La conférence nationale des Mutuelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La conférence nationale des Mutuelles"

Transcription

1 Juin mai 2013 Conférence nationale des Mutuelles de France La conférence nationale des Mutuelles de France s est réunie le 28 mai Elle s inscrivait dans un contexte particulier, fait d incertitudes et d inquiétudes quant à l avenir de la mutualité et du système de protection sociale, marqué principalement par le projet de loi dit de sécurisation de l emploi, qui transpose l accord national interprofessionnel (ANI). Les objectifs de la conférence étaient de présenter les principaux dossiers soumis à l assemblée générale de la Mutualité française du 6 juin, mais aussi la stratégie des Mutuelles de France lors des derniers mois. Le but étant de donner aux militants mutualistes des perspectives politiques, et de définir collectivement la stratégie de la FMF, notamment au sein de la Mutualité Française.

2 L avenir c est maintenant «Il en va de l avenir de la mutualité et de la protection sociale en général» : c est ainsi que Jean-Paul Benoit a décrit la situation à laquelle font face les complémentaires santé, lors de son introduction à la conférence nationale des Mutuelles de France. Des espoirs et des déceptions Le président de la FMF a ouvert la conférence en effectuant un petit retour en arrière. En 2012, les Mutuelles de France avaient accueilli avec soulagement l arrivée du gouvernement socialiste au pouvoir. «Nous sortions de dix années douloureuses pour la Sécurité sociale, avec la multiplication des franchises, des forfaits, et des taxes sur les complémentaires santé en augmentation constante», a expliqué Jean-Paul Benoit. «Nous attendions des promesses de François Hollande qu elles soient tenues». Soulignant le rôle décisif du mouvement mutualiste lors de la campagne électorale, «qui a permis d obtenir ces engagements», notamment une pétition contre la Taxe spéciale sur les conventions d assurance (TSCA) qui a recueilli signatures, Jean-Paul Benoit a pointé la déception de la FMF au regard de l action du gouvernement. Un grand débat sur le financement de la Sécu hypothétique? «L un des engagements du candidat Hollande était de revenir immédiatement sur l augmentation de la TSCA à 3,5 %, mais cela a été renvoyé au Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) de septembre», a constaté le président de la FMF. La question du financement et du niveau des remboursements par la Sécurité sociale a aussi été renvoyée à la fin de l été, lors d un hypothétique «grand débat». Jean-Paul Benoit a noté pour sa part qu un «débat au dernier moment, dans la précipitation, ne correspond pas du tout au débat de fond dont nous avons besoin pour réformer le financement de la Sécurité sociale.» Et d ajouter : «il y a peu d espoir de voir naître un véritable débat». Jean-Paul Benoit Le «contrat d accès aux soins» oublié? Jean-Paul Benoit en a profité pour regretter le fait que l avenant n 8 à la convention médicale, signé en octobre par trois syndicats de médecins libéraux (CSMF, SML et MG France), les organismes complémentaires (UNOCAM) et l assurance maladie (UNCAM), ne semble pas être suivi d effets. L avenant, qui a pour objectif d améliorer l accès aux soins en limitant les dépassements de tarifs des médecins de secteur 1, prévoit : n de sanctionner les dépassements qui excéderaient 150 % du tarif opposable. Un seuil que la FMF considère comme insuffisant, d autant plus que, a rappelé Jean-Paul Benoit, «sous la pression des professionnels de la santé», ce seuil n'est désormais plus «une limite absolue, mais un simple repère, un des indicateurs de l activité des médecins, qui pourra être différencié à titre dérogatoire, pour certaines zones géographiques limitées.» n de mettre en place un «contrat d accès aux soins» pour les médecins de secteur 2 et de secteur 1 titulaires du droit permanent à dépassement. Ce contrat prévoit de limiter, pour les médecins signataires, leur dépassement Juin L ÉVÉNEMENT des mutuelles de France 2

3 de tarif opposable d une année sur l autre, et leur taux de dépassement à 100 % des tarifs Sécu. «Avec ce système, l on peut espérer à terme une résorption des dépassements de tarifs», a remarqué Jean-Paul Benoit, qui a salué «une première tentative d encadrement des dépassements de tarifs depuis 30 ans, avec des perspectives». Le président des Mutuelles de France a néanmoins regretté le fait qu il n y ait, «aujourd hui, aucun retour de l assurance maladie sur le nombre de signatures de médecins, avec un vrai risque de voir ce dispositif tué dans l œuf» en juillet, date où le contrat d accès aux soins doit entrer en vigueur. Si un tiers des médecins éligibles au contrat d'accès aux soins n adhère pas à ce contrat, sa date d entrée en vigueur sera repoussée jusqu à ce que ce seuil soit atteint. «La douche froide» de l ANI Le 14 mai, le projet de loi de sécurisation de l emploi, qui transpose l accord national interprofessionnel (ANI), a été définitivement adopté par le Sénat. Le projet de loi rend obligatoire la complémentaire santé pour tous les salariés en entreprise privée. Aujourd hui, les contrats collectifs bénéficient de 4,3 milliards d euros d exonérations sociales et fiscales, selon un rapport de la Cour des Comptes. La FMF considère que ces contrats collectifs entament les finances de la Sécurité sociale et l affaiblissent. «Leur généralisation va amplifier ce phénomène, ce seront 2,5 milliards d euros en plus de dépensés», regrette Jean-Paul Benoit, qui a parlé d un «coup de tonnerre» pour les mutuelles, quand, en janvier, l ANI a été signé par le patronat et trois syndicats (Cfdt, CFE-CGC, Cftc). En effet, en octobre, au 40 e congrès de la Mutualité française à Nice, François Hollande s était engagé à généraliser «à l horizon de 2017, l accès à une couverture complémentaire de qualité». Il avait dénoncé l effet des contrats de groupe obligatoires, en termes d encouragement des dépassements de tarifs et d inflation des dépenses de santé. «Il avait aussi dit qu il fallait remettre à plat l ensemble des aides publiques sur ces contrats groupe obligatoires», a rappelé Jean-Paul Benoit. La généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés du privé «ne concerne que personnes, 10 % des personnes qui n en ont pas. Pour les 90 % restant, ce dispositif n apporte rien», a dénoncé Jean-Paul Benoit. «On ne généralise pas la complémentaire santé, mais les contrats de groupe obligatoires.» «Les Mutuelles de France ont toujours été pour une participation de l employeur à la cotisation mutualiste. S il y a nécessité d avoir une couverture mutualiste, c est parce que la Sécurité sociale n est pas à un assez haut niveau. ANI : ce que dénonce la FMF Un développement prévisible des dépassements d honoraires : les contrats de groupe obligatoires participent à réduire les taux de prises en charge de l'assurance maladie par l'accroissement des dépassements de tarifs. 74 % de ces contrats prennent en charge les dépassements d'honoraires. Les exclus de l ANI : la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés ne concerne que personnes. Elle laisse de côté 4 millions de personnes, non salariées - les plus fragiles en matière de santé : chômeurs, handicapés, retraités, jeunes. Une baisse prévisible du niveau de prise en charge de l assurance-maladie : les contrats collectifs bénéficient de 4,3 milliards d euros d exonérations sociales et fiscales (bientôt 7 milliards). Un manque à gagner pour la Sécurité sociale, qui sera comblé en augmentant les cotisations ou en diminuant les remboursements. La fin de la liberté de choix : chacun doit avoir la liberté de choisir la complémentaire qui correspond à ses besoins. Juin L ÉVÉNEMENT des mutuelles de France 3

4 Si elle n est pas à un assez haut niveau, c est parce que la part de financement des entreprises n est pas suffisante. Et donc, il est légitime de demander à l employeur de participer à la complémentaire santé», a indiqué Jean-Paul Benoit. «Or, l ANI va rendre quasi impossible une telle participation en dehors des contrats obligatoires.» «Pour éviter ce renoncement aux libertés mutualistes et à la démocratie mutualiste», la FMF préconise de revoir la question des exonérations sociales et fiscales, et de les remettre à plat. «Si l on généralise les contrats de groupe en l état, on court vers une catastrophe sociale et sanitaire», a ajouté Jean- Paul Benoit. Le président fédéral a également dénoncé un gouvernement et des députés qui «méconnaissaient le rapport de la Cour des comptes sur les contrats collectifs, et n étaient pas au courant que cela avait un coût.» Il a en outre défendu les «oubliés de l ANI» : étudiants, chômeurs, personnes handicapées, retraités, qui ne sont pas concernés par le projet de loi. «Ils vont en subir les conséquences : la diminution des ressources de la Sécurité sociale et par conséquence la chute de ses remboursements.» La FNMF demande aussi la limitation des prises en charge des dépassements de tarifs par la révision des contrats responsables. «Leurs critères ne sont pas assez restrictifs. Il y a des minima, mais très peu de maxima.» Ainsi, a expliqué Jean-Paul Benoit, «nous demandons une redéfinition des plafonds de prise en charge des dépassements de tarifs». Si l on généralise les contrats de groupe en l état, on court vers une catastrophe sociale et sanitaire. S adapter aux effets de l ANI : consolider et se regrouper «Il y a un grand risque de perte d adhérents, avec l ANI et le futur transfert des contrats individuels sur les contrats collectifs, où la mutualité est moins bien représentée». D où la nécessité d anticiper ces effets. «Nous devons consolider nos groupements, de façon à avoir des tailles suffisantes pour développer un maximum de contrats collectifs possibles. Il faudra aussi créer des partenariats avec d autres groupements de la FNMF», a expliqué Jean-Paul Benoit. Ainsi, un partenariat avec des mutuelles de la Mutualité française s avère indispensable, notamment en ce qui concerne les contrats de branche, où la Mutualité est très peu présente. «Il faut construire des partenariats pour sécuriser». Mais «même si l on limite les pertes d adhérents, il y aura toujours des pertes de marges», note le président fédéral. Les différences de marges entre contrats collectifs et contrats individuels sont ainsi de l ordre de 10 %. «Il faut anticiper ces pertes de marges. Les mutuelles et les groupements doivent évaluer l impact de ces pertes sur leur fonctionnement», a conclu Jean-Paul Benoit. La proposition de loi Le Roux : «occupons le terrain» Jean-Paul Benoit est ensuite revenu sur la proposition de loi (PPL) Le Roux, qui vise à permettre aux mutuelles de mettre en place des réseaux de soins, et de moduler le remboursement des soins entre professionnels de santé conventionnés et non conventionnés. Une PPL finalement très limitée : ces remboursements différenciés seront limités à l optique, au dentaire et à l audioprothèse, et ne concerneront pas les médecins. «Mais au moins, nous pourrons déjà passer des conventions avec des professionnels de la santé», a relativisé Jean-Paul Benoit. Juin L ÉVÉNEMENT des mutuelles de France 4

5 La PPL est actuellement bloquée au Sénat, après une campagne de lobbying «très efficace» de la part des opticiens, auprès des élus locaux et des sénateurs. «Il y a une réflexion à avoir sur notre capacité à nous mobiliser et à mener des campagnes d opinion. Nous avons un vrai souci de mobilisation, et de rapport de force», a constaté le président de la FMF. Au lendemain de l alternance politique, la Mutualité a ainsi «renoncé à maintenir le rapport de force. Mais l on voit bien que s il n y a pas ce rapport de force, quelle que soit la majorité politique, d autres se chargent d occuper le terrain à notre place pour faire pencher les choses de leur côté!», a ajouté Jean-Paul Benoit. Les frais de gestion santé et le «mutualité bashing» L'obligation de transparence sur les frais de gestion santé devait initialement s'appliquer au 1 er janvier 2013 et même au 1 er octobre 2012 pour les contrats individuels. Mais l entrée en vigueur de la publication des frais de gestion des complémentaires santé est reportée au 1 er janvier La Mutualité a obtenu ce renvoi, après un bras de fer avec le gouvernement précédent. Les négociations ont eu lieu à la fin de l année 2012, «en pleine campagne d opinion antimutualiste. Il y a eu un mutualité bashing comme on n en avait jamais vu!», a rappelé Jean-Paul Benoit. Cette «déferlante» antimutualiste a freiné les négociations. La seule avancée obtenue aura été la liberté de support : les mutuelles pourront publier un document annexe où elles pourront expliquer leurs actions, et indiquer les frais de gestion correspondant à ces actions. «Le rapport de force, qui nous était extrêmement défavorable, a quasiment empêché toutes les négociations, notamment sur la question des cotisations fédératives», a indiqué Jean-Paul Benoit. Rétablir un rapport de force «Certains dossiers se débloquent : la proposition de loi Le Roux devrait être inscrite au Sénat pendant les sessions extraordinaires de cet été. Mais il faudra mener véritablement le débat sur tous ces chantiers», a insisté le président de la FMF. Il semble ainsi primordial de rétablir un réel rapport de force, en rassemblant les mutualistes. La FMF rencontre depuis plusieurs mois des parlementaires, des partis politiques et les organisations syndicales, et continuera ce travail de lobbying. «Mais l enjeu est de reproduire ces démarches au niveau local, avec des débats notamment», a ajouté Jean-Paul Benoit, qui incite les délégations territoriales et les mutuelles de la FMF à «amplifier la programmation de rencontres». La FMF engagera prochainement un débat sur le financement de la Sécurité sociale et sur la complémentaire pour tous, en coopération avec le magazine Viva, qui mettra en place un site internet dédié. Et Jean-Paul Benoit de conclure son discours : «nous allons essayer de peser par tous les moyens sur ces enjeux très importants. Il faut absolument réussir à reprendre tous ces dossiers en main. Il n en va pas de l avenir de la Mutualité - elle perdurera -, mais des conditions de cet avenir, et de celui de nos groupements.» Il y a une réflexion à avoir sur notre capacité à nous mobiliser et à mener des campagnes d'opinion. Juin L ÉVÉNEMENT des mutuelles de France 5

6 Débat Lors des débats qui ont suivi le discours de Jean-Paul Benoit, les intervenants étaient globalement d accord sur la stratégie générale de la FMF. Certains ont insisté sur l importance de la protection sociale, et de la nécessité pour les Mutuelles de France de défendre la Sécurité sociale. D autres intervenants ont rappelé la nécessité d être proactifs, de provoquer le débat et de s organiser sur le terrain. Pour cela, les Mutuelles de France doivent notamment se rapprocher des organisations syndicales, et peser dans les prises de décisions de la FNMF. Défendre la protection sociale Pour Dominique Flécher (président de la Mutuelle complémentaire de la ville de Paris), il faut se recentrer sur la protection sociale. «Il nous faut un véritable plan, pas uniquement sur la complémentaire santé pour tous, mais sur la protection sociale en général.» Pas question de «laisser penser qu aujourd hui, la seule couverture santé possible serait celle présentée par les banques et les institutions de prévoyance.» Le président de la MCVPAP propose de «revenir dans la bataille, avec nos adhérents, notre force fondamentale.» Pour lui, la question de fond est : «va-t-on vers une privatisation de la protection sociale, avec la mort des mutuelles?» Celles-ci ne doivent pas abandonner «ce qui fait leur force : la proximité, le rapport individuel et direct avec les adhérents.» Les mutuelles ne doivent pas «être en dehors du mouvement social.» Elles doivent «reprendre contact avec leurs sections locales syndicales.» Cette question des rapports sociaux est fondamentale, note Dominique Flécher, pour «éviter que nous soyons obligés de multiplier nos tarifs, excluant du même coup la population la plus fragile, les retraités et les travailleurs pauvres, qui risqueraient de ne plus pouvoir payer.» Jean-Claude Bellière (président de la Mutuelle des Services Publics) a déploré une «situation de recul social sans précédent, alors que dans le même temps, la Mutualité a un rôle important à jouer en tant que soutien de l assurance maladie.» Critiquant un manque de lisibilité des positions de la FNMF, il a défendu l importance «d avoir une seule et même position sur la défense de la protection sociale, même si chaque mutuelle reste autonome. Car nous ne devons pas uniquement nous battre pour la mutualité, mais aussi et surtout pour la protection sociale dans son ensemble!» Dominique Flécher Nora Tréhel Nora Tréhel (présidente de la Mutuelle Familiale) s est de son côté interrogée sur une «forme de participation et d organisation de la complémentaire santé différente des contrats collectifs obligatoires» - pourquoi pas un système de forfait attribué au salarié, lui permettant de choisir lui-même sa complémentaire santé? Pour Nora Tréhel, les Mutuelles de France doivent défendre l accès aux soins. «Nous avons une responsabilité vis-à-vis des générations futures. Demain, je crains que l on ne s oriente vers un système à l américaine. D ailleurs, c est assez paradoxal de constater que Barack Obama essaie de remettre en cause ce système aux États-Unis et que nous, nous y entrons.» «Les mutuelles sont restées trop effacées et trop timides jusqu ici, notamment dans le dossier de l ANI. Les mutuelles étaient sous le choc de l annonce, complètement démunies. Maintenant, on attend de nous que nous soyons combatifs.» Jean-Claude Bellière Juin L ÉVÉNEMENT des mutuelles de France 6

7 Dominique Douine (directrice de la Mutuelle de France Aube) a souligné que «après l ANI, je crois qu il faut vraiment redéfinir cette notion de droit universel à la santé et à la protection sociale. Aujourd hui, il y a la CMU, l ACS, demain l ANI. C est une segmentation des couvertures et des niveaux de prise en charge qui affaiblit l ensemble du système. C est intolérable pour nous, mutualistes. On ne peut pas l accepter. Et c est pourquoi il faut remettre sur le métier cette idée de droit universel.» Être un vrai mouvement social Selon Serge Jacquet (président de la Mutuelle de France Plus), «les Mutuelles de France doivent réellement exister» et occuper le terrain, mobiliser leurs délégués et leurs militants. «Nous devons continuer à nous consolider au sein des Mutuelles de France, tout en n oubliant pas la proximité et l action de terrain, notre vraie force.» Serge Jacquet L union fait la force Pour Michel Lapierre (président de Mutami), les Mutuelles de France «n ont pas à rougir : beaucoup de mutuelles sont intervenues à de nombreuses reprises sur l ANI. Mais ce n est pas encore assez.» Selon lui, «nous devons agir tous ensemble. Nous avons des structures sur lesquelles nous reposer pour avoir du poids, nous devons en profiter : il s agit des structures fédératives ou fédérales de la Mutualité Française. Il faut agir, pour amener la Mutualité à prendre position. Si nous voulons avancer, nous n y arriverons pas tout seuls.» Marc Zamichiei (président de l UMIF) défend lui aussi l idée d une alliance : «nous devons nous battre aux côtés d autres acteurs du mouvement mutualiste, qui ont des positions proches ou similaires aux nôtres.» Pour lui, «les Mutuelles de France ont un rôle extrêmement important à jouer. Le mouvement mutualiste doit reprendre l offensive sur le caractère décisif de l assurance maladie obligatoire et de la Sécurité sociale». Une mutuelle pour tous «pourrait être une bonne chose, si elle permettait de conforter l assurance maladie obligatoire et de réduire les inégalités au sein de la complémentaire santé.» Deux dossiers attendent, de ce point de vue, les Mutuelles de France : le contenu des contrats solidaires et responsables et la fiscalité de ces contrats. «Il n est pas trop tard pour se battre sur ces deux points, déterminants pour nous.» Carole Moreira Olivier Téchec Accompagner les organisations syndicales Selon Carole Moreira (présidente de la Délégation territoriale Nord/ Pas-de-Calais et Picardie FMF), les Mutuelles de France manquent d échanges avec les partenaires sociaux. Elle-même syndicaliste au Centre hospitalier de Valenciennes, elle constate à la Mutuelle des Hospitaliers de Lille (SMH), dont elle est la vice-présidente, «un manque à ce niveau : trop souvent, les organisations syndicales priorisent l emploi et la formation professionnelle. Elles laissent tout le pan protection sociale de côté.» Les mutuelles devraient «pouvoir mener des actions avec les organisations syndicales, notamment autour de l accès à la santé». Michel Lapierre Olivier Téchec (président de Mutuelle Entrain) a pointé du doigt le manque de connaissances des organisations syndicales (OS) vis-à-vis de l ANI : «elles avaient salué cet accord, et on s est aperçu qu elles n étaient pas au courant de son réel impact». Pourtant, «les OS demandent, tout comme nous, une solution collective, qui respecterait la démocratie mutualiste et la solidarité Juin L ÉVÉNEMENT des mutuelles de France 7

8 entre actifs et retraités.» Revenant sur les clauses de désignation prévues par l ANI, Olivier Téchec note : «les institutions de prévoyance chassent sur le terrain de la santé, elles sont en relation avec les organisations syndicales Le mouvement mutualiste doit faire connaître ses positions et amener le débat sur la santé avec les OS.» Les complémentaires santé représentant une grande partie des remboursements de frais de santé, à côté de la Sécurité sociale, celles-ci doivent prendre leurs responsabilités et rencontrer les partenaires sociaux». «Le PLFSS se discute chaque année sans que nous soyons invités ni que nous soyons associés aux discussions : ce n est pas normal.» La Mutuelle Entrain a de son côté échangé avec les OS représentatives au sein de la SNCF, au sujet de l ANI et de son impact sur les mutuelles cheminotes. «Malgré les tensions entre certaines OS, toutes sont venues débattre ensemble», constate Olivier Téchec. «Les syndicats ne maîtrisent pas forcément l activité de la complémentaire santé. Il faut occuper le terrain avec eux.» Notamment au sujet d un possible statut européen pour les mutuelles : «le mouvement mutualiste doit être à l offensive sur cette question, aux côtés des partenaires sociaux». Se rapprocher des associations Lucien Carette (représentant de la Mutuelle Familiale de Haute-Savoie) a souligné l importance du rapport de force que les Mutuelles de France seront capables de créer. «La mutualité devrait être un vrai mouvement social, et les Mutuelles de France ont un rôle très important à jouer». La MFHS a rencontré des élus locaux, des organisations syndicales, et aussi le mouvement associatif local. «Les associations sont intéressées par notre démarche». L enjeu sera aussi de s appuyer sur des militants mutualistes, notamment dans les comités d action mutualiste. Béatrice Torrez Pour Béatrice Torrez (administratrice de la SMH), «il y a une carte à jouer avec le monde associatif». Très engagée dans des associations d insertion par le travail, «qui aident des salariés en situation de grande précarité et qui se battent pour maintenir leur droit à une complémentaire santé», elle constate que les associations sont «prêtes à travailler avec nous». Mais pour travailler ensemble, «il nous faudra aussi un plus grand nombre de militants sur le terrain.» Juin L ÉVÉNEMENT des mutuelles de France 8

9 Le devoir d engagement des mutuelles Pascale Vatel, secrétaire générale de la FMF, a clôturé cette journée de débats en exposant les sujets sur lesquels s exprimera la fédération lors de l Assemblée Générale de la FNMF, le 6 juin. Rappelant que «le système solidaire» était menacé, elle a insisté sur l importance pour le mouvement mutualiste d être acteur des réformes en cours, et de «jouer son rôle de mouvement social». Après avoir commenté le rapport moral de l AG de la FNMF, Pascale Vatel a abordé trois grands dossiers, dans lesquels la FMF s est fortement impliquée : n Le projet stratégique de la mutualité à l horizon 2015 n Le Service social rendu n Le conventionnement hospitalier mutualiste Rapport moral : la Mutualité doit s engager Le rapport moral présenté par la FNMF aux délégués est «très factuel et ne dégage pas suffisamment une dynamique ou une stratégie pour le mouvement». Pour Pascale Vatel, «il est bâti comme un point d étape technique utile sur les dossiers en cours et le travail engagé depuis le Congrès, mais il ne dégage pas de réelle perspective politique.» La FMF regrette le fait que la Mutualité «donne souvent le sentiment dans ce texte de subir les «facteurs exogènes et conjoncturels» sans jamais se donner l ambition et les moyens d agir sur eux. Par exemple, il y est constaté et regretté le recul de la protection sociale solidaire sans analyser les causes (politiques et réglementaires notamment) ni dégager d actions pour inverser la tendance.» Pascale Vatel a commenté en outre le chapitre iii sur l action de lobbying et de communication de la FNMF, qui «traduit bien l incapacité que le mouvement a eue d intervenir fortement ces derniers mois. Pourtant, lorsque le mouvement mutualiste s est engagé et réellement mobilisé, nous avons pu obtenir un passage rapide de la PPL Leroux à l Assemblée Nationale». Pour la FMF, la Mutualité doit continuer à s engager, sur le dossier de la révision des contrats solidaires et responsables, sur la remise à plat des aides publiques et sociales accordées aux contrats de complémentaire santé, et sur la réforme du financement de la protection sociale. Cette intervention sur les réformes nécessaires ne doit pas, a affirmé Pascale Vatel, «éloigner la mutualité et les mutuelles de leur engagement et de leurs actions propres pour la mise en œuvre de la solidarité». Ainsi, il s agit «de mettre en application la triple ambition» définie lors du congrès de Nice par le mouvement et les mutuelles : n Confirmer leurs rôles d acteurs majeurs, solidaires et performants, de la protection sociale complémentaire, n Être un acteur global de la santé et de la protection sociale, n Contribuer à la refondation du système de protection sociale et de la santé. Pascale Vatel Juin L ÉVÉNEMENT des mutuelles de France 9

10 Projet stratégique pour le mouvement mutualiste : les Mutuelles de France au travail Adopté à l AG de la FNMF de 2012, le projet stratégique pour le mouvement mutualiste a été débattu au congrès de Nice, qui a marqué son lancement opérationnel par la reprise dans la résolution générale de ses axes stratégiques et de ses grands chantiers. Le projet est organisé autour de 5 chantiers structurants, chacun piloté par un membre du Bureau Fédéral en liaison avec un directeur d une mutuelle ou de la fédération. Les Mutuelles de France sont représentées dans chacun des 5 groupes de travail (valeurs, restructurations, gouvernance, périmètres, partenariats). Des partenariats externes sont envisagés pour la conduite des travaux (avec Alternatives Économiques, des associations, des chercheurs, d autres acteurs de l Économie Sociale). Pour assurer l appropriation par tout le mouvement de ce projet, sa construction sera menée par un travail de la fédération en lien avec les groupements. Les Unions Régionales organiseront des débats. Une première synthèse sera réalisée à l Assemblée Générale de 2014, un an avant sa validation au congrès de «L engagement des mutuelles de France dans ces groupes de travail est primordial. Il a pour objet de porter nos valeurs et notre positionnement à chaque étape de ce qui constituera le projet de la mutualité pour le congrès de 2015», a conclu Pascale Vatel. Le Service social rendu (SSR), ou «la plus value» du modèle mutualiste La secrétaire générale de la FMF a ensuite abordé le dossier du Service Social Rendu (SSR). «Il s agit d une décision du congrès de Nice de mettre en lumière le service social que les mutuelles rendent à l adhérent et à la collectivité, en termes de solidarité et d efficience», a-t-elle expliqué. En avril 2012, les mutuelles santé ont engagé une réflexion sur la mesure du SSR, pour «apporter une réponse par le haut» au débat, qui a abouti à l obligation de publication par les complémentaires santé de leurs frais de gestion. Aujourd hui, a indiqué Pascale Vatel, «ce travail vise plus largement à valoriser le modèle mutualiste en démontrant sa plus-value à travers un indicateur global et collectif». L objectif étant aussi de le «différencier des autres acteurs de la complémentaire santé». Le service social rendu doit permettre de mesurer si, à travers leur couverture des besoins de santé, les mutuelles répondent aux besoins des personnes (avec une offre solidaire, mutualisée et sans exclusion), dans des conditions socialement optimales. Il doit aussi permettre de mesurer la mise en œuvre de solidarités par les mutuelles. «C est un dossier où nous avons toujours été présents et sur lequel nous sommes fortement intervenus pour que les critères ne soient pas qu économiques mais portent aussi sur l action des mutuelles en terme social», a précisé Pascale Vatel. Une étude de faisabilité à partir de mutuelles tests a été présentée au congrès Durant le premier trimestre 2013, une collecte généralisée des données a été organisée, auprès de 27 mutuelles. Cette collecte a permis de «construire des indicateurs mais ce nombre insuffisant de mutuelles répondantes pose la question de la représentativité des résultats et des moyens de leur redressement». À partir des données de cette enquête et de données disponibles à la FNMF, 11 indicateurs ont été retenus. Ils feront l objet d une communication externe d ici fin La vie de la Fédération Cotisation : la proposition de la FNMF est une baisse de la cotisation de 0,27 sur 3 ans. Ce qui représente une diminution de 1,5 % par an. Cette baisse sera répercutée de façon proportionnelle sur toutes les composantes de cette cotisation. Selon Jean-Paul Benoit, cette baisse est «historique : jusqu à maintenant, elle avait toujours augmenté.» Renouvellement du CA : le CA est renouvelable pour moitié. La représentation FMF de 2 administrateurs dans le collège restera inchangée. Renouvellement des membres du CMS : la FMF conserve trois postes. Nora Tréhel, Antoine Di Ruzza sont proposés à la reconduction. Olivier Téchec remplacera Marc Pellouard qui n a pas souhaité se représenter. Renouvellement des membres du conseil des mutuelles prévoyance santé : la candidature de Serge Jacquet est présentée en remplacement de Jean-Paul Benoit. Juin L ÉVÉNEMENT des mutuelles de France 10

11 Conventionnement hospitalier mutualiste : assurer sa pérennité Dernier point abordé par Pascale Vatel pour la préparation de l AG de la FNMF : le conventionnement hospitalier mutualiste. Il regroupe aujourd hui 142 mutuelles, représentant 82 % des adhérents mutualistes, dont 23 mutuelles de France, avec plus de adhérents mutualistes FMF. «Ce conventionnement a fait la preuve de la capacité des mutuelles de porter un projet commun, de développer des relations avec les établissements dans une logique plus large que le seul tiers payant, avec des engagements pris sur les dépassements d honoraires, de qualité et de tarif de la chambre particulière», a analysé Pascale Vatel. Le conventionnement déployé progressivement dans les différentes régions, représente 440 conventions signées. Pour certaines régions, le nombre très important d établissements et les tarifs élevés rendent le déploiement plus complexe. Un plan d action mené par les unions régionales avec les mutuelles est organisé en conséquence. Les prochaines étapes du conventionnement porteront sur : n L extension du périmètre comme les soins externes, les établissements de soins de suite et de réadaptation ou de lutte contre le cancer, n La pérennisation du dispositif comme la valorisation des établissements conventionnés, et la simplification des procédures de tiers payant. «Assurer la pérennité de ce conventionnement relève aussi de la responsabilité de chaque mutuelle par la différenciation en termes de tiers payant ou de prestations entre établissements conventionnés ou non», a conclu Pascale Vatel. Après les échanges de cette journée, l objectif est de définir les modalités de notre intervention dans la FNMF immédiatement à l AG du 6 juin puis dans les prochains mois. Le Grand conseil de la Mutualité sauvé Relancer les centres de santé : un enjeu En redressement judiciaire depuis novembre 2011, le Grand conseil de la mutualité (GCM) a vu son plan de continuation d activité validé par le tribunal de grande instance de Marseille. Premier réseau de services et de soins d accompagnement mutualiste des Bouches-du-Rhône, le GCM regroupe notamment 11 centres médicaux et reçoit patients par an. Le TGI a approuvé les mesures et le plan de redressement proposés par la direction de la structure, avec l appui et le soutien de la FNMF et de la FMF. Le GCM dispose de dix ans pour rembourser ses dettes. La pérennité du GCM étant garantie, l enjeu est désormais de développer les activités des centres de santé. «Les Mutuelles de France sont le premier groupement de la Mutualité dans les Bouches-du-Rhône, mais elles ne représentent que 1/3 de l effectif mutualiste au total. Nous sommes en train de travailler avec les autres groupements de la FNMF pour consolider cette activité», a expliqué Jean-Paul Benoit. Le cas du GCM confirme la viabilité du modèle économique des centres de santé. «Il est important d associer l ensemble du mouvement mutualiste au développement de ces centres», a-t-il ajouté. En prouvant que le modèle économique des centres de santé est viable, «cela peut nous permettre de relancer une véritable politique de développement de ces centres.» Dans un contexte de crise de la médecine de premier recours, avec l accroissement des déserts médicaux, les centres de santé ont un rôle à jouer. «Beaucoup de centres de santé ont fermé. Si nous voulons les promouvoir comme une forme d avenir d organisation des soins de premier recours, il faut absolument que l on s appuie sur un modèle économique crédible.» Avec la survie du GCM, Jean-Paul Benoit affirme avoir «bon espoir» qu un modèle économique pérenne puisse être mis en pratique, afin de préparer un développement ambitieux des centres de santé. L ÉVÉNEMENT des mutuelles de France - Juin 2013 Fédération des mutuelles de France : 3-5 rue de Vincennes Montreuil Cedex - Communication : - Réalisation Vivacom - Photos Marta Nascimento 11

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Rencontre presse. Lundi 21 octobre de 14 h 30 à 16 h 00. La Boate 35 Rue de la Paix 13001 Marseille

Rencontre presse. Lundi 21 octobre de 14 h 30 à 16 h 00. La Boate 35 Rue de la Paix 13001 Marseille Rencontre presse Lundi 21 octobre de 14 h 30 à 16 h 00 La Boate 35 Rue de la Paix 13001 Marseille Echanges avec Jean-Paul Benoit, Président de la Mutualité Française PACA, autour de : Projet de loi de

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé Une mesure qui profite à tous!

Généralisation de la complémentaire santé Une mesure qui profite à tous! Généralisation de la complémentaire santé Une mesure qui profite à tous! Une complémentaire santé plus avantageuse pour les salariés Une image sociale positive de l entreprise Septembre 2015 Plan de la

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

Rapport moral. Auteur : Olivier TECHEC Date : 22/05/2014 Réf : OT/CF. Assemblée Générale 24 et 25 juin 2014 à Rennes

Rapport moral. Auteur : Olivier TECHEC Date : 22/05/2014 Réf : OT/CF. Assemblée Générale 24 et 25 juin 2014 à Rennes Rapport moral Auteur : Olivier TECHEC Date : 22/05/2014 Réf : OT/CF Assemblée Générale Pour rompre avec les habitudes, plus qu un rapport moral, nous allons tâcher de vous soumettre un rapport qui donne

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 SOMMAIRE Création de CPRI (commissions paritaires régionales interprofessionnelles)

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

UNE MUTUELLE Profondément humaine

UNE MUTUELLE Profondément humaine Shutterstock / Goodluz UNE MUTUELLE Profondément humaine Avril 2015 1 Notre histoire Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL LES SOLUTIONS MNT PROTÉGEONS ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL COMPRENDRE LE CONTEXTE SAISIR LES OPPORTUNITÉS La collectivité est clairement identifiée

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 3 octobre 2013 Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 29 3 octobre 2013 Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ ÉLECTIONS 2012 : LA FNATH INTERPELLE LES CANDIDATS Le prochain quinquennat sera marqué par la crise sociale et économique. Pleinement touchés, les accidentés de la vie ne devront pas être sacrifiés sur

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 INVENTONS ENSEMBLE LA SANTÉ DE DEMAIN Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Quels impacts anticiper sur le marché de l assurance de personnes? 21 février 2013 ANI 2013 Quels impacts prévisibles

Plus en détail

ACCORD DU 30 JANVIER 2008

ACCORD DU 30 JANVIER 2008 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective régionale IDCC : 8113. EXPLOITATIONS DE MARAÎCHAGE, ARBORICULTURE, HORTICULTURE, PÉPINIÈRES ET CRESSICULTURE (ÎLE-DE-FRANCE)

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi

Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi Généralisation de la complémentaire santé pour les salariés Portabilité des droits www.harmonie-mutuelle.fr L accès aux soins pour

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

1- Fin des clauses de désignation : possibilité de recommandation d un ou plusieurs organismes assureurs

1- Fin des clauses de désignation : possibilité de recommandation d un ou plusieurs organismes assureurs Paris, le 12/10/2015 AUX UNIONS DEPARTEMENTALES AUX FEDERATIONS NATIONALES Pour information aux administrateurs : - Retraite et Prévoyance - CNAV, CRAM, CRAV, CGSS Aux membres du Comité exécutif de l UCR

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Intervention de Marisol Touraine Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2016 Nouvelle lecture à l Assemblée

Plus en détail

Généralisation des complémentaires santé en entreprise 22 mars 2013 Éléments d analyse. État de la complémentaire santé en entreprise

Généralisation des complémentaires santé en entreprise 22 mars 2013 Éléments d analyse. État de la complémentaire santé en entreprise Généralisation des complémentaires santé en entreprise 22 mars 2013 Éléments d analyse État de la complémentaire santé en entreprise Les taux d équipement : une évaluation délicate Taux d équipements globaux

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé

La généralisation de la complémentaire santé La généralisation de la complémentaire santé istya collectives 7 square Max Hymans - 75015 Paris Numéro ORIAS : 14007239 - www.orias.fr www.istyacollectives.fr Le cadre réglementaire Au plus tard le 1er

Plus en détail

La Mutuelle. Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016. Olivier SIMON Conseil en protection sociale

La Mutuelle. Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016. Olivier SIMON Conseil en protection sociale La Mutuelle Réussir la mise la place au 1 er janvier 2016 Olivier SIMON Conseil en protection sociale Sommaire 2 1. Contexte 2. L ANI et la LSE 3. Les obligations pour les Entreprises 4. Fonctionnement

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts.

réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. réservé aux établissements sanitaires et sociaux privés. Pour protéger vos salariés consultez les experts. une expertise issue de l union des deux leaders de la protection des professionnels de la santé

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Communiqué de presse CONFERENCES REGIONALES LOI SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI:

Communiqué de presse CONFERENCES REGIONALES LOI SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI: Communiqué de presse CONFERENCES REGIONALES LOI SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI: METTRE EN EVIDENCE LES CONDITIONS DE REUSSITE DE LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE A L ENSEMBLE DES SALARIES,

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé en entreprise

Généralisation de la complémentaire santé en entreprise Généralisation de la complémentaire santé en entreprise Partie 1 Les évolutions réglementaires Introduction LF pour 2014 Loi Fillon du 21 août 2003 Décret 9 janvier 2012 Couverture de l ensemble du personnel

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Dossier de Presse mars 2013

Dossier de Presse mars 2013 Dossier de Presse mars 2013 Mutuelle Entrain Lors du Congrès de l Union des Mutuelles de Cheminots et des Personnels du Groupe (UMCPG) en 2006 à Montpellier, les délégués ont décidé la constitution d une

Plus en détail

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise

La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise La protection Sociale : avenir ou souvenir? Les solidarités en temps de crise ALBI - 10 janvier 2014 Fabrice Henry Petit état des lieux au travers de la loi de financement de la Sécurité Sociale La loi

Plus en détail

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 10 décembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Nous sommes

Plus en détail

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Dates Les différentes étapes de l ANI et de la réécriture de l article L. 912-1 du code de la sécurité sociale 9 et 10 juillet 2012 Grande conférence

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! LIVRe BLANC www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! MUTUELLE LMP LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE, UN ENJEU MAJEUR DÈS MAINTENANT. CONTRAT COLLECTIF ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11

Plus en détail

LES FRANÇAIS EGAUX DEVANT L ACCES AUX SOINS?

LES FRANÇAIS EGAUX DEVANT L ACCES AUX SOINS? LES FRANÇAIS EGAUX DEVANT L ACCES AUX SOINS? Par Julien Rollet, actuaire Gras Savoye Juin2013 Avec 216 145 médecins généralistes actifs en 2011 (+92 % en 30 ans), la France n'a jamais compté autant de

Plus en détail

UNE MUTUELLE POUR TOUS

UNE MUTUELLE POUR TOUS Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 15 décembre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE MUTUELLE POUR TOUS LA PROPOSITION DE LA VILLE DE BAYONNE POUR UN EGAL

Plus en détail

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe 13 juin 2014 Point de vue de la Mutualité Française sur les réseaux de soins Marylène Ogé-Jammet Directrice adjointe -Direction Santé de la

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire

Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire Unité de Distribution Unité de Distribution Direction Formation-Département Conception 150218 Direction Formation-Département Conception 1 Le

Plus en détail

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1

Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles. Page n 1 Autorité de Contrôle des Assurances et des Mutuelles Page n 1 Conférence du contrôle du 5 octobre 2009 Mutuelles : Actualités du contrôle et évolution du secteur Introduction : Philippe Jurgensen, Président

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Bagnolet, le 29 mai 2013. Aux secrétaires généraux des unions régionales. Aux secrétaires généraux des unions départementales

Bagnolet, le 29 mai 2013. Aux secrétaires généraux des unions régionales. Aux secrétaires généraux des unions départementales http://www.unsa.org/_ Bagnolet, le 29 mai 2013 Aux secrétaires généraux des unions régionales Aux secrétaires généraux des unions départementales Aux secrétaires généraux des organisations syndicales adhérentes

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)?

Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? Associations : comment bénéficier des apports financiers du programme investissement d avenir (PIA)? M o d e d e m p l o i d e s p r ê t s a c c o r d é s a u x s t r u c t u r e s d u t i l i t é s o

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous.

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous. 1 9 S E P T E M B R E 2 0 1 3 CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE En France 10 millions de personnes ne peuvent pas se soigner. www.unemutuel lepourtous.com Débattonsen! Affiche40x60.indd 1 10/09/13

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés SUR LA PROTECTION SOCIALE

ÉDITO. Regards croisés SUR LA PROTECTION SOCIALE Regards croisés SUR LA PROTECTION SOCIALE N 42-15 décembre 2013 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Face à la bronca suscitée par certaines mesures, notamment celles

Plus en détail

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires

Thème 4 : Changer le comportement des banques sur les territoires Page : 1 / 6 Introduction Dans le cadre des Etats généraux de l ESS en juin 2010, le Labo a coordonné la rédaction de plus de 400 cahiers d espérances. Ils sont des témoins de la vitalité de l ESS et de

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DE L ANI

LES CONSEQUENCES DE L ANI LES CONSEQUENCES DE L ANI Chantier : connaissance des conséquences de l ANI sur les mutuelles Les conséquences de l ANI sur chaque mutuelle seront différentes selon son marché ou son positionnement. Il

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

GUIDE DE LA NOUVELLE. des professionnels. Guide de la nouvelle. les réponses à toutes vos questions

GUIDE DE LA NOUVELLE. des professionnels. Guide de la nouvelle. les réponses à toutes vos questions GUIDE DE LA NOUVELLE Guide de la nouvelle des professionnels les réponses à toutes vos questions SI ON PARLAIT «COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE»? Avant le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise LE PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER la Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise 1-PRESENTATION L Accord National Interprofessionnel (ANI) 2013 a prévu de généraliser la complémentaire

Plus en détail

Groupe de travail. Vers une plateforme inter entreprise de sécurisation des mobilités Réunion 2

Groupe de travail. Vers une plateforme inter entreprise de sécurisation des mobilités Réunion 2 Groupe de travail Vers une plateforme inter entreprise de sécurisation des mobilités Réunion 2 Version du 5 décembre 2011 Présents Jérémy Houstraëte, Cabinet Alixio Didier Dugast, MDEF de Sénart Yannick

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

Relevant du livre II SIREN 776 950 677

Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Mutuelles de France 70 Boulevard Matabiau BP 7051 31069 TOULOUSE CEDEX 7 Tél 0 810 131 111 Fax 05 61 63 03 77 Règlement intérieur MUTAMI page 1/5 suite à l Assemblée

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé. contraintes ou opportunités?

Généralisation de la complémentaire santé. contraintes ou opportunités? Généralisation de la complémentaire santé contraintes ou opportunités? SOMMAIRE I - Rappel du contexte 1- Qu est que la généralisation de la complémentaire santé? 2- Quelles sont les entreprises concernées?

Plus en détail

Projet de cahier des charges

Projet de cahier des charges Projet de cahier des charges Appel à candidatures d organismes de formation portant sur la mise en œuvre des formations «La prévention des risques professionnels dans l économie sociale et solidaire :

Plus en détail

VOTRE FAQ CONTRATS RESPONSABLES CHEFS D ENTREPRISE, LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES CONTRATS SANTÉ DIT «RESPONSABLES»

VOTRE FAQ CONTRATS RESPONSABLES CHEFS D ENTREPRISE, LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES CONTRATS SANTÉ DIT «RESPONSABLES» VOTRE FAQ CONTRATS RESPONSABLES CHEFS D ENTREPRISE, LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LES CONTRATS SANTÉ DIT «RESPONSABLES» PRÉAMBULE EASY BOX Le contrat santé dit «responsable» est entré en vigueur le

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité 50 Repères Pénibilité La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites Les mesures prévues par la loi de 2010 en matière de compensation de la pénibilité ne prennent

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

ACCORD SUR LA GOUVERNANCE DES GROUPES PARITAIRES DE PROTECTION SOCIALE DU 8 JUILLET 2009

ACCORD SUR LA GOUVERNANCE DES GROUPES PARITAIRES DE PROTECTION SOCIALE DU 8 JUILLET 2009 ACCORD SUR LA GOUVERNANCE DES GROUPES PARITAIRES DE PROTECTION SOCIALE DU 8 JUILLET 2009 Le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME),

Plus en détail

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle

Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle Analyse des Incidences liées à la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle pour les ACI et propositions d actions Avril 2015 La loi

Plus en détail

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Étude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises 1 Deux enquêtes téléphoniques auprès de : Méthodologie

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail