Réunion régionale. avec les établissements de santé. 4 Avril 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réunion régionale. avec les établissements de santé. 4 Avril 2013"

Transcription

1 Réunion régionale avec les établissements de santé 4 Avril

2 Ordre du jour Introduction par Michel LAFORCADE, Directeur Général de l ARS Aquitaine 1 ) Optimiser les parcours de santé: place des établissements de santé 2 ) Politique régionale de santé publique et contrats locaux de santé: rôle des établissements de santé 3 ) les CPOM: point d étape, enjeux, organisation du suivi 4 ) Allocation des ressources: bilan des financements 2012, situation financière des établissements, éléments de cadrage nationaux, dépenses de médicaments, orientations régionales 2

3 I.-La place des établissements de santé dans les parcours de santé 3

4 Les travaux du HCAAM et l approche parcours Deux rapports du HCAAM ( ) ont montré que l insuffisance de coordination entre les différentes prises en charge sanitaires, sociales et médicosociales, ainsi que le recours abusif à l hospitalisation, sont les causes de rupture dans le parcours de santé des patients fragiles, notamment les personnes âgées. Le HCAAM préconise la mise en place de projets pilotes fondés sur une approche par parcours de santé. Les marges de manœuvre sont estimées à 2mds (par diminution de la DMS). Principe de l approche parcours Approche classique Approche parcours Structure Pathologie Besoins de la personne (sanitaire, sociaux et médico-sociaux) Objectifs Meilleure prise en charge Meilleure attention portée à l individu Meilleure efficience Faire en sorte qu une population reçoive les bons soins, par les bons professionnels, dans les bonnes structures, au bon moment. Le tout au meilleur coût. Direction de la sécurité sociale 4

5 Etablissements de santé et parcours Pourquoi parler de parcours de santé? On ne peut pas modéliser un parcours-type mais des parcours appropriés s appuyant sur des dynamiques territoriales. Ces parcours s appuient sur - un diagnostic partagé du territoire (expérience Landes) -un plan d actions d amélioration permettant de réorganiser les réponses (expérience Gironde et projet sortie d hospitalisation) -le développement d outils et de référentiels (SI/DMP, conciliation médicamenteuse) Le PRS définit 3 parcours prioritaires: -Le parcours des personnes âgées en situation de dépendance - le parcours des personnes souffrant de problèmes psychiques et de maladies mentales -Le parcours des malades chroniques EtparlePRAPS,uneprioritétransversalesurlapriseenchargeetensoinsdespersonnesen situation de précarité 5

6 Principaux leviers pour agir: Etablissements de santé et parcours Pourquoi parler de parcours de santé? -la mise en place d une action concertée sur les déterminants de santé : nutrition, activité physique, environnement, alcool, tabac - l amélioration de la connaissance des facteurs de risques des pathologies et leur repérage précoce; - la mise en place d actions ciblées sur des populations vulnérables; - la structuration de filières complètes de prises en charge, de la prévention à l accompagnement médico social et social, en passant par la médecine de ville et les soins ambulatoires et hospitaliers; 6

7 Etablissements de santé et parcours Pourquoi parler de parcours de santé? - la mise en place d un maillage territorial fin permettant la structuration du premier niveau de recours, la gradation de la prise en charge, l efficacité et la qualité des soins; - le développement d alternatives à l hospitalisation; -ledéploiementd un«dossierdevie»informatisépoursuivrelatrajectoirede chaque patient et offrir un outil de liaison et de communication entre les différents intervenants; - le décloisonnement des secteurs et la formalisation de coopérations; - - une évolution des modes de financement permettant la transversalité des prises en charge(cf démarche en cours sur la stratégie régionale de santé) 7

8 Etablissements de santé et parcours La démarche parcours de santé dans les Landes Travail co-piloté ARS + Conférence de territoire des Landes où les CH ont un rôle majeur : territorial Des Landes Secrétaire de la CT40 Représentant CT40 CRSA 4 PARCOURS DE SANTE CHOISIS POUR Référent territorial Parcours PA Référent territorial Parcours addictions PPS Santé environnement Premier recours Soins hospitaliers Médicosocial Parentis Pissos Publics en situation de précarité Périnatalité, Petite enfance Addictions Malades chroniques Handicap Castets Soustons Mimizan Dax N Sabres Morcenx Tartas O Tartas E Sore Labrit Mont de Marsan N Mont de Marsan S Roquefort Ville neuve Gabarre t Santé mentale Vieillissement Tyrosse Seignanx Peyre horade Dax S Pouillon Montfort Mugron St Sever Aire Amou Haget mau Geaune Grenade SUR 3 TERRITOIRES DE SANTE 8

9 Etablissements de santé et parcours territorial Des Landes Parcours de santé PERSONNES en situation de vieillissement et de handicap DOMICILE HOPITAL MEDICO SOCIAL Prévention Accompagnement du maintien à domicile Aide aux aidants 1er recours MAIA, plateformes de répit Equipe mobile de gériatrie filière de soins gériatriques? SSR pôle court séjours consultations évaluation gériatriques Mémoire consultation UCC UHR gériatrique USLD Sorties hospitalisation HAD, SSIAD EHPAD SOINS PALLIATIFS CHAQUEcentre hospitalier est concerné en interne par l amélioration de la fluidité des parcours de santé à 3 niveaux : Dans leur responsabilité territoriale, avec le domicile Au sein de leur filière interne et son impact territorial Dans leur responsabilité territoriale, avec le domicile ENSEMBLE : FILIERE UNIFIEE & TERRITORIALISEE AU SEIN DE LA COMMUNAUTE HOSPITALIERE DE TERRITOIRE avec chargé de mission unique et commun, 9

10 Etablissements de santé et parcours territorial Des Landes Parcours de santé personnes en situation de vieillissement et de handicap ENSEMBLE : Elaboration commune avec les acteurs du domicile et Ehpad : Fiches liaison d entrée et protocoles ad hoc Fiches liaison sortie et protocoles ad hoc N de tél hospitalier au moins pour gériatrie et psychiatrie, Participation à des formations sur le dépistage des fragilités FILIERE UNIFIEE & TERRITORIALISEE AU SEIN DE LA COMMUNAUTE HOSPITALIERE DE TERRITOIRE Pour fluidifier les parcours de santé Programme d amélioration interne de l organisation de l accueil et des soins des publics fragiles. Dépistage dès l entrée des fragilités, à partir de la fiche de liaison. Transmission de la fiche «fragilités» dans les services. Protocoles de prise en compte de la fiche «fragilité» Equipement partagé des territoires par les CH Analyse commune des besoins avec le domicile Répartition entre CH des lieux d interventions pour consultations mémoire consultations avancées de spécialistes organisation de téléconsultations Participation aux plateformes de santé Intégration dans les CLS territoriaux 10

11 Etablissements de santé et parcours territorial Des Landes Parcours de santé des PUBLICS PRECAIRES Castets Soustons Dax N Tartas O Tartas E Montfort Dax S Mugron Tyrosse Peyre horade Amou Seignanx Pouillon Parentis Mimizan Pissos Sabres Morcenx Haget mau Sore Labrit Mont de Marsan N Mont de Marsan S St Sever Aire Geaune Roquefort Ville neuve Grenade Copil PRAPS LES ATTENTES : Gabarre t PASS périnatale PASS dentaire Médecin somaticien Infirmiers et assistant social PAS Cadre Médecin psychiatre Equipes mobiles psychiatrie- précarité (EMPP) Dispositifs santé et sociaux de droit commun du territoire Dispositifs spécifiques dont CLACT,CIDDIST, CDAGACT, CSAPA, filière addictologie hospitalière, LHSS - Extension de la PASS périnatale au territoire Sud, création des PASS dentaires - Qualité du fonctionnement coordonné :Régularité des Copil sur chaque territoire avec secteur social. Actualisation des réglements intérieurs, fiches de poste, organigrammes. Définition annuelle des objectifs Dax et MDM dans le cadre de ceux du Copil PRAPS. Travail sur les indicateurs communs, élaboration, mise en œuvre, suivi - Publics spécifiques : détenus et saisonniers 11

12 Etablissements de santé et parcours Les expérimentations en Gironde: le PAERPA LE PARCOURS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE ( art 48 de la LFSS) Les principaux axes du cahier des charges La coordination clinique de proximité La coordination territoriale d appui L optimisation des transitions ville-hôpital EHPAD Le calendrier Lettre d intention des ARS pour le 8 mars Démarrage de l expérimentation septembre 2013 Evaluation au second semestre 2014 Le cadre de l expérimentation en GIRONDE 12

13 La population-cible: Les personnes âgées en risque de perte d autonomie Ensemble des personnes de 75 ans et plus pouvant être encore autonomes mais dont l état desantéestsusceptibledesedégraderpourdesraisonsd ordre socialet/oumédical. D après les données de l assurance maladie: 85%decespersonnesontaumoinsunepathologie, 57%sontenaffectiondelonguedurée(ALD), 29% souffrent d au moins une pathologie cardio-vasculaire, 33%ontétéhospitaliséesaumoinsunefoisen2010,pouruneduréede12joursen moyenne. 7 molécules différentes leur sont en moyenne délivrées au moins trois fois par an. Quatre facteurs majeurs d hospitalisation de ces populations ont par ailleurs été ciblés: 1. Problèmes liés aux médicaments 2. Dénutrition 3. Dépression 4. Chutes 1 3

14 Les principaux axes du cahier des charges Un schéma cible reposant sur la continuité du parcours : La coordination clinique de proximité Equipe pluridisciplinaire de proximité : infirmier libéral ou coordonnateur de SSIAD, pharmacien, MK. Elaboration d un Plan Personnalisé de Soins : visite à domicile du Médecin T raitantou de l IDE, activation des aides sociales, réunion de concertation pluridisciplinaire, mise en œuvre et réévaluation. Une formation en partie commune autour du PPS et de 4 facteurs de risque d hospitalisation évitables: problèmes liés au médicament, dénutrition, dépression, chutes, Offrir une éducation thérapeutique personnalisée La coordination territoriale d appui Informer et orienter malades, aidants et professionnels, (ex: interlocuteur identifié, n unique sur des plages horaires étendues) Activer les aides sociales et médico-sociales Garantir une expertise gériatrique, en mobilisant la filière gériatrique de proximité Élaborer le volet soins du PPS des malades complexes ou en cas d indisponibilité. Repérer et s assurer de la couverture des besoins sociaux, médico-sociaux et sanitaires non satisfaits Optimiser les transitions ville / hôpital en liaison avec les établissements de santé. L optimisation des transitions ville-hôpital/ EHPAD Eviter les hospitalisations en urgences (domicile/urgences, EHPAD/Urgences) Préparer et organiser en amont les retour à domicile ou en institutions en cas d hospitalisation en urgence Faciliter l accès aux hospitalisations programmées 1 4 La mise à disposition et la généralisation d outils «parcours» pour les professionnels ( systèmes d information partagés, téléconsultation, plate forme de coordination )

15 Le parcours de santé : l approche territoriale Une déclinaison territoriale du PRS sur les 9 territoires de proximité du territoire de santé de la Gironde Le choix des territoires concernés par l expérimentation Le territoire de Bordeaux, commune avec laquelle un contrat local de santé doit être finalisé courant 2013 soit plus de habitants et près de personnes âgées de + de 75 ans Le territoire CUB Sud ouest regroupant 20 communes soit plus de habitants et près de personnes âgées de + de 75 ans.

16 Les principales problématiques repérées par les acteurs Recours abusif à l hospitalisation souvent sur le mode de l urgence Organisation des sorties d hospitalisation Le manque de soutien aux aidants Nécessité de disposer d outils de repérage de la perte d autonomie Nécessité de disposer d Absence de système d information partagé Manque de lisibilité de l offre Insuffisance de coordination entre le secteur libéral et hospitalier et le secteur médicosocial et social Nécessité de déployer des actions ciblées de prévention de la perte d autonomie Risque de rupture dans le parcours des personnes âgées en situation de crise souvent la nuit Nécessité d améliorer la prise en charge de la personne âgée fragile à l hôpital et diminuer les hospitalisations évitables Nécessité de promouvoir des bonnes pratiques professionnelles de prise en charge du patient âgée

17 Les orientations de l expérimentation Prévenir la perte d autonomiepar le développement des actions de prévention en amont du vieillissement et par la co-construction d un outil d évaluation et de repérage précoce de la perte d autonomie utilisable par les professionnels de santé de proximité et les aides à domicile Eviter les hospitalisations inutilesen proposant un appui aux professionnels de santé libéraux (équipe psycho sociale, plate forme de coordination), faciliter l accès direct aux gériatres hospitaliers et les hospitalisations programmées, mettre en place des actions permettant de réduire les risques de iatrogénie médicamenteuse, de chutes, de dénutrition et de dépression), développer les consultations spécialisés en EHPAD notamment grâce au projet de téléconsultation. Mieux préparer le retour à domicile ou en institution en cas d hospitalisationen améliorant les organisations et les pratiques professionnelles au sein du CHU et des établissements de santé, développer les réponse d intervention à domicile à partir des services d aide à domicile existant des SSIAD et des EHPAD pour faciliter les premières heures voire jours de retour après hospitalisation, développer les réponses d hébergement d urgence temporaire au sein des EHPAD du territoire Développer les systèmes d information partagéssimples et interopérables à partir des expérimentations d ores et déjà engagées

18 Etablissements de santé et parcours Le projet régional d amélioration des sorties d hospitalisation La volonté du Directeur Général de travailler concrètement sur ce point de rupture du parcours de soins (objectif 2013 groupe de travail mis en place le 1 er Février 2013 pour un rapport à rendre fin juin 2013) Contexte et enjeux: - Une priorité pour les établissements dans le cadre de la certification cfcritère 24a «sortie du patient» du manuel de certification, - Des résultats qui nécessitent des améliorations - Une démarche engagée sur les territoires dans le cadre de la priorité donnée au parcours de la personne âgée (groupes de travail dans le cadre des conférences de territoire) et dans différents projets (projet PACSA du CCECQA, groupes de travail de l OMEDIT sur la conciliation médicamenteuse) - Le besoin d outils de communication entre les professionnels: DMP/PAACO (projet TSA) 18

19 Le Délai d envoi du courrier de fin d hospitalisation Les résultats IPAQSS de l indicateur Délai d Envoi du Courrier de fin d hospitalisations(dec) champ MCO Sur 71 établissements 27 ont atteint l objectif national 5446dossiers évalués, 2533 dossiers non-conformes soit 46,51% des dossiers évalués

20 Etablissements de santé et parcours Le projet régional d amélioration des sorties d hospitalisation 3 chantiers sont ouverts (les second et troisième répondent à une demande formulée pour l un par le réseau Gaves et Bidouze, pour l autre par l URPS-infirmiers libéraux): 1 er chantier pour tous les établissements de santé: élaboration d un questionnaire pour dégager les bonnes pratiques puis les valoriser (responsable = F MERTZ). Pré-questionnaire élaboré en lien étroit avec des acteurs de terrain testé courant Avril pour lancement fin Avril et travaux sur la base des résultats en Juin. Au-delà il est prévu de rencontrer les établissements de santé qui conduisent une démarche exemplaire en ce domaine qui sont priés de se faire connaître de F MERTZ. Des travaux pourront être conduits avec ces établissements en vue de la réunion du groupe régional de travail en Juin. 2 ème chantier : optimiser la sortie de l hôpital d Orthez des patients âgés et nécessitant une coordination des acteurs avec le réseau Gaves et Bidouze, en particulier en suivant la montée en charge de l outil globule/paaco et du DMP au CH d Orthez (responsable = siège M AMODEO/ DT64 A MOLINA enlienavectsa).1 ère réuniondetravail:27février ème chantier : optimiser la sortie de l hôpital de la côte basque en lien avec l URPS-infirmiers libéraux. (responsables: idem point 2). Ce chantier est enrichi de la décision du CHCB de se porter candidat sur un programme national de recherche sur l amélioration des IPAQSS et en particulier de ceux relatifs à l amélioration du lien hôpital-ville. En lien avec la reconfiguration des 3 réseaux en une plate forme de coordination.1 ère réuniondetravail:5avril

21 DES OUTILS SUPPORTS: Etablissements de santé et parcours L enjeu des SI et du DMP dans le parcours De la connaissance nécessaire à l amélioration des filières de soins: - Résumés de passage aux urgences(rpu) - Registres(Cancer, REIN, ObA2, ACIRA, REANIM ) De la communication et donc de la coordination des prises en charge 21

22 DES OUTILS SUPPORTS: Etablissements de santé et parcours L enjeu des SI et du DMP dans le parcours De l accessibilité à l expertise médicale, avec la télémédecine - Télémédecine en EHPAD - Expérimentation plaies et escarres - Projet d élargissement(structures cibles et spécialités) - ProjetAVC 22

23 Etablissements de santé et parcours La conciliation médicamenteuse pour éviter les ruptures de parcours Leitmotiv constant sur le défaut d informations et exhaustivité des traitements médicamenteux de la part des professionnels de santé : d établissements de santé à l entrée d hospitalisation (urgence, chirurgie ambulatoire) des soins de premiers recours à la sortie d hospitalisation Risque potentiel médicamenteux grave = erreur médicamenteuse (omissions, non reconduction de traitements indispensables, erreur de doses, de médicaments ) Confusion entre «traitement personnel» et médicaments réellement pris par le patient Méconnaissance ou défaut de fiabilité venant du patient de l ensemble des traitements pris à jour J Défaut de vision globale des traitements par les professionnels (lien médecin traitant-spécialiste, dispensation dans plusieurs officines, système d information ne permettant pas encore le partage) Processus pluri professionnel au cours duquel les professionnels de santé, le patient et son entourage collaborent pour assurer la transmission d une information exacte et exhaustive sur les traitements médicamenteux du patient aux points de transition des soins : admission, transfert et sortie. Contribution à la continuité de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans le parcours de soins 23

24 Mettre en œuvre la conciliation médicamenteuse à l entrée Conciliation médicamenteuse aux points de transition Patients à risques / Personnes âgées Sortie Etablissements médico-sociaux Autres établissements Domicile Sources Patient +/- entourage Médecin traitant Médecin spécialiste Pharmacien d'officine/ DP IDE Dossier patient /dossier antérieur Admission S efforcer de retrouver la liste exhaustive, la plus complète et la plus précise possible de tous les médicaments pris par le patient à domicile y compris l automédication DP Etablissements de santé Prise en charge du patient PUI Expérimentation médecin Coopération Médecin/ Pharmacien Pharmacie clinique Processus rétroactif Rédaction de l Ordonnance Médicamenteuse à l Admission (OMA) Rédaction de l Ordonnance Médicamenteuse à l Admission (OMA) Comparaison entre la liste et l OMA, identification des divergences Processus proactif Vérification que tous les médicaments de la liste exhaustive des traitements ont été pris en compte Correction des divergences non intentionnelles interceptées DP / DMP Professionnels - Patient

25 Etablissements de santé DP Prise en charge du patient PUI Expérimentation médecin Mettre en œuvre la conciliation médicamenteuse à la sortie Sortie Bilan des traitements pris en routine au domicile avant hospitalisation Traitement de sortie : Cohérence / balance avec les traitements Conciliation médicamenteuse: implication de tous les acteurs, sensibilisation, formations Collaboration professionnelle Culture partagée Evaluation pluri professionnelle Conciliation médicamenteuse aux points de transition Patients à risques / Personnes âgées Information/éducation du patient Si transfert : Information des professionnels service/établissement antérieurs Si retour à domicile : Information de tous les professionnels de santé de ville : médecins traitants Implication du Pharmaciens patient d officine IDE à domicile biologistes Patient acteur de la qualité et sécurité de sa prise en charge médicamenteuse Continuité de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse Fiche de liaison patient «médicament» = fiche de conciliation des traitements médicamenteux de transfert ou de sortie Ordonnance de sortie = dispensation : quel médicament, à quelle dose, pour combien de temps et depuis combien de temps ex : antibiotiques, benzodiazépines SI/DP / DMP/ Messagerie sécurisée collaboration/ coordination pluriprofessionnelle Rôle de l usager «acteur»

26 Perspectives/accompagnement de la conciliation médicamenteuse pour éviter les ruptures de parcours Contribution des professionnels et des usagers aux travaux de l OMEDIT (CBUMPP/CPOM Annexe 3a) Lien ville/hôpital Pertinence des prescriptions Commission OMEDIT Personnes âgées «Parcours médicamenteux et Dispositifs Médicaux» Professionnels de Ville/ établissements sanitaires et médico-sociaux / Usagers Travaux sur l ordonnance de sortie/fiche de liaison intégrant les informations sur la balance des traitements médicamenteux entrant/sortant = OUTILS / Recommandations Ateliers / Communication/ Formation pluriprofessionnelle /Etudes Collaboration au niveau de territoires pilotes expérimentateurs Utilisation des nouvelles technologies DP- DMP/messagerie sécurisée Formations Objectifs DEBUTER COLLABORER PROGRESSER Appui d établissement «pilote» aquitain et des établissements MED REC HIGH 5s HAS OMEDIT Partage et Mutualisation Sortie Entrée Meilleure traçabilité des coordonnées des professionnels de santé des soins de premiers recours dans le dossier patient (Médecin traitant / pharmacien d officine/ IDE/ biologiste) Culture partagée - parcours 26

27 II.-Le rôle des établissements de santé dans les contrats locaux de santé et dans la politique régionale de santé publique 27

28 CLS, santé publique et établissements de santé CONTEXTE Loi du 31 juillet 1991 portant réforme hospitalière Loi du 29 juillet 2009 «Hôpital, patients, santé et territoires» «Le service public hospitalier exerce les missions définies à l'article L et, de plus, concourt : aux actions de médecine préventive et d'éducation pour la santé et à leur coordination» Les établissements participant au service public hospitalier «dispensent aux patients les soins préventifs, curatifs ou palliatifs que requiert leur état et veillent à la continuité de ces soins, à l'issue de leur admission ou de leur hébergement.» Articles L et L du Code de la Santé Publique 28

29 Programme d éducation thérapeutiques du patient Lavage des mains Promouvoir la vaccination Consultations d addictologie CLS, santé publique et établissements de santé Actions des établissements de santé Activité physique adaptée Prévention des TMS Dépistages néonataux «maternité sans tabac» Campagne AVC Brossage des dents (lutte contre la dénutrition) Qualité de l offre alimentaire Limiter l exposition aux produits chimiques Consultations diététiques Prévention des chutes pour les patients, les visiteurs, le personnel Prévenir les troubles du sommeil les occasions sont nombreuses de faire de la prévention et de la promotion de la santé 29

30 CLS, santé publique et établissements de santé La prévention et la promotion de la santé finalement qu est-ce que c est? «La Promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d améliorer celle ci.» 5 domaines d actions: Elaborer une politique publique saine Créer des milieux favorables Renforcer l action communautaire Acquérir des aptitudes individuelles Education pour la santé Réorienter les services de santé La promotion de la santé sous-entend l amélioration de la santé perçue (qualité de vie, bien être), à la différence de la Prévention qui est l ensemble des mesures prises pour éviter la survenue d un accident ou d une maladie particulière. 30

31 CLS, santé publique et établissements de santé La prévention et la promotion de la santé vous en faites déjà! Par les actions précitées mais aussi par : - la gestion des risques : élaboration et mise en œuvre du document unique des risques professionnels - la démarche qualité : certification, évaluations des pratiques professionnelles, satisfaction des usagers, - le projet d établissement : démarche participative avec les salariés, les usagers, - le plan de formation : choix des formations prioritaires, Mais vous pourriez Développer plus d actions, vous impliquer d avantage Mieux les coordonner Améliorer la visibilité de ce que vous faites, mieux communiquer Développer les partenariats avec les acteurs extérieurs à l établissement des outils existent 31

32 CLS, santé publique et établissements de santé La démarche «Hôpitaux Promoteurs de santé-hps» Dates clés: Charte de Budapest Déclaration de Vienne et création du réseau français Réseau international Décembre 2012 : 900 hôpitaux membres 15 en France Principes fondateurs : Encourager les démarches participatives Développer les programmes éducatifs Patients, proches, personnel Etre un modèle Services de santé et lieux de travail Conditions de travail, impact environnement S ouvrir sur la ville, la communauté 32

33 Illustration de la démarche «HPS» l arrêt du tabac du CH Dreux, une approche intégrée : Health Promoting Hospitals Actions de promotion de la santé en direction des PATIENTS Aide à l arrêt : consultations individuelles, groupe de parole, relaxation, conseils diététiques, suivi Accès aux substituts nicotiniques en cas d hospitalisation Actions d éducation pour la santé dans les écoles et les quartiers Actions de promotion de la santé en direction de la COMMUNAUTE FORMATION du personnel Dispositif TABAC Travail en RESEAU Actions de promotion de la santé en direction des PERSONNELS du CH Accès au dispositif de sevrage Enquête sur le tabagisme du personnel hospitalier Comité de prévention du tabagisme (RHST) : implication des services (para)médicaux, administratifs et techniques Actions de promotion de la santé : dimension INSTITUTIONNELLE

34 CLS, santé publique et établissements de santé Un autre exemple : en Limousin Un cahier des charges imposé aux établissements de santé Obligation de définir et mettre en œuvre un programme de promotion de la santé et de prévention qui est annexé au CPOM Quelques exemples d actions : Systématiser/améliorer le repérage et l orientation des personnes hospitalisées en matière de conduites addictives, de troubles nutritionnels et de risque psychologique (notamment suicidaire) Participer à l amélioration du dispositif de dépistage organisé des cancers Intégrer dans la projet de service de la maternité des actions d éducation pour la santé des futurs parents : nutrition, conduites addictives, vaccinations, Améliorer la qualité de l offre alimentaire en faveur de tous : patients, proches, personnel Elaborer une politique de préservation de la qualité sonore au sein de l établissement Contribuer au bon fonctionnement du dispositif de veille et de sécurité sanitaire : culture du signalement, maîtrise des épidémies, Développer les actions de suivi des immunisations et promotion de la vaccination auprès des professionnels de santé 34

35 CLS, santé publique et établissements de santé Développer la prévention et la promotion de la santé dans les établissements de santé : Mettre en place un plan spécifique en direction des maternités : maternités sans tabac Les priorités de l ARS Aquitaine (1/2) dépistage de la surdité néonatale S appuyer sur la démarche du réseau des «Hôpitaux promoteurs de santé - HPS» (animé par l INPES) et les expérimentations des autres régions : Objectif : améliorer la santé et le bien être au sein des établissements dans une approche intégrée pour : -> les patients, -> leur entourage, -> le personnel de l établissement (soignants, management, cadres, techniciens, etc.), -> la communauté. 35

36 CLS, santé publique et établissements de santé Les priorités de l ARS Aquitaine (2/2) Participer à l élaboration et la mise en œuvre des Contrats Locaux de Santé : Le Contrat Local de Santé (CLS) : un contrat signé au minimum entre l ARS et les élus d une collectivité qui porte sur la promotion de la santé, la prévention, les politiques de soins et l accompagnement médico-social. Les finalités de cet outil : - consolidation des dynamiques locales sur les questions de santé - déclinaison du projet régional de santé et donc de réduction des inégalités de santé au niveau infra territorial - formalisation des parcours de santé au niveau local (articulation entre les acteurs sanitaires, sociaux, médico-sociaux, de prévention, ) En Aquitaine, les établissements de santé seront sollicités et devront contribuer à la mise en œuvre du ou des CLS de leur territoire. Il est préconisé que leur engagement se traduise par la signature du(es) CLS. 36

37 Au minimum, tout CLS devra viser : CLS, santé publique et établissements de santé Le Contrat Local de Santé - CLS - La fluidité des parcours : «santé mentale» (y compris les addictions), «maladies chroniques» et «vieillissement» ( dans un continuum prévention/soins/prise en charge médico-sociale) - La réduction des inégalités sociales, territoriales et environnementales de santé : Actions privilégiées / fragilités (publics, territoires), favorisant le lien social, la mixité des publics, l empowerment, accès à la prévention et aux soins, habitat/air intérieur, bruit, - Le développement de la prévention et de la promotion de la santé par l ensemble des acteurs du territoire (établissements de santé, médico-sociaux, professionnels libéraux, associations, ) - Le développement de la participation des usagers - L émergence et le soutien d actions : - coordonnées constituant des leviers d intervention dans plusieurs champs ou politiques publiques ex. jardins collectifs environnement, développement durable, aménagement du territoire - et en faveur des jeunes ex. : actions nutrition, vie affective et sexuelle, santé mentale et addictions, 37

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer Evelyne Gaussens Directrice générale de l HPGM (91) 24/05/2013 Présentation de l Hôpital gériatrique

Plus en détail

Feuille de route 2013 Territoire de santé de Maine-et-Loire (49)

Feuille de route 2013 Territoire de santé de Maine-et-Loire (49) Feuille de route Version du 8 février Enjeux pour le territoire Le PRS a été arrêté le 9 mars 0 par la Directrice Générale de l ARS. La feuille de route territoriale décrit les actions essentielles conduites

Plus en détail

APPEL À PROJET TSN - SYNTHESE RÉPONSE ARS AQUITAINE

APPEL À PROJET TSN - SYNTHESE RÉPONSE ARS AQUITAINE 1 Les Landes, et a fortiori le Nord et l Est de ce département, concentrent une majorité des défis de santé publique auxquels certains territoires nationaux sont aussi confrontés : qu il s agisse du vieillissement

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Maison ou un Pôle de santé

Maison ou un Pôle de santé Les 4 points clés pour créer une Maison ou un Pôle de santé pluri-professionnel De nouveaux modes d exercice coordonné et regroupé : L exercice médical dans les villes et dans les campagnes est aujourd

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

PROJET DE CAHIER DES CHARGES DES PROJETS PILOTES PAERPA

PROJET DE CAHIER DES CHARGES DES PROJETS PILOTES PAERPA Ministère des Affaires sociales et de la Santé COMITE NATIONAL SUR LE PARCOURS DE SANTE DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE PROJET DE CAHIER DES CHARGES DES PROJETS PILOTES PAERPA Janvier

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé?

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Guide méthodologique Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire Synthèse... 2 Introduction... 3 Partie

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

L expérience Med Rec

L expérience Med Rec L expérience Med Rec Le processus de conciliation des traitements médicamenteux Edith DUFAY 1 La mission des High 5s de l OMS Maîtriser 5 grands problèmes de sécurité pour le patient Mettre en oeuvre 5

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique

TELEMEDINOV. la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée. Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique TELEMEDINOV la Télémédecine Interopérable Nord Ouest Vendée Décloisonnement Hôpital-ville-médico-social Projet de santé et modèle économique Présentation Michel RIOLI directeur du projet LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA

Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA Sommaire Enjeux et objectifs Anticiper une réalité démographique et organiser le parcours de santé autour d

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale :

Projet de santé. Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Projet de santé Nom du site : N Finess : (Sera prochainement attribué par les services de l ARS) Statut juridique : Raison Sociale : Adresse du siège social : Téléphone : Mail : Version : Etablie en date

Plus en détail

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux «le pourcentage de résidents âgés nécessitant des soins pour des plaies simples ou complexes était de 8,6% selon l étude PATHOS menée en 2009

Plus en détail

lv. Fiches de présentation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires P.16

lv. Fiches de présentation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires P.16 P.3! " P.7! # $!%& # $!# $ ' (") P.9 *$ (") +,(") a) )! " #$ %$ lv. Fiches de présentation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires P.16 & ' (()# " )2 #% * +,,,- - -$. / 0 ()./ *. 1 - -() * 2+,3+ 1 (.

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne FIR Fonds d Intervention Régional Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne SOMMAIRE 1 2 3 4 5 6 Les dépenses engagées par thématique L accès aux soins La modernisation, la performance

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles

Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Enjeux régionaux et évolution des pratiques professionnelles Département Système d Information en Santé et Télémédecine Direction de l Efficience de l Offre 5 mai 2015 1 les enjeux régionaux Enjeux régionaux

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Version Février 2011 HARMONIE SOINS & SERVICES Sommaire général Un groupe

Plus en détail

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, DGOS. Le 03 avril 2014 Session Santé Numérique : quelle est la place de la France en Europe? Etat des lieux et comparatifs La position

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

PLAN NATIONAL D ACTION POUR UNE POLITIQUE DU MEDICAMENT ADAPTEE AUX BESOINS DES PERSONNES AGEES

PLAN NATIONAL D ACTION POUR UNE POLITIQUE DU MEDICAMENT ADAPTEE AUX BESOINS DES PERSONNES AGEES PLAN NATIONAL D ACTION POUR UNE POLITIQUE DU MEDICAMENT ADAPTEE AUX BESOINS DES PERSONNES AGEES 1 Introduction Dans le cadre des travaux de préparation de la Loi d orientation et de programmation pour

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Organisation MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de

Plus en détail

La conciliation des traitements médicamenteux Qualité et sécurité des soins liées aux produits de santé

La conciliation des traitements médicamenteux Qualité et sécurité des soins liées aux produits de santé La conciliation des traitements médicamenteux Qualité et sécurité des soins liées aux produits de santé Le parcours de soins Edith DUFAY CH de Lunéville 1 Un contexte favorable... C'est autour du parcours

Plus en détail

Rapport sur la mise en oeuvre des projets pilotes

Rapport sur la mise en oeuvre des projets pilotes Comité national de pilotage sur le parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d'autonomie Rapport sur la mise en oeuvre des projets pilotes Comité présidé par Dominique Libault Composé d

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010.

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Contexte L expérimentation NMR est organisée depuis 2 ans sous l égide de la Direction Générale de la

Plus en détail

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires

Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer l accessibilité de tous à des soins de qualité sur l ensemble des territoires Améliorer la coordination entre les professionnels et les structures de soins ambulatoires hospitaliers et médicosociaux

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours

Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé Tours Débat régional du 13 février 2014 Chantier n 1 du programme Gaspar : développer les conventionnements tiers payant

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Projet Régional de Santé de Bretagne 2012-2016. Agir Ensemble Pour La Santé Des Bretons

Projet Régional de Santé de Bretagne 2012-2016. Agir Ensemble Pour La Santé Des Bretons Projet Régional de Santé de Bretagne 2012-2016 Agir Ensemble Pour La Santé Des Bretons Agir ensemble pour la santé de tous les Bretons Le PRS : une stratégie d action à 5 ans Après plusieurs mois de travail,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Projet de communication

Projet de communication PROJET D'ETABLISSEMENT 2012 / 2016 - TOME 6 - Projet de communication 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 RECAPITULATIF DES FICHES ACTIONS... 5 Communication Interne... 6 FICHE N COM INT 01 A... 7 Communication

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 1 er février 2008 Sommaire 10 MESURES PHARES 6 RESUME DES FINANCEMENTS 7 SYNTHESE DES FINANCEMENTS PAR MESURE 8 AXE I. AMELIORER LA QUALITE DE VIE DES

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône

Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie. DDASS des Bouches-du-Rhône Evaluation des équipes mobiles spécialisées en psychiatrie DDASS des Bouches-du-Rhône Modalités de l évaluation envoi aux équipes d un questionnaire d évaluation spécifique entretiens menés avec tout ou

Plus en détail

Le Projet Régional de Santé 2013-2017

Le Projet Régional de Santé 2013-2017 Le Projet Régional de Santé 2013-2017 MAISON DE SANTÉ SAMU Le Projet Régional de Santé est accessible en intégralité sur prs.sante-iledefrance.fr H URGENCES ARS Île-de-France - 35, rue de la Gare - 75935

Plus en détail

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Séminaire FHF-RA - 24 septembre 2015 - Jean-Pierre BERNARD, Directeur du Centre Hospitalier de Valence - Denis GOSSE, Directeur du Centre Hospitalier

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation Bureau R4 Dossier suivi par Denise Bauer Tél. : 01 40 56 52 78 Mel. : denise.bauer@sante.gouv.fr

Plus en détail

INTRODUCTION 2/12. Les pathologies parodontales atteignent la majorité de la population adulte, dont 15% sévèrement.

INTRODUCTION 2/12. Les pathologies parodontales atteignent la majorité de la population adulte, dont 15% sévèrement. SYNTHÈSE INTRODUCTION La santé bucco-dentaire, souvent délaissée par une partie de la population qui considère qu elle n a pas de caractère de gravité ou d urgence et ne fait pas le lien avec l état de

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

RECENSEMENT DES USAGES EXPRIMÉS. De nombreux usages potentiels exprimés par les adhérents avec des degrés de maturité et de faisabilité variables

RECENSEMENT DES USAGES EXPRIMÉS. De nombreux usages potentiels exprimés par les adhérents avec des degrés de maturité et de faisabilité variables 1 RECENSEMENT DES USAGES EXPRIMÉS De nombreux usages potentiels exprimés par les adhérents avec des degrés de maturité et de faisabilité variables 2 LE PSIT A DÉFINI UN CADRE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA

Plus en détail

Journées de formation DMP

Journées de formation DMP Journées de formation DMP Le DMP dans l écosystème Chantal Coru, Bureau Etudes, ASIP Santé Mardi 26 juin 2012 Processus de coordination au centre des prises en charge Quelques exemples Maisons de santé

Plus en détail

«Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité»

«Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité» «Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité» Mai 2014 La définition de territoires prioritaires : les espaces d équipes de soins fragiles et sous vigilances Enjeux des espaces d

Plus en détail

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe Un éclairage pour un déploiement national Journée Télémédecine ASIP Santé 3 mai 2012 Pascale MARTIN - ANAP Agence Nationale d Appui à la Performance

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie. Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux

Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie. Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux Le service public hospitalier et la vulnérabilité : Les équipes mobiles de gériatrie Pr Nathalie Salles Pôle de Gérontologie CHU Bordeaux Plan Vulnérabilité et fragilité de la personne âgée Filière de

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation DU et Capacité «médecin coordonnateur en EHPAD» Le 15 décembre 2010 Katy Jarny Responsable Conseil & Formation - I - Les différentes formules

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ;

- ou la Mutuelle ayant son siège à, régie par le code de la mutualité, représentée par ; Modèle de contrat de travail [à durée déterminée / indéterminée] de médecin coordonnateur en établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes Préambule La présence d un médecin coordonnateur

Plus en détail

Accompagner. nos aînés et leurs familles. édition 2013. Les Actions Solidaires

Accompagner. nos aînés et leurs familles. édition 2013. Les Actions Solidaires Accompagner nos aînés et leurs familles édition 2013 Les Actions Solidaires édito Le Conseil général des Landes mène une politique dynamique et originale au service des personnes âgées. C est l une des

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

Les technologies de l information, support de la réorganisation territoriale

Les technologies de l information, support de la réorganisation territoriale Les technologies de l information, support de la réorganisation territoriale Pierre Simon Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) De quoi parlons-nous? Le cadre de la santénumérique

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais santé de territoire du sud ouest BRIGITTE DALIBON, REPRÉSENTANTE DES USAGERS JULIE GIRARD, ANIMATRICE DU CONTRAT LOCAL DE SANTÉ Page 2 DES ACTEURS FÉDÉRÉS AUTOUR D UN PROJET DE SANTÉ DE TERRITOIRE DU PAYS

Plus en détail