Rencontre des réseaux addictions

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rencontre des réseaux addictions"

Transcription

1 Rencontre des réseaux addictions Mardi 18 septembre 2012 SYNTHESE (2 ème partie) «Constats, difficultés et perspectives des réseaux Addictions» par Dominique MEUNIER, responsable «Pratiques professionnelles», Fédération Addiction

2 Pour effectuer le recensement, nous avons capitalisé toute la matière que chacun de nous possédait. Nous nous sommes répartis les tâches par régions. Chacun des membres fondateurs du Collectif a contacté une liste d ARS pour vérifier l existence des réseaux, puis chaque réseau identifié a été contacté pour vérifier ses coordonnées. La Fédération Addiction, qui est organisée en 14 Unions Régionales, s est également appuyée sur ses Délégués régionaux pour vérifier ou corriger le listing. Peu à peu, nous avons fini par stabiliser une liste. Seuls les réseaux addictions exclusivement ou non y sont recensés. C est-à-dire qu il n y a pas toutes les autres spécialités en santé mais uniquement les réseaux d addictologie. Il y a peut-être des modifications à apporter car déjà nous avons eu connaissance de réseaux destinés à disparaitre ou bien des réseaux amenés à des regroupements. C est donc un outil évolutif mais il a au moins le mérite d exister. Nous n avons pas limité le recensement aux seuls réseaux financés en tant que tels (via le FIR notamment), nous avons aussi inclus les réseaux «plus informels». C est avant tout leurs missions et leurs pratiques qui nous intéressaient.

3 Le taux de réponses au questionnaire (50,63 %) est de bonne qualité. Il montre un intérêt pour la démarche proposée par le Collectif.

4 Concernant le rattachement à une plateforme ou à un regroupement, plus de la moitié des réseaux ayant répondu au questionnaire sont concernés. Les répondants ont pu préciser lesquels. Leur analyse laisse entrevoir une diversité dans leur forme et leur nature : par exemple, plateformes régionales ARS, maisons de santé, GCSMS (groupement de coopération sociale et médicosociale), GIP (Groupement d Intérêt Public), fédérations, associations, Par rapport à la corrélation entre la création des réseaux et leur financement, on voit nettement que quasiment 60 % d entre eux se sont d abord montés puis dans un second temps ont reçu des financements et donc une reconnaissance institutionnelle de leur activité. Il semble que ce constat soit à mettre en lien avec l histoire même des réseaux, qui se sont créés pour beaucoup sur la base de professionnels militants, désireux d améliorer la coordination des acteurs accompagnant les usagers. La structuration institutionnelle étant venue après, pour asseoir les coopérations et favoriser la reconnaissance mutuelle entre les acteurs.

5 Les «autres» appuis à l origine des réseaux addictions sont : - Des institutionnels (DDASS, DRASS, CG, CODES, PJJ, Eduction Nationale, ) - D autres réseaux par exemple : les réseaux ville-hôpital ou des réseaux avec qui fusionner ou se regrouper. Et de façon plus marginale : - Des associations de type Groupes d entraide ou groupes d auto support par exemple - Ou des pharmaciens, - Ou des mutuelles

6 Nous avons demandé aux réseaux quels professionnels composaient leur équipe (sous la forme d une liste de fonctions à cocher) ainsi que de détailler le temps de travail pour chacun, dans la mesure du possible. Bien sur la coordination est importante qu elle soit administrative ou médicale (bien que moins importante en termes d ETP). A cela s ajoute le secrétariat. Coordination et secrétariat concernent les ¾ des réseaux à peu près. Les «autres» réponses sont détaillées ci-après.

7

8 Dans la 8 ème diapositive, nous avons demandé aux réseaux quels types d activités ils menaient. Ils ont eu à cocher les items listés que vous retrouvez là selon un ordre décroissant de proportion. Dans les réponses, nous retrouvons les missions officielles des réseaux telles que décrites dans la loi du 4 mars A noter, ¼ des réseaux travaillent en direct avec des usagers. Dans le questionnaire nous avons demandé aux réseaux de préciser leur file active de professionnels et d usagers. Nous y avons mis la moyenne mais aussi la médiane qui permet d apporter un élément complémentaire d analyse. Toutefois, ces chiffres sont à prendre avec prudence. En effet la façon dont était posée la question, laisse un flou sur l homogénéité des réponses. Les répondants à la file active usagers étaient-ils uniquement des réseaux de prise en charge directe d usagers ou était-ce également des réseaux destinés aux professionnels, chiffrant les usagers concernés par leurs activités?

9

10

11 Certains professionnels de santé vivent encore dans la culture de leur responsabilité individuelle vis-à-vis du patient.

