Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi. ÉCONOMIE L assouplissement quantitatif (QE1) est arrivé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi. ÉCONOMIE L assouplissement quantitatif (QE1) est arrivé"

Transcription

1 Numéro 91 février 2015 Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi ÉCONOMIE L assouplissement quantitatif (QE1) est arrivé MARCHÉS Un avant pour quel après?

2 Produits présentant un risque de perte en capital. Frais de courtage offerts * sur les Warrants et Turbos Citi Avec Boursorama jusqu au 31 mars 2015 * voir conditions sur Produits présentant un risque de perte en capital. En raison de leur effet de levier à la hausse comme à la baisse, ce qui peut être favorable ou défavorable à l investisseur, les Warrants et Turbos peuvent connaître de grandes variations, voire perdre tout ou partie de leur valeur notamment en raison d une perte de valeur temps des Warrants ou en cas de désactivation des Turbos. Sur les Turbos Infinis et Infinis BEST l ajustement du prix d exercice et de la barrière désactivante accroît le risque de perte partielle ou totale en capital. Les Turbos sur actions US, devises et matières premières ont des horaires/jours de désactivation spécifiques figurant sur le site Les Warrants et Turbos s adressent uniquement à des investisseurs avertis disposant de connaissances suffisantes des spécificités de ces produits. Les investisseurs sont invités à prendre connaissance des facteurs de risques énoncés dans le Prospectus de Base afin d établir si le produit correspond à leurs besoins et à leurs moyens. Les Warrants et Turbos émis par Citigroup Global Markets Deutschland AG font l objet d un Prospectus de Base visé par la BaFin (régulateur financier allemand) ayant fait l objet d un certificat d approbation par la BaFin à destination de l AMF, et de Conditions Définitives de l Offre disponibles sur le site et sur le site Citigroup Global Markets Limited. All rights reserved. Citi and Arc Design is a trademark and service mark of Citigroup Inc., used and registered throughout the world.

3 édito Deux évéments majeurs pour les marchés Le début de l année 2015 été marqué par deux événements économiques majeurs : la décision de la Banque nationale suisse (BNS) de mettre fin au taux plancher du franc suisse (Peg) d une part, et d autre, part l annonce d un QE par la BCE. sommaire Flash PÉTROLE : SURVEILLER LES REPLIS, QUI POURRAIENT NOUS DONNER DES OPPORTUNITÉS > 04 Économie L ASSOUPLISSEMENT QUANTITATIF (QE1) EST ARRIVÉ > 05 Marchés UN AVANT POUR QUEL APRÈS? > 06 La réaction sur les marchés européens est positive et les indices sont en hausse. Gabriel Sicouri CitiFirst GILLES DACQUIN Dans le détail, la BNS a surpris les marchés en mettant fin, le 15 janvier, à la parité euro contre franc suisse fixée à 1,20. Les répercussions sur les marchés ont été immédiates : le franc suisse a bondi de plus de 30%, et s est ensuite stabilisé autour d un franc suisse pour un euro. De son côté la BCE a annoncé, le 22 janvier, la mise en place d un programme d assouplissement quantitatif dans lequel elle étend son programme d achat d actifs à un rythme de 60 milliards d euros par mois jusqu au mois de septembre Il est à noter que ce chiffre comprend à la fois les actifs publics et les actifs privés. Concernant les achats d actifs publics, ils pourront inclure la dette de la totalité des pays de la zone euro (avec un traitement spécial pour la Grèce). La réaction sur les marchés européens est positive et les indices sont en hausse : +7 % sur l Euro Stoxx 50, +7,5 % sur le CAC 40, +7% pour le DAX. L euro baisse sous les 1,14$, et le taux d intérêt de l OAT 10 ans se contracte de presque 0,4 % pour s établir autour de 0,5 %. Sans surprise, la volatilité mesurée par l indice VIX enregistre de fortes variations, en passant de 15 à 23 points, pour se stabiliser autour de 17 points en fin de mois. Analyses AXA, CAPGEMINI, GDF SUEZ ET PEUGEOT > 08 Vous avez une question? N hésitez pas à contacter notre accueil Warrants & Certificats au (numéro Azur) ou au (Numéro fixe) pour joindre nos spécialistes. Du coté des matières premières, l actualité est marquée par la poursuite du recul des cours du Brent de 56 à 50 dollars, suite à la déclaration de l Arabie Saoudite qui a confirmé que l Opep ne changerait pas sa stratégie de production (retrouvez une analyse sur le Brent dans la rubrique «Flash» rédigée par Sébastien Duhamel). Les cours de l or ont repris de l éclat en retrouvant petit à petit leur statut de valeur refuge. L once est désormais à dollars. De l autre côté de l Atlantique, au cours de la dernière réunion FOMC, la FED laisse ses taux d intérêt inchangés. Une majorité d analystes estiment qu un statu quo sur les taux est probable jusqu à la réunion prévue les 28 et 29 avril, au cours de laquelle la FED pourrait décider d augmenter ses taux directeurs. Enfin, la Banque mondiale réduit ses prévisions de croissance de l économie mondiale en 2015 en raison d une conjoncture morose dans la zone euro, au Japon et sur certains marchés émergents. La Banque mondiale s attend désormais à une croissance de 3 % pour l économie mondiale, contre 3,4 %. CitiFirst I février 2015 I 03

4 flash PÉTROLE : SURVEILLER LES REPLIS, QUI POURRAIENT NOUS DONNER DES OPPORTUNITÉS Depuis la violente correction de 2008/2009 sur le brut, nous n avions pas vu cela et ce genre de mouvement est assez rare pour y porter la plus grande attention. La chute du pétrole, de 60 % entre juin 2014 et ce mois de janvier 2015, est l un des faits marquants de ces derniers mois qui devrait, à n en pas douter, continuer à préoccuper les opérateurs dans les prochains mois et aura des répercussions sur les autres classes d actifs. L une des questions est de savoir si cela n est pas précurseur d un ralentissement de l activité économique. Plus concrètement, la faiblesse du secteur de l énergie peut aussi se répercuter dans les indices, mais surtout entraîner un risque pour certains pays comme la Russie, l Iran ou le Vénézuela ; un risque qui sera à surveiller dans les prochains mois au niveau géopolitique et sur les marchés. Mais revenons plus précisément à l évolution du pétrole lui-même, et en particulier du brent depuis 2007 avec ce graphique en données hebdomadaires pour visualiser les niveaux importants techniquement : Il faut garder à l esprit, et ce graphique l illustre bien, que le pétrole est un actif très volatil à moyen terme, et donc utiliser des effets de levier raisonnables sur celui-ci, de moins de 5, sachant qu il varie régulièrement de plus de 12 % en intraday ces derniers mois. C est ce que je fais dans ma lettre sur les Turbos, où j adapte les recommandations à la volatilité de chaque actif. Entre 2008 et début 2009, nous sommes passés de 147 à 33$ sur le brent et 37$ sur le Light Crude Oil à New York. Depuis juin 2014, nous avons chuté de 120 à 45$ récemment. Si, techniquement, nous n avons pour l instant aucun signal de rebond, comme le montre le RSI sur ce graphique, qui reste sous les 20, nous avons une certaine stabilisation entre 45 et 50$ et le potentiel de baisse commence à se réduire sur l échelle moyen terme, même si nous pouvons aller encore un peu plus bas. La prochaine zone de support majeur se situe à 40$, et étant donné l écart réduit avec le LCO à New York, d un peu plus de 3$ de plus pour le brent alors qu il en valait 4 de moins en 2009, la zone des 37/40$ sur le brent est une zone de support particulièrement importante pour les prochains mois. À moyen terme, on profitera donc d un repli proche de 40$ pour se positionner et viser un rebond vers les 50 puis les 60$ et enfin vers les 78$ à moyen terme, niveau de résistance significatif qui constitue une cible importante pour un rebond à cette échelle d ici la fin de l année. Si vous êtes intéressé par ma lettre sur les Turbos, l abonnement est de 290 /trimestre. Merci de m envoyer un mail sur et je vous indiquerai comment procéder. Sur l année 2014, les performances ont été très bonnes, avec 38 gains et 14 pertes, et, à ce jour, 2 gains depuis le début de l année. Par ailleurs, si vous vous abonnez fin février, au 1 er mars, pour tous les lecteurs de Citifirst, je vous offre un mois gratuit, soit 4 mois au prix d un trimestre. Il suffit pour cela de m envoyer un mail en le précisant. Sébastien Duhamel Analyste technique spécialiste des Turbos 04 CitiFirst I février 2015 I

