L amiante.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L amiante. http://www.ism.asso.fr http://www.infometiers.org"

Transcription

1 Les Notes Techniques L amiante L'amiante est un matériau qui a été largement utilisé depuis 1950 jusqu à la fin des années 1980 en raison de ses nombreuses propriétés. Lorsqu il se désagrège, ce matériau libère des fibres, qui lorsqu elles sont inhalées, peuvent provoquer des maladies respiratoires. De ce fait l utilisation des produits amiantés est interdite en France depuis 1997, sauf dans certains cas particuliers. Cependant on peut trouver encore aujourd hui de l amiante dans des produits ayant une longue durée de vie ou pour lesquels aucun substitut n a pu être trouvé pour assurer une fonction équivalente. Ainsi les entreprises et en particulier les entreprises artisanales peuvent êtres concernées soit dans le cadre de leurs activités (entreprises du bâtiment ou de la réparation mécanique) soit en temps que propriétaires de leurs locaux. L objet de cet note est de faire le point sur les obligations réglementaires destinées à protéger les personnes susceptibles d être exposées à des émissions de poussières d amiante et sur la gestion des produits amiantés en fin de vie. Ont collaboré à la rédaction de cette note : [Majda BENCHEKROUN (CNPA) [Hervé BOIVIN (CRM Centre) [Fabrice BOURY ESNAULT (CM Haute Garonne) [Olivier CONTANT (ISM) [Erwan DEBROISE (CNPA Bretagne ) [Pascal GABILLET (CRM Bretagne) [ Solène GUILLET (CM Doubs) [Nicolas KERCKHOF (CRM Pays de la Loire) [Eric RIBERO (CAPEB) [Anne VIRLEUX (CAPEB Champagne Ardennes) Institut Supérieur des Métiers rue des Peupliers Paris Tél : Fax : Contact : Olivier Contant ;

2 1 QU EST CE QUE L AMIANTE? différentes catégories et utilisations Les risques pour la santé En quoi les artisans sont ils concernés? 3 2 LA RÉGLEMENTATION LIÉE À L AMIANTE Interdiction de l amiante Diagnostic amiante dans les immeubles bâtis règles de protection des travailleurs exposés à des poussières d amiante gestion des déchets contenant de l amiante 9 3 CE QU IL FAUT RETENIR : LES FICHES PRATIQUES Identification des produits contenant de l amiante Recherche d amiante dans les bâtiments Gestion des déchets amiantés Interventions sur des matériaux de construction susceptibles d émettre des fibres d amiante Interventions sur des pièces de véhicules automobiles susceptibles d émettre des fibres d amiante 20 4 ANNEXES liste des matériaux pouvant contenir de l'amiante Evaluation du risque lié à l exposition aux fibres d amiante liste d entreprises agrées pour les travaux de désamiantage liste d entreprises agrées pour contrôler l empoussièrement Liste d organisme de formation accrédités pour le retrait de matériaux amiantés 25 5 BIBLIOGRAPHIE Principales références réglementaires Guide technique 26 1

3 1 Qu est ce que l amiante? 1.1 différentes catégories et utilisations Le terme amiante sert à désigner une série de substances minérales naturelles fibreuses dont les plus courantes sont : 1. les serpentines dont la plus répandue est le chrysolite ou amiante blanc, 2. les amphiboles comme, en particulier :. la crocidolite ou amiante bleu l amosite ou amiante brun, le trémolite et l actinolite. fibres de chrysolite (grossies 1000 fois) Ces différentes variétés d amiante ont toutes été utilisées par le passé, soit seules soit en mélange, pour à peu près toutes les utilisations de ce matériau. En moyenne, une fibre d'amiante est de 400 à 2000 fois plus petite qu'un cheveu humain et n'est pas décelable à l'œil nu, dans le mouvement des poussières. La structure filamenteuse ainsi que la composition chimique des fibres confèrent à l amiante des propriétés physico-chimiques remarquables : Incombustibilité, résistance aux hautes températures et aux substances chimiques agressives, résistances à la traction et à l usure, performances acoustiques élevées Son faible coût et ses qualités ont conduit à son exploitation industrielle à partir des années L amiante connaît son apogée pendant la période des années 1950, 1960 et 1970 jusque dans les années Ses applications sont alors multiples. De nombreux produits contenant de l amiante ont été utilisés dans : l industrie du bâtiment, pour l isolation thermique et phonique et la protection incendie. l industrie automobile, pour sa résistance mécanique des garnitures de friction. l industrie textile, pour sa résistance au feu. l industrie des matières plastiques, pour sa résistance mécanique aux renforts de revêtements. l industrie alimentaire pour les filtres captant les micro-organismes 2

4 Produits en amiante ciment Calorifugeages 1.2 Les risques pour la santé L'amiante est une roche fibreuse, de la famille des silicates. En se désagrégeant, il libère des fibres microscopiques. Ces microfibrilles, sont très légères et restent en suspension dans l'air ambiant. Lorsqu'elles sont inhalées, elles peuvent atteindre les alvéoles pulmonaires. L'amiante est à l'origine de l'asbestose, maladie pulmonaire analogue à la silicose des mineurs : il s'agit d'une fibrose des poumons, entraînant des difficultés à respirer et pouvant conduire à l'insuffisance respiratoire. L'amiante peut aussi entraîner des lésions bénignes de la plèvre, membrane qui recouvre les poumons : en s'épaississant, elle perturbe le fonctionnement respiratoire normal. L'amiante augmente également le risque d'apparition du cancer du poumon et de la plèvre. 1.3 En quoi les artisans sont ils concernés? Les artisans peuvent être concernés à plusieurs titres : En tant que propriétaire de leurs locaux, ils ont a réaliser une recherche des produits contenant de l amiante dans leurs bâtiments, vérifier l état de conservation de ces produits et au besoin faire des travaux. Dans le cadre de leurs activités, en particulier pour les professionnels du bâtiment et de la réparation mécanique, ils peuvent réaliser des interventions susceptibles de provoquer des émissions de fibres d amiante. Dans les deux cas, dans le but de protéger les personnes susceptibles d être exposées à des émissions de fibres d amiante, la réglementation introduit des exigences qui sont détaillées au paragraphe suivant. Les CFA, en tant qu établissements d enseignement sont aussi concernés par la recherche d amiante dans leurs bâtiments. 3

5 2 La réglementation liée à l amiante 2.1 Interdiction de l amiante En France, depuis le 1 er janvier 1997, la fabrication, la transformation, la vente, l'importation, la cession à titre gratuit ou payant de toutes variétés de fibres d'amiante, et de tout produit en contenant sont interdites. (Décret n du 24/12/96 relatif à l'interdiction de l'amiante.). Une des exceptions à noter concerne les véhicules d occasion immatriculés avant le 1er janvier 1997 et contenant de l amiante (embrayage, freins ) : l interdiction de vente en l état de ces véhicules sera interdite à partir du 1 er janvier 2003.Le décret du 27 décembre 2001(n publié au JO du 29/12/01) a repoussé cette interdiction de vente d un an (l interdiction devait prendre effet au 31 décembre 2001). 2.2 Diagnostic amiante dans les immeubles bâtis Le décret n du 07/02/96 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis précise que les propriétaires d'immeubles (sauf ceux à usage d'habitation ne comportant qu'un seul logement) doivent rechercher la présence de calorifugeages, de flocages et de faux plafonds contenant de l'amiante dans leurs bâtiments, vérifier leur état de conservation, procéder aux mesures appropriées et, selon la concentration en amiante détectée, engager des travaux. Des calendriers sont établis en fonction du type d'immeuble concerné. En ce qui concerne les artisans, quelque soit la date de construction des bâtiments, l échéance de recherche était fixée au 31 décembre Concrètement, les propriétaires doivent dans un premier temps rechercher la présence de composants (flocages, calorifugeages, faux plafonds ) contenant de l'amiante dans leur bâtiment. : la première chose à faire est d étudier les documents relatifs à la construction ou à la rénovation des locaux (structures métalliques ou en béton, les faux-plafonds, murs, cloisons,...) puis faire appel à des professionnels accrédités pour effectuer la recherche de la présence de flocages, calorifugeages ou faux plafonds(arrêté du 28 novembre 1997). 2. Là où la présence d'amiante est révélée, ou en cas de doute, des prélèvements représentatifs doivent être réalisés et des contrôles de la concentration en poussières d amiante dans l atmosphère par ce même type de professionnels. Ces échantillons doivent être analysés par un organisme accrédité. (arrêté du 28 novembre 1997). 3. Si la présence de matériaux contenant de l'amiante est avérée, doivent être réalisés : une analyse de l'état de conservation par un contrôleur technique indépendant du propriétaire ou des entreprises réalisant des travaux de retrait ou de confinement d amiante.( décret n du 7 février 1996) un contrôle de la concentration en poussières d amiante dans l atmosphère par un organisme habilité. (arrêté du 28 novembre 1997) Selon les résultats du diagnostic et/ou des mesures d'empoussièrement, des contrôles périodiques ou des travaux doivent être réalisés conformément à la réglementation (voir page 15.) 4

6 4. Quand les analyses effectuées révèlent la présence d'amiante et que les mesures d'empoussièrement obligent à un traitement, il faut faire appel à une entreprise qualifiée pour des activités de confinement ou de retrait de l amiante (cette entreprise doit respecter les règles techniques fixées par l arrêté du 14 mai 1996) 5. A l'issue des éventuels travaux, le propriétaire doit faire procéder à une mesure du niveau d empoussièrement après démantèlement du dispositif de confinement. 6. Enfin, les propriétaires d immeubles bâtis avant le 1 er janvier 1997 doivent constituer, conserver et actualiser un dossier technique regroupant notamment les informations relatives à la recherche et à l'identification de différents composants (parois intérieures, planchers, plafonds ) ainsi qu'à l'évaluation de leur état de conservation. Ce dossier doit être constituer avant le 31 décembre 2003 ou 2005 selon la nature des immeubles. Pour plus de détails sur les composants à identifier se reporter au décret (voir p.25). 7. En cas de travaux de démolition concernant les immeubles bâtis avant le 1 er janvier 1997, les composants et matériaux susceptibles de contenir de l amiante doivent être repérés(la liste des composants et la méthodologie de repérage est précisée dans un arrêté du 02/01/02 publié au JO du 02/02/02). Le propriétaire est tenu de communiquer les résultats de ce repérage à l entreprise qui réalise la déconstruction. Vous trouverez en annexe une liste d entreprises habilitées à réaliser la recherche des flocages ou calorifugeages, les mesures d empoussièrement et les éventuels travaux de retrait ou de confinement. Faites appel uniquement à des entreprises spécialisées et agrées : Dans le cas contraire, les résultats du diagnostic ne seront pas valables et vous risquez de compromettre la santé des occupants des locaux et des salariés d une entreprise ne possédant les qualifications et le matériel de protection adapté pour réaliser ce genre d interventions. 5

7 2.3 règles de protection des travailleurs exposés à des poussières d amiante Les catégories d activités concernées Le décret n du 07/02/96 relatif à la protection des travailleurs contre les risques liés à l'inhalation de poussières d'amiante réglemente trois types d activités particulières : Activité 1 : la fabrication et/ou la transformation de matériaux contenant de l'amiante. Activité 2 : le retrait et/ou le confinement d'amiante ou de matériaux en contenant dans des opérations portant sur des bâtiments, des structures, des appareils ou des installations. Entre dans cette catégorie les opérations de retrait ou de confinement de flocage ou de calorifugeage, mais également le retrait par exemple d un faux plafond. Activité 3 :les activités et interventions, autres que le retrait ou le confinement, n'ayant pas pour but de traiter l'amiante, mais susceptibles de provoquer l'émission de fibres d'amiante. Entrent dans cette catégorie les opérations durant lesquelles quelques plaques en amiante-ciment sont enlevées par exemple. Les entreprises artisanales sont concernées principalement par les activité 3 et dans certains cas par les activités 2. Il ne sera pas traité ici des obligations des entreprises effectuant des opérations de retrait et de confinement de flocage et calorifugeage, activités qui requièrent une certification Obligations communes à toutes les activités Les chefs d entreprises doivent se soumettre aux obligations suivantes (communes aux activités 1 à 3) : évaluation des risques Cette évaluation des risques doit déterminer la nature de l'exposition (nature des fibres en présence), la durée, les niveaux d'exposition collectifs et individuels, et les méthodes envisagées pour les réduire. établissement d'une notice pour chaque poste de travail La notice mentionne les caractéristiques de l'amiante si elle est connue; la définition du procédé, la durée d'exposition maximale, le niveau d'empoussièrement connu et attendu en fonction des données disponibles; les mesures de prévention et les équipement de protection individuelle (EPI) à adopter. formation et information des travailleurs Une formation à la prévention et à la sécurité doit être organisée par le chef d entreprise à l intention des travailleurs exposés. A titre d information, pour respecter cette obligation dans le cadre des activités 3, on pourra consulter une liste d organismes assurant de telles formations. fourniture et entretien des EPI appropriés Le chef d'entreprise est tenu de mettre à disposition des travailleurs les équipements de protection individuelle adaptés (vêtements et masques), et de veiller à ce qu'ils soient effectivement portés. Les travaux effectués avec une combinaison et un masque ne devront pas excéder 2H30 sans interruption. conditionnement et traitement des déchets Se reporter au paragraphe sur la gestion des déchets 6

8 Interdiction du travail des jeunes Les interventions (entretien ou maintenance) sur des flocages ou calorifugeages sont interdites aux mineurs. Information du propriétaire (décret du 13/09/01) L'entreprise qui réalise des travaux susceptibles de libérer des fibres d'amiante doit informer le propriétaire de toute présence d'amiante mise en évidence lors de l'évaluation du risque Obligations spécifiques aux activités de retrait et de confinement d amiante non friable : Les produits non friables sont les suivants :joints plats, amiante-ciment, vinyl-amiante, produits d'étanchéité, matières plastiques, colles, mastics, enduits et mortiers, mousses chargées de fibres. IL ne sera pas traité ici des obligations des entreprises effectuant des opérations de retrait et de confinement d amiante friable (cas des flocages et calorifugeages), activités qui requièrent une certification. Le chef d entreprise devra mettre en œuvre : Un plan de démolition, de retrait ou de confinement. Une zone à risque d'exposition. La préparation du chantier. Les règles techniques de confinement, de protection et de décontamination des travailleurs en fonction de l évaluation des risques. L'évaluation des risques permettra de définir : l'empoussièrement attendu, qui dépendra des techniques employées ; en fonction de cet empoussièrement, le confinement à mettre en œuvre. Le démontage des éléments contenant de l'amiante se fera en évitant au maximum l'émission de fibres. Un traitement «à l'humide» de la zone empoussiérée est à mettre en œuvre quand cela est possible (Arrêté du 14 mai 1996). Cependant, dans tous les cas, une aspiration avec filtration absolue devra être mise en place (Arrêté du 14 mai 1996). Les salariés de cette activité sont soumis à une surveillance médicale spéciale pendant et après la période d activité professionnelle Obligations spécifiques aux activités et interventions sur des matériaux ou appareils susceptibles d'émettre des fibres d'amiante. Cette situation est la plus fréquemment rencontrée par les entreprises artisanales du bâtiment. obligation de s'informer auprès du propriétaire des bâtiments du résultat de la recherche d amiante dans les immeubles bâtis. Ces résultats permettront de déterminer le niveau de risque et le niveau d exposition (premier, deuxième et troisième niveau) et par conséquent les mesures de protection à mettre en œuvre. 7

9 fourniture de vêtements et d'appareils de protection respiratoire adaptés Quand la présence d'amiante a été mise en évidence (présence connue ou probable), l'employeur doit mettre à disposition des travailleurs susceptibles d'être soumis à des expositions brèves mais intenses un vêtement de protection et un équipement individuel de protection respiratoire anti poussières adapté. On pourra consulter le guide de prévention de l INRS dont les références sont indiquées en annexe pour avoir des indications des mesures de prévention adaptées au niveau d exposition. L utilisation d EPI doit être mise en œuvre afin que la concentration moyenne en fibres d'amiante dans l'air inhalé ne doit pas dépasser 0,1 fibre/cm 3 sur une heure de travail. Exemple d exposition de premier niveau (manipulation de plaques en amiante-ciment) : Les mesures minimales à mettre en place seront toujours du type : - protection respiratoire par demi-masque filtrant jetable FFP3, - pulvérisation à chaque fois que cela est techniquement possible - sac à déchets à proximité immédiate, - éponge ou chiffon humide de nettoyage si nécessaire. Exemple d exposition de deuxième niveau (ex. : travaux à proximité de flocage, découpe de carton d amiante, perçage d un flocage ou calorifugeage) : Les mesures minimales à mettre en place seront toujours du type : - balisage de la zone, - appareil de protection respiratoire filtrant anti poussières P3 avec masque complet, - vêtement de protection jetable, - protection au sol par film plastique, - pulvérisation à chaque fois que cela est techniquement possible - nettoyage à l aspirateur à filtre absolu en fin de travail, complété le cas échéant par un nettoyage à l éponge humide. mise en place d'équipements de protection collective en cas d'opérations sur des flocages ou calorifugeages contenant de l'amiante (sauf impossibilité technique) Cette situation correspond à une exposition de troisième niveau. Les mesures à prendre vont consister à éviter la propagation des poussières émises en dehors de la zone de travail : - en imprégnant localement le flocage ou le matériau avec de l eau ou une solution mouillante avant l intervention (en tenant compte en particulier du risque électrique) ; - en isolant la zone de travail de manière étanche par un sac à manches si la surface de la partie traitée est suffisamment réduite, en confinant la zone si elle est plus étendue ou si l utilisation du sac à manches est impossible (flocage, parois,...), et à protéger les opérateurs au moyen de vêtements jetables et au minimum d un masque complet à ventilation assistée avec des filtres TMP3, voire d un masque à adduction d air comprimé. Chaque fois que cela sera possible, des outils manuels ou des outils à vitesse lente devront être utilisés, et les outillages rotatifs dont la vitesse de rotation est trop élevée seront à proscrire. Il est par ailleurs conseillé d'équiper les outils rotatifs de dispositifs de captage de poussières, reliés à une centrale d'aspiration dotée d'un filtre absolu. 8

10 établissement d'une fiche d'exposition pour tous les travailleurs concernés. Retrouvez cette note sur Il est établi pour chacun des travailleurs concernés une fiche d'exposition qui précise la nature et la durée des travaux effectués, les procédures de travail et les équipements de protection utilisés et le niveau d exposition si il est connu. Cette fiche est transmise au médecin du travail qui peut décider de modalités particulières de suivi médical Signalement de la zone d'intervention La zone de travail concernée doit être signalée et ne doit être ni occupée ni traversée par des personnes autres que celles chargées de l'intervention. Restitution des locaux Le chef d'entreprise doit s'assurer du nettoyage de la zone de travaux à la fin du chantier. 2.4 gestion des déchets contenant de l amiante Les déchets amiantés de toute nature doivent être traités de façon à ne pas provoquer d'émission de poussières pendant leur manutention, leur transport, leur entreposage et leur stockage Déchets produits lors de travaux relatifs au calorifugeage et au flocage (circulaire n du 19 juillet 1996) Transport D'une façon générale, l'envol des poussières lors des différentes phases d'élimination des déchets d'amiante devra être limité autant que possible : par un conditionnement des déchets : ils devront être placés dans une double enveloppe étanche qui sera elle-même placée dans un grand récipient pour vrac (GRV) ; lors du transport, le chargement devra être bâché afin de limiter l'envol de fibres. Ces déchets entrent dans le champ d application du règlement de transport de matières dangereuses par route (RTMDR). Étiquetage des déchets Quel que soit leur conditionnement, les déchets doivent être étiquetés «amiante». Elimination Les déchets concernés par cette circulaire sont des déchets dangereux. Ils peuvent être éliminés dans des installations de stockage de déchets industriels spéciaux ou stabilisés dans des installations de vitrification. 9

11 2.4.2 Les déchets d amiante-ciment (circulaire du 9 janvier 1997) Retrouvez cette note sur Les déchets concernés sont : amiante-ciment, plaques et tôles ondulés, vêtement de protection, poussières de nettoyage, etc. Bordereau de suivi Un bordereau de suivi des déchets d'amiante-ciment doit être établi pour chaque chargement de déchets d'amiante-ciment. Il doit accompagner les déchets jusqu'à destination finale. Conditionnement et transport Les déchets issus du nettoyage et les déchets de matériels et d'équipement seront conditionnés comme les déchets issus des travaux relatifs aux flocages et aux calorifugeages dans le bâtiment (Circ. n 96-60, 19 juill. 1996). Ils seront ainsi placés dans une double enveloppe étanche qui sera elle-même placée dans un grand récipient pour vrac (GRV). Les plaques, ardoises et produits plans devront, dans la mesure du possible, être palettisés. Les tuyaux et canalisations seront conditionnés en racks. Les autres éléments en vrac (autres que les débris et poussières) seront déposés dans des bennes qui recevront exclusivement des déchets d'amiante-ciment. Ces bennes seront bâchées. Ces déchets seront conditionnés de façon à ce qu'un contrôle visuel puisse être exercé lors de leur arrivée sur l'installation de stockage. L'utilisation de grand récipient pour vrac transparent s'adaptant à la forme de la benne ou tout moyen équivalent pourra être utilisé à cet effet. Étiquetage des déchets Quel que soit leur conditionnement, les déchets doivent être étiquetés «amiante». Elimination Les poussières et équipement de protection sont considérés comme des déchets dangereux. Ils sont éliminés de la même façon que les déchets de flocage et calorifugeage. L amiante-ciment peut être stockée en CET de classe II ou III si l installation respecte les prescriptions de la circulaire du 9 janvier Pour le stockage en classe III, le guide ministériel sur le stockage des déchets inertes reprend ces prescriptions (stockage de type F, déchets d amiante-ciment). La manutention et le stockage de ce type de déchet doit être effectué de façon à limiter au maximum l envol de fibres. ATTENTION : Une décision du Conseil Européen (2001/573/CE) prise le 23/07/01 classe les déchets de construction contenant de l'amiante en déchets dangereux (modification de la liste communautaire des déchets) à partir de janvier Les Etats membres ont donc à faire appliquer cette décision : Celle ci a des conséquences sur le stockage de ces déchets : Le CET de classe III ne seraient donc plus adapté. Le Conseil donne aux Etats membres jusqu'au 16 juillet 2002 pour trouver des solutions 1

12 2.4.3 Les autres cas de déchets (Circ. DPPR/SDPD n , 12 mars 1997) Les filières d'élimination des déchets contenant de l'amiante autres que ceux qui ont fait l'objet des deux circulaires précitées peuvent être déterminées par analogie aux prescriptions de ces deux circulaires : 1- les matériaux friables, c'est-à-dire les matériaux susceptibles d'émettre des fibres sous l'effet de chocs, de vibrations ou de mouvements d'air, sont assimilables aux flocages et aux calorifugeages. Ils devront alors être éliminés dans des installations de stockage des déchets industriels spéciaux ou dans une unité de vitrification ; 2- pour les déchets contenant de l'amiante liée, trois cas sont envisageables : si les déchets sont composés d'amiante associée uniquement avec des matériaux inertes, ceux-ci pourront être éliminés conformément à la circulaire du 9 janvier 1997 relative à l'élimination des déchets d'amiante-ciment, si l'amiante est associée avec des matériaux, qui, lorsqu'ils deviennent des déchets, sont classés déchets ménagers et assimilés, c'est par exemple le cas des dalles vinyl-amiante, ils pourront être éliminés dans des installations de stockage de déchets ménagers et assimilés, si l'amiante est associée avec des matériaux, qui, lorsqu'ils deviennent des déchets, sont classés déchets industriels spéciaux, ils devront être éliminés soit dans des installations de stockage de déchets industriels spéciaux soit dans une unité de vitrification. 1

13 3 Ce qu il faut retenir : les fiches pratiques 3.1 Identification des produits contenant de l amiante Public concerné Retrouvez cette note sur Les propriétaires d immeubles bâtis : dans le cadre de la première étape du diagnostic amiante (voir page 4), ces propriétaires peuvent utiliser les documents à leur disposition pour identifier les produits susceptibles de contenir de l amiante (dalles de sol, porte coupe feu..). Les professionnels du bâtiment : Au cours de travaux de démolition ou de rénovation dans des immeubles bâtis, ou dans le cas des constructions individuelles (où le diagnostic amiante n est pas obligatoire), l identification des catégories de produit susceptibles de contenir de l amiante permet d adopter des mesures de protection efficace contre les émissions de poussière. Les professionnels de la réparation mécanique : Obligations à respecter Pour les propriétaires : Pour l élaboration du diagnostic amiante obligatoire pour les immeubles bâtis, vous devez faire appel à des entreprises agrées : dans le cas contraire, les résultats du diagnostic ne seront pas valables et vous risquez de compromettre la santé des occupants des locaux et des salariés d une entreprise ne possédant pas les qualifications et le matériel adaptés pour réaliser ce genre d interventions. Pour les professionnels du bâtiment : Pour des interventions sur des produits contenant de l amiante ou susceptibles d en contenir, toutes les mesures de protection adéquates doivent être prises pour prévenir les risques d inhalation de poussières d amiante Les principaux produits contenant de l amiante Pour plus de précisions sur les produits contenant de l amiante, reportez vous au «guide de repérage des produits dégradés» dont les références sont indiquées page 26. Amiante en vrac : # Bourre d amiante pour le calorifugeage de fours, de chaudières, de tuyaux, de gaines électriques, de chauffe-eau, de portes et cloisons coupe-feu, de matériels frigorifiques, d équipements industriels. # Flocages d amiante sur des structures métalliques ou en sous-face de dalles en béton, pour la protection contre l incendie et contre le bruit dans les bâtiments. 1

14 Amiante en feuilles ou en plaques : # Papier et carton d amiante pour l isolation thermique (cheminées, fours, appareils de chauffage) # Plaques pour la réalisation de faux plafonds ou de parements ignifuges, de portes et clapets coupefeu. Produits en amiante-ciment # Plaques planes ou ondulées, tuiles et autres panneaux de toiture. # Appuis de fenêtres, plaques de façades. # Plaques et panneaux de cloisons intérieures et de faux plafonds. # Gaines de ventilation, descentes pluviales. # Tuyaux et canalisations d adduction et d évacuation d eau. Amiante incorporé dans les liants divers # Dalles de sol collées (amiante-vinyl), tuiles, feuilles d étanchéité de toiture au bitume. # Sous-face de divers revêtements de sols. # enduits de ragréage ou de lissage de sols et de cloisons intérieures. # mortiers-colles à carrelages, enduits d étanchéité chargés à l amiante. # enduits à base de plâtre et mortiers pour la protection contre l incendie. 1

15 # garniture de friction (ex ; embrayage ou freins de véhicules) Retrouvez cette note sur 1

16 3.2 Recherche d amiante dans les bâtiments Public concerné Les propriétaires d immeubles bâtis qui ont à faire réaliser un diagnostic amiante dans leurs locaux. Les professionnels du bâtiment qui souhaitent intervenir au cours des étapes du diagnostic amiante (recherche de flocages, contrôle de l'état de conservation, retrait ou confinement de ces flocages) Les étapes du diagnostic amiante E>5f/l Organigramme : Ministère de l équipement ; du transport et du logement 1

17 Etat de conservation des matériaux (N) Actions N = 1 Les matériaux ne sont pas dégradés Faire un contrôle périodique dans un délai de 3 ans maximum N = 2 Les matériaux commencent à ce dégrader Faire effectuer des mesures d empoussièrement (voir tableau suivant) N = 3 Les matériaux sont fortement dégradés Faire réaliser des travaux de retrait, confinement ou imprégnation Surveillance du niveau d empoussièrement (E) E inférieur ou égal à 5fibres par litre E supérieur à 5 fibres par litre Actions Faire réaliser un contrôle de l état de conservation dans un délai de 3ans maximum. Faire réaliser des travaux appropriés dans un délai de 3 ans maximum. Avant le début des travaux, des mesures compensatoires doivent être prises pour que le taux d empoussièrement reste en dessous de 5 fibres par litre Obligations à respecter Pour les propriétaires : 1. Pour l élaboration du diagnostic amiante obligatoire pour les immeubles bâtis, vous devez faire appel à des entreprises agrées (voir une liste en annexe) : dans le cas contraire, les résultats du diagnostic ne seront pas valables et vous risquez de compromettre la santé des occupants des locaux et des salariés d une entreprise ne possédant pas les qualifications et le matériel adaptés pour réaliser ce genre d interventions. Vous devez aussi communiquer les résultats du diagnostic à toute personne appelée à effectuer des travaux. 2. Chaque immeuble doit faire l objet d un dossier technique amiante qui permet de consigner toutes les mesures prises pour prévenir les risques liés à l amiante. Les composants concernés sont : les parois verticales intérieures et enduits, les planchers plafonds et faux plafonds, les conduits et canalisations, les ascenseurs et monte charges (pour plus de détails consulter l annexe du décret [voir p.25]) Pour les professionnels du bâtiment : Pour intervenir au cours des étapes du diagnostic amiante (recherche de flocages, contrôle de l'état de conservation, retrait ou confinement de ces flocages), les entreprises doivent posséder les agréments adéquats. La liste des organismes de formations agréées est disponible en annexe. 1

18 3.3 Gestion des déchets amiantés Public concerné Les propriétaires d immeubles bâtis : Lorsqu ils font réaliser des travaux de démolition ou de rénovation qui génère des déchets contenant de l amiante, ils doivent s assurer que l entreprise qui réalise les travaux assure une élimination de ces déchets de façon réglementaire. Les professionnels du bâtiment : Si des déchets contenant de l amiante sont générés sur le chantier, leur élimination doit être faite de façon réglementaire Obligations à respecter Quel que soit leur type et leur conditionnement, les déchet doivent être étiquetés «amiante» Type de déchets Conditionnement et transport Elimination Déchets d amiante friable (calorifugeage et flocage par exemple, y Limiter l envol de poussières Placer les déchets dans une double enveloppe étanche Déchets dangereux : a éliminer dans un CET de classe 1 ou une unité de vitrification compris les EPI et les déchets de nettoyage) Etablissement d un BSDI obligatoire Déchets d amiante ciment Pour les déchets sous forme de fragments, poussières de nettoyage, les EPI : voir la ligne précédente Autres types de déchets contenant de l amiante non friable Pour les déchets sous forme de plaques : Placer les déchets dans des bennes, sur des palettes ou des racks Etablissement d un BSDI obligatoire Stockage en CET de classe 2 ou en CET de classe 3 disposant d alvéoles spécifiques. EN COURS DE MODIFICATION Si le déchet est composé d amiante et de matériaux inertes : voir la ligne précédente. Si le déchet est composé d amiante et de matériaux assimilés à des DIB, il est considéré comme un DIB (exemple : dalle en amiante vinyl) Si le déchet est composé d amiante et de matériaux assimilés à des DIS, il est considéré comme un DIS Précautions particulières Lors de la manipulation des déchets d amiante, toutes les précautions doivent être prises pour protéger les personnes qui risque d inhaler des poussière d amiante : voir le paragraphe suivant. 1

19 3.4 Interventions sur des matériaux de construction susceptibles d émettre des fibres d amiante Public concerné Les professionnels du bâtiment : Lors de travaux de maintenance, de rénovation ou de démolition, les entreprises du bâtiment peuvent être amenées à intervenir sur des matériaux susceptibles d émettre des fibres d amiante Les principales interventions Pour plus de précisions concernant des interventions particulières, se reporter aux guides techniques de l INRS en particulier «Travaux de retrait ou de confinement d amiante et de matériaux en contenant : guide de prévention» (INRS REF / ED815). Voici quelques interventions courantes qui peuvent être à l origine d émission de fibres d amiante : 1. Travaux sur un flocage ou un calorifugeage (exclus le confinement et le retrait de flocages ou de calorifugeages d amiante) : travaux d entretien et de maintenance dans des locaux floqués à l amiante (électricité, chauffage, climatisation, plomberie, pose ou dépose de faux plafonds,...), lorsqu il y a perçage, grattage ou contact avec le flocage. interventions sur des équipements impliquant le perçage, le contact direct avec des calorifugeages en amiante. travaux dans une gaine technique exiguë floquée à l amiante ou derrière un faux plafond masquant un flocage (dépôt de poussières d amiante et risque de frottement sur le flocage). 2. Travaux sur des plaques de carton d amiante : par perçage, ponçage, découpe, frottement, transport et manutention de ces plaques en place dans des bâtiments, des cheminées, sur des fours opérations de dépose partielle, découpe, usinage de plaques de faux plafonds ignifuges en amiante ou contenant de l amiante, utilisation de carton d amiante comme protection thermique pour le brasage ou le soudage, 3. Travaux sur des enduits et revêtements Travaux d entretien et de rénovation dans des locaux comportant des enduits, des colles, des plâtres contenant de l amiante (préparation des supports, ponçage, perçage, démolition de cloisons,...), travaux de réfection de revêtements de sols en dalles en amiante vinyl, de dépose de revêtements de sols ou de murs collés à une sous couche d amiante. 4. Travaux sur des éléments en amiante ciment Travaux de réparation de toitures, de bardages, d éléments de construction en amiante-ciment, impliquant des opérations de découpe, tronçonnage, perçage, ponçage, travaux d usinage (perçage, sciage) de tuyaux, de gaines en amiante-ciment, 5. Travaux divers impliquant le stockage et la manipulation d amiante : Activités de récupération (découpage, démontage, piquage, manutention,...) de matériaux de construction contenant de l amiante. 1

20 stockage, manutention et transport d objets à base d amiante, opérations de nettoyage ou de dépoussiérage de locaux ou d installations pollués à l amiante. nettoyage de vêtements ou d équipements de travail pollués à l amiante Précautions particulières La réalisation de ces différents types de travaux expose le professionnel à un niveau de risque très varié : Ce niveau de risque doit être évalué pour pouvoir choisir des mesures de protection en rapport avec ce risque. Il est de la responsabilité du chef d entreprise d évaluer ce niveau de risque et de fournir aux personnes exposés les équipements de protection individuels adaptés. On distingue principalement 3 niveaux de risque : Niveau de risque Exemples de situation Mesures de protection minimales Premier niveau manutention de plaques d amiante ciment découpe ou perçage d amiante ciment avec des outils manuels déplacement de quelques éléments d un faux plafond contenant des cartons d amiante Deuxième niveau travaux à proximité d un flocage découpe de plaques de carton d amiante perçage dans des flocages ou calorifugeages (pendant une courte durée) Troisième Niveau découpe et usinage répétés dans un local fermé, sur des matériaux friables ou non, avec des outils rotatifs à vitesse élevée. Intervention directe sur des matériaux friables. protection respiratoire avec un demi masque filtrant jetable FFP3 pulvérisation à chaque fois que cela est possible sac à déchets à proximité immédiate nettoyage du chantier avec une éponge ou un chiffon humide si nécessaire balisage de la zone protection respiratoire avec un masque filtrant P3 vêtement de protection jetable pulvérisation à chaque fois que cela est possible nettoyage du chantier avec un aspirateur à filtre absolu Imprégnation locale du matériau avec une solution mouillante avant l intervention Isolement de la zone de travail de manière étanche Protection respiratoire avec un masque complet TMP3 1

VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free.

VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free. VDIAGNOSTICS IMMOBILIER 9 rue Henri Matisse 76120 GRAND QUEVILLY Télécopie : 09 55 32 26 60 Portable : 06 18 60 62 96 Email : vdiagimmo@free.fr RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS

Plus en détail

Préambule. Précisions supplémentaires

Préambule. Précisions supplémentaires Préambule Les prescriptions de sécurité préconisées dans ces fiches ne concernent que les risques liés à la présence d amiante non friable. Elles visent uniquement les matériaux non dégradés dans lesquels

Plus en détail

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur levenok.com Architectes D.P.L.G. RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l'établissement du constat établi à l'occasion de la vente d'un immeuble bâti REFERENCES

Plus en détail

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Amiante On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Le Québec est un important producteur et exportateur d amiante, un minerai reconnu pour ses

Plus en détail

INRS. Exposition à l amiante dans les travaux d entretien et de maintenance. Guide de prévention ED 809 INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SECURITE

INRS. Exposition à l amiante dans les travaux d entretien et de maintenance. Guide de prévention ED 809 INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SECURITE INRS INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE ET DE SECURITE Exposition à l amiante dans les travaux d entretien et de maintenance Guide de prévention ED 809 Ce document est destiné à informer et à fournir des conseils

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE AVANT DEMOLITION

RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAUX ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE AVANT DEMOLITION RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES MATERIAU ET PRODUITS CONTENANT DE L AMIANTE AVANT DEMOLITION Code de la Santé Publique Chapitre IV section 2 articles R1334-14 à R1334-29 et annexe 13-9 Code de la Santé

Plus en détail

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER

AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER AMIANTE PAS FORME PAS TOUCHER Où trouve-t-on de l amiante? Interdit en France depuis 1997, l'amiante est toujours présente dans les bâtiments construits avant cette date. Des dizaines de millions de mètres

Plus en détail

Exposition à l amiante dans les travaux d entretien et de maintenance

Exposition à l amiante dans les travaux d entretien et de maintenance Exposition à l amiante dans les travaux d entretien et de maintenance Guide de prévention L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

AMIANTE REGLEMENTATION AMIANTE ET SECOND ŒUVRE DU BATIMENT

AMIANTE REGLEMENTATION AMIANTE ET SECOND ŒUVRE DU BATIMENT REGLEMENTATION AMIANTE ET SECOND ŒUVRE DU BATIMENT Evaluer les risques avant toute intervention, notamment le risque amiante par tout moyen approprié Informer et former le personnel d encadrement et opérateurs

Plus en détail

Amiante : risques, prévention et formation

Amiante : risques, prévention et formation Entreprises artisanales de plomberie-chauffage Amiante : risques, prévention et formation L amiante c est quoi? L amiante est un matériau : Naturel Minéral Fibreux Utilisé massivement pendant plus de 130

Plus en détail

Guide de prévention du risque amiante. dans la gestion des bâtiments

Guide de prévention du risque amiante. dans la gestion des bâtiments Guide de prévention du risque amiante dans la gestion des bâtiments SOMMAIRE GESTION COURANTE DU BATIMENT... 5 Dossier technique amiante (DTA)... 5 Contenu du DTA et de la fiche récapitulative... 6 Mise

Plus en détail

L APSAM APSAM L AMIANTE : dangers et mesures de prévention ATTENTION. L APSAM Spécial amiante

L APSAM APSAM L AMIANTE : dangers et mesures de prévention ATTENTION. L APSAM Spécial amiante Travaux à risque élevé : friables, sauf si un sac à gants est utilisé ou si le volume de débris n excède pas 1 pi pour chaque rénovation mineure nettoyage ou enlèvement d un système de ventilation dans

Plus en détail

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION

L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION L'AMIANTE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 L'amiante (asbeste) est à l origine une roche naturelle composée de minéraux fibreux. Pour ses nombreuses propriétés, dont la résistance

Plus en détail

Isolation de conduites à base d'amiante

Isolation de conduites à base d'amiante *F01 Cordons, anneaux d'étanchéité et bandes d'isolation électrique en amiante Des cordons à haute teneur en amiante ont souvent été utilisés comme joints anti feu dans des poêles à mazout ou en aïence,

Plus en détail

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387

Risque amiante. La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 La Sécurité sociale au service de la prévention R 387 Risque amiante Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs salariés - Département prévention des accidents du travail - Tour Maine Montparnasse

Plus en détail

MATÉRIAUX AMIANTÉS. Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves :

MATÉRIAUX AMIANTÉS. Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves : MÉMO SANTÉ Chef d entreprise artisanale SERRURIERS MÉTALLIERS MATÉRIAUX AMIANTÉS Travailler en présence de matériaux amiantés SANS PRÉCAUTION peut entraîner des maladies respiratoires très graves : Cancer

Plus en détail

Amiante Protection des travailleurs

Amiante Protection des travailleurs COLLECTION DES AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUES aide-mémoire TJ 4 Ces aide-mémoire présentent de manière synthétique la réglementation sur un sujet précis. Selon les thèmes, certains d entre eux sont publiés dans

Plus en détail

Propriétaire Rapport n 123.2345.01. Diagnostic Amiante EXPERTISE AVANT TRAVAUX Juin 2012. EPIQR Rénovation Sàrl EPFL, PSE-C 1015 Lausanne

Propriétaire Rapport n 123.2345.01. Diagnostic Amiante EXPERTISE AVANT TRAVAUX Juin 2012. EPIQR Rénovation Sàrl EPFL, PSE-C 1015 Lausanne Propriétaire Rapport n 123.2345.01 Avec amiante, avec échantillon Bâtiment D 2345 Commune 123.2345 Diagnostic Amiante EXPERTISE AVANT TRAVAUX Juin 2012 EPIQR Rénovation Sàrl EPFL, PSE-C 1015 Lausanne Rapport

Plus en détail

AMIANTE Page 1 sur 5 GENERALITES SERPENTINE AMPHIBOLE EFFET SUR LA SANTE ASPECT JURIDIQUE

AMIANTE Page 1 sur 5 GENERALITES SERPENTINE AMPHIBOLE EFFET SUR LA SANTE ASPECT JURIDIQUE AMIANTE Page 1 sur 5 GENERALITES L amiante, du grec amiantos (incorruptible) est une roche naturelle métamorphique. Son utilisation est déjà connue à l antiquité. Le nombre de matériaux naturel en contenant

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de plaques en amiante-ciment à l air libre au bâtiment non-occupés par du public lors des travaux

PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de plaques en amiante-ciment à l air libre au bâtiment non-occupés par du public lors des travaux GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG ITM-SST 1916.1. PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de plaques en amiante-ciment à l air libre au bâtiment non-occupés par du public lors des travaux VISA DE L ITM NON-REQUIS

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Synthèse des résultats et recommandations F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON

Plus en détail

Évolution réglementaire amiante, conséquences pour les gestionnaires immeubles

Évolution réglementaire amiante, conséquences pour les gestionnaires immeubles Évolution réglementaire amiante, conséquences pour les gestionnaires immeubles DIRECCTE Midi-Pyrénées 17 décembre 2012 Etat des connaissances Amiante est cancérogène Amiante est interdit depuis 1 er janvier

Plus en détail

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé CCW_DD02 L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé De nombreuses entreprises sont confrontées à des matériaux amiantés lors de rénovations ou de démolition de bâtiments. Ces matériaux,

Plus en détail

Responsabilités des maîtres d ouvrage en opérations du BTP avec intervention sur des matériaux contenant de l amiante

Responsabilités des maîtres d ouvrage en opérations du BTP avec intervention sur des matériaux contenant de l amiante Fiche Prévention A4 F 07 12 Responsabilités des maîtres d ouvrage en opérations du BTP avec intervention sur des matériaux contenant de l amiante Les fibres d amiante ont été incorporées dans un grand

Plus en détail

HISTORIQUE et EXPLOITATION DETRIVAL I. ISDI et déchets d amiante lié à des matériaux inertes (amiante ciment) Commune de VIGNOC 35

HISTORIQUE et EXPLOITATION DETRIVAL I. ISDI et déchets d amiante lié à des matériaux inertes (amiante ciment) Commune de VIGNOC 35 HISTORIQUE et EXPLOITATION DETRIVAL I ISDI et déchets d amiante lié à des matériaux inertes (amiante ciment) Commune de VIGNOC 35 Vue aérienne du site de stockage amiante ciment Page 1-6 DETRIVAL I : ISDI

Plus en détail

L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire:

L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire: L Institut universitaire romand de Santé au Travail vous propose des services spécifi ques dans un contexte pluridisciplinaire: Expertises, conseils et chantiers Sylvain L Eplattenier, Maude Favre Analyses

Plus en détail

miante Guide pratique INTERVENTION SUR DES MATÉRIAUX CONTENANT DE L AMIANTE (MCA) Sous-section 3 du Décret n 2006-761 du 30 juin 2006 CONTACTS UTILES

miante Guide pratique INTERVENTION SUR DES MATÉRIAUX CONTENANT DE L AMIANTE (MCA) Sous-section 3 du Décret n 2006-761 du 30 juin 2006 CONTACTS UTILES CONTACTS UTILES Vous pouvez vous faire aider par Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation professionnelle Provence Alpes Côte d Azur (DRTEFP - PACA) 180, avenue du Prado 13285 MARSELLE

Plus en détail

miante INTERVENTION SUR DES MATÉRIAUX CONTENANT DE L AMIANTE (MCA) Sous-section 3 du Décret n 2006-761 du 30 juin 2006

miante INTERVENTION SUR DES MATÉRIAUX CONTENANT DE L AMIANTE (MCA) Sous-section 3 du Décret n 2006-761 du 30 juin 2006 miante INTERVENTION SUR DES MATÉRIAUX CONTENANT DE L AMIANTE (MCA) Sous-section 3 du Décret n 2006-761 du 30 juin 2006 Guide pratique Octobre 2009 Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications «RGE» classées par domaine de travaux liés

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail

Amiante, on se protège!

Amiante, on se protège! www.csst.qc.ca Amiante, on se protège! Aide-mémoire sur les dangers de l exposition à l amiante et mesures de prévention Cet aide-mémoire a été réalisé par la CSST, en collaboration avec ses partenaires,

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux Date d édition : Janvier 2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications«rge» classées par domaine

Plus en détail

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Amiante : Formation répondant aux critères de compétence obligatoires dans le cadre de la certification (NF EN ISO 17024) D P E : Formation répondant

Plus en détail

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META)

Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Campagne de mesures d exposition aux fibres d amiante par microscopie électronique à transmission analytique (META) Rapport final F. CLERC 1, C. EYPERT- BLAISON 1, M. GUIMON 2, A. ROMERO-HARIOT 2, R. VINCENT

Plus en détail

SOMMAIRE 1. Introduction... 2 2. Définition, propriétés... 2 3. Utilisation de l amiante... 5 4. Risques sanitaires liés à l amiante...

SOMMAIRE 1. Introduction... 2 2. Définition, propriétés... 2 3. Utilisation de l amiante... 5 4. Risques sanitaires liés à l amiante... LA GESTION DES DECHETS AMIANTES EN FRANCHE-COMTE 40% H ATTENTION CONTIENT DE L'AMIANTE H Respirer la poussière d'amiante est dangeureux pour la santé 60% H Suivre les consignes de sécurité SOMMAIRE 1.

Plus en détail

Questions-réponses : cas concrets d application de la réglementation

Questions-réponses : cas concrets d application de la réglementation Questions-réponses : cas concrets d application de la réglementation Cette rubrique est destinée à apporter des précisions sur les modalités d application de la section III du livre IV ème, titre I er,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR LA RÉNOVATION DE LOGEMENTS COMPORTANT DES SOLS AMIANTÉS

GUIDE PRATIQUE POUR LA RÉNOVATION DE LOGEMENTS COMPORTANT DES SOLS AMIANTÉS GUIDE PRATIQUE POUR LA RÉNOVATION DE LOGEMENTS COMPORTANT DES SOLS AMIANTÉS Quel choix pour la rénovation des sols amiantés? Déposer les revêtements existants ou les neutraliser avant repose des nouveaux?

Plus en détail

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de prévention du risque d exposition à l

Plus en détail

Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4)

Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4) Formations à la prévention des risques liés à l amiante (sous-section 4) DOCUMENT DE REFERENCE Ce document présente le contexte relatif à l organisation des formations «amiante sous-section 4» : Les compétences

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

Dossier Technique Immobilier

Dossier Technique Immobilier Dossier Technique Immobilier Numéro de dossier : Date du repérage : TPC2/14/1889/GSD 24/07/2014 Désignation du ou des bâtiments Localisation du ou des bâtiments : Département :... Manche Adresse :... lieudit

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER Cursus complet théorique et pratique Durée : 6 semaines, soit 30 jours de formation : 210 heures Nature de la formation : théorique et pratique Horaires : de 09h00-12h00 / 13h00-17h00

Plus en détail

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud NATIONS UNIES ST Secrétariat Distr. GÉNÉRALE ST/SG/AC.10/C.3/2005/47 13 septembre 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ D EXPERTS DU TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES ET DU SYSTÈME GÉNÉRAL HARMONISÉ

Plus en détail

II. QUAND UN DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX DOIT-IL ÊTRE RÉALISÉ?

II. QUAND UN DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX DOIT-IL ÊTRE RÉALISÉ? REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'intérieur, de la mobilité et de l'environnement Service de toxicologie de l'environnement bâti Version 1 août 2013 DIRECTIVE DIAGNOSTIC AMIANTE AVANT TRAVAUX

Plus en détail

Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante

Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante Décembre 2010 Santé travail Maladies chroniques et traumatismes Présentation d une matrice emplois-expositions aux fibres d amiante Quelques applications à un échantillon de population en France A. Lacourt,

Plus en détail

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Plomberie Chauffage

GUIDE DE L'ENTREPRISE : ENVIRONNEMENT / HYGIENE / SECURITE. Plomberie Chauffage Vous voulez démarrer une activité de plombier chauffagiste. Cette fiche rassemble l essentiel de la réglementation en matière d'environnement et de sécurité et quelques conseils importants pour être en

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en matière d habitat et de santé, de plomberie et d installations de chauffage ou d eau chaude sanitaire

Ce qu il faut savoir en matière d habitat et de santé, de plomberie et d installations de chauffage ou d eau chaude sanitaire Ce qu il faut savoir en matière d habitat et de santé, de plomberie et d installations de chauffage ou d eau chaude sanitaire Quels sont les risques en matière de santé pour ces rénovations? Avant travaux

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT

L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT L ENVIRONNEMENT DANS L ARTISANAT PLOMBERIE / CHAUFFAGE COMMENT ELIMINER VOS DECHETS? Le Code de l Environnement stipule que tout producteur ou détenteur de déchets est responsable de l élimination de ses

Plus en détail

I. Champ d application et définitions 3. Dispositions communes 3. II. Evaluation des risques 7. Dispositions communes 7

I. Champ d application et définitions 3. Dispositions communes 3. II. Evaluation des risques 7. Dispositions communes 7 QUESTIONS-REPONSES DECRET 2012-639 DU 4 MAI 2012 ARRETE DU 14 AOUT 2012 - ARRETE DU 14 DECEMBRE 2012 I. Champ d application et définitions 3 Dispositions communes 3 II. Evaluation des risques 7 Dispositions

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments Janvier 2015 Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments (CITE, TVA à taux réduit, Eco-PTZ) INTRODUCTION La loi de finances pour 2015 introduit un certain nombre de mesures

Plus en détail

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER MAÇONS CARRELEURS

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER MAÇONS CARRELEURS MÉMO SANTÉ MAÇONS CARRELEURS CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER Il est essentiel de préserver sa santé et celle de ses salariés pour réaliser un travail efficace et de qualité. De nombreuses

Plus en détail

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse 60 Tarif Public H.T. (réservé aux professionnels) Verre cellulaire FOAMGLAS T4+ FOAMGLAS S3 FOAMGLAS F FOAMGLAS TAPERED FOAMGLAS BOARD PANNEAU READY

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

FICHES ENVIRONNEMENT

FICHES ENVIRONNEMENT FICHES ENVIRONNEMENT Amiante Bijouterie Boucherie Charcuterie Boulangerie Pâtisserie Carrosserie Climatisation Frigoriste Coiffure Déménagement Dératisation Désinfection Désinsectisation Détermitage Encadrement

Plus en détail

Newsletter n 10 Mars 2012

Newsletter n 10 Mars 2012 Newsletter n 10 Mars 2012 La SHOB et la SHON sont remplacées par la surface plancher depuis le 1er Mars 2012. À l occasion de l adoption de la loi Grenelle 2 en juillet 2010, le Parlement a autorisé le

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux.

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux. TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON TABLE DES MATIÈRES PAGE TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON... 1 1 GÉNÉRALITÉS... 1 1.1 CONDITIONS GÉNÉRALES ET TRAVAUX CONNEXES... 1 1.2 DESCRIPTION DES

Plus en détail

Textes de loi. Postà par: cdarmouni Publià e le : 05/10/2009 12:51:26

Textes de loi. Postà par: cdarmouni Publià e le : 05/10/2009 12:51:26 diag-center.fr - Diagnostic Immobilier - Diagnostic amiante, plomb, loi carrez, à tat parasitaire, gaz, à lectricitã, à tat des risques naturels, performance à nergã tique, à tat des lieux, surface habitable,

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX

DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX LYCÉE LYCÉE GÉNÉRAL TECHNOLOGIQUE G ÉNÉRAL TECHNOLOGIQUE PIERRE BROSSOLETTE 161 cours Émile Zola - 69628 VILLEURBANNE Cedex CRÉATION DE LOCAUX DE STOCKAGE ANCIEN SANITAIRES DESCRIPTIF SOMMAIRE DES TRAVAUX

Plus en détail

FICHE DE DONNEE SECURITE

FICHE DE DONNEE SECURITE Degy Anti-fourmis 28/03/12 page1/6 FICHE DE DONNEE SECURITE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DU FOURNISSEUR Désignation commerciale: DEGY ANTI-FOURMIS Utilisation de la préparation : Produit

Plus en détail

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment)

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) FORMATION TECHNICIEN EN DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) Tél : 06 01 744 2 33 http:/ /www.

Plus en détail

Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures

Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures TZ-fert_franz.QXD 20.09.2006 13:52 Uhr Seite 1 Le béton léger prêt à l emploi, la solution idéale pour les applications intérieures et extérieures Préparation: Ajouter la quantité d eau requise (voir indications

Plus en détail

ISOLANTS EN FIBRES DE BOIS SyLvAcTIS. En isolation, le progrès c est aussi de savoir s inspirer de la nature. Entreprise certifiée

ISOLANTS EN FIBRES DE BOIS SyLvAcTIS. En isolation, le progrès c est aussi de savoir s inspirer de la nature. Entreprise certifiée En isolation, le progrès c est aussi de savoir s inspirer de la nature. ISOLANTS EN FIBRES DE BOIS SyLvAcTIS Entreprise certifiée PEFC/10-31-2030 PROMOUVOIR LA GESTION DURABLE DE LA FORÊT UNE ISOLATION

Plus en détail

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Centre de recherche Saint Antoine UMR-S 893 Site de l Hôpital Saint Antoine Bâtiment Inserm Raoul KOURILSKY 6 ème étage Equipe 13 Alex DUVAL

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

VILLE DE FEYZIN ( Rhône ) Réfection d'un réseau d'évacuation d'eau usée. Place René LESCOT

VILLE DE FEYZIN ( Rhône ) Réfection d'un réseau d'évacuation d'eau usée. Place René LESCOT VILLE DE FEYZIN ( Rhône ) MAITRE D'OUVRAGE VILLE DE FEYZIN Réfection d'un réseau d'évacuation d'eau usée Place René LESCOT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUE PARTICULIERES (C.C.T.P) SOMMAIRE 1 OBJET DU MARCHE...3

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Propriétaire : Dossier n 12040620 Date : 18/06/2012 CONSEIL GÉNÉRAL / TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE L'YONNE AGENDA DIAGNOSTICS 7 place de l Arquebuse 13 rue Passerat 89000 AUXERRE 10000 TROYES Tel : 03 86 72

Plus en détail

DESCRIPTIF PHASE D.C.E.

DESCRIPTIF PHASE D.C.E. MAITRE D'OUVRAGE : COMMUNE DE VEUREY-VOROIZE! OBJET CHANTIER : CONSTRUCTION MAISON DE LA NATURE LIEU DU CHANTIER : SECTEUR DES JAYERES 38113 VEUREY-VOROIZE DESCRIPTIF PHASE D.C.E. LOT 4 PLOMBERIE - SANITAIRES

Plus en détail

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR RSDG 5 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - REGLES GENERALES 2 1.1. - Objet du cahier des charges 2 1.2.

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Grattage et évacuation des peintures écaillées contenant du plomb dans les cages d escalier n 4 et 16.

Grattage et évacuation des peintures écaillées contenant du plomb dans les cages d escalier n 4 et 16. Maîtrise d Œuvre : C3C 21 rue Normande 28230 EPERNON Tél : 06.32.89.12.95 Fax : 09.58.83.45.69 E-mail : c3c.capelle@gmail.com Maître d Ouvrage LYCEE LAKANAL 3, avenue du Président Roosevelt 92330 SCEAUX

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014 Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Sommaire Domaine Sécurité et sanitaire Mise en sécurité des

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER PLOMBIERS CHAUFFAGISTES

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER PLOMBIERS CHAUFFAGISTES MÉMO SANTÉ PLOMBIERS CHAUFFAGISTES CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER Il est essentiel de préserver sa santé et celle de ses salariés pour réaliser un travail efficace et de qualité. De nombreuses

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

«RÉFECTION DES PLOTS Salle MATISSE» C.C.T.P. (Cahier des Clauses Techniques Particulières) Lot n 1 Maçonnerie

«RÉFECTION DES PLOTS Salle MATISSE» C.C.T.P. (Cahier des Clauses Techniques Particulières) Lot n 1 Maçonnerie «RÉFECTION DES PLOTS Salle MATISSE» C.C.T.P. (Cahier des Clauses Techniques Particulières) Lot n 1 Maçonnerie Maître d ouvrage : Maître d œuvre : Marché : Objet : Mode de consultation : Personnes à contacter

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w Conseils techniques Pour bénéficier du «Micro crédit régional 0 % Energie verte en Poitou-Charentes», le programme impose l utilisation de matériaux répondant à des niveaux de performances minimales. Pour

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

Programmes Prioritaires Nationaux : Fumées de soudage. Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité

Programmes Prioritaires Nationaux : Fumées de soudage. Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité Programmes Prioritaires Nationaux : Fumées de soudage Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité Règles essentielles de ventilation appliquées aux activités de soudage Y. CAROMEL - Contrôleur de sécurité Règles

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

ATTESTATION D ASSURANCE

ATTESTATION D ASSURANCE ATTESTATION D ASSURANCE SARL REHANEUF 20 RUE D ESPAGNE 64100 BAYONNE Valable * pour la période du 01/06/2014 au 31/12/2014 Contrat Multirisque Professionnelle : 164160800 V 001 MAAF ASSURANCES S.A. atteste

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE CABINET IM'EXPERT 12 rue Augustin Gignoux 82400 VALENCE D'AGEN Tel : 05 63 95 64 68 - Fax : 09 70 60 16 41 Port : 06 77 13 99 32 expert.im@wanadoo.fr Dossier n 14-01050 Date : 04/02/2014 Propriétaire :

Plus en détail

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS ACOUSTIQUE REGLEMENTATION Dans les exigences réglementaires, on distingue l isolement aux bruits aériens (voix, télévision, chaîne-hifi...) et l isolement aux bruits d impact (chocs). ISOLEMENT AUX BRUITS

Plus en détail