CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC"

Transcription

1 CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015

2 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est dotée d un contrôle de qualité qui prend en compte confraternité et pédagogie avec une volonté de faire progresser les professionnels contrôlés mais aussi de démontrer que les structures d exercice professionnel satisfont le niveau de qualité exigé par les textes et les normes professionnelles. Suite au congrès de l ordre des expertscomptables de 1983 qui avait pour thème le contrôle de qualité, la session du conseil supérieur de l ordre du 7 décembre 1983 a décidé la mise en place du contrôle de qualité au sein de la profession. Le décret du 14 février 1986 a fixé les bases du contrôle de qualité en deux parties : le contrôle structurel et le contrôle technique. Aujourd hui le contrôle de qualité est réglementé par le décret du 30 mars Les modalités d application sont insérées dans l arrêté du 3 mai 2012 portant agrément du règlement intérieur de l ordre des experts-comptables. L article 171 du décret du 30 mars 2012 distingue trois types de contrôle de qualité : - Un contrôle général - Un contrôle dans le cadre de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, - Un contrôle spécifique pour les professionnels ayant signé la convention prévue à l article 1649 quater L du CGI. Ces trois contrôles peuvent être diligentés de manière indépendante. A ce jour le contrôle général intègre le contrôle dans le cadre de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. Le présent guide aborde les informations essentielles sur les objectifs et le déroulement pratique du contrôle général. 2

3 LES OBJECTIFS DU CONTROLE DE QUALITE Le contrôle de qualité répond à cinq objectifs (Article 402 de l arrêté du 3 mai 2012) : - donner au public une meilleure perception de la qualité des prestations offertes par la profession ; - harmoniser les comportements professionnels ; - contribuer à la bonne organisation des structures d exercice professionnel et au perfectionnement des méthodes de travail ; - apprécier l application des règles et des normes professionnelles ; - développer la solidarité au sein de la profession en rapprochant les professionnels des instances de l ordre et en favorisant les contacts entre professionnels inscrits au tableau ou à la suite du tableau. LES QUESTIONS ESSENTIELLES DU CONTROLE DE QUALITE Le contrôle de qualité est-il obligatoire? Oui, le contrôle de qualité est obligatoire quel que soit le mode d exercice de la profession, associatif ou libéral (article 409 de l arrêté du 3 mai 2012) Qui est concerné par le contrôle de qualité? «Le contrôle de qualité porte sur la structure d exercice professionnel et sur chacun de ses membres inscrits au tableau de l ordre ou à sa suite. Il porte tant sur le bureau principal que, s il y a lieu, sur le ou les bureaux secondaires inscrits ou non au tableau de l ordre ou à sa suite. Il s étend, le cas échéant, aux travaux fournis par les filiales ou tout autre organisme (sociétés civiles de moyens, GIE...) concourant à l exercice des missions des membres de l ordre.» (Article 407) 3

4 Comment le choix de l AGC contrôlée s opère-t-il? «La désignation des structures à contrôler au titre de l année suivante est faite, avant le 30 juin de l année en cours, par la Commission nationale d inscription des associations de gestion et de comptabilité, qui tient compte des propositions de la commission qualité du conseil supérieur. Les conseils régionaux peuvent solliciter, auprès de la Commission nationale d inscription l engagement de contrôles d associations de gestion et de comptabilité.» (Article 419 de l arrêté du 3 mai 2012) Qui fait les contrôles? Le contrôle est mené par un professionnel exerçant dans le secteur associatif et un professionnel exerçant dans le secteur libéral. Ce dernier est le rapporteur du contrôle. Le binôme de contrôleurs est désigné par la Commission nationale d inscription (article 422 de l arrêté du 3 mai 2012) Les contrôleurs doivent répondre à un certain de conditions et doivent avoir suivi une formation spécifique organisée par l Ordre. Ils sont inscrits sur une liste unique mixte nationale. Les conditions pour être contrôleurs sont prévues aux articles 411 et suivants de l arrêté du 3 mai Les experts-comptables libéraux font acte de candidature auprès de leur conseil régional pour effectuer des contrôles d AGC. Les Professionnels associatifs (experts-comptables, salariés 83 bis, 83 ter et 83 quater) font actes de candidatures auprès de la commission nationale d inscription des AGC. Tous les candidats doivent satisfaire à quatre conditions : - n'avoir fait l objet d aucune sanction disciplinaire ; - avoir suivi un stage de formation organisé par l Ordre ; - être inscrit au tableau depuis au moins cinq années ; - avoir fait l objet d un contrôle de qualité sans observation. 4

5 Eu égard aux particularités structurelles des AGC, certains de leurs directeurs et cadres peuvent être désignés par la commission nationale d inscription pour compléter le collège des contrôleurs afin d effectuer des contrôles structurels, sous réserve que les AGC dont ils sont issus aient bénéficié d un contrôle préalable. Les contrôleurs sont désignés pour une période de trois ans renouvelable. Quelle est l étendue du contrôle? «Le contrôle de qualité a pour but de s assurer de l adéquation des travaux du professionnel inscrit à l ordre et du fonctionnement de sa structure d exercice à l ensemble des normes et règles en vigueur, compte tenu des usages de la profession. A cette fin, il comporte deux phases complémentaires : l analyse des modalités de fonctionnement de la structure d exercice professionnel, de son organisation ainsi que des systèmes et des procédures mises en place (contrôle dit structurel) ; l appréciation de l application des diligences et des normes professionnelles par le professionnel inscrit en examinant par sondages ou épreuves les dossiers de travail correspondant à des missions sélectionnées (contrôle dit technique). Le contrôle de qualité est mené par référence aux règles et normes en vigueur au moment de l exercice des missions et aux usages de la profession.» (Article 404 de l arrêté du 3 mai 2012) Quelle est la périodicité des contrôles? «Une structure ou un professionnel inscrit à l ordre ne peut être contrôlé qu à l issue d une période de trois ans après la fin du contrôle précédent. Lorsque le président du conseil régional ou de la Commission nationale d inscription décide qu une structure doit subir un nouveau contrôle afin de s assurer que les observations contenues dans le rapport des contrôleurs ont été suivies d effet, le contrôle ne peut intervenir qu à l issue d une période d un an minimum.» (Article 440) 5

6 Peut-on récuser les contrôleurs? «La structure ou le professionnel inscrit à l ordre, informé d un contrôle de qualité, a le droit de récuser le ou les contrôleurs désignés. La récusation peut s opérer pendant une période de trente jours à compter de la réception de la lettre d information du contrôle et du ou des noms des contrôleurs désignés pour ce contrôle. La récusation doit être formulée par lettre adressée au président du conseil régional dont dépend le contrôlé ou au président de la Commission nationale d inscription si elle est demandée par une association de gestion et de comptabilité. Le président de l instance concernée informe la structure ou le professionnel de la suite réservée à sa demande.» (Article 439) Quelles sont les obligations des contrôleurs? Dans l exercice de sa mission, le contrôleur est soumis à un ensemble d obligations qui vise à assurer : la qualité de l examen et des recommandations qui peuvent être faites ; la confidentialité de la procédure ; l indépendance du contrôleur. A cet égard, le contrôleur est soumis à l ensemble des textes régissant l Ordre et, en particulier, il est tenu au secret pour toutes les informations dont il a connaissance dans sa mission. Il ne peut faire état de ses observations et conclusions que dans le rapport de contrôle. Il ne doit aussi assumer aucune fonction, ni avoir détenu aucun intérêt dans le cabinet qu il contrôle. Pendant une période de trois années, à compter du début du contrôle, il lui est 6

7 interdit d accepter directement ou indirectement une mission d un client du ou des bureaux qu il a contrôlés, sans l accord express du confrère concerné. Cette interdiction ne s applique pas aux contrôleurs chargés des contrôles structurels des cabinets à implantations multiples ou de l association de gestion et de comptabilité qui n effectuent pas le contrôle technique des dossiers du cabinet ou de l association de gestion et de comptabilité. (Article 417 de l arrêté du 3 mai 2012) Quelles sont les obligations des contrôlés? (Article 438) «La structure ou le professionnel inscrit à l ordre retenu pour un contrôle de qualité s engage à mettre à la disposition des contrôleurs, au siège de la structure d exercice professionnel ou du bureau concerné, l ensemble des pièces et des documents nécessaires au contrôle et à leur fournir toutes explications utiles.» 7

8 LE DEROULEMENT DU CONTROLE Le contrôle de qualité comporte plusieurs phases : Contrôle structurel : (Article 432) Ce contrôle est diligenté par la Commission nationale d inscription. Le cabinet retenu reçoit 60 jours au moins avant la date prévue du contrôle : une lettre d information lui demandant de confirmer l adresse internet qui sera utilisée pour la suite des échanges, puis, un questionnaire préparatoire est envoyé par internet, l objet est de recueillir un ensemble d informations relatives à l organisation de l AGC ainsi qu à la nature des missions qui y sont exercées. L essentiel des rubriques prévues par le questionnaire pourra être renseigné sans difficulté. Un certain nombre de questions peuvent toutefois demander des recherches plus élaborées. Le travail de préparation, effectué par les contrôleurs à partir d'un questionnaire correctement renseigné, facilitera un dialogue plus riche d enseignements et d expérience partagée, lors du contrôle. Le questionnaire rempli doit être retourné à la Commission nationale d inscription, dans les 30 jours de sa réception. L AGC est informée du nom des contrôleurs qui vont venir faire le contrôle sur place. Le contrôle étant mené en binôme, un rapporteur est nommé pour piloter la mission. Le contrôle structurel se déroule au siège de l AGC. Un projet de note de synthèse est établi et une procédure contradictoire est mise en œuvre entre le responsable de la structure et les contrôleurs.(article 431 de l arrêté du 3 mai 2012) 8

9 Le rapporteur communique à la Commission nationale d inscription la note de synthèse finale tenant compte des observations éventuelles du responsable de la structure. Cette note est signée par l ensemble des contrôleurs et par le contrôlé. (Article 432 de l arrêté du 3 mai 2012) Après réception de la note de synthèse finale, le président de la Commission nationale d inscription établit une note de conclusions et l adresse au représentant légal de l association de gestion et de comptabilité et la transmet aux présidents des conseils régionaux concernés pour engagement des contrôles techniques et au président de la commission qualité du conseil supérieur pour information. (Article 432 de l arrêté du 3 mai 2012) Contrôle technique : (Article 433 d arrêté du 3 mai 2012) Ce contrôle est mise en œuvre par les conseils régionaux qui définissent le calendrier des contrôles techniques et prennent en charge les coûts de leur réalisation. La Commission nationale d inscription est informée de ce calendrier. Sur la base des informations transmises par la Commission nationale d inscription (note de synthèse du contrôle structurel), ils conduisent les contrôles techniques des professionnels inscrits et exerçant dans les implantations de leurs régions. Un questionnaire structurel allégé est envoyé aux implantations secondaires en complément d information. La note de synthèse du contrôle technique établie par les contrôleurs est envoyée, après procédure contradictoire, au Président du conseil régional qui rédige une lettre de conclusion adressée au professionnel contrôlé et au représentant légal de l association de gestion et de comptabilité ainsi qu à la Commission nationale d inscription, qui pourra demander toute information complémentaire essaire à l appréciation des conclusions présentées. Conclusion du contrôle de qualité : (Article 434) 9

10 Le Président de la Commission nationale d inscription conclut le contrôle de qualité de l AGC en reprenant les conclusions du contrôle structurel et des contrôles techniques en y adjoignant éventuellement des observations précisant si nécessaire les suites à donner. Une copie de la lettre de conclusions adressée à l association de gestion et de comptabilité est envoyée au président du conseil régional dans le ressort duquel est inscrite la structure. Le cas échéant, le président de la Commission nationale d inscription peut saisir la commission de discipline dans les conditions prévues par l article 49 bis de l ordonnance du 19 septembre Le contrôle de qualité est un moyen de faire un état des lieux de votre cabinet. C est une source d amélioration de la qualité globale. Il doit vous permettre de faire le point sur tous les outils que le Conseil Supérieur met à votre disposition pour vous apporter des solutions pratiques. Vous trouverez auprès de votre Conseil Régional et du Conseil Supérieur de nombreuses informations ainsi que sur les sites de vos institutions. Nous vous rappelons celui du conseil supérieur : comptables.fr Vous trouverez, accessibles avec votre identifiant, de nombreuses informations sur les normes professionnelles, des exemples de lettres de missions. Vous trouverez aussi en téléchargement gratuit le guide du contrôle de qualité (partie privée, exercice professionnel, contrôle de qualité) COMMENT REMPLIR LE QUESTIONNAIRE EXCEL ENVOYE PAR LE CONSEIL REGIONAL? Le Conseil Régional vous a envoyé un fichier Excel que vous devez remplir de façon complète et renvoyer à votre Conseil Régional par mail avec ses annexes. Ce fichier Excel va servir de base à votre contrôleur. Afin que celui ci puisse ajouter ses propres remarques, vos réponses seront verrouillées avant l envoi du questionnaire au contrôleur. Nous vous demandons de ne pas apporter de changement au fichier (onglet ou ligne) Si vous souhaitez apporter des précisions sur des points non prévus dans le questionnaire, merci de faire une note annexe. 10

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC. Guide du contrôlé

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC. Guide du contrôlé CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est dotée d un

Plus en détail

GUIDE DE CONDUITE DES CONTRÔLES DE QUALITE

GUIDE DE CONDUITE DES CONTRÔLES DE QUALITE CP/AF/DP - PROJET v6. 29.08.2013 GUIDE DE CONDUITE DES CONTRÔLES DE QUALITE VERSION 2012 CSOEC Claude PONZINI SOMMAIRE 1. PRESENTATION GENERALE 1 2. INTRODUCTION GENERALE 2 2.1. LES SOURCES : RAPPEL DES

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 1 ème trimestre 2013 Numéro 6 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Cette année 2012

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d Etat d aide-soignant. NOR: SANP0523995A

ARRETE Arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d Etat d aide-soignant. NOR: SANP0523995A ARRETE Arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d Etat d aide-soignant. NOR: SANP0523995A Version consolidée au 2 septembre 2007 Le ministre de la santé et des solidarités,

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 3 ème trimestre 2012 Numéro 4 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Audrey FIEUJEAN

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE Guide du contrôlé version 2015 2 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est dotée

Plus en détail

rotocole Electoral 1 1CIPAV-CAVEC- AVOM-IRCEC Protocole Électoral

rotocole Electoral 1 1CIPAV-CAVEC- AVOM-IRCEC Protocole Électoral rotocole Electoral 1 1CIPAV-CAVEC- AVOM-IRCEC Protocole Électoral Élections du Conseil d administration 2013 Protocole Electoral 2 Table des matières Table des matières 2 1. Objet du Protocole 3 2. Composition

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE. Faculté de SSP - Institut de Psychologie

CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE. Faculté de SSP - Institut de Psychologie CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE Faculté de SSP - Institut de Psychologie Personnes de contact : Pour les étudiants de l orientation - Psychologie du conseil et de l orientation

Plus en détail

UNIL Stages de Master en psychologie

UNIL Stages de Master en psychologie UNIL Stages de Master en psychologie Contacts coordinatrices des stages : Mme Coralie Magni-Speck (Coralie.Magni@unil.ch) Mme Eva Clot-Siegrist (Eva.Clot-Siegrist@unil.ch, pour l orientation «conseil et

Plus en détail

CHARTE DES ECOLES DE LA FEDERATION FRANCAISE DE PARACHUTISME

CHARTE DES ECOLES DE LA FEDERATION FRANCAISE DE PARACHUTISME Vu le CODE du SPORT ; Vu les STATUTS, le REGLEMENT INTERIEUR et les missions de la «Fédération Française de Parachutisme» ci-après dénommée fédération ; La présente CHARTE des ECOLES de parachutisme, prévue

Plus en détail

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 26 juillet 2012 relative à la mise en œuvre du dispositif d accès à l emploi titulaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 22 octobre 2005 relatif au diplôme professionnel d aide-soignant NOR : SANP0523995A Le ministre de la santé

Plus en détail

Cap Performance Les outils de la performance

Cap Performance Les outils de la performance Cap Performance Les outils de la performance Les outils incontournables de la performance! Le CRO et la CRCC Paris ont sélectionné des outils simples et essentiels qui permettent : de respecter intelligemment

Plus en détail

CONVENTION FÉDÉRATION FRANÇAISE D ATHLÉTISME LIGUE NATIONALE D ATHLÉTISME

CONVENTION FÉDÉRATION FRANÇAISE D ATHLÉTISME LIGUE NATIONALE D ATHLÉTISME CONVENTION FÉDÉRATION FRANÇAISE D ATHLÉTISME LIGUE NATIONALE D ATHLÉTISME PRÉAMBULE La Fédération Française d Athlétisme (FFA), association déclarée reconnue d utilité publique, est une Fédération sportive

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901, N 9048. Décision d agrément du 23 novembre 2009

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901, N 9048. Décision d agrément du 23 novembre 2009 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Centre de Gestion Agréé Régional de Haute-Normandie Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901, N 9048 Décision d agrément du 23 novembre 2009 Immeuble «Le Bretagne»

Plus en détail

POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS POLITIQUE D ACCÈS AUX DOCUMENTS ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Adoptée par le Comité de direction le 8 novembre 2007 Adoptée par le Conseil d administration le 19 décembre 2007 Table des

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE COMPTALIZ

CONDITIONS GENERALES DE VENTE COMPTALIZ CONDITIONS GENERALES DE VENTE COMPTALIZ L abonnement à Comptaliz, à titre onéreux ou à titre gratuit, entraîne l'acceptation expresse et sans réserve par le client des présentes Conditions Générales et

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. Personnel SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Personnel MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des professions

Plus en détail

STAGE EN COMPTABILITÉ CTB-21921 Z1

STAGE EN COMPTABILITÉ CTB-21921 Z1 Faculté des sciences de l administration Le Service de placement Plan de cours Hiver 2009 Le 22 décembre 2008 STAGE EN COMPTABILITÉ CTB-21921 Z1 Responsable du stage (École de comptabilité - pédagogie)

Plus en détail

ÉLECTION DU PRÉSIDENT DE L UNION GUIDE ÉLECTORAL

ÉLECTION DU PRÉSIDENT DE L UNION GUIDE ÉLECTORAL CONGRÈS EXTRAORDINAIRE 2014 ÉLECTION DU PRÉSIDENT DE L UNION GUIDE ÉLECTORAL 29 août 2014 INTRODUCTION La Haute Autorité de l Union a été élue à l occasion du Bureau politique du 22 janvier 2014 dont le

Plus en détail

STATUTS LIGUE DES YVELINES ORGANISME DE PROXIMITE ET DE GESTION DE LA F.F.J.D.A.

STATUTS LIGUE DES YVELINES ORGANISME DE PROXIMITE ET DE GESTION DE LA F.F.J.D.A. STATUTS LIGUE DES YVELINES ORGANISME DE PROXIMITE ET DE GESTION DE LA TITRE I : OBJET, MISSIONS ET COMPOSITION Article 1 : objet L association dite «Ligue des Yvelines de judo, jujitsu, kendo et disciplines

Plus en détail

Dossier de presse vendredi 10 janvier 2014 ADMISSION POST BAC. enseignementsup-recherche.gouv.fr @ministereesr #APostBac

Dossier de presse vendredi 10 janvier 2014 ADMISSION POST BAC. enseignementsup-recherche.gouv.fr @ministereesr #APostBac Dossier de presse vendredi 10 janvier 2014 ADMISSION POST BAC enseignementsup-recherche.gouv.fr @ministereesr #APostBac DOSSIER DE PRESSE - 10 JANVIER 2014 SOMMAIRE APB EN UNE INFOGRAPHIE...... 5 QU EST

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

Organisme de formation de la Fédération Française du sport adapté Pour un engagement éthique dans sa pratique

Organisme de formation de la Fédération Française du sport adapté Pour un engagement éthique dans sa pratique Organisme de formation de la Fédération Française du sport adapté Pour un engagement éthique dans sa pratique Mesdames, Messieurs les Président(e)s des Ligues et Comités Régionaux du Sport Adapté, Mesdames,

Plus en détail

APPEL À COMMUNICATIONS

APPEL À COMMUNICATIONS APPEL À COMMUNICATIONS 2ÈME EDITION DES RENCONTRES EUROPÉENNES DE L EDUCATION PAR LE SPORT «Vivre ensemble par le sport en Europe» 2 ème journée : Conférence européenne «Développer le sport comme outil

Plus en détail

REGLEMENT DES ETUDES DE LA TROISIEME ANNEE DU DIPLOME DE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE STRASBOURG

REGLEMENT DES ETUDES DE LA TROISIEME ANNEE DU DIPLOME DE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE STRASBOURG REGLEMENT DES ETUDES DE LA TROISIEME ANNEE DU DIPLOME DE L INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE STRASBOURG La troisième année du diplôme de l IEP de Strasbourg repose sur une année d études obligatoire à l

Plus en détail

CHARTE DU CONTROLE DES CONNAISSANCES

CHARTE DU CONTROLE DES CONNAISSANCES Approuvée par le Conseil d Administration du 05 juin 2012 CHARTE DU CONTROLE DES CONNAISSANCES Vu le code de l éducation, notamment son article L 613-1 Vu l Arrêté du 1 er août 2011 relatif à la licence,

Plus en détail

Programme d échanges CREPUQ - HES-SO. Guide pour les étudiant-e-s HES-SO

Programme d échanges CREPUQ - HES-SO. Guide pour les étudiant-e-s HES-SO Programme d échanges CREPUQ - HES-SO Guide pour les étudiant-e-s HES-SO CREPUQ Guide étudiant Page 2 Table des matières Table des matières... 3 Cadre... 4 Type d échanges possibles... 4 Conditions de participation...

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations Catalogue des Formations 2016 PREFACE Former, notre métier, DAVRIL FORMATION organisme référencé par l INRS et participe à l animation de réseau de la CARSAT Midi-Pyrénées. Ses formateurs, spécialisés,

Plus en détail

ART. 11 DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1971 MODIFIEE

ART. 11 DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1971 MODIFIEE ART. 11 DE LA LOI DU 31 DECEMBRE 1971 MODIFIEE Nul ne peut accéder à la profession d avocat s il ne remplit les conditions suivantes : 1 - Être français, ressortissant d un État membre des Communautés

Plus en détail

ORDONNANCE N 14/080 DU 08 DECEMBRE 2014 PORTANT REGLEMENT D ADMINISTRATION RELATIF AU PERSONNEL DE L INSPECTION GENERALE DU TRAVAIL, IGT EN SIGLE

ORDONNANCE N 14/080 DU 08 DECEMBRE 2014 PORTANT REGLEMENT D ADMINISTRATION RELATIF AU PERSONNEL DE L INSPECTION GENERALE DU TRAVAIL, IGT EN SIGLE ORDONNANCE N 14/080 DU 08 DECEMBRE 2014 PORTANT REGLEMENT D ADMINISTRATION RELATIF AU PERSONNEL DE L INSPECTION GENERALE DU TRAVAIL, IGT EN SIGLE Le Président de la République ; Vu la Constitution, telle

Plus en détail

«Pôle Formation» de CAMBRESIS EMPLOI

«Pôle Formation» de CAMBRESIS EMPLOI 1 «Pôle Formation» de Préambule et définitions du «Pôle Formation» de Cambrésis Emploi Cambrésis Emploi conventionne, conformément à ses statuts, avec des opérateurs (prestataires) pour la mise en place

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-83 DU 12 MAI 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-83 DU 12 MAI 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-83 DU 12 MAI 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 février 2014. PROPOSITION DE LOI REJETÉE PAR LE SÉNAT, visant

Plus en détail

REGLEMENT DES ELECTIONS A L EFB

REGLEMENT DES ELECTIONS A L EFB REGLEMENT DES ELECTIONS A L EFB PREAMBULE CHAPITRE I Les scrutins I - 1 Les élections des représentants au Conseil d administration I - 2 Les élections des représentants au Conseil de discipline I - 3

Plus en détail

RÈGLEMENT DE l AGIRC

RÈGLEMENT DE l AGIRC REGLEMENT DE L AGIRC Approuvé par la commission paritaire nationale le 22 septembre 2005 Modifié par la commission paritaire nationale le 21 mars 2006 Modifié par la commission paritaire nationale le 10

Plus en détail

AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL de 1 ère classe

AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL de 1 ère classe AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL de 1 ère classe SESSION 2009 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU NORD 14 rue Jeanne Maillotte B.P. 1222 59013 LILLE CEDEX S O M M A I R E LE ROLE PAGE

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC Barreau du Québec Mars 2011 (**Mise à jour le 29 mai 2015 concordance Nouvelle Gouvernance)

Plus en détail

TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL. cecaad.org

TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL. cecaad.org TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Les textes fondateurs Arrêt du 17 mars 2011 de la cour de Justice de l Union européenne fixant les conditions à l établissement des listes d experts

Plus en détail

Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours. 5, Quai de l Horloge 75055 PARIS Cedex 01

Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours. 5, Quai de l Horloge 75055 PARIS Cedex 01 Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours 5, Quai de l Horloge 75055 PARIS Cedex 01 Contrat d abonnement aux décisions délivrées par le service de documentation, des

Plus en détail

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR

Introduction. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR Sommaire Date 1 Introduction Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l ACPR 2 Sommaire Conférence animée par Fabrice Pesin, secrétaire général adjoint de l ACPR 1. Le droit au

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Règlement médical de l UFOLEP REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Adopté par le comité directeur national de l Ufolep le 11 avril 2008 1 PREAMBULE L article L. 231-5

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

STAGE LICENCE STAPS - mention Management du Sport UE 39M et UE 49M Année 2009-2010

STAGE LICENCE STAPS - mention Management du Sport UE 39M et UE 49M Année 2009-2010 Vincent CHARLOT Jean René JOLY STAGE LICENCE STAPS - mention Management du Sport UE 39M et UE 49M Année 2009-2010 MODALITES PRATIQUES 1. Durée minimale annuelle totale (S1 + S2) = 105 heures correspondant

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

THEMATIQUE A : ENTRETIEN DU TERRAIN

THEMATIQUE A : ENTRETIEN DU TERRAIN ANNEXES 1. LA COMMANDE DE LA BRANCHE 2. LE DOSSIER DE CANDIDATURE OFFRE DE FORMATIONS 2015 A DESTINATION DES ENTREPRISES DE LA BRANCHE DU GOLF ADHÉRENTES A UNIFORMATION THEMATIQUE A : ENTRETIEN DU TERRAIN

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision le 8 novembre 2011 Décision 2011-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision Au cours de sa séance du 3 novembre

Plus en détail

Règlement (CEE) n 337/75 de Conseil, du 10 février 1975, portant création d'un centre européen pour le développement de la formation professionnelle

Règlement (CEE) n 337/75 de Conseil, du 10 février 1975, portant création d'un centre européen pour le développement de la formation professionnelle Avis juridique important 31975R0337 Règlement (CEE) n 337/75 de Conseil, du 10 février 1975, portant création d'un centre européen pour le développement de la formation professionnelle Journal officiel

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

Chapitre III. L assistance au Parlement et au. Gouvernement

Chapitre III. L assistance au Parlement et au. Gouvernement Chapitre III L assistance au Parlement et au Gouvernement La loi organique du 1 er août 2001 relative aux lois de finances (LOLF) et la loi organique du 2 août 2005 relative aux lois de financement de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires .. 1 er janvier 2010 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 36 sur 150 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR(CAMES) CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DU CAMES

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR(CAMES) CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DU CAMES CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR(CAMES) CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DU CAMES Le Conseil des MINISTRES du CAMES, Préambule TENANT COMPTE des valeurs, de transparence, d objectivité,

Plus en détail

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION SECTEUR : FILIERE : NIVEAU : TERTIAIRE TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES TECHNICIEN 1 Document élaboré par : Nom et Prénom Etablissement : Mohamed BACHAR :

Plus en détail

4.5 Politique relative à l organisation des services éducatifs aux élèves handicapés et aux élèves en difficulté d adaptation ou d apprentissage

4.5 Politique relative à l organisation des services éducatifs aux élèves handicapés et aux élèves en difficulté d adaptation ou d apprentissage 4.5 Politique relative à l organisation des services éducatifs aux élèves handicapés et aux élèves en difficulté d adaptation ou d apprentissage (Résolution : C.C.2010-015) Table des matières Chapitre

Plus en détail

COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE

COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE Docteur Gérard ALEXANDRE Professeur François BLANC Docteur Christian JEAMBRUN Docteur Yannick MARTIN Professeur Bernard NEMITZ Docteur

Plus en détail

Charte éthique de la Fegems

Charte éthique de la Fegems Charte éthique de la Fegems Préambule Une Charte éthique, pour quoi faire? La Charte affi rme la philosophie de la Fegems, les valeurs éthiques communes qui fondent ses attitudes et ses actions. Affi rmer

Plus en détail

RAPPORT DE ME LAURENT PETTITI. Ancien membre du conseil de l ordre. Décembre 2005. La déontologie des membres et anciens membres du Conseil de l Ordre

RAPPORT DE ME LAURENT PETTITI. Ancien membre du conseil de l ordre. Décembre 2005. La déontologie des membres et anciens membres du Conseil de l Ordre RAPPORT DE ME LAURENT PETTITI Ancien membre du conseil de l ordre Décembre 2005 La déontologie des membres et anciens membres du Conseil de l Ordre La mission dévolue par l article 17 de la loi du 31 décembre

Plus en détail

DÉLIBÉRATION N 2014-11 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE

DÉLIBÉRATION N 2014-11 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DÉLIBÉRATION N 2014-11 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

SCRABBLE WEB GRH-PAIE

SCRABBLE WEB GRH-PAIE SCRABBLE WEB GRH-PAIE PAIE ET RÉMUNÉRATION ADMINISTRATION Entreprise Unité Direction DÉCISIONNEL Filiale Chantier RECRUTEMENT Entité Usine Projet Dépôt Site Agence CARRIÈRE Division FORMATION SCRABBLE

Plus en détail

DISPOSITIF ACCÈS À L'EMPLOI TITULAIRE

DISPOSITIF ACCÈS À L'EMPLOI TITULAIRE DOCUMENTATION / CONSEIL 04/03/2013 Foire aux questions DISPOSITIF ACCÈS À L'EMPLOI TITULAIRE Attention : Certaines des réponses qui suivent ne trouvent pas leur fondement dans un texte législatif ou règlementaire.

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE LA RECHERCHE POLITIQUE INSTITUTIONNELLE DE LA RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. L École nationale de police du Québec (ci-après appelée l «École»), en vertu de la Loi sur la police (RLRQ, chapitre

Plus en détail

ADMISSION POST-BAC 2016 NOTE TECHNIQUE AUX ETABLISSEMENTS

ADMISSION POST-BAC 2016 NOTE TECHNIQUE AUX ETABLISSEMENTS ADMISSION POST-BAC 2016 NOTE TECHNIQUE AUX ETABLISSEMENTS ANNEXE 3 SAIO - Novembre 2015 Réf : 15.92a LE SITE «ADMISSION POSTBAC» EST ACCESSIBLE : Aux élèves à l adresse http://www.admission-postbac.fr

Plus en détail

REGLEMENT DE SELECTION A LA FORMATION D AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE

REGLEMENT DE SELECTION A LA FORMATION D AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE SERVICE ADMISSION RÈGLEMENT 2013 2014 Agréé par la D.R.J.S.C.S.de Lorraine le 10 Septembre 2007 Modifié le 4 Octobre 2013 REGLEMENT DE SELECTION A LA FORMATION D AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE - Dispositions

Plus en détail

NORME PROFESSIONNELLE AMAFI RELATIVE AUX SONDAGES DE MARCHE ET AUX TESTS INVESTISSEUR

NORME PROFESSIONNELLE AMAFI RELATIVE AUX SONDAGES DE MARCHE ET AUX TESTS INVESTISSEUR NORME PROFESSIONNELLE AMAFI RELATIVE AUX SONDAGES DE MARCHE ET AUX TESTS INVESTISSEUR Norme établie pour l application de l article 216-1 du règlement général de l Autorité des marchés financiers AMAFI

Plus en détail

MANUEL RESPONSABLE REGIONAL DE FORMATION R.R.F.

MANUEL RESPONSABLE REGIONAL DE FORMATION R.R.F. MANUEL DU RESPONSABLE REGIONAL DE FORMATION R.R.F. Version 2014 STATUT ET RÔLES Le RRF est un moniteur fédéral ou d'etat, diplômé en delta et/ou en parapente Il est élu par l'assemblée générale de sa ligue,

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

Approuvé par le Comité Directeur d AIDA France du 7 septembre 2011 Approuvé par l Assemblée Générale AIDA France de Novembre 2011

Approuvé par le Comité Directeur d AIDA France du 7 septembre 2011 Approuvé par l Assemblée Générale AIDA France de Novembre 2011 P ris en application du décret n 2004-22 du 7 janvier 2004 en application de l article RÈGLEMENT INTÉRIEUR Approuvé par le Comité Directeur d AIDA France du 7 septembre 2011 Approuvé par l Assemblée Générale

Plus en détail

REGLEMENT. Chaque adhérent ayant cependant le droit d exercer son action commerciale sur tous les départements.

REGLEMENT. Chaque adhérent ayant cependant le droit d exercer son action commerciale sur tous les départements. Page1/5 Société par actions simplifiées Siren 793 896 549 RCS Toulon REGLEMENT 1) CONDITION PRINCIPALE A L ADHESION Ne peuvent prétendre postuler à l adhésion D UNIC que les Gérants, Dirigeants de sociétés

Plus en détail

Le recours à la cellule d écoute demeure facultatif et complémentaire des canaux d information des situations de discriminations

Le recours à la cellule d écoute demeure facultatif et complémentaire des canaux d information des situations de discriminations Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère des sports, de la jeunesse, de l'éducation populaire et

Plus en détail

Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France

Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France Offices de Tourisme de France a délégation du Ministère pour l attribution de la marque

Plus en détail

Programme d échanges d étudiants du BCI - HES-SO

Programme d échanges d étudiants du BCI - HES-SO Programme d échanges d étudiants du BCI - HES-SO (CREPUQ) Guide pour les étudiant-e-s HES-SO en mobilité au Québec BCI Guide étudiant Page 2 Table des matières Table des matières... 3 Cadre... 4 Type d

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI, N 827, RELATIVE AUX FONDS COMMUNS DE PLACEMENT ET AUX FONDS D INVESTISSEMENT

RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI, N 827, RELATIVE AUX FONDS COMMUNS DE PLACEMENT ET AUX FONDS D INVESTISSEMENT N 827 Le 27 août 2007 RAPPORT SUR LE PROJET DE LOI, N 827, RELATIVE AUX FONDS COMMUNS DE PLACEMENT ET AUX FONDS D INVESTISSEMENT (Rapporteur au nom de la Commission des Finances et de l'economie Nationale

Plus en détail

Décision à caractère normatif n 2005 001 portant délibération sur les modalités d application de la formation continue des avocats modifiée *

Décision à caractère normatif n 2005 001 portant délibération sur les modalités d application de la formation continue des avocats modifiée * Décision à caractère normatif n 2005 001 portant délibération sur les modalités d application de la formation continue des avocats modifiée * (Articles 14-2, 17-11 et 21-1 de la loi n 71-1130 du 31 décembre

Plus en détail

Loi n 46-942 du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts

Loi n 46-942 du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts Loi n 46-942 du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts Modifiée par la loi n 85-704 du 12 juillet 1985, par la loi n 85-1408 du 30 décembre 1985, par la loi n 87-998 du 15 décembre 1987, par

Plus en détail

Mois Candidat Etablissement d origine Etablissement d accueil

Mois Candidat Etablissement d origine Etablissement d accueil ADMISSION POST-BAC 2013 NOTE TECHNIQUE ANNEXE 3 SAIO - Novembre 2012 Réf : 12.292c LE SITE «ADMISSION POSTBAC» EST ACCESSIBLE : Aux élèves à l adresse http://www.admission-postbac.fr (site candidats) pour

Plus en détail

PRÉSENTATION DU DISPOSITIF 2016-2017

PRÉSENTATION DU DISPOSITIF 2016-2017 Préparation concours interne Administrateur territorial PRÉSENTATION DU DISPOSITIF 2016-2017 COMPOSITION DE LA PRÉSENTATION DU DISPOSITIF : - NOTE DE CADRAGE DES ÉPREUVES DE SÉLECTION - PRÉSENTATION DES

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH

STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH PREAMBULE Désireuses de donner effet aux déclarations adoptées lors des

Plus en détail

Circulaire n 9/G/2002 du 16 juillet 2002 (5 joumada I 1423) relative à l audit externe des établissements de crédit

Circulaire n 9/G/2002 du 16 juillet 2002 (5 joumada I 1423) relative à l audit externe des établissements de crédit Circulaire n 9/G/2002 du 16 juillet 2002 (5 joumada I 1423) relative à l audit externe des établissements de crédit Les dispositions des articles 38 à 41 du dahir portant loi n 1-93-147 du 15 moharrem

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau de la protection des personnes SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX

Plus en détail

COMITE CONSULTATIF DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES A L EGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISE DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL (T-PD)

COMITE CONSULTATIF DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES A L EGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISE DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL (T-PD) T-PD(2014)regl Strasbourg, 1 er septembre 2014 COMITE CONSULTATIF DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES PERSONNES A L EGARD DU TRAITEMENT AUTOMATISE DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL (T-PD) RÈGLEMENT

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2012 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

VILLE DE MONTELIMAR AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE. Adresse auprès de laquelle des informations complémentaires peuvent être obtenues :

VILLE DE MONTELIMAR AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE. Adresse auprès de laquelle des informations complémentaires peuvent être obtenues : SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR VILLE DE MONTELIMAR AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE I.1) NOM, ADRESSE ET POINT DE CONTACT Nom officiel : VILLE DE MONTELIMAR Adresse postale : Hôtel de Ville, Place

Plus en détail

RÉGLEMENT PÉDAGOGIQUE MUSIQUE

RÉGLEMENT PÉDAGOGIQUE MUSIQUE CONSERVATOIRE À RAYONNEMENT DÉPARTEMENTAL DE MEUDON RÉGLEMENT PÉDAGOGIQUE MUSIQUE PREAMBULE Le Conservatoire de Meudon est un établissement territorial d enseignement artistique classé à rayonnement départemental

Plus en détail

Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité

Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité Liste de vérification Activités en matière de santé et de sécurité Workplace Health, Safety and Compensation Commission of New Brunswick WHSCC CSSIAT Commission de la santé, de la sécurité et de l indemnisation

Plus en détail

Document Diffusé : Personnel de Saint honoré Audit Demandeur de certification Examinateurs

Document Diffusé : Personnel de Saint honoré Audit Demandeur de certification Examinateurs PCP- SMQ- 003 03/09/2012 V5 Page 1 sur 11 Document Diffusé : Personnel de Saint honoré Audit Demandeur de certification Examinateurs Version Rév Date Rédigée Vérifiée Approuvée V5 Ajout des conditions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-6 du 4 janvier 2006 relatif à l hébergement de données de santé à caractère personnel et modifiant

Plus en détail

ADMISSION POST-BAC 2012 NOTE TECHNIQUE

ADMISSION POST-BAC 2012 NOTE TECHNIQUE ADMISSION POST-BAC 2012 NOTE TECHNIQUE ANNEXE 3 SAIO Novembre 2011 Réf : 11-280c LE SITE «ADMISSION POSTBAC» EST ACCESSIBLE : Aux élèves à l adresse http://www.admission-postbac.fr (site candidats) pour

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Direction de la sécurité sociale SANTÉ Professions de santé MINISTÈRE DE LA JUSTICE _ MINISTÈRE DES OUTRE-MER _ Direction de la sécurité sociale _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Circulaire interministérielle DSS n o

Plus en détail

ORGANISATION ET PREPARATION DES ELECTIONS

ORGANISATION ET PREPARATION DES ELECTIONS LES ELECTIONS DES REPRESENTANTS DES PARENTS D ELEVES AU CONSEIL D ECOLE ORGANISATION ET PREPARATION DES ELECTIONS Constitution du bureau des élections A la fin de l année scolaire précédente ou au début

Plus en détail

DOCUMENT 1 CAHIER DES CHARGES POUR L ATTRIBUTION DE LA MARQUE

DOCUMENT 1 CAHIER DES CHARGES POUR L ATTRIBUTION DE LA MARQUE CAHIER DES CHARGES POUR L ATTRIBUTION DE LA MARQUE FAMILLE PLUS, label national, pour l accueil des familles et des enfants dans les communes touristiques françaises JUILLET 2008 1/13 Cahier des charges

Plus en détail

Formations Spécifiques

Formations Spécifiques + Square Sainctelette 13/15 Formations Spécifiques Vous exercez des activités dans les domaines relevant de la Commission paritaire 329 pour la Fédération Wallonie -Bruxelles et la Communauté Germanophone?

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES. Il propose également à ses clients une prestation de service consistant en un conseil juridique personnalisé en ligne.

CONDITIONS GENERALES. Il propose également à ses clients une prestation de service consistant en un conseil juridique personnalisé en ligne. CONDITIONS GENERALES Le cabinet d avocat GROUSELLE assure au profit de ses clients le conseil, l assistance, la défense, la représentation et la rédaction des actes, avec le sérieux et la rigueur inhérents

Plus en détail

NOR : La ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, la ministre du logement et de l égalité des territoires

NOR : La ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, la ministre du logement et de l égalité des territoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l égalité des territoires et du logement Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie ARRÊTÉ du XXX relatifs aux critères de qualifications requis

Plus en détail

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012

La Réforme de la Profession. Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 La Réforme de la Profession Décret N 2012-432 du 30 mars 2012 relatif à l exercice de l activité d expertise comptable V1-1 En quelques mots, 34 pages, 203 articles, 4 titres, 10 chapitres et 12 décrets

Plus en détail

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX I. POUVOIR ADJUDICATEUR I.1 Identification Commune de Saint Paul BP 44 97 861 Saint Paul Cedex Contact : Pôle Aménagement

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES PARENTS D ELEVES DU LYCEE FRANÇAIS ALBERT CAMUS DE CONAKRY

STATUTS DE L ASSOCIATION DES PARENTS D ELEVES DU LYCEE FRANÇAIS ALBERT CAMUS DE CONAKRY STATUTS DE L ASSOCIATION DES PARENTS D ELEVES DU LYCEE FRANÇAIS ALBERT CAMUS DE CONAKRY Article 1 : exposé Il est crée une association dénommée «association des parents d élèves du lycée français Albert

Plus en détail