Sémiologie oesophagienne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sémiologie oesophagienne"

Transcription

1 Sémiologie oesophagienne Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud /05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1

2 Sémiologie OESOPHAGE Explorations Reflux gastro-oesophagien Cancer de l oesophage 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 2

3 Sémiologie Signes d appel orientant vers une maladie oesophagienne: Dysphagie: Sensation de gêne ou d obstacle à la déglutition des aliments Analyse: Mode de début et d évolution Localisation rétrosternale et niveau Électivité pour les solides ou pour les liquides et les solides Symptômes associés: régurgitations, signes de reflux gastrooesophagien (RGO), signes ORL et/ou respiratoires AEG #: - Odynophagie: douleur ressentie lors de la progression des aliments dans l œsophage, sans arrêt de l alimentation Sensation de striction cervicale liée à l anxiété anorexie Régurgitations: Remontées acides et/ou alimentaires survenant sans effort et sans nausée #: vomissement, mérycisme (rumination), pituite (rejet d un mélange filant, alcalin de salive et de liquide gastrique) 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 3

4 Sémiologie Signes d appel orientant vers une maladie oesophagienne: Pyrosis: brûlure traçante ascendante rétrosternale, souvent associée à une sensation d aigreur Éructations Brûlures épigastriques Hémorragie digestive Anémie microcytaire hyposidérémique Signes extra-digestifs: Douleurs thoraciques de type angineux Symptômes respiratoires post-prandiaux ou nocturnes (toux, dyspnée asthmatiforme ) Symptômes ORL (enrouement, pharyngites à répétition, dysesthésies bucco-pharyngées) 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 4

5 Explorations Explorations morphologiques: Endoscopie oesophagienne: Méthode la plus performante Étude de la muqueuse Prélèvements biopsiques Transit baryté oesophagien: En deuxième intention Ou si l endoscopie est impossible ou incomplète (sténose infranchissable) Objective une compression extrinsèque Scanner thoracique: Coupes axiales transverses Extension pariétale, médiastinale et ganglionnaire des cancers Echo-endoscopie oesophagienne: Explore précisément la paroi oesophagienne et les structures périoesophagiennes (adénopathies) 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 5

6 Fibroscopie oesophagienne: œsophage normal Œsophage moyen Jonction oeso-gastrique 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 6

7 Transit baryté oesophagien: sténose de l oesophage Longue sténose excentrée ulcérée du 1/3 moyen de l œsophage (cancer) 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 7

8 Scanner thoracique Épaississement de la paroi de l œsophage Microadénopathies satellites (cancer) 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 8

9 Transit baryté oesophagien: diverticule oesophagien Poche appendue à l oesophage au niveau de la bouche de Killian: diverticule de Zencker 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 9

10 Explorations Manométrie oesophagienne: Examen clé des troubles moteurs de l œsophage Enregistre la pression de repos du sphincter inférieur de l œsophage (SIO) et sa relaxation lors de la déglutition Enregistre le péristaltisme du corps de l œsophage PH-métrie oesophagienne: Au moyen d une électrode placée 5 cm au-dessus du SIO maintenue pendant 24 heures Quantifie l exposition acide de l œsophage Normalement:PH oesophagien < 4 pendant moins de 5 % des 24 heures 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 10

11 Reflux gastro-oesophagien (RGO) Définition du RGO pathologique: Passage à travers le cardia d une partie du contenu gastrique dans l œsophage Chez tous les sujets: RGO physiologique, essentiellement après les repas, sans symptôme ni lésion muqueuse oesophagienne RGO: reflux pathologique Symptômes Et/ou oesophagite Anomalie presque toujours idiopathique de la motricité de la jonction oeso-cardiale Définition de la hernie hiatale: Protusion permanente ou intermittente d une partie de l estomac dans le thorax à travers le hiatus oesophagien du diaphragme Hernie hiatale par glissement (85 % des cas): cardia intrathoracique Hernie hiatale par roulement: la grosse tubérosité forme une poche intra-thoracique para-oesophagienne avec un cardia intraabdominal 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 11

12 Hernie hiatale Hernie hiatale par glissement Hernie hiatale par roulement 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 12

13 Physiopathologie du RGO Physiopathologie multifactorielle avec principalement une défaillance du SIO. Un RGO peut exister sans hernie hiatale. Une hernie hiatale peut exister sans RGO. La hernie hiatale aggrave souvent le RGO. 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 13

14 Signes fonctionnels du RGO Pyrosis (brûlure rétro-sternale ascendante) et régurgitations acides (remontées du contenu gastrique acide jusqu au pharynx en l absence d effort de vomissement et de nausée): Symptômes quasi-pathognomoniques de RGO, permettent le diagnostic clinique de RGO Caractère postural et/ou post-prandial: élément supplémentaire très évocateur Brûlures épigastriques sans trajet ascendat Signes pulmonaires: Toux, dyspnée asthmatiforme, surtout nocturnes Signes pharyngés ou laryngés Enrouement, dysesthésies bucco-pharyngées, laryngite postérieure Douleurs pseudo-angineuses Manifestations stomatologiques: Gingivites, caries dentaires à répétition 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 14

15 Diagnostic du RGO Fibroscopie oesophagienne: Oesophagite: pertes de substance épithéliales (érosives) ou profondes (ulcérées) Différents stades de l oesophagite: a) Minimes ulcérations b) rhagades du 1/3 inférieur de l œsophage c) ulcérations confluentes d) ulcérations interrompant la continuité de la muqueuse malpighienne e) endobrachyoesophage 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 15

16 RGO Diagnostic: PH-métrie oesophagienne: examen le plus sensible Manométrie oesophagienne: ne diagnostique pas le RGO objective des anomalies motrices associées au RGO Evolution: Le plus souvent sans gravité Oesophagites sévères: Ulcérations étendues Ulcères de l œsophage Sténose peptique Complication: hémorragie digestive 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 16

17 Cancer de l oesophage Cancer épidermoïde: 80 % des cancers de l œsophage Développé à partir de l épithélium malpighien Incidence: 5000 cas/an en France Facteurs favorisants: alcool et tabac Sex-ratio: 12 Âge moyen: 65 ans Adénocarcinome: 20 % des cancers de l œsophage Facteur favorisant: endobrachyoesophage ( (remplacement sur une hauteur plus ou moins grande de l épithélium malpighien de l œsophage distal par un épithélium métaplasique cylindrique de type fundique, cardial ou intestinal) Sex-ratio: 10 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 17

18 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 18

19 Cancer de l œsophage: circonstances révélatrices Dysphagie: Symptôme dominant Élective pour les solides, d apparition récente, d évolution progressive, entraînant une dénutrition Lésion évoluée ou complication: Douleur thoracique Infection broncho-pulmonaire (fausse-route, fistulisation de la tumeur dans l arbre respiratoire) Dyspnée inspiratoire par compression trachéale Dysphonie par atteinte récurrentielle Syndrome de Claude Bernard-Horner par atteinte du sympathique cervical (ptosis, myosis, énophtalmie) Compression cave Hémorragie par érosion des gros vaisseaux Anémie, Ganglion de Troisier Découverte endoscopique en l absence de signes d appel: Terrain éthylo-tabagique: fibroscopie oesophagienne systématique 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 19

20 Cancer de l œsophage: diagnostic Fibroscopie oesophagienne: Lésion limitée: Détection facilitée par des colorations (lugol) Petite plage érodée Zone dépolie Petit nodule Forme évoluée: Ulcération Lésion végétante Sténose infranchissable Biopsies multiples indispensables Confirmation anatomo-pathologique Type histologique Frottis par brossage (sténose infranchissable) Transit baryté oesophagien: Sténoses infranchissables Étendue et topographie de la lésion 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 20

21 Cancer de l œsophage: endoscopie Tumeur sténosante ulcérée de l œsophage distal Tumeur ulcérée de l œsophage distal Sténose de la jonction oeso-gastrique 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 21

22 Cancer de l œsophage: transit baryté 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 22

23 Cancer de l œsophage: transit baryté Longue sténose excentrée ulcérée du 1/3 moyen de l œsophage (cancer) 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 23

24 Cancer de l œsophage: bilan d extension et d opérabilité Bilan d opérabilité: État nutritionnel, âge Fonction hépatique Fonction cardiovasculaire et respiratoire Bilan d extension: Examen clinique Radiographie thoracique Examen ORL (récurrent, deuxième cancer) Fibroscopie trachéo-bronchique (cancer du 1/3 supérieur ou moyen; deuxième cancer, extension à l appareil respiratoire) Scanner thoracique: extension médiastinale, métastases pulmonaires Echoendoscopie: extension pariétale et médiastinale (adénopathies) Echographie et/ou scanner abdominal: métastases hépatiques, adénopathies abdominales Pronostic: Survie inférieure à 10 % à 5 ans En l absence d envahissement ganglionnaire: 25 % de survie à 5 ans En présence de métastases, survie à 5 ans pratiquement nulle 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 24

25 Oesophage Oesophagites caustiques: Acides, bases Oesophagites non peptiques: Infectieuses (SIDA) Médicamenteuses (AINS, potassium ) Maladie inflammatoire (crohn) Stase alimentaire (troubles moteurs oesophagiens) Achalasie: Trouble moteur primitif de l œsophage Signes révélateurs: Dysphagie Régurgitations Diagnostic par la manométrie oesophagienne 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 25

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON

Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement. Mathias VIDON Reflux Gastro Oesophagien : diagnostic et traitement Mathias VIDON Définition Passage d une partie du contenu gastrique dans l oesophage En pratique clinique : symptômes ou lésions oesophagienne en rapport

Plus en détail

Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale

Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale Chapitre 30 : Item 280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale I. Définition II. Épidémiologie III. Physiopathologie IV. Décrire les signes fonctionnels

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Deux types de dysphagie...2 3 Démarche diagnostique en cas de dysphagie oesophagienne... 3 3. 1 Étape 1

Plus en détail

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009 RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD Dr Céline Savoye-Collet 2009 I DEFINITION Opacification de l œsophage = transit oesophagien de l œsophage et du pharynx = transit pharyngo-oesophagien

Plus en détail

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson Chapitre 36 : Item 308 Dysphagie I. Définition II. Deux types de dysphagie III. Démarche diagnostique en cas de dysphagie œsophagienne IV. Dysphagies lésionnelles V. Dysphagies fonctionnelles OBJECTIF

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Dysphagie La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Définition Soit difficulté de la phase préœsophagienne de la déglutition (dysphagie haute ou oropharyngée) Soit sensation

Plus en détail

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration MUSCULEUSE OESOPHAGIENNE : 1/3 supérieur : Musculeuse striée longitudinale (Paroi) + S.S.O 1/3 moyen : Musculeuse striée externe longitudinale + circulaire lisse interne 1/3 inférieur : Musculeuse circulaire

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES. I. Caractéristiques de la douleur à faire préciser par l interrogatoire

DOULEURS ABDOMINALES. I. Caractéristiques de la douleur à faire préciser par l interrogatoire Univ-Rennes1-Poycopié Médecine M2-Sémiologie du Foie et des Voies Biliaires 1 DOULEURS ABDOMINALES Jean-François Bretagne La douleur abdominale est un motif fréquent de consultation en médecine générale

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Le Reflux Gastro- Oesophagien à l heure de

Le Reflux Gastro- Oesophagien à l heure de Le Reflux Gastro- Oesophagien à l heure de la Médecine M Factuelle Auteurs: M Ben M Ben Amar,, S Ben Amira,, J Rebaï *, R Beyrouti, A Guirat,, J Mnif*, MI Beyrouti, Service de Chirurgie Générale *Service

Plus en détail

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale Relecture scientifique Société française Relecture juridique Médecins experts Relecture déontologique Médecins Conseil national de l ordre des médecins (CNOM) Relecture des patients Confédération interassociative

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Les Signes évocateurs de cancer ORL

Les Signes évocateurs de cancer ORL Les Signes évocateurs de cancer ORL J. Carvalho, A. Dupret-Bories, Ph. Schultz Service d ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital de Hautepierre Objectifs : savoir reconnaître précocement un cancer ORL

Plus en détail

Atelier «Toux chronique de l adulte»

Atelier «Toux chronique de l adulte» Atelier «Toux chronique de l adulte» CFA 2013 Atelier «Toux chronique de 8e Congrès Francophone d'allergologie Qui sommes- nous? Qui êtes- vous? l adulte» Pourquoi êtes- vous venus? Quelle est votre conception

Plus en détail

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications

Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications > 15 e Journée de Réflexion < sur l Endoscopie Digestive en France Samedi 26 janvier 2013 Paris, Eurosites Georges V Actes doubles : bonnes (et mauvaises) indications Docteur Gilles Lesur, Boulogne-Billancourt

Plus en détail

Chapitre 1 Œsophage. Embryologie

Chapitre 1 Œsophage. Embryologie Chapitre 1 Œsophage 1. Embryologie 2. Anatomie 3. Radioanatomie 4. Histologie 5. Physiologie œsophagienne 6. Sémiologie œsophagienne 7. Reflux gastro-œsophagien 8. Examen clinique d un patient consultant

Plus en détail

Premier élément du tube digestif

Premier élément du tube digestif Premier élément du tube digestif Mastication et insalivation (denture, muqueuses et ATM) - Formation du bol alimentaire - stimule la sécrétion de salive et de suc gastrique - prolonge le contact des aliments

Plus en détail

PATHOLOGIE DE L ŒSOPHAGE AFFECTIONS GASTRO-DUODENALES

PATHOLOGIE DE L ŒSOPHAGE AFFECTIONS GASTRO-DUODENALES PATHOLOGIE DE L ŒSOPHAGE ET AFFECTIONS GASTRO-DUODENALES 1 LE REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN (RGO) DE L ADULTE Louis Buscail, Jacques Frexinos, Gilles Fourtanier 1) Définition : On désigne sous le terme de RGO,

Plus en détail

LA TOUX CHEZ L ENFANT

LA TOUX CHEZ L ENFANT LA TOUX CHEZ L ENFANT Démarche diagnostique Pr Benjelloun DBS Hôpital d Enfants-Rabat 21 février 2009 1 INTRODUCTION La toux est l un des symptômes le plus fréquemment rencontré par le pédiatre Les causes

Plus en détail

Toux chronique de l enfant

Toux chronique de l enfant Toux chronique de l enfant «Les 10 questions indispensables» F.Amsallem Définition «Toux > 4 à 6 semaines ou Episodes de toux > 2 mois / an» En pratique toute toux > 3 semaines doit être explorée Principales

Plus en détail

TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT

TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT Docteur Isabelle Gibertini USP Hôpital Clocheville CHU TOURS FMC Pédiatrie Clocheville Tours Espace Malraux 25 octobre 2012 Définition p Pas consensuelle p Durée > 3 semaines

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 DEVENIR RESPIRATOIRE DES PREMATURES DEVENIR NUTRITIONNIEL CROISSANCE DYSPLASIE BRONCHO-PULMONAIRE

Plus en détail

DYSPEPSIE IDIOPATHIQUE CHRONIQUE

DYSPEPSIE IDIOPATHIQUE CHRONIQUE DYSPEPSIE IDIOPATHIQUE CHRONIQUE 1- Définition 2 - Physiopathologie 3- Démarche diagnostique 4- Stratégie thérapeutique - traitement médical - «test and treat» - endoscopie OGD 5- Autres traitements médicamenteux,

Plus en détail

Régimes pathologies de l œsophage

Régimes pathologies de l œsophage Régimes pathologies de l œsophage I) Le reflux gastro-oesophagien (RGO) Définition On appelle RGO la remontée anormale et répétée du contenu gastrique dans l œsophage en dehors des efforts de vomissements

Plus en détail

G. Appareil digestif. Tractus digestif. Recommandation [grade] Commentaires. Problème clinique. Déglutition barytée/togd

G. Appareil digestif. Tractus digestif. Recommandation [grade] Commentaires. Problème clinique. Déglutition barytée/togd Tractus digestif Dysphagie cliniquement haute (l obstacle est haut ou bas) 1 Déglutition barytée L'endoscopie haute est généralement pratiquée en première intention chez les patients dysphagiques. Lorsque

Plus en détail

ITEM 336 : TOUX CLINIQUE

ITEM 336 : TOUX CLINIQUE ITEM 336 : TOUX CLINIQUE Terrain Toux Signe de Gravité Signes fonctionnels Signes physiques - ATCD perso : Atopie RGO AVC/Tb de déglutition Immunodépression - ATCD familiaux : Mucoviscidose Cas familiaux

Plus en détail

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Chez l'adulte moyen, il fait 25 cm à 30 cm (10 po à 14 po) de long et environ 2 cm (moins d'un pouce) de large. L'œsophage est constitué

Plus en détail

Jean CABANE. Hoquet rebelle. Connaître la définition Connaître l épidémiologie Connaître le bilan étiologique Connaître le traitement

Jean CABANE. Hoquet rebelle. Connaître la définition Connaître l épidémiologie Connaître le bilan étiologique Connaître le traitement Jean CABANE Hoquet rebelle Connaître la définition Connaître l épidémiologie Connaître le bilan étiologique Connaître le traitement Hoquet rebelle Professeur Jean Cabane Service de médecine interne Hôpital

Plus en détail

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Toux Caractéristiques Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Se méfier Présence de sang dans les expectorations Altération marquée de l état général Apparition

Plus en détail

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville

Nodule Thyroïdien en ville. Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Nodule Thyroïdien en ville Conduite à Tenir devant la découverte d'un nodule thyroidien en ville Introduction Définition: hypertrophie localisée s'individualisant au sein de la glande thyroïde 95% des

Plus en détail

LA TOUX CHRONIQUE. Dr S. FREUDENBERGER Pneumologue FMC 12/03/2015 HAGUENAU

LA TOUX CHRONIQUE. Dr S. FREUDENBERGER Pneumologue FMC 12/03/2015 HAGUENAU LA TOUX CHRONIQUE Dr S. FREUDENBERGER Pneumologue FMC 12/03/2015 HAGUENAU POURQUOI TOUSSE-T-ON? Toux = phénomène réflexe à point de départ pulmonaire, qui vise à protéger les voies aériennes des particules

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

Comment traiter le reflux gastro-oesophagien?

Comment traiter le reflux gastro-oesophagien? Comment traiter le reflux gastro-oesophagien? Le reflux gastro-oesophagien ou RGO Il s agit d une pathologie d autant plus fréquente que l on vit dans un monde stressant, rapide, où l on est toujours sur

Plus en détail

Asthme du NRS. Priam 05 mars 2003. Dr Agnès Toutain-Rigolet Dr Yan Martinat

Asthme du NRS. Priam 05 mars 2003. Dr Agnès Toutain-Rigolet Dr Yan Martinat Asthme du NRS Priam 05 mars 2003 Dr Agnès Toutain-Rigolet Dr Yan Martinat Définition de l asthme : clinique Crises de dyspnée Sibilances Obstruction bronchique Réversibilité bétamimétique MAIS aussi *

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS PRINCIPAUX MESSAGES Les IPP contrôlent mieux l acidité diurne que l acidité nocturne. Ils doivent être administrés

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DES CANCERS DE L ŒSOPHAGE

LES TRAITEMENTS DES CANCERS DE L ŒSOPHAGE MAI 2015 GUIDES PATIENTS LES TRAITEMENTS DES CANCERS DE L ŒSOPHAGE L Institut national du cancer (INCa) est l agence d expertise sanitaire et scientifique en cancérologie chargée de coordonner la lutte

Plus en détail

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE

III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE III. PRINCIPALES INDICATIONS EN ONCOLOGIE Amicale des médecins de Neuilly sur Seine 14 Octobre 2010 Dr Mathieu QUENEAU Département d Imagerie Scintigraphique - TEP CCN 18FDG EN ONCOLOGIE Rôle majeur dans

Plus en détail

D.I.U. Coeliochirurgie HERNIES HIATALES

D.I.U. Coeliochirurgie HERNIES HIATALES D.I.U. Coeliochirurgie HERNIES HIATALES I. DEFINITIONS Les hernies du diaphragme Les hernies du diaphragme sont liées à l'irruption des viscères abdominaux dans le thorax par un orifice diaphragmatique

Plus en détail

DYSPHAGIE. Examens des VADS* Examen de la cavité buccale Vidéofluoroscopie Nasofibroscopie. *VADS = voies aéro-digestives supérieures

DYSPHAGIE. Examens des VADS* Examen de la cavité buccale Vidéofluoroscopie Nasofibroscopie. *VADS = voies aéro-digestives supérieures DYSPHAGIE Sélection et recrutement des patients dysphagiques par : Lecture du dossier d admission Transmission des infirmières ou d autres partenaires de soins Anamnèse nutritionnelle d entrée Symptômes

Plus en détail

Erosions dentaires chez l enfant et l adolescent: arrière-plans gastroentérolo

Erosions dentaires chez l enfant et l adolescent: arrière-plans gastroentérolo Erosions dentaires chez l enfant et l adolescent: arrière-plans gastroentérolo giques Le reflux gastro-œsophagien concerne 10% environ des enfants et des adultes et entraîne souvent des lésions dentaires

Plus en détail

LA MUCITE. Brigitte Boulangier 15 mai 2012

LA MUCITE. Brigitte Boulangier 15 mai 2012 LA MUCITE Brigitte Boulangier 15 mai 2012 Définition et stades La mucite est une inflammation des muqueuses; elle peut s étendre de la bouche à tout le système digestif. La mucite buccale est un effet

Plus en détail

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl

Démarche diagnostique pratique. et des maladies respiratoires de l enfantl Asthme du nourrisson Démarche diagnostique pratique André Labbé Unité de réanimation r et des maladies respiratoires de l enfantl Hôtel-Dieu Clermont-Ferrand Position du problème Fréquence pathologie sifflante

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

PLAN DE THESE INTRODUCTION OBJECTIFS. RAPPEL DE PHYSIOPATHOLOGIE MATERIEL ET METHODE D'ETUDE

PLAN DE THESE INTRODUCTION OBJECTIFS. RAPPEL DE PHYSIOPATHOLOGIE MATERIEL ET METHODE D'ETUDE PLAN DE THESE INTRODUCTION.... 6 OBJECTIFS.... 8 RAPPEL DE PHYSIOPATHOLOGIE.... 10 MATERIEL ET METHODE D'ETUDE :... 15 A-Matériel d étude... 16 B-Méthode d étude... 16 1.Recueil des données... 16 2.Technique

Plus en détail

Objectifs : Diagnostiquer un reflux gastro-œsophagien. Argumenter l'attitude thérapeutique (P) et planifier le suivi du patient.

Objectifs : Diagnostiquer un reflux gastro-œsophagien. Argumenter l'attitude thérapeutique (P) et planifier le suivi du patient. 60 ITEM 280 RGO de l adulte Objectifs : Diagnostiquer un reflux gastro-œsophagien. Argumenter l'attitude thérapeutique (P) et planifier le suivi du patient. Points clés Le RGO est une pathologie très fréquente,

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

Laryngites aiguës de l adulte et de l enfant Docteur Olivier CUISNIER Août 2003

Laryngites aiguës de l adulte et de l enfant Docteur Olivier CUISNIER Août 2003 Laryngites aiguës de l adulte et de l enfant Docteur Olivier CUISNIER Août 2003 Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie du larynx Examen clinique du larynx : laryngoscopie Résumé : Mots-clés : Laryngites

Plus en détail

Bilan pré opératoire des cancers ovariens C. GRANIER Imagerie Médicale CRLCC Val d Aurelle Montpellier Données épidémiologiques Incidence en France en 2008 est estimée à 4430 nouveaux cas par an 7ème cause

Plus en détail

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx

Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx Le cancer de la bouche, du pharynx et du larynx (cancers de la sphère ORL) Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la bouche, du

Plus en détail

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathies conduite à tenir IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathie: définition, généralités (angl. lymphadenopathy) Hypertrophie d un ganglion ou d un groupe de ganglion Résultant de processus inflammatoire

Plus en détail

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014

DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER. Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 DU SYMPTÔME AU DIAGNOSTIC DE CANCER Dr Stéphanie Lozano DU Oncogériatrie 14 novembre 2014 Objectifs du diagnostic Que faire devant des signes cliniques évocateurs? Faire le diagnostic le rapidement possible

Plus en détail

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G.

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G. LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier Epidémiologie Obésité Obésité sévère (IMC > 40) 1980 6.1 % - 1991 6.5 % - 1997 8.5 % 0.3 % 2000 10.1 % - 2003 11.2 % 0.6 % (360 000) Insee / OBEPI

Plus en détail

Endoscopie le passé le présent et le futur. Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne

Endoscopie le passé le présent et le futur. Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne Endoscopie le passé le présent et le futur Prof. Gian Dorta Service de Gastro-entérologie et d Hépatologie CHUV Lausanne Endoscopie digestive 1978 Endoscopie souple 1982 Polypectomie ERCP Mucosectomie

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Définition et Généralités

Définition et Généralités LE CANCER PRIMITIF DU COLON Docteur Jean-Baptiste Bachet, fédération des pathologies digestives, Hôpital Ambroise Paré, APHP, Boulogne Billancourt & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Hépatomégalie et masses abdominales (partie1) item 318

Hépatomégalie et masses abdominales (partie1) item 318 Hépatomégalie et masses abdominales (partie1) item 318 V. Gandemer Unité d hématologie-oncologie oncologie pédiatrique Service de Médecine de l enfant et de l adolescent CHU RENNES 2009 Objectifs Cas cliniques

Plus en détail

REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN Mécanismes physio-pathologiques modalités de présentation clinique Alternatives thérapeutiques

REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN Mécanismes physio-pathologiques modalités de présentation clinique Alternatives thérapeutiques REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN Mécanismes physio-pathologiques modalités de présentation clinique Alternatives thérapeutiques P. de Lagausie Chirurgie Pédiatrique, Hôpital la Timone Enfant MARSEILLE FRANCE

Plus en détail

Polyhandicap définitions présentation médicale

Polyhandicap définitions présentation médicale Polyhandicap définitions présentation médicale Dr Isabelle Hodgkinson L Escale Hôpital Femme Mère Enfant Définition Handicap grave à expressions multiples associant une déficience motrice et une déficience

Plus en détail

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona

Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Troubles fonctionnels intestinaux : jusqu où aller dans les explorations? Séminaire de DES Mai 2008 Damien Carmona Rappels : troubles fonctionnels intestinaux Score diagnostique : les critères de Rome

Plus en détail

La toux chronique de l adulte, démarche diagnostique

La toux chronique de l adulte, démarche diagnostique La toux chronique de l adulte, démarche diagnostique LES RECOMMANDATIONS Des recommandations ont été formulées à l instigation de la Société Française Oto-Rhino- Laryngologie et de la Chirurgie de la Face

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

ENDOSCOPIE ECHOGRAPHIE PROCTOLOGIE. Docteur Philippe NAVARRO

ENDOSCOPIE ECHOGRAPHIE PROCTOLOGIE. Docteur Philippe NAVARRO ENDOSCOPIE ECHOGRAPHIE PROCTOLOGIE Docteur Philippe NAVARRO ANCIEN INTERNE DES HOPITAUX CHEF DE CLINIQUE A LA FACULTE 13.1.12597.3.C ------ Les Terrasses de Bonneveine Bât B - 141 Avenue de Hambourg -

Plus en détail

TEXTE COURT COMITE D'ORGANISATION JURY EXPERTS REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN DE L'ADULTE : " DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT "

TEXTE COURT COMITE D'ORGANISATION JURY EXPERTS REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN DE L'ADULTE :  DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN DE L'ADULTE : " DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT " Les Conférences de Consensus SNFGE, 2001 Jeudi 21 et vendredi 22 janvier 1999 Hôtel Méridien Etoile - 75017 PARIS Organisée par Société

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...4 SPECIFIQUE :...4 I Physiopathologie...5 II Sémiologie...5 II.1 Symptômes observés au cours

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

LANCEMENT DE IPRAALOX, 20 mg Pantoprazole

LANCEMENT DE IPRAALOX, 20 mg Pantoprazole COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT DE IPRAALOX, 20 mg Pantoprazole Paris, le 7 Mars 2012 Sanofi annonce la mise à disposition dans les officines de Ipraalox 20 mg, à base de pantoprazole, une nouvelle marque

Plus en détail

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL Pr A GAINANT (octobre 2003) I -RAPPEL ANATOMIQUE DU CANAL ANAL II - FISSURE DE L'ANUS C'est une ulcération anale. A - Etiopathogénie

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

La digestion ou le devenir des aliments ingérés

La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion est la transformation par l organisme des aliments (eau, molécules organiques et minérales) en éléments plus petits, les nutriments, par un

Plus en détail

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles

Thierry PONCHON. Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Thierry PONCHON Quelles sont les indications des colorations en endoscopie? Colorations chimiques ou virtuelles Connaître les différentes colorations Connaître les indications et leur niveau de preuve

Plus en détail

Goitre. Définition : 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)* Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h

Goitre. Définition : 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)* Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h Goitre Définition : Clinique Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h Peut être diffus, micronodulaire ou macronodulaire 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)*

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot NEUROPATHIES PERIPHERIQUES DIFFUSES Polynévrite et multinévrite La polynévrite alcoolique Terrain Physiopathologie Sémiologie Etiologies Neuro-sémiologie

Plus en détail

Collège national des gynécologues et obstétriciens. gynécologie. Le corps féminin à tous les âges de la vie

Collège national des gynécologues et obstétriciens. gynécologie. Le corps féminin à tous les âges de la vie Collège national des gynécologues et obstétriciens Sous la direction du Pr Jacques Lansac Coordonné par le Dr Nicolas EVRARD En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE de la gynécologie Le corps féminin

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

DIVERTICULE PHARYNGO-OESOPHAGIEN (DPO) DE ZENKER À PROPOS DE QUATRE CAS J. MOALLA, L. BAHLOUL, B. HAMMAMI, I. CHARFEDDINE, A.

DIVERTICULE PHARYNGO-OESOPHAGIEN (DPO) DE ZENKER À PROPOS DE QUATRE CAS J. MOALLA, L. BAHLOUL, B. HAMMAMI, I. CHARFEDDINE, A. Cas Clinique RESUME Le DPO est une pathologie rare (1% de la pathologie oesophagienne [1,2]). Elle est définie comme une hernie de la muqueuse postérieure de l œsophage à travers les fibres du muscle constricteur

Plus en détail

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info)

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info) Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie Pharmacie 2 année Dr Sophie Figon, Département de Médecine générale de Lyon Abréviations Info = pour info : ne sera pas demandé à

Plus en détail

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE LE CANCER Causes de décès - Nombre de décès - Taux comparatifs - Survie à 5 ans Nombre de décès (Sénat) La France se caractérise par une mortalité encore excessive avant 65 ans

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Néphropaties Hypertension artérielle IEC Insuffisance cardiaque Prescriptions 2010 128 millions Mahmoudpour et al., 2013 Poole

Plus en détail

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com

QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com QUEL TRAITEMENT POUR QUEL OBESE? gilles@fourtanier.com L Index de Masse Corporelle IMC= poids/taille² IMC > 25 et < 30 kg/m² : surpoids IMC > 30 kg/m² : obésité Type 1 : 30 à 35 kg/m² Type 2 : 35 à 40

Plus en détail

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin PARLONS CANCER Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin QUELQUES DONNÉES Selon l Association canadienne du cancer colorectal, le cancer colorectal constitue la deuxième cause de décès par

Plus en détail

Lettre circulaire aux Gastro-Entérologues

Lettre circulaire aux Gastro-Entérologues Pôle Santé Prévention Régulation R.P.S. CL/EF Troyes, le 4 décembre 2008. Lettre circulaire aux Gastro-Entérologues PRISE EN CHARGE DE L EXPLORATION INTESTINALE PAR VIDEOCAPSULE INGEREE Docteur, La décision

Plus en détail

Collection 24 heures / Pôle : Tête et cou

Collection 24 heures / Pôle : Tête et cou Dossier N 1 Monsieur R., 54 ans, consulte pour des douleurs buccales évoluant depuis plusieurs semaines. Il s agit d un patient alcoolo-tabagique très sympathique, qui n a pas d antécédent particulier.

Plus en détail