CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES"

Transcription

1 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES Syndicat National de la Restauration Collective 9 rue de la TrÄmoille PARIS TÄl : Fax :

2 OBSERVATIONS PRÄALABLES La Convention Collective Nationale pour le personnel de la Restauration de collectivitäs du 20 juin 1983 a fait, depuis sa signature, l objet de nombreux avenants ou accords rendant sa lecture complexe. Dans le souci de rendre la Convention Collective accessible Å tous, salariäs et employeurs, le Syndicat National de la Restauration Collective a räalisä un travail d intägration de tous ces textes. Un certain nombre de principes ont ÄtÄ retenus : - les articles ont ÄtÄ regroupäs dans des titres par thñmes et l ancienne numärotation est reproduite entre parenthñses, - quand une partie du texte d origine a ÄtÄ modifiäe par un avenant, nous avons intägrä cette modification Å la place de la partie du texte modifiäe ; - quand le texte d origine a ÄtÄ totalement rääcrit dans le cadre d un avenant ou d un accord, nous avons intägrä l accord ou l avenant Å la place du texte d origine en reprenant la numärotation des articles de la convention collective. Nous avons Ägalement choisi de conserver les präambules afin de mieux apprähender les motivations des signataires ; - les dispositions des avenants, enträes en vigueur mais pour lesquelles la procädure d extension est en cours Å ce jour, ont ÄtÄ reprises dans ce texte et figurent en italique ; Le texte de la Convention Collective peut Ötre assorti de commentaires du Syndicat National de la Restauration Collective. Ils apparaissent en italique, präcädäs d un Une liste complñte des avenants et de leurs signataires figure Å la fin de la convention collective. EN CAS DE CONTESTATION, SEULS FONT FOI LES TEXTES DÜPOSÜS AU GREFFE DU CONSEIL DES PRUD HOMMES. 2

3 SOMMAIRE DE LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES TITRE I CONDITIONS GENERALES D APPLICATION DE LA CONVENTION Champ d application (art. 1) EntrÄe en vigueur, duräe et dänonciation (art. 2) Modifications (art. 3) Avantages acquis (art. 32) DÄpát de la convention (art. 38) AdhÄsion Å la convention (art. 39) Extension de la convention (art. 40) ProcÄdure de conciliation (art. 37) TITRE II REPRÄSENTATION DU PERSONNEL Libre exercice du droit syndical et libertä d opinion des travailleurs (art. 4) Droit syndical RÄunions syndicales nationales Commissions paritaires professionnelles nationales DÄlÄguÄ syndical CrÅdit d heures des dålåguås syndicaux ReprÉsentants Élus du personnel ComitÅ d entreprise (art. 5) DÄlÄguÄs du personnel (art. 6) TITRE III CONTRAT DE TRAVAIL Conditions d embauche des salariäs Embauche (art. 7) PÅriode d essai (art. 12) DÄtachement temporaire (art. 8) Promotion (art. 34) CongÉs payés CongÄs annuels (art. 17) DÄpart en congäs annuels (art. 18) CongÄs späciaux (art. 19) CongÄs à Äducation ouvriñre â (art. 20) 3

4 Jours fériés (art. 21) Emploi de certaines catégories de travailleurs Emploi des femmes (art. 15-1) Emploi des jeunes (art. 15-2) Emploi des apprentis (art. 15-3) Emploi des travailleurs Ätrangers (art. 15-4) Emploi des handicapäs (art. 15-5) Emploi des salariäs Å temps partiel (art. 15-6) Coupures quotidiennes (art ) Heures complämentaires (art ) Temps partiel annualisä (art ) Emploi des salariäs intärimaires (art. 15-7) Emploi des salariäs sous contrat Å duräe däterminäe (art. 15-8) Etablissements Å activitä continue (art. 36) Prime d activitå continue (art. 36-1) Prime de service minimum (art. 36-2) Travail intermittent dans le secteur scolaire Avenant nä 6 Champ d application DÄfinition Contrat de travail intermittent RÄmunÄration Garanties individuelles Garanties collectives Dispositions conventionnelles ModÑle de präsentation des clauses minimales ModÑle de document de mise Å jour annuelle des päriodes travailläes Succession d employeurs (art. 33) Avenant nä 3 Champ d application EntrÄe en vigueur Poursuite des contrats de travail Avantages individuels Avantages collectifs ModalitÄs de passation des contrats Refus par le salariä du maintien de son contrat de travail ReprÄsentants du personnel Commission de conciliation Absences pour maladie et accident Maladie InvaliditÄ däfinitive - DÄcÑs (art. 25) Garantie d emploi Indemnisation maladie Conditions d indemnisation Capital däcñs Accidents du travail et maladies professionnelles (art. 26) Garantie d emploi Indemnisation accidents du travail Conditions d indemnisation 4

5 Conditions de rupture des contrats de travail PrÅavis et recherche d emploi des contrats Ç duråe indåterminåe (art. 13) IndemnitÄ de licenciement (art. 14) Certificat de travail (art. 31) DÉpart Ñ la retraite (art. 35) DÄpart Å la retraite Mise Å la retraite IndemnitÄ de däpart Å la retraite Pour les employäs et les agents de maãtrise Pour les cadres Retraite complémentaire (art. 27) TITRE IV DUREE DU TRAVAIL (art.9) Dispositif relatif au mandatement DurÄe du travail (art. 9-1) Temps de repas Temps d habillage/dåshabillage Dispositions particuliéres au personnel d encadrement - Cadres supärieurs - Personnel d encadrement dont les horaires de travail sont contrñlables - Personnel d encadrement pour lequel tout contrále des horaires de travail relñve de l autocontrále - Dispositions gånårales concernant l encadrement Organisation du travail (art. 10) Horaires de travail (art. 10-A) Horaires däcaläs (art. 10-B) - Dans les restaurants - Dans les bureaux et siñges sociaux Choix possibles d organisation (art. 10-C) - Octroi de jours de repos (art.10-c-1 - Annualisation du temps de travail (art. 10-C-2) - Organisation du travail par cycle (art. 10-C 3) Compte Epargne Temps (art. 10-D) - Alimentation du compte - Utilisation du compte Utilisation par les salariäs DÅpart de l entreprise ou transfert du contrat de travail en cas de ^passation de marchå - RÅmunÅration de l Åpargne temps - Accord automatique de prise des jours ÄpargnÄs Heures supplämentaires (art. 10-E) Repos compensateur (art. 10-F) Repos quotidien (art. 10-G) Repos hebdomadaire (art. 10-H) Remplacement du gärant (art. 10-I) 5

6 TITRE V CLASSIFICATIONS DES EMPLOIS ET SALAIRES (Art. 16bis) Avenant nö 21 Classification des emplois (art. 16bis A) Grille de classifications (art. 16bis A-1) - Grille (art. 16bis A-1-1) - LÄgende (art. 16bis A-1-2) AccÑs au statut à Agent de maãtrise â (art. 16bis A-2) AccÑs au statut à Cadre â (art. 16bis A-3) Insertion professionnelle (art. 16bis A-6) DÄfinition du salaire minimum mensuel de la restauration collective (Art 16) Salaire de base minimum (art. 16bis B) Revenu minimum mensuel(art. 16bis C) Revenu minimum annuel(art. 16bis D) Prime d anciennetå d entreprise (art. 11) Bulletin de paie (art. 30) TITRE VI FORMATION PROFESSIONNELLE ET APPRENTISSAGE Formation professionnelle (art. 28) Accord sur les objectifs et moyens de la formation du 24 mai 1994 Accord sur l insertion des jeunes par la formation en alternance du 9 avril 1985 Accord relatif Å la formation professionnelle dans la branche de la restauration collective du 7 fävrier 2005 Champ d application (art. 1) Plan de formation (art. 2) - actions d adaptation au poste de travail (art. 2-1) - actions de formation liåes Ç l Åvolution des emplois ou qui participent au maintien dans l emploi (art. 2-2) - actions de formation ayant pour objet le däveloppement des compätences des salariäs (art. 2-3) DÅveloppement de la professionnalisation des jeunes, des demandeurs d emploi et de certains publics salariås (art.3) - Contrat de professionnalisation (art. 3-1) - PÄriode de professionnalisation (art. 3-2) - DÄveloppement de la fonction tutorale (art.3-3) Droit individuel Å la formation (art. 4) - Mise en œuvre (art. 4-1) - duräe (art. 4-2) - SalariÄs intermittents (art. 4-4) - ProcÄdure (art 4-5) Conditions Cas de refus Report de la demande - PrioritÄs (art RÄsiliation (art. 4-7) - TransfÄrabilitÄ (art. 4-8) - Financement (art. 4-9) DIF prioritaires DIF non prioritaires Titre späcial de paiement (art. 5) Objectifs, prioritäs et moyens de la formation professionnelle (art. 6) - Entretien professionnel (art. 6-1) 6

7 - Passeport formation (art. 6-2) - Validation des acquis de l expårience (art. 6-3) Observatoire prospectif des mätiers et des qualifications (art. 7) TITRE VII HYGIENE ET SECURITE (art. 29) Formation des membres des CHSCT dans les entreprises de moins de 300 salariäs SantÄ au travail et prävention des risques professionnels (Avenant nä36) Champ d application (art. 1) Evaluation et prävention des risques professionnels (art. 2) ComitÄ d hygiñne de säcuritä et des conditions de travail CHSCT (art. 3) Formation (art. 4) CrÄation du ComitÄ national paritaire (art. 5) Attributions du comitä paritaire national (art. 6) Composition, fonctionnement et moyens du comitä national paritaire (art. 7) Services de santä au travail (art. 8) TITRE VIII DISPOSITIONS DIVERSES Nourriture (art. 22) Uniformes et vötements personnalisäs (art. 23) Fourniture et blanchissage des vötements de travail (art. 24) Travail au froid (avenant nä 24) Travail de nuit (avenant nä 29) DÄfinition du travail de nuit (art. 1) DÄfinition du travailleur de nuit (art. 2) DurÄe du travail et pauses (art. 3) Contreparties au travail de nuit (art. 4) - Repos compensateur (art. 4-1) - Majoration des heures de nuit (art. 4-2) Conditions de travail des travailleurs de nuit (art. 5) - Protection de la santä du travailleur de nuit (art. 5-1) Surveillance mädicale renforcäe (art. 5-1-a) Obligation de reclassement (art. 5-1-b) - PrioritÄ pour un emploi de jour (art. 5-2) - EgalitÄ de traitement (art. 5-3) - Respect des obligations familiales impärieuses (art. 5-4) - Protection de la maternitä (art. 5-5) CHSCT (art. 6) TITRE IX RAPPORT ANNUEL SUR L EMPLOI ET LES SALAIRES EFFECTIFS DANS LA BRANCHE Avenant nä 7 et son annexe Accord paritaire relatif Å la mise en place de critñres pertinents dans le cadre de l ÄgalitÄ professionnelle ANNEXES Protocole d accord relatif aux conditions d emploi et de travail des employås Ç temps partiel dans l industrie hñteliére 7

8 Annexe Ç l avenant nö 21 : Formation des EmployÄs Techniques de Restauration (ETR) Formation des EmployÄs QualifiÄs de Restauration (EQR) Glossaire Fiches de fonction Extraits de l accord collectif professionnel du 15 däcembre 2004 relatif Å la formation professionnelle tout au long de la vie dans les mätiers de l hátellerie, de la restauration et des activitäs annexes. Liste des avenants Ñ la convention collective nationale pour le personnel des entreprises de restauration de collectivités 8

9 TITRE I CONDITIONS GENERALES D APPLICATION DE LA CONVENTION CHAMP D APPLICATION (Article 1 er ) Tel que modifiå par l avenant nö 16 du 7 fåvrier 1996 La pråsente Convention Collective Nationale, conclue en application du titre 3 du livre premier du code du travail, tel qu il råsulte de la loi nö du 13 novembre 1982, régle les rapports entre l ensemble des employeurs et des salariås travaillant en France måtropolitaine dans la branche professionnelle de la restauration collective. La restauration collective Ç but lucratif ou non lucratif recouvre toutes les activitås, relevant des codes NAF 55.5 A et 55.5 C, exercåes Ç titre principal, consistant Ç pråparer et Ç fournir des repas, ainsi que toutes prestations qui leurs sont associåes, aux personnes dans leur cadre de travail et/ou de vie, Ç l intårieur de collectivitås publiques ou privåes, Ç but lucratif ou non lucratif, dont les secteurs sont : - entreprise et administration, - enseignement, - hospitalier, - personnes ÜgÅes (foyers, råsidences avec services, maisons de retraite), - social, mådico-social, Ç l exclusion de l avitaillement ferroviaire, maritime et aårien. Elle s applique Ç l ensemble du personnel, y compris celui des siéges sociaux et bureaux rågionaux. Les dispositions lågales ou conventionnelles globalement plus favorables qui interviendraient dans le cadre des mesures pråvues par la pråsente convention se substitueraient Ç celle-ci, ou feraient l objet d une adaptation, mais ne pourraient se cumuler. ENTREE EN VIGUEUR, DUREE ET DENONCIATION (Article 2) La präsente convention conclue pour une duräe indäterminäe entre en vigueur au jour de son extension nationale par arrötä ministäriel et s applique Å partir de cette date. Elle peut Ötre dänoncäe globalement selon les dispositions prävues Å l article L du code du travail moyennant un präavis de trois mois. La dänonciation globale par l une des parties contractantes est portäe Å la connaissance des autres parties par lettre recommandäe avec demande d avis de räception. Le point de däpart du präavis est la date de räception de la dänonciation. Les effets de la dänonciation sont ceux prävus Å l article L du code du travail (article 4 de la loi nä du 13 novembre 1982). MODIFICATIONS (Article 3) Chaque partie signataire peut demander des modifications Å la präsente convention. Toute demande de rävision devra Ötre portäe, par lettre recommandäe avec accusä de räception, Å la connaissance des autres parties contractantes. Elle devra mentionner les points dont la rävision est demandäe et les propositions formuläes en remplacement. Une commission paritaire mixte devra se räunir dans un dälai qui ne pourra excäder 2 mois Å compter de la date de räception de la demande de modification pour examiner et Äventuellement conclure un accord sur les propositions däposäes. Si les modifications proposäes ne font pas l objet d un accord sous forme d avenant, la Convention Collective reste en l Ätat. 9

10 AVANTAGES ACQUIS (Article 32) 1. Les avantages acquis par la präsente convention ne pourront, en aucun cas, Ötre une cause de restriction aux avantages acquis, antärieurement Å la date de la signature de la präsente convention, par le salariä dans l entreprise qui l emploie. 2. Les dispositions de la präsente convention s imposent aux rapports näs de contrats individuels, d Ätablissements et d entreprises, sauf si les clauses de ce contrat sont plus favorables au travailleur que celles de la convention. 3. Les avantages reconnus par la präsente convention, ne peuvent en aucun cas s interpräter comme s ajoutant aux avantages däjå acquis pour le möme objet dans certaines entreprises. 4. La Convention Collective Nationale ne constituant qu un minimum de garanties sociales, des accords plus avantageux pourront Äventuellement Ötre conclus au niveau des entreprises. DEPOT DE LA CONVENTION (Article 38) ConformÅment Ç l article L du code du travail, la pråsente convention sera dåposåe en cinq exemplaires auprés de la Direction DÅpartementale du Travail de Paris par la partie la plus diligente. Un exemplaire sera adresså au secråtariat greffe du Conseil des Prud hommes de Paris, sachant que la date d entråe en vigueur est dåterminåe par l article 2. ADHESION A LA CONVENTION (Article 39) ConformÅment Ç l article L du code du travail, toute organisation syndicale qui n est pas portåe au pråsent accord peut y adhårer ultårieurement. L adhåsion est valable Ç partir du jour qui suit celui du dåpñt pråvu Ç l article L du code du travail. EXTENSION DE LA CONVENTION (Article 40) Les parties contractantes sont d accord pour demander au Ministre des Affaires Sociales et de la SolidaritÅ que les dispositions de la pråsente convention soient rendues obligatoires pour tous les employeurs et salariås compris dans le champ d application de ladite convention. A cet Ågard, il est rappelå que la pråsente convention ne prendra effet, máme entre les parties signataires, qu aprés la publication de l arrátå ministåriel d extension pråvu Ç l article L du code du travail. CONCILIATION (Article 37) Il est instituä une commission de conciliation composäe de deux repräsentants par organisation syndicale de salariäs et d autant de membres des syndicats patronaux signataires. Tous les diffärends collectifs peuvent Ötre soumis Å la commission de conciliation. Le secrätariat de la commission est assurä par le service administratif du syndicat national des chaãnes d hátels et restaurants, section restauration collective, oå est fixä le siñge de la commission 22, avenue de la Grande ArmÄe Å Paris XVII. * *devenu SNRC, 9 rue de la TrÄmoille Å Paris VIII La commission de conciliation est saisie, par Äcrit, par la partie la plus diligente qui doit exposer succinctement le diffärend ; elle doit se räunir dans un dälai maximum de 15 jours Å compter de la demande de conciliation. 10

11 La commission prävoit elle-möme les conditions de son fonctionnement. La commission formule Å la majoritä absolue des propositions de conciliation. Un procñs-verbal de conciliation est rädigä et signä par les parties präsentes et däposä au greffe du Conseil des Prud hommes. Celui-ci produit un effet obligatoire et prend forme exäcutoire. Si la commission ne parvient pas Å formuler de proposition de conciliation, ou si les parties (ou l une d entre elles) refusent d accepter les propositions formuläes, il sera Ätabli un procñs-verbal motivä de non-conciliation signä par les membres de la commission. Le temps d absence, du ou des däläguäs conciliateurs appartenant Å l entreprise ou aux entreprises dans lesquelles est apparu le diffärend collectif näcessitant la conciliation, sera considärä comme temps de travail et rämunärä normalement par l entreprise. Les däplacements des conciliateurs des organisations syndicales sont remboursäs Å raison de 2 par syndicat, conformäment aux conditions de l article 4. 11

12 TITRE II REPRESENTATION DU PERSONNEL LIBRE EXERCICE DU DROIT SYNDICAL ET LIBERTE D OPINION DES TRAVAILLEURS (Article 4) Droit syndical Les parties contractantes reconnaissent l entiére libertå, aussi bien pour les travailleurs que pour les employeurs, de s associer pour la dåfense collective des intåráts affårents Ç leur condition de travailleurs et d employeurs ainsi que la pleine libertå pour les syndicats d exercer leur action dans le cadre de la loi et des autres dispositions conventionnelles. La libertå d affichage des communications syndicales s entend sur panneaux installås et dåsignås Ç cet effet dans des endroits accessibles Ç l ensemble du personnel du lieu de travail. SimultanÅment Ç l affichage, un exemplaire est remis Ç la direction ou Ç un de ses repråsentants. Le recouvrement des cotisations est effectuå conformåment Ç la loi, article L du code du travail. La diffusion des publications et tracts de nature syndicale est autorisåe : soit pendant le temps de repas du personnel sur le lieu de travail (midi, et le soir pour les restaurants assurant un service du soir), soit dans les vestiaires aux heures d entråe et de sortie du personnel et dans l un et l autre cas en dehors de la vue de la clientéle. Le contenu des affiches, publications et tracts est librement dåterminå par l organisation syndicale, sous råserve de l application des dispositions relatives Ç la presse. Les sections syndicales exercent leur droit de råunion conformåment aux dispositions de l article L du code du travail. L heure mensuelle d information syndicale par centrale syndicale repråsentative est instituåe dans les conditions suivantes : cette heure est prise sur le temps de travail et payäe comme tel, elle est situäe en fin de journäe, le service Ätant terminä, la date et l heure choisies par l organisation syndicale sont soumises Å l accord de l employeur au moins 8 jours Å l avance, cette heure mensuelle n est pas reportable d un mois sur l autre. RÉunions syndicales nationales Des congäs exceptionnels sont prävus dans la limite de trois jours ouvräs par an, par organisation syndicale repräsentative et par entreprise. Ils seront accordäs, sur justification Äcrite des organisations syndicales, aux titulaires d un mandat syndical pour la participation aux räunions syndicales nationales. Ces congäs seront assimiläs Å un temps de travail effectif. Des autorisations d absences non rämunäräes, dans la limite de 6 jours ouvräs par an, et par organisation syndicale repräsentative, seront accordäes, sur justification Äcrite des organisations syndicales, aux titulaires d un mandat syndical pour la participation Å des räunions syndicales nationales ou congrñs. 12

13 Commissions paritaires professionnelles nationales Tel que modifiä par les avenants nä 9 du 26 octobre 1990 et nä 27 du 19 septembre 2001 Pour participer Å ces commissions paritaires, le syndicat patronal signataire prend en charge par organisation syndicale, le salaire de quatre repräsentants salariäs des entreprises entrant dans le champ d application de la präsente convention. Ce temps de präsence s entend hors du temps de dälägation. Chaque centrale syndicale pourra prätendre au remboursement, par le syndicat patronal, et sur justificatifs, des frais indiquäs ci-dessous de deux däläguäs de la rägion parisienne et de deux däläguäs de province par säance de la commission paritaire nationale : Frais de repas : L indemnitå forfaitaire de repas est fixåe Ç 5 fois la valeur du minimum garanti (MG) au 1 er janvier de l annäe considäräe. Le remboursement est effectuä sur la base suivante : - 1 repas par däläguä de la rägion parisienne, - 2 repas par däläguä de province ou 1 repas en cas de däplacement en avion. Frais de déplacement : Le remboursement est effectuä sur les bases suivantes : Pour les däläguäs de province en deçå de 500 km : - billet SNCF aller et retour en 2 Ñme classe, däduction faite des räductions Äventuelles. Pour les däläguäs de province au-delå de 500 km : - soit billet SNCF aller et retour en 2 Ñme classe, däduction faite des räductions Äventuelles, et frais d hátel sur la base d un forfait de 38,12 euros par däläguä, ou couchette aller et retour en 2 Ñme classe par däläguä, - soit billet en TGV aller et retour en 2 Ñme classe par däläguä, - soit billet d avion aller et retour en classe Äconomique et frais de navette entre l aäroport et la ville par däläguä. DÉlÉguÉ syndical Les conditions d exercice du droit syndical sont råglåes par la lågislation en vigueur et notamment les articles L et suivants du code du travail. Afin de mieux assurer la repråsentation syndicale, chaque entreprise pourra någocier avec les syndicats repråsentatifs, et Ç leur demande, une structure adaptåe Ç son organisation interne. Le dålåguå syndical sera habilitå Ç repråsenter l organisation syndicale auprés du chef d entreprise, en particulier pour la conclusion de protocole d accord relatif aux Ålections des dålåguås du personnel, du comitå d entreprise, le dåpñt des listes de candidats Ç ces Ålections, la ratification des accords conclus au plan de l entreprise dans le cadre de la loi. C est lui, en outre, qui, dans les conditions pråvues par la loi, peut assister les dålåguås du personnel. Dans ce cas, et d une maniére gånårale, dans ses interventions auprés de la direction, il peut sur sa demande formulåe, sauf en cas d urgence, au moins 48 heures Ç l avance, se faire lui-máme assister par un repråsentant de son organisation syndicale extårieur Ç l entreprise. 13

14 CrÄdit d heures des däläguäs syndicaux Un crådit mensuel d heures est attribuå, au dålåguå syndical dans les conditions pråvues par la loi du 28 octobre Dans la mesure oà les dålåguås syndicaux sont dåsignås dans un cadre gåographique identique Ç celui du comitå d entreprise ou des comitås d Åtablissement lorsqu ils existent, le crådit d heures sera de : Effectif de l Åtablissement Lieu de dåsignation de råfårence Paris Province (rågion parisienne) Entre 50 et 150 salariås 10 h h 00 Entre 151 et 500 salariås 15 h h 00 SupÅrieur Ç 500 salariås 20 h h 00 Les heures de dålågation sont considåråes comme un temps de travail : comme telles elles sont råmunåråes. Les bånåficiaires en informeront leur responsable hiårarchique au pråalable. L article L est complåtå comme suit : Si l entreprise emploie plus de salariås sans Åtablissement distinct, chaque organisation syndicale repråsentative peut procåder Ç la dåsignation d un dålåguå syndical central d entreprise qui dispose des heures de dålågation suivantes : Plus de salariås 20 h 00 Entre et salariås 10 h 00 Dans le cas de cumul de mandat, ces heures de dålågation considåråes comme temps de travail, s ajoutent Ç celles dont le dålåguå syndical central peut disposer Ç un autre titre y compris celles dont il dispose au titre de dålåguå syndical d Åtablissement. COMITE D ENTREPRISE (Article 5) Tel que modifiå par l avenant nö 21 du 21 fåvrier 1997 La repråsentation du personnel, au titre du comitå d entreprise, est organisåe dans les conditions fixåes par la lågislation en vigueur. Cependant, chaque entreprise pourra någocier avec les syndicats repråsentatifs une structure adaptåe Ç son organisation interne. Chaque entreprise attribuera par an et prorata temporis une dotation d au moins 0,55 % de la masse de salaires bruts versås l annåe civile pråcådente dont 0,35% pour le fonctionnement des œuvres sociales et 0,20 % correspondant Ç la subvention de fonctionnement instituåe par la loi (article L du code du travail). Chaque organisation syndicale de travailleurs repråsentative peut dåsigner dans le cadre des dispositions lågales (art. L du code du travail) un repråsentant au comitå. Il assiste aux såances avec voix consultative. Il est obligatoirement choisi parmi les membres du personnel de l entreprise et doit remplir les conditions d ÅligibilitÅ au comitå d entreprise. Pour les Ålections au comitå d entreprise, Ç dåfaut d accord dans les entreprises, la composition des colléges Ålectoraux se råfårera au statut des emplois pråciså Ç la pråsente convention. pour le collñge 1 : EmployÄs pour le collñge 2 : Agents de Maãtrise pour le collñge 3 : Cadres 14

15 DELEGUES DU PERSONNEL (Article 6) Tel que modifiå par l avenant nö 21 du 22 fåvrier 1997 La repråsentation du personnel, au titre des dålåguås du personnel, est organisåe selon la lågislation en vigueur, laquelle pråvoit une Ålection de dålåguås du personnel dans chaque Åtablissement distinct de plus de 10 salariås. Cette limite de plus de 10 salariås est abaissåe Ç plus de 5 salariås afin d assurer la repråsentation du personnel au sein máme des restaurants dans le plus grand nombre d entre eux. Toutefois, dans ces Åtablissements (occupant de 6 Ç 10 salariås) les Ålections ne sont pas organisåes Ç l initiative de l employeur. Pour les restaurants n atteignant pas 10 salariås, un regroupement entre eux pourra átre recherchå sur une base gåographique restreinte correspondant Ç l organisation de chaque entreprise. En cas de regroupement, une heure de dålågation supplåmentaire sera accordåe au dålåguå du personnel. Sous räserve des dispositions lägales Nombres de salariås repråsentås par le dålåguå du personnel Nombres d heures de dålågation Sans regroupement Avec regroupement 6 ou 7 2 h 00 3 h 00 8, 9 ou 10 5 h 00 6 h 00 au-delç de h h 00 Pour les Ålections au titre des dålåguås du personnel, Ç dåfaut d accord dans les entreprises, la composition des colléges Ålectoraux se råfårera au statut des emplois pråciså Ç la pråsente convention : pour le collñge 1 : EmployÄs pour le collñge 2 : Agents de Maãtrise pour le collñge 3 : Cadres 15

16 TITRE II CONTRAT DE TRAVAIL Conditions d embauche des salariäs EMBAUCHE (Article 7) Au plus tard Ç l issue de la påriode d essai, le salariå reäoit confirmation de son embauche, par lettre ou contrat Åcrit, qui pråcise : l emploi occupå, la duräe du travail, le salaire mensuel, la duråe de la påriode d essai, le lieu de 1 Ñre affectation, les conditions de mobilitä du personnel Ätant däfinies par accord d entreprise ou dans le contrat de travail, lequel peut prävoir une zone gäographique d emploi Å l intärieur de laquelle le salariä peut Ötre affectä. Ces zones gäographiques sont däfinies dans chaque entreprise compte tenu de la densitä d implantation des restaurants. Cette liste Ätablie Å la date de la signature de la Convention collective nationale n est pas exhaustive et doit Étre complätäe par les dispositions lägales relatives aux contrats Å duräe däterminäe et aux temps partiels. DÉs son entråe dans l entreprise, chaque salariå doit átre informå de l existence de la Convention Collective Nationale, du réglement intårieur et, Åventuellement, de l accord d entreprise. La Convention Collective Nationale doit átre affichåe dans chaque restaurant. Le salariå doit se soumettre Ç la visite mådicale d embauche. PERIODE D ESSAI DES CONTRATS A DUREE INDETERMINEE ET DUREE DE PREAVIS EN CAS DE RUPTURE AU COURS DE LA PERIODE D ESSAI RENOUVELEE (Article 12) Tout salariå peut átre soumis par l employeur Ç une påriode d essai. Pendant la påriode d essai chacune des parties peut rompre le contrat de travail Ç tout moment sans pråavis, ni indemnitå. La påriode d essai terminåe, l engagement est råputå conclu ferme. Dans tous les cas la påriode d essai est renouvelable d un commun accord. PÅriode d essai Renouvellement Possible PrÅavis en cas de renouvellement de l essai Cadres* 3 mois 3 mois 15 jours Maãtrise 2 mois 2 mois 10 jours EmployÅs 1 mois 1 mois 5 jours * Sauf stipulation contractuelle particuliére. DETACHEMENT TEMPORAIRE (Article 8) Tel que modifiä par les avenants nä 19 du 18 mars 1996, nä 28 du 29 mars 2002 et nä 37 du 30 juin 2005 Tout salariä peut Ötre appelä, dans l intäröt du service, Å travailler dans un Ätablissement diffärent de son lieu d affectation habituel pour une päriode de courte duräe dans la möme fonction. 16

17 La däcision de dätachement temporaire fera l objet d un document Äcrit remis au salariä. A l issue de cette päriode, le salariä räintägrera son lieu d affectation antärieur. Le maximum de la päriode de dätachement est fixä Å 6 jours ouvrables. Toute prolongation ne peut avoir lieu qu avec l accord de l intäressä. Le nombre de päriodes distinctes de dätachement temporaire ne peut excäder 3 par mois ou 7 par trimestre et 30 jours ouvrables dans ce trimestre. Tout salariä dätachä temporairement sera remboursä de ses frais supplämentaires Äventuels de transport sur une base convenue Å l avance. En outre, il recevra une prime journaliñre exceptionnelle de dätachement temporaire fixäe dans l entreprise et due dñs le premier jour de dätachement. Elle sera d un montant minimal de 1,68 euro. Pendant son dätachement temporaire, le salariä continuera Å Ötre considärä comme employä Å son lieu d affectation habituel en matiñre de repräsentation du personnel (dätermination de l effectif, Älectorat et ÄligibilitÄ). Les dispositions du präsent article ne concernent pas les dätachements temporaires liäs Å la fermeture provisoire (totale ou partielle) d une exploitation notamment pour cause de congä ou chámage partiel de l entreprise cliente, ni le personnel dont le contrat de travail a inclus l obligation permanente de däplacement (tournant). PROMOTION (Article 34) En cas de vacance ou de cråation de poste, l employeur fera appel de pråfårence aux employås de l entreprise aptes Ç occuper le poste. En cas de promotion, l intåresså peut átre soumis Ç une påriode probatoire. Cette påriode est notifiåe, par Åcrit, Ç l intåresså, qui peräoit pendant celle-ci une prime. A la fin de la påriode probatoire, deux cas peuvent se pråsenter : l employå est confirmå dans le nouveau poste et peräoit un salaire correspondant ; l employå est råintågrå Ç son ancien poste, ou Ç un poste Åquivalent, et la prime est alors supprimåe. Cette råintågration ne saurait átre considåråe comme une råtrogradation. CONGES PAYES CONGES ANNUELS (Article 17) Les droits aux congäs annuels seront däterminäs par la räglementation en vigueur. Tout employä ayant plus de 10 ans de präsence dans l entreprise aura droit Å 2 jours de congä supplämentaire Ätant entendu que cette disposition ne saurait se cumuler avec un accroissement Å venir du nombre de jours de congäs payäs lägaux annuels. Des dispositions particuliñres pourront Ötre prävues dans les entreprises afin de faciliter aux salariäs Ätrangers ou originaires des territoires d outre-mer, la prise de leurs congäs ; notamment aprñs avis donnä Å l inspecteur du travail, les congäs de deux annäes pourront Ötre bloquäs sur la deuxiñme annäe. DEPART EN CONGES ANNUELS (Article 18) L organisation des dåparts en congås annuels devra se faire Ç partir du 1 er janvier de chaque annäe et les dates en seront däfinitivement fixäes au plus tard le 30 avril. Pour le congä principal, les intäressäs devront Ötre prävenus par Äcrit (affichage) au moins 2 mois Å l avance de la date prävue pour leur däpart en congä. Pour les congäs Å prendre en juillet et aoét, les dates de däpart devront Ötre fixäes au plus tard le 30 mars. 17

REGIME FRAIS DE SANTE Notice d information

REGIME FRAIS DE SANTE Notice d information REGIME FRAIS DE SANTE Notice d information PrÄambule : Par accord du les partenaires sociaux de la branche professionnelle des hétels cafäs restaurants ont mis en place un rägime complämentaire de frais

Plus en détail

Ä Autour de la rupture pour motif Åconomique Ç

Ä Autour de la rupture pour motif Åconomique Ç Association franäaise de Droit du travail et de la SÅcuritÅ sociale ------------------------------------------- 5, rue du Renard 75004 Paris - fax : 01.42.71.24.27 mail : afdt.asso@gmail.com- http://www.afdt-asso.fr

Plus en détail

A. Conditions de pråparation et d organisation des travaux du Conseil d Administration

A. Conditions de pråparation et d organisation des travaux du Conseil d Administration RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE MISES EN PLACE PAR

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE de LAFFREY

DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE de LAFFREY REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L ISERE DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE de LAFFREY SÅance du 1er dåcembre 2008 L an deux mil huit et le premier dåcembre Ç vingt heures trente, le Conseil

Plus en détail

CONVENTION TRIPARTITE

CONVENTION TRIPARTITE CONVENTION TRIPARTITE Entre : La CommunautÄ urbaine Nantes MÄtropole, repräsentäe par Madame Johanna ROLLAND, agissant en qualitä de PrÄsidente, et dåment habilitäe Ç cet effet, par la dälibäration du

Plus en détail

Statuts CITEC Suisse

Statuts CITEC Suisse Statuts CITEC Suisse I. Nom, siäge, buts Art. 1 Art. 2 Nom et siäge Sous le nom de CITEC Suisse (dånommåe ci-apräs association), est crååe une sociåtå dans le sens du Code civil suisse. L'association a

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ET TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES Pouvoir Adjudicateur : EPSoMS Intercommunal Georges Couthon & Nicolas Roussel 5-7 rue Pierre

Plus en détail

Ecoute. EfficacitÄ. DiscrÄtion. Notre force vient de notre diffärence!

Ecoute. EfficacitÄ. DiscrÄtion. Notre force vient de notre diffärence! Ecoute EfficacitÄ DiscrÄtion Notre force vient de notre diffärence! 1 PrÄsentation 2 Ecoute, efficacitä et discrätion : Depuis 2003, C NET 15 met ses compätences en pratique en y intägrant une valeur supplämentaire,

Plus en détail

DÄpannage sur place Frais de liaison Rapatriement du VÄhicule. Remorquage Poursuite du voyage Service d information ou retour domicile

DÄpannage sur place Frais de liaison Rapatriement du VÄhicule. Remorquage Poursuite du voyage Service d information ou retour domicile Pour tout vähicule Fiat Professional immatriculä Å compter du 1 er Juin 2012, l assistance est la suivante. Pendant toute la päriode de validitä de la Garantie Constructeur de 24 mois, comme indiquä au

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

TARIFS CONDITIONS GÉNÉRALES

TARIFS CONDITIONS GÉNÉRALES Centrale d emplois pour la Distribution TARIFS et CONDITIONS GÉNÉRALES http://www.distrijob.fr Offres d Emploi HT OFFRE D EMPLOI STANDARD Parution 2 x 30 jours - 1 poste, multi-rägions 1 offre 325.00 TARIFS

Plus en détail

CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION :

CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION : Entre les soussignäs : CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION : La sociätä aidespc immatriculäe au Registre des Entreprises Å CompiÇgne sous le numäro 534757240 repräsentäe en la personne de Monsieur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES *** PRESTATIONS D ASSURANCES

CAHIER DES CHARGES *** PRESTATIONS D ASSURANCES *** PRESTATIONS D ASSURANCES SOMMAIRE 1.3. OBJET DU CONTRAT...5 1.5. CALCUL DE LA PRIME...9 2.1 DEFINITIONS...9 2.2 ACTIVITES GARANTIES...9 2.3 OBJET DU CONTRAT...9 2.4 EXTENSION DE GARANTIE AU RECOUVREMENT

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3002 Convention collective nationale et accords nationaux BÂTIMENT IDCC : 2609. ETAM

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition

Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition PROPOSITION COMMERCIALE - LICENCE D EXPLOITATION (rayer toutes les mentions inutiles avant signature

Plus en détail

Donnez nous le sens, nous vous donnerons la direction

Donnez nous le sens, nous vous donnerons la direction COMPTABLE GESTIONNAIRE Formation de Niveau III HomologuÄ par le MinistÅre de l Emploi, de la CohÄsion Sociale et du Logement Date de publication au Journal officiel : 27/08/2013 Formateur : Michel Lemaire

Plus en détail

DOMMAGE OUVRAGE/CONSTRUCTEUR NON REALISATEUR MARCHE A LOTS SEPARES

DOMMAGE OUVRAGE/CONSTRUCTEUR NON REALISATEUR MARCHE A LOTS SEPARES MARCHE DE PRESTATION DE SERVICE D ASSURANCES DOMMAGE OUVRAGE/CONSTRUCTEUR NON REALISATEUR MARCHE A LOTS SEPARES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Procédure adaptée Pouvoir Adjudicateur :

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 MAI 2002

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 MAI 2002 1 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 MAI 2002 Le Conseil Municipal de la ville de Fontenay-aux-Roses, lägalement convoquä le dix mai deux mille deux, s est assemblä au lieu ordinaire

Plus en détail

26, rue du Faubourg Poissonni re 75010 Paris T l : 01 46 22 07 00

26, rue du Faubourg Poissonni re 75010 Paris T l : 01 46 22 07 00 Dossier de commande 26, rue du Faubourg PoissonniÄre 75010 Paris TÇl : 01 46 22 07 00 SociÄtÄ Anonyme au capital de 291 666 euros RCS Paris 432 735 082 - http://www.oodrive.com Nom SociÇtÇ Adresse TÇlÇphone

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes Le marchä des professionnels 1 Rappels de la formation präcädente 2 Aujourd hui : STATUTS JURDQUE, FSCAL, SOCAL 3 STATUTS JURDQUE, FSCAL, SOCAL Sommaire 1 Quelques notions essentielles MarchÄ des professionnels

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS

AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS AVENANT N 6 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HOTELS, CAFES, RESTAURANTS PREAMBULE Les organisations patronales et syndicales de salariés signataires : - Souhaitent renforcer l attractivité de la

Plus en détail

6.1. Quels indicateurs peuvent Étre mis au point au niveau de l Union pour assurer le suivi des caractäristiques et des tendances de la

6.1. Quels indicateurs peuvent Étre mis au point au niveau de l Union pour assurer le suivi des caractäristiques et des tendances de la 4.4. Comment peut-on favoriser la complämentaritä des politiques communautaires et nationales dans un souci d amälioration de la cohäsion territoriale? Si on considäre que la cohåsion territoriale råpond

Plus en détail

ACCORD DE BRANCHE RELATIF À L ORGANISATION ET À L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LE FRET FERROVIAIRE

ACCORD DE BRANCHE RELATIF À L ORGANISATION ET À L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LE FRET FERROVIAIRE ACCORD DE BRANCHE RELATIF À L ORGANISATION ET À L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LE FRET FERROVIAIRE ACCORD DE BRANCHE RELATIF À L ORGANISATION ET À L AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL TITRE I DÉFINITIONS

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA RESTAURATION RAPIDE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA RESTAURATION RAPIDE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA RESTAURATION RAPIDE du 18 mars 1988 étendue par arrêté du 24 novembre 1988 (J.O. du 13/12/1988) Syndicat National de l Alimentation et de la Restauration Rapide 9

Plus en détail

SANTE ALIMENTATION EN ENTREPRISE

SANTE ALIMENTATION EN ENTREPRISE SANTE ET ALIMENTATION EN ENTREPRISE Nicolas Rouig Diététicien Nutritionniste La santä et l alimentation jouent un rçle dans votre entreprise La santé est un des éléments de bien-étre au travail comme dans

Plus en détail

REMPLACEMENT DU SYSTEME TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE HOERDT

REMPLACEMENT DU SYSTEME TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE HOERDT COMMUNE DE HOERDT 1, rue de la Tour BP 302 67728 HOERDT CEDEX Tel. : 03.88.68.20.10 Fax. : 03.88.51.74.24 Mail. : mairie@hoerdt.fr www.hoerdt.fr REMPLACEMENT DU SYSTEME TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE HOERDT

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ET TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE ARTICLE 1 PRESENTATION DE L OPERATION...3 1.1 - Lieu d implantation...3 1.2 - CaractÅristiques de l ouvrage...3 1.3 - Nature

Plus en détail

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DÅlÅgation Aquitaine-Limousin Esplanade des Arts et MÅtiers 33402 TALENCE CEDEX

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DÅlÅgation Aquitaine-Limousin Esplanade des Arts et MÅtiers 33402 TALENCE CEDEX AQUITAINE Omnium Technique d'etudes de la Construction et de l'equipement en Aquitaine SiÄge social : 126, rue des Quatre CastÅra 33 130 BEGLES SAS au capital de 250 000 - RCS Bordeaux B 341.724.052 CENTRE

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172)

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) SOMMAIRE PREAMBULE ARTICLE A : DISPOSITIONS ANNULEES ET REMPLACEES PAGES 2 ARTICLE B :

Plus en détail

AVENANT N 1 À LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HÔTELS, CAFÉS, RESTAURANTS.

AVENANT N 1 À LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HÔTELS, CAFÉS, RESTAURANTS. AVENANT N 1 À LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES HÔTELS, CAFÉS, RESTAURANTS. PRÉAMBULE Les organisations patronales et syndicales de salariés signataires : - Souhaitent renforcer l attractivité de

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE LA METALLURGIE DE L OISE

CONVENTION COLLECTIVE DE LA METALLURGIE DE L OISE CONVENTION COLLECTIVE DE LA METALLURGIE DE L OISE AVENANT «MENSUELS» ARTICLE 1 : CHAMP D APPLICATION Le présent avenant règle les rapports entre les ouvriers, employés, techniciens et agents de maîtrise

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

T-SYSTEMS SOLERI. Accord d entreprise 17/03/04. Préambule. I. MISSION et FRAIS de DEPLACEMENT

T-SYSTEMS SOLERI. Accord d entreprise 17/03/04. Préambule. I. MISSION et FRAIS de DEPLACEMENT Préambule L accord d entreprise négocié en 2003 avait été conclu pour une durée de 10 mois à compter du 1 er mars 2003. Les parties signataires de l accord 2003 ont décidé d un commun accord de : Distinguer

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

sans valeur 1.1. Les conditions gånårales de ventes qui suivent font partie intågrante des contrats entre belboon-adbutler

sans valeur 1.1. Les conditions gånårales de ventes qui suivent font partie intågrante des contrats entre belboon-adbutler Conditions gänärales de vente (CGV) D adhåsion aux programmes d affiliation ainsi que leur fonctionnement sur les plateformes en ligne belboon I. Conditions gänärales 1. Domaine d'application / däfinitions

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes

OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes LES STAGIAIRES BAFA DU FINISTERE Octobre 2008 EnquÄte råalisåe pour La Direction DÅpartementale de la Jeunesse et des Sports du FinistÇre

Plus en détail

Restauration rapide IDCC 1501 BROCHURE JO 3245

Restauration rapide IDCC 1501 BROCHURE JO 3245 CD Permanent Conventions collectives - Restauration rapide Voir jurisprudence A jour au 1 er mai 2007 Date du dernier texte enregistré : 1er décembre 2006 Avertissement Caractères bleu : dispositions non

Plus en détail

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010

AVENANT N 57 DU 7 JUILLET 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce et réparation de

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

La Journée de solidarité

La Journée de solidarité La Journée de solidarité En vue d assurer le financement des actions en faveur de l autonomie des personnes âgées ou handicapées, la loi du 30 juin 2004 a mis en place une journée de solidarité : les salariés

Plus en détail

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur

INFORMaTIONS. administratives et législatives. concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur INFORMaTIONS administratives et législatives concernant l emploi d un assistant maternel agréé par un particulier employeur Pôle sanitaire social < Ce document a été rédigé afin de vous donner une information

Plus en détail

12A. Liste des accords nationaux applicables à la métallurgie 12.101 R. 1 - Généralités... 12.102. 2 - Index... 12.102

12A. Liste des accords nationaux applicables à la métallurgie 12.101 R. 1 - Généralités... 12.102. 2 - Index... 12.102 12A Liste des accords nationaux applicables à la métallurgie 1 - Généralités... 12.102 2 - Index... 12.102 SOCIAL MÉTALLURGIE - EDITIONS TISSOT -MARS 2003 12.101 R 12A 1 - Généralités On trouvera ci-après

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

FAITE PAR LA SOCIETE A SES ACTIONNAIRES EN VUE DE LA REDUCTION DE SON CAPITAL PRESENTEE PAR. PRIX DE L OFFRE 40 euros par action (coupon dätachä)

FAITE PAR LA SOCIETE A SES ACTIONNAIRES EN VUE DE LA REDUCTION DE SON CAPITAL PRESENTEE PAR. PRIX DE L OFFRE 40 euros par action (coupon dätachä) OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT ET OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE PORTANT CHACUNE SUR UN NOMBRE MAXIMUM DE 6.250.000 ACTIONS DANS LA LIMITE D UN NOMBRE GLOBAL MAXIMUM DE 6.250.000 ACTIONS FAITE PAR LA SOCIETE

Plus en détail

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial

PROJET. Accord cadre relatif à l activité de portage salarial PROJET Accord cadre relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord cadre a pour finalité de fixer un cadre général de l activité du portage salarial et sera complété, en tant que

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Concours d accås en 4 Äme annåe du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Finance (Master Finance) DurÅe : 3H

Concours d accås en 4 Äme annåe du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Finance (Master Finance) DurÅe : 3H Concours d accås en 4 Äme annåe du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Finance (Master Finance) DurÅe : 3H Partie I : Gestion financiäre Cas nå 1 Une sociätä späcialisäe dans la production

Plus en détail

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE DROIT CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE FÉVRIER 2015 Département Ressources professionnelles LE CND Un centre d art pour la danse 1, rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex 01 41 839 839 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux

Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux Ce questionnaire est un document confidentiel, sa signature n engage pas le proposant Å souscrire un contrat d assurance.

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel

Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel Les congés payés et les jours fériés pour l assistant maternel En tant que salarié à part entière, l assistant maternel a droit aux congés payés et aux jours fériés dans le respect de la législation en

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX Arrêté du 21 décembre 2012 relatif à l agrément de certains accords de travail applicables dans les établissements et services du secteur social et

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Avenant n 51 du 22 juin 2010 portant modification de l article 11.1 «Prévoyance» du Chapitre 11 «Prévoyance Mutuelle Retraite» de la Convention Collective

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

ADMINISTRATION ET ORGANISATION CrÄation de l association : ProcÄs-verbal de l assemblçe gçnçrale constitutive C 0 Lettre de convocation C 0 Liste des dirigeants nommçs É titre provisoire C 0 Statuts de

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2002

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2002 1 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2002 Le Conseil Municipal de la ville de Fontenay-aux-Roses, lägalement convoquä le vingt juin deux mille deux, s est assemblä au lieu ordinaire

Plus en détail

ConfÄrence nationale des retraitäs (quelques räflexions...)

ConfÄrence nationale des retraitäs (quelques räflexions...) Bulletin d infos de la section SDEN CGT 13 RetraitÄs Pour une retraite digne et combative ConfÄrence nationale des retraitäs (quelques räflexions...) SolidaritÄ et actions dans l'intergänärationnel telles

Plus en détail

agissant en son nom personnel et en qualitå d'administrateur lågal de la personne et des biens de ses enfants mineurs :

agissant en son nom personnel et en qualitå d'administrateur lågal de la personne et des biens de ses enfants mineurs : COUR D'APPEL DE LYON 6Äme Chambre ARRET DU 28 FÅvrier 2012 APPELANTS : M. Jean B. nå le 08 AoÇt 1939 repråsentå par la SCP L. DE M. ET L. assistå de la SELARL P. & ASSOCIES, avocats au barreau de LYON,

Plus en détail

PROTOCOLE SUR LE COMPTE-EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE SUR LE COMPTE-EPARGNE TEMPS C.C.A.S PROTOCOLE SUR LE COMPTE-EPARGNE TEMPS Vu : - le décret n 2004-878 du 26 août 2004 relatif au c ompte-épargne temps dans la Fonction Publique Territoriale, modifié par le décret n 2010-531 du 20

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3170 Convention collective nationale IDCC : 538. MANUTENTION FERROVIAIRE ET TRAVAUX CONNEXES (6 e édition.

Plus en détail

LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS

LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS Quelle peut être la durée du contrat? La durée du contrat d apprentissage est au moins égale à celle du cycle de formation qui fait l objet du contrat et

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DU SECTEUR DU NETTOYAGE

CONVENTION COLLECTIVE DU SECTEUR DU NETTOYAGE 1 CONVENTION COLLECTIVE DU SECTEUR DU NETTOYAGE S O M M A I R E TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Objet et champ d'application Article 2 : Durée Article 3 : Révision Article 4 : Dénonciation

Plus en détail

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LES APPORTS DE LA LOI DE MOBILITE POUR LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE L E S S E N T I E L La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours

Plus en détail

les organisations professionnelles patronales signataires de la présente convention.

les organisations professionnelles patronales signataires de la présente convention. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières, agents

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3078 Conventions collectives nationales CABINETS D AVOCATS IDCC : 1000. Personnel

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

CIRCULAIRE D EXECUTION BUDGETAIRE

CIRCULAIRE D EXECUTION BUDGETAIRE CIRCULAIRE D EXECUTION BUDGETAIRE 2012 OBJET : EXECUTION AU TITRE DE L'EXERCICE 2012 1. du Budget GÄnÄral 2. des Budgets Annexes 3. des OpÄrations des Comptes Particuliers du TrÄsor NUMERO : 005 - MFB/SG/DGB/DESB/SAIDM

Plus en détail

Convention collective nationale des organismes de formation du 10 juin 1988 (voir FICHE 26-23 et suivantes)

Convention collective nationale des organismes de formation du 10 juin 1988 (voir FICHE 26-23 et suivantes) Annexe Convention collective nationale des organismes de formation du 10 juin 1988 (voir FICHE 26-23 et suivantes) Brochure n 3249 SIGNATAIRES ORGANISATIONS D EMPLOYEURS Chambre syndicale nationale des

Plus en détail

Collecte et archivage des donnäes Älectroniques issues :

Collecte et archivage des donnäes Älectroniques issues : 8, alläe Evariste Galois 63000 CLERMONT-FERRAND +33 (0)4.73.28.99.75 tg2s@tg2s.com www.tg2s.com Collecte et archivage des donnäes Älectroniques issues : - des cartes conducteurs - des chronotachygraphes

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Paramètres 2015. Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés. 1. Les plafonds des régimes

Paramètres 2015. Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés. 1. Les plafonds des régimes Paramètres 2015 Les chiffres pour établir vos déclarations retraite, prévoyance et Congés Audiens Retraite Arrco Audiens Retraite Agirc Audiens prévoyance Congés Spectacles Sommaire... Les plafonds des

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2511. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3328 Convention collective nationale IDCC : 2511. SPORT AVENANT N 87 DU 15 MAI 2014 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL. Préambule : Page 2. Article 1 : Principes généraux Page 3. Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3

ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL. Préambule : Page 2. Article 1 : Principes généraux Page 3. Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3 ACCORD SUR LE TELE TRAVAIL Préambule : Page 2 Article 1 : Principes généraux Page 3 Article 2 : Critères d éligilibilité Page 3 Article 3 : Mise en œuvre du télétravail Page 4 - Article 3.1 : formulation

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU

Plus en détail

NVCC n 3090. Annexe I : Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles dramatiques, lyriques, chorégraphiques et de musique classique.

NVCC n 3090. Annexe I : Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles dramatiques, lyriques, chorégraphiques et de musique classique. NVCC n 3090 Annexe Annexe VI : Producteurs, diffuseurs, organisateurs occasionnels (y compris les particuliers) de spectacles de bal avec ou sans orchestre Préambule A. Détermination des annexes par secteur

Plus en détail

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi Août 2012 GUIDE PRATIQUE Guide de SAISIE EN LIGNE de l ATTESTATION EMPLOYEUR Pôle emploi Depuis le 1 er janvier 2012 les entreprises de plus de 10 salariés doivent transmettre leur attestation employeur

Plus en détail

«CHAPITRE I ER DISPOSITIONS GÉNÉRALES

«CHAPITRE I ER DISPOSITIONS GÉNÉRALES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3061 Conventions collectives nationales AGENCES DE VOYAGES ET DE TOURISME IDCC

Plus en détail

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat.

LMD. Expertise comptable COLLECTION. Le meilleur. du DCG 3. Droit social. 2 e ÉDITION. Marie-Paule Schneider Maryse Ravat. LMD COLLECTION Expertise comptable Le meilleur du DCG 3 Droit social 2 e ÉDITION Marie-Paule Schneider Maryse Ravat Sup FOUCHER «Le photocopillage, c est l usage abusif et collectif de la photocopie sans

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL UNITE TERRITORIALE 71 DIRECCTE BOURGOGNE Mise à jour le 16/01/2015 LES ASSISTANT(E)S MATERNEL(LE)S Lorsqu ils souhaitent faire garder leur(s) enfant(s), les parents peuvent faire appel à un(e) employé(e)

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

Département de la solidarité et de l emploi Office cantonal de l inspection et des relations du travail. Document de base 2011 USAGES

Département de la solidarité et de l emploi Office cantonal de l inspection et des relations du travail. Document de base 2011 USAGES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la solidarité et de l emploi Office cantonal de l inspection et des relations du travail Document de base 2011 USAGES MÉTALLURGIE DU BÂTIMENT Chauffage ventilation

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

DETACHER UN SALARIE D UNE EXPLOITATION A L AUTRE

DETACHER UN SALARIE D UNE EXPLOITATION A L AUTRE PREFECTURE DE LA REGION CORSE Direction Régionale de l Agriculture et de la Forêt DETACHER UN SALARIE D UNE EXPLOITATION A L AUTRE PRET DE MAIN D OEUVRE? DETACHEMENT? ENTRAIDE? MISE A DISPOSITION DE SALARIES?

Plus en détail

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI PREAMBULE Pour répondre à la continuité du service que l entreprise doit assurer à ses clients, certaines activités pour certains rôles ou fonctions, recourent à

Plus en détail