LE KKL MOBILISÉ. dhsk OPÉRATION "BORDURE PROTECTRICE" : L E M A G A Z I N E D U K K L. Tichri N 71 DOSSIER : AUX ORIGINES DU DROIT D'ISRAËL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE KKL MOBILISÉ. dhsk OPÉRATION "BORDURE PROTECTRICE" : L E M A G A Z I N E D U K K L. Tichri 5775 - N 71 DOSSIER : AUX ORIGINES DU DROIT D'ISRAËL"

Transcription

1 dhsk Tichri N 71 L E M A G A Z I N E D U K K L OPÉRATION "BORDURE PROTECTRICE" : LE KKL MOBILISÉ Septembre - Octobre - Novembre N 71-5 DR DOSSIER : AUX ORIGINES DU DROIT D'ISRAËL ISRAËL AUJOURD'HUI ET DEMAIN : VOYAGE DU KKL DE FRANCE EN ISRAËL

2 Un homme, un projet MORDEKHAÏ-MAURICE LOÏ Un réservoir à la mémoire de Suzanne Projet du KKL de France Des activités de plein air pour le village Aleh Negev-Nahalat Eran UN PAS DE PLUS VERS L'AUTONOMIE Biographie REUVEN FEUERSTEIN ( ) Éduquer pour grandir Éducation Quand Israël s invite sur LES MURS DE L ÉCOLE Dossier : Israël et ses frontières au regard du droit international AUX ORIGINES DU DROIT D'ISRAËL Israël aujourd hui et demain : Voyage du KKL de France EN ISRAËL Découverte d'israël : le Néguev LE PARC GOLDA, l oasis du Néguev Les grands noms de la culture israélienne ELI AMIR (né en 1937) Chroniqueur d un drame oublié Les fêtes juives CHEMINI ATSERET, une fête de transition Opération «Bordure protectrice» LE KKL, gardien d Israël BRÈVES DU KKL LIVRES À DÉCOUVRIR... C hers lecteurs, Pendant cinquante jours, l'état d'israël a dû faire face à un nouvel épisode critique de la guerre que lui livre le «refus arabe» depuis Les velléités ouvertement exterminatrices du Hamas et autres organisations terroristes ont rencontré, une fois encore, l'exceptionnelle résilience de tout un peuple, qui a su opposer son courage et son unité aux salves de rockets et aux tunnels d'invasion terrestre des islamistes gazaouis. Du courage, il en a fallu également aux communautés juives de diaspora, harcelées, attaquées et criminalisées par ceux qui dissimulent péniblement leur antisémitisme derrière le paravent d'une «cause palestinienne» idéologisée. Dès le lancement des premiers missiles sur les villes et villages israéliens, le KKL s'est porté à l'avant-garde du soutien aux populations ciblées par les violences djihadistes. Partenaire de Tsahal et des localités du Sud, l'institution sioniste a complété, grâce à vos généreuses contributions, ses actions de long terme (aide au développement agricole, routes et dispositifs de sécurité, plantations «écran») par des mesures d'urgence, telles que l'organisation de séjours de répit et d'excursions à l'abri des bombes, la mise en place d'animations pour les enfants confinés dans les abris et l'installation d'abris mobiles dans les zones qui en étaient dépourvues (lire page 19). Bien qu'il soit encore trop tôt pour mesurer toutes les conséquences de ces sept semaines de conflit, le KKL est d'ores et déjà engagé dans la reconstruction des régions sinistrées et envisage, avec votre concours, de nombreux projets d'avenir. Car le dynamisme et la prospérité d'israël, que vous pourrez apprécier lors du prochain voyage du KKL de France (lire page 13), constituent la plus cinglante réponse à la haine destructrice des ennemis du peuple juif. Raymond BUNAN président du KKL de France ÉDITORIAL Chana tova, hatima tova! Reuven NAAMAT Délégué général du KKL en France Robert ZBILI président de l'exécutif du KKL de France ADAMA, le magazine du KKL, est édité par le Keren Kayemeth LeIsraël - Association loi Directeur de la publication : Raymond BUNAN - Comité de rédaction : Adva BENZIMRA - Nadine CHICHE - Fino EDERY - Reuven NAAMAT - Frédéric NORDMANN - Yaël SIMON - Robert ZBILI - Maquette : Sydney Hazan Graphic Impression : AM PLUS, Les Lilas - Dépôt légal : à parution - Commission paritaire : N 0718G ISSN Crédits photos : archives photos du KKL, sauf mention contraire - L éditeur décline toute responsabilité en cas de perte, détérioration ou non-retour des documents qui lui sont confiés. Il se réserve le droit de refuser toute demande d insertion sans avoir à motiver son refus. La citation de marques, noms de firmes, d associations, institutions, etc. est faite sans aucun but publicitaire. Ce mailing comprendra les éléments suivants : Adama, une lettre accompagnatrice, un tapis de souris agenda et une carte calendrier plastifiée.

3 Le magazine du KKL Dans cette nouvelle rubrique, nous évoquerons le parcours de donateurs du KKL de France et les réalisations qu'ils ont contribué à financer en Israël. Notre premier portrait sera consacré à Mordekhaï- Maurice Loï, auquel on doit l'extension du réservoir de Netiv-Halamed Heh. Né le 4 septembre 1925 à Kichinev, théâtre du terrifiant pogrom de 1903, le petit Mordekhaï quitte la Bessarabie pour la France à l'âge de six mois. Les Loï s'installent à Montreuil. Le père est cordonnier, tandis que la mère exécute des retouches de couture à domicile. En 1941, alors que débutent les rafles des Juifs étrangers, la famille est interpellée par la police française. Tandis que Mordekhaï, rebaptisé Maurice, prend la fuite sur ordre de sa mère, ses parents sont arrêtés, déportés et assassinés à Auschwitz. Le jeune homme rejoint alors les rangs de la FTP-MOI (Francs-tireurs et partisans - Main-d'œuvre immigrée). Arrêté en janvier 1943, il est incarcéré aux Tourelles, où il partage sa geôle avec un certain Marcel Fajwisiewicz, originaire de Łódz. ó Après une périlleuse évasion, il se retire dans la Nièvre. De retour à Paris en août 1943, il renoue avec ses actions de résistance, sous le nom de «Pierre Chehau». L KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL BULLETIN KKL KKL KKL KKL D ABONNEMENT KKL KKL KKL KKL KKL AU KKL JOURNAL KKL KKL KKL KKL ADAMA KKL KKL KK L KKL KKL KKL KKL à retourner KKL KKL au KKL : Keren KKL Kayemeth KKL KKL LeIsraël KKL KKL - 11 rue KKL du KKL 4-Septembre, KKL KKL KKL KKL ParisKKL KK L KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL Tél. KKL : 01 KKL 42 KKL KKL 88KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL Nom KKL :... KKL KKL KKL KKL KKL KKL Prénom KKL :... KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL Adresse KKL :... KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL Code KKL postal KKL / Ville KKL :... KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL : KKL... KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL KKL KKL KL KKL Prix KKL de l abonnement KKL KKL KKL pour KKL 4 KKL numéros KKL KKL : 20 KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL par KKL chèque KKL à l ordre KKL du KKL KKL KKL KKL par KKL CCP U KKL KKL CENTRE KKL PARIS KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL par KKL carte bleue KKL N KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL Date d expiration KKL KKL / KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL Cryptogramme KKL KKL KKL KKL KKL (3 derniers KKL chiffres KKL au dos KKL de la C.B.) KKL Signature KKL : KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK L KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KKL KK N 71 À la Libération, il entreprend une formation de fraiseur-ajusteur à l'ort et se spécialise dans la réparation des machines à coudre envoyées par le Joint aux rescapés des camps. Dans le cadre de ses activités professionnelles, il retrouve son compagnon de cellule Marcel, qui lui présente sa sœur Suzanne. Résistante, cette dernière avait été arrêtée le 28 octobre 1942 et déportée à Auschwitz. Survivante de la marche de la mort, elle avait échoué au camp de Bergen-Belsen, libéré par l'armée britannique en avril Le jeune couple se marie en février U N H O M M E, U N P R O J E T Mordekhaï-Maurice Loï, UN RÉSERVOIR À LA MÉMOIRE DE SUZANNE Ouvriers appliqués, Mordekhaï-Maurice et Suzanne fondent en 1955 leur propre entreprise de confection, Pierzane. Membres actifs du parti communiste jusqu'à la répression soviétique de l'insurrection de Budapest (1956), ils nourrissent un idéal de solidarité et de fraternité qu'ils ne devaient jamais renier. En 1973, ils s'installent à Nice, où ils coulent des jours heureux jusqu'à l'annonce du cancer de Suzanne, suivie de sa disparition, en Inconsolable, Mordekhaï-Maurice Loï n'a de cesse d'honorer la mémoire de sa défunte épouse, triplement décorée de la Médaille militaire, de la Croix de guerre et de la Légion d'honneur. Au cours de recherches sur Internet, ce Juif éloigné de la communauté et d'israël découvre l'œuvre du KKL, qui correspond parfaitement à sa conception du «mieux-être» de l humanité. Il choisit alors de prendre à sa charge les travaux d agrandissement du réservoir de Netiv-Halamed Heh, situé à proximité de Kiryat Gat. Grâce à sa générosité, la capacité de ce complexe de recyclage des eaux usées au profit de l irrigation des cultures est portée de à m 2! À l occasion de son inauguration, le 17 novembre 2008, Mordekhaï-Maurice Loï effectue son premier et très émouvant séjour touristique en Israël, organisé dans ses moindres détails par le KKL. Peu après son retour, sa «mission» accomplie en ce monde, il allait mettre fin à ses jours pour rejoindre l amour de sa vie.

4 Projet du KKL de France Engagé dans le développement des régions dites «périphériques», le KKL déploie actuellement de considérables efforts de mise en valeur du Grand Sud israélien, destinés à améliorer la qualité de vie de ses habitants. Dans ce contexte, le KKL de France vous propose aujourd'hui de prendre part à la création de centres d'activités en faveur des jeunes handicapés du village Aleh Negev- Nahalat Eran. Projet du KKL de France 4

5 Le magazine du KKL Des activités de plein air pour le village Aleh Negev-Nahalat Eran Un pas de plus vers l'autonomie Tel Aviv Haïfa Beer Sheva Eilat Jérusalem Àla pointe du progrès en matière de prise en charge des personnes en situation de handicap, Aleh gère un réseau de quatre établissements spécialisés en Israël, qui accueillent plus de 650 enfants, adolescents et jeunes adultes souffrant de déficiences physiques ou cognitives sévères. UN FLEURON MÉDICO-ÉDUCATIF Sis à proximité d'ofakim, le village Aleh Negev-Nahalat Eran, animé par une équipe de 150 salariés soutenus par 170 volontaires, compte près de 150 résidents, essentiellement de jeunes adultes. Il reçoit également des patients en consultation externe (jusqu'à traitements par an). Il dispose d'un centre hospitalier dédié à la grande dépendance, d'une clinique dentaire, d'appartements adaptés, d'une école et d'ateliers d'éveil, d'une piscine d'hydrothérapie, d'un zoo thérapeutique et, prochainement, d'une piste de promenade à cheval. Soucieux de répondre aux besoins particuliers de ses pensionnaires, il leur offre l'opportunité de construire une vie heureuse et productive dans un environnement sécurisant et chaleureux, favorisant ainsi leur insertion au sein de la société. Unique en son genre, cette institution d'excellence, qui suscite l'intérêt d'experts du monde entier, a été déclarée «projet national» par l'état d'israël en DES ACTIVITÉS STIMULANTES Au service de tous les citoyens israéliens, handicapés comme valides, le KKL a décidé de créer des centres d'activités sur l'ensemble du site, à destination des jeunes résidents, de leurs encadrants et de leur entourage. L'institution sioniste a notamment programmé l'aménagement de deux jardins d'épices thérapeutiques, de cours thérapeutiques entre les bâtiments résidentiels et les ateliers, de jardins autour des lieux d'habitation, d'un jardin «jet d'eau», d'une aire de jeux attenante à l'école, d'allées et de zones ombragées. Autant d'options récréatives et thérapeutiques à explorer! Par votre contribution, vous aiderez de jeunes handicapés israéliens au seuil de leur vie d'adulte à mieux interagir avec le monde extérieur, à réaliser pleinement leur potentiel et à mener une existence enrichissante. Vous apporterez également un salutaire soulagement à leur famille. Enfin, en œuvrant à l'accroissement des capacités d'accueil du village, vous participerez à la dynamisation (bienvenue!) de l'emploi dans le Néguev du Nord. LE PROJET EN BREF... Nom : Centres d'activités de plein air du village pour jeunes handicapés Aleh Negev-Nahalat Eran. Localisation : Le village se situe dans le nord du Néguev, à l'ouest d'ofakim. Objectifs : - Offrir aux résidents et à leur famille d'agréables expériences de plein air. - Permettre aux résidents et à leur famille de profiter des splendides paysages désertiques dans un cadre plaisant, apaisant et ombragé. - Procurer aux jeunes handicapés et au personnel soignant des espaces thérapeutiques complémentaires. Projet du KKL de France 5

6 BIOGRAPHIE ( ) Reuven Feuerstein DR Psychologue et pédagogue de renommée internationale, Reuven Feuerstein a consacré son existence à élaborer des méthodes et programmes de prise en charge des enfants victimes de déficiences cognitives, de traumatismes sévères, de troubles du comportement ou de carences affectives. Paré de son proverbial béret noir et d'un irréductible optimisme, il s'est employé à démontrer que tout être humain avait la faculté de progresser, pour autant qu'il fût convenablement stimulé. Une approche révolutionnaire qui a nourri l'espoir de centaines de milliers de familles dans le monde entier. G R A N D E S F I G U R E S D U M O N D E J U I F Éduquer pour grandir Membre d'une nombreuse fratrie, Reuven Feuerstein naît à Botosani, en Roumanie, le 21 août Il fréquente plusieurs institutions universitaires de Bucarest, mais est contraint de fuir les persécutions antisémites avant d'avoir pu valider son diplôme. Témoin de l'état de déréliction absolue des communautés juives d'europe, il parvient à gagner la Palestine mandataire en UNE VOCATION ALTRUISTE Sa découverte du kibboutz constitue un tournant majeur dans sa jeune carrière : issu d'un monde en perdition où la notion de projet avait perdu toute signification, il est saisi par le contraste que représente à ses yeux la planification pluriannuelle des coopératives agricoles du yichouv. Jusqu'en 1948, il allait prendre en main l éprouvante reconstruction d'orphelins rescapés de la Shoah, mais aussi les problématiques d adaptation d'immigrants «culturellement défavorisés» originaires du Maroc et d'iran. Dans les années 50, il est nommé directeur des services psychologiques de l'alyat hanoar en Europe. Après avoir vaincu la tuberculose en dépit de diagnostics désespérés, il entreprend des études de psychologie générale et clinique à l'université de Genève, sous la direction de Jean Piaget et d André Rey. Il devait obtenir, en 1970, un doctorat en psychologie du développement à la Sorbonne. En 1965, il participe à la fondation de l'institut de recherches Hadassah- Wizo-Canada de Jérusalem, voué au traitement des enfants souffrant de handicaps mentaux. C est dans ce cadre qu il échafaude ses principales théories, à l origine de l International Center for Enhancement of Learning Potential (ICELP) et d un réseau de quelque 90 établissements disséminés dans 40 pays, sans oublier les villages de jeunes. Les résultats miraculeux enregistrés aux quatre coins de la planète valent à Reuven Feuerstein, professeur à l université Bar-Ilan et à la Vanderbilt University (Tennessee), de prestigieuses distinctions (palmes académiques en France en 1991, prix d Israël et prix de l Académie des sciences de New York en 1992, doctorats honoris causa en Italie et Roumanie, etc.). Il est même nominé au prix Nobel deux ans avant son décès, survenu le 29 avril APPRENDRE À APPRENDRE À rebours des certitudes déterministes de ses pairs, il remet en question le principe d'irréversibilité du développement et s'insurge contre la stigmatisation des enfants «attardés», trop souvent réduits à une dénomination pathologique. Ses observations le convainquent en effet que l'espèce humaine est dotée d'une capacité naturelle d'évolution et d'une intelligence malléable (Structural Cognitive Modifiability). C'est le potentiel d'apprentissage et non les performances révélées par les tests de QI que le professeur Feuerstein érige en critère d'évaluation. Il conclut également que l'épanouissement des fonctions cognitives de l'enfant requiert la médiation d'un adulte en mesure de lui accorder toute l'attention nécessaire (Mediated Learning Experience), tout comme «le sucre réclame l'intervention de la cuillère pour adoucir le goût du thé». Mise en œuvre et parachevée au cours des années, sa philosophie de l'éducation, complétée par tout un arsenal conceptuel, méthodologique et thérapeutique (1), a considérablement amélioré l'autonomie et la qualité de vie des jeunes handicapés (2). Forts de ces avancées, nombre d'entre eux ont pleinement réussi leur intégration sociale, scolaire et professionnelle. La juste récompense d'une foi inébranlable en l'homme et d'une disposition exceptionnelle à l'empathie. (1) Dynamic Assessment, Learning Propensity Assessment Device, Cognitive Map, Instrumental Enrichment Tools, Shaped Modifying Environments, etc. (2) Elle trouve aussi des applications dans le milieu ordinaire (entreprises, armée...). Reuven Feuerstein ( ) 6

7 Le magazine du KKL Quand Israël s invite sur les murs de l école Nicolas Katz Nicolas Katz À l occasion de Yom Yerouchalaïm, célébration de la libération et de la réunification de la capitale éternelle du peuple juif, le KKL et le groupe scolaire Lucien-de-Hirsch ont inauguré, le 28 mai dernier, un espace «Israël - KKL» au cœur de l établissement. L opportunité, pour les élèves, de renforcer leur connaissance de l État juif, mais aussi leur attachement pour la terre de leurs ancêtres. Parmi les nombreux projets pédagogiques proposés par le département de la Jeunesse et de l Éducation du KKL de France figure la mise en place, dans les écoles, de modules d activités consacrés à toutes les dimensions de l État d Israël et aux accomplissements de l institution sioniste, fer de lance de sa construction depuis 113 ans. Un outil éducatif Stratégiquement situé à la jonction du primaire, du collège et du lycée, l espace «Israël - KKL» du groupe scolaire Lucien-de-Hirsch offre au regard des visiteurs des panneaux richement illustrés dédiés aux thèmes fondamentaux de la culture sioniste : centralité de Jérusalem dans le cœur et l histoire du peuple juif, personnalité emblématique de Theodor Herzl, renaissance de la langue hébraïque grâce à Eliezer Ben Yehuda, différentes vagues d alya, contexte de la fondation de l État d Israël le 14 mai 1948, origine du drapeau israélien, Tsahal, etc. Le rôle majeur du KKL dans la concrétisation du rêve sioniste, de la boîte bleue aux grands projets de développement de la terre, est également mis en valeur à travers des supports d étude aisément exploitables par les enseignants et leurs élèves. Afin que ces derniers puissent s approprier cet espace, qui est avant tout le leur, ils ont été étroitement associés à sa réalisation : ils ont ainsi donné vie à une carte géante d Israël avec les photos de leur choix. Un enthousiasme partagé Grand moment d émotion, la cérémonie d inauguration a rassemblé la direction du groupe scolaire, notamment Paul Fitoussi, chef d établissement, de nombreux responsables du KKL, dont Gaël Grunewald, son vice-président mondial, et Raymond Bunan, président du KKL de France, le grand rabbin Michel Gugenheim, Anne-Marie Boubli, représentant le Consistoire, et, bien sûr, les écoliers et leurs parents. Heureux de constater l implication du groupe scolaire au côté d Israël et du KKL, le viceprésident mondial de l institution sioniste, venu tout spécialement de Jérusalem, n a pas manqué de rappeler que sa tante n était autre que l ancienne directrice Marianne Picard, qui s est distinguée par son remarquable investissement en faveur du développement des matières juives à Lucien-de-Hirsch. De son côté, le grand rabbin Gugenheim, camarade d étude du rabbin Jacquot Grunewald, le père de Gaël, a évoqué ses souvenirs de juin 1967, alors que la communauté juive de France retenait son souffle Au son du violon, la chorale de l établissement a clôturé la manifestation en entonnant le chant Yerouchalaïm chel zahav sous les applaudissements de l assistance. Un exemple qui sera bientôt suivi par d autres écoles juives françaises! Nicolas Katz Pour plus d'informations, contactez le département de l Éducation du KKL : Tél. :

8 ISRAËL ET SES FRONTIÈRES AU REGARD DU DROIT INTERNATIONAL origines Aux DR dudroit d Israël Dossier réalisé par Yaël Simon «T erritoires occupés», «colonies», «peuple palestinien», «Jérusalem-Est», «frontières de 1967»..., la phraséologie tendancieuse adoptée par les médias, la classe politique et les instances diplomatiques à l'endroit d'israël accrédite la croyance globale selon laquelle son gouvernement agirait «en violation du droit international», en particulier en «Cisjordanie» et dans la bande de Gaza. Activement instillée par la propagande arabe, la remise en cause corollaire de la légitimité de l'état juif, qualifié d «obstacle à la résolution du conflit», s'assortit de la quasi-exclusivité des condamnations onusiennes, anathèmes journalistiques et opérations de boycott, mais aussi de déferlements de haine antisémite aux répercussions meurtrières. Dans un environnement asphyxié par l'ignorance, la distorsion et la manipulation du réel, il est plus que jamais essentiel de se départir des mythes au profit des faits historiques, d'analyser, avec toute l'objectivité requise, ce qui relève du droit des peuples et des États dans une région qui polarise les passions. Telle est l'ambition de notre dossier annuel, dont le premier volet évoquera les fondements juridiques du «foyer national juif» dans le contexte de la recomposition du Moyen-Orient après la Grande Guerre. Sydney Hazan El Arish LA SOUVERAINETÉ JUIVE DANS L ANTIQUITÉ Sinaï MÉD ITERRANÉE Ashkélon Gaza Rafah Jaffa Haïfa Yarkon Sidon Tyr Césarée Beersheva Néguev Aqaba Litani Safed Tibériade Naplouse Jérusalem Hébron --- Implantation des douze tribus d Israël ---- Royaume de Salomon ---- Royaume hasmonéen Villes actuelles Jourdain Golan Lac de Tibériade Yarmouk Mer Morte Arnon Amman D après Martin Gilbert, The Routledge Atlas of the Arab-Israeli Conflict, 10 th edition, Aux origines du droit d'israël 8

9 Le magazine du KKL En dépit des tentatives de reformulation du passé entreprises par les sectateurs de la cause dite «palestinienne», le lien historique et spirituel qui unit le peuple juif à la terre d'israël, consigné dans le livre le plus vendu au monde, conforté par l'archéologie et une quantité pléthorique de sources écrites, ne souffre aucune contestation. À la suite des expulsions romaine et arabe, il a constitué le ciment identitaire d'une nation dépossédée de son assise territoriale, nourrissant, de génération en génération, l'indéfectible espoir de restaurer son indépendance à Jérusalem. Argument irréfragable des promoteurs de la renaissance juive en Eretz Israël, au même titre que la nécessité de remédier à l'anomalie d'un exil bimillénaire, cet héritage unique a pesé de tout son poids en faveur des revendications sionistes, légalisées par le droit international voici un siècle, dans le sillage de la victoire alliée de PRÉMICES DIPLOMATIQUES Bien avant que ne soient convoquées les conférences de paix qui ont redessiné la carte du monde à l'orée des années 20, les puissances belligérantes se livrent à des tractations interalliées et autres «engagements» censés leur assurer le soutien de divers protagonistes. Au Moyen-Orient où les combats font rage, la perspective du démembrement de l'empire ottoman suscite bien des convoitises, attisées par les enjeux que représentent sa situation de carrefour géographique, les champs pétrolifères de Mésopotamie et la valeur symbolique des lieux saints. Dans ce cadre, plusieurs initiatives méritent d'être rappelées. Les accords Sykes-Picot Conclus le 16 mai 1916 par la Grande- Bretagne et la France, puis avalisés par l'empire tsariste et l'italie, les accords secrets Sykes-Picot anticipent le partage des possessions de la Sublime Porte en zones d'influence. À l'issue d'âpres négociations, les territoires non turcs du Moyen-Orient sont divisés en cinq secteurs, attribués à Lloyd George, Premier ministre britannique ( ). divers gouvernants sans tenir le moindre compte des desiderata du mouvement sioniste. Illégal dans sa forme, dénoncé par le président américain Wilson, cet arrangement «privé» est frappé de caducité dès lors que la Russie bolchevique décide de s'en rétracter. En outre, il devait être substantiellement révisé lors de la rencontre entre Clemenceau et Lloyd George des 30 novembre et 1 er décembre 1918 : il est alors convenu que la Palestine (1), «de Dan à Beersheva» (2), serait placée sous contrôle britannique, de même que Mossoul et ses puits d'or noir. Leur abrogation définitive intervient à l'occasion de la conférence de San Remo (cf. infra). Promesses de guerre La correspondance Hussein-MacMahon Soucieux de rallier les Arabes au drapeau britannique, Sir Henry MacMahon, haut commissaire en Égypte, adresse le 24 octobre 1915 une lettre au chérif de la Mecque Hussein ibn Ali, dans laquelle il lui garantit l'indépendance sur une vaste étendue du Moyen-Orient libérée de la mainmise ottomane. En sont exclues les terres non «purement arabes». Si le cas de la Palestine n'y est pas explicitement tranché, l'attitude de Fayçal, dépêché par son père Hussein à la conférence de Paris de 1919, ainsi que les termes de l'accord de coopération qu'il a signé avec Weizmann, représentant l'organisation sioniste, DR le 3 janvier 1919, démontrent clairement qu'elle était, dans l'esprit de tous, tenue à l'écart de la «grande nation arabe» en devenir. Fayçal ben Hussein. La déclaration Balfour Qualifiée de «Magna Carta du peuple juif», la déclaration Balfour s'avère également motivée par les intérêts de Sa Gracieuse Majesté, désireuse de se réserver l'exclusivité de la tutelle sur la Palestine, stratégiquement située entre l'égypte et le golfe Persique, et de s'attirer les bonnes Lord Arthur Balfour. DR DR Chaim Weizmann. DR Aux origines du droit d'israël 9

10 grâces des communautés juives américaines et russes à un tournant décisif du conflit. Sincèrement convaincu que l'établissement d'un foyer national juif est une «nécessité historique», le Premier ministre Lloyd George fait publier, par l'intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères Arthur Balfour, une lettre ouverte à Lord Lionel Walter Rothschild, datée du 2 novembre 1917: «Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des communautés non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays.» Première déclaration politique de sympathie à l'égard des aspirations sionistes, elle révèle sans ambiguïté l'intention de la Grande-Bretagne de fonder un État juif en Palestine, les autres habitants se voyant allouer des «droits civiques et religieux» (mais en aucun cas nationaux). Comme l'attestent d'autres documents de l'époque, la Palestine est ici envisagée dans son entièreté, sur les deux rives du Jourdain. Parmi les conditions de la réussite de cet «objectif» figurent la sécurité des frontières et la capacité du futur État de subvenir à ses besoins économiques, ce qui suppose terres fertiles et ressources en eau. Pierre angulaire de la souveraineté du peuple juif sur la Palestine, la déclaration Balfour ne devait faire son entrée dans le champ du droit international que trois ans plus tard (cf. infra). Les «quatorze points» de Wilson Dans son célèbre discours du 8 janvier 1918 devant le congrès américain, le président Wilson ne se contente pas d'échafauder les axes de reconstruction d'une Europe exsangue. Il évoque, dans son 12 e point, le sort des populations anciennement soumises à la férule de l'empire ottoman : «Aux régions turques de l'empire ottoman actuel devraient être assurées la souveraineté et la sécurité ; mais aux autres nations qui sont maintenant sous la domination turque, on devrait garantir une sécurité absolue d'existence et la pleine possibilité de se développer d'une façon autonome...» Ce faisant, le résident de la Maison- Blanche, artisan du pacte de la Société des Nations (SDN), défend le principe de l'autodétermination des peuples sur lequel s adosse précisément le système mandataire. NOUVELLE DONNE AU MOYEN-ORIENT Dans le sillage de la défaite des Empires centraux, la coalition victorieuse s emploie à opérer le transfert des propriétés des pays vaincus. Au Moyen-Orient, il s agit de statuer sur la destinée des provinces auparavant sous juridiction ottomane. Le système mandataire Échafaudé par l'homme d'état sud-africain Jan Christiaan Smuts, le système des mandats s applique à des territoires non annexés où il est prévu de fonder des États indépendants après une période de transition sous les auspices de nations avancées, vouée à préparer les peuples à s autogouverner. Adoptée le 30 janvier 1919 par le conseil des dix (conseil suprême des puissances alliées), la «résolution Smuts» allait faire l objet de l article 22 du pacte de la SDN, inscrit en préambule du traité de Versailles du 28 juin 1919 (ratifié le 10 janvier 1920) : «Les principes suivants s'appliquent aux colonies et territoires qui, à la suite de la guerre, ont cessé d'être sous la souveraineté des États qui les gouvernaient précédemment et qui sont habités par des peuples non encore capables de se diriger eux-mêmes dans les conditions particulièrement difficiles du monde moderne. Le bien-être et le développement de ces peuples forment une mission sacrée de civilisation et il convient d'incorporer dans le présent pacte des garanties pour l'accomplissement de cette mission [...]» Jan Christiaan Smuts. DR Déclinés en trois catégories «selon le degré de développement du peuple», les mandats sont conférés par le conseil suprême des puissances alliées au nom de SDN, chargée de superviser l observance des obligations afférentes. Trois d entre eux sont instaurés au Moyen-Orient : la Syrie-Liban, la Mésopotamie (Irak) et la Palestine. Aux origines du droit d'israël 10

11 Le magazine du KKL La résolution de San Remo Du 19 au 26 avril 1920, les principales puissances alliées (Grande-Bretagne, France, Italie et Japon) (3) se réunissent à la Villa Devachan de San Remo afin de traiter les dossiers en suspens relatifs à la «succession» de l Empire ottoman (sélection des puissances mandataires, finalité des mandats, fixation des frontières). Une décision cardinale, entérinée le 25 avril 1920, détermine l avenir de la Palestine: «Les hautes parties contractantes s entendent pour confier, en application de l article 22, l administration de la Palestine [ ] à un mandataire. Le mandataire sera responsable de mettre en œuvre la déclaration [Balfour] du gouvernement britannique, adoptée par les autres puissances alliées, en faveur de l établissement en Palestine d un foyer national pour le peuple juif [ ]» 100 km ÉGYPTE LIBAN (Mandat rançais) SYRIE Mer Morte Il en résulte que la déclaration Balfour acquiert le statut juridique international dont elle était jusqu alors dépourvue. Il en est de même pour le peuple juif dans son ensemble (diaspora comprise), désigné comme unique bénéficiaire du principe d autodétermination inhérent au mandat pour la Palestine. Celle-ci devient, pour la première fois de l histoire, une entité juridique et non plus une simple appellation régionale, dévolue dans son intégralité à l exercice de la souveraineté juive. Il convient de souligner ici qu il n est nullement question d une quelconque partition entre Juifs et Arabes, ces derniers ayant hérité de la part du lion au Moyen-Orient (4). La Grande-Bretagne, (Mandat français) MANDAT pour la PALESTINE (Mandat britannique) km 2 Conférence de San Remo, avril FRONTIÈRES PRÉVISIONNELLES DU MANDAT POUR LA PALESTINE D'APRÈS LA RÉSOLUTION DE SAN REMO (25 AVRIL 1920). MÉDITERRANÉE Jourdain ARABIE IRAK (Mandat britannique) Sydney Hazan D'après Eli E. Hertz, à laquelle échoit le tutorat sur la Palestine, se trouve ainsi investie de la «mission sacrée» d y établir «un foyer national pour le peuple juif», autrement dit un État juif indépendant. Si la délimitation des frontières est finalement reportée à des négociations ultérieures (voir deuxième volet), l on ne saurait mésestimer le caractère fondateur de la résolution de San Remo, qui supplante du reste tous les accords antérieurs (Sykes-Picot, Fayçal-Weizmann, etc.). Ses décisions allaient être incorporées dans le traité de Sèvres du 10 août 1920 (non ratifié) et dans la charte du mandat (cf. infra). Ainsi, elle marque, selon le professeur Cynthia D. Wallace, «la fin de la plus longue période de colonisation de l histoire, remontant à près de 1800 ans» (5). LA CHARTE DU MANDAT POUR LA PALESTINE Les dispositions du mandat pour la Palestine sont confirmées le 24 juillet 1922 par le conseil de la SDN. Son approbation par les 51 États membres de l organisation internationale à cette date, rejoints par les États-Unis (6) et les nations nouvellement adhérentes, lui confère la force d un acte de droit international contraignant. Il entre en vigueur le 29 septembre Les fondements La souveraineté du peuple juif sur la Palestine repose sur la conjonction de trois paragraphes énoncés dans le préambule de la charte du mandat : la déclaration Balfour (établissement d un foyer national juif), l article 22 du pacte de la SDN (principe d autodétermination) et la reconnaissance des «liens historiques du peuple juif avec la Palestine» (7). Les objectifs La raison d être du mandat réside dans la reconstitution d un État juif dans toutes les parties de la Palestine (Jérusalem et les futurs «territoires disputés» ne faisant pas exception) en faveur des Juifs qui y Aux origines du droit d'israël 11 ADA M A N 71 - TICHRI 5775 / 2014

12 résident, mais aussi de tous ceux qui sont dispersés dans le monde, encouragés à s y installer (8). À l instar de la déclaration Balfour et de la résolution de San Remo, le texte assure la sauvegarde des «droits civils et religieux» des autres communautés existantes. Les moyens Les articles 2 et 3 de la charte exigent du mandataire qu il réunisse les conditions de la viabilité du futur État (infrastructures, institutions, autonomies locales ) : «Le mandataire assumera la responsabilité d'instituer dans le pays un état de choses politique, administratif et économique de nature à assurer l'établissement du foyer national pour le peuple juif, comme il est prévu au préambule, et à assurer également le développement d'institutions de libre gouvernement [...] Le mandataire favorisera les autonomies locales dans toute la mesure où les circonstances s'y prêteront.» L article 6 lui prescrit pour sa part de faciliter l immigration des Juifs, éligibles à la nationalité palestinienne élaborée ad hoc (article 7), et leur installation sur la totalité du territoire : «[...] l'administration de la Palestine facilitera l'immigration juive dans des conditions convenables et de concert avec l'organisme juif mentionné à l'article 4 [l Organisation sioniste, puis l Agence juive] ; elle encouragera l'établissement intensif des Juifs sur les terres du pays, y compris les domaines de l'état et les terres incultes inutilisées pour les services publics.» Tandis que l hébreu est inscrit parmi les langues officielles (article 22) et que les représentants sionistes sont invités à «coopérer» avec la puissance mandataire «dans toutes questions économiques, sociales et autres, susceptibles d'affecter l'établissement du foyer national juif et les intérêts de la population juive en Palestine» (article 4), l article 11 fournit d autres axes de développement du pays (régime agraire, contrôle des ressources naturelles, travaux et services d'utilité publique). Les clauses générales La charte précise par ailleurs les pouvoirs et responsabilités du mandataire: autorité législative et administrative dans les limites imposées par le mandat (article 1), instauration d un système judiciaire (article 9), respect du «statut personnel» et des «intérêts d ordre religieux» (article 9), libre accès aux lieux saints (article 13), liberté de conscience et de culte (article 15), maintien de l ordre et de la paix (article 17), régulation des recherches archéologiques et des antiquités (article 21). Celui-ci est tenu d adresser un rapport annuel au conseil de la SDN, assistée par une commission permanente des mandats (article 24). Enfin, l article 5 préserve la Palestine (donc le futur État juif) «contre toute per te ou prise à bail de tout ou partie du territoire et contre l établissement de tout contrôle d une puissance étrangère». En vertu du pacte de la SDN, de la résolution de San Remo (officialisant la déclaration Balfour) et de la charte du mandat pour la Palestine (qui en élargissait la portée en introduisant le concept de «reconstitution» du foyer national juif), le peuple juif a été pleinement investi du titre de souveraineté sur toute sa terre historique, incluant les futurs «territoires disputés» de Judée, Samarie et Gaza, ainsi que la Transjordanie au sud du Yarmouk. C'est à cette unique fin qu'a été créée la Palestine en tant que pays sous tutelle. Ajournée lors de la conférence de San Remo, la fixation de ses frontières allait être prétexte à des reniements attentatoires à l'intégrité territoriale du foyer national juif, aggravés par la gestion cynique de la puissance mandataire (voir deuxième volet). Il n'en demeure pas moins que les droits permanents produits au début des années 20 ont jeté les bases juridiques de l'état d'israël à venir. NOTES (1) La province romaine de Judée a été rebaptisée Syria- Palaestina (d'après un «peuple de la mer» disparu, les Philistins, dont le nom signifie «envahisseurs») par l'empereur Hadrien, après qu'il eut écrasé la révolte de Bar Kokhba, en 135 de l'ère commune. Dans le même dessein de «déjudaïser» le pays des Juifs, Jérusalem a été renommée, avec moins de succès, Ælia Capitolina. (2) Cette formule biblique récurrente (ex: Juges, 20 : 1) ne doit pas être interprétée de manière littérale : elle fait référence à la terre d'israël dans sa plus large acception historique, à savoir les territoires sur lesquels se sont établis les douze tribus israélites et leurs descendants aux époques du Premier et du Second Temple. (3) Les États-Unis, puissance associée à l Entente, sont représentés par l ambassadeur américain à Rome, Robert Underwood Johnson, dépêché par Wilson en qualité d observateur. (4) Le droit à l autodétermination des Arabes est en effet largement satisfait par le biais des mandats de Syrie- Liban (confié à la France) et de Mésopotamie (confié à la Grande-Bretagne), sans oublier le royaume immédiatement autonome du Hedjaz (dans la péninsule Arabique) et l'égypte, qui obtient son indépendance en Un favoritisme qui contraste singulièrement avec le cas des Kurdes et des Arméniens (récentes victimes du génocide de 1915), laissés-pour-compte de la politique globale d après-guerre. (5) Foundations of the International Legal Rights of the Jewish People and the State of Israel, Creation House, 2012, p. 10. (6) Résolution Lodge-Fish du 30 juin 1922 «favorisant l établissement en Palestine d un foyer national pour le peuple juif» et convention anglo-américaine du 3 décembre 1924, ratifiée par le Sénat et proclamée par le président Coolidge le 5 décembre (7) Dorénavant, le titre de souveraineté du peuple juif sur la Palestine ne pourrait plus être révoqué, ni par la SDN ni par les Nations unies qui lui ont succédé, à moins que le peuple juif ne choisît lui-même de renoncer à son droit. (8) Les nationalistes arabes ont allégué que la charte du mandat contrevenait à l article 22 du pacte de la SDN, attendu que la population arabe de Palestine excédait alors largement le nombre de ses habitants juifs. Or, le mandat pour la Palestine, exceptionnel en ce sens, visait à réparer l immense injustice infligée au peuple juif, et non à appliquer un principe d autodétermination «numérique». Cette assertion, destinée à dépouiller les Juifs de leurs droits, était d autant plus irrecevable que les Arabes leur contestaient ainsi ce dont ils avaient eux-mêmes bénéficié en Syrie et en Mésopotamie. Aux origines du droit d'israël 12

13 Israël AUJOURD HUI ET DEMAIN

14 DR DÉCOUVERTE D'ISRAËL : LE NÉGUEV Dédié à la mémoire du quatrième Premier ministre d Israël, le parc Golda s inscrit dans la «chaîne» des espaces verts édifiés par le KKL en hommage aux chefs de gouvernement qui ont marqué l histoire de l État juif (David Ben Gourion, Levi Eshkol, Menahem Begin, Yitzhak Rabin). Sa localisation ne tient pas du hasard : la propre fille de Golda Meir faisait en effet partie des fondateurs du kibboutz Revivim sis à proximité (cf. infra), et la cosignataire de la déclaration d indépendance, fervente partisane du peuplement du Néguev, ne manquait jamais une occasion d y séjourner. air très apprécié par les familles, marcheurs et cyclistes de tous âges. DES SITES REMARQUABLES Le puits du faux poivrier : le parc Golda abrite un puits jadis utilisé par les Bédouins du village de Bir Asluj. Pendant l époque mandataire, l armée de Sa Gracieuse Majesté a jeté son dévolu sur ce point d eau, denrée rare dans la région. Carrelé de briques de béton, le dispositif est recouvert d une toiture de bois à Campé sur les rives du nahal Revivim, le parc Golda s étend sur quelque 550 dounams (55 ha), entre Beersheva et Sdé Boker. Fondé par le KKL sur les décombres d une carrière désaffectée qui gâtait le paysage, il constitue aujourd hui un magnifique pôle récréatif fréquenté par les habitants de toute la région et bien au-delà. Ce faisant, il contribue à dynamiser l activité touristique et, partant, l économie du Grand Sud israélien. Visite guidée. Le parc Golda, DR Comment s'y rendre? - Depuis Beersheva, allez jusqu'au carrefour Mashabim (route 40), puis tournez à droite vers la route 222. Le parc se trouve à environ 1 km au nord, sur votre droite. - Depuis Ashkélon et Yad Mordekhaï, empruntez la route 34, puis passez les carrefours Saad, Gevim, Reim. À partir du carrefour Gevulot, prenez la route 222 et suivez les indications. Entrée libre toute l année. Plus d'informations : (en hébreu et anglais) UN ÎLOT DE VERDURE Cerné de collines arides, le parc Golda s articule autour d un lac alimenté par la remontée de la nappe phréatique lors des brefs épisodes pluvieux hivernaux, mais aussi par les eaux en provenance de Neve Midbar. Il est traversé par la rivière saisonnière (nahal) Revivim. Pour le plus grand bonheur du public, il dispose de vastes pelouses, d aires de pique-nique, d aires de jeux dotées d un revêtement sécurisé pour les enfants, de balançoires, de manèges et de toboggans, d équipements spor tifs, dont une piste de VTT, d un point de vue panoramique et d attractions naturelles et historiques (cf. infra). Un concentré de loisirs de plein armatures métalliques. À côté du moteur de la pompe se trouve le générateur qui fournissait de l électricité à la base militaire britannique. À l issue de la guerre d Indépendance, des travaux d amélioration ont permis au kibboutz Mashabé Sadé de bénéficier de cette providentielle source d irrigation. Un faux poivrier répand son ombre salutaire sur la dalle. Arbre à feuilles persistantes de la famille des sumacs, il tient son nom de la ressemblance de ses fruits avec les baies du poivrier. Le point de vue panoramique de Tali : aménagé sur la rive septentrionale du nahal Revivim, celui-ci offre une vue imprenable sur les reliefs environnants. Il rend hommage à Tali Kestenbaum, responsable du développement du Néguev au tournant des années 90. Le parc Golda, l oasis du Néguev 14

15 Le magazine du KKL Le nahal Revivim : d une longueur de 46 km, le wadi s étire du lac de Yeruham au parc Golda. À la saison humide, ses berges se couvrent de colchiques, tandis que les oiseaux aquatiques (foulques, plongeons, colverts) y élisent domicile. Selon la légende, Agar y aurait fait halte après avoir été renvoyée par Abraham, sur les ordres de Sarah. Ses réserves d eau épuisées, la servante aurait déposé son fils Ismaël dans le lit de la rivière. Le garçon assoiffé aurait alors frappé d un coup de pied le sol, d où l eau aurait jailli. C est la raison pour laquelle les Bédouins ont donné au nahal Revivim le nom d Asiuj («petit enfant»). En dépit de découvrira Mitzpé Revivim, l un des trois avant-postes érigés par le KKL en 1943 dans l optique d une implantation juive Amonon Gutman Assiégé pendant la guerre d Indépendance, il a en effet été secouru au cours de l opération Horev, fin décembre 1948, au terme de rudes combats où se sont illustrés, entre autres, les volontaires du commando français. Trente-quatre soldats des forces israéliennes ont perdu la vie dans les batailles qui les ont opposés, dans le secteur, à l armée égyptienne, sans oublier les trois pionniers assassinés dans une embuscade en décembre Si vous souhaitez agrémenter votre excursion au parc Golda d escales supplémentaires, sachez que le nord du Néguev fourmille de curiosités : l oasis du Néguev Amonon Gutman Amonon Gutman son caractère sismique (on compte un tremblement de terre d une magnitude de 6 ou 7 sur l échelle de Richter tous les 50 ans environ), sa position stratégique n a pas échappé aux Turcs, qui y ont construit une station de chemin de fer sur la ligne reliant Beersheva au Sinaï, ni aux Britanniques, qui y ont établi un centre logistique militaire sur la route de Suez. Mitzpé Revivim : sur une colline crayeuse non loin du kibboutz, le visiteur d envergure dans le Néguev. Pourvues d un mur d enceinte et de positions défensives, ces stations expérimentales, vouées à l'étude des conditions climatiques et du potentiel agricole en milieu désertique, étaient gérées par une poignée de résidents. Le poste de Revivim, transformé depuis en musée, comporte plusieurs bâtiments restaurés, une citerne de l époque byzantine, des bassins de stockage des eaux de pluie et un avion témoignant de son destin mouvementé. la forêt de Beeri, les mémoriaux de la guerre d Indépendance (dont celui du commando français déjà mentionné), Sdé Boker, Yad Mordekhaï, Beth Eshel, Nir Am, Nitzana, les parcs Eshkol et Yeruham, les routes panoramiques de Besor et Lavan, etc. Bonne visi te! Le parc Golda, l oasis du Néguev 15

16 Les grands noms de la culture israélienne Eli Amir Chroniqueur d un drame oublié Auteur de bestsellers, l écrivain israélien Eli Amir a contribué à diffuser auprès de ses concitoyens le récit de l exode de l immémoriale communauté juive d Irak, liquidée en quelques mois au début des années 50. Fin connaisseur des problématiques d intégration des immigrants mizrahim, ce retraité de la fonction publique, engagé à gauche, milite également pour une meilleure compréhension mutuelle entre Juifs et Arabes. Eli Amir naît à Bagdad le 26 septembre 1937, sous le nom de Fuad Elias Khalaschi. À l instar de ses coreligionnaires contraints de fuir l Irak, il rejoint le jeune État d Israël en compagnie de sa famille en Au même titre que la plupart des olim orientaux, celle-ci est hébergée, pendant de longues années, dans des logements de fortune, d abord dans la maabara (camp de transit) de Pardes Hanna, puis à Gedera. Elle se voit enfin attribuer un appartement exigu dans le quartier de Katamon, à Jérusalem. Entre-temps, le jeune Eli est envoyé au kibboutz Mishmar Haemek afin d y recevoir une éducation israélienne. Il allait entreprendre plus tard un cursus en littérature et histoire du Moyen-Orient à l Université hébraïque. Une implication sociale Après ses études, il trouve un emploi de coursier au bureau du Premier ministre. Au terme d une ascension fulgurante, il exerce la fonction de conseiller aux affaires arabes du chef du gouvernement de 1964 à Très au fait des difficultés rencontrées par les olim, il occupe par la suite un poste élevé au ministère de l Intégration. En 1984, il est nommé directeur général du département de l alya des jeunes de l Agence juive. Sur la scène politique, il plaide en faveur de la justice sociale et participe également aux initiatives du Fonds Abraham pour la coexistence et l égalité entre Israéliens juifs et arabes. Retiré du service public en 2004, il poursuit ses activités littéraires, donne des conférences (y compris en Égypte, en 2007) et prend part à des émissions radiophoniques et télévisées. Il y promeut notamment la culture orientale et l ouverture au monde arabe. De Bagdad à Jérusalem Fort bien accueillis par le public, ses romans d inspiration autobiographique lui valent une notoriété nationale, à commencer par la trilogie composée de Tarnegol kaparot, Mafriah hayonim et Yasmin. Certains de ses livres sont adaptés au théâtre, à la télévision, voire au cinéma, comme en atteste Farewell Bagdad, réalisé par Nissim Dayan en Inclus dans le programme scolaire du secondaire, Tarnegol kaparot a même acquis la stature d un classique de la littérature israélienne. Héraut de la tragédie des Juifs irakiens, Eli Amir a reçu de très nombreuses distinctions au cours de sa carrière, dont le prix du jubilé de l'alya des jeunes (1983), le prix de littérature juive (Mexique, 1985), le Ahi Award (1994), le prix du jubilé Am Oved (1994), le prix Yigal Allon pour services remarquables à la société (1997), le prix de l'association des éditeurs (1998) et le prix du Premier ministre (2002). Il a par ailleurs été distingué du titre de docteur honoris causa de l Institut Weizmann, de l université Ben-Gourion et de l université de Tel-Aviv. En 2005, il est classé à la 163 e place au palmarès des 200 plus grands Israéliens de tous les temps selon un sondage publié sur le site Internet Ynet. DR Eli Amir (né en 1937) 16

17 Le magazine du KKL Extrait de Mafriah hayonim : «À quelques pas de l'avion dont descendaient les passagers, les gens s'agenouillaient, se prosternaient à même l'asphalte, embrassaient le sol, sans se soucier de tacher leurs vêtements neufs. Ils levaient les yeux, rendant grâce à Celui qui habite les cieux de les avoir ramenés en Terre sainte après un exil de deux mille ans. [ ] Ici, sur la terre bien-aimée de nos patriarches, ainsi que le chantent les mouvements de jeunesse, tous les espoirs se réaliseront.» : ohbuhv jhrpn RhMe,,uSjT,UGhXp EujhRc " UGrf Ieur,NV xuynv in KG UJy,AV wlrc OST-Hbc wvk UEAB wvdhnmv YkpxTV,PMR wohasjv OVHSdc,T UNH,FV UkNkHNU VNHHNAV OVBHG UTAB ohnurnc IfUAk VHSUV HRcS VAuSEV.RtV kt O,UT rhzjva [ ] VBA OHHPkT ka,ukd hrjt w,uct,snj.rtc VP OHRA OHrHGMVA RhAV HRcSF "/,UUe,V KF VbNAD,, wvgub,c Les écrits d Eli Amir décrivent essentiellement les épreuves traversées par les Juifs d Irak, brutalement exilés d une terre où ils avaient pris racine quelque 2500 ans auparavant. Avec nostalgie mais sans amertume, Mafriah hayonim (1992) dépeint l univers haut en couleur de la communauté bagdadie, menacée par le spectre d un second Farhoud *. Tarnegol kaparot (1983) met pour sa part en lumière la délicate adaptation des immigrants mizrahim à une culture dominée par un establishment ashkénaze volontiers condescendant, sur fond de déclassement social. Plus récemment, Yasmin (2005) conte l improbable histoire d amour Contours d'une œuvre entre un Juif originaire d Irak et une Arabe chrétienne, dans le sillage de la guerre des Six Jours. Citons aussi Ahavat Shaul (1998), idylle entre un Hiérosolymitain séfarade et une rescapée de la Shoah, la nouvelle Pgisha Iveret (2000) et la dernière parution de l auteur, Ma shenishar (2011). Traduits en plusieurs langues, les romans d Eli Amir constituent de précieux témoignages d une expérience trop rarement évoquée dans la sphère littéraire. C est sans doute là l une des raisons de leur succès. * Émeute antijuive sanglante qui s'est déroulée à Bagdad les 1 er et 2 juin Eli Amir (né en 1937) 17

18 Chemini Atseret UNE FÊTE DE TRANSITION Célébrée le 22 Tichri, Chemini Atseret est à la fois étroitement associée à Soukkot et rituellement indépendante des fêtes qui la précèdent. Relativement méconnue des Juifs peu pratiquants, elle revêt une importance notable en ce qu'elle inaugure la saison bienfaisante des pluies en Eretz Israël. Les sources Fête prescrite dans la Bible, Chemini Atseret, ou «assemblée du huitième jour», est mentionnée à deux reprises dans la Torah, dans le prolongement des commandements de Soukkot : «Sept jours durant, vous offrirez des sacrifices à l'éternel. Le huitième jour, vous aurez encore une convocation sainte et vous offrirez un sacrifice à l'éternel : c'est une fête de clôture, vous n'y ferez aucune œuvre servile.» Lévitique, 23: 36 «Le huitième jour aura lieu pour vous une fête de clôture ; vous ne ferez aucune œuvre servile.» Nombres, 29: 35 Elle est également évoquée dans les Hagiographes : «Et jour par jour, du premier jour [de la fête] jusqu'au dernier, on lut dans le livre de la loi de Dieu. Ils célébrèrent ainsi la fête durant sept jours, et le huitième jour, ce fut une solennité de clôture, conformément à la règle.» Néhémie, 8 : 18 «Le huitième jour, on fit une fête de clôture. En effet, on avait procédé à la dédicace de l autel pendant sept jours et célébré la fête [de Soukkot] pendant sept jours.» II Chroniques, 7: 9 DR Dans la littérature rabbinique, la majorité de nos sages se sont efforcés de singulariser Chemini Atseret de Soukkot, lui conférant, ce faisant, une dignité comparable. Cette «fête en elle-même» («regel bifné atzmo», Taanit 20b-31a) se distinguait en effet par sa dénomination spécifique et par le sacrifice unique offert au Temple à cette occasion. Mitsvot et liturgie Bien qu'elle partage des caractéristiques communes avec Soukkot, Chemini Atseret s'en différencie aujourd'hui par plusieurs aspects : - Le commandement du loulav n'est plus en vigueur ; - On ne récite plus la bénédiction de la soukka; - On y lit des passages particuliers de la Torah, ainsi que l'ecclésiaste (s'il n'y a pas eu de chabbat pendant hol hamoed); - La liturgie inclut la récitation du Yizkor et de la prière pour la pluie (lire encadré). Ajoutons que le kiddouch de Chemini Atseret est suivi de la bénédiction chehéhéyanou, réservée au premier jour d'une fête. Enfin, il convient de noter que les pratiques varient selon que l'on se trouve en Eretz Israël ou en diaspora. Dans le premier cas, Chemini Atseret est confondue avec Simhat Torah. Dans le deuxième, les célébrations durent deux jours (sauf dans les communautés réformées). LA PRIÈRE POUR LA PLUIE Lors de l'office de moussaf de Chemini Atseret, la prière pour la pluie, Tefilat hagechem, est solennellement récitée devant l'arche ouverte. Il est d'usage, dans les synagogues ashkénazes, que l'officiant porte le kittel des Jours redoutables, signifiant ainsi que les précipitations de l'année à venir fondamentales dans une société agricole dépendent, elles aussi, du jugement divin. Les fidèles implorent l'éternel de faire «revenir le vent et descendre la pluie» («machiv harouah oumorid hagachem»), formule répétée quotidiennement dans la Amida jusqu'au premier jour de Pessah, marquant la fin de la période humide en terre d'israël. Calendrier des fêtes et commémorations 1 er Tichri 5775/25 septembre 2014: 1 er jour de Roch Hachana 2 Tichri 5775/26 septembre 2014 : 2 e jour de Roch Hachana 3 Tichri 5775/27 septembre 2014: Chabbat chouva (Haazinou) 10 Tichri 5775/4 octobre 2014 : Yom Kippour 15 Tichri 5775/9 octobre 2014 : 1 er jour de Soukkot 16 Tichri 5775/10 octobre 2014 : 2 e jour de Soukkot 21 Tichri 5775/15 octobre 2014 : Hochaana Rabba 22 Tichri 5775/16 octobre 2014 : Chemini Atseret 23 Tichri 5775/17 octobre 2014 : Simhat Torah Chemini Atseret 18

19 Le magazine du KKL Opération «Bordure protectrice» LE KKL, GARDIEN D ISRAËL À l'occasion du dernier épisode de la guerre qui oppose, depuis près d'une décennie, Israël aux terroristes gazaouis, le KKL s'est mobilisé sans relâche aux côtés de citoyens admirables de dignité, de persévérance et de courage. Excursions et séjours de répit, animations pour les enfants reclus dans les abris et dispositifs de protection mobiles sont alors venus compléter les réalisations de long terme de l'institution sioniste, à la plus grande satisfaction de populations visées quotidiennement par les bombardements islamistes. Témoignages... «Nous apprécions depuis longtemps les activités du KKL, mais en ces temps particulièrement difficiles et effrayants, elles sont vraiment très importantes pour nous. Rien ne vaut le KKL!» Ron Haïm, 14 ans, habitant du mochav Yoshivya «Le sud d'israël est toujours dans nos cœurs et dans nos âmes. Sans le Néguev, Tel-Aviv ne pourrait pas exister. Nous continuerons d'aider les résidents du sud, parce que c'est là que se réalise le nouveau sionisme.» Efi Stenzler, président mondial du KKL Partenaire de Tsahal, le KKL est un acteur incontournable de la défense civile en situation de conflit. Ce faisant, il figurait au rang des protagonistes de l'opération «Bordure protectrice» («Tsouk eitan»), vouée à protéger les Israéliens contre les agressions mortifères du Hamas et du Djihad islamique. Son action s'est notamment déployée dans les localités méridionales, les plus exposées au stress des sirènes et au feu dévastateur d'un ennemi génocidaire. AU SECOURS DES RÉSIDENTS DU SUD Investi depuis de nombreuses années dans la valorisation du Néguev de l'ouest (infrastructures, développement agricole, accroissement des ressources en eau...), le KKL a ainsi manifesté ainsi une attention toute particulière envers les habitants de la région frontalière de la bande de Gaza, défenseurs de l'intégrité territoriale d'israël et continuateurs de l'épopée sioniste. Dès les premiers jours de la contreoffensive militaire, le président mondial du KKL, Efi Stenzler, et son coprésident, Eli Aflalo, se sont rendus auprès des principales victimes de la haine antijuive et de leurs représentants (chefs des conseils régionaux locaux, maire d'ashkelon...), afin de leur exprimer leur solidarité sans faille et de répondre efficacement à leurs besoins les plus impérieux. MESURES D'URGENCE Au cours des attaques précédentes, le KKL s'était déjà distingué par son dévouement en faveur de la sécurité des villes et villages des environs de la bande de Gaza, comme l'ont montré ses séjours de répit dans ses centres éducatifs, la construction de routes de sécurité, les structures protégées dans les parcs et les aires de jeux ou encore la campagne «Planter contre le terrorisme» (édification d'une «barrière» d'arbres autour des mochavim et kibboutzim limitrophes du territoire contrôlé par le Hamas, destinée à contrer les tirs directs), lancée en novembre 2012 à la demande de l'armée. Face à la situation dramatique qu'a connu le Sud israélien depuis le mois de juillet, l'institution sioniste a de nouveau mis en œuvre plusieurs mesures d'urgence : n Séjours de récupération pour les enfants, sujets à un degré d'anxiété intolérable, et leur famille. Les hôtes du KKL ont notamment été reçus dans son centre forestier de Nes Harim, dans la région de Jérusalem, où des activités récréatives leur étaient réservées. n Organisation d'excursions sécurisées pour les jeunes cloîtrés dans les abris. n Animations pédagogiques et ludiques pour les enfants au sein même des abris : 140 activités pour toutes les classes d'âge ont été proposées, pendant tout l'été, par 114 éducateurs du KKL. n Installation d'abris mobiles dans les zones dépourvues de dispositifs de sécurité (espaces verts, lieux fréquentés par le public, abords des routes...). n Construction et réfection de routes de sécurité empruntées par les patrouilles et les agriculteurs des environs. Grâce à votre générosité, le KKL a pu apporter un soutien effectif, à la fois matériel et moral, aux civils israéliens les plus ciblés par la violence terroriste. Il a ainsi permis de limiter l'impact traumatique de cette période funeste. Soyez chaleureusement remerciés pour votre aide, accueillie avec reconnaissance et soulagement par les communautés concernées. 19

20 Daniel Benlolo, ancien député à la Knesset et délégué du KKL pour le sud de la France Après une brillante carrière professionnelle et politique qui l'a conduit sur les bancs de la Knesset, Daniel Benlolo vient de prendre en main la délégation du KKL pour le sud de la France. Rencontre avec le nouveau délégué, installé depuis peu à Marseille. Adama : Quel est votre parcours? Daniel Benlolo: Je suis né à Casablanca en À l âge de 12 ans, j ai fait mon alya en compagnie de mon frère. Avant d arriver en Israël, nous avons passé une semaine au camp de transit du grand Arénas de Marseille. INTERVIEW DANIEL BENLOLO «JE SOUHAITE METTRE MON EXPÉRIENCE AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ» Ce fut mon premier contact avec la ville! Après le lycée, j ai intégré les rangs de Tsahal, où j ai servi pendant sept ans dans l armée de l air, en tant qu aiguilleur du ciel. Par la suite, j ai travaillé dans une compagnie aéronautique, puis j ai été nommé responsable des services postaux pour toute la région sud, qui emploie près de 1500 agents. De 1994 à 1999, j ai été membre du conseil municipal d Ashdod. À cette fonction, j étais en charge de plusieurs dossiers, dont ceux de la rénovation des quartiers et du personnel de la mairie. En 2002, j ai été élu député du Likoud à la 16 e Knesset, dont j ai présidé la commission. J ai aussi été vice-président de la commission économique. À l issue de mon mandat, j ai exercé dans l immobilier. Adama : Pourquoi avoir choisi de vous consacrer au KKL? D. B. : Le président de l exécutif du KKL de France, Robert Zbili, m a proposé le poste de délégué du KKL pour la région Paca. J ai accepté ce défi, car le KKL joue un rôle essentiel, à travers ses parcs, ses forêts et ses multiples réalisations aux quatre coins du pays, dans la mise en valeur et l embellissement de la terre d Israël. Adama : Quelles sont vos missions? D. B.: Pour l heure, je suis en train de faire connaissance avec la communauté juive de la région. Je souhaite mettre mon expérience et mes compétences au service de celles et ceux qui veulent soutenir concrètement l État d Israël. Ma porte leur est grande ouverte! Nous les tiendrons bien sûr informés des nombreux projets que nous allons mettre en œuvre, notamment par le biais de programmes radiophoniques. KKL Marseille-Paca : 2 bis rue Fargès Tél. : ÉCHAPPÉE PICARDE Afin de célébrer comme il se doit le retour de l'été, les randonneurs du KKL ont pris part, le dimanche 22 juin, à une sortie en baie de Somme, animée par Martine et Daniel Cohen. Parmi la trentaine de personnes qui se sont jointes à cette promenade ensoleillée, on comptait un fort contingent de participants à la Marche pour l'eau, ravis de renouer avec la convivialité et la bonne humeur des excursions organisées sous les auspices du KKL de France. Ce dernier était représenté par Frédéric Nordmann, son président d'honneur et porte-parole. Outre la découverte de la réserve écologique littorale, peuplée d'oiseaux aquatiques et de chevaux Henson évoluant en liberté, le groupe a pu profiter d'une balade à bord d'un train à vapeur touristique, de Noyelles-sur-Mer au Crotoy. Une ambiance Far West qui a apporté une touche pittoresque à cette journée sportive, amicale et riche en émotions. Vivement dimanche prochain! Préparation idéale à la Marche pour l'eau annuelle en Israël, les randonnées du KKL de France ont lieu tous les dimanches (sauf fêtes juives). Pour plus d'informations, contactez Daniel à l'adresse suivante : UN BOSQUET POUR RACHI antenne troyenne du KKL récolte actuellement des fonds L destinés à la plantation d un bosquet en Israël dédié à Rachi de Troyes. Si vous souhaitez vous associer à ce projet, adressez vos dons, à l ordre du KKL de France, à William Gozlan, 42 rue Paul-Cézanne, Saint-Julien-les-Villas. Plus d informations : kkl-france-troyes.com ET VOUS, QUE FAITES-VOUS LE DIMANCHE? Rejoignez les randos du KKL! Au programme : une marche hebdomadaire en Île-de-France, des sorties conviviales et des weekends de plein air partout en France. Renseignements auprès de Daniel : Les brèves du KKL 20

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Déclaration concernant la promotion parmi les jeunes des idéaux de paix, de respect mutuel et de compréhension entre les peuples (Droit des enfants et des jeunes)

Plus en détail

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe

I la question d'israël. 1 les origines et le conflit iraélo-arabe I la question d'israël 1 les origines et le conflit iraélo-arabe Le sionisme apparaît à la fin du XIXe siècle, à l'époque des nationalismes. Pour cette idéologie, les juifs doivent retourner sur la terre

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

Association Bibliothèque Braille Enfantine

Association Bibliothèque Braille Enfantine Association Bibliothèque Rendre accessible un monde de personnages, d histoires et de connaissances aux enfants déficients visuels - août 2014 - Carte d identité de l association Public : Nom de l association

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

ACCORD SUR LE STATUT LES FONCTIONS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LES PERSONNES DISPARUES

ACCORD SUR LE STATUT LES FONCTIONS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LES PERSONNES DISPARUES ACCORD SUR LE STATUT ET LES FONCTIONS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LES PERSONNES DISPARUES Les Parties au présent Accord, Préoccupées par la disparition de nombreuses personnes chaque année partout

Plus en détail

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir!

Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! DOSSIER DE PRESSE Au cœur des célébrations du centenaire de la Grande Guerre, le Bleuet de France, Fleur Française du Souvenir renaît pour redonner de l espoir! 11 novembre 1934 11 novembre 2014 80 ans

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial Première partie 51 ème année Numéro spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 7 juin 2010 PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Loi organique

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

Règlement des stages Février 2015

Règlement des stages Février 2015 Règlement des stages Février 2015 Article 1.- Valorisation du stage 1.1. Les étudiants inscrits dans le bloc 2 du master en droit à la Faculté de droit et de criminologie de l ULB ont la possibilité d

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

L entretien professionnel annuel (EPA)

L entretien professionnel annuel (EPA) INSTRUCTION n 2012-43 du 21 février 2012 L entretien professionnel annuel (EPA) Emetteurs : DGA RH Direction gestion des carrières et politique de rémunération Correspondants : Marie BALLAND Isabel IBANEZ

Plus en détail

NOUVELLE LOI SUR LES ASBL: NOUVELLES FORMALITES ET PUBLICATIONS

NOUVELLE LOI SUR LES ASBL: NOUVELLES FORMALITES ET PUBLICATIONS NOUVELLE LOI SUR LES ASBL: NOUVELLES FORMALITES ET PUBLICATIONS La nouvelle loi du 2 mai 2002 sur les asbl apporte des changements : - dans la rédaction des statuts ; - dans les formalités et les publications

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE République Togolaise Travail-Liberté-Patrie Discours de : Son Excellence Monsieur Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU Premier Ministre de la République Togolaise A LA CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

On a changé de. de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX. Édition 2015

On a changé de. de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX. Édition 2015 On a changé de Programme de Bourse Émérite de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX Édition 2015 Ces informations sont également disponibles sur le site

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale

Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale C118 Convention sur l'égalité de traitement (sécurité sociale), 1962 Convention concernant l'égalité de traitement des nationaux et des non-nationaux en matière de sécurité sociale Date d'entrée en vigueur:

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE»)

EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE») EXFO INC. (l «Entreprise») CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES (LA «CHARTE») La présente Charte du Comité des ressources humaines incorpore la Charte du comité de rémunération et la Charte du comité

Plus en détail

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT Ce texte spécifie des dispositions propres à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education (FPSE). Ces dispositions ne dérogent en aucune

Plus en détail

LE CENTRE DE PROTECTION PERMANENTE DE SIEM REAP Aménagements et travaux de réhabilitation

LE CENTRE DE PROTECTION PERMANENTE DE SIEM REAP Aménagements et travaux de réhabilitation KROUSAR THMEY - Nouvelle famille Première fondation cambodgienne d aide à l enfance défavorisée LE CENTRE DE PROTECTION PERMANENTE DE SIEM REAP Aménagements et travaux de réhabilitation Janvier à juillet

Plus en détail

Extraits du Manuel technique sur les médias presse écrite et photographique

Extraits du Manuel technique sur les médias presse écrite et photographique Extraits du Manuel technique sur les médias presse écrite et photographique Presse écrite et photographique (catégories E) Introduction La presse écrite et photographique, y compris les techniciens, le

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE STATUTS

ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE STATUTS ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE STATUTS I. DISPOSITIONS GENERALES Art. 1 Nom et siège Sous la dénomination ASSOCIATION CEREBRAL GENEVE est constituée une association, au sens des articles 60 et suivants du

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

Table des matières. La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33

Table des matières. La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33 Table des matières Préface de Victor Karady... 7 Introduction... 17 Chapitre i La France et Paris dans le marché universitaire mondial... 33 La «seconde patrie du monde instruit»... 34 Un marché universitaire

Plus en détail

Société Suisse de Transplantation (SST)

Société Suisse de Transplantation (SST) Société Suisse de Transplantation (SST) REVISION DES STATUTS du 1.6.2008 Conformément à la séance de la Commission constitutive du 11.1.2002 Buts et objectifs de la Société Art. 1 Art. 2 La Société Suisse

Plus en détail

ASSOCIATION DU DOCTEUR FATIHA STATUTS DE L ASSOCIATION

ASSOCIATION DU DOCTEUR FATIHA STATUTS DE L ASSOCIATION ASSOCIATION DU DOCTEUR FATIHA STATUTS DE L ASSOCIATION Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901

Plus en détail

Directives du programme Ontario au travail

Directives du programme Ontario au travail Directives du programme Ontario au travail 3.4 : Personnes vivant avec le père ou la mère Compétence législative Paragraphes 2 (1) et (2), articles 11 et 41, et paragraphes 44 (2) et (4) du Règlement 134/98

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2006/10 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr.: Générale 29 novembre 2006 Français Original: Anglais Première session Amman, 10-14

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988) 1 sur 5 03/12/2014 18:22 Information System on International Labour Standards Recherche Guide de l'utilisateur Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Plus en détail

Plus qu une entreprise... Un réseau

Plus qu une entreprise... Un réseau Société GRICS Plus qu une entreprise... Un réseau De par sa nature, la Société GRICS n est pas une entreprise comme les autres : elle est un regroupement, au centre d un réseau qui réunit l ensemble des

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor 2 STATUTS DE LA FONDATION DU PATRIMOINE TITRE II ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA FONDATION Article 6- Organes Les organes de la Fondation sont : - le Conseil de Fondation ; - l Administration général.

Plus en détail

Statuts de l association de Schweizer Hütten Cabanes Suisses Capanne Svizzere

Statuts de l association de Schweizer Hütten Cabanes Suisses Capanne Svizzere Statuts de l association de Schweizer Hütten Cabanes Suisses Capanne Svizzere (La désignation gardien ainsi que toutes les autres formes masculines contenues dans les présents Statuts s appliquent pareillement

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

FONDATION UNIVERSITAIRE

FONDATION UNIVERSITAIRE FONDATION UNIVERSITAIRE Fondation Paris-Sud Université Le meilleur pour tous Statuts Préambule Vu le code de l éducation, et notamment son article L.719-12: «les établissements publics à caractère scientifique,

Plus en détail

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger DOCUMENT PROJET Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger Synthèse de l étude Réunion CPU du 18 juin 2009 Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Les

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR)

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Page 1 / 8 Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Art. 1 Constitution I. Constitution, siège Sous la dénomination «Pôle scientifique et technologique

Plus en détail

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité.

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité. 2MODELE DE CONVENTION GENERALE ENTRE UNE COLLECTIVITE ET UNE ASSOCIATION (Convention obligatoire lorsque le montant de la subvention dépasse 23 000 ) (Suivant la nature du cosignataire de la convention,

Plus en détail

REGLEMENT DE CONTROLE DES CONNAISSANCES 2014-2015 DOMAINE DROIT SCIENCES POLITIQUES ET SOCIALES LICENCE MENTION AES MESURES TRANSITOIRES

REGLEMENT DE CONTROLE DES CONNAISSANCES 2014-2015 DOMAINE DROIT SCIENCES POLITIQUES ET SOCIALES LICENCE MENTION AES MESURES TRANSITOIRES I. GENERALITES REGLEMENT DE CONTROLE DES CONNAISSANCES 2014-2015 DOMAINE DROIT SCIENCES POLITIQUES ET SOCIALES LICENCE MENTION AES MESURES TRANSITOIRES VET : 1222 1234 1235 1. La licence est constituée

Plus en détail

DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED VI DES OULEMA AFRICAINS

DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED VI DES OULEMA AFRICAINS DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED VI DES OULEMA AFRICAINS 1 DAHIR N 1-15-75 DU 7 RAMADAN 1436 (24 JUIN 2015) PORTANT CREATION DE LA FONDATION MOHAMMED

Plus en détail

S T A T U T S. Le Projet Faim Suisse

S T A T U T S. Le Projet Faim Suisse S T A T U T S Le Projet Faim Suisse Préambule Le Projet Faim Suisse est une association indépendante avec siège en Suisse. Elle utilise les cotisations de ses membres, les contributions bénévoles de ses

Plus en détail

Librairies francophones à l étranger

Librairies francophones à l étranger Centre national du livre Hôtel d Avejan - 53, rue de Verneuil - 75343 Paris Cedex 07 Tél. 00 33 (0)1 49 54 68 43 Fax 00 33 (0)1 45 49 10 21 site Internet : http://www.centrenationaldulivre.fr Librairies

Plus en détail

Article premier. Définitions. "Convention" signifie la Convention relative au contrat de transport international de marchandises par route (CMR) ;

Article premier. Définitions. Convention signifie la Convention relative au contrat de transport international de marchandises par route (CMR) ; PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION RELATIVE AU CONTRAT DE TRANSPORT INTERNATIONAL DE MARCHANDISES PAR ROUTE (CMR) CONCERNANT LA LETTRE DE VOITURE ÉLECTRONIQUE LES PARTIES AU PRÉSENT PROTOCOLE, ÉTANT

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient

Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient Prépa Sciences Po : Les frontières - Le Proche-Orient par webmaster - Jeudi, janvier 27, 2011 http://ses-noailles.fr/2011/01/prepa-sciences-po-les-frontieres-le-proche-orient/ Dans le cadre de la préparation

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1109203L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française et le

Plus en détail

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Mis en place par conseil d administration, le comité responsable des ressources humaines et de la rémunération (le «comité») a pour mission d élaborer la philosophie et les lignes directrices de la société

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Politique de dons et de commandites aux organismes à but non lucratif (OBNL) lors de la tenue d évènement

Politique de dons et de commandites aux organismes à but non lucratif (OBNL) lors de la tenue d évènement Politique de dons et de commandites aux organismes à but non lucratif (OBNL) lors de la tenue d évènement ADOPTÉE LE 7 AVRIL 2014 RÉSOLUTION NUMÉRO 2014 04 112 POLITIQUE DE DONS ET DE COMMANDITES AUX ORGANISMES

Plus en détail

Centre d'information sur les Renseignements et le Terrorisme

Centre d'information sur les Renseignements et le Terrorisme Centre d'information sur les Renseignements et le Terrorisme 17 décembre 2009 Un comité du "ministère de la Justice" du Hamas appelé Al-Tawthiq (Documentation) affirme être derrière le mandat d'arrêt lancé

Plus en détail

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice

Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Ministère de la Justice Direction générale des services de justice Médiation à la Division des petites créances Guide de fonctionnement à l intention des médiateurs Octobre 2003 (mise à jour octobre 2014)

Plus en détail

Résolution. De la réunion extraordinaire du

Résolution. De la réunion extraordinaire du OIC/PAL-02/NY/2015/EX.CFM.FC/ Résolution De la réunion extraordinaire du Conseil des ministres des affaires étrangères des États membres de l'organisation de la coopération islamique Sur les attaques israéliennes

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!»

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» «Mon climat aujourd hui, mon climat dans 20 ans, et moi?» Qu est-ce que «Agite Ta Terre!»? Lancée en 2012 par l association ENERGIES 2050, l initiative

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

I. Raison sociale But Durée Siège

I. Raison sociale But Durée Siège VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Art. 1 Art. 2 Art. 3 VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA VAUDOISE VERSICHERUNGEN HOLDING AG VAUDOISE ASSICURAZIONI HOLDING SA VAUDOISE

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR BEDOUMA ALAIN YODA MINISTRE D ETAT, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DE LA COOPERATION REGIONALE, A LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA SIXIEME SESSION DE

Plus en détail

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL Statistiques annuelles, 2010-2013 1. Données générales sur les premières cartes pour étrangers ou documents

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS En vertu de la clause 4-1.01 de l entente locale, la Commission scolaire (ci-après la «Commission») reconnaît officiellement que les enseignantes et les enseignants

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES, des communications et secrétariat général Novembre 2004 Révisé le 23 octobre 2006 Adopté au comité de direction du 25 octobre 2006

Plus en détail

Charte pour la commission d exonération et de remboursement des droits d inscription

Charte pour la commission d exonération et de remboursement des droits d inscription Charte pour la commission d exonération et de remboursement des droits d inscription Vu le décret n 84-13 du 05 janvier 1984, Vu l avis du conseil des études et de la vie universitaire du 05 avril 2013,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Organisme de rattachement : Ministère de l'éducation nationale/ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche Date de disponibilité Catégorie

Plus en détail

Règlement intérieur du Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes de l Université Paris-Sorbonne

Règlement intérieur du Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes de l Université Paris-Sorbonne Règlement intérieur du Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes de l Université Paris-Sorbonne Préambule Le Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Étudiantes

Plus en détail