études de cas sur le financement chinois en Afrique ~dzifa kpetigo~

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "études de cas sur le financement chinois en Afrique ~dzifa kpetigo~"

Transcription

1 études de cas sur le financement chinois en Afrique ~dzifa kpetigo~ 1

2 QUELQUES préoccupations du consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA) ; La mission de l ICA: contribuer à l amélioration des conditions de vie et du bienêtre des populations africaines en encourageant la promotion des investissements en infrastructures. L ICA identifie et élimine les blocages institutionnels, techniques et politiques 2

3 QUELQUES préoccupations du consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA) ; La mission de l ICA: contribuer à l amélioration des conditions de vie et du bienêtre des populations africaines en encourageant la promotion des investissements en infrastructures. L ICA identifie et élimine les blocages institutionnels, techniques et politiques Le Consortium essaye concrètement d attirer plus de financements sur les projets structurants en Afrique? de ce fait, ils ont une inquiétude: est-ce que l implication croissante de la Chine en Afrique ne va pas entrainer un désengagement des donneurs traditionnels? (étude théorique et empirique) 2

4 QUELQUES préoccupations du consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA) ; La mission de l ICA: contribuer à l amélioration des conditions de vie et du bienêtre des populations africaines en encourageant la promotion des investissements en infrastructures. L ICA identifie et élimine les blocages institutionnels, techniques et politiques Le Consortium essaye concrètement d attirer plus de financements sur les projets structurants en Afrique? de ce fait, ils ont une inquiétude: est-ce que l implication croissante de la Chine en Afrique ne va pas entrainer un désengagement des donneurs traditionnels? (étude théorique et empirique) Quelles sont les reproches faites à la Chine dans le cadre de son financement des infrastructure en Afrique? Comment surmonter ces «incompréhensions» et favoriser la coopération entre les financiers traditionnels de l Afrique et la Chine? (le cas du barrage hydroélectrique de Gibe III en Ethiopie) 2

5 QUELQUES préoccupations du consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA) ; La mission de l ICA: contribuer à l amélioration des conditions de vie et du bienêtre des populations africaines en encourageant la promotion des investissements en infrastructures. L ICA identifie et élimine les blocages institutionnels, techniques et politiques Le Consortium essaye concrètement d attirer plus de financements sur les projets structurants en Afrique? de ce fait, ils ont une inquiétude: est-ce que l implication croissante de la Chine en Afrique ne va pas entrainer un désengagement des donneurs traditionnels? (étude théorique et empirique) Quelles sont les reproches faites à la Chine dans le cadre de son financement des infrastructure en Afrique? Comment surmonter ces «incompréhensions» et favoriser la coopération entre les financiers traditionnels de l Afrique et la Chine? (le cas du barrage hydroélectrique de Gibe III en Ethiopie) Dans sa relation avec la Chine, l Afrique profite t elle des transferts technologiques? (le cas de l autoroute Est-Ouest en Algérie) 2

6 plan de la présentation 3

7 plan de la présentation A - Etude théorique et empirique du comportement de financement des donneurs traditionnels, relativement à l implication croissante de la Chine 3

8 plan de la présentation A - Etude théorique et empirique du comportement de financement des donneurs traditionnels, relativement à l implication croissante de la Chine 3

9 plan de la présentation A - Etude théorique et empirique du comportement de financement des donneurs traditionnels, relativement à l implication croissante de la Chine B - Analyse du financement et des implications du projet autoroutier «Est- Ouest» en Algérie 3

10 plan de la présentation A - Etude théorique et empirique du comportement de financement des donneurs traditionnels, relativement à l implication croissante de la Chine B - Analyse du financement et des implications du projet autoroutier «Est- Ouest» en Algérie 3

11 plan de la présentation A - Etude théorique et empirique du comportement de financement des donneurs traditionnels, relativement à l implication croissante de la Chine B - Analyse du financement et des implications du projet autoroutier «Est- Ouest» en Algérie C - Analyse du financement et de la réalisation du projet de barrage hydroélectrique «Gibe III» en Ethiopie 3

12 A - APPROCHE THEORIQUE: le modèle d ALLOCATION DE L aide de DUDLEY ET montmarquette Le cadre d analyse: les modèles de Dudley et Montmarquette (1976), et Wall (1995) d allocation de l aide publique au développement 4

13 A - APPROCHE THEORIQUE: le modèle d ALLOCATION DE L aide de DUDLEY ET montmarquette Le cadre d analyse: les modèles de Dudley et Montmarquette (1976), et Wall (1995) d allocation de l aide publique au développement La logique et les principales hypothèses du modèle: l aide publique au développement exclu l altruisme entre nations, et donc les objectifs sont majoritairement stratégiques et économiques 4

14 A - APPROCHE THEORIQUE: le modèle d ALLOCATION DE L aide de DUDLEY ET montmarquette Le cadre d analyse: les modèles de Dudley et Montmarquette (1976), et Wall (1995) d allocation de l aide publique au développement La logique et les principales hypothèses du modèle: l aide publique au développement exclu l altruisme entre nations, et donc les objectifs sont majoritairement stratégiques et économiques Objectif stratégique: obtenir sur le plan international le soutien politique des pays bénéficiaires de l aide (exemple: les votes sur des résolutions spécifiques lors des assemblées générales de l Organisation des Nations Unies) 4

15 A - APPROCHE THEORIQUE: le modèle d ALLOCATION DE L aide de DUDLEY ET montmarquette Le cadre d analyse: les modèles de Dudley et Montmarquette (1976), et Wall (1995) d allocation de l aide publique au développement La logique et les principales hypothèses du modèle: l aide publique au développement exclu l altruisme entre nations, et donc les objectifs sont majoritairement stratégiques et économiques Objectif stratégique: obtenir sur le plan international le soutien politique des pays bénéficiaires de l aide (exemple: les votes sur des résolutions spécifiques lors des assemblées générales de l Organisation des Nations Unies) Objectif économique: tirer avantage de l octroi de positions privilégiées dans les relations commerciales internationales. L exemple majeur est celui des exportations du pays donneur vers le pays bénéficiaire de l aide 4

16 A - APPROCHE THEORIQUE: le modèle d ALLOCATION DE L aide de DUDLEY ET montmarquette Le cadre d analyse: les modèles de Dudley et Montmarquette (1976), et Wall (1995) d allocation de l aide publique au développement La logique et les principales hypothèses du modèle: l aide publique au développement exclu l altruisme entre nations, et donc les objectifs sont majoritairement stratégiques et économiques Objectif stratégique: obtenir sur le plan international le soutien politique des pays bénéficiaires de l aide (exemple: les votes sur des résolutions spécifiques lors des assemblées générales de l Organisation des Nations Unies) Objectif économique: tirer avantage de l octroi de positions privilégiées dans les relations commerciales internationales. L exemple majeur est celui des exportations du pays donneur vers le pays bénéficiaire de l aide Nous avons introduit comme principale modification dans le modèle, le fait que l atteinte des objectifs par un donneur soit conditionnée aux objectifs atteints par les autres donneurs 4

17 A - APPROCHE THEORIQUE: le modèle d ALLOCATION DE L aide de DUDLEY ET montmarquette Le cadre d analyse: les modèles de Dudley et Montmarquette (1976), et Wall (1995) d allocation de l aide publique au développement La logique et les principales hypothèses du modèle: l aide publique au développement exclu l altruisme entre nations, et donc les objectifs sont majoritairement stratégiques et économiques Objectif stratégique: obtenir sur le plan international le soutien politique des pays bénéficiaires de l aide (exemple: les votes sur des résolutions spécifiques lors des assemblées générales de l Organisation des Nations Unies) Objectif économique: tirer avantage de l octroi de positions privilégiées dans les relations commerciales internationales. L exemple majeur est celui des exportations du pays donneur vers le pays bénéficiaire de l aide Nous avons introduit comme principale modification dans le modèle, le fait que l atteinte des objectifs par un donneur soit conditionnée aux objectifs atteints par les autres donneurs Les résultats du modèle théorique indique une augmentation des apports financiers des donneurs traditionnelles 4

18 NOTRE Extension du modèle de base Les hypothèses du modèle de base sont conservés, mais un argument supplémentaire est rajouté à la fonction d impact du donneur traditionnel: l impact obtenu par un donneur nouveau (Chine) La logique simplifiée de notre modèle Aide de la Chine aux pays africains au temps «t-2» prédiction du modèle théorique Les pays africains bénéficiaires de cette aide chinoise augmentent leur importations de produits chinois au temps «t-1» fonction de réaction Les pays donneurs traditionnelles augmentent également leurs aides aux pays africains au temps «t» La maximisation de l utilité sous la contrainte additionnelle de la nouvelle fonction d impact produit un nouvel équilibre pour le donneur traditionnel, en termes d allocation de l aide. Les conditions de premiers ordres impliquent alors une fonction de réaction croissante ou nulle 5

19 APPROCHE empirique: analyse de l evolution de l aide des donneurs traditionnels en réaction à l implication chinoise en afrique Analyse statistique et économétrique de l évolution des financements des financiers traditionnels, en fonction de l impact (acquisition des marchés à l exportation) obtenu par la Chine suite à son aide au développement Ce qui permet de lier l aide chinoise à ses exportations vers l Afrique: l aide chinoise est une des plus liées qui soit (le service qui s occupe de l aide chinoise est un département du MOFCOM); l aide chinoise est un instrument au service du commerce chinois Période d analyse: Sources statistiques: Banque mondiale, Fonds monétaire international Pour: 52 pays africains bénéficiaires d aide au développement Les donneurs traditionnels considérés: France, Royaume Uni, Etats-Unis, Japon, Allemagne 6

20 conclusion 1: catégorisation des bailleurs traditionnels Remarque 1: Lorsque l analyse tient compte de la relation «un donneur traditionnel vs Chine», tous les principaux donneurs traditionnels, présentent des fonctions de réactions significativement croissantes. On pourrait penser à une compétition entre la Chine et les autres 7

21 conclusion 1: catégorisation des bailleurs traditionnels Remarque 1: Lorsque l analyse tient compte de la relation «un donneur traditionnel vs Chine», tous les principaux donneurs traditionnels, présentent des fonctions de réactions significativement croissantes. On pourrait penser à une compétition entre la Chine et les autres Remarque 2: Lorsque qu on introduit dans l analyse l ensemble des pays donneurs, alors aucun des donneurs traditionnels (excepté le Royaume Uni) ne semble réagir à la percée chinoise. Ils ne modifient pas significativement leur comportement d allocation de l aide au développement. Ce qui veut dire que pour l ensemble des donneurs, la Chine est un acteur comme les autres 7

22 conclusion 1: catégorisation des bailleurs traditionnels Remarque 1: Lorsque l analyse tient compte de la relation «un donneur traditionnel vs Chine», tous les principaux donneurs traditionnels, présentent des fonctions de réactions significativement croissantes. On pourrait penser à une compétition entre la Chine et les autres Remarque 2: Lorsque qu on introduit dans l analyse l ensemble des pays donneurs, alors aucun des donneurs traditionnels (excepté le Royaume Uni) ne semble réagir à la percée chinoise. Ils ne modifient pas significativement leur comportement d allocation de l aide au développement. Ce qui veut dire que pour l ensemble des donneurs, la Chine est un acteur comme les autres Remarque 2: (étape 1) Le Royaume Uni donne l impression d avoir une fonction de réaction décroissante, ce qui signifierait qu il tend à reculer devant la percée chinoise, en réduisant son aide aux pays africains. (étape 2) Mais l utilisation d une fonction de réaction interactive (analyse du comportement du Royaume Uni spécifiquement dans les anciennes colonies britanniques en Afrique) met en évidence un comportement pragmatique: le Royaume Uni réduit de façon globale son aide au développement pour le concentrer sur ses anciennes colonies (sa zone d influence). Elle prend ainsi le moins de risque possible 7

23 conclusion 1: catégorisation des bailleurs traditionnels Remarque 1: Lorsque l analyse tient compte de la relation «un donneur traditionnel vs Chine», tous les principaux donneurs traditionnels, présentent des fonctions de réactions significativement croissantes. On pourrait penser à une compétition entre la Chine et les autres Remarque 2: Lorsque qu on introduit dans l analyse l ensemble des pays donneurs, alors aucun des donneurs traditionnels (excepté le Royaume Uni) ne semble réagir à la percée chinoise. Ils ne modifient pas significativement leur comportement d allocation de l aide au développement. Ce qui veut dire que pour l ensemble des donneurs, la Chine est un acteur comme les autres Remarque 2: (étape 1) Le Royaume Uni donne l impression d avoir une fonction de réaction décroissante, ce qui signifierait qu il tend à reculer devant la percée chinoise, en réduisant son aide aux pays africains. (étape 2) