intérimaire. développement nationales. gestion axée sur les résultats.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "intérimaire. développement nationales. gestion axée sur les résultats."

Transcription

1 50 TOGO INTRODUCTION LE TOGO COMPTE 6 MILLIONS D HABITANTS. Son revenu ntionl rut pr hitnt est de 350 USD. Aujourd hui, ce pys ne remplit ucun des 8 ojectifs du Millénire pour le développement (OMD), mis semle en mesure de pouvoir en tteindre deux (ojectifs 2 et 6), à condition que des chngements soient opérés. Pendnt plus de 10 ns, l Union européenne (UE) suspendu s coopértion économique vec le Togo en rison de violtions répétées des principes démocrtiques. Depuis 2005 et l rrivée u pouvoir de Fure Gnssingé, l UE levé en grnde prtie ses snctions. L ide pulique u développement (APD) consentie u Togo ugmenté de 23 % entre 2004 et En 2006, elle tteint 79 millions USD, soit 3.6 % du revenu ntionl rut, ce qui indique une file dépendnce à l ide. Ce chpitre été étli à prtir d informtions fournies pr le gouvernement du Togo et cinq donneurs, qui sont à l origine de 69 % de l APD octroyée u pys. Suite à son dhésion à l Déclrtion de Pris en mi 2006, le Togo prticipe pour l première fois à l enquête sur l efficcité de l ide. À l exception de l indicteur 2 pour lequel des données existient en 2005, les ojectifs-ciles pour 2010 seront dérivés de ce premier rpport. ASPECTS 2007 DÉFIS ACTIONS PRIORITAIRES Approprition File Étlir une strtégie Adopter le Document de strtégie ntionle de développement. de réduction de l puvreté intérimire. VUE D ENSEMBLE ENCADRÉ 50.1: Défis et ctions prioritires Alignement File Définir les politiques de développement ntionles. Réformer le système de gestion des finnces puliques. Appliquer les recommndtions de l Revue des dépenses puliques et de l gestion finncière de l Étt. Hrmonistion File Utiliser les dispositifs communs. Créer les structures nécessires à l rtionlistion et l coordintion de l ide. Gestion xée sur les résultts File Étlir des mécnismes de gestion xée sur les résultts. Renforcer les cpcités sttistiques. Responsilité mutuelle File Créer un mécnisme d évlution mutuelle des progrès. Étlir un dilogue à ce sujet entre les prtenires techniques et finnciers et le gouvernement togolis. 50-1

2 APPROPRIATION L APPROPRIATION CONSTITUE UN ÉLÉMENT CLÉ DE LA DÉCLARATION DE PARIS. Elle est crucile pour l efficcité de l ide et l otention de résultts en termes de développement. L expérience montre que l ide est plus efficce lorsqu elle soutient les efforts de développement des pys prtenires et des politiques uxquelles dhèrent vriment les dirigents, les fonctionnires et les citoyens de ces pys. Pr contre, elle perd en efficcité lorsque les politiques sont imposées. INDICATEUR 1 Les pys ont-ils des strtégies de développement opértionnelles? L pproprition se définit comme l cpcité des pys à exercer une réelle mîtrise sur leurs politiques et strtégies de développement. Elle est d utnt plus difficile à cquérir que les pys sont lrgement triutires des pports d ide pour finncer leurs progrmmes de développement. L pproprition est difficilement mesurle à l ide d un seul indicteur. L indicteur 1 évlue le crctère opértionnel de l strtégie de développement du pys sur une échelle llnt de A à E, A représentnt l meilleure note. Seuls les pys clssés A ou B sont considérés comme dotés d une strtégie de développement opértionnelle. Cette évlution repose sur trois critères : 1. Un cdre strtégique unifié : le pys une vision à long terme cohérente et une strtégie à moyen terme dérivée de cette vision et liée à des strtégies de développement locl et sectoriel. 2. Un ensemle de priorités : le pys des ojectifs de développement en rpport vec un ensemle d ojectifs à long terme, gloux et équilirés. Les ctions de moyen terme identifiées dns l strtégie de développement ntionl sont en rpport vec ces ojectifs et suivent un chemin ien lisé. 3. Un lien strtégique vec le udget : le pys des ressources fiscles et une cpcité à rendre opértionnelle s strtégie, notmment l cpcité de l réviser insi que son udget en fonction de données portnt sur les progrès rélisés. L ojectif de l Déclrtion de Pris concernnt cet indicteur est de porter à 75 % l proportion de pys prtenires ynt des strtégies de développement opértionnelles ien ou qusiment étlies (ctégorie A ou B). En 2007, seuls 15 % des pys étient dns ce cs, 48 % ont otenu une note C, 13 % une note D ou E (les utres n ynt ps été évlués). En 2007 comme en 2005, l strtégie de développement ntionle du Togo n ps été évluée cr le Togo ne dispose ps de strtégie ntionle de développement. En effet, le Document de strtégie de réduction de l puvreté (DSRP) intérimire, fondée sur une strtégie ntionle de développement à long terme, est toujours u stde d doption pr le gouvernement. Il n existe donc ps de strtégie de référence sur lquelle les prtenires techniques et finnciers peuvent ligner leurs ppuis. 50-2

3 ALIGNEMENT LA DÉCLARATION DE PARIS PRÉVOIT que les donneurs fssent reposer entièrement leur soutien sur les strtégies de développement, les institutions et les procédures des pys prtenires. L expérience montre qu une ide ien lignée sur les politiques des pys d une prt, et sur les systèmes ntionux d utre prt, contriue dvntge u développement qu une ide frgmentée répondnt ux priorités des donneurs. Tout comme l pproprition, l lignement plusieurs dimensions et est difficile à mesurer. C est pourquoi sept indicteurs (indicteurs 2 à 8) ont été retenus pour mesurer les différents spects de l lignement. METTRE EN PLACE DES SYSTÈMES NATIONAUX FIABLES L lignement de l ide sur les politiques de développement ntionles nécessite que les pys prtenires soient dotés d un système de gestion des finnces puliques file (GFP). Évluer l fiilité de l GFP des pys revient à mesurer le degré d dhésion des systèmes existnts ux onnes prtiques générlement cceptées ou l mise en plce d un progrmme de réformes visnt à promouvoir l doption de meilleures prtiques. L évlution des systèmes de GFP s ppuie sur une composnte de l Évlution de l politique et des institutions ntionles (EPIN) de l Bnque mondile. Il s git de l indicteur 13 de l EPIN qui sert à mesurer l qulité des systèmes ntionux de gestion udgétire et finncière à prtir des critères suivnts : l existence d un udget complet et crédile lié ux priorités de l ction pulique ; l existence de systèmes efficces de gestion finncière des dépenses et des recettes udgétires ; l étlissement en temps voulu de rpports udgétires précis ; une réprtition clire et équilirée des dépenses et des recettes entre les différents niveux d dministrtion. L qulité de l gestion du udget et des finnces puliques est évluée sur une échelle llnt de 1 à 6 ; 6 correspondnt à une très onne qulité. L ojectif-cile fixé dns l Déclrtion de Pris est que l moitié des pys prtenires progressent d u moins un demi point d ici En 2005 et 2007, le Togo otenu l note de 2 («système file») pour l qulité de l gestion de son udget et des finnces puliques. À titre de comprison, en 2006, seul un pys prticipnt à l enquête 2006 vit otenu un tel score. L grnde mjorité des pys pris en considértion dns l enquête de 2006 de suivi de l mise en œuvre de l Déclrtion de Pris se situient dns les ctégories «plutôt insuffisnt» à «plutôt file», et environ 31 % des pys étient dotés de systèmes considérés comme étnt u moins «plutôt files». Aujourd hui, seuls 10 % des pys prticipnt à l enquête de suivi et de mise en œuvre de l Déclrtion de Pris otiennent une telle note. INDICATEUR 2 Quelle est l fiilité des systèmes ntionux de gestion des finnces puliques? 50-3

4 Une revue des dépenses puliques et de l gestion finncière de l Étt initiée en 2006 et menée d un commun ccord entre le gouvernement togolis, l Bnque fricine de développement (BAD), le Progrmme des Ntions unies pour le développement (PNUD), l Frnce et l Bnque mondile permis d identifier les principux prolèmes du système de gestion des finnces puliques togolis. Afin d y fire fce, le gouvernement vient d engger vec le soutien de ses prtenires techniques et finnciers (PTF) un progrmme de politique économique et finncière Ce nouveu progrmme prévoit, entre utres, l ppliction des directives finncières de l Union économique et monétire ouest fricine (UEMOA) reltives à l psstion des mrchés et u udget unique insi que l nomintion des juges de l cour des comptes et l crétion d une inspection de contrôle u sein du ministère des Finnces. INDICATEUR 2 Quelle est l fiilité des systèmes ntionux de psstion des mrchés? Ces réformes touchent ussi u système de psstion des mrchés pulics. En effet, il est non seulement prévu d ppliquer les directives de l UEMOA en l mtière mis ussi de réformer le système de psstion des mrchés pulics vec l mise en œuvre des recommndtions de l étude de dignostic du système de psstion des mrchés initiée pr le gouvernement en 2003 vec l ppui de l Bnque mondile et de l BAD. ALIGNER LES APPORTS D AIDE SUR LES PRIORITÉS NATIONALES INDICATEUR 3 TABLEAU 50.1 : Les estimtions udgétires du gouvernement sont-elles complètes et rélistes? Une comptilité détillée et exhustive des pports finnciers extérieurs et de leur utilistion est un moyen indispensle pour s ssurer que les donteurs lignent effectivement leur ide sur les priorités de développement ntionles et pour rendre compte de l utilistion des ressources dédiées u développement. L formultion du udget est un élément centrl du processus d élortion des politiques dns tous les pys. C est pourquoi le degré d exhustivité et de précision de l comptilistion dns le udget des contriutions finncières des donneurs en fveur du secteur pulic est un on indicteur du sérieux des efforts déployés pour rttcher l ide ux politiques et processus ntionux. L ide udgétire est toujours prise en compte dns le udget, mis d utres modlités de l ide, comme notmment l ide-projet, devrient églement y être inscrites dns leur intégrlité. Aide comptilisée dns le udget pour 2007 Aide versée u secteur pulic durnt 2007 notifié pr les donneurs c = / c = / Bnque mondile 3 0 3% Commission européenne % Étts-Unis Fonds interntionl de développement gricole Fonds mondiux Frnce % Ntions Unies % 2007* Rtio moyen / donneurs % Totl % * Le rtio de référence est c = /, suf lorsque les versements comptilisés pr les utorités udgétires sont supérieurs ux versements progrmmés (c = /). 50-4

5 L ojectif de l Déclrtion de Pris concernnt l comptilistion dns le udget est que, d ici 2010, les contriutions finncières des donneurs soient convenlement comptilisées dns le udget fin que les utorités des pys prtenires puissent présenter des rpports udgétires précis à leurs citoyens et à leur prlement. L indicteur 3 représente le pourcentge des versements d ide u secteur pulic notifiés pr les donneurs et qui est pris en compte dns les prévisions udgétires pour le même exercice. Le tleu 1 indique les versements d ide et les pports d ide comptilisés dns le udget, en chiffres ruts. On constte qu il existe des écrts dns un sens comme dns l utre, les pports d ide pouvnt ussi ien être sous-évlués que surévlués dns le udget. L ojectif de l Déclrtion de Pris est de réduire de moitié, d ici 2010, l prt des versements d ide u secteur pulic qui n est ps comptilisée dns le udget, pour tteindre un pourcentge des versements d ide u secteur pulic notifiés pr les donneurs et pris en compte dns les prévisions udgétires d u moins 85 %. En 2007, les prévisions udgétires sous-évluent l ide. En effet, 69 % (et uniquement 11 % si l on considère l moyenne des donneurs) de l ide effectivement versée u secteur pulic togolis été comptilisée dns le udget, ce qui représente en vleur un montnt de 32 millions USD sur les 47 déoursés pr les donneurs. Cet écrt s explique principlement pr un mnque de communiction entre les différents ministères concernés et ce même si des progrès sensiles ont été consttés u niveu de certins ministères sectoriels tels que l snté et l éduction qui inscrivent les ides u développement (y compris les ides projet) dns les udgets-progrmmes. RENFORCER LE DÉVELOPPEMENT DES CAPACITÉS PAR UN SOUTIEN COORDONNÉ Le renforcement des cpcités est considéré dns l Déclrtion de Pris comme essentiel pour méliorer les résultts en mtière de développement et tteindre les ojectifs d pproprition, d lignement de l ide et de responsilité mutuelle. Il est de plus en plus lrgement dmis que le renforcement des cpcités implique des chngements dns les règles institutionnelles et les systèmes orgnistionnels, et non ps simplement des ctions de formtion et un trnsfert de compétences. De l même mnière, on considère que pour être couronné de succès, le renforcement des cpcités doit nécessirement être le fruit d un processus endogène, c est-à-dire conduit pr des cteurs ntionux ynt des ojectifs précis, exploitnt efficcement les cpcités existntes et hrmonisnt l ide extérieure à l intérieur de ce cdre. Coopértion technique coordonnée Coopértion technique totle c = / Bnque mondile 0 0 0% Commission européenne 0 2 0% Étts-Unis 0 0 0% Fonds interntionl de développement gricole Fonds mondiux Frnce % Ntions Unies % Totl % 2007 INDICATEUR 4 TABLEAU 50.2 : Quel pourcentge de l coopértion technique est coordonné vec des progrmmes ntionux? 50-5

6 L indicteur 4 vise à montrer dns quelle mesure l coopértion technique des donneurs, en tnt qu élément contriunt u renforcement des cpcités, évolue vers ce modèle. L ojectif-cile défini dns l Déclrtion de Pris est que, d ici 2010, 50 % des pports de coopértion technique soient mis en œuvre dns le cdre de progrmmes coordonnés. Au Togo, en 2007, seulement 29 % des pports notifiés u titre de l ssistnce technique étient considérés comme destinés à finncer des progrmmes coordonnés. Pourtnt, le Togo des esoins crint en termes de renforcement des cpcités. Le Progrmme ntionl de renforcement des cpcités (PNRC), éloré en 2006, fit étt du déficit énorme des cpcités ntionles, surtout en ressources humines, ce qui crée des situtions critiques dns certins ministères. Prmi les services les plus exposés u mnque de cpcités, figurent entre utres l unité de coordintion de l Déclrtion de Pris, l unité de coordintion du DSRP, l Direction de coordintion des ssistnces extérieures, le Trésor, l Direction du Budget, l Direction du contrôle finncier. UTILISER LES SYSTÈMES NATIONAUX INDICATEUR 5 TABLEAU 50.3 : Quel pourcentge de l ide llouée u secteur pulic psse pr les systèmes ntionux? L indicteur 5 mesure l utilistion fite pr les donneurs des trois composntes du système ntionl de gestion des finnces puliques, soit le système d exécution du udget, le système de reddition des comptes et le système de contrôle finncier. Les résultts de l enquête indiquent qu en 2007 uniquement 4 % de l ide llouée u secteur pulic togolis psse pr les systèmes ntionux de GFP. L indicteur 5 mesure spécifiquement l utilistion du système de psstion des mrchés fite pr les donneurs. En 2007, uniquement 15 % de l ide llouée u secteur pulic psse pr le système de psstion des mrchés. Aide versée u secteur pulic durnt 2007 Système d exécution du udget Systèmes de gestion des finnces puliques Système de reddition de comptes c Système de contrôle finncier Systèmes de psstion des mrchés Systèmes de psstion 2007 des mrchés d vg (,c,d) / e e / Bnque mondile % 0 0% Commission européenne Étts-Unis FIDA Fonds mondiux Frnce % 7 60% Ntions Unies % 0 0% Totl % 7 15% Ces files niveux d utilistion des systèmes ntionux s expliquent principlement pr leur mnque de fiilité. Les systèmes ntionux doivent être réformés en profondeur et des efforts doivent être déployés fin de réduire les risques de corruption et les délis d exécution du udget

7 ÉVITER LES STRUCTURES DE MISE EN ŒUVRE PARALLÈLES Dns l Déclrtion de Pris, les donneurs sont invités à «éviter, dns toute l mesure du possile, l mise en plce de structures spécifiquement chrgées de l gestion quotidienne et de l mise en œuvre des projets et progrmmes finncés pr l ide». L indicteur 6 recense le nomre d unités de mise en œuvre prllèles, le terme «prllèle» renvoynt à toute unité créée en dehors des structures institutionnelles ntionles existntes. L ojectif-cile glol est de réduire des deux tiers, d ici 2010, le nomre d unités prllèles, pour le rmener de à seulement 611. Les résultts de l enquête recensent 13 unités prllèles. Il est difficile de dire priori s il s git d un nomre file ou élevé d unités prllèles. Toutefois le rpport pys souligne que ce chiffre est certinement en deçà de l rélité cr il semle que tous les donneurs n ient ps ppréhendé de l même mnière l notion d unité prllèle. Le recours ux unités prllèles de mises en œuvre s explique principlement pr le fit qu elles permettent de pllier les files cpcités de l dministrtion liées notmment ux systèmes d incittion des gents de l Étt, à l insuffisnce et à l moilité des cdres insi qu à l lourdeur 2007 (en nomre) Bnque mondile 2 Commission européenne 4 Étts-Unis 0 Fonds interntionl de développement gricole 0 Fonds mondiux 0 Frnce 0 Ntions Unies 7 Totl 13 des procédures. Cependnt, il fut souligner que certins efforts sont fits pour réduire le nomre d unités prllèles. Le Fonds mondil de lutte contre l tuerculose, le pludisme et le VIH/SIDA notmment crée le Country Coordintion Mechnism-Togo, un orgnisme ntionl chrgé des projets et progrmmes de ce donneur. INDICATEUR 6 TABLEAU 50.4 : Comien y -t-il d unités prllèles de mise en œuvre des projets en dehors des structures existnt dns le pys? PRÉVISIBILITÉ ACCRUE DES APPORTS D AIDE L prévisiilité des pports d ide est générlement considérée comme essentielle pour fciliter ux pys prtenires l gestion de leurs finnces puliques et pour leur permettre une plnifiction réliste de leur développement. Les données recueillies dns le cdre de l enquête permettent d nlyser l prévisiilité de l ide sous deux ngles. Le premier est l cpcité des donneurs et des gouvernements à verser l ide en temps voulu. Le second est l cpcité de ces derniers à comptiliser vec précision les versements effectués pr les donneurs. L indicteur 7 indique dns quelle mesure les fonds dont le versement est progrmmé u cours d un exercice donné figurent ien dns les comptes ntionux comme versés u cours de cet exercice, indépendmment du signe (positif ou négtif) de l éventuel écrt constté. L Déclrtion de Pris pour ojectif de rpprocher ce pourcentge de 100 %. INDICATEUR

8 TABLEAU 50.5 : Quel est le rpport entre les versements progrmmés et les versements comptilisés pr l dministrtion? En 2007, seulement 14 % des fonds progrmmés ont été comptilisés pr le gouvernement. Les écrts entre l ide progrmmée et effectivement versée sont dus, en générl, à un mnque de circultion de l informtion (les revues à mi-prcours ne sont ps communiquées ux services éttiques concernés) et à l filesse des cpcités de l dministrtion togolise qui engendre de l lenteur dns l élortion des ppels d offres et de muvises estimtions des coûts réels des interventions finncées. Versements enregistrés pr l dministrtion en 2007 Versements progrmmés pr les donneurs en 2007 Aide versée u secteur pulic durnt 2007* 2007 notifié pr les donneurs (référence) c = / c = / Bnque mondile Commission européenne % Étts-Unis Fonds interntionl de développement gricole Fonds mondiux Frnce % Ntions Unies % Averge donor rtio % Totl % * Le rtio de référence est c = /, suf lorsque les versements comptilisés pr les utorités udgétires sont supérieurs ux versements progrmmés (c = /). L méliortion de l prévisiilité de l ide psse oligtoirement pr une réforme sustntielle du système de gestion des finnces puliques. Il fudrit ussi étlir un espce de dilogue entre les utorités togolises et les donneurs ce qui permettrit d nticiper les vleurs proles de l ide llouées et d étlir un rythme de décissement. DÉLIEMENT DE L AIDE INDICATEUR 8 Quelle est l prt de l ide non liée? Les signtires de l Déclrtion de Pris réffirment leur dhésion à l recommndtion de 2001 du CAD sur le déliement de l ide pulique u développement des pys les moins vncés et s enggent à poursuivre les progrès dns ce domine. Entre 2005 et 2007, u Togo, l prt de l ide non liée est pssée de 84 % à 56 %. 50-8

9 HARMONISATION LES DONNEURS ET LES AUTORITÉS PARTENAIRES ne prviennent ps à ssurer l lignement complet des pports d ide sur les strtégies et les systèmes ntionux. Dns ces conditions, l efficcité de l ide serit méliorée si les donneurs hrmonisient leurs ctions et doptient des procédures ussi simples et trnsprentes que possile. L enquête s intéresse à deux spects de l hrmonistion : l utilistion de dispositifs communs dns le cdre d pproches fondées sur des progrmmes, d une prt, et l conduite de missions conjointes et le prtge des trvux d nlyse, d utre prt. UTILISER DES DISPOSITIFS COMMUNS L indicteur 9 mesure l prt de l ide versée u secteur pulic dns le cdre d pproches fondées sur des progrmmes. L ojectif générl de l Déclrtion de Pris pour 2010 est que 66 % de l ide u secteur pulic soient ssurés pr le iis de cdres communs fondés sur des progrmmes. En 2007, l proportion de l ide u secteur pulic versée dns le cdre d pprochesprogrmmes est de 39 %, ce qui est loin de l ojectif générl de l Déclrtion de Pris. L mise en œuvre de l strtégie ntionle de développement u trvers du DSRP-I, qui vient d être vlidé, et du DSRP complet, ttendu pour le dernier trimestre de l nnée 2008, fvoriser certinement l utilistion de dispositifs communs fondés sur des progrmmes. INDICATEUR 9 TABLEAU 50.6 : Quel est le montnt des pports d ide versés dns le cdre d pproches fondées sur des progrmmes? Soutien udgétire Approches fondées sur des progrmmes Autres pproches fondées sur des progrmmes Bnque mondile % Commission européenne % Étts-Unis % Fonds interntionl de développement gricole Fonds mondiux % Frnce % Ntions Unies % Totl % Totl c = + Totl des pports d ide versés d 2007 e = c / d RÉALISATION CONJOINTE DE MISSIONS ET MISE EN COMMUN DES CONCLUSIONS DES ANALYSES CONDUITES Les indicteurs 10 et 10 mesurent respectivement l proportion de missions sur le terrin effectuées conjointement et l prt des trvux d nlyse pr pys menés conjointement ou donnnt lieu à une coordintion. Les ojectifs pour 2010 sont de 40 % pour les missions conjointes et de 66 % pour les trvux d nlyse conjoints. Selon l indicteur 10, en 2007, 15% des missions sur le terrin ont été effectuées conjointement. Et, selon l indicteur 10, en 2007, 21% des trvux d nlyse ont été menés conjointement ou ont donné lieu à une coordintion. 50-9

10 INDICATEUR 10 TABLEAU 50.7: Comien de missions de donneurs sont coordonnées? INDICATEUR 10 TABLEAU 50.8 : Comien d nlyses pr pys sont coordonnées? Missions coordonnées * (en nomre) Totl missions (en nomre) c = / Bnque mondile % Commission européenne Étts-Unis Fonds interntionl de développement gricole % Fonds mondiux 0 2 0% Frnce % Ntions Unies % Totl % * Note : le nomre totl de missions coordonnées été minoré fin d éviter une doule comptilistion. Un coefficient de pondértion de 35 % lui été ppliqué. Trvux coordonnés* (en nomre) Totl trvux d nlyse (en nomre) c = / Bnque mondile % Commission européenne 0 4 0% Étts-Unis Fonds interntionl de développement gricole Fonds mondiux Frnce % Ntions Unies % Totl % * Note : le nomre totl de trvux coordonnés été minoré fin d éviter une doule comptilistion. Un coefficient de pondértion de 25 % lui été ppliqué Si des trvux nlytiques et des missions sont rélisés conjointement, ujourd hui, u Togo (revue nlytique du système de psstion des mrchés ssocint l Bnque Mondile et l BAD insi que les missions conjointes dns le cdre du projet de modernistion de l Justice), leur générlistion se heurte à plusieurs difficultés telles que l sence de groupes thémtiques opértionnels insi que le climt de concurrence régnnt entre les illeurs. Il fut souligner ussi qu ucun mécnisme ni de l prt des prtenires, ni de l prt du gouvernement n est encore mis en plce pour rtionliser et coordonner les missions et trvux nlytiques. GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS INDICATEUR 11 Les pys sont-ils dotés de cdres d évlution des performnces se prêtnt à un suivi? DANS LA DÉCLARATION DE PARIS, les pys prtenires s enggent à s efforcer de mettre en plce des cdres d évlution et de notifiction orientés vers les résultts. Ces derniers doivent permettre de suivre les progrès rélisés dns l mise en œuvre des principles strtégies ntionles et sectorielles en utilisnt un nomre limité d indicteurs. Pys prtenires et donneurs s enggent mutuellement à renforcer les cpcités des pys et à insturer une gestion xée sur les résultts. L indicteur 11 évlue l existence dns les pys prtenires de cdres d évlution des performnces. Trois critères d évlution sont pris en compte : l qulité de l informtion sur le développement, l ccès des prties prenntes à l informtion sur le développement, et l existence d un dispositif de suivi et d évlution coordonné u niveu du pys. L indicteur 11 se réprtit en cinq ctégories qulittives llnt de A (le cdre d évlution des performnces met effectivement en œuvre de onnes prtiques) à E (le cdre d évlution des performnces ne trduit guère de mesures orientées vers l mise en œuvre de onnes prtiques)

11 Pour le Togo, l indicteur 11 n est disponile ni pour 2005, ni pour Les cdres d évlutions des performnces n existent ps dns ce pys. C est pourquoi le DSRP intérimire prévoit l crétion d un vste système d informtion pour le suivi et l évlution de l Strtégie de réduction de l puvreté (SRP). Ce système s rticule utour de trois xes : le suivi des conditions de vie des ménges, le suivi des progrmmes et projets et, enfin, l évlution. Il pour ojectifs de produire des indicteurs et des informtions de se pour chcun des secteurs prioritires dns le DSRP, de fournir des informtions pour le suivi des progrmmes et des projets de réduction de l puvreté et enfin de permettre l évlution d impcts des politiques, des progrmmes et des projets. Toutefois l mise en plce d un tel système d évlution des performnces exige un enggement clir de l Étt et le soutien des illeurs de fonds pour le renforcement des cpcités sttistiques u Togo. Il semle indispensle d méliorer le fonctionnement de l Direction générle de l sttistique et de l comptilité ntionle (DGSCN). À cette fin, il fudrit élorer une Strtégie ntionle pour le développement de l sttistique (SNDS) et les délégtions régionles de l sttistique. Il fudrit ussi élorer un progrmme de renforcement des cpcités sttistiques sectorielles dns les différents ministères. RESPONSABILITÉ MUTUELLE LA NOTION DE RESPONSABILITÉ MUTUELLE est une innovtion importnte de l Déclrtion de Pris. Elle prt du principe que l ide est plus efficce lorsque les donneurs et les gouvernements prtenires sont responsles devnt leurs opinions puliques de l utilistion qui est fite des ressources à l ppui du développement, et lorsque les uns et les utres doivent se rendre mutuellement des comptes. L indicteur retenu (indicteur 12) renvoie plus spécifiquement à l responsilité mutuelle portnt sur l exécution des enggements de prtenrit pris dns l Déclrtion de Pris et des ccords éventuellement conclus à l échelon locl concernnt l méliortion de l efficcité de l ide. L question posée dns l enquête porte sur l existence, dns les pys considérés, d un mécnisme d exmen mutuel des progrès ccomplis dns l exécution des enggements souscrits. Il n existe ps encore de système d évlution mutuelle des progrès sur l efficcité de l ide u Togo. Toutefois, il existe u niveu de l pluprt des donneurs des mécnismes de concerttion vec le gouvernement pour déterminer en mont comme en vl, les responsilités de chcun dns l rélistion des projets ou progrmmes. INDICATEUR 12 Les pys disposent-ils de mécnismes d évlution mutuelle? 50-11

12 RESUMÉ TABLEAU 50.9 NIVEAUX DE RÉFÉRENCE ET OBJECTIFS-CIBLES LE TABLEAU CI-APRÈS PRÉSENTE les notes otenues pr le Togo en 2007, pour chcun des indicteurs de l Déclrtion de Pris. Ces différents indicteurs suggèrent que sur de nomreux points le Togo est encore loin des ojectifs générux de l Déclrtion de Pris. L doption rpide d un DSRP complet semle un point de déprt indispensle pour une meilleure efficcité de l ide. INDICATEUR 2007 OBJECTIFS-CIBLES Les prtenires ont des strtégies de développement opértionnelles N/A N/A 2 Des systèmes ntionux files de gestion des finnces puliques 2,0 2,5 2 Des systèmes ntionux files de psstion des mrchés Ps disponile Ps disponile 3 Les pports d ide sont lignés sur les priorités ntionles 69% 78% 4 Renforcement des cpcités pr un soutien coordonné 29% 50% 5 Utilistion des systèmes ntionux de gestion des finnces puliques 4% Ps d ojectif 5 Utilistion des systèmes ntionux de psstion des mrchés 15% Non pplicle 6 Éviter les structures de mise en œuvre prllèles L ide est dvntge prévisile 14% 40% 8 L ide est non liée 56% Plus de 84% 9 Utilistion de procédures ou dispositifs communs 39% 66% 10 Missions sur le terrin. 15% 40% 10 Trvux nlytiques pr pys 21% 66% 11 Cdres xés sur les résultts N/A N/A 12 Responsilité mutuelle Non Oui CONTRIBUTEURS Coordinteur ntionl : Dji Kind Negne Correspondnt donneur : Ntions Unies SIGLES APD BAD CAD DGSCN DSRP EPIN GFP OMD PNRC PNUD PTF SNDS SRP UE UEMOA Aide pulique u développement Bnque fricine de développement Comité d ide u développement Direction générle de l sttistique et de l comptilité ntionle Document de strtégie de réduction de l puvreté Évlution de l politique et des institutions ntionles Gestion des finnces puliques Ojectifs du Millénire pour le développement Progrmme ntionl de renforcement des cpcités Progrmme des Ntions unies pour le développement Prtenires techniques et finnciers Strtégie ntionle pour le développement de l sttistique Strtégie de réduction de l puvreté Union européenne Union économique et monétire ouest fricine 50-12

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales» P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

Lancement d u site Internet

Lancement d u site Internet Lncement d u site Internet d u S M E T O M - G E E O D E www.smetom-geeode.fr Votre contct presse Erwn GUILLERON, chrgé de communiction SMETOM-GEEODE - 14 rue l Mirie - 77160 Poigny Tél : 01.64.00.26.45

Plus en détail

Automates finis. porte

Automates finis. porte utomtes finis Il s git d un modèle très souple, qui s dpte à des domines très différents en informtique. D une fçon générle, il sert à représenter les divers étts d un système (mécnique, électronique ou

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience

Le Bureau de projet : un inventaire des cadres conceptuels d analyse de l efficience Le Bureu de projet : un inventire des cdres conceptuels d nlyse de l efficience Monique Aubry* et Denis Thuillier** * étudinte u progrmme de doctort conjoint en dministrtion, ESG-UQAM. ** professeur u

Plus en détail

4. PROTECTION À L OUVERTURE

4. PROTECTION À L OUVERTURE 42 4. PROTECTION À L OUVERTURE 4.1. Générlités Afin de lever l miguïté de l norme NF EN 16005 sur l exigence des prgrphes 4.6.2.1 et 4.6.3.1 (4) qunt à l définition de «lrge proportion», suf nlyse de risque

Plus en détail

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION

ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Série des Trités européens - n 34 ARRANGEMENT EUROPÉEN POUR LA PROTECTION DES ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION Strsourg, 22.VI.1960 Texte révisé conformément ux dispositions du Protocole (STE n 54), entré en vigueur

Plus en détail

devant l Université de Rennes 1

devant l Université de Rennes 1 N o d ordre: 3708 THÈSE Présentée devnt devnt l Université de Rennes 1 pour otenir le grde de : Docteur de l Université de Rennes 1 Mention Informtique pr Thoms Gzgnire Équipe d ccueil : DistriCom - IRISA

Plus en détail

Stratégie en matière de politique de la vieillesse

Stratégie en matière de politique de la vieillesse Strtégie en mtière de politique de l vieillesse Rpport du Conseil fédérl donnnt suite u postult 03.3541 Leutenegger Oberholzer du 3 octobre 2003 29 oût 2007 Condensé En réponse à une intervention prlementire

Plus en détail

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le Snté & trvil en GROUPEMENT REGIONAL DE SANTE PUBLIQUE DE PICARDIE Le constt -3 à trvers l enquête décennle snté Avec l loi reltive à l politique de snté publique d oût 4, l problémtique de l snté u trvil

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 110 22 mai 2009. A N 157 12 août 2014. S o m m a i r e CYBERCRIMINALITÉ LOI; CONVENTION ET PROTOCOLE

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 110 22 mai 2009. A N 157 12 août 2014. S o m m a i r e CYBERCRIMINALITÉ LOI; CONVENTION ET PROTOCOLE MEMORIAL Journl Officiel du Grnd-Duché de Luxemourg 2405 1623 MEMORIAL Amtsltt des Großherzogtums Luxemurg RECUEIL DE LEGISLATION A N 110 22 mi 2009 A N 157 12 oût 2014 S o m m i r e CYBERCRIMINALITÉ LOI;

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

Document de référence 2006

Document de référence 2006 Document de référence 2006 Le présent document de référence été déposé uprès de l Autorité des Mrchés Finnciers le 7 juin 2007, conformément à l rticle 212-13 du règlement générl de l Autorité des Mrchés

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE LA DIRECTION GENERALE DE LA SANTE LA DIRECTION DE LA SANTE COMMUNAUTAIRE ET DE LA MEDECINE DE PROXIMITE

REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE LA DIRECTION GENERALE DE LA SANTE LA DIRECTION DE LA SANTE COMMUNAUTAIRE ET DE LA MEDECINE DE PROXIMITE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA LA DIRECTION GENERALE DE LA SANTE LA DIRECTION DE LA SANTE COMMUNAUTAIRE ET DE LA MEDECINE DE PROXIMITE RAPPORT D EVALUATION

Plus en détail

Numara Asset Management Platform

Numara Asset Management Platform Numr Asset Mngement Pltform L Puissnce Tout-en-un L plteforme de gestion de prc informtique Numr Asset Mngement Pltform (NAMP) permet ux services informtiques d ccroître les niveux de service, d méliorer

Plus en détail

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL REGLEMET DU CLASSEMET ATIOAL / Les règles indiquées ici sont celles utilisées pour clculer les ttributions de points de l sison -. I. PRICIPES DE BASE Le clssement ntionl de l F.F.B. est le seul uquel

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

Centre de documentation de la console

Centre de documentation de la console Express Runtime Centre de documenttion de l console Version 2 Edition 1 Express Runtime Centre de documenttion de l console Version 2 Edition 1 Remrque Avnt d utiliser le présent document et le produit

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail

Santé et sécurité psychologiques en milieu de travail CAN/CSA-Z1003-13/BNQ 9700-803/2013 Norme ntionle du Cnd Snté et sécurité psychologiques en milieu de trvil Prévention, promotion et lignes directrices pour une mise en œuvre pr étpes Avilble in English

Plus en détail

CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE a

CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE a CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE Diplôme de comptbilité bncire CNAM-INTEC, ADICECEI, AFGES Le métier de comptble de bnque présente des spécificités mises en exergue pr des formtions et des ouvrges

Plus en détail

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous :

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS Pour souscrire un contrt d ssurnce vie SPIRICA Alph Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : Le dossier de souscription Complétez et signez le bulletin

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, À L'OCCASION D'UNE RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU RÉSEAU DE L'UNIVERSITÉ

ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, À L'OCCASION D'UNE RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU RÉSEAU DE L'UNIVERSITÉ ALLOCUTION DE MONSIEUR CLAUDE HAMEL, PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, À L'OCCASION D'UNE RENCONTRE AVEC LES DIRIGEANTS DU RÉSEAU DE L'UNIVERSITÉ DU QUÉBEC, LE 24 AOûT 1994 Monsieur le Ministre, Mesdmes

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

Comité Technique EPARGNE SALARIALE Dossier de presse - oct. 2014. Réformer. l épargne salariale

Comité Technique EPARGNE SALARIALE Dossier de presse - oct. 2014. Réformer. l épargne salariale Comité Technique EPARGNE SALARIALE Dossier de presse - oct. 2014 Réformer l éprgne slrile Sommire x Introduction... 4 x Les contributeurs... 6 x Détil des 4 xes «phres»... 8 u v w x Démocrtiser l éprgne

Plus en détail

Analyse statique et domaines abstraits symboliques

Analyse statique et domaines abstraits symboliques Anlyse sttique et domines strits symoliques Mémoire d hilittion à diriger des recherches Lurent Muorgne Hilittion soutenue le 12 février 2007 à l Université Pris-Duphine Jury : Ptrick Cousot (rpporteur)

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE

WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE WEBDOC DEMANDE D ASSURANCE SOCIALE EN CAS DE FAILLITE OU DE CESSATION FORCÉE FORMULAIRE À RENVOYER PAR RECOMMANDÉ À : ACERTA CAS, BP 24000, 1000 Bruxelles (Centre de Monnie) Cse destinée à Acert Dte de

Plus en détail

La notion d intégrale dans l enseignement des mathématiques au lycée : une étude comparative entre la France et le Vietnam

La notion d intégrale dans l enseignement des mathématiques au lycée : une étude comparative entre la France et le Vietnam L notion d intégrle dns l enseignement des mthémtiques u lycée : une étude comprtive entre l Frnce et le Vietnm Cong Khnh Trn Luong To cite this version: Cong Khnh Trn Luong. L notion d intégrle dns l

Plus en détail

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module Logiciel Anti-Spywre Enterprise Module version 8.0 Guide Qu est-ce qu Anti-Spywre Enterprise Module? McAfee Anti-Spywre Enterprise Module est un module d extension qui permet d étendre les cpcités de détection

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

Créer des jeux avec GLUP

Créer des jeux avec GLUP Créer des jeux vec GLUP GLUP (générteur ludopédgogique) est un service en ligne du CRDP de l cdémie de Versilles. Il permet de trnsformer des exercices à se de texte en mini-jeux téléchrgeles. Les jeux

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Le Plancher Rayonnant Surfacique à faible inertie

Le Plancher Rayonnant Surfacique à faible inertie Le Plncher Ryonnnt Surfcique à file inertie Vue en coupe mm *4 mm 0 5 4 * Selon le type d isolnt et selon le niveu d isoltion du plncher G r n t 0 i e ns Avis technique CSTB 4/-55 Grntie 0 ns GAN M34-0-058/059

Plus en détail

Votre Image au travers de vos éditions Clients

Votre Image au travers de vos éditions Clients Votre Imge u trvers de vos éditions Clients Nos prtenires: LOGITAS SA est un tiers de confince, prtenire des éditeurs de logiciels et des utilisteurs pour l conception, le contrôle et l conservtion de

Plus en détail

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère Rpport sur l sitution en mtière de développement durble du Conseil générl de l Isère 2013 Sommire > Edito...3 > Les politiques développées pr le Conseil générl de l Isère... 4 > L gestion durble des finnces

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA RÉPRESSION DES INFRACTIONS ROUTIÈRES

CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA RÉPRESSION DES INFRACTIONS ROUTIÈRES Série des Trités européens - n 52 CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA RÉPRESSION DES INFRACTIONS ROUTIÈRES Strsourg, 30.XI.1964 STE 52 Répression des infrctions routières, 30.XI.1964 2 Prémule Les Etts memres

Plus en détail

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm N 529 Assemlges ngulires de plns de trvil de cuisine d'une lrgeur de 60 cm A Description Le grit de frisge APS 900 et une défonceuse Festool, p. ex. l défonceuse OF 1400, permettent de réliser rpidement

Plus en détail

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage

Transfert. Logistique. Stockage. Archivage Trnsfert Logistique Stockge Archivge Trnsfert, logistique, stockge Pour fire fce ux nouveux enjeux, il est importnt de pouvoir compter sur l'expertise d'un spéciliste impliqué à vos côtés, en toute confince.

Plus en détail

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015.

NEWS PRO ACTIV. www.activexpertise.fr. [Juillet 2015] Ce mois-ci on vous parle de. L arrêté est applicable à compter du 1er Juillet 2015. Ce mois-ci on vous prle de i Rpport de repérge minte : Trnsmission u Préfet obligtoire à compter du 1 er juillet 2015 Simplifiction des formlités : De bonnes nouvelles pour les entreprises de dignostic

Plus en détail

Systèmes logiques combinatoires

Systèmes logiques combinatoires «'enseignement devrit être insi : celui qui le reçoit le recueille comme un don inestimle mis jmis comme une contrinte pénile.» Alert Einstein Systèmes logiques comintoires Définitions. es vriles inires

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Syndromes malformatifs à expression faible : un piège pour l orthodontiste

Syndromes malformatifs à expression faible : un piège pour l orthodontiste Syndromes mlformtifs à expression file : un piège pour l orthodontiste C. PAULUS Conférence présentée le 15 décemre 2008, à Lyon Voir pprître u décours d un tritement en période de croissnce une symétrie

Plus en détail

Guide d utilisation EasyMP Multi PC Projection

Guide d utilisation EasyMP Multi PC Projection Guide d utilistion EsyMP Multi PC Projection Tble des mtières 2 À propos d EsyMP Multi PC Projection Types de réunions proposés pr EsyMP Multi PC Projection... 5 Réunions à plusieurs imges... 5 Réunions

Plus en détail

Contrat individuel d'assurance-vie libellé en unités de compte et/ou euros Bulletin de versements libres programmés

Contrat individuel d'assurance-vie libellé en unités de compte et/ou euros Bulletin de versements libres programmés Contrt individuel d'ssurnce-vie libellé en unités de compte et/ou euros Bulletin de versements libres progrmmés Identité (données obligtoires) Numéro du Contrt Souscripteur/Assuré Monsieur Mdme Mdemoiselle

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER CERFA 11534*01 DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES du CHER 6 plce de l pyrotechnie - CS 20001 18019 BOURGES CEDEX Tél. 02 34 34 61 65 ou 61 66 Fx : 02 34 34 63 00 N de dossier : Déposé le : Complet

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

Séquence 7. Intégration. Sommaire

Séquence 7. Intégration. Sommaire Séquence 7 Intégrtion Sommire. Prérequis. Aire et intégrle d une fonction continue et positive sur [ ; ]. Primitives 4. Primitives et intégrles d une fonction continue 5. Synthèse de l séquence Dns ce

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

CHOIX ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE. Christian Ducauze, Arlette Baillet-Guffroy et Thanh X. Bui

CHOIX ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE. Christian Ducauze, Arlette Baillet-Guffroy et Thanh X. Bui HOIX ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE hristin Ducuze, Arlette Billet-Guffroy et Thnh X. Bui HOIX ET VALIDATION D UNE METHODE D ANALYSE - Résumé - - Description d une méthode d nlyse - Schém générl

Plus en détail

Offre Spéciale Fonds en uro

Offre Spéciale Fonds en uro Offre Spécile Fonds en uro, 37% net minimum grnti* en 2012 et 2013 Pour tout versement comprennt u minimum 25% d unités de compte Dte limite de souscription/versement : 31/10/2012 * Conditions de l'offre

Plus en détail

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER

Le Guide 2012. des logiciels et services EBP. Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER Les 5 BONNES RAISONS DE VOUS ÉQUIPER 1. Vous en êtes cpble. 2. C est efficce et vous llez ggner du temps chque jour. 3. Cel fit vendre : vlorisez votre entreprise pr vos documents. 4. C est profitble :

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etb=MK2, Timbre=G430, TimbreDnsAdresse=Vri, Version=W2000/Chrte7, VersionTrvil=W2000/Chrte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Déprtement des Comptes Ntionux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002

Meg Gawler Bréhima Béridogo. Mars 2002 EVALUATION FINALE PROJET D APPUI A LA GESTION DES ZONES HUMIDES DANS LE DELTA INTERIEUR DU FLEUVE NIGER RAPPORT FINAL Meg Gwler Bréhim Béridogo ARTEMIS Services pour l conservtion de l nture et le développement

Plus en détail

10 ASPECTS FINANCIERS ET BASES LEGALES

10 ASPECTS FINANCIERS ET BASES LEGALES 10 ASPECTS FINANCIERS ET BASES LEGALES En Suisse, l loi fédérle du 18 décemre 1970 sur l lutte contre les mldies trnsmissiles de l homme (dite loi sur les épidémies) et l loi fédérle du 13 juin 1928 sur

Plus en détail

This is an author-deposited version published in: http://sam.ensam.eu Handle ID:.http://hdl.handle.net/10985/7656

This is an author-deposited version published in: http://sam.ensam.eu Handle ID:.http://hdl.handle.net/10985/7656 Science Arts & Métiers (SAM) is n open ccess repository tht collects the work of Arts et Métiers PrisTech reserchers nd mkes it freely ville over the we where possile. This is n uthor-deposited version

Plus en détail

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne)

OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne) Février 2003 Anglis et frnçis seulement OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION (Note présenté pr l Espgne) 1. INTRODUCTION 1.1 Les principles crctéristiques géogrphiques

Plus en détail

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013

Préparation à l'examen écrit de maturité Mathématiques 2013 Wechter Loïc Mturité 2013 Mthémtiques Cours de M. Flcoz 2013 Préprtion à l'exmen écrit de mturité Mthémtiques 2013 1.Primitives et intégrles 1.1Primitives (CRM pp.77-80) Une primitive pourrit se définir

Plus en détail

Construire un avenir meilleur

Construire un avenir meilleur Dossier de presse Construire un venir meilleur CEMEX 2 rue du Verseu - Silic 423 94583 Rungis Cedex Tél. 01 49 79 44 44 Fx 01 49 79 86 07 www.cemex.fr Octobre 2015 Présenttion Michel André Président de

Plus en détail

sur les actions de développement en impliquant plus la société civile et la population. Réduire les disparités régionales

sur les actions de développement en impliquant plus la société civile et la population. Réduire les disparités régionales 30 MADAGASCAR INTRODUCTION MADAGASCAR POSSÈDE UN REVENU NATIONAL BRUT (RNB) par habitant de 960 USD en parité de pouvoir d achat (PPA). 61 % de ses 19 millions d habitants vivent au-dessous du seuil international

Plus en détail

Développer les capacités nationales nécessaires au pilotage et à la mise en œuvre de la Stratégie nationale de réduction de la pauvreté.

Développer les capacités nationales nécessaires au pilotage et à la mise en œuvre de la Stratégie nationale de réduction de la pauvreté. 12 TCHAD INTRODUCTION LE TCHAD POSSÉDAIT EN 2006 UN REVENU NATIONAL BRUT (RNB) par habitant de 1 230 USD en parité de pouvoir d achat (PPA). Son taux de croissance démographique a été en moyenne de 3.3

Plus en détail

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère

Rapport. sur la situation en matière de développement durable du Conseil général de l Isère Rpport sur l sitution en mtière de développement durble du Conseil générl de l Isère 2014 RppoRt développement durble 2014 2 Edito UNE VISION ÉCLAIRÉE DE NOTRE ACTION AU QUOTIDIEN le 21 novembre 2014,

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

Là où on s y attend le moins, des

Là où on s y attend le moins, des REGARDS LOGIQUE & CALCUL L conjecture du crré inscrit Plcer sur une coure fermée qutre points formnt les coins d un crré est presque toujours possile. C est ien, mis comment se dérrsser du «presque»? Jen-Pul

Plus en détail

12Planet ConferenceServer

12Planet ConferenceServer Présenttion solution 12Plnet ConferenceServer Orgniser des conférences, débts ou interviews en temps réel sur le Web ou sur votre Intrnet ConferenceServer principles fonctionnlités Fonction de modértion

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

6 apprentissages supplémentaires

6 apprentissages supplémentaires 6 pprentissges supplémentires pour être polybâtisseur étnchéité couverture construction de fçdes Construction d échfudges systèmes de protection solire Ferblntier T crrière! Polybâtisseur des métiers vec

Plus en détail

CONFIANCE MONDIALE DANS LA PUBLICITÉ

CONFIANCE MONDIALE DANS LA PUBLICITÉ CONFIANCE MONDIALE DANS LA PUBLICITÉ DES STRATÉGIES GAGNANTES POUR UN PAYSAGE MÉDIATIQUE CHANGEANT SEPTEMBRE 2015 Copyright 2015 The Nielsen Compny 1 DE LA COUVERTURE MÉDIA À L'IMPACT SUR LE CONSOMMATEUR

Plus en détail

Le plan de développement du volley ball breton

Le plan de développement du volley ball breton Le pln de développement du volley bll breton 2008-2012 crédit photo : Mrc Grgnon L dynmique du volley bll breton L Ligue de Bretgne de Volley Bll (LBVB), ssocition régie pr l loi du 1 er juillet 1901,

Plus en détail

Calcul de la rugosité surfacique

Calcul de la rugosité surfacique VI èmes Journées d Etudes Techniques 200 The Interntionl congress for pplied mechnics L mécnique et les mtériux, moteurs du développement durble du 05 u 07 mi 200, Mrrkech Mroc Clcul de l rugosité surfcique

Plus en détail

LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET

LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE MINIBASKET Édition mrs 2014 Document rédigé pr les membres de l Délégtion Jeunesse Commission MiniBsket et Groupe de trvil 7/11 ns LES RÈGLES OFFICIELLES DE LA PRATIQUE

Plus en détail

Système de gestion des décisions des instances RECOMMANDATION

Système de gestion des décisions des instances RECOMMANDATION Système de gestion des décisions des instnces RECOMMANDATION CG : 41.01 2014/11/27 14:00 (1) Dossier # : 1146812002 Unité dministrtive responsle : Niveu décisionnel proposé : Service des finnces, Direction

Plus en détail

CSTC OUVRAGES PARTICULIERS EN VERRE PARTIE 1 : APPLICATIONS STRUCTURALES NOTE D INFORMATION TECHNIQUE 242

CSTC OUVRAGES PARTICULIERS EN VERRE PARTIE 1 : APPLICATIONS STRUCTURALES NOTE D INFORMATION TECHNIQUE 242 ISSN 0528-4480 CSTC UNE ÉDITION DU CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA CONSTRUCTION NOTE D INFORMATION TECHNIQUE 242 OUVRAGES PARTICULIERS EN VERRE PARTIE 1 : APPLICATIONS STRUCTURALES Novembre 2011

Plus en détail

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct DNPA Clibrtion 16-01-04 1 Clibrtion bsolue pr l mesure du fisceu direct 1- Introduction Les différentes méthodes permettnt de fire des mesures bsolues en diffusion de neutrons ux petits ngles (DNPA) sont

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE UFR DE GESTION UNIVERSITE PRIS PNTHEON SORBONNE UFR DE GESTION MTHEMTIQUES PPLIQUEES L ECONOMIE ET L GESTION LICENCE nnée Cours de Thierry LFY TRVUX DIRIGES semestre 7-8 Thème n : Rppels Eercice Déterminez l ensemble

Plus en détail

Automates à états fnis Damien Nouvel

Automates à états fnis Damien Nouvel Automtes Automtes à étts fnis Automtes à étts fnis Pln Représenttion des utomtes (FSA) Défnition formelle (DFA) Équivlence DFA / NFA / ε-nfa Licence Informtique L1 Automtes 2 / 30 Automtes à étts fnis

Plus en détail

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 2 SOMMAIRE A/ PRÉSENTATION Rélistion de conduits utoportnts pré-isolés à prtir de pnneux de l gmme Fi-Air. A/ PRÉSENTATION

Plus en détail

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds

(Chapitre 4) 3 La bourse ou la vie ou Comment faire des ronds Φ (Chpitre 4) 3 L bourse ou l vie ou Comment fire des ronds Imginez que vous possédez un portefeuille de vleurs boursières. Voici le grphe de ses fluctutions en fonction du temps (bscisse, x) et de l rgent

Plus en détail

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR ÉCLAIRAGES À LED CH OL/AOL ET OFR/AFR LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR NOUVELLES SÉRIES D ÉCLAIRAGES À LED PUISSANCE LUMINEUSE ET DESIGN INGÉNIEUX PERFORMANTS,

Plus en détail

LES COOPÉRATIVES ET L EMPLOI:

LES COOPÉRATIVES ET L EMPLOI: LES COOPÉRATIVES ET L EMPLOI: un rpport mondil Bruno Roelnts, Eum Hyungsik et Elis Terrsi, CICOPA LES COOPÉRATIVES ET L EMPLOI: UN RAPPORT MONDIAL Concernnt les uteurs Bruno Roelnts est Secrétire Générl

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes

Maladies chroniques et traumatismes Mldies chroniques et trumtismes Hospitlistions pour excerbtions de BPCO : comment les identifier à prtir des données du progrmme de médiclistion des systèmes d informtion (PMSI)? Sommire Abrévitions 2

Plus en détail

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE

SYSTEMES LOGIQUES LOGIQUE COMBINATOIRE Ch.I Commnde des systèmes logiques ogique comintoire - p1 SYSTEMES OGIQUES OGIQUE COMBINATOIRE I Commnde des systèmes logiques 1. Structure des systèmes utomtisés Reprenons l structure étlie dns le cours

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution .8 Aperçu de l intégrle.8 APERÇU DE L INTÉGRALE Estimtion de l ire d une région curviligne Erreur d pproimtion Aire ecte d une région curviligne 4 Intégrle définie 5 Intégrle définie négtive 6 Propriétés

Plus en détail