Manuel de catéchèse pour responsable de l Ecole du Sabbat des adultes

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manuel de catéchèse pour responsable de l Ecole du Sabbat des adultes"

Transcription

1 2 Structures, fonctionnement, matériel Manuel de catéchèse pour responsable de l Ecole du Sabbat des adultes «Nous devons tout mettre en œuvre pour que l'école du Sabbat devienne l école la plus noble et la plus efficace du monde.» Ellen WHITE STRUCTURES, FONCTIONNEMENT, MATÉRIEL Église adventiste du septième jour Fédération France Nord (dernière mise à jour mars 2013)

2 3 Structures, fonctionnement, matériel Sommaire L École du sabbat des adultes La catéchèse est la formation des disciples de Jésus-Christ. L'École du Sabbat est l'organisation créée par l'église adventiste du septième jour pour sa catéchèse. Elle attire l'attention sur la Bible. Mais elle s'en démarque par la formation hebdomadaire de ses membres dans l'étude des textes bibliques. Chaque trimestre, un sujet biblique (thème, croyance ou livre tant de l'ancien que du Nouveau testament) est étudié à partir d'un guide biblique élaboré par le département de l école du sabbat de la Conférence Générale. L'Église adventiste du septième jour est membre de l'alliance biblique française et elle a des représentants dans différents conseils d'administration des sociétés bibliques dans le monde. C'est dire l'importance de la Bible, de son interprétation et de sa diffusion dans les différents pays du monde pour l'église adventiste du septième jour. Le but recherché est de faire grandir ses membres dans la foi, l espérance et l amour, et de les former à en témoigner avec joie. Le mot «école» est tout à fait approprié puisque l Église est un centre de formation, d enseignement, d encouragement et de partage. Cependant, nous recommandons d utiliser le mot catéchèse pour désigner cette formation spirituelle. Cette recommandation est essentielle pour les territoires français car, selon la législation française, la catéchèse est la seule activité que les associations cultuelles (loi 1905) sont habilitées à avoir en dehors du culte proprement dit. Le mot catéchèse vient d un verbe grec qui veut dire faire entendre un son qui vient d en haut, résonner, dire à haute voix. C est donc un mot très beau qui nous invite à écouter Celui qui vient d en haut et dont le message a pour objectif de nous transformer tels qu Il le veut. L école du sabbat est très importante : elle est un facteur extraordinaire de croissance spirituelle et numérique de l église. Elle est un lieu et un moyen d évangélisation toujours plus fructueux. Son organisation en petits groupes offre les conditions optimales pour la croissance spirituelle et relationnelle de chacun de ses membres. La catéchèse est encore le lieu approprié pour le témoignage de chaque membre et doit donner à chaqu un l envie et les moyens de grandir en tant que disciple de Jésus-Christ en partageant sa foi avec joie. L EDS des adultes doit fonctionner en petit groupes de discussion composées de 7 à 10 membres maximum pour permettre la meilleure dynamique de groupes. En dessous de 7 personnes, le groupe manque de variété et donc de dynamique, au-dessus de 10, il fonctionne avec d autres règles de communication et ne permet plus une participation de chaque personne présente. Chaque groupe se devrait d avoir au moins un animateur ou une animatrice responsable et un animateur ou une animatrice en formation. Chaque classe peut être enrichie par un hôte ou une hôtesse chargé(e) de l accueil et des relations entre les membres de la classe. Chaque EDS peut organiser des programmes spéciaux à un rythme régulier (mensuel ou trimestriel) - la classe unique pour l ensemble de la section des adultes doit demeurer exceptionnelle. Elle doit alors être confiée à quelqu un de particulièrement compétent pour que ce soit un encouragement pour tous.

3 4 Structures, fonctionnement, matériel I - LES RESPONSABLES DE L ÉCOLE DU SABBAT L acceptation de la fonction de directeurs (trice), d adjoints (tes) ou d animateurs (trice) de l EDS doit se concevoir en terme de ministère au service de toute l église et comprendre que la catéchèse est LA CLE qui ouvre la porte sur l univers de la connaissance de Dieu Créateur, de Jésus-Christ Rédempteur et Sauveur de l humanité et du St Esprit. Par conséquent c est un ministère qui réclame consécration, disponibilité, sérieux, compétence et surtout d avoir une vision. a) Les différents aspects de l EDS Il faut une réelle administration et gestion qui garantiront le succès de plans et projets qui seront entrepris pour lui permettre de satisfaire à la mission qui est la sienne. 1 LA CATECHESE PROPREMENDITE DE L EGLISE (l enseignement le partage) 2 TEMOIGNAGE - LA FRATERNITE, (convivialité) 4 - LA MISSION (locale et mondiale) b) EDS et catéchèse L EDS n est pas une simple formation livresque mais une école d apprentissage permanent à l écoute de la Parole de Dieu. En conséquence, la direction de l EDS doit être très soucieuse du progrès des membres et de la progression globale de l église en termes de connaissance biblique. Elle doit proposer des solutions pour permettre aux membres, de façon individuelle et globale, de progresser. Elle doit aussi mettre en place, avec son comité puis avec le comité d église, la journée «Eglise à l étude» (voir document fédérale pour sa mise place) et veiller à sa pérennisation. La direction doit décider - planifier et présider avec le pasteur (ou l ancien mandaté) des sujets qui doivent être étudiés en église réunie le sabbat après-midi. Elle doit recommander le matériel de base pour l étude de la Bible - Guide de l étude (questionnaire) moniteur pour les animateurs- Bibles diverses concordance dictionnaire biblique dictionnaire littéraire commentaires diverses d EG White etc. Aussi, il est important que l Église locale choisisse avec soin ses responsables de l EDS.

4 5 Structures, fonctionnement, matériel I. L ADMINISTRATION DE L EDS 1 - LE RESPONSABLE DE L EDS ( ou Directeur ou Coordinateur) a) Profil - qualification Le Ministère de Responsable de catéchèse de l église Adventiste exige de la consécration et une expérience spirituelle de la part de celui ou celle l occupe. Aussi, l Église doit reconnaître chez le responsable les caractéristiques suivantes : - un amour de la Parole de Dieu, de son enseignement et de sa mise en pratique - une vision globale de l œuvre de Dieu - un intérêt pour l Église - de l humilité - une expérience dans l animation - un grand sens de l organisation - une capacité de rassembleur - du sérieux (dans l action et dans la parole donnée) - un esprit de collaboration - une facilité pour les relations humaines, fraternelles et spirituelles - un désir de progrès personnels (formation continue, etc..) - une disponibilité pour les affaires du Seigneur b) Cahier des charges Le rôle majeur du Responsable se résume en ces 4 points précédemment cités : L ADMINISTRATION DE L EDS (une bonne gestion administrative garantie le succès de plans et projets) 3 LA CATECHESE PROPREMENDITE DE L EGLISE (l enseignement) 4 LA FORMATION (de l équipe dirigeantes et des adjoints des animateurs de l église) 5 et LA MISSION (locale et mondiale) Il doit tout mettre en œuvre pour : promouvoir l enseignement et la mise en pratique des Saintes Écritures grâce à l EDS favoriser la formation de son équipe - des animateurs (à raison d une formation locale par trimestre soit par le pasteur ou la (le) responsable ou par la personne la plus compétente) ainsi que des membres de la communauté encourager les animateurs à suivre les formations FFN à leur intention encourager et valoriser chaque animateur dans son ministère. Faire des plans et projets pour que l EDS soit à même de remplir la mission par l organisation de «Sabbat des invités» qui demeure la mission locale par excellence de l EDS (voir manuel de mise en place)