5 économie excès de liquidités, le taux de dépôt de la BCE est l instrument par lequel elle peut moduler sa politique. Globalement, il est, selon nous, possible qu une nouvelle sous-estimation de l inflation, qu un euro trop fort ou que des données d activités décevantes aboutissent à une baisse de ses taux par la BCE dans les mois à venir, à moins que l épisode Suisse n entraîne le découragement. L assouplissement quantitatif (QE1) est arrivé Le 22 janvier, la BCE a annoncé un large programme de rachat d actifs (QE) au cours duquel elle achètera 60 milliards d euros par mois de titres obligataires publics et privés. Selon nous, cette décision entraîne un programme d envergure majeure (d une taille mensuelle similaire à celle atteinte lors des programmes de QE2 et QE3 aux États-Unis). De plus, cela dépasse nos attentes non seulement par la taille totale du programme, mais aussi par sa durée qui pourrait être rallongée en cas de faibles perspectives d inflation. En tout cas, il est possible que le programme doive être ajusté ou que la BCE ait recours à d autres programmes similaires dans le futur. Plus d assouplissement pourrait être requis Selon nous, l achat de milliards d euros d obligations gouvernementales des pays de la zone euro, d obligations d institutions publiques et privées, ainsi que de créances adossées à des actifs, est susceptible de ramener la balance comptable de la BCE à des niveaux supérieurs à ceux de Cependant, les pressions déflationnistes au sein de la zone euro sont importantes et les combattre nécessite une réplique tout aussi soutenue. En effet, l inflation européenne est négative, et donc significativement plus basse que l inflation que les USA connaissaient lors des programmes QE2 et QE3 (1,0 % et 1,7 %). Actuellement, nous ne pensons pas que la BCE sera capable d atteindre son objectif d inflation La zone euro pourrait aussi, dans le futur, être sujette à des événements rendant obligatoire une reprise de la stimulation monétaire. Que peut faire la BCE? Comparée à la Fed, qui ne peut acheter que des actifs garantis par le gouvernement américain ou par des agences gouvernementales, la BCE est capable d acheter un panel de titres beaucoup plus large. Mais la prochaine étape pourrait bien être simplement une autre baisse des taux. Dans un environnement où les achats d actifs de grande envergure et les opérations de refinancement à long terme de la BCE créent un Achats supplémentaires d obligations Selon nous, la BCE va se concentrer sur les rachats d actifs en tant qu instrument principal de son assouplissement quantitatif dans les années à venir, sa manière de s exprimer le 22 janvier laissant entendre que la taille et la durée du programme seront sûrement plutôt flexibles. Une légère modification du programme de rachat d actifs pourrait donc se substituer à un changement de taux ou de conditions de refinancement, tandis que des achats d actifs additionnels seraient la voie privilégiée en cas d expansion du programme. Agrégés, les actifs éligibles au programme de la BCE auraient une taille estimée de milliards d euros. Une politique non conventionnelle classique La majeure partie des mesures décrites ci-dessus peuvent être caractérisées comme étant des «politiques monétaires non conventionnelles classiques», même en adoptant le point de vue de la BCE. Si jamais la BCE venait à considérer (pour des raisons techniques, monétaires ou politiques) que celles-ci ne sont plus en mesure de produire des effets satisfaisants, il lui resterait d autres options, telles que le rachat d actions, de prêts ou d actifs étrangers. «Helicopter money» Si la BCE dispose d un nombre important d options pour pousser l assouplissement quantitatif au-delà de ce qu elle a annoncé, toutes ces options ont leurs inconvénients et les politiques monétaires ont généralement déçu ces dernières années pour ce qui est de stimuler l activité et d atteindre les objectifs d inflation. Dans un tel contexte, il peut être intéressant de prendre note du fait que, pour atteindre les objectifs d inflation, la seule politique monétaire n est pas suffisante. Seule une combinaison de politique monétaire et budgétaire ayant pour effet de coupler un stimulus budgétaire temporaire en augmentant de manière permanente la base monétaire, connue sous le nom d helicopter money, ou planche à billets, peut apporter la certitude d engendrer de l inflation. En règle générale, nous pensons que la politique budgétaire continuera de jouer un rôle modeste comme support économique de la zone euro dans un futur proche. Celui-ci sera probablement caractérisé par une tolérance vis-à-vis du déficit dans certains pays soumis à des procédures de sa réductions, et par un modeste relâchement dans certains pays disposant de réserves budgétaires (par exemple l Allemagne). Mais dans l ensemble, la tâche de ramener la croissance en zone euro incombera à la BCE et à sa politique monétaire. Guillaume Menuet Senior Euro-zone Economist CitiFirst I février 2015 I 05

6 marchés Un avant pour quel après? LA BCE A UNE FOIS ENCORE SURPRIS AGRÉABLEMENT LES OPÉRATEURS. LE CAC 40 AVAIT ANTICIPÉ UN ASSOUPLISSEMENT QUANTITATIF D ENVERGURE. LA MANNE DÉPASSE LES ESPÉRANCES ET OCCULTE DE NOMBREUSES INQUIÉTUDES. ATTENTION AU RÉVEIL. Le mois de janvier débutait plutôt mal avec un CAC 40 qui menaçait d enfoncer une zone de support assez importante aux alentours des points. La chute des cours du pétrole, la perspective d une croissance chinoise en deçà des 7 % l an, ou encore une Europe en proie aux affres de la déflation suffisaient à alimenter les inquiétudes du moment et à aviver une volatilité qui avait pris de l ampleur aux États-Unis au moment même où les principaux indices ne trouvaient plus de souffle, la course aux records historiques les ayants exténués. Puis la rumeur a bruissé avant de courir pour finalement enfler, magistralement orchestrée par des orfèvres : la Banque centrale européenne prendrait bien le relais de la FED pour déverser à son tour les tombereaux de liquidités dont n osaient plus rêver les opérateurs. Le CAC 40 s est ainsi envolé tandis que l euro s enfonçait pour revenir à des niveaux que les moins de dix ans ne pouvaient connaître. Avec la cagnotte réalisée sur le dos des cours du pétrole, une BCE bien plus accommodante qu espérée et une chute sans précédent des taux d intérêts, donc un musellement du secteur obligataire, il y avait bien matière à l élaboration d un triptyque trois fois gagnant. Le CAC 40 a pris son envol avec la modestie d une fusée, se refusant à rester muselé par les piètres performances de l an passé. Peut-il pour autant, du haut de ses récents sommets, ignorer le questionnement suscité par les choix audacieux de la BCE, déclarer intendance la rébellion grecque ou encore faire fi du piétinement des indices américains? La BCE avait-elle le choix? Selon les traités européens, la BCE a pour mandat de protéger la monnaie unique. Il faut le rappeler, ne serait-ce que pour tenter de contrer la démagogique parole qui ne peut s empêcher de sévir, la BCE a pour interdiction de réaliser des prêts directement aux États de l Union européenne. Elle est indépendante et ne subit donc l influence de personne, pas même d un État éminent de par son poids ou ses efforts passés. Pourtant, la jeunesse de la BCE lui interdisait jusqu ici un propos bien différent de celui qui lui avait maintes fois été enseigné à Francfort, à savoir que l inflation constituait le mal absolu. Autrement dit, il fallait composer avec une tutelle allemande bien présente pour qui assouplissement quantitatif rimait avec laisser aller et attitudes irresponsables. La BCE a donc pris son temps, trop disent maintenant certains, pour concocter et imposer son très vaste plan de rachats d actifs. Elle avait bien utilisé avant cela d autres armes pour «quoi qu il en coûte» sauver la monnaie unique. Les prêts massifs à taux avantageux pour les banques, les taux de prises en pension négatifs, la titrisation d actifs privés se sont révélés inefficaces. La croissance ne repart pas en Europe et, pire, la déflation à laquelle elle refusait de croire menace de devenir une grave réalité. Les dirigeants de la Banque centrale européenne n étaient pas sans savoir que l utilisation de la planche à billets peut soit concourir à la reprise économique, comme ce fut le cas aux Etats-Unis ou encore en Angleterre, soit ne servir absolument à rien comme le Japon en donne le triste exemple depuis bientôt trente ans. À évoquer les sujets qui fâchent, il convient nécessairement de mentionner les risques de création de bulles sur certains actifs (immobilier, actions ) et, bien pire, la prime donnée à des États qui endettés à l excès, ne veulent toujours pas procéder à de douloureuses mais inéluctables réformes. Sans verser dans une germanophilie excessive, il est permis de comprendre qu outre Rhin, on puisse s agacer de donner l exemple de la fourmi alors que les cigales continuent de danser, bise venue et durablement installée. L Espagne a consenti aux efforts car les taux pratiqués par la communauté financière l asphyxiaient, l Irlande imposa dans la dignité des sacrifices colossaux à sa population pour un spectaculaire redressement. La BCE va, avec le déversement de ses tombereaux de liquidités, pulvériser les taux longs avec à la clé, du moins le souhaite-t-elle, un regain d inflation dans la zone de «confort» des 2 %. Le remède est magique, il suffit de se servir et avec un peu de chance l inflation effacera toute seule la dette. 06 CitiFirst I février 2015 I

7 CAC 40 GAP PH PB Dernier Résistance 4600 Support 4500 Support 4350 Support 4110 Support VIVE LA BCE? Le CAC 40 vient de déborder les plus hauts de l an passé. Il renoue avec des niveaux qu il avait violemment abandonnés au mois de juin Les valorisations actuelles semblent délicates dès lors que les éléments de crise n ont pas totalement disparu et qu une consolidation américaine menace. 22/ x10000 June July August September October November December 2015 Existe-t-il, dans ce contexte, un personnel politique prompt à promettre courageusement sang et sueur au seul noble prétexte que le regard innocent d un enfant constitue la valeur absolue, raison pour laquelle il est insensé de lui laisser les conséquences de notre incurie? La BCE plonge l Europe dans l inconnu si ses efforts, ultimes, ne servent à rien. Les banques vont recevoir la manne mais qu en feront-elles? La BCE, parfaitement au fait de la rhétorique, prend d ailleurs le soin de souligner l importance du rôle des dirigeants politiques pour donner sens à son action et en produire les fruits. La vindicte portée sur les notaires, l infamie promise à la caste des pharmaciens, le retour aux cars polluants ou l insoutenable violation de l espace dominical constitueraient un effort sans précédent Il sera temps de dresser le bilan, pour l heure les marchés financiers se refusent à broyer du noir. Et revoici la Grèce Cette dernière fut à l origine d une crise majeure qui a bien failli voir la laborieuse édification européenne voler en éclats. Il fallait à ce petit pays, entré par effraction, beaucoup d argent pour éviter la faillite. Il lui en a été donné (beaucoup) en contrepartie, il est vrai, d efforts particulièrement douloureux pour sa population. L envie de renverser la table peut dès lors se comprendre surtout quand les marchands d illusions trouvent matière à prospérer. Pourtant il faudra bien rembourser la dette pour une raison simple : la Grèce a encore besoin de l Europe sauf à connaître des affres bien plus terribles encore. Personne ne veut donc s affoler. Comme Urgo pour les chutes, il y a du compromis dans l air. Il n empêche que les partis extrémistes d Europe se tendent la main et que les mines réjouies de leurs (ir)responsables pourraient bien finir par faire peur avec l apparition d une Europe à deux dimensions, le trait de la frontière se situant en France. Propos optimistes et pessimistes vont nécessairement se succéder sur le sort des dettes publiques dans les semaines qui viennent, ce qui alimentera une volatilité peu propice à un mouvement haussier serein. La décorrélation des indices Le S&P 500 a toujours mené le monde. Cet indice, peu connu du grand public, est en revanche très suivi par les gérants des grands fonds internationaux. Ces derniers sont acheteurs ou vendeurs selon leurs perceptions des valorisations des actifs boursiers et ils «mondialisent» leurs choix en conséquence. Les marchés européens se décalent parfois un peu de leurs homologues américains mais les «rappels à l ordre» ne se font généralement pas attendre et l étincelle haussière se doit de rester dans le camp américain, sauf pour les autres marchés, à s exposer à des déconvenues plus ou moins graves. Or, la question de savoir si la donne a maintenant changé se pose. Depuis le début de l année, les marchés européens sont devenus euphoriques tandis que leurs homologues américains sont manifestement victimes d essoufflement. Le temps de la franche consolidation n est pas loin selon de nombreux observateurs notamment ceux qui ne jurent, sans doute à raison, que par les cycles. L argument selon lequel les marchés européens ne font que rattraper leur retard n est pas nécessairement dirimant. Le retour énergique de la croissance aux États- Unis pouvait justifier un courant acheteur continu. Il n en est pas de même en Europe, doux euphémisme, et les mannes de la BCE, pour tranquillisantes qu elles Elle est indépendante et ne subit donc l influence de personne, pas même d un État éminent de par son poids ou ses efforts passés. soient, pourraient bien ne pas suffire à contrer une tendance américaine à la consolidation. Lorsqu un grand fonds américain décide de vendre des actifs, il distingue rarement les nationaux et des autres. Avant, la BCE ne parvenait pas à stimuler la croissance européenne, nonobstant des efforts colossaux et innovants. Après un assouplissement quantitatif d une telle ampleur, y parviendra-t-elle? Certainement pas si l Europe plonge dans une nouvelle crise majeure. Avant, le CAC 40 emboîtait le pas du S&P 500. Existe-t-il un après? Nous n en sommes pas certains et la rigueur Bertrand Richard de l hiver ne disparaît pas toujours au cours du mois de février. Journaliste et analyste financier indépendant CitiFirst I février 2015 I 07

8 analyses graphiques AXA Mouvement mesuré ascendant Validation d une figure haussière en canal de consolidation. L ANALYSE >>> Graphiquement, un cortège d éléments techniques permet d anticiper une poursuite de la hausse sur Axa. À court terme, le titre a validé une figure de continuation haussière dite en «triangle symétrique» développée entre le 5 décembre 2014 et le 15 janvier D un point de vue moyen terme, le dépassement des 19,75 euros a permis à la valeur de confirmer une nouvelle configuration de continuation positive dite en «canal de consolidation». Grâce à cette nouvelle figure, un mouvement mesuré ascendant est désormais en cours, une dynamique forte en analyse technique. Enfin, notons que l indicateur de vitesse RSI hebdomadaire est soutenu par une ligne de tendance haussière. En somme, tant que 18,20 euros reste support (base du triangle), la tendance est toujours haussière avec 24,90 puis 28 euros comme objectifs. Seule la cassure de 18,20 euros permettrait d invalider ce scénario optimiste. Un retour vers 16,50 euros, voire 14,50 en extension, serait alors envisagé. AXA Poursuite de la progression /01/12 22/07/12 22/01/13 RSI 22/07/13 22/01/14 22/07/14 24,90 18,20 16,50 14,50 22/01/15 28 CAPGEMINI Le biais reste haussier Le titre s est affranchi d une nouvelle résistance. L ANALYSE >>> Capegmini vient de s affranchir de la résistance des 61,5 euros et réalise ainsi de nouveaux plus hauts depuis 2002, libérant un potentiel de progression très important. Par ailleurs, le titre est soutenu par une ligne de tendance haussière née en octobre dernier à partir du plus bas 2014 à 48,4 euros. Du côté des indicateurs techniques, le titre s inscrit au-dessus de ses moyennes mobiles à 20 et 50 jours, positivement orientées. Le RSI, quant à lui, est soutenu par une ligne de support autour de 42. Ainsi, tant que 57 euros reste support, la tendance est haussière avec un test des 74 euros comme premier objectif. Le dépassement de ce niveau amènerait les cours sur les 80 euros. Seule la cassure de 57 euros permettrait d invalider ce scénario haussier. Un retour vers 54,79 euros, voire 52,2 en extension serait alors envisagé. CAPGEMINI Le titre dépasse une importante résistance RSI ,79 52,2 22/01/14 22/04/14 22/07/14 22/10/14 22/01/15 08 CitiFirst I février 2015 I

9 Réalisées le 23 janvier 2015 par. Grâce à l analyse graphique, il est possible de faire ressortir des données fondamentales, mais également des tendances de marché. Ce mois-ci, retrouvez dans First les analyses Axa, Capgemini, GDF Suez et Peugeot. GDF SUEZ Se retourne à la hausse La phase de consolidation sur le titre prend fin. L ANALYSE >>> Graphiquement, après avoir testé la zone de support des 17,5 euros, le titre a entrepris une phase de rebond technique. En effet, à court terme, GDF Suez s extrait d une figure positive dite «en biseau de consolidation». Par ailleurs, l indicateur de vitesse RSI est soutenu par un support horizontal situé autour de 37 %. À moyen terme, la dynamique est également haussière puisque les cours évoluent suite à la confirmation d une figure de renversement dite «en tête et épaules inversées» dont la ligne de cou s obtient en reliant les sommets d août 2012 et octobre En somme, tant que 17,5 euros reste support, la tendance est haussière avec un test des 24 euros comme premier objectif. Le dépassement de ce niveau amènerait les cours sur les 25,5 euros. Seule la cassure de 17,5 euros permettrait d invalider ce scénario haussier. Un retour vers 16,16 euros, voire 14,7 en extension serait alors envisagé. GDF SUEZ Le titre s extirpe d un biseau ascendant /01/14 22/04/14 RSI 22/07/14 22/10/14 25, ,5 16,16 14,7 22/01/15 PEUGEOT Vers 18 euros Le titre s est affranchi à la hausse d une figure en canal de consolidation. L ANALYSE >>> Graphiquement, le titre Peugeot continue de présenter un potentiel de hausse intéressant malgré son récent rallye. À court terme, le titre est soutenu par une ligne de tendance ascendante en place depuis le 16 octobre D un point de vue moyen terme, le dépassement des 11,20 euros a permis à la valeur de confirmer une nouvelle configuration de continuation positive dite en «canal de consolidation». Grâce à cette nouvelle figure, un mouvement mesuré ascendant est désormais en cours, une dynamique forte en analyse technique. Enfin, notons que l indicateur de vitesse RSI hebdomadaire s est affranchi d une ligne de tendance baissière. En somme, tant que 10 euros (oblique haussière) reste support, Peugeot présente un potentiel acheteur vers 14,50 puis 18,50 euros. Seule la cassure de 10 euros permettrait d invalider ce scénario optimiste. Un retour vers 8,80 euros, voire 7,40 serait alors à envisager. PEUGEOT Mouvement mesuré ascendant /01/13 22/07/13 RSI 22/01/14 22/07/14 18,50 14, ,80 7,40 22/01/15 CitiFirst I février 2015 I 09

10 agenda février 2015 FIRST STATISTIQUES ÉCONOMIQUES :30 US Revenus des ménages 14:30 US Dépenses des ménages 16:00 US Dépenses de construction 16:00 US ISM manufacturier :00 US Commandes des entreprises :00 US MBA Demandes de prêts hypothécaires 14:15 US Variation de l'emploi ADP 16:00 US ISM non-manufacturier :45 FR Sondage Investissements Industriels 14:30 US Productivité non-agricole 14:30 US Coûts de main d'œuvre horaires 14:30 US Inscriptions au chômage 14:30 US Balance commerciale 15:45 US Confort des consommateurs Bloomberg :45 FR Balance commerciale 14:30 US Main d'œuvre non-agricole 14:30 US Taux de chômage 14:30 US Revenus horaires moyens 21:00 US Crédit à la consommation :30 FR Sentiment des affaires de la Banque de France :45 FR Production Industrielle :45 FR Balance des comptes courants 13:00 US MBA Demandes de prêts hypothécaires 20:00 US Rapport Budget mensuel :30 US Inscriptions au chômage 14:30 US Demandeurs d'emplois 15:45 US Confort des consommateurs Bloomberg 16:00 US Stocks des entreprises :30 FR PIB annualisé 08:45 FR Main d'œuvre non-agricole :30 US Indice "Empire State" 16:00 US Indice NAHB du marché immobilier :00 US MBA Demandes de prêts hypothécaires 14:30 US Mises en chantier 14:30 US Permis de construire 15:15 US Production Industrielle 15:15 US Capacité d'utilisation :45 FR Indice des prix à la consommation de la Zone Euro 14:30 US Inscriptions au chômage 14:30 US Demandeurs d'emplois 15:45 US Confort des consommateurs Bloomberg :00 US Reventes de logements 16:00 US Vente d'immobilier ancien :45 FR Indice des perspectives de production 08:45 FR Perspectives de production des chefs d'entreprises :00 US Indice Manufacturier de la FED de Richmond :45 FR Indice de confiance des consommateurs 13:00 US MBA Demandes de prêts hypothécaires 16:00 US Ventes de logements neufs 18:00 FR Demandeurs d'emplois :30 US Commandes de biens durables 14:30 US Inscriptions au chômage 14:30 US Demandeurs d'emplois 15:45 US Confort des consommateurs Bloomberg :30 US Consommation des ménages 15:45 US Indice des directeurs d'achat 16:00 US Ventes de logement en cours (Liste non exhaustive et donnée à titre indicatif uniquement) FIRST LES RÉSULTATS FINANCIERS LVMH Moet Hennessy Louis Vuitton Résultats année Societe Generale Résultats année Vinci Résultats année BNP Paribas Résultats année Sanofi Résultats année Alcatel-Lucent Résultats année Lagardere Résultat 4 e trimestre Eiffage Résultat 4 e trimestre BIC Résultats année Edenred Résultats année Faurecia Résultats année Total Résultats année L'Oreal Résultats année Publicis Groupe Résultats année Renault Résultats année Hermes International Résultat 4 e trimestre Electricite de France Résultats année UBISOFT Entertainment Résultat 3 e trimestre Legrand Résultats année Casino Guichard Perrachon Résultats année Kering Résultats année Air Liquide Résultats année Metropole Television (M6) Résultats année Orange Résultats année Technip Résultats année Accor Résultats année 2014 (Liste non exhaustive et donnée à titre indicatif uniquement) 10 CitiFirst I février 2015 I

11 Chaque mois, surveillez la publication des statistiques économiques qui influencent les marchés, et les résultats financiers des principales entreprises françaises. FIRST LES RÉSULTATS FINANCIERS FIRST AVERTISSEMENT Natixis Résultats année Lafarge Résultats année Peugeot Résultats année Credit Agricole Résultats année Schneider Electric Résultats année Essilor International Résultats année Atos Résultats année Danone Résultats année Cap Gemini Résultats année TF1 Résultats année Valeo Résultats année Vallourec Résultats année AXA Résultats année Safran Résultats année Bouygues Résultats année Suez Environnement Résultats année SEB Résultats année GDF Suez Résultats année Thales Résultats année CGG Résultats année Veolia Environnement Résultats année Vivendi Résultats année Airbus Group Résultats année Exxon Mobil Résultat 4 e trimestre Twitter Résultat 4 e trimestre Tesla Motors Résultat 4 e trimestre 2014 (Liste non exhaustive et donnée à titre indicatif uniquement) FIRST CONTACT Accueil Warrants & Certificats Audiotel Warrants & Certificats (Numéro Azur) (Numéro fixe) (Numéro Vert) Numéro Vert Belgique Internet Reuters <ISIN>.PA <Mnémonique>.PA Bloomberg Adresse <ISIN> Corp Go Citi CitiFirst Warrants & Certificats 1-5, rue Paul Cézanne Paris Citigroup rappelle que les Warrants et Certificats sont des produits complexes qui ne bénéficient d aucune garantie en capital. En raison de leur nature optionnelle, les Warrants et Certificats peuvent connaître de grandes variations, voire perdre tout ou partie de leur valeur, avant ou à leur échéance. Le recours aux conseils de l intermédiaire financier habituel ou de tout autre conseiller professionnel de l investisseur avant tout investissement, ainsi que la vérification de l adéquation des Warrants et des Certificats avec la stratégie, le profil des risques choisis et l importance du portefeuille d actifs financiers détenus par l investisseur, peuvent s avérer nécessaires pour des personnes non averties des spécificités des Warrants et des Certificats. Les données contenues dans ce document ne sont fournies qu à titre indicatif et ne constituent pas, de la part de Citi, une incitation à vendre ou à acheter. Citi ne pourrait en aucun cas être tenue responsable pour toute erreur typographique pouvant figurer dans ce document. Tous les Warrants et Certificats Citi sont émis par Citigroup Global Markets Deutschland AG et font l objet d un Prospectus de Base visé par la BaFin (régulateur financier allemand), ayant fait l objet d un certificat d approbation par la BaFin à destination de l AMF et, si nécessaire, d une (de) Note(s) Complémentaire(s) également visée(s) par la BaFin ainsi que des Conditions Définitives de l Offre. Le Prospectus de Base des Turbos est disponible sur simple demande auprès de Citi ainsi que sur et sur le site Internet Les Conditions Définitives de l Offre sont disponibles sur le site et sur le site Internet Seuls les documents d émission visés par la BaFin font foi. L attention du public est attirée sur la partie «facteurs de risques» du Prospectus. Les instruments financiers, objets du présent document, ne bénéficient pas de garantie de capital et sont sujets à un effet de levier. Les commentaires de Guillaume Menuet ne constituent ni la production ni la diffusion de recommandations d investissement, mais représentent une vue personnelle au sens de l article R du Code monétaire et financier. Il ne s agit pas d une analyse financière, mais ils peuvent contenir des extraits de l analyse financière publiée par Citigroup. À propos de l article de Bertrand Richard, les investisseurs s engagent à ne pas copier, ni diffuser, ni transmettre, ni reproduire partiellement ou en totalité les informations rédigées. Les commentaires formulés dans cet article n ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d achat d instruments financiers émis ou négociés par Citigroup. Citigroup n accepte aucune responsabilité quant au contenu des informations développées par Bertrand Richard. Les commentaires et projections concernant les marchés, réalisés par le journaliste, ne représentent pas les estimations, prévisions ou vues de Citigroup et ne peuvent engager la responsabilité de Citigroup. À propos des analyses rédigées par CHART S, les investisseurs s engagent à ne pas copier, ni diffuser, ni transmettre, ni reproduire partiellement ou en totalité les informations rédigées par CHART S. Les commentaires sont formulés par CHART S, ils n ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d achat d instruments financiers émis ou négociés par Citigroup. Citigroup n accepte aucune responsabilité quant au contenu des informations développées par CHART S. Les commentaires et projections concernant les marchés, publiés par CHART S, ne représentent pas les estimations, prévisions ou vues de Citigroup et ne peuvent engager la responsabilité de Citigroup. Imprimeur certifié imprim vert. Impression avec encres végétales sur papier issu de sources responsables Pour plus d infos : First 91 Le mensuel FIRST est édité par Citigroup Global Markets Deutschland AG, Reuterweg 16, Francfort-sur-le-Main, Allemagne. Rédaction : Alban Soubigou, Gabriel Sicouri, Robin Said. Dépôt légal à la parution. Conception-réalisation : nidépices. Crédits photos : Coloures-pic, djama - Fotolia. CitiFirst I février 2015 I 11

12 Audiotel : Accueil Warrants : N Fixe LE LEVIER DU JOUR Tous les matins, avant l ouverture, l analyse technique intraday du CAC 40 par Bertrand Richard. NOUVELLES ÉMISSIONS Afin de rester toujours informé de l actualité des produits Citi, recevez les alertes Nouvelles Émissions par . Inscription dans la section «Mon CitiFirst» du site Numéro 91 février 2015 À NE PAS MANQUER DEMAIN Chaque jour, la rédaction de Investir.fr se mobilise pour vous apporter la liste des valeurs à suivre et des chiffres à attendre lors de la prochaine session de bourse. Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi ÉCONOMIE L assouplissement quantitatif (QE1) est arrivé MARCHÉS Un avant pour quel après? FIRST Le magazine mensuel gratuit de Citi. Chaque mois, l actualité des Warrants, des Turbos et des marchés. TENDANCE FUTURE En milieu de matinée, l analyse technique sur le Future CAC en base horaire. Les Turbos Guide Pédagogique Produits à effet de levier avec barrière désactivante Produits présentant un risque de perte en capital BROCHURE TURBOS ET WARRANTS Indispensables avant tout investissement sur les produits à effet de levier, nos brochures exposent en quelques pages le fonctionnement et les risques inhérents à ces produits dérivés. Je souhaite recevoir gratuitement par courrier : Le Guide Warrants Le Guide Turbos Le magazine mensuel FIRST Je souhaite recevoir gratuitement par Le Levier du Jour : analyse graphique quotidienne du CAC 40 Tendance Future : analyse technique du Future CAC en matinée À ne pas manquer demain : l agenda économique et financier Coupon à retourner : CitiFirst Warrants & Certificates, Citi, 1-5, rue Paul Cézanne, Paris Prénom Nom Adresse Code Postal Ville (Pour les abonnements par )

g e gamme 2 Les Turbos d investissements in mme d investissements intellig d i ti t i t lli t Que sont les Turbos?

g e gamme 2 Les Turbos d investissements in mme d investissements intellig d i ti t i t lli t Que sont les Turbos? Equity First une gamme d invest First une gamme d investisseme une gamme d investissements in ga d investissements intelligents Eq intelligents Equity First une gam Equity First une gamme d invest First

Plus en détail

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital.

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. TURBOS WARRANTS CERTIFICATS Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. 2 LES TURBOS 1. Introduction Que sont les Turbos? Les Turbos sont des produits

Plus en détail

WARRANTS TURBOS CERTIFICATS. Les Warrants. Découvrir et apprendre à maîtriser l effet de levier

WARRANTS TURBOS CERTIFICATS. Les Warrants. Découvrir et apprendre à maîtriser l effet de levier WARRANTS TURBOS CERTIFICATS Les Warrants Découvrir et apprendre à maîtriser l effet de levier 2 WARRANTS Qu est-ce qu un Warrant? Un warrant est une option cotée en Bourse. Emis par des établissements

Plus en détail

LES TURBOS. Investir avec du levier sur les indices et les actions!

LES TURBOS. Investir avec du levier sur les indices et les actions! LES TURBOS Investir avec du levier sur les indices et les actions! Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V.

Plus en détail

Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi. ÉCONOMIE Prêts bancaires aux PME : un indicateur clé

Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi. ÉCONOMIE Prêts bancaires aux PME : un indicateur clé Numéro 78 Décembre 2013 Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi ÉCONOMIE Prêts bancaires aux PME : un indicateur clé MARCHÉS Le champagne sans la bulle? Produits présentant un risque

Plus en détail

Certificats TURBO. Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital.

Certificats TURBO. Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital. Certificats TURBO Bénéficiez d un effet de levier en investissant sur l indice CAC 40! Produits non garantis en capital. www.produitsdebourse.bnpparibas.com Les Certificats Turbo Le Certificat Turbo est

Plus en détail

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 01/12/14 AU 07/12/14

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 01/12/14 AU 07/12/14 ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 01/12/14 AU 07/12/14 1/ Contexte : Deux fait marquants pour la semaine passée : 1/ Statu quo pour l OPEP. L'OPEP produira 30 millions de barils par jour au moins jusqu en

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi. ÉCONOMIE L assouplissement quantitatif de la BCE, où, quand et comment?

Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi. ÉCONOMIE L assouplissement quantitatif de la BCE, où, quand et comment? Numéro 86 septembre 2014 Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi ÉCONOMIE L assouplissement quantitatif de la BCE, où, quand et comment? MARCHÉS La BCE suffira-t-elle? Produits présentant

Plus en détail

Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi

Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi Numéro 97 septembre 2015 Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi ÉCONOMIE Nouvelle baisse des prévisions de croissance MARCHÉS Mais que fait la Chine? Produits présentant un risque

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013 La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2013 Pierre BUI QUANG Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2013, les non résidents détenaient

Plus en détail

Les Turbos. Guide Pédagogique. Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits présentant un risque de perte en capital

Les Turbos. Guide Pédagogique. Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits présentant un risque de perte en capital Les Turbos Guide Pédagogique Produits à effet de levier avec barrière désactivante Produits présentant un risque de perte en capital Les Turbos 2 Sommaire Introduction : Que sont les Turbos? 1. Les caractéristiques

Plus en détail

Sur la pointe des pieds. Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi

Sur la pointe des pieds. Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi Numéro 73 Juin 2013 Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi FLASH Citi : la banque la plus verte du monde selon Bloomberg Markets marchés Sur la pointe des pieds Produits présentant

Plus en détail

Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi

Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi Numéro 87 octobre 2014 Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi ÉCONOMIE Focus sur le bilan de la banque centrale européenne MARCHÉS En roue libre Produits présentant un risque de

Plus en détail

Les TURBOS. Division (12pt)

Les TURBOS. Division (12pt) Les TURBOS Division (12pt) Le prospectus d émission des certificats TURBOS a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 3 mai 2010. Ce document à caractère promotionnel est établi sous

Plus en détail

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300!

TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL. TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! TURBOS JOUR PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 JUSQU À x300! Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

Reverse Convertibles

Reverse Convertibles Reverse Convertibles Le prospectus d émission du titre de créance complexe a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 24 Novembre 2010. Ce document à caractère promotionnel est établi

Plus en détail

La Lettre chartiste mensuelle

La Lettre chartiste mensuelle La Lettre chartiste mensuelle Achevée de rédiger le 25 novembre 2014, par Arnaud Sauvage Sommaire Synthèse 1 Indices actions Europe et US 2 Spread indices actions 4 Secteurs européens 5 Indices d aversion

Plus en détail

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 5 octobre 2015. Semaine 40. Du 05/10/15 au 11/10/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 5 octobre 2015. Semaine 40. Du 05/10/15 au 11/10/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique 5 octobre 2015 fff Semaine 40 Bilan de la semaine précédente : Performance* Depuis le 01/12/14 Depuis le 01/01/15 MyPropTrading +45.42% +41.32% CAC 40 +1.56% +4.36% Variation hebdo Cours* CAC 40-0.49%

Plus en détail

La vie est faite de hauts et de bas. Nous sommes là dans les deux cas. 2587GS4_210x210BrochureTurbo-FR@1-8.indd 1. Bienvenue chez

La vie est faite de hauts et de bas. Nous sommes là dans les deux cas. 2587GS4_210x210BrochureTurbo-FR@1-8.indd 1. Bienvenue chez La vie est faite de hauts et de bas. Nous sommes là dans les deux cas. 2587GS4_210x210BrochureTurbo-FR@1-8.indd 1 Bienvenue chez 13/11/14 15:43 LES TURBOS DE UNICREDIT Investir avec les Certificats Turbos

Plus en détail

UEM : Les crises ne sont pas terminées. Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi

UEM : Les crises ne sont pas terminées. Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi Numéro 74 Juillet - Août 2013 Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi SPECIAL MARCHÉS Investir et gérer ses positions cet été. Risques et opportunités. marchés UEM : Les crises ne

Plus en détail

Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi. ÉCONOMIE L ERS : une alternative au programme de rachat d obligations (OMT)?

Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi. ÉCONOMIE L ERS : une alternative au programme de rachat d obligations (OMT)? Numéro 81 mars 2014 Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi ÉCONOMIE L ERS : une alternative au programme de rachat d obligations (OMT)? MARCHÉS Les Cimes et la vallée Produits présentant

Plus en détail

Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi

Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi Numéro 94 mai 2015 Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi ÉCONOMIE Et si Grexit se produisait? MARCHÉS Les sables mouvants Produits présentant un risque de perte en capital. Frais

Plus en détail

Noël CLEMENT. Ma stratégie pour la sixième semaine du lundi 23 au vendredi 27 novembre 2015

Noël CLEMENT. Ma stratégie pour la sixième semaine du lundi 23 au vendredi 27 novembre 2015 Noël CLEMENT Ma stratégie pour la sixième semaine du lundi 23 au vendredi 27 novembre 2015 1. Contexte de marché : L ensemble des Etats-Unis d Europe, se sont mobilisés depuis le vendredi 13 novembre,

Plus en détail

Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés

Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés Bonus Cappés et Reverse Bonus Cappés Le prospectus d émission des certificats Bonus a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 9 octobre 2009. Ce document à caractère promotionnel est

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants :

Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants : Groupe Ouellet Bolduc CONSEILLERS EN PLACEMENT LE RAPPORTEUR LE RAPPORTEUR PREMIER TRIMESTRE DE 2015 Le premier trimestre 2015 a été marqué par plusieurs faits saillants importants : Des variations rapides

Plus en détail

Forex Equities Options

Forex Equities Options La BCE devra se battre avec la déflation Comme nous l écrivions à plusieurs reprises dans nos analyses, nous estimons que le spread FRA permet de juger de l évolution et de la juste valeur du marché des

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V.

Plus en détail

Commerzbank AG Certificats Factors

Commerzbank AG Certificats Factors Commerzbank AG Certificats Factors Corporates & Markets Produits présentant un risque de perte en capital. Les instruments dérivés présentés sont soumis à des risques (voir les facteurs de risque sur la

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi. ÉCONOMIE À qui profite l affaiblissement de l euro? MARCHÉS Miracle ou mirage?

Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi. ÉCONOMIE À qui profite l affaiblissement de l euro? MARCHÉS Miracle ou mirage? Numéro 93 avril 2015 Le magazine mensuel consacré aux Warrants et Certificats Citi ÉCONOMIE À qui profite l affaiblissement de l euro? MARCHÉS Miracle ou mirage? Produits présentant un risque de perte

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Zone de turbulences? Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi

Zone de turbulences? Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi Numéro 70 Mars 2013 Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi ÉCONOMIE Élections italiennes : la crise de la dette n est pas finie marchés Zone de turbulences? Produits présentant un

Plus en détail

Certificats Cappés (+) et Floorés (+)

Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Pour investir avec du Levier sur les indices CAC 40 ou DAX Même dans un contexte

Plus en détail

WEBINAIRE SG-ING : OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENT EN 2015

WEBINAIRE SG-ING : OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENT EN 2015 WEBINAIRE SG-ING : OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENT EN 2015 Les intervenants : Florent Dimitriou ING Direct Responsable produit Bourse et Fonds Sébastien David Société Générale Responsable Relations Investisseurs

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie!

LES TURBOS INFINIS. Investir avec un levier adapté à votre stratégie! LES TURBOS INFINIS Investir avec un levier adapté à votre stratégie! Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Émetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance

Plus en détail

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à échéance Un objectif de rendement de 8 % par an Une durée d investissement conseillée de 8 ans

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres À la fi n de l année 2009, les non-résidents

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2010, la capitalisation

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier 100% garanti en capital à l échéance Durée d investissement conseillée : 8 ans Moteur automobile à deux-temps 189 Karl

Plus en détail

TURBOS Votre effet de levier sur mesure

TURBOS Votre effet de levier sur mesure TURBOS Votre effet de levier sur mesure Société Générale attire l attention du public sur le fait que ces produits, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations,

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

20 % à 2 ans 40 % à 4 ans 60 % à 6 ans 80 % à 8 ans

20 % à 2 ans 40 % à 4 ans 60 % à 6 ans 80 % à 8 ans Cet instrument financier, comme les placements directs en actions, n est garanti en capital ni en cours de vie ni à l échéance. SOUSCRIPTION AVANT LE LUNDI 6 JUIN 2011 ENVELOPPE LIMITÉE 1, EN EXCLUSIVITÉ

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Certificats BONUS CAPPÉS

Certificats BONUS CAPPÉS Certificats BONUS CAPPÉS Investissez différemment sur les actions, les indices et les matières premières! Produits non garantis en capital, non éligibles au PEA www.produitsdebourse.bnpparibas.com Les

Plus en détail

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens?

Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? Décrochage de la bourse chinoise : y a-t-il des risques pour les marchés actions européens? 11 JANVIER 2016 Par Yves Maillot Directeur gestion actions européennes Natixis Asset Management S uite au fort

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

DEMANDEZ PLUS À VOTRE ARGE NT

DEMANDEZ PLUS À VOTRE ARGE NT Souscription du 8 janvier au 28 janvier 203 7h (sauf clôture anticipée sans préavis au gré de l émetteur) Éligible au comptes-titres et à l assurance vie lcl Objectif France (JANVier 203) Un placement

Plus en détail

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix ING Turbos Infinis Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos Infinis Les

Plus en détail

La Lettre chartiste mensuelle

La Lettre chartiste mensuelle La Lettre chartiste mensuelle Achevée de rédiger le 24 avril 2015, par Arnaud Sauvage Sommaire Synthèse 1 Indices actions Europe et US 2 Spread indices actions 4 Secteurs européens 6 Indices d aversion

Plus en détail

Les Warrants ABN AMRO

Les Warrants ABN AMRO Les Warrants ABN AMRO Donner de nouveaux horizons à ses stratégies * le meilleur du possible Making more possible* Gagner en performance avec les Warrants Les Warrants permettent de développer de multiples

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

La Lettre chartiste mensuelle

La Lettre chartiste mensuelle La Lettre chartiste mensuelle Achevée de rédiger le 23 novembre 2012, par Arnaud Sauvage Sommaire Synthèse 1 Indices actions Europe et US 2 Spread indices actions 3 Secteurs européens 5 Indices d aversion

Plus en détail

DJ Europe Stoxx 50. Taux Euro 5 ans 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 0,00% -1,00% > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T > F L A S H M A C R O

DJ Europe Stoxx 50. Taux Euro 5 ans 6,00% 5,00% 4,00% 3,00% 2,00% 1,00% 0,00% -1,00% > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T > F L A S H M A C R O D E U X I E M E T R I M E S T R E 2 0 1 5 > L A G E S T I O N S O U S M A N D A T JeanMarc Léonard Responsable Département Investissement Contact 17 Côte d Eich B.P. 884 L2018 Luxembourg T (352) 46 99

Plus en détail

Alpha Conviction. Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé).

Alpha Conviction. Durée d investissement conseillée : 6 ans (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé). Alpha Conviction Instrument financier émis par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 14 janvier 2014) dont l investisseur supportera le risque de crédit. Alpha Conviction est une alternative

Plus en détail

Rapport annuel Exercice clos le 31 octobre 2014 SAFIR 1) Politique de gestion Le fonds finit l année à +2.19% contre +12.56% pour l indice composite 50% MSCI DM World Net Return (dividendes nets réinvestis)

Plus en détail

autocall zen autocall

autocall zen autocall zen. autocall en capital, ni en cours de vie ni à l échéance Durée d investissement conseillée : 8 ans (en l absence d activation du mécanisme de remboursement automatique anticipé) Cadre d investissement

Plus en détail

=> A court terme, nous restons «long» Dollar/ «court» Euro

=> A court terme, nous restons «long» Dollar/ «court» Euro => A court terme, nous restons «long» Dollar/ «court» Euro L euro a touché à la fin mai son plus faible niveau face au dollar depuis juillet 2010 (1,23 USD) sous l effet, notamment, des craintes selon

Plus en détail

Perspectives et stratégie de placement

Perspectives et stratégie de placement Perspectives et stratégie de placement 26 mars 2015 Independent Asset Managers since 1982 Environnement macro-économique Au niveau macro-économique, les chiffres de l économie américaine sont relativement

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

METAL ARGENT (Millions onces)

METAL ARGENT (Millions onces) R2D2 - Concours d'analyse matières premières 30 Avril 2013 ANALYSE FONDAMENTALE LA PART DE L'ARGENT INDUSTRIEL L industrie absorbe une part substantielle de la production du métal argent; 1200 1000 800

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

> Porphyre. Assurance Vie & Capitalisation. Janvier 2014

> Porphyre. Assurance Vie & Capitalisation. Janvier 2014 Assurance Vie & Capitalisation > Porphyre Janvier 2014 Titre de créance à capital non garanti, ni en cours de vie, ni à l'échéance Support en unités de compte d un contrat d assurance vie ou de capitalisation,

Plus en détail

Les produits de Bourse UniCredit sur le CAC Ext (Étendu).

Les produits de Bourse UniCredit sur le CAC Ext (Étendu). EXCLUSIVITÉ UNICREDIT! Les produits de Bourse UniCredit sur le CAC Ext (Étendu). De 8h00 à 18h30, le potentiel des prix et de la liquidité*. CES PRODUITS SONT DESTINÉS À DES INVESTISSEURS AVERTIS. PRODUITS

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14 ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14 1/ Contexte : En Europe, les marchés actions sont toujours aussi peu directionnels. L économie européenne et les risques géopolitiques soulèvent quelques

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

DURÉE D INVESTISSEMENT CONSEILLÉE : 6 ANS (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé)

DURÉE D INVESTISSEMENT CONSEILLÉE : 6 ANS (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé) DURÉE D INVESTISSEMENT CONSEILLÉE : 6 ANS (en l absence d activation automatique du mécanisme de remboursement anticipé) ENVELOPPE LIMITÉE EN EXCLUSIVITÉ SUR HEDIOS-VIE.COM CET INSTRUMENT FINANCIER, COMME

Plus en détail

BNP Paribas. La perspective d un coupon élevé, en cas de hausse comme en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 avec un risque sur le capital

BNP Paribas. La perspective d un coupon élevé, en cas de hausse comme en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 avec un risque sur le capital STRATÉGIE P. 2 BNP Paribas - s adresse à l investisseur expérimenté qui souhaite un coupon brut annuel potentiel de 8% même en cas de baisse de maximum 30% de l indice CAC40 et qui accepte un risque en

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Parmi les douze produits de base les plus prisés par les investisseurs, on retrouve l argent (+20% en euro), le zinc (+11%) ou le cuivre (+8,5%).

Parmi les douze produits de base les plus prisés par les investisseurs, on retrouve l argent (+20% en euro), le zinc (+11%) ou le cuivre (+8,5%). => Nous restons neutre sur les ressources naturelles. L indice composite des 24 principales ressources naturelles concocté par S&P et Goldman Sachs a atteint le 24 février un nouveau sommet inédit depuis

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

EVOLUTION DE LA COMMUNICATION FINANCIERE DANS UN CONTEXTE D EURO FORT

EVOLUTION DE LA COMMUNICATION FINANCIERE DANS UN CONTEXTE D EURO FORT EVOLUTION DE LA COMMUNICATION FINANCIERE DANS UN CONTEXTE D EURO FORT Tous droits réservés Mazars Juillet 2014 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre

30 SEPTEMBRE 2012 COMMENTAIRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. 3 e trimestre Les marchés boursiers ont rebondi de façon marquée au cours du troisième trimestre, réagissant aux politiques accommodantes annoncées par les principales banques centrales dans le monde et au progrès dans

Plus en détail

Appétit ou aversion? Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi. ÉCONOMIE Des progrès mais un chemin encore sinueux

Appétit ou aversion? Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi. ÉCONOMIE Des progrès mais un chemin encore sinueux Numéro 68 Janvier 2013 Le magazine mensuel consacré aux warrants et certificats Citi ÉCONOMIE Des progrès mais un chemin encore sinueux marchés Appétit ou aversion? UNE BANQUE, DEUX SIÈCLES, ET DES MILLIERS

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

* L obligation est soumise au risque de défaut de Natixis (Fitch : A / Moody s : A2 / Standard & Poor s : A au 1 er septembre 2015).

* L obligation est soumise au risque de défaut de Natixis (Fitch : A / Moody s : A2 / Standard & Poor s : A au 1 er septembre 2015). Equinoxe Janvier 2026 Equinoxe Janvier 2026 est une obligation de droit français émise par Natixis* offrant à l échéance une protection à 90 % du capital initial. Equinoxe Janvier 2026 présente un risque

Plus en détail

CA Oblig Euro Stoxx 50 (Octobre 2015)

CA Oblig Euro Stoxx 50 (Octobre 2015) CA Oblig Euro Stoxx 50 (Octobre 2015) Titre obligataire émis par Crédit Agricole S.A. Souscription du 9 septembre au 8 octobre 2015 Une performance liée en partie à l évolution sur 10 ans des marchés actions

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Objectif Décembre 2015

Objectif Décembre 2015 Objectif Décembre 2015 Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie ou à l échéance, alternatif à un placement risqué de type actions. Durée d investissement

Plus en détail

risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée Éligibilité

risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée  Éligibilité Orange Dégressif Orange Dégressif est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis

Plus en détail