L'Herpès. La pathologie herpétique se traduit par deux choses: une primo infection et des récurrences

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'Herpès. La pathologie herpétique se traduit par deux choses: une primo infection et des récurrences"

Transcription

1 L'Herpès Une fois que l'on est contaminé on ne s'en débarrasse jamais. C'est une pathologie récurrente la transmission se fait par les sécrétions salivaires et vaginales il y a 2 types d'herpès: HSV1 et HSV2 avec 2 tropismes différents, un vaginal et un buccal mais on peut trouver l'un a la place de l'autre et vis vers ça. La pathologie herpétique se traduit par deux choses: une primo infection et des récurrences La primo infection est dans la majorité des cas asymptomatique, la personne est contaminée mais ne s'en rend pas compte, il n'y a pas de manifestation clinique mais les récurrences sont obligatoires. La particularité de se virus est qu'une fois qu'il a pénétré dans l'organisme, (la plus part du temps par l'intermédiaire de la salive) il va venir se tapir autour des ganglions nerveux sensitifs: ganglion de Gasser et va y rester sous forme épisomale c est à dire va rester sous brin d'adn. C'est un adénovirus, sous cette forme il est inaccessible par les traitements antiviraux. Lorsqu'il ya récurrence c est à dire lorsque le virus se réactive, de ces simples brin d'adn le virus se multiplie et à ce moment là il fait le chemin inverse. Il part du ganglion sensitif pour s'exprimer d'un point de vue clinique en règle général près du cycle d'inoculation. Au niveau de la sphère buccale on peut avoir des récurrences en intra buccal au niveau palatin mais la plus part du temps c'est au niveau de la jonction muqueuse et plan cutané des lèvres.

2 Les Récurrences: Elles sont sous l'influence de divers facteurs: la fièvre le soleil les règles le stress traumatismes.etc Les Formes cliniques: bénigne: c'est l'herpès - orofaciale génitale cutanée grave: - kératite herpétique (localisation oculaire d'où la nécessité de se protéger les yeux en clinique et de se laver les mains après avoir tripoter) néonatale transmission de la mère à l'enfant lors de la naissance l'herpès de l'immunodéprimé encéphalites herpétique : urgence thérapeutique Le premier stade est la primo infection: asymptomatique dans 90 à 95 % des cas mais dans 5 à 10% des cas il y a une symptomatologie: gingivostomatite herpétique CAD dire susceptible de toucher l'intégralité des muqueuses de la cavité buccale expression très douloureuse, avec dysphagie adénopathie associée des pics fébriles Incubation peut varier de 2 à 12 jours entre le moment où l on a été contaminé et le moment où on exprime la primo infection et ça régresse en une quinzaine de jours.

3 Ce type d'expression de primo infection touche essentiellement les jeunes enfants mais peut aussi toucher l'adulte. D'un point de vue clinique c'est une pathologie bulleuse, en réalité on a des vésicules qui soulève l'épithélium de la muqueuse concernée et a l'intérieur du liquide contaminé par le virus et les vésicules qui sont fragiles au moindre frottement se rompent et à la place de la vésicule on a une abrasion voir une érosion voir une ulcération. Les vésicules sont en grappes, quand elles se rompent cela se traduit par des plages. Les zones blanches sont des zones d'ulcérations. Très douloureux (photo) Ces lésions intra buccales chez un jeune enfant associé à une adénopathie de la fièvre plus dysphagie = HERPES car la clinique et parlante, pour être sûr on recherche par PCR (examen complémentaire) pour rechercher l'adn viral. Les récurrences arrivent dans 100% des cas. Elle guérit plus rapidement que la primo infection, moins algique car moins étendu les récurrences intra buccales sont rares, elles se voient chez les immunodéprimés guérissent (pas cicatrisation car ne laisse pas de traces) spontanément avec plus ou moins l'aide des antiviraux régression en une 10aine de jrs Le pseudopanari herpétique: transmission bouche /doigt, si on a une lésion cutanée au bout d'un doigt que l'on touche de l'herpès on peut avoir de l'herpès au bout d'un doigt... ça se guérit relativement vite. Pour le dépistage du virus, la clinique prime, mais si on veut rechercher le virus dans une lésion, on peut faire une culture cellulaire et faire ensuite un sérodiagnostic ou des PCR. Les traitements: Pour la primo infection: patient fébrile lésion muqueuse ou cutanéo-muqueuse douleur

4 Il faut donc faire chuter ça fièvre: antipyrétique, Contre la douleur: bain de bouche avec composante antalgique et des anesthésiques locaux comme le DINEXAN sous forme de gel pour enduire les lésion et pouvoir s'alimenter sans douleur. Au stade de la gingivostomatite herpétique pas de traitement antiherpétique, mais au niveau des récurrences on peut les utiliser. Le médicament antiherpétique est l'acyclovir commercialisé sous le nom de ZOVIRAX sous comprimé en systémique ou sous forme de gel en application local. Il n'agit que sur le HSV1 (forme herpétique buccale). Ces antiherpétiques sont activés par une enzyme virale et là ils seront actifs contre le virus. Ils ne peuvent pas agir sans présence du virus mais il faut que se virus soit sous forme active. Le médicament n'est actif que lors de la réplication du virus, mais lorsqu'il y a les signes cliniques le virus s'est déjà répliqué donc le médicament est inutile à ce moment là. Au niveau d'une récurrence c'est plus facile car il y a des prodromes (signes avant coureurs) avant la lésion il y a brûlures picotement, là le virus est actif donc l'antiviral peut agir. À partir du moment où la lésion est présente il n'y aura pas d'action. Les indications de ces traitements sont réduites: On les propose à des patients immunocompétents qui font plus de 6 récurrences herpétiques par an à but prophylactique pour limiter la réactivation du virus, limiter le nombre de réplication viral (200 mg 4 fois / jr) pendant 2, 3, 4 mois en fonction du nombre de récurrences. Chez un patient immunodéprimé (proportion plus importante de récurrences) le but de la prophylactique qui va être à la même dose est de diminuer la fréquence des récurrences et d'en diminuer la durée. Selon le cas per os ou par voie parentérale. Pour un patient immunocompétent qui a moins de 6 récurrences par an le traitement prophylactique est plus discutable pas recommandé.

5 Conclusion Règles d'hygiène et d'asepsie très importantes: se protéger les yeux protéger les yeux du patient si patient en stade post vésicule on peut remettre le RDV en lui expliquant pourquoi éviter qu'il la touche et qu'il se mette dans les yeux.

GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès

GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès GUIDE PRATIQUE N 2 HERPES ET GROSSESSE ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès L herpès est une m En France, on estime qu'environ 10 millions de personnes sont porteuses du virus de l'herpès à des

Plus en détail

L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes

L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes ignorent qu elles sont porteuses et transmettent le virus

Plus en détail

Juin 2001. Enfants et Adolescents L herpès : une rencontre à éviter

Juin 2001. Enfants et Adolescents L herpès : une rencontre à éviter Juin 2001 Enfants et Adolescents L herpès : une rencontre à éviter 1 INTRODUCTION De la petite enfance à l adolescence, le parcours est souvent jalonné de nombreuses maladies infantiles ou de petits désagréments

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Aciclovir Sandoz 50 mg/1 g crème Aciclovir

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Aciclovir Sandoz 50 mg/1 g crème Aciclovir NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Aciclovir Sandoz 50 mg/1 g crème Aciclovir Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour

Plus en détail

Varicelle. Cause : Épidémiologie :

Varicelle. Cause : Épidémiologie : Varicelle La varicelle classique sous sa forme de maladie infantile éruptive fréquente, en milieu tempéré, touche plus tardivement l'adulte en milieu tropical où elle est tout aussi caractérisée par sa

Plus en détail

Notice : information de l utilisateur. Aciclovir Sandoz 50 mg/1 g crème Aciclovir

Notice : information de l utilisateur. Aciclovir Sandoz 50 mg/1 g crème Aciclovir Notice : information de l utilisateur Aciclovir Sandoz 50 mg/1 g crème Aciclovir Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour

Plus en détail

Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT

Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT Consultations initiales pour herpès génital 1. ARMSTRONG GL,et al. Incidence of herpes simplex virus type 2 infection

Plus en détail

Item 343 : Ulcérations ou érosions des muqueuses orales et/ou génitales

Item 343 : Ulcérations ou érosions des muqueuses orales et/ou génitales Item 343 : Ulcérations ou érosions des muqueuses orales et/ou génitales Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Conduite à tenir devant des érosions et ulcérations génitales et orales...

Plus en détail

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE Page 1 sur 7 Mots-clés : Herpès ; nouveau-né ; grossesse Nom Fonction Date Signature Rédaction E BOEZ PH CH Roubaix Avril 08 Validation GEN NPDC PENDANT LA GROSSESSE A) DIAGNOSTIC Le diagnostic repose

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 Copyright CMIT ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS

Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 Copyright CMIT ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et traiter une poussée d herpès cutané et

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

PEMPHIGOÏDE DES MUQUEUSES

PEMPHIGOÏDE DES MUQUEUSES PEMPHIGOÏDE DES MUQUEUSES ( pemphigoïde cicatricielle, épidermolyse bulleuse acquise, dermatose à IgA linéaire avec atteinte muqueuse) deuxième fiche d'information pour les patients Les fiches d'informations

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

Antiviraux. Les substances utilisées sont des analogues des nucléosides : elles bloquent la synthèse des acides nucléiques.

Antiviraux. Les substances utilisées sont des analogues des nucléosides : elles bloquent la synthèse des acides nucléiques. Antiviraux I. Généralités Médicaments anti-infectieux utilisés dans la prévention / le traitement de maladies virales : - hépatites virales chroniques - infections à herpesvirus (herpes cutané, génital,

Plus en détail

Projet de recherche sur les MTS

Projet de recherche sur les MTS Projet de recherche sur les MTS Objectif : Les participants devront définir et décrire les MTS les plus courantes Structure : Petits groupes Durée : 30 minutes, plus un cours consacré aux présentations

Plus en détail

CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE

CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE Ref : cf infra Créé le : 30 / 05 / 2015 Version du : 12/06/15 Rédacteur : R. RONIN Vérificateurs : JL. VOLUMENIE F. NAJIOULLAH Approbateurs

Plus en détail

HERPES GENITAL ET GROSSESSE : Mesure de prévention de la transmission materno-foetale

HERPES GENITAL ET GROSSESSE : Mesure de prévention de la transmission materno-foetale version 4 page 1/6 Référence : RSN/PR/REA.O/008/C Date de 1 ère mise en service : 10/05/2000 N Date de la version modification 1 13/03/2003 2 09/05/2004 3 07/06/2012 Suivi des modifications Objet de la

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? Les valences vaccinales* destinées aux chats sont regroupées en deux catégories : les valences dites «essentielles» conseillées

Plus en détail

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes La famille des Herpesviridae comporte une centaine d espèces virales dont 8 sont responsables d infections strictement humaines : HSV-1 et -2, VZV, CMV, HHV6, EBV, HHV7 et HHV8. Ce sont des virus enveloppés

Plus en détail

Fiche C.5 - Stratégie et modalités d utilisation des antiviraux

Fiche C.5 - Stratégie et modalités d utilisation des antiviraux Fiche C.5 - Stratégie et modalités d utilisation des antiviraux Cette fiche concerne la pandémie grippale en cours à virus A (H1N1)v. Elle nécessite des travaux permanents. Elle est actualisée au fur et

Plus en détail

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception :

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception : LES ANTI DOULEURS Attention : Pour l examen le prof veut que l on se base sur les recommandations de l AFFSAPS en ce qui concerne les prescriptions et le reste ; pour être sûr qu il n y ait pas de différence

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013 MIE 20. Diagnostic et suivi des infections per placentaires (pathologie congénitale) et du per partum (infection néonatale): le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item

Plus en détail

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de douleurs rebelles et sa fréquence augmente avec l âge après

Plus en détail

Infections virales de la peau

Infections virales de la peau Infections virales de la peau Infections virales de la peau Herpesvirus: HSV1 (et 2) Virus de la varicelle et du zona: VZV Rougeole Rubéole ErythrovirusB19 (Parvovirus B19) Papillomavirus Poxvirus: virus

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

HERPES SIMPLEX VIRUS (HSV)

HERPES SIMPLEX VIRUS (HSV) Page 1/11 HERPES SIMPLEX VIRUS (HSV) SOMMAIRE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. ZOVIRAX 200 mg comprimés ZOVIRAX 800 mg comprimés ZOVIRAX 400 mg/5 ml suspension buvable aciclovir

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. ZOVIRAX 200 mg comprimés ZOVIRAX 800 mg comprimés ZOVIRAX 400 mg/5 ml suspension buvable aciclovir NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR ZOVIRAX 200 mg comprimés ZOVIRAX 800 mg comprimés ZOVIRAX 400 mg/5 ml suspension buvable aciclovir Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant

Plus en détail

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus:

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus: généralités Infections à Herpès virus Virus: S. Nguyen 03/2005 multiplication intracellulaire taille: nanomètre pls composants: -acide nucléique (ADN, ARN) -capside -enveloppe ou non généralités herpès

Plus en détail

Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) et Arthrite Réactionnelle Post-Streptococcique

Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) et Arthrite Réactionnelle Post-Streptococcique www.printo.it/pediatric-rheumatology/fr/intro Rhumatisme Articulaire Aigu (RAA) et Arthrite Réactionnelle Post-Streptococcique Version de 2016 1. LE RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU (RAA) 1.1 Qu'est-ce que

Plus en détail

Cinq huiles essentielles pour l'été...

Cinq huiles essentielles pour l'été... Cinq huiles essentielles pour l'été... Lavande fine / Lavndula officinalis ou vera ou angustifolia Calme la douleur. Stoppe les brûlures. Désinfecte. Assainit. Cicatrise. Diminue les spasmes. Détend. Calme

Plus en détail

NOTICE SCIENTIFIQUE. Dénomination. Aciclovir Sandoz 800 mg comprimés

NOTICE SCIENTIFIQUE. Dénomination. Aciclovir Sandoz 800 mg comprimés NOTICE SCIENTIFIQUE Dénomination Aciclovir Sandoz 200 mg comprimés. Aciclovir Sandoz 800 mg comprimés. Titulaire d enregistrement Sandoz nv/sa Telecom Gardens Medialaan 40 B-1800 Vilvoorde Fabricant Salutas

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE N 4 HERPES DU VISAGE. Bouche Nez Yeux ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès

GUIDE PRATIQUE N 4 HERPES DU VISAGE. Bouche Nez Yeux ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès GUIDE PRATIQUE N 4 HERPES DU VISAGE Bouche Nez Yeux ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès L Herpès est une ma On estime qu en France, 10 millions de personnes sont porteuses du virus de l herpès

Plus en détail

Virus et grossesse. Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille

Virus et grossesse. Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille Virus et grossesse 5A Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 2014 2.0 Table des matières I - Exercice : Dossier clinique

Plus en détail

Identification et détection des virus. A) Détection symptomatologique

Identification et détection des virus. A) Détection symptomatologique Identification et détection des virus La détection et l'identification des virus font appel à différentes méthodes. Ces méthodes se caractérisent par leur spécificité et leur sensibilité. On peut citer

Plus en détail

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1 TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1- DESCRIPTION Le terme de «montée de lait» est souvent interprété par les mères comme le moment à partir duquel elles commencent à avoir du lait dans

Plus en détail

INFORMATION POUR LE PATIENT

INFORMATION POUR LE PATIENT INFORMATION POUR LE PATIENT Une meilleure qualité de vie avec les implants dentaires. «UN CONCEPT SIMPLE, BIEN PENSE ET COMPLET.» DR U. GRUNDER, ZURICH-ZOLLIKON SOMMAIRE Le processus de la réussite. Quel

Plus en détail

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU *************

MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* REPUBLIQUE DU BENIN ********* MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE ******* DEPARTEMENT D OUEME PLATEAU ************* COMMUNE DE SEME PODJI ***********

Plus en détail

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines.

Durée de la maladie L influenza dure en général de deux à sept jours, mais la toux et la fatigue peuvent persister plus de deux semaines. INFLUENZA INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L influenza est une infection virale aiguë saisonnière très contagieuse, qui peut être prévenue annuellement par la vaccination. La maladie est causée par le

Plus en détail

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT PARTIE III : RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX PATIENTS Pr APO-FAMCICLOVIR (famciclovir) La présente notice est la partie III d une monographie de produit publiée lorsque

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes préparé par F. Van Bambeke Antiherpétiques - année 2006 1 Propriétes du foscarnet inhibiteur de l AD polymérase

Plus en détail

SOINS À LA SORTIE APRÈS LA CÉSARIENNE ÁREA 1 MURCIA OESTE HOSPITAL CLÍNICO UNIVERSITARIO VIRGEN DE LA ARRIXACA

SOINS À LA SORTIE APRÈS LA CÉSARIENNE ÁREA 1 MURCIA OESTE HOSPITAL CLÍNICO UNIVERSITARIO VIRGEN DE LA ARRIXACA SOINS À LA SORTIE APRÈS LA CÉSARIENNE ÁREA 1 MURCIA OESTE HOSPITAL CLÍNICO UNIVERSITARIO VIRGEN DE LA ARRIXACA Ce document a pour but de fournir l'information et les conseils utiles à votre bien être ainsi

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Protégez-vous! INFORMATIONS DE BASE À PROPOS DES MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (MST)

Protégez-vous! INFORMATIONS DE BASE À PROPOS DES MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (MST) Protégez-vous! INFORMATIONS DE BASE À PROPOS DES MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (MST) À l attention du lecteur Cette brochure offre aux lecteurs des informatons sur l infection par le virus vih,

Plus en détail

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses

Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses Les infections sexuellement transmissibles (IST) Cours IFSI M. Duong Service des Maladies Infectieuses IST Pathologies très fréquentes Etiologies multiples (bactéries, virus, parasites, levures) Complications

Plus en détail

I. Symptômes et épidémiologie de la grippe

I. Symptômes et épidémiologie de la grippe 2 LA GRIPPE Objectifs : présenter les principaux symptômes de la grippe à l'aide de schémas, repérer les principales caractéristiques structurales du virus et les étapes du cycle viral décrire la voie

Plus en détail

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013 ECN n 202 Une jeune élève infirmière, vient de se piquer avec une aiguille alors qu elle venait de faire un prélèvement péè e tdesa sang veineux. eu Accidents d exposition au risque viral Albert Sotto

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

Une bonne hygiène personnelle constitue la première étape d'une bonne santé.

Une bonne hygiène personnelle constitue la première étape d'une bonne santé. Une bonne hygiène personnelle constitue la première étape d'une bonne santé. Les habitudes telles que se laver les mains se brosser les dents aideront à éloigner les bactéries, les virus et les diverses

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION)

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 ITEM N 20 : DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les éléments de prévention vis-à-vis des infections

Plus en détail

Les contre-indications au lasers d'épilation sont

Les contre-indications au lasers d'épilation sont Les lasers et les lampes flash pour réaliser des épilations sont des équipements dont le maniement est réservé aux médecins. Il n'est pas conseillé de déléguer ces actes à des opérateurs s'ils n'ont pas

Plus en détail

http://agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/notice/n0187301.htm NOTICE DYNEXANGIVAL 1 %, crème buccale Chlorhydrate de lidocaïne

http://agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/notice/n0187301.htm NOTICE DYNEXANGIVAL 1 %, crème buccale Chlorhydrate de lidocaïne NOTICE ANSM - Mis à jour le : 22/12/2010 Dénomination du médicament DYNEXANGIVAL 1 %, crème buccale Chlorhydrate de lidocaïne Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant d'utiliser ce médicament.

Plus en détail

Ulcérations génitales

Ulcérations génitales Ulcérations génitales Objectifs : Devant des ulcérations génitales, argumenter les hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents. Sommaire : Introduction Faq 1 - CAT devant

Plus en détail

Au sein de la famille des Herpesviridae il y a trois sous familles : les Alphaherpesvirinae, les Betaherpesvirinae et les Gammaherpesvirinae.

Au sein de la famille des Herpesviridae il y a trois sous familles : les Alphaherpesvirinae, les Betaherpesvirinae et les Gammaherpesvirinae. 16/03/2015 OCANA Marine L2 (CR : Hamza Berguigua) AIH Pr A.Nougairede 20 pages Herpesviridae Plan : A) Classification des herpesvirus humains B) Les différentes infections virales I. Par les Alphaherpesvirinae

Plus en détail

Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus

Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus I.Généralités: Il existe 3 sous familles d herpès virus : Sous famille Espèce Alpha-herpesvirinae Herpès simplex type 1 HHV1 Herpès simplex type 2 Varicelle-Zona

Plus en détail

Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse

Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse Les diarrhées infectieuses et parasitaires de la génisse Les diarrhées constituent le problème de santé numéro 1 dans l élevage du jeune veau. D

Plus en détail

Infections à Herpes Simplex virus

Infections à Herpes Simplex virus CBP Infections à Herpes Simplex virus 1.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE ANNE.GOFFARD@UNIV-LILLE2.FR 2012 Table des matières

Plus en détail

Méthodologie d évaluation du temps de travail médical nécessaire au fonctionnement d une unité de réanimation

Méthodologie d évaluation du temps de travail médical nécessaire au fonctionnement d une unité de réanimation Méthodologie d évaluation du temps de travail médical nécessaire au fonctionnement d une unité de réanimation Texte du Comité Réanimation de la SFAR validé par le Conseil d'administration du vendredi 14

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès

GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES. Agissons contre l herpès GUIDE PRATIQUE N 1 HERPES ASSOCIATION HERPES Agissons contre l herpès L Herpès : une maladie très répandue En France, on estime qu environ 10 millions de personnes sont porteuses du virus de l herpès à

Plus en détail

Ulcération. Il est essentiel de ne pas méconnaître une lésion extrinsèque simplement provoquée, traumatique ou caustique.

Ulcération. Il est essentiel de ne pas méconnaître une lésion extrinsèque simplement provoquée, traumatique ou caustique. Ulcération Objectifs : Devant des ulcérations et érosions des muqueuses orales et/ou génitales, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents.

Plus en détail

Infections à Herpesviridae

Infections à Herpesviridae Les herpès virus comprennent le groupe HSV (HSV-1, HSV-2), le virus de la varicelle et du zona (VZV), le virus de la mononucléose infectieuse (EBV), le cytomégalovirus (CMV), l HHV-6, l HHV-7 et l HHV-8.

Plus en détail

LA MUCITE. Brigitte Boulangier 15 mai 2012

LA MUCITE. Brigitte Boulangier 15 mai 2012 LA MUCITE Brigitte Boulangier 15 mai 2012 Définition et stades La mucite est une inflammation des muqueuses; elle peut s étendre de la bouche à tout le système digestif. La mucite buccale est un effet

Plus en détail

Conférence de consensus. Prise en charge de l herpès cutanéo-muqueux chez le sujet immunocompétent (manifestations oculaires exclues)

Conférence de consensus. Prise en charge de l herpès cutanéo-muqueux chez le sujet immunocompétent (manifestations oculaires exclues) avec la participation de Conférence de consensus Prise en charge de l herpès cutanéo-muqueux chez le sujet immunocompétent (manifestations oculaires exclues) Mercredi 7 novembre 2001 Espace Landowski -

Plus en détail

Combattre les virus. 7 Conseils d hygiène

Combattre les virus. 7 Conseils d hygiène Combattre les virus 7 Conseils d hygiène Afin de vous protéger contre le rhume, la grippe et la gastroentérite, les 7 conseils d hygiène suivants peuvent vous aider à réduire le risque d infection. DG

Plus en détail

Papillomavirus humain et verrues ano-génitales Questions et réponses

Papillomavirus humain et verrues ano-génitales Questions et réponses Papillomavirus humain et verrues ano-génitales Questions et réponses Papillomavirus humain et verrues ano-génitales Qu est-ce que l HPV? Le terme d HPV (papillomavirus humain) désigne un groupe d une bonne

Plus en détail

12/ Infections chez la femme enceinte

12/ Infections chez la femme enceinte SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 12/ Infections chez la femme enceinte Mêmes infections que dans population non obstétricale Bactériennes: infections urinaires, syphilis, streptocoque

Plus en détail

les hépatites virales

les hépatites virales LES BASES POUR COMPRENDRE les hépatites virales Comment savoir si je suis atteint d'hépatite? Que faire lorsqu'on a une hépatite? Comment me protéger, protéger mes proches? Qu'est-ce qu'une hépatite virale?

Plus en détail

L hantavirose Attention aux rongeurs

L hantavirose Attention aux rongeurs L hantavirose Attention aux rongeurs par Philippe de Wouters et Virginie Lorent 1 Mise à jour (juillet 2006) par Florentin Vecchiato 1 et Geneviève Ducoffre 2 La forêt est un endroit où il est agréable

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

LES SOINS DE LA BOUCHE DOULOUREUSE

LES SOINS DE LA BOUCHE DOULOUREUSE LES SOINS DE LA BOUCHE DOULOUREUSE Journée de la Filière Gériatrique Nord 92 jeudi 11 Février 2016 Sophie BRUYEROT I.D.E. E.M.A.S.P. Hôpital Louis MOURIER Groupe HPUNVS DEFINITION Le soin de bouche est

Plus en détail

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire.

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire. L'atteinte des gencives et de l'os et est une affection qui évolue à bas bruits et ne se manifeste pour le patient que lorsque le mal est déjà fait. Ces pathologies proviennent de la prolifération bactérienne.

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

Virus Herpes Simplex

Virus Herpes Simplex Virus Herpes Simplex 5A Internat Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 2014 2.1 Table des matières I - Taxonomie et structure 4 1.

Plus en détail

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général

I/ Grippes saisonnières. 1/ Cadre général I/ Grippes saisonnières 1/ Cadre général La grippe saisonnière est une infection virale contagieuse due à des virus de type Myxovirus influenzae. De nombreux virus grippaux circulent dans le monde, notamment

Plus en détail

LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE Plan Introduction I - Qu est ce Que le génie génétique? II - Quels sont les outils du génie génétique? II.1- Les Enzymes II.1.1- Enzymes de restriction II.1.2-

Plus en détail

INFORMATION POUR LE PATIENT

INFORMATION POUR LE PATIENT Les autorités de santé européennes ont assorti la mise sur le marché du médicament Increlex de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Exposition au plomb d origine hydrique. Quelques indicateurs

Exposition au plomb d origine hydrique. Quelques indicateurs Exposition au plomb d origine hydrique Quelques indicateurs PLOMB ET SANTE Plomb et environnement Le plomb est présent dans de nombreux minéraux sous forme de composés tels que la galène (sulfure de plomb),

Plus en détail

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF 17.10.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF I)La bouche et l'oropharynx A)Les dents B)Les glandes salivaires C)La langue D)Les troubles de la déglutition II)L'oesophage III)L'estomac

Plus en détail

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH ACNBH Agrément FMC N 100 168 39 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Lille, 4 au 8 oct 2010 DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH Dr Mme Béatrice

Plus en détail

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré La maladie de carré chez le chien 1 Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles 11 Espèces cibles de la maladie de carré 12 Maladie de carré chez le chat 13 Maladie de carré chez l homme

Plus en détail

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE MALADIES INFECTIEUSES PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La pharyngo-amygdalite virale consiste en une angine (mal de gorge) causée par différents virus

Plus en détail

Date : 05/11/2015 Fonction : Chef de service Nom : MERENS Audrey Visa : Informatique

Date : 05/11/2015 Fonction : Chef de service Nom : MERENS Audrey Visa : Informatique moléculaire microbiologique BMM Page : 1 / 12 VERSION COMMENTAIRE DATE 1 Création 05/11/2015 Rédaction Vérification Approbation Validation Date : 02/11/2015 Fonction : Adjoint Nom : DELAUNE Déborah Visa

Plus en détail

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus UNSPF Lucas Torreilles Juin 2013 Table des matières Introduction 5 I - I) Qu'est-ce que le cancer du col de l'utérus? 7 II - II) Épidémiologie

Plus en détail

Quelle santé bucco-dentaire pour les personnes agées? Pourquoi est-ce important? Que faire pour la maintenir et même l améliorer?

Quelle santé bucco-dentaire pour les personnes agées? Pourquoi est-ce important? Que faire pour la maintenir et même l améliorer? Quelle santé bucco-dentaire pour les personnes agées? Pourquoi est-ce important? Que faire pour la maintenir et même l améliorer? Les dents participent au bien être Outil d alimentation fonctionnelle et

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

Item 343 Ulcération ou érosion des muqueuses orales et/ou génitales

Item 343 Ulcération ou érosion des muqueuses orales et/ou génitales Annales de dermatologie et de vénéréologie (2008) 135S, F234 F238 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Item 343 Ulcération ou érosion des muqueuses orales et/ou génitales CEDEF 1,2 Objectif pédagogique

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

Vitiligo et psoriasis

Vitiligo et psoriasis Vitiligo et psoriasis Le vitiligo et le psoriasis sont deux maladies relativement fréquentes et partageant de nombreux points communs. Elles ont toutes deux longtemps été considérées à tord comme des pathologies

Plus en détail

5- Comment se brosser les dents?

5- Comment se brosser les dents? 5- Comment se brosser les dents? Peu importe la technique, l essentiel est de ne pas oublier une seule dent ou une partie de la dentition. Il faut donc procéder avec méthode et contrôler la technique de

Plus en détail

Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Petit Livre des Infections Sexuellement Transmissibles sommaire > Qu est-ce qu une IST p 5 > La Blennorragie gonococcique p 7 > La Chlamydiose p 8 > Les Condylomes p 9 > L Hépatite B p 10 > L Herpès

Plus en détail

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG Généralités Epidémiologie Facteurs de risque des Contaminations Professionnelles Généralités et définitions Objectif : éviter la transmission au personnel soignant d infections

Plus en détail

Les angines et leurs complications

Les angines et leurs complications Les angines et leurs complications Pr Righini Christian Adrien Clinique Universitaire d ORL Pôle TCCR 12 millions d angines / an en France Origine virale dans 80% des cas Introduction Les angines bactériennes

Plus en détail

Petit manuel. entre femmes. des infections. sexuellement transmissibles

Petit manuel. entre femmes. des infections. sexuellement transmissibles Petit manuel des infections sexuellement transmissibles entre femmes Qu est-ce qu une IST? Les IST sont les Infections Sexuellement Transmissibles. Elles se transmettent principalement lors de relations

Plus en détail

Thème Approche du monde médical

Thème Approche du monde médical La peau Structure de la peau La peau est une membrane d aspect souple et résistant. Elle est élastique et se plisse facilement. Elle recouvre totalement notre corps et elle est prolongée par des muqueuses

Plus en détail

Je comprends ce qu'est un herpès et comment il se

Je comprends ce qu'est un herpès et comment il se Je comprends ce qu'est un herpès et comment il se propage Les infections à herpès virus sont des infections bénignes et fréquentes qui concernent la peau et les muqueuses de l enfant comme de l adulte.

Plus en détail