Efficacité du développement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Efficacité du développement"

Transcription

1 Efficacité du développement Pour une véritable responsabilité mutuelle Par Mary Robinson Nous présentons ici une version abrégée de l allocution d ouverture prononcée par Mary Robinson au Forum de haut niveau à Accra en septembre 2008 avec son autorisation.. La Déclaration de Paris appelle au changement de comportement. Elle appelle à la transformation des relations d aide, elle fait appel à l ouverture, à la transparence, à l inclusion sur le plan local et international. Il y est question de renforcer au local et à l international la responsabilité commune. Plus important encore, il s agit de savoir comment établir un lien entre ces divers éléments afin d élever le niveau de vie des femmes et des hommes démunis. Il est plus que jamais crucial d obtenir des résultats en matière de développement : le nombre de personnes vivant dans l extrême pauvreté augmente à un rythme effarant 1,4 milliard de personnes, en majorité des femmes et des enfants, vivent sous le seuil de la pauvreté. Or, les ressources disponibles pour l aide au développement font actuellement l objet de compressions résultant de la dégradation de l économie mondiale. La responsabilité et la Déclaration de Paris La responsabilité est le moteur du changement sociétal positif et l un des appels d urgence du 21e siècle à l échelle mondiale. Il est impératif d arriver à ces résultats. La Déclaration de Paris ne peut être plus claire : «Les donneurs et les pays partenaires sont responsables des résultats obtenus en matière de développement» Les gouvernements doivent rendre compte à leurs citoyens des efforts visant à leur assurer un emploi décent, des soins de santé de base, des conditions d accès à l éducation, et un environnement sain pour les générations futures. Les donateurs de leur côté ont l obligation de respecter leurs engagements en procurant une aide déliée aux pays partenaires qui favorise la mise en œuvre des orientations et des stratégies de développement nationales. Les donateurs ainsi que les gouvernements partenaires sont responsables, vis-à-vis leurs citoyens respectifs, des résultats en matière de développement. Qualité de la responsabilité mutuelle Cependant, il est évident pour la société civile que l aide ne parvient pas aux populations pauvres. Il est clair que les engagements adoptés dans la Déclaration de Paris ne sont pas suffisamment observés dans la pratique. Une bonne partie de l aide est encore liée, ce qui la rend difficilement gérable, et l on n utilise pas suffisamment les systèmes nationaux. Dans un tel contexte, comment réaliser la prise en charge et la reddition de comptes?

2 Ce point de vue découle de l enquête de mise en œuvre de la Déclaration de Paris. Celle-ci conclut que le pourcentage des pays dont les gouvernements et les donateurs se disaient satisfaits de l existence de mécanismes de responsabilité mutuelle efficaces a sensiblement diminué au cours des deux dernières années. Là où ces mécanismes existent, il faudrait les améliorer; Dans certains cas, on observe un manque d appropriation, d information et d analyse indépendantes, de données exhaustives et d autres éléments qui constituent le fondement même de la responsabilité mutuelle. Dans la Déclaration de Paris, les donateurs se sont engagés à fournir des données transparentes et exhaustives en temps opportun. Néanmoins, l enquête montre que les donateurs sont loin de fournir des données suffisantes en ce qui concerne l aide projetée. Or les pays partenaires n ont pas l information exacte quant à l aide qu ils recevront pour établir un plan d action et un budget efficients, ce à quoi s attendent les donateurs. Savoir c est pouvoir! La transparence est le fondement de la responsabilité. Un gouvernement partenaire qui connaît l apport de ressources externes devant s ajouter à ses propres ressources, est alors en mesure de mieux établir son plan d action et son budget. De même, un gouvernement plus transparent qui fait participer le parlement et les citoyens à la prise de décisions touchant le développement, pourra obtenir de meilleurs résultats dans ce domaine et en retour suscitera la confiance des donateurs quant à l utilisation efficace de leurs ressources. Les donateurs, individuellement et collectivement, doivent prendre des engagements clairs en ce qui concerne le volume de l aide et en répondre. Les pays partenaires doivent veiller à procurer le leadership nécessaire et l environnement favorable à l utilisation effective des ressources allouées au développement, y compris l aide extérieure. Il est possible d élaborer, grâce à des analyses exhaustives et à une vaste consultation, des politiques saines qui prennent en compte les besoins de tous les membres de la société de manière équitable et qui favorisent les droits de la personne, la viabilité de l environnement, ainsi qu un développement humain et économiquement viable. Nous ne devons pas nous laisser distraire par les tensions entre la responsabilité mutuelle et la responsabilité nationale. Les deux sont interdépendantes et peuvent être renforcées mutuellement s il existe un juste équilibre. Il faut renforcer les mesures incitatives propres à promouvoir et à soutenir la responsabilité mutuelle active. Améliorer la responsabilité Il est possible d obtenir des progrès réels en matière de responsabilité sur trois plans : 1. Comprendre le concept de responsabilité mutuelle Il y a cinq ans, les pays en développement et la société civile n avaient pas leur mot à dire dans les débats sur l efficacité de l aide, et la responsabilité mutuelle ne figurait même pas à l ordre du jour. La situation s améliore peu à peu. Mais dans le Rapport d évaluation de la Déclaration de Paris, il est suggéré qu en dépit des bonnes pratiques, la responsabilité mutuelle demeure l élément du programme d efficacité de l aide le moins compris et celui qui a le moins progressé. Si les bonnes pratiques existent à l échelle nationale et internationale, elles doivent être renforcées et appliquées largement.

3 Le processus Paris-Accra a permis de mieux comprendre la notion de responsabilité mutuelle. La responsabilité n est pas seulement un processus par lequel les partenaires sont responsables de leurs engagements les uns envers les autres. Il s agit de bâtir la confiance et la compréhension de sorte que chaque partenaire prenne sa part de responsabilité dans l atteinte des objectifs communs et reste ouvert à tout examen indépendant. 2. La responsabilité à l égard des engagements internationaux La responsabilité renvoie à une mission élargie. Il se dégage un consensus croissant sur la nécessité de situer les efforts visant à améliorer l efficacité de l aide dans un contexte élargi comprenant les objectifs et cadres connexes au développement, à la bonne gouvernance, à un emploi convenable, aux droits de la personne, à l égalité des sexes et à l environnement. L année 2008 marque le 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l homme. Elle offrait, tout comme les Objectifs du Millénaire pour le développement adoptés au début de ce siècle, la vision d une humanité commune et d une responsabilité collective. Il affirme que les libertés et les droits fondamentaux, tel le droit à un niveau de vie suffisant, y compris le droit à l alimentation, à la santé et à un logement décent, sont inaliénables et inhérents à tous les êtres humains. L efficacité du développement passe par les droits de la personne Déclaration de Rose Mensah-Kutin Réseau pour les droits des femmes au Ghana Forum de haut niveau (Accra) 3 septembre 2008 Le monde contemporain est confronté à une conjonction sans précédent de catastrophes naturelles et de crises tant politiques, économiques que sociales qui aggravent la pauvreté et grèvent les conditions de survie des hommes et des femmes vivant dans la pauvreté, spécialement dans les pays en développement. Selon des chiffres récents, 1,4 milliard d êtres humains, en majorité des femmes vivent sous le nouveau seuil de la pauvreté, maintenant établi à 1,25 $US par la Banque mondiale. Or ce sont les pauvres qui subissent le plus durement la hausse du prix des denrées et du carburant et les effets du changement climatique. Ce sont également eux qui souffrent des conflits, de la guerre et des déplacements ainsi que des répercussions néfastes de la privatisation des services de base. Il est évident que les orientations néolibérales n ont pas rempli jusqu ici leurs promesses d universalité et ont plutôt renforcer la discrimination, l exclusion sociale, l injustice et les inégalités. En tant qu acteurs du développement, il nous faut absolument comprendre le contexte politique et l inégalité des rapports de force qui caractérisent l architecture de l aide internationale ainsi que les difficultés auxquelles se heurte la mise en œuvre de la Déclaration de Paris. Or nous avons constaté que certains enjeux, l égalité des sexes, le respect des droits et la pérennité environnementale sont indissociables d un développement durable. Notre message se résume en peu de mots : il faut que les choses changent. Pour que le développement soit efficace, il doit tendre à l élimination de la pauvreté, promouvoir l égalité des sexes, les droits de la personne, le soutien des handicapés physiques et veiller à la pérennité de l environnement. Les structures décisionnelles e les relations à l échelle mondiale doivent prendre appui sur les normes internationales de droits de la personne afin qu un jour l aide ne soit plus nécessaire. Il est possible de renforcer la responsabilité et d améliorer les résultats en matière de développement par des moyens pratiques, en prêtant une plus grande attention aux droits de la personne, à l'insertion sociale, à l'égalité des sexes et à l'environnement. En outre, la mise en œuvre des principes de la Déclaration de Paris favorisera l atteinte de ces objectifs. Les lacunes de la Déclaration de Paris au chapitre des rapports sociaux entre les sexes sont comblées dans le programme d'action d Accra, cependant l'importance d'une transformation de ces rapports n'est pas pleinement appréciée.

4 Pour obtenir des résultats positifs en matière de développement, il faut mettre en place des mécanismes adaptés aux sexospécificités qui permettent la collecte et l analyse de données, la gestion financière et la planification, et où les programmes privilégient l égalité des sexes et offrent aux femmes les possibilités d un travail décent. Plus de 200 organisations des droits des femmes se sont rendues à Accra et ont adressé quelques recommandations fort pratiques au Forum de haut niveau. Les plus pertinentes au concept de responsabilité mutuelle portaient sur la nécessité d inclure, dans les mécanismes de responsabilité, la mesure des résultats relatifs à l orientation générale et des actions particulières, telles que l emploi et le revenu des femmes, les cas de violence dirigée contre les femmes, le droit d hériter et le droit à la propriété, ainsi que la participation des femmes au processus décisionnel. Cela est réalisable si les mécanismes gouvernementaux en faveur de la femme sont renforcés systématiquement et de façon constante. 3. Renforcer les fonctions des intervenants dans le processus Comment rehausser le sentiment de responsabilité mutuelle pour mieux refléter les fonctions essentielles des divers intervenants? Les membres du Parlement À l échelon du pays partenaire, les membres du parlement notamment peuvent s avérer d importants agents de changement. Ils sont bien placés pour veiller à ce que les principes directeurs intègrent tous et traitent des réalités économiques et sociales. Les députés sont à la fois des leaders politiques, des législateurs, des modèles publics et des représentants de la collectivité dont ils défendent les intérêts auprès du gouvernement. À ce titre, ils exercent une influence sur les décisions relatives aux besoins en matière de développement en suscitant les réformes législatives, en modifiant les allocations budgétaires et en instituant des enquêtes. Les pays partenaires se sont engagés à renforcer le rôle de leur parlement en ce qui a trait à leurs stratégies et budgets de développement, et à rendre le processus plus ouvert lorsqu'ils font état des progrès dans ce domaine et les évaluent. Mais la participation restreinte des membres du parlement aux efforts de responsabilisation, tant de la part du pays partenaire qu à l échelle internationale, doivent faire l objet d une action immédiate. La société civile Dans le même ordre d idées, il est important d appuyer continuellement la société civile dont le rôle est, entre autres, de soutenir les laissés-pour-compte et de veiller à ce que les gouvernements tiennent leurs engagements. Il est capital que les populations marginalisées, socialement et économiquement, aient leur mot à dire en ce qui a trait à la reddition de comptes. Par ailleurs, la société civile doit à son tour rendre des comptes à l ensemble de sa population. La voie vers Accra a incité les organisations de la société civile à reconnaître leur rôle à l'égard de l'efficacité du développement. La société civile a proposé la mise sur pied d'un forum mondial d une durée de deux sur l efficacité du développement. Le but de cette initiative plurilatérale est de définir les principaux facteurs qui influencent l efficacité du développement; il est aussi d en venir à un accord sur une démarche unique visant à mesurer le rendement des OSC en matière d'efficacité du développement.

5 Pour qu elles soient en mesure de s engager à faire respecter le principe de reddition des comptes, il sera important que les organisations de la société civiles aient les coudées franches sur le plan politique. Nouvelle architecture de l aide Des questions particulières soulevées par la nouvelle architecture de l aide augmentent sa complexité : la taille et le nombre de fondations, la nature des fonds, les nouveaux donateurs (non membres du CAD). Il importe de tenir un discours plus cohérent et de mettre en commun l information provenant de ces acteurs de manière à renforcer la Déclaration de Paris et son appropriation. Lorsqu il s agit de la responsabilité, nous ne pouvons faire abstraction du secteur privé, des gouvernements ni des multinationales qui sont mutuellement responsables des activités du secteur privé, notamment en ce qui concerne l exploitation des richesses des pays en développement. Leadership politique Par-dessus tout, le leadership politique est essentiel pour assurer une véritable responsabilité mutuelle. Les praticiens de l aide ne doivent pas être seuls à s engager en faveur du changement. Il faut aussi un effort politique et budgétaire à l égard du processus. La responsabilité mutuelle et en partenariat requiert des relations de travail coopératif plus étroites entre donateurs et pays partenaires, ainsi qu entre le gouvernement, le parlement, la société civile, le secteur privé et les individus. Elle dépend de l interaction renforcée des mécanismes de responsabilisation à l échelle mondiale, nationale et locale. La responsabilité engage le respect mutuel, le dialogue authentique et un sens de l obligation collective d obtenir des résultats. Conclusion J invite instamment les leaders politiques et les dirigeants des organismes à surmonter les difficultés et les obstacles qui freinent le progrès pour s efforcer de rendre l aide plus efficace afin que les ressources contribuent au mieux-être des sociétés et des collectivités. Le défi consiste à dépasser les promesses faites à Paris et à Accra. Le succès viendra non pas de formules creuses mais d un changement de comportement qui améliorera les résultats sur le terrain. Mary Robinson a été la première femme président d'irlande et a occupé les fonctions de Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme de 1997 à Pour en savoir davantage Realizing Rights: The Ethical Globalization Initiative

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Communiqué de la société civile Forum mondial des OSC sur le calendrier de développement pour 2015 et au-delà 23-24 mars 2013, Bali, Indonésie

Communiqué de la société civile Forum mondial des OSC sur le calendrier de développement pour 2015 et au-delà 23-24 mars 2013, Bali, Indonésie Communiqué de la société civile Forum mondial des OSC sur le calendrier de développement pour 2015 et au-delà 23-24 mars 2013, Bali, Indonésie Alors que débute la quatrième réunion du Groupe de haut niveau

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Le Canada est heureux de répondre à l invitation, contenue au paragraphe 10 de la décision 3/CP.19, de préparer des rapports bisannuels

Plus en détail

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Kevin G. Lynch Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet Pour l année finissant le 31 mars 2006 Catalogage avant

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.6/2015/L.1* Conseil économique et social Distr. limitée 5 mars 2015 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-neuvième session 9-20 mars 2015 Point

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009 COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS QUESTIONS RELATIVES A LA SURETE ET A LA SECURITE

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)] Nations Unies A/RES/65/141 Assemblée générale Distr. générale 2 février 2011 Soixante-cinquième session Point 17 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Le Conseil ministériel,

Le Conseil ministériel, DÉCISION No 3/11 ÉLÉMENTS DU CYCLE DU CONFLIT LIÉS AU RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DE L OSCE EN MATIÈRE D ALERTE PRÉCOCE, D ACTION RAPIDE, DE FACILITATION DU DIALOGUE ET DE SOUTIEN À LA MÉDIATION, AINSI

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Déclaration de Charm el cheikh pour la réduction des risques

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Juin 2012 Tazim Virani Rapport commandé par l Association des infirmières et infirmiers du Canada fcrss.ca Ce document est disponible à www.fcrss.ca. Le présent

Plus en détail

Représentant national 1

Représentant national 1 Représentant national 1 Lieu de travail : Supérieur immédiat : Statut : REMARQUE : Échelle salariale : Exigences linguistiques : Yaounde, Cameroun Chef des programmes pour l Afrique centrale et occidentale

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT 1 Les valeurs à partager pendant l

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Le Cadre mondial pour les services climatologiques: innovation et adaptation

Le Cadre mondial pour les services climatologiques: innovation et adaptation Le Cadre mondial pour les services climatologiques: innovation et adaptation UN /Albert Gonzalez Farran L innovation et l adaptation ont permis à l humanité non seulement de survivre mais de se dépasser.

Plus en détail

PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION II. ENVIRONNEMENT OPERATIONNEL

PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION II. ENVIRONNEMENT OPERATIONNEL COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. Restreinte EC/54/SC/CRP.4 25 février 2004 COMITE PERMANENT FRANÇAIS 29 e réunion Original : ANGLAIS PREPARATION ET REPONSE D URGENCE I. INTRODUCTION

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

Message de la Directrice générale de l UNESCO, Irina Bokova, à l occasion du 48 e anniversaire de la création du Groupe des 77 et la Chine

Message de la Directrice générale de l UNESCO, Irina Bokova, à l occasion du 48 e anniversaire de la création du Groupe des 77 et la Chine Message de la Directrice générale de l UNESCO, Irina Bokova, à l occasion du 48 e anniversaire de la création du Groupe des 77 et la Chine Lu par M. Qian Tang, Sous-Directeur général pour l éducation Paris,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr.: Générale 3 octobre 2001 Français Original: Anglais E/CN.7/2001/15 Commission des stupéfiants Reprise de la quarante-quatrième session Vienne, 12-14 décembre

Plus en détail

1995, PEKIN (CHINE) / 4E CONFERENCE MONDIALE SUR LES FEMMES

1995, PEKIN (CHINE) / 4E CONFERENCE MONDIALE SUR LES FEMMES 1995, PEKIN (CHINE) / 4E CONFERENCE MONDIALE SUR LES FEMMES La déclaration de Beijing [Pékin] La déclaration en bref La plate-forme d'action de Pékin est issue d'une conférence mondiale sur les femmes

Plus en détail

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS 1. INTRODUCTION 1.1 Le transport aérien de passagers est étroitement associé au tourisme, lequel

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

3.6 Pratique de gestion et ressources humaines (3.6.1)

3.6 Pratique de gestion et ressources humaines (3.6.1) 3.6 Pratique de gestion et ressources humaines (3.6.1) 3.6.1 L Organisation doit s efforcer d appliquer les pratiques de gestion les mieux adaptées à sa mission, à son fonctionnement et à sa structure

Plus en détail

BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004.

BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004. BUREAU INDÉPENDANT D ÉVALUATION (BIE) du FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL PROGRAMME DE TRAVAIL PROPOSÉ POUR L EXERCICE 2004 13 janvier 2003 1. Le présent document expose le programme de travail du BIE pour

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

COMMENT L ACCÈS À LA JUSTICE AIDE À RÉDUIRE LA PAUVRETÉ

COMMENT L ACCÈS À LA JUSTICE AIDE À RÉDUIRE LA PAUVRETÉ Note d accompagnement de la Conférence d Avocats Sans Frontières COMMENT L ACCÈS À LA JUSTICE AIDE À RÉDUIRE LA PAUVRETÉ «Le développement doit être appréhendé comme un processus d expansion des libertés

Plus en détail

Plan stratégique 2012-2015 Vérificateur général du Québec

Plan stratégique 2012-2015 Vérificateur général du Québec Plan stratégique 2012-2015 Vérificateur général du Québec Au service de l Assemblée nationale pour une saine gestion des fonds publics, dans la perspective d un développement durable Photo de la page couverture

Plus en détail

Les principes de la Déclaration

Les principes de la Déclaration LA BUDGÉTISATION SENSIBLE AU GENRE Comment l aide peut-elle être sensible au genre dans le contexte des nouvelles modalités d aide? Leçons tirées des efforts de budgétisation sensible au genre Les principes

Plus en détail

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Graham S. Lowe Résumé Le rapport de synthèse est accessible à partir du site http://www.rcrpp.org On peut aussi obtenir des

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Les participants au Forum régional sur «les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest», réunis

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

animal en Australie Stratégie de l'australie animal

animal en Australie Stratégie de l'australie animal Le bien-être animal en Australie Stratégie de l'australie en matière de bien-être animal Aperçu de la présentation ti Aperçu de l'approche australienne Stratégie de l'australie en matière de bien-être

Plus en détail

E/2005/NGO/21 Principes d apprentissage/autonomisation pour le renforcement des capacités

E/2005/NGO/21 Principes d apprentissage/autonomisation pour le renforcement des capacités Nations Unies E/2005/NGO/21 Conseil économique et social Distr. générale 25 mai 2005 Français Original: anglais Session de fond de 2005 New York, 29 juin-27 juillet 2005 Point 2 de l ordre du jour provisoire*

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme L'éducation et la formation des femmes CSW41 Conclusions concertées (1997/4) Nations Unies, mars 1997 L'éducation et la formation des femmes 1. On s'accorde largement

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/ENERGY/GE.7/2015/3 Conseil économique et social Distr. générale 28 juillet 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

Conclusions concertées sur le financement de la promotion de l égalité des sexes et de l autonomisation des femmes

Conclusions concertées sur le financement de la promotion de l égalité des sexes et de l autonomisation des femmes Conclusions concertées sur le financement de la promotion de l égalité des sexes et de l autonomisation des femmes 1. Les conclusions concertées ci-après, adoptées par la Commission, sont portées à l attention

Plus en détail

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION POUR L APPLICATION DE LA STRATÉGIE INTERNATIONALE DE PRÉVENTION DES CATASTROPHES (SIPC) Juin, 2001 -2- TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La complexité accrue de l environnement dans lequel travaillent les PME, et la nouvelle réalité économique à laquelle elles font face exercent des pressions de plus en plus importantes sur leur

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun

Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun Un bilan décevant Table des matières Peu d indicateurs globaux témoigne d une importance croissante donnée

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2015/L.1/Add.4 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. limitée 5 novembre 2015 Français Original: anglais Sixième session Saint-Pétersbourg

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Projet de Plan d action en matière de communication pour la RHN2

Projet de Plan d action en matière de communication pour la RHN2 Projet de Plan d action en matière de communication pour la RHN2 Partenariat mondial pour une coopération efficace au service du développement (PMCED) 9 e réunion du Comité de pilotage Du 29 février au

Plus en détail

Systèmes intégrés de protection sociale

Systèmes intégrés de protection sociale Systèmes intégrés de protection sociale Renforcer l équité en faveur des enfants Résumé Cadre stratégique de protection sociale de l UNICEF 1 Principaux messages La protection sociale contribue de façon

Plus en détail

DISCOURS DE MME JUSTINE GREENING, MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL, AU NOM DU GOUVERNEMENT DU ROYAUME-UNI

DISCOURS DE MME JUSTINE GREENING, MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL, AU NOM DU GOUVERNEMENT DU ROYAUME-UNI DISCOURS DE MME JUSTINE GREENING, MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL, AU NOM DU GOUVERNEMENT DU ROYAUME-UNI AM100f-X 1 Discours de Mme Justine Greening, ministre du Développement international, gouvernement

Plus en détail

Bâtir un programme d innovation : Investir dans la croissance économique et dans des services efficaces Présentation prébudgétaire

Bâtir un programme d innovation : Investir dans la croissance économique et dans des services efficaces Présentation prébudgétaire Bâtir un programme d innovation : Investir dans la croissance économique et dans des services efficaces Présentation prébudgétaire MaRS Discovery District Février 2016 SOMMAIRE Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

Meilleure santé : fcrss.ca. Juin 2012

Meilleure santé : fcrss.ca. Juin 2012 Meilleure santé : une analyse des politiques et des programmes publics qui sont fondés sur les déterminants et les résultats de santé et qui sont efficaces pour avoir des populations les plus en santé

Plus en détail

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Préparé par l Association canadienne pour l intégration communautaire

Plus en détail

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada FONDATION DES MALADIES DU CŒUR ET DE L AVC La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada Mémoire à l intention

Plus en détail

GC.16/4 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.16/4 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 12 octobre 2015 Français Original: anglais Conférence générale Seizième session Vienne, 30 novembre-4 décembre 2015 Point

Plus en détail

Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou

Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou Première série de consultations ministérielles informelles en vue de préparer la COP21 Paris, les 20 et 21 juillet 2015 Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou Paris, le 31 juillet 2015 Introduction

Plus en détail

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009 Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 ET PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 Les appellations employées dans ce document et la présentation des données

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget.

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget. Présentation de Magazines Canada Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget Août 2010 Sommaire Magazines Canada est l association nationale qui représente

Plus en détail

ORGANISATION DES ETATS AMERICAINS Conseil interaméricain pour le développement intégré (CIDI)

ORGANISATION DES ETATS AMERICAINS Conseil interaméricain pour le développement intégré (CIDI) ORGANISATION DES ETATS AMERICAINS Conseil interaméricain pour le développement intégré (CIDI) PREMIÈRE RÉUNION INTERAMERICAINE DES OEA/Ser.K/III.1 MINISTRES ET HAUTS FONCTIONNAIRES CIDI/RIMDS/DEC.1/06

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les femmes et les hommes ruraux pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone. Janvier 2009

Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone. Janvier 2009 Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone Janvier 2009 1 Objectifs de l examen L'examen des pratiques de gestion vise les objectifs suivants : aider les gestionnaires

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail

Présidence française du Conseil de l Union européenne

Présidence française du Conseil de l Union européenne Présidence française du Conseil de l Union européenne Réunion informelle des ministres européens en charge de l enseignement et de la formation professionnels (EFP) et des ministres de l enseignement supérieur

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

2 Trousse d orientation et de formation des conseils d administration des CRFM

2 Trousse d orientation et de formation des conseils d administration des CRFM 2 Trousse d orientation et de formation des conseils d administration des CRFM Avant-propos 3 Trousse d orientation et de formation des conseils d administration des CRFM Trousse d orientation et de formation

Plus en détail

Nouvelle stratégie. et Plan d action du Conseil de l Europe. pour la cohésion sociale

Nouvelle stratégie. et Plan d action du Conseil de l Europe. pour la cohésion sociale Nouvelle stratégie et Plan d action du Conseil de l Europe pour la cohésion sociale approuvés par le Comité des Ministres du Conseil de l Europe le 7 Juillet 2010 2 NOUVELLE STRATEGIE POUR LA COHESION

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Convention sur l interdiction des mines antipersonnel Convention sur l interdiction de l emploi,

Plus en détail

THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES

THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES Présenté par Monsieur Grégoire LAOUROU Président de la commission des

Plus en détail

Note d orientation- Note conceptuelle La CIPD au-delà de 2014 Conférence internationale sur les droits de l homme

Note d orientation- Note conceptuelle La CIPD au-delà de 2014 Conférence internationale sur les droits de l homme 25 février 2013 Note d orientation- Note conceptuelle La CIPD au-delà de 2014 Conférence internationale sur les droits de l homme La présente note présente le concept de la Conférence internationale sur

Plus en détail

HSP. HSP/GC/25/L.2 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains

HSP. HSP/GC/25/L.2 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains NATIONS UNIES HSP HSP/GC/25/L.2 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains Distr.: limitée 23 avril 2015 Français Original : anglais Vingt-cinquième session

Plus en détail

Vérification de la formation et de l apprentissage : cadre visant à favoriser l intégrité de l information financière et non financière l intégrité

Vérification de la formation et de l apprentissage : cadre visant à favoriser l intégrité de l information financière et non financière l intégrité Vérification de la formation et de l apprentissage : cadre visant à favoriser l intégrité de l information financière et non financière l intégrité de l information financière et non financière Mars 2012

Plus en détail

Faire en sorte que l OMS soit capable de se préparer et de répondre à des flambées et des urgences de grande ampleur et prolongées

Faire en sorte que l OMS soit capable de se préparer et de répondre à des flambées et des urgences de grande ampleur et prolongées CONSEIL EXÉCUTIF Session extraordinaire sur Ebola Point 3 de l ordre du jour provisoire EBSS/3/3 CONSEIL EXÉCUTIF Cent trente-sixième session 9 janvier 2015 Point 9.4 de l ordre du jour provisoire Faire

Plus en détail

Vers une gouvernance alimentaire mondiale

Vers une gouvernance alimentaire mondiale Vers une gouvernance alimentaire mondiale Quels enjeux pour la mise en place d'un Partenariat mondial pour l'agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition? Septembre 2009 Vers une gouvernance alimentaire

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.10.2011 COM(2011) 638 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS La

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2015/CRP.15 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Deuxième session ordinaire de 2015 15-16 septembre 2015 Point

Plus en détail

ADULTES DANS LE SCOUTISME

ADULTES DANS LE SCOUTISME ADULTES DANS LE SCOUTISME politique MONDIALE Adultes dans le Scoutisme 2 Bureau Mondial du Scoutisme Case postale 91 5, rue du Pré-Jérôme CH-1211 Genève 4, Plainpalais Suisse Copyright 2011, Bureau Mondial

Plus en détail

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE Enquête 2011 combinée sur l efficacité de l aide (Déclaration de Paris) et sur l engagement international dans les États fragiles - 12 avril

Plus en détail