Thierry BOSCHERON, Responsable du développement chez Primefilm.com ;

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thierry BOSCHERON, Responsable du développement chez Primefilm.com ;"

Transcription

1 Internet et le cinéma Nouveau mode d exploitation et nouveau support de promotion Table ronde Ont participé à cette table ronde : Flore SEGALEN, Vice-Président Contenu et Production d AOL France ; Jean-David BLANC, Directeur d Allociné ;, Responsable du développement chez Primefilm.com ; Guillaume De POSCH, Directeur Général Adjoint en charge des programmes chez TPS ; Alexander SINGER, Auteur Réalisateur américain ;, Directeur du pôle audiovisuel de Wanadoo. La table ronde est animée par et, Directeurs éditoriaux d Initial Cut Interactive., Directeur éditorial d Initial Cut Interactive Nous évoquerons ce matin ce qu Internet peut apporter au cinéma et éventuellement ce que le cinéma peut apporter à Internet. Les rencontres cinématographiques de Beaune ont dix ans. Il y a dix ans, Internet était balbutiant. La version Web, accessible au grand public, n en était encore qu à ses prémices. Internet a traversé en dix ans au moins trois révolutions, passant d un outil au service de communautés à un outil potentiel d exploitation et de promotion des œuvres cinématographiques. Daniel Kapelian et moi-même représentons Initial Cut. Nous sommes tous deux scénaristes et créateurs sur les nouveaux médias. A travers la SACD, nous avons pensé que la fondation d une société de pré-développement était importante. En effet, contrairement au cinéma, pour lequel les circuits de production et de création des œuvres sont déjà installés, les nouveaux médias et la création directe sur Internet n étaient pas assez encadrés jusqu à maintenant. Initial Cut est donc une société de pré-développement qui aide les auteurs de ces nouveaux médias à proposer des projets et à sortir des standardisations abusives que l on constate dans les jeux vidéo, les produits multimédia voire certains produits Internet. Nous aidons les auteurs à accéder au marché en ayant une démarche d auteurs.

2 , Directeur éditorial d Initial Cut Interactive Nous avons œuvré depuis trois ans à la SACD pour la création d un département nouveaux médias, afin que les auteurs de ces nouveaux supports puissent se rencontrer. Or, on constate aujourd'hui qu à mesure que la création devient virtuelle, les rencontres réelles sont de plus en plus nécessaires. Depuis trois ans, nous avons instauré une soirée multimédia mensuelle à la SACD, au cours de laquelle les auteurs, créateurs, producteurs, diffuseurs et éditeurs peuvent se rencontrer. A la suite de ces rencontres sont nés des collaborations inédites et des projets innovants. Nous avons donc pensé qu une plate-forme comme Initial Cut était la réponse la plus pragmatique d une société d auteurs aux nouveaux médias. Nous allons jouer ce matin le rôle de modem, modérateur démodérateur. Le modem étant l instrument essentiel pour accéder à Internet, j espère que nous serons le modem vous permettant de vous adresser aux intervenants et inversement!, Directeur du pôle audiovisuel de Wanadoo Je suis ravi d être parmi vous. On sait que Wanadoo regroupe les activités Internet du groupe France Télécom, premier fournisseur d accès et premier dans le domaine des portables en France. Mais on sait moins que Wanadoo est assez engagé dans le domaine de la production audiovisuelle à travers des filiales de production comme Fit Production, qui réalise des séries pour différentes chaînes de télévision, France animation, deuxième société française de production d animation, ou Ideal Audience, qui réalise des documentaires. Notre pôle audiovisuel a aussi des compétences dans le domaine des jeux vidéo on ou off line et détient des participations dans des chaînes thématiques ainsi que dans TPS. C est au sein de ce pôle que nous réfléchissons au développement de nouveaux produits audiovisuels, adaptés notamment à l Internet à haut débit., Responsable du développement chez Primefilm.com Je suis réalisateur. Mon premier long-métrage, Sur un air d autoroute, est sorti cet été. Je travaille pour Primefilm, filiale du producteur de longs-métrages Playtime et de la société Internet Babel. Notre objectif est de combiner les compétences Internet et les compétences des producteurs de cinéma. J ai fondé le Primefilm festival, festival de courts-métrages sur Internet, avec le journal Libération. Je pense qu Internet est une formidable opportunité pour les auteurs. Le véritable enjeu est de donner au public le même accès permanent au cinéma et aux films que celui qui existe déjà pour la littérature. Guillaume De POSCH, Directeur Général Adjoint en charge des programmes chez TPS Le premier long-métrage de Thierry a été co-financé avec TPS que je représente aujourd hui. TPS (Télévision par Satellite) est à la fois éditeur et diffuseur de contenus, cinéma, sports ou services interactifs en numérique, par satellite pour l instant et par d autres voies par la suite. La diffusion Internet est au cœur de nos préoccupations. Nous l avons expérimentée récemment avec le payement à la séance, Pay per view, qui deviendra dans un ou deux ans la VOD, au cœur du débat d aujourd'hui. Flore SEGALEN, Vice-Présidente Contenu et Production d AOL France AOL France est un fournisseur d accès à Internet et opérateur de portails. Notre fusion avec Time Warner soulève la question du contenu qui sera diffusé par ces tuyaux. Aujourd'hui, nous proposons principalement des accès par modem et ligne téléphonique, mais nous poursuivons aussi des expérimentations sur le haut débit, le câble et l ADSL. Nous expérimentons ce que pourraient être les tuyaux de demain, qui permettraient de faire passer une quantité d informations beaucoup plus importante qu aujourd'hui, même si nous sommes encore

3 actuellement à un stade très expérimental. La technologie avance rapidement, mais le cinéma sur le net n est malheureusement pas encore pour aujourd'hui. Alexander SINGER, Auteur Réalisateur américain Les réalisateurs de ma génération ou plus jeunes haïssent en général Internet. Nous aimons en effet tout contrôler. Or Internet nous fait perdre une partie de ce contrôle. Je me suis rendu récemment à Corneguy Malon, une des grandes universités américaines spécialisée dans l informatique. On m avait invité à prendre la parole lors d une conférence à laquelle participaient également certains des grands pères fondateurs de l informatique. Ma femme et moi-même avions été invités à donner un cours à l intention d un groupe de jeunes, sur la création de matériels pour Internet. Nous n avions jamais fait cela et étions très réticents. Mais nous avons constaté que les personnes travaillant dans l art sont les mieux placées pour produire du matériel pour Internet. L idée était de rassembler dans le groupe des étudiants en informatique et en arts plastiques afin de maximiser les capacités créatrices des uns et des autres. Peut-être avez-vous déjà entendu parler d une telle démarche ailleurs, mais aux Etats-Unis cela était nouveau. Jean-David BLANC, Directeur d Allociné Allociné est divisée en deux départements. L un met en place des services sur des plates-formes, notamment sur Internet, pour la promotion du cinéma vis-à-vis du grand public. L autre permet aux distributeurs de films de fabriquer des sites assurant la promotion des films sur Internet. Nous devons nous interroger aujourd'hui sur ce que le cinéma attend d Internet et ce qu Internet peut apporter au cinéma. Il est important avant tout de comprendre que le public d Internet n est pas le grand public indifférencié. Internet est une culture, formée par des communautés d intérêts ou culturelles. Le cinéma doit aborder ces communautés selon des règles spécifiques respectées par les internautes, comme la gratuité. Ces règles pourraient conduire à un échec de la diffusion des films sur Internet faute de compréhension des communautés Internet. Nous allons devoir répondre aux questions suivantes. Quels films pour Internet? Evolution technologique et qualité de réception d Internet aujourd'hui. Quelle sera la qualité demain? Quels publics touche-t-on au travers d Internet? Comment promouvoir un film sur Internet? Quelles créations originales peut-on développer sur Internet? Nous répondrons à ces questions à travers quatre volets : partie technique ; exploitation et promotion des œuvres ; production ; création.

4 I. Partie technique Nous pouvons nous interroger entre autres sur la restitution de l image à l heure actuelle. Internet concerne-t-il uniquement la diffusion ou implique-t-il des processus de télécommunications? Peut-on parler d une technique stabilisée pour la diffusion de films sur Internet? La question de l Internet et du haut débit donne lieu à de formidables opportunités mais aussi à des discussions fantasmatiques sur les possibilités. L Internet classique permet de diffuser, avec une qualité plus ou moins bonne, des images vidéo et des animations. Mais le développement des produits audiovisuels sur Internet ne sera concrétisé que lorsque les connexions à haut débit se généraliseront. Lorsque la technologie sera stabilisée, on pourra regarder des images, par les différents supports d Internet comme le câble, le satellite ou l ADSL, dans des conditions qui se rapprochent de celles de la télévision, notamment en plein écran. Cela induit une nouvelle façon de considérer l écran d ordinateur. Par ailleurs, la façon de consommer va également être modifiée, grâce aux connexions forfaitaires. On pourra désormais rester connecté toute la journée et continuer à téléphoner simultanément. Des études récentes ont montré que 25 % des jeunes Américains ont en permanence l ordinateur et la télévision allumés en même temps. Ils zappent donc non seulement entre les chaînes de télévision, mais aussi entre les chaînes de télévision et Internet. Cela reflète le mode de consommation actuel de l audiovisuel. Nous nous trouvons aux prémices des connexions à haut débit. Les offres commerciales existantes vont prendre beaucoup d ampleur en 2001 et Le haut débit ne deviendra un vrai marché que d ici à 18 mois à 2 ans, mais ses potentialités seront considérables. Nous sommes tous en position d apprentissage vis-à-vis de ce nouveau média. Je partage cet avis quant à l idée d apprentissage et de laboratoire, que nous avons essayé de mettre en œuvre à Primefilm avec le festival du court-métrage. Nous avons créé un prix, avec entre autres Libération, Wanadoo, UGC, Kodak et Eclair. Nous nous sommes ainsi intéressés à la diffusion en Broad band sur Internet avec le haut débit. En France, personnes peuvent actuellement recevoir ce service. Aux Etats-Unis, en 1 an, 10 % des foyers se sont équipés. On peut donc supposer que d ici un ou deux ans cela représentera un marché significatif en France. Environ personnes se sont connectées par mois pour télécharger les films du festival, qui a duré six mois. Tous les mois, parmi neuf courts-métrages sélectionnés, deux étaient élus par les internautes. La remise des prix aura lieu à l UGC Ciné Cité Bercy le 16 novembre. Nous avons pu constater qu il existe une demande importante pour des films sur Internet et que le court-métrage, considéré globalement par le marché comme une offre faible, y fait aussi l objet d une demande forte. Ayant réalisé quatre courts-métrages, je trouve important que ces films puissent être vus. Cette constatation montre qu avec le Broad brand et Internet, nous pourrons toucher d autres types de spectateurs et d intérêts. Internet me semble donc une opportunité pour les films d auteurs, qui pourront être vus par des petites communautés. A l échelle mondiale, un premier film français qui ne sortirait pas en vidéo pourra être vu à New York, à Moscou, à Berlin ou à Londres. Ces petits marchés de niche pourraient permettre de créer un modèle économique servant le cinéma d auteur. Guillaume De POSCH Nous avons amorcé ce débat avec des considérations techniques, alors que la question fondamentale concerne l apport de ces technologies pour le consommateur. Celui-ci a-t-il un intérêt particulier à voir un film par des voies différentes des voies actuelles? Un des apports essentiels d Internet aujourd'hui est la fluidification du marché. Contrairement aux médias actuels, très compartimentés géographiquement, Internet permet de créer des

5 communautés d intérêts transnationales qui permettront à un spectateur américain d avoir accès instantanément au court-métrage d un réalisateur français. Un film peut être visionné sur Internet par deux méthodes. D une part, le streaming consiste en la diffusion d un film ou d un court-métrage par un serveur, sans enregistrement possible. D autre part, le téléchargement, avec les connexions actuelles en bas débit, peut prendre jusqu à une semaine pour un long-métrage! Aujourd'hui, la majorité des utilisateurs d Internet se connectent via leur modem et leur téléphone. Or une session Internet dure en moyenne dix à quinze minutes. Les courts-métrages sont donc un support privilégié de visionnage compte tenu de leur durée. La connexion à bas débit a induit un mode de consommation qui va être bouleversé par la connexion permanente et le Broad band. Le cinéma de demain doit être considéré du point de vue du Broad band. Mais nous devons aussi nous interroger sur la future configuration des systèmes, chez l utilisateur. Internet est aussi un moyen de transporter une image quel que soit le périphérique, qu il s agisse d un écran d ordinateur, d un écran plasma ou d un téléviseur. J aimerais que les intervenants nous renseignent à ce sujet et nous expliquent en quoi Internet peut servir ces modes différents de diffusion et d exploitation Flore SEGALEN Je pense qu il existera deux modes de consommation différents d Internet chez soi, soit sur un ordinateur soit sur un boîtier relié à un moniteur de télévision. La position de ces objets dans l appartement n est pas la même et implique des modes de consommation différents : l ordinateur est sur le bureau, alors que la télévision est dans le salon. Une étude montre qu il y a aujourd'hui 350 millions d internautes et prévoit que ce chiffre passera à 2 milliards d ici Or la majorité de ces personnes recevra Internet sur des éléments portatifs comme le téléphone wap ou les palm pilots. Internet se dirige donc aussi vers de très petits écrans dont ni la taille ni la qualité ne seront compatibles avec le cinéma. Jean-David BLANC Il faut distinguer la réception d une image via un réseau Internet et par satellite, câble ou antenne. L usage est en effet fondamentalement différent. Aujourd'hui, un émetteur décide des programmes que nous regardons et met une cassette dans un magnétoscope. Les téléspectateurs reçoivent le programme envoyé. Au contraire, avec Internet, c est le consommateur qui est aux commandes de ce magnétoscope, de chez lui. Chacun chez soi peut décider de ce qu il regarde et du moment où il souhaite le regarder. C est la différence fondamentale entre Internet et les canaux traditionnels. Quelles sont les conditions techniques requises pour qu un film soit exploité aujourd'hui sur le protocole Internet? Avec une ligne à haut débit, abonnement cyber câble ou ADSL, on peut aujourd'hui télécharger un programme de 7 minutes en environ 15 minutes. En streaming, on est dépendant du trafic sur Internet. Si de nombreuses personnes sont connectées, le programme ralentit et devient saccadé. En téléchargement au contraire, la durée varie en fonction du trafic mais, une fois que le programme est téléchargé, on peut le regarder normalement. Les fenêtres actuelles correspondent environ à une image en Elles peuvent être visionnées en plein écran, mais sont alors pixélisées, ce qui leur donne une qualité inférieure à celle du VHS. En revanche, dans ce format,

6 compte tenu de la distance entre l œil et l écran d ordinateur, les conditions se rapprochent de conditions normales de visionnage d un film. Il y a un et demi, cela était exclu. Or la vitesse et la qualité de la diffusion doublent tous les six mois. Les perspectives sont donc prometteuses. Il existe aujourd'hui une grande divergence entre trois formats de lecture sur Internet, le Real Audio, Quick Time et Windows Media Player. Où en est la compatibilité aujourd'hui et quelle est la guerre que se livre l industrie à ce sujet? Une bataille de normes très importante se joue en effet à propos des players qui permettent de visionner les séquences vidéo ou les films. De grands groupes veulent inventer des standards et les imposer. Un nombre croissant de personnes veulent jouer avec l image sur Internet. Une technologie s imposera donc forcément, à moins que des accords ne permettent de donner accès au maximum de personnes à un maximum d images. Par ailleurs, la culture Internet est fondamentalement liée au jeu et à une façon de gérer l information très différente de celle des médias classiques. Toutes les consoles de jeux aujourd'hui vont vers l Internet et vers des jeux massivement multi-joueurs, qui renforcent l esprit de communauté autour d un univers. Cette dimension, très importante dans le développement de l Internet, n est pas habituelle dans les milieux audiovisuels classiques. Guillaume De POSCH foyers français au maximum ont aujourd'hui accès à Internet à larges bandes, soit 0,5 % de la population. Cela reste donc extrêmement confidentiel. La vraie question ne concerne pas la tuyauterie mais le marché, les opérateurs, les créateurs et les producteurs. Or nous sommes loin d avoir répondu à cette question. Aujourd'hui, une connexion Internet via la ligne téléphonique s établit à des débits d au mieux 56 kilobits par seconde. En pratique, ces débits sont habituellement de 25 kilobits par seconde, compte tenu de la saturation des réseaux. L ADSL permet de décupler ce chiffre et d atteindre 500 kilobits à la seconde par voie téléphonique. Par le câble, le débit se situe entre 500 kilobits et un mégabit, contre 40 mégabits pour le satellite. La question centrale est d accélérer l alimentation des foyers. Radu MIHAILEANU Quel type de son reçoit-on lorsque l on télécharge un film : 2.0, 5.1? Le son est beaucoup plus léger que l image et peut donc être transmis sans dégradation. Nous envoyons des sons stéréos à 48 kilos pas du tout dégradés. Le son a toujours préfiguré l évolution de l image. La musique est un très bon indicateur. Avec le MP3 et des sites comme Napster, des internautes refusent de n avoir accès qu aux seules offres des majors et s échangent les musiques. Cela préfigure ce qui se passera ensuite avec les films. Les personnes ne se contenteront plus des 400 ou 500 longs-métrages toujours diffusés à la télévision mais voudront avoir accès à tous les cinémas.

7 L industrie se lance dans la fabrication de montres sur lesquelles on peut stocker la valeur de 150 CD. Or Sony a annoncé cette semaine, en collaboration avec Real Audio, la sortie d un nouveau format, le Real Audio 8, beaucoup plus performant et compressé que le MP3. La guerre est donc relancée. De la salle Guillaume De Posch pourrait-il rapporter les indications en mégabits par seconde à la qualité de la diffusion en télévision ou cinéma afin que nous puissions savoir à quoi cela correspond par rapport aux qualités nécessaires à la diffusion de contenus? Guillaume De POSH Un débit de quatre mégabits par seconde constitue un débit dit Broadcast, de qualité télévisuelle numérique. Le débit de 500 kilobits par seconde se situe un peu en dessous de la qualité VHS (750 kilobits par seconde). Quant à 40 mégabits par seconde, il s agit de haute définition. Thierry BOSHERON Le fait de n avoir que 500 kilobits par seconde n empêche pas de télécharger un film DVD. Cela augmente simplement le temps de connexion. Helma SANDERS-BRAHMS A quoi sert tout cela? Je me sens comme dans un débat du Moyen Age, lorsque les gens discutaient pour savoir combien d anges placer sur une aiguille! Aujourd'hui nous sommes arrivés à mille anges, mais nous ne nous interrogeons plus sur la qualité du contenu! Depuis 1968, la société ne se pose plus la question de l utilité de ces nouvelles technologies. Nous aborderons cette question, à laquelle nous tenons beaucoup, à la fin. II. Exploitation et promotion A la fin des années 80 à Orlando, une expérience de Vidéo On Demand, portant sur une dizaine de milliers de foyers, a été menée films étaient proposés à la carte. Or l étude montra que 80 % des demandes de films portaient sur les 10 films sortis dans l année. Le reste du catalogue était ignoré par les utilisateurs. Est-ce ce modèle de vidéo à la demande qui sera prôné sur Internet, ou la façon de distribuer le cinéma tiendra-t-elle compte des règles des communautés, très demandeuses d un certain cinéma? Qui exploite aujourd'hui des films sur Internet, et selon quel modèle? Thierry BOSHERON Les diffuseurs de films sur Internet sont encore très peu nombreux en France. Le marché n étant pas encore mûr et la qualité pas optimale, on est encore dans une phase d expérimentation. Les logiciels changent tous les trois mois.

8 Je viens de réaliser un premier film qui n est pas resté longtemps à l affiche. Une grande partie des films français ne sort pas en vidéo et 80 % des sorties en vidéo rapportent peu d argent au producteur. Au mois de décembre, Primefilm va donc organiser un mois du cinéma invisible. 10 longs-métrages introuvables, comme des premiers films n ayant pas trouvé leur public, seront mis en télépaiement. Nous souhaitons savoir quels types de communautés s intéressent à ces films, ainsi que ce que les gens sont prêts à payer et leur satisfaction quant à la qualité. Nous avons constaté l existence d une communauté intéressée par le court-métrage, qui réagit abondamment sur Internet. Les gens s inscrivent sur la mailing list et personnes communiquent tous les jours avec nous. Les clés de la diffusion sur Internet sont la diversité des actions menées et le fait que le public est très actif. J aimerais réagir à l étude montrant que les commandes de films portaient surtout sur les films les plus récents. Il existe en effet le grand public d un côté et d autres publics par ailleurs. J ajouterai, pour répondre à Helma Sanders-Brahms, que l opportunité du haut débit consiste à donner des plates-formes de diffusion qui n intéressent que des communautés. Il n est pas possible d intéresser la totalité de la population à un film Ouzbek. En revanche, on sait que des personnes s y intéressent à des titres divers et n ont pas la possibilité de voir ce genre de film sur les chaînes hertziennes ou même sur les chaînes thématiques de cinéma. On peut donc s adresser à des communautés de plus en plus réduites et mettre en place des échanges fructueux. Avec Internet, la notion de grand public n existe plus. La communauté prend une place croissante et nous permettra de retrouver des concepts communautaires que nous avions oubliés dans les Broadcast traditionnels. De la salle Vous ne vous demandez pas pourquoi ces communautés sont de plus en plus réduites. Cela est dû à la croyance insensée en la technologie. Il faudrait inventer des systèmes permettant à des films de survivre et aux gens qui les produisent de conserver leurs droits. Avec ce que vous présentez, nous allons nourrir les grandes sociétés qui nous mangent. En tant que professionnel, je pense que la possibilité de mettre en contact le maximum de publics, de la façon la plus diversifiée possible, avec le maximum d œuvres, est intéressante pour tous. Le court-métrage, qui avait jusqu à maintenant une audience très limitée, est un bon exemple de cela. Il existe en effet une adéquation entre la durée du court-métrage et le temps que l on peut passer sur Internet. C est une réponse à votre questionnement. Madame, je comprends votre préoccupation. Depuis qu Internet existe et que nous avons accès à tous ces outils de production et de création, nous bénéficions d une indépendance et d une liberté de création bien plus grandes qu auparavant. Nous n avons pas eu à recourir à l industrie traditionnelle pour exister. Internet a des aspects négatifs, mais c est aussi une formidable opportunité pour les créateurs et pour le public. Flore SEGALEN Le coût de transport des données étant extrêmement cher, le modèle de la diffusion de films sur Internet n est pas encore viable économiquement. Avant de savoir si cela peut fonctionner, il faut tester ce système sur des panels

9 plus larges et aller plus loin sur le plan économique et technologique. Dans le domaine de la littérature, certaines maisons d édition ont pu mettre en ligne des livres qui n étaient plus publiés et que l on peut maintenant télécharger. On a ainsi pu faire ressortir des titres qui rencontrent un petit public. L addition de ces petits publics aboutit à un marché significatif. C est la direction que prendra le cinéma sur Internet, une fois que ce marché sera équilibré économiquement. Alexander SINGER Un nombre croissant de productions atteignent un public plus vaste, ce qui aura certainement un impact positif sur les formats traditionnels. Nous sommes en effet contraints de remettre en cause ce que nous faisions depuis longtemps. Cela sera très stimulant pour toute l industrie. Je comprends la résistance de certains. Nous avions connu le même genre de résistance aux 19 ème et 20 ème siècles lorsque de nouvelles formes artistiques s étaient développées. Certes, Internet présente aussi des aspects moins intéressants, mais il faut effectuer un tri. Carl GOTTLIEB, scénariste et réalisateur américain, représentant de la Writers guild of America Les contenus, les méthodes de distribution et le public se sont développés de façon très importante depuis l arrivée des films vidéo et ont été repris par l industrie pornographique. Ce sont les films pornographiques qui se sont développés le plus sur Internet. Après avoir parlé de la production, un grand débat peut en effet s instaurer sur le contenu lui-même. Flore SEGALEN Les avancées technologiques sont faites sur les sites web pornographiques. Cela permet ensuite à d autres contenus de bénéficier de ces recherches qui coûtent de l argent mais en rapportent aussi, car la pornographie trouve toujours un large public. Guillaume De POSCH Il est vrai qu Internet permet de donner un second souffle au film. Les producteurs et réalisateurs présents dans la salle savent que globalement, le sort d un film est fixé dès le mercredi à 14 heures, après trois voire quatre ans de travail, ce qui est effrayant! Internet devrait donner la possibilité aux films d avoir une seconde vie, en leur permettant d être vus par des publics spécifiques. TPS a mené une expérience de payement à la séance ou de Vidéo à la Demande, en signant par exemple des accords avec des théâtres personnes ont pris un abonnement saisonnier pour 10 pièces de théâtre en Vidéo à la Demande. Ces personnes ne se seraient sans doute pas déplacées pour assister à des pièces mais le font via leur téléviseur. C est en agrégeant ces audiences que l on parviendra à donner un second souffle à des films qui n ont pas eu la chance d être suffisamment exposés en salles. Alain SCOFF Il me semble que l on oublie le spectacle. Les écrans sont de plus en plus réduits. On aboutit à une sorte d onanisme visuel, chacun regardant son propre écran. Je me souviens d avoir été très marqué lorsque j ai vu le premier film en cinémascope, La Tunique. L écran de Gaumont Parnasse était immense. Au contraire, avec Internet, on rétrécit l écran et on perd le contact avec le public, qui est pourtant l acteur principal du film vu en salle

10 Internet n induit pas une pratique aussi solitaire que la télévision. Le réseau permet de discuter à propos du film, parfois même en temps réel. Je ne partage pas votre opinion quant au spectacle. Le Projet Blair Witch a été le premier film à faire l objet d une exploitation multi plates-formes. Avant la sortie du film, une communauté s est créée sur Internet autour de son univers. Des milliers de gens se sont connectés sur ce site et ont commencé à correspondre. A sa sortie en salle, le film était donc déjà porté par toute cette communauté. Les salles de cinéma sont encore fréquentées, malgré les prototypes de montres, d organizers ou d ordinateurs avec des écrans, la télévision ou le home cinéma. Les objets satellites se multiplient autour de l œuvre cinématographique. Des personnes issues des nouveaux médias ont rejoint les équipes de cinéma. Le spectacle existe donc sous diverses formes. Richard DEMBO On ne peut pas désarticuler l objet projeté du lieu de sa projection. Un film est un objet plus grand que la vie, fait pour être regardé en levant la tête. On peut, de façon accidentelle, regarder son fantôme, sa désagrégation ou son souvenir sur un petit écran, mais ce n est plus le film. La taille de l image fonde le montage du film. Capra avait compris que le fait de multiplier la taille obligeait les acteurs à jouer 10 % plus vite pour obtenir des effets comiques. Il existe donc une relation fondatrice entre le tuyau, le format et l objet. Internet peut promouvoir un film ou être le cœur du bouche-à-oreille. C est d ailleurs une des utilités marketing intelligentes d Internet. Mais n oublions pas que notre public potentiel ne zappe pas sur 25 écrans, sur sa télé et sur Internet. Il a pris sa voiture pour venir s asseoir une heure trente devant un film. Ce n est pas le même monde! Il n est pas vrai que les écrans rétrécissent. Dans les salles de cinéma, ils sont de plus en plus grands. Les gens aiment le cinéma. Les chiffres de la fréquentation en France sont bons actuellement. Les spectateurs souhaitent de plus en plus avoir de grands écrans. Alain SCOFF La télévision a fait beaucoup de mal aux scénaristes. J ai peur que cela soit encore pire pour les films qui seront réalisés pour Internet. Internet offre la possibilité aux réalisateurs de stocker les films sur leur ordinateur et d avoir un contact direct avec le public. L écriture n est donc pas contrainte de la même façon qu à la télévision. Le système Napster permet aux utilisateurs, en se connectant à un serveur, d avoir accès aux ordinateurs des autres utilisateurs et à leurs discothèques, et de télécharger les morceaux de musique qu ils souhaitent sur leur propre disque dur. On découvre aujourd'hui la deuxième génération de ces serveurs peer to peer, particulier à particulier. Pour se connecter entre particuliers, il n est plus nécessaire en effet de passer pas un serveur, ce qui est une avancée technologique très importante. Un spectateur créant sa propre discothèque, vidéothèque ou librairie sur son disque dur peut devenir un micro-distributeur. Ce modèle risque de bouleverser le modèle actuel.

11 De la salle Je comprends la frustration des réalisateurs qui considèrent que, dès lors qu un film n est plus vu au cinéma, il devient un produit différent. Mais on peut être frustré également de penser que l on ne peut pas voir les œuvres que l on souhaite, du fait de la multiplication des intermédiaires et de l augmentation des coûts. On ne peut en effet demander à tout le monde de consacrer beaucoup d argent à des sorties très aléatoires. Internet permet de se passer d intermédiaires comme le vendeur, le producteur, le distributeur, le sous-distributeur vidéo ou les chaînes de télévision. J aimerais savoir s il est si peu onéreux de mettre un film en ligne sur Internet. Peut-on imaginer que les coûts croissent avec la qualité et que cette technologie soit limitée à ceux qui en ont les moyens? Par ailleurs, l appropriation de certains détenteurs de contenus par des tuyaux, à travers la fusion entre AOL et Time Warner par exemple, n est-elle pas une catastrophe? Comment ces tuyaux peuvent-ils rester aux mains des particuliers ou des producteurs pour leur public? Alexander SINGER A l heure actuelle, il n existe pas encore de business model qui permette la rémunération du travail des artistes, auteurs, réalisateurs ou musiciens. La solution à ce problème risque d être radicale. J ai même entendu parler d Etat aux Etats-Unis. Or lorsqu on prononce ce mot dans notre pays, c est la preuve que cela va mal! Les acteurs cherchent à mettre en place un modèle qui encadrerait ce type d activités. Flore SEGALEN La presse a relayé une crainte compréhensible quant à la collusion entre les contenus et les tuyaux et quant à la place qui serait laissée à ceux qui sont en dehors de ces mammouths. On craint que ces grands groupes ne promeuvent pas la création pas assez grand public et pas assez rémunératrice. AOL propose de la fourniture d accès au réseau mondial, Internet, qui est constitué d une multitude de serveurs dans une multitude de pays. Daniel Kapélian a montré comment chaque personne pouvait devenir elle-même un serveur. Les fournisseurs d accès ne sont que les tuyaux entre les ordinateurs particuliers et le réseau mondial, qui n appartient à personne. Ni la qualité des films sur Internet ni les tuyaux ne sont encore satisfaisants. Mettre sur le réseau un film de deux heures est onéreux. Il faudra certainement attendre 2002 ou 2003 pour que la technique soit au point. Lorsque les coûts le permettront, tous les films pourront être vus par tous les internautes. Les questions de droits et de référencement devront ensuite être réglées. Des moteurs de recherche devront permettre de trouver le film Ouzbek que l on recherche. Les indépendants pourront alors faire leurs propres films et les mettre sur le réseau. Le référencement consiste à associer des mots clés à une œuvre particulière pour la faire figurer dans les moteurs de recherche. Au-delà du référencement, aujourd'hui négligé par les internautes, vient la promotion. Existe-t-il une promotion particulière sur Internet pour les films de cinéma? On sait par exemple que BAC Films produit un site par film. L exemple Blair Witch est-il reproductible pour d autres films? Nous allons ainsi vous présenter le site de promotion du film Gladiator. Jérôme DIAMANT-BERGER Ne pourrait-on pas imaginer qu on puisse se regrouper dans un nouveau type de salles et vidéo-projeter des contenus passant par Internet?

12 Ce mode d exploitation est effectivement envisagé. Lors de la dernière Coupe du monde de football, chaque village avait organisé son système de retransmission du match. Internet peut servir à cela, d autant plus que le numérique ne s altère pas en copie. Cette question est intéressante. Dans les communautés virtuelles, chacun peut créer son propre avatar, c est-àdire s inscrire dans un objet qui le représente, et se mouvoir sous un pseudonyme dans un monde virtuel. Or on a constaté que les communautés virtuelles pouvaient faire se rencontrer les gens réellement. A la fin du deuxième monde de Canal, les gens se connectaient pour échanger des informations et se retrouver réellement dans Paris. Il me semble important que, dans des réunions comme celle d aujourd'hui, nous puissions débattre de vive voix de tous ces problèmes. Il est évident que rien ne remplacera la sortie en salle d un film et l émotion que l on peut ressentir dans une salle de cinéma. Mais on ne peut pas négliger non plus les autres modes de consommation de masse que sont d abord la télévision puis Internet. Beaucoup de personnes n ont accès au cinéma que par la télévision. La démonstration du site de Gladiator que vous allez voir n est pas du cinéma. Il s agit uniquement de l accompagnement promotionnel d un film. Il est intéressant de voir comment, on essaye de recréer un univers qui donne envie d aller voir le film en salles. La discussion sur l opportunité d exploitations sur Internet est un peu dépassée. Ces exploitations existeront de toute façon. En revanche, le véritable enjeu est de préserver la liberté d expression des réseaux. On se trouve aujourd'hui sur Internet à l époque des radios libres. Nous devons faire en sorte que ces réseaux ne soient pas dominés par des grandes puissances. On parle beaucoup de tuyaux, mais il faut savoir que beaucoup de petits plombiers détournent les tuyaux Les pirates sont une communauté assez importante sur Internet. Une démonstration du site Internet de Gladiator est projetée. Ce site, site officiel français de Gladiator, a été primé meilleur site de la semaine par Macromédia. Le site permet d avoir accès à des informations que l on ne trouve pas ailleurs. Il présente le synopsis, ainsi que des photos, des vidéos et des interviews originaux. La personne qui a réalisé le story-board a été interviewée spécifiquement pour le site. Les supports sont exclusifs pour Internet et sont fournis généralement par le distributeur. Des animations rendent le site ludique et permettent de jouer et de se déplacer sur une carte. Des jeux-concours sont organisés. Ce site a été signé avec le moteur de recherche Voilà et avec Wanadoo, qui appartiennent au même groupe. Les deux sites ont généré pages vues en quinze jours, ce qui est

13 conséquent. Sur Wanadoo.fr, vous pouvez actuellement découvrir un site de promotion du film de Patrick Braoudé, Deuxième vie, dont Wanadoo est partenaire. De la salle Combien la fabrication de ce site a-t-elle coûté? Les équipes qui réalisent ces sites étant intégrées au Groupe, il est difficile de déterminer un coût. De la salle Les sites sont valorisés entre et francs. Il existe des formules moins onéreuses. J aimerais ajouter que ce type de site très léché n est pas forcément, selon le type de film promu, la meilleure approche. Peut-être faut-il susciter le dialogue et les échanges. Les sites peuvent ressembler à des dossiers de presse ou au contraire être plus événementiels, comme Blair Witch. Internet permet d organiser des chats, au cours desquels les réalisateurs ou comédiens répondent aux questions qu on leur pose. Le phénomène autour du Projet Blair Witch est né d un vrai-faux mensonge. Les gens se sont connectés car ils souhaitaient savoir s il s agissait d un film ou d une fiction. Ce phénomène n a rien à voir avec Internet. Internet a uniquement apporté la possibilité aux gens de se retrouver pour communiquer et amplifier cette rumeur. Les producteurs du film ont utilisé Internet pour faire se retrouver des personnes qui ne se connaissaient pas. Pour Blair Witch, une scénarisation a été réalisée, en amont du tournage du film, autour de sa production. C est un travail d auteurs intéressant. D autres initiatives promotionnelles ont lieu en France et représentent une activité assez importante. Le Festival International du Film de l Internet (FIFI) a été créé il y a deux ans par Vinci Thomas et Mehdi Benjemia. En deux ans, ils sont parvenus à rassembler les créateurs de films courts et de films d animation les plus novateurs. La troisième édition aura lieu à Lille au mois d avril. Une démonstration du site du Projet Blair Witch est projetée.

14 Vous ne voyez ici qu une petite partie du site, la mise en scène d une vraie fausse légende. Au fil de la chronologie, l internaute peut consulter des documents. On explique ainsi qu en 1995 trois bobines ont été retrouvées aux alentours du cimetière et que les internautes pourront y avoir accès. Comme vous pouvez le constater, la qualité de la diffusion de la vidéo sur Internet s est améliorée en 1 an et demi. Guillaume De POSCH Il me semble que c est un jeu communautaire, mais que ça n est plus du cinéma. Considérez-vous que c est un film? Non, il s agit d un dossier de presse. Guillaume De POSCH Pourtant, ce film a été très médiatisé en tant que premier film mis sur Internet. Non, cela ne s est pas passé ainsi. Juste JACQUIN, metteur en scène Il me semble que l on manque de rêve et que l on réagit de la même manière que lorsque le son a été inventé et qu on l a refusé. Dans dix ans, sur un très grand écran, on pourra voir chez soi un grand film, avec des hauts parleurs. Il faut voir grand et non petit! On ne peut juger Internet aujourd'hui. Ce n est encore qu un laboratoire. On peut rêver que demain nous aurons tous un grand écran chez nous et que nous pourrons télécharger les films que nous souhaiterons regarder. Arrêtez de ne mettre en avant que les problèmes techniques ou de droits. Peutêtre la technologie va-t-elle trop vite, mais ce rythme va se ralentir. Ensuite, cela sera formidable. Arrêtons de ne pas rêver! III. Production Internet et les outils numériques rendent aujourd'hui la chaîne de production accessible à pratiquement toutes bourses. Le film 405, de deux réalisateurs américains, met en scène un avion se posant sur le capot d une voiture sur l autoroute 405. Ce film ne dure que trois minutes. Il a été réalisé pour francs avec un simple PC et une petite boîte de montage intégrée. Grâce au numérique, les coûts de production sont considérablement réduits. Internet réduit d autant plus ces coûts entre la production et la diffusion. En termes d exploitation des contenus, cette nouvelle méthodologie induit-elle de nouvelles lignes de programmes auprès des producteurs? On voit apparaître aujourd'hui des chaînes de télévision sur Internet reposant sur un système de production entièrement numérique. Elles annoncent des nouveaux formats de sitcoms pour Internet, dans lesquelles le public peut intervenir. Cette production numérique à coûts réduits engendre-t-elle de nouveaux standards de production?

15 On constate l apparition d une production très spécifique à Internet, très éloignée du cinéma classique. Cette production, très ludique, se fait souvent à base d animation et de petites histoires et développe une culture très libertaire. Elle représente l essentiel de la programmation des Web TV. A l avenir, les produits seront certainement de plus en plus souvent scénarisés et professionnels. Des courts-métrages, en particulier de jeunes auteurs, commencent à circuler de façon assez importante sur les Web TV. On constate la naissance d une superbe nouvelle vague, notamment française, dans le cinéma d animation. De studios indépendants font des films magnifiques. Certains qualifient le contenu de potache, dans l esprit de South Park, mais cette production, via l utilisation du software flash, représente un renouveau de l animation. Les auteurs et les créateurs d aujourd'hui deviennent producteurs. Liliane de KERMADEC, réalisatrice et productrice Vous avez dit que les réalisateurs de 405 ont réalisé leur film pour francs. Mais comment l ont-ils rentabilisé? Les réalisateurs n ont pas vendu le film mais l ont mis en circulation sur des sites. En trois jours, ce petit film que l on peut voir sur ecrannoir.com ou sur highfilm.com a provoqué films connexions. Ces deux jeunes ont fait frémir Hollywood et auront bientôt les moyens de mener des projets de plus grande ampleur. Liliane de KERMADEC Voulez-vous dire que demain ils pourront réaliser un vrai film grâce à Hollywood? Cela pourra être grâce à Hollywood ou grâce aux indépendants américains. Liliane de KERMADEC Cela signifie bien que ce film est un moyen de se faire remarquer pour sortir d Internet. Mais si l on reste sur Internet, il faut aussi récupérer son argent! Le but n est pas forcément de sortir d Internet. On peut aujourd hui naviguer librement du cinéma à Internet. Liliane de KERMADEC Ne faut-il pas récupérer les francs investis au départ?

16 En réalité ces réalisateurs n ont pas dépensé uniquement francs. Ils ont consacré 6 mois ou 1 an à ce travail, que l on ne peut pas chiffrer. Ce projet a peut-être coûté aussi cher qu un trucage classique. Liliane de KERMADEC Les sites que vous nous avez présentés coûtent très cher. Il s agit de promotion, et donc d un travail de distributeur. Si un premier film sur Internet ne rapporte rien, comment peut-on faire le suivant? Le Groupe musical Mes chaussures Rouges, qui n est signé sur aucun label, a vendu et produit lui-même disques en France. Ils ont profité d Internet pour se faire connaître et parviennent à exister aujourd'hui. Helma SANDERS-BRAHMS, réalisatrice Grâce à Internet, l extrême droite allemande a pu progresser de façon incontrôlable, faisant croître le nombre d actes racistes. Internet n est pas seulement un progrès, c est aussi un danger. Radu MIHAILEANU, réalisateur La naissance de nouveaux arts a toujours donné lieu à des expériences très intéressantes. Mais on sait que les problèmes n arrivent qu ensuite. Nous devons nous demander ce qui se passera lorsque trois ou quatre groupes domineront le monde et que l on ne pourra plus créer contre eux. On sait aujourd'hui que lorsqu on achète un DVD, on nous en propose d autres. Les grands groupes se serviront de cette sorte d audimat qui se met en place pour influencer la production en fonction du souhait de la majorité. Il sera très difficile de s y opposer si ces grands groupes dirigent les tuyaux. Comment pourrons-nous être libres? Par ailleurs, combien coûte la réalisation d un site Internet pour donner accès à un film? La mentalité profonde des Internautes est un peu aussi celle des Hackers, qui cassent les modèles tous faits et ne viennent pas là où on les attend. Radu MIHAILEANU C est le cas aujourd'hui, car Internet est un phénomène nouveau. Mais cela changera. Internet n est pas mobilisable par un groupe, ni au sens technique ni au sens culturel. La culture Internet est réfractaire à ce formatage. Une communauté de libre-échange des softwares existe aussi. Le meilleur exemple en est Linux, qui déploie une recherche et un développement partagés allant à l encontre de stratégies comme celles de Microsoft.

17 Pour contrer les problèmes d extrême droite et de pédophilie sur Internet, des réseaux ont été mis en place, comme le réseau américain d espionnage Echelon. Ce système fonctionne à partir du référencement de mots clés. Or un mouvement de résistance s est développé. Il a fait circuler la liste des mots clés, entraînant une profusion de mails qui a saturé le réseau. Richard DEMBO L éthique Internet a développé une morale, un refus du mensonge, la nécessité de payer le shareware. Elle est donc très positive et toujours respectée par des centaines de millions de gens. Même si cette éthique peut être détournée, comme sur les sites pornographiques, le phénomène big brother est structurellement impossible. Peu importe ce qui vient d en haut, puisqu on est libre de faire ce que l on souhaite en bas. Je ne crois pas qu Internet est le lieu privilégié du cinéma ou du spectacle, car il impose une trop grande réduction et simplification des outils. Cependant, il s agit d un outil prodigieux pour forger quelque chose de nouveau pouvant faire espérer une multiplication des échanges. Il me semble important de dissocier la visualisation et le transport, qui à l heure actuelle sont tous deux faits par Internet. Christophe BARRATIER, Galatée Films, producteur Le site de Gladiator est-il un outil de promotion ou un produit dérivé ouvrant une rémunération aux ayants droit? Il s agit clairement d un outil de promotion, qui oblige à recréer un produit nouveau, à partir d un univers. Cela peut aboutir à des projets très intéressants sur Internet. Il y a dix ans, le clip est apparu comme outil promotionnel de chansons. Or il est devenu un objet média en soit, qui alimente de nombreuses chaînes de télévision. La reconfiguration ludique et interactive d un univers dans la culture Internet permet de créer de nouveaux objets qui ne remplaceront jamais le cinéma mais seront très intéressants. De la salle Vous avez parlé de visites sur le site de ce film. Ces visites rapportent-elles de l argent, et si oui, à qui? Il s agit d un outil promotionnel basé sur un échange avec le distributeur du film. Il existe donc des flux commerciaux. Les créateurs et producteurs peuvent bénéficier de services professionnels. Le site Show-Biz Data par exemple est une base de données réservée aux professionnels. D autres sites permettent de faire du casting ou même du repérage on line, ce qui permet de faire des économies très importantes. On voit apparaître également des expériences de souscriptions pour le montage de films en ligne ou de lecture de scénarios par des petites communautés.

18 Christian LAMARCHE, CRRAV, Lille Le CRRAV gère deux fonds d aide à la production, l un pour le cinéma et la télévision, l autre pour les associations. Il y a quelques jours, un projet de long-métrage nous est parvenu pour le fonds d aide associatif. Il porte sur un jeu de rôle tournant très mal dans une ville désaffectée. Immédiatement après avoir lu le scénario, épatant, j ai proposé aux personnes de l association de les aider à prendre contact avec des producteurs. Mais ces personnes, qui ne demandaient que francs, ont refusé. Ce sont des amis, jeunes sortis d écoles de cinéma ou jeunes comédiens, qui travaillent ensemble depuis 1 an et souhaitent conserver cette organisation. Il est évident que si l on valorisait leur travail, les francs passeraient à 1,5 million de francs, mais ces jeunes préfèrent valoriser leur film sur Internet et lui donner ainsi une reconnaissance. Des jeunes essayent donc d entrer dans le cinéma en utilisant les outils numériques et Internet. Nicolas GESSNER, réalisateur Lorsque le contenu porte un enjeu universellement attachant, le débit minime et la mauvaise image, curieusement, n ont aucune importance. On peut alors se contenter d une mauvaise définition. Des œuvres de grande qualité peuvent passer aussi bien sur Internet ou au cinéma. Soyons donc universellement forts et émotifs, afin de pouvoir passer sur tous les médias. IV. Création Internet permet de diffuser des images en temps réel en provenance de web cams, très bon marché, que l on peut éventuellement piloter à distance. La question concerne ce que l on mettra en écriture pour Internet. S agira-t-il uniquement de l art de gérer les contraintes, comme le faible débit, la faible qualité de l image ou les communautés susceptibles de voir les films? Nous pensons plutôt que l on voit apparaître une nouvelle écriture, avec des films comme Dogma ou avec la génération Flash. Cette écriture instaure un jeu de l image entre le réel et le vrai faux réel, à la façon de Blair Witch. La production est-elle prête à encourager ce nouveau type d écriture? De nombreux auteurs vont en effet s emparer de ce média. Les formats sur Internet étant plus courts, les formats les plus généraux dans cinq ou dix ans seront peut-être ceux de vingt ou trente minutes. La caméra à 360 permet aux gens de se promener dans les séquences. Des auteurs écrivent des scénarios interactifs ou contenant des jeux. Dans les DVD des films, on peut désormais cliquer sur les séquences et entrer dans la fabrication des effets spéciaux. Beaucoup de nouveautés apparaissent. Ce qu on ne sait pas, c est comment rentabiliser et financer cela. Alain BERLINER, réalisateur Le court-métrage 405 me semble être un très beau cas d école. Pour une très petite somme d argent, ces personnes ont réalisé un effet spécial très compliqué consistant à re-modéliser en trois dimensions un Boeing qui utilise une jeep comme train avant d atterrissage Ce film est bluffant! Je l ai vu dans un studio d effets spéciaux, avec des gens payés très cher pour faire la même chose dans le système traditionnel qui se demandaient comment ces réalisateurs avaient pu faire. Cela apporte une liberté formidable. On peut réaliser un film de vrai spectacle pour une somme très modique. Pourquoi ne parvient-on pas à rentabiliser cela, comme Stephen King fait payer les chapitres de son dernier livre en ligne?

19 405 est un grand spectacle, mais il ne comporte pas de scénario. Alain BERLINER Le scénario n est pas plus bête que ceux de la majorité des grosses productions américaines à 90 millions de dollars! Je suis entièrement d accord avec vous. 405 a un scénario, il a été écrit. L intervention suivante de Richard Dembo, hors micro, est inaudible. Nicolas GESSNER Pour Lawrence d Arabie, on accepte des mauvaises conditions de diffusion. Après 10 minutes de film, le scénario est tellement prenant que l on oublie la petite image de mauvaise qualité. De la salle Dans ce cas, tu n as qu à lire directement le scénario! Alain BERLINER Quelle est la barrière technique qui empêche les réalisateurs de 405 de rentabiliser leur investissement autrement que par le fait que des producteurs de films traditionnels leur proposent d entrer dans le système traditionnel? Nous souhaitons à ces réalisateurs de conserver l esprit qui était attaché à ce film. L important est de souligner leur rôle d auteurs. Flore SEGALEN La majorité du grand public sur Internet est habituée à recevoir des contenus gratuitement. Les abonnements à Internet sont très peu chers, en France comme aux Etats-Unis. Dès lors que l on atteindra une qualité et une offre suffisantes, le mode de consommation de Vidéo à la Demande sera intégré et les gens seront prêts à s abonner pour voir des spectacles. Mais aujourd'hui il n existe pas vraiment d offre et les gens ne sont pas habitués à payer, même très peu.

20 Alain BERLINER Théoriquement c est possible. Cela marche très bien pour les sites pornographiques. Flore SEGALEN C est un très bon exemple. Comme pour le minitel, les gens s habituent d abord à payer pour la pornographie avant de payer pour d autres services. Pour l instant sur Internet, les gens ne sont pas prêts à payer pour autre chose que de la pornographie. Il existe ainsi de nombreuses offres extrêmement intéressantes et démocratiques de soutien scolaire en ligne, mais elles rencontrent peu de succès car les gens considèrent que tout doit être gratuit. Cela va certainement évoluer dans les années à venir, ce qui permettra d envisager un retour sur investissement. Alexander SINGER Nous ne pouvons pas savoir à l heure actuelle quelles offres se développeront, ni comment ce phénomène influencera certains domaines. Ainsi, Thomas Edison était surtout intéressé par le son, et non par l image. Il a demandé à l un se ses ingénieur, Dixon, d ajouter un dispositif à ses expérimentations pour améliorer le son. C est ainsi que Dixon a développé la caméra et la pellicule 35 millimètres, simplement comme appui pour le son. Lorsqu Edison a vu la première image synchronisée avec le son, il a préféré ne garder que le son. Les Frères Lumière ont repris cette expérimentation et ont développé autre chose. Les studios hollywoodiens sont actuellement très préoccupés par les avancées technologiques, car ils ne savent pas comment cela va évoluer. Je travaille avec une école pour déterminer comment nous pouvons renforcer l expression en utilisant Internet. Par ailleurs, nous n avons pas abordé l interactivité d Internet, qui bouleverse tout, car nous ne maîtrisons plus ce qui se passe. La nouvelle forme que peut prendre la narration audiovisuelle sur Internet ne doit-elle pas tenir compte des possibilités interactives? Dans son film I comme Icare, Henri Verneuil reprend une scène du psychologue anglais Stanley Milgram, dans laquelle un chômeur est amené à quasiment tuer, en lui donnant des coups de voltage successifs, un malade. Cette scène visait à montrer comment on peut être sous influence d une autorité médicale. J ai toujours pensé qu il s agissait vraiment d une scène interactive, la fiction permettant de mettre le spectateur dans la situation de la scène. D autres créateurs ne considèrent pas qu une fiction est interactive. Nous pouvons en débattre. La linéarité n est-elle pas une condition sine qua non de la fiction? Radu MIHAILEANU La multiplicité et le choix des points de vue me paraissent être des applications intéressantes d Internet. Nous sommes à l aube d un art inconnu. J ai découvert, dans une école de cinéma où j ai eu la chance de donner des cours, une nouvelle génération. Une grande révolution se produit. Nous avons en effet grandi avec la caméra sur l épaule, le point de vue étant celui de l œil. Or la jeune génération utilise le point de vue de la main, car la caméra se trouve maintenant dans la main. Je ne pense pas qu Internet menace les écrans de cinéma, sur lesquels les films continueront d être diffusés. Les films n arriveront sur Internet qu au moment que l on choisira ou au moment où un réalisateur ou un producteur, n ayant pas trouvé de distributeur, décidera de mettre son film sur Internet. Il ne faut pas confondre les films pour les écrans de cinéma, qu il faudra protéger, certes difficilement, et les films typiquement faits pour Internet, pour lesquels l écriture sera différente.

Marc BESNARD Sept. 2012

Marc BESNARD Sept. 2012 Marc BESNARD Sept. 2012 Table des matières INTRODUCTION... 1 1. Le marché de la VOD... 2 1.1. De la consommation illégale à la consommation légale... 2 1.2. Eviter le phénomène de VOD à prix bradé... 2

Plus en détail

la location de DVD nouvelle génération

la location de DVD nouvelle génération la location de DVD nouvelle génération Regarder des centaines de DVD depuis son canapé, sans sortir de chez soi, ni dépenser des fortunes c est possible. Il suffit de choisir ses DVD en ligne sur www.glowria.fr

Plus en détail

Ne restez pas simple spectateur.

Ne restez pas simple spectateur. Ne restez pas simple spectateur. Etude & Echantillon Une étude propriétaire AlloCiné réalisée par Médiamétrie en Mars 2010 via un questionnaire en ligne. 2 399 spectateurs (s étant rendu au moins une fois

Plus en détail

Ronan Bourgeois Directeur des Etudes 17 mars 2009

Ronan Bourgeois Directeur des Etudes 17 mars 2009 Le cycle de vie d un produit culturel Ronan Bourgeois Directeur des Etudes 17 mars 2009 Objectifs Mesurer l impact d Internet Observer le cycle de vie des produits culturels Mieux comprendre les rôles

Plus en détail

Pratiques de la VOD en France

Pratiques de la VOD en France Pratiques de la VOD en France Décembre 2006 Cette étude a été réalisée par : Novatris Sophie Dupouy, Isabelle Maurice 5-7 rue de Sahel 75012 Paris Tél. : 01.44.87.60.30 Fax : 01.44.87.60.31 www.novatris.com

Plus en détail

«La télévision tue le cinéma.»

«La télévision tue le cinéma.» «La télévision tue le cinéma.» Le téléspectateur a oublié depuis longtemps que regarder un film à la télévision, ce n est que regarder une mauvaise copie de l original. Jean-Luc Godard Les relations entre

Plus en détail

appel à projets webcréation loterie romande Cahier des charges

appel à projets webcréation loterie romande Cahier des charges loterie romande Cahier des charges Un appel à projet est lancé en collaboration entre le Swiss Web Program Festival et la Loterie Romande. L objectif est de permettre à de jeunes créateurs, scénaristes,

Plus en détail

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises VIDEO FADA un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises Le Cinéma Numérique Ambulant (CNA) est un réseau d associations, basées en Afrique et en Europe, qui a pour objectif d organiser

Plus en détail

La maison connectée grâce au courant porteur en ligne (CPL)

La maison connectée grâce au courant porteur en ligne (CPL) La maison connectée grâce au courant porteur en ligne (CPL) Introduction au réseau informatique Quel est l'intérêt de créer un réseau informatique? Partager les photos de son PC sur sa TV, imprimer depuis

Plus en détail

Initiation au montage video avec Movie Maker

Initiation au montage video avec Movie Maker Initiation au montage video avec Movie Maker Il existe différents types de fichiers vidéos, principalement en fonction de leur taux de compression. Les plus communs sont les fichiers «AVI», «MPEG», ou

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE PAR LA PRATIQUE

LA FORMATION CONTINUE PAR LA PRATIQUE C est quoi : le DLNA Partager ses photos, musiques et vidéos à l'intérieur de chez soi sur tous les appareils numériques de la maison, c'est possible avec le protocole DLNA. Peu à peu, il prolifère dans

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION FONDS DES MÉDIAS DU CANADA Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques Date : Le 28 juin 2011 Présentatrices : C. Briceno et J. Look À DES FINS DE DISCUSSION OBJET : Indicateurs

Plus en détail

Système de vidéosurveillance Guide de configuration

Système de vidéosurveillance Guide de configuration Guide de configuration Introduction Les technologies de vidéosurveillance ne sont plus considérées comme «nouvelles» de nos jours, puisque l on enregistre et archive des vidéos depuis maintenant de nombreuses

Plus en détail

Le jour le plus Court

Le jour le plus Court Le jour le plus Court La fête du court métrage pilotée par le Centre national du cinéma et de l image animée est parrainée par Jeanne Moreau, Jacques Perrin, Mélanie Laurent et Michel Gondry. Le 21 décembre

Plus en détail

Etude de marché de la Vidéo à la Demande en France

Etude de marché de la Vidéo à la Demande en France Etude de marché de la Vidéo à la Demande en France Présenté par : Damien Guiavarch Sommaire 1. Introduction... 3 2. Présentation de la VàD... 4 2.1 Technologie de la VàD... 4 2.2 La VàD dans le monde...

Plus en détail

Baromètre de l innovation Janvier 2015

Baromètre de l innovation Janvier 2015 Baromètre de l innovation Janvier 2015 Les pratiques culturelles des français et leurs usage s numériques Un baromètre BVA Syntec numérique Sondage réalisé par pour le Méthodologie Recueil Enquête réalisée

Plus en détail

Guide des fonctions avancées de mywishtv

Guide des fonctions avancées de mywishtv Guide des fonctions avancées de mywishtv Table des matières Présentation des fonctionalités avancées de mywishtv 3 Raccorder au réseau domestique et à Internet 4 Logiciel serveur dlna pour votre pc 6 Navigation

Plus en détail

Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte

Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte Composition de l échantillon : 1 ère vague de recrutement : 1004 foyers, soit 2440 individus

Plus en détail

Contribution de Direct 8

Contribution de Direct 8 Direct 8 31-32, quai de Dion-Bouton 92811 PUTEAUX CEDEX Consultation publique ouverte par le CSA pour la diffusion de services de télévision mobile personnelle par voie Contribution de Direct 8 15 mars

Plus en détail

STORYHACKATHON BRAND CONTENT. 48h pour imaginer des contenus innovants pour votre marque Mercredi 27 et jeudi 28 janvier 2015 à Bordeaux

STORYHACKATHON BRAND CONTENT. 48h pour imaginer des contenus innovants pour votre marque Mercredi 27 et jeudi 28 janvier 2015 à Bordeaux STORYHACKATHON BRAND CONTENT 48h pour imaginer des contenus innovants pour votre marque Mercredi 27 et jeudi 28 janvier 2015 à Bordeaux Créé à l initiatives de quelques acteurs aquitains des nouvelles

Plus en détail

3 / Pour en savoir plus

3 / Pour en savoir plus 3 / Pour en savoir plus / Fiches techniques / Le dégroupage d une ligne téléphonique P. 38 / Les débits P. 39 / Les équipements à domicile P. 40 / Communications électroniques et accès à la télévision

Plus en détail

Media Streaming avec Windows 7

Media Streaming avec Windows 7 Media Streaming avec Windows 7 Après avoir parlé des nouvelles possibilités réseaux de Windows, notamment des «Homegroups», pardon, des «groupes résidentiels, voyons comment ont été intégrées les possibilités

Plus en détail

Source: Total VoD http://www.totalvod.com/comment-ca-marche.html. Qu'est-ce que la VOD

Source: Total VoD http://www.totalvod.com/comment-ca-marche.html. Qu'est-ce que la VOD Source: Total VoD http://www.totalvod.com/comment-ca-marche.html Qu'est-ce que la VOD La Vidéo à la Demande (VoD) est un nouveau mode d accès, interactif, aux programmes de la télévision et du cinéma.

Plus en détail

AUDIOVISUEL ET MÉMOIRE

AUDIOVISUEL ET MÉMOIRE AUDIOVISUEL ET MÉMOIRE Projection comparative argentique/numérique [ Projection comparative d un extrait du film Cliente, de Josiane Balasko, en argentique et en numérique ] Marc VERNET, Professeur d études

Plus en détail

I. Présentation du secteur

I. Présentation du secteur Introduction Internet représente l avenir de la publicité. Pourquoi? Parce que ce média n est qu une immense plateforme de publicité. Rien n est laissé au hasard. - Yahoo met un film sur sa page d accueil.

Plus en détail

Se connecter à Internet

Se connecter à Internet 2 Se connecter à Internet 2 Se connecter à Internet 2.1 Choisir un fournisseur d accès à Internet Se connecter à Internet est devenu un véritable casse-tête, tant les offres des fournisseurs d accès sont

Plus en détail

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012 M me Marie Desplechin et le Comité de pilotage de la consultation pour un accès de tous les jeunes à l'art et à la culture Ministère de la Culture et de la Communication 182, rue Saint-Honoré 75033 Paris

Plus en détail

PLAYSTATION 3 versus XBOX360

PLAYSTATION 3 versus XBOX360 PLAYSTATION 3 versus XBOX360 Cet article vous est proposé par un site qui sert à rien KISSERARIEN Voici une présentation des 2 consoles "nextgen". Avec la guerre des prix qui fait rage entre Microsoft

Plus en détail

Exemples de contenus non définitifs et non exhaustifs. MIEUX COMPRENDRE POUR MIEUX VENDRE

Exemples de contenus non définitifs et non exhaustifs. MIEUX COMPRENDRE POUR MIEUX VENDRE Exemples de contenus non définitifs et non exhaustifs. MIEUX COMPRENDRE POUR MIEUX VENDRE 2011 Notre portail Smart TV a reçu la récompense «Best innovation» lors du CES 2011 en s appuyant sur son extrême

Plus en détail

Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009

Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009 Médias360 Les Chiffres-Clés de la Convergence 2009 LES DERNIERES TENDANCES MEDIAS ET NUMERIQUES Département Télécoms Cinéma et Comportements Médias Sommaire Contexte et Objectifs...3 Contenu du dossier...4

Plus en détail

REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE

REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE LE 1 JUILLET 2005 Paris, le 9 septembre 2005 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Lexique informatique. De l ordinateur :

Lexique informatique. De l ordinateur : De l ordinateur : Lexique informatique CD / Cédérom : CD (Compact Disc) contient des logiciels (dictionnaire, jeux, ) Clavier : permet de taper du texte, de la ponctuation, des chiffres et des symboles.

Plus en détail

LA NOUVELLE EXPÉRIENCE

LA NOUVELLE EXPÉRIENCE LA NOUVELLE EXPÉRIENCE ÉDITO Le Groupe propose depuis toujours des contenus exceptionnels basés sur un savoir-faire éditorial unique. Dans un paysage élargi où une infinité de programmes se dilue dans

Plus en détail

Votre réseau multimédia

Votre réseau multimédia Votre réseau multimédia Partie 2 Votre réseau multimédia Un réseau multimédia est constitué d appareils utilisés comme serveur ordinateurs équipés de logiciels serveurs, serveur sous Windows Home Server,

Plus en détail

Les Etudes Qualitatives Produits Nouveaux sur Internet. Jean-Claude ANDREANI, Groupe ESCP-EAP. Françoise CONCHON, Institut INSEMMA

Les Etudes Qualitatives Produits Nouveaux sur Internet. Jean-Claude ANDREANI, Groupe ESCP-EAP. Françoise CONCHON, Institut INSEMMA 1 Jean-Claude ANDREANI, Groupe ESCP-EAP Françoise CONCHON, Institut INSEMMA Les Etudes Qualitatives Produits Nouveaux sur Internet INTRODUCTION Les études qualitatives produits nouveaux menées sur Internet

Plus en détail

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe

Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Livre blanc de la SAA sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe Foire aux questions Novembre 2011 1. Qu est-ce que le Livre blanc de la SAA? La Société des Auteurs Audiovisuels

Plus en détail

Comment choisir son smartphone?

Comment choisir son smartphone? + Comment choisir son smartphone? Sommaire Ø Critère n 1 : l ergonomie Ø Critère n 2 : le système d exploitation Ø Critère n 3 : les capacités techniques Ø Critère n 4 : la connectivité Ø Critère n 5 :

Plus en détail

Caractéristiques et débits de votre ligne ADSL

Caractéristiques et débits de votre ligne ADSL Une documentation Côtière Informatique Mise à jour du 20/01/2014 Caractéristiques et débits de votre ligne ADSL Sommaire : 1) La face cachée de la technologie ADSL2+ page 1 2) Les caractéristiques de sa

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE PAR LA PRATIQUE

LA FORMATION CONTINUE PAR LA PRATIQUE Votre réseau DLNA Regarder un film ou des photos avec des amis agglutinés autour de votre ordinateur n est pas la solution la plus confortable. Aujourd hui, diffuser depuis votre téléviseur les photos

Plus en détail

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation :

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation : avec le soutien de «ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE nationale de sensibilisation : Génération Numérique Fiche technique Le cinquième baromètre et a été réalisé par Calysto dans le cadre de sensibilisation

Plus en détail

Le guide de l animateur des communautés :

Le guide de l animateur des communautés : Le guide de l animateur des communautés : Ce guide a pour objectif de vous aider au quotidien dans la gestion et l animation de votre communauté sur Viadeo. Pour cela vous trouverez dans un premier temps

Plus en détail

Comment obtenir Internet?

Comment obtenir Internet? Historique A la fin des années 60, le département américain de la Défense crée Internet (baptisé Arpanet à l époque) afin d établir entre tous les centres stratégiques des liens qui resteraient opérationnels,

Plus en détail

Dossier de presse Février 2009. Orange Vallée. L esprit «start-up» au service des clients d Orange

Dossier de presse Février 2009. Orange Vallée. L esprit «start-up» au service des clients d Orange Dossier de presse Février 2009 Orange Vallée L esprit «start-up» au service des clients d Orange L Editorial de Jean-Louis Constanza Président d Orange Vallée «Pourquoi une autre entité d innovation chez

Plus en détail

LE MEILLEUR DU DIVERTISSEMENT

LE MEILLEUR DU DIVERTISSEMENT le groupe canal+ ET Xbox 360 S ASSOCIENT POUR LE MEILLEUR DU DIVERTISSEMENT SUR Tout savoir sur le xbox live La passion sous toutes ses formes. Si la Xbox 360 est la console de jeu «haute définition» la

Plus en détail

Novembre 2012. Le spectateur et le cinéma numérique : quels nouveaux scénarii?

Novembre 2012. Le spectateur et le cinéma numérique : quels nouveaux scénarii? Novembre 2012 Le spectateur et le cinéma numérique : quels nouveaux scénarii? 01 Bilan 02 03 Le spectateur Les perceptions du spectateur 04 Conclusions Sommaire /01 2012, encore une année record? 2011:

Plus en détail

L enfant et la télévision

L enfant et la télévision L enfant et la télévision 1 2 L enfant et la télévision La télévision a de bons côtés : elle distrait, informe et documente. Elle peut être un point de départ à la discussion, elle permet de mettre des

Plus en détail

Comment diffuser vos vidéos sur Internet? Comment les proposer à la demande ou bien réaliser un direct visible du monde entier?

Comment diffuser vos vidéos sur Internet? Comment les proposer à la demande ou bien réaliser un direct visible du monde entier? > la vidéo sur internet Le guide pratique Comment diffuser vos vidéos sur Internet? Comment les proposer à la demande ou bien réaliser un direct visible du monde entier? Ce petit guide explique tout ce

Plus en détail

05 le développement de la VoD en France

05 le développement de la VoD en France 05 le développement de la VoD en France L offre de vidéo à la demande (VoD) continue de se développer en France. De nouvelles plates-formes se créent, les offres existantes s enrichissent. Les modalités

Plus en détail

Comprendre et améliorer son débit internet

Comprendre et améliorer son débit internet Comprendre et améliorer son débit internet Lorraine Pour une entreprise, accéder à Internet est devenu vital. Les débits et réseaux accessibles s avèrent néanmoins très variables d un territoire à l autre.

Plus en détail

Mise en concurrence Cahier des charges

Mise en concurrence Cahier des charges Mise en concurrence Cahier des charges Date : mercredi 23 mai 2012 1 Sommaire I. PRESENTATION GENERALE DU PROJET 3 A. CONTEXTE 3 B. HISTORIQUE 3 II. OBJET DE LA MISE EN CONCURRENCE 4 A. OUTILS ATTENDUS

Plus en détail

TABLETTE MPMAN MP724 : EMPORTEZ LE MONDE AVEC VOUS

TABLETTE MPMAN MP724 : EMPORTEZ LE MONDE AVEC VOUS TABLETTE MPMAN MP724 : EMPORTEZ LE MONDE AVEC VOUS Internet Nomade La tablette internet MPMAN MP724 est spécialement conçue pour une utilisation nomade. A tout moment accédez directement à Internet et

Plus en détail

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son)

Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique. Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Assises Professionnelles du Livre A l heure du numérique Place des médias au sein de l édition numérique (images fixes, animées et son) Animation : Nathalie BOCHER-LENOIR, Sejer/Editis Avec la participation

Plus en détail

Médiathèque Numérique, mode d emploi

Médiathèque Numérique, mode d emploi Médiathèque Numérique, mode d emploi 1) Inscription Sur la page d accueil du site, cliquez sur «Inscrivez-vous» Sélectionnez votre médiathèque sur le menu déroulant 1 Remplissez le formulaire d inscription,

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE

REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE SONDAGE SUR LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE Date: 27 juin 2011 Etude menée par Opinion Way pour les industriels du GITEP TICS Méthodologie Méthodologie Sondage quantitatif mené sur un échantillon de

Plus en détail

INTRODUCTION. Pourquoi construire une stratégie vidéo online?

INTRODUCTION. Pourquoi construire une stratégie vidéo online? 1 INTRODUCTION Pourquoi construire une stratégie vidéo online? Depuis du haut débit, la vidéo en ligne est le support de communication qui se développe le plus. le dernier rapport sur le trafic Internet

Plus en détail

Cadre d intervention de la Région Centre-Val de Loire pour le soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle

Cadre d intervention de la Région Centre-Val de Loire pour le soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle 1 Cadre d intervention de la Région Centre-Val de Loire pour le soutien à la création et à la production cinématographique et audiovisuelle Délibération CPR n 15.07.24.88 du 3 juillet 2015 Abroge et remplace

Plus en détail

Mitraillage publicitaire Séance 1

Mitraillage publicitaire Séance 1 Fiche pédagogique Thème : Choix et autonomie Niveau : Ecole (CM 1 et 2), Collège, lycée Durée : 50 Mitraillage publicitaire Séance 1 Personnes ressources : Infirmier scolaire, documentaliste, professeur

Plus en détail

Médiathèque Numérique, mode d emploi

Médiathèque Numérique, mode d emploi Médiathèque Numérique, mode d emploi 1) Inscription Sur la page d accueil du site, cliquez sur «Inscrivez vous» Remplissez le formulaire d inscription, et validez le. Votre inscription est alors bien enregistrée

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015)

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) Sommaire I - Soutien à la production 2 Œuvres cinématographiques de longue durée Œuvres

Plus en détail

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Regards croisés entre parents et enfants! - Principaux résultats -! Décembre 2012! Arnaud ZEGIERMAN Directeur associé az@institut-viavoice.com Aurélien PREUD HOMME

Plus en détail

Réaliser un clip vidéo à partir de vos photos

Réaliser un clip vidéo à partir de vos photos PHOTORECIT Vous rentrez de vacances et vous voulez créer un diaporama de vos meilleures photos. Seulement voilà, vous n y connaissez rien et la suite Office n est pas installée sur votre ordinateur. N

Plus en détail

FreePlayer et FreeMultipostes

FreePlayer et FreeMultipostes FreePlayer et FreeMultipostes la télé avec l'adsl mac club 06 démo de Roger Sonnati partie I ADSL par Free COMMENT CA MARCHE! Le réseau téléphonique français peut être figuré comme un immense filet de

Plus en détail

Longue traîne et diversité : les résultats du projet PANIC. 8 février 2013

Longue traîne et diversité : les résultats du projet PANIC. 8 février 2013 Longue traîne et diversité : les résultats du projet PANIC 8 février 2013 Star system et concentration industrielle Star system? Biens d expérience Economie de l attention prescriptions/recommandations

Plus en détail

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée PARTICIPANTS PLATEFORMES Allomusic VOD Mania Vaziva Orange Vidéo @ Volonté Beezik Universal Ecompil Fnac Arte VOD Quickpartitions Alter Musique Qobuz Every

Plus en détail

Médiathèque Numérique, mode d emploi

Médiathèque Numérique, mode d emploi Médiathèque Numérique, mode d emploi 1) Inscription Sur la page d accueil du site, cliquez sur «Inscrivez vous» Remplissez le formulaire d inscription, et validez le. 1 Votre inscription est alors bien

Plus en détail

Le service CinéGV permet de télécharger depuis une borne, des centaines de films ou séries TV, en 30 secondes sur clé USB ou carte SD.

Le service CinéGV permet de télécharger depuis une borne, des centaines de films ou séries TV, en 30 secondes sur clé USB ou carte SD. Le service CinéGV permet de télécharger depuis une borne, des centaines de films ou séries TV, en 30 secondes sur clé USB ou carte SD. Le client profite ainsi de sa vidéo sur son ordinateur portable, tablette

Plus en détail

Les usages du THD : quelques observations pour demain

Les usages du THD : quelques observations pour demain Les usages du THD : quelques observations pour demain Les objectifs de l étude sont de comprendre et de connaître les usages des utilisateurs de l Internet Très Haut Débit (TDH), mais aussi de voir en

Plus en détail

PROJET CYBER CENTER. - Un constat : - Une nécéssité : - Un projet :

PROJET CYBER CENTER. - Un constat : - Une nécéssité : - Un projet : Un constat : L Afrique est une terre riche mais maintenue dans le sous développement. Le sous développement des infrastructures crée du manque et de la pauvreté. Le manque d infrastructures laisse toute

Plus en détail

Modem Routeur Gigabit VDSL/ADSL Wifi Dual Band AC1600

Modem Routeur Gigabit VDSL/ADSL Wifi Dual Band AC1600 Performance et usage Wifi AC - Connexions Wifi ultra rapides 1600 DUAL BAND 300+1300 PORTÉE Vitesse Wifi 300 + 1300 Mbps Modem VDSL rapide pour des connexions fibres haut débit Détection automatique des

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMERIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Première édition - 4 e trimestre 2011 Un nouvel outil : Initié par la chaire Économie numérique de

Plus en détail

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision»

«Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» «Télé-réalité et classification juridique des émissions de télévision» Cécile-Marie Simoni Université de Corse, France La télé-réalité constitue actuellement un phénomène qui a complètement bouleversé

Plus en détail

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires)

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Seule une attitude commune et responsable des compositeurs permettra une défense de nos

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Sommaire. 1 Les différentes Xbox... 11. 2 La rétrocompatibilité... 23. 3 Bien débuter avec une Xbox 360... 37. 4 Le contrôle parental...

Sommaire. 1 Les différentes Xbox... 11. 2 La rétrocompatibilité... 23. 3 Bien débuter avec une Xbox 360... 37. 4 Le contrôle parental... 1 Les différentes Xbox... 11 La Xbox 360.................................. 13 Les caractéristiques techniques..................... 13 Les branchements et autres emplacements............... 14 La Xbox 360

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

Un voyage virtuel dans le temps

Un voyage virtuel dans le temps 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 Un voyage virtuel dans le temps Guide destiné au corps enseignant du secondaire I en vue de l utilisation pédagogique des chroniques suisses de www.ideesuisse.ch

Plus en détail

Windows 7 - Dossiers et fichiers

Windows 7 - Dossiers et fichiers Windows 7 - Dossiers et fichiers Explorez votre PC : dossiers et fichiers Tous les fichiers nécessaires au fonctionnement de votre ordinateur, qu il s agisse de ceux de Windows, des logiciels installés

Plus en détail

Médiathèque Numérique, mode d emploi

Médiathèque Numérique, mode d emploi Médiathèque Numérique, mode d emploi 1) Choisir son programme Vous pouvez choisir un programme : - parmi la sélection de votre médiathèque qui est sur la page d accueil du site mediatheque-numerique.com

Plus en détail

CRÉER ÉCOUTER DÉCOUVRIR PARTAGER

CRÉER ÉCOUTER DÉCOUVRIR PARTAGER CRÉER ÉCOUTER DÉCOUVRIR PARTAGER DOSSIER DE PRESSE - JUIN 2015 2 INTRODUCTION Plus de 10 ans après avoir subit une crise sans précédent, l industrie musicale est toujours en train de chercher des manières

Plus en détail

Présentation du projet de la médiathèque de Mauguio

Présentation du projet de la médiathèque de Mauguio Présentation du projet de la médiathèque de Mauguio Ce projet nous donne l opportunité de tester des scénarios auxquels nous réfléchissons depuis l ouverture de notre portail en octobre 2008 et la mise

Plus en détail

POPULATION REFERENCE BUREAU. Présentations ENGAGE GUIDE D UTILISATION, PRÉSENTATIONS DES PAYS UNE PRÉSENTATION ENGAGE

POPULATION REFERENCE BUREAU. Présentations ENGAGE GUIDE D UTILISATION, PRÉSENTATIONS DES PAYS UNE PRÉSENTATION ENGAGE POPULATION REFERENCE BUREAU Présentations ENGAGE GUIDE D UTILISATION, PRÉSENTATIONS DES PAYS UNE PRÉSENTATION ENGAGE REMERCIEMENTS Les présentations multimédia ENGAGE ont été créées par le PRB en coopération

Plus en détail

1 /// 9 Les médias solutions

1 /// 9 Les médias solutions 1 /// 9 Les médias solutions 1. les médias la presse écrite le public le divertissement la maison de la presse le bureau de tabac le quotidien le tirage la publication les faits divers la nouvelle locale

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section J Division 59

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section J Division 59 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section J Division 59 59 PRODUCTION DE FILMS CINÉMATOGRAPHIQUES, DE VIDÉO ET DE PROGRAMMES DE TÉLÉVISION ; ENREGISTREMENT SONORE ET ÉDITION MUSICALE Cette division

Plus en détail

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia Formations professionnelles De la création à la production transmedia Le savoir-faire du Transmedia Lab Le Transmedia Lab Nous avons la conviction que d ici 5 ans, 50% des productions audiovisuelles auront

Plus en détail

Windows 8 Module 3 Cours windows8 Dominique Bulté Sal e Informatique de Cappel e la Grande novembre 2013

Windows 8 Module 3 Cours windows8 Dominique Bulté Sal e Informatique de Cappel e la Grande novembre 2013 Windows 8 Module 3 7. L'indispensable fonction «Paramètres du PC» (3/3) Nous voilà arrivé à la dernière étape de notre tour d horizon des nombreuses options du module Paramètres du PC. Cet outil permet

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales

DOSSIER DE PRESSE. www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales DOSSIER DE PRESSE Du réseau social au local, c est capital! Contact Presse Julien Boissier contact@clubcapitales.com 06 09 69 51 98 Octobre 2013 www.clubcapitales.com www.facebook.com/clubcapitales QUI?

Plus en détail

Le Blog du Net. Animez vos photos avec Microsoft PhotoRécit 3. jmp@blog-du-net.net

Le Blog du Net. Animez vos photos avec Microsoft PhotoRécit 3. jmp@blog-du-net.net V ous avez toujours rêvé de créer facilement et rapidement une vidéo aux effets professionnels avec vos photos numériques pour la partager avec vos amis ou votre famille. Et bien, Microsoft Photo Récit

Plus en détail

Démarrez le Lecteur Windows Media

Démarrez le Lecteur Windows Media Le Lecteur Windows Media vous permet de rechercher et lire des fichiers multimédias numériques stockés sur votre ordinateur, de lire des CD et des DVD, ainsi que d afficher en continu du contenu multimédia

Plus en détail

PETIT MEMENTO D INTERNET

PETIT MEMENTO D INTERNET PETIT MEMENTO D INTERNET 2 SOMMAIRE 1 PRÉSENTATION D INTERNET...3 1.1 AUX ORIGINES DU RÉSEAU MONDIAL... 3 1.2 COMMENT ÇA MARCHE?... 4 1.3 COMMENT ÊTRE RELIÉ À INTERNET?... 4 1.3.1 Les "gratuit-gratuits"...erreur!

Plus en détail

Réseau multimédia Alvidis automatique. Communiquez en toute liberté

Réseau multimédia Alvidis automatique. Communiquez en toute liberté Réseau multimédia Alvidis automatique Communiquez en toute liberté Accessibles sur toutes vos prises RJ 45 Téléphone TV * TV, téléphone et internet par câble ** Equipements multimédias *** * TV hertzienne,

Plus en détail

«ATELIER RACONTÉ» : LE VJING

«ATELIER RACONTÉ» : LE VJING LES ARTS NUMÉRIQUES L'Atelier Auteur «ATELIER RACONTÉ» : LE VJING Romuald Beugnon Date 2010 Descriptif Témoignage d'un réalisateur intervenant sur le Vjing : présentation d'une démarche menée dans le cadre

Plus en détail

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile Rapport d étude quantitative De : Nicolas SAINTAGNE / Azyadée BAKA A : IAB FRANCE Contexte & Objectifs Contexte & Objectifs Fort d une

Plus en détail

Médiathèque Numérique, mode d emploi

Médiathèque Numérique, mode d emploi Médiathèque Numérique, mode d emploi 1) Se connecter au service Il vous suffit de vous rendre sur le site Internet de votre médiathèque, de vous connecter avec l identifiant et le mot de passe délivrés

Plus en détail