Les obligations et les pouvoirs du maître-d œuvre en matière de santé et sécurité du travail

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les obligations et les pouvoirs du maître-d œuvre en matière de santé et sécurité du travail"

Transcription

1 Les obligations et les pouvoirs du maître-d œuvre en matière de santé et sécurité du travail Conférence présentée par Me Alain Marcotte Commission de la santé et de la sécurité du travail Colloque AGPI 2004

2 Définition du maître d oeuvre Le maître d œuvre est défini de la façon suivante à l article 1 de la Loi sur la santé et la sécurité du travail: «Le propriétaire ou la personne qui, sur un chantier de construction, a la responsabilité de l exécution de l ensemble des travaux.»

3

4 Délimitation d un chantier Finalité de l œuvre Lieu du chantier Durée des travaux

5 Délimitation d un chantier (suite) Finalité de l œuvre L œuvre doit être envisagée au départ ; Les travaux doivent aboutir à quelque chose de fonctionnel ; La réalisation d œuvres différentes constitue des chantiers distincts.

6 Délimitation d un chantier (suite) Lieu du chantier Ce critère consiste à situer le chantier géographiquement. La délimitation de l étendue du lieu est fortement reliée à la nature des travaux qui y sont effectués.

7 Durée des travaux Pour constituer un seul et même chantier, les travaux de construction ayant une même finalité et qui sont exécutés sur un même site doivent également être regroupés dans le temps. Pour être en présence de plusieurs chantiers successifs, il faut un arrêt marqué dans le temps entre les diverses phases d un même projet. Pour être considéré comme un arrêt marqué, le temps prévu entre chaque phase d un même projet devra excéder ce qui est normal et habituel pour ce genre de projet.

8 Responsabilité: Le maître d œuvre La responsabilité c est le pouvoir d agir! Le maître d œuvre doit pouvoir exercer un contrôle réel sur l ensemble des travaux exécutés sur le chantier. Contrôle réel: autorité reposant sur un lien de droit et pouvant s exercer, dans les faits, à l égard de toutes les personnes oeuvrant sur le chantier. L analyse des documents contractuels permet de déterminer les pouvoirs et les responsabilités conséquentes de chacune des parties. Quand il n y a pas de lien de droit: «ça va bien jusqu au moment où ça va mal!»

9 Définition du maître d œuvre (suite) L exécution: Le maître d œuvre est la personne qui a le pouvoir de prise en charge effective des méthodes de travail. Même si le propriétaire n engage qu un seul entrepreneur, s il se réserve le pouvoir d intervenir sur l exécution même des travaux, le propriétaire est le maître d œuvre. C est différent de se garder des pouvoirs sur la conception et la vérification de la conformité aux plans et devis.

10 Définition du maître d œuvre (suite) L ensemble des travaux = Travaux de construction essentiels à l atteinte de la finalité de l œuvre + Autres travaux exécutés sur le site même du chantier

11 LSST, article 196 Le maître-d œuvre doit respecter au même titre que l employeur les obligations imposées à l employeur par la présente loi et les règlements notamment prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l intégrité physique du travailleur de la construction.

12 RESPONSABILITÉS DE L EMPLOYEUR ET DU MAÎTRE D OEUVRE: DILIGENCE REQUISE DANS LE CONTEXTE DE L'OBLIGATION DE PROTECTION DU TRAVAILLEUR, VICTIME POTENTIELLE

13 SELON LA COUR SUPRÊME DU CANADA, LA DILIGENCE RAISONNABLE CONSISTE EN LA DÉMONSTRATION, PAR UNE PERSONNE, QU ELLE N A PAS ÉTÉ NÉGLIGENTE; Qu elle a pris toutes les précautions nécessaires et raisonnables pour éviter l événement qui constitue une violation de la loi. R. c. Sault-Ste Ste-Marie (1978) 2 R.C.S. 1299

14 RôLE DU DROIT PÉNALP : PUNIR, PAR L IMPOSITION D UNE SENTENCE, LES CONTREVENANTS, MAIS SURTOUT : Un outil que se donne la société pour inciter ses membres au respect des règles r de fonctionnement qu elle s impose s par l adoption l de lois. R. c. Wholesale Travel Group Inc., (1991) 3 R.C.S. 154

15 DISTINCTION ENTRE L INFRACTION PÉNALE CRIMINELLE ET CELLE DE NATURE RÉGLEMENTAIRE PÉNAL CRIMINEL Activités ou gestes que la société réprouve totalement (Le meurtre, le vol, la fraude, etc.) RÉGLEMENTAIRE Activités permises pour lesquelles la société s'est donnée des règles d'exercice (La conduite automobile, la chasse, le travail, etc.)

16 L OBJET DU DROIT PÉNAL P RÉGLEMENTAIRER : LA PROTECTION DES VICTIMES POTENTIELLES DE L ACTIVITÉ RÉGLEMENTÉE «Il faut sérieusement s prendre en considération les victimes potentielles de ceux qui exercent des activités s comportant un danger latent» (Sault Ste-Marie) «En bref, les mesures réglementaires r sont absolument essentielles pour assurer notre protection et notre bien-être en temps qu individus et pour permettre le fonctionnement efficace de la société. Elles sont justifiées dans tous les aspects de notre vie.» (Wholesale)

17 L OBJET DE LA LOI SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL : LA PROTECTION DU TRAVAILLEUR, VICTIME POTENTIELLE DE SON ENVIRONNEMENT ET DE SES PROPRES ERREURS HUMAINES Art. 2 : La présente loi a pour objet l él élimination à la source même m me des dangers pour la santé,, la sécurits curité et l intégrité physique des travailleurs ( ).( «C est le comportement de ceux qui entourent le travailleur qu on a voulu changer, par les articles de base de la loi ( ).(» (CSST c. Les Contenants industriels Ltée,, D.T.E. 87T-484) «( )) on ne s és étonnera pas si l on l attache beaucoup d importance à la définition d des droits des travailleurs. On ne s és étonnera pas non plus que les employeurs semblent astreints davantage à des obligations que bénéficiaires de droits.» (Bell Canada c. Québec (CSST) R.C.S. 749)

18 L OBJET DE LA LOI SUR LA SANTÉ SÉCURITÉ DU TRAVAIL : ET LA LA PROTECTION DU TRAVAILLEUR, VICTIME POTENTIELLE DE SON ENVIRONNEMENT ET DE SES PROPRES ERREURS HUMAINES (suite) En effet, l objectif l de la Loi sur la santé et la sécurits curité du travail est de prévenir les accidents de travail en protégeant les travailleurs qui peuvent potentiellement être victimes d accidents d en commettant des erreurs humaines. C est C ainsi qu il faut les protéger contre leurs propres erreurs. Et celui qui détient d ce pouvoir de protection, c est c l employeur. l C est C ce dernier qui contrôle la gestion et l encadrement l des employés s ainsi que l él équipement et les méthodes m de travail. Il a alors l obligation de prendre tous les moyens raisonnables afin de s assurer s que ses employés s travaillent en sécurits curité.» (CSST c. Marc Filiatreault Couvreur Inc., T.T., mai 2001)

19 LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR : CELLES DU MAÎTRE D OEUVRE Quelques exemples : Art. 51 : L employeur L doit prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurits curité et l intl intégrité physique du travailleur. Il doit notamment : (1) (3) S assurer que les établissements ( )( ) sont équipés s et aménag nagés s de façon à assurer la protection du travailleur. S assurer que l organisation l du travail et les méthodes et techniques utilisées ( )( ) sont sécuritaires ( ).(

20 LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR : CELLES DU MAÎTRE D ŒUVRE (suite) (5) (7) (9) (11) Utiliser les méthodes et techniques visant à identifier, contrôler et éliminer les risques ( ). Fournir un matériel sécuritaire ( ) Informer adéquatement le travailleur sur les risques et lui assurer la formation, l'entraînement et la supervision appropriés ( ). ( ) s'assurer que le travailleur, à l'occasion de son travail, utilise ces moyens et équipements (de protection individuelle)

21 L AMPLEUR DES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR N EST QUE LE COROLLAIRE DE L AMPLEUR DE SON POUVOIR DE CONTRÔLE Dans toute entreprise la loi s adresse s principalement AU GESTIONNAIRE et à ses représentants pour la raison élémentaire qu ils en ont le contrôle le.. (Bell Canada) «Il est vital qu il y ait un élément de contrôle, particulièrement rement dans les mains de ceux qui ont la responsabilité d activités s commerciales qui peuvent mettre le public en danger, pour promouvoir l observation l de règlements r conçus pour éviter ce danger. Ce contrôle peut être exercé par (TRADUCTION) «la surveillance ou l inspection, par l aml amélioration des méthodes m commerciales ou par des recommandations à ceux qu on peut espérer influencer ou contrôler»». (Sault Ste-Marie)

22 Les responsabilités du travailleur, celles de l employeur et du maître d œuvre Protéger sa santé,, sa sécurits curité ou son intégrit grité physique et veiller à ne pas mettre en danger la santé,, la sécurits curité ou l intl intégrité physique des autres personnes qui se trouvent sur les lieux de travail ou à proximité des lieux de travail (Art. 7, 8 et 49).

23 Le grand pouvoir du maître d œuvre envers les personnes qui se trouvent sur le chantier ou même à proximité: L obligation de faire preuve de diligence raisonnable pour voir au respect des règles prévues à la LSST.

24 LA DILIGENCE RAISONNABLE OBJECTIF : UN ÉLÉMENT La norme de diligence raisonnable requise correspond d abord d à celle des personnes qui exercent des activités s dans le domaine réglementé. (Wholesale)

25 LA DILIGENCE RAISONNABLE SUBJECTIF : UN ÉLÉMENT Une personne qui détient d des informations particulières res quant aux dangers potentiels de ses activités s doit en tenir compte même m me si ces connaissances ne sont pas répandues r dans l ensemble de l industrie. l (Brennan c. O.S.H.R.C. and Vy Lactos Laboratories, 494 F.2d 460 (1973)).

26 LA DILIGENCE RAISONNABLE, UN FARDEAU DE PREUVE EXIGEANT : LA PERSONNE N A PAS DROIT AU BÉNÉFICE DU DOUTE «En effet, on peut penser que dans presque tous les cas oùo une personne fait preuve de diligence, elle ne commet pas d infraction. d Ainsi, il n est n pas irrationnel de présumer la présence d une d négligence n lorsqu une une contravention est commise.» (A. MARCOTTE, Les moyens de défense d en matière pénale, p Développements D récents r en droit de la SST, Yvon Blais Inc P.171 et SS).

27 LA DILIGENCE RAISONNABLE : UNE ILLUSTRATION «Les tribunaux sont très s exigeants à l égard de la défense de diligence raisonnable. Le Tribunal du travail et la Cour Supérieure ont déclard claré, à maintes reprises, qu il ne suffit pas, pour un employeur, de fournir l él équipement approprié et de donner des directives aux employés s en présumant que les instructions seront suivies. Il ne suffit pas, non plus, de se fier sur l expl expérience des travailleurs ; il faut qu un un employeur prenne des mesures concrètes et positives pour assurer que la loi soit respectée». (CSST c Québec Inc., T.T., 10 juin 2002)

28 LA DILIGENCE RAISONNABLE : UNE ILLUSTRATION (suite) «Ces moyens que l employeur l doit prendre pour s assurer s que ses directives sont respectées et que ses employés s travaillent en sécurité comprennent les suivants : Vérifier que les employés s sont munis de l équipement de sécurits curité au moment de leur départ vers le site ; rencontrer le(s) contremaître(s) tre(s) afin de faire comprendre l importance l des instructions et les conséquences du non respect ;

29 LA DILIGENCE RAISONNABLE : UNE ILLUSTRATION (suite) faire surveiller les employés s et/ou faire des visites de contrôle au chantier ; faire des rappels verbaux et subséquemment par écrit en cas du non respect des directives ; émettre des avertissements et, si nécessaire, n imposer des mesures disciplinaires pour sanctionner le défaut d de respecter les directives émises.» (CSST c. Marc Filiatrault Couvreur Inc., D.T.E., 2001T-842)

30 L ABSENCE DE DILIGENCE RAISONNABLE : UNE ILLUSTRATION (suite) «Tant que les employés s sauront que leur employeur ne fait que les rappeler à l ordre et tant qu ils estimeront qu il leur revient à eux de juger de l él état dangereux de la situation, le laxisme sera à leurs yeux la règle, r ce qui va à l encontre de l objet l de la loi qui est l él élimination des dangers à la source même. m me. Aussi longtemps qu un un employeur refusera d assumer d pleinement et énergiquement ses droits de gérance, g en disciplinant si nécessaire n son travailleur récalcitrant r pour que lui et ses compagnons comprennent le caractère re sérieux s de l offense, l sa défense d de diligence raisonnable ne pourra trouver grâce aux yeux du tribunal, car y faire droit, serait accepter qu il est impuissant à amener ses employés à travailler en sécurité,, ce qui n est n pas le cas.» (CSST c Québec Inc., T.T., 15 juin 2001)

31 La diligence raisonnable et le maître d œuvre Or, en vertu de l'article 196 de la Loi sur la santé et la sécurité du travail, le maître d'œuvre est tenu, au même titre que l'employeur, de respecter les obligations imposées à ce dernier. C'est ainsi que la conduite fautive d'un sous-traitant entraîne la responsabilité pénale du maître d'œuvre à moins qu'il ne se disculpe, en démontrant, à la satisfaction du Tribunal, qu'il a pris toutes les précautions qu'une personne raisonnable devrait prendre, dans les circonstances, pour éviter la commission de l'infraction. (CSST c. Les Entreprises C.R. Guay inc., T.T., 5 janvier 2004)

32 Les moyens à prendre peuvent être formulés comme suit: détenir une programme de sécurité; s'assurer que les sous-traitants assistent aux réunions de sécurité sur le chantier, le cas échéant, et qu'ils sont au courant des mesures de sécurité que chacun doit respecter; rencontrer la personne responsable, chez le sous-traitant, afin de faire comprendre l'importance des mesures de sécurité et les conséquences du non respect de celles-ci; vérifier que l'équipement de sécurité est disponible sur les lieux de travail; vérifier que ces équipements sont effectivement utilisés; faire surveiller les employés ou effectuer régulièrement des visites de contrôle sur le chantier; faire des rappels quant à l'application des règles de sécurité et en cas du non respect de celles-ci ou des directives émises, imposer des sanctions appropriés.

33 C'est le maître d'œuvre qui, sur le chantier de construction, a non seulement la responsabilité de l'exécution de l'ensemble des travaux mais également la responsabilité de veiller à la sécurité de l'ensemble des travailleurs du chantier, incluant ceux relevant des soustraitants. De l'avis de la soussignée, dans le cas présent, le maître d'œuvre a failli à son devoir. (CSST c. Les Entreprise C.R. Guay inc., T.T., 5 janvier 2004)

34 C est ce qui est exigé par les tribunaux pour établir la diligence des maîtres d œuvre qui leur donne la légitimité et le pouvoir d agir.

35 Responsabilités de l entrepreneur général qui n est pas maître d œuvre : Responsable des actes de ses sous-traitants? Art.239 LSST: Dans une poursuite visée dans le présent chapitre, la preuve qu une infraction a été commise par ( ) un mandataire ( ) d un employeur suffit à établir qu elle a été commise par cet employeur ( )

36 LA DILIGENCE RAISONNABLE : UNE NÉCESSAIRE ET EXIGEANTE VISION PROSPECTIVE «( )) si l accusl accusé a fait preuve de diligence raisonnable, savoir s il s a pris toutes les précautions pour prévenir l infraction l et fait tout le nécessaire n pour le bon fonctionnement des mesures préventives.» (Sault Ste-Marie)

GESTION DE LA SOUS-TRAITANCE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL

GESTION DE LA SOUS-TRAITANCE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL GESTION DE LA SOUS-TRAITANCE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL PRÉSENTATION AUX ENTREPRENEURS FORESTIERS PAR: Lionel Bernier, avocat-conseil STEIN MONAST s.e.n.c.r.l. 15 FÉVRIER 2012 TABLE DES

Plus en détail

Selon la cour suprême du canada, la diligence raisonnable consiste en la démonstration, par une personne, qu elle

Selon la cour suprême du canada, la diligence raisonnable consiste en la démonstration, par une personne, qu elle Selon la cour suprême du canada, la diligence raisonnable consiste en la démonstration, par une personne, qu elle n a a pas été négligente; Qu elle a pris toutes les précautions nécessaires et raisonnables

Plus en détail

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL La santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses constituent un enjeu majeur sur les lieux de travail. À titre de dirigeants et dirigeantes de sections locales, il

Plus en détail

DEMANDES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC CADRE D INTERVENTION DE LA CSST EN PRÉVENTION-INSPECTION. Novembre 2009

DEMANDES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC CADRE D INTERVENTION DE LA CSST EN PRÉVENTION-INSPECTION. Novembre 2009 DEMANDES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC CADRE D INTERVENTION DE LA CSST EN PRÉVENTION-INSPECTION Novembre 2009 1010, rue Sherbrooke Ouest, bureau 510, Montréal (Québec) H3A 2R7 Tél. : 514-288-5161-1-877-288-5161

Plus en détail

UNE RÉFORME DU RÉGIME QUÉBÉCOIS DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ DU TRAVAIL: POUR QUI? POURQUOI? POUR QUAND?

UNE RÉFORME DU RÉGIME QUÉBÉCOIS DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ DU TRAVAIL: POUR QUI? POURQUOI? POUR QUAND? UNE RÉFORME DU RÉGIME QUÉBÉCOIS DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ DU TRAVAIL: POUR QUI? POURQUOI? POUR QUAND? Katherine Lippel, CRC en droit de la SST, Université d Ottawa Séminaire annuel Innovations, travail et

Plus en détail

Chef d'établissement 30 ans dans l intérêt de l entreprise

Chef d'établissement 30 ans dans l intérêt de l entreprise Registre unique du personnel Un registre du personnel doit être tenu dans les établissements industriels, agricoles et commerciaux, les offices publics et ministériels, les professions libérales, les sociétés

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail

Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail Environnement et Travail Santé et sécurité au travail Vos droits,vos responsabilités, et la loi sur la santé et sur la sécurité au travail «Quels sont mes droits en vertu de la loi?» «De quelle façon mon

Plus en détail

La prévention et l actualisation des risques professionnels

La prévention et l actualisation des risques professionnels 2 La prévention et l actualisation des risques professionnels Plan d intervention 1. Santé Sécurité : une question d actualité 2. Le contenu de l obligation générale de sécurité 3. L évaluation des risques

Plus en détail

Aspects réglementaires de la sous-traitance, de la cotraitance et du travail illégal dans le droit des chantiers

Aspects réglementaires de la sous-traitance, de la cotraitance et du travail illégal dans le droit des chantiers A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Aspects réglementaires de la sous-traitance, de la cotraitance

Plus en détail

Introduction à la SST

Introduction à la SST Introduction à la SST par Patricia Vega, ing. 1 Objectif de la présentation Donner une introduction générale sur le domaine de la prévention des accidents et des maladies du travail. 2 Lois, règlements

Plus en détail

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance Livret à destination des encadrants présents sur le terrain Pourquoi ce livret? La spécificité des entreprises de l industrie des

Plus en détail

Le chef de service est la clef de voûte de toute l architecture de la santésécurité au travail (SST) de son service.

Le chef de service est la clef de voûte de toute l architecture de la santésécurité au travail (SST) de son service. Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES ACTEURS INTERNES DE LA SST LE CHEF DE SERVICE... 1 LES AGENTS... 3 L'ASSISTANT ET/ OU CONSEILLER DE PREVENTION.4

Plus en détail

Voile Canada Code de conduite

Voile Canada Code de conduite 1. But et portée 1.1. Ce code de conduite définit le comportement qui est attendu de tous les participants Voile Canada. 1.2. Les «participants» Voile Canada sont des individus inscrits à des programmes

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 130 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par M. Philippe Couillard

Plus en détail

Livre VII CONTROLE ET SANCTIONS

Livre VII CONTROLE ET SANCTIONS Livre VII CONTROLE ET SANCTIONS Titre I REGISTRE DE SECURITE ET AFFICHAGE OBLIGATOIRE Chapitre I REGISTRE DE SECURITE Article Lp. 4711-1 L employeur tient un registre sur lequel sont portées ou annexées

Plus en détail

GUIDE DE SURVEILLANCE DES TRAVAUX

GUIDE DE SURVEILLANCE DES TRAVAUX GUIDE DE SURVEILLANCE DES TRAVAUX PARTIE INTÉGRANTE DU GUIDE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC L OUTIL INDISPENSABLE POUR ASSURER UN RÉSULTAT DE QUALITÉ! ATTENTION Ce document

Plus en détail

Santé et Sécurité au Travail SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITES PAR LE CDG 01

Santé et Sécurité au Travail SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITES PAR LE CDG 01 SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITES PAR LE CDG 01 De l obligation générale de sécurité de l élu-employeur vis-à-vis de ses agents "L'employeur prend les mesures nécessaires

Plus en détail

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale La direction de la police judiciaire et son contrôle par les autorités judiciaires au Sénégal Textes de référence :! loi n 65-61 du 21juillet1965 (Code de procédure pénale).! loi n 85-25 du 25 février

Plus en détail

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr DISCIPLINE 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note du 16 juin 2011 Cette note porte sur la procédure disciplinaire applicable

Plus en détail

POLITIQUES ET PROCÉDURES EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL GLOSSAIRE

POLITIQUES ET PROCÉDURES EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL GLOSSAIRE POLITIQUES ET PROCÉDURES EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL GLOSSAIRE Politiques et procédures en santé et sécurité du travail Ce glossaire est complémentaire au document Politiques et procédures en santé

Plus en détail

Pierre Poulin conseiller, ASSTSAS Grand Rendez-Vous CSST 2011

Pierre Poulin conseiller, ASSTSAS Grand Rendez-Vous CSST 2011 Rôle du Comité Paritaire de Santé et de Sécurité du Travail (CPSST) selon le modèle de la norme CSA Z1000-06 Pierre Poulin conseiller, ASSTSAS Grand Rendez-Vous CSST 2011 Bienvenue Présentation De l Association

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

Webinaire: Diligence raisonnable pour enseignants d ateliers

Webinaire: Diligence raisonnable pour enseignants d ateliers Webinaire: Diligence raisonnable pour enseignants d ateliers Diligence raisonnable pour les enseignants d ateliers Ordre du jour Introduction Diligence raisonnable Législation Conception de l atelier Organisation

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile Réponses aux questions 6.1 Le Code civil du Québec reconnait l'existence des

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES

OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES OBLIGATIONS ET DROITS DES FONCTIONNAIRES DE L EDUCATION NATIONALE Les fonctionnaires ont des obligations en contrepartie desquelles ils bénéficient de certains droits fondamentaux. I. QUELS SONT LES TEXTES

Plus en détail

Formation Sécurité Vos Obligations

Formation Sécurité Vos Obligations Formation Sécurité Vos Obligations Salon IDEBA 19 juin 2014 Beauvais SOMMAIRE Préalable : Notion de compétence Origine des Obligations de formation Obligation «sécurité» Obligation «sociale» Exemples Notion

Plus en détail

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DÉAQ-03 POLITIQUE FAVORISANT UN CLIMAT DE TRAVAIL SAIN ET LIBRE DE TOUTE FORME DE VIOLENCE ENVERS LE PERSONNEL SUR LES LIEUX DE TRAVAIL ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

Question Qu est-ce qu est qu une preuve de protection? Devrais-je voir un document quelconque?

Question Qu est-ce qu est qu une preuve de protection? Devrais-je voir un document quelconque? Qu est-ce qu est qu une preuve de protection? Devrais-je voir un document quelconque? Votre entrepreneur devrait avoir, ou peut facilement obtenir, un document de Travail sécuritaire NB qui indique qu

Plus en détail

Inscription à l OCRCVM «Qualités requises» pour les personnes autorisées

Inscription à l OCRCVM «Qualités requises» pour les personnes autorisées Avis relatif à l administration Généralités Destinataires à l interne: Affaires juridiques et conformité Inscription Personne-ressource : Rossana Di Lieto Vice-présidente à l inscription et aux plaintes

Plus en détail

Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail.

Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail. Formations et Services spécialisées en Ressources Humaines et Santé et Sécurité au Travail. (incluant les nouvelles réformes) * Formations - 2016 * Formations et services spécialisés en gestion des ressources

Plus en détail

BMHAVOCATS. Les nouveautés concernant le détachement de salariés Allemagne - France

BMHAVOCATS. Les nouveautés concernant le détachement de salariés Allemagne - France Les nouveautés concernant le détachement de salariés Allemagne - France Commission juridique de la Chambre franco-allemande de Commerce et d Industrie 14.09.2015 - Paris Dr. Aymeric Le Goff Partner Introduction

Plus en détail

Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité

Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité Workplace Health, Safety and Compensation Commission of New Brunswick WHSCC CSSIAT Commission de la santé, de la sécurité et de l indemnisation

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

pratiques Sanctionner un salarié les erreurs à éviter

pratiques Sanctionner un salarié les erreurs à éviter pratiques [pouvoir disciplinaire de l employeur] Sanctionner un salarié les erreurs à éviter Qu il s agisse de prononcer un avertissement ou un licenciement pour faute lourde, l exercice du droit disciplinaire

Plus en détail

Mémo employeur Acteurs internes à l entreprise, concourant à la préservation de la santé et la sécurité des travailleurs

Mémo employeur Acteurs internes à l entreprise, concourant à la préservation de la santé et la sécurité des travailleurs Dossier Thématique Mémo employeur Acteurs internes à l entreprise, concourant à la préservation de la santé et la sécurité des leurs Chacun a un rôle à jouer pour préserver la santé et la sécurité des

Plus en détail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail ANNEXE AU RÈGLEMENT DE TRAVAIL ; protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail Domaine d application L employeur et

Plus en détail

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4 BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA CODE DE CONDUITE DU CONSEIL D ADMINISTRATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail. Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte. www.manitoba.

Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail. Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte. www.manitoba. Pour obtenir plus de renseignements sur ces lignes directrices basées sur le Code des droits de la personne, veuillez communiquer avec le bureau de la Commission des droits de la personne du Manitoba de

Plus en détail

santé - sécurité au travail Responsabilité civile et pénale du chef d entreprise et de l encadrement

santé - sécurité au travail Responsabilité civile et pénale du chef d entreprise et de l encadrement santé - sécurité au travail Responsabilité civile et pénale du chef d entreprise et de l encadrement LA RESPONSABILITÉ CIVILE ET PÉNALE DES ACTEURS DE LA PRÉVENTION DANS LE DOMAINE DE L HYGIÈNE ET DE LA

Plus en détail

LA RECIDIVE A - LE PREMIER TERME DE LA RÉCIDIVE : UNE PREMIERE CONDAMNATION

LA RECIDIVE A - LE PREMIER TERME DE LA RÉCIDIVE : UNE PREMIERE CONDAMNATION LA RECIDIVE La récidive est la principale cause qui permet au juge de dépasser le maximum normal de la peine. Le délinquant après avoir été condamné pour une première infraction en commet une seconde.

Plus en détail

Code de conduite pour les étudiants de l'éducation des adultes et de la formation professionnelle

Code de conduite pour les étudiants de l'éducation des adultes et de la formation professionnelle Code de conduite pour les étudiants de l'éducation des adultes et de la formation professionnelle Département responsable : Éducation des adultes et de la formation professionnelle En vigueur le : 1 er

Plus en détail

Institut de la propriété intellectuelle du Canada

Institut de la propriété intellectuelle du Canada Institut de la propriété intellectuelle du Canada Code de conduite Version préliminaire Texte proposé 30 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES Définitions et règle fondamentale... 3 1. Compétence... 4 2. Confidentialité...

Plus en détail

Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick

Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick 1 Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick Lignes directrices relatives à la détermination d'une qualification professionnelle ou d'une qualification réellement requise et à l'obligation

Plus en détail

Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses

Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses Le ministère du Travail renforce l application de la Loi sur la santé et

Plus en détail

Par Maître Olivier PASSERA Avocat au Barreau de TOULOUSE Ancien responsable du Contentieux CPAM

Par Maître Olivier PASSERA Avocat au Barreau de TOULOUSE Ancien responsable du Contentieux CPAM Par Maître Olivier PASSERA Avocat au Barreau de TOULOUSE Ancien responsable du Contentieux CPAM L OBLIGATION GENERALE DE SECURITE DE L EMPLOYEUR Article L.4121-1 Code du Travail «L'employeur prend les

Plus en détail

DROITS ET OBLIGATIONS DES EMPLOYEURS ET DES TRAVAILLEURS

DROITS ET OBLIGATIONS DES EMPLOYEURS ET DES TRAVAILLEURS FICHE TECHNIQUE #37 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL DROITS ET OBLIGATIONS DES EMPLOYEURS ET DES TRAVAILLEURS La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) accorde

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

C EST PAYANT! Spécial «projet de loi 35» Être prudent, Sommaire. Mot du président 2

C EST PAYANT! Spécial «projet de loi 35» Être prudent, Sommaire. Mot du président 2 volume 40 www.apchq.com numéro spécial juillet 2009 Spécial «projet de loi 35» Être prudent, C EST PAYANT! Sommaire Mot du président 2 Dossier Ce que le projet de loi 35 modifie au régime de santé et de

Plus en détail

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Sylvie Poirier Avocate à la mise en application BULLETIN N 3673 514 878-2854 Le 20 septembre 2007 spoirier@ida.ca Discipline

Plus en détail

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE OBJECTIFS PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE Considérant la reconnaissance par la Ville de Montréal (ci-après

Plus en détail

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G (1) L établissement d un règlement intérieur est obligatoire dans les entreprises ou établissements où sont employés habituellement au moins 20 salariés. Règlement intérieur Voir commentaire -1 Le règlement

Plus en détail

Introduction à la maîtrise des énergies dangereuses: Le cadenassage selon la norme CSA Z460

Introduction à la maîtrise des énergies dangereuses: Le cadenassage selon la norme CSA Z460 Introduction à la maîtrise des énergies dangereuses: Le cadenassage selon la norme CSA Z460. Congrès Bitume Québec 22 Mars 2013 Présenté par Éric Deschênes ing. 1 Statistiques Répartition annuelle des

Plus en détail

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté

Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Responsabilité du transporteur en commun offrant un service de transport adapté Daniel Maillé, avocat Secrétariat et affaires juridiques Société de transport de Montréal 19 septembre 2008 1 1 Quelles sont

Plus en détail

SÉMINAIRE SUR LA MISE EN ŒUVRE DE L ARBITRAGE AU MAROC : LES ENSEIGNEMENTS DE L EXPÉRIENCE ÉTRANGÈRE LA PRATIQUE DE L ARBITRAGE AU CANADA

SÉMINAIRE SUR LA MISE EN ŒUVRE DE L ARBITRAGE AU MAROC : LES ENSEIGNEMENTS DE L EXPÉRIENCE ÉTRANGÈRE LA PRATIQUE DE L ARBITRAGE AU CANADA SÉMINAIRE SUR LA MISE EN ŒUVRE DE L ARBITRAGE AU MAROC : LES ENSEIGNEMENTS DE L EXPÉRIENCE ÉTRANGÈRE LA PRATIQUE DE L ARBITRAGE AU CANADA PAR M e SERGE BRAULT ARBITRE ET MÉDIATEUR RABAT, MAROC 26 JUIN

Plus en détail

I. La définition du harcèlement moral au travail

I. La définition du harcèlement moral au travail 1 Protection du fonctionnaire Harcèlement moral au travail NOR : MENH0700398C RLR : 610-7 e CIRCULAIRE n 2007-047 DU 27-2-2007 MEN DGRH B Lien : bulletin officiel n 10 du 8 mars 2007 Texte adressé aux

Plus en détail

Formation continue Droit scolaire

Formation continue Droit scolaire AVERTISSEMENTS Ce document est un support créé pour les étudiants de la HEP et complété à l occasion d une journée pédagogique. Il ne peut pas être exhaustif de la réglementation, ni répondre à toutes

Plus en détail

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique

Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur l interdiction d exercer une activité, l interdiction de contact et l interdiction géographique (Modification du code pénal, du

Plus en détail

i) la prestation d un programme de sensibilisation et de prévention relatif aux problèmes liés à la consommation d alcool et de drogues;

i) la prestation d un programme de sensibilisation et de prévention relatif aux problèmes liés à la consommation d alcool et de drogues; Procédure administrative : La drogue et l alcool Numéro : PA 7.009 Catégorie : Administration des écoles Pages : 7 Approuvée : le 19 octobre 1998 Modifiée : le 10 septembre 2012 Le Conseil scolaire catholique

Plus en détail

Chapitre 32 Dispositions finales

Chapitre 32 Dispositions finales Chapitre 32 Dispositions finales Table des matières 32 DISPOSITIONS FINALES... 32-3 32.1 AVIS AU CONTREVENANT... 32-3 32.2 INFRACTION... 32-3 32.3 INFRACTION CONTINUE... 32-3 32.4 CONSTATS D INFRACTION...

Plus en détail

Rôles, responsabilités et reddition de comptes en matière de santé et de sécurité du travail. (DIRECTIVE)

Rôles, responsabilités et reddition de comptes en matière de santé et de sécurité du travail. (DIRECTIVE) Encadrements administratifs Rôles, responsabilités et reddition de comptes en matière de santé et de sécurité du travail. (DIRECTIVE) Date d'entrée en vigueur: 12/11/30 Date de fin: Commentaire: Service

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

1. Modèle de délégation de pouvoirs intra-groupe et organigramme de délégation de pouvoirs

1. Modèle de délégation de pouvoirs intra-groupe et organigramme de délégation de pouvoirs 1. Modèle de délégation de pouvoirs intra-groupe et organigramme de délégation de pouvoirs N.B. : Le présent modèle de délégation de pouvoirs intra-groupe ne constitue qu'un exemple théorique et abstrait

Plus en détail

Catastrophe soudaine ou crise latente

Catastrophe soudaine ou crise latente Défis et changements Dans l œil du cyclone diriger en situation de crise Par Brian Ferguson, CA Président, Conseil sur la gestion des risques et la gouvernance L Institut Canadien des Comptables Agréés

Plus en détail

Panorama des différentes responsabilités

Panorama des différentes responsabilités Panorama des différentes responsabilités DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Catherine Nelken 1 Les responsabilités encourues Responsabilité civile Responsabilité disciplinaire

Plus en détail

A) Engagement du soumissionnaire. B) Agréation «Travaux publics»

A) Engagement du soumissionnaire. B) Agréation «Travaux publics» Engagement du soumissionnaire, agréation «Travaux publics», règles applicables à la sous-traitance, travailleurs indépendants, conditions de traitement des travailleurs, connaissance de la langue, modalités

Plus en détail

RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA CARTE PROFESSIONELLE

RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA CARTE PROFESSIONELLE RÈGLEMENT D APPLICATION DE LA CARTE PROFESSIONELLE Article 1er But Dans le but de surveiller l application des CCT qui adhérent au système de «Carte professionnelle», notamment le respect des conditions

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) Titre : Responsable de l'application : Santé et sécurité du travail Direction des services des ressources humaines Adoption : 23 mars 1998 (98-03-23-05) Entrée

Plus en détail

L alcool au travail. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril 2010 1

L alcool au travail. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / 1 er avril 2010 1 C est très tôt, dés le début du XX siècle, qu apparaissent les premières dispositions légales encadrant la consommation d alcool sur le lieu de travail. Gérer les problèmes liés à la consommation ou à

Plus en détail

Loi sur la reprise des travaux dans l industrie de la construction

Loi sur la reprise des travaux dans l industrie de la construction PREMIÈrE SESSION QUARANTIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 54 (2013, chapitre 20) Loi sur la reprise des travaux dans l industrie de la construction Présenté le 30 juin 2013 Principe adopté le 30 juin

Plus en détail

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION I. RAISON D ÊTRE ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de vérification (le «Comité») aide le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail

Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM

Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM Le 2 février 2015 Champ d application Les Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM remplacent les versions antérieures des Lignes directrices sur

Plus en détail

file://g:\ressources humaines\formulaires VARIÉS\Directive sur le harcèlement a...

file://g:\ressources humaines\formulaires VARIÉS\Directive sur le harcèlement a... Page 1 sur 6 Bureau des ressources humaines Accueil English Directive sur le harcèlement au travail - Fonction publique du Nouveau- Brunswick 1. APPLICATION La présente directive vise tous les membres

Plus en détail

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE CI 049M C.G. Code de procédure civile MÉMOIRE Février 2012 AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE Présenté à la Commission des institutions par L OACIQ, UN ORGANISME AYANT POUR

Plus en détail

sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse:

sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse: sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse: confie au mandataire 1 nom/adresse: le mandat décrit dans le présent contrat:

Plus en détail

Questions/Réponses. Question : Vrai ou Faux? Il est interdit de faire travailler un enfant de moins de 16 ans.

Questions/Réponses. Question : Vrai ou Faux? Il est interdit de faire travailler un enfant de moins de 16 ans. Questions/Réponses CATÉGORIE : DISCRIMINATION FONDÉE SUR L ÂGE. Il est interdit de faire travailler un enfant de moins de 16 ans. Faux. Un enfant de moins de 16 ans peut travailler en dehors des heures

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 DOCUMENT OFFICIEL CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 Service des ressources humaines www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION (POLITIQUE) Titre : Responsable de l application : Probité et des antécédents judiciaires Personne responsable de la direction des Services des ressources humaines Adoption

Plus en détail

Règlement de lotissement

Règlement de lotissement Règlement de lotissement AVIS AU LECTEUR : La présente codification administrative n'a pas de valeur officielle et n'est préparée que pour la commodité du lecteur. Toute erreur ou omission relevée devrait

Plus en détail

La CSST Qui sommes nous? Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur

La CSST Qui sommes nous? Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur La CSST Qui sommes nous? Par : Charles Taschereau, conseiller DPI Olivier Lesquir, inspecteur Blainville 3 avril 2008 La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) Une compagnie d assurance

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE ORDRE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC N : 17-03-00002 DATE : 13 Février 2004 LE COMITÉ : Présidente Me Carole Marsot Membre Mme Renée O Dwyer, erg. Membre Mme

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

La Justice en France. Par Jean-Marie MICHALIK, De La Salle METZ

La Justice en France. Par Jean-Marie MICHALIK, De La Salle METZ La Justice en France Par Jean-Marie MICHALIK, De La Salle METZ Plan I. Les principes de la Justice II. L organisation de la Justice III. Les métiers de la justice IV. La Cour d Assises V. Le tribunal pour

Plus en détail

«EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL

«EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL Logo de l entreprise L entreprise XYZ Inc. «EXEMPLE» D UNE POLITIQUE SUR LES DROGUES ET L ALCOOL EN MILIEU DE TRAVAIL de L ENTREPRISE XYZ INC. Avril 2008 BUT DE LA POLITIQUE...2 DÉFINITIONS...2 CHAMP D

Plus en détail

Employé ou travailleur indépendant?

Employé ou travailleur indépendant? Employé ou travailleur? RC4110(F) Rév. 06 Pour obtenir plus de renseignements Si vous désirez plus de renseignements après avoir consulté cette publication, visitez notre site Web à www.arc.gc.ca ou appelez

Plus en détail

DIRECTIVE ÉCOCIDE. Article 1 Définition de l Écocide

DIRECTIVE ÉCOCIDE. Article 1 Définition de l Écocide DIRECTIVE ÉCOCIDE Article 1 Définition de l Écocide 1. Écocide La présente Directive établit la définition de l' Écocide comme l endommagement important, la destruction ou la perte d écosystèmes d un territoire,

Plus en détail

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers. Numéro du rôle : 4723 Arrêt n 8/2010 du 4 février 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

Plus en détail

DÉNEIGEMENT 2014-2015

DÉNEIGEMENT 2014-2015 DÉNEIGEMENT 2014-2015 STATIONNEMENT DE L HÔTEL DE VILLE Madame, Monsieur, La Municipalité demande des prix pour le contrat de déneigement du stationnement de l hôtel de ville pour la saison 2014 2015.

Plus en détail

POLITIQUE DES VOYAGES

POLITIQUE DES VOYAGES POLITIQUE DES VOYAGES INTRODUCTION Cette politique vient préciser les principes des voyages organisés par l École Polyvalente des Îles. Elle vise également à définir les modalités de réalisation des activités

Plus en détail

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration 1. Le conseil d administration (le conseil) est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire

Plus en détail

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur CODE DE CONDUITE DU SERVICE DE PLACEMENT DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SPLA) RÉGISSANT L ENCADREMENT DES STAGES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES ET DE GÉNIE (FSG) EN MILIEU DE TRAVAIL ARTICLE 1 ARTICLE 2 ARTICLE 3

Plus en détail

Ministère du Travail, des Relations industrielles et de l Emploi

Ministère du Travail, des Relations industrielles et de l Emploi Ministère du Travail, des Relations industrielles et de l Emploi Mieux comprendre les amendements proposés aux lois du travail Les principales caractéristiques des amendements proposés au «Employment Rights

Plus en détail

Les employeurs qui exploitent une entreprise au Canada devraient connaître les lois suivantes en matière d emploi :

Les employeurs qui exploitent une entreprise au Canada devraient connaître les lois suivantes en matière d emploi : Emploi 117 EMPLOI L emploi est un secteur très réglementé au Canada, soumis à la fois à des lois fédérales et provinciales. La majorité des employeurs sont assujettis aux lois provinciales, à l exception

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014 DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Mise à jour janvier 2014 Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL «ARTICLE 29» SUR LA PROTECTION DES DONNÉES

GROUPE DE TRAVAIL «ARTICLE 29» SUR LA PROTECTION DES DONNÉES GROUPE DE TRAVAIL «ARTICLE 29» SUR LA PROTECTION DES DONNÉES 1271-04-02/08/FR WP 155 rév. 04 Document de travail sur les questions fréquemment posées (FAQ) concernant les règles d entreprise contraignantes

Plus en détail