Réflexion sur l éducation...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réflexion sur l éducation..."

Transcription

1 Vendredi 28 août N 80 Réflexion sur l éducation... Le 1er Hebdomadaire catholique gratuit. «Les communicateurs catholiques doivent relever le défi de plus en plus grand de présenter la sagesse, la vérité et la beauté de l Evangile dans un langage capable de toucher les esprits et les coeurs des innombrables personnes en quête de sens et de direction dans leurs vies, en tant qu individus et membres de la société» Pape François. IHS News est un service de presse en ligne indépendant s appuyant sur un réseau de 1500 correspondants.

2 2 France International Vendredi 28 août 2015 L éducation permet-elle l accès à un emploi stable? Article initialement publié le 17 décembre L Organisation international du Travail (OIT) a rendu public une nouvelle étude, intitulée «Is education the solution to decent work for youth in developing economies?» montrant le lien entre éducation et travail non vulnérable. Selon l enquête réalisée dans 28 pays du monde en 2012 et 2013, l enseignement supérieur constitue «une garantie relativement fiable» pour obtenir un emploi. Cependant les auteurs notent que les études ne sont pas un gage de réussite sur le marché du travail et ce d autant plus que le pays est développé. Dès lors, Theo Sparreboom, auteur de l étude, affirme «augmenter le niveau d éducation ( ) dans les pays en développement ne suffira pas à lui seul à garantir l intégration des travailleurs hautement qualifiés dans des emplois non vulnérables, pourtant, il est clair que de continuer à pousser des jeunes sous-éduqués, sous-qualifiés, vers le marché du travail est une situation sans issue, à la fois pour le jeune qui reste cantonné à vivre au jour le jour grâce à un emploi précaire, et pour l économie qui n a pas grand-chose à gagner en termes d accroissement de la productivité du travail.» L étude souligne aussi que la nature de «l inadéquation des compétences» varie beaucoup entre économies avancées et pays à faible revenu. Dans les économies avancées, «l inadéquation» fait souvent référence à la «suréducation», c est-à-dire à la difficulté d absorber des jeunes hautement qualifiés qui doivent alors accepter des postes pour lesquels ils sont surqualifiés. Au contraire, dans les économies à faible revenu, le principal problème demeure la «sous-éducation» des jeunes travailleurs qui n ont d autre choix que d accepter des emplois précaires dans l économie informelle. En conclusion, la Directrice du Département des politiques d emploi de l OIT, Azita Berar Awad estime que «le rapport confirme le rôle déterminant de l éducation dans les performances des jeunes sur le marché du travail. Il rappelle aussi la nécessité d investir davantage dans un enseignement de qualité, de l école primaire au stade universitaire». La Corée du Sud et le dilemne de l éducation critiqué un tives entraînant l innovation». mais aussi former des esprits cri- système hautement compétitif privilégiant l accumu- Désormais la péninsule va donc chercher non seulement à former des techniciens, mais également des créatifs afin d assurer l avenir du pays, car comme l affirme tiques capables de se remettre en question et d innover pour assurer l avenir de l ensemble de la société. lation de connaissances plutôt que le déve- Mme Park, le futur de chaque personne et de la nation dépend de la créativité et de l innovation, et non de la possession des Cette déclaration ne peut qu être soulignée, notamment par rapport à un pays comme la France Article initialement publié le 4 novembre Classé parmi les premiers dans les concours internationaux comme le célèbre classement Pisa, le modèle sud-coréen n hésite pas à se remettre en question pour viser l excellence. loppement personnel. Pourtant, dans le cadre de son discours d ouverture d un symposium sur l innovation dans l éducation, organisé par la Banque de Corée et la Banque mondiale, la présidente sud-coréenne Park Geun-hye a indiqué la nouvelle orientation de son pays: «notre éducation connaissances. Il est à noter que même s il ne s agit pas de réelles réformes, le pays, malgré ses bons résultats, reste ouvert aux critiques et cherche à s améliorer. Il prend conscience que l éducation est l avenir d un pays et qu elle doit assurer non seulement la trans- dont les résultats ne cessent de baisser mais qui préfère remettre en cause le système de classement plutôt que de rechercher ses propres erreurs. Si la réussite ne se mesure pas uniquement au regard de notes, on ne peut sans cesse arguer que le système est défaillant pour justi- Ainsi, l'on a ici même, souvent doit être la source d idées créa- mission des connaissances, fier sa médiocrité.

3 Vendredi 28 août 2015 International 3 Un enseignement de plus en plus cher. Article intialement publié le 26 la Commission souligne que les droits d'inscription au cours des le prestige et les règles en ma- juin 2014 bourses et/ou les prêts sont es- 15 dernières années dans neuf tière d'accréditation, influent sur L illogisme en matière éducative sentiels pour compenser les ef- pays qui utilisent des modèles la façon dont les établissements n est plus un scoop. Alors que fets négatifs des droits ou des de financement différents [Alle- agissent. l on s oriente chaque jour un hausses de droits sur les inscrip- magne, Autriche, Canada, Co- peu plus vers le diplôme de fin tions universitaires. rée du Sud, Finlande, Hongrie, Ainsi donc, si l étude montre d étude pour tous, une nouvelle Pologne, Portugal et Royaume- que l augmentation n a pas d im- étude européenne tend à prou- «Les droits d'inscription consti- Uni]. pact valorisant sur le niveau des ver que l augmentation des frais tuent une réalité pour une grande études, certains l envisagent d inscription dans les universi- partie des étudiants européens - Pour les établissements d en- tout de même pour favoriser le tés n aurait pas d impact sur le et un sujet de controverse», a seignement supérieur, la mise niveau du cursus??? Par ail- nombre d inscriptions mais per- déclaré Androulla Vassiliou, com- en place de droits d'inscription leurs, alors que le modèle de mettrait en revanche d apporter missaire européenne chargée de se traduit généralement par une l enseignement gratuit et obli- un meilleur enseignement l'éducation, de la culture, augmentation des gatoire est sans cesse remis en de la jeunesse et ressources avant, on diminue le niveau de L'étude «Les changements dans des sports. t o - cet enseignement qui ne permet- le partage des coûts ont-ils un «Cette tra donc aucun débouché réel impact sur le comportement des étude par lui-même et dans le même étudiants et celui des institutions r e - temps, on cherche à augmenter de l'enseignement supérieur? met en le niveau de l enseignement se-» révèle que, même parmi les ques- condaire qui lui est payant. On étudiants issus des catégories socio-économiques inférieures, la hausse des droits d'inscription n'est pas un problème sauf en cas de variation d'une ampleur exceptionnelle. Or si nous ne nous attarderons pas sur ce point, il est à noter que certaines universités européennes ont déjà augmenté de manière impres- t i o n certaines hypothèses communément admises et fournit des éléments précieux pour alimenter le débat en cours au sein de l UE concernant la meilleure manière de financer l enseignement supérieur pour que les établissements offrent le meilleur ensei- tales. Toutefois, les nouvelles recettes provenant des droits ne sont pas toujours investies dans des mesures en faveur de la qualité de l'enseignement telles que la création de nouveaux postes d enseignants, rapporte l'étude. creuse donc l écart entre la fin du lycée et l enseignement supérieur tout en préconisant un système de notation qui élimine la notion d échec Cela annonce quelques grosses déconvenues aux jeunes gens qui quittent le lycée et cela augmente les inégalités puisque l enseignement gratuit rendra de moins en moins sionnante leurs droits d entrée (l exemple flagrant étant Oxford qui est en train de s aligner sur les tarifs étasuniens) Une augmentation légère peut par contre se traduire par une baisse des inscriptions des étudiants les plus âgés. L'étude de gnement possible à un nombre croissant d étudiants, tout en garantissant un accès équitable», a-t-elle continué. L étude financée par la Commission et réalisée par des chercheurs indépendants a analysé l impact de l adaptation des Enfin, il ne semble pas que les droits d'inscription rendent les systèmes universitaires publics plus réactifs à l'évolution de la demande (par exemple par le développement de nouveaux types de programme): de nombreux facteurs, dont la tradition, apte à suivre un cursus supérieur. L égalitarisme scolaire donnant ainsi naissance à un nouvel inégalitarisme social (nous mettons volontairement de côté les écoles hors-contrat qui étant hors système ne sont pas prises en compte par les études européennes).

4 4 International Vendredi 28 août 2015 Le Canada relance le débat public / privé. finissants du secon- dictionnaire, une grammaire et qui signifie que seulement deux daire fréquentant le un recueil de conjugaisons.son élèves sur trois ont passé le test réseau public était de court texte devra comporter plus avec succès. 74,5 %. Au privé, il de 35 fautes d'orthographe pour Article initialement publié le 12 janvier Le débat public/privé en matière d enseignement n est pas une spécificité française, loin s en faut. Mais si en France, le point culminant a été probablement atteint dans les années 80, dans certains pays la question continue à faire rage, surtout quand se superpose à cette question celle de l identité linguistique comme au Québec. Ainsi, au Québec, le constat est parfaitement clair, les jeunes finissants du secondaire ont une bien meilleure maîtrise du français écrit s'ils ont fréquenté une école privée, plutôt qu'une école publique. Ce n est pas une nouveauté, mais la différence semble s accroître. En tous cas, c est ce qui ressort une fois de plus des plus récentes données compilées par le ministère de l'éducation, qui vient de rendre publics les résultats officiels de l'épreuve unique 2014 de français écrit de cinquième secondaire. Ainsi, entre les deux réseaux, force est était de 90 %. L'écart atteint donc presque 16 points, soit trois de plus que l'année précédente. En 2013, le taux de réussite était de 79,6 % au public et de 92,5 % au privé. Il est intéressant de noter que même si l'on s'en tient uniquement au réseau public, le nombre de jeunes finissants qui échouent au test de français a tendance à croître. On observe que le taux de réussite a chuté de cinq points en un an, passant de 79,6 % en 2013 à 74,5 % en Depuis 2011, la performance du secteur public (qui était alors de 80,5 %) est en baisse constante. Au contraire, celle du secteur privé s'est toujours maintenue au-dessus de 90 %. En clair, il faut conclure qu'un finissant sur 10 ayant fréquenté une école privée a échoué le test de français écrit en juin dernier, alors que ce fut le cas pour un finissant sur quatre au secteur public. Pourtant, le ministère de l'éducation ne semble pas se distinguer par un excès de zèle ou l'application d'exigences démesurées.dans son texte de 500 mots, l'élève qui cumule 11 ans de scolarité peut commettre jusqu'à 14 fautes d'orthographe que l'élève perde automatiquement 50 % des points. L'épreuve écrite imposée aux jeunes de 5e secondaire consiste à écrire un texte d'opinion d'environ 500 mots sur un sujet donné. Ils ont 3 h 15 pour terminer le travail. L'évaluation est axée sur la qualité de l'argumentaire et la compréhension du mandat (30 %), tandis que l'orthographe et la grammaire ne comptent que pour 20 % de la note finale. La cohérence du texte (20 %), la construction de phrases (25 %) et la qualité du vocabulaire utilisé (5 %), complètent le tableau. La note de passage en français, qui cumule la cote obtenue en français écrit, en lecture et en expression orale, est de 60 %. Mais pour chacune des composantes, une note de 50 % suffit. Le ministère mène maintenant une analyse des résultats visant à comprendre pourquoi le taux de réussite fléchit d'une année à l'autre et pourquoi un tel écart se creuse entre l'école publique et l'école privée. En fait, le taux de réussite varie beaucoup d'une école à l'autre et d'une région à l'autre, dans le réseau public. Par exemple, la région de Montréal n'a pas enregistré une performance mémorable en À Montréal, l'école internationale a obtenu un score enviable de 95,9 %, tandis que l'école Eulalie-Durocher a dû se contenter d'un score de 43,9 %. Dans le réseau privé, toujours à Montréal, le Collège Jean-de-Brébeuf (96,3 %), le Collège Jean-Eudes (98,8 %) et le Collège Mont- Saint-Louis (99,6 %) ont obtenu un score presque parfait. À Québec, les élèves des écoles privées ont eux aussi une excellente maîtrise du français écrit, comme en témoignent la cote du Collège Jésus-Marie (97,9 %) et du Collège Saint-Charles-Garnier (94,7 %). Le ministre de l'éducation, Yves Bolduc, n'a pas donné suite à une demande d'entrevue. Le ministre prépare actuellement un plan d'action visant à revoir l'enseignement du français au primaire et au secondaire. Sa stratégie, qui devrait être connue sous peu, doit mettre l'accent sur la compétence à acquérir en lecture et en écriture. Dans le secteur public, 328 écoles ont participé à l'épreuve en juin dernier, contre 128 provenant du secteur privé. Au final une autre question pour- d'admettre que l'écart se creuse. et conserver la mention «compé- juin dernier. Le taux de réussite rait se poser. Quels seraient les En juin 2014, le taux de réussite tence acceptable». Et ce, même de la Commission scolaire de résultats des petits français à ce de l'examen de français écrit des s'il a tout le loisir d'utiliser un Montréal a été de 69,6 %, ce test?

5 Vendredi 28 août 2015 International 5 Des dangers du numérique dans l éducation sormais au quotidien sur l'éducation à Manchester, ser aux enseignants confrontés avec les écoliers. Ar- l'atl a voulu donner de l'impor- à ces nouveaux addicts du nu- rivés en primaire, des tance à ce sujet. Colin Kinney, mérique. L'Ofcom, elle, vient de élèves seraient inca- professeur en Irlande du Nord publier un guide à l'attention des pables d'utiliser un fait part de nombreuses dis- parents sur les précautions à stylo et une feuille de cussions avec des collègues. Il prendre lorsqu'on laisse son en- papier pour répondre évoque des enfants, en classe fant utiliser son smartphone ou Article initialement publié le 18 avril L usage du numérique envahit, tout et surtout à tout âge. Si l apport du net en matière d information et de développement des connaissance est incontestable (à condition de maîtriser la bête il est vrai), un usage trop précoce ou immodéré peut avoir des effets plus que négatifs. Ainsi au Royaume-Uni les jeunes anglais sont dès la maternelle, accros aux tablettes et smartphones, et surtout sont incapables de se reconnecter au monde réel. Manque d'attention, troubles obsessionnels : les professeurs au Royaume-Uni tirent la sonnette d'alarme. aux questions d'un examen. Le passage du virtuel au réel ne s'opère plus. Le syndicat recommande aux parents une extrême vigilance quant à l'utilisation par les plus jeunes d'ipads, iphones et autres outils high-tech. Leurs conseils : couper le wifi le soir ou interdire l'utilisation de ces appareils connectés. Il faut dire que les tablettes tactiles se sont faites une place dans les foyers britanniques. Selon L'Ofcom (autorité de régulation et de la libre concurrence pour les industries de la communication) la proportion de ménages ayant adopté ces nouveaux joujoux est passée de 20 à 51% l'an de maternelle, ayant tellement joué la nuit qu'ils ne peuvent plus focaliser leur attention sur ce qui les entoure. «Ils n'arrivent pas à se socialiser avec les autres, mais leurs parents sont extrêmement fiers qu'ils sachent utiliser un ipad et n'hésitent pas à le crier sur tous les toits», rappelle-t-il. D'autres, comme Mark Montgomery, également professeur, font le lien entre surexposition aux tablettes, prise de poids chez les enfants, comportements agressifs et fatigue à répétition. Et si le niveau en informatique s'est nettement amélioré chez sa tablette tactile. Ce constat se retrouve dans les analyses de nombreux universitaires alors que leurs élèves ne sont pourtant pas encore ceux de la génération connectée depuis le plus jeune âge. Cela se comprend aisément lorsque l on analyse le processus d apprentissage humain. Celui-ci nécessite la mise en oeuvre des divers sens et la maturation par des moments de repos visuels et sensoriels des informations acquises pendant la journée. La sursaturation des récepteurs conduit à l incapacité, pour le cerveau en construction, d assimiler l ensemble des données ce qui crée une forme de bug. Les professeurs anglais ont constaté qu à l'école maternelle, de nombreux enfants ayant entre trois et quatre ans, sont incapables de construire avec des cubes de jeux, des châteaux ou des tours. La faute?les tablettes tactiles et autres smartphones, nous révèle The Télé- dernier. Des objets dont les effets néfastes sur les enfants sont connus au Royaume-Uni. Les experts s'accordent à dire qu'une surexposition aux tablettes et autres smartphones freinerait le développement social, physique et psychologique de l'enfant. De nombreux médecins disent être les plus jeunes, les capacités à s'exprimer à l'écrit sont en baisse constante. Certains enfants sont incapables d'appliquer ce qu'ils auraient pu apprendre dans leur manuel, tant ils ont l'habitude de trouver la solution sur Internet. «Il est de notre devoir de faire De plus l apprentissage de l écriture manuelle et la palpation d un livre lors de la lecture font entrer d autres sens en actions que ceux simplement liés à l activité, créant ainsi une relation multi-dynamique propice à l apprentissage. L univocité des tablettes et outils numériques supprime cela graph. Le principal syndicat des confrontés à de plus en plus de en sorte que la technologie soit créant un schéma linéaire au lieu professeurs au Royaume-Uni, cas de troubles obsessionnels et utilisée à bon escient et de fa- de créer une relation multidirec- Teachers and Lecturers (ATL), de l'attention chez les tous petits çon productive», prévient Mark tionnelle. De ce fait l imagination tire la sonnette d'alarme. exposés très tôt à ce type d ap- Montgomery. est délaissée au profit de l ins- pareils. tinct et de l immédiateté. Cela Les enseignants expliquent les L'ATL planche actuellement sur fabriquera de bons techniciens problèmes qu'ils rencontrent dé- Lors de sa conférence annuelle une série de directives à adres- mais pas de grands inventifs.

6 6 International Vendredi 28 août 2015 L éducation nationale au regard de ce qu il se passe en Europe Article initialement publé le 3 sultats ne sont pas les mêmes il en lycée général et technolo- primaire septembre est vrai). A l'inverse, c'est nette- gique sont attendus par classe ne tra- C était hier la rentrée scolaire pour bon nombre d élèves en France. A l heure où une nouvelle tête prend la direction de l éducation nationale et où les premiers rappels à l ordre sur l obligation de la réforme scolaire sont lancés, il était nécessaire de se pencher sur le Mammouth et sur son efficacité. Car si l éducation nationale coûte cher à l état, et donc aux contribuables, son efficacité est de plus en plus remise en cause sans qu aucun ministre n envisage ne serait-ce qu un début de remise en question des méthodes d enseignement et du programme scolaire. ment plus que l'italie avec 4,7% ou l'espagne avec 5,6%. On nous explique par ailleurs que dépenser plus permet de réduire le nombre d'élèves par enseignant. Dans l absolu oui, dans la réalité absolument pas. En Italie comme en France, il y a à peine plus de 12 élèves par enseignant dans le secondaire, soit 1 de moins qu'en Finlande et 4 de moins qu'au Royaume-Uni et presque 5 de moins qu'aux Pays-Bas. Mais cela, c est en comptant le nombre total d enseignants et en le rapportant au nombre pour cette année scolaire. En maternelle, il y aura 30 enfants par institutrice et dans le primaire, 23 écoliers par classe. Et cela ne devrait pas vraiment baisser dans les prochaines années malgré la création de postes cette année dans le premier degré et de dans le second degré du fait de l'augmentation du nombre d'élèves de en trois ans. Et si l on met de côté, les catastrophiques résultats internationaux, en interne cela donne quelque chose de guère plus enthousiasmant. Selon les derniers chiffres v a i l - laient q u e quatre jours. Partout ailleurs, les cours se déroulent déjà sur cinq jours avec le mercredi après-midi de libre. Et même sur six journées en Italie, où beaucoup d enfants ont cours le samedi matin. De même, avec la réforme, la France rejoint désormais la moyenne européenne pour le nombre annuel de journées où les enfants se rendent à l école, soit 180 contre seulement 144 avant la réforme. Mais les enfants français conti- De mémoire d universitaire, l on d élèves. Or, il ne faut pas connus datant de 2012, le nuent de suivre chaque jour da- n a jamais vu des élèves pro- confondre nombre d'élèves par nombre d'élèves ayant quitté vantage d heures de cours : plus gresser en abaissant le niveau d exigence, cela relève de l hérésie éducative et d un système purement démagogique. Mais plus que de grands regrets parlons chiffres et comparons C'est en effet le premier poste de dépenses de l'etat. Avec un budget de 63,4 milliards, il est cette année encore en hausse de 1,2%. C'est beaucoup dans l'absolu, mais cela représente, comme aux Pays-Bas, 6,3% du produit intérieur brut. C'est par conséquent dans la moyenne européenne et légèrement moins que le Royaume-Uni, la Suède et la Finlande qui consacrent 6,5% enseignant et le nombre d'élèves par classe, car de très nombreux professeurs n'enseignent pas. Ils sont en disponibilité, ils administrent les établissements scolaires, ils sont en formation, en congés maladie, ils sont "détachés" auprès de divers organismes, ils inspectent et évaluent leurs collègues, ils sont en poste au ministère. (...)quelle entreprise au monde peut se permettre d entretenir entre 1/8 (chiffre d il y a dix ans) et 1/4 (estimation actuelle) de ses employés à faire autre chose que leur travail? (...) Dans le public, 19 élèves en ly- l'école avant la fin de leurs études secondaires est de 11,6%. C est un peu plus qu en Allemagne (10,5%) mais nettement plus que les Slovènes qui sont seulement à 4,4% d échec, que les Polonais avec 5,7% d'échec, ou encore que les Suédois avec 7,5%. A l'inverse, l'échec scolaire atteint des sommets en Espagne où près d'un jeune sur 4 abandonne ses études avant la fin. Et parce qu il faut bien en parler, les cinq jours de classe sont-ils une exception en Europe? Avec la réforme des rythmes scolaires, la France s'aligne sur ses voisins. Avant, c'était le seul de 5 heures dans le primaire pour les journées entières contre 4 en moyenne dans l Union européenne et moins de 3h30 en Allemagne ou en Finlande par exemple. Résultat, malgré des vacances plutôt longues (14 semaines), la France est dans la fourchette haute du nombre annuel d heures d enseignement dans le primaire : 923 heures contre 830 en Belgique, 760 en Allemagne et même 624 en Suède. L école le mercredi matin permet de mieux étaler les heures de cours dans la semaine. Reste à diminuer le temps passé en de leur PIB à l éducation (les ré- cée professionnel et près de 30 pays d Europe où les élèves du cours pendant la journée,(...)

7 Vendredi 28 août 2015 Catholicisme 7 Opinion favorable du Secrétariat général du Bureau des écoles chrétiennes en Israël après la rencontre avec le Président israélien malgré la persistance de la crise Le Secrétariat général du Bu- pé le Ministre israélien de l Ins- chrétiennes se sont engagées à Ministère, le reste des coûts étant reau des écoles chrétiennes en truction, Naftali Bennett, et une préparer un rapport à caractère supporté par les frais de scolarité Israël interprète comme «une délégation du Ministère. «Le technique sur les budgets et les versés par les parents d élèves. évolution positive» la rencontre Président Rivlin peut-on lire aspects financiers de leur activi- Depuis des années, le Ministère qu il a eu avec le Président israé- dans le communiqué a ouvert tés éducative. de l Instruction tente de réduire lien, Reuven Rivlin, pour discuter la réunion en faisant part de sa Le 27 mai dernier, les écoles le budget des écoles chrétiennes de la crise que traversent actuel- satisfaction concernant le rôle chrétiennes en Israël fréquen-, ce qui a contraint les écoles lement les écoles chrétiennes des écoles chrétiennes en Is- tées par élèves dont la chrétiennes à augmenter les en Israël. Cependant, selon raël, soulignant l importance de moitié seulement est composée frais de scolarité supportés par l organisme de coordination, la l expérience pédagogique ex- de chrétiens avaient organisé les familles. La diminution des fi- résolution de la crise «requiert nancements pèse surtout sur les de nouvelles négociations» ce parents de la partie de la popu- qui implique que «les écoles lation arabe israélienne dont le demeureront fermées jusqu à revenu moyen se situe en deçà nouvel ordre». La déclaration de la moyenne nationale. de suspension des activités sco- Avant la manifestation, un Co- laires est confirmée par le com- mité nommé par le Bureau des muniqué du Secrétariat, diffusé Ecoles chrétiennes en Israël également par les moyens de avait conduit pendant huit mois communication officiels du Pa- des négociations avec le Minis- triarcat latin de Jérusalem. Dans ceptionnelle qu elles fournissent une manifestation sans précé- tère et ce dernier avait proposé ce même document, sont fournis depuis de nombreuses années dents afin de dénoncer les poli- que les écoles chrétiennes de- des détails de la rencontre du». De son côté, le Ministre Ben- tiques discriminatoires dont elles viennent des écoles publiques. 24 août entre le Comité de né- nett a réaffirmé son soutien à se sentent être l objet de la part Cette proposition a été interpré- gociation des Ecoles chrétiennes l existence d écoles chrétiennes du gouvernement. Elles appar- tée par les titulaires des écoles présidé par S.Exc. Mgr Giacin- dans le pays et son engagement tiennent en effet à la catégorie églises et monastères comme to-boulos Marcuzzo, Vicaire pa- à rechercher des solutions afin des écoles «reconnues mais la fin de l entreprise éducative triarcal pour Israël du Patriarcat latin, et le Président Rivlin. A la rencontre, ont également partici- de résoudre la crise financière qu elles affrontent. Les écoles non publiques» et reçoivent un financement partiel de la part du chrétienne et comme un grave coup infligé aux communautés chrétiennes de Terre Sainte.

8 8 Catholicisme Vendredi 28 août 2015 Audience générale : François appelle à redécouvrir la joie de prier en famille Centième audience générale du elle aide à retrouver la paix des de prière, c est un don de l Esprit alors que, sans affection pour Pape François ce mercredi ma- choses nécessaires et à décou- Saint» souligne François. Et ce Dieu, les paroles mêmes de la tin place Saint-Pierre. Avant de vrir la joie des dons inattendus. don, «c est en famille que l on prière ne réchauffent pas la vie. lancer un appel pour une parti-»citant l exemple de Marthe et apprend à le demander et à l ap-» cipation active des catholiques Marie, le Saint-Père a encoura- précier». à la journée de prière pour la gé la redécouverte de l harmo- C est alors que «le temps de la sauvegarde de la Création, le 1er septembre prochain, le Pape François a poursuivi son cycle de catéchèse sur la famille avec nie des rythmes de la famille : la beauté de la fête, la sérénité du travail et l esprit de prière. Tout en «Le cœur humain recherche toujours la prière même sans le savoir, et il ne connaît pas la paix vie de famille toute entière se trouve dans le sein de l amour de Dieu et cherche spontanément le temps de la prière». Malgré les cette fois, une réflexion sur la occupations quotidiennes, cer- prière en famille. tains réussissent pourtant «à résoudre une équation que même Qui n a jamais regretté : «je n ai les grands mathématiciens ne pas de temps pour prier». Un savent pas résoudre» et font regret «sincère» car «le cœur en 24h ce qui se ferait en 48h. «humain recherche toujours la Ces papas et ces mamans mé- prière». Pour y parvenir, pré- riteraient un prix Nobel», a-t-il vient le Pape, il faut «cultiver lancé avec humour. dans son cœur un amour chaud pour Dieu, un amour affectif». «L esprit de la prière ramène Il faut voir Dieu, non seulement comme le Tout-Puissant, mais aussi comme «une caresse qui nous tient en vie, dont rien, pas même la mort, ne peut nous détacher». Ce n est qu ainsi que «nous nous sentons heureux», reconnaissant que la gestion du temps en famille est compliquée au milieu de l agitation et des préoccupations quotidiennes, il a demandé aux parents d enseigner à leurs enfants le signe s il ne la trouve pas, la prière est un langage d amour affectif qui nous touche, nous émerveille et nous attendrit. Elle surgit de l écoute de Jésus, de la familiarité avec sa parole. Quand l es- le temps à Dieu, il sort de l obsession d une vie à laquelle il manque toujours du temps, il retrouve la paix des choses nécessaires et découvre la joie des dons inattendus». Pour cela, le Pape a rappelé deux choses car Dieu nous «accompagne sur de croix et de prier au moment prit de prière nous habite sans essentielles : lire un passage le chemin de la vie, il nous pro- de se mettre à table, midi et soir. cesse, et quand Dieu est affec- de l Évangile chaque jour et ap- tège et nous aime». Et de se féliciter que les mères tueusement présent à toutes nos prendre aux enfants à faire le apprennent à leurs enfants à en- pensées, comme une caresse signe de la croix.«l Évangile lu «La prière nous aide à sortir des voyer un baiser à Jésus ou à Ma- qui nous tient en vie, alors nous et médité quotidiennement est obsessions d une vie où nous rie. «En cet instant, le cœur des sommes heureux en sa pré- comme un bon pain qui nourrit manquons toujours de temps, enfants se transforme en un lieu sence. Ainsi tout devient prière, leur cœur de chacun.»

9 Vendredi 28 août 2015 Catholicisme 9 Le Christ nous rassasie, pas la mondanité «Qui est Jésus pour moi? Que sume François. «Certains regar- crise par exemple devant l esprit ses paroles, et même, précise représente-t-il dans ma vie? une daient Jésus comme un Messie du monde, la mondanité». François, il contraint à faire un nom? Une idée? Un person- qui devait parler et agir afin que choix précis : ou être avec lui, nage historique? Ou bien vrai- sa mission ait du succès immé- Jésus offre cependant la clé pour ou se séparer de lui». C est à ce ment cette personne qui aime, diatement». Même les disciples dépasser cette difficulté. Une clé moment-là que Simon-Pierre se qui a donné sa vie pour moi et ont du mal à accepter «le lan- en trois points qu énumère Fran- confesse au nom des apôtres : «qui marche avec moi?». Ce di- gage inquiétant» de Jésus. «çois : son origine divine (Il des- Seigneur, à qui irions-nous? Tu manche, le Pape a invité les fi- Cette parole est rude! cend du ciel et Il montera «là où as les paroles de la vie éternelle dèles réunis place Saint-Pierre Qui peut l entendre?» il était auparavant»), ses paroles». Il ne dit pas «où» mais «à qui pour la prière de l Angélus à», souligne le Pape. «La fidélité faire une minute de silence à Dieu est une question de fidé- pour se donner le temps de ré- lité à une personne» : Jésus. pondre à cette question «Pour moi qui est Jésus?», encoura- «Tout ce que le monde nous geant chacun à lire chaque jour offre ne rassasie pas notre faim un passage de l Évangile pour d infinie. Nous avons besoin de connaître la Parole de Jésus car Lui, d être avec Lui, de se nour- «plus nous sommes avec Lui, rir à sa table, à ses paroles de plus croît le désir de rester avec vie éternelle. Croire en Jésus Lui». signifie faire de Lui le centre, le Ce dimanche, François a com- sens de notre vie. Christ n est menté l Évangile de Jean, (6, pas un accessoire : Il est le Pain 60-69) : la fin du discours sur de vie, une nourriture indispen- le Pain de vie. Jésus y explique sable. Se lier à Lui dans un vrai être le Pain descendu du ciel, rapport de foi et d'amour, ne si- et affirme qu il donnera sa chair gnifie pas être enchainés, mais comme nourriture et son sang profondément libres et toujours comme boisson, «une allu- ne peuvent être comprises que en chemin, ouverts aux défis de sion claire au sacrifice de sa vie En réalité, explique le Souverain par l action du Saint-Esprit, enfin notre temps.» même». Pontife, les disciples avaient très la vraie cause de l incompréhen- bien compris, «tellement bien sion est le manque de foi. «A Le Pape prie enfin la Vierge pour Après «le grand enthousiasme qu il ne voulaient pas écouter, partir de ce moment, beaucoup qu elle nous aide à aller vers Jé-» de la multiplication des pains, parce que c est un discours qui de ses disciples s en retour- sus, pour expérimenter la liberté «les gens sont déçus» par ces à mis leur mentalité en crise», nèrent et cessèrent de l accom- qu il nous offre, et qui nous per- paroles qu ils jugent «indignes et c est ce que font «toujours» pagner» écrit Jean. Mais que fait met de «nettoyer nos choix de d un Messie». Ce ne sont pas les paroles de Jésus, poursuit le Jésus? «Face à ces défections ses incrustations mondaines et des paroles de «gagnants», ré- Pape. «Elles nous mettent en? Il ne brade pas ni n adoucie de nos peurs».

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Uniquement disponible sur le site web du CELV: http//www.ecml.at Document de référence 3: ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Objet et méthode: Nous avons voulu comprendre au-delà des réponses au questionnaire

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

NOEL A LA CARTE. I - Le contexte

NOEL A LA CARTE. I - Le contexte NOEL A LA CARTE I - Le contexte Le lycée général MF est situé dans un chef lieu de canton de 11 000 habitants. Le secteur de recrutement est caractérisé par une étroitesse géographique (R< 6kms) et une

Plus en détail

Commission scolaire des Hautes-Rivières

Commission scolaire des Hautes-Rivières Commission scolaire des Hautes-Rivières P P O L I T I Q U E SUJET : POLITIQUE LINGUISTIQUE SERVICE : ADMINISTRATION GÉNÉRALE CODE : AGP 06 DATE D APPROBATION : 9 mai 2011 RÉSOLUTION NUMÉRO : HR 11.05.09-06

Plus en détail

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs,

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs, 6 ième dimanche de Pâques C Frères et Sœurs, Jésus venait de dire : «SI QUELQU UN M AIME, IL RESTERA FIDÈLE À MA PAROLE ; MON PÈRE L AIMERA, NOUS VIENDRONS CHEZ LUI; NOUS IRONS DEMEURER AUPRÈS DE LUI»

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer

Guide du parent accompagnateur. Préparation à la Confirmation. Guide d animation Partie III : Annoncer Guide du parent accompagnateur Préparation à la Confirmation Guide d animation Partie III : Annoncer 2 Partie III : Annoncer (Parents/jeunes à la maison) Semaine #9 : (à la maison) Nous faisons un retour

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de article déjà publié d la série ins e e part naires Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante compte environ

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état.

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état. Page 1 sur 5 COMMUNIQUE DE PRESSE Augmentation des accises du tabac : plus de revenus et moins de fumeurs Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Code : 2310-02-11-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique linguistique Date d approbation : 22 mars 2011 Service dispensateur : Direction générale Date d entrée en vigueur : 22 mars 2011

Plus en détail

2012- Présentation de la Section Européenne Anglais. Mme HAMEL & M. ONGARETTI Collège Francine Fromond 2012-2013 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE

2012- Présentation de la Section Européenne Anglais. Mme HAMEL & M. ONGARETTI Collège Francine Fromond 2012-2013 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE 2012- MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE 2013 Présentation de la Section Européenne Anglais Mme HAMEL & M. ONGARETTI Collège Francine Fromond 2012-2013

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DES AFFAIRES EUROPÉENNES Secteur : Présence et influence françaises dans les institutions européennes Affaire suivie par : Pierre HOUPIKIAN Rédacteur : Sébastien LAVOIL REPRESENTATION

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels COMMISSION EUROPEENNE COMMUNIQUE DE PRESSE pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels Bruxelles, le 23 novembre 2011 Jusqu à cinq millions de personnes (soit presque deux fois plus qu actuellement)

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Erasmus pour tous. Qu est-ce qu Erasmus pour tous?

Erasmus pour tous. Qu est-ce qu Erasmus pour tous? Erasmus pour tous Qu est-ce qu Erasmus pour tous? Erasmus pour tous est le nouveau programme pour l éducation, la formation, la jeunesse et le sport proposé par la Commission européenne. Ce programme,

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS)

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) École secondaire Armand-Corbeil Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) Janvier 2013 PRÉAMBULE Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport demande aux commissions

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1 Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2015/1 Distr. générale 3 février 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

Le sacrement de réconciliation

Le sacrement de réconciliation RÉCONCILIATION - Parcours pour parents Catéchèse 6 Le sacrement de réconciliation Cette catéchèse est une adaptation du parcours de Marthe Lamothe, Des horizons nouveaux, p. 275 à 282. Les Éditions Novalis

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre.

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre. Bureau du président-directeur général PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005 À TOUS LES DIRECTEURS GÉNÉRAUX, LES PRÉSIDENTS ET LES GESTIONNAIRES DES TECHNOLOGIES DES COMMISSIONS SCOLAIRES Objet : Position

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

Modalités de participation

Modalités de participation Modalités de participation Introduction Les Prix MIT Technology Review Innovateurs de moins de 35 ans sont une initiative de la revue de l Institut Technologique du Massachusetts (MIT), qui depuis plus

Plus en détail

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE.

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. Cette épreuve permet de valider les compétences C1, C2, C3 et T2 du référentiel au travers de la démarche de projet 15 que le candidat aura mis en œuvre.

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION L'association à pour objectifs Aider les parents d'élèves dans la recherche d'organismes de séjours de vacances à l'étranger Aider les jeunes à voyager en proposant des

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034)

4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) 4.13 Politique linguistique (Résolution : C.C. 2011-034) Processus de consultation dépôts: CCG - 15 février 2011 CPC - 17 février 2011 Conseil des commissaires - 22 février 2011 La présente politique s

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

1. Absence lors d une évaluation

1. Absence lors d une évaluation Pour des fins de lisibilité, le masculin neutre désigne les individus des deux sexes. Le Collège étant un lieu d apprentissage, l élève doit accomplir toutes les tâches requises et s abstenir de comportements

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

p. 50 Expliquer aux enfants qu ils devront faire cette page à la maison avec papa ou maman.

p. 50 Expliquer aux enfants qu ils devront faire cette page à la maison avec papa ou maman. Catéchèse 6 Pages 48 à 56 À prévoir avant la catéchèse Coin de prière avec Bible et cierge (briquet pour allumer le cierge) Un manuel pour chaque enfant Signets avec les devoirs à faire à la maison Hosties

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

ÉTATS GÉNÉRAUX SUR LA SITUATION ET L AVENIR DE LA LANGUE FRANÇAISE AU QUÉBEC

ÉTATS GÉNÉRAUX SUR LA SITUATION ET L AVENIR DE LA LANGUE FRANÇAISE AU QUÉBEC ÉTATS GÉNÉRAUX SUR LA SITUATION ET L AVENIR DE LA LANGUE FRANÇAISE AU QUÉBEC LA POLITIQUE DE LA QUALITÉ DE LA COMMUNICATION DE L ÉCOLE DES HEC Mémoire soumis à la Commission des États généraux sur la situation

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR LE ROLE DE LA COMPTABILITE DANS LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE SEMINAIRE ORGANISE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 7 juillet 2015 15 heures Commission des affaires européennes Communication de la Présidente Danielle Auroi sur la proposition d initiative législative

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail