NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous?"

Transcription

1 NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous?

2 Bienvenue au tour d horizon annuel de Deloitte des nouvelles et activités relatives aux Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé (NCECF), dans lequel nous passerons en revue les événements de l année en cours et de ceux prévus pour l année suivante. L un des objectifs du Conseil des normes comptables (CNC) du Canada est de s assurer que les modifications importantes apportées aux NCECF ne surviennent pas plus qu une fois tous les deux ans, les modifications mineures survenant quant à elles pendant la période intermédiaire. En 2014, des modifications importantes ont été apportées aux NCECF traitant des avantages sociaux futurs et des activités abandonnées. En 2016, de nouvelles normes sur la comptabilisation des filiales et des partenariats devraient être introduites. En 2015, les NCECF ont connu une certaine activité, même si aucune nouvelle norme comptable n a été publiée ou n est entrée en vigueur. Cette activité s est penchée notamment sur 1) les délibérations et la poursuite des consultations au sujet des réponses à un exposé-sondage traitant de la comptabilisation des actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale, lequel a retenu beaucoup l attention; 2) le processus d améliorations annuelles des NCECF; 3) certains autres projets, que nous aborderons dans la présente publication. La présente publication vous sera utile, nous l espérons, pour vous donner un aperçu de l état actuel des NCECF et des développements à venir. Rappelez-vous également que, pour vous tenir au courant des derniers développements des NCECF, vous pouvez consulter le Centre de l information financière de Deloitte, qui comporte des nouvelles et ressources répondant à vos besoins en information financière dans le cadre des NCECF. Outre la présente publication, nous diffuserons également, le 14 décembre 2015, une webémission qui mettra en évidence certains des principaux changements qui auront l an prochain une incidence sur vos activités. Cordialement, Diana De Acetis Associée et leader technique NCECF, Deloitte Canada NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? 2

3 Activités au cours de l exercice Actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale En 2013, le CNC a approuvé un projet visant à réexaminer la façon de comptabiliser les actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale. Une opération de gel successoral est un exemple de mesure de planification fiscale dans lequel les propriétaires d entreprise souhaitent transférer la croissance future de leur entreprise à leurs enfants et prendre, en retour, des actions privilégiées rachetables à un montant déterminé correspondant à la valeur de l entreprise à la date du gel successoral. À l automne 2014 a été publié un exposé-sondage proposant d éliminer la capacité des entités à classer ces actions privilégiées dans les capitaux propres à leur valeur nominale, comme cela était fait historiquement, et de la remplacer par une obligation de présenter ces actions dans les passifs, à leur juste valeur, qui pourrait être leur valeur de rachat totale. Il était proposé dans l exposé-sondage qu une charge de reprise soit comptabilisée comme une composante distincte des capitaux propres. Un peu plus de 70 lettres de commentaires ont été reçues en réponse à l exposé-sondage, dont un grand nombre n a pas appuyé les propositions et a suggéré que des utilisateurs autres que les créanciers soient consultés notamment les autorités de réglementation dans certains secteurs, les sociétés de cautionnement, les fournisseurs, les clients et les propriétaires d immeubles. La préoccupation portait sur le fait que d autres utilisateurs ne comprendraient pas les résultats de la présentation au passif des actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale. D autres préoccupations portaient sur la difficulté potentielle de la renégociation des ententes de prêt, les conséquences fiscales imprévues potentielles dans certaines provinces et la complexité accrue de la comptabilisation de telles actions dans certaines circonstances. Le CNC a réagi aux réponses reçues et, après beaucoup de délibérations, a pris la décision d attendre la fin de consultations supplémentaires avant de finaliser les modifications. Aucune modification à la norme existante ne sera proposée avant le 1 er janvier 2016, et aucune modification susceptible d être proposée n entrera en vigueur avant le 1 er janvier Les entités auront ainsi, en compagnie de leurs utilisateurs d états financiers, suffisamment de temps pour comprendre les modifications et faire face aux incidences qui en résultent. NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? 3

4 Examen postérieur à la mise en œuvre : Instruments financiers En octobre 2014, le CNC a publié un appel à informations sollicitant des commentaires sur le chapitre 3856, «Instruments financiers». Cet examen, le premier du genre à être entrepris par le CNC, avait pour objectif d évaluer l utilité des informations fournies dans le chapitre 3856 pour les utilisateurs d états financiers, les coûts ou les difficultés imprévus découlant de l application de la norme et les aspects de la norme qui posent des difficultés sur le plan de l interprétation et qui, en conséquence, nuiraient à l uniformité de son application. L examen postérieur à la mise en œuvre a pris en compte les sujets suivants : l évaluation initiale et ultérieure des instruments financiers; la comptabilisation et l évaluation des instruments financiers dans le cadre d une opération entre apparentés; la dépréciation des instruments financiers; la présentation du passif et des capitaux propres; la comptabilité de couverture et les informations à fournir. La crainte que certaines informations, en particulier celles portant sur les risques et les incertitudes, ne soient pas nécessairement utiles aux utilisateurs. Le CNC envisage d analyser davantage les commentaires. Si la décision est prise de mettre en œuvre les modifications apportées à la norme à la suite des commentaires, ces modifications passeront par le processus officiel du CNC. La forme que prendront les modifications apportées à la norme à la suite de l examen de la mise en œuvre dépendra de leur importance, les modifications mineures étant prises en compte dans le projet d améliorations annuelles des NCECF et les modifications plus importantes étant soumises à un processus de vérification plus approfondi. Tout au long de la période de commentaires, le CNC a mené de nombreuses tables rondes ouvertes au public. Tous les commentaires reçus à l aide des lettres de commentaires et des tables rondes ont été pris en compte et une synthèse des commentaires résumant les réponses courantes aux questions posées a été publiée en septembre D une manière générale, les parties prenantes ont appuyé les principes et la plupart des exigences de la norme. Certaines ont exprimé des préoccupations, notamment au sujet des aspects suivants : Des difficultés concernant l évaluation initiale de certains instruments financiers; De la confusion quant au champ d application et à l évaluation initiale et ultérieure pour les instruments financiers émis entre apparentés. NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? 4

5 Projet d améliorations annuelles des NCECF 2015 En octobre 2015, le CNC a publié des modifications mineures aux NCECF découlant du projet d améliorations annuelles de Des quatre modifications apportées, trois portent sur les informations à fournir au sujet des regroupements d entreprises, des placements et des contrats de location. La quatrième modification concerne les avantages sociaux futurs et le choix d utiliser une évaluation établie aux fins de la capitalisation pour comptabiliser les obligations relatives à un régime à prestations définies. Les modifications finales entreront en vigueur pour les exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2016, l application anticipée étant autorisée. Regroupements d entreprises Cette modification s applique aux informations à fournir pour chaque grande catégorie d actifs acquis et de passifs pris en charge lorsque le regroupement d entreprises est réalisé par l acquisition d un actif ou d un groupe d actifs. L obligation précédente de fournir des informations pour chaque grande catégorie d actifs acquis et de passifs pris en charge n était nécessaire que lorsque le regroupement d entreprises était réalisé par l acquisition d une filiale consolidée. Placements et contrats de location Cette modification est limitée à l obligation de présenter le montant de toute perte de valeur ou de toute reprise d une perte de valeur comptabilisée antérieurement au résultat net liée aux placements comptabilisés à la valeur d acquisition ou à la valeur de consolidation en vertu du chapitre Une modification similaire a été apportée au chapitre 3065, «Contrats de location» qui oblige les bailleurs à présenter le montant de toute perte de valeur ou de toute reprise d une perte de valeur comptabilisée antérieurement. Avantages sociaux futurs Cette modification clarifie les circonstances dans lesquelles une évaluation établie aux fins de la capitalisation peut être utilisée pour évaluer l obligation au titre de certains régimes à prestations définies. La modification prévoit qu une entité ayant un régime à prestations définies pour lequel il n existe aucune exigence législative, réglementaire ou contractuelle de préparer une évaluation établie aux fins de la capitalisation ne peut décider d utiliser une telle évaluation pour évaluer l obligation au titre d un régime à prestations définies que lorsque l entité a au moins un régime à prestations définies pour lequel une évaluation établie aux fins de la capitalisation doit être préparée pour respecter les exigences législatives, réglementaires ou contractuelles et pour lequel l obligation a été évaluée à l aide d une évaluation établie aux fins de la capitalisation. Par exemple, une entreprise qui a un régime à prestations définies pour fournir des prestations médicales et dentaires postérieures à l emploi ne nécessitant pas une évaluation établie aux fins de la capitalisation et qui n a pas d autres régimes à prestations définies nécessitant une évaluation établie aux fins de la capitalisation n aura plus le choix d évaluer l obligation d un tel régime à l aide d une évaluation établie aux fins de la capitalisation. La modification pourrait avoir une incidence importante sur les entités ayant des régimes à prestations définies qui ont décidé d évaluer les obligations des régimes à l aide d une évaluation établie aux fins de la capitalisation et qui n ont pas au moins un régime pour lequel une évaluation établie aux fins de la capitalisation est nécessaire. Les entreprises sont encouragées à superviser leurs régimes à prestations définies en fonction des changements à venir, par ex., lorsqu un régime nécessitant une évaluation établie aux fins de la capitalisation fait l objet d une liquidation ou cesse sinon d exister. Cette modification doit être appliquée rétrospectivement. NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? 5

6 Modifications à venir Chapitre 1591, «Filiales» À l automne 2014, une nouvelle norme sur les filiales (le chapitre 1591, «Filiales») a été publiée. Cette nouvelle norme remplace le chapitre 1590, «Filiales», et la NOC-15, Consolidation des entités à détenteurs de droits variables. L entrée en vigueur du chapitre 1591 est obligatoire pour les exercices ouverts à compter du 1 er janvier Le chapitre 1591 introduit un nouveau modèle pour vérifier si une entreprise contrôle une autre lorsque les droits de participation pourraient ne pas constituer le facteur principal dans la détermination de ce contrôle, par ex., lorsque les droits contractuels confèrent le pouvoir de déterminer les politiques stratégiques de l autre entreprise. Les sociétés qui décident de préparer les états financiers consolidés devront évaluer si elles contrôlent des entités au moyen de droits contractuels, seuls ou en association avec la détention de droits de vote, de droits de vote potentiels ou d une combinaison des deux. Cela nécessite l examen d accords contractuels susceptibles de conférer le contrôle, par ex., les accords d approvisionnement, les contrats de gestion, les contrats de location et les contrats de licence. Pour évaluer si les droits contractuels sont suffisants pour conférer le contrôle, l entreprise doit prendre en compte tous les faits et circonstances, notamment ce qui suit : L étendue de sa participation et les décisions prises dans la détermination de l objet et de la conception de l autre entreprise; La façon dont sont prises les décisions concernant les politiques stratégiques de l autre entreprise; Les risques auxquels l autre entreprise est destinée à être exposée, les risques qu elle est censée transférer à ceux qui sont concernés, et si l entreprise est exposée à certains ou l ensemble de ces risques; La connaissance de la capacité de l entreprise à diriger les politiques stratégiques de l autre entreprise de manière durable et sans le concours de tiers. Les entités qui comptabilisent leurs filiales à la valeur d acquisition ou à la valeur de consolidation ne seront pas affectées. Les sociétés qui préparent les états financiers consolidés devront évaluer si les entités à détenteurs de droits variables qui sont consolidées en vertu de la NOC-15 sont contrôlées selon la nouvelle directive du chapitre 1591 de sorte que cette consolidation demeure adéquate. En outre, les sociétés préparant des états financiers consolidés devront également évaluer si les entités non consolidées actuellement en vertu de la NOC-15 sont contrôlées en vertu du chapitre 1591 de sorte qu elles doivent maintenant être consolidées. Les entités qui ont eu de la difficulté avec l application de l approche fondée sur les règles dans la NOC-15 accueilleront favorablement son remplacement par la directive plus conceptuelle fournie au chapitre Cette directive devrait donner lieu à des interprétations et nécessiter probablement un degré de jugement professionnel plus élevé. NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? 6

7 Chapitre 3056, «Partenariats» À l automne 2014, une nouvelle norme sur les partenariats a été publiée. Elle remplace l ancienne norme sur les coentreprises. Précédemment, les entités avaient le choix de comptabiliser leur participation dans des coentreprises à l aide de la méthode de la comptabilisation à la valeur d acquisition, de la méthode de la comptabilisation à la valeur de consolidation ou de la méthode de la consolidation proportionnelle. Ce libre choix a été éliminé parce qu il ne donnait pas une image fidèle des participations d un investisseur dans certaines circonstances. En vertu de la nouvelle norme, un investisseur exerçant un contrôle conjoint dans un partenariat doit comptabiliser ses intérêts en fonction de ses droits et obligations découlant de ce partenariat, sous réserve de la mesure de simplification prévue pour les intérêts dans des entreprises sous contrôle conjoint. En conséquence, il sera important pour un investisseur exerçant un contrôle conjoint de déterminer le type de partenariat dans lequel il a des intérêts étant donné que cela orientera le choix de la méthode comptable. En particulier : Actifs sous contrôle conjoint un investisseur participant au contrôle conjoint devrait comptabiliser sa part des éléments d actif sous contrôle conjoint, sa part des éléments de passif qu il a contractés conjointement et les produits tirés de la vente ou de l utilisation de sa part de la production du partenariat ainsi que sa part des charges engagées par le partenariat. Activités sous contrôle conjoint un investisseur participant au contrôle conjoint devrait comptabiliser les éléments d actifs qu il contrôle, les éléments de passifs contractés et sa part des produits générés et des charges engagées par le partenariat. Entreprises sous contrôle conjoint un investisseur participant au contrôle conjoint devrait adopter l une des méthodes comptables suivantes : 1. Comptabiliser tous ces intérêts selon la méthode de la comptabilisation à la valeur d acquisition; 2. Comptabiliser tous ces intérêts selon la méthode de la comptabilisation à la valeur de consolidation; 3. Analyser tous ces intérêts. L analyse qui doit être mise en œuvre au niveau d une entreprise prend en compte les faits et circonstances pertinents et peut être complexe et faire appel à beaucoup de jugement. Dans le cas où l analyse conclut que l entité détient des intérêts dans l actif net de l entité émettrice, elle devrait appliquer la méthode de la comptabilisation à la valeur d acquisition ou à la valeur de consolidation. Dans le cas où l analyse conclut que l entité détient des intérêts représentant des droits et des obligations au titre respectivement des actifs et des passifs de l entité émettrice, elle comptabiliserait les intérêts de la même manière que les actifs sous contrôle conjoint ou les activités sous contrôle conjoint. L entrée en vigueur du chapitre 3056 est obligatoire pour les exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2016, l application anticipée étant autorisée. Si la norme est adoptée avant le 1 er janvier 2016, l entreprise doit appliquer au même moment les modifications apportées au chapitre 3051, «Placements». NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? 7

8 Exposé-sondage Filiales et placements En septembre 2015, le CNC a publié un exposé-sondage visant à clarifier la façon de comptabiliser une filiale et un placement sous influence notable lorsque la méthode de la comptabilisation à la valeur d acquisition est appliquée. L exposésondage a été publié en réponse aux commentaires des parties prenantes indiquant un manque d uniformité dans l application de la méthode de la comptabilisation à la valeur d acquisition. L exposé-sondage aborde les principaux secteurs clés d incertitude : Secteurs d incertitude Coût d une participation dans une filiale et d une participation dans une entité sous influence notable Traitement des coûts d acquisition Acquisitions de participations additionnelles Évaluation initiale d une participation dans une filiale Acquisitions à des conditions avantageuses Éclaircissements proposés dans l exposé-sondage Le coût est évalué à la juste valeur, à la date d acquisition, de la contrepartie transférée à l autre partie en échange de la participation. Les frais connexes à l acquisition sont comptabilisés en charges dans les périodes au cours desquelles les coûts sont engagés. La valeur comptable de la participation en résultant devrait correspondre à la valeur comptable de la participation de l entité détentrice dans l entité émettrice immédiatement avant l acquisition de la participation additionnelle acquise à laquelle on ajoute le coût de la participation additionnelle. Des montants provisoires pourraient être utilisés. Les montants provisoires devraient être ajustés dans la période ultérieure où ces montants deviennent définitifs, laquelle ne peut excéder un an à compter de la date d acquisition, et ne pas être ajustés de manière rétrospective. Les gains résultant d acquisitions à des conditions avantageuses ne sont pas comptabilisés lorsque la méthode de la comptabilisation à la valeur d acquisition est appliquée. Les modifications proposées découlant de l exposé-sondage devraient entrer en vigueur pour les exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2018 et devraient être appliquées de manière prospective. La date limite pour soumettre des commentaires sur l exposé-sondage au CNC est le 6 janvier Document de travail sur l agriculture Il n y a actuellement aucune NCECF détaillée traitant directement de la façon de comptabiliser les actifs biologiques (soit les plantes et les animaux vivants). Il en résulte des pratiques très divergentes. Le CNC devrait publier un document de travail sur l agriculture à la fin de Ce projet devrait aborder les sujets suivants : Quand comptabiliser un actif biologique; Comment l évaluer lors de la comptabilisation initiale et lors de périodes ultérieures; Comment comptabiliser les produits agricoles au moment de la récolte; Quelles informations devraient être fournies. NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? 8

9 Se préparer pour la fin d exercice Questions à prendre en compte pour la clôture de l exercice en cours Participations dans d autres entités L adoption anticipée du chapitre 1591, «Filiales» ou du chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats» procure-t-elle un avantage? Des modifications ont-elles été apportées aux participations détenues dans d autres entités au cours de l exercice? Produits La société a-t-elle conclu de nouveaux types d accords générateurs de produits comme des ventes à livrer, des accords relatifs aux frais non remboursables ou des accords à composantes multiples? Dette bancaire Y a-t-il eu une violation des clauses restrictives bancaires? La dette est-elle adéquatement classée au bilan? Dépréciation La direction a-t-elle évalué si des indices de dépréciation existent pour les actifs à long terme, les actifs incorporels, l écart d acquisition, le coût des instruments de capitaux propres, les actifs financiers, les actifs d impôt reporté? Les circonstances se sont-elles améliorées de sorte qu une dépréciation antérieure doive faire l objet d une reprise? NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? 9

10 Estimations Les estimations nécessitant le jugement de la direction ont-elles été mises à jour? Les estimations de la direction portent notamment sur les aspects suivants : la recouvrabilité des débiteurs; la valeur nette de réalisation des stocks; la recouvrabilité des immobilisations corporelles; les durées d utilité des immobilisations corporelles; la provision pour retours sur ventes; les dispositions de garantie; la charge d impôts. Opérations importantes et inhabituelles La société a-t-elle conclu des opérations importantes ou inhabituelles au cours de l exercice, notamment des opérations avec des apparentés qui ne sont pas dans le cours normal des activités, de nouvelles ententes de location, des ententes d affacturage, le financement par actions privilégiées, des restructurations fiscales, des acquisitions ou des désinvestissements d entreprises, des restructurations, des cessations d emploi, des sorties de gammes d affaires, des modifications de régimes d avantages? Améliorations annuelles 2014 La société est-elle touchée par les améliorations annuelles de 2014 (entrées en vigueur à partir du 1 er janvier 2015) qui traitent de la comptabilité de couverture et des informations à fournir sur les actifs financiers dépréciés? NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? 10

11 Ne manquez pas notre webémission annuelle sur les NCECF le 14 décembre 2015 au cours de laquelle nos spécialistes des NCECF aborderont certains des principaux changements apportés aux normes ayant une incidence sur les entreprises à capital fermé, les aspects critiques faisant appel au jugement et l orientation que prendront les NCECF. Cliquez sur le lien ci-dessous pour vous inscrire. Inscrivez-vous NCECF : Où en sommes-nous? Où allons-nous? 11

12 Deloitte, l un des cabinets de services professionnels les plus importants au Canada, offre des services dans les domaines de la certification, de la fiscalité, de la consultation et des conseils financiers. Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l., société à responsabilité limitée constituée en vertu des lois de l Ontario, est le cabinet membre canadien de Deloitte Touche Tohmatsu Limited. Deloitte désigne une ou plusieurs entités parmi Deloitte Touche Tohmatsu Limited, société fermée à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ainsi que son réseau de cabinets membres dont chacun constitue une entité juridique distincte et indépendante. Pour obtenir une description détaillée de la structure juridique de Deloitte Touche Tohmatsu Limited et de ses sociétés membres, voir Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. et ses sociétés affiliées. Conçu et produit par le Service de conception graphique de Deloitte, Canada T

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (NCECF) Nous y sommes, encore une fois

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (NCECF) Nous y sommes, encore une fois Normes comptables pour les entreprises à capital fermé (NCECF) Nous y sommes, encore une fois La seule constance est le changement Les choses changent constamment, et c est tout aussi vrai pour les Normes

Plus en détail

NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013

NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013 DÉCEMBRE 2013 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013 Introduction La plupart des organismes sans but lucratif (OSBL)

Plus en détail

Entreprises à capital fermé, OSBL et régimes de retraite

Entreprises à capital fermé, OSBL et régimes de retraite Entreprises à capital fermé, OSBL et régimes de retraite Juillet 2013 En bref Les bulletins En bref offrent un condensé des plus récentes nouvelles et publications provenant des normalisateurs en ce qui

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS Application... 1 Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé... 2 Applicabilité pour toutes les entreprises à capital fermé...

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi?

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi? Alerte info financière NCECF MAI 2015 Chapitre 1591, «Filiales» En septembre 2014, le Conseil des normes comptables (CNC) a publié le chapitre 1591, «Filiales», de la Partie II (Normes comptables pour

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur des produits industriels Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires pourrait avoir des répercussions

Plus en détail

Nouvelles normes pour les entreprises à capital fermé

Nouvelles normes pour les entreprises à capital fermé MARS 2010 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSAGE AUX PCGR: Nouvelles normes pour les entreprises à capital fermé Contexte En 2006, le Conseil des normes comptables (CNC) a décidé d adopter des

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur des produits de consommation Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires pourrait avoir des répercussions

Plus en détail

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Juillet 2013 Aperçu En mai 2013, l International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting Standards Board (FASB) des États-Unis

Plus en détail

Empire Company Limited États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août 2014

Empire Company Limited États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août 2014 États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août Table des matières Bilans consolidés résumés... 1 États consolidés résumés du résultat net... 2 États consolidés résumés du résultat global...

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur de la distribution et du commerce de détail et de gros Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 (IFRS 3), Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 (IFRS 3), Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 (IFRS 3), Regroupements d entreprises Par BRIAN FRIEDRICH, M. Éd., CGA, FCCA (RU), CertIFR et LAURA FRIEDRICH, M. Sc., CGA, FCCA (RU), CertIFR Mis à jour

Plus en détail

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014 Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. États financiers condensés consolidés du premier trimestre 2015 Aux 31 mars 2015 et 2014 SRM158-1(15-03) PDF Ces états financiers consolidés

Plus en détail

Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa

Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa Si les répercussions économiques annuelles devaient se prolonger à long terme, et compte tenu du potentiel

Plus en détail

un état de changement

un état de changement un état de changement Bulletin bimestriel à l intention des organismes sans but lucratif Février 2013 Dans ce numéro Nouvelles normes comptables pour les organismes sans but lucratif Introduction Les organismes

Plus en détail

Stratégies d optimisation de la gestion de trésorerie

Stratégies d optimisation de la gestion de trésorerie Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation de la gestion de trésorerie Dans la série «Fonds de roulement» Stratégies d optimisation

Plus en détail

États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC.

États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC. États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés intermédiaires du résultat Pour les périodes de trois et de six mois closes les 3 mars (en milliers

Plus en détail

Conseil des normes comptables 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario) Canada M5V 3H2 Tél. : 416-977-3222 Téléc. : 416-204-3412 Page 1 de 27

Conseil des normes comptables 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario) Canada M5V 3H2 Tél. : 416-977-3222 Téléc. : 416-204-3412 Page 1 de 27 Version abrégée de la comparaison des PCGR canadiens (Normes comptables pour les entreprises à capital fermé) (Partie II) et des IFRS (Partie I) au 31 décembre 2009 1. La présente analyse comparative a

Plus en détail

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES IMMOBEL (ci-après dénommée la «Société») est une société anonyme de droit belge dont le siège social est établi Rue de la Régence 58 à 1000 Bruxelles.

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Première application des IFRS par les fonds d investissement

Première application des IFRS par les fonds d investissement Première application des IFRS par les fonds d investissement Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 2 décembre 2013 Le projet de l IASB sur les entités d investissement

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OPERATIVE

MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OPERATIVE États financiers de MOUNTAIN EQUIPMENT CO-OPERATIVE KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone 604-691-3000 Comptables agréés Télécopieur 604-691-3031 B.P. 10426 777 Dunsmuir Street Internet www.kpmg.ca Vancouver

Plus en détail

États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC.

États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC. États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés intermédiaires du résultat Pour les périodes de trois et de neuf mois (en milliers de dollars

Plus en détail

Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010

Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010 Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010 Le Groupe de discussion sur les IFRS (GDI) se veut seulement un cadre d échanges. Il a pour vocation d aider le

Plus en détail

Les modalités de transfert, les impacts fiscaux et la planification fiscale. Journée-conférence Nature, Commerce et Industrie

Les modalités de transfert, les impacts fiscaux et la planification fiscale. Journée-conférence Nature, Commerce et Industrie Les modalités de transfert, les impacts fiscaux et la planification fiscale Journée-conférence Nature, Commerce et Industrie Contenu de la présentation A. Structure actuelle d exploitation B. Identification

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.)

États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) États financiers de Corporation des professionnels en services financiers (C.D.P.S.F.) 31 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des revenus et dépenses et de l actif net... 3 État de

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

États financiers consolidés 31 mars 2015 et 31 mars 2014

États financiers consolidés 31 mars 2015 et 31 mars 2014 États financiers consolidés Rapport de la direction Aux actionnaires de Technologies Interactives Mediagrif Inc./Mediagrif Interactive Technologies Inc. Les états financiers consolidés de Technologies

Plus en détail

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1)

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Table des matières : Comment puis-je obtenir la documentation sur le programme?... 2 Quels types de fonds sont

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

Taxes indirectes canadiennes Le 31 mai 2012 (12-4)

Taxes indirectes canadiennes Le 31 mai 2012 (12-4) Canada Fiscalité Personnesressources : Québec et Canada Atlantique Robert Demers Leader national 514-393-5156 Ontario Michael Matthews 613-751-5310 Toronto Rory Pike 416-874-3330 Danny Cisterna 416-601-6362

Plus en détail

IFRS 10 États financiers consolidés

IFRS 10 États financiers consolidés IFRS 10 États financiers consolidés PLAN DE LA PRÉSENTATION Aperçu Application Dispositions transitoires Prochaines étapes Ressources PRÉSENTATEURS Alex Fisher, CPA, CA Directeur de projets, Orientation

Plus en détail

Édition n 17 : Sociétés pétrolières et gazières

Édition n 17 : Sociétés pétrolières et gazières WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ COMPARAISON DES NORMES IFRS ET DES Édition n 17 : Sociétés pétrolières et gazières Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes;

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

Comparaison des PCGR canadiens avec les IFRS

Comparaison des PCGR canadiens avec les IFRS 1. Le présente analyse, élaborée par le personnel du Conseil des normes comptables (CNC), se veut une comparaison générale entre les normes canadiennes actuelles et les normes internationales d information

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Août 2010 Pleins feux sur les IFRS L IASB publie un exposé-sondage sur la comptabilisation des contrats de location Table des matières La proposition Champ d application Comptabilisation

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS Règles sur la juste valeur Nouvelles exigences pour les entités d investissement

Pleins feux sur les IFRS Règles sur la juste valeur Nouvelles exigences pour les entités d investissement Bureau mondial des IFRS Novembre 2012 Pleins feux sur les IFRS Règles sur la juste valeur Nouvelles exigences pour les entités d investissement Table des matières Contexte Le modèle général Participations

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

Services-conseils. Des services au-delà de l audit

Services-conseils. Des services au-delà de l audit Services-conseils Des services au-delà de l audit Table des matières Des solutions pour un paysage comptable en pleine évolution... 1 Services-conseils en comptabilité complexe...3 Services-conseils transactionnels...4

Plus en détail

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS

États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS États financiers de INSTITUT CANADIEN POUR LA SÉCURITÉ DES PATIENTS Au 31 mars 2014 Deloitte S.E.N.C.R.L./s.r.l. 2000 Manulife Place 10180 101 Street Edmonton (Alberta) T5J 4E4 Canada Tél. : 780-421-3611

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs

Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs Norme comptable internationale 36 Dépréciation d actifs Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les procédures qu une entité applique pour s assurer que ses actifs sont comptabilisés

Plus en détail

Alerte en fiscalité internationale

Alerte en fiscalité internationale Canada Fiscalité internationale Personnesressources Leader national Fiscalité internationale Étienne Bruson 604-640-3175 Hong Kong Chris Roberge 852-28525627 Provinces de l Atlantique Brian Brophy 709-758-5234

Plus en détail

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie.

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie. PricewaterhouseCoopers s.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 1700 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 5C2 Téléphone +1 (418) 522 7001 Télécopieur +1 (418) 522

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC au 31 mars 2011 Objet : 1. La Préface des normes comptables pour le

Plus en détail

En 2007, la société a également généré 244 millions de dollars (116 millions de dollars en 2006) grâce à la vente d immobilisations.

En 2007, la société a également généré 244 millions de dollars (116 millions de dollars en 2006) grâce à la vente d immobilisations. 8. SITUATION DE TRÉSORERIE ET SOURCES DE FINANCEMENT 8.1 PRINCIPAUX ÉLÉMENTS DES FLUX DE TRÉSORERIE (en millions de dollars) 2007 2006 Variation Rentrées nettes liées aux activités d exploitation poursuivies

Plus en détail

LE FPI PRO ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS FINANCIERS POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2015

LE FPI PRO ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS FINANCIERS POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2015 LE FPI PRO ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS FINANCIERS POUR LE PREMIER TRIMESTRE DE 2015 DIFFUSION INTERDITE AUX ÉTATS-UNIS OU PAR L ENTREMISE DE SERVICES DE NOUVELLES DES ÉTATS-UNIS. Le 28 mai 2015 Montréal

Plus en détail

Rapport Intermédiaire 31 janvier 2002

Rapport Intermédiaire 31 janvier 2002 Rapport Intermédiaire 31 janvier p1 MESSAGE AUX ACTIONNAIRES ET COMMENTAIRES ET ANALYSE DE LA DIRECTION Au cours du premier trimestre de, Plazacorp a continué de diriger son attention sur ses activités

Plus en détail

Mountain Equipment Co-operative. États financiers consolidés 30 décembre 2007 (en milliers de dollars)

Mountain Equipment Co-operative. États financiers consolidés 30 décembre 2007 (en milliers de dollars) États financiers consolidés Le 14 mars 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés PricewaterhouseCoopers Place 250 Howe Street, Suite 700 Vancouver, British Columbia Canada V6C

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique Le 13 juin 2013

Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique Le 13 juin 2013 Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique Le 13 juin 2013 Le Groupe de discussion sur les IFRS se veut seulement un cadre d échanges. Il a pour vocation d aider le Conseil des

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

L accessibilité chez Deloitte. Plan pluriannuel de mise en œuvre de la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO)

L accessibilité chez Deloitte. Plan pluriannuel de mise en œuvre de la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO) L accessibilité chez Deloitte Plan pluriannuel de mise en œuvre de la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO) Décembre 2014 Plan pluriannuel de mise en œuvre de la LAPHO

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉS APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 25 AVRIL 2013 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 2 MAI 2013 - 2 - POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

Conversion aux normes internationales d information financière Directive réglementaire de la SOAD

Conversion aux normes internationales d information financière Directive réglementaire de la SOAD 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416-325-9444 Sans frais

Plus en détail

Communiqué de presse. Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014. Pour le semestre clos au 31 mars 2012.

Communiqué de presse. Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014. Pour le semestre clos au 31 mars 2012. Communiqué de presse Lille, le 29 juin 2012 Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014 Pour le semestre clos au 31 mars 2012. L Entreprise organise une conférence téléphonique

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 Afin d atteindre une plus grande harmonisation du régime de

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Textes de référence : article 223-1 du règlement général de l AMF A la suite de la mise à jour depuis 2006 du référentiel

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

Améliorations 2011 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé

Améliorations 2011 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Améliorations 2011 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Manuel de l ICCA Comptabilité, Partie II Historique et fondement des conclusions Avant-propos En octobre 2011, le Conseil des

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

Version abrégée de la comparaison des PCGR canadiens (Partie V) et des IFRS (Partie I) au 31 décembre 2009

Version abrégée de la comparaison des PCGR canadiens (Partie V) et des IFRS (Partie I) au 31 décembre 2009 Version abrégée de la comparaison des PCGR canadiens et des IFRS (Partie I) au 31 décembre 2009 1. La présente analyse comparative a été a été préparée par les permanents du Conseil des normes comptables

Plus en détail

Alerte en fiscalité internationale

Alerte en fiscalité internationale Canada Fiscalité internationale Personnesressources Leader national Fiscalité internationale Étienne Bruson 604-640-3175 Provinces de l Atlantique Brian Brophy 709-758-5234 Québec François Chagnon 514-393-7073

Plus en détail

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC.

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. États financiers consolidés de GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 États consolidés des résultats Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 2013 2012 $ $ Produits

Plus en détail

Transition aux nouvelles normes comptables : dernière ligne droite

Transition aux nouvelles normes comptables : dernière ligne droite PRÉSENTATION DE L INFORMATION FINANCIÈRE MISE À JOUR ANNUELLE 2010 Transition aux nouvelles normes comptables : dernière ligne droite Introduction Au cours de 2010, le Conseil des normes comptables («CNC»)

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 31 octobre 2013 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 La Banque

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur de l immobilier Janvier 2015 L International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2

Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS 1, 2 Analyse statistique des dix derniers exercices IFRS, Bilan consolidé condensé (en millions de dollars canadiens) 04 03 0 0 ACTIF Trésorerie et autres 46 554 $ 3 64 $ 5 8 $ 4 $ Prêts, valeurs mobilières

Plus en détail

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial Le 3 mars 2014 Les contribuables canadiens, y compris les multinationales établies au Canada, qui participent à des mécanismes de prêt sans lien de dépendance pourraient, contre toute attente, être touchés

Plus en détail

Fiscalité minière québécoise des sociétés en exploration. Nouveautés conseils et pièges. Francis Vallières Lucie Chouinard.

Fiscalité minière québécoise des sociétés en exploration. Nouveautés conseils et pièges. Francis Vallières Lucie Chouinard. Fiscalité minière québécoise des sociétés en exploration Nouveautés conseils et pièges Francis Vallières Lucie Chouinard Le 8 octobre 2015 Table des matières 1 Crédit ressources (Québec) 2 Crédit de droits

Plus en détail

Norme internationale d information financière 32 (IAS 32), Instruments financiers : Présentation

Norme internationale d information financière 32 (IAS 32), Instruments financiers : Présentation Norme internationale d information financière 32 (IAS 32), Instruments financiers : Présentation Par STEPHEN SPECTOR, M.A., FCGA Cet article s inscrit dans une série d articles de Brian et Laura Friedrich

Plus en détail

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2013 ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 3 et 4 ÉTATS FINANCIERS État de la situation financière 5 État des résultats 6 État de la variation

Plus en détail

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé

Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Manuel de l ICCA Comptabilité, Partie II Historique et fondement des conclusions Avant-propos En décembre 2009, le Conseil des normes comptables

Plus en détail

Une vision claire des IFRS. Aller de l avant dans un monde IFRS Guide pratique de mise en œuvre. IAS 19 (2011) Avantages du personnel

Une vision claire des IFRS. Aller de l avant dans un monde IFRS Guide pratique de mise en œuvre. IAS 19 (2011) Avantages du personnel Une vision claire des IFRS Aller de l avant dans un monde IFRS Guide pratique de mise en œuvre IAS 19 (2011) Avantages du personnel Table des matières Aperçu... 2 Le contexte canadien... 3 Où vous situez-vous?...

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

GROUPE SPORTSCENE INC.

GROUPE SPORTSCENE INC. États financiers consolidés GROUPE SPORTSCENE INC. Aux et pour les exercices terminés le 25 août 2013 et le 26 août 2012 Table des matières Rapport de la direction...3-4 Rapport de l auditeur indépendant...5-6

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

Penser avantage fiscal et non coût. «Trois lignes de défense» pour des transactions fiscales réussies

Penser avantage fiscal et non coût. «Trois lignes de défense» pour des transactions fiscales réussies Penser avantage fiscal et non coût «Trois lignes de défense» pour des transactions fiscales réussies Table des matières Le bon côté de la réglementation accrue...1 Inclure davantage la fonction fiscalité

Plus en détail

Numericable SFR. Informations financières consolidées sélectionnées au 31 mars 2015. (Non auditées)

Numericable SFR. Informations financières consolidées sélectionnées au 31 mars 2015. (Non auditées) 1, Square Bela Bartok 75015 Paris COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE (NON AUDITE) Période de 3 mois close le (en millions d'euros) 31 mars 2015 31 mars 2014 Chiffre d'affaires 2 740 328 Achats externes (1 489)

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA États des résultats prospectifs de BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA Pour les exercices se terminant le 31 mars 2014 et le 31 mars 2015 État des résultats prospectifs (non audité) (en milliers de dollars)

Plus en détail

FIBROSE KYSTIQUE CANADA

FIBROSE KYSTIQUE CANADA États financiers de FIBROSE KYSTIQUE CANADA KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet www.kpmg.ca Toronto

Plus en détail