intérimaire. développement nationales. gestion axée sur les résultats.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "intérimaire. développement nationales. gestion axée sur les résultats."

Transcription

1 50 TOGO INTRODUCTION LE TOGO COMPTE 6 MILLIONS D HABITANTS. Son revenu ntionl rut pr hitnt est de 350 USD. Aujourd hui, ce pys ne remplit ucun des 8 ojectifs du Millénire pour le développement (OMD), mis semle en mesure de pouvoir en tteindre deux (ojectifs 2 et 6), à condition que des chngements soient opérés. Pendnt plus de 10 ns, l Union européenne (UE) suspendu s coopértion économique vec le Togo en rison de violtions répétées des principes démocrtiques. Depuis 2005 et l rrivée u pouvoir de Fure Gnssingé, l UE levé en grnde prtie ses snctions. L ide pulique u développement (APD) consentie u Togo ugmenté de 23 % entre 2004 et En 2006, elle tteint 79 millions USD, soit 3.6 % du revenu ntionl rut, ce qui indique une file dépendnce à l ide. Ce chpitre été étli à prtir d informtions fournies pr le gouvernement du Togo et cinq donneurs, qui sont à l origine de 69 % de l APD octroyée u pys. Suite à son dhésion à l Déclrtion de Pris en mi 2006, le Togo prticipe pour l première fois à l enquête sur l efficcité de l ide. À l exception de l indicteur 2 pour lequel des données existient en 2005, les ojectifs-ciles pour 2010 seront dérivés de ce premier rpport. ASPECTS 2007 DÉFIS ACTIONS PRIORITAIRES Approprition File Étlir une strtégie Adopter le Document de strtégie ntionle de développement. de réduction de l puvreté intérimire. VUE D ENSEMBLE ENCADRÉ 50.1: Défis et ctions prioritires Alignement File Définir les politiques de développement ntionles. Réformer le système de gestion des finnces puliques. Appliquer les recommndtions de l Revue des dépenses puliques et de l gestion finncière de l Étt. Hrmonistion File Utiliser les dispositifs communs. Créer les structures nécessires à l rtionlistion et l coordintion de l ide. Gestion xée sur les résultts File Étlir des mécnismes de gestion xée sur les résultts. Renforcer les cpcités sttistiques. Responsilité mutuelle File Créer un mécnisme d évlution mutuelle des progrès. Étlir un dilogue à ce sujet entre les prtenires techniques et finnciers et le gouvernement togolis. 50-1

2 APPROPRIATION L APPROPRIATION CONSTITUE UN ÉLÉMENT CLÉ DE LA DÉCLARATION DE PARIS. Elle est crucile pour l efficcité de l ide et l otention de résultts en termes de développement. L expérience montre que l ide est plus efficce lorsqu elle soutient les efforts de développement des pys prtenires et des politiques uxquelles dhèrent vriment les dirigents, les fonctionnires et les citoyens de ces pys. Pr contre, elle perd en efficcité lorsque les politiques sont imposées. INDICATEUR 1 Les pys ont-ils des strtégies de développement opértionnelles? L pproprition se définit comme l cpcité des pys à exercer une réelle mîtrise sur leurs politiques et strtégies de développement. Elle est d utnt plus difficile à cquérir que les pys sont lrgement triutires des pports d ide pour finncer leurs progrmmes de développement. L pproprition est difficilement mesurle à l ide d un seul indicteur. L indicteur 1 évlue le crctère opértionnel de l strtégie de développement du pys sur une échelle llnt de A à E, A représentnt l meilleure note. Seuls les pys clssés A ou B sont considérés comme dotés d une strtégie de développement opértionnelle. Cette évlution repose sur trois critères : 1. Un cdre strtégique unifié : le pys une vision à long terme cohérente et une strtégie à moyen terme dérivée de cette vision et liée à des strtégies de développement locl et sectoriel. 2. Un ensemle de priorités : le pys des ojectifs de développement en rpport vec un ensemle d ojectifs à long terme, gloux et équilirés. Les ctions de moyen terme identifiées dns l strtégie de développement ntionl sont en rpport vec ces ojectifs et suivent un chemin ien lisé. 3. Un lien strtégique vec le udget : le pys des ressources fiscles et une cpcité à rendre opértionnelle s strtégie, notmment l cpcité de l réviser insi que son udget en fonction de données portnt sur les progrès rélisés. L ojectif de l Déclrtion de Pris concernnt cet indicteur est de porter à 75 % l proportion de pys prtenires ynt des strtégies de développement opértionnelles ien ou qusiment étlies (ctégorie A ou B). En 2007, seuls 15 % des pys étient dns ce cs, 48 % ont otenu une note C, 13 % une note D ou E (les utres n ynt ps été évlués). En 2007 comme en 2005, l strtégie de développement ntionle du Togo n ps été évluée cr le Togo ne dispose ps de strtégie ntionle de développement. En effet, le Document de strtégie de réduction de l puvreté (DSRP) intérimire, fondée sur une strtégie ntionle de développement à long terme, est toujours u stde d doption pr le gouvernement. Il n existe donc ps de strtégie de référence sur lquelle les prtenires techniques et finnciers peuvent ligner leurs ppuis. 50-2

3 ALIGNEMENT LA DÉCLARATION DE PARIS PRÉVOIT que les donneurs fssent reposer entièrement leur soutien sur les strtégies de développement, les institutions et les procédures des pys prtenires. L expérience montre qu une ide ien lignée sur les politiques des pys d une prt, et sur les systèmes ntionux d utre prt, contriue dvntge u développement qu une ide frgmentée répondnt ux priorités des donneurs. Tout comme l pproprition, l lignement plusieurs dimensions et est difficile à mesurer. C est pourquoi sept indicteurs (indicteurs 2 à 8) ont été retenus pour mesurer les différents spects de l lignement. METTRE EN PLACE DES SYSTÈMES NATIONAUX FIABLES L lignement de l ide sur les politiques de développement ntionles nécessite que les pys prtenires soient dotés d un système de gestion des finnces puliques file (GFP). Évluer l fiilité de l GFP des pys revient à mesurer le degré d dhésion des systèmes existnts ux onnes prtiques générlement cceptées ou l mise en plce d un progrmme de réformes visnt à promouvoir l doption de meilleures prtiques. L évlution des systèmes de GFP s ppuie sur une composnte de l Évlution de l politique et des institutions ntionles (EPIN) de l Bnque mondile. Il s git de l indicteur 13 de l EPIN qui sert à mesurer l qulité des systèmes ntionux de gestion udgétire et finncière à prtir des critères suivnts : l existence d un udget complet et crédile lié ux priorités de l ction pulique ; l existence de systèmes efficces de gestion finncière des dépenses et des recettes udgétires ; l étlissement en temps voulu de rpports udgétires précis ; une réprtition clire et équilirée des dépenses et des recettes entre les différents niveux d dministrtion. L qulité de l gestion du udget et des finnces puliques est évluée sur une échelle llnt de 1 à 6 ; 6 correspondnt à une très onne qulité. L ojectif-cile fixé dns l Déclrtion de Pris est que l moitié des pys prtenires progressent d u moins un demi point d ici En 2005 et 2007, le Togo otenu l note de 2 («système file») pour l qulité de l gestion de son udget et des finnces puliques. À titre de comprison, en 2006, seul un pys prticipnt à l enquête 2006 vit otenu un tel score. L grnde mjorité des pys pris en considértion dns l enquête de 2006 de suivi de l mise en œuvre de l Déclrtion de Pris se situient dns les ctégories «plutôt insuffisnt» à «plutôt file», et environ 31 % des pys étient dotés de systèmes considérés comme étnt u moins «plutôt files». Aujourd hui, seuls 10 % des pys prticipnt à l enquête de suivi et de mise en œuvre de l Déclrtion de Pris otiennent une telle note. INDICATEUR 2 Quelle est l fiilité des systèmes ntionux de gestion des finnces puliques? 50-3

4 Une revue des dépenses puliques et de l gestion finncière de l Étt initiée en 2006 et menée d un commun ccord entre le gouvernement togolis, l Bnque fricine de développement (BAD), le Progrmme des Ntions unies pour le développement (PNUD), l Frnce et l Bnque mondile permis d identifier les principux prolèmes du système de gestion des finnces puliques togolis. Afin d y fire fce, le gouvernement vient d engger vec le soutien de ses prtenires techniques et finnciers (PTF) un progrmme de politique économique et finncière Ce nouveu progrmme prévoit, entre utres, l ppliction des directives finncières de l Union économique et monétire ouest fricine (UEMOA) reltives à l psstion des mrchés et u udget unique insi que l nomintion des juges de l cour des comptes et l crétion d une inspection de contrôle u sein du ministère des Finnces. INDICATEUR 2 Quelle est l fiilité des systèmes ntionux de psstion des mrchés? Ces réformes touchent ussi u système de psstion des mrchés pulics. En effet, il est non seulement prévu d ppliquer les directives de l UEMOA en l mtière mis ussi de réformer le système de psstion des mrchés pulics vec l mise en œuvre des recommndtions de l étude de dignostic du système de psstion des mrchés initiée pr le gouvernement en 2003 vec l ppui de l Bnque mondile et de l BAD. ALIGNER LES APPORTS D AIDE SUR LES PRIORITÉS NATIONALES INDICATEUR 3 TABLEAU 50.1 : Les estimtions udgétires du gouvernement sont-elles complètes et rélistes? Une comptilité détillée et exhustive des pports finnciers extérieurs et de leur utilistion est un moyen indispensle pour s ssurer que les donteurs lignent effectivement leur ide sur les priorités de développement ntionles et pour rendre compte de l utilistion des ressources dédiées u développement. L formultion du udget est un élément centrl du processus d élortion des politiques dns tous les pys. C est pourquoi le degré d exhustivité et de précision de l comptilistion dns le udget des contriutions finncières des donneurs en fveur du secteur pulic est un on indicteur du sérieux des efforts déployés pour rttcher l ide ux politiques et processus ntionux. L ide udgétire est toujours prise en compte dns le udget, mis d utres modlités de l ide, comme notmment l ide-projet, devrient églement y être inscrites dns leur intégrlité. Aide comptilisée dns le udget pour 2007 Aide versée u secteur pulic durnt 2007 notifié pr les donneurs c = / c = / Bnque mondile 3 0 3% Commission européenne % Étts-Unis Fonds interntionl de développement gricole Fonds mondiux Frnce % Ntions Unies % 2007* Rtio moyen / donneurs % Totl % * Le rtio de référence est c = /, suf lorsque les versements comptilisés pr les utorités udgétires sont supérieurs ux versements progrmmés (c = /). 50-4

5 L ojectif de l Déclrtion de Pris concernnt l comptilistion dns le udget est que, d ici 2010, les contriutions finncières des donneurs soient convenlement comptilisées dns le udget fin que les utorités des pys prtenires puissent présenter des rpports udgétires précis à leurs citoyens et à leur prlement. L indicteur 3 représente le pourcentge des versements d ide u secteur pulic notifiés pr les donneurs et qui est pris en compte dns les prévisions udgétires pour le même exercice. Le tleu 1 indique les versements d ide et les pports d ide comptilisés dns le udget, en chiffres ruts. On constte qu il existe des écrts dns un sens comme dns l utre, les pports d ide pouvnt ussi ien être sous-évlués que surévlués dns le udget. L ojectif de l Déclrtion de Pris est de réduire de moitié, d ici 2010, l prt des versements d ide u secteur pulic qui n est ps comptilisée dns le udget, pour tteindre un pourcentge des versements d ide u secteur pulic notifiés pr les donneurs et pris en compte dns les prévisions udgétires d u moins 85 %. En 2007, les prévisions udgétires sous-évluent l ide. En effet, 69 % (et uniquement 11 % si l on considère l moyenne des donneurs) de l ide effectivement versée u secteur pulic togolis été comptilisée dns le udget, ce qui représente en vleur un montnt de 32 millions USD sur les 47 déoursés pr les donneurs. Cet écrt s explique principlement pr un mnque de communiction entre les différents ministères concernés et ce même si des progrès sensiles ont été consttés u niveu de certins ministères sectoriels tels que l snté et l éduction qui inscrivent les ides u développement (y compris les ides projet) dns les udgets-progrmmes. RENFORCER LE DÉVELOPPEMENT DES CAPACITÉS PAR UN SOUTIEN COORDONNÉ Le renforcement des cpcités est considéré dns l Déclrtion de Pris comme essentiel pour méliorer les résultts en mtière de développement et tteindre les ojectifs d pproprition, d lignement de l ide et de responsilité mutuelle. Il est de plus en plus lrgement dmis que le renforcement des cpcités implique des chngements dns les règles institutionnelles et les systèmes orgnistionnels, et non ps simplement des ctions de formtion et un trnsfert de compétences. De l même mnière, on considère que pour être couronné de succès, le renforcement des cpcités doit nécessirement être le fruit d un processus endogène, c est-à-dire conduit pr des cteurs ntionux ynt des ojectifs précis, exploitnt efficcement les cpcités existntes et hrmonisnt l ide extérieure à l intérieur de ce cdre. Coopértion technique coordonnée Coopértion technique totle c = / Bnque mondile 0 0 0% Commission européenne 0 2 0% Étts-Unis 0 0 0% Fonds interntionl de développement gricole Fonds mondiux Frnce % Ntions Unies % Totl % 2007 INDICATEUR 4 TABLEAU 50.2 : Quel pourcentge de l coopértion technique est coordonné vec des progrmmes ntionux? 50-5

6 L indicteur 4 vise à montrer dns quelle mesure l coopértion technique des donneurs, en tnt qu élément contriunt u renforcement des cpcités, évolue vers ce modèle. L ojectif-cile défini dns l Déclrtion de Pris est que, d ici 2010, 50 % des pports de coopértion technique soient mis en œuvre dns le cdre de progrmmes coordonnés. Au Togo, en 2007, seulement 29 % des pports notifiés u titre de l ssistnce technique étient considérés comme destinés à finncer des progrmmes coordonnés. Pourtnt, le Togo des esoins crint en termes de renforcement des cpcités. Le Progrmme ntionl de renforcement des cpcités (PNRC), éloré en 2006, fit étt du déficit énorme des cpcités ntionles, surtout en ressources humines, ce qui crée des situtions critiques dns certins ministères. Prmi les services les plus exposés u mnque de cpcités, figurent entre utres l unité de coordintion de l Déclrtion de Pris, l unité de coordintion du DSRP, l Direction de coordintion des ssistnces extérieures, le Trésor, l Direction du Budget, l Direction du contrôle finncier. UTILISER LES SYSTÈMES NATIONAUX INDICATEUR 5 TABLEAU 50.3 : Quel pourcentge de l ide llouée u secteur pulic psse pr les systèmes ntionux? L indicteur 5 mesure l utilistion fite pr les donneurs des trois composntes du système ntionl de gestion des finnces puliques, soit le système d exécution du udget, le système de reddition des comptes et le système de contrôle finncier. Les résultts de l enquête indiquent qu en 2007 uniquement 4 % de l ide llouée u secteur pulic togolis psse pr les systèmes ntionux de GFP. L indicteur 5 mesure spécifiquement l utilistion du système de psstion des mrchés fite pr les donneurs. En 2007, uniquement 15 % de l ide llouée u secteur pulic psse pr le système de psstion des mrchés. Aide versée u secteur pulic durnt 2007 Système d exécution du udget Systèmes de gestion des finnces puliques Système de reddition de comptes c Système de contrôle finncier Systèmes de psstion des mrchés Systèmes de psstion 2007 des mrchés d vg (,c,d) / e e / Bnque mondile % 0 0% Commission européenne Étts-Unis FIDA Fonds mondiux Frnce % 7 60% Ntions Unies % 0 0% Totl % 7 15% Ces files niveux d utilistion des systèmes ntionux s expliquent principlement pr leur mnque de fiilité. Les systèmes ntionux doivent être réformés en profondeur et des efforts doivent être déployés fin de réduire les risques de corruption et les délis d exécution du udget

7 ÉVITER LES STRUCTURES DE MISE EN ŒUVRE PARALLÈLES Dns l Déclrtion de Pris, les donneurs sont invités à «éviter, dns toute l mesure du possile, l mise en plce de structures spécifiquement chrgées de l gestion quotidienne et de l mise en œuvre des projets et progrmmes finncés pr l ide». L indicteur 6 recense le nomre d unités de mise en œuvre prllèles, le terme «prllèle» renvoynt à toute unité créée en dehors des structures institutionnelles ntionles existntes. L ojectif-cile glol est de réduire des deux tiers, d ici 2010, le nomre d unités prllèles, pour le rmener de à seulement 611. Les résultts de l enquête recensent 13 unités prllèles. Il est difficile de dire priori s il s git d un nomre file ou élevé d unités prllèles. Toutefois le rpport pys souligne que ce chiffre est certinement en deçà de l rélité cr il semle que tous les donneurs n ient ps ppréhendé de l même mnière l notion d unité prllèle. Le recours ux unités prllèles de mises en œuvre s explique principlement pr le fit qu elles permettent de pllier les files cpcités de l dministrtion liées notmment ux systèmes d incittion des gents de l Étt, à l insuffisnce et à l moilité des cdres insi qu à l lourdeur 2007 (en nomre) Bnque mondile 2 Commission européenne 4 Étts-Unis 0 Fonds interntionl de développement gricole 0 Fonds mondiux 0 Frnce 0 Ntions Unies 7 Totl 13 des procédures. Cependnt, il fut souligner que certins efforts sont fits pour réduire le nomre d unités prllèles. Le Fonds mondil de lutte contre l tuerculose, le pludisme et le VIH/SIDA notmment crée le Country Coordintion Mechnism-Togo, un orgnisme ntionl chrgé des projets et progrmmes de ce donneur. INDICATEUR 6 TABLEAU 50.4 : Comien y -t-il d unités prllèles de mise en œuvre des projets en dehors des structures existnt dns le pys? PRÉVISIBILITÉ ACCRUE DES APPORTS D AIDE L prévisiilité des pports d ide est générlement considérée comme essentielle pour fciliter ux pys prtenires l gestion de leurs finnces puliques et pour leur permettre une plnifiction réliste de leur développement. Les données recueillies dns le cdre de l enquête permettent d nlyser l prévisiilité de l ide sous deux ngles. Le premier est l cpcité des donneurs et des gouvernements à verser l ide en temps voulu. Le second est l cpcité de ces derniers à comptiliser vec précision les versements effectués pr les donneurs. L indicteur 7 indique dns quelle mesure les fonds dont le versement est progrmmé u cours d un exercice donné figurent ien dns les comptes ntionux comme versés u cours de cet exercice, indépendmment du signe (positif ou négtif) de l éventuel écrt constté. L Déclrtion de Pris pour ojectif de rpprocher ce pourcentge de 100 %. INDICATEUR

8 TABLEAU 50.5 : Quel est le rpport entre les versements progrmmés et les versements comptilisés pr l dministrtion? En 2007, seulement 14 % des fonds progrmmés ont été comptilisés pr le gouvernement. Les écrts entre l ide progrmmée et effectivement versée sont dus, en générl, à un mnque de circultion de l informtion (les revues à mi-prcours ne sont ps communiquées ux services éttiques concernés) et à l filesse des cpcités de l dministrtion togolise qui engendre de l lenteur dns l élortion des ppels d offres et de muvises estimtions des coûts réels des interventions finncées. Versements enregistrés pr l dministrtion en 2007 Versements progrmmés pr les donneurs en 2007 Aide versée u secteur pulic durnt 2007* 2007 notifié pr les donneurs (référence) c = / c = / Bnque mondile Commission européenne % Étts-Unis Fonds interntionl de développement gricole Fonds mondiux Frnce % Ntions Unies % Averge donor rtio % Totl % * Le rtio de référence est c = /, suf lorsque les versements comptilisés pr les utorités udgétires sont supérieurs ux versements progrmmés (c = /). L méliortion de l prévisiilité de l ide psse oligtoirement pr une réforme sustntielle du système de gestion des finnces puliques. Il fudrit ussi étlir un espce de dilogue entre les utorités togolises et les donneurs ce qui permettrit d nticiper les vleurs proles de l ide llouées et d étlir un rythme de décissement. DÉLIEMENT DE L AIDE INDICATEUR 8 Quelle est l prt de l ide non liée? Les signtires de l Déclrtion de Pris réffirment leur dhésion à l recommndtion de 2001 du CAD sur le déliement de l ide pulique u développement des pys les moins vncés et s enggent à poursuivre les progrès dns ce domine. Entre 2005 et 2007, u Togo, l prt de l ide non liée est pssée de 84 % à 56 %. 50-8

9 HARMONISATION LES DONNEURS ET LES AUTORITÉS PARTENAIRES ne prviennent ps à ssurer l lignement complet des pports d ide sur les strtégies et les systèmes ntionux. Dns ces conditions, l efficcité de l ide serit méliorée si les donneurs hrmonisient leurs ctions et doptient des procédures ussi simples et trnsprentes que possile. L enquête s intéresse à deux spects de l hrmonistion : l utilistion de dispositifs communs dns le cdre d pproches fondées sur des progrmmes, d une prt, et l conduite de missions conjointes et le prtge des trvux d nlyse, d utre prt. UTILISER DES DISPOSITIFS COMMUNS L indicteur 9 mesure l prt de l ide versée u secteur pulic dns le cdre d pproches fondées sur des progrmmes. L ojectif générl de l Déclrtion de Pris pour 2010 est que 66 % de l ide u secteur pulic soient ssurés pr le iis de cdres communs fondés sur des progrmmes. En 2007, l proportion de l ide u secteur pulic versée dns le cdre d pprochesprogrmmes est de 39 %, ce qui est loin de l ojectif générl de l Déclrtion de Pris. L mise en œuvre de l strtégie ntionle de développement u trvers du DSRP-I, qui vient d être vlidé, et du DSRP complet, ttendu pour le dernier trimestre de l nnée 2008, fvoriser certinement l utilistion de dispositifs communs fondés sur des progrmmes. INDICATEUR 9 TABLEAU 50.6 : Quel est le montnt des pports d ide versés dns le cdre d pproches fondées sur des progrmmes? Soutien udgétire Approches fondées sur des progrmmes Autres pproches fondées sur des progrmmes Bnque mondile % Commission européenne % Étts-Unis % Fonds interntionl de développement gricole Fonds mondiux % Frnce % Ntions Unies % Totl % Totl c = + Totl des pports d ide versés d 2007 e = c / d RÉALISATION CONJOINTE DE MISSIONS ET MISE EN COMMUN DES CONCLUSIONS DES ANALYSES CONDUITES Les indicteurs 10 et 10 mesurent respectivement l proportion de missions sur le terrin effectuées conjointement et l prt des trvux d nlyse pr pys menés conjointement ou donnnt lieu à une coordintion. Les ojectifs pour 2010 sont de 40 % pour les missions conjointes et de 66 % pour les trvux d nlyse conjoints. Selon l indicteur 10, en 2007, 15% des missions sur le terrin ont été effectuées conjointement. Et, selon l indicteur 10, en 2007, 21% des trvux d nlyse ont été menés conjointement ou ont donné lieu à une coordintion. 50-9

10 INDICATEUR 10 TABLEAU 50.7: Comien de missions de donneurs sont coordonnées? INDICATEUR 10 TABLEAU 50.8 : Comien d nlyses pr pys sont coordonnées? Missions coordonnées * (en nomre) Totl missions (en nomre) c = / Bnque mondile % Commission européenne Étts-Unis Fonds interntionl de développement gricole % Fonds mondiux 0 2 0% Frnce % Ntions Unies % Totl % * Note : le nomre totl de missions coordonnées été minoré fin d éviter une doule comptilistion. Un coefficient de pondértion de 35 % lui été ppliqué. Trvux coordonnés* (en nomre) Totl trvux d nlyse (en nomre) c = / Bnque mondile % Commission européenne 0 4 0% Étts-Unis Fonds interntionl de développement gricole Fonds mondiux Frnce % Ntions Unies % Totl % * Note : le nomre totl de trvux coordonnés été minoré fin d éviter une doule comptilistion. Un coefficient de pondértion de 25 % lui été ppliqué Si des trvux nlytiques et des missions sont rélisés conjointement, ujourd hui, u Togo (revue nlytique du système de psstion des mrchés ssocint l Bnque Mondile et l BAD insi que les missions conjointes dns le cdre du projet de modernistion de l Justice), leur générlistion se heurte à plusieurs difficultés telles que l sence de groupes thémtiques opértionnels insi que le climt de concurrence régnnt entre les illeurs. Il fut souligner ussi qu ucun mécnisme ni de l prt des prtenires, ni de l prt du gouvernement n est encore mis en plce pour rtionliser et coordonner les missions et trvux nlytiques. GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS INDICATEUR 11 Les pys sont-ils dotés de cdres d évlution des performnces se prêtnt à un suivi? DANS LA DÉCLARATION DE PARIS, les pys prtenires s enggent à s efforcer de mettre en plce des cdres d évlution et de notifiction orientés vers les résultts. Ces derniers doivent permettre de suivre les progrès rélisés dns l mise en œuvre des principles strtégies ntionles et sectorielles en utilisnt un nomre limité d indicteurs. Pys prtenires et donneurs s enggent mutuellement à renforcer les cpcités des pys et à insturer une gestion xée sur les résultts. L indicteur 11 évlue l existence dns les pys prtenires de cdres d évlution des performnces. Trois critères d évlution sont pris en compte : l qulité de l informtion sur le développement, l ccès des prties prenntes à l informtion sur le développement, et l existence d un dispositif de suivi et d évlution coordonné u niveu du pys. L indicteur 11 se réprtit en cinq ctégories qulittives llnt de A (le cdre d évlution des performnces met effectivement en œuvre de onnes prtiques) à E (le cdre d évlution des performnces ne trduit guère de mesures orientées vers l mise en œuvre de onnes prtiques)

11 Pour le Togo, l indicteur 11 n est disponile ni pour 2005, ni pour Les cdres d évlutions des performnces n existent ps dns ce pys. C est pourquoi le DSRP intérimire prévoit l crétion d un vste système d informtion pour le suivi et l évlution de l Strtégie de réduction de l puvreté (SRP). Ce système s rticule utour de trois xes : le suivi des conditions de vie des ménges, le suivi des progrmmes et projets et, enfin, l évlution. Il pour ojectifs de produire des indicteurs et des informtions de se pour chcun des secteurs prioritires dns le DSRP, de fournir des informtions pour le suivi des progrmmes et des projets de réduction de l puvreté et enfin de permettre l évlution d impcts des politiques, des progrmmes et des projets. Toutefois l mise en plce d un tel système d évlution des performnces exige un enggement clir de l Étt et le soutien des illeurs de fonds pour le renforcement des cpcités sttistiques u Togo. Il semle indispensle d méliorer le fonctionnement de l Direction générle de l sttistique et de l comptilité ntionle (DGSCN). À cette fin, il fudrit élorer une Strtégie ntionle pour le développement de l sttistique (SNDS) et les délégtions régionles de l sttistique. Il fudrit ussi élorer un progrmme de renforcement des cpcités sttistiques sectorielles dns les différents ministères. RESPONSABILITÉ MUTUELLE LA NOTION DE RESPONSABILITÉ MUTUELLE est une innovtion importnte de l Déclrtion de Pris. Elle prt du principe que l ide est plus efficce lorsque les donneurs et les gouvernements prtenires sont responsles devnt leurs opinions puliques de l utilistion qui est fite des ressources à l ppui du développement, et lorsque les uns et les utres doivent se rendre mutuellement des comptes. L indicteur retenu (indicteur 12) renvoie plus spécifiquement à l responsilité mutuelle portnt sur l exécution des enggements de prtenrit pris dns l Déclrtion de Pris et des ccords éventuellement conclus à l échelon locl concernnt l méliortion de l efficcité de l ide. L question posée dns l enquête porte sur l existence, dns les pys considérés, d un mécnisme d exmen mutuel des progrès ccomplis dns l exécution des enggements souscrits. Il n existe ps encore de système d évlution mutuelle des progrès sur l efficcité de l ide u Togo. Toutefois, il existe u niveu de l pluprt des donneurs des mécnismes de concerttion vec le gouvernement pour déterminer en mont comme en vl, les responsilités de chcun dns l rélistion des projets ou progrmmes. INDICATEUR 12 Les pys disposent-ils de mécnismes d évlution mutuelle? 50-11

12 RESUMÉ TABLEAU 50.9 NIVEAUX DE RÉFÉRENCE ET OBJECTIFS-CIBLES LE TABLEAU CI-APRÈS PRÉSENTE les notes otenues pr le Togo en 2007, pour chcun des indicteurs de l Déclrtion de Pris. Ces différents indicteurs suggèrent que sur de nomreux points le Togo est encore loin des ojectifs générux de l Déclrtion de Pris. L doption rpide d un DSRP complet semle un point de déprt indispensle pour une meilleure efficcité de l ide. INDICATEUR 2007 OBJECTIFS-CIBLES Les prtenires ont des strtégies de développement opértionnelles N/A N/A 2 Des systèmes ntionux files de gestion des finnces puliques 2,0 2,5 2 Des systèmes ntionux files de psstion des mrchés Ps disponile Ps disponile 3 Les pports d ide sont lignés sur les priorités ntionles 69% 78% 4 Renforcement des cpcités pr un soutien coordonné 29% 50% 5 Utilistion des systèmes ntionux de gestion des finnces puliques 4% Ps d ojectif 5 Utilistion des systèmes ntionux de psstion des mrchés 15% Non pplicle 6 Éviter les structures de mise en œuvre prllèles L ide est dvntge prévisile 14% 40% 8 L ide est non liée 56% Plus de 84% 9 Utilistion de procédures ou dispositifs communs 39% 66% 10 Missions sur le terrin. 15% 40% 10 Trvux nlytiques pr pys 21% 66% 11 Cdres xés sur les résultts N/A N/A 12 Responsilité mutuelle Non Oui CONTRIBUTEURS Coordinteur ntionl : Dji Kind Negne Correspondnt donneur : Ntions Unies SIGLES APD BAD CAD DGSCN DSRP EPIN GFP OMD PNRC PNUD PTF SNDS SRP UE UEMOA Aide pulique u développement Bnque fricine de développement Comité d ide u développement Direction générle de l sttistique et de l comptilité ntionle Document de strtégie de réduction de l puvreté Évlution de l politique et des institutions ntionles Gestion des finnces puliques Ojectifs du Millénire pour le développement Progrmme ntionl de renforcement des cpcités Progrmme des Ntions unies pour le développement Prtenires techniques et finnciers Strtégie ntionle pour le développement de l sttistique Strtégie de réduction de l puvreté Union européenne Union économique et monétire ouest fricine 50-12

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

A Identification de l acheteur

A Identification de l acheteur MISE A JOUR OCTOBRE 2008 MARCHéS PUBLICS/ACCORDS-CADRES D é c l r t i o n d u c n d i d T En cs de cndidtures groupées, remplir une déclrtion de cndidture pr membre du groupement. Tous les documents constitunt

Plus en détail

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs Série des trités européens - n 79 Convention européenne sur l responsilité civile en cs de dommges cusés pr des véhicules utomoteurs Strsourg, 14.V.1973 Prémule Les Etts memres du Conseil de l'europe,

Plus en détail

46 SÉNÉGAL INTRODUCTION. VUE D ENSEMBLE ENCADRÉ 46.1 : Défis et actions prioritaires

46 SÉNÉGAL INTRODUCTION. VUE D ENSEMBLE ENCADRÉ 46.1 : Défis et actions prioritaires 46 SÉNÉGAL INTRODUCTION LE SÉNÉGAL COMPTE ENVIRON 11.4 MILLIONS D HABITANTS. Avec un taux de croissance annuel moyen de 2.4 %, sa population augmente à un rythme sensiblement supérieur à la moyenne des

Plus en détail

Elaboration et construction du nouveau nuancier de couleur de la viande de veau

Elaboration et construction du nouveau nuancier de couleur de la viande de veau 2010 Compte-rendu finl n 00 10 32 009 Déprtement Techniques d élevge et Qulité Service Qulité des Vindes Croline EVRAT GEORGE Dnièle RIBAUD collection résultts Elortion et construction du nouveu nuncier

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

Acceptation (d une libéralité)

Acceptation (d une libéralité) A Accepttion (d une libérlité) L ccepttion d une libérlité est un cte très importnt, sns lequel, il n y ps libérlité, que l on soit en présence d un trnsfert entre vifs ou à cuse de mort. I. L rt. 932

Plus en détail

METHADOSE MC Dépendance aux opiacés

METHADOSE MC Dépendance aux opiacés METHADOSE MC Dépendnce ux opicés OCTOBRE 2013 Mrque de commerce : Methdose Dénomintion commune : Méthdone (chlorhydrte de) Fbricnt : Mllinckro Forme : Solution Orle Teneur : Ajout ux listes de médicments

Plus en détail

Lasers multicolores pour le diagnostic cellulaire

Lasers multicolores pour le diagnostic cellulaire Lsers multicolores pour le dignostic cellulire Nelly RONGEAT et Philippe NERIN Hori Medicl Vincent COUDERC et Philippe LEPROUX XLIM Guillume HUSS Leukos nelly.ronget@hori.com Le dignostic cellulire est

Plus en détail

Sociétés scientifiques de soins (AFG)

Sociétés scientifiques de soins (AFG) Schweizerischer Verein für Pflegewissenschft Assocition Suisse pour les sciences infirmières Swiss Assocition for Nursing Science Sociétés scientifiques de soins (AFG) REGLEMENT DES SOCIETES SCIENTIFIQUES

Plus en détail

Dynamique des systèmes et automates à états

Dynamique des systèmes et automates à états Chpitre 8 Dynmique des systèmes et utomtes à étts L modélistion sttique s intéresse à ce qu il y dns le système, à s structure, etc. L modélistion de l dynmique trite de l évolution du système dns le temps.

Plus en détail

Impact Recherche. St-Jean / St-Hyacinthe. Outremont / Roberval Lac-St. - Bagot 17 septembre élections partielles Rapport Final

Impact Recherche. St-Jean / St-Hyacinthe. Outremont / Roberval Lac-St. - Bagot 17 septembre élections partielles Rapport Final Impct Recherche Outremont / Roervl Lc-St St-Jen / St-Hycinthe - Bgot 17 septemre élections prtielles Rpport Finl Tle des mtières SOMMAIRE EXÉCUTIF 3 CONTEXTE, OBJECTIFS, ET MÉTHODOLOGIE 6 PROFIL 12 NOTORIÉTÉ

Plus en détail

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

Gonaïves : les moniteurs du projet JPO

Gonaïves : les moniteurs du projet JPO Newsletter Cp-Hïtien Fort-Liberté Hinche Port-de-Pix Gonïves Cyes Jérémie Jcmel Mirgone Edition # 4 / Juin 2009 Lorsqu ils voyient le jour, en mi 2007, les CMM vient pour voction d offrir ux Hïtiens un

Plus en détail

Transformation de la Production : d un Centre de Coût à un Centre de Services Jeudi 18 juin 2009

Transformation de la Production : d un Centre de Coût à un Centre de Services Jeudi 18 juin 2009 Trnsformtion de l Production : d un Centre de Coût à un Centre de Services Jeudi 18 juin 2009 Atos, Atos et le poisson, Atos Origin et le poisson, Atos Consulting insi que le poisson seul sont des mrques

Plus en détail

Examen des préférences des consommateurs urbains en matière de cultivars de pomme

Examen des préférences des consommateurs urbains en matière de cultivars de pomme FESTIVAL 2010 Exmen des préférences des consommteurs urins en mtière de cultivrs de pomme Rpport de projet : Progrmme de développement de produits gricoles innovteurs (DPAI) Évlution sensorielle recherche

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2007 valant Rapport financier annuel valant Document de référence

RAPPORT ANNUEL 2007 valant Rapport financier annuel valant Document de référence RAPPORT ANNUEL 2007 vlnt Rpport finncier nnuel vlnt Document de référence Le présent document de référence été déposé uprès de l AMF le 31 mrs 2008, conformément à l rticle 212-13 du Réglement Générl de

Plus en détail

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE n 2 - octobre 2013 Comptge des fibres d minte dns un prélèvement d ir DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE Votre rpport décrypté ÉDITO Vous ccompgner Comment respecter une

Plus en détail

Ater Lucis. La lumière maîtrisée

Ater Lucis. La lumière maîtrisée Ater Lucis L lumière mîtrisée 09/2009 Contenu A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Ater Lucis Démrche Qulités Focus pr modèle Circeo Xelios Arboris A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Bonhomme

Plus en détail

Lycée Faidherbe, Lille MP1 Cours d informatique 2013 2014. Automates

Lycée Faidherbe, Lille MP1 Cours d informatique 2013 2014. Automates Lycée Fidhere, Lille MP Cours d informtique 203 204 Automtes I Déterministes........................... 2 Définitions 2 Exemple 2 Action des mots 3 Lngge reconnu 3 II Incomplets.............................

Plus en détail

Revenus des travailleurs agricoles, notamment dans les pays en voie de développement

Revenus des travailleurs agricoles, notamment dans les pays en voie de développement Orgnistion interntionle du Trvil ACRD VIII/1974/III (ntérieurement PAC) Commission consulttive du développement rurl uitième session, Genève, 30 septembre 11 octobre 1974 Troisième question à l'ordre du

Plus en détail

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales» P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Notion de qualité de l énergie

Notion de qualité de l énergie BULLEIN DE L UNION DES PHYSICIENS 509 Notion de qulité de l énergie pr Pul ROUX et JenRobert SEIGNE Lycée Clude Furiel 42022 SintÉtienne Cedex RÉSUMÉ L conservtion de l énergie est insuffisnte pour ustifier

Plus en détail

Données mondiales sur la cécité

Données mondiales sur la cécité Données mondiles sur l cécité B. Thylefors, Docteur en médecine # A.-D. Négrel, R. Prrjsegrm, K.Y. Ddzie, # Chrgé de progrmme. (Merci d dresser toute demnde de duplict u Coordonnteur) * Ophtlmologistes

Plus en détail

1. Contribution au raccordement

1. Contribution au raccordement TARIFS 215 CHAUFFAGE A DISTANCE CONTRIBUTIONS AU RACCORDEMENT 1. Contribution u rccordement 1.1 L contribution u rccordement est clculée en fonction des kw th souscrits dns le cdre des puissnces normlisées.

Plus en détail

Les consultations et visites des médecins généralistes

Les consultations et visites des médecins généralistes L enquête de l Drees rélisée en 2002 uprès des médecins générlistes libérux porte sur le contenu et l issue de leurs consulttions et visites, u regrd de leurs crctéristiques et de celles de leurs ptients.

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

CODE. de la publicité et de la communication commerciale pour les produits cosmétiques

CODE. de la publicité et de la communication commerciale pour les produits cosmétiques CODE Septemre 2015 - Reproduction utorisée moyennnt mention de l source E.R. Frédérick Wrzée de l pulicité et de l communiction commercile pour les produits cosmétiques 1 Tle des mtières 2 1 2 3 4 5 6

Plus en détail

Plan diversité 2012-2013

Plan diversité 2012-2013 Pln diversité 2012-2013 SPF MOBILITE & TRANSPORTS L diversité, gge de qulité! Service d encdrement Personnel & Orgnistion Personne contct diversité Sylvi Ardizzone sylvi.rdizzone@moilit.fgov.e 02/ 277

Plus en détail

le journal de GDP Vendôme GDP VENDôME, un groupe

le journal de GDP Vendôme GDP VENDôME, un groupe é DITION 2013 le journl de GDP Vendôme n édito GDP VENDôME, un groupe résolument tourné vers l venir En 2013, les conjonctures chngent, l investissement en EHPAD demeure vec des dispositifs fiscux toujours

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux 1/29 Théorie des Lngges Formels Chpitre 5 : Automtes minimux Florence Levé Florence.Leve@u-picrdie.fr Année 2014-2015 2/29 Introduction Les lgorithmes vus précédemment peuvent mener à des utomtes reltivement

Plus en détail

Convention sur la responsabilité civile des dommages résultant d'activités dangereuses pour l'environnement *

Convention sur la responsabilité civile des dommages résultant d'activités dangereuses pour l'environnement * Série des trités européens - n 150 Convention sur l responsilité civile des dommges résultnt d'ctivités dngereuses pour l'environnement * Lugno, 21.VI.1993 Les Etts memres du Conseil de l'europe, les utres

Plus en détail

FAQ sur l utilisation d Ecoline-solo

FAQ sur l utilisation d Ecoline-solo FAQ sur l utilistion d Ecoline-solo De quel mtériel i-je esoin pour compléter les informtions demndées dns Ecoline-solo? Pour remplir rpidement toutes les informtions demndées dns Ecoline-solo, vous devez,

Plus en détail

Le pilotage raisonné de l irrigation : pour maximiser la rentabilité et réduire l impact environnemental

Le pilotage raisonné de l irrigation : pour maximiser la rentabilité et réduire l impact environnemental Le pilotge risonné de l irrigtion : pour mximiser l rentilité et réduire l impt environnementl Auteurs : Crl Boivin 1, Christine Lndry 1 et Lu Belzile 1 Collorteurs : Pul Deshênes 1, Julie Minguy 1, Dnièle

Plus en détail

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels C A N C E R L lettre de vloristion de l ORS PACA - SE4S (UMR 912 Inserm-IRD- Université Aix-Mrseille) N 2 3 2 0 1 0 R e g r d S n t é e s t l l e t t r e d e v l o r i s t i o n d e s t r v u x d e r e

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Introdution edatenq est une pplition qui permet ux entreprises de ompléter et d'envoyer leurs délrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une pplition internet totlement séurisée du SPF Eonomie. Les

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

Absence du condamné (Procédure en l )

Absence du condamné (Procédure en l ) A Absence du condmné (Procédure en l ) Une procédure de jugement pr défut est mise en œuvre devnt les juridictions de l ppliction des peines si trois conditions sont réunies (CPP, rt. 712-9 l. 1 er et

Plus en détail

Pour le SNU, cet accord acte des points importants car il maintient : LA SOLIDARITE ENTRE LES REVENUS

Pour le SNU, cet accord acte des points importants car il maintient : LA SOLIDARITE ENTRE LES REVENUS Mutuelle : Le SNU signtire de l ccord Le SNU vient de décider de signer le nouvel ccord sur l mutuelle d étblissement de Pôle emploi. Cet ccord qui concerne tous les personnels de Pole Emploi révise l

Plus en détail

La photonique intégrée sur silicium

La photonique intégrée sur silicium L photonique intégrée sur silicium Lurent FULBERT, Sylvie MENEZO CEA-Leti Frédéric BŒUF, Jen-Frnçois CARPENTIER STMicroelectronics Delphine MARRIS-MORINI, Lurent VIVIEN Université Pris-Sud Gung-Hu DUAN

Plus en détail

Inégalités socio-économiques et mortalité de l enfant : comparaison dans neuf pays en développement Adam Wagstaff 1

Inégalités socio-économiques et mortalité de l enfant : comparaison dans neuf pays en développement Adam Wagstaff 1 Thème spécil Inéglités de snté Dossiers thémtiques Inéglités socio-économiques et mortlité de l enfnt : comprison dns neuf pys en développement Adm Wgstff 1 Cet rticle est le résultt d une enquête et de

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012 MMIM Modèles mthémtiques en informtique musicle Mrc Chemillier Mster M2 Atim (Ircm), 2011-2012 Notions théoriques sur les lngges formels - Définitions générles o Mots, lngges o Monoïdes - Notion d utomte

Plus en détail

Services Web. www.roquebrunesurargens.fr cverbeek@roquebrunesurargens.fr. 2540 RD N7 83520 Roquebrune-sur-Argens

Services Web. www.roquebrunesurargens.fr cverbeek@roquebrunesurargens.fr. 2540 RD N7 83520 Roquebrune-sur-Argens Services Web 2015 Notre service communiction à Roquebrune-sur-Argens rélise en interne l crétion de votre site Internet Vitrine. Ce service est disponible à tous les professionnels du tourisme. Tél 04

Plus en détail

28 Bâtiment 42 Génie civil 58 Hydraulique

28 Bâtiment 42 Génie civil 58 Hydraulique Rpport Annuel 2011 Sommire 2 Messge du président 4 Équipe de direction 6 Profil 8 Repères 10 Synergies 12 Performnces économiques 14 Un réseu de fililes locles 17 Métiers du génie civil spécilisé 18 Mngement

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

Des solutions pour l eau potable. Solutions pour le traitement de l eau potable par Severn Trent Services

Des solutions pour l eau potable. Solutions pour le traitement de l eau potable par Severn Trent Services Des solutions pour l eu potble Solutions pour le tritement de l eu potble pr Severn Trent Services Des solutions complètes pour le tritement de l eu potble Severn Trent Services, principl fournisseur de

Plus en détail

Lancement d u site Internet

Lancement d u site Internet Lncement d u site Internet d u S M E T O M - G E E O D E www.smetom-geeode.fr Votre contct presse Erwn GUILLERON, chrgé de communiction SMETOM-GEEODE - 14 rue l Mirie - 77160 Poigny Tél : 01.64.00.26.45

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Le football et ses trajectoires

Le football et ses trajectoires Le footll et ses trjectoires Guillume Dupeux (guillume.dupeux@espci.fr), Croline Cohen, Anne Le Goff, Dvid Quéré et Christophe Clnet (clnet@ldhyx.polytechnique.fr) LdHyX, MR CNRS 7646, École polytechnique,

Plus en détail

Directive relative à la mise en oeuvre de grues et de machines de chantier à proximité de lignes électriques aériennes

Directive relative à la mise en oeuvre de grues et de machines de chantier à proximité de lignes électriques aériennes Directive reltive à l mise en oeuvre de grues et de mchines de chntier à proximité de lignes électriques ériennes 1 Chmp d ppliction Chmp d ppliction L présente directive s pplique ux trvux exécutés u

Plus en détail

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis AFD AFN Opértions Lemme de pompge 1/ 36 Théorie des Lngges Épisode 2 Automtes finis Thoms Pietrzk Université Pul Verline Metz AFD AFN Opértions Lemme de pompge Reconnisseur Définition Configurtion Accepttion

Plus en détail

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie Exo7 Zéros des fonctions Vidéo prtie 1. L dichotomie Vidéo prtie. L méthode de l sécnte Vidéo prtie 3. L méthode de Newton Dns ce chpitre nous llons ppliquer toutes les notions précédentes sur les suites

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

Transformations géodésiques en France Métropolitaine

Transformations géodésiques en France Métropolitaine Trnsformtions géodésiques en Frnce Métropolitine 1 Processus de chngement de système... 1.1 Définitions... 1. Similitude 3D à 7 prmètres... 1.3 Modèle «à 7 prmètres»... 3 1.4 Coordonnées géogrphiques (,,h)

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Sources de photons jumeaux : des débats sur l intrication aux nouvelles technologies quantiques

Sources de photons jumeaux : des débats sur l intrication aux nouvelles technologies quantiques Sources de photons jumeux : des déts sur l intriction ux nouvelles technologies quntiques Sr DUCCI Lortoire Mtériux et Phénomènes Quntiques, Université Pris Diderot sr.ducci@univ-pris-diderot.fr L intriction

Plus en détail

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL Préceptort de Mécnique Quntique 1 ère nnée Florent Krzkl, PCT, Bureu F.3-14 LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL I-1/ Soit une brrière de

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

Du 5 au 7 mai 2014. 4 eme édition du Pavillon France ACCESSORIE CIRCUIT. Vous êtes... Vous voulez...

Du 5 au 7 mai 2014. 4 eme édition du Pavillon France ACCESSORIE CIRCUIT. Vous êtes... Vous voulez... 4 eme édition du Pvillon Frnce ACCESSORIE CIRCUIT ÉTATS-UNIS - New-York Du 5 u 7 mi 2014 Plus de 233 000 $ de commndes rélisées sur plce lors de l précédente session. un rendez-vous incontournble, bien

Plus en détail

Convention-cadre du Conseil de l'europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société

Convention-cadre du Conseil de l'europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société 200 er Beilgen XXV. GP - Sttsvertrg - Rhmenüereinkommen in frnzösisher Sprhfssung (Normtiver Teil) 1 von 10 Prémule Convention-re u Conseil e l'europe sur l vleur u ptrimoine ulturel pour l soiété Les

Plus en détail

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION 6.1 STRUTURES PLES FOREES DE POUTRES RELTIOS ETRE HRGES ET ELEETS DE REDUTIO Les vritions des éléments de réduction,,, lorsqu'on psse d'une section à l'utre, sont liées pr des reltions fondmentles que

Plus en détail

Etalement urbain et consommation de l espace : étude comparée de Besançon, Belfort, Montbéliard

Etalement urbain et consommation de l espace : étude comparée de Besançon, Belfort, Montbéliard Etlement urin et onsommtion de l espe : étude omprée de,, Jen-Philippe Antoni, Smy Youssoufi To ite this version: Jen-Philippe Antoni, Smy Youssoufi. Etlement urin et onsommtion de l espe : étude omprée

Plus en détail

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I Mnuel d instructions du KIT de mise à niveu I TABLE DES MATIÈRES AVANT DE COMMENCER... 2 NOUVELLES FONCTIONNALITÉS... 2 UTILISATION DE LA TABLETTE À STYLET... 3 À propos de l tblette à stylet... 3 Utilistion

Plus en détail

DCG session 2011 UE8 Systèmes d information et de gestion Corrigé indicatif. 1. Expliquer les cardinalités des associations NECESSITER, SE DEROULER

DCG session 2011 UE8 Systèmes d information et de gestion Corrigé indicatif. 1. Expliquer les cardinalités des associations NECESSITER, SE DEROULER DCG session 2011 UE8 Systèmes d informtion et de gestion Corrigé indictif DOSSIER 1 : PREPARER ET FORMER LES ENTRAINEURS 1. Expliquer les crdinlités des ssocitions NECESSITER, SE DEROULER Intitulé de l'ssocition

Plus en détail

Caractérisation de l épaisseur et du module d élasticité du béton des dalles par des techniques acoustiques

Caractérisation de l épaisseur et du module d élasticité du béton des dalles par des techniques acoustiques 1 ème Congrès Frnçis de Mécnique Bordeux, 6 u 30 oût 013 Crctéristion de l épisseur et du module d élsticité du éton des dlles pr des techniques coustiques N. RENAULT, P. PLIYA, J-L. GALLIAS. Lortoire

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)?

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)? IN 02 6 mrs 2009 Rttrpge NOM : Prénom : ucun document n est utorisé. ce QCM outit à une note sur 42 points. L note finle sur 20 ser otenue simplement en divisnt l note sur 42 pr 2. Il suffit donc de donner

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

Primitive et intégrale d une fonction continue

Primitive et intégrale d une fonction continue Primitive et intégrle d une fonction continue O. Simon, Université de Rennes I 24 mi 2005 Avertissement : Ceci n est ps le contenu d une leçon de CAPES. Dns le progrmme 2002 de terminles S, on introduit

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

la filière d'élevage de la coquille Saint-Jacques éléments de réflexion pour l'évaluation économique

la filière d'élevage de la coquille Saint-Jacques éléments de réflexion pour l'évaluation économique eche l filière d'élevge de l coquille Sint-Jcques éléments de réflexion pour l'évlution économique Jen-Clude DAO / Ifremer-Brest Pierre-Gilds FLEURY / Ifremer-Brest Philippe PAQUOTTE / Ifremer-Pris Etl

Plus en détail

Table des matières. Avant propos

Table des matières. Avant propos Tble des mtières Avnt propos ii 1 Intégrle de Riemnn 1 1.1 Intégrle des fonctions en esclier............ 2 1.2 Fonctions intégrbles u sens de Riemnn........ 6 1.3 Propriétés générles de l intégrle de Riemnn......

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le Snté & trvil en GROUPEMENT REGIONAL DE SANTE PUBLIQUE DE PICARDIE Le constt -3 à trvers l enquête décennle snté Avec l loi reltive à l politique de snté publique d oût 4, l problémtique de l snté u trvil

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE F L O I R AC

REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE F L O I R AC DEPARTEMENT DE LA GIRONDE ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX CANTON DE FLOIRAC COMMUNE DE FLOIRAC Objet : Gestion de l dette délégtion de pouvoirs du conseil municipl u Mire REPUBLIQUE FRANÇAISE EXTRAIT DU REGISTRE

Plus en détail

Automates finis. porte

Automates finis. porte utomtes finis Il s git d un modèle très souple, qui s dpte à des domines très différents en informtique. D une fçon générle, il sert à représenter les divers étts d un système (mécnique, électronique ou

Plus en détail

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Série des Trités européens - n 34 ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Strsourg, 22.VI.1960 Texte révisé conformément ux dispositions du Protocole (STE n 54), entré en vigueur

Plus en détail

Equations d'état, travail et chaleur

Equations d'état, travail et chaleur Equtions d'étt, trvil et chleur Exercice On donne R 8, SI. ) Quelle est l'éqution d'étt de n moles d'un gz prfit dns l'étt,,? En déduire l'unité de R. ) Clculer numériquement l vleur du volume molire d'un

Plus en détail

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience Le Bureu de projet : un inventire des cdres conceptuels d nlyse de l efficience Monique Aubry* et Denis Thuillier** * étudinte u progrmme de doctort conjoint en dministrtion, ESG-UQAM. ** professeur u

Plus en détail

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE L essentiel sur le PLAN LOCAL DE DÉPLACEENTS et le PLAN ARCHE de Pline Commune AVEC PLAINE COUNE, LES DÉPLACEENTS DE DEAIN SONT EN ARCHE Se déplcer ujourd hui et demin sur le territoire de Pline Commune

Plus en détail

Lois de probabilité à densité

Lois de probabilité à densité Lois de probbilité à densité Christophe ROSSIGNOL Année scolire 0/03 Tble des mtières Loi à densité sur un intervlle I. Deux exemples pour comprendre..................................... Densité de probbilité...........................................3

Plus en détail

Plans d aménagement particulier «quartiers existants» - PAP QE

Plans d aménagement particulier «quartiers existants» - PAP QE Commune de Nommern Bourghof, Cruchten, Eichelbour, Kleinbourghof, Niederglbch, Nommern, Oberglbch, Schlederhff, Schrondweiler, Seylerhof et Zhneschhff Plns d méngement prticulier «qurtiers existnts» -

Plus en détail

Programme d identification visuelle de la Ville de Québec. Guide sommaire des normes graphiques

Programme d identification visuelle de la Ville de Québec. Guide sommaire des normes graphiques Progrmme d identifiction visuelle de l Ville de Québec Guide sommire des normes grphiques Progrmme d identifiction visuelle L Ville de Québec s est dotée d un progrmme d identifiction visuelle cohérent,

Plus en détail

Guide de référence sur l'architecture et les flux de données BES 12

Guide de référence sur l'architecture et les flux de données BES 12 Guide de référence sur l'rchitecture et les flux de données BES 12 Pulié : 2016-01-04 SWD-20160104143441780 Tle des mtières À propos de ce guide... 5 Architecture : solution EMM BES12...6 Composnts utilisés

Plus en détail

D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ RÉSUMÉ ABSTRACT

D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ RÉSUMÉ ABSTRACT L Météorologie 8 e série - n 28 - décemre 1999 57 D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ Guy Crochrd et Didier Renut

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Menace sur les investissements?

Menace sur les investissements? MAI 2012 SUPPLÉMENT AU N 291 LA REVUE DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE l vie de l mf Mence sur les investissements? edito Rencontre Demin, le monde rurl Le 4 juillet prochin, l AMF orgnise, en prtenrit

Plus en détail

Biostatistiques et statistiques appliquées aux sciences expérimentales

Biostatistiques et statistiques appliquées aux sciences expérimentales Biosttistiques et sttistiques liquées ux sciences exérimentles ANOVA à deux fcteurs Pscl Bessonneu, Christohe Llnne et Jérémie Mttout* Cogmster A4 2006-2007 * jeremiemttout@yhoo.fr. 1/16 Progrmme de l

Plus en détail

Cellule exploitation et gestion du domaine public

Cellule exploitation et gestion du domaine public RÈGLEMENT DÉPARTEMENTAL DE VOIRIE Direction des routes Service Exploittion Mintennce Cellule exploittion et gestion du domine pulic SOMMAIRE TITRE I - DOMANIALITÉ PRINCIPES... Article - Pouvoirs du Président

Plus en détail

PROTEKTOR PROFILÉS POUR LES SYSTÈMES COMPOSÉS D'ISOLATION THERMIQUE

PROTEKTOR PROFILÉS POUR LES SYSTÈMES COMPOSÉS D'ISOLATION THERMIQUE PROTEKTOR PROFILÉS POUR LES SYSTÈMES COMPOSÉS D'ISOLATION THERMIQUE PROFILÉS POUR LA CONSTRUCTION MODERNE 1 1 11 11 11 11 11 10 1 1 11 1 1 1 1 1 1 1 1 1 11 1 1 1 0 0 0 0 0 11 11 1 1 1 1 1 11 11 11 1 1

Plus en détail

clés de Les l'apprentissage

clés de Les l'apprentissage Réseu des centres publics de formtion professionnelle et pr pprentissge du Ministère de l Agriculture en Midi-Pyrénées clés de l'apprentissge Les c+5 B u du CAP L'Employeur L pprentissge constitue un excellent

Plus en détail

I. Que sont les partitions?

I. Que sont les partitions? Cours de mthémtiques frfelues LES FRACTIONS CASSÉES Prémule Voici un cours de mthémtiques qui n ur jmis s plce dns une slle de clsse un utre jour que le er vril. Son sujet : les frctions cssées, ou prtitions,

Plus en détail

de la stratégie. Coordination efficace de l aide.

de la stratégie. Coordination efficace de l aide. 32 MALI INTRODUCTION LE MALI COMPTE 14 MILLIONS D HABITANTS. Avec un taux de croissance annuel de 3 %, sa population augmente à un rythme très supérieur à la moyenne des pays à faible revenu (1.8 %). Le

Plus en détail

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ...

Mon. Coordinomètre. a Nom... a Régionale... ... Mon Coordinomètre Nom.................................................................................................................................................... Régionle..........................................................................

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2016

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2016 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2016 L Enseignement Supérieur de Stnisls une double mission : ider nos étudints à réussir leurs Exmens et leurs Concours d dmission en Grnde École et contribuer, grâce

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail