Du crédit d'impôt à la recherche...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Du crédit d'impôt à la recherche..."

Transcription

1 Crédit d'impôt recherche : Du crédit d'impôt à la recherche...

2 RAPPORT DU SYNDICAT NATIONAL SOLIDAIRES FINANCES PUBLIQUES SUR LE CRÉDIT IMPÔT RECHERCHE Le crédit d impôt recherche : du crédit d impôt à la recherche (second rapport actualisé) Syndicat national Solidaires Finances Publiques Boite 29 80, rue de Montreuil PARIS Tél Fax Courriel :

3 SOMMAIRE I - Rappels sur le CIR P. 2 A/ Le dispositif du CIR P. 2 B/ Le rescrit : de plus en plus ignoré par les entreprises? P. 3 C/ Le contrôle sur demande, inexistant? P. 3 D/ Le contrôle fiscal du CIR P. 3 II - Le CIR, seconde niche fiscale de l impôt sur les sociétés P. 4 A/ Une «niche fiscale» P. 4 B/ qui contribue à réduire le taux facial de l impôt sur les sociétés P. 4 III - Un crédit impôt recherche au service de la recherche et du développement ou de l attractivité fiscale? P. 4 A/ Le CIR dans la concurrence fiscale internationale B/ L efficacité du CIR en débat : quel bilan qualitatif? IV - Enjeux sur le coût du CIR P. 4 A/ Les coûts budgétaires, entre prévision et réalisation B/ Les raisons de l explosion actuelle et (sans doute) à venir du coût du CIR V - La gestion et le contrôle du CIR en pratique A/ Le CIR : une assiette «permissive» en termes d optimisation et de fraude fiscale B/ CIR et CICE : une double peine pour les finances publiques, une double aubaine pour certaines entreprises C/ Un contrôle souvent complexe D/ La qualité et l efficacité du contrôle fiscal demeurent deux objectifs difficiles à atteindre mais d autant plus importants et nécessaires que le CIR a été étendu et renforcé P. 6 P. 6 P. 6 P. 7 E/ Un CIR est (malheureusement) trop attractif P. 7 VI - Quelles pistes? P. 8 Conclusion P. 9 Sources documentaires P. 9 1

4 Du crédit d'impôt à la recherche... Il s'agit notamment des : entreprises nouvelles ; jeunes entreprises innovantes ; entreprises créées pour la reprise d'une entreprise en difficulté ; entreprises qui exercent ou créent des activités dans les zones franches urbaines ; entreprises implantées dans une zone de recherche et de développement d'un pôle de compétitivité qui participent à un projet de recherche et de développement. Ouvrent droit à crédit d'impôt recherche, les dépenses suivantes : dotations aux amortissements fiscalement déductibles, des immobilisations ; dépenses de personnel ; rémunérations et justes prix au profit des salariés auteurs d une invention résultant d opérations de recherche ; dépenses de personnel relatives aux jeunes docteurs ; dépenses de fonctionnement ; frais de prise et maintenance de brevets et de certificats d obtention végétale (COV) ; frais de défense de brevets et de COV ; dotations aux amortissements de brevets acquis en vue de la recherche et de COV ; dépenses liées à la normalisation ; primes et cotisations ou la part des primes et cotisations afférentes à des contrats d assurance de protection juridique prévoyant la prise en charge des dépenses exposées dans le cadre de litiges portant sur un brevet ou un certificat d obtention végétale dont l entreprise est titulaire sont prises en compte dans la limite de ; dépenses de veille technologique dans la limite de Les dépenses de sous-traitance suivantes exposées pour la réalisation : - d'opérations de même nature confiées à des organismes de recherche publics, à des établissements d enseignement supérieur conférant un grade de master, à des fondations de coopération scientifique ou à des établissements publics de coopération scientifique, à des fondations reconnues d'utilité publique du secteur de la recherche agréées, à des centres techniques exerçant des missions d intérêt général, à certaines associations régies par la loi de 1901 et certaines sociétés de capitaux, ou à des organismes de recherche privés lorsqu il y a un lien de dépendance entre l'entreprise qui bénéficie du crédit d'impôt et les Le présent rapport se veut une actualisation du rapport de notre syndicat publié en juin Depuis ce rapport, de nombreux travaux (on retiendra notamment le rapport de la Cour des comptes de 2013 ) ont remis le crédit impôt recherche (CIR) au cœur du débat fiscal. Dans le contexte actuel, le débat sur l un des dispositifs fiscaux dérogatoires les plus coûteux et sur son éventuelle évolution peut paraître vain : le Président de la République a en effet déclaré en janvier 2014 qu il maintiendrait le CIR au nom de la stabilité fiscale et de l effort en faveur de la recherche et du développement. Ce débat demeure toutefois plus que jamais nécessaire : le CIR fait l objet d analyses critiques de plus en plus étayées, il demeure très coûteux dans une période de difficultés budgétaires et il n a pas démontré sa capacité à atteindre son objectif «officiel» (favoriser la recherche et le développement). Fin 2014, le Sénat créait une commission d enquête. Ce rapport sera versé aux débats de cette commission. Après quelques rappels sur l assiette du CIR, ce rapport reviendra sur son contrôle et livrera quelques pistes de réflexion. CIR : les chiffres - Coût du CIR en 2015 : 5,34 milliards d euros - Plus de entreprises bénéficiaires - Moins de 100 entreprises perçoivent plus de 34% du CIR - Le montant du CIR perçu par les grandes entreprises a été multiplié par 6 entre 2007 et 2012 alors que leurs dépenses de recherche et de développement n ont augmenté que de 15% I - Rappels sur le CIR On rappellera ici pour mémoire le dispositif du CIR et ceux relatifs au contrôle sur demande et au contrôle fiscal du CIR. A/ Le dispositif du CIR Les entreprises industrielles et commerciales ou agricoles relevant du réel normal principalement peuvent bénéficier d'un crédit d'impôt sur les dépenses de recherche qu'elles exposent au cours d'une année. Ce taux est fixé à 30% des montants de dépenses engagées lorsqu'elles sont inférieures ou égales à 100 millions d'euros et de 5% pour la fraction des dépenses supérieures à ce montant. Le crédit d'impôt concerne les entreprises industrielles, commerciales et agricoles, imposées selon un régime réel d'imposition y compris celles qui bénéficient d'une exonération. 2

5 - organismes précités (retenues pour leur montant réel dans la limite de 2 millions d'euros) ;- d'opérations de même nature confiées à des organismes de recherche publics, à des établissements d enseignement supérieur conférant un grade de master, à des fondations de coopération scientifique ou à et des établissements publics de coopération scientifique, à des fondations reconnues d'utilité publique du secteur de la recherche agréées, à des centres techniques exerçant des missions d intérêt général, ou à certaines associations régies par la loi de 1901 et certaines sociétés de capitaux sont prises en compte pour le double de leur montant à la condition qu'il n'existe pas de lien de dépendance entre l'entreprise qui bénéficie du crédit d'impôt et les organismes précités ; - d'opérations de même nature confiées à des organismes de recherche privés ou à des experts scientifiques ou techniques agréés par le ministre chargé de la recherche sont également prises en compte pour leur montant réel, dans la limite de 3 fois le montant total des autres dépenses de recherche ouvrant droit au crédit d impôt. - Ces dépenses entrent dans la base de calcul du crédit d'impôt recherche dans la limite globale de 10 millions d'euros. Le plafond de 10 millions d'euros est majoré de 2 millions d'euros à raison des dépenses correspondant aux opérations confiées aux organismes de recherche publics. Les dépenses de collection exposées par les entreprises du secteur textile-habillement et cuir. Déduction des subventions : les subventions publiques reçues par les entreprises à raison des opérations ouvrant droit au crédit d impôt recherche sont déduites des bases de calcul de ce crédit, qu elles soient définitivement acquises par elles ou remboursables. Lorsqu elles sont remboursables, ces subventions sont ajoutées aux bases de calcul du crédit d impôt de l année au cours de laquelle elles sont remboursées à l organisme qui les a versées. Les dépenses d'innovation en faveur des entreprises qui répondent à la définition des micro, petites et moyennes entreprises au sens du droit communautaire. Il s'agit des dépenses relatives à la réalisation d'opérations de conception de prototypes ou installations pilotes de nouveaux produits. Les dépenses éligibles au dispositif sont plafonnées à hauteur de par an et le taux du crédit d impôt calculé au titre de ces dépenses est fixé à 20 %. Exemple Une société A expose 150 millions d'euros de dépenses de recherche éligibles au crédit d'impôt au titre de l'année N. Par hypothèse, la société A n'a perçu par ailleurs aucune subvention ni avance remboursable. La société A bénéficiera d'un crédit d'im- pôt recherche égal à 32,5 millions d'euros, soit (30 % x ) + (5 % x ). B/ Le rescrit : de plus en plus ignoré par les entreprises? Le rescrit est régulièrement vanté par les pouvoirs publics car il permet une meilleure sécurité juridique pour les entreprises. Celles-ci se plaignent en effet souvent de l insécurité juridique en matière de fiscalité, et tout particulièrement en matière de CIR. Pourtant, elles utilisent peu le rescrit. Mieux, si l on ose dire, le nombre de rescrits à tendance à diminuer depuis la réforme de 2008 Années Nombre rescrits (Source : DGFiP, rapports sur l activité en matière de rescrits des années concernées) On put avancer plusieurs raisons à cette faible activité du rescrit : - les hésitations de certaines entreprises, notamment de nombreuses PME, de saisir l administration fiscale par crainte de déclencher un contrôle fiscal, - l activité des cabinets privés de conseils, - le pari de ne pas faire l objet d un contrôle ultérieur avec, pour corollaire, la volonté de profiter des largesses du dispositif pour «jouer avec la ligne jaune» C/ Le contrôle sur demande, inexistant? Si le contrôle fiscal «traditionnel» vise à vérifier sur la forme et sur le fond le CIR, le contrôle à la demande obéit à un principe et à des règles qui lui sont propres. Le contrôle sur demande a été étendu par l article 69 V de la loi de finances pour 2008 codifié à l article L. 13 CA du LPF. Il assouplit le dispositif existant en l'étendant à toutes les entreprises qui le demandent. Ainsi, quel que soit le montant de leur chiffre d affaires, les entreprises peuvent s assurer que les dépenses qu elles ont engagées sont éligibles au CIR. Cette procédure est très peu utilisée (2 entre 2005 et 2009, 3 entre 2008 et 2011 et 0 en 2012 ). D/ Le contrôle fiscal du CIR Le contrôle du crédit d'impôt recherche est généralement effectué à l'occasion de la vérification de comptabilité de l'entreprise. Il est assuré par les services de la Direction générale des finances publiques (DGFiP), qui demeurent seuls compétents pour procéder à des rectifications, mais aussi par les services du ministère de la Recherche et de la Technologie. Lors d'une vérification du CIR, les agents des finances publiques procèdent à la vérification des comptes, ils peuvent solliciter l'avis du ministère de la Recherche et de la Technologie lorsque 3

6 La Cour des comptes estime qu en l absence de réforme du dispositif, son coût va croître alors qu il se traduit de facto par une baisse du taux de l impôt sur les sociétés : pour une dépense fiscale de plus de 5 milliards d euros, «le CIR représenterait 3,3 points d IS, soit l équivalent d un IS abaissé à 30%». l'appréciation du caractère scientifique des travaux est nécessaire. Les services de la DGFiP demeurent seuls compétents pour effectuer les redressements éventuels. II - Le CIR, seconde niche fiscale de l impôt sur les sociétés III - Un crédit impôt recherche au service de la recherche et du développement ou de l attractivité fiscale? A/ Une «niche fiscale» La politique fiscale de ces 10 dernières années a été caractérisée par un fort accroissement des mesures dérogatoires (les dépenses fiscales) tant en nombre qu en volume budgétaire. Le pilotage de la politique fiscale par la dépense fiscale est l un des traits marquants de la période, il s applique à tous les impôts. Créé en 1983, le crédit impôt recherche (CIR) a connu de nombreux changements. La réforme de 2008 est particulièrement importante puisque depuis cette réforme, le CIR est calculé sur le montant des dépenses et non sur leur accroissement. Globalement, la tendance lourde a consisté à développer le CIR, c est-à-dire à augmenter le nombre de bénéficiaires et à le rendre plus «attractif», donc plus coûteux. La Cour des comptes confirme ce diagnostic dans son rapport de 2013 : «En moyenne, entre 1991 et 2003, la créance constituée par les entreprises était de 500 millions d euros pour déclarants. À la suite des réformes de 2004 et 2006, le nombre de déclarants s établit à en 2007 et le droit à crédit d impôt à 1,8 milliard d euros. Avec la refonte du dispositif en 2008, la créance passe à 4,5 milliards d euros dès 2008 pour déclarants. En 2011, entreprises déclarent du CIR pour un droit à crédit d impôt de 5,2 milliards d euros». L impact de la réforme de 2008 est visible, il est même spectaculaire A/ Le CIR dans la concurrence fiscale internationale La montée en puissance du CIR s inscrit dans un contexte fiscal général de développement des dépenses fiscales, dont le nombre et le coût ont considérablement cru au cours des années Le pilotage par la dépense fiscale étant devenu la norme en matière de politique fiscale, cette évolution s est manifestement effectuée au détriment des aides publiques (subventions ). Le bilan du CIR dressé par le gouvernement et les travaux de l Agence française des investissements internationaux montrent clairement que le CIR est avant tout «vendu» comme une mesure fiscalement attractive. Les autorités publiques mènent une grande offensive pour la promotion du crédit impôt recherche dans la compétition fiscale actuelle en vantant principalement l attractivité fiscale de la France en matière d aide à l innovation, notamment celle du CIR. La promotion de ce qui est présenté comme «un outil sans équivalent» et comme «le meilleur CIR des pays européens et de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)» montre que le principal objectif du CIR est de se positionner favorablement sur le terrain de la concurrence fiscale en invoquant un thème porteur qui, par nature, ne peut en théorie susciter aucune critique : la recherche et le développement. Au-delà, il s agit de savoir si le CIR remplit son office. Or, en la matière, un constat s impose : les travaux et bilans quantitatifs manquent. Or, cela est d autant plus nécessaire que les aides publiques à la recherche et au développement, directes et indirectes, stagnent et que le CIR représente désormais le principal outil de politique publique au service de la recherche et du développement. Ceci provient du fait que depuis 2001, les réformes du CIR ont consisté à accroître son importance et son attractivité de sorte qu en la matière, il est aujourd hui considéré comme un «produit» fiscal très attractif. Par ailleurs, de nombreux cabinets se sont emparés de ce «produit» et proposent des montages permettant d optimiser le CIR. Ces cabinets se B/ qui contribue à réduire le taux facial de l impôt sur les sociétés Près de 500 dépenses fiscales répertoriées dans le tome II des «Voies et moyens» annexé au projet de loi de finances. La première «niche fiscale» de l impôt sur les sociétés est désormais le fameux crédit d impôt compétitivité emploi. Parmi ces «niches», le crédit impôt recherche (CIR) est la seconde et représente un coût estimé à plus de 5 milliards d euros ces dernières années (5,34 milliards d euros en 2014). Ce coût risque d être supérieur du fait de l engouement des entreprises pour le CIR et ce même s il faut rappeler que le nombre d entreprises déclarantes ne représente que 0,5% du nombre total d entreprises. Une hausse de la proportion d entreprises déclarantes fera ainsi mécaniquement augmenter le coût du CIR et, corrélativement, réduire le taux réel de l impôt sur les sociétés (IS). 4

7 rémunèrent généralement en proportion de l économie d impôt réalisée, pour un taux de rémunération constaté compris entre 15 et 20 %. Ce taux peut être amené à croître lors de dossiers complexes (rescrit, assistance lors d un contrôle fiscal), de sorte qu il est possible d avancer l idée que les externalités du CIR sont positives pour les intervenants en matière de conseil. Mais est-ce vraiment le but recherché? La Cour des comptes notait dans son rapport de 2013 qu avec un coût représentant 0,26% du produit intérieur brut (PIB) en 2010 (mais près de 0,3% en 2014 ), «la France se situe désormais loin devant ses partenaires», lesquels se situent à 0,21% au Canada, 0,18% en Corée et 0,05% aux EtatsUnis pense fiscale ayant été la norme. La gestion et le contrôle du CIR par l administration fiscale sont pour le moins largement perfectibles. Cette question est tout sauf neutre : il en va tout simplement de la bonne utilisation du CIR, donc de son efficacité globale. Le premier point relève directement du choix politique. Le second rejoint la question des choix économiques et fiscaux : faut-il privilégier les incitations au détriment des subventions? Comment évaluer le coût et l efficacité des mesures fiscales dérogatoires? Quelle est la limite au-delà de laquelle il ne doit plus être possible de réduire son impôt? Autant de questions posées sur l ensemble des incitations fiscales et sur leur mode de gestion et de contrôle. V - La gestion et le contrôle du CIR en pratique B/ L efficacité du CIR en débat : quel bilan qualitatif? Malgré plusieurs travaux sur le sujet, le bilan qualitatif du CIR n a semble-t-il pas été mené en profondeur. Le rapport de la Commission des finances du Sénat est sans doute le travail le plus abouti sur le sujet. Mais là encore, au-delà des données quantitatives sur le profil des bénéficiaires, la partie consacrée au bilan qualitatif porte avant tout sur la satisfaction des entreprises sur un outil fiscal simple et attractif. Pour éviter un détournement à des fins d évasion fiscale et pour s assurer de la bonne utilisation du CIR, le rôle de l administration fiscale est central. Le contrôle fiscal doit donc permettre, en théorie, d éviter les abus et de garantir une application des règles relatives au CIR dans l esprit du texte, conformément aux objectifs qui lui sont assignés. Le CIR est accordé sur simple déclaration. Contrepartie du système déclaratif, le contrôle fiscal s effectue a posteriori. Le syndicat national Solidaires Finances Publiques organise régulièrement des consultations des sections implantées dans les services de contrôle, notamment au sein des directions spécialisées de contrôle fiscal. Cette consultation a permis de nombreuses remontées d informations sur l utilisation et le contrôle effectivement mené. Ce constat soulève de nombreuses interrogations. IV - Enjeux sur le coût du CIR A/ Les coûts budgétaires, entre prévision et réalisation Dans son rapport d information, la Commission des finances de l Assemblée nationale note que «le coût de la réforme de 2008 a été mal anticipé». Son coût était en effet initialement évalué à 2,7 milliards d euros, mais il a dépassé en réalité les 5 milliards d euros. Le rapport note que «la sous-estimation d origine et les écarts qui se sont manifestés depuis lors ( ) ont nourri de multiples controverses depuis 5 ans et contribué à faire douter du bien fondé du dispositif». A/ Le CIR : une assiette «permissive» en termes d optimisation et de fraude fiscale - La question des rémunérations de personnel. Les rémunérations représentent environ la moitié de la base de calcul du CIR. Les frais de fonctionnement en représentent pour leur part plus du quart. L incitation à «gonfler» l assiette du CIR pour obtenir le CIR le plus élevé possible, éventuellement de manière abusive, est réelle : certaines entreprises ont ainsi requalifié une partie de leur personnel en «chercheurs» dans le seul but d optimiser le CIR. Cette optimisation est parfois abusive : des personnels de soutien (dont la rémunération est exclue de l assiette du CIR) se sont parfois retrouvés «requalifiés». - Le seuil de 100 millions d euros. Le crédit d impôt recherche (CIR) est égal à 30 % des dépenses de recherche inférieures ou égales à 100 millions d euros, et à 5 % au-delà. Ce seuil est apprécié par entreprise. B/ Les raisons de l explosion actuelle et (sans doute) à venir du coût du CIR Un premier enseignement s impose donc : le coût du CIR explose et risque de poursuivre son ascension à l avenir. Plusieurs éléments expliquent cette évolution. Au plan européen, l objectif affiché de longue date est de faire de l Union européenne une «économie de la connaissance» faisant la part belle à la recherche. Au plan national, les récentes évolutions du CIR s inscrivent pleinement dans ce cadre. En matière de politique fiscale, les incitations se sont développées au cours de ces dernières années, le pilotage de la politique fiscale par la dé- 5

8 Mais pour les groupes fiscalement intégrés (c est-àdire pour les groupes dont la maison mère détient au moins 95% de participation de ses filiales), il n existe pas de plafond. De ce fait, ces groupes font «remonter» les CIR de leurs filiales au niveau de la maison mère. Il arrive également que le groupe s organise en créant des filiales pour gonfler le montant global du CIR perçu au niveau du groupe. - Des dépenses et des projets parfois éloignés de la «recherche et développement» Ainsi optimisée, l assiette du CIR (et, par conséquent, le crédit d impôt lui-même) peut être détournée de son objectif officiel initial. Entrent parfois dans l assiette du CIR des dépenses sans rapport avec la recherche et le développement : frais de séminaire, rémunération de personnel administratif - L exploitation du brevet est optimisée Protéger son brevet au niveau national, européen et international est légitime. Mais on constate que des sociétés ayant perçu un CIR versent par la suite des redevances à des filiales installées dans des territoires fiscalement privilégiés. Ces redevances sont déduites du bénéfice imposable à l impôt sur les sociétés. Après avoir perçu un CIR, l IS est ainsi parfois réduit. Ces opérations sont certes souvent légales puisque les textes le permettent. Elles révèlent toutefois comment le CIR est considéré et utilisé par certaines entreprises : avant tout comme une «niche fiscale» Mais elles relèvent également dans certains cas de l acte anormal de gestion voire de l abus de droit. C est également le constat de la Cour des comptes qui, faisant siennes les conclusions des travaux de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), s alarme de l optimisation fiscale des grandes entreprises et des manipulations des prix de transfert réalisés au sein des groupes. Ces différents mécanismes d optimisation ne se traduisent pas simplement par un coût budgétaire important, ils pénalisent les PME réellement indépendantes qui ne peuvent mettre en œuvre de tels dispositifs. rémunérée à un niveau inférieur à 2,5 SMIC. Cette partie de la masse salariale permettra à l entreprise de bénéficier du CICE. Mais si, parmi les salariés rémunérés à un niveau inférieur à 2,5 SMIC se trouvent des «chercheurs» dont la rémunération entre dans la base de calcul du CIR, alors l entreprise, également bénéficiaire du CIR, percevra un remboursement «supplémentaire». De ce fait, certains salaires seront comptés pour le CICE et pour le CIR. L entreprise sort grande gagnante de cette opération, les finances publiques en paient le coût. Au surplus, la limite de 2,5 SMIC peut constituer un effet pervers certain puisque l entreprise bénéficiaire du CICE est ainsi incitée à pratiquer la modération voire la stagnation salariale pour continuer de bénéficier du CICE. Globalement, la Cour des comptes estime que l avantage issu du cumul de ces deux dispositifs peut «être chiffré à 400 à 600 millions d euros de dépenses déclarées». C/ Un contrôle souvent complexe Le contrôle fiscal connaît une profonde mutation. S il représente la contrepartie du système déclaratif, ce qui implique des contrôles plus ou moins approfondis (contrôles sur pièces, vérifications de comptabilité ) permettant de vérifier la bonne application de la loi fiscale, il s oriente aujourd hui vers une opération consistant à mener une prestation de service de type «audit fiscal» dont l issue est subordonnée aux recours que le contribuable aura effectués, recours formels et/ou informels qui se sont multipliés ces dernières années. Dans le même temps, ce véritable changement de nature du contrôle fiscal s accompagne de la mise en œuvre et de la promotion de nouveaux dispositifs tels que le rescrit et le contrôle sur demande. Au fond, la «gouvernance fiscale» à l œuvre est la suivante : la promotion du rescrit et du contrôle sur demande se traduit par un contrôle fiscal souvent allégé, très soucieux des intérêts du contribuable vérifié, donc moins soucieux d un contrôle censé garantir la bonne application de la loi et de l intérêt général. Il y a là un basculement inquiétant, qui est du reste général au contrôle fiscal, tendant à faire du contrôle non plus la contrepartie du système déclaratif, mais une simple opération ressemblant davantage à une forme d audit fiscal. Le diagnostic établi par notre organisation sur le contrôle fiscal du CIR confirme pleinement cette évolution générale. B/ CIR et CICE : une double peine pour les finances publiques, une double aubaine pour certaines entreprises Le CIR et le CICE sont calculés sur les rémunérations, pour moitié pour le CIR et pour la totalité des salaires inférieurs à 2,5 SMIC pour le CICE. Certes, ces dispositifs, par ailleurs très contestés, obéissent à des logiques tout à la fois distinctes et complémentaires. Dans les deux cas, il s agit de procéder à une baisse du coût du travail générale (CICE) et orientée sur certaines activités (CIR). Pour certaines entreprises, bénéficiaires du CIR et du CICE, le gain est substantiel. Pour illustrer notre propos, prenons l exemple d une société A qui emploie 200 salariés dont la moitié est Le CIR «sacralisé» Le CIR fait l objet d une véritable «sacralisation» par les gouvernements successifs. Lorsqu il était Ministre de l économie, Pierre Moscovici avait ainsi déclaré en 2013 que le fait pour une entreprise de bénéficier du CIR ne devait pas constituer un axe de contrôle par l administration fiscale. La déclaration est imprudente : certains conseils peu délicats 6

9 E/ Un CIR est (malheureusement) trop attractif montent des dossiers «clés en mains» pour bénéficier du CIR et se rémunèrent en pourcentage du CIR perçu. Ce type d opération montre que, si le CIR ne doit certes pas être systématiquement un axe de contrôle, il peut néanmoins l être dans certaines situations. Le contrôle fiscal du CIR, effectué à l occasion de la vérification générale de la comptabilité de l entreprise, doit en théorie permettre de vérifier si le CIR est utilisé conformément aux objectifs tels qu ils résultent des textes du CIR. Le contrôle du crédit d'impôt recherche peut être réalisé par l administration (CGI, LPF, art. L. 45 B) fiscale (qui procèdent aux éventuelles rectifications) et par les services du Ministère de la recherche et de la technologie. Lors d un contrôle fiscal, les agents vérificateurs de l'administration fiscale sollicitent l'avis du ministère de la Recherche et de la Technologie (leur interlocuteur est alors la Délégation régionale) afin de s assurer du caractère scientifique des travaux. Les agents du ministère de la Recherche agissent suite aux demandes de l'administration fiscale, dans le cadre des vérifications de comptabilité. En théorie, cette double présence devrait garantir un bon contrôle tant sur la forme que sur le fond. Or, la pratique est différente. Mais en pratique, le sentiment qui prévaut dans les services de contrôle est le suivant : les rappels sont limités trop souvent à la forme, il est très rare de pouvoir mener un contrôle au fond. Ce constat implique donc par conséquent que le CIR n est pas correctement contrôlé. En effet, les vérifications souvent cantonnées à quelques points : mode de calcul : montant, déclaration de subvention, homologation des sous traitants, contrat de travail et diplômes des personnes affectées au CIR. Eventuellement, une demande d analyse est envoyée à la délégation régionale à la recherche et à la technologie (DRRT), mais là aussi sans aucune garantie de disposer des éléments de fond sur l utilisation du CIR. Les remontées des services de contrôle à propos des DRRT donnent le sentiment que, dans ces services, peu de personnes travaillent sur le sujet et que leur travail est tourné vers la promotion du CIR, ce qui génère un conflit d intérêt évident qui constitue un frein important au contrôle du CIR sur le fond. Lors de notre consultation interne menée dans le cadre de notre rapport sorti en juin 2010, plusieurs témoignages font état du sentiment que peu d agents des DRRT sont affectés au CIR et que leurs moyens sont limités au regard des enjeux. Ces constats demeurent valables. Il reste désormais à savoir si le partenariat entre la DGFiP et le Ministère de l enseignement supérieur et de la technologie (dont les services sont chargés d assurer l expertise sur demande de la DGFiP), s avèrera plus efficace. Le contrôle fiscal mené par les agents des finances publiques fait apparaître plusieurs problèmes que l on peut lister de la manière suivante : D/ La qualité et l efficacité du contrôle fiscal demeurent deux objectifs difficiles à atteindre mais d autant plus importants et nécessaires que le CIR a été étendu et renforcé Le sentiment largement partagé dans la sphère du contrôle fiscal selon lequel le CIR ne serait pas un axe de contrôle fiscal d une part, et la chute du taux de couverture du CIR au cours de ces dernières années d autre part, confirmée par le rapport du Sénat (inquiétante au regard du manque à gagner généré par le CIR), confirment le basculement opéré au détriment du contrôle et au bénéfice des procédures inspirées du «rescrit». Aujourd hui, la question est de savoir si le contrôle du CIR est véritablement souhaité par les autorités publiques. Et ce alors même que les risques de fraude inhérents au CIR sont désormais avérés. En réalité, le développement du rescrit et du contrôle sur demande est particulièrement limité : pour les finances publiques et l efficacité d une mesure qui se veut incitative, le danger n est donc pas seulement celui d un basculement plus ou moins assumé au nom de la sécurité juridique fiscale, mais simplement celui de voir se développer l évasion fiscale grâce au CIR. Ce constat vaut également pour les dispositions fiscales et le contrôle fiscal en général. Rappelons également que le nombre de contrôles à la demande est marginal. Enfin, la hausse du ratio «nombre de rectifications CIR sur total des contrôles» provient de la montée en puissance du coût budgétaire du CIR constaté au cours de ces dernières années et de la hausse des fraudes du CIR. Elle montre également que le nouveau dispositif du CIR doit être plus et mieux contrôlé car il est plus souple et plus coûteux. Le nombre de rectifications du CIR en contrôle externe a atteint en 2012 contre 244 en Rappelons que dans la même période, le nombre d entreprises déclarantes a plus que doublé. Le taux de contrôle des entreprises déclarantes est cependant loin du «systématisme» dénoncé par le Medef : moins de 7 % des entreprises bénéficiaires du CIR font l objet d un contrôle fiscal. Car si les résultats des contrôles fiscaux augmentent, il n en demeure pas moins que le taux de rectifications du CIR s élève à 3,6% en 2011 et qu au total, la proportion des rectifications du CIR dans le total des contrôles fiscaux est passée de 0,4% en 2005 à 2,29% en

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Mai 2014 LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Déjà très incitatif et performant, le crédit d impôt recherche (CIR) vient d être à nouveau renforcé par la France. Depuis le 1 er janvier 2013, les dépenses d innovation

Plus en détail

Modifié par LOI n 2008-1425 du 27 décembre 2008 - art. 101 (V)

Modifié par LOI n 2008-1425 du 27 décembre 2008 - art. 101 (V) Article 244 quater B http://legifrance.gouv.fr/affichcodearticle.do;jsessionid=7a84b87f102fd519414ad9f F050584C0.tpdjo11v_2?idArticle=LEGIARTI000020034028&cidTexte=LEGITEXT00000 6069577&dateTexte=20090119

Plus en détail

Crédit Impôt Recherche (CIR)

Crédit Impôt Recherche (CIR) Crédit Impôt Recherche (CIR) Afin de renforcer la compétitivité des PME françaises, la loi de finances pour 2013 a étendu le dispositif à certaines dépenses d'innovation. Le BOI-BIC-RICI-10-10-10-20 délimite

Plus en détail

Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004

Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004 Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004 Fabrice Patrizio Avocat Associé Tel : 01 40 67 17 00 Fax : 01 40 67 28 80 f.patrizio@rambaud-martel.com

Plus en détail

LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE

LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE octobre 2013 LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE Les entreprises éligibles à ce crédit sont celles qui sont imposées selon un régime de bénéfice réel et qui exercent une activité industrielle, commerciale ou agricole.

Plus en détail

LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE Présenté par A. LALA Expert Comptable. Audit Expertise comptable Conseil Risk Consulting

LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE Présenté par A. LALA Expert Comptable. Audit Expertise comptable Conseil Risk Consulting LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE Présenté par A. LALA Expert Comptable Crédit d impôt recherche Présentation du CIR Le crédit d'impôt recherche est une aide publique qui permet d'accroître la compétitivité

Plus en détail

Le crédit d impôt recherche (CIR)

Le crédit d impôt recherche (CIR) Le crédit d impôt recherche (CIR) Conditions d éligibilité et constitution du dossier Rescrit, Contrôle Dispositions 2013 Objectifs du Crédit d Impôt Recherche : Favoriser les entreprises qui investissent

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE JEUNE ENTREPRISE INNOVANTE

CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE JEUNE ENTREPRISE INNOVANTE CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE JEUNE ENTREPRISE INNOVANTE Marianne PEYROT Chargée de mission Délégation Régionale à la Recherche et à la Technologie Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Technopole

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE, CRÉDIT

CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE, CRÉDIT CRÉDIT D IMPÔT RECHERCHE, CRÉDIT D IMPÔT INNOVATION : DOPEZ VOTRE INNOVATION! Jeudi 5 février 2015 Salon des entrepreneurs Intervenants Jérôme REBISCOUL o Expert-comptable, commissaire aux comptes o Membre

Plus en détail

Le crédit d impôt recherche (CIR)

Le crédit d impôt recherche (CIR) Le crédit d impôt recherche (CIR) Informations générales Activités concernées Dépenses éligibles DRRT Service chargé de l action déconcentrée de l État dans les domaines de la recherche, de la technologie,

Plus en détail

CREDIT D IMPOT RECHERCHE

CREDIT D IMPOT RECHERCHE CREDIT D IMPOT RECHERCHE - Quels sont les principes actuels - Comment optimiser et sécuriser le CIR - L intérêt de la démarche groupe 3 Février 2009 Laurent PAILLET Caroline ANGELEDEI 1 LES PRINCIPES ACTUELS

Plus en détail

Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI

Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI Le Crédit d impôt recherche - Objectif? Le CIR, élément clé de la compétitivité, doit stimuler l investissement en R&D - Quelles entreprises sont concernées?

Plus en détail

Novembre 2012 [NEWSLETTER CREDIT IMPOT RECHERCHE] Sommaire

Novembre 2012 [NEWSLETTER CREDIT IMPOT RECHERCHE] Sommaire Novembre 2012 [NEWSLETTER CREDIT IMPOT RECHERCHE] Le crédit Impôt Recherche fait depuis la récente campagne présidentielle l objet de promesses. Depuis, le gouvernement à travers le Conseil des Ministres

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE FRANCAIS (article 244 quater B du CGI)

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE FRANCAIS (article 244 quater B du CGI) LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE FRANCAIS (article 244 quater B du CGI) Ce dispositif constitue un véritable atout pour l attraction d activités de recherche en France. Le vote de La loi de finances 2011 a

Plus en détail

Contact Presse : Eric Thiercelin 01 53 70 88 30 ethiercelin@fieec.fr. Actualité fiscale et financement des PME

Contact Presse : Eric Thiercelin 01 53 70 88 30 ethiercelin@fieec.fr. Actualité fiscale et financement des PME Contact Presse : Eric Thiercelin 01 53 70 88 30 ethiercelin@fieec.fr Actualité fiscale et financement des PME Sommaire Le CICE et son financement Préfinancement du Crédit d Impôt Recherche et la question

Plus en détail

Vos interlocuteurs Matinale Opticsvalley Copyright 2015 2

Vos interlocuteurs Matinale Opticsvalley Copyright 2015 2 CIR & CII : - Où placer la frontière entre Recherche et Innovation? - Etes-vous prêts pour le contrôle fiscal?, le 13 Janvier 2015 Vos interlocuteurs 2 Sommaire 1) Où placer la frontière entre la Recherche

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT EN FAVEUR DE LA RECHERCHE

CRÉDIT D IMPÔT EN FAVEUR DE LA RECHERCHE N 2069 A N 11081 11 (Art. 244 quater B du CGI) Dépenses engagées au titre de 2008 CRÉDIT D IMPÔT EN FAVEUR DE LA RECHERCHE Exercice ouvert le Clos le Cachet du Service Nom et prénoms ou dénomination et

Plus en détail

} Cotisations de prévoyance complémentaire. } Allégements et crédits d impôts. } Taxe sur les véhicules de société

} Cotisations de prévoyance complémentaire. } Allégements et crédits d impôts. } Taxe sur les véhicules de société } Cotisations de prévoyance complémentaire } Allégements et crédits d impôts } Crédit d Impôt Recherche } Crédit d Impôt Innovation } Jeunes Entreprises Innovantes } Crédit d Impôt Compétitivité Emploi

Plus en détail

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE

ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 5 RISQUES D OPTIMISATION DE LA VALEUR AJOUTEE ANNEXE VII, PJ n 5, page 2 Cette pièce jointe résume l exposé de

Plus en détail

Financement de l innovation

Financement de l innovation Financement de l innovation Intervenants Philippe LAPIDUS, Dirigeant de SUBVENTIUM Laurent SCHEINFELD, Dirigeant de SUBVENTIUM Denis ALLARD, Dirigeant de SUBVENTIUM 3 Vos clients ont-ils droit au Crédit

Plus en détail

Outils d optimisation et d incitations fiscales. Des dispositifs intéressant à connaître

Outils d optimisation et d incitations fiscales. Des dispositifs intéressant à connaître 18 novembre 2013 Outils d optimisation et d incitations fiscales Des dispositifs intéressant à connaître Préambule La France est souvent connue pour sa complexité en matière de fiscalité. Il apparait aussi

Plus en détail

FINANCEMENT DE L INNOVATION - 06 Juin 2013

FINANCEMENT DE L INNOVATION - 06 Juin 2013 FINANCEMENT DE L INNOVATION - 06 Juin 2013 Réformes suite à la Loi de finances 2013 Arnaud UFLONT - Consultant en financement de l innovation Crédit d Impôt Recherche Depuis 2008, il est devenu la première

Plus en détail

Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE)

Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) Nos Experts vous informent Vos obligations déclaratives et vos avantages Un avantage fiscal Entré en vigueur janvier 2013, le crédit d'impôt pour

Plus en détail

Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI. AGORANOV 12 janvier 2012

Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI. AGORANOV 12 janvier 2012 Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI AGORANOV 12 janvier 2012 Le Crédit d impôt recherche - Objectif? Aider les entreprises à accroître leurs dépenses de R&D - Quelles entreprises sont concernées?

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

LE CICE. Le Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

LE CICE. Le Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi LE CICE Le Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi prévu par l article 244C quater du CGI est entré en vigueur le 1er janvier 2013 CHAMPS D

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

La Loi de Finances 2013 soutient vos efforts d investissement

La Loi de Finances 2013 soutient vos efforts d investissement La Loi de Finances 2013 soutient vos efforts d investissement Petit déjeuner débat 11 avril 2013 1 Dominique DENIEL Expert comptable Commissaire aux comptes Ouest Conseils Quimper Pascale DEMONTFAUCON

Plus en détail

Crédit d'impôt Recherche et Jeunes Entreprises Innovantes. 16 février 2015

Crédit d'impôt Recherche et Jeunes Entreprises Innovantes. 16 février 2015 Crédit d'impôt Recherche et Jeunes Entreprises Innovantes 16 février 2015 Crédit d'impôt Recherche et Jeunes Entreprises Innovantes Le crédit impôt recherche (CIR) et le crédit impôt innovation (CII) constituent

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE Pour mieux comprendre COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE LE GOUVERNEMENT S ENGAGE L agriculture est un secteur stratégique pour l économie française et dispose d atouts considérables. Avec ses 450 000

Plus en détail

Crédit impôt Recherche & Innovation: Un nouvel instrument pour les PME

Crédit impôt Recherche & Innovation: Un nouvel instrument pour les PME Crédit impôt Recherche & Innovation: Un nouvel instrument pour les PME SOMMAIRE Le dispositif du CIR en France Focus sur les dépenses d Innovation Valorisation du CIR/CII Notre Approche Le dispositif du

Plus en détail

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête

Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Loi Aillagon : Que retenir des 10 ans du «dispositif mécénat»? Enquête Rappel du «dispositif mécénat» issu de la Loi Aillagon, un dispositif unique au monde La loi n 2003-709 du 1er août 2003 relative

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

Édition du 3 mars 2014

Édition du 3 mars 2014 1 Édition du 3 mars 2014 LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS SOMMAIRE Ce qui est dû à l apprenti

Plus en détail

Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE) Avril 2013

Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE) Avril 2013 Crédit d Impôt Compétitivité Emploi (CICE) Avril 2013 Crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) 2 S O M M A I R E PAGES Présentation du CICE 3 Modalités de calcul 4 Les obligations déclaratives 6 La comptabilisation

Plus en détail

FINANCEMENT DE L INNOVATION

FINANCEMENT DE L INNOVATION Laurent ADVENIER : Responsable régional Benjamin DECLERCQ : Ingénieur Consultant www.f-iniciativas.fr FINANCEMENT DE L INNOVATION Historique de F.Iniciativas Présentation CRÉATION F-INICIATIVE PAR M. BOUTE

Plus en détail

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013

LETTRE FISCALE. Point de vue d experts AVRIL 2013 Point de vue d experts LETTRE FISCALE AVRIL 2013 Parmi les rares mesures favorables issues des dernières lois de finances, l instauration du CICE constitue une bouffée d oxygène appréciable pour les entreprises.

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

La sécurisation du Crédit d impôt recherche. CCI Rennes 27 février 2014 Jean LE TRAON, DRRT Bretagne

La sécurisation du Crédit d impôt recherche. CCI Rennes 27 février 2014 Jean LE TRAON, DRRT Bretagne La sécurisation du Crédit d impôt recherche CCI Rennes 27 février 2014 Jean LE TRAON, DRRT Bretagne Résumé Déclaration CIR et CII L entreprise peut bénéficier soit du CIR, soit du CII ou bien des deux

Plus en détail

Point formation mai 2014

Point formation mai 2014 Point formation mai 2014 Le Crédit Impôt Innovation (CII) > Sommaire : Pages Définition du CII 2 Eligibilité au CII 3 Crédit d impôt recherche ou du crédit d impôt innovation? 6 Dépenses Eligibles 8 Synthèse

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

PARTIE 2.7 LES CREDITS D IMPOT ET LES REDUCTIONS D IMPOT

PARTIE 2.7 LES CREDITS D IMPOT ET LES REDUCTIONS D IMPOT I/Le crédit d impôt recherche PARTIE 2.7 LES CREDITS D IMPOT ET LES REDUCTIONS D IMPOT Le crédit d impôt recherche a été conçu pour inciter les entreprises à développer leurs activités de recherche ; il

Plus en détail

Le crédit d impôt innovation (CII) Avril 2014

Le crédit d impôt innovation (CII) Avril 2014 Le crédit d impôt innovation (CII) Avril 2014 Plan de la présentation 0. Pourquoi? I. Les grandes lignes de la mesure II. Le champ des activités éligibles III. Les dépenses éligibles IV. L'imputation du

Plus en détail

Le financement fiscal de l innovation vendredi 28 septembre 2012

Le financement fiscal de l innovation vendredi 28 septembre 2012 Le financement fiscal de l innovation vendredi 28 septembre 2012 Sogedev en bref» Création en 2002,» Plus de 2000 missions de conseil,» Plus de 700 clients à travers la France, tous domaines d activité

Plus en détail

Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits

Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits par Henri-Edouard Audier Le Crédit d impôt recherche : 4,2 milliards dans la trappe des profits Résumé Il ressort d un document récent du ministère sur le Crédit d impôt recherche (CIR) : (i) que celui-ci

Plus en détail

Sage DS Avancée V3.60 et le CICE. Sage DS Avancée version 3.60. Sage DS Avancée version 3.60 Page 1 of 9

Sage DS Avancée V3.60 et le CICE. Sage DS Avancée version 3.60. Sage DS Avancée version 3.60 Page 1 of 9 Sage DS Avancée V3.60 et le CICE Sage DS Avancée version 3.60 Sage DS Avancée version 3.60 Page 1 of 9 Sommaire Contexte légal... 3 Quel impact sur mon logiciel de paie?... 4 Quel impact sur Sage DS Avancée?...

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

VEILLE LE CIR ET LE CII, PRINCIPALES SOURCES DE FINANCEMENT DE LA R&D EN FRANCE. Sommaire. Veille stratégique sur la bio-santé

VEILLE LE CIR ET LE CII, PRINCIPALES SOURCES DE FINANCEMENT DE LA R&D EN FRANCE. Sommaire. Veille stratégique sur la bio-santé 2014 / numéro 32 VEILLE Veille stratégique sur la bio-santé LE CIR ET LE CII, PRINCIPALES SOURCES DE FINANCEMENT DE LA R&D EN FRANCE Sommaire Introduction.... P02 Un dispositif de plus en plus utilisé,

Plus en détail

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 24 avril 2013

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 24 avril 2013 Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 24 avril 2013 Les étapes de la création du crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) Pacte national pour la croissance,

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

UNE FISCALITÉ ADAPTÉE

UNE FISCALITÉ ADAPTÉE UNE FISCALITÉ ADAPTÉE AU SERVICE DE LA COMPÉTITIVITÉ ET DE L INVESTISSEMENT 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 UN 2 3 4 TAUX EFFECTIF D IMPOSITION COMPÉTITIF L étude KPMG Competitive Alternative (2014) compare

Plus en détail

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après.

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après. Crédit d Impôt Compétitivité et Emploi (CICE) : Base de calcul et Montant N hésitez pas à consulter la circulaire ci-jointe intitulée «CICE COMMENT L OBTENIR» celle-ci vous informant sur les modalités

Plus en détail

4. Obligations déclaratives et comptabilisation du CICE

4. Obligations déclaratives et comptabilisation du CICE QUESTION- DU 14 FÉVRIER 2013 4. Obligations déclaratives et comptabilisation du CICE Quelles sont les modalités déclaratives du CICE auprès de l administration fiscale? Ces modalités doivent être précisées

Plus en détail

Qu est-ce que le C.I.C.E.?

Qu est-ce que le C.I.C.E.? Qu est-ce que le C.I.C.E.? L article 66 de la loi de finances rectificative pour 2012 n 2012-1510 du 29 décembre 2012, met en place le pour la compétitivité et l emploi (C.I.C.E.). Le C.I.C.E. a pour objectif

Plus en détail

BACE BDE Expertise Conseils

BACE BDE Expertise Conseils BACE BDE Expertise Conseils Exclusivité BNI B&B Quelques optimisations fiscales pour vos sociétés (PME) avant la fin de l année Décembre 2014 SOMMAIRE 1. Acquisition d œuvre d art 2. Mécénat d entreprise

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de. Chambre d'agriculture - Moulins - 18 juin 2013

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de. Chambre d'agriculture - Moulins - 18 juin 2013 Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) Chambre d'agriculture - Moulins - 18 juin 2013 Les étapes de la création du crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com Sommaire INTRODUCTION ET DEFINITIONS Soutenir la recherche et developpement : une volonte politique La mission de l Expert-Comptable Table ronde 2 Une

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

CRÉDIT D'IMPÔT RECHERCHE ET JEUNES DOCTEURS

CRÉDIT D'IMPÔT RECHERCHE ET JEUNES DOCTEURS CRÉDIT D'IMPÔT RECHERCHE ET JEUNES DOCTEURS La réforme 28 est particulièrement incitative à l embauche de jeunes docteurs. Deux des nouvelles dispositions de la réforme 28 du crédit d impôt recherche (CIR)

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Assemblée Nationale AMENDEMENT

Assemblée Nationale AMENDEMENT N 235 I Compléter cet article par les alinéas suivants : "IV. Après le 4 ) du II de l article 199 Ter B du Code Général des Impôts, rajouter le 5 ) suivant : «5 Uniquement pour les entreprises qui satisfont

Plus en détail

Une renaissance de la loi Girardin

Une renaissance de la loi Girardin AVOCATS RECHTSANWÄLTE LAWYERS 29, RUE DU FAUBOURG SAINT-HONORÉ, 75008 PARIS EMAIL bmh@ bm ha voca ts. com TÉLÉPHONE (33)(0)1 42 66 63 19 FAX (33)(0)1 42 66 64 81 Olivier Hoebanx Associé Une renaissance

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

Présentation du dispositif fiscal : Article 217 undecies du CGI

Présentation du dispositif fiscal : Article 217 undecies du CGI Présentation du dispositif fiscal : Article 217 undecies du CGI Pour les entreprises soumises à l Impôt sur les Sociétés, le dispositif Girardin Société 100 % permet de déduire du résultat imposable la

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

FINANCEMENT DE L INNOVATION

FINANCEMENT DE L INNOVATION 2014 FINANCEMENT DE L INNOVATION EXPERTISE & ACCOMPAGNEMENT FABRICANT D ECONOMIES Sommaire Page 3 Page 6 Page 7 Page 9 Page 10 Page 16 Page 18 Page 19 Notre cabinet Pôle Financement de l Innovation Le

Plus en détail

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT

INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT L UNION FAIT LA FORCE Service Public Fédéral FINANCES INCITANTS FISCAUX EN FAVEUR DE LA RECHERCHE & DEVELOPPEMENT Exercice d imposition 2016 - Année de revenus 2015 10 raisons d investir en R&D en Belgique

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

Élimination des distorsions entre le régime fiscal des subventions et celui des apports

Élimination des distorsions entre le régime fiscal des subventions et celui des apports aout 2012 v1 Suppression non rétroactive de l optimisation fiscale par moins values à court terme L article 18 de la loi n 2012-958 du 16 août 2012 de finances rectificative pour 2012 a pour objet de mettre

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-091

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-091 Montreuil, le 08/12/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-091 OBJET : Exonération de cotisations patronales de Sécurité sociale applicable par

Plus en détail

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007.

La lettre du. La Réforme des Heures Supplémentaires. La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. La lettre du N 6 Décembre 2007 La Réforme des Heures Supplémentaires La réforme des heures supplémentaires est entrée en vigueur le 1 er octobre 2007. Elle prévoit : Pour le salarié : une réduction des

Plus en détail

Société en création : le financement public GE15 - P14-20/05/2014

Société en création : le financement public GE15 - P14-20/05/2014 Société en création : le financement public GE15 - P14-20/05/2014 Introduction Etude de marché Les prévisions financières Idée géniale Etude de faisabilité Créer une entreprise Introduction Année 1 Année

Plus en détail

Le nouveau dispositif Crédit Impôt Innovation. et son articulation avec les autres dispositifs de soutien à l innovation. Logo cci

Le nouveau dispositif Crédit Impôt Innovation. et son articulation avec les autres dispositifs de soutien à l innovation. Logo cci Le nouveau dispositif Crédit Impôt Innovation et son articulation avec les autres dispositifs de soutien à l innovation Altanpole 11 février 2014 Logo cci S o m m a i r e Vincent Noël Directeur de Mission,

Plus en détail

Fiscal : TVA et frais de restaurant

Fiscal : TVA et frais de restaurant NOTE D INFORMATION 2013/16 du 20 septembre 2013 Fiscal : TVA et frais de restaurant La récupération de la TVA sur les factures relatives aux frais de représentation et de réception est subordonnée à un

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi - CICE Loi de Finance rectificative pour 2012

Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi - CICE Loi de Finance rectificative pour 2012 Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi - CICE Loi de Finance rectificative pour 2012 v 01 2013 SOURCE DU CICE Ce dispositif consiste en un allègement de la fiscalité dans le but de reconstituer

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale.

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale. QUESTION- DU 6 DECEMBRE 2013 2. Calcul du CICE Quelles sont les règles d arrondi? Le montant du CICE, du plafond d'éligibilité et de l'assiette est arrondi à l'euro le plus proche. La fraction d'euro égale

Plus en détail

Contrôle budgétaire sur le crédit d impôt recherche (CIR)

Contrôle budgétaire sur le crédit d impôt recherche (CIR) Contrôle budgétaire sur le crédit d impôt recherche (CIR) Communication à la Commission des finances par M. Christian Gaudin, rapporteur spécial 25 mai 2010 De l utilité du soutien public aux dépenses

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

Qu est que le préficir et comment faire un rescrit CIR?

Qu est que le préficir et comment faire un rescrit CIR? Qu est que le préficir et comment faire un rescrit CIR? Atelier Financement de l'innovation, MAUD 06 juin 2013 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr LE PREFINANCEMENT

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 26 avril 2013

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 26 avril 2013 Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 26 avril 2013 Les étapes de la création du crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) Ø Pacte national pour la

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail