L édito. sommaire Numéro spécial. Le choix du thème de ce 12 e Rendez-Vous d Automne, «La médiation, page 3. page 5. page 6.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L édito. sommaire Numéro spécial. Le choix du thème de ce 12 e Rendez-Vous d Automne, «La médiation, page 3. page 5. page 6."

Transcription

1 sommaire Numéro spécial Un rendez vous riche d enseignements Médiation : de la volonté politique à la mise en œuvre, un passage difficile Un instrument de la diplomatie discrète Identifier et lever les freins Une médecine préventive, une forme d homéopathie pour le traitement des conflits De l huile dans les rouages des organisations Un soutien du dialogue social L exemple canadien à suivre? Ils l ont dit Nouveau ministre, nouvelle impulsion? Passer d une culture de la médiation à la médiation comme culture page 2 page 3 page 4 page 5 page 6 Publication de l ANM : 62, rue Tiquetonne Paris Coordination de la rédaction : Yvette Colin et Georges Potriquet Dossier rédigé par Roselyne Poznanski Relecture : Marlen Sauvage Conception graphique : marc-guerra.com dec n 9 L édito Le choix du thème de ce 12 e Rendez-Vous d Automne, «La médiation, une volonté politique», répond au changement de société auquel nous assistons et où s exprime un besoin de «plus de justice». Passer d une culture de l affrontement à une culture de la coexistence n est envisageable que dans la coopération voulue. Or, la médiation, extraordinaire levier de changement, peut et doit accompagner cette mutation à condition d être accompagnée d une volonté politique forte. Pour redonner du sens, développer la responsabilisation individuelle et collective en mettant en évidence la notion de «bien commun», la médiation doit être reconnue et agir sans être instrumentalisée. Or, nous savons bien que notre action ne peut avoir un impact que dans la mesure où elle est soutenue par des décideurs courageux. Quant à la médiation préventive, elle permet d anticiper les difficultés et de prendre des décisions réfléchies et consensuelles. Il y a là un vrai changement de culture Cette médiation, lorsqu elle se met en place à l école, dans la cité ou dans les organisations, conduit à un changement de comportement : l esprit de médiation se met en place, petit à petit, de manière évidente, simple et durable. Et nous «peuple des médiateurs» avons la responsabilité d œuvrer collectivement. La création de la Plateforme de la médiation française qui regroupe sept associations représentatives de la médiation, encouragera la lisibilité de notre action. Interlocuteur privilégié de la médiation auprès des pouvoirs publics et autorités nationales et internationales, cette plateforme sera force de propositions. C est par la volonté politique d avancer conjointement que nous œuvrerons réellement pour le développement d une véritable culture du vivre ensemble. Il n y aura pas d avancée significative de la médiation sans mobiliser nos volontés respectives, toutes nos volontés. La médiation est un bien commun qu il faut défendre au cœur de la société. Gabrielle PLANÈS Présidente de l ANM

2 2 Numéro spécial Un rendez-vous riche d enseignements «Avec plus de 250 participants réunis le 16 novembre dans l amphithéâtre de la salle Colbert à l Assemblée nationale, le Rendez-Vous d Automne de l ANM a affiché largement salle comble. Tout au long de la journée se sont exprimés et échangés les points de vue des décideurs, auxquels revient de faire le choix politique de la médiation dans leurs organisations, et ceux des acteurs, professionnels de la résolution de conflits et de leur prévention. Une douzaine d interventions, quatre tables rondes, le tout ponctué d échanges avec la salle ont permis l expression de points de vue divers et l échange de témoignages, d expériences de terrain, tant en France qu à l étranger. Ce numéro de notre revue Médiation retrace les moments forts de cette journée, les apports multiples et riches d enseignements des uns et des autres. Il sera complété prochainement par la mise en ligne sur le site de l ANM de la vidéo complète de cette journée ainsi que d un condensé des moments marquants de ce douzième rendezvous. En attendant l an prochain et le treizième RVA! Dominique Raimbourg, député de Loire-Atlantique, vice-président de la commission des lois et fidèle soutien des Rendez-Vous d Automne de l ANM, a accueilli ce douzième RVA placé sous le haut patronage de madame Christiane Taubira, ministre de la Justice, garde des Sceaux. De la volonté politique à la mise en œuvre : un passage difficile Sans impulsion politique, point d émergence de la médiation. Mais pour aller au-delà, d autres énergies doivent être mobilisées. La volonté politique au plus haut niveau est indispensable à l émergence de la médiation. En 1973, le président de la République Georges Pompidou, contre l avis du Conseil d Etat et de grands juristes, propose la création du médiateur de la République. La loi est adoptée à une voix de majorité. En 2008, le Président Nicolas Sarkozy, dans sa grande réforme constitutionnelle, fait inscrire le défenseur des droits dans la constitution. Adoption encore à une voix de majorité. Christian Le Roux, directeur de cabinet du président du Conseil économique, social et environnemental, rappelle ces exemples de forte volonté politique. «Cependant dans une société française, en mal de dialogue social, minée par la peur du déclassement, le développement de la médiation ne viendra pas des politiques, plus préoccupés des électeurs que des citoyens. Ce sont les citoyens, les partenaires sociaux qui ont besoin de la médiation et qui recherchent les outils et les personnes expérimentées.» Une révolution culturelle Le cas français n est pas unique et ne se limite pas au champ des décideurs publics. Ainsi en Suisse, la Confédération a bien sûr inscrit la médiation dans les textes à la faveur d une harmonisation des codes de procédure civile. Mais pour imposer la médiation dans la pratique de son entreprise d assurance et de protection juridique Protekta, son directeur, Marcel Paquier, a dû s armer de patience et multiplier les efforts. «Nous étions des juristes dans une entreprise habituée à batailler sur le front judiciaire. Il nous a fallu faire une petite révolution culturelle pour adopter la méthode de négociation raisonnée qui est désormais développée dans nos contrats.» Et aussi l assortir d attraits. «Aujourd hui, ajoute-t-il, nos principaux clients les grands comptes, dès lors qu ils adhèrent à cette démarche de médiation, disposent de contrats avantageux, avec des garanties renforcées par rapport à celles usuellement proposées.» Témoignant de la médiation judiciaire, Ghislaine Sixdenier, magistrate au TGI de Nanterre (92), reconnaît aussi que l instauration d un processus de médiation ne peut découler que d une forte volonté politique. Un manque de visibilité Mais face aux difficultés de son quotidien, au manque de moyens humains et financiers et à la difficulté pour un tribunal de gérer l introduction d un processus de médiation, elle souhaite que l impulsion vienne aussi des professionnels de la médiation eux-mêmes. L obstacle réside, explique-t-elle, dans «le manque de visibilité et de structuration des médiateurs». Certes un protocole d incitation à la médiation a été mis en place auprès de son tribunal (la 7 e chambre du TGI). Mais lorsqu elle souhaite le mettre en œuvre et trouver l appui de la profession elle ne «ramène rien dans ses filets», regretteelle. Pour convaincre, nous avons besoin de données chiffrées, émanant d autres expériences dans d autres tribunaux, données qui permettraient «de valoriser la médiation, d inciter mon président à enfourcher ce cheval de bataille». Un appel entendu par l ANM!

3 Numéro spécial Un instrument de la diplomatie discrète Initié il y a plus d un siècle, le processus de médiation internationale a considérablement évolué ces dernières décennies. A l instar de l ampleur et de la nature des conflits. L importance de la médiation dans la résolution des conflits internationaux n est plus à démontrer. Mieux : cette «diplomatie discrète», comme l appelle Marc Perrin de Brichambaut, conseiller d Etat et ancien secrétaire général de l Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, est très largement mise en œuvre aujourd hui, en amont, pour prévenir les conflits, mais aussi en aval, pour recréer des conditions de confiance et de vie entre ex-belligérants. Le succès de la médiation à l échelle internationale ne doit, en réalité, rien au hasard. Plutôt à l Histoire. Les principes fondateurs de cette médiation transfrontière ont été instaurés il y a plus d un siècle, en 1899, lors de la première convention de la Haye. A l époque, il s agissait déjà de «concilier les prétentions opposées et d apaiser les ressentiments produits entre les Etats en conflit». Ces principes prévalent encore aujourd hui. Ils ont été repris La route qui conduit à la médiation est semée d obstacles. Qu il est important de comprendre pour communiquer de façon efficace. Pourquoi les individus préfèrent-ils majoritairement le procès à la médiation? Comment comprendre ce paradoxe qui consiste à donner la prévalence au système judiciaire alors que l on ne cesse d en décrier parallèlement les lenteurs, ou d en dénoncer parfois l arbitraire? C est sous l angle psychologique et non juridique, tel que l on aurait pu s y attendre au regard de son expertise professionnelle, que Pierre Grégoire Marly 1 a choisi d identifier d importants paramètres faisant obstacle au succès de la médiation. Premier sur la liste : la différence d anticipation de la sentence judiciaire qui sera prononcée à l égard des parties en présence, chacune ayant depuis dans d autres textes majeurs plus récents (charte des Nations unies ), allant même jusqu à consacrer, en filigrane, la médiation internationale comme un «instrument d influence et d action» tant les situations de désaccord ou de guerre se sont multipliées, mais surtout transformées. Aux «simples» conflits entre Etats s ajoutent désormais les conflits ethniques (Balkans ), internes (Syrie, Côte d Ivoire, Kenya ), postcoloniaux (Chypre, Cachemire ) ou encore, les difficultés de réconciliation nationale. Autant de situations complexes, spécifiques qui appellent non plus à une seule et même pratique de la médiation, mais à une multitude de formes et de pratiques expertes. Dès lors, on comprend mieux pourquoi «il existe aujourd hui, sur le plan international, un réservoir très large de médiateurs, pour ne pas dire pléthore» qui travaillent certes sous l égide d Etats pionniers, influents en ce domaine (Etats-Unis, France ), mais aussi, et de plus en plus, sous la tutelle d organisations internationales (ONU, UE, Unité africaine ) ou non-gouvernementales (Comité international de la Croix-Rouge, Crisis Management Initiative ). Sans compter les petits états qui trouvent là leur dimension internationale et les personnalités qui, de par leurs fonctions et leur autorité, comme Kofi Annan (ancien secrétaire général des Nations unies et prix Nobel de la paix en 2001) ou Martti Ahtisaari (ancien président de la République finlandaise et prix Nobel de la paix en 2008), ont fait de la médiation une profession. Ces différentes évolutions du paysage de la Identifier et lever les freins une vision différente des gains et des pertes potentiels. Tout découle, semble-t-il, d une «asymétrie d informations» que chaque partie veille à garder jalousement, tel un secret, de façon à avoir, avec ces dites informations privilégiées (qui prennent ici une valeur économique imaginée) le dessus sur son adversaire. Une stratégie de récupération Dans cette même logique, agit également le défaut d anticipation du montant de la sentence judiciaire et des coûts du procès. Vient ensuite ce que Pierre Grégoire Marly qualifie de «développement d une stratégie proactive de récupération du procès», autrement dit, l utilisation par l une des parties du fait judiciaire pour en tirer un bénéfice autre que l issue du procès elle-même. Cela participe selon les cas, d une stratégie d intimidation (supériorité juridique et financière d une entreprise par rapport à celle d un consommateur par exemple), d une stratégie basée sur l exemple (procès volontairement intenté dans des circonstances que l on sait, par avance, favorables, pour se prévaloir ensuite publiquement de son succès), ou encore médiation internationale ne doivent cependant pas faire oublier les difficultés réelles que peuvent opposer les parties à l acceptation d un processus de médiation. Pour Marc Perrin de Brichambaut, celles-ci doivent tout d abord «accepter l utilité du dialogue et accepter de s engager dans la durée». Un consensus minimal qui constitue un préalable indispensable. Vient ensuite le choix crucial du ou des médiateurs, qui doivent afficher une double légitimité : celle de «l autorité, de l impartialité et celle d une connaissance fine et approfondie des circonstances et du jeu des acteurs, même s il est vrai qu ils sont souvent amenés à s entourer d un cortège d experts». La nécessité d une stratégie, d une méthode sur le long terme, est également indispensable car au-delà d un accord, il n est pas rare que le médiateur se trouve en position de «facilitateur de rencontres» qui va lui permettre de faire évoluer les esprits sur de très longues durées parfois : «Ici, le sens du moment, le temps sont essentiels». Dans ce même esprit, il y a aussi «la nécessité d un environnement propice», celle d un équilibre entre une indispensable confidentialité et une nécessaire transparence «au moment où tout est sur la table et où tout devient public». Enfin, le médiateur international doit aussi savoir gérer et neutraliser les forces contraires ou «spoliers». Car hélas, quel que soit le type de conflit, nombre d acteurs locaux, voire internationaux, ont intérêt à ce que la situation conflictuelle perdure! d une stratégie promotionnelle, médiatique, pensée en amont pour faire parler de soi, y compris lorsque l on pressent une issue judiciaire défavorable. Enfin, il y a la méfiance du justiciable vis-à-vis de la justice négociée en général et de la médiation en particulier, cette dernière étant perçue comme «une concurrence au système judiciaire, sans les garanties de ce système judiciaire». Une communication pertinente Comment parer à ces différents écueils? Ici, la communication est primordiale. Il s agit «d identifier précisément ce qu est la médiation» et quelle est sa place par rapport aux autres modes alternatifs de règlement des conflits. Et il s agit surtout de «ne plus la présenter en opposition à la justice étatique» tout en vantant «son cadre rigoureux ainsi que les garanties apportées à chacune des parties». 1 - Doyen de la faculté de droit, d économie et de gestion de l Université du Maine. 3

4 Numéro spécial Une médecine préventive pour le traitement des conflits Concevoir la médiation non plus pour résoudre un conflit, mais pour le prévenir : l idée, certes, n est pas neuve ; elle n en reste pas moins séduisante et surtout efficace à différents niveaux. Retours d expériences. Montreuil (93), est une commune de habitants, confrontée à de «réels problèmes de cohésion sociale, à un accroissement important des écarts de salaires et des conditions de vie radicalement différentes selon que l on bénéficie ou non des infrastructures de transport», explique Véronique Bourdais (maire adjointe, déléguée à la Tranquillité publique). Des bénéfices à l échelle de la ville Pour faire face au «sentiment que l on vivait les uns à côté des autres» et pour répondre aux très nombreuses sollicitations des habitants confrontés à des conflits de voisinage ou des problèmes «qui ne concernaient pas directement la ville», la municipalité dirigée par Dominique Voynet (Europe Ecologie-Les Verts) décide de créer, en 2008, un service de médiation sociale. Il s agissait de «faire en sorte que les habitants se sentent bien et bien sûr, de prévenir les conflits». Six professionnels effectuent un travail «remarquable» de prévention et de gestion des conflits d une part, de régulation des relations entre personnes ou groupes de personnes ou entre personnes et institutions, d autre part. Mieux : un réseau de 30 médiateurs citoyens (des habitants bénévoles) a vu le jour l été dernier. Son objectif est ambitieux puisqu il s agit ici, et en parallèle de la médiation professionnelle, de «diffuser la culture de la médiation, de créer une dynamique parmi les habitants». Des économies de grande ampleur Utilisée à titre préventif, la médiation est efficace d un point de vue social, mais aussi financier, souligne pour sa part Jean Mardikian (président de l association France Médiation) qui évoque d emblée les questions, voire les remises en question qui ne cessent de porter sur l efficacité économique de la médiation. «Dans des villes comme Marseille, Lille, Niort et Angoulême, nous avons évalué les dégâts causés dans l espace public : terrains de sport ravagés, dégradation du mobilier urbain, des squares, de l éclairage public Et nous avons démontré, chiffres à l appui, qu un médiateur social qui prévient ces dégradations, qui sont autant de coûts importants pour une collectivité, fait œuvre utile. Oui, la médiation est une prévention rentable.». Des risques évités Dans les organisations comme dans les entreprises, «les conflits de personnes incessants sont souvent dus à des différences d interprétation, dont l origine vient d un manque évident de concertation et de discussion». Conflits qui paralysent et qui épuisent, comme l a démontré Patricia Fénelon (médiateur et coach en entreprise) par de nombreux exemples tirés de ses interventions. Conflits dont les causes sont parfois insignifiantes et oubliées de la mémoire collective! Et de regretter d être plus souvent en position de «gestion de la carence, de résolution des problèmes» et non de «gestionnaire de l anticipation du risque». Pour Paul Gélinas (président de tribunaux arbitraux dans différents pays), la médiation préventive est aussi efficace d un point de vue juridique et financier. Son expérience se fonde sur la gestion des conflits d arbitrage et la mise en place préalable de «Comités de règlement des différends» (CRD). Des structures de prévention Ces CRD sont des structures spécifiques de prévention destinées à «détecter chaque grain de sable dans les rouages», puis à intervenir pour aider les partenaires à trouver une solution en cours de projet. «Avant tout, il faut éviter que le conflit s amplifie», précise-t-il. Peut-on trouver de tels comités en France? Oui, depuis une dizaine d années, dans des projets de très grande ampleur : concession d autoroutes, exploitation de tramway, construction d une ligne TGV «Ce sont les financeurs qui en réalité, sont les instigateurs des CRD. Ils veulent savoir tout de suite ce qui va se passer, et traiter les problèmes au fur et à mesure. Dans la majorité des cas, les solutions préconisées sont mises en œuvre. Lorsque le projet est terminé, cela permet de clore les livres et de ne pas provisionner pour des litiges à venir.» De l huile dans les rouages des organisations Faire de la médiation une réalité, voire un projet d entreprise. Les arguments qui plaident en faveur de la médiation institutionnelle sont à la fois nombreux et qualitatifs : économies de temps, d argent, maintien du lien avec le client et confidentialité de la solution adoptée. Sans compter, comme le souligne Bruno Berger-Perrin (avocat Cabinet Fidal), que les juristes d entreprise et les avocats disposent désormais «d une véritable boîte à outils où piocher à leur gré le processus qui leur semble le plus approprié : procédure participative ou médiation conventionnelle avant le déroulé judiciaire, conciliation judiciaire ou médiation judiciaire en cours d instance». Autant d atouts mis en évidence désormais par la jurisprudence. Différents et récents arrêts de la Cour de cassation reconnaissent désormais aux clauses de médiation «toutes leurs vertus dans les contrats, y compris dans les conflits d associés». Pour autant, la route qui mène une entreprise vers la mise en place effective d un mode de gestion amiable des conflits pouvant l opposer à ses clients (particuliers et/ou partenaires), emprunte souvent des chemins longs ou inattendus. Et ce cheminement ne peut se dérouler sans la volonté de juristes convaincus qu une autre voie, qu une autre forme de «combat» est enfin souhaitable. Témoignage Avoir le réflexe d y recourir Didier Chavernoz Directeur juridique de Spie Batignolles «Il y a deux ans, j ai dû convaincre juristes, opérationnels et dirigeants de l intérêt du processus de médiation. Je leur ai expliqué que la médiation ne s appliquait pas à tous les dossiers, mais que l on pouvait toujours avoir le réflexe d y réfléchir et d y recourir. Pour convaincre le top ten, j ai démontré, chiffres à l appui, qu il y avait des économies à faire. Un groupe comme le nôtre a en permanence 700 à 800 dossiers contentieux qui tournent : entre le temps passé et l argent dépensé, on s est aperçu qu il était possible de réduire d une ou de deux années la durée d un dossier, soit un allégement financier de presque 3 millions d euros. Sans compter l aspect confidentiel du traitement du dossier. Mettre en place cette démarche de médiation, travailler à l élaboration de clauses de recours, m a permis de redécouvrir l intelligence collective et de développer la notion de management des risques judiciaires. Jusqu à présent, 3 médiations ont été réalisées, 2 ont fonctionné. Désormais, les jeunes embauchés sont systématiquement sensibilisés, et je me suis dit que l on était sur le bon chemin lorsque les juristes ont demandé une formation à la négociation raisonnée.» De droite à gauche : Didier Chavernoz, Pierre Foulon, Bruno Berger-Perrin. 4

5 Témoignage L entrée en dialogue de 2 personnes Pierre Foulon, médiateur des systèmes de vélos en libre service du groupe Jean- Claude Decaux «Il y a quelques années, notre service clients avait environ conflits potentiels par jour à gérer. Certains insatisfaits allaient devant les tribunaux, pour 150 en moyenne! Je représentais les intérêts de l entreprise et j étais content de me retrouver devant des gens que j allais mettre à mort. Puis, j ai commencé à les rencontrer et à trouver avec eux, sans l intervention du juge, une solution amiable. C est l entrée en dialogue de deux personnes, qui n avaient aucune raison de se parler, qui m a fait comprendre que l on pouvait institutionnaliser ce processus de médiation. J ai alors pris mon bâton de pélerin, rencontré différents médiateurs d entreprise (SNCF, EDF ), bâti un projet avant d aller frapper directement à la porte de Jean-Claude Decaux. Il m a fallu un an pour obtenir la rédaction d une charte qui entérine l indépendance du médiateur maison, un rattachement au plus haut niveau de l entreprise et une autonomie budgétaire. La médiation fait aujourd hui partie du volet sociétal de l entreprise : c est une justice durable. En un an d existence, nous avons reçu 800 dossiers. Notre médiation est rapide, gratuite, elle évite la médiatisation et permet de conserver, voire de recréer la confiance du client.» Un soutien du dialogue social Numéro spécial Le ministère du Travail fait régulièrement appel à des médiateurs. Pour garantir l exercice de la démocratie sociale et faciliter le dialogue. Cela n a échappé à personne : l intitulé du ministère du Travail a été modifié il y a quelques mois pour intégrer le «dialogue social». Une évolution subtile qui traduit, selon Valérie Delahaye-Guillocheau (chef de service à la direction générale du Travail), l actuelle volonté du gouvernement de mettre en avant «l esprit de la médiation». Et d expliquer très concrètement le rôle d un médiateur dans le fonctionnement des commissions mixtes paritaires où des représentants d organisations syndicales de salariés et d employeurs de la branche professionnelle ont en charge la négociation d accords sur les salaires ou la prévoyance. Il s agit ici, pour les médiateurs, d aider les parties à résoudre leurs difficultés de fonctionnement, à anticiper les points d achoppement. Des profils spécifiques et recherchés Qui sont ces médiateurs? Des fonctionnaires expérimentés (40 à 50 ans en moyenne) que l on sollicite pour leurs bonnes connaissances des relations sociales, mais aussi pour leurs capacités juridiques à traduire la vie collective au travail. Un tel profil est également recherché lorsqu il y a nécessité de parvenir à un accord lors d un conflit collectif du travail. Ici, et en plus de réelles qualités de facilitateur de dialogue, les médiateurs doivent savoir se faire accepter rapidement et parvenir à gérer la crise sur un temps très court. Des atouts indispensables pour faire face aux quelque médiations annuelles (soit 4 médiations par jour) dans lesquelles le Ministère s implique. Et pour qu une fois la négociation menée, il soit possible, pour tous, de continuer à travailler et à vivre ensemble. L exemple canadien à suivre? Une justice multiple et participative : tel est le sens de la réforme initiée par le gouvernement canadien. Outre-Atlantique, les choses bougent. Le code de procédure civile du Canada va être prochainement réformé avec une originalité : la mise en avant du règlement des litiges par des procédés de justice favorisant la participation des personnes. «Autrement dit, faire place à la justice participative, comme l explique Marie-Claire Belleau, (professeur de droit à l université Laval, Québec, Canada), faire place à la négociation, la médiation et l arbitrage, sur un mode volontaire afin que les parties en présence puissent s interroger sur la pertinence de leur conflit.» Comment le gouvernement canadien en est-il arrivé là? Après avoir constaté une dévalorisation très importante de l image de l avocat, dont le taux de confiance est tombé à 30 %, contre 70 % pour les notaires ou les juges par exemple Mais aussi après avoir pris conscience du «décrochage judiciaire» qui s est opéré au fil des années entre l institution et les justiciables potentiels, toutes juridictions confondues. En cause? Des délais d instruction trop longs, des coûts trop élevés, mais aussi pour les individus, le sentiment d être perdu dans un labyrinthe et de ne plus maîtriser le cours des événements. Ils l ont dit «La confiance est au médiateur ce que le transfert est au psychanalyste.» François Charvin, médiateur et psychanalyste (Paris) «La médiation, c est un peu le triomphe de la justice du compromis sur la justice du conflit. C est une justice consensuelle, durable, car tournée vers l avenir. C est aussi une justice qui évite des ruptures préjudiciables aux personnes qui ont des relations continues.» Pierre Grégoire Marly, doyen de la faculté de droit, d économie et de gestion du Maine (Le Mans) «La médiation ne tombe pas du ciel. Les citoyens doivent la demander, l exiger, la conquérir.» Emmanuel Constans, médiateur du ministère de l Economie et des Finances, président du Club des médiateurs de services au public «La médiation comme volonté politique? Oui, car il y a urgence, on est en guerre» Patricia Fenelon, coach et médiatrice en entreprise (Montpellier) «Vous les médiateurs, que faites-vous aujourd hui pour vous rendre visibles? Lorsque je souhaite rencontrer un médiateur, j ai en face de moi des gens satellisés et non des personnes qui représentent les autres. Les associations de médiateurs ne me semblent pas suffisamment visibles ; je n ai pas le sentiment qu elles soient structurées de façon importante.» Ghislaine Sixdenier, magistrat au TGI de Nanterre (92) «La médiation n est pas un moyen alternatif de règlement d un conflit, mais un moyen à part entière.» Marcel Paquier, directeur de Protekta (Suisse) «Notre gouvernement a la volonté d aller vers d autres formes d intervention. C est un vrai changement de culture juridique.» Marie-Claire Belleau, professeur de droit à l université Laval (Canada) «Les avocats sont souvent considérés comme des empêcheurs de tourner en rond, et non comme des stratèges qui pensent à tout ce qui est en leur devoir pour servir les intérêts de leurs clients, y compris la négociation.» Bruno Berger-Perrin, avocat «L évolution de la participation des citoyens au processus décisionnel est significative tant par leur participation aux débats que par l évolution des modalités de concertation engagées depuis plusieurs années.» Jean-François Beraud, secrétaire général de la Commission nationale du débat public «Le besoin de médiation n a jamais été aussi fort dans ce pays.» Christian Le Roux, directeur de cabinet du président du Conseil économique, social et environnemental «La médiation contribue à l avènement de la raison.» Bernard Benattar, médiateur et philosophe «Je crois qu il faut absolument expliquer où l entreprise en est, où nous voulons aller. Même en période difficile le message passe. Le mode du manager dans sa tour d ivoire n est plus possible aujourd hui!» Francis Morel, Président directeur général du groupe Les Echos «A l international, il existe une extraordinaire diversification des formes que peut prendre une médiation.» Marc Perrin de Brichambaut, conseiller d Etat, ancien secrétaire général de l Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe 5

6 Numéro spécial Nouveau ministre, nouvelle impulsion? L intérêt du ministère de la Justice pour le développement de la médiation est évident. Malgré l absence d outils permettant de la faire émerger réellement, elle a considérablement évolué ces dernières décennies. A l instar de l ampleur et de la nature des conflits. Développer la médiation judiciaire par delà les résistances du monde juridique et démontrer son efficacité pour faire avancer la société : en quelques phrases, Martine Timsit (conseillère au cabinet de Christiane Taubira), a relaté d emblée la position de l actuelle ministre de la Justice. Pour autant, a-t-elle rappelé, la médiation n est pas une nouvelle forme de justice, car si le juge applique le droit et prend les décisions qui feront autorité, le médiateur a vocation à conduire les parties à renouer le lien et à construire elles-mêmes leur terrain d accord. Deux missions différentes mais une complémentarité qui n a pas manqué d être soulignée : «La médiation peut aider à prévenir le contentieux : pouvoir soulager les tribunaux, ce n est pas sans intérêt dans notre contexte de judiciarisation actuel. Le médiateur peut aussi préparer la décision du juge dès lors que des parties en litige ont été au cœur d un processus de médiation, réussi ou non. Car dans ce contexte plus apaisé, le juge va rendre une décision qui sera mieux acceptée, donc mieux appliquée, notamment s il s agit d un contentieux familial». A condition, comme l a indiqué la représentante du garde des Sceaux «que l on n assigne aucune obligation de résultat à la médiation et qu il demeure impératif de recourir au juge lorsqu une question d ordre public est en jeu ou lorsque les relations entre les parties sont trop dégradées». Mettre en place des outils de suivi Interrogée par Fabrice Vert, magistrat à la Cour d appel de Paris, en charge de la coordination des médiateurs judiciaires, sur le manque de suivi et d évaluation de l action des médiateurs judiciaires, Martine Timsit s est engagée «à faire remonter l information». Elle a également pris acte de la nécessité de disposer de données chiffrées pour rendre visibles les actions de médiation judiciaire, avant de conclure sur l intérêt évident d un futur observatoire de la médiation. Affaire à suivre, donc. Passer d une culture de la médiation à la médiation comme culture Médiateur de l Education nationale et de l enseignement supérieur, Monique Sassier a eu en charge de synthétiser l ensemble des débats et de conclure cet intense Rendez-vous d Automne Extraits. Un observatoire de la médiation permettrait de nous rassembler, de travailler, de rester acteurs de la société civile et d accueillir une volonté politique partagée. Cela permettrait également à la médiation de s installer autrement que comme une expérimentation, comme une volonté personnelle des associations, pour prendre le rang qu elle mérite, pour devenir le bien commun. Car la médiation, ce n est pas que la résolution des conflits : c est aussi un ensemble de propositions pour faire évoluer les institutions, les entreprises, la famille. C est un changement de société dont les politiques ont besoin, avec des réponses construites dans la confiance et avec la volonté de lâcher prise. Passer d une culture de la médiation, à une médiation comme culture à part entière du règlement des litiges, suppose de réfléchir à l accès à la médiation et à des espaces où la médiation s organise. Cela suppose aussi une définition commune. Car quand une institution investit dans la médiation, il est légitime qu elle sache ce qu elle achète. Elle ne veut pas un service de plus, elle veut un médiateur, un tiers et non un troisième, un interlocuteur neutre. Les pouvoirs publics peuvent compter sur notre capacité permanente à nous perfectionner. Nous avons aussi à travailler sur les résistances à la médiation : il faut se mettre d accord sur ce qu elle est, sur ce qu elle produit. Il faut lui donner sa chance, sans que les médiateurs aient indéfiniment à prouver leur efficacité. A un moment, il faut faire le choix de soutenir la médiation. Il nous faut aussi réfléchir aux liens entre le médiateur et le juge qui ne sont pas des liens de substitution, mais des liens dynamiques. Nous comptons une série de dispositifs contradictoires, empilés, que nous nous ne rénovons jamais. La médiation ne peut pas s insérer dans ce millefeuille. Je suis d ailleurs persuadée que c est la médiation conventionnelle qui se développera le plus. Ce n est pas une raison pour ne rien faire sur le plan judiciaire. Un exceptionnel travail de paix sociale Pour sa troisième édition, le trophée de l innovation en médiation de l ANM a été remis par la présidente Gabrielle Planès à Marina Périni et à son équipe (au total 11 médiateurs) œuvrant au service de prévention de la délinquance à Châlon-sur-Saône. De gauche à droite : Philippe Bourdiau, Marina Perini et Mohieddine Hidri. 6

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com L indemnisation des risques liés au travail Colloque Sinistres du 10 Mars 2011 Le 10 Mars 2011, à l initiative

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

Questionnaire Entreprises et droits humains

Questionnaire Entreprises et droits humains Membres du Avec & Asset Management Questionnaire Entreprises et droits humains 1 2 Présentation des organisations Le CCFD-Terre Solidaire est la première association française de développement. Elle a

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 UE 1 Médiation et communication dans les organisations 40h CM, 20h TD - 6 ECTS, coefficient 2 Session

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Maison du droit et de la médiation www.ville-stains.fr

Maison du droit et de la médiation www.ville-stains.fr www.ville-stains.fr SOMMAIRE page 4 INFORMATION ET ORIENTATION page 6 ACCES AU DROIT page 8 AIDE AUX VICTIMES page 10 MEDIATION page 12 ECRIVAIN PUBLIC page 14 LEXIQUE + NOS PARTENAIRES EDITO Pour la Municipalité,

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses

Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses Tribune Paris, le 19 janvier 2015 Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses Par Gildas de Muizon (Directeur associé)

Plus en détail

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery - 1 - Réunion du mardi 24 mai 2011 Justice et affaires intérieures Contrôle parlementaire d Europol Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery M. Denis Badré, vice-président

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ)

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) Strasbourg, le 7 décembre 2007 CEPEJ(2007)15 COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) LIGNES DIRECTRICES VISANT A AMELIORER LA MISE EN ŒUVRE DE LA RECOMMANDATION SUR LES MODES ALTERNATIFS

Plus en détail

Sous l angle des pratiques et des usages, nous avons pu dresser certains constats et formuler quelques souhaits que nous vous soumettons ci-après.

Sous l angle des pratiques et des usages, nous avons pu dresser certains constats et formuler quelques souhaits que nous vous soumettons ci-après. Contribution écrite du Comité d Action Juridique (CAJ) Rhône-Alpes Au groupe de travail sur «les juridictions du XXI èmes siècle» 14 octobre 2013 Le Comité d Action Juridique est une association loi 1901

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

La crise économique renforce la nécessité d une gestion efficace des litiges Résultats de l enquête de Lydian sur la gestion des litiges

La crise économique renforce la nécessité d une gestion efficace des litiges Résultats de l enquête de Lydian sur la gestion des litiges La crise économique renforce la nécessité d une gestion efficace des litiges Résultats de l enquête de Lydian sur la gestion des litiges LEGAL INSIGHT. BUSINESS INSTINCT. 3 La crise économique renforce

Plus en détail

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS

LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS LA CARPA, UN LABEL DE QUALITE POUR LES FONDS MANIES PAR LES AVOCATS REUNION AVEC LES BATONNIERS ETRANGERS Rentrée du barreau de Paris 4 décembre 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR LE BATONNIER ALAIN MARTER

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Dans son ensemble, la CSF accueille favorablement le projet de loi, mais reste néanmoins mobilisée contre la volonté du gouvernement de

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT -

FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - DOSSIER DE PRESSE 8 juin 2010 Contacts presse : Stéphanie DUPERIE, assistante des relations presse / stephanie.duperie@justice.fr 05 56 00 10 38 Claire KELLER, Chef

Plus en détail

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi 227 La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi Jean- Christophe Ménard Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit public Maître de conférences à l Institut d études politiques de

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes Date limite de renvoi des dossiers complétés : 6 novembre 2013, par mail à l adresse contact@grandprix-distributionresponsable.com Nom de l initiative:

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts Sommaire Préface...p.3 Définition et types de conflit d intérêts...p.4 Comment identifier un conflit d intérêts...p.6 Exemples

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY 17/10/2013 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale Rédacteur territorial principal de

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Le divorce : mode d emploi

Le divorce : mode d emploi Le divorce : mode d emploi Sommaire 1. Séparation de corps ou divorce? 2. Les différents cas de divorce. 2.1. Le divorce par consentement mutuel 2.2. Le divorce pour acceptation du principe de la rupture

Plus en détail

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 2 SEPTEMBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

A propos de la médiation

A propos de la médiation A propos de la médiation La médiation, une démarche volontaire mais spécifique Si toute personne peut, en principe, être médiateur, il faut avoir suivi avec un succès une formation d'un minimum de 90 heures

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Vous êtes marié avec un conjoint de

Vous êtes marié avec un conjoint de Divorce et résidence à l étranger Quel tribunal peut-on saisir? Les époux peuvent-ils choisir la loi applicable à leur divorce? Sous quelle forme? À défaut, quelle sera la loi applicable au divorce? Quels

Plus en détail

t services TPE ccompagnement une solution complète et externalisée pour sécuriser la gestion quotidienne de votre entreprise

t services TPE ccompagnement une solution complète et externalisée pour sécuriser la gestion quotidienne de votre entreprise [ ASSISTANCE ET PROTECTION ] entreprises ccompagnement t services TPE une solution complète et externalisée pour sécuriser la gestion quotidienne de votre entreprise [ ASSISTANCE ET PROTECTION ] Un accompagnement

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN

15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN Le citoyen au coeur du service public de la Justice 15 ACTIONS POUR LA JUSTICE DU QUOTIDIEN citoyen au coeur du service public de la Justice UNE JUSTICE PLUS PROCHE UNE JUSTICE PLUS EFFICACE UNE JUSTICE

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 27 juin 2014

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Elaboration du plan France Numérique 2020

Elaboration du plan France Numérique 2020 Paris, le 30 septembre 2011 Elaboration du plan France Numérique 2020 Réponse de l ARPP à la consultation publique Organisme de régulation professionnelle de la publicité en France, l Autorité de Régulation

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Résumé des débats Adoption du Procès Verbal de l Assemblée Générale du 17 novembre 2009 le Procès Verbal est adopté à l unanimité

Résumé des débats Adoption du Procès Verbal de l Assemblée Générale du 17 novembre 2009 le Procès Verbal est adopté à l unanimité Rappel de l ordre du jour de l Assemblée Générale Ordinaire Lecture et adoption du Procès Verbal de l Assemblée Générale du 17 novembre 2009. Rapport moral du Président, Monsieur Michel Grangeré. Rapport

Plus en détail

Quelle médiation pour l assurance retraite?

Quelle médiation pour l assurance retraite? ECOLE DES DIRIGEANTS DE LA PROTECTION SOCIALE Quelle médiation pour l assurance retraite? Par Claude PÉRINEL, Médiateur de l Assurance retraite Claude PÉRINEL, docteur en sociologie de l IEP de Paris,

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés octobre 2013 I. Pourquoi une association de commissaires d exposition? L association C-E-A / Commissaires d exposition associés est née en 2007 du

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

Les réserves de biosphère : du conflit au dialogue

Les réserves de biosphère : du conflit au dialogue Les réserves de biosphère : du conflit au dialogue Des AP qui veulent être des lieux d expérimentation du développement durable «en cherchant à réconcilier le développement économique, le développement

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

Aix-Médiation-Juxta-IHEMN

Aix-Médiation-Juxta-IHEMN Aix-Médiation-Juxta-IHEMN Hôtel de Maliverny, 33 rue Emeric David, 13100 Aix en-provence Tel et Fax : 04 42 96 49 17 Mobile : 06 15 13 83 18 Mail : aixmediation@wanadoo.fr - Site : www.aixmediation.org

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Préambule Le Cameroun a révisé son DSRP i 2003 en lui adressant une direction

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail