CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES HYPERFREQUENCES, LES TELEPHONES MOBILES CELLULAIRES ET LEURS STATIONS RELAIS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES HYPERFREQUENCES, LES TELEPHONES MOBILES CELLULAIRES ET LEURS STATIONS RELAIS"

Transcription

1 NO T I O N SFO N D A M E N TA L E S CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES HYPERFREQUENCES, LES TELEPHONES MOBILES CELLULAIRES ET LEURS STATIONS RELAIS I. LES HYPERFREQUENCES OU MICRO-ONDES G é n é r a l i t é s Les hyperfréquences sont des radiations non ionisantes faisant partie du spectre électromagnétique et plus précisément des radiofréquences (Figure 1). Comme toutes ondes électromagnétiques, elles se caractérisent par : Leur fréquence (F) exprimée en Hertz (Hz : 1 Hz = 1 oscillation par seconde) ou en unités plus élevées, le KiloHertz (1 KHz = 10 3 Hz), le MégaHertz (1 MHz = 10 6 Hz) et le GigaHertz (1 GHz = 10 9 Hz). 1 7

2 Les hyperfréquences vont des fréquences de 300 MHz à 300 GHz. Leur longueur d onde (λ) qui est égale à C/F où C représente la vitesse de la lumière dans le vide (exprimée en mètres/seconde ) et F la fréquence exprimée en Hertz. - Pour le four domestique à micro-ondes, la fréquence en France est de MHz [(2,45 GHz), à laquelle correspond une longueur d onde de 12,2 centimètres (cm)]. - Pour les téléphones mobiles cellulaires fonctionnant en 900 MHz, la longueur d onde est de 33,3 cm; elle est de 16,6 cm pour les téléphones mobiles cellulaires qui émettent en MHz. Nature des radiations Fréquence Longueur d'onde Exemples 1/ Ionisantes. * Rayons X, rayons gamma, rayons cosmiques 2/ Non ionisantes. * Ultra violet * Lumière visible Supérieure à GHz de GHz à GHz de GHz à GHz Inférieure à 0,1 µ 0,4 µ à 0,1 µ 0,8 µ à 0,4 µ Stérilisation * Infra rouge * Radio fréquences - Hyper fréquences (ou micro-ondes) de 300 GHz à GHz de 300 MHz à 300 GHz µ à 0,8 µ 1 m à 1 mm Détection, sécurité Fours, Télévision, Téléphones portables, - Ultra courtes (VHF) - Courtes (HF) - Moyennes (MF) - Longues (LF) 30 MHz à 300 MHz 3 MHz à 30 MHz 0,3 MHz à 3 MHz 30 KHz à 300 KHz 10 m à 1 m 100 m à 10 m 1 km à 100 m 10 km à 1 km { ondes radio * Très basses fréquences (VLF) 300 Hz à 30 KHz km à 10 km Ecrans vidéo * Extrêmement basses fréquences (ELF) 0,1 à 300 Hz Supérieure à km Courant électrique 50 Hertz Figure 1 : Le spectre électromagnétique. N.B. : La longueur d'onde ( λ) est inversement proportionnelle à la fréquence c (F) (λ= où c = vitesse de la lumière); de ce fait, lorsque la fréquence F augmente, la longueur d'onde diminue

3 TÉ L É P H O N E S MO B I L E S CE L L U L A I R E S E T STAT I O N S R E L A I S. LE S RI S Q U E S P O U R L A SA N T É. NO T I O N SFO N D A M E N TA L E S Classiquement, les hyperfréquences (ou micro-ondes) ce subdivisent en 3 catégories : E (V/m) UHF (Ultra High Frequency) de fréquences 300 MHz à 3 GHz. C est dans cette catégorie d hyperfréquences que se situent le four domestique à micro-ondes (F = MHz) et les téléphones mobiles cellulaires. λ SHF (Supra High Frequency) de fréquences 3 GHz à 30 GHz. EHF (Extremely High Frequency) de fréquences 30 GHz à 300 GHz. Les deux premières catégories d hyperfréquences sont des ondes centimétriques (λ de 100 cm à 1 cm), la dernière catégorie étant des ondes millimétriques (λ de 10 mm à 1 mm). Les micro-ondes peuvent être émises en continu (CW), en pulsé (PW) et être modulées en amplitude (AM) et (ou) en fréquence (FM). H (A/m) Figure 2 : Propagation d une onde électromagnétique. P (W/m (w/m ) 2 ) 1.2. U n i t é s Les hyperfréquences, comme toute onde électromagnétique, sont formées de l association d un champ électrique (E) et d un champ magnétique (H) qui sont perpendiculaires entre eux et avec la direction de propagation de l onde (vecteur de Poynting), (Figure 2). Le champ électrique s exprime en Volts/mètre (V/m) ou en KiloVolts/mètre (KV/m). Le champ magnétique qui représente la force de ce champ s exprime en Ampères/mètre (A/m). N.B. : L induction magnétique (B) qui représente la densité de champ magnétique est liée à H par la relation : B = µh. Dans l air, la perméabilité magnétique (µ) étant voisine de 1, la relation précédente devient B = H. Ce qui conduit à employer comme unité de champ magnétique H, des unités normalement destinées à l induction magnétique (B) telles que le Tesla (T) et le Gauss (G), la relation à retenir étant : E = champ électrique (V/m). H = champ magnétique (A/m). P = vecteur de propagation (vecteur de Poynting) représentant la densité de puissance de l onde (W/m 2 ). λ = Longueur d onde. Le vecteur de Poynting représente la densité de puissance de l onde électromagnétique par unité de surface. Elle s exprime en Watts/mètre carré (W/m 2 ), en milliwatts/centimètre carré (mw/cm 2 ) ou en valeurs plus faibles, comme le microwatt/cm 2 (µw/cm 2 ) C est ainsi, par exemple, que la densité de puissance de fuite micro-ondes autorisée sur un four domestique ne doit pas dépasser 1 mw/cm 2 (1.000 µw/cm 2 ) à 5 cm des parois du four (Normalisation Française 4 ). 1 A/m = 12,5 milligauss (mg) = 1,25 microtesla (µt) 4 Exposition humaine aux champs électromagnétiques hautes fréquences (10 KHz à 300 GHz). Normalisation Française. C Nov pages

4 1. 3. Notion d exposition en champ proche et en champ l o i n t a i n Schématiquement, l exposition d un sujet est dite en «champ proche» lorsque la source émettrice de l onde hyperfréquence est à une distance inférieure à une longueur d onde et en «champ lointain» lorsque la distance est supérieure à une longueur d onde. Exemples : a. Pour le courant électrique de fréquence 50 Hz, la longueur d onde est de Km; dans ce cas, l exposition est en «champ proche» car le sujet est toujours à moins d une longueur d onde d une source émettrice. b. Dans le cas du four domestique à micro-onde, dont la longueur d onde est de 12,2 cm, c est au-delà de cette distance que le sujet est exposé en «champ lointain». c. Dans le cas des téléphones mobiles cellulaires, l exposition est en «champ proche» dans un rayon de 33,3 cm pour ceux qui fonctionnent en 900 MHz, et dans un rayon de 16,6 cm pour ceux qui utilisent le MHz. d. Les stations relais des téléphones mobiles cellulaires exposent les populations en «champ lointain» car les sujets se trouvent à des distances de plusieurs longueurs d onde de la source émettrice. Les personnels de maintenance de ces équipements risquent, au contraire, une exposition en «champ proche». N.B. : En fait, la notion de «champ proche» et de «champ lointain» est plus complexe. A proximité de l émetteur (par exemple une antenne de station relais ou un téléphone mobile cellulaire) et dans l axe de propagation de l onde électromagnétique, il existe une incohérence de phases entre le champ électrique et le champ magnétique. Ce n est qu à une certaine distance de la source émettrice que l onde générée est réellement formée. En fonction de D, la plus grande dimension de l antenne en mètre, et de la longueur d onde λ, on distingue 3 zones en partant de la source émettrice : La zone de Fresnel à une distance D 2 /4 λ; La zone de Rayleigh à D 2 /2 λ; La zone de Fraunhofer à 2D 2 / λ. Le «champ proche» inclut les deux premières zones et le «champ lointain» débute au niveau de la zone de Fraunhofer. En champ proche, on ne peut pas déterminer correctement la densité de puissance de l onde électromagnétique incidente. On peut, dans ce cas, mesurer soit la valeur du champ électrique, soit celle du champ magnétique pour apprécier les niveaux d exposition et donc les risques biologiques (cf. Chap. IV 122.) Le taux d absorption spécifique (TA S ) Le taux d absorption spécifique (TAS) ou «specific absorption rate» (SAR) des auteurs anglo-saxons permet de quantifier les interactions entre les ondes électromagnétiques et la matière. Il peut être défini comme la vitesse de transfert de l énergie de l onde électromagnétique dans cette matière qui peut être un tissu, un organe, un être vivant. Le TAS peut se mesurer au moyen de techniques calorimétriques ou se calculer; il s exprime en Watts/kg (W/kg) ou en milliwatts/g (mw/g) de tissu. Un TAS élevé entraîne une augmentation de la température dans le matériel. N.B. : Il est possible de comparer l énergie absorbée lors d expositions aux ondes électromagnétiques (TAS) à l énergie produite par le corps humain durant ses activités physiologiques : 1 W/kg pour le métabolisme de base - 5 à 10 W/kg pour un exercice physique. Calcul du TAS : TAS (mw/g) = 60 L F x M F = Fréquence de l onde en GHz - L = Longueur du sujet en cm M = Masse en g du sujet. (O. Gandhi 5 ) 5 O.P. Gandhi et coll. Deposition of electromagnetic energy in animals and in models of man with and without grounding and reflector effects. Radio. Sci :

5 NO T I O N S FO N D A M E N TA L E S La valeur du TAS dépend de nombreux paramètres et en particulier : La densité de puissance (en W/m 2 ou en mw/cm 2 ) de l onde électromagnétique incidente, c est-à-dire qui arrive sur le matériel ou le sujet exposé (la «cible»). La fréquence de l onde incidente : le TAS diminue avec l augmentation de fréquence. Pour les radiations non ionisantes l absorption est maximale pour les fréquences faibles, elle est réduite pour les fréquences élevées (Figure 3). La taille et la masse du sujet exposé : du fait de leur plus petite taille, les enfants absorbent plus les hyperfréquences que les adultes (IRPA Guidelines 6 ). La nature de l exposition de la cible en «champ proche» ou en «champ lointain», L orientation du sujet exposé par rapport à la composante électrique ou magnétique de l onde, Le taux d humidité et la température ambiante, les eff e t s thermiques des micro-ondes s amplifiant avec l augmentation des valeurs de ces deux paramètres, La pilosité ainsi que la nature des vêtements que le sujet exposé porte et qui sont également à prendre en considération dans les effets thermiques des hyperfréquences. Fréquences Radiations IONISANTES GHz Radiations NON - IONISANTES Figure 3 : Absorption du corps humain vis-à-vis des ondes électromagnétiques en fonction de la fréquence de l onde incidente. Absorption N.B. : La nature des tissus traversés n est pas prise en compte. Noter : Pour les radiations non ionisantes l absorption décroît lorsque la fréquence augmente. 6 IRPA Guidelines. Guidelines on limits of exposure to radiofrequency electromagnetic fields in the frequency range from 100 KHz to 300 GHz. Health Physics : L absorption d une onde hyperfréquence par un organisme vivant peut entraîner une élévation de la température qui peut être locale (création de «points chauds») ou générale. N.B. : Les points chauds correspondent à une augmentation localisée de la température dans un matériel (prothèse métallique, tissu osseux, boîte crânienne ), l onde électromagnétique étant «piégée» dans le matériel lorsque sa longueur d onde est proche de l épaisseur de ce matériel (création d ondes stationnaires)

6 TÉ L É P H O N E S MO B I L E S CE L L U L A I R E S E T STAT I O N S R E L A I S. LE S RI S Q U E S P O U R L A SA N T É. Afin d empêcher tout effet thermique général des hyperfréquences chez l homme (élévation de la température rectale), le taux d absorption spécifique a été fixé à 0,4 W/kg pour les travailleurs et à 0,08 W/kg pour le public dans le cas d une exposition du corps entier et par période de 6 minutes (6) (cf. Chap. IV 12.). N.B. : L intervalle de 6 mn correspond à la constante de temps de la régulation thermique humaine. Dans le cas de l exposition d une partie seulement du corps et pour des tissus «autres que ceux des mains, des poignets, des pieds et des chevilles» (Normalisation Française 7 ), le TAS applicable à l exposition de la tête ne doit pas dépasser 2 W/kg pour le public et 10 W/kg pour les travailleurs, pour 6 minutes d exposition, et cela afin d éviter tout risque d élévation thermique. N.B. : Raisons invoquées pour la distinction public/travailleurs dans les textes officiels : Les limites d exposition aux hyperfréquences distinguent deux populations : a. Le public qui constitue un ensemble de sujets, d âges et de statuts sanitaires différents. Ces personnes ne sont pas, normalement, informées de leur exposition aux hyperfréquences et des risques biologiques; leur exposition peut être de 24 h/24 et peut durer la vie entière! b. Les travailleurs constituent un ensemble de sujets adultes, exposés dans des conditions contrôlées et qui sont informés des risques biologiques potentiels, ce qui les conduit à se protéger. Commentaire de l auteur : C est à partir de ces raisons, dont l éthique est absente, que les limites d exposition aux hyperfréquences sont moins restrictives pour les travailleurs que pour le public! 7 Exposition humaine aux champs électromagnétiques hautes fréquences (10 KHz à 300 GHz). Normalisation Française. C Nov pages Interactions des hyperfréquences avec la matière vivante Une onde hyperfréquence (ou micro-onde) qui entre en contact avec un tissu vivant est susceptible de créer des effets thermiques et des effets athermiques ou «spécifiques» Effets thermiques Ils résultent de l action de l onde électromagnétique sur les molécules chargées électriquement et dont l eau est le meilleur exemple. Les molécules d eau présentes dans le tissu vont osciller à la fréquence de l onde incidente, créant des frictions internes responsables de l apparition de chaleur dans le tissu irradié. L effet thermique est décelé (mesuré) lorsque la densité de puissance incidente est suffisante pour créer un taux d absorption spécifique (TAS) plus élevé que ceux cités précédemment (cf. 14.). L échauffement sera plus ou moins étendu et intense selon la nature des tissus traversés par l onde hyperfréquence et leur richesse en eau. Des tissus tels que la graisse, les os, à faible teneur en eau, sont plus facilement pénétrés par l onde hyperfréquence que des tissus tels que les muscles ou la peau plus riches en eau (Figure 4). N.B. : a. Lorsque l échauffement est le fait de la composante champ magnétique de l onde hyperfréquence, on parle de chauffage par induction : c est le cas des corps métalliques (prothèses, stérilets ) qui peuvent être échauffés par l onde hyperfréquence. Il peut en résulter des points chauds pouvant être dangereux ou être la cause de dysfonctionnement d appareils médicaux tels que les stimulateurs cardiaques, les pompes implantées délivrant des médicaments, les appareils de surveillance cardiaque b. Lorsque l échauffement est le fait du champ électrique de l onde hyperfréquence, on parle de chauffage par effet diélectrique : c est ce chauffage par effet diélectrique qui est responsable, par exemple, de l élévation de la température des aliments placés dans un four à micro-ondes domestique

7 ,1 Noter : - A - MUSCLES, PEAU, ORGANES INTERNES (Haute teneur en eau) eau) a b c Fréquences (MHz) (MHz) Figure 4 : Profondeur de pénétration des ondes électromagnétiques dans les tissus en fonction de leur fréquence et de la teneur en eau des tissus. a, b, c = Hyperfréquences respectivement à 900, et MHz. - B - GRAI SSE OS (Faible teneur en eau) eau) Quand un tissu est irradié, l onde hyperfréquence passe de l air (où se trouve la source d émission) dans le tissu. A la surface de discontinuité airtissu se trouve la peau. La différence de valeurs des constantes diélectriques entre ces milieux fait qu il y a réflexion plus ou moins grande de l onde sur la peau (la partie réfléchie constitue l écho qui est, dans le cas de la détection radar, recueilli par une antenne de réception). N.B. : Constante diélectrique : c est un facteur (ε) qui précise la perte de l énergie de l onde dans la matière. Une constante diélectrique élevée entraîne une forte perte d énergie de l onde dans le tissu et une faible pénétration, associées à l élévation de température du tissu : c est le cas des tissus riches en eau, tels que les muscles, la peau Inversement, une constante diélectrique faible entraînera une petite perte d énergie dans le tissu (donc peu d échauffement) et une forte pénétration de l onde hyperfréquence : c est le cas de tissus tels que les os, la graisse La fraction de rayonnement qui pénètre dans un tissu dépend du coefficient de réflexion à l interface. Selon les cas, 20 à 100 % de l énergie incidente de l onde hyperfréquence pourra être absorbée par le tissu. La propagation de l onde hyperfréquence dans le tissu est plus ou moins importante (existence d un coefficient d atténuation) et décroît, en particulier, rapidement lorsque la fréquence de l onde augmente et que la teneur en eau du tissu augmente (Figure 4). Le phénomène se complique dans la mesure où l onde hyperfréquence rencontre, en traversant les tissus vivants, plusieurs interfaces successives : air/peau - peau/muscle - muscle/os - os/cerveau Cela donne naissance à - Pour la même catégorie de tissus (A ou B), la diminution de la pénétration de l onde avec l augmentation de fréquence (a > b > c). - Pour une même fréquence (a, b ou c), la pénétration plus grande dans les tissus pauvres en eau (B) par rapport à ceux riches en eau (A). (Figure adaptée de P.C. Myers et coll. Microwave thermography, principles, methods and clinical applications. J. Microwave Power : ). 8 IRPA Guidelines. Guidelines on limits of exposure to radiofrequency electromagnetic fields in the frequency range from 100 KHz to 300 GHz. Health Physics :

8 des phénomènes de réflexions multiples à l intérieur même du tissu et, si l épaisseur d un des tissus traversé est voisine de la longueur d onde, il peut y avoir, à ce niveau, création d ondes stationnaires concentrant l énergie électromagnétique sous la forme de «points chauds» (Figure 5). Dans le cas de la tête humaine, l absorption de l onde électromagnétique est maximale lorsque les dimensions de la tête sont voisines de la longueur d onde de l onde électromagnétique incidente. Les risques de points chauds au niveau de la tête peuvent exister pour des fréquences allant de 300 MHz à MHz (IRPA Guidelines 8 ). On peut remarquer ici que c est dans cet intervalle que se situent les fréquences utilisées par les téléphones mobiles cellulaires (CF. Chap. I. 2.) Domaine domestique Le four à micro-onde domestique est constitué pour l essentiel : - D un système électronique, le générateur à hyperfréquences ou magnétron qui transforme la fréquence 50 Hz du secteur en hyperfréquence de MHz. - D une enceinte métallique réfléchissant le rayonnement hyperfréquence (cavité multimode) et lui permettant ainsi de mieux pénétrer dans l aliment à réchauffer ou à cuire Effets non thermiques ou spécifiques 1 2 Des effets biologiques sont rapportés pour de faibles, voire très faibles, densités de puissances des hyperfréquences (inférieures à 1 mw/cm 2 ). Pour certains scientifiques, ces effets résulteraient de faibles élévations de température dans les tissus irradiés, non décelables par les techniques actuelles. AIR 2 2 Dans le cas des téléphones mobiles cellulaires et de leurs stations relais, ce sont ces effets non thermiques ou spécifiques qui sont à considérer. PEAU MUSCLE 1.6. Quelques exemples d utilisation des hyperfréquences Les hyperfréquences ( ou micro-ondes) sont utilisées dans de nombreux domaines. OS 3 e=λ Domaine industriel Dans ce cas, le but souvent recherché est la production de haute température à l intérieur de matériaux les plus divers : séchage de carreaux de plâtre, de pâte à papier, collage et séchage du carton, séchage des encres d imprimerie, vulcanisation du caoutchouc, séchage des fibres textiles D autres utilisations existent, telles que la détection électromagnétique (principe des radars), le transport de signaux par hyperfréquences (télécommunication, télévision ). Figure 5 : Schématisation de la pénétration d une onde électromagnétique dans un organisme vivant - Ondes stationnaires et «points chauds». 1 : Onde incidente - 2 : Onde réfléchie - 3 : Onde stationnaire e : Epaisseur du tissu - λ : Longueur d onde (D après J.P. Pellissier et R. Santini. Bases physiques et physiologiques de l utilisation des courants électriques et des ondes en thérapeutique. Journée Nationale de Physiothérapie. Lyon )

9 L énergie transportée par les micro-ondes est abandonnée à l intérieur même de l aliment, ce qui réalise un chauffage à cœur de l intérieur vers l extérieur, contrairement au chauffage traditionnel. L augmentation de la température de l aliment est d autant plus rapide que sa teneur en eau est élevée Domaine biomédical Les hyperfréquences sont utilisées en particulier pour : - La lutte contre les parasites : désinsectisation des céréales infestées par les charançons, les acariens, stérilisation des bacs à sable afin de détruire les œufs de vers parasites (taenia, ascaris ); - Leur action favorable sur la germination des graines, la lutte contre certains cancers, par hyperthermie micro-ondes, tel le mélanome chez la souris (R. Santini 9 ) ou en association avec d autres traitements comme la chimiothérapie ou les rayons X (G. Arcangeli 10 ). - Le traitement des méningiomes cérébraux (X. Zhou 11 ). - L accélération de la régénération des nerfs (L Kolosova 12 ). - Les opérations de polypes de la vessie (H. Qjan 13 ). 9 R. Santini, Ch. Voulot, P. Deschaux. Incidences de l hyperthermie micro-ondes sur le mélanome B16 de la souris black. Innov. Tech. Biol. Med : G. Arcangeli et coll. Effectiveness of microwave hyperthermia combined with ionizing radiation. Int. J. Radiation Oncology. Biol. Phys : X. Zhou et coll. Resection of meningiomas with implantable microwave coagulation. Bioelectromagnetics : L.I. Kolosova et coll. Effects of low intensity millimeter wave electromagnetic radiation on regeneration of the sciatic nerve in rats. Bioelectromagnetics : H. Qjan. The new method using microwave to treat gallbladder polyp. Second World Congress for Electricity and Magnetism in Biology and Medicine. Juin Bologne, Italie. Abstract book. Pages

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Ondes & Santé. Le Débit d Absorption Spécifique (DAS)

Ondes & Santé. Le Débit d Absorption Spécifique (DAS) Ondes & Santé Le Débit d Absorption Spécifique (DAS) Sommaire Le DAS : Débit d Absorption Spécifique ou SAR : Specific Absorption Rate - Le contexte, la réglementation, les effets des ondes - La définition

Plus en détail

Les télécommunications par ondes hertziennes datent d un peu plus d un siècle :

Les télécommunications par ondes hertziennes datent d un peu plus d un siècle : Un peu d Histoire Les télécommunications par ondes hertziennes datent d un peu plus d un siècle : 1831 : Découverte de l induction par Michael Faraday (1791 1867) : Production d effets électriques à distance

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME Traduction intégrale du communiqué de presse n 208 du 31 mai 2011 de l Organisation mondiale de la santé Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) IARC CLASSIFIES RADIOFREQUENCY ELECTROMAGNETIC

Plus en détail

IVUS. Intra-Vascular Ultra-Sound. PCVI 92, Hopital Privé d Antony

IVUS. Intra-Vascular Ultra-Sound. PCVI 92, Hopital Privé d Antony IVUS Intra-Vascular Ultra-Sound PCVI 92, Hopital Privé d Antony L Ultra-Son Un peu de physique : c est une onde mécanique ( à la différence de la lumière ou des RX qui sont des ondes électromagnétiques)

Plus en détail

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels 1 Les très basses fréquences du spectre électromagnétique Bases : ondes électromagnétiques

Plus en détail

Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID

Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID Directive R&TTE Intégration des modules radio Norme EN50364 : 2010 DAS Directive R&TTE Directive R&TTE

Plus en détail

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio. Les ondes électromagnétiques pour communiquer Le téléphone portable fonctionne comme une radio. Lors d une communication, la voix est convertie

Plus en détail

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain.

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Mickael Tanter (LOA, ESPCI) Résumé Lors de son séminaire Mickael Tanter nous a parlé d une nouvelle technique

Plus en détail

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013

TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 FACULTE De PHARMACIE TUTORAT UE3-a 2013-2014 Physique Séance n 2 Semaine du 23/09/2013 Optique 1 Pr Mariano-Goulart Séance préparée par Inès BOULGHALEGH, Hélène GUEBOURG DEMANEUF, Karim HACHEM, Jeff VAUTRIN

Plus en détail

pour les entreprises ROMANDE ENERGIE www.romande-energie.ch Journée technique ASCE, Yverdon 4 nov.10

pour les entreprises ROMANDE ENERGIE www.romande-energie.ch Journée technique ASCE, Yverdon 4 nov.10 L ORNI et ses conséquences pour les entreprises ROMANDE ENERGIE www.romande-energie.ch Journée technique ASCE, Yverdon 4 nov.10 L ORNI et ses conséquences Qu est ce que l ORNI, quel est son but? Quelles

Plus en détail

Ondes électromagnétiques et environnement

Ondes électromagnétiques et environnement CRIIREM 72000 Le Mans, site: criirem.org - mail: contact@croorem.org Tél 02 43 21 18 69 (riirem 19-21 rue Thalès de Milet 72000 Le Mans Tél. 02 43 21 18 69 - Mail contact@criirem.org Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)?

Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)? NOVEMBRE 2013 Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)? Aide-mémoire n 193 de l OMS sur le téléphone mobile, juin 2011 : «Principaux faits : L usage du téléphone portable est généralisé et on

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

Exposition des travailleurs aux risques dus aux champs électromagnétiques Guide d évaluation des risques

Exposition des travailleurs aux risques dus aux champs électromagnétiques Guide d évaluation des risques Exposition des travailleurs aux risques dus aux champs électromagnétiques Guide d évaluation des risques L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques

Plus en détail

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température.

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température. Chapitre 1 : Ondes et particules, support d information Sources de rayonnements doc 1 : le rayonnement électromagnétique. Le Soleil, comme tous les corps célestes, émet des rayonnements électromagnétiques

Plus en détail

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS Pr. S.SECK GASSAMA INTRODUCTION La terre et les êtres vivants qui la peuplent sont exposés de façon continue ou discontinue à différents types de rayonnements. Pour comprendre

Plus en détail

Etude RFPro Exposition professionnelle

Etude RFPro Exposition professionnelle Société de médecine et santé au travail 20 mars 2009 Etude RFPro Exposition professionnelle A. Massardier-Pilonchéry, M. Hours T. Demallmann, C. Dousson, G. Lafon, M. Gillet, Jc.Gobet, E. Trescol UMRESTTE

Plus en détail

Fabien Ndagijimana François Gaudaire. Au cœur des ondes. Les champs électromagnétiques en question

Fabien Ndagijimana François Gaudaire. Au cœur des ondes. Les champs électromagnétiques en question Fabien Ndagijimana François Gaudaire Au cœur des ondes Les champs électromagnétiques en question Conception de la couverture : Raphaël Tardif Photographie de couverture : Manuel Fernandes - Fotolia.com

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique Séance n 2 Semaine du 21/09 au 25/09 Optique 1 Pr. Mariano-Goulart Séance préparée par Lélio VANLAER et Alicia BAUDOUY (ATM 2 ) Données : Champ de pesanteur terrestre

Plus en détail

Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique. Ondes II

Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique. Ondes II Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique Ondes II R. Journeaux Électricité, électronique, optique (De Boeck, 1997) R. P. Feynman Cours de physique volume 2 (chapitre 24) P. Lorrain,

Plus en détail

Electrothermie industrielle

Electrothermie industrielle Electrothermie industrielle K. Van Reusel 1/102 I. Chauffage par résistances 1. Des fours à résistances 2. Chauffage par conduction 3. Chauffage par rayonnement infrarouge II. Techniques électromagnétiques

Plus en détail

Module : ondes et antennes

Module : ondes et antennes BS2SE - Physique appliquée Module : ondes et antennes Diaporama : les antennes Itinéraire pédagogique Résumé de cours 1- Découverte des ondes électromagnétiques 2- Définition d une OEM 3- Propriétés des

Plus en détail

PHYSIOTHÉRAPIE BTL-4000 SMART & PREMIUM

PHYSIOTHÉRAPIE BTL-4000 SMART & PREMIUM PHYSIOTHÉRAPIE BTL-4000 SMART & PREMIUM info@btlmed.fr www.btlmed.fr Tous les droits sont réservés. Toutes les précautions pour offrir des informations précises et pour suivre les mises à jour ont été

Plus en détail

Le cellulaire et les ondes électromagnétiques éti Mai 2011 APDPIQ Acquisition et affaires municipales Gerard.belisle@videotron.ca Les ondes électromagnétiques But / Comment Notions de base Les différents

Plus en détail

LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DANS L HABITAT

LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DANS L HABITAT LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DANS L HABITAT La multiplication des sources d émissions de rayonnements électromagnétiques dans notre environnement n est pas sans soulever un certain nombre d interrogations

Plus en détail

Tests comparatifs de performances techniques et écologiques entre la technique de contrôle magnétoscopique actuelle (magnétisation des pièces

Tests comparatifs de performances techniques et écologiques entre la technique de contrôle magnétoscopique actuelle (magnétisation des pièces Tests comparatifs de performances techniques et écologiques entre la technique de contrôle magnétoscopique actuelle (magnétisation des pièces utilisant des générateurs de courant pilotés par thyristors)

Plus en détail

État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé

État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé Direction de santé publique Les communications cellulaires utilisent des radiofréquences (RF) qui sont des non-ionisantes 0 Hz 50 Hz 10 khz

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

Trois Noms et un Mariage

Trois Noms et un Mariage 100 ans! Des Rayons X à la Médecine Nucléaire Trois Noms et un Mariage Trois Noms, Deux personnes et un Mariage Suffisent pour révolutionner l histoire de la Radioactivité de l Atome Atomes isolés

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2009-2010 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Mardi 5 janvier 2010 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous

Plus en détail

Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Figure 1 : 2)a) 3)a)

Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Figure 1 : 2)a) 3)a) Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Si l existence des atomes a été imaginée dès l Antiquité par les grecs Leucippe, Empédocle et Démocrite

Plus en détail

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP I Le Satellite Jason 2 IA1) IA - Etude l orbite Sujet Centrale 2012 Physique Option MP Cf cours : IA2) a) Le référentiel géocentrique est le référentiel de centre Terre en translation par rapport au référentiel

Plus en détail

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure, Paris 2 Mars 2010: Atomes et Lumière Puissance et étrangeté du quantique 16 Mars

Plus en détail

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques Notre corps est électrique et l exposition à certaines ondes électromagnétiques sur certaines fourchettes de fréquences nous pose problème. Les ondes concernées sont : Les basses fréquences autour de 50

Plus en détail

- Tronc Commun. Dauzat

- Tronc Commun. Dauzat 1 2 Les site «http://naxos.biomedicale.univ-paris5.fr/diue» comporte tous renseignements utiles sur le Diplôme Inter-Universitaire d Echographie et Techniques Ultrasonores, avec les statuts et règlements,

Plus en détail

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet.

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet. nom : TS 6 CONTRÔLE DE SCIENCES PHYSIQUES 14/11/11 Lors de la correction il sera tenu compte de la présentation et de la rédaction de la copie Les réponses seront justifiées et données sous forme littérale

Plus en détail

2) Vitesse de propagation des ondes sonores : Soit d la distance parcourue par l onde sonore pendant une durée t, avec une vitesse v, alors :

2) Vitesse de propagation des ondes sonores : Soit d la distance parcourue par l onde sonore pendant une durée t, avec une vitesse v, alors : Ch. 5 ONDES ET IMAGERIE MEDICALE Objectifs : Connaître la définition et la distinction d une onde sonore et d une onde électromagnétique (domaines de fréquence ) Connaître les vitesses de propagation de

Plus en détail

. AIRFIELD. RFID Architecture & IT Integration

. AIRFIELD. RFID Architecture & IT Integration L ancêtre : le code à barre Le code à barres EAN (European Article Numbering) a été développé à partir du code américain UPC pour les besoins spécifiques du commerce européen. Il existe deux variantes,

Plus en détail

Exposition itinérante

Exposition itinérante Exposition itinérante «Un monde sans fil : les ondes en questions?» Les services sans fil se multiplient dans notre quotidien : téléphone portable, accès internet via Wi-Fi, souris et clavier sans fil,

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie d absorption http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie Usage de la lumière pour mesurer une concentration Basée sur l absorption des radiations lumineuses L absorption

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Les dangers du laser pour les yeux THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Activité documentaire (1,5h) Les dangers du

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale de la séance du

ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958. Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale de la séance du N N ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 SÉNAT TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale Le Annexe au procès-verbal de la séance

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LA RT2012 Dans la performance thermique et lumineuse des parois vitrées, les fermetures et les stores jouent le rôle de régulateur des entrées et sorties

Plus en détail

LES INCIDENCES ÉVENTUELLES SUR LA SANTÉ

LES INCIDENCES ÉVENTUELLES SUR LA SANTÉ N 2005 N 84 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 SÉNAT TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale Annexe au procès-verbal Le

Plus en détail

La radioamateur (2) Atelier de la Barque 27 novembre 2005 Par Jean-Denis Langlais, VE2JDL

La radioamateur (2) Atelier de la Barque 27 novembre 2005 Par Jean-Denis Langlais, VE2JDL La radioamateur (2) Atelier de la Barque 27 novembre 2005 Par Jean-Denis Langlais, VE2JDL Partie 2 - Quelques notions de base Un peu de physique Ondes radioélectriques Onde radioélectrique: Fréquence:

Plus en détail

Rapport technique sur les niveaux de champs électromagnétiques créés par les compteurs Linky. VOLET 1 : mesures en laboratoire

Rapport technique sur les niveaux de champs électromagnétiques créés par les compteurs Linky. VOLET 1 : mesures en laboratoire Rapport technique sur les niveaux de champs électromagnétiques créés par les compteurs Linky VOLET 1 : mesures en laboratoire Mai 2016 Synthèse Conformément à la réglementation française en vigueur en

Plus en détail

TEST DE DETECTION DE PUITS DE MARNIERE EN NORMANDIE

TEST DE DETECTION DE PUITS DE MARNIERE EN NORMANDIE TEST DE DETECTION DE PUITS DE MARNIERE EN NORMANDIE Raphaël BENOT Laboratoire des Ponts et Chaussées de Rouen Novembre 2005 PARTIE 1 : essai de la radiométrie infarouge-thermique 1 Utilisation de la radiométrie

Plus en détail

Compatibilité Electromagnétique 14 éme Colloque International et Exposition & Journées Scientifiques d URSI France Paris, 20-23 Mai 2008

Compatibilité Electromagnétique 14 éme Colloque International et Exposition & Journées Scientifiques d URSI France Paris, 20-23 Mai 2008 Compatibilité Electromagnétique 14 éme Colloque International et Exposition & Journées Scientifiques d URSI France Paris, 20-23 Mai 2008 Projet d'élaboration d'un protocole de caractérisation des émissions

Plus en détail

Mesure de constantes universelles : c

Mesure de constantes universelles : c Manipulation Bac. Math. Constantes universelles : c 1 Mesure de constantes universelles : c 1. But de la manipulation Le but de la manipulation est la mesure de la constante universelle : valeur de la

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h NOM : PRÉNOM : CLASSE : TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h COMPETENCES EVALUEES (A = acquis ; E = en cours d acquisition ; N = non acquis) Ex1 Ex2 Ex3 Rédiger et présenter son devoir. Restituer

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE. STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1

ENERGIE SOLAIRE. STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1 ENERGIE SOLAIRE STI2D EE - Energies et Environnement Energie solaire 1 Le soleil Distance avec la terre : 150 millions de kilomètres Rayon équivalent à 109 fois celui de la Terre : Température du noyau

Plus en détail

Documents de Physique-Chimie M. MORIN

Documents de Physique-Chimie M. MORIN 1 I. Domaines d étude de ces deux techniques. Thème : Analyse spectrale. Partie : Spectroscopie Cours 9 : Spectroscopie I.R et R.M.N http://actions.maisondelachimie.com/outils_pedagogiques.html I.R. :

Plus en détail

Echographie. Principes et techniques. Laurent Hermoye, Etienne Danse Service de radiologie

Echographie. Principes et techniques. Laurent Hermoye, Etienne Danse Service de radiologie Echographie Principes et techniques Laurent Hermoye, Etienne Danse Service de radiologie Onde mécanique Source: Tom Henderson, The Physics Classroom www.glenbrook.k12.il.us/gbssci/phys/class/sound/soundtoc.html

Plus en détail

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2 RADIOGRAPHIE Problème Données : constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s masse de l électron : m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u charge élémentaire : e = 1,6.10-19 C célérité de la lumière dans le vide :

Plus en détail

Le câble coaxial. d diélectrique ou air. - Deux conducteurs concentriques - Diélectrique entre les 2 conducteurs

Le câble coaxial. d diélectrique ou air. - Deux conducteurs concentriques - Diélectrique entre les 2 conducteurs conducteur intérieur conducteur extérieur d diélectrique ou air D - Deux conducteurs concentriques - Diélectrique entre les 2 conducteurs - Deux impédances 50 Ω et 75 Ω 1 Les principaux types de câbles

Plus en détail

Correction des exercices sur les ondes progressives sinusoïdales

Correction des exercices sur les ondes progressives sinusoïdales CORRECTION EXERCICES TS 1/5 ONDES PROGRESSIVES SINUSOÏDALES Correction des exercices sur les ondes progressives sinusoïdales Correction de l exercice 1 : le téléphone pot de yaourt A A PROPOS DES ONDES

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

ONDES ELECTRO- MAGNETIQUES (lignes à haute tension, téléphonie mobile, WI-FI, WI-MAX, etc )

ONDES ELECTRO- MAGNETIQUES (lignes à haute tension, téléphonie mobile, WI-FI, WI-MAX, etc ) Mis à jour le 15/07/2008 ONDES ELECTRO- MAGNETIQUES (lignes à haute tension, téléphonie mobile, WI-FI, WI-MAX, etc ) Quel est leur effet sur la santé? Table des matières A) Introduction...2 B) Résumé des

Plus en détail

Evaluation de l'état nutritionnel :

Evaluation de l'état nutritionnel : Evaluation de l'état nutritionnel : la composition corporelle de l'homme Nathalie LOOS Activités recherche : Laboratoire Périnatalité & Risques Toxiques (PériTox) EA 4285 - UMI 01 Unité mixte INERIS --------------------------------

Plus en détail

Bases physiques de l échographie

Bases physiques de l échographie Bases physiques de l échographie Principes généraux Propriétés des ultra-sons Interactions des ultra-sons avec les tissus : 1) Réflexion 2) Diffusion 3) Réfraction 4) Atténuation Construction de l image

Plus en détail

Résultats des tests comparatifs entre un smartphone avec et sans POP PHONE (Native Union).

Résultats des tests comparatifs entre un smartphone avec et sans POP PHONE (Native Union). Résultats des tests comparatifs entre un smartphone avec et sans POP PHONE (Native Union). Auteur : Benoît Louppe, Techn. Chimiste, Consultant en Biologie de l habitat, Expert en bioélectromagnétisme.

Plus en détail

MESURES DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES -

MESURES DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES - MESURES DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES - W. Pirard, ir Institut Scientifique de Service Public (ISSeP) - Premier speed-dating environnemental CSC Bouge, 14 novembre 2011 1 SOMMAIRE Rappel de notions

Plus en détail

ORS. Observatoire régional de santé d Ile-de-France. Dorothée Grange, Sabine Host, sous la direction d Isabelle Grémy, directrice de l ORS

ORS. Observatoire régional de santé d Ile-de-France. Dorothée Grange, Sabine Host, sous la direction d Isabelle Grémy, directrice de l ORS ORS Ile-de-France Observatoire régional de santé d Ile-de-France Radiofréquences, santé et société Dorothée Grange, Sabine Host, sous la direction d Isabelle Grémy, directrice de l ORS Les technologies

Plus en détail

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Les ondes Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Objectifs : Indiquer que l énergie associée au photon W = hv augmente avec la fréquence Présenter les sources de lumières naturelles et artificielles,

Plus en détail

SYSTÈMES DXelectro LA PROTECTION EFFICACE POUR SUPPRIMER L IMPACT DES ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES SUR NOS CADRES DE VIE ET DE TRAVAIL. INNOVATION DURALEX

SYSTÈMES DXelectro LA PROTECTION EFFICACE POUR SUPPRIMER L IMPACT DES ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES SUR NOS CADRES DE VIE ET DE TRAVAIL. INNOVATION DURALEX SYSTÈMES DXelectro INNOVATION DURALEX DXelectro BF BASSES FRÉQUENCES DXelectro HF HYPERFRÉQUENCES LA PROTECTION EFFICACE POUR SUPPRIMER L IMPACT DES ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES SUR NOS CADRES DE VIE ET DE

Plus en détail

Chap. 1 : Energie Solaire HABITAT

Chap. 1 : Energie Solaire HABITAT .La lumière.1. Onde électromagnétique Ultraviolet nfrarouge - La lumière visible et invisible transporte de l énergie sous la forme d ondes électromagnétiques qui se propagent à la vitesse c = 3.10 8 m.s

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. produit b. polychromatique c. longueur d onde d. supérieure e. trichromatique f. cônes g. thermique h. Wien 2. QCM a. peut être

Plus en détail

La correction acoustique

La correction acoustique Chapitre 9 Sciences Physiques - BTS La correction acoustique 1. Le traitement acoustique. Le traitement acoustique d une salle est l ensemble des opérations qui contribuent à la rendre apte à son utilisation

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE

CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE 1-Les Objectifs du chapitre. Ce que je dois connaître Définition de absorbance, transmittance, nombre d'onde. La loi de Beer-Lambert notions de déplacement chimique

Plus en détail

Radiofréquence avec MultiEquipment de Weelko. Rajeunissez votre visage avec MultiEquipment, F-333

Radiofréquence avec MultiEquipment de Weelko. Rajeunissez votre visage avec MultiEquipment, F-333 Technical Zoom Esthétique Janvier 2015 INDEX Radiofréqunce et séances 2 Appareil, utilisation et version colonne 3 Applicateurs pour le traitement visage et corporel et fiche technique 4 Information web

Plus en détail

1 Activité documentaire : l isolation phonique (30 minutes)

1 Activité documentaire : l isolation phonique (30 minutes) Séance de Spécialité n o 10 Isolation & filtrage Mots-clefs «instruments électroniques», «traitement du son» et «isolation phonique». 1 Activité documentaire : l isolation phonique (30 minutes) Un logement

Plus en détail

Cellulaires et santé êtes-vous sur la même longueur d onde que vos patients?

Cellulaires et santé êtes-vous sur la même longueur d onde que vos patients? L électromagnétisme et la santé DEPUIS UNE QUINZAINE D ANNÉES, moment où est apparu le téléphone cellulaire, les effets potentiels des ondes utilisées préoccupent les gens. Le sujet touche plusieurs groupes

Plus en détail

40 mg ---------------> 1 kg? mg----------------> 80 kg

40 mg ---------------> 1 kg? mg----------------> 80 kg BACCALAUREAT BLANC SESSION 2016 Série ST2S CORRIGE UREE E L EPREUVE : 2h Coefficient 3 EXERCICE I Aspartame et acides aminés 6 points Un médecin évoque le régime alimentaire de son patient. 1. L aspartame

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Prévention des agressions causées par la chaleur

Prévention des agressions causées par la chaleur Prévention des agressions causées par la chaleur Mesures techniques Automatisez le travail et réduisez l'effort physique exigé dans un environnement chaud. Réduisez la chaleur qui rayonne des écrans devant

Plus en détail

D 014 Annex 27, page 1

D 014 Annex 27, page 1 Annex 27, page 1 Projet: D014 CIB Revision WG Projet de définition Classe/sous-classe: A61N FR Proposition de version française Date : Octobre 2005 Titre A61N Électrothérapie; Magnétothérapie; Thérapie

Plus en détail

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Préambule général Le présent document constitue une note d information relative aux règles d implantation de pompes à chaleur

Plus en détail

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h Conf 1 : WIFI, les bases 1) Principes de fonctionnement (antennes, fréquences, emetteurs/recepteurs, point d'accés) a) Les grandes classes de fréquences HF, 300 Khz

Plus en détail

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR)

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) 1 Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Pour déterminer la formule développée d une molécule, on peut utiliser diverses méthodes : Des méthodes chimiques

Plus en détail

Effets indirects des champs électrique et magnétique à 50 Hz

Effets indirects des champs électrique et magnétique à 50 Hz Effets indirects des champs électrique et magnétique à 50 Hz Août 2003, la ville de New-York : Black-Out au NE des USA : 50 millions de personnes privées d électricité 1 unités Volt : unité de mesure de

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Christian Seigneur Cerea Plan Structure verticale de l atmosphère Atmosphère libre et couche limite atmosphérique Transport et dispersion

Plus en détail

La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles

La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles L. del Campo, H. Gomart, D. de Sousa Meneses, B. Rousseau, P. Echegut CEMHTI-CNRS, 1D Av.

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8433

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8433 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8433 Radiations non ionisantes Aperçu avis 2000-2008 1 e r octobre 2008 1. INTRODUCTION ET QUESTION Le rayonnement électromagnétique non ionisant est un phénomène

Plus en détail

Economie d énergie et respect de l environnement de série. Chaudières bois. Chaudières à combustion inversée BVG-Lambda / BVG

Economie d énergie et respect de l environnement de série. Chaudières bois. Chaudières à combustion inversée BVG-Lambda / BVG Economie d énergie et respect de l environnement de série Chaudières bois Chaudières à combustion inversée BVG-Lambda / BVG Chaudière bois à combustion inversée BVG-Lambda Chaudière à combustion inversée

Plus en détail

Devoir Surveillé n 3

Devoir Surveillé n 3 Devoir Surveillé n 3 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

Le spectre électromagnétique

Le spectre électromagnétique Thème du programme : Observer Sous-thème : Sources de lumière colorée Spectres et niveaux d énergie Type d activité : Activité documentaire Conditions de mise en œuvre : (application, durée indicative

Plus en détail

DETECTION DES RESEAUX ENTERRES

DETECTION DES RESEAUX ENTERRES 1, rue de la Terre de Feu 91940 Les Ulis Tel : 01 69 28 37 19 Fax : 01 69 82 92 79 DETECTION DES RESEAUX ENTERRES Sommaire ANNEXE : DETECTION DES RESEAUX... 1 DETECTION ELECTROMAGNETIQUE (DEM).... 1 Le

Plus en détail

Modeler Remplir. Redessiner Raffermir

Modeler Remplir. Redessiner Raffermir Décontracter Drainer Réduire Détoxiner Modeler Remplir Redessiner Raffermir Câliner Combler Le but n a pas changé. Les objectifs sont toujours les mêmes. Arrêter le vieillissement, lisser les traits du

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique Fiches PROGRAMME 2012 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Page 1 sur 6 Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Introduction Un véhicule en mouvement possède une énergie cinétique, fonction de la masse et de la vitesse, soit E = 1/2 m v 2. Le

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE

LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE LA TECHNOLOGIE MICRO-ONDES AU SERVICE DE LA CHIMIE VERTE Parmi les 12 critères de base définissant la "chimie verte" (green chemistry), énoncés en 1998 par deux chimistes, Paul Anastas et John C. Warner,

Plus en détail

Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies

Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies plan Le spectre électromagnétique Les 4 classes de laser et exemples au laboratoire Les 3 Types d exposition Les 3 Effets du rayonnement

Plus en détail