5 6 Structures, fonctionnement, matériel Une telle responsabilité demande enthousiasme, bonne volonté, disponibilité, si l on veut atteindre ces objectifs. Le responsable devrait, pendant la durée de son mandat, connaître tous les animateurs - les membres, les classes pour repérer ainsi le vrai potentiel du département dont il a la charge. Être responsable de l EDS ne se limite pas à la gestion humaine et administrative, mais c est aussi promouvoir la convivialité dans les relations humaines et provoquer des vocations et expériences des membres. Ces qualifications peuvent paraître trop exigeantes pour un être humain. C est pourquoi il est nécessaire de les assumer avec humilité et dans une perspective spirituelle de partenariat avec Dieu. Il est aussi indispensable que le responsable de la catéchèse soit soutenu et encouragé régulièrement par le pasteur ou l ancien affecté à ce département ce qui pourrait être comparé à l attention que porte un coach pour un sportif de haut niveau. Le directeur exercera son mandat en s acquittant des tâches suivantes : (voire procédures et conseils) Concevoir des plans et projets pour satisfaire l objectif de la catéchèse globale de l église ainsi que de la mission superviser les activités du département et s assurer qu elles contribuent à la réalisation des objectifs de l EDS recruter, stimuler et encourager les animateurs des classes assurer la formation de tous les membres de l équipe ainsi que des membres d église à l étude de la bible - avec le pasteur planifier les rencontres d animateurs (calendrier et intervenants) planifier les différentes présidences pour le samedi matin à l église organiser et présider le comité (mensuel) du département veiller à l équipement nécessaire (matériel, bibliographie, bureautique, etc.) établir un budget de fonctionnement pour l année ecclésiale travailler en étroite collaboration avec le pasteur et les anciens 2 - CONSEILS ET INSTALLATION DE L EQUIPE Mise en place de l équipe - Dès les nominations terminées, la-le responsable se met immédiatement en contact avec ses collaborateurs. Les remercie de travailler avec lui (elle) et ensuite verbalement, essaie de déterminer une date de 1 ère rencontre (comité plénier) auquel il (elle) invitera l ancienne équipe (si le pasteur ne l a pas fait avec tous ceux qui étaient en fonction dans la mandature qui se termine) afin de les remercier et peut-être trinquer autour d un verre puis les invite à prendre congé jours auparavant le (la) président (e) demandera à la secrétaire de distribuer toutes les convocations et l ordre du jour qui lui aura été dictées. - Cette première rencontre consistera en la mise en place de tout le personnel qui va faire fonctionner cette machine importante qu est l EDS. - Il faut savoir que les premiers comités seront toujours les plus longs (même dans une petite église) car c est à ce moment de l année ecclésiale que doivent se dégager : 1..les objectifs de mandat pour toute la durée de la mandature de l équipe et qui devront être présentés et expliqués et votés au 1 er CE

6 7 Structures, fonctionnement, matériel 2..les différentes actions à mener pendant toute l année pour remplir les objectifs et qui devront aussi être présentées et expliquées et votées au 1 er CE 3..établir la liste des animateurs qui devront fonctionner et qui devront encore être présentée et votée au 1 er C.E 4. mise en place du calendrier des comités eds et manifestations d églises qui seront présidés par l EDS 5. Attribution des charges des adjoints (1) 6. Remise de planning de présidence pour chaque sabbat matin (fait par le (la) président avant cette 1 ère rencontre (peut-être prévoir des remaniements) 7. Détermination du budget qui doit être présenté et voté au 1er C.E II. L EDS ET L EGLISE REUNIE L ors de la 1 ère intervention devant l assemblée il serait bon que tous les membres de l équipe soient présentés à l assemblée (afin que chacun ait la possibilité de visualiser l équipe au complet) et prennent part au programme C est à la 1 ère intervention que le (la) directeur présente à l assemblée ses objectifs pour l année ou pour les 2 ans de mandature ainsi que son calendrier : 1. de formation (d animateurs, d adjoints, de membres d église,) 2. de sabbat visiteurs (3) (qui a été voté au C.E) pour toute la durée de sa mandature sans entrer dans trop de détails car l équipe aura l occasion d y revenir plus tard dans l année et surtout réclamer l adhésion de l assemblée en guise d encouragement. 3. autres manifestations présidées par l EDS (moment de prière spécifique des animateurs- jeûne l église à l étude 1 fois/mois- etc) 4. La direction de l EDS se doit d encourager se doit de ne jamais faire des critiques en public. Doit toujours se montrer affable, gentil(le), agréable à tous même à ceux qui expriment des critiques négatives.

7 8 Structures, fonctionnement, matériel III. LES ADJOINTS Dans une grande Église, il peut être très utile de nommer un ou plusieurs adjoints pour soutenir le directeur/la directrice dans sa tâche. Il est alors possible et souhaitable de répartir les taches précises entre chacune des personnes impliquées dans l équipe de direction ainsi formée. Profil qualification : L adjoint doit manifester le même profil que le directeur puisqu il est censé pouvoir le remplacer à tout moment dans l année ou au terme d un mandat ecclésial. L Église s attend à voir chez tout adjoint les caractéristiques suivantes : Un esprit de collaboration un amour de la Parole de Dieu un esprit de consécration et d engagement un amour pour la communauté un esprit d humilité une bonne connaissance du fonctionnement de l Église adventiste une expérience réussie dans l animation un sens évident de l organisation du sérieux (dans la l action et dans la parole donnée) un désir de progrès spirituel et fonctionnel une facilité pour les relations humaines une générosité dans le temps accordé au Seigneur et à la communauté Fonction Parmi d autres tâches, les charges suivantes pourraient êtres assumées par les adjoints sous la direction de son responsable : la supervision d un secteur de l EDS les offrandes spéciales les rapports missionnaires (la projection du dvd des missions) les sabbats spéciaux (visiteurs, portes ouvertes, anniversaires, etc.) le lien avec le département de l évangélisation la supervision des classes adultes l EDS annexe Le rôle de l adjoint ne se limite pas à la présentation du programme du sabbat matin. À côté de son responsable, il devrait être présent chaque sabbat avec l équipe dirigeante, une demi-heure plus tôt. Il a le devoir d assister aux différents comités EDS, et de se tenir informé de tous les programmes.

8 9 Structures, fonctionnement, matériel V - LA (LE) SECRETAIRE Le (la) secrétaire de l EDS s occupe des registres, (dans les églises où ou il est établi) des fournitures, des différents courriers qui doivent être envoyés par le département EDS, de tous les détails de fonctionnement du département et toujours sous la responsabilité du responsable. Il (elle) travaille ainsi en étroite collaboration avec le directeur et ses adjoints. Il (elle) veille à la mise à jour des rapports des comités et de toutes les réunions de l équipe qui doivent être consignés dans un classeur. C est lui ou elle qui lit le rapport des activités lors des réunions de vie de l Église préparé avec le (la) direction en place. Pour résumer, la charge du secrétariat se décrit ainsi : distribuer les registres ou autre matériel nécessaire (là où il est nécessaire) tenir des registres : membres, nombre de classes, liste des animateurs présenter un rapport aux réunions de vie de l Église participer à l accueil (succinctement) afin de s informer de la présence des visiteurs éventuels et de prévenir son responsable du nombre observer et faire un compte-rendu au directeur de la bonne marche de l EDS envoyer des rapports chiffrés à la fédération (nombre de membres - classes animateurs formation nombre de journées de visiteurs, baptêmes issus des classes de visiteurs.

9 10 Structures, fonctionnement, matériel VI - LES ANIMATEURS Rôle de l animateur L animateur exerce un ministère important au sein de l Église. Il est nécessaire pour lui de bien en saisir les implications. L animateur se doit de participer aux rencontres d animateurs afin d harmoniser et d uniformiser les enseignements à transmettre dans les groupes dont il à la charge. Il participe aux cours de formation offerts par son Église ou par la fédération, car il doit développer sa créativité et son efficacité par une méthode d enseignement de plus en plus maitrisée. Dans son groupe, l animateur cherchera à : Promouvoir exclusivement l utilisation de la bible le sabbat matin avec son propre plan personnel au profit du «guide de l étude» (questionnaire) Encourager les membres à ouvrir leur Bible Encourager les membres à étudier les thèmes proposés et leur faire comprendre l adéquation qu il y a entre étude et croissance spirituelle Animer la classe selon le profil du groupe Susciter l intérêt des membres par des questions pertinentes et amener chacun à participer activement Promouvoir la fraternité, le témoignage (court) Coordonner les échanges Veiller à maintenir la classe dans le sujet Se soucier de donner la parole à chacun. Faire systématiquement des.synthèses et ponctuer les idées fortes «perles spirituelles» à retenir Dans le cas où il n y a pas d hôte ou d hôtesse dans sa classe, c est lui qui veillera aussi à mais là où c est possible désignez quelqu un qui pourrait jouer ce rôle d hôte ou d hôtesse en collaboration avec l animateur. Repérer les visiteurs, les accueillera chaleureusement et les inviter à revenir Remplir le registre du groupe (là où il est en pratique) Penser aux absents, les contacter dans la semaine : chacun a du prix aux yeux du Seigneur. Pour permettre au plus grand nombre d exercer une responsabilité, et pour peut si on le désir désigner, dans chaque classe, quelqu un. rendre chaque classe on

10 11 Structures, fonctionnement, matériel Qualité morale et spirituelle de l animateur L animateur est donc un formateur spirituel qui se forme lui-même et se transforme au contact des Écritures et de l Esprit Saint. Son influence sur les membres de son groupe dépend de la qualité de sa relation avec Dieu et de ses progrès dans les domaines spirituels, intellectuels, émotionnels et relationnels. Qualités à rechercher «Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l esprit, l âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l avènement de notre Seigneur Jésus-Christ!» (1 Th 5.23). Outre la consécration, le zèle et l esprit de service nécessaires à son ministère, l animateur doit savoir, s il veut être un vrai formateur de disciples, que ses paroles et attitudes dans le groupe auront d autant plus de portée qu elles seront conformes à sa vie hors du groupe. La première qualité à rechercher sera donc l authenticité. «Nous sommes en spectacle au monde, aux anges et aux hommes» (1 Co 4.9b). «Quiconque fait le mal hait la lumière de peur que ses œuvres ne soient dévoilées, mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient manifestes, parce qu elles sont faites en Dieu» (Jean ). La seconde qualité sera l ouverture d esprit, afin de savoir accueillir l autre sans préjugés. «Accueillez-vous les uns les autres comme Christ vous a accueillis» (Rm 15.7). «Examinez toutes choses et retenez ce qui est bon» (1 Th 5.21). La troisième qualité sera l humilité, qui fera considérer l autre comme au-dessus de soi. «Ne faites rien par esprit de parti, ni par vaine gloire, mais que l humilité vous fasse regarder l autre comme étant au-dessus de vousmême» (Ph 2.3). Une quatrième qualité, peu courante dans les milieux religieux, sera l humour! Savoir sourire de soi, ne pas se prendre trop au sérieux et garder un certain recul par rapport aux situations et attitudes des autres, permet de détendre l atmosphère et de faire passer le message. Jésus utilise l humour dans la parabole du pauvre Lazare et du riche : «Père Abraham, envoie Lazare, pour qu il trempe le bout de son doigt dans l eau et me rafraîchisse la langue, car je souffre cruellement dans cette flamme» (Luc ). Telle est la prière qu il prête au riche dans le séjour des morts, alors qu il sait - et ses interlocuteurs aussi - que dans ce séjour «il n y a ni œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse» (Ec 9.10). Cet humour lui sert à mieux faire comprendre l incohérence de l attitude de ses auditeurs et à les préparer à entendre la leçon de la parabole : «Ils ont Moïse et les prophètes, qu ils les écoutent!» (v 29).

11 12 Structures, fonctionnement, matériel L acquisition de ces qualités se fera au fil des jours, par la puissance de l Esprit qui agit en celui qui le demande, grâce aux expériences vécues, aux succès remportés et aux échecs expérimentés, mais aussi grâce au soutien des responsables de l EDS et des membres de la classe. Que l animateur ne se décourage pas car «Celui qui vous a appelés est fidèle, et c est lui qui le fera!» (1 Th 5.24). Le tableau suivant est un clin d'œil d humour sur le chemin à parcourir pour être un animateur parfait! «Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est parfait!» (Mt 5.48). Mais heureusement, «si nous avons péché, nous avons un avocat auprès du Père... qui est fidèle et juste pour nous pardonner et nous purifier de toute iniquité!» (1 Jn 2.1b et 1.9). État d esprit à développer par l animateur ( Esaïe ) un esprit de prière : «Priez sans cesse» (1 Th 5.17) un esprit de connaissance de Dieu par l étude quotidienne de sa Parole un esprit de sagesse pour une vie en accord avec la lumière reçue un esprit d écoute, de conseil, d encouragement, d édification évitant tout jugement de valeur sur les autres un esprit de force dans les convictions et dans l engagement au service de l Église un esprit d amour des autres pour leur donner le désir d être enfants de Dieu. Un esprit d humilité Un esprit de collaboration avec les dirigeants Dix pas pour l'animateur qui veut progresser Construire un caractère fort 1 Maîtriser appétits et passions Se détacher de tout ce qui peut prendre le contrôle de sa personne Tempérance Réforme de vie 1 Co Se donner des principes forts Se diriger en fonction de principes et non d'envies Solidité Construire des fondations 1 Co Agir et non réagir Choisir son mode d'action et refuser de fonctionner par réaction Maîtrise de soi Rendre le bien pour le mal Mt Viser juste Choisir sa route Discernement Développer sa conscience morale Rm 12.1,2 5 Persévérer Aller jusqu'au bout de ses décisions Volonté et ténacité Chasser le découragement Hb Construire ses relations 6 Résister Rester serein dans les situations Sérénité Joie dans l'épreuve 7 Écouter et être écouté difficiles Comprendre avant de parler Se choisir un coach pour être encouragé et stimulé Empathie Jn Écoute active Es Coopérer Travailler en synergie Créativité et humilité Considérer d'abord l'intérêt des autres Ph Construire sa vie de service 9 S'évaluer Se remettre en cause en permanence 10 Servir Se mettre au service de Dieu et des autres et y trouver le sens de sa vie Renouvellement de soi Don de soi Renouvellement en Christ Ep Disponibilité Dt Ga 5.13

12 13 Structures, fonctionnement, matériel VII - LA REUNION DES ANIMATEURS Il est fortement recommandé à chaque équipe EDS de mettre en place une rencontre régulière des animateurs de l EDS là où il est inexistant. C est un moment privilégié pour tous ceux qui ont la lourde responsabilité de la catéchèse le sabbat matin. Elle doit être planifiée sur un trimestre avec des intervenants capable de faire réfléchir. Cette rencontre doit être de grande qualité. Il ne sert à rien d avoir une rencontre simplement par principe : cela surcharge les animateurs sans apporter une véritable occasion de progrès. Le directeur ou son adjoint chargé de l organisation des réunions d animateurs veillera avec soin au choix des intervenants, par conséquent elle devrait être animée par le pasteur le responsable eds le ou les anciens ayant la fibre de l enseignement ou un animateur particulièrement doué. Il ne s agira pas de faire toute l étude de la semaine à venir mais d aborder quelques points difficiles des textes bibliques proposés qui pourraient poser problèmes le sabbat matin dans les classes. Cela présuppose une préparation au préalable du sujet dans la semaine de la part de l intervenant. Il doit être briefé sur ce que vous attendez de lui. Dans les grandes villes où les emplois du temps sont très chargés, et dans les zones rurales où les distances à parcourir pour se rencontrer sont parfois dissuasives, il vaut la peine d étudier la possibilité d avoir des rencontres téléphoniques ou par Internet. S il est possible d organiser cette rencontre, mieux vaut l avoir un jour de la semaine, avant ou après la réunion de prière de l Église ou le sabbat dans la journée mais il est à noter qu il s agira bien entendu de la leçon de la semaine à venir. La réunion des animateurs ne devrait pas dépasser une heure et demie. Elle pourrait être organisée d après ce modèle : Ouverture par une prière (parce que l on souhaite l influence du St Esprit) 2 minutes Échange sur les classes (difficultés rencontrées) 10 à 20 minutes Consignes (ou annonces) générales du directeur 7 minutes Encourager les animateurs dans leur ministère Présentation du sujet d étude pour le samedi suivant (plan-points difficiles) 40 à 50 minutes Un temps de prière pour l EDS 5 minutes (pour les groupes-pour les projets EDS pour les animateurs pour les membres en difficultés) Il ne s agira pas pour l intervenant de faire toute l étude de la semaine à venir mais de : Présenter le contexte de la leçon d aborder des points difficiles des textes bibliques proposés qui pourraient poser problèmes le sabbat matin dans les classes Définir l objectif principal de la leçon Étudier et définir tout vocabulaire important Anticiper sur les questions essentielles Vérifier s il y a des divergences trop fortes et chercher la complémentarité Proposer des applications pratiques pour la croissance spirituelle Aider à faire un plan en 3 parties pour les animateurs en difficultés Cela présuppose une préparation au préalable du sujet dans la semaine de la part de l intervenant et des animateurs. Il doit être briefé sur ce que vous attendez de lui.

13 14 Structures, fonctionnement, matériel VIII - LE PROGRAMME DE L EDS L École du sabbat est un moment privilégié de fraternité exceptionnelle où l église partage autour d un thème ou d un texte biblique afin de grandir spirituellement et numériquement. Elle peut durer entre 1h et 1h 15. Elle doit être conviviale, joyeuse, inventive dans la forme lorsque nécessaire - Rien ne doit la détourner de sa raison d être à savoir : L église à l étude la fraternité le témoignage et la mission. Les responsables travaillent avec les animateurs pour que les classes deviennent des lieux de vie autour de Jésus et de sa Parole. D où l importance d accorder un temps conséquent à l étude de la Bible en groupes (45mn) temps officiel. Le programme de chaque semaine doit comprendre : - un temps commun de louange bref et dynamique (chants et prières) - un temps de partage (en groupes) - un temps de témoignage - un temps missionnaire (local et mondial) Le temps de partage en classes est le plus important. Il est le cœur même de l EDS, Ne le réduisez pas.! Adaptez les autres temps d intervention en conséquence s il le faut mais surtout ne le réduisez pas!. 45mn! Le temps de partage peut être précédé par une brève introduction de la leçon ou d une synthèse mais pas l un et l autre mais l un ou l autre. PROPOSITION PROGRAMME DE PRESENTATION (Sabbat ordinaire) Entrée en estrade (soyez toujours ponctuels quelque soit la quantité d auditeurs présents) 1. salutation chaleureuse des 1 er s membres présents (1 minute) 2. Chant (5 minutes) 3. texte biblique (-1minute) 4. prière (-2 minutes) 5. 2 ème chant (pas obligatoire) (5 minutes) 6. Introduction (ou non) de la leçon (2 minutes) 7. Partage en classe* voir rubrique (en groupe EDS) ( 45mn) Retour en estrade 8. Synthèse de l étude (ne pas faire si on à fait l introduction démarrer par le point 9) (2 minutes) 9. Accueil général de tous (-1 minute) 10. Bulletin avec DVD des missions ou un témoignage bien ciblé et préparé 1 fois/mois (6 minutes) 11. Quelques annonces spéciales EDS (p.12) (1 minute) 12. Chant final (peut-être pas toutes les strophes) (3 minutes) 13. Prière finale (3 minutes)

14 15 Structures, fonctionnement, matériel PROPOSITION PROGRAMME DE PRESENTATION (Sabbat spécial) Entrée en estrade (soyez toujours ponctuels quelque soit la quantité d auditeurs présents) 1. salutation chaleureuse des 1 er s membres présents (ou un spécial avec enfants ou jeunes) (1 minute) 2. chant assemblé (5 minutes) 3. texte biblique (1 minute) 4. prière (- 2 minutes) 5. 2 ème chant (pas obligatoire - peut-être un morceau de musique spécial (3 minutes) 6. Introduction de la leçon ( pas systématiquement) (2 minutes) 7. Partage en classe ( 45mn) Retour en estrade 8. Synthèse de l étude (ne pas faire si on à fait l introduction démarrer par le point 9) (2 minutes) 9. Accueil général de tous (-1 minute) 10. Bulletin des missions (avec DVD) (3 mns) 11. Morceau choisi (poème ou groupe de chants ou texte spécial etc.) (6 minutes) 12. Prière finale (2 minutes) DANS LES CLASSES EDS AVEC L ANIMATEUR Animateur EDS les classes EDS dorénavant durent 1h (en 4 séquences bien distinctes) 1. Accueil de l animateur entre 5 et 7 mn qui doit être plus personnalisé (en prenant bien soin de s enquérir des absents, des malades, de ceux qui seraient refroidis, d un soin tout particulier des nonadventistes présents dans les groupes, en souhaitant les anniversaires) 2. Partage de la parole 45mn (privilégier les Bibles ouvertes le sabbat matin au lieu du guide) 3. Témoignage 5mn (chaque animateur encourager les membres de votre groupe à dire ce que Jésus à fait dans sa vie personnelle) 4. Prière (chaque groupe doit terminer par un moment de prière) LA MISSION La partie missionnaire doit comprendre deux temps qui peuvent être séparés l un de l autre : a) un pour la mission locale, avec pour objectif de stimuler chacun à partager le vécue de sa foi. Ce temps peut être composé de l un ou l autre des éléments suivants : - une expérience missionnaire locale - une intervention spécifique de l équipe EDS (technique d étude biblique pour l assemblée, préparation de l église pour les sabbats visiteurs etc.)

15 16 Structures, fonctionnement, matériel - une expérience de foi (fonds de placement là ou cela à été maintenu, etc.) - une expérience de classe ou de groupe d âge - un programme spécial préparé par les enfants ou les jeunes pour le 13 ème sabbat - une intervention spéciale du pasteur - une intercession particulière - etc. b) un pour la mission mondiale avec l un ou l autre des éléments suivants : - présentation vivante du rapport proposé dans la revue Mission - présentation orale du pays ou de la population qui bénéficiera de l offrande spéciale du trimestre - projection de l un des films proposés pour le trimestre (voir chapitre sur le matériel) - interview d un missionnaire de passage, d un membre originaire du pays bénéficiaire, etc. - intercession particulière pour un projet missionnaire - ou pour un projet local - partage de nouvelles avec une Église jumelée - etc. Ce temps pour la mission mondiale ne doit pas être occulté. Plus une Église est impliquée dans la mission mondiale, plus elle a de succès dans sa mission locale. Il est important de rétablir ce temps dans les Églises où il a été mis de côté. Il est important de valoriser ce temps et de lui donner le maximum de qualité et de vie. Garder le contact avec l Église mondiale et se rendre compte que les prières, la foi, l action évangélique ne sont pas de vains concepts, sont des sources de joie et des facteurs de croissance spirituelle.

16 17 Structures, fonctionnement, matériel IX - LE MATÉRIEL DE L ÉCOLE DU SABBAT La Bible Il est évident que l instrument essentiel et indispensable est la Bible. On ne le répétera jamais assez, la catéchèse est une école d étude de la Bible : trop de personnes y assistent sans leur Bible, ou en ne l ouvrant pas! Il est toujours intéressant de comparer différentes traductions de la Bible. Pour la lecture en public, il est utile de se référer à des traductions à équivalence dynamique, c est-à-dire qui cherchent à exprimer le sens du texte dans notre propre langue. Les plus sérieuses sont la Bible en français fondamental ou Parole de vie, la Bible en français courant,. Mais pour une lecture plus approfondie, il est important de se référer à des traductions plus proches du génie des langues originales, faites par des spécialistes et récentes, comme la Nouvelle Bible Segond (NBS), la Traduction œcuménique de la Bible, la Bible de Jérusalem, Osty (toutes ces Bibles dans leur dernière révision). La Nouvelle Bible Segond mérite une mention spéciale pour la richesse exceptionnelle que contient son édition d étude (introductions, notes, encadrés, illustrations, glossaire, concordance, cartes et photos satellite). Les autres instruments concordances dictionnaires bibliques dictionnaire littéraire atlas introductions commentaires (divers- coupures de journaux Helen G. White) Tous ces instruments sont utiles pour apporter des compléments bibliques, historiques, géographiques, culturels, ou théologiques. Ils peuvent aider à la compréhension du texte, mais doivent être utilisés avec un esprit critique. Ils ne peuvent remplacer l étude personnelle des textes Bibliques. C est par l étude personnelle attentive et méthodologique que l on cultive son esprit critique : ainsi l on apprend à respecter le texte biblique et à lui donner la priorité sur nos opinions ou celles des autres. Le Guide d étude de la Bible Ce que nous appelons familièrement «le questionnaire», s appelle officiellement en français Guide d étude de la Bible, leçons de l École du Sabbat. C est une publication trimestrielle destinée à guider les membres adultes de l École du Sabbat dans leur étude quotidienne de la Bible. Le sujet à étudier se trouve dans la Bible, le questionnaire n est qu un guide.

17 18 Structures, fonctionnement, matériel Le département de l École du sabbat de la Conférence générale est chargé de fournir ce guide trimestriel à l ensemble de l Église adventiste mondiale. Cette publication est préparée par divers auteurs adventistes spécialement sollicités pour chaque trimestre. Leur projet est soumis à une commission mondiale de lecture pour évaluation. Un rédacteur (depuis février 1999 il s agit de Clifford Goldstein) est chargé d effectuer les corrections nécessaires et la mise au point du texte avant sa publication. C est le comité administratif de la Conférence Générale qui donne le feu vert à la publication de ce qu on appelle l édition standard et qui en endosse la responsabilité. Plusieurs autres éditions sont préparées par le département de l École du sabbat de la Conférence générale : une édition en gros caractères pour les malvoyants, une édition abrégée, et une édition pour les étudiants et universitaires (Collegiate Quarterly). Toutes traitent les mêmes thèmes avec le même découpage hebdomadaire. La Conférence générale laisse la liberté à tous les territoires de réaliser leur propre édition avec les adaptations nécessaires aux situations locales. C est, en général, l édition standard qui sert de base à la plupart des traductions qui sont faites dans le monde. L édition en langue française est une traduction sans adaptation de l édition standard, parce qu elle est diffusée dans les territoires francophones du monde entier. Elle est publiée sous forme de cahiers trimestriels de 96 pages + 4 pages de couverture en couleur, format 14 cm x 20,5 cm, par les éditions Vie et Santé, qui la diffusent par abonnement annuel commençant en octobre de chaque année. Méthode et présentation Chaque cahier contient : une introduction générale au sujet proposé à l étude pour le trimestre 12, 13 ou 14 leçons hebdomadaires suivant les besoins du trimestre concerné une introduction à l étude du trimestre suivant et une carte présentant la situation de la région du monde concernée par l offrande spéciale du trimestre, avec les projets de l Église adventiste mondiale pour cette région Pour l étude de la Bible, cette publication utilise la méthode pédagogique des catéchismes classiques (= méthode déductive 1 ). Chaque leçon contient : une introduction avec un titre, des références bibliques pour l étude de la semaine, un verset à mémoriser et une pensée centrale 5 parties quotidiennes (de dimanche à jeudi) présentées sous forme de questions suivies d une ou plusieurs références bibliques donnant les éléments nécessaires pour répondre à la question, et de commentaires écrits par l auteur du questionnaire. Ces commentaires contiennent souvent des citations des écrits d Ellen G. White, et parfois d autres auteurs Et une page Pour aller plus loin (vendredi) proposant des lectures complémentaires, des questions de réflexion et d application et quelques citations. 1 Voir Manuel de catéchèse, section 3 : méthodes d étude de la Bible

18 19 Structures, fonctionnement, matériel La préoccupation du Guide d étude de la Bible est de fournir aux centaines de milliers de nouveaux adventistes un moyen simple de s affermir dans la foi de l Église adventiste. Il ne cherche pas d abord à stimuler les adventistes de longue date à la découverte toujours renouvelée et actualisée de la Parole de Dieu. Le Moniteur Le département de l École du sabbat de la Conférence générale prépare une publication trimestrielle destinée essentiellement aux animateurs des groupes de l École du sabbat. Cette publication cherche à satisfaire les besoins de personnes fonctionnant avec des styles différents d apprentissage. Elle se présente en 4 parties : un plan de la leçon telle qu elle est présentée dans le questionnaire de l édition standard afin de faciliter la mémorisation de l ossature de la leçon une partie d étude d un texte biblique destinée aux classes fonctionnant selon la méthode inductive, comprenant une application pratique pour le témoignage un commentaire destiné à fournir des informations complémentaires pour les animateurs des classes fonctionnant selon la méthode déductive une partie animation-débat pour les classes fonctionnant comme lieu d échange et de débat sur les idées étudiées. En langue française, le Moniteur est actuellement une traduction de cette publication de la Conférence générale, éditée sous la responsabilité des éditions Vie et Santé. Mais le département de l École du sabbat de l Union francobelge, en collaboration avec celui de la fédération suisse romande, rédige la partie étude de texte (en substitution de la partie inductive de l édition mondiale). Cette partie présente l étude d un des textes contenus dans la leçon du Guide d études, selon la méthode inductive en trois parties : observons, comprenons, et appliquons. La publication du «Moniteur» est accessible à tout membre de l École du sabbat qui désire approfondir sa connaissance des Écritures. Elle n est pas réservée aux animateurs. Chacun devrait en profiter pour approfondir son étude de la Bible. Elle se présente sous la forme de cahiers trimestriels de 96 pages + 4 pages de couverture en couleur, format 14 cm x 20,5 cm, et elle est vendue par abonnement annuel commençant en octobre de chaque année.

19 20 Structures, fonctionnement, matériel Revue Mission Cette publication trimestrielle, en deux cahiers : un pour les enfants et un pour les adultes, est préparée par le département de l École du sabbat de la Conférence générale. Sa version française est éditée par la Division interaméricaine. Elle est destinée à promouvoir le sens de la mission mondiale parmi les membres de l École du sabbat. Chaque cahier trimestriel est centré sur le développement de la mission de l Église adventiste dans l une de ses Divisions mondiales. Pour chaque sabbat du trimestre, il propose un texte contenant des informations et des témoignages sur un aspect de cette mission. Cette documentation permet à chaque EDS locale de tenir ses membres au courant du développement de l Église mondiale et plus particulièrement de ses projets financés par l offrande spéciale de chaque trimestre. Cette publication est envoyée gratuitement par chaque fédération aux responsables de l École du sabbat de chaque Église. Flash missionnaire Chaque trimestre, l association adventiste américaine Mission Spotlight publie une cassette vidéo pour compléter la revue Mission. Ces cassettes sont traduites en français et mises à la disposition des Églises par l intermédiaire des Fédérations, grâce au concours de la Division eurafricaine, de l Union franco-belge et de la société Reflex Communication. Chaque cassette contient trois petits films de 10 à 12 minutes, portant chacun sur un aspect de la mission adventiste en relation avec les projets spéciaux du trimestre. À partir du quatrième trimestre 2006, ce produit ne sera plus proposé sous forme de cassettes vidéo VHS, mais de DVD. Chaque EDS locale, qui en fait la demande auprès de sa Fédération, peut recevoir un DVD trimestriel moyennant une participation. Nous ne serons que trop vous le recommander

20 21 Structures, fonctionnement, matériel Mise en place de sabbat de visiteurs ou sabbat des invités «L École du Sabbat est une branche importante du travail missionnaire,...» Counsels on Sabbath-School Workers (CSSW), p.10, 11 HG White «.Faites de toutes les nations des disciples au nom du Père, du Fils et du St Esprit» Mat 28:19

TOP MISSION/ConnaîtreDieu.com - BP 53-77832 - Ozoir la Ferriere Cedex - Tél. : 01 60 18 50 53

TOP MISSION/ConnaîtreDieu.com - BP 53-77832 - Ozoir la Ferriere Cedex - Tél. : 01 60 18 50 53 Devenez Église Partenaire! 1 ConnaîtreDieu.com est un site d évangélisation géré par l association Top Mission, fruit de son partenariat avec le Top Chrétien. Il est animé par une équipe de missionnaires

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Mylène a besoin d aide!

Mylène a besoin d aide! ER ER Cahier de l élève Mylène a besoin d aide! Enseignement religieux 5 e année Nom de l élève 5 e année 1 Mylène a besoin d aide Description de tâche Dans cette tâche, tu examineras la situation de Mylène

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI 1 REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL TABLE DES MATIERES REGLE SUJET PAGE 1 Membres 3 2-3 Réunions 3 4 Invitation aux observateurs 3 5-6 Délégations 3 7-10 Ordre du

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Assemblée des copropriétaires Les acteurs principaux

Assemblée des copropriétaires Les acteurs principaux 1 Assemblée des copropriétaires Les acteurs principaux 2 LE PRÉSIDENT Le président d assemblée, tout comme le vice-président et le secrétaire, est élu par l ensemble de l assemblée, avec des pouvoirs et

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

CELEBRONS LA SAINTETE

CELEBRONS LA SAINTETE CELEBRONS LA SAINTETE COMMENT DEBUTER UN PETIT GROUPE 1 Qu est-ce qu un petit groupe? Un petit groupe dans l église fait référence à un groupe de neuf à douze personnes qui se réunit régulièrement dans

Plus en détail

REPERES PASTORAUX POUR LES ECOLES PRIMAIRES

REPERES PASTORAUX POUR LES ECOLES PRIMAIRES REPERES PASTORAUX POUR LES ECOLES PRIMAIRES «J attends des chefs d établissements qu ils participent à l exercice de ma charge de pasteur en assurant une présentation de la foi chrétienne à tous les élèves,

Plus en détail

COLLEGE SAINT-HUBERT Avenue Charle-Albert, 9 1170 Bruxelles Téléphone : 02 660 19 40 www.collegesaint-hubert.be

COLLEGE SAINT-HUBERT Avenue Charle-Albert, 9 1170 Bruxelles Téléphone : 02 660 19 40 www.collegesaint-hubert.be COLLEGE SAINT-HUBERT Avenue Charle-Albert, 9 1170 Bruxelles Téléphone : 02 660 19 40 www.collegesaint-hubert.be PROGRAMME GENERAL Le collège Saint-Hubert est un établissement d enseignement secondaire

Plus en détail

STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI

STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI Introduction L Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) s associe

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS

CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS RÉVISÉ ET APPROUVÉ en octobre 2002 1 CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS 1.0 ÉNONCÉ DU MANDAT DE PATINAGE CANADA Patinage Canada est une association qui a pour mandat

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES, des communications et secrétariat général Novembre 2004 Révisé le 23 octobre 2006 Adopté au comité de direction du 25 octobre 2006

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation Table des matières 1. PRESENTATION DE LA PLATE-FORME D APPRENTISSAGE ANAXAGORA... 3 2. ARCHITECTURE FONCTIONNELLE... 4 3. L APPRENTISSAGE... 5 3.1. L ESPACE DE TRAVAIL... 5 3.1.1. Le calendrier... 5 4.

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE

POLITIQUE LINGUISTIQUE POLITIQUE LINGUISTIQUE ADOPTÉE : Le 24 novembre 2010 RÉSOLUTION NO : CC2567-10 596, 4 e Rue Chibougamau (Québec) G8P 1S3 Tél. : 418 748-7621 - Télécopieur : 418 748-2440 Politique linguistique document

Plus en détail

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session Tbilissi (Géorgie), 15-18 septembre 2008 Point 9 d) de l ordre du jour provisoire EUR/RC58/Inf.Doc./2 28 juillet 2008 80849 ORIGINAL : ANGLAIS Désignation

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

Guide employeurs. La nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs. http://monstagede3e.seine-saint-denis.fr

Guide employeurs. La nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs. http://monstagede3e.seine-saint-denis.fr La nouvelle plate-forme qui connecte collégiens et employeurs. Guide employeurs http://monstagede3e.seine-saint-denis.fr Parce qu une première expérience dans l univers professionnel est souvent déterminante

Plus en détail

Expérimentation du logiciel de la ligne du temps. Cahier de l élève. Mai 2007

Expérimentation du logiciel de la ligne du temps. Cahier de l élève. Mai 2007 Expérimentation du logiciel de la ligne du temps (Version bêta) Cahier de l élève Je suis un élève du : 1 er cycle du primaire 2 e cycle du primaire 3 e cycle du primaire 1 er cycle du secondaire 2 e cycle

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

MODE D EMPLOI. Classement Socialumni des Associations des Grandes Écoles PRÉSENTATION DÉROULEMENT PARTICIPATION

MODE D EMPLOI. Classement Socialumni des Associations des Grandes Écoles PRÉSENTATION DÉROULEMENT PARTICIPATION MODE D EMPLOI Classement Socialumni des Associations des Grandes Écoles PRÉSENTATION DÉROULEMENT PARTICIPATION 1 PRÉSENTATION Il est désormais impossible d'ignorer l'importance des réseaux de diplômés

Plus en détail

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Vous souhaitez commencer à mettre en œuvre une formation en CE, mais vous

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Ouvrir les portes de votre club pour quel objectif?

Ouvrir les portes de votre club pour quel objectif? Ouvrir les portes de votre club pour quel objectif? amener de plus en plus de joueurs à la pratique de notre sport favori : le bridge leur faire découvrir l univers du bridge à travers votre club accueillir

Plus en détail

LIVRET DE PRESENTATION

LIVRET DE PRESENTATION LIVRET DE PRESENTATION I- PRESENTATION DU PARCOURS a. L esprit du parcours Le «Parcours Sophia» propose un itinéraire complet permettant à des personnes ayant peu de disponibilité d entrer dans l analyse

Plus en détail

CONSULTATION OUVERTE «PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR AGIR SUR LES INEGALITES

CONSULTATION OUVERTE «PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR AGIR SUR LES INEGALITES CONSULTATION OUVERTE «PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR AGIR SUR LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE» MODE D EMPLOI POUR DEPOSER LES CONTRIBUTIONS EN LIGNE SUR LE SITE INTERNET DE LA SFSP Les contributions

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS 2 MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de gouvernance, (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Groupe de travail sur les normes en matière de sondage Avril 2011 Les opinions exprimées dans le présent document ne doivent

Plus en détail

Guide d entretien de développement des seniors

Guide d entretien de développement des seniors Guide d entretien de développement des seniors 1. Introduction Ce document s inscrit dans une approche d entretiens de développement réguliers de tous les salarié(e)s de l entreprise. Il tient compte de

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

Mini Mobile Story Dossier de presse - Juillet 2013

Mini Mobile Story Dossier de presse - Juillet 2013 Dossier de presse - Juillet 2013 «Racontez de petites histoires sur vos smartphones» Introduction «Avez-vous déjà flashé un Qr Code avec votre smartphone?» «Vous êtes tombés sur un site fait pour un écran

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

PARTAGER LES TÂCHES MÉNAGÈRES

PARTAGER LES TÂCHES MÉNAGÈRES Activités éducatives pour les 10 à 11 ans PARTAGER LES TÂCHES MÉNAGÈRES VOTRE ENFANT APPREND À : FAIRE DES CHOIX SELON LES BESOINS ET LES DÉSIRS D UN GROUPE RÉALISER UN PROJET COMMUN EN COOPÉRATION PARTAGER

Plus en détail

Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel

Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel Le transfert de la direction Quand l'entreprise demeure familiale Carnet «B» Le transfert de la direction à un gestionnaire professionnel Contexte du présent carnet Le PDG de la PME devra un jour laisser

Plus en détail

Plan de réussite 2009-2010

Plan de réussite 2009-2010 Plan de réussite 2009-2010 Orientation 1 : Respecter davantage les rythmes d apprentissage des élèves pour réaliser la mission d Instruire les élèves. Objectif 1 : Réduire de 10% le nombre d élèves de

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées VISITE D ENTREPRISE INTERVENTION DE PROFESSIONNELS EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE TABLE RONDE Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées Edition 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013. L ESAT est le nom des structures de travail protégé en France.

Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013. L ESAT est le nom des structures de travail protégé en France. Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013 Bonjour, Je m appelle Cédric Mametz. J ai 34 ans. Je travaille dans un ESAT. L ESAT est le nom des structures de travail protégé

Plus en détail

www.provincedeliege.be/pse Photo langage

www.provincedeliege.be/pse Photo langage www.provincedeliege.be/pse 1 Photo langage Le photo langage Durée : Une heure pour le groupe classe ou 20 minutes par Technique : Expression orale sur base de supports visuels. atelier. Matériel : 30 photographies.

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

CRITERES DE QUALITE PRIORITAIRES

CRITERES DE QUALITE PRIORITAIRES L étude de marché Toute démarche de création d entreprise nécessite de vérifier qu il y a bien un marché potentiel donc suffisamment de travail pour l entreprise. Il est évident que vos chances de survie

Plus en détail

STRUCTURATION DE L IDENTITÉ DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D ACTION. Autoévaluation ACCEPTABLE MARQUÉE DÉVELOPPÉE

STRUCTURATION DE L IDENTITÉ DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D ACTION. Autoévaluation ACCEPTABLE MARQUÉE DÉVELOPPÉE 1- Cohérence de l élaboration du projet Activité 1.6 VISÉES ET INTENTIONS ÉDUCATIVES DU COURS Connaissance de soi, de son potentiel et de ses modes d actualisation connaissance de ses talents, de ses qualités,

Plus en détail

Formation «Concevoir et animer une démarche participative»

Formation «Concevoir et animer une démarche participative» Formation «Concevoir et animer une démarche participative» 1- Date et lieux : Durée du stage : 2 X 2 jours, à raison de 7 heures par jour soit un total de 28h. Module 1 : jeudi 28 et vendredi 29 janvier

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Capsules éveil à la lecture

Capsules éveil à la lecture Capsules éveil à la lecture 0 24 mois Dès la naissance, vous savez éveiller votre bébé en lui faisant la lecture. Les mots, l intonation de votre voix et les couleurs vives des images le stimuleront. Le

Plus en détail

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé rue de Kerichen - BP 62506-29225 Brest Cedex 02 - Tél 02 98 80 88 00 - Fax 02 98 80 88 07 www.lycee-vauban-brest.ac-rennes.fr Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Plus en détail

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014 MATINEE RH CCI 18 30 octobre 2014 2 Qu est-ce que c est? Pourquoi le faire? 3 Qu est-ce c est? C est un outil de management et de gestion des ressources humaines C est un moment de dialogue privilégié

Plus en détail

Comment faire pour le baptême d un tout «petit» enfant?

Comment faire pour le baptême d un tout «petit» enfant? Comment faire pour le baptême d un tout petit» enfant? Prendre contact Pour inscrire votre demande de baptême et vous informer, vous avez deux possibilités au choix : a)-des accompagnateurs vous accueillent

Plus en détail

FORMATION L ENFANT ET LE JEU

FORMATION L ENFANT ET LE JEU FORMATION L ENFANT ET LE JEU Le jeu est au cœur du métier de l animateur car il est un moyen de connaître, de comprendre et d accompagner l enfant dans son développement. Les enjeux éducatifs liés au jeu

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

EVALUATION DU SEMINAIRE 17 NOVEMBRE 2009

EVALUATION DU SEMINAIRE 17 NOVEMBRE 2009 POLE DE COMPETENCES EN EDUCATION ET PROMOTION DE LA SANTE REGION BRETAGNE AIDES Délégation Grand-Ouest ANPAA Bretagne - Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie CIRDD Bretagne

Plus en détail

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales.

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales. TABLE DE CONCERTATION SUR LES PROBLÉMATIQUES DE CRISES SOCIALES DANS LES COMMUNAUTÉS DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC TERMES DE RÉFÉRENCE INTRODUCTION La Table de concertation est le résultat d un partenariat

Plus en détail

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR

SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR SECTION 3 LE PROGRAMME D ACTIVITES PEDAGOGIQUES A L ORDINATEUR Le programme ordinateur consiste à utiliser l ordinateur comme outil d apprentissage lors des interventions en soutien scolaire réalisées

Plus en détail

Projet éducatif et pédagogique

Projet éducatif et pédagogique ARIZE LOISIRS JEUNESSE Mairie 09 290 Le Mas d Azil Projet éducatif et pédagogique Relais d assistantes maternelles de l Arize Projet éducatif Relais d assistantes maternelles de l Arize Le projet éducatif

Plus en détail

Des livres et des histoires proposés aux enfants vivant en maisons d accueil. Projet pédagogique

Des livres et des histoires proposés aux enfants vivant en maisons d accueil. Projet pédagogique Des livres et des histoires proposés aux enfants vivant en maisons d accueil Projet pédagogique Contexte d intervention Les maisons d accueils auxquelles nous proposons nos services sont des structures

Plus en détail

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013

Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013. Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Présenté verbalement lors du Conseil fédéral de novembre 2013 10 décembre 2013 Rapport du comité des assurances pour l année 2012-2013 Nous sommes

Plus en détail

I. Rôle et fonction de l éducateur :

I. Rôle et fonction de l éducateur : La Résidence Sociale Jeune a été créée en 2002 pour recevoir des jeunes de 18 à 25 ans et plus. Elle offre 20 logements autonomes à loyers modérés. La Résidence Sociale est gérée par le PACT 04. L ADSEA

Plus en détail

ANIMATION AUTOUR DU REPAS

ANIMATION AUTOUR DU REPAS ANIMATION AUTOUR DU REPAS Objectifs pédagogiques : - respecter au mieux le rythme des enfants, - rendre l enfant le plus autonome possible, - apprendre à ce dernier à vivre en collectivité (ce qui implique

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE. 8-9.05 Comité au niveau de l école pour les élèves à risque et les élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage

AIDE-MÉMOIRE. 8-9.05 Comité au niveau de l école pour les élèves à risque et les élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage Version du 2 octobre 2015 COMPOSITION ET NOMINATION AIDE-MÉMOIRE 8-9.05 Comité au niveau de l école pour les élèves à risque et les élèves handicapés ou en difficulté d adaptation ou d apprentissage A)

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AU CRÉDIT POUR PROJET DE SERVICE COMMUNAUTAIRE PROPOSÉ PAR L ÉLÈVE

LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AU CRÉDIT POUR PROJET DE SERVICE COMMUNAUTAIRE PROPOSÉ PAR L ÉLÈVE ANNEXE B LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AU CRÉDIT POUR PROJET DE SERVICE COMMUNAUTAIRE PROPOSÉ PAR L ÉLÈVE Les élèves peuvent contribuer à la collectivité en se portant bénévoles au sein d organismes ou

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

Anglais CAHIER- PROGRAMME

Anglais CAHIER- PROGRAMME Anglais CAHIER- PROGRAMME Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. NOTE : Tous les renseignements contenus dans ce document

Plus en détail

LA LETTRE DE MOTIVATION

LA LETTRE DE MOTIVATION - 1 - LA LETTRE DE MOTIVATION Il s agit de convaincre l employeur que votre candidature est pertinente et qu elle mérite une attention particulière. Le but est de décrocher un entretien LETTRE TYPE EN

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Travailler ensemble, solliciter plusieurs responsables des départements ( JA, Famille, GVC..)

Travailler ensemble, solliciter plusieurs responsables des départements ( JA, Famille, GVC..) Fédération du Nord de la France Département MAE FFN 2011 Projet avec les jeunes de 12 à 14 ans le WE du 14 et 15 janvier 2012 But de ces ateliers Apprendre à se connaître jeunes et adultes Travailler,

Plus en détail

Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation

Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation Formation de formateurs De la conception à l animation d une action de formation OBJECTIFS - Connaître les phases d élaboration d un cahier des charges de formation - Etre capable de définir les objectifs

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

FORMATION PNL CYCLE COMPLET. «Révélez vos talents»

FORMATION PNL CYCLE COMPLET. «Révélez vos talents» Formation Coaching Préparation Mentale athlètes haut-niveau Enseignement de la PNL Annecy Genève Aix-les-Bains Chambéry Contact : +33677610793 s.thomas-conseil@orange.fr www.sebastien-thomas-conseil.com

Plus en détail

Le cahier d exercices

Le cahier d exercices 10 Le cahier d exercices 1. Introduction Le but du présent manuel est de venir en aide aux recruteurs de sociétés de transport par autocar qui ont recours au manuel Au Volant Un guide des meilleures pratiques

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Info AO. La formation professionnelle, ai-je la tête de l emploi? Les tests de reconnaissances des. Pour qui? Pour quoi? Comment?

Info AO. La formation professionnelle, ai-je la tête de l emploi? Les tests de reconnaissances des. Pour qui? Pour quoi? Comment? L info AO se veut un moyen de fournir des outils pratiques en orientation La formation professionnelle, ai-je la tête de l emploi? Info AO Des réponses à vos questions en orientation pour le quotidien

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Liaison 3 ème / 2 nde Vie scolaire

Liaison 3 ème / 2 nde Vie scolaire Liaison 3 ème / 2 nde Vie scolaire LIAISON 3 ème /2 nde BUT DE LA DEMARCHE : Constat : Fait par les CPE des lycées et confirmé par un questionnaire distribué aux élèves de seconde : ces élèves sont en

Plus en détail

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP)

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP) Strategié de renforcement du potentiel de recherche dans les pays en développement via l octroi de bourses pour la formation à la recherche et pour la réintégration Bourses de Formation à la Recherche

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Politique d approbation des mémoires internationaux

Politique d approbation des mémoires internationaux Contexte et objet Politique d approbation des mémoires internationaux Document 215033 Un «mémoire» est soit la réponse officielle de l Institut à un appel à commentaires, soit un ensemble de commentaires

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

CHARTE des «AMIS d ACCOMPAGNER» «Ensemble, pas à pas»

CHARTE des «AMIS d ACCOMPAGNER» «Ensemble, pas à pas» CHARTE des «AMIS d ACCOMPAGNER» «Ensemble, pas à pas» Les valeurs Depuis sa fondation en 2001, l Action de l aisbl Accompagner, et celle de l asbl «Les Amis d Accompagner» qui lui a succédé sur le terrain,

Plus en détail

Conseil de la bibliothèque publique de Trillium. Politique du service de référence

Conseil de la bibliothèque publique de Trillium. Politique du service de référence EXEMPLE 1 POLITIQUE DU SERVICE DE RÉFÉRENCE Conseil de la bibliothèque publique de Trillium Politique du service de référence Mars 1994 Cet exemple de politique a été inclus dans ce Guide pour vous aider

Plus en détail

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte Réseau Bas-Normand / REQUA Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Place de la charte dans le déploiement de la bientraitance La charte de bientraitance

Plus en détail

GESTION DU PLAN D INTERVENTION

GESTION DU PLAN D INTERVENTION GESTION DU PLAN D INTERVENTION 1. ENCADREMENTS LÉGAUX ET CADRES DE RÉFÉRENCE - Loi sur l instruction publique (LIP) - Une école adaptée à tous ses élèves : Politique de l adaptation scolaire (MELS) - Organisation

Plus en détail

Amélioration de l inspection dans une entreprise

Amélioration de l inspection dans une entreprise Département de génie mécanique Certificat en gestion et assurance de la qualité QUA151 GESTION ET TECHNIQUES D INSPECTION Projet de session Été 2013 Amélioration de l inspection dans une entreprise 1-

Plus en détail