Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie. Hôpital Robert Debré, Paris

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie. Hôpital Robert Debré, Paris"

Transcription

1 Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie C. GUEGAN, A.NADOUR,M.ALISON,G.SEBAG Hôpital Robert Debré, Paris

2 Plan INTRODUCTION A - EXPRESSION de la DOSE - dose efficace - Calcul de la dose B - Index de dose scanographique: - IDSV : Index de Dose Scanographique au volume (CTDIvol) - PDL: Produit Dose Longueur (DLP Objectif Matériel et Méthode Résultats: mode d emploi du logiciel Conclusion

3 Introduction La dose efficace (DE, msievert), permet de comparer l irradiation médicale induite à l irradiation naturelle, ce qui donne un ordre de grandeur concret pour sensibiliser le corps médical et les patients. Elle dépend de l organe exploré mais aussi de Elle dépend de l organe exploré mais aussi de l âge, ce qui complique son estimation chez l enfant.

4 OBJECTIF de TRAVAIL Établir un logiciel permettant de calculer la Dose Efficace en fonction de l organe exploré et de l âge, par un scanner multibarrettes (Philips, Brillance 64) à partir des index dosimétriques mesurés par la console d acquisition.

5 EXPRESSION de la DOSE ( 2 DOSES pour un même examen ) Dose absorbée (mgy) SOURCE Rx Dose équivalente Mesurée ( H en msv) Fonction du coefficient du rayonnement (Wr) Pour les Rx =1 RISQUES STOCHASTIQUES L irradiation locale a pour équivalent une exposition corps entier (msv) Elle dépend de la région anatomique et de l âge ce qui complique son estimation chez l enfant. Dose efficace Calculée ( msv ) Fonction du coefficient Tissulaire ( Wt) E = Σt.wt x H

6 LA DOSE EFFICACE La dose efficace permet de comparer l irradiation médicale induite à l irradiation naturelle, ce qui donne un ordre de grandeur plus concret pouvant amener à sensibiliser le corps médical et les patients. (Équivalent : jour,mois,année d irradiation naturelle). - Elle est exprimée en msievert (msv) - C est une valeur calculée - Elle permet de quantifier les risques liés aux radiations ionisantes

7 Réactualisation des facteurs de pondération tissulaire ORGANES Wt ORGANES Wt Gonade Moelle hématopoïétique Colon Poumons Estomac Vessie Seins Foie Œsophage Thyroïde Peau Surface osseuse Reste du corps Moelle osseuse Colon Poumons 0.12 Estomac 0.12 Seins 0.12 Gonade 0.05 Vessie 0.05 Foie 0.05 Œsophage 0.05 Thyroïde 0.05 réévaluation Peau 0.01 Surface osseuse 0.01 Cerveau 0.05 Glandes salivaires 1 Reste du corps ICPR 2007

8 CALCUL de la DOSE EFFICACE Passer de la dose absorbée (mgy) à la dose efficace (msv), nécessite un calcul, d où l intérêt d un logiciel automatique permettant d estimer la dose efficace.

9 Index dosimétriques mesurés à la console 1) IDSV(français): Index de Dose Scanographique au volume(ctdi vol) 2) PDL(français) Produit Dose Longueur (DLP)

10 Index de Dose Scanographique au volume (IDSV ou CTDIvol) L IDSV (CTDI w) pondéré exprime la dose mesurée délivrée dans une coupe L IDSV (CTDIv) volumique tient compte de la pénombre. Il correspond à la dose moyenne par coupe lors d une acquisition multicoupe. Épaisseur de coupe nominale. Elle correspond idéalement à la largeur du détecteur (D). Seule la partie située entre les 2 demi droites participe à la formation de l image. La pénombre (noire) de part et d autre de la coupe ne participe pas à l image mais font partie intégrante de la dose reçue. Pour chaque coupe, la dose reçue est la somme de ces 2 parties. La pénombre est d autant plus importante que l épaisseur nominale de coupe est petite.

11 IDSV ou CTDI vol Le CTDI volumique (CTDIvol) dépend des paramètres suivant : - tension (Kv) - charge (mas) - du pitch (pour le mode spiralé)

12 Produit Dose Longueur (PDL ou DLP) La PDL permet d obtenir la dose absorbée totale reçue par le patient en fonction de la longueur totale explorée PDL total (mgy.cm) = CTDI vol x Longueur totale (cm) Longueur totale irradiée : Longueur de spirale + longueur de l over ranging ( qui fonction du nombres de barrettes utilisées)

13 Produit Dose Longueur (PDL ou DLP) Si l examen comporte plusieurs acquisitions sur une même région, la longueur d exposition augmente, la dose totale est proportionnelle au nombre de passage : PDL totale = PDL x Nombre d acquisition

14 MATERIEL et METHODE Les calculs de dose efficace ont été réalisés à partir : 1) Des facteurs correctifs pour passer d un index de dose calculé sur un fantôme adulte à un fantôme enfant pour les < 15 ans. 2) Des facteurs de conversion en fonction de l âge et de la région examinée. 3) Du nombre de barrettes utilisé, en tenant compte de l over ranging spécifique au constructeur.

15 1) FACTEURS CORRECTIFS pour la pédiatrie Le CTDIvol donné par le constructeur a été calculé sur des fantômes adulte : - fantôme tête de 16 cm ø (pour les examens tête et cou) - fantôme tronc de 32 cm ø (pour examens thorax, abdomen/pelvis) Mais ils sous-estiment la dose réelle reçue par les enfants de moins de 15 ans! Dose REELLE reçue par l enfant < 15 ans (tronc) : Dose affichée x 2 < 15 ans (examen tronc) : le CTDI réel double > 15 ans (tête, tronc) : pas de facteur correctif < 15 ans (examen tête): pas de facteur correctif

16 2) FACTEURS de PONDERATION en fonction de l âge et de la région examinée Facteurs de conversion (E DLP ) de la DLP en dose efficace : Dose efficace = DLP x E DLP ENFANTS ADULTES 0 an 1 an 5 ans 10ans Adultes Crâne Cou Thorax Abomino pelvien Shrimpton 2004 (fantôme simulation de Monte Carlo).

17 3) OVER RANGING (fonction du nombre de barrettes). Over-ranging = 1.5 x collimation collimation = nombre de barrettes x largeur détecteur (0,625 mm) Philips (Brillance 64) BARRETTES OVERRANGING 1,6 cm 3,2 cm 4 cm 6,4 cm

18 Résultats : mode d emploi du logiciel PARAMETRES FOURNIS EN FIN D EXAMEN AVEC DLP SANS DLP Inscrire directement la DOSE ( mgy.cm) Inscrire: longueur de la spirale d acquisition affichée sur l image (en cm) CTDI vol (mgy) En tenant compte du nombre de barrettes utilisées DLP = CTDIvol X longueur (cm) DLP totale = DLP x N ( nombre d acquisitions)

19 Base de conversion en msv en fonction du CTDIvol Ex: TDM abdominale- 5 ans Etape 1 Sans valeur de DLP, reportez les valeurs : CTDIvol et la longueur de spirale dans les cases correspondant au nombre de barrettes utilisé. La DLP s affiche. Conversion en dose efficace de la DLP de cet examen pour un enfant de 5 ans sur la région abdominale

20 Base de conversion en msv en fonction du CTDIvol Ex: TDM abdominale- 5 ans Etape2 Cette dose correspond à : environ 1 AN d irradiation naturelle

21 Base de conversion en msv en fonction de la DLP Ex : TDM abdominale Enfant de 10 ans Etapes 1 et 2 Report de la DLP totale affichée en fin d examen (à condition qu elle tienne compte de l addition des sprirales sur la même zone. Valeur DLP affichée convertie en dose efficace sur la région étudiée. Ce qui correspond à : 1 AN et ½ d irradiation naturelle

22 ORDRES DE GRANDEUR de l irradiation naturelle France: 2,5 msv/an en fonction de la région 8 µsv /jour Vol transatlantique: 5µ Sv /h

23 CONCLUSION Cet outil pratique permet d obtenir facilement une évaluation de la dose efficace reçue chez l enfant. Il permet de donner une équivalence de dose corps entier (en irradiation naturelle) pour chaque examen scanographique pédiatrique réalisé. Cette expression de la dose peut aider à sensibiliser les praticiens à l irradiation induite par les examens scanographiques. Il permet aussi de donner un ordre de grandeur aux parents.

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots Pierre NAULET Quelques QCM L'irradiation naturelle par an en France est de l'ordre de : Ø A : 3 Gy Ø B : 3,5 msv Ø C : 3500 Bq Ø D : 10 msv

Plus en détail

FORMATION en RADIOPROTECTION des TRAVAILLEURS EXPOSÉS

FORMATION en RADIOPROTECTION des TRAVAILLEURS EXPOSÉS FORMATION en RADIOPROTECTION des TRAVAILLEURS EXPOSÉS Organisée par l équipe des Personnes Compétentes en Radioprotection et le Radiophysicien de la SAS Scanner Poitou-Charentes Orateurs : Dr Thierry DIESCE

Plus en détail

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE

Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux. Dr Alban GERVAISE Réduction de dose en scanographie : 4 ème partie - facteurs comportementaux Dr Alban GERVAISE Facteurs comportementaux A ne pas négliger! Sûrement les facteurs les plus importants +++ 3 grands principes

Plus en détail

Guide pour l importation des mesures par fichier CSV dans l application NRD

Guide pour l importation des mesures par fichier CSV dans l application NRD Guide pour l importation des mesures par fichier CSV dans l application NRD Le mode opératoire permettant de réaliser l importation de mesures dans une évaluation est fourni au chapitre 2 (pages 3 à 5).

Plus en détail

Gervaise A 1, Batch T 1, Loeuille D 2, Valckenaere I 2, Noel A 3, Guillemin F 3, Blum A 1.

Gervaise A 1, Batch T 1, Loeuille D 2, Valckenaere I 2, Noel A 3, Guillemin F 3, Blum A 1. Comparaison de la dose délivrée par un scanner 320-détecteurs en mode volumique versus hélicoïdal. Gervaise A 1, Batch T 1, Loeuille D 2, Valckenaere I 2, Noel A 3, Guillemin F 3, Blum A 1. 1- Service

Plus en détail

* Ordre de grandeur standard. 2 «doses» pour le même examen

* Ordre de grandeur standard. 2 «doses» pour le même examen Tomodensitométrie : Aspect Technologique et Dosimétrie E. de Kerviler Service de Radiologie, Hôpital Saint-Louis Objectifs Grandeurs dosimétriques Introduction et rappels Particularités du scanner Définition

Plus en détail

Dosimétrie des examens sur appareils hybrides : TEP & SPECT. ACOMEN Groupe Radioprotection

Dosimétrie des examens sur appareils hybrides : TEP & SPECT. ACOMEN Groupe Radioprotection Dosimétrie des examens sur appareils hybrides : TEP & SPECT ACOMEN Groupe Radioprotection PLAN Présentation de l ACOMEN et du groupe Radioprotection Travaux réalisés sur la dosimétrie patients en TDM Pré

Plus en détail

Tomodensitométrie : Aspect Technologique et Dosimétrie. E. de Kerviler, Service de Radiologie, Hôpital Saint-Louis

Tomodensitométrie : Aspect Technologique et Dosimétrie. E. de Kerviler, Service de Radiologie, Hôpital Saint-Louis Tomodensitométrie : Aspect Technologique et Dosimétrie E. de Kerviler, Service de Radiologie, Hôpital Saint-Louis Objectifs Grandeurs dosimétriques Introduction et rappels Particularités du scanner Définition

Plus en détail

Calcul de dose (aux organes) en scanographie

Calcul de dose (aux organes) en scanographie Calcul de dose (aux organes) en scanographie Serge DREUIL 5 èmes journées scientifiques francophones «Codes de calcul en radioprotection, radiophysique et dosimétrie» 25 et 26 mars 2014 Paris Le scanner

Plus en détail

RADIOPROTECTION 5 - GROSSESSE ET EXPOSITION MEDICALE

RADIOPROTECTION 5 - GROSSESSE ET EXPOSITION MEDICALE RADIOPROTECTION 5 - GROSSESSE ET EXPOSITION MEDICALE 1 - Dose délivrées : RX conventionnelle TDM Médecine nucléaire Radiothérapie 2 - Effets des ray. sur la grossesse : malformatifs cancérogènes 3 - Situations

Plus en détail

DOSIMETRIE DANS LES APPLICATIONS DIAGNOSTIQUES

DOSIMETRIE DANS LES APPLICATIONS DIAGNOSTIQUES DOSIMETRIE DANS LES APPLICATIONS DIAGNOSTIQUES Bernard AUBERT Unité d'expertise en radioprotection Médicale IRSN/DRPH/SER Master de Physique Médicale PM2-RM1.12 le 18 novembre 2004 Médecine Nucléaire La

Plus en détail

Apport de la numérisation de la dosimétrie d un service scanner

Apport de la numérisation de la dosimétrie d un service scanner Apport de la numérisation de la dosimétrie d un service scanner Jean-Marc TREUTENAERE Istres France Mail: treutenaere@hotmail.com Objectif Exposer notre expérience de la mise en place d un système de gestion

Plus en détail

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Formation obligatoire depuis juin 2009 (L.1333-11, R.1333-74 du Code de la Santé) But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Programme de la formation

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Les rayonnements ionisants, c est quoi? Dans le domaine du radiodiagnostic, les rayonnements ionisants sont des rayons X produits à partir

Plus en détail

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire-

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- En radiologie conventionnelle 1. Tube radiogène produisant des rayons X 2. Faisceau incident homogène 3. Patient

Plus en détail

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF DEFINITION: La tomodensitométrie se définit comme une chaîne radiologique tomographique effectuant la mesure de l atténuation d un faisceau de

Plus en détail

Grossesse et exposition aux RX : réalité des risques et conduite à tenir

Grossesse et exposition aux RX : réalité des risques et conduite à tenir Grossesse et exposition aux RX : réalité des risques et conduite à tenir Préambule nformation insuffisante ustification Activités médicales Activités industrielles Objectifs Effets des rayons X sur la

Plus en détail

Irradiation Médicale et Grossesse

Irradiation Médicale et Grossesse Nucléaire et Santé février 2013 Irradiation Médicale et Grossesse Médecin chef des services Laroche Professeur au Val de grâce Service de Protection Radiologique des Armées INTRODUCTION Manque de connaissance

Plus en détail

3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient

3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient 3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient Relevé des doses délivrées Démarche relativement récente D où viennent les chiffres?

Plus en détail

Scanner en pédiatrie

Scanner en pédiatrie MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION D.E.S DE RADIOLOGIE Scanner en pédiatrie Hervé BRISSE SFIPP Références Rationnel Radiosensibilité supérieure Espérance de vie plus longue Risque (théorique)

Plus en détail

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

Cone beam pratique en odontostomatologie Partie II

Cone beam pratique en odontostomatologie Partie II Cone beam pratique en odontostomatologie Partie II Principe, technique, qualité d image, artéfacts, types d appareil, indications Auteur_ Dr Norbert Bellaïche, France Fig. 27 Fig. 28 Fig. 27_Dose absorbée

Plus en détail

Radioprotection C. BARRET S. PAYEN. Service de Radioprotection. Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE

Radioprotection C. BARRET S. PAYEN. Service de Radioprotection. Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE Radioprotection 2010 C. BARRET S. PAYEN Service de Radioprotection Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE 1 Respecter les champs d intervention des acteurs et les règles de collaboration L employeur responsable

Plus en détail

DOSES EN SCANOGRAPHIE : résultats

DOSES EN SCANOGRAPHIE : résultats DOSES EN SCANOGRAPHIE : résultats d une enquête multicentrique SFRP ours, 2011 C. Etard IRSN S. Sinno-ellier - InVS B. Aubert IRSN Objectifs et contexte Collaboration IRSN/InVS sur l étude de l exposition

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

Grossesse et exposition médicale

Grossesse et exposition médicale 7 Grossesse et exposition médicale L exposition aux RX d une femme enceinte, patiente ou professionnelle engendre très souvent une inquiétude disproportionnée au risque et des conduites inadaptées. La

Plus en détail

Connaissance des doses délivrées aux patients en radiodiagnostic

Connaissance des doses délivrées aux patients en radiodiagnostic Connaissance des doses délivrées aux patients en radiodiagnostic Sébastien Lichtherte Certified Medical Physicist Head of Medical Physics Department AV Controlatom 1 Plan du cours Unités en radioprotection

Plus en détail

Sylvie RODDE Dr Thierry KIFFEL. S. RODDE, Th. KIFFEL ASN. 5 ème journées SFRP. Saint Malo 2010 1

Sylvie RODDE Dr Thierry KIFFEL. S. RODDE, Th. KIFFEL ASN. 5 ème journées SFRP. Saint Malo 2010 1 Justification de l utilisation des rayonnements ionisants pour l imagerie à des fins non médicales : Panorama de la situation française et bilan des perspectives Sylvie RODDE Dr Thierry KIFFEL Autorité

Plus en détail

Bases physiques des rayons X - CERF 2001 - Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys

Bases physiques des rayons X - CERF 2001 - Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys SCANNER A RAYONS X 1 HISTORIQUE 1971 : premier examen tomodensitométrique cérébral 1974 : premier appareil corps entier 1979 : Prix Nobel de médecine décerné à Allan MacLeod et Godfrey N.Hounsfield pour

Plus en détail

S.Gerber*, L.Préti*, M.Vettese*, F.Garcia*, J.Valette**, Ch.Dias**, J.P.Lajonchère*, M.Zins*

S.Gerber*, L.Préti*, M.Vettese*, F.Garcia*, J.Valette**, Ch.Dias**, J.P.Lajonchère*, M.Zins* S.Gerber*, L.Préti*, M.Vettese*, F.Garcia*, J.Valette**, Ch.Dias**, J.P.Lajonchère*, M.Zins* * Groupe Hospitalier Paris St Joseph **DoseWatch GE-Healthcare Rapporter l expérience du GHPSJ, avec un recul

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

Le zonage en radiologie conventionnelle

Le zonage en radiologie conventionnelle Le zonage en radiologie conventionnelle Présenté par Jean-luc REHEL Jean-luc.rehel@irsn.fr Système de management de la qualité IRSN certifié 6 èmes Rencontres des Personnes compétentes en radioprotection

Plus en détail

Comment répondre aux contraintes réglementaires en matière de dosimétrie dans un service d imagerie de CHG ou un cabinet de radiologie

Comment répondre aux contraintes réglementaires en matière de dosimétrie dans un service d imagerie de CHG ou un cabinet de radiologie Comment répondre aux contraintes réglementaires en matière de dosimétrie dans un service d imagerie de CHG ou un cabinet de radiologie JFR 2004 Poster exposé sur le panneau «divers 11» Résumé p 1507 du

Plus en détail

ANALYSE DES ÉVALUATIONS DE DOSE UTÉRINE REALISEES À L IRSN

ANALYSE DES ÉVALUATIONS DE DOSE UTÉRINE REALISEES À L IRSN ANALYSE DES ÉVALUATIONS DE DOSE UTÉRINE REALISEES À L IRSN Bilan 2004-2008 Congrès National SFRP - ANGERS Juin 2009 Présenté par Cécile ETARD IRSN Contexte (1) Lorsqu une exposition médicale aux RI concerne

Plus en détail

Deux principaux types d imagerie numérique coexistent : imagerie numérique directe et indirecte :

Deux principaux types d imagerie numérique coexistent : imagerie numérique directe et indirecte : !1 - Imagerie Numérique Ce nouveau mode radiographique appelé RadioVisioGraphiet (plus communément appelée RVGt), a été mis au point par Mouyen en 1987. Le support argentique est remplacé par un capteur,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 mai 2004 relatif aux programmes de formation portant sur la radioprotection des patients exposés

Plus en détail

ARTHROSCANNER DE L ÉPAULE EN POSITION NEUTRE ET ABER IRRADATION À LA THYROÏDE

ARTHROSCANNER DE L ÉPAULE EN POSITION NEUTRE ET ABER IRRADATION À LA THYROÏDE ARTHROSCANNER DE L ÉPAULE EN POSITION NEUTRE ET ABER IRRADATION À LA THYROÏDE O.Silbermann-Hoffman, JM.Vrigneaud, P.Koch, E.Schouman-Claeys Hôpital Bichat-Claude-Bernard.APHP.Paris INTRODUCTION Aberpour

Plus en détail

Comparaison de deux modulations de dose en scanner multicoupe sur les acquisitions thoraco-abdominopelvienne et abdomino-pelvienne

Comparaison de deux modulations de dose en scanner multicoupe sur les acquisitions thoraco-abdominopelvienne et abdomino-pelvienne Comparaison de deux modulations de dose en scanner multicoupe sur les acquisitions thoraco-abdominopelvienne et abdomino-pelvienne F Auger, S Willoteaux, C Lions, Z Negaiwi, JP Beregi Radiologie et imagerie

Plus en détail

1.Fondements de la radioprotection. Faculté de Médecine P2. Les RI peuvent être dangereux!

1.Fondements de la radioprotection. Faculté de Médecine P2. Les RI peuvent être dangereux! Faculté de Médecine P2 Radioprotection Année Universitaire it i 2007/2008 1. Fondements de la radioprotection 2. Les rayonnements ionisants : natures et origines La radioactivité Les rayons X Sources d

Plus en détail

Scanner de Perfusion avec Réduction de Dose dans la Caractérisation du Vasospasme Cérébral

Scanner de Perfusion avec Réduction de Dose dans la Caractérisation du Vasospasme Cérébral Scanner de Perfusion avec Réduction de Dose dans la Caractérisation du Vasospasme Cérébral N. Bricout, P. Aguettaz, L. Estrade, F. Boustia, E. Kalsoum, X. Leclerc CHRU de Lille Service de Neuroradiologie

Plus en détail

Optimisation des protocoles au scanner par la traçabilité des doses

Optimisation des protocoles au scanner par la traçabilité des doses Optimisation des protocoles au scanner par la traçabilité des doses JG Mozziconacci, V Jarrige, F Bois-Langlois, V Dzomo, A Coatrieux Service d imagerie médicale : C H Bourges 145 av F Mitterrand 18020

Plus en détail

Youssef Ech chaykhy Master TNRP

Youssef Ech chaykhy Master TNRP Youssef Ech chaykhy Master TNRP 1 1. Généralités PLAN 2. Protection contre les rayonnements ionisants 3. Principes de la protection contre l irradiation externe 4. Objectifs de la protection et de la sûreté

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TDM Tomographie par rayons X assistée par ordinateur développée par G.M. Hounsfield, Prix Nobel de Médecine

Plus en détail

SCANNER ET DOSIMETRIE

SCANNER ET DOSIMETRIE Date 22/08/2006 Page 1 sur 6 REVISIONS révision date objet 01 13/01/03 Réactualisation du texte 02 10/12/03 Changement point de diffusion ; modification texte 03 18/08/04 Modification du texte 04 18/01/05

Plus en détail

Scanner et irradiation Optimisation des protocoles

Scanner et irradiation Optimisation des protocoles Scanner et irradiation Optimisation des protocoles J. Duchemin,, F. Martine-Rollet Rollet,, S Lienart, M Mobailly,, JP Florin, JP Beregi, Pour le comité de radiovigilance du CHRU de Lille N Puech du CHU

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC)

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) SOMMAIRE I. Réglementation II. Radioprotection du personnel III. Effets des rayonnements ionisants I. Réglementation

Plus en détail

Module : RADIOPROTECTION

Module : RADIOPROTECTION Epreuve d évaluation Nationale DES Radiodiagnostic et Imagerie Médicale Module : RADIOPROTECTION Ce cahier comporte 50 questions QCM avec réponses Page 1 RADIOPROTECTION 1) Quel est le nom de l organisme

Plus en détail

PROCEDURE GENERALE DE LA RADIOPROTECTION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE

PROCEDURE GENERALE DE LA RADIOPROTECTION DU SERVICE D IMAGERIE MEDICALE 1/8 Dans le cadre de l optimisation de la radioprotection, on s attachera : à utiliser les valeurs des paramètres d exposition les plus adaptés : temps, voltage, ampérage, longueur explorée et surtout

Plus en détail

Les dangers et les risques des techniques d imagerie médicale évaluation, réglementation, gestion

Les dangers et les risques des techniques d imagerie médicale évaluation, réglementation, gestion Les dangers et les risques des techniques d imagerie médicale évaluation, réglementation, gestion à chacun ses risques ultrasons rayonnements non ionisants rayonnements ionisants les vrais risques aurengo@wanadoo.fr

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection

Sensibilisation à la Radioprotection Sensibilisation à la Radioprotection Version du 11/2011 Xavier Fléchard/Jean-Louis Gabriel Service de Radioprotection LPC CAEN Sensibilisation à la Radioprotection 11/2011 LPC 1 Pourquoi cette sensibilisation

Plus en détail

Comment peut on réduire

Comment peut on réduire Comment peut on réduire Service d imagerie médicale. CHU La Rabta. Tunis I. Belkahla, B. Brini, A. Snoussi, N. Ben Nasr, I. Laffet, O. Gharbi, J. Assoudi, M. Chaari, H. Mizouni, E. Menif INTRODUCTION Le

Plus en détail

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE;

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; Dans la grande majorité des situations de suspicion de pathologie osseuse bénigne, l exploration radiologique conventionnelle constitue l examen de

Plus en détail

Radioprotection des travailleurs

Radioprotection des travailleurs Radioprotection des travailleurs bonnes pratiques en radiologie interventionnelle Jean-Luc REHEL PRP-HOM-SER-UEM jean-luc.rehel@irsn.fr Colloque ASN Reims Division de Chalons-en Champagne le 2 décembre

Plus en détail

Exposition des patients aux rayonnements ionisants lors d explorations cardiovasculaires en imagerie coronarographique, tomodensitométrique et

Exposition des patients aux rayonnements ionisants lors d explorations cardiovasculaires en imagerie coronarographique, tomodensitométrique et Exposition des patients aux rayonnements ionisants lors d explorations cardiovasculaires en imagerie coronarographique, tomodensitométrique et scintigraphique PLAN 1ere Partie Rayonnements ionisants Effets

Plus en détail

DOSIMETRIE. Nous avons vu que la traversée de la matière par un faisceau de particules aboutit à un dépôt d énergie dans cette matière.

DOSIMETRIE. Nous avons vu que la traversée de la matière par un faisceau de particules aboutit à un dépôt d énergie dans cette matière. DOSIMETRIE Nous avons vu que la traversée de la matière par un faisceau de particules aboutit à un dépôt d énergie dans cette matière. Le but de la dosimétrie est d évaluer quantitativement cette énergie

Plus en détail

Imagerie médicale. Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique!

Imagerie médicale. Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique! Imagerie médicale Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique! http://www.geekdad.fr/2013/09/operation-chirurgicale-dun-ours-en-peluche/ Deux possibilités

Plus en détail

Intérêt des gants radio atténuateurs plombés en radiologie interventionnelle

Intérêt des gants radio atténuateurs plombés en radiologie interventionnelle Intérêt des gants radio atténuateurs plombés en radiologie interventionnelle Joël GUERSEN 1, Laurent DONADILLE 2, Jean Luc REHEL 2, Audrey CHARVAIS 1, Rania ZAKNOUNE 2, Lucie CASSAGNES 1, Pascal CHABROT

Plus en détail

SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION

SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION Y-S Cordoliani pour le Groupe de travail Radioprotection de la SFR Le savoir-faire en imagerie utilisant les rayons X impose la connaissance des risques que ceux-ci peuvent

Plus en détail

BASES PHYSIQUES DE LA RADIOLOGIE. D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier.

BASES PHYSIQUES DE LA RADIOLOGIE. D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier. BASES PHYSQUES DE LA RADOLOGE D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier. PLAN DU COURS (5 heures) magerie de transmission par rayons X Le tube X et ses réglages L image de transmission

Plus en détail

TOMOGRAPHIE À FAISCEAU CONIQUE EN RADIOLOGIE DENTAIRE : ÉTUDE DES DOSES AUX PATIENTS

TOMOGRAPHIE À FAISCEAU CONIQUE EN RADIOLOGIE DENTAIRE : ÉTUDE DES DOSES AUX PATIENTS TOMOGRAPHIE À FAISCEAU CONIQUE EN RADIOLOGIE DENTAIRE : ÉTUDE DES DOSES AUX PATIENTS FRANCISCO-JOSE LOZANO Étudiant Bachelor Filière Technique en radiologie médicale LORENE MIEVILLE Étudiante Bachelor

Plus en détail

Tomodensitométrie trie : Aspect Technologique et Dosimétrie

Tomodensitométrie trie : Aspect Technologique et Dosimétrie Tomodensitométrie trie : Aspect Technologique et Dosimétrie E. de Kerviler Service de Radiologie, Hôpital H Saint-Louis Objectifs Grandeurs dosimétriques Introduction et rappels Particularités s du scanner

Plus en détail

NOR : SANC0323527A. (Journal officiel du 13 novembre 2003)

NOR : SANC0323527A. (Journal officiel du 13 novembre 2003) Arrêté du 1er septembre 2003 définissant les modalités de calcul des doses efficaces et des doses équivalentes résultant de l'exposition des personnes aux rayonnements ionisants SP 4 436 354 NOR : SANC0323527A

Plus en détail

L'IMAGERIE MEDICALE. III)Radioprojection en radiologie conventionnelle. C)Les différents types d'exposition aux rayonnements

L'IMAGERIE MEDICALE. III)Radioprojection en radiologie conventionnelle. C)Les différents types d'exposition aux rayonnements 15.10.08 Mr Bouzaïd Anatomie-Physiologie-Pharmacologie L'IMAGERIE MEDICALE I)Présentation de l'imagerie A)Historique des rayons X B)Début de la radiologie II)Les différents types d'appareils A)Le radiodiagnostic

Plus en détail

DOSES DÉLIVRÉES AUX PATIENTS EN SCANOGRAPHIE ET EN RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE Résultats d une enquête multicentrique en secteur public

DOSES DÉLIVRÉES AUX PATIENTS EN SCANOGRAPHIE ET EN RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE Résultats d une enquête multicentrique en secteur public R A P P O R T DOSES DÉLIVRÉES AUX PATIENTS EN SCANOGRAPHIE ET EN RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE Résultats d une enquête multicentrique en secteur public Rapport DRPH/SER N - DIRECTION DE LA RADIOPROTECTION

Plus en détail

Livre «Protocoles Scanner et radioprotection chez l adulte» Cyril CADET

Livre «Protocoles Scanner et radioprotection chez l adulte» Cyril CADET Paris, le 27 janvier 2016 Livre «Protocoles Scanner et radioprotection chez l adulte» Cyril CADET Logiciel «DACS» : aide précieuse pour tous les acteurs de la radioprotection 1. Qu est-ce qu un DACS? Le

Plus en détail

L a radiothérapie forme avec la chirurgie et l oncologie médicale le trépied essentiel

L a radiothérapie forme avec la chirurgie et l oncologie médicale le trépied essentiel La radiothérapie adaptative dans les tumeurs cervico-faciales Pierre Castadot 1,4, John A. Lee 1, Xavier Geets 1,2, Benoît Macq 3, Vincent Grégoire 1,2 1 Laboratoire d Imagerie Moléculaire et de Radiothérapie

Plus en détail

Tomodensitométrie (scanner à rayons X)

Tomodensitométrie (scanner à rayons X) Tomodensitométrie (scanner à rayons X) Principes du scanner à rayons X l Le scanner à rayons X ou tomodensitométrie (TDM) a été inventé par un ingénieur anglais de chez EMI, Geoffrey Hounsfield, qui a

Plus en détail

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR Modèle de questionnaire d évaluation Marc AMMERICH Vous allez trouver un certain nombre de questions qui vont vous permettre

Plus en détail

LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI

LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI INTRODUCTION La réglementation r actuelle : CIPR 60 Recommandations internationales Directive 90/641/EURATOM Directive 96/29/EURATOM Directive 97/43/EURATOM Nouvelles contraintes

Plus en détail

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste

Associé Collaborateur CD CD ODF AD 2006 40 300 2 000 25 000 2008 37 810 1 900 23 000. Salariés. ADQ AD Aide dentaire Réceptionniste Contexte technique Générateurs dentaires IHM Etude de poste Matériel Techniques intra. Techniques extra. Classement des personnels Délimitation des zones Conclusion 2 Associé Collaborateur Salarié ADQ

Plus en détail

Radioprotection des personnels en radiologie interventionnelle

Radioprotection des personnels en radiologie interventionnelle Radioprotection des personnels en radiologie interventionnelle Dr. Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP ANMTEPH La Baule le 9 octobre 2009 Plan Définition de la radiologie interventionnelle

Plus en détail

Techniques et résultats d évaluations dosimétriques des extrémités chez les opérateurs en imagerie interventionnelle

Techniques et résultats d évaluations dosimétriques des extrémités chez les opérateurs en imagerie interventionnelle Techniques et résultats d évaluations dosimétriques des extrémités chez les opérateurs en imagerie interventionnelle L. Donadille, F. Tagnard-Mérat, J.-L. Rehel Institut de radioprotection et de sûreté

Plus en détail

Rayonnements ionisants - Notions fondamentales

Rayonnements ionisants - Notions fondamentales 2 Rayonnements ionisants - Notions fondamentales 2.1 Manifestation de la radioactivité Les éléments radioactifs, d origine naturelle ou artificielle, sont caractérisés par l instabilité de leur noyau.

Plus en détail

Radiologie urinaire et génitale

Radiologie urinaire et génitale Radiologie urinaire et génitale télécharger ces fiches au format.pdf - abdomen sans préparation ( voir D1) - UIV standard (U2) - UIV avec étude mictionnelle (U3) - UIV de contrôle simple (U4) - Urétrocystographie

Plus en détail

Révision de la norme NFC 15-160 relative aux installations radiologiques

Révision de la norme NFC 15-160 relative aux installations radiologiques Révision de la norme NFC 15-160 relative aux installations radiologiques Tutoriale 3 Jean-Luc REHEL David CELIER Bernard AUBERT PRP-HOM/SER/UEM Fontenay aux Roses Sommaire La norme NFC 15-160 édition mars

Plus en détail

Ecole des Accélérateurs BENODET. Jean-François LE DU SPR IPN Orsay

Ecole des Accélérateurs BENODET. Jean-François LE DU SPR IPN Orsay Ecole des Accélérateurs BENODET Jean-François LE DU SPR IPN Orsay Définition du dictionnaire LAROUSSE Radioprotection : ensemble des moyens utilisés pour se protéger contre les rayonnements ionisants.

Plus en détail

Traitements stéréotaxiques de tumeurs mobiles avec gating respiratoire et imagerie intra fraction

Traitements stéréotaxiques de tumeurs mobiles avec gating respiratoire et imagerie intra fraction 4ème rencontre interrégionale sur la sécurité en radiothérapie Régions Languedoc-Roussillon, PACA et Corse 7 Novembre 2014 Traitements stéréotaxiques de tumeurs mobiles avec gating respiratoire et imagerie

Plus en détail

Analyse des données relatives à la dose aux patients. Etudes de dose triennales

Analyse des données relatives à la dose aux patients. Etudes de dose triennales Analyse des données relatives à la dose aux patients Etudes de dose triennales Dosimétrie des patients Directives de l AFCN La DE MED 97 impose l optimisation des expositions fins médicales à des fins

Plus en détail

Remplissage du formulaire relatif à l activité administrée aux patients pour les examens en médecine nucléaire

Remplissage du formulaire relatif à l activité administrée aux patients pour les examens en médecine nucléaire Remplissage du formulaire relatif à l activité administrée aux patients pour les examens en médecine nucléaire 17 décembre 2014 Contact: Thibault VANAUDENHOVE Agence fédérale de contrôle nucléaire Santé

Plus en détail

Les niveaux de référence diagnostiques en radiologie

Les niveaux de référence diagnostiques en radiologie Les niveaux de référence diagnostiques en radiologie Jean-Luc REHEL - Patrice ROCH Unité d Expertise en radioprotection Médicale Module national d'enseignement de radioprotection du DES de Radiologie Paris

Plus en détail

RADIOPROTECTION ETUDIANTS EN MEDECINE

RADIOPROTECTION ETUDIANTS EN MEDECINE RADIOPROTECTION ETUDIANTS EN MEDECINE SUPPOSE CONNU * BASES PHYSIQUES DES RAYONNEMENTS * NOTION DE RADIOBIOLOGIE RADIOPROTECTION SA FINALITE La Radioprotection Cours D1 Université Bordeaux 2 Michelle

Plus en détail

Connaissances et capacités attendues en mathématiques à la fin du CM2 et à la fin de la classe de 6 ème (*) 1.1. Proportionnalité.

Connaissances et capacités attendues en mathématiques à la fin du CM2 et à la fin de la classe de 6 ème (*) 1.1. Proportionnalité. Cycle 3 de l'école primaire Connaissances et capacités attendues en mathématiques à la fin du CM2 et à la fin de la classe de 6 ème (*) Classe de 6ème du collège Le texte en caractère droit indique des

Plus en détail

A1. Nature des rayonnements

A1. Nature des rayonnements n A1. Nature des rayonnements α β γ ev 10 6 Naturels Artificiels p β + X UV 10 3 Accélérateurs IR µ-onde RF 1 10-3 10-6 US onde radio Corpuscules Photon Origine des rayonnements alpha, beta, gamma Vallée

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

FR0108336. IRRADIATION en SCANNER HÉLICOÏDAL: estimation des doses, choix des paramètres INTRODUCTION INDICATEURS D'EXPOSITION

FR0108336. IRRADIATION en SCANNER HÉLICOÏDAL: estimation des doses, choix des paramètres INTRODUCTION INDICATEURS D'EXPOSITION FR0108336 IRRADIATION en SCANNER HÉLICOÏDAL: estimation des doses, choix des paramètres Y-S CORDOLIAN, 7 BRBOYER, E JOUVAN, H BEAUVI AS INTRODUCTION La récente transposition en droit français de la directive

Plus en détail

Sensibilisation à la RADIOPROTECTION

Sensibilisation à la RADIOPROTECTION Sensibilisation à la RADIOPROTECTION 2010 2 Benjamin SERRANO Vicy MASOK Gérard BLANCHY Physicien Médical (PSPRM) / Docteur en Physique (PhD) Personne compétente en Radioprotection (PCR) Ingénieur Biomédical

Plus en détail

25/03/2010. IGRT RadioThérapie Guidée par l Image. Aspects Techniques et Physiques et Dosimétriques. C. Ginestet F. Lafay PLAN - INTRODUCTION

25/03/2010. IGRT RadioThérapie Guidée par l Image. Aspects Techniques et Physiques et Dosimétriques. C. Ginestet F. Lafay PLAN - INTRODUCTION IGRT RadioThérapie Guidée par l Image Aspects Techniques et Physiques et Dosimétriques i C. Ginestet F. Lafay 23 Mars 2010 Historique Equipements Définition CQ IGRT PLAN - INTRODUCTION Qualité images Précision

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

Mise en œuvre de la dosimétrie in vivo dans un département de radiothérapie : expérience de l Institut Gustave Roussy.

Mise en œuvre de la dosimétrie in vivo dans un département de radiothérapie : expérience de l Institut Gustave Roussy. Mise en œuvre de la dosimétrie in vivo dans un département de radiothérapie : expérience de l Institut Gustave Roussy. André BRIDIER - Frédéric JOUSSARD - Guillaume FRANCOIS - Dimitri LEFKOPOULOS Service

Plus en détail

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS =

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = Effets biologiques des rayonnements et voies d atteinte. Irradiation localisée : Radiodermites. Service de chirurgie plastique-h.i.a. PERCY RAYONNEMEMTS IONISANTS

Plus en détail

sques déterministes de l exposition au rayonnements ionisants Y-S Cordoliani

sques déterministes de l exposition au rayonnements ionisants Y-S Cordoliani sques déterministes de l exposition au rayonnements ionisants Y-S Cordoliani Petit point sémantique Irradiation Les rayons sont utilisés pour en obtenir un effet biologique déterminé Guérir un cancer Stériliser

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection en salle d endoscopie. R Pirlot Institut Paul Lambin HE Léonard de Vinci Janvier 2015

Sensibilisation à la Radioprotection en salle d endoscopie. R Pirlot Institut Paul Lambin HE Léonard de Vinci Janvier 2015 Sensibilisation à la Radioprotection en salle d endoscopie R Pirlot Institut Paul Lambin HE Léonard de Vinci Janvier 2015 Que savez-vous de la radioprotection? Contenu de l exposé 1. Pourquoi se protéger?

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10507 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 26 juin 2009 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité d'investissement de 3 300 000 F pour financer

Plus en détail

Clinique de la Reine Blanche - PSO 555, Avenue Jacqueline Auriol 45770 SARAN

Clinique de la Reine Blanche - PSO 555, Avenue Jacqueline Auriol 45770 SARAN RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2015-011009 Orléans, le 19 mars 2015 Clinique de la Reine Blanche - PSO 555, Avenue Jacqueline Auriol 45770 SARAN Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

Radiographie, quels risques pour le patient?

Radiographie, quels risques pour le patient? Radiographie, quels risques pour le patient? Qu est-ce qu un rayon X? Quel est le risque? Quels outils pour vous aider? Les rayons X sont des rayonnements électromagnétiques ionisants; ils peuvent traverser

Plus en détail

Risques et protection du patient en R. A. Roche

Risques et protection du patient en R. A. Roche Risques et protection du patient en R A. Roche Janv 2010 RI thérapeutique : principalement RX (essentiellement scopie et partiellement scanographie). Interventionnel = 1% de l ensemblel des procédures

Plus en détail