Paralysie faciale à frigore

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Paralysie faciale à frigore"

Transcription

1 Paralysie faciale à frigore Quelle place pour les traitements anti-viraux? Symposium Urgences/SMUR POISSY Octobre 2008 Miren UHALDE

2 Rappels physiopathologiques VII : nerf mixte Quatre rôles : moteur, sensitif, sensoriel, sécrétoire PF = 3 types d atteinte : - supranucléaire : PF centrale - nucléaire - infranucléaire PF périphérique

3 Signes cliniques de PFP Atteinte de l hémiface homolatérale supérieure ET inférieure Absence de dissociation automaticovolontaire Signe de Charles Bell

4

5 Diagnostic étiologique de PF à frigore 50% des PFP, incidence : 30 cas/100000pers MAIS diagnostic d élimination! = PFP isolée +++ Brutale, complète et maximale d emblée +++ Evolution : - favorable dans 70 à 85% des cas - récupération incomplète et plus lente 15% - séquelles sévères 5%

6 Eléments de mauvais pronostic Age > 55ans PF complète Hypotonie importante Altération du Stapédien, du Schirmer, de la gustation et de la salivation Récupération tardive Délai thérapeutique long +++ A l EMG : atteinte axonale + signe de dénervation active

7 Autres étiologies possibles des PFP Zona du ganglion géniculé Otogènes Sarcoïdose, LED, Goujerot-Sjögren, PAN Virales : VIH (+++), oreillons, herpès, varicelle (sd Ramsay-Hunt), polio Diabète Rocher : TC grave, post-chir, tumeurs Lèpre Tumeur parotidienne

8 Etiologies des PFP non isolées Méningites et méningo-radiculites + surdité : neurinome du VIII, pathologie du rocher + hémiplégie controlatérale : syndrome alterné protubérantiel (Millard Gübler) Guillain-Barré SEP Etc.

9 Bilan à prévoir NFS, CRP, VS Glycémie à jeûn Sérologies VIH, Lyme, TPHA VDRL Ophtalmo : test de Schirmer, kératite? ORL : impédancemétrie (réflexe stapédien) À distance si évolution compliquée : - EMG? - IRM?

10 Prise en charge thérapeutique PF à frigore Protection oculaire Corticothérapie : le plus tôt possible Prednisone 1mg/kg/j - + règles hygiéno-diététiques Rééducation orthophonique, kinésithérapie Autres mesures discutées: TTT anti-herp herpétique : valaciclovir???

11 A propos d un article : Hato N et al Apr Objectif : comparer valaciclovir-prednisolone contre placebo-prednisolone dans le traitement de la PF à frigore, à l exclusion des patients ZSH+ (Zona Sine Herpete) Etude prospective, multicentrique, randomisée contre placebo

12 Méthodes Critères d inclusion Sérologies et PCR : HSV, VZV Score de Yanagihara / HouseBrackmann scale Réévaluation clinique à 1, 3 et 6 mois TTT : - Valaciclovir 1000mg/j 5j ou placebo - Prednisolone 60mg/j pdt 5j, 30mg/j 3j, 20mg/j 2j - Mecobalamine 1500µg/j pdt 6 mois ou +

13 Résultats 296 patients inclus et randomisés 152 patients reçoivent VP 144 patients reçoivent PP 18 patients ZSH+ exclus 20 patients perdus de vue 5 patients ZSH+ exclus 32 patients perdus de vue 114 patients analysés 107 patients analysés

14 Résultats (2) PF complète PF sévère PF modérée PF complète et sévère TOTAL VP 90,1%* 98,3% 100% 95,7%* 96,5%* PP 75%* 92,6% 100% 86,6%* 89,7%* Taux de récupération à 6 mois * : p<0,05

15 Résultats (3) Valaciclovir inutile dans les PF modérées Différence des taux de récupération significative à 6 mois Bénéfice du Valaciclovir significatif dans les 3 premiers jours qui suivent le début des symptômes

16 Discussion 1ère étude à démontrer l efficacité du VP avec - un nombre suffisant de patients - incluant des investigations virologiques Intérêt du traitement précoce par VP avant J3 en rapport avec l histoire naturelle des ZSH Valaciclovir 3000mg/j pdt 7j dans les infections à VZV : PFF plus sévères et de plus mauvais pronostic que HSV

17 Et avec l aciclovir? Sullivan F et al. Etudie 4 groupes : P ou placebo, A ou placebo, PA, placebo-placebo Pas d examens virologiques TTT précoce par prednisolone améliore les chances de récupération complète à 3 et 9 mois Pas de preuve du bénéfice de l aciclovir seul ou associé à la P

18 Alors? Hato N et al May Prednisolone seule dans les PFF modérées et après J4 Valaciclovir + P dans les PFF sévères : mg/j pdt 5j mg/j pdt 7j chez les patients ayant des symptômes de réactivation du VZV (douleur et inflammation de l oreille, torticolis) Différencier VZV de HSV : élément clé du pronostic

19 Bibliographie Hato N et al. Valacyclovir and prednisolone treatment for Bell s palsy : a multicenter, randomized, placebo-controlled study Otology & Neurology 2007 Apr; 28(3): Sullivan F et al. Early treatment with prednisolone or acyclovir in Bell s palsy NEJM 2007 Oct; 357: Hato N et al. Steroid and antiviral treatment for Bell s palsy Lancet 2008 May; 371: Paralysie faciale La conférence Hippocrate Paralysie faciale : A. ITANI E. KHAYAT Editions Vernazobres - Grego

20 Paralysé à frigore mais costaud! Merci à tous pour ce semestre enrichissant!

Item 99 (ex item 326) : Paralysie faciale périphérique Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 99 (ex item 326) : Paralysie faciale périphérique Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 99 (ex item 326) : Paralysie faciale périphérique Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières 1. Rappels anatomiques... 3 2. Définition... 4 3. Sémiologie... 4

Plus en détail

Item 326 : Paralysie faciale périphérique

Item 326 : Paralysie faciale périphérique Item 326 : Paralysie faciale périphérique Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...4 II Sémiologie...4 II.1 Description

Plus en détail

riphériquesriques & investigation neurophysiologique

riphériquesriques & investigation neurophysiologique Paralysies faciales périphp riphériquesriques & investigation neurophysiologique Michel R. Magistris Unité d Electroneuromyographie et des Affections Neuromusculaires SERVICE DE NEUROLOGIE HOPITAL CANTONAL

Plus en détail

Item 326 : ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE PARALYSIE FACIALE PERIPHERIQUE

Item 326 : ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE PARALYSIE FACIALE PERIPHERIQUE Item 326 : ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE PARALYSIE FACIALE PERIPHERIQUE Objectifs : Devant une paralysie faciale centrale ou périphérique, argumenter les hypothèses diagnostiques et justifier les

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Varicelle et grossesse Atelier Siemens, Mai 2013 L. Grangeot-Keros, Centre National des Infections rubéoleuses materno-fœtales Hôpital Paul Brousse, Villejuif

Plus en détail

Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT

Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT Consultations initiales pour herpès génital 1. ARMSTRONG GL,et al. Incidence of herpes simplex virus type 2 infection

Plus en détail

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014

Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014. Kim CAO CORP 06.11.2014 Glioblastome : Radiothérapie en association au bevacizumab Essais de phases III - 2014 Kim CAO CORP 06.11.2014 AVAglio RTOG 0825 Contexte : quels enjeux? 1 ère tumeur cérébrale maligne chez l adulte, classification

Plus en détail

! Atteinte sensorielle : Agueusie des 2/3 ant de la langue PARALYSIE FACIALE

! Atteinte sensorielle : Agueusie des 2/3 ant de la langue PARALYSIE FACIALE PARALYSIE FACIALE Paralysie faciale périphérique : diagnostic INOCCLUSION PALPÉBRALE = PATHOGNOMONIQUE Déficit inf et sup = PÉRIPHÉRIQUE Examen physique Partie HAUTE (œil et front) : Au repos : Effacement

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes préparé par F. Van Bambeke Antiherpétiques - année 2006 1 Propriétes du foscarnet inhibiteur de l AD polymérase

Plus en détail

PARALYSIE FACIALE PERIPHERIQUE DE L ENFANT

PARALYSIE FACIALE PERIPHERIQUE DE L ENFANT PARALYSIE FACIALE PERIPHERIQUE DE L ENFANT I DIAGNOSTIC CLINIQUE Le nerf facial étant un nerf moteur, sensitif, sensoriel et sécrétoire, le tableau clinique associe : des signes moteurs (signe de Charles

Plus en détail

SURINFECTION VIRALE AU COURS DES MICI. Seminaire de DES Gastro-entérologie Marine BESNARD

SURINFECTION VIRALE AU COURS DES MICI. Seminaire de DES Gastro-entérologie Marine BESNARD SURINFECTION VIRALE AU COURS DES MICI Seminaire de DES Gastro-entérologie Marine BESNARD INTRODUCTION o Utilisation croissante des immunomodulateurs dans les MICI o Nombreuses infections opportunistes

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

Table des matières. Connaissances. I. Orientation diagnostique devant

Table des matières. Connaissances. I. Orientation diagnostique devant Avant-propos à la troisième édition................................................ Avant-propos à la deuxième édition................................................ Les auteurs...................................................................

Plus en détail

Item 152: candida, dermatophytes

Item 152: candida, dermatophytes Item 87 Item 152: candida, dermatophytes Facteur favorisant (DB, macération, obésité, défaut d hygiène) à rechercher et à traiter Candida: pathogène peau; saprophyte muqueuse Enduit blanchâtre, détachable,

Plus en détail

PNEUMOPATHIE A HERPES EN REANIMATION

PNEUMOPATHIE A HERPES EN REANIMATION PNEUMOPATHIE A HERPES EN REANIMATION SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PNEUMOPATHIE A HSV DE L IMMUNOCOMPETENT EN REANIMATION Mythe ou réalitr alité? SAINT-LEGER MélanieM

Plus en détail

Traitement des herpès virus

Traitement des herpès virus Traitement des herpès virus Y.Yazdanpanah Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur C.H.Tourcoing CNRS URA 362, Lille Virus responsables d infection chez l homme HERPES VIRUS SIMPLEX

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

INFECTIONS NEUROMENINGEES. Dr Kaoutar JIDAR Service de Maladies infectieuses Hôpital Bichat Décembre 2010

INFECTIONS NEUROMENINGEES. Dr Kaoutar JIDAR Service de Maladies infectieuses Hôpital Bichat Décembre 2010 INFECTIONS NEUROMENINGEES Dr Kaoutar JIDAR Service de Maladies infectieuses Hôpital Bichat Décembre 2010 INTRODUCTION Les infections neuro-méning ningées regroupent l ensemble l des processus infectieux

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

Date d application : 09/09/2008 Approbateur(s) Dr V Gandemer, Responsable d Unité. N de version du document : 1 Gestionnaire : N.

Date d application : 09/09/2008 Approbateur(s) Dr V Gandemer, Responsable d Unité. N de version du document : 1 Gestionnaire : N. Unité d onco-hématologie pédiatrique IT 3.3.2.9 version n 1 page 1/7 Unité d onco-hématologie pédiatrique Prendre en charge des infections virales autres que le CMV chez le patient greffé Codification

Plus en détail

Clément Porte IMG 1 er semestre

Clément Porte IMG 1 er semestre Clément Porte IMG 1 er semestre Mme G, 57 ans, arrive aux urgences à 16h Adressée par son MT pour suspicion d AVC devant des signes apparus à 14h : Paralysie faciale droite de la partie inférieure du

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION)

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 ITEM N 20 : DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les éléments de prévention vis-à-vis des infections

Plus en détail

Les Formes Chroniques de Maladie de Lyme existent-elles? Nancy, le 10 novembre 2012 Pr Th. MAY

Les Formes Chroniques de Maladie de Lyme existent-elles? Nancy, le 10 novembre 2012 Pr Th. MAY Les Formes Chroniques de Maladie de Lyme existent-elles? Nancy, le 10 novembre 2012 Pr Th. MAY Cycle d Ixodes ricinus P.Parola, CID 2001;32 Définition 3 stades Primaire (early localised Lyme borreliosis)

Plus en détail

Rôle de Mycoplasma pneumoniae dans les encéphalites pédiatriques

Rôle de Mycoplasma pneumoniae dans les encéphalites pédiatriques Mémoire du DES de pédiatrie, soutenu le 23 Octobre 2008 Rôle de Mycoplasma pneumoniae dans les encéphalites pédiatriques Carine HALFONDOMENECH Université Claude Bernard Lyon1 23 Octobre 2008 HALFONDOMENECH

Plus en détail

Paralysies Faciales Périphériques Diagnostic et traitement. Pr Vincent DARROUZET

Paralysies Faciales Périphériques Diagnostic et traitement. Pr Vincent DARROUZET Paralysies Faciales Périphériques Diagnostic et traitement Pr Vincent DARROUZET ATTENTION! Toute PF progressive (>8J) doit faire suspecter un processus tumoral +++ Une PF récidivante doit faire évoquer

Plus en détail

L a névrite optique est une inflammation du nerf optique.

L a névrite optique est une inflammation du nerf optique. Quoi de neuf dans la prise en charge des névrites optiques inflammatoires? V. Biousse* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S On parle de névrite optique rétrobulbaire lorsque le nerf optique est

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Diagnostic positif : clinique +++ acroparesthésies nocturnes des 4 derniers doigts Diagnostic de gravité : hypoesthésie déficit moteur : opposition pouce-index impossible (aspect

Plus en détail

Diagnostic des méningites et encéphalites virales. DCEM1 2008-2009 Diane Descamps, Thomas Mourez, Bénédicte Roquebert

Diagnostic des méningites et encéphalites virales. DCEM1 2008-2009 Diane Descamps, Thomas Mourez, Bénédicte Roquebert Diagnostic des méningites et encéphalites virales DCEM1 2008-2009 Diane Descamps, Thomas Mourez, Bénédicte Roquebert Méningites virales Syndrome méningé: inflammation strictement limitée aux méninges LCR

Plus en détail

MÉNINGITES INFECTIEUSES

MÉNINGITES INFECTIEUSES Méningites infectieuses MÉNINGITES INFECTIEUSES Généralités Virales +++ (entérovirus) = bénignes (sauf VIH, polio) Bactériennes = MEJPV ++, PEC précoce optimale Fongiques (cryptocoque chez ID) Méningo-encéphalite

Plus en détail

Les urgences en ORL. Dr A. Dupret-Bories 31/03/2012

Les urgences en ORL. Dr A. Dupret-Bories 31/03/2012 Les urgences en ORL Dr A. Dupret-Bories 31/03/2012 Plan 1. Les urgences respiratoires et les urgences digestives hautes 2. Les urgences hémorragiques 3. Les urgences infectieuses 4. Les urgences otologiques

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014

Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014 Syndrome de la queue de cheval et délai optimal de chirurgie de décompression Arnaud GILLE Symposium octobre 2014 ATCD : Cas clinique Mlle M. 29 ans Hernie discale lombaire ancienne (niveau indéterminé)

Plus en détail

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes La famille des Herpesviridae comporte une centaine d espèces virales dont 8 sont responsables d infections strictement humaines : HSV-1 et -2, VZV, CMV, HHV6, EBV, HHV7 et HHV8. Ce sont des virus enveloppés

Plus en détail

Surdité (294) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Novembre 2005

Surdité (294) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Novembre 2005 Surdité (294) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Novembre 2005 Pré-requis : Polycopié d ORL, Pr Reyt, Pr Charachon Précis d ORL. M. Portmann, Ed. Masson 1982 Décision en ORL, F. Chabolle, E-N Garabédian, Ed. Vigot

Plus en détail

MENINGITE A LIQUIDE CLAIR. Pr N. BOULAKEHAL SERVICE DES MALADIES INFECTIEUSES CHU de Constantine

MENINGITE A LIQUIDE CLAIR. Pr N. BOULAKEHAL SERVICE DES MALADIES INFECTIEUSES CHU de Constantine MENINGITE A LIQUIDE CLAIR Pr N. BOULAKEHAL SERVICE DES MALADIES INFECTIEUSES CHU de Constantine OBJETIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une méningite à liquide clair Enumérer les principales étiologies Identifier

Plus en détail

Place de la virologie dans la prise en charge des méningo-encéphalites

Place de la virologie dans la prise en charge des méningo-encéphalites Place de la virologie dans la prise en charge des méningo-encéphalites DUACAI Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 1.2 Table des matières

Plus en détail

Infection Congénitale à Cytomégalovirus

Infection Congénitale à Cytomégalovirus Infection Congénitale à Cytomégalovirus Zahra Marrakchi Néonatologie Hôpital Charles Nicolle Tunis STPI, 24 avril 2009 IMF à CMV Infection virale materno-fœtale la plus fréquente - 1% des NN naissent viruriques

Plus en détail

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS

Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique. Dr C Bradstreet Service de médecine interne SEMINAIRES IRIS Approche diagnostique et thérapeutique du purpura thrombocytopénique idiopathique Dr C Bradstreet Service de médecine interne Séminaire des services d urgence Campus Érasme Définition Pathologie acquise

Plus en détail

Événements neurologiques sous anti TNFα: association fortuite?

Événements neurologiques sous anti TNFα: association fortuite? Événements neurologiques sous anti TNFα: association fortuite? E. Bertolini, C. Sordet, RM. Javier, J. Sibilia, JL. Kuntz Service de Rhumatologie de Strasbourg Observation clinique 1 Mme M. 47 ans, PR

Plus en détail

Antiviraux. Les substances utilisées sont des analogues des nucléosides : elles bloquent la synthèse des acides nucléiques.

Antiviraux. Les substances utilisées sont des analogues des nucléosides : elles bloquent la synthèse des acides nucléiques. Antiviraux I. Généralités Médicaments anti-infectieux utilisés dans la prévention / le traitement de maladies virales : - hépatites virales chroniques - infections à herpesvirus (herpes cutané, génital,

Plus en détail

Infections à Herpesviridae

Infections à Herpesviridae Les herpès virus comprennent le groupe HSV (HSV-1, HSV-2), le virus de la varicelle et du zona (VZV), le virus de la mononucléose infectieuse (EBV), le cytomégalovirus (CMV), l HHV-6, l HHV-7 et l HHV-8.

Plus en détail

Paralysie faciale à frigore: quelle prise en charge précoce? Thill MP Service d ORL et de chir cervico-faciale CHU St Pierre Bruxelles

Paralysie faciale à frigore: quelle prise en charge précoce? Thill MP Service d ORL et de chir cervico-faciale CHU St Pierre Bruxelles Paralysie faciale à frigore: quelle prise en charge précoce? Thill MP Service d ORL et de chir cervico-faciale CHU St Pierre Bruxelles 1 2 3 Rétrécissement du canal de Fallope en 1ère portion RAPPEL PHYSIOLOGIQUE

Plus en détail

Les Méningites. Hervé TISSOT DUPONT. Service de Maladies Infectieuses Hôpital de la Conception

Les Méningites. Hervé TISSOT DUPONT. Service de Maladies Infectieuses Hôpital de la Conception Les Méningites Hervé TISSOT DUPONT Service de Maladies Infectieuses Hôpital de la Conception Méningite aiguë : définition Syndrome méningé Syndrome infectieux Plus de 10 cellules/mm 3 dans le LCR La présence

Plus en détail

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Motif non rare de consultation. Urgence diagnostique et thérapeutique. Pronostic

Plus en détail

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Généralités 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 138,5 /100 000 11 700 décès /cancer du sein /an Taux brut : 38,5 /100 000 35,7%

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET La névralgie post-herpétique Un problème assez fréquent Incidence de 4 à 11,8

Plus en détail

LE ZONA AURICULAIRE JM THOMASSIN*, F BRACCINI*, J PARIS*, ZANDOTTI CH**, MARCIANO S***, BISSCHOP G DE****.

LE ZONA AURICULAIRE JM THOMASSIN*, F BRACCINI*, J PARIS*, ZANDOTTI CH**, MARCIANO S***, BISSCHOP G DE****. LE ZONA AURICULAIRE JM THOMASSIN*, F BRACCINI*, J PARIS*, ZANDOTTI CH**, MARCIANO S***, BISSCHOP G DE****. RESUME Le zona correspond à une manifestation de récurrence du virus varicelle-zona (VZV). Son

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 Juin 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 Juin 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 06 Juin 2012 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 21/09/2007 (JO du 07/04/2009). ZELITREX 500 mg, comprimé pelliculé B/10

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Introduction 2 complications dans l OVCR : OM Ischémique : HIV, GNV Pour définir le risque

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 avril 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 avril 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 28 avril 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 30 décembre 2004 (JO du 12 janvier 2005) HYALGAN 20 mg/2 ml, solution

Plus en détail

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014.

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. DUVEAU Nicolas Bibliographie janvier 2015 Maladie de l Appareil Digestif CHRU

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité technique des vaccinations Réseau Mater Sud Est- Lyon 24 novembre 2009

Plus en détail

Infections virales de la peau

Infections virales de la peau Infections virales de la peau Infections virales de la peau Herpesvirus: HSV1 (et 2) Virus de la varicelle et du zona: VZV Rougeole Rubéole ErythrovirusB19 (Parvovirus B19) Papillomavirus Poxvirus: virus

Plus en détail

Infections à herpès virus de l enfant et de l adulte immunocompétent

Infections à herpès virus de l enfant et de l adulte immunocompétent Examen National Classant Module transdisciplinaire 7 : Santé, environnement, maladies transmissibles Infections à herpès virus de l enfant et de l adulte immunocompétent Varicelle et zona C. BEYLOT (Bordeaux),

Plus en détail

Quel bilan pour le diagnostic de SEP?

Quel bilan pour le diagnostic de SEP? Quel bilan pour le diagnostic de SEP? Questions Quel bilan complémentaire doit-il être proposé devant un épisode démyélinisant inaugural? Quelles autres pathologies (que la SEP ou un épisode démyélinisant

Plus en détail

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE Page 1 sur 7 Mots-clés : Herpès ; nouveau-né ; grossesse Nom Fonction Date Signature Rédaction E BOEZ PH CH Roubaix Avril 08 Validation GEN NPDC PENDANT LA GROSSESSE A) DIAGNOSTIC Le diagnostic repose

Plus en détail

Herpès néonatal quoi de neuf de 2002 à 2014

Herpès néonatal quoi de neuf de 2002 à 2014 Herpès néonatal quoi de neuf de 2002 à 2014 Y.AUJARD Pôle de périnatologie Hôpital ROBERT DEBRE - PARIS Déclaration de liens d intérêt Professeur Yannick AUJARD Je n ai pas de lien d intérêt potentiel

Plus en détail

HERPES GENITAL ET GROSSESSE : Mesure de prévention de la transmission materno-foetale

HERPES GENITAL ET GROSSESSE : Mesure de prévention de la transmission materno-foetale version 4 page 1/6 Référence : RSN/PR/REA.O/008/C Date de 1 ère mise en service : 10/05/2000 N Date de la version modification 1 13/03/2003 2 09/05/2004 3 07/06/2012 Suivi des modifications Objet de la

Plus en détail

«Ce n est pas les médecins qui nous manquent, c est la médecine»"

«Ce n est pas les médecins qui nous manquent, c est la médecine» «Ce n est pas les médecins qui nous manquent, c est la médecine»" MONTESQUIEU! Jeudi 4 mars 2016" Jacquier Sophie" " " MADAME H. 23 ANS Antécédents personnels :" Appendicectomie" Avulsion des dents de

Plus en détail

Comment prescrire les corticoïdes inhalés chez les nourrissons à la lumière des publications récentes? Christophe Marguet

Comment prescrire les corticoïdes inhalés chez les nourrissons à la lumière des publications récentes? Christophe Marguet Comment prescrire les corticoïdes inhalés chez les nourrissons à la lumière des publications récentes? Christophe Marguet Asthme du nourrisson ou siffleur récurrent : un syndrome Phénotypes sont essentiels

Plus en détail

LES SURDITÉS DE PERCEPTION

LES SURDITÉS DE PERCEPTION LES SURDITÉS DE PERCEPTION Appareil de transmission Oreille externe oreille moyenne (tympan, osselets) Appareil de perception Oreille interne VII I. DIAGNOSTIC D'UNE SURDITÉ DE PERCEPTION. A. ACOUMÉTRIE

Plus en détail

HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE

HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE HERNIES CERVICALE ET LOMBAIRE INTRODUCTION Hernie discale : débord disque Membre inférieur: Sciatique Cruralgie Membre supérieur Névralgie cervico-brachiale (NCB) RAPPELS ANATOMIQUES L5 Racine S1 S1 PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 Cancer et VIH Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 JNI Lyon - Juin 2009 Cancer et VIH : des interfaces physiopathogéniques communes Deficit

Plus en détail

Le traitement chirurgical du canal lombaire rétréci À propos de 26 cas

Le traitement chirurgical du canal lombaire rétréci À propos de 26 cas Le traitement chirurgical du canal lombaire rétréci À propos de 26 cas A. Benzemrane, N.Diaf, K.Hachelaf, Y.Guidoum, A.Mekhaldi Service «COB» EHS de Douéra Objectif de l étude Evaluation de l efficacité

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

Institut Pasteur, Paris, décembre 2009. Définitions. EHPAD ou Nursing Homes:

Institut Pasteur, Paris, décembre 2009. Définitions. EHPAD ou Nursing Homes: Hôpital Charles Foix (AP HP) Institut Pasteur, Paris, décembre 2009 CEMI 14-14/12/2009 Définitions EHPAD ou Nursing Homes: Définitions comparables (Strausbaugh 2000) Chambres médicalisées permettant l'accueil

Plus en détail

Herpès simplex et zoster pour le praticien

Herpès simplex et zoster pour le praticien Patient de 26 ans Herpès simplex et zoster pour le praticien Premier épisode de «bouton de fièvre» Consulte en pharmacie Pas d amélioration des symptômes après 5 jours malgré l application d une crème

Plus en détail

Impédance. A. Vocale

Impédance. A. Vocale SURDITES Déficit de l audition Ressentie ou non par le patient Causes variables Diagnostic rapide chez l enfant Prise en charge adéquate Que faire? Objectiver l hypoacousie ressentie Cibler le terrain

Plus en détail

EL AMEEN Ala a Service du Professeur E. SOUIED Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil

EL AMEEN Ala a Service du Professeur E. SOUIED Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil Service du Professeur E. SOUIED Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil INTRODUCTION DMLA: principale cause sévère et irréversible de perte de vision dans les pays développés (> 65ans)

Plus en détail

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013 MIE 20. Diagnostic et suivi des infections per placentaires (pathologie congénitale) et du per partum (infection néonatale): le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item

Plus en détail

Guillain Barré syndrome

Guillain Barré syndrome Guillain Barré syndrome GB et Strohl: il y a 1 siècle (mais avant eux Landry en 1859!) Paralysie aiguë avec aréflexie Récupération spontannée Dissociation albubinocytologique Epidemiologie Incidence: 1.2

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

ZONA OTITIQUE : à propos de trois cas et revue de littérature.

ZONA OTITIQUE : à propos de trois cas et revue de littérature. ZONA OTITIQUE : à propos de trois cas et revue de littérature. Ibrahim FERGOUG, Selslet Attou, A. Moulai Ali, N. Litim, A. Sedjai Service ORL CHU Oran, Oran INTRODUCTION : C est un zona aigu affectant

Plus en détail

Le réseau Sentinelles Corse

Le réseau Sentinelles Corse Le réseau Sentinelles Corse Christophe Arena 1 ère 1 JRVS de Corse 15 octobre 2013 Le réseau Sentinelles Réseau d environ 1300 médecins généralistes (2,2% des MG français), volontaires et bénévoles. Répartis

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine les spécialités suivantes :

Plus en détail

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Céline Bouchard, MD, FRCSC Professeure agrégée de clinique Département d obstétrique & gynécologie 1 1 Objectifs En contraception hormonale,

Plus en détail

Entérovirus 71 : un entérovirus comme les autres? L entérovirus 71 est-il parmi nous?

Entérovirus 71 : un entérovirus comme les autres? L entérovirus 71 est-il parmi nous? Entérovirus 71 : un entérovirus comme les autres? L entérovirus 71 est-il parmi nous? Dr Audrey MIRAND Laboratoire de Virologie Centre National de Référence des Enterovirus et Parechovirus - Laboratoire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 BONVA 3 mg solution injectable en seringue pré-remplie Boîte de 1 seringue pré-remplie en verre de 3 ml avec 1 aiguille : 376 871.8 Boîte de 4 seringues

Plus en détail

Les troubles sensitifs «Ca vous chatouille ou ça vous gratouille?» Dr Matthieu Rutgers & Dr Luca Leone Ateliers Pluridisciplinaires des Cliniques de l Europe 27 novembre 2010 les troubles sensitifs > Rappel

Plus en détail

Les indicateurs de pratique clinique : mode d emploi Etats généraux de l AVC 21 octobre 2010

Les indicateurs de pratique clinique : mode d emploi Etats généraux de l AVC 21 octobre 2010 Les indicateurs de pratique clinique : mode d emploi Etats généraux de l AVC 21 octobre 2010 Marie Erbault Yann L Hermitte Haute Autorité de Santé Direction de l amélioration de la qualité et de la sécurité

Plus en détail

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu

Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Journée rencontre Hem-Fr et Waldenström Vienne, 26 septembre 2009. Session /Questions réponses Dr Xavier Leleu Waldenström et hérédité : La MW ne se transmet pas génétiquement. On ne connait pas à l heure

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

Item 84 Infection par l herpès virus

Item 84 Infection par l herpès virus o Item 84 Infection par l herpès virus Objectifs pédagogiques Nationaux Préciser les complications de la maladie herpétique chez la femme enceinte, le nouveau-né et l atopique. CEN Connaissances requises

Plus en détail

L'Herpès. La pathologie herpétique se traduit par deux choses: une primo infection et des récurrences

L'Herpès. La pathologie herpétique se traduit par deux choses: une primo infection et des récurrences L'Herpès Une fois que l'on est contaminé on ne s'en débarrasse jamais. C'est une pathologie récurrente la transmission se fait par les sécrétions salivaires et vaginales il y a 2 types d'herpès: HSV1 et

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 Copyright CMIT ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS

Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 Copyright CMIT ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et traiter une poussée d herpès cutané et

Plus en détail

décompensation cardiaque

décompensation cardiaque Les actualités dans la décompensation cardiaque Etude SHIFT Etude EMPHASIS HF Etude ASCEND HF Etude chocolat Systolic Heart failure treatment with the I f inhibitor ivabradine Trial SHIFT: contexte Une

Plus en détail

Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer?

Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer? Mémoire DES Pédiatrie Rhône-Alpes Lyon Promotion 2003 Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer? Fleur Cour-Andlauer 23 Octobre 2008 ANDLAUER Fleur 1 Méningites Bactériennes en

Plus en détail

Fiche technique : Conduite à tenir devant une neuropathie optique inflammatoire Club de Neuro-ophtalmologie francophone (CNOF)

Fiche technique : Conduite à tenir devant une neuropathie optique inflammatoire Club de Neuro-ophtalmologie francophone (CNOF) Fiche technique : Conduite à tenir devant une neuropathie optique inflammatoire Club de Neuro-ophtalmologie francophone (CNOF) http://www.neuro-ophtalmologie-club.org Pr Jérôme De Sèze (Strasbourg) Dr

Plus en détail

ECTRIMS 2010 13 16 Octobre 2010 Göteborg, Suède

ECTRIMS 2010 13 16 Octobre 2010 Göteborg, Suède brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage Tous les résumés ont été faits à partir des données publiées dans le livre des «Abstracts» édité par la revue «Multiple Sclerosis».

Plus en détail

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté

Plus en détail