Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014"

Transcription

1 Les évolutions dans l application de la Directive Nitrates - Situtation au 1 er janvier 2014 L application de la Directive Nitrates en France est établie par un programme d actions national qui a fait l objet de l arrêté du 19 décembre 2011, complété et modifié par l arrêté du 23 octobre Le dispositif réglementaire s appuie également sur des programmes d actions régionaux qui comprennent des adaptations du programme national aux caractéristiques locales. De plus, le dispositif se base sur la définition de référentiels régionaux de mise en œuvre de l équilibre de la fertilisation azotée, établis sur la base des travaux conduits par les Groupes Régionaux d Expertise «Nitrate» (GREN). Allongement des périodes d interdiction d épandage, modification des durées de stockage des effluents Deux nouveaux arrêtés datés du 23/10/2013 relatifs à la Directive Nitrates ont été publiés au Journal Officiel le 31 octobre dernier. L un vient compléter l arrêté du 19 décembre 2011 relatif au programme d actions national à mettre en œuvre dans les zones vulnérables et apporte notamment des précisions quant aux modifications par rapport aux capacités de stockage des effluents azotés (fumiers et lisiers), à la production d azote épandable par les herbivores, aux conditions d épandage aux couvertures végétales. Le second, relatif aux programmes d actions régionaux donne des consignes en terme d allongement des périodes d interdictions d épandage pour les fertilisants azotés de type II et concerne donc les lisiers des ruminants. INSTITUT DE L ELEVAGE APPLICATION DE LA DIRECTIVE NITRATES SITUATION AU 1 ER JANVIER

2 Les applications nationales Modification des durées de stockage des effluents La capacité de stockage minimale est maintenant exprimée en mois et correspond à une valeur forfaitaire. Trois tableaux permettent de déterminer la durée de stockage réglementaire minimale à prévoir. Différents critères interviennent dans la détermination de cette durée minimale de stockage. Le premier critère concerne les catégories animales. Une distinction est faite entre les animaux laitiers (bovins, ovins et caprins), les animaux allaitants (bovins, ovins et caprins) et les bovins à l engraissement. Le second critère est lié aux types d effluents d élevage (type I= fumiers, type II = lisiers) 1. Le temps passé par les animaux à l extérieur est également un déterminant à prendre en compte. Pour évaluer la durée de présence des animaux à l extérieur, il faut faire la somme du nombre de mois où les animaux sont dehors en continu (jours et nuits - sans décompter la traite) et du nombre de mois cumulé où les animaux alternent entre l extérieur et le bâtiment (avec décompte de la traite cette fois). Enfin, la localisation de l exploitation est également nécessaire pour identifier la durée minimale de stockage. Pour connaître l appartenance d une région à une zone, consultez en ligne l Annexe VII (lien suivant) : exte=22&pagedebut=17736&pagefin=17760 ) Suite à ces modifications et selon les critères, les durées de stockage vont de 4 à 7 mois pour les effluents de type I et II. Des précisions devraient être apportées quant à l application de ces durées de stockage minimales pour les élevages comprenant en leur sein les différentes catégories animales (ex : bovins lait et viande). De même, le mode de calcul et les outils à utiliser seront proposés prochainement. RAPPEL Les fumiers compacts pailleux non susceptibles d écoulement et ayant passés 2 mois minimum sous les animaux ou en fumière peuvent être stockés 10 mois maximum en bout de champ. A NOTER Pour les élevages engagés dans un projet d accroissement, le délai de mise en œuvre de l arrêté est fixé au plus tard le 1er octobre 2016, ils doivent se signaler auprès de l administration. Pour les autres élevages, l arrêté est entré en vigueur au 01/11/2013. Les zones vulnérables en France 5 ème délimitation (source : Ministère de l Ecologie) 1 Fertilisants azotés de type I : les fertilisants azotés à C/N élevé, contenant de l azote organique et une faible proportion d azote minéral, en particulier les déjections animales avec litière, à l exception des fumiers de volaille (exemples : fumiers de ruminants, fumiers porcins et fumiers équins) et certains produits homologués ou normés d origine organique. La valeur limite de C/N supérieur à 8 est retenue comme valeur guide. Fertilisants azotés de type II : les fertilisants azotés à C/N bas, contenant de l azote organique et une proportion d azote minéral variable (exemples : lisiers bovin et porcin, lisiers de volaille, fientes de volaille, fumiers de volaille). La valeur limite de C/N inférieur ou égal à 8 est retenue comme valeur guide. 2 INSTITUT DE L ELEVAGE APPLICATION DE LA DIRECTIVE NITRATES SITUATION AU 1 ER JANVIER 2014

3 Les tableaux 1, 2 et 3 précisent les nouvelles valeurs de durée de stockage. Pour les animaux laitiers Tableau 1 : Capacités de stockage pour les bovins lait (vaches laitières et troupeau de renouvellement) et les caprins et ovins lait Type d'effluent d'élevage Temps passé à l'extérieur des bâtiments Capacité de stockage (en mois) Zone B et C Zone A Zone D Fertilisant azoté de type I (Fumiers) Fertilisant azoté de type II (lisiers) 3 mois 5,5 6 6,5 > 3 mois mois 6 6,5 7 > 3 mois 4,5 4,5 5,5 Pour les allaitants Tableau 2 : Capacités de stockage (en mois) pour les bovins allaitants (vaches allaitantes et troupeau de renouvellement) et les caprins et ovins autres que lait Type d'effluent d'élevage Fertilisant azoté de type I (Fumiers) Fertilisant azoté de type II (lisiers) Temps passé à l'extérieur des bâtiments Capacité de stockage (en mois) Zone A et B Zone C et D 7 mois 5 5,5 > 7 mois mois 5 5,5 > 7 mois 4 4 Pour les animaux à l engrais Tableau 3 : Capacités de stockage (en mois) pour les bovins à l'engraissement Type d'effluent d'élevage Temps passé à l'extérieur des bâtiments Zone A Capacité de stockage (en mois) Zone B Zone C Zone D 3 mois 5, ,5 Fertilisant azoté de type I (Fumiers) de 3 à 7 mois 5 5 5,5 5,5 > 7 mois Fertilisant azoté de type II (lisiers) 3 mois 6 6,5 6,5 7 INSTITUT DE L ELEVAGE APPLICATION DE LA DIRECTIVE NITRATES SITUATION AU 1 ER JANVIER

4 A NOTER Tout exploitant disposant de capacités de stockage inférieures aux valeurs minimales requises, peut justifier de sa situation par un calcul individuel prouvant l adéquation entre le fonctionnement de son exploitation et ses capacités de stockage, et lui permettant de respecter les interdictions d épandage sans risque pour la qualité des eaux Les calculs devront être mis à disposition de l administration pour l année en cours et également pour les deux campagnes précédentes (aucune information n est précisée sur le mode ou outil de calcul pour le moment). Pour les élevages engagés dans un projet d accroissement, le délai de mise en application de l arrêté est fixé au plus tard le 1er octobre Ils doivent se signaler auprès de l administration. Pour les élevages en régime de croisière, l arrêté est entré en vigueur au 01/11/2013. Tout exploitant pouvant prouver que son système d exploitation (pratiques, assolement ) nécessite des capacités de stockage inférieures aux valeurs minimales requises, peut recourir à un calcul individuel prouvant l adéquation entre le fonctionnement de son exploitation et ses capacités de stockage (respect des interdictions d épandage, sans risque pour la qualité des eaux ), les calculs devront être mis à disposition de l administration pour la campagne en cours et également pour les deux campagnes précédentes (aucune information n est précisée sur le mode ou outil de calcul pour le moment). Conditions d épandage : des contraintes pour les sols en pente Il n y a pas de modification particulière concernant l épandage par rapport aux cours d eau. L épandage de fertilisants azotés de type I et II reste interdit en zone vulnérable à une distance inférieure à 35 mètres des berges des cours d eau. Cette distance peut être réduite à 10 mètres lorsqu une couverture végétale permanente (sur 10 mètres de large) existe et qu elle n est pas fertilisée. En revanche, de nouvelles conditions d épandage par rapport aux sols en pente sont apparues. L épandage de fertilisants azotés de type II sur un sol dont la pente est supérieure à 10% est interdit. En cas de mise en place ou d existence d un dispositif (bande enherbée, boisée d au moins 5m) perpendiculaire à la pente et évitant le ruissellement, le pourcentage de pente au-delà duquel l interdiction d épandage s applique est porté à 15%. Concernant les éléments fertilisants azotés de type I et III l interdiction est appliquée pour des pentes de 15%, et le pourcentage est reporté à 20% lorsqu un dispositif perpendiculaire à la pente est en place pour limiter le ruissellement. A NOTER Des exceptions sont précisées dans le cadre de ces interdictions, notamment lors de la présence de culture pérenne et pour les prairies, selon certaines conditions (apports d effluents solides visant à prévenir l érosion des sols, dispositif perpendiculaire à la pente ). Un point a été rajouté relativement à l arrêté du 21/12/2011 concernant les couvertures végétales pour limiter les fuites d azote au cours des périodes pluvieuses, mais n impacte pas les capacités de stockage. 4 INSTITUT DE L ELEVAGE APPLICATION DE LA DIRECTIVE NITRATES SITUATION AU 1 ER JANVIER 2014

5 Les productions d azote épandable en hausse pour certaines catégories animales Des modifications ont également été apportées concernant la production d azote épandable par les herbivores. On peut noter : + 1 kg d azote par animal présent et par an, pour les vaches nourrices (sans leur veau) ainsi que les femelles et mâles de plus de 2 ans ; kg d azote pour les femelles et mâles en croissance, les bovins à l engrais de 1 à 2 ans ainsi que les vaches de réformes. réformes Pas de changement pour les autres catégories animales. Pour les vaches laitières une correction sur le mode de calcul de la production laitière a été apporté : «La production laitière en kg est obtenue à partir partir de la quantité annuelle de lait livrée, y compris en vente directe, exprimée en litres, divisée par le nombre de vaches laitières présentes dans l année puis divisée par le coefficient 0,92 afin de prendre en compte la différence entre lait produit et e lait livré et la conversion des litres en kg.» RAPPEL Tableau 4 : Production d azote épandable par es vaches laitières (kg d azote/an/animal présent) Production laitière (kg lait / vache / an Temps passé à l extérieur des bâtiments < kg à kg < 4 mois à 7 mois * 111* > 7 mois 104* 115* 126* > kg * La période «dérogatoire» fixée lors de l arrêté du 19/12/2011 a été prolongée. En effet, les élevages laitiers ayant plus de 75% de surface en herbe dans la surface fourragère principale utiliseront la valeur seuil de 95kg de N épandable /an/vache jusqu au jus 31 août A NOTER Des travaux sont en cours pour une demande de dérogation au seuil des 170 kg d azote/ha/an. INSTITUT DE L ELEVAGE APPLICATION DE LA DIRECTIVE NITRATES SITUATION AU 1ER JANVIER

6 Les applications régionales : Allongement des périodes d interdiction d épandage L allongement des périodes d interdiction concerne les fertilisants de type II dont font partie les lisiers. Il s applique également aux fertilisants azotés de type III (engrais minéraux) et doit être au minimum égal aux interdictions en vigueur pour les effluents de type I et II. Ces nouvelles dates d interdiction concernent certaines régions et/ou parties de régions uniquement (la Bretagne, la partie ouest des régions Pays de la Loire, Poitou-Charentes et Aquitaine, la partie sud de la région Midi-Pyrénées, Champagne Ardenne et la partie ouest des régions Franche Comté et Lorraine) et sont reprécisées dans les tableaux 1 et 2 ci-dessous. L objectif est de limiter les pertes par lessivage qui sont accrues pour les effluents liquides (type II). Ces changements ne sont pas sans conséquences sur les capacités de stockage des exploitations, l allongement allant de 0,5 à 3 mois selon le type de culture en place et les régions concernées. Pour plus d informations, se référer aux tableaux 4 et 5. Tableau 5 : Allongement des périodes d'interdictions d'épandage pour les fertilisants de type II pour la Bretagne, la partie ouest des régions Pays de la Loire, Poitou-Charentes et Aquitaine et la partie sud de la région Midi-Pyrénées Occupation du sol pendant ou suivant l'épandage (culture principale) Cultures implantées à l'automne ou en fin d'été (autres Colza) (1) Colza implanté à l'automne Maïs non précédé par une CIPAN ou une culture dérobée Maïs précédé par une CIPAN ou une culture dérobée Prairies implantées depuis plus de six mois, dont prairies permanentes, luzerne Allongement au début de la période d'interdiction (étéautomne) Du 1er juillet au 30 septembre Du 1er octobre au 14 octobre Du 1er octobre au 14 novembre Allongement en fin de période d'interdiction d'épandage (hiver) Du 1er au 15 Du 1er au 15 Du 16 janvier au 31 janvier (1) Cet allongement ne s'applique pas pour une prairie implantée à l'automne ou en fin d'été lorsque la culture est précédée par une CIPAN ou une culture dérobée, Dans ce dernier cas, le total des apports d'azote avant et sur la CIPAN ou la culture est limité à 50kg d'azote efficace/ha. Tableau 6: Allongement des périodes d'interdictions d'épandage pour les fertilisants de type II pour la partie est de la région Champagne Ardenne et la partie ouest des régions Franche Comté et Lorraine Occupation du sol pendant ou suivant l'épandage (culture principale) Maïs non précédé par une CIPAN ou une culture dérobée Maïs précédé par une CIPAN ou une culture dérobée Prairies implantées depuis plus de six mois, dont prairies permanentes, luzerne Allongement au début de la période d'interdiction (étéautomne) Allongement en fin de période d'interdiction d'épandage (hiver) Du 1er au 15 Du 1er au 15 Du 16 janvier au 31 janvier 6 INSTITUT DE L ELEVAGE APPLICATION DE LA DIRECTIVE NITRATES SITUATION AU 1 ER JANVIER 2014

7 Références des textes cités dans le document Arrêté du 19 décembre 2011 relatif au programme d'actions national à mettre en œuvre dans les zones vulnérables afin de réduire la pollution des eaux par les nitrates d'origine agricole Arrêté du 23 octobre 2013 modifiant l'arrêté du 19 décembre 2011 relatif au programme d'actions national à mettre en œuvre dans les zones vulnérables afin de réduire la pollution des eaux par les nitrates d'origine agricole Arrêté du 23 octobre 2013 relatif aux programmes d'actions régionaux en vue de la protection des eaux contre la pollution par les nitrates d'origine agricole Collection L Essentiel Document rédigé par :Elise Lorinquer, Sylvain Foray de l Institut de l Elevage Avec les avis de : Vincent Manneville, Jacques Capdeville, Jean-Luc Menard, Stéphane Mille, Jean- Baptiste Dollé, Marie-Catherine Leclerc de l Institut de l Elevage. Dépôt légal : 1 er trimestre 2014 c Tous droits réservés à l Institut de l Élevage Crédits photos : Institut de l Elevage Mars 2014 : Réf : n /ISBN INSTITUT DE L ELEVAGE APPLICATION DE LA DIRECTIVE NITRATES SITUATION AU 1 ER JANVIER

DREAL Bretagne. Directive nitrates 5 ème programme d'actions en Bretagne

DREAL Bretagne. Directive nitrates 5 ème programme d'actions en Bretagne DREAL Bretagne Directive nitrates 5 ème programme d'actions en Bretagne DREAL Bretagne Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement BRETAGNE www.bretagne.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant :

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant : DIRECTIVE NITRATES Argumentaires micro-économiques concernant : Le projet d arrêté complémentaire version du 23 octobre 2012 La révision des zones vulnérables Introduction La France est concernée par deux

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage

Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage Réglementations applicables aux exploitations agricoles Gestion des effluents d élevage et de fromagerie en élevage caprin Aspects réglementaires Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Réglementation

Plus en détail

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie)

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3 3.3 Environnement du site (Extrait photo aérienne) 4 3.4 Synoptique Eau 5 6 3.1 Contexte environnemental et sensibilités

Plus en détail

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an 29 Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an Il est important de rappeler que cette quantité ne traduit pas un droit à épandre mais un plafond : la quantité réelle à épandre est déterminée à partir de l

Plus en détail

Directive Nitrates. DDT de l Isl

Directive Nitrates. DDT de l Isl Directive Nitrates 5ème programme d actions d National et RégionalR DDT de l Isl Isère Rappel Directive nitrates et programme d actions d nitrates Afin de lutter contre la pollution des eaux par les nitrates,

Plus en détail

MEMENTO ELEVAGE. Réglementations à prendre en compte lors de la création ou de l agrandissement d un établissement d élevage

MEMENTO ELEVAGE. Réglementations à prendre en compte lors de la création ou de l agrandissement d un établissement d élevage MEMENTO ELEVAGE Réglementations à prendre en compte lors de la création ou de l agrandissement d un établissement d élevage (document DAF Réunion - dernière mise à jour novembre 2008) LEXIQUE AM : Arrêté

Plus en détail

programme d Actions Nitrates

programme d Actions Nitrates Les mesures du programme d Actions Nitrates dans les zones vulnérables de la région Bourgogne la bonne dose au bon endroit au bon moment la bonne dose au bon endroit au bon moment 2 La préservation de

Plus en détail

Hygiène en milieu rural

Hygiène en milieu rural DDASS d INDRE - et - LOIRE 2008 Dans ce document : Réglementation applicable aux élevages p. 2 Animaux-équivalents p. 2 Distances à respecter pour p. 3 l implantation d un bâtiment d élevage ou d engraissement

Plus en détail

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN Couverts DN et SIE groupes cultures juillet 2015 la Zone Vulnérable campagne 2014-2015 ZAR ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN 1 la Zone Vulnérable Projet d extension : Bassin Seine

Plus en détail

Réglementation sur les épandages en agriculture

Réglementation sur les épandages en agriculture 8 C H A P I T R E Réglementation sur les épandages en agriculture L agriculteur qui utilise une matière organique au champ est responsable des conditions de son utilisation au champ et il doit respecter

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Les mesures du programme d actions «nitrates» obligatoires dans les zones vulnérables de la région Midi-Pyrénées

Les mesures du programme d actions «nitrates» obligatoires dans les zones vulnérables de la région Midi-Pyrénées Les mesures du programme d actions «nitrates» obligatoires dans les zones vulnérables de la région Midi-Pyrénées Le programme d actions «nitrates» La directive dite «nitrates» adoptée en 1991 vise à réduire

Plus en détail

TUTORIEL. Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône. Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment?

TUTORIEL. Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône. Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment? Pré Dexel TUTORIEL Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment? Le Pré-Dexel est un outil gratuit mis à disposition

Plus en détail

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Le dimensionnement des ouvrages de stockage Règles de base au dimensionnement Les effectifs LE NBRE D ANIMAUX < AU

Plus en détail

EXPLOITATIONS D ELEVAGE : Obligations réglementaires concernant les effluents d élevage

EXPLOITATIONS D ELEVAGE : Obligations réglementaires concernant les effluents d élevage EXPLOITATIONS D ELEVAGE : Obligations réglementaires concernant les effluents d élevage JUIN 2012 SOMMAIRE Les régimes des exploitations d élevage : RSD, ICPE ou IED... p.1 Les démarches administratives

Plus en détail

Groupe Mixte de Concertation PAC

Groupe Mixte de Concertation PAC Groupe Mixte de Concertation PAC 22 Juillet 2014 Préfecture de la Charente-maritime 1 de la Charente-Maritime 1. Généralités: - Les contrôles éligibilité et conditionnalité de la PAC 2. Bilan de la campagne

Plus en détail

La liste des espèces protégées et menacées en France peut être consultée sur le site INTERNET http://inpn.mnhn.fr/

La liste des espèces protégées et menacées en France peut être consultée sur le site INTERNET http://inpn.mnhn.fr/ DOMAINE «ENVIRONNEMENT» FICHE ENVIRONNEMENT I CONSERVATION DES OISEAUX SAUVAGES, CONSERVATION DES HABITATS Quel est l objectif? Les espèces végétales et animales menacées et les habitats naturels remarquables

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2807 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 141 110 3022 juillet mai 2009 2013 S o m m a i r e Règlement

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

DOSSIER DE DECLARATION POUR LES ELEVAGES AU TITRE DES INSTALLATIONS CLASSEES (version août 2006)

DOSSIER DE DECLARATION POUR LES ELEVAGES AU TITRE DES INSTALLATIONS CLASSEES (version août 2006) Ministère de l'agriculture et de la Pêche Direction Départementale des Services Vétérinaires de la Dordogne Service de la Protection de l'environnement et de la Nature Rue du 26 ème RI - 24016 Périgueux

Plus en détail

CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS

CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS JOINDRE : - 1 demande de déclaration ou d'autorisation, - 1 plan de situation (1/25000 ème ) des bâtiments et des zones d'épandage,

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013 GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques Janvier 2013 1 Les thèmes abordés Les différents types de déjection Les capacités de stockage Le plan de fumure et le cahier d épandage

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

Evaluation stratégique environnementale du 5ème Programme d Actions Régional

Evaluation stratégique environnementale du 5ème Programme d Actions Régional Pour la DREAL Nord-Pas-de-Calais Evaluation stratégique environnementale du 5ème Programme d Actions Régional EVALUATION STRATEGIQUE ENVIRONNEMENTALE sur les nitrates DU PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL

Plus en détail

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016)

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Toutes filières PCAE INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Thème Critères Types d investissements concernés Observations Diagnostics

Plus en détail

Chapitre 25 Distances séparatrices relatives à la gestion des odeurs en milieu agricole

Chapitre 25 Distances séparatrices relatives à la gestion des odeurs en milieu agricole Chapitre 25 Distances séparatrices relatives à la gestion des odeurs en milieu agricole Table des matières 25 DISTANCES SÉPARATRICES RELATIVES À LA GESTION DES ODEURS EN MILIEU AGRICOLE... 25-3 25.1 OBJECTIFS

Plus en détail

SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales»

SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales» Version du 10 février 2015 SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales» Sous-mesure : 10.1 paiement au titre d engagements agroenvironnementaux et climatiques 1. Description

Plus en détail

DOMAINE DE LA BOUZULE

DOMAINE DE LA BOUZULE DOMAINE DE LA BOUZULE Un domaine expérimental pour imaginer et concevoir la ferme du futur ECOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D AGRONOMIE ET DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES AU SOMMAIRE La ferme durable de demain [3]

Plus en détail

Ministère de l'écologie et du développement durable

Ministère de l'écologie et du développement durable Ministère de l'écologie et du développement durable EVALUATION DES QUANTITES ACTUELLES ET FUTURES DES DECHETS EPANDUS SUR LES SOLS AGRICOLES ET PROVENANT DE CERTAINES ACTIVITES LOT 3 : EFFLUENTS D'ELEVAGE

Plus en détail

MAAF Version 03/2013. Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage (en lien avec une future demande de subvention PMBE)

MAAF Version 03/2013. Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage (en lien avec une future demande de subvention PMBE) Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage (en lien avec une future demande de subvention PMBE) Etat des lieux renseigné par l éleveur Zone vulnérable (dès lors que vous

Plus en détail

Mise à jour : Février 2013

Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation européenne en agriculture biologique et du cahier des charges Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation

Plus en détail

CONSTRUCTION EN ZONE AGRICOLE COMMUNE DE :

CONSTRUCTION EN ZONE AGRICOLE COMMUNE DE : CONSTRUCTION EN ZONE AGRICOLE COMMUNE DE : Monsieur, Madame, Vous souhaitez réaliser un projet de construction en zone agricole, à protéger en raison de son potentiel agronomique, biologique ou économique.

Plus en détail

Mode d emploi du site de l Assainissement et de la protection des Sols.

Mode d emploi du site de l Assainissement et de la protection des Sols. Mode d emploi du site de l Assainissement et de la protection des Sols. Contrats de valorisation d effluents d élevage et contrats de pâturage. CONTRATS Centre d action Nord Chaussée de Namur, 47 5030

Plus en détail

L élevage laitier se concentre dans les structures sociétaires de grande dimension économique

L élevage laitier se concentre dans les structures sociétaires de grande dimension économique - mai 2012 mai 2012 Pays de la Agreste L élevage laitier se concentre dans les structures sociétaires de grande dimension économique Avec 516 000 vaches laitières en 2010, la région Pays de la compte près

Plus en détail

LES «PAIEMENTS COUPLES»

LES «PAIEMENTS COUPLES» cap sur La pac 2015 2020 LES «PAIEMENTS COUPLES» La réforme de la politique agricole commune (PAC) permet à la France d amplifier le montant des paiements couplés à une production (c est-à-dire liés à

Plus en détail

«Nouvelle zone vulnérable»

«Nouvelle zone vulnérable» Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage (en lien avec une demande d aide à la construction, à la rénovation et à l aménagement des bâtiments d élevage) Etat des lieux

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

Décret du 11 mars 1999 relatif au permis d environnement

Décret du 11 mars 1999 relatif au permis d environnement Direction générale opérationnelle de l Agriculture, des Ressources naturelles et de l Environnement Direction générale opérationnelle de l Aménagement du Territoire, du Logement, du Patrimoine et de l

Plus en détail

Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur.

Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur. Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur. Il lui arrive parfois d être cité comme "responsable" dans la pénibilité du travail ou dans l expression de mauvais résultats techniques

Plus en détail

Questionnaire - Projet de méthanisation

Questionnaire - Projet de méthanisation Questionnaire - Projet de méthanisation Biogest Energie- und Wassertechnik GmbH Inkustraße 1-7/5/2 A-3400 Klosterneuburg, Autriche T +43 2243 20840 00 F +43 2243 20840 40 E office@biogest-biogas.com I

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014 L essentiel de la filière viande bovine française 2014 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation CHEPTEL Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n

Plus en détail

CHAPITRE 21 USAGES AGRICOLES ET FORESTIERS

CHAPITRE 21 USAGES AGRICOLES ET FORESTIERS CHAPITRE 21 USAGES AGRICOLES ET FORESTIERS 21.1 RÉSIDENCES AUTORISÉES 21.1.1 Dans toutes les zones agricoles 21.1.1.1 Règle générale Dans toutes les zones agricoles Aa, Ab, Ac et Ad, est prohibée toute

Plus en détail

Annexes Définition des variables présentées

Annexes Définition des variables présentées 72 Chiffre d affaires Somme des produits sur ventes, travaux à façon, activités annexes, produits résiduels, pensions d animaux, terres louées prêtes à semer, agritourisme, autres locations. Classe de

Plus en détail

Ordonnance du DFE sur les sorties régulières en plein air d animaux de rente

Ordonnance du DFE sur les sorties régulières en plein air d animaux de rente Ordonnance du DFE sur les sorties régulières en plein air d animaux de rente (Ordonnance SRPA) du 7 décembre 1998 Le Département fédéral de l économie, vu les art. 59, al. 4, et 61, al. 3 à 6, de l ordonnance

Plus en détail

SECTION 2 NORMES D'IMPLANTATION PARTICULIÈRES RELATIVES AUX ACTIVITÉS AGRICOLES

SECTION 2 NORMES D'IMPLANTATION PARTICULIÈRES RELATIVES AUX ACTIVITÉS AGRICOLES SECTION 2 NORMES D'IMPLANTATION PARTICULIÈRES RELATIVES AUX ACTIVITÉS AGRICOLES Sur l'ensemble du territoire couvert par le présent règlement, une distance séparatrice minimale doit être maintenue aux

Plus en détail

Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage

Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage (en lien avec une demande d aide à la construction, à la rénovation et à l aménagement des bâtiments d élevage) Etat des lieux

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013 L essentiel de la filière viande bovine française 2013 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n 1249/2008

Plus en détail

Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1

Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1 Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1 Dispositions générales Obligatoire pour la production, la transformation et la commercialisation des produits végétaux et animaux ( sauf aquaculture ) issus

Plus en détail

DOMAINE «ENVIRONNEMENT, CHANGEMENT CLIMATIQUE ET BONNES CONDITIONS AGRICOLES DES TERRES» SOUS-DOMAINE «BCAE» Fiche I

DOMAINE «ENVIRONNEMENT, CHANGEMENT CLIMATIQUE ET BONNES CONDITIONS AGRICOLES DES TERRES» SOUS-DOMAINE «BCAE» Fiche I Fiche I BANDETAMPONLELONGDESCOURSD EAU Les bandes tampons localisées le long des cours d eau protègent les sols des risques érosifs, améliorent leur structure et contribuent à la protection des eaux courantes

Plus en détail

Ce certificat généalogique relatif à un bovin contient les indications conformes à celles du modèle suivant :

Ce certificat généalogique relatif à un bovin contient les indications conformes à celles du modèle suivant : Annexe CHAPITRE I er. Conditions zootechniques pour le taureau dont le sperme est collecté, traité ou stocké en qualité de sperme de bovin reproducteur de race pure dans un centre de collecte agréé A.

Plus en détail

Règlement (CE) n 852/2004 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 relatif à l hygiène alimentaire

Règlement (CE) n 852/2004 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 relatif à l hygiène alimentaire DOMAINE «SANTÉ PUBLIQUE, SANTÉ ANIMALE ET VÉGÉTALE» SOUS-DOMAINE «SANTÉ - PRODUCTIONS ANIMALES» FICHE SANTÉ ANIMAUX I PAQUET HYGIÈNE RELATIF AUX PRODUCTIONS PRIMAIRES ANIMALES Quel est l objectif? Le règlement

Plus en détail

LES SPECIFICITES REGLEMENTAIRES DE LA CONSTRUCTION AGRICOLE

LES SPECIFICITES REGLEMENTAIRES DE LA CONSTRUCTION AGRICOLE LES SPECIFICITES REGLEMENTAIRES DE LA CONSTRUCTION AGRICOLE Filiale du Groupement de Défense Sanitaire 37 21 prestations de service dans 4 domaines: Conseils en bâtiments d élevage: conception, permis

Plus en détail

Epandage et stockage au champ des matières organiques

Epandage et stockage au champ des matières organiques biologiques en IdF Fiche Réglementation Epandage et stockage au champ des matières organiques Mise à jour : Mars 2013 La gestion des matières organiques sur une exploitation agricole est régie par plusieurs

Plus en détail

NOM du demandeur :... Prénom :... Profession :... Age :... Téléphone :...Email :...

NOM du demandeur :... Prénom :... Profession :... Age :... Téléphone :...Email :... Fiche de renseignements accompagnant la demande de certificat d urbanisme ou de permis de construire en zone agricole (Zone A ou N des PLU, N des Cartes communales, en dehors des «parties actuellement

Plus en détail

Une nouvelle réglementation pour les bâtiments d'élevage bovin

Une nouvelle réglementation pour les bâtiments d'élevage bovin Fourrages (1992) 130, 223-229 Une nouvelle réglementation pour les bâtiments d'élevage bovin M. Tillie. Le Premier Ministre a signé le décret plaçant les élevages de bovins laitiers, de vaches allaitantes

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

MAAPRAT Version 01/2012

MAAPRAT Version 01/2012 Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage (en lien avec une future demande de subvention PMBE) Etat des lieux renseigné par l éleveur JA Zone vulnérable (dès lors que vous

Plus en détail

Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées

Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées Contenu du décret «boues» n 97-1133 du 8 décembre 1997 relatif à l épandage des boues issues du traitement des eaux usées Art 1 : objet = définir les conditions d épandage sur sols agricoles, forestiers

Plus en détail

LE PREFET DE MAYOTTE CHEVALIER DE LA LEGION D HONNEUR

LE PREFET DE MAYOTTE CHEVALIER DE LA LEGION D HONNEUR PREFECTURE DE MAYOTTE Direction de l Agriculture et de la Forêt ARRETE N 92 /DAF/2007 portant modification du régime des aides aux agriculteurs LE PREFET DE MAYOTTE CHEVALIER DE LA LEGION D HONNEUR VU

Plus en détail

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre 2014 1 Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 Y. CAREL - Pôle Economie Systèmes de production - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre

Plus en détail

Chronique Juridique 18 juillet 2007 Pour parution Vienne Rurale du 27 juillet 2007

Chronique Juridique 18 juillet 2007 Pour parution Vienne Rurale du 27 juillet 2007 Chronique Juridique 18 juillet 2007 Pour parution Vienne Rurale du 27 juillet 2007 QUELQUES DISTANCES A RESPECTER Toujours dans un souci de maintenir de bonnes relations de voisinage, il est important

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

L agriculture dans la Marne

L agriculture dans la Marne L agriculture dans la Marne Edition 2007 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DIRECTION RÉGIONALE ET DÉPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE CHAMPAGNE-ARDENNE ET DE LA MARNE Service Régional

Plus en détail

Mise en œuvre de la protection des cours d'eau

Mise en œuvre de la protection des cours d'eau Mise en œuvre de la protection des cours d'eau Christian Mulders et Marc Reuter, Direction du Développement Rural Herresbach, le 7 septembre 2012 Législation = ensemble des lois concernant un domaine particulier

Plus en détail

La consommation d énergie directe des exploitations agricoles

La consommation d énergie directe des exploitations agricoles La consommation d énergie directe des exploitations agricoles Commission Environnement et développement durable 16 juin 2009 Les sources d informations au SSP Enquête sur la consommation d énergie des

Plus en détail

Agriculture biologique. Christophe MANSON, Mission Economique de Bucarest

Agriculture biologique. Christophe MANSON, Mission Economique de Bucarest Agriculture biologique en Bulgarie et Roumanie Christophe MANSON, 1 2 3 4 5 6 SOMMAIRE Réglementation Production Consommation Commerce extérieur Politique du Gouvernement Conclusions Bulgarie Réglementation

Plus en détail

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA REPÈRES SUR LE POSTE Il comprend : FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION Les bâtiment et équipements d élevage

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

PAC 2014-2020: Entre compromis européen choix français et points restant à préciser

PAC 2014-2020: Entre compromis européen choix français et points restant à préciser PAC 2014-2020: Entre compromis européen choix français et points restant à préciser Rappel des 4 objectifs de la PAC - Objectif alimentaire - Objectif environnemental - Objectif territorial - Une PAC simple

Plus en détail

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02»

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02» Direction départementale des territoires de l Isère Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats

Plus en détail

Quels enjeux principaux pour demain?

Quels enjeux principaux pour demain? Les bâtiments d élevage de ruminants Quels enjeux principaux pour demain? Jacques CAPDEVILLE / Institut de l Elevage 1 Une approche globale pour répondre à des enjeux multiples Eco-construction Investissement

Plus en détail

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Diagnostics de l exploitation Dans cette partie, vous devez réaliser un diagnostic, c est-à-dire que vous devez expliquer ce qui est bien et ce qui ne l

Plus en détail

de la Directive nitrates

de la Directive nitrates Le 5 ème programme d'actions Rhône-Alpes de la Directive nitrates (03/07/2014) Ce programme s'applique depuis le 23 mai 2014 dans les zones vulnérables. Ces zones présentent des teneurs en nitrates dans

Plus en détail

Fumier de bovin viande

Fumier de bovin viande Les fumiers 139 Fiche N 55 du guide des produits organiques en Languedoc-Roussillon. Version actualisée le 05/11/2011 Fumier de bovin viande Résultats issus d 1 prélèvement fait par les Chambres d Agriculture

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

DOMAINE «SANTÉ PRODUCTIONS ANIMALES» FICHE SANTÉ - ANIMAUX I PAQUET HYGIÈNE RELATIF AUX PRODUCTIONS. Quel est l objectif? Que vérifie-t-on?

DOMAINE «SANTÉ PRODUCTIONS ANIMALES» FICHE SANTÉ - ANIMAUX I PAQUET HYGIÈNE RELATIF AUX PRODUCTIONS. Quel est l objectif? Que vérifie-t-on? DOMAINE «SANTÉ PRODUCTIONS ANIMALES» FICHE SANTÉ - ANIMAUX I PAQUET HYGIÈNE RELATIF AUX PRODUCTIONS PRIMAIRES ANIMALES Quel est l objectif? Le règlement cadre européen 1 sur la législation alimentaire

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

AVIS Réf. : CWEDD/10/AV.509 29/03/2010

AVIS Réf. : CWEDD/10/AV.509 29/03/2010 AVIS Réf. : CWEDD/10/AV.509 29/03/2010 Permis pour l extension d une exploitation porcine en cycle fermé de 200 à 350 truies à PERWEZ DONNEES DE BASE Demande : - Permis unique - Rubrique : 01.23.02.02.03

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

GUIDE DU PRODUCTEUR DE LAIT

GUIDE DU PRODUCTEUR DE LAIT Filière Epoisses La production de lait destiné à l AOP Epoisses répond à des règles précises et originales qui participent au renforcement du lien au terroir d origine et à l amélioration de la qualité

Plus en détail

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire Juin 2014 Compte-rendu 00 14 301 027 collection résultats Carole Jousseins 1, Edmond Tchakérian 2, Catherine de Boissieu 3, Emmanuel Morin 4, Thomas Turini 5 1. Institut de l Élevage. Département Techniques

Plus en détail

LE BUREAU DE L'ASSEMBLÉE DE LA PROVINCE SUD

LE BUREAU DE L'ASSEMBLÉE DE LA PROVINCE SUD RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ASSEMBLÉE DE PROVINCE BUREAU N XXXX Date du XXXXX 2015 AMPLIATIONS Commissaire délégué 1 JONC 1 Archives NC 1 DENV 1 DIMENC DDR 1 1 XXXX 1 DÉLIBÉRATION relative aux prescriptions générales

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Les accidents et maladies professionnelles du régime des non-salariés agricoles 1 er, 2è et 3è trimestres 2013

Les accidents et maladies professionnelles du régime des non-salariés agricoles 1 er, 2è et 3è trimestres 2013 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD juillet 2014 Les accidents et maladies professionnelles du régime des non-salariés agricoles 1 er, 2è et 3è trimestres 2013 www.msa.fr

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES

GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES ID-SC-175 GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES 11.07.11 GUIDE PRATIQUE PRODUCTIONS ANIMALES HERBIVORES REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale = Art.14 du RCE 834/2007

Plus en détail

les consommations d énergie dans les systèmes bovins laitiers Repères de consommation et pistes d économie

les consommations d énergie dans les systèmes bovins laitiers Repères de consommation et pistes d économie S Y N T H È S E LORRAINE, ALSACE, CHAMPAGNE-ARDENNE les consommations d énergie dans les systèmes bovins laitiers Repères de consommation et pistes d économie Programme cofinancé par l Union européenne

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises Service Gouvernance et gestion de la PAC Sous-direction Gestion des aides de la PAC Bureau des Soutiens Directs 3, rue

Plus en détail

Environnement : quel impact de l évolution réglementaire sur les élevages? Claude AUBERT

Environnement : quel impact de l évolution réglementaire sur les élevages? Claude AUBERT Environnement : quel impact de l évolution réglementaire sur les élevages? Claude AUBERT Les aspects réglementaires ou administratifs Contraintes paysagères ICPE MTD Fertilisation Références CORPEN Directive

Plus en détail

Peuvent adhérer les éleveurs adhérents au GDS et à l'os de la race concernée.

Peuvent adhérer les éleveurs adhérents au GDS et à l'os de la race concernée. ACTION "BOVINS HAUT POTENTIEL" REGIONALE REGLEMENT INTERIEUR 2012 Article 1 - OBJECTIF DE l'action L'objet est de permettre aux éleveurs possédant des bovins de haute valeur génétique : de percevoir des

Plus en détail

Panorama de l Agriculture en Vienne 2012

Panorama de l Agriculture en Vienne 2012 Panorama de l Agriculture en Vienne 2012 Juillet 2013 Panorama de l agriculture en Vienne 2012 1 Sommaire Page Utilisation de l espace agricole... 1 Les surfaces agricoles en 2012... 2 Les exploitations

Plus en détail

Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole. Comité de pilotage du 11 octobre 2013

Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole. Comité de pilotage du 11 octobre 2013 Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole Comité de pilotage du 11 octobre 2013 2 Objectifs et méthodologie Objectifs de l étude A la demande du SGMAP et de Roland Berger Strategy Consultants, en

Plus en détail

n Ae 2013-53 Ae CGEDD Avis délibéré du10 juillet 2013 - programme d actions national nitrates complet page 1 sur 52

n Ae 2013-53 Ae CGEDD Avis délibéré du10 juillet 2013 - programme d actions national nitrates complet page 1 sur 52 Avis délibéré de l Autorité environnementale sur le programme d actions national nitrates (arrêté du 19 décembre 2011 et projet d arrêté le modifiant et le complétant) n Ae 2013-53 Avis délibéré n Ae 2013-53,

Plus en détail

Annexes Définition des variables présentées

Annexes Définition des variables présentées Définition des variables présentées Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. Actif circulant

Plus en détail