Les transistors bipolaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les transistors bipolaires"

Transcription

1 Les transistors bipolaires I. Introduction: Définitions: Le transistor bipolaire est un composant à 3 électrodes comportant 2 jonctions PN. C est un cristal de semi-conducteur dans lequel on peut distinguer 3 segments dopés soit N, soit P, selon l une des deux configurations suivantes (Structures de principe): E N P N C E P N P C B B Les trois segments sont nommés Base, Emetteur et Collecteur et sont munis d électrodes métalliques. B = Base, très mince et très peu dopée E = Emetteur, fortement dopé C = collecteur, volume important et moins dopé que l émetteur. Représentation symbolique: C B= NPN E C B= PNP E Remarque: La flèche sur l émetteur indique le sens passant de la jonction base émetteur. 1

2 Régimes de fonctionnement: Chacune des jonctions PN peut être polarisée en direct ou en inverse. Il existe donc 4 régimes de fonctionnement du transistor: 1. Quand la jonction d émetteur est polarisée en direct et la jonction de collecteur en inverse, le transistor fonctionne en régime normal. 2. Quand les 2 jonctions sont polarisées en direct, le transistor est saturé. 3. Quand les 2 jonctions sont polarisées en inverse, le transistor est bloqué. 4. Quand la jonction d émetteur est polarisée en inverse et la jonction de collecteur en direct, le transistor fonctionne en régime inverse. En régime normal, le transistor est utilisé comme amplificateur de la puissance du signal. En saturation, le transistor joue le rôle d un interrupteur fermé (résistance entre émetteur et collecteur faible). Quand il est bloqué, il représente un interrupteur ouvert. S il devient alternativement bloqué et saturé, on dit qu il fonctionne en commutation. C est un commutateur électrique commandé par le signal envoyé sur la base. Le régime inverse est rarement utilisé. II. Caractéristiques statiques: Convention sens des courants: I B I C I B I C NPN I E PNP I E Remarque: Pour la suite, on étudiera seulement le transistor NPN. C est le plus utilisé 2

3 On peut caractériser le transistor par 2 coefficients de transfert : = Coefficient de tranfert du courant d émetteur β = Coefficient de tranfert du courant de base. La jonction Base émetteur est polarisée en direct (régime normal). Les e de l émetteur vont donc traverser facilement cette jonction, et vont se retrouver dans la base, qui est très peu dopée => Peu de recombination e trou s. De plus, la base est mince. Les e venant de l émetteur se retrouvent donc majoritairement à la jonction base collecteur qui est polarisée en inverse. Les e vont alors facilement traverser cette jonction. Le courant de collecteur sera donc presqu entièrement constitué par les e venant de l émetteur. I c = α I E avec [ 0,95; 0,995] Or, on a aussi I B + I c = I E α I B + α I c = α I E = I c I c (1 α) = αi B II cc = αα 1 αα II BB, ssssssss II CC = ββ II BB ( β [ 15; 500] ) On a coutume de représenter la caractéristique d un transistor avec les axes suivants : II cc II BB VV CCCC VV BBBB 1. Courbes V BE = f (I B ) V CE = cste : L ensemble de ces courbes est appelé réseau d entrée. Les courbes correspondent à la caractéristique d une jonction PN en direct 3

4 2. Courbes I C = f (I B ) V CE = cste : On appelle cette famille de courbes caractéristiques de transfert en courant. Elles sont souvent approximées par une droite et permettent de déterminer β. (II CC = ββ. II BB ) 3. Courbes I C = f (V CE ) I B = cste : On appelle cette famille de courbes caractéristiques de sortie. 4. Courbes V BE = f (V CE ) I B = cste : On appelle cette famille de courbes caractéristiques de transfert en tension. 5. Le réseau de caractéristique complet : 4

5 6. Valeurs limites absolues : Les valeurs limites absolues sont données dans les catalogues constructeurs. Elles délimitent sur les caractéristiques de sortie du transistor un domaine en dehors duquel l utilisation du transistor est dangereuse : I c max = Valeur du courant du collecteur maximale. V ce max = Valeur de la tension V ce maximale P max : Valeur maximale de la puissance supportée par le transistor. La puissance délivrée par le transistor est maximum quand il fonctionne en régime normal. En régime saturé, elle est relativement faible à cause de la petite valeur de V ce. En régime bloqué, elle est petite à cause de la faible valeur de I E La puissance dissipe par le transistor est déterminée par P = V ce I c Le constructeur donne P max I = P ma x V ce On peut aussi avoir sur les documentations-constructeur : I B max V CB max V BE max 5

6 III. La polarisation des transistors : Les équations du transistor et ses caractéristiques ne sont pas linéaires. Mais, comme pour le diode, elles peuvent être considérés comme telles par de petits signaux. Les amplitudes des petits signaux peuvent être d autant plus grandes que les sections linéaires des caractéristiques utilisées sont larges. Avant même que le petit signal soit appliqué, le point de fonctionnement du transistor doit être placé dans la zone linéaire de ses caractéristiques. C est le rôle du circuit de polarisation. La polarisation s effectue avec une source d alimentation. Ci-dessous, 2 types de circuits de polarisation : R B R C R 1 R C E E R 2 R E a. Montage à résistance de base. b. Montage à résistance d émetteur Pour calculer le point de polarisation, il faut déterminer les caractéristiques externes (lors des mailles et des nœuds) et les caractéristiques internes (propres au transistor). On obtient ainsi un système à 5 inconnus (I B0, I C0, I E0, V BE0, V CE0 ). L indice zéro signifie qu il s agit des valeurs au point de fonctionnement. Des conditions supplémentaires liées au cahier des charges permettent de trouver la valeur des résistances et du générateur. Exemple de calcul pour le schéma du montage à résistance de base : Conditions externes : On prend deux mailles : V BE + R B I B = E (1) V CE + R C I C = E (2) Conditions internes: II CC = ββ II BB (3) II CC + II BB = II EE (4) 6

7 Cahier des charges: I C = 10 ma, V CE = 5V On prend un transistor ayant ββ = 100 et V BE = 0,6V On remplace par les valeurs numériques VV BBBB + RR BB II CC ββ = EE (1) Avec (3) 0,6 + R B = E V CE + R C I C = 0 (2) R C = E 2 équations, 3 inconnues, on ne peut donc pas trouver de solution au système. On choisit alors E = 10V => R B = 94 KΩ R C = 500 Ω Remarque: Avec ce cahier des charges initial, on peut obtenir une infinité de solutions. Solution graphique : À partir des conditions externes, on peut superposer le tracé de ces droites au tracé du réseau de caractéristiques. 7

8 IV. Modèle dynamique (petits signaux) En régime linéaire, par rapport aux petits signaux, le transistor peut être considéré comme un quadripôle linéaire (voir schéma ci-dessous). Or, le transistor ne comporte que 3pôles. Une de ses bornes sera donc commune à l'entrée et à la sortie du quadripôle. i 2 v 1 i 1 Transistor i 2 v 2 v 1 i 1 v 2 Le transistor comme quadripôle, cas du montage EC Rq : Les courants ii 1 et ii 2, et les tensions v 1 et v 2 sont des petits signaux. Tout quadripôle est caractérisé par deux équations linéaires liant les quatre signaux d entrée et de sortie. Le transistor, en petits signaux sera caractérisé par les paramètres hybrides. v 1 = h 11 i 1 + h 12 v 2 i 2 = h 21 i 1 + h 22 v 2 h 11, h 12, h 21 et h 22 sont les paramètres dynamiques du quadripôle, donc dans le cas considéré, ceux du transistor en montage EC. Pour le montage EC, on a : v 1 = v BE, i 1 = i B, v 2 = v CE, i 2 = i C Le système devient alors : v BE = h 11e i B + h 12e v CE i c = h 21e i B + h 22e v CE L indice e signifie qu il s agit des paramètres dynamiques du transistor en montage EC. h 1 1 e = v BE i B Pour v CE = 0 on obtient : h 2 1 e = i C i B h 1 2 e = v BE v CE Pour i B = 0 on obtient : h 2 2 e = i C v CE 8

9 On obtient donc le schéma petits signaux suivant : ii BB ii CC vv BBBB h 11ee h 12ee vv CCCC h 21ee ii BB 1 h 22ee vv CCCC Calcul des paramètres dynamiques 1. Calcul de h 12e h 12e est le «coefficient de transfert inverse». Il peut être négligé parce que sa valeur est très faible. h 12e = 10 3 à Rq : On a déjà vu que V CE a très peu d influence sur V BE (Chapitre I, 1) 2. Calcul de h 11e h 11e est la résistance d entrée du transistor. Comme v BE = dv BE et i b = di B, h 11e = dv BE di B vv CCCC =0 En reprenant la caractéristique V BE = f(i B ) du chapitre I) 1), on voit que la caractéristique est celle d une jonction PN. On peut donc l approximer par V BE l équation d Ebers et Moll : I B = I m V S e T 1 (voir chapitre diodes) II ss II BB VV BBBB di B dv BE = I S mv T. e V BE mv T = 1 V BE I mv S. emv T 1 I T mv B0 car I S I B0 (I S A) T Donc h 11e = mv T = r, avec : m : coefficient empirique, m = 2 I B 0 V T = 26 mv (potentiel thermique) I B0 : courant de base de polarisation. Rq : rr est inversement proportionnelle au courant de polarisation de la base. 9

10 3. Calcul de h 21e h 21e est le coefficient de transfert du courant de base dynamique. Comme i c = di c et i B = di B, h 2 1 e = di C di B vv CCCC =0 Or, I C = βi B donc di C = βdi B + I B dβ On prend souvent β = constante (ce qui n est pas tout à fait exact). Donc di C = βdi B di C di B = β Donc h 21e = β 4. Calcul de h 22e 1/h 22e est la résistance de sortie du transistor. Cette résistance est due à l effet Early. Comme i C = di C et v CE = dv CE, h 22e = di C dv CE i B =0 Donc h 22e représente la pente de la courbe au point de polarisation. On appelle ρ la résistance de sortie du transistor ρ = 1. h 22 e Connaissant le point de polarisation (I c0, V CE 0 ) et la tension d Early, on peut calculer ρ puisque ρ correspond à la pente de la courbe. On obtient ρ = V EA +V CE 0 I C 0 Rq : ρ est inversement proportionnel au courant de polarisation. De plus, sa valeur est très grande ( ). On la négligera donc souvent 10

11 On obtient le schéma dynamique suivant : ii BB βii BB ii CC vv BBBB rr ρρ vv CCCC V. Les montages amplificateurs à transistors 1. Généralités sur les amplificateurs L amplificateur est un circuit destiné à amplifier la puissance d un signal. Le signal est appliqué à l entrée de l amplificateur par une source représentée par un générateur de tension e G ayant une résistance interne R G. La charge peut être représentée par une résistance R u. L amplification peut être réalisée en amplifiant la tension d entrée v ou le courant d entrée i G ou les deux. RR GG ii 1 ii 2 ee GG vv Amplificateur uu RR uu L amplificateur doit être une fonction linéaire. En augmentant l amplitude du signal, il faut conserver sa forme. Si la forme du signale en sortie de l amplificateur est différente de la forme du signal d entrée, il y a une distorsion de l information portée par le signal. Pour éviter les distorsions, il faut utiliser le transistor dans les sections linéaires des caractéristiques. Symbolisation des amplificateurs : RR GG ii 1 ii 2 ee GG vv RR ee AA vv0. vv RR SS RR uu uu Amplificateur 11

12 Résistance d entrée : R e = v i 1 Amplification en tension : A V = u v Rq : Gain à vide : A v0 = u v quand R u = + Résistance de sortie : R S = u i 2 quand e G = 0 Amplification en courant : A i = i 2 i 1 = i 2 i 1. u u. v v = i 2 u. u v. v i 1 = 1 R u. A v. R e = A v. R e R u Amplification en puissance : A p = P u = u( i 2) = A P e v.i v. A i = A 2 v. R e 1 R u où P u est la puissance absorbée par R u et P e est la puissance absorbée à l entrée de l amplificateur. Rq : A partir de R e, R S et A v on détermine tout les autres paramètres. 2. Mise en cascade d amplificateurs RR GG ee GG vv AA vv1 vv 1 AA vv2 vv 2 vv nn 1 AA vvnn uu RR uu Étages AA vv1 = vv 1 vv AA vv2 = vv 2 vv 1 AA vvnn = vv nn vv nn 1 Amplification en tension totale : nn A v = A v1. A v2.. A vn = AA ii ii=1 Rq : La résistance de sortie R s de chaque étage intermédiaire joue le rôle de résistance du générateur R G pour l étage suivant. La résistance d entrée R e de chaque étage intermédiaire joue le rôle de résistance de charge R u pour l étage précédent. 12

13 3. Montage émetteurcommun VV cccc RR 2 RR CC CC 2 RR GG CC 1 BB CC EE vv 2 RR LL ee GG vv 1 RR 1 RR EE CC EE MM Les condensateurs C 1 et C 2 servent à séparer de la source d entrée et de la charge du continu. Ce sont des condensateurs de liaison. Le condensateur C E sert à "court-circuiter" la résistance R E par rapport aux petits signaux. En effet, l impédance du condensateur en régime alternatif sinusoïdal est Z CE = 1 jc E ω donc plus la fréquence est grande plus l impédance est faible. L émetteur est donc relié (du point de vue des petits signaux) à la masse, on a donc un montage émetteur commun. Schéma équivalent petits signaux : RR GG ii 1 ii BB ii CC ii 2 βii BB ee GG vv RR 2 RR 1 rr vv BBBB ρρ RR CC RR uu uu Résistance d entrée : R e = v i 1 = R 1 // R 2 // r Résistance de sortie : R S = u i 2 quand e G = 0, donc R s = ρ // R c Amplification en tension : A v = u v et i B = v r De plus, u = β. i B (ρ // R c // R u ), donc u = β. v r (ρ // R c // R u ) A v = β r (ρ // R c // R u ) 13

14 Amplification en courant : A i = i 2 i 1 = A v. R e R u = β(ρ // R c // R u )(R 1 // R 2 // r) r.r u Amplification en puissance : A p = P u P e = A v. A i = β2 (ρ // R c // R u ) 2 (R 1 // R 2 // r) r 2.R u 14

TRANSISTOR BIPOLAIRE

TRANSISTOR BIPOLAIRE I Introduction I.1 Constitution Le transistor bipolaire est réalisé dans un monocristal comportant trois zones de dopage différentes. n p n collecteur base émetteur n C On reconnaît deux jonctions PN p

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electronique Analogique 2ème semestre 3ème partie Damien JACOB 08-09 Le transistor bipolaire I. Description et symboles Effet transistor : effet physique découvert en

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B.

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B. Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant. - Le régime linéaire. Le courant collecteur est proportionnel

Plus en détail

Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire

Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire LEEA 3 ème A, C. TELLIER, 28.08.04 1 Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire 1. Structure et description du fonctionnement 1.1. Les transistors bipolaires 1.2 Le transistor NPN Structure intégrée d'un transistor

Plus en détail

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015 Uniersité Mohammed Khidher Biskra A.U.: 204/205 Faculté des sciences et de la technologie nseignant: Bekhouche Khaled Matière: lectronique Fondamentale hapitre 4 : Le Transistor Bipolaire à Jonction 4..

Plus en détail

LES DIODES. I La diode à jonction. I.1 Constitution. Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1

LES DIODES. I La diode à jonction. I.1 Constitution. Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1 I La diode à jonction I.1 Constitution Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1 I.2 Caractéristique d'une diode Définition : c'est le graphique qui donne

Plus en détail

Conception. de systèmes électroniques. analogiques

Conception. de systèmes électroniques. analogiques Christian JUTTEN Conception de systèmes électroniques analogiques Université Joseph Fourier - Polytech Grenoble Cours de deuxième année du département 3i Janvier 2007 Table des matières Modèle mathématique

Plus en détail

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

Cours 9. Régimes du transistor MOS

Cours 9. Régimes du transistor MOS Cours 9. Régimes du transistor MOS Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 005 Dans ce document le transistor MOS est traité comme un composant électronique.

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

Communiquer les informations

Communiquer les informations Série S option : Science de l Ingénieur Communiquer les informations Adresse : irai.gotdns.com Port : 5003 Mot de passe : à demander au professeur Problème technique : Analyser le fonctionnement de l affichage

Plus en détail

Le GBF Générateur basse fréquence

Le GBF Générateur basse fréquence Le GBF Générateur basse fréquence Il génère des signaux alternatifs ( carré, sinusoïdale et triangulaire ) en sa sortie ( output- 50 ) Pour chaque signal, on peut modifier : l amplitude ( en agissant sur

Plus en détail

Concours d entrée en Ingénierie, 2012

Concours d entrée en Ingénierie, 2012 Concours d entrée en Ingénierie, 2012 Nom : Prénom : Test des connaissances professionnelles en électricité-électronique TCP-E Durée : 3 heures 1. Cocher la réponse exacte 1 En continu, une capacité se

Plus en détail

La polarisation des transistors

La polarisation des transistors La polarisation des transistors Droite de charge en continu, en courant continu, statique ou en régime statique (voir : le transistor) On peut tracer la droite de charge sur les caractéristiques de collecteur

Plus en détail

Gammes d assemblage. Système d alarme - élève 84

Gammes d assemblage. Système d alarme - élève 84 Gammes d assemblage Système d alarme - élève 84 Organigramme d assemblage du système d alarme Fond du boîtier Côté droit 5 4 A B Côté gauche 5 C Côté borne à ressort 1 D Côté interrupteur 2 E Borne à ressort

Plus en détail

Les transistors à effet de champ.

Les transistors à effet de champ. Chapitre 2 Les transistors à effet de champ. 2.1 Les différentes structures Il existe de nombreux types de transistors utilisant un effet de champ (FET : Field Effect Transistor). Ces composants sont caractérisés

Plus en détail

Les transistors à effet de champ

Les transistors à effet de champ etour au menu! Les transistors à effet de champ 1 tructure A TANITO à JONCTION (JFET) Contrairement aux transistors bipolaires dont le fonctionnement repose sur deux types de porteurs les trous et les

Plus en détail

SOMMAIRE. B5.1 Première approche

SOMMAIRE. B5.1 Première approche APPROCHE THEORIQE LES COMPOSANTS ELECTRONIQES B5 LES IOES SOMMAIRE B5.1 Première approche B5.2 e la jonction PN à la diode B5.3 Caractéristique d'une diode B5.4 Mécanisme de conduction d'une diode B5.5

Plus en détail

Cours d Electronique Analogique

Cours d Electronique Analogique Cours d Electronique Analogique ENSPS - 1 ière année. Année universitaire : 2003/2004 Thomas Heiser Laboratoire PHASE-CNS (Physique et Applications des Semiconducteurs) Campus Cronenbourg tel: 03 88 10

Plus en détail

TD 11. Les trois montages fondamentaux E.C, B.C, C.C ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe.

TD 11. Les trois montages fondamentaux E.C, B.C, C.C ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe. TD 11 Les trois montages fondamentaux.,.,. ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe ***exercice 11.1 On considère le montage ci-dessous : V = 10 V R 1 R s v e

Plus en détail

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1 1 Introduction Un convertisseur statique est un montage utilisant des interrupteurs à semiconducteurs permettant par une commande convenable de ces derniers de régler un transfert d énergie entre une source

Plus en détail

Amplificateur à deux étages : gains, résistances "vues", droites de charges, distorsion harmonique

Amplificateur à deux étages : gains, résistances vues, droites de charges, distorsion harmonique Problème 6 Amplificateur à deux étages : gains, résistances "ues", droites de charges, distorsion harmonique Le circuit analysé dans ce problème est un exemple représentatif d'amplificateur réalisé à composants

Plus en détail

Exemples d'utilisations des transistors bipolaires

Exemples d'utilisations des transistors bipolaires Exemples d'utilisations des transistors bipolaires Remarques concernant tous les montages: Tous les montages ont ete testes (sauf ampli de classe B) Si un montage refuse de fonctionner, mettre un condensateur

Plus en détail

Système d alarme Liste des pièces : Outils recommandés :

Système d alarme Liste des pièces : Outils recommandés : Système d alarme Nom : Classe : Liste des pièces : Outils recommandés : 1 résistance R1...1,8 K Ohm, marron-gris-rouge-or Crayon, règle 1 résistance Rv...180 Ohm, marron-gris-marron-or Marteau 1 transistor

Plus en détail

BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968. Calculatrice et Objets communicants interdits

BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968. Calculatrice et Objets communicants interdits BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2015- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968 Calculatrice et Objets communicants interdits Les valeurs numériques seront considérées justes à 10

Plus en détail

Diode à jonction. Figure 1 : Exemple de caractéristique courant-tension.

Diode à jonction. Figure 1 : Exemple de caractéristique courant-tension. Diode à jonction A. Composants non linéaires Dans la première partie de ce cours nous avons étudié le comportement de circuits ne faisant intervenir que des composants linéaires. Cependant l'importance

Plus en détail

LES MONTAGES D AMPLIFICATION: ANALYSE ET SYNTHESE

LES MONTAGES D AMPLIFICATION: ANALYSE ET SYNTHESE 1 Guillaume LAMY Fabrice DECROP 1G1 TD1 LES MONTAGES D AMPLIFICATION: ANALYSE ET SYNTHESE A ENSEA 1 ère A Electronique Analogique 2 Introduction A ce point d avancement sur les cours d électronique analogique

Plus en détail

Clemenceau. Présentation de l AOP. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O.Granier)

Clemenceau. Présentation de l AOP. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O.Granier) Lycée Clemenceau PCSI 1 (O.Granier) Présentation de l AOP Liens vers : TP-Cours AOP n 1 TP-Cours AOP n 2 TP-Cours AOP n 3 I Présentation et propriétés de l AOP : 1 Description de l AOP : Aspects historiques

Plus en détail

Laboratoire 1. Diodes et applications

Laboratoire 1. Diodes et applications Laboratoire 1 Diodes et applications Première partie Rappel de cours Université Mohammed V, Faculté des Sciences, Rabat La diode est un élément actif comportant deux électrodes désignées généralement par

Plus en détail

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp)

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) LSM 2 - Mesures physiques - Instrumentation Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) Les circuits étudiés jusqu'ici sont des circuits passifs constitués de résistances, condensateurs inductances

Plus en détail

Amplificateur et commande

Amplificateur et commande CAPTEURS Bibliographie : [1]. G.Asch Les capteurs en instrumentation industrielle [2]. R Duffait, JP Lievre Expériences d électronique (chap ) [3]. Collection Durandeau 1èreS option Sciences expérimentales

Plus en détail

Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION

Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION OFPPT ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES MODULE N :03 APPLICATION

Plus en détail

LE COURANT ELECTRIQUE CONTINU

LE COURANT ELECTRIQUE CONTINU LE COURT ELECTRQUE COTU 1- perçu historique de l'électricité Voir polycop 2- Le courant électrique l existe deux types de courant. EDF. faire tirages feuille exercice et T annexe Montrer effet induction

Plus en détail

Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Nabeul

Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Nabeul Ministère de l enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la technologie Institut Supérieur des tudes Technologiques de Nabeul Département : Génie lectrique Support de cours : LCTRONIQU

Plus en détail

COMPOSANTS ELECTRONIQUES

COMPOSANTS ELECTRONIQUES REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOKRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE M HAMED BOUGARA DE BOUMERDES FACULTE DES SCIENCES - DÉPARTEMENT PHYSIQUE

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

MONTAGES ELECTRONIQUES

MONTAGES ELECTRONIQUES MONTAGES ELECTRONIQUES Classes concernées : 2 nde MPI, TS, TS spé (Bilbio : livres de 2 nde MPI, TS et TS spé Hachette) INTRODUCTION L électronique est omniprésente dans notre quotidien. Que ce soit dans

Plus en détail

Ensemble pour l étude d une régulation de température

Ensemble pour l étude d une régulation de température ENSP Montrouge N. 205 Ensemble pour l étude d une régulation de température L ensemble est constitué des éléments suivants : - élément A : un boîtier contenant un bloc de cuivre, muni d une thermistance,

Plus en détail

Circuits intégrés micro-ondes

Circuits intégrés micro-ondes Chapitre 7 Circuits intégrés micro-ondes Ce chapitre sert d introduction aux circuits intégrés micro-ondes. On y présentera les éléments de base (résistance, capacitance, inductance), ainsi que les transistors

Plus en détail

ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES

ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES Université Paul Sabatier TP Physique du Tronc Commun de CIMP Introduction Travaux Pratiques d Electronique ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES D UNE AUTOMOBILE EN CAS D OBSCURITE L électronique est un secteur

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

TP 6 initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique

TP 6 initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique TP 6 initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique Objectifs : - Le but de cette manipulation est de connaître les fonctionnalités d un oscilloscope numérique Tektronix TDS (210 ou 1001B) bicourbe,

Plus en détail

REGULATEUR ELECTRONIQUE DE TENSION pour le contrôle de l excitation de dynamos 12 V

REGULATEUR ELECTRONIQUE DE TENSION pour le contrôle de l excitation de dynamos 12 V REGULATEUR ELECTRONIQUE DE TENSION pour le contrôle de l excitation de dynamos 12 V (cette réalisation fait suite aux articles publiés dans La Vie de l Auto n os 934, 935, 1118) Deux objectifs : 1. Le

Plus en détail

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois...

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... En quoi cette notion de polarisation du transistor est-elle si importante? Et bien elle va permettre de

Plus en détail

W 12-2 : haute performance et savoir-faire compact

W 12-2 : haute performance et savoir-faire compact Barrières W - Détecteurs réflex, élimination de premier plan EPP Détecteurs réflex, élimination d arrière-plan EAP W - : haute performance et savoir-faire compact Détecteurs réflex énergétiques fibres

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Tournez la page S.V.P.

Tournez la page S.V.P. 17 Tourne la page S.V.P. Le problème est constitué de quatre parties indépendantes La mesure de l intensité d un courant électrique peut nécessiter des méthodes très éloignées de celle utilisée dans un

Plus en détail

Études et Réalisation Génie Électrique

Études et Réalisation Génie Électrique Université François-Rabelais de Tours Institut Universitaire de Technologie de Tours Département Génie Électrique et Informatique Industrielle Études et Réalisation Génie Électrique Chargeur de batterie

Plus en détail

Le moteur à courant continu à aimants permanents

Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Le moteur à courant continu à aimants permanents Principe, caractéristiques Alimentation, variation de vitesse Puissance, rendement Réversibilité Cette

Plus en détail

SOURCE DE TENSION ET SOURCE DE COURANT

SOURCE DE TENSION ET SOURCE DE COURANT 59 E1 SOUCE DE TENSON ET SOUCE DE COUNT.- BUT DE L'EXPEENCE Les sources de tension et de courant sont des modèles que l'on ne rencontre pas dans la nature. Néanmoins, toute source d'énergie électrique

Plus en détail

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique FOUGERAY P. ANNE J.F. TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique Objectifs : - Le but de cette manipulation est de connaître les fonctionnalités d un oscilloscope numérique bi courbe,

Plus en détail

6GEI620 - Électronique II. Laboratoire #1

6GEI620 - Électronique II. Laboratoire #1 6GEI620 - Électronique II Laboratoire #1 Conception avec amplificateurs opérationnels Hiver 2008 1. Objectifs Se familiariser avec l outil Multisim Se familiariser avec le prototypage Apprendre, dans un

Plus en détail

Correcteur vidéo Mise à jour du 2 janvier 2011 «ravive les couleurs et les détails!» F5RCT Jean-Matthieu STRICKER

Correcteur vidéo Mise à jour du 2 janvier 2011 «ravive les couleurs et les détails!» F5RCT Jean-Matthieu STRICKER Correcteur vidéo Mise à jour du 2 janvier 2011 «ravive les couleurs et les détails!» F5RCT Jean-Matthieu STRICKER En télévision d amateur, il est parfois nécessaire de corriger le signal vidéo tant à l

Plus en détail

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.)

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.) Convertisseur umérique/analogique (C..A.) et Convertisseur Analogique/umérique (C.A..) I- Introduction : En électronique, un signal électrique est le plus souvent porteur d une information. Il existe deux

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2013- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968

BANQUE D ÉPREUVES DUT-BTS -SESSION 2013- É P R E U V E D ÉLECTRICITE - ÉLECTRONIQUE CODE ÉPREUVE : 968 BANQUE D ÉPEUVES DUT-BTS -SESSION 2013- É P E U V E D ÉLECTICITE - ÉLECTONIQUE CODE ÉPEUVE : 968 Tous appareils électroniques interdits (y compris calculatrice) Documents interdits DUÉE DE L ÉPEUVE : 2H30

Plus en détail

SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P

SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P Description du produit Le relais à commutation analogique Solitron Midi 1-phase est un relais statique dont la puissance délivrée

Plus en détail

Motorisation hybride Toyota Prius

Motorisation hybride Toyota Prius Motorisation hybride Toyota Prius Modélisation phénomènes physiques : Coefficient d adhérence : f : coefficient d adhérence φ = arctan f φ = φ s limite adhérence φ < φ s adhérence φ > φ s glissement Plus

Plus en détail

TP EL20. A) Organisation. B) Compte-rendu. C) Matériel

TP EL20. A) Organisation. B) Compte-rendu. C) Matériel TP EL20 A) Organisation Il est rappelé que la présence au TP est obligatoire. Les TP doivent être préparés (cours appris et énoncé de TP lu). Un contrôle de connaissance sous forme de questions pourra

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

L ELECTRICITE. L atome est le constituant élémentaire de la matière, c est un assemblage de particules fondamentales.

L ELECTRICITE. L atome est le constituant élémentaire de la matière, c est un assemblage de particules fondamentales. 1. Le courant électrique 2 1.1 Les atomes 2 1.2 Le noyau 2 1.3 Le nuage électronique 2 1.4 La tension électrique 3 1.5 Dipôle 3 1.6 Le courant électrique 4 2. Lois des tensions 4 2.1 Loi des branches 4

Plus en détail

Références pour la commande

Références pour la commande avec fonction de détection de défaillance G3PC Détecte les dysfonctionnements des relais statiques utilisés pour la régulation de température des éléments chauffants et émet simultanément des signaux d'alarme.

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P

Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P Relais statique CA Multi fonctions - 5 sélections de modes de fonctionnement: angle de phase, trains d ondes distribuées et

Plus en détail

Les exercices marqués d une * peuvent être effectués indépendamment des autres exercices partiels.

Les exercices marqués d une * peuvent être effectués indépendamment des autres exercices partiels. Nom: Électrotechnique Mécatronique Examen de fin d études Métrologie 2 SS2014 Cursus: mécatronique, électrotechnique Bachelor Date d examen: Examinateur: Outils de travail: 23.7.2014 (90 minutes) Prof.

Plus en détail

Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA

Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA Université de Bourgogne Faculté Mirande Rapport de projet Licence Electronique, Signal et Image Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA Sébastien Jeanniard Guillaume Lemaître Novembre

Plus en détail

Exemples de problèmes d examen

Exemples de problèmes d examen Exemples de problèmes d examen Réponses commentées, Olivier PILLOUD, HB9CEM. pour le document OFCOM Projet.04.20 basé sur la version OFCOM 30.06.205 Note : Étant donné la nature apparemment provisoire

Plus en détail

MEMOIRES MAGNETIQUES A DISQUES RIGIDES

MEMOIRES MAGNETIQUES A DISQUES RIGIDES MEMOIRES MAGNETIQUES A DISQUES RIGIDES PARTIE ELECTRONIQUE Le schéma complet de FP5 est donnée en annexe. Les questions porterons sur la fonction FP5 dont le schéma fonctionnel de degré 2 est présenté

Plus en détail

Le transistor bipolaire. Page N 6 Tranlin

Le transistor bipolaire. Page N 6 Tranlin V. Etude d'un montage à 1 transtor. (montage charge répart ac découplage d'émetteur Pour toute la suite, on utilera comme exemple le schéma suivant appelé montage charge répart ac découplage d'émetteur

Plus en détail

Amélioration de la commande P&O par une détection synchrone du courant de batterie

Amélioration de la commande P&O par une détection synchrone du courant de batterie Revue des Energies Renouvelables ICESD 11 Adrar (2011) 113-121 Amélioration de la commande P&O par une détection synchrone du courant de batterie R. Merahi * et R. Chenni Département d Electrotechnique,

Plus en détail

TRAVAUX D APPLICATIONS EN ELECTRONIQUE DE PUISSANCE

TRAVAUX D APPLICATIONS EN ELECTRONIQUE DE PUISSANCE TRAVAUX D APPLICATIONS EN ELECTRONIQUE DE PUISSANCE Commande des transistors de puissance en commutation Réalisation d'un hacheur série DUT GEii 2 ème année Module AT13 Sommaire 1 Présentation... 3 1.1

Plus en détail

Laboratoire d électricité

Laboratoire d électricité Laboratoire d électricité 6 Redresseur Labo 6 - Redresseur - v2.docx 1 / 7 BSR, MEE / 11.11.2014 1. Introduction Dans ce laboratoire vous allez vous familiariser avec la mesure de grandeurs électriques

Plus en détail

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX H02 PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX APPAREILS POUR LA TRANSFORMATION DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT ALTERNATIF, DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT CONTINU OU VICE

Plus en détail

Manuel d utilisation Testeur de câblage et multimètre numérique

Manuel d utilisation Testeur de câblage et multimètre numérique Manuel d utilisation Testeur de câblage et multimètre numérique Modèle CT40 Introduction Toutes nos félicitations pour votre acquisition de l Extech CT40. Cet appareil de mesure est livré entièrement testé

Plus en détail

Introduction à l électronique de puissance Synthèse des convertisseurs statiques. Lycée Richelieu TSI 1 Année scolaire 2006-2007 Sébastien GERGADIER

Introduction à l électronique de puissance Synthèse des convertisseurs statiques. Lycée Richelieu TSI 1 Année scolaire 2006-2007 Sébastien GERGADIER Introduction à l électronique de puissance Synthèse des convertisseurs statiques Lycée Richelieu TSI 1 Année scolaire 2006-2007 Sébastien GERGADIER 28 janvier 2007 Table des matières 1 Synthèse des convertisseurs

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Vérins. rotatifs. Série R Ø 32 à 125 mm

Vérins. rotatifs. Série R Ø 32 à 125 mm Vérins rotatifs Série R Ø 32 à 125 mm Vérins rotatifs série R Ø 32 à 125 mm La technologie SOPRA appliquée au vérin rotatif permet d atteindre un niveau élevé de précision et de fiabilité parfaitement

Plus en détail

L ALLUMAGE. Rappel : Rôle du circuit d allumage : Amorcer à un instant bien précis la combustion du mélange air/carburant contenu dans le cylindre.

L ALLUMAGE. Rappel : Rôle du circuit d allumage : Amorcer à un instant bien précis la combustion du mélange air/carburant contenu dans le cylindre. L ALLUMAGE Rappel : Rôle du circuit d allumage : Amorcer à un instant bien précis la combustion du mélange air/carburant contenu dans le cylindre. - 1 - Création de l arc électrique : L arc électrique

Plus en détail

Outils et lois de l électrocinétique

Outils et lois de l électrocinétique TOYOTA PRIUS (Source : Centrale Supélec 2005) Objectifs de l étude : Expliquer pourquoi les véhicules électriques ont des difficultés à se développer.. Déterminer les résistances des circuits de mise en

Plus en détail

Sortie à collecteur ouvert 30 Vc.c. NPN, courant de charge : 100 ma, tension résiduelle : 1 V max.

Sortie à collecteur ouvert 30 Vc.c. NPN, courant de charge : 100 ma, tension résiduelle : 1 V max. CELLULE A FIBRE OPTIQUE Cellule révolutionnaire capable de détecter une grande diversité d objets brillants I Fonction d apprentissage simple d utilisation Format compact, sans contact avec la fibre optique

Plus en détail

METIERS DE L ELECTROTECHNIQUE

METIERS DE L ELECTROTECHNIQUE METIERS DE L ELECTROTECHNIQUE Baccalauréat Professionnel Electrotechnique Energie Equipements Communicants MESURES SUR DES APPLICATIONS PROFESSIONNELLES S01 CIRCUITS PARCOURUS PAR DU COURANT CONTINU GENERATEUR/RECEPTEUR

Plus en détail

http://physiquecollege.free.fr/lycee_premiere.htm Titre : Etude d une chaine énergétique. Type d activité : Travaux pratiques (TP cours ou élèves)

http://physiquecollege.free.fr/lycee_premiere.htm Titre : Etude d une chaine énergétique. Type d activité : Travaux pratiques (TP cours ou élèves) Titre : Etude d une chaine énergétique. Type d activité : Travaux pratiques (TP cours ou élèves) Classe(s) : Bac Techno, Filière scientifique Prérequis : : E= Pxt Puissance électrique P= UxI et P = E/t

Plus en détail

Les hacheurs à liaison directe

Les hacheurs à liaison directe es hacheurs à liaison directe Exercice IX Un hacheur quatre quadrants alimente l induit d une machine à courant continu à aimants permanents. a charge mécanique accouplée sur l arbre de la machine n est

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUEE

SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUEE BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIEllES GENIE MECANIQUE SESSION 2007 SCIENCES PHYSIQUES ET PHYSIQUE APPLIQUEE Durée: 2 heures Coefficient : 5 L'emploi de toutes les calculatrices

Plus en détail

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 Travaux pratiques d électronique, première séance Circuits passifs S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 1 Révision 1. Explorez le protoboard avec le voltmètre. Faites un schéma des connexions. 2. Calibrez

Plus en détail

PLAN DE COURS Automne 2007

PLAN DE COURS Automne 2007 PLAN DE COURS Automne 2007 GEL 21948 B Électronique des composants discrets Informations générales Crédits : 3 Temps consacré : 3 3 0 3 Formule pédagogique : LT Préalable(s) : GEL 21944, GEL 21945 Concomitant(s)

Plus en détail

Amplificateur push-pull 20 mètres à «MOSFET» de puissance

Amplificateur push-pull 20 mètres à «MOSFET» de puissance LES RÉALISATIONS DE LA» LIGNE BLEUE» *LE SAVOIR-FAIRE RADIOAMATEUR* Amplificateur push-pull 20 mètres à «MOSFET» de puissance Par F6BCU--Bernard MOUROT Radio-club de la Ligne bleue 1 ère partie Depuis

Plus en détail

Centrale d alarme DA996

Centrale d alarme DA996 Centrale d alarme DA996 Référence : 7827 La DA-996 est une centrale d alarme pour 6 circuits indépendants les uns des autres, avec ou sans temporisation, fonctions 24 heures, sirène, alerte et incendie.

Plus en détail

CESI Classique. Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version 4.1.5.3 du 27/05/2013

CESI Classique. Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version 4.1.5.3 du 27/05/2013 CESI Classique Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version 4.1.5.3 du 27/05/2013 Présentation Le présent document décrit la saisie et la prise en compte d une chaudière

Plus en détail

CHARTE GRAPHIQUE. de l académie de Dijon. Guide d utilisation des logotypes Applications au rectorat MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE

CHARTE GRAPHIQUE. de l académie de Dijon. Guide d utilisation des logotypes Applications au rectorat MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE CHARTE GRAPHIQUE de l académie de Dijon Guide d utilisation des logotypes Applications au rectorat académie Dijon MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

Plus en détail

L alimentation. 1 er juin 2004. Iznogood de la http://iznogood-factory.org

L alimentation. 1 er juin 2004. Iznogood de la http://iznogood-factory.org L alimentation 1 er juin 2004 présenté et proposé par Iznogood de la http://iznogood-factory.org 1 Table des matières I Introduction 3 II Présentation 4 1 La modularité 4 2 L agencement des blocs 5 2.1

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

Electronique du véhicule

Electronique du véhicule Module 2 Electronique du véhicule Orientation véhicules légers Diagnosticien d'automobiles avec brevet fédéral Orientation véhicules utilitaires Modules 7 à 9 Modules 10 à12 Modules 1 à 6 UPSA, Mittelstrasse

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits

VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits 1 VI- Des transistors aux portes logiques. Conception de circuits Nous savons que l ordinateur traite uniquement des instructions écrites en binaire avec des 0 et des 1. Nous savons aussi qu il est formé

Plus en détail

LIVRE DES NORMES - 2

LIVRE DES NORMES - 2 LIVRE DES NORMES 2013 LIVRE DES NORMES - 2 SOMMAIRE 03 - Construction du logotype 04 - Zone de respiration & Taille minimale 05 - Références couleurs 06 - Références typographiques 07 - Interdits LIVRE

Plus en détail