homme exceptionnel qu un hommage sera rendu, avec projection d extraits d une interview, à l Aula Magna du château d Yverdon-les-Bains, le samedi 9 octobre 2010 à 17 heures. Cela à l occasion de la publication d un livre consacré à Henri Cornaz et aux Editions de la Thièle. L entrée est libre. Pierre Jeanneret Photos Pierre Jeanneret 20 21

12 Les sorties du Courrier de l'avivo L Atelier-Musée Encre & Plomb à Chavannes-Renens Une visite le mardi 12 octobre avec l AVIVO Rendez-vous: 9h45 devant la gare de Renens, côté sud (côté Chavannes) Visite commentée à 10h (environ une heure) Apéritif au musée (entrée et apéritif: Fr. 12.-) Repas au Dragon, restaurant chinois et thaïlandais, 2, av. de la Gare, où chacun commandera ce qui lui plaît et ne paiera que ce qu il a commandé. Venez nombreux, avec vos amis et connaissances, qu ils soient membres de l AVIVO ou non. Inscriptions: jusqu au 2 octobre auprès de Myriam Tétaz, ou bluewin.ch Dans les années , les métiers de l imprimerie ont connu un véritable bouleversement technologique, économique et social, avec la photocomposition et l informatique. Elles ont condamné à mort la lettre de plomb, Une ancienne presse à imprimer Une casse d'imprimerie et avec elle un savoir-faire pluriséculaire remontant à la presse de Gutenberg (1444). Beaucoup de précieuses machines sont alors allées au rebut ou à la destruction. Mais un groupe d anciens typos, habité par l esprit fraternel des «compagnons», a voulu sauvegarder cette mémoire professionnelle et la transmettre. Ils ont créé non un musée poussiéreux de machines mortes, mais un atelier-musée vivant, celui de Chavannes-près-Renens que nous vous invitons à visiter le 12 octobre. Après un court film introductif qui montre l évolution de l écrit, de l écriture cunéiforme des Sumériens à l apogée de la typographie traditionnelle au milieu du 20 e siècle, une visite guidée vous apprendra tout (ou presque...) sur l antique presse de bois à vis, sur le «casse» où le typo va chercher ses lettres, sur le fonctionnement de la linotype inventée en 1886, ou encore sur l art de la reliure. Une occasion unique de découvrir et de comprendre, avec des spécialistes, cet art de l imprimerie qui, en favorisant la diffusion du savoir, a fait progresser l humanité. Pierre Jeanneret 22 23

13 Coup de griffe 50 ans Centre régional URGENCES TRANSFERTS Transport assis et fauteuil-roulant Toutes destinations 24h/24 93, route des Tattes d'oie 1260 Nyon Tél Fax Cesser de traiter les questions de drogue et toxicomanie de manière manichéenne et tunnelisée sur la «guerre» Dans une démarche récente, le Conseiller aux Etats tessinois Dick Marty a eu raison de dire, avec d'autres, que «l empereur est nu» s'agissant des doctrines purement punitives et répressives en matière de drogue. Les politiques jusqu'auboutistes sont, on le voit depuis des décennies, des impasses. La «War on Drugs» des Etats-Unis a fait le lit des dérives meurtrières auxquelles on assiste aujourd hui (y compris à la frontière mexicaine) et soutient de routine des régimes durs et «peu sensibles» (c'est un grand euphémisme) aux droits de l homme. On reste songeur devant la myopie de nos beaux esprits «rigoureux» qui, focalisés sur nos cultures, ne veulent absolument pas voir que le cannabis est consommé dans d autres régions comme l alcool par la plupart de ses usagers chez nous, étant entendu que l alcool entraîne des problèmes graves chez une minorité, mais on ne l a pas interdit pour autant jusqu ici. Ou que la feuille de coca mérite notre respect comme un ingrédient légitime de la vie quotidienne dans les Andes (dans des populations très pauvres, elle aide à lutter contre la fatigue et diminue la faim). Cela étant, la manière dont la lutte est menée depuis un siècle contre des produits exotiques, parce qu'ils sont exotiques, est inepte. A l époque elle a été lancée dans la foulée de la Prohibition anti-alcool aux USA, qui a fait naître des mafias qui ont gardé pignon sur rue et a vite dû être rapportée tant ses effets collatéraux étaient désastreux. Mais, s agissant de substances venues d ailleurs, on maintient une croisade insensée par sa violence et son manque de justifications adéquates. Qui, aujourd hui, est poursuivie notamment parce que des centaines de milliers, des millions, de «gendarmes» (tous les acteurs de cette guerre ici et ailleurs) et de «voleurs» (les trafiquants) en tirent leur gagne-pain. Triste. Dr Jean Martin Location d appareils médicaux et oxygène pour l hospitalisation à domicile Route des Tattes d Oie Nyon Tél Fax

14 L'invité Etre paysan à Lausanne Jean-Luc Chollet Paysan de la Ville et député Lorsque Myriam Tétaz m a demandé de me présenter dans vos colonnes, j ai tout de suite accepté pour deux raisons. D abord parce que Myriam me fait le cadeau de son amitié, et c est réciproque, ce qui, compte tenu de nos positions politiques très différentes n est pas rien, ensuite parce que, peut-être nulle part autant qu à la campagne, l entraide entre générations est une réalité. Pendant que le papa travaille au domaine et que Maman bien souvent fait des heures à l extérieur, Grand-papa balaie la cour ou remet de la paille aux petits veaux et Grand-maman surveille les petits enfants tout en écossant les petits pois. Dans nos campagnes nos vieux ne sont jamais des encoubles, à leur niveau et avec leurs forces ils apportent leur contribution à la marche du domaine. Pour revenir à moi, Jean-Luc Chollet, je suis né en 1949 à Rovéréaz, domaine de la Ville de Lausanne, sur lequel mes parents s étaient établis en fermage à la fin de la guerre. Rovéréaz, c'est 37 hectares encastrés dans le virage de la route d Oron, à l orée de la forêt, dans les hauts de Chailly. A 21 ans, j ai épousé Laurence Berney, une citadine pure souche et qui a eu la sage précaution d apprendre les rudiments du métier Laurence s'occupe de la basse-cour à l école ménagère rurale de Marcelin, avant notre mariage! A l époque, une femme de paysan devait non seulement savoir tenir un ménage, mais également être experte au jardin et s occuper de la basse-cour; vaste programme pour une gymnasienne mais que ne ferait-on pas par amour? A propos d amour, 39 ans après avoir dit oui, l amour est toujours présent, ce qui, par les temps actuels, est, sinon une rareté, du moins un cadeau! Etre le dernier paysan à Lausanne, qu estce que cela signifie, au juste? Tout d abord, je n ai jamais imaginé faire autre chose dans ma vie. Depuis tout petit, j accompagnais mon père aux champs et à l écurie. A 8 ans, le tracteur Vevey n avait plus de secret pour moi. Sitôt ma scolarité terminée, j ai accompli un stage dans une grande ferme allemande, près de Heidelberg, dans le Neckar. Expérience inoubliable de cette Allemagne de l après-guerre qui achevait sa reconstruction. Il y a eu ensuite toutes les années où l on s affirme dans le sillage du père en acquérant sa propre vision des affaires. Aujourd hui, à 61 ans, mon enthousiasme et mon amour du métier sont intacts. Je me lève tous les matins de la semaine pour traire mes vaches et je considère cette relation hommeanimal comme un privilège. Le métier est exigeant, physiquement et financièrement, je dirais même qu à ce niveau la chute des prix est d une extrême brutalité, mais nous nous accrochons. A côté de l agriculture proprement dite, j ai la chance de siéger au Conseil Communal de Lausanne depuis 20 ans et au Grand Conseil vaudois depuis 12 ans dans les rangs UDC. Avec grand-papa sur le tracteur Vevey C'est l'heure de la traite La politique et l accueil à la ferme, une école de vie La politique est une école de vie. Elle nous enseigne la modestie, le respect de son adversaire et l exemplarité de notre personne. Ceux qui veulent plastronner et se faire voir n ont rien à faire en politique, nous avons été élus pour servir, que l on soit POP ou UDC. Une autre école de vie, c est l accueil à la ferme, 2 jours par semaine, des élèves de la Ville de Lausannne, et ceci depuis 22 ans. Ce contact avec des enfants nous maintient en forme, et nous permet de connaître le vécu des petits Lausannois, toujours enthousiastes à découvrir ce qu il y à voir dans une ferme et à déguster une fameuse soupe aux légumes qu ils ont préparée eux-mêmes, avec l aide de ma femme! Cher lecteur de l AVIVO, il n y a qu une démocratie ici-bas, c est que nous vieillissons tous et qu un jour ou l autre nous avons ou nous aurons besoin de forces plus jeunes pour suppléer à celles qui nous manquent. Puissions-nous alors récolter ce que nous aurons semé. La journée du paysan La journée d un paysan lausannois ne diffère pas de celle de ses collègues du reste du canton pour autant qu ils aient du bétail. Diane vers cinq heures et demie, été, hiver, semaine ou dimanche. La journée commence invariablement à l étable avec la traite, l affouragement, la sortie du fumier, la litière. En été les bêtes sortent au pâturage et l hiver un temps important est consacré à la préparation des fourrages. Je consacre énormément de temps pendant l hiver à la préparation du bois pour chauffer la maison. Comme elle est une vraie passoire, il me faut 2m 3 par semaine en bûches de 50 centimètres! L été, ce sont tous les travaux liés aux cultures (blé, orge, avoine et maïs), destinés principalement à affourager (donner à manger) le bétail (le surplus, si il y en a, est vendu) et aux fenaisons qui nous occupent en fonction de la météo qui demeure essentielle malgré la mécanisation. Comme mes nombreuses fonctions politiques m obligent à être souvent absent, j ai l aide d un apprenti agricole et de mon épouse; pour le reste, entre ma tenue de paysan et celle de politicien, il n est pas rare que je me change jusqu à quatre fois par jour! Jean-Luc Chollet 26 27

15 Coup de projecteur Concerts Lutry. Parce qu ils sont très courus et que l église de Lutry n est pas très grande, signalons déjà les concerts Bach de Lutry qui commencent le dimanche 7 novembre à 17h., à Lutry précisément, avec des cantates de Bach par l Ensemble vocal et instrumental de Lausanne dirigé par Michel Corboz. Les autres programmes de cette 52e saison sont agendés les 28 novembre, 19 décembre, 23 janvier, 20 février, 27 mars et 17 avril. Citons, entre autres, les Variations Goldberg par le trio Capuçon-Caussé, l Oratorio de Noël par le Dresdner Kammerchor, un concert de la Camerata de Lausanne dirigée par Pierre Amoyal. La souscription de places et d abonnements court jusqu au 30 septembre à l adresse: les Concerts Bach de Lutry, Mme Hildegarde Barbay, av. de Grammont 10, 1007 Lausanne, fax Les places, tarif AVS, sont à Fr par concert, les abonnements aux 7 concerts avec places numérotées sont à Fr , tarif AVS. Lausanne. Les Concerts du Dimanche de l OCL à 11h15, salle Métropole, reprennent le dimanche 12 septembre avec Piotr Kajdash en soliste dans le Concerto pour violon n 4 en ré majeur de Mozart, suivi de la Symphonie dite «Deliciae Basilienses» de Honegger, tandis que François Dinkel jouera la Fantaisie pour basson et orchestre de Villa-Lobos le 26 septembre, avant la 2 e symphonie de Beethoven, et Edouard Jaccottet, le 2 e concerto de Mozart pour violon, Musée historique de Vevey 2, rue du Château 1800 Vevey Mardi à dimanche et les lundis fériés 1 er avril - 31 octobre: 11h-17h 1 er novembre - 31 mars: 14h-17h Entrée libre Belle demeure du XVI e siècle Le passé régional évoqué par de nombreux objets, peintures et gravures. Collection unique de clés, serrures et coffrets. Dans le même bâtiment: souvenirs des Fêtes des Vignerons. en ré majeur aussi, auquel succédera la Suite tchèque de Dvorak, le 17 octobre. Les billets sont à Fr (enfants jusqu à 16 ans: Fr. 5.-), l abonnement aux 8 concerts du dimanche est à Fr (enfants: fr. 36.-). Location: OCL, rue St-Laurent 19 (lundi au vendredi de 9h à 13h) ou chez Payot, pl. Pépinet 4 (mardi au vendredi de 13h à 18h30, samedi de 10h à 18h) ainsi qu à l entrée, le jour du concert, dès 10h15. Théâtre Vevey. Si les spectacles du Théâtre de Vevey commencent pour la plupart à 19h30, une heure fort agréable puisqu elle permet de ne pas rentrer trop tard, les matinées pour enfants et adultes, qui généralement y prennent grand plaisir aussi, débutent à 17h. Ainsi le dimanche 31 octobre, un conte lyrique L Enfant et La Nuit, conçu pour et avec des enfants, pénétrera l obscurité de la nuit peuplée de créatures féeriques. Il sera précédé d ateliers qui permettront aux participants d entrer avec légèreté dans l univers de la musique et du conte. Dès 7 ans. Prix adultes: Fr. 28.-, enfants jusqu à 14 ans: Fr Billetterie: Vidy. Du 8 septembre au 3 octobre, les dimanches à 17h, La Piste là, présenté dans le chapiteau extérieur, s attache à reproduire l essence du cirque avec une équipe réduite à son strict minimum. C est l histoire d incompatibilités, de différences qui seules trouvent leur accord dans le langage périlleux du corps. Puis du 21 septembre au 9 octobre, ce sera Richard III de Shakespeare, dans une mise en scène qui insiste sur l aspect à la fois repoussant et fascinant de ce monstre de la nature et du paradoxe. Théâtre Vidy-Lausanne, Av. E.-Jaques Dalcroze 5, 1007 Lausanne, tél.: , Prix des places AVS Fr Nouveauté! Dès septembre 2009, vous avez la possibilité d imprimer votre billet à la maison, en toute tranquillité (paiement par carte de crédit) Expositions Martigny. La Fondation Gianadda présente Nicolas de Stael, un des artistes européens les plus influents de la période de l après-guerre. Sa technique picturale le rapproche de celle d un sculpteur. «Chez de Stael, même le noir était lumière et, par leur texture unique, ses toiles ont explorés des lignes de force inédites». La juxtaposition d œuvres très connues et de quelques découvertes engendre une lecture différente de l œuvre, focalisée sur 10 années où l artiste crée un langage radicalement nouveau entre abstraction et figuration. Jusqu au 21 novembre, tous les jours de 9h à 19h. Fondation Gianadda, rue du Forum 59, (correspondance par bus dès la gare CFF), cafétérias intérieures et dans le parc, pique-niques autorisés, salle d expositions climatisées, rampe pour handicapés. Entrée AVS: Fr

16 Veyras. Veyras est une commune du Valais central située dans le district de Sierre à l orée de la Noble contrée. On peut y voir jusqu au samedi 20 novembre des Regards d enfants sur le monde, une exposition-itinéraire et jeu de piste qui révèle leurs craintes et leurs espoirs sur l avenir, le leur et celui du monde. Organisé par GenevaWorld qui veut sortir les enfants de l anonymat, dans le monde entier et sans discrimination, et leur permet de s exprimer en toute liberté. Ils le font dans un langage universel que tout le monde peut comprendre, le dessin, et avec leur lucidité, ils touchent le grand public. Accrochés aux façades des anciennes bâtisses, les panneaux sont exposés en visite libre. En lien avec l exposition, un jeu de piste gratuit à l attention des familles permet d aborder la problématique des droits de l enfant. Départ de l exposition: Musée Olsommer (centre du village, Rue C. C. Olsommer). Durée de la balade artistique: env. 45 minutes avec le jeu de piste. Pour se procurer les documents du jeu de piste: Musée Olsommer (weekend) ou à télécharger sur le site de la commune: Jeux La Tour-de-Peilz. Le Musée Suisse du Jeu, Au Château, propose A s en mêler les doigts! ou comment on joue avec des ficelles dans divers pays du monde. Pour s amuser entre grands-parents et enfants, les 8, 15, 22 et 29 septembre, de 14h à 16h. Dès 8 ans. Prix enfants Fr. 8.- et adultes Fr Inscription obligatoire au Myriam Tétaz Le Musée Suisse du Jeu Avec nos sections Section de Nyon et environs Course d été La section Nyon et environs s est embarquée le 17 juin pour sa sortie annuelle. J aimerais vous faire partager les beaux moments et souvenirs de cette journée. Nos trois cars ont pris l autoroute Lausanne, Vevey, direction Berne, puis sortie à Bulle; ils emmenaient les participants vers une petite destination dans les Préalpes fribourgeoises, je veux parler du Lac Noir, 1047 mètres, directement sur la frontière de la Romandie et de la Suisse alémanique. Voilà déjà le premier arrêt, Broc Hôtel de Ville, café, croissants avec vue sur le Moléson, peu après avoir admiré le Château de Gruyères. Pause terminée, nous reprenons la route. Pour arriver au Lac Noir, le trajet qui traverse le district de la Singine est vallonné et très verdoyant avec de belles maisons, des chèvres, des moutons; tout est beau, paisible, invitant à la détente, atmosphère zen; il y avait peu ou pas de bruit dans le car. Lac Noir, lac éponyme, entouré de montagnes calcaires, donc une incidence directe sur la couleur des eaux. Pour nous, il s est teinté de noir (noir)! Il faut dire que, question temps, c était juste pas de pluie, mais une grisaille persistante et température moyenne; nous nous sommes trompés d une semaine, le jeudi suivant nous aurait permis de voir le Lac Noir avec des eaux turquoises. Donc, malheureusement, pas de pédalo, pas de baignade. Arrivés à destination, les participants ont pu faire une marche apéritive en suivant le bord du lac; un chemin aménagé de 4 km ceinture le lac. L Hostellerie du Lac Noir nous attendait pour le repas de midi, les tables étaient mises sur la terrasse, couverte et fermée. Un p tit coup de blanc pour l apéritif et le repas est servi, les assiettes sont très joliment décorées, la nourriture est bonne, le dessert composé de deux tranches de tarte aux fruits différents avec de la crème. Du coup il faut refaire une promenade, digestive cette fois! Le retour se fait pas Planfayon, Avenches, Payerne; les chauffeurs, très sympas, n ont pas pris l autoroute, mais la route dite de Berne, ce qui nous a permis de voir ou revoir Moudon, Lucens et son château, la belle région du Jorat jusqu à Epalinges où, là, le retour jusqu à Nyon s est fait par autoroute. Comme d habitude, j ai laissé traîner une oreille: les réactions étaient positives, les membres contents de leur journée et moi, en qualité d organisatrice des courses et sorties, ravie d entendre les commentaires et de ramener tout le monde sain et sauf à Nyon. Prochaines dates à retenir: 18 septembre: Cirque Knie, en matinée; comme d habitude, on se retrouvera devant le cirque 7 octobre: Brisolée en Valais; circulaire et bulletin de versement vous parviendront en temps voulu. 12 octobre: Assemblée générale et partie récréative en la Salle communale; les informations vous parviendront également en temps voulu. A toutes et tous, bonne continuation et à bientôt. Susy 30 31

17 Section de Morges La section de Morges aurait-elle deviné la martingale pour fixer le jour idéal de ses courses? On pourrait le penser après sa sortie du 4 août passée dans une semaine plutôt pluvieuse, mais sous un soleil fidèle, à l abri des vents et de la bise, et dans une ambiance de bonne humeur générale. Partis de Morges, une petite quarantaine de membres, accompagnés de quelques amis des Aînés de Morges, se sont dirigés sur Annecy où ils ont embarqué sur une vedette qui fait le tour du lac, s arrêtant aux divers petits ports pour le service touristique sur ce lac fameux pour la propreté de son eau qui est une des plus limpides des lacs d Europe. La croisière s est passée parmi beaucoup de bateaux privés, chacun avec ses nageurs, et dans une ambiance très familiale faite de sérénité et de détente. Ce fut une croisière de rêve qui s est prolongée par un repas délicieux à l Hôtel-restaurant Riant Port au débarcadère de Sevrier. On nous a servi des fritots de filets de perche préparés par le Maître Chef. Après le repas, nous avons eu l occasion de visiter l écomusée consacré au folklore savoyard avec la projection d un film. Et nous avons profité de la proximité de la fameuse montagne des Genevois, le Salève, pour en faire l ascension et découvrir un panorama exceptionnel de tout le canton de Genève et ses environs depuis l arrivée du téléphérique. Fabuleux point de vue avec un bon restaurant. Après une petite collation avant de redescendre par le côté français, le côté suisse étant trop escarpé malgré un tunnel en son milieu mais dont les rails à crémaillère avaient été arrachés par les nazis durant l occupation pour en faire du matériau de guerre. Et nous sommes rentrés, sans problème, en contournant Genève et par l aérodrome de Cointrin. Lors de notre prochaine course, le premier septembre, nous rendrons visite au célèbre parc ornithologique de Villars les Dombes où nous pourrons admirer les évolutions des oiseux du ciel. Pascal Section de Bex - Aigle et environs Sortie de notre 60 e anniversaire à la saline royale d Arc et Senans Jeudi matin 10 juin 2010 à 7h30, départ de Bex, avec arrêt à Aigle, pour quelques aiglons, dans un superbe car à deux étages vu le succès de cette sortie (75 participants, record battu), direction Arc et Senans dans le Doubs français, notre destination finale. Avant d y arriver, et avec l aide de la météo favorable, on traverse une magnifique campagne vaudoise. Après l arrêt café au restoroute de Bavois nous poursuivons en direction de Vallorbe, Cluse de Joux où nous pouvons contempler la Forteresse de la Cluse de Mijoux. Elle est connue par les personnages célèbres qui y furent emprisonnés: Berthe de Joux, enfermée pendant 12 ans pour avoir trompé son mari parti en croisades; son fils l aurait libérée en l installant dans l Abbaye de Montbenoît. Ensuite nous passons à Pontarlier baptisée «capitale du Haut Doubs», terre de gastronomie et de traditions, ville ouverte sur l Europe et en particulier sur la Suisse. Notre périple continue et nous traversons la petite ville de Salins-les- Bains, centre bien connu pour son industrie de poterie artisanale. Enfin nous atteignons notre but à 11 heures à Arc et Senans où la Manufacture Royale du XVIII e conçue en Hémicycle par l architecte Claude-Nicolas Ledoux, qui fut une importante fabrique de sel pendant près d un siècle. La beauté de son architecture lui a valu son inscription au patrimoine mondial de l UNESCO. La Saline Royale a été construite en 1775 (première pierre), sur demande du roi Louis XV. Magnifique construction qui vaut le détour. L exploitation de la Saline débuta en 1779 et fonctionnera jusqu en 1895, date de sa fermeture. Superbement conservée, on peut y admirer l imposant bâtiment des gardes, les bernes (ateliers de cuisson), le bâtiment du directeur, l enceinte. Un seul terme s impose: ce monument est unique et incontournable. Après cette magnifique visite il est temps d aller se restaurer à Mouchard, situé dans le canton de Villers-Farlay. Le Restaurant Chalet Bel Air nous attend, tout est prêt et les plats se succèdent: Amuse-bouche, Marinade de saumon au miel de sapin, Pavé de veau aux cèpes, Tagliatelles de légumes en cassolette, Forêt de la Joux en nougatine et café. Tout est excellent et de préparation soignée. On doit également remercier le personnel pour sa compétence et serviabilité. Au «café», le Fil d Argent, notre chorale, nous fait la surprise de nous interpréter quelques chants de leur répertoire, qui a rencontré avec enthousiasme la faveur de toutes les personnes présentes dans l établissement. A 15 heures départ de Mouchard, retour pour la Suisse. Au Lac de Saint-Point un arrêt a été prévu pour se dégourdir les jambes et se désaltérer (boissons offertes par le cariste). La journée s est terminée vers 19 heures avec des souvenirs pleins les yeux. Nos vives félicitations à notre vice-président Ed. Cottier pour l organisation parfaite de cette journée. Marion et Monique 32 33

18 Lu pour vous La recette du bonheur «Tant qu on est vivant, il existe une possibilité de s émerveiller, donc une liberté à saisir» Elle parle de liberté, elle parle de bonheur, et pourtant elle est en chaise roulante, elle, Nicole Niquille, la première femme guide de Suisse. Or cette Fribourgeoise qui a fait ses premières escalades dans les Gastlosen avec un camarade devenu célèbre, Ehrard Lorétan, à 19 ans déjà doit se mesurer avec les suites d un accident de moto; elle a failli perdre une jambe, une jambe qui restera toujours handicapée, mais elle arrive à masquer son infirmité... sauf à la piscine, à laquelle elle renonce sans peine, car elle n est pas très «aquatique». Sa passion, ce sera la montagne. Elle découvre qu elle peut compenser un muscle mort par l utilisation d un autre muscle. Et puis, quelque vingt ans plus tard, surviendra la tragique cueillette de champignons qui la clouera sur une chaise roulante, parce qu un caillou, à peine plus gros qu une noix, sans doute décroché par un chamois, lui a ouvert le crâne. Une charrette de gamine Sa vie, Nicole Niquille la raconte dans un livre* écrit en collaboration avec Aimé Corbaz et paru aux éditions Favre, sans taire les frasques, aventures et autres petites crasses qu elle et sa sœur jumelle cumulaient à plaisir, sa boulimie de mobilité, ses idées fantasques; elle y parle de sa famille hors normes (elle a de qui tenir!), de ses débuts d enseignante, puis de ses cours de guide qu aucune femme encore n avait suivi et durant lesquels on ne lui épargnera rien. On la suit dans ces deux tentatives himalayennes où elle doit accepter de ne pas arriver au sommet, mais aussi dans la jungle népalaise ou les sables du désert algérien. Et puis il y a cet atelier de couture qu elle va monter pour créer des habits de montagne un peu plus plaisants surtout pour les femmes qui, à l époque, devaient s accommoder de modèles masculins. Une vie de dingue, elle le dit elle-même, entre boutique de couture, métier de guide, voyages et remplacements scolaires. Passionnant et amusant à lire. Emouvant aussi quand elle évoque la mort du père, celle du beau-frère sous une avalanche, d un camarade épuisé au K2. Son Everest En 1994, au centre de réhabilitation de Bâle, elle sort de trois jours de coma, ne peut ni parler, ni bouger. A force de patience et de volonté, les petits progrès s enchaînent. Au-dessus de son lit, elle a écrit ces mots d Edmond Rostand: «C est la nuit qu il est beau de croire au soleil». Le soleil, ce sera le Lac Tanay, un bistrot fermé qu elle rachètera et fera retaper, le cours de cafetier. «Tout le monde me disait dingue! Mais j aime bien les défis». Nul n en doute à lire ce livre! Le Mont Everest Et puis survient le coup de foudre pour Marco, l électricien. «Il m a aimée avec ma chaise. Cette foutue chaise qui m a apporté beaucoup de choses, malgré tout... davantage de tolé- L'Hôpital Lulda au Népal rance, d ouverture d esprit et, surtout, la capacité d oser demander.» Au restaurant travaille Ang Gelu Sherpa. Alors, dans cette vallée du Népal d où il vient, sur les contreforts de l Himalaya, Nicole Niquille va construire un hôpital sous l égide de la Fondation Nicole Niquille Hôpital Lulda, fondation qui compte dans son comité des Pascal Couchepin, Isabelle Chassot, Adof Ogi et bien sûr Erhard Loretan, Jean Troillet, André Georges, Yvette Vaucher. «Mon handicap m a appris que le bonheur est dans ce que l on est en train de faire, et surtout dans ce que l on fait bien. Je veux transformer mon handicap en atout.» Une sacrée leçon de vie! Myriam Tétaz * Nicole Niquille, Et soudain, une montagne dans le ciel..., aux éditions Favre. Ouvert tous les jours de 8h à 24h non-stop Pharmacie 24 SA Av. de Montchoisi Lausanne Tél Fax Le Lac Tanay Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h et de 13h30 à 18h (Samedi 17h) Cheseaux-Fruits Aigle Sortie autoroute, direction Aigle Ouest, à 200m de l entrée du golf POMMES Tél Le goût La qualité à prix avantageux Grand choix de fruits et produits du terroir Emballages de 5 à 26 kg ou au détail Vente de septembre à mai Poires - Jus de pommes artisanal 34 35

19 Voyages Mission pédiatrique à Cuba: le prélude! Je pensais rencontrer dans l avion qui nous emmenait vers Cuba les trois autres pédiatres suisses que je ne connaissais que de nom. La stewardesse allait sans doute m aider, me disais-je! C était méconnaître les règlements. - Impossible de vous dire où sont assis vos compagnons, me répondit l hôtesse, je n en ai pas le droit! - Alors peut-être pourrait-on les appeler par haut-parleur? - C est encore plus impossible. Cette première mission médicale à Cuba, organisée par le Dr Thomas Baumann, commençait mal. J ignorais l adresse de la maison d hôtes où notre petite délégation devait séjourner. Dépité, fatigué, je me suis endormi. C est le haut-parleur de l avion qui m a réveillé peu avant l atterrissage: le Dr Baumann, disaitil, est attendu au guichet 7. En quittant l avion, j ai passé devant la stewardesse, qui m a fait un clin d oeil: - Alors vous êtes des gens vraiment importants! Tout fier, j ai passé la douane et me suis dirigé vers le guichet 7. Et c est là que j ai découvert Thomas Baumann serrant dans ses bras son ami cubain auquel il venait de remettre un magnifique parapente suisse. Ce n était pas Fidel qui nous attendait, ni Raul, ni le ministre de la santé! C était le copain parapentiste qui travaillait à l aéroport et n avait pas voulu risquer de manquer l ami suisse qui lui apportait ce cadeau. Il l avait donc fait appeler dans l avion... Le sport: l opium du peuple, ici aussi? La maison d hôtes où nous logions était située dans le quartier de Vedado. Aurora et son mari Nelson y louaient deux chambres, offrant aux visiteurs le petit-déjeuner, et sur commande le repas du soir. Le passage qui de la rue condui36 sait à la maison était à notre arrivée occupé par deux carcasses de voitures rouillées. Quinze jours plus tard, le passage n était plus occupé que par une seule voiture, rutilante, et prête à une nouvelle vie. Nelson, mécanicien à ses heures, avait accompli le miracle. Une renaissance Dans l appartement, à côté de deux vélos et d une bombonne de gaz, face à quelques fauteuils défoncés mais confortables, trônait un poste de télévision devant lequel les deux enfants du couple, âgés d une vingtaine d années, suivaient avec passion tous les matchs de baseball, de volleyball ou de cricket. Je me suis demandé si, au pays de Fidel, le sport était aussi l opium du peuple? Le moment du repas venu, c est Aurora qui, entre deux cigarettes, découpait en petits morceaux la viande servie à Nelsoncito, et parfois aussi à son frère ainé, Renecito! C est en- couvrir la ville, nous nous sommes mis en marche. Du parc John Lennon il est facile, en marchant le long de la rue du Paseo, de rejoindre le bord de mer qui fait face au détroit de Floride. C est le Malecón, une digue longue de 7 kilomètres qui s étend du Miramar au Château de San Salvador de la Punta, près de la vieille ville. Les édifices du bord de mer, balayés par le vent et les tempêtes, rongés par les embruns, lézardés par le temps, leurs façades délavées, ont un charme étrange. Le Malecón est l âme de la Havane. Il est le lieu de rendez-vous des amoureux romantiques, des rêveurs nostalgiques qui Le parc John Lennon méditent face au grand large et des core elle qui aidait Nelsoncito danseurs de salsa ou musiciens amateurs. à faire péniblement ses de- Ceux qui sur le Malecón ne regardent pas la mer peuvent advoirs d algèbre et de géomé- mirer les belles guimbardes américaines savamment rafistolées, trie. Sur une paroi de la salle qui depuis 60 ans résistent tant bien que mal à l usure et aux à manger, quelques photos intempéries. un peu fanées montraient Comme le font aussi les vieilles Lada soviétiques, qui souvent le père d Aurora en compa- servent de taxi, officiel ou privé. Nous aurons souvent l occasion gnie de Fidel Castro dans la au cours des jours suivants de profiter de leurs services, pour sierra Maestra. Un diplôme quelques pesos. affiché sous la photo attestait qu Aurora avait une formation d avocate. Notre maison d hôtes avait l avantage d être bien située dans le quartier du Vedado, juste à côté du Parc John Lennon. Après avoir pris possession de nos chambres, nous nous sommes dirigés vers le parc. John, assis sur un banc, attendait qu on vienne lui tenir compagnie. Le parc était plein d enfants qui s amusaient, rentraient de l école ou allaient à leur leçon de danse ou de violon. Impatients de découvrir ou redéle Malecón 37

20 Les voitures du passé La Habana Vieja Au bout de cette longue promenade sur le bord de mer, nous entrons dans le quartier colonial espagnol de La Havane, avec ses édifices du XVIe et XVIIe siècles, parfois délabrés ou en voie de lente restauration, ses vieux palaces, ses bars mythiques. Parmi ceux-ci le bar-resto El Floridita ou l hôtel Ambos Mundos fréquentés tous les deux par Hemingway, ses amis cubains, et ses amies hollywoodiennes. Inscrite au Patrimoine mondial de l humanité, la vieille ville a conservé un caractère profondément populaire. En parcourant ses rues pavées, ses ruelles et ses patios, on est saisi d une nostalgie émouvante. Ici, quatre siècles d architecture coloniale se côtoient. La Place de la Cathédrale est un vrai bijou de l époque coloniale. La cathédrale, construite au XVIIIe siècle, a été dédiée à San Cristobal, patron de la ville. Les cendres de Christophe Colomb y ont reposé jusqu en 1898, avant d être ramenées à Séville. Le chef de la horde 38 Jose Marti ( ) bien loin quand on est sur cette île. La nuit est maintenant tombée. Il est temps de rentrer. Demain sera un autre jour: c est demain que commence la mission... Photos J.P. Guignard La Plaza Vieja Alors que le soleil se couche, nous arrivons sur la Plaza Vieja, que traverse une horde d éléphants en papier mâché. De telles expositions temporaires ont souvent lieu sur cette place, nous dit-on. Construite au XVIe siècle, récemment restaurée, La Plaza Vieja est bordée d anciens palais et maisons pittoresques, avec leurs balcons en bois et leurs toits de tuile. Emerveillés mais fatigués par notre longue promenade, nous nous arrêtons à la terrasse du restaurant qui fait face au troupeau d éléphants. On nous y sert quelques Cuba libre, quelques mojitos et des tapas, tandis qu un groupe de musiciens nous gratifie d un long Guantanamera nostalgique. Jose Marti, l auteur du poème Guantanamera, l écrivain, le poète, le héros de l indépendance, n est jamais Trompettiste sur le Malecón Dr Jean-Pierre Guignard A suivre... Statue de Jose Marti sur la Place de la Révolution 39

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Proposition de motion pour un financement équitable du prix de séjour en EMS

Proposition de motion pour un financement équitable du prix de séjour en EMS Secrétariat du Grand Conseil M 1867 Proposition présentée par les députés : M mes et MM. Patrick Saudan, Frédéric Hohl, Gabriel Barrillier, Michel Ducret, Michèle Ducret, Jacques Jeannerat, Patricia Läser,

Plus en détail

Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins?

Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins? CAISSE MALADIE PUBLIQUE Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins? L argumentaire en bref Les coûts administratifs sont passés de 854 millions en 1999 à 1,13

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Destinataires: Directions et responsables du personnel d entreprises-membres

Destinataires: Directions et responsables du personnel d entreprises-membres Destinataires: E-MAIL info@aza.ch ZURICH 15 septembre 2011 Directions et responsables du personnel d entreprises-membres dont le siège de l entreprise et/ou les succursales se trouvent dans le canton de

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Consultation sur le projet de Réforme de la prévoyance vieillesse 2020

Consultation sur le projet de Réforme de la prévoyance vieillesse 2020 CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Département fédéral de l'intérieur Office fédéral des assurances sociales Effingerstrasse 20 3003 Berne Réf. : PM/15015668 Lausanne, le 31 mars 2014 Consultation

Plus en détail

CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse. 5/6 novembre 2010, Berne

CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse. 5/6 novembre 2010, Berne CONGRES54 e Congrès de l Union syndicale suisse 5/6 novembre 2010, Berne Impressum: Éditrice : Union syndicale suisse USS 3003 Berne, www.uss.ch, info@sgb.ch Rédaction : Pietro Cavadini Conception graphique

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11131-A Date de dépôt : 25 juin 2013 Rapport de la Commission fiscale chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat modifiant la loi sur l imposition des personnes

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE

RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE 29 SEPTEMBRE 2015 RENOUVELLEMENT DE LA POLITIQUE QUÉBÉCOISE DE LA JEUNESSE TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... i PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC (UMQ)... 1 INTRODUCTION... 2 1

Plus en détail

Association de Gestion des Appartements Temporaires

Association de Gestion des Appartements Temporaires Association de Gestion des Appartements Temporaires Projet associatif 2012/2015 AGATE est une association loi 1901, née en 2003 de la réflexion de la communauté soignante de l hôpital ESQUIROL (aujourd

Plus en détail

LOISIRS ET RENCONTRES CONFÉRENCES INFO -SENIORS PERMETTRE AUX RETRAITÉS D EN SAVOIR PLUS SUR DES SUJETS QUI LES CONCERNENT

LOISIRS ET RENCONTRES CONFÉRENCES INFO -SENIORS PERMETTRE AUX RETRAITÉS D EN SAVOIR PLUS SUR DES SUJETS QUI LES CONCERNENT LOISIRS ET RENCONTRES CONFÉRENCES INFO -SENIORS PERMETTRE AUX RETRAITÉS D EN SAVOIR PLUS SUR DES SUJETS QUI LES CONCERNENT ÊTRE BIEN DANS SON QUOTIDIEN, POUR VOUS C EST QUOI? POUR MOI, C EST GARDER UNE

Plus en détail

Chapitre 2 Les enfants

Chapitre 2 Les enfants Chapitre 2 Les enfants Si vous avez un ou des enfants, c est le problème capital de votre séparation. Que vous soyez marié, pacsé ou en concubinage, les enfants qui sont nés de votre union, enfants dits

Plus en détail

Zurich-Opfikon, janvier 2011. Chères collaboratrices, chers collaborateurs,

Zurich-Opfikon, janvier 2011. Chères collaboratrices, chers collaborateurs, 2 Zurich-Opfikon, janvier 2011 Chères collaboratrices, chers collaborateurs, Avec votre retraite, c est une nouvelle tranche de vie qui commence. Vous avez maintenant l occasion de réaliser certains de

Plus en détail

1996-2011 AIMER ACCUEILLIR AIDER. futures mamans Riviera-Veveyse. www.sosmaman.ch

1996-2011 AIMER ACCUEILLIR AIDER. futures mamans Riviera-Veveyse. www.sosmaman.ch 1996-2011 futures mamans Riviera-Veveyse AIMER ACCUEILLIR AIDER www.sosmaman.ch 2 / 7 Présentation SOS futures mamans est une association d entraide bénévole, sans but lucratif, apolitique et sans distinction

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

Cours de préparation au brevet en assurances sociales

Cours de préparation au brevet en assurances sociales Cours de préparation au brevet en assurances sociales P R O G R A M M E DE FORMATION FORMER INFORMER COORDONNER En collaboration avec Table des matières Chapitre Page I. Renseignements généraux... 3 II.

Plus en détail

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Différend sur les réserves d or et les bénéfices de la Banque nationale 14 juin 2004 Numéro 24/1 Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Raccourcie

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

Papier de positionnement

Papier de positionnement Papier de positionnement Promotion de la santé et prévention (Version du 10 décembre 2007) 1. Situation de départ Le 5.9.2005, le Département fédéral de l intérieur (DFI) a mis en place la commission spécialisée

Plus en détail

Gérance. Courtage Rénovations. Administration de ppe

Gérance. Courtage Rénovations. Administration de ppe Gérance Courtage Rénovations Administration de ppe l entreprise Prestations complètes et service personnalisé Gérance pour propriétaire privé et institutionnel, rénovation d immeubles, administration de

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech "Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises"

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises MARS 2012 11_INT_573 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Anne Baehler Bech "Effets de l'épargne-logement défiscalisée sur les finances vaudoises" Rappel Rappel de l'interpellation Le 11 mars 2012,

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

Rentes. Les bonifications pour tâches éducatives

Rentes. Les bonifications pour tâches éducatives Bureau de l égalité hommes-femmes et de la famille Canton de Fribourg L UNION LIBRE ET LES ASSURANCES SOCIALES L'union libre en tant que telle ne bénéficie pas d'une protection sociale; c'est la situation

Plus en détail

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.»

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Septième Tradition «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Des alcooliques qui subviennent à leurs besoins? A-t-on jamais entendu

Plus en détail

TABLE DES MATIèRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16

TABLE DES MATIèRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16 PRESTATIONS TABLE DES MATIèRES Notre banque 4 Crédits 7 Gestion de patrimoine 9 Comptes courants 12 Comptes épargne 14 Comptes prévoyance 16 Autres comptes 17 Une histoire de vie en un clin d œil 18 Numéros

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

La Colocation mode d emploi

La Colocation mode d emploi 04-236 MCE 8 pages colocation V 26/04/06 10:42 Page 2 Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : www.hautsdevilaine.com g La Colocation mode d emploi

Plus en détail

CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE

CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE CONSEIL EN DYNAMIQUE FINANCIÈRE Le guide fait la différence PRÉAMBULE lacements, gestion financière, hypothèques, retraites et troisièmes piliers, successions, crédits bancaires, investissements... Pour

Plus en détail

Historique de l Association Romande des Hôteliers Les années 1940

Historique de l Association Romande des Hôteliers Les années 1940 Les années 1940 1941 Naissance de l ACVH Au cours de diverses réunions, le Comité de l Association vaudoise des intérêts touristiques c est ainsi que s appelait alors l Office du tourisme du canton de

Plus en détail

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement»

Intervention de Mme Christine BOUTIN. Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès au logement» Intervention de Mme Christine BOUTIN Ministre du Logement et de la Ville Conférence de presse jeudi 10 juillet 2008, 14h00 Présentation des grandes lignes du projet de loi «Plan d actions pour l accès

Plus en détail

LITHOS Fondation de placement immobilier

LITHOS Fondation de placement immobilier LITHOS Fondation de placement immobilier La Fondation LITHOS est une fondation de placement immobilier suisse, au sens des articles 80 et suivants du Code Civil Suisse, répondant aux exigences de l Office

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

Comment lutter contre l insécurité sociale?

Comment lutter contre l insécurité sociale? Comment lutter contre l insécurité sociale? Regard historique sur l émergence des droits du citoyen Les grandes avancées sociales en Suisse Les avancées de la politique familiale à Genève Les aides auxquelles

Plus en détail

LILIANE MAURY PASQUIER et ROBERT CRAMER. Conférence de presse jeudi 29 septembre à 15h. Bilan de la députation genevoise au Conseil des Etats

LILIANE MAURY PASQUIER et ROBERT CRAMER. Conférence de presse jeudi 29 septembre à 15h. Bilan de la députation genevoise au Conseil des Etats LILIANE MAURY PASQUIER et ROBERT CRAMER Conférence de presse jeudi 29 septembre à 15h Bilan de la députation genevoise au Conseil des Etats 1 L élection au Conseil des Etats Le système majoritaire favorise

Plus en détail

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale

Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale Six mois d action g o u v e r n e m e n t a l e Une priorité : l e m p l o i Un cap : la croissance sociale PR EM I ER M INI ST R E Gagner la bataille pour l emploi Un nouveau contrat : le Contrat Nouvelles

Plus en détail

80 est le nouveau. Une étude sur le comportement de prévoyance en Suisse

80 est le nouveau. Une étude sur le comportement de prévoyance en Suisse 80 est le nouveau 60 Une étude sur le comportement de prévoyance en Suisse A partir de quand sommes-nous considérés comme «âgés»? Comment vivons-nous à la retraite? Qu attendons-nous de notre prévoyance?

Plus en détail

Acteurs des soins et du social dans la prise en charge des individus Les deux faces d une même pièce

Acteurs des soins et du social dans la prise en charge des individus Les deux faces d une même pièce Service des assurances sociales et de l hébergement (SASH) Acteurs des soins et du social dans la prise en charge des individus Les deux faces d une même pièce Fabrice Ghelfi, Chef du SASH Congrès intercantonal

Plus en détail

Réforme de la prévoyance vieillesse 2020 Consultation de Procap Suisse

Réforme de la prévoyance vieillesse 2020 Consultation de Procap Suisse Réforme de la prévoyance vieillesse 2020 Consultation de Procap Suisse Procap Suisse, Frohburgstr. 4, Case postale, 4601 Olten Tél. 062 206 88 88, info@procap.ch, www.procap.ch A. Remarques d ordre général

Plus en détail

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine Session d été Compte rendu de la 2 e semaine 13 juin 2014 L initiative sur les bourses d études va à l encontre de l égalité des chances et doit être refusée. Le contre-projet indirect, qui prend la forme

Plus en détail

Conseil général du Doubs Session du 16 juin 2014 (Compte administratif 2013 DM1) Allocution de M. le Président

Conseil général du Doubs Session du 16 juin 2014 (Compte administratif 2013 DM1) Allocution de M. le Président 1 Conseil général du Doubs Session du 16 juin 2014 (Compte administratif 2013 DM1) Allocution de M. le Président Mes chers collègues, 2013, à n en point douter, aura constitué une véritable année de transition

Plus en détail

D autres questions? Demande d assurance. Votre partenaire en cas de litige dans la vie professionnelle et privée. TCS Protection juridique immeuble

D autres questions? Demande d assurance. Votre partenaire en cas de litige dans la vie professionnelle et privée. TCS Protection juridique immeuble Demande d assurance D autres questions? Oui, je veux vivre l esprit tranquille et souscris la protection juridique suivante : Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions sur l assurance

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Le Canton de Vaud et la réforme de l imposition des entreprises

Le Canton de Vaud et la réforme de l imposition des entreprises Le Canton de Vaud et la réforme de l imposition des entreprises Pascal Broulis, chef du Département des finances et des relations extérieures Présentation à l assemblée générale des communes vaudoises

Plus en détail

Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève

Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève Les lois sociales en Suisse Conférence donnée par Me M. CELI VEGAS Avocat à Genève (Suisse) et Madrid (Espagne) Consulat Général du Pérou à Genève AVS -Assurance vieillesse et survivants Couvre besoin

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS No 49-2013

EXPOSE DES MOTIFS No 49-2013 Commune de Plan lesouates EXPOSE DES MOTIFS No 49 2013 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: Transformation de la Caisse d assurance du personnel de la Ville de Genève, des Services Industriels

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Patrimoines. Intégrez l assurance soins de longue durée à votre plan financier. Protégez-vous et préservez la sécurité financière de vos proches

Patrimoines. Intégrez l assurance soins de longue durée à votre plan financier. Protégez-vous et préservez la sécurité financière de vos proches MD Patrimoines Intégrez l assurance soins de longue durée à votre plan financier Protégez-vous et préservez la sécurité financière de vos proches Florence et Jean sont âgés de 57 ans; ils ont deux fils

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

Protection du revenu. Assurance invalidité. Série Pilier

Protection du revenu. Assurance invalidité. Série Pilier Protection du revenu Assurance invalidité Série Pilier Les conséquences d une invalidité peuvent être dévastatrices. Votre capacité à gagner un revenu est la base de votre avenir financier et votre actif

Plus en détail

sur les bourses et les prêts d études (RBPE)

sur les bourses et les prêts d études (RBPE) Règlement du 8 juillet 2008 Entrée en vigueur : 01.09.2008 sur les bourses et les prêts d études (RBPE) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 14 février 2008 sur les bourses et les prêts

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés (Loi sur le logement, LOG) 842 du 21 mars 2003 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 108 de la

Plus en détail

Les relations familiales et la fiscalité

Les relations familiales et la fiscalité d o s s i e r Les relations familiales et la fiscalité par Dominique Lafleur, avocate, M.Fisc et Emmanuelle Saucier, avocate Mendelsohn Rosentzveig Shacter A vec le nombre croissant de couples séparés

Plus en détail

Cadeaux et bons d achats du CE : attention aux seuils URSSAF!

Cadeaux et bons d achats du CE : attention aux seuils URSSAF! BULLETIN D INFORMATION DU GROUPE CEOLIS DECEMBRE 2015 Cadeaux et bons d achats du CE : attention aux seuils URSSAF! Les cadeaux et bons d achats offerts par le comité d entreprise aux salariés sont devenus

Plus en détail

PROGRAMME 2014. Rue du Midi 15 Case postale 5607 1002 Lausanne Tél. 021/341 41 41 Fax 021/341 41 46 www.cvi.ch mail@cvi.ch

PROGRAMME 2014. Rue du Midi 15 Case postale 5607 1002 Lausanne Tél. 021/341 41 41 Fax 021/341 41 46 www.cvi.ch mail@cvi.ch PROGRAMME 2014 Rue du Midi 15 Case postale 5607 1002 Lausanne Tél. 021/341 41 41 Fax 021/341 41 46 www.cvi.ch mail@cvi.ch TOUS LES COURS EN UN COUP D'OEIL TITRE PUBLIC-CIBLE PAGE Remplir un contrat de

Plus en détail

Point d Accès au Droit

Point d Accès au Droit Point d Accès au Droit p. 3 Editorial p. 4 Point d Accès au Droit p. 5 Les métiers : le notaire, l huissier, l avocat, l écrivain public, le conciliateur de justice, le médiateur familial, le conseiller

Plus en détail

ATELIER SUR LE LOGEMENT. Présenté par René Guitard

ATELIER SUR LE LOGEMENT. Présenté par René Guitard ATELIER SUR LE LOGEMENT Présenté par René Guitard Logement droit des locataires Locataires Avant d y emménager : dépôt ou lettre de garantie Pendant: Loyer, Réparations Expulsion Avis de déménagement Logement

Plus en détail

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?»

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?» Département fédéral de justice et police DFJP Secrétariat général SG-DFJP Service d'information DFJP Embargo: 01.06.2007, 11.00 h Discours / Exposé: Tant le discours prononcé que la version écrite font

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 4 JUIN 2015 Demande et calcul de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base Vivre et travailler en Suisse + Le système de sécurité sociale en Suisse + Le système social* Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Sécurité du revenu

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Sécurité du revenu [TRADUCTION] Citation : I. M. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDGSR 34 N o d appel : GT-118227 ENTRE : I. M. Appelant et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

L Etat contient son budget et finance ses priorités

L Etat contient son budget et finance ses priorités L Etat contient son budget et finance ses priorités Projet de budget 2015, arrêté le 24 septembre 2014 Pascal Broulis, chef du Département des finances et des relations extérieures Conférence de presse

Plus en détail

Guide pour votre campagne de financement

Guide pour votre campagne de financement Guide pour votre campagne de financement Dans cette liste il y a 10 conseils et 8 outils pour vous aider à réussir dans vos activités: Conseil #1: le Les campagnes de financements ne doivent pas être compliqués,

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Aide-mémoire relatif aux assurances sociales pour les cas d invalidité due à une maladie (mucoviscidose)

Aide-mémoire relatif aux assurances sociales pour les cas d invalidité due à une maladie (mucoviscidose) Aide-mémoire relatif aux assurances sociales pour les cas d invalidité due à une maladie (mucoviscidose) Attention: en cas d accident, d autres règles sont en partie applicables! Système des 3 piliers

Plus en détail

«Les méfaits de l impôt sur la fortune en France depuis 1981 Un exemple à ne pas suivre»

«Les méfaits de l impôt sur la fortune en France depuis 1981 Un exemple à ne pas suivre» «Les méfaits de l impôt sur la fortune en France depuis 1981 Un exemple à ne pas suivre» Nous publions le texte de la conférence donnée à Liège le 8 décembre 2011, à l occasion du Property Day, par Paul

Plus en détail

Mutuel Assurances. Rapport de gestion 2007

Mutuel Assurances. Rapport de gestion 2007 Mutuel Assurances Rapport de gestion 2007 Sommaire Page Chiffres-clés 3 Votre assureur en bref 4 Situation de l assurance maladie 5 Petites réformes, grands enjeux La caisse unique rejetée Financement

Plus en détail

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention.

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention. DSAS/Avant-projet du 28.02.2014 Loi du... sur les seniors (LSen) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la Constitution du canton de Fribourg du 16 mai 2004 (Cst. cant.), notamment ses articles 35 et

Plus en détail

dossierpolitique Initiative populaire «loyers loyaux»

dossierpolitique Initiative populaire «loyers loyaux» dossierpolitique 7 avril 2003 Numéro 13/1 Initiative populaire «loyers loyaux» Le 18 mai, le peuple et les cantons seront appelés à se prononcer sur l initiative dite «pour des loyers loyaux», lancée par

Plus en détail

Trois solutions au paradoxe des retraites

Trois solutions au paradoxe des retraites Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Trois solutions au paradoxe

Plus en détail

Mënscherechter: Och fir Mënsche mat enger Behënnerung!

Mënscherechter: Och fir Mënsche mat enger Behënnerung! 1 Les personnes en situation de handicap doivent pouvoir vivre de manière indépendante. Elles doivent pouvoir décider librement de leur vie. Elles doivent avoir les mêmes droits que les personnes qui n

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie?

Compte bancaire ou assurance vie? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire ou une assurance vie mixte dépendra du profil du client et de ses besoins en couverture

Plus en détail

Actualités Juridiques

Actualités Juridiques À savoir Actualités Juridiques Investir dans la pierre : une garantie pour la retraite Louez bien, louez meublé? Etat des lieux : une précaution indispensable! Investir dans la pierre : une garantie pour

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE + LE SYSTÈME DE SÉCURITÉ SOCIALE EN SUISSE + LE SYSTÈME SOCIAL Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela tient

Plus en détail

«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?»

«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Forum œcuménique Monde du travail, Yverdon 27 octobre 2012 «Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Introduction Deux questions avaient été envoyées aux participants pour préparer la discussion

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Vieillesse et aménagement du territoire

Vieillesse et aménagement du territoire Éditeur responsable : CIEP Lux asbl, 39 rue des Déportés-6700 Arlon Vieillesse et aménagement du territoire Des pistes pour de bonnes pratiques I. Le vieillissement : des chiffres et des projections Actuellement,

Plus en détail

Comment on le demande

Comment on le demande LE CRÉDIT POUR LA SOLIDARITÉ C est pour tout le monde! Un outil du Collectif pour un Québec sans pauvreté Mai 2011 Le crédit pour la solidarité a été annoncé par le ministre des Finances en mars 2010.

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Édition du 1 er janvier 2014 DIRECTIVES GÉNÉRALES ET TARIFS DE GESTION DES DÉCHETS À L ATTENTION DES MÉNAGES

Édition du 1 er janvier 2014 DIRECTIVES GÉNÉRALES ET TARIFS DE GESTION DES DÉCHETS À L ATTENTION DES MÉNAGES Édition du 1 er janvier 2014 DIRECTIVES GÉNÉRALES ET TARIFS DE GESTION DES DÉCHETS À L ATTENTION DES MÉNAGES L OBJET ET LE CHAMP D APPLICATION Les présentes directives municipales, relatives à la gestion

Plus en détail

«Les Amis de la Course» à Chavornay

«Les Amis de la Course» à Chavornay Statuts de l amicale «Les Amis de la Course» à Chavornay I Nom et siège Art. 1 L amicale «Les Amis de la Course», est une société à but non lucratif ouverte à tous. C est une association au sens des articles

Plus en détail

L'union de services, une garantie coopérative en copropriété

L'union de services, une garantie coopérative en copropriété L'union de services, une garantie coopérative en copropriété Article juridique publié le 19/03/2015, vu 754 fois, Auteur : Maître POULICHOT Dès sa rédaction originelle, la loi du 10 juillet 1965 a autorisé

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT ET SITUATION DE HANDICAP

ACCES AU LOGEMENT ET SITUATION DE HANDICAP ACCES AU LOGEMENT ET SITUATION DE HANDICAP REVENDICATION DE L APF Octobre 2010 Le logement constitue un droit fondamental : il permet de disposer d un habitat et il conditionne l ouverture à des démarches

Plus en détail

Chômage et insertion à Genève : l action de Réalise

Chômage et insertion à Genève : l action de Réalise Imas09 : Module "La Suisse, entre richesse et exclusions" Chômage et insertion à Genève : l action de Réalise Christophe Dunand Directeur de Réalise Chargé de cours à la Hes/SO, Genève Mars 2009 1 Plan

Plus en détail

PRESSE. Adresse : Réseau de soins Delta 3 route de Loex - 1213 Onex

PRESSE. Adresse : Réseau de soins Delta 3 route de Loex - 1213 Onex Vendredi, 18 mai 2012 Comment fonctionne le système des réseaux de soins soumis au peuple le 17 juin? Réponse avec le réseau Delta composé de médecins indépendants, installés dans leur cabinet privé ou

Plus en détail

LA NEWSLETTER. Plateforme d Accompagnement et de Répit des Aidants Des 15 ème, 16 ème et 7 ème arr. de Paris

LA NEWSLETTER. Plateforme d Accompagnement et de Répit des Aidants Des 15 ème, 16 ème et 7 ème arr. de Paris LA NEWSLETTER 2 ème semestre 2015 De septembre à décembre 2015 Plateforme d Accompagnement et de Répit des Aidants Des 15 ème, 16 ème et 7 ème arr. de Paris 1 Au sommaire 1. Activités à destination des

Plus en détail