12

13 Echanges avec les participants - (Réseau d IDF) : à la demande de l ARS IDF, création d un «Micropôle» (avec bilan d activités). L ARS a demandé qu on ne parle plus de «réseaux» mais de «groupement». On a le sentiment de tricher en permanence On reste invisible. - P. Binder (ICARES) : on ne peut pas avoir de vision politique stable du fait des changements de gouvernement, dans les cabinets, les ministères, à la MILDT Les décisions sont instables. La régionalisation a «cassé» les instances nationales. Ça évolue dans le sens d une instabilité de la pensée et d une obligation d adaptation permanente pour faire face aux jeux de pouvoir. - C. Rassis (RENAPSUD) : C est très contextuel. Cet état des lieux aurait été fait en 2010, il aurait été différent. La précarisation est plus forte (financement au trimestre), les différences entre les réseaux sont plus fortes. L ARS a dit que ce n était pas normal. Le Guide Aquitain sur les réseaux, précise qu ils doivent se recentrer sur la coordination autour des cas complexes. L ARS souhaite mettre en place des Services territoriaux d'appui à la coordination (le monothématique ne doit plus exister). Il nous faut nous prononcer : disparaitre ou s adapter Il faut donc que nous fassions connaitre nos pratiques, la mobilisation nationale nous y aidera-t-elle? - (Réseau de Languedoc Roussillon) : aujourd hui, nous sommes dans un contexte de tarification à l acte (T2A). En Languedoc, les réseaux sont rattachés à l hôpital et font de l éducation à la santé. Les addictions ne sont pas une priorité politique, il faut un peu de courage par rapport à cette question. De plus, les ARS ne sortent pas de texte clair sur leurs orientations. - A. Morel (Fédération Addiction) : les réseaux ne sont pas tout seul. Ils se rencontrent via la Fédération Addiction et via leurs partenaires. Les réseaux défendront leur raison d être ensemble et avec les partenaires, ils sont des instruments indispensables de coordination, d articulation sans lesquels nous ne pouvons fonctionner. - C. Vanbelle (RESADH 73) : De mon point de vue, c est positif que les ARS nous demandent de travailler sur les cas complexes. Les techniques développées en addictologie peuvent être utiles aux autres maladies (diabète, etc). L aide des réseaux est très pertinente dans ce cas-là. - F. Brun : Les réseaux ont eu comme particularités de se soucier autant des usagers que des professionnels. En addictologie, il se pose la question de la représentation, comme spécificité de notre travail. On a aussi un rapport avec le juridique (papiers, justice, accès aux soins, ). On soutient les personnes dans des itinéraires compliqués et c est une spécificité. - D. Bry (Réseau Vaucluse Camargue) : «spécificité»? Est-ce une bonne façon de se déterminer? Idem pour «Travailler sur les cas complexes»? Les regroupements thématiques sont-ils une voie où aller? - C. Vanbelle (RESADH 73) : Les «toxicomanes», population à l origine des créations de réseaux, risquent d être mis de côté car ils sont plus précaires et cela risque de créer un réseau en parallèle. La spécificité addictologique est très intéressante pour ces patients. Il faudrait un réseau global (mutualisation de moyens) + un spécialiste pour chaque spécificité. - P. Binder (ICARES) : En Poitou Charentes, c est une usine à gaz. On a un problème de structuration. Il faut une pensée commune et ce n est pas gagné. Les ARS mettent à disposition des moyens pour faire fonctionner le dispositif sanitaire. Mais attention au risque d uniformité pouvant être interprété positivement ou négativement. Il faut être uni dans nos propositions aux ARS.

14 - M. Birebent (ADDICA) : Les réseaux font preuve d une grande adaptabilité à la problématique locale. En Champagne Ardennes, on nous dit que les réseaux ne sont pas soignants mais ont pour vocation de rassembler les soignants, tels des «boites à outils du professionnel». - M. Birebent (ADDICA) : Le Collectif des réseaux addictions pourrait définir des groupes d organisation commune (des collèges) pour se transmettre des pratiques et des outils. Et ces collèges permettraient ne pas tout lisser ou uniformiser. Etre plus lisible. - C. Vanbelle (RESADH 73) : Le bénéfice pour les libéraux ce sont les actes dérogatoires et les formations. - A. Morel (Fédération Addiction) : la notion d adaptabilité est très importante et reliée aux territoires. Il faut défendre le fait qu un réseau est un instrument qui répond à une problématique locale c est-à-dire : avoir une définition générale mais pouvoir activer +/- telle ou telle activité en fonction du territoire. - S. Marce (Réseau 34 addictologie) : A propos du concept d usagers «experts» comme ayant des savoirs. Il faut se référer à l histoire de l auto support (en lien avec les années SIDA). La question du savoir et de la connaissance pose celle de la place des populations. Les acteurs de l addictologie sont dans des rapports de pouvoir (hiérarchie, concurrence, ). Il y a un isolement des réseaux alors que nous sommes entourés de partenaires - D. Bry (Réseau Vaucluse Camargue) : ça dépend de la façon dont se sont constitués les réseaux, certains travaillent en très bon partenariat avec les institutions. - P. Binder (ICARES) : Pas d accord que les réseaux viennent du VIH. Les 3 premiers réseaux financés au début des années 90 sont des réseaux toxicomanie. - P. Binder (ICARES) : Sur la participation des usagers, dans notre réseau on a des représentants «alcool» mais il est impossible d avoir des représentants «toxicomanie». - A-M. Brieude (Rezo Addictions 41) : C est du à la question de l illégalité. - P. Binder (ICARES) : il y a deux difficultés : le réseau (travailler ensemble) et le fonctionnement des réseaux. La priorité est-il le thème ou la structure «réseau de santé? - C. Vanbelle (RESADH 73) : Faut-il défendre le maintien d un réseau addictions ce qui pose la question de l évaluation, des outils etc Ou faut-il un réseau global «maladies chroniques»? - F. Fry (Remed 95) : On pose les bonnes questions mais on n a pas les bonnes réponses. Cela touche à la question de la culture commune dont parlait A. Morel. Mais il existe une non-réciprocité entre l addictologie et les autres champs. Il faut rester dans des spécificités territoriales pour contourner les représentations. - C. Alphonsine (Réseau Addictions Martinique) : Oui il y a encore des représentations. L addiction fait peur, c est ce qui créé aussi les problèmes de rapprochement avec d autres réseaux. - C. Alphonsine (Réseau Addictions Martinique) : Sur les critères d évaluation venant des tutelles, on ne s y retrouve pas dans les critères imposés. Le Collectif pourrait travailler sur des indicateurs concernant les pratiques. - S. Todesco (LORRADDICT) : Il y a 8 réseaux de santé en région Lorraine + des réseaux territoriaux pluri thématiques (ils ont 4 missions obligatoires dont l addictologie). Cette configuration est intéressante et positive. L ARS a été explicite sur les objectifs : améliorer, faciliter le parcours des patients complexes. - H. Denis (RVH Alcool Tabac 35) : nous n avons qu un seul réseau addictions. On ne se retrouve pas dans les critères de l ARS. L ARS demande de décrire nos spécificités mais on est tout seul. - N. Boughedaoui (Réseau Addictions Cote d Or HEMERA) : Les réseaux doivent prendre la mesure de la médecine de ville et aller vers les médecins généralistes. Nous avons 3 réseaux addictions. Ils sont dans un même pôle commun mais séparés des autres thématiques.

15 - P. Binder (ICARES) : Les rapports de force entre les acteurs proviennent de la distribution des financements. Sur la question des indicateurs, nous assurons le minimum vital pour contenter l ARS et on essaie de créer un outil d évaluation de nos objectifs.

Articulation des acteurs du soins en addictologie

Articulation des acteurs du soins en addictologie Articulation des acteurs du soins en addictologie Le point de vue du généraliste forum professionnel FFA 18/10/2013 Liens d intérêt article 26 de la loi du 4 mars 2002, MG libéral, Enseignant de MG, (Paris

Plus en détail

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires PROPOSITIONS D AMENDEMENTS DE L UNASEA L UNASEA est favorable à l objectif affiché

Plus en détail

Forum N 2. Nouvelle programmation de la politique de la ville : quelle place pour les CCAS/CIAS? Compte rendu : En résumé :

Forum N 2. Nouvelle programmation de la politique de la ville : quelle place pour les CCAS/CIAS? Compte rendu : En résumé : Forum N 2 Nouvelle programmation de la politique de la ville : quelle place pour les CCAS/CIAS? Présidence et animation : Véronique FAYET, membre du bureau de l UNCCAS Intervenants : Serge FRAYSSE, directeur

Plus en détail

L appel à projets ARS «Démocratie Sanitaire» de Champagne Ardenne

L appel à projets ARS «Démocratie Sanitaire» de Champagne Ardenne 1 Le projet Préambule Même si le système de santé français est réputé pour sa qualité, il n apporte pas toujours les réponses appropriées aux besoins des personnes les plus démunies L appel à projets ARS

Plus en détail

Premier partenariat. Agence régionale de santé Ile-de-France. URPS médecins Ile-de-France

Premier partenariat. Agence régionale de santé Ile-de-France. URPS médecins Ile-de-France 1 Premier partenariat Agence régionale de santé Ile-de-France & URPS médecins Ile-de-France Claude EVIN- Directeur Général de l ARS Ile-de-France Bruno SILBERMAN - Président de l URPS médecins Ile-de-France

Plus en détail

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF

Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Projet de loi portant réforme de l hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires ANALYSES ET PROPOSITIONS DE L APF Si le projet de loi «hôpital, patients, santé, territoires» a pour ambition

Plus en détail

Évaluation de l expérimentation «Mutuelle Réseau» Synthèse

Évaluation de l expérimentation «Mutuelle Réseau» Synthèse Évaluation de l expérimentation «Mutuelle Réseau» Synthèse Décembre 2013 ORSAS-Lorraine Page 1 Constats et objectifs visés par l'expérimentation de la "Mutuelle Réseau" En France, la sécurité sociale rembourse

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

Le groupe MGEN-ISTYA-HARMONIE sera créé à l automne

Le groupe MGEN-ISTYA-HARMONIE sera créé à l automne Communiqué de presse 19 avril 2016 Le groupe MGEN-ISTYA-HARMONIE sera créé à l automne Un an après l annonce de leur rapprochement stratégique, Harmonie Mutuelle, MGEN et leurs partenaires du groupe Harmonie

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire

État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire 2014 État des lieux des médecins coordonnateurs d EHPAD en zones fragiles dans la région des Pays de la Loire Avec le soutien de l ARS Pays de la Loire et le financement du FIR REMERCIEMENTS L URPS Médecins

Plus en détail

L Atelier Santé Ville à Rennes

L Atelier Santé Ville à Rennes L Atelier Santé Ville à Rennes Fort d une dynamique historique de travail autour des enjeux de santé, la Ville de Rennes dispose d un atelier santé ville depuis 2006. L ASV est porté par la Direction Santé

Plus en détail

Vers la mise en place de la primo-prescription de Méthadone en ville

Vers la mise en place de la primo-prescription de Méthadone en ville Vers la mise en place de la primo-prescription de Méthadone en ville Constats, problématiques et préconisations Depuis l autorisation des traitements de substitution aux opiacés (TSO) la question centrale

Plus en détail

Contrat de retour à l équilibre financier 2009-2010-2011

Contrat de retour à l équilibre financier 2009-2010-2011 Contrat de retour à l équilibre financier 2009-2010-2011 PROXIM SERVICES ACPADI 79 NIORT 65, avenue de Limoges 79000 NIORT Tel : 05.49.77.53.49 Fax : 05.49.28.38.65 niort@proximservices-acpadi79.org BRESSUIRE

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Le Sud de l Aisne a un indice conjoncturel de fécondité (ICF) plus élevé qu en Picardie et

Plus en détail

Animation Territoriale de Santé Bilan d activités 2009 / 2010

Animation Territoriale de Santé Bilan d activités 2009 / 2010 Bilan d activités 2009 / 2010 Sommaire 1. Rappel du contexte 2. Méthodologie et concertation 3. Axes de travail, objectifs opérationnels et résultats 4. Conclusion et propositions 1. Rappel du contexte

Plus en détail

Les alliances territoriales au service de l Apprendre tout au long de la vie

Les alliances territoriales au service de l Apprendre tout au long de la vie Université Européenne d été de la Recherche et des Innovations pour apprendre tout au long de la vie Les alliances territoriales au service de l Apprendre tout au long de la vie 10 ème session, METZ, 5-7

Plus en détail

L Assemblier. L Assemblier

L Assemblier. L Assemblier L Assemblier Collectif de consultants L Assemblier Catalogue de formations pour les Conseils citoyens et leurs soutiens Faire équipe page 1 Travailler avec des tiers et monter des projets page 4 Le Conseil

Plus en détail

Le dispositif CJC à la Réunion et son inscription dans l offre de soins. Journée régionale CJC 15 septembre 2015

Le dispositif CJC à la Réunion et son inscription dans l offre de soins. Journée régionale CJC 15 septembre 2015 Le dispositif CJC à la Réunion et son inscription dans l offre de soins Journée régionale CJC 15 septembre 2015 2 La politique de santé en matière d addictions à la Réunion Les orientations régionales

Plus en détail

Notre Projet Associatif

Notre Projet Associatif Notre Projet Associatif Mobil'Emploi 73 a choisi de réviser son projet associatif : le projet de l association, détenu par la mémoire collective des administrateurs historiques, devait être traduit par

Plus en détail

Quelle santé publique, quelle formation pour les professionnels?

Quelle santé publique, quelle formation pour les professionnels? Quelle santé publique, quelle formation pour les professionnels? construire une approche partagée du secteur médico-social (métiers et formations) en Auvergne, du diagnostic à la définition d axes structurants,

Plus en détail

ARPEIJE «Soutien aux personnes en difficulté face à l'emploi» Projet associatif

ARPEIJE «Soutien aux personnes en difficulté face à l'emploi» Projet associatif ARPEIJE «Soutien aux personnes en difficulté face à l'emploi» Projet associatif Mars 2009 54 rue du moulin de Pierre 92140 Clamart 01 41 90 65 80 http://www.arpeije.fr/ ARPEIJE projet associatif 1 Qu est

Plus en détail

Les personnes âgées immigrées en foyer de travailleurs migrants ou en résidence sociale : de qui parle-t-on? 3

Les personnes âgées immigrées en foyer de travailleurs migrants ou en résidence sociale : de qui parle-t-on? 3 Mars 2015 Accompagner les personnes âgées immigrées en foyer de travailleurs migrants et résidence sociale : assurer une aide administrative socio-sanitaire et une fonction d interface avec les services

Plus en détail

Pôle Handicap Neurologique Ile De France. L outil des réseaux neurologiques

Pôle Handicap Neurologique Ile De France. L outil des réseaux neurologiques Pôle Handicap Neurologique Ile De France L outil des réseaux neurologiques L état des lieux (1) Les réseaux de santé neurologiques et les expérimentations en Ile de France Les Réseaux neurologiques: Missions

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Politique en faveur des personnes en situation de handicap

Politique en faveur des personnes en situation de handicap DIRECTION DE L ACTION SOCIALE, DE L ENFANCE ET DE LA SANTE Observatoire parisien des situations de handicap Politique en faveur des personnes en situation de handicap Travail sur les indicateurs CNIS -

Plus en détail

Formation pour les bénévoles dirigeants associatifs

Formation pour les bénévoles dirigeants associatifs Sommaire Edito 2 Formation pour les bénévoles dirigeants associatifs - Les nouvelles procédures budgétaires pour les établissements et les services médico-sociaux tarifés 3 - La loi 1901, le projet associatif,

Plus en détail

Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.) Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI

Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.) Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI Union Confédérale des Médecins Salariés de France Siège social, secrétariat : 65-67 rue d Amsterdam 75008 Paris Tél : 01.40.23.04.10 Fax : 01.40.23.03.12 Mél : contact@snmpmi.org Site internet : www.snmpmi.org

Plus en détail

Le label officiel vient d être délivré à Bruxelles Formation et Actiris

Le label officiel vient d être délivré à Bruxelles Formation et Actiris Le label officiel vient d être délivré à Bruxelles Formation et Actiris Une Cité des métiers à Bruxelles pour fédérer tous les acteurs de l emploi, de la formation et de l enseignement! Contexte Une dualité

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Charte des relations entre l association Attac et les comités locaux d Attac

Charte des relations entre l association Attac et les comités locaux d Attac Charte des relations entre l association Attac et les comités locaux d Attac Préambule Dans ce texte, nous entendons par Attac ou association Attac l association dont le siège social se situe au 6 rue

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation MAISON DE L EMPLOI DE LA METROPOLE NANTAISE Cahier des charges d achat de formation Formation Outiller les professionnels de l accompagnement PLIE sur la thématique «migrant» Achat d une prestation en

Plus en détail

La participation citoyenne dans les collectivités en politique de la ville du Centre et du Poitou-Charentes

La participation citoyenne dans les collectivités en politique de la ville du Centre et du Poitou-Charentes La participation citoyenne dans les collectivités en politique de la ville du Centre et du Poitou-Charentes Synthèse du sondage réalisé entre juin et septembre 2014 Septembre 2014 Les collectivités en

Plus en détail

Travailler à l Apléat, c est refuser toute fatalité, discrimination, jugement et exclusion.

Travailler à l Apléat, c est refuser toute fatalité, discrimination, jugement et exclusion. Je souhaite tout d abord remercier les membres du Conseil d Administration de notre association, tous les personnels disponibles et présents ainsi que l ensemble des partenaires qui sont venus pour commencer

Plus en détail

«Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire»

«Tous mobilisés pour vaincre le décrochage scolaire» La mise en place du Parcours aménagé de formation initiale constitue une des mesures du plan «Vaincre et un des éléments de son volet Prévention. Elle s articule étroitement avec d autres mesures du plan

Plus en détail

LA MEDECINE GENERALE FRANÇAISE et les TSO

LA MEDECINE GENERALE FRANÇAISE et les TSO LA MEDECINE GENERALE FRANÇAISE et les TSO Entre militantisme et Indifférence 3 ème Colloque TDO Genève 18 et 19/10/2012 Dr Claude MAGNIN Le sens du Propos Identification d un paradoxe Ombres et Lumières

Plus en détail

Restitution des deux ateliers de travail.

Restitution des deux ateliers de travail. Restitution des deux ateliers de travail. Animés par Nicolas Camphuis, directeur du CEPRI et Louis Hubert, directeur de la stratégie territoriale Agence de l eau Seine-Normandie. Nicolas Camphuis : Il

Plus en détail

5 ème journée d étude 13.12.2013 à l Arifts Compte rendu des différents ateliers de l après-midi

5 ème journée d étude 13.12.2013 à l Arifts Compte rendu des différents ateliers de l après-midi 5 ème journée d étude 13.12.2013 à l Arifts Compte rendu des différents ateliers de l après-midi Les ateliers sont co-animés par des travailleurs sociaux référents professionnels et des formateurs permanents.

Plus en détail

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Josy REIFFERS

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Josy REIFFERS Séance du lundi 16 juin 2008 DELEGATION DE M. Josy REIFFERS 305 Séance du lundi 16 juin 2008 D -20080318 Convention de partenariat entre la Ville de Bordeaux et l association Maison de l Emploi de Bordeaux.

Plus en détail

Contribution de l Assemblée des Département de France. au rapport final d évaluation présenté par le cabinet AMNYOS:

Contribution de l Assemblée des Département de France. au rapport final d évaluation présenté par le cabinet AMNYOS: Contribution de l Assemblée des Département de France au rapport final d évaluation présenté par le cabinet AMNYOS: «Le FSE et l offre d insertion dans les territoires», CSE du 29 octobre 2010 L étude

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS RELEVANT DE L OFFRE DE 1 ER RECOURS

FOIRE AUX QUESTIONS RELEVANT DE L OFFRE DE 1 ER RECOURS 1. Pôle d attractivité 1.1. Qu'est-ce qu'un pôle d'attractivité? Il s'agit d'une notion développée par le groupe territoire au cours des travaux qu'il a conduit en 2009/2010. Dans le cadre des travaux

Plus en détail

Travail en partenariat : Cancérologie d Aquitaine

Travail en partenariat : Cancérologie d Aquitaine Travail en partenariat : illustration avec le Réseau de Cancérologie d Aquitaine Atelier CCECQA 23 septembre 2014 Dr V. Bousser Réseau de Cancérologie d Aquitaine (RCA) 70 membres (établissements de santé,

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

Contribution URIOPSS Rhône-Alpes

Contribution URIOPSS Rhône-Alpes p. 1 États généraux du travail social Assisses Rhône-Alpes Auvergne Contribution URIOPSS Rhône-Alpes Présentation de l Uriopss Rhône-Alpes. Depuis 1948, l URIOPSS (Union régionale interfédérale des œuvres

Plus en détail

ANI jeunes article n 1 «jeunes décrocheurs Recueil de pratiques auprès de 35 Missions Locales

ANI jeunes article n 1 «jeunes décrocheurs Recueil de pratiques auprès de 35 Missions Locales ANI jeunes article n 1 «jeunes décrocheurs Recueil de pratiques auprès de 35 Missions Locales Rappel du cadre de ce recueil : Lors du Comité de Pilotage technique paritaire ANI «jeunes décrocheurs» du

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS Introduction Laurie MARINO LA PRATIQUE DU PSYCHOLOGUE A DOMICILE : une pratique récente Il y a peu de traces de celle-ci avant les années 70

Plus en détail

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne 1 Stratégie régionale de l Agence Pourquoi un référentiel? Consolider l offre de santé coordonnée déjà en place Impulser et développer l exercice

Plus en détail

CRÉATION D UNE MAISON DES SPÉCIALISTES À NEVERS

CRÉATION D UNE MAISON DES SPÉCIALISTES À NEVERS MÉDECINE DE SPÉCIALITÉ CLINIQUE DE PROXIMITÉ DANS LA NIÈVRE CRÉATION D UNE MAISON DES SPÉCIALISTES À NEVERS DOCTEUR PATRICK BOUILLOT ENDOCRINOLOGUE NEVERS VICE-PRÉSIDENT DE L URPS-MÉDECINS LIBÉRAUX DE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Arrêté du 13 juillet 2011 pris pour l application de l article L. 14-10-5 du code de l action sociale et

Plus en détail

Compte-rendu de l Assemblée Générale Ordinaire de la FFMPS du 28/05/2015

Compte-rendu de l Assemblée Générale Ordinaire de la FFMPS du 28/05/2015 Compte-rendu de l Assemblée Générale Ordinaire de la FFMPS du 28/05/2015 Les personnes présentes : (Annexe 1) 49 personnes présentes. 17 régions représentées avec 117 mandats présents sur 126 mandats Excusés

Plus en détail

Notre santé demain avec les nouvelles technologies

Notre santé demain avec les nouvelles technologies Champagne- Ardenne Etude sur les usagers et la télésanté dans la Marne MARNE Novembre 2012 Notre santé demain avec les nouvelles technologies Depuis 2004, les pouvoirs publics veulent faire bénéficier

Plus en détail

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N Page 1 sur 8 PROJET SELECTIONNE PAR LE CCAH EMPLOI ET FORMATION APF INITY, le réseau favorisant l insertion professionnelle (Gard Languedoc Roussillon) La Délégation départementale APF du Gard crée et

Plus en détail

Projet de Loi de Santé. Réunion d'information. Caen jeudi 11 décembre

Projet de Loi de Santé. Réunion d'information. Caen jeudi 11 décembre Projet de Loi de Santé Réunion d'information Caen jeudi 11 décembre 1 Avec le soutien de l ensemble des syndicats et représentants de la médecine libérale en Basse-Normandie 2 57 articles dont la plupart

Plus en détail

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination

Mardi 24 mai 2011. CLIC, Réseaux, MAI. CLIC et développement de la coordination Mardi 3 ème rencontre nationale des Réseaux de santé Personnes Agées CLIC, Réseaux, MAI CLIC et développement de la coordination Intervention : Yvelise ABECASSIS, présidente A.N.C.CLIC - Association Nationale

Plus en détail

La mobilisation du droit commun : Eléments de bilan des CUCS expérimentaux. Séminaire PQA Le 26 septembre 2013

La mobilisation du droit commun : Eléments de bilan des CUCS expérimentaux. Séminaire PQA Le 26 septembre 2013 La mobilisation du droit commun : Eléments de bilan des CUCS expérimentaux Séminaire PQA Le 26 septembre 2013 Copyright 2007 ASDO 24/05/2013 Préambule méthodologique Une évaluation au fil de l eau des

Plus en détail

Maisons de retraite : mouroirs ou vivoirs?

Maisons de retraite : mouroirs ou vivoirs? Vu à la télé «Avec le monte escalier S, je n irai pas en maison de retraite!» Maisons de retraite : mouroirs ou vivoirs? Dans notre société dont les valeurs dominantes sont la jeunesse, l argent, la consommation,

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de l accord cadre entre la République française et le Royaume d Espagne sur la coopération sanitaire transfrontalière

Plus en détail

COMPTE-RENDU Lundi 7 mars 2011

COMPTE-RENDU Lundi 7 mars 2011 FORUM 2011 Projets collectifs et mutualisation dans le spectacle vivant Réseau des arts vivants en Ile-de-France COMPTE-RENDU Lundi 7 mars 2011 RAVIV Réseau des arts vivants en Ile-de-France Maison des

Plus en détail

LA SANTÉ ET LA PRÉCARITÉ UN

LA SANTÉ ET LA PRÉCARITÉ UN LA SANTÉ ET LA PRÉCARITÉ UN NÉCESSAIRE TRAVAIL EN RÉSEAUX! Intervention DU «santé précarité» Vendredi 11 janvier 2013 de 11H à 13H Marina LAZZARI coordinatrice du réseau Santé Solidarité Lille Métropole

Plus en détail

Lettre d info n 11 page 2

Lettre d info n 11 page 2 FEDERATION DEPARTEMENTALE FAMILLES RURALES CHARENTE MARITIME LETTRE D INFOS De Septembre à Décembre 2011 Editorial: Edition N 11 Chers amis 2011 s est éteinte dans la nuit du 31 décembre, 2012 lui succède

Plus en détail

Liaisons fonctionnelles :

Liaisons fonctionnelles : Août 2013 SERVICES : CSAPA : Centre de soins et d accompagnement et de prévention en addictologie «Le Carrousel» Tél. 01 64 71 64 68 7 Place Praslin, 77000 Melun : 2, Rue Fréteau e Pény 77011 MELUN Tél.

Plus en détail

Dispositif Addictions. Valbonne Sophia Antipolis est un

Dispositif Addictions. Valbonne Sophia Antipolis est un Innovation dans le champ de la Santé Dispositif Addictions de Valbonne Sophia Antipolis L ambition du Dispositif Addictions de Valbonne Sophia Antipolis est de prévenir les usages nocifs des produits psychoactifs,

Plus en détail

Maison départementale de l autonomie de l Hérault - MDA

Maison départementale de l autonomie de l Hérault - MDA Département de l Hérault > Maison départementale de l autonomie de l Hérault - MDA Pôle des solidarités Direction adjointe Autonomie et compensation Présentation du projet Sommaire 1. L organisation du

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Catalogue de formations. Un programme de

Catalogue de formations. Un programme de Catalogue de formations 2015 Un programme de Présentation des formations d Emmaüs Connect Une expertise capitalisée depuis 5 ans par un travail de terrain Emmaüs Connect est une association du Mouvement

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

territ Contact : Ministère Bureau.scf

territ Contact : Ministère Bureau.scf Le «Pacte Bureau.scf territ oire-santé» Pour lutter contre les déserts médicaux 13 décembree 2012 DOSSIER DE PRESS SE Contact : Ministère des Affaires sociales et de la santé 01 40 56 60 65 Communiqué

Plus en détail

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Juin- 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 14 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire Sommaire EmeVia et les mutuelles

Plus en détail

2 0 1 1 > 2 0 1 5 Projet associatif. ARHM : riche. de son passé et tournée vers l avenir

2 0 1 1 > 2 0 1 5 Projet associatif. ARHM : riche. de son passé et tournée vers l avenir 2 0 1 1 > 2 0 1 5 Projet associatif ARHM : riche de son passé et tournée vers l avenir EDITO Montrer le chemin et rassembler Scriptum Née en 1950 de la volonté d un petit nombre de professionnels de la

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

Visites médicales. missions locales. destinées aux jeunes suivis par les. ORS de Bretagne, Midi-Pyrénées et Nord-Pas-de-Calais

Visites médicales. missions locales. destinées aux jeunes suivis par les. ORS de Bretagne, Midi-Pyrénées et Nord-Pas-de-Calais F N O R S 62 boulevard Garibaldi 75015 PARIS Tél 01 56 58 52 40 ORS de Bretagne, Midi-Pyrénées et Nord-Pas-de-Calais Visites médicales destinées aux jeunes suivis par les missions locales Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Enquête dans la perspective d un renforcement des synergies territoriales sur les périmètres des cinq SAGE portés par l Etablissement public Loire

Enquête dans la perspective d un renforcement des synergies territoriales sur les périmètres des cinq SAGE portés par l Etablissement public Loire Enquête dans la perspective d un renforcement des synergies territoriales sur les périmètres des cinq SAGE portés par l Etablissement public Loire Restitution du rapport final Orléans, 2 mai 2013 Sommaire

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

Le secteur protégé : état des lieux, enjeux et perspectives

Le secteur protégé : état des lieux, enjeux et perspectives Le secteur protégé : état des lieux, enjeux et perspectives Restitution des conclusions du rapport OPUS 3 Présentation du plan d adaptation et de développement des ESAT RENCONTRES INTER-REGIONALES RENNES

Plus en détail

Réflexions pilotées par l Agence Régionale de Santé (ARS)de Bretagne pour mieux réguler les prises en charge des jeunes et adolescents dits difficiles

Réflexions pilotées par l Agence Régionale de Santé (ARS)de Bretagne pour mieux réguler les prises en charge des jeunes et adolescents dits difficiles Réflexions pilotées par l Agence Régionale de Santé (ARS)de Bretagne pour mieux réguler les prises en charge des jeunes et adolescents dits difficiles ODPE Finistère 20 novembre 2015 XX/XX/XX Le contexte

Plus en détail

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE Dossier Médical Personnel BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE MARS 2012 L AVANCÉE DU DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL EN QUELQUES CHIFFRES - MARS 2012 26 LE NOMBRE DE RÉGIONS DANS LESQUELLES DES PROFESSIONNELS

Plus en détail

Guide méthodologique de l accompagnement de projets collectifs en Nord Pas-de-Calais

Guide méthodologique de l accompagnement de projets collectifs en Nord Pas-de-Calais Guide méthodologique de l accompagnement de projets collectifs en Nord Pas-de-Calais Extrait de l étude : «La Diversification des Activités Agricoles et son Insertion dans les Territoires Ruraux» L analyse

Plus en détail

JALMALV «Jusqu A La Mort, Accompagner La Vie» : pourquoi?

JALMALV «Jusqu A La Mort, Accompagner La Vie» : pourquoi? «Jusqu A La Mort, Accompagner La Vie» : pourquoi? : un mouvement né il y a près de trente ans, en réaction aux conditions de fin de vie souvent inhumaines des années 1980 > Les progrès considérables de

Plus en détail

L impact social DE FRANCE ACTIVE ÉTUDE 2012

L impact social DE FRANCE ACTIVE ÉTUDE 2012 L impact social DE FRANCE ACTIVE ÉTUDE 2012 EN 2012 29 033 emplois créés ou consolidés 218 M mobilisés en concours financiers Christian Sautter Président de France 6 145 structures accompagnées et financées

Plus en détail

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent

SYNTHESE. AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui le concernent PLAN NATIONAL 2015-2018 pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement en fin de vie SYNTHESE RAPPEL DES 4 AXES AXE 1. Informer le patient, lui permettre d être au cœur des décisions qui

Plus en détail

DOSSIER DE SYNTHESE : LES PRINCIPAUX RESULTATS

DOSSIER DE SYNTHESE : LES PRINCIPAUX RESULTATS 1 Etat des lieux des emplois et activités financées en Promotion de la Santé par la Fédération Wallonie-Bruxelles DOSSIER DE SYNTHESE : LES PRINCIPAUX RESULTATS Contexte Conseil supérieur de promotion

Plus en détail

ANNEXE Pharmacies Diagnostic de l offre ambulatoire

ANNEXE Pharmacies Diagnostic de l offre ambulatoire Schéma Régional de l Offre de Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE Pharmacies Diagnostic de l offre ambulatoire 1. DIAGNOSTIC REGIONAL DE LA DELIVRANCE DU MEDICAMENT EN AMBULATOIRE 1.1. Les modes d ouverture

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 SOMMAIRE I / Préambule II/ Remarques générales et préalables

Plus en détail

Structure : Conseil régional de l Ordre des architectes d Île-de-France, en partenariat avec la Direction Régionale Île-de-France de l ADEME

Structure : Conseil régional de l Ordre des architectes d Île-de-France, en partenariat avec la Direction Régionale Île-de-France de l ADEME en Île-de-France le 2 mai 2016 l'ordre des architectes Ordre des architectes d Île-de-France ADEME Île-de-France - Contribution au groupe de travail du Plan Bâtiment Durable : «Nouvelles dynamiques de

Plus en détail

Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE

Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins de mai 2007 Docteur Irène Kahn-Bensaude Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE Le plan psychiatrie et

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

Le nouveau positionnement du cadre de santé: Du virtuel au réel

Le nouveau positionnement du cadre de santé: Du virtuel au réel Le nouveau positionnement du cadre de santé: Du virtuel au réel MC Chauvancy CSS IFCS Rennes Mai 2012 COPY RIGHT PTILUC Le nouveau positionnement du cadre de santé Du virtuel au réel Approche législative

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Les préconisations du rapport se situent à trois niveaux Au niveau local : promouvoir les «équipes citoyennes» qui agissent

Plus en détail

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L' ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L' ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L' ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE Note d' information n 102 en date du mercredi 10 septembre 2014 Objet : Commission Permanente des 20, 21 et 22 août 2014 A l intention des membres du CNEC,

Plus en détail

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse SOMMAIRE Préambule...2 Principes...6 Finalités et valeurs éducatives...7 Axes de développement...10 Synthèse du diagnostic PEL mené en 2009...10 4 axes de développement pour 2010-2014...11 Instances de

Plus en détail

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «RESEAU DE COOPERATION DES SERVICES A DOMICILE» INFORMATIONS : L ACTION.

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «RESEAU DE COOPERATION DES SERVICES A DOMICILE» INFORMATIONS : L ACTION. RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «RESEAU DE COOPERATION DES SERVICES A DOMICILE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté de Communes du Val de Drôme Maîtrise d ouvrage

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Étude auprès des membres de l ARCES

Étude auprès des membres de l ARCES Observatoire de l ARCES Étude auprès des membres de l ARCES Occurrence pour l ARCES Observatoire de l ARCES Mai 2005 Occurrence pour l'arces - Observatoire n 1 1 Sommaire Méthodologie 3 1 ère partie :

Plus en détail

mon réseau cancer du sein www.monreseau-cancerdusein.com DOSSIER DE PRESSE DÉCEMBRE 2014

mon réseau cancer du sein www.monreseau-cancerdusein.com DOSSIER DE PRESSE DÉCEMBRE 2014 Le réseau social des femmes touchées par un cancer du sein et leurs proches : communauté, information et ressources de proximité mon réseau cancer du sein www.monreseau-cancerdusein.com DOSSIER DE PRESSE

Plus en détail

Compte rendu de la réunion. de la Sous-Commission Restauration du 31 octobre 2013

Compte rendu de la réunion. de la Sous-Commission Restauration du 31 octobre 2013 COMITÉ D ÉTABLISSEMENT DES CHEMINOTS DE LA RÉGION LORRAINE 5 rue Victor Jacob 57000 METZ Tél. : 03 87 50 66 18 / 77 29 14 2 rue du Lavoir St Jean 54000 NANCY Tél. : 03 83 90 89 90 / 73 00 15 Compte rendu

Plus en détail