La lutte contre le cancer Une priorité en Auvergne. Alors prenez soin de votre santé, faites-vous dépister!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La lutte contre le cancer Une priorité en Auvergne. Alors prenez soin de votre santé, faites-vous dépister!"

Transcription

1 La lutte contre le cancer Une priorité en Auvergne Alors prenez soin de votre santé, faites-vous dépister!

2 Dépistage du cancer du sein A partir de 50 ans, le dépistage du cancer du sein tous les 2 ans, c est important! Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. Il touche près de nouvelles femmes par an en France, entraînant le décès de près de d entre elles. Pourtant, détecté à un stade précoce, le cancer du sein peut être guéri dans 9 cas sur 10. Comment se faire dépister en Auvergne? Face à cet enjeu de santé publique, un dépistage organisé du cancer du sein est proposé. En Auvergne, les structures qui coordonnent ce dépistage sont : l ARDOC pour les habitantes du Cantal, de la Haute-Loire et du Puy-de-Dôme ; l ABIDEC pour les habitantes de l Allier. 59% des Auvergnates de 50 ans à 74 ans participent à ce dépistage organisé. Et vous, l avez-vous fait? Demandez conseil à votre médecin! En pratique 1 - Si vous avez entre 50 et 74 ans, vous recevez une invitation pour passer une mammographie prise en charge à 100 %. 2 - Vous prenez rendez-vous chez un radiologue agréé. 3 - Le jour du rendez-vous, des mammographies sont effectuées et le médecin procède à un examen clinique par la palpation de vos seins. 4 - Si aucune anomalie est détectée vos mammographies sont relues par un second radiologue. 5 - Le résultat vous est envoyé. Votre médecin traitant et votre gynécologue sont informés également. 6 - Lorsqu une anomalie est décelée, le radiologue effectue les examens complémentaires qu il juge nécessaires et engage un protocole de soin.

3 Dépistage du cancer colorectal Entre 50 et 74 ans, le dépistage du cancer colorectal tous les 2 ans, c est important! Le cancer colorectal reste le 2 ème cancer le plus meurtrier et le 3 ème cancer le plus fréquent. En 2012, il a touché plus de nouvelles personnes en France ( hommes et femmes) et a été responsable de plus de décès. Pourtant, détecté tôt, il guérit dans 9 cas sur 10. Comment se faire dépister en Auvergne? L ARDOC et l ABIDEC mettent en œuvre en région le dépistage organisé du cancer colorectal. Le test a été remplacé. Il existe aujourd hui, un nouveau test, simple et rapide, plus performant, à réaliser chez soi. Ce test immunologique est plus pratique d utilisation car il ne nécessite plus qu un seul prélèvement de selles contre six précédemment. Il est pris en charge à 100 % sans avance de frais. 31.7% des Auvergnats de 50 à 74 ans participent à ce dépistage organisé ce taux est faible, et ne progresse plus. Et vous, avez-vous participé? Demandez conseil à votre médecin! En pratique 1 - Si vous avez entre 50 et 74 ans, vous êtes invité par courrier, tous les 2 ans, à retirer ce test chez votre médecin traitant à l occasion d une consultation. 2 - Vous effectuez le test chez vous et vous l envoyez gratuitement par la poste, pour analyse, dans l enveloppe T fournie avec le test. 3 - Une fois analysé, le résultat vous est adressé ainsi qu à votre médecin traitant. 4 - Si le test est positif, ce qui arrive dans 4% des cas, cela ne signifie pas que vous avez un cancer, mais que du sang a été détecté dans vos selles. Pour en identifier l origine, votre médecin vous adressera à un gastro-entérologue afin qu il réalise une coloscopie. Si le test est négatif, ce qui arrrive dans 96% des cas, cela signifie qu aucun saignement n a été détecté dans vos selles. À noter : Certains polypes ou cancers peuvent ne pas être identifiés par le test s ils ne saignent pas. Consultez votre médecin si des douleurs inhabituelles et persistantes apparaissent, ou en cas de présence de sang dans les selles.

4 Dépistage du cancer utérin De 25 à 65 ans, vaccinées ou non, le frottis de dépistage c est tous les 3 ans! Le cancer du col de l utérus provoque près de décès par an en France. Les papillomavirus humains (HPV) sont à l origine des cancers du col de l utérus. 80 % des femmes ont été infectées par un ou plusieurs HPV au cours de leur vie et le plus souvent dès le début de leur vie sexuelle. Comment se faire dépister en Auvergne? Une expérimentation sur l ensemble de la région Auvergne a été lancée en Les missions de l ABIDEC-ARDOC sont d inviter au dépistage du cancer du col utérin toutes les femmes auvergnates de 25 à 65 ans n ayant pas bénéficié de frottis depuis trois ans ; et de s assurer que les femmes positives sont bien suivies. Cet examen est pris en charge comme habituellement par la sécurité sociale et votre mutuelle. 30 % 3 années de mise en oeuvre. des Auvergnates ont participé à ce dépistage au terme des Et vous, êtes - vous dépistée? Demandez conseil à votre médecin et/ou à votre sage-femme! En pratique 1 - Tous les 3 ans, l ABIDEC-ARDOC vous envoie une invitation pour faire réaliser un frottis cervico-utérin. 2 - Vous prenez rendez-vous chez votre médecin traitant, votre gynécologue, une sage-femme ou un centre de dépistage pour la réalisation d un frottis. 3 - Votre médecin effectuera ensuite le frottis qui consiste à prélever des cellules sur le col. 4 - Les prélèvements sont envoyés à un laboratoire agréé. Les résultats sont transmis au médecin qui a réalisé le frottis. 5 - Un test positif ne signifie pas que l on a un cancer, les frottis dépistent principalement les lésions bénignes précancéreuses. Votre médecin traitant vous contactera et vous proposera une conduite à tenir. à noter : Il existe pour lutter contre ce cancer la vaccination préventive, recommandée entre 11 et 14 ans. Solution complémentaire au frottis de dépistage, cette vaccination peut également être proposée en rattrapage aux jeunes filles jusqu à 19 ans inclus.

5 Quelques conseils pour être en bonne santé Il existe plusieurs facteurs de risques liés à la survenue d un cancer : l alcool, le tabac, l alimentation, l environnement, les expositions aux facteurs de risque en milieu professionnel, certains agents infectieux etc. pour prévenir des cancers Pour garder la santé, prévenir les cancers, les maladies cardiovasculaires, le diabète, vous pouvez prendre soin de vous! Pratiquer une activité physique régulière : au moins 30 minutes de marche rapide par jour. Limiter votre consommation d alcool à une consommation plaisir. Avoir une alimentation variée et équilibrée : cela consiste à privilégier les aliments bénéfiques à votre santé (fruits, légumes, féculents, poissons ) et à limiter la consommation de produits sucrés (confiseries, boissons sucrées ), salés (gâteaux apéritifs, chips ) et gras (charcuterie, beurre, crème ). Réduire votre consommation de tabac ou arrêter de fumer : pour vous aider dans cette démarche vous pouvez appeler tabac-info service au Un spécialiste répondra à toutes vos questions. Vous pourrez bénéficier d un suivi personnalisé et gratuit par un tabacologue. Toutes ces actions ont montré leur efficacité pour réduire la survenue des cancers. Pour en savoir plus sur les conduites préventives à tenir et garder un bon capital santé vous pouvez consulter :

6 La lutte contre le cancer, une priorité régionale de santé Les cancers en Auvergne représentent en moyenne décès par an. Dans le cadre du pilotage du plan cancer 3 ( ), l Agence régionale de santé d Auvergne et son réseau de partenaires a choisi de mettre l accent sur le développement d une culture de dépistage tant en population générale que chez les professionnels du premier recours, à l échelle des territoires de proximité de la région. L ARS s appuie sur le travail important des acteurs de santé, associatifs et institutionnels de la région : les structures de dépistage des cancers, le réseau des Caisses d assurance maladie inter-régimes (CPAM, MSA, RSI), les Unions régionales des professionnels de santé, le Dispensaire Emile Roux à Clermont-Ferrand (Centre d action médico-sociale géré par le Conseil Général 63), les structures associatives telles que les Comités départementaux de la Ligue contre le cancer et le Comité régional d éducation physique et de gymnastique volontaire (COREG-EPGV). Pour toutes questions relatives aux dépistages des cancers en Auvergne, vous pouvez contacter : Pour l Allier Pour le Cantal, la Haute-Loire et ABIDEC le Puy-de-Dôme ARDOC 18 rue Oiseau MOULINS Pour toute l Auvergne Dépistage du cancer du col utérin uniquement ABIDEC-ARDOC Centre d Affaires Auvergne 15 rue du Pré La Reine Clermont-Ferrand (numéro non surtaxé) 7 rue Edith Piaf Clermont-Ferrand Pour des informations, sur l ensemble des cancers, vous pouvez consulter également le site d information e-cancer.fr ARS d Auvergne - Avril 2015 Crédits photos : phovoir - Sources: INCA, ARDOC, INPES, Tabac-info-service - Graphisme : Clémentine Pennec - Imprimerie Couty - Ne pas jeter sur la voie publique

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON FICHE 1 : Le dépistage organisé du cancer du sein : pour les femmes de 50 à 74 ans Chaque année en France, ce sont près de 49 000 femmes chez qui un cancer

Plus en détail

Catalogue. Supports d information à destination des publics en situation de fragilité économique et sociale

Catalogue. Supports d information à destination des publics en situation de fragilité économique et sociale Catalogue Supports d information à destination des publics en situation de fragilité économique et sociale Vous désirez commander des supports d information à destination de vos publics en situation de

Plus en détail

Octobre Rose : Mois de mobilisation contre le CANCER DU SEIN

Octobre Rose : Mois de mobilisation contre le CANCER DU SEIN 1 1995 2015 ANNIVERSAIRE de la l ARDOC Octobre Rose : Mois de mobilisation contre le CANCER DU SEIN Dossier de Presse 2 Sommaire Voyage au cœur du sein... 3 Un voyage évènement... 3 Les chiffres clés...

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse

Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse Après Paris, Lyon, Marseille et Reims : Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse marché couvert Prévention du cancer colorectal : dépistage et diététique Contact : Dr Anne Bataillard 04 74 45

Plus en détail

Pourquoi, Pour qui et Comment dépister le cancer du sein?

Pourquoi, Pour qui et Comment dépister le cancer du sein? Pourquoi, Pour qui et Comment dépister le cancer du sein? Pourquoi? Le cancer du sein est le premier cancer féminin avec 49 000 nouveaux cas par an en France et 11 900 décès par an. Au cours de sa vie,

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

S informer, se proteger, prevenir

S informer, se proteger, prevenir Liens www.wacc-network.org www.eurogin.com www.invs.sante.fr www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil www.sante.gouv.fr www.afssaps.sante.fr www.inpes.sante.fr www.e-cancer.fr S informer, se proteger,

Plus en détail

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL 11 septembre 2015 DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Nouveau test, nouvelle organisation 1 Communiqué 11 septembre 2015 Dépistage organisé du cancer colorectal Nouveau test, nouvelle organisation

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Dossier de Presse. MARS BLEU 2012 : Mobilisation contre le cancer colorectal A Châlons en Champagne Le 23 mars 2012

Dossier de Presse. MARS BLEU 2012 : Mobilisation contre le cancer colorectal A Châlons en Champagne Le 23 mars 2012 Dossier de Presse MARS BLEU 2012 : Mobilisation contre le cancer colorectal A Châlons en Champagne Le 23 mars 2012 Promoteurs : - Les Etablissements de soins, professionnels de santé - L ADPS 51, département

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Le plan «bien vieillir» = 9 axes de travail et 29 mesures

Le plan «bien vieillir» = 9 axes de travail et 29 mesures Plan National «BIEN-VIEILLIR» 2007-2009 Commission économique pour l Europe: Groupe de travail sur le vieillissement 1ère réunion - Genève 1er décembre 2008 Dr. Anne-Marie TAHRAT, Chargée de mission Direction

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne)

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Dépistage du Cancer Colorectal Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Epidémio des Kc Colorectaux 35000 nouveaux cas par an, mais mortalité stable. 10 à30 % de

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

Tout ce que vous devez savoir sur LE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN COALITION EUROPÉENNE CONTRE LE CANCER DU SEIN

Tout ce que vous devez savoir sur LE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN COALITION EUROPÉENNE CONTRE LE CANCER DU SEIN Tout ce que vous devez savoir sur LE DÉPISTAGE DU CANCER DU SEIN COALITION EUROPÉENNE CONTRE LE CANCER DU SEIN / TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LE DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN Sommaire Qu est-ce que

Plus en détail

CANCER DES VOIES AÉRO-DIGESTIVES SUPÉRIEURES (VADS)

CANCER DES VOIES AÉRO-DIGESTIVES SUPÉRIEURES (VADS) CANCER DES VOIES AÉRO-DIGESTIVES SUPÉRIEURES (VADS) Description et fonctions des VADS : C est l ensemble formé de la bouche, du pharynx et du larynx Elles permettent le passage de l air et des aliments

Plus en détail

A - QUESTIONNAIRES FAMILLE D.E.S.

A - QUESTIONNAIRES FAMILLE D.E.S. Distilbène étude 3 générations Pour tous renseignements, vous pouvez nous contacter : - par courrier à l adresse ci-dessus, - par téléphone au 05 58 75 50 04, - via la fiche contact du site : des-etude3generations.org

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER MERCI Nous vous remercions de lire ce support d information! Notre objectif est de vous aider à comprendre comment prévenir

Plus en détail

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T À l attention du bénéficiaire : BILAN SANTÉ RETRAITE AUTO-QUESTIONNAIRE Ce questionnaire servira de fil conducteur à la consultation avec votre médecin traitant. À l issue de l entretien, vous pouvez soit

Plus en détail

«Dépistage du cancer du col de l utérus et vulnérabilité sociale»

«Dépistage du cancer du col de l utérus et vulnérabilité sociale» «Dépistage du cancer du col de l utérus et vulnérabilité sociale» Convention 2009-218 Virginie Maincion Médecin généraliste Toulouse INTRODUCTION Des inégalités sociales de santé en général Le score Epices

Plus en détail

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants?

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants? assurés à la RAM La RAM est spécialisée dans la gestion du régime obligatoire d assurance maladie des indépendants - artisans, commerçants et professions libérales, pour le compte du Régime Social des

Plus en détail

FRENCH. Ensemble nous pouvons vaincre le cancer du col de l'utérus

FRENCH. Ensemble nous pouvons vaincre le cancer du col de l'utérus All you need to know about the HPV vaccine that reduces the risk of cervical cancer Tout ce que vous devez savoir sur le vaccin PVH qui réduit le risque de cancer du col de l utérus Ensemble nous pouvons

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Les cancers du côlon et du rectum Les cancers du côlon et du rectum (gros intestin qui va de l intestin grêle à l anus)

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de Nouvelle-calédonie. Dépliant Guide

Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de Nouvelle-calédonie. Dépliant Guide Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de Nouvelle-calédonie Dépliant Guide Pour qui? Toute femme que sa grossesse met en situation de détresse, avant le terme de 12 semaines, soit 3 mois de grossesse

Plus en détail

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention

NUTRITION & CANCERS. Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention NUTRITION & CANCERS Alimentation, consommation d alcool, activité physique et poids. Faits scientifiques et conseils de prévention 2 3 NUTRITION ET PRÉVENTION DES CANCERS FAITS SCIENTIFIQUES ET DE PRÉVENTION

Plus en détail

LE PLAN CANCER 2014-2019

LE PLAN CANCER 2014-2019 LE PLAN CANCER 2014-2019 De la part de la porte-parole Najat Vallaud-Belkacem Mercredi 5 février 2014 Le 3 ème Plan cancer (2014-2019) a été présenté par le président de la République. Il sera doté de

Plus en détail

DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL en Franche-Comté

DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL en Franche-Comté DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL en Franche-Comté sommaire 1. Présentation synthétique de l opération 2. Programme des actions coordonnées par l ADECA 3. Cartographie des actions 4. Le dépistage en pratique

Plus en détail

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate Série prévention Cancer de la prostate Comment réduire votre risque personnel Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer de la prostate Comment réduire votre risque personnel Le

Plus en détail

SCHEMA REGIONAL DE PREVENTION

SCHEMA REGIONAL DE PREVENTION PRIORITE 1 : MISE EN PLACE D'UN RESEAU DE SURVEILLANCE DES CANCERS Structures dédiées en Auvergne : OncAuvergne RSCA (réseau sentinelle cancer Auvergne) L'adhésion des établissements au réseau de surveillance

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer L activité physique régulière et la consommation de fruits et légumes réduisent le risque de cancers. À l inverse, le surpoids et

Plus en détail

Mammographie de dépistage

Mammographie de dépistage Pour avoir plus d information sur le PQDCS : CENTRE DE COORDINATION DES SERVICES RÉGIONAUX DE MONTRÉAL Ligne d information : 514 528-2424 Mammographie de dépistage destinée aux femmes de 50-69 ans CONCERTATION-FEMME

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

Les INEGALITES Sociales et Territoriales

Les INEGALITES Sociales et Territoriales Les INEGALITES Sociales et Territoriales Les Problématiques liées au Dépistage Organisé des Cancers 4 ème Journée régionale de Cancérologie de Picardie Mardi 25 Janvier 2011 Dr Chantal de SEZE, Association

Plus en détail

Mardi 18 juin 2013 10h00

Mardi 18 juin 2013 10h00 RELEVE DE CONCLUSIONS COMITE DE PILOTAGE DEPARTEMENTAL COMMUNICATION «Octobre Rose»- Var (83) Mardi 18 juin 2013 10h00 Présents M. AMIC, Mme COLLIN, Mme ZANARDI (Mutualité Française) Mme ARTUR (CPAM) Mme

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l estomac

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l estomac GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer de l estomac Janvier 2012 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer de l estomac,

Plus en détail

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Rapport d information Femmes et santé, les enjeux d aujourd hui Annick Billon co-rapporteure (Vendée, UDI-UC)

Plus en détail

La LPO Auvergne. La LPO nationale.

La LPO Auvergne. La LPO nationale. La LPO Auvergne. La LPO nationale. Forte d'un siècle d'engagement avec plus de 46 000 adhérents, 5000 bénévoles actifs, 400 salariés sur le territoire national et d'un réseau d'associations locales actives

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Prévention et dépistage des cancers L'approche médecine générale

Prévention et dépistage des cancers L'approche médecine générale Prévention et dépistage des cancers L'approche médecine générale Evaluation des risques, du plan de prévention personnalisé au dépistage adapté en fonction des risques Julien Gelly Médecin généraliste,

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Qu est-ce que le VPH? Qu est-ce que le VPH? Quels sont les signes et les symptômes d une infection à VPH? Le VPH cause-t-il

Plus en détail

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 SOUS EMBARGO JUSQU AU mercredi 29 mai 2013, 3 h 1, HAE Mai 2013 Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 En 2013 : On estime que 48 700 nouveaux cas de cancer seront

Plus en détail

organisé LE DÉPISTAGE LE CANCER DU SEIN En Lorraine, le dépistage organisé du cancer du sein a été Le dépistage individuel coexiste avec le dépistage

organisé LE DÉPISTAGE LE CANCER DU SEIN En Lorraine, le dépistage organisé du cancer du sein a été Le dépistage individuel coexiste avec le dépistage LE DÉPISTAGE organisé LE CANCER DU SEIN En France, une femme sur dix risque de développer un cancer du sein. Le cancer du sein est le plus fréquent (36%) des cancers féminins. Son incidence a doublé en

Plus en détail

Manger sainement pour réduire son risque de cancer.

Manger sainement pour réduire son risque de cancer. Manger sainement pour réduire son risque de cancer. Ligue suisse contre le cancer Association suisse pour l alimentation Une publication de la Ligue suisse contre le cancer et de l Association suisse pour

Plus en détail

RÉDUISEZ VOTRE RISQUE DE CANCER

RÉDUISEZ VOTRE RISQUE DE CANCER Je suis heureuse de venir parler de prévention car les conseils de prévention devraient être l objet de davantage de «prescriptions» de la part des personnels de santé. Pour prévenir le cancer, tant que

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

Quelle santé publique, quelle formation pour les professionnels?

Quelle santé publique, quelle formation pour les professionnels? Quelle santé publique, quelle formation pour les professionnels? construire une approche partagée du secteur médico-social (métiers et formations) en Auvergne, du diagnostic à la définition d axes structurants,

Plus en détail

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 CONTEXTE Le dépistage est défini par l OMS comme «l identification présomptive de maladies ou troubles non reconnus, par l application de tests, d examens ou d autres

Plus en détail

Informations et conseils

Informations et conseils MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Informations et conseils www.nephronaute.org Carte Néphronaute Mieux vivre avec une insuffisance rénale Nephronaute Card Coping better with renal failure

Plus en détail

VACCINATION CONTRE LE CANCER DU COL DE L UTÉRUS

VACCINATION CONTRE LE CANCER DU COL DE L UTÉRUS XXXXXXXX GAR_patb_1210_f COMMENT ME PROTÉGER? XXXXXXXXXXXXX Cette brochure vous est offerte par Depuis le 1 er janvier 2011 la vaccination HPV est prise en charge pour toutes les femmes jusqu à 26 ans

Plus en détail

La prévention et le dépistage dans le cadre du Plan Cancer belge. Preventie en screening binnen het Kankerplan. Anne Vandenbroucke Guido Van Hal

La prévention et le dépistage dans le cadre du Plan Cancer belge. Preventie en screening binnen het Kankerplan. Anne Vandenbroucke Guido Van Hal La prévention et le dépistage dans le cadre du Plan Cancer belge Preventie en screening binnen het Kankerplan Anne Vandenbroucke Guido Van Hal Action 2 : dépistage et accompagnement des personnes à risque

Plus en détail

Kit d information personnel Une initiative de la Société Européenne de Cardiologie

Kit d information personnel Une initiative de la Société Européenne de Cardiologie Prenez soin de votre cœur Kit d information personnel Une initiative de la Société Européenne de Cardiologie Les informations contenues dans ce kit ne remplacent pas celles que peut vous fournir votre

Plus en détail

Proposition de communiqué de presse. Semaine de la santé. du 28 novembre au 5 décembre 2015

Proposition de communiqué de presse. Semaine de la santé. du 28 novembre au 5 décembre 2015 Proposition de communiqué de presse Semaine de la santé du 28 novembre au 5 décembre 2015 La semaine de la santé est un temps fort de réflexion et d échanges sur les réalités, l actualité et les grands

Plus en détail

Le médecin traitant. Le partenaire privilégié de votre santé

Le médecin traitant. Le partenaire privilégié de votre santé Le Le partenaire privilégié de votre santé Édition 2012 LE MÉDECIN TRAITANT LE PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE VOTRE SANTÉ Tous les assurés ou bénéficiaires d une couverture maladie de 16 ans et plus sont invités

Plus en détail

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus UNSPF Lucas Torreilles Juin 2013 Table des matières Introduction 5 I - I) Qu'est-ce que le cancer du col de l'utérus? 7 II - II) Épidémiologie

Plus en détail

quel sont vos risques de cancer du sein

quel sont vos risques de cancer du sein quel sont vos risques de? cancer du sein Quels sont vos risques de cancer du sein? Vous trouverez dans la présente brochure les facteurs biologiques et les facteurs liés aux habitudes de vie qui sont associés

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer colorectal Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE

CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE CHOLESTEROL GARDER LE CONTROLE PENDANT LA MENOPAUSE 01 UNE PERIODE DE CHANGEMENTS Lorsque l on traverse une période de changement, il est parfois difficile de garder la maîtrise évènements. Ceci est particulièrement

Plus en détail

Société Française de Médecine Générale www.sfmg.org

Société Française de Médecine Générale www.sfmg.org EUROPEAN NETWORK FOR PREVENTION AND HEALTH PROMOTION www.europrev.org Société Française de Médecine Générale www.sfmg.org E T U D E E U R O P R E V I E W V O L E T P A T I E N T S 1 Brochure d information

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Cancer du col de l utérus

Cancer du col de l utérus Cancer du col de l utérus se protéger et se faire dépister Une information de la Ligue contre le cancer SOMMAIRE Le col de l utérus 04 Le cancer du col de l utérus 06 Les papillomavirus humains (PVH) 08

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE N SPECIAL ARS EDITE LE 28 FEVRIER 2013

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE N SPECIAL ARS EDITE LE 28 FEVRIER 2013 PREFET DE LA HAUTE-LOIRE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS N SPECIAL ARS EDITE LE 28 FEVRIER 2013 "Le texte complet de chaque acte publié dans le présent recueil pourra être consulté à la Préfecture de

Plus en détail

Les Français et la perception du respect de l interdiction de fumer dans les cafés, bars et restaurants...p.3

Les Français et la perception du respect de l interdiction de fumer dans les cafés, bars et restaurants...p.3 Perception des Français du respect de l interdiction de fumer dans les cafés et bars, et dans les restaurants, un an après son application Résultats de deux enquêtes Dossier de presse 7 janvier 2009 1

Plus en détail

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL Le cancer colo-rectal (ccr) 3è cancer, 42000 cas/an 2è cause de décès après le cancer du poumon 17500/an (accidents de la route 3200 décès ) 1 homme/14 et

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

«Droit à disposer de son corps»

«Droit à disposer de son corps» CAHIER DES CHARGES Etudiant(e)s, Sexualité et Prévention Concours de création d outil pédagogique «Droit à disposer de son corps» PROJET : Mutualité Française Auvergne, la MGEN, la CPAM 63, le Service

Plus en détail

Le guide qui préserve votre capital Bien-être

Le guide qui préserve votre capital Bien-être www.reperessante.mu Le guide qui préserve votre capital Bien-être LE Cancer du col de l utérus INFORMATION - Prévention - Dépistage - Traitement Les clés de la compréhension pour mieux se prémunir et agir

Plus en détail

Dépistage Organisé du cancer du sein en Saône et Loire ADéMaS 71

Dépistage Organisé du cancer du sein en Saône et Loire ADéMaS 71 Dépistage Organisé du cancer du sein en Saône et Loire ADéMaS 71 Dr Catherine HAMEL Médecin Coordonnateur 2013 Les cancers en France 1980 2010 170 000 nouveaux cas 365 000 nouveaux cas > 100 % en 30 ans

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE. TOXIQUE PLANÈTE Le scandale invisible des maladies chroniques. Par André CICOLELLA. Contact presse :

DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE. TOXIQUE PLANÈTE Le scandale invisible des maladies chroniques. Par André CICOLELLA. Contact presse : DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE TOXIQUE PLANÈTE Le scandale invisible des maladies chroniques Par André CICOLELLA Contact presse : Pauline Berthellemy Chargée de communication p.berthellemy@ reseau-environnement-sante.net

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir!

Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir! DOSSIER DE PRESSE 2 Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir! Le vendredi 10 avril 2015, de 10h à 18h, le Comité du Rhône de la Ligue contre le Cancer,

Plus en détail

Tabac Alcool - Cancer

Tabac Alcool - Cancer Tabac Alcool - Cancer Relation soignant-soigné Dr Lila Simon-Rendu Médecin coordonateur du réseau Oncovannes Médecin en oncologie médicale CHBA (Ex-Tabacologue - CHU de Nantes) Avec la collaboration du

Plus en détail

La boîte à outils pour des placements avisés

La boîte à outils pour des placements avisés La boîte à outils pour des placements avisés Sommaire 3 4 6 8 10 incomeiq une plateforme intelligente pour réfléchir à vos besoins de revenus futurs Les besoins en revenus n ont jamais été aussi importants

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 9 Services de soutien à domicile 11 Services pour

Plus en détail

- Lignes directrices relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire novembre 2008

- Lignes directrices relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire novembre 2008 Lignes directrices à l attention des opérateurs économiques relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire et d activité physique du Programme National Nutrition Santé Ces lignes

Plus en détail

Information destinée aux patients. Traitement par radiothérapie. Des réponses à vos questions

Information destinée aux patients. Traitement par radiothérapie. Des réponses à vos questions Information destinée aux patients Traitement par radiothérapie Des réponses à vos questions Bienvenue dans le service de radio-oncologie Une radiothérapie vous est prescrite. Celle-ci dure généralement

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique État au 02.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Agence Weber Shandwick : Lise Ardhuin Tel : 01 47

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Agence Weber Shandwick : Lise Ardhuin Tel : 01 47 Perception des Français du respect de l interdiction de fumer dans les cafés et bars, et dans les restaurants, un an après son application Résultats de deux enquêtes Dossier de presse 7 janvier 2009 CONTACTS

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

Sommaire COORDONNÉES ET RÉPERTOIRE DE SANTÉ CORRESPONDANCE AGENDA FICHES DE SUIVI INFIRMIER SOINS DE SUPPORT PROTOCOLES ORDONNANCES

Sommaire COORDONNÉES ET RÉPERTOIRE DE SANTÉ CORRESPONDANCE AGENDA FICHES DE SUIVI INFIRMIER SOINS DE SUPPORT PROTOCOLES ORDONNANCES Sommaire COORDONNÉES ET RÉPERTOIRE DE SANTÉ CORRESPONDANCE AGENDA FICHES DE SUIVI INFIRMIER SOINS DE SUPPORT PROTOCOLES ORDONNANCES RÉSULTATS ET AUTRES EXAMENS PRESTATAIRES PPS PROGRAMME PERSONNALISÉ DE

Plus en détail

IMPORTANT VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

IMPORTANT VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR GARDASIL [vaccin recombinant quadrivalent contre le virus du papillome humain (types 6, 11, 16 et 18)] Le présent dépliant constitue la troisième et dernière

Plus en détail

Caisse de coordination aux assurances socialesaux. Prévention gynécologique. 13-23 ans

Caisse de coordination aux assurances socialesaux. Prévention gynécologique. 13-23 ans Caisse de coordination aux assurances socialesaux Prévention gynécologique 13-23 ans Mise à jour janvier 2014 Dès la puberté, adoptez le réflexe prévention : même quand tout va bien, un examen gynécologique

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 GENERALITES SUR LE CANCER Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 PLAN 1 Définition 2 Les causes connues 3 Fréquence 4 Les principaux cancers et leurs signes d alarmes 5 Prévention

Plus en détail

du lundi 24 mars au dimanche 30 mars 2008

du lundi 24 mars au dimanche 30 mars 2008 SOMMAIRE du lundi 24 mars au dimanche 30 mars 2008 Dossier de presse partie I > L essentiel sur le cancer colorectal p. 2 Comment se developpe un cancer colorectal? p. 2 Epidémiologie du cancer colorectal

Plus en détail

LA PROTECTION SANTÉ POUR LES PROFESSIONNELS

LA PROTECTION SANTÉ POUR LES PROFESSIONNELS CONFORME À LA CONVENTION COLLECTIVE DES SERVICES DE L AUTOMOBILE (IDCC 1090) LA PROTECTION SANTÉ POUR LES PROFESSIONNELS DE L AUTOMOBILE Votre espace adhèrent Numéro Conseils 03 27 28 82 23 Un réseau de

Plus en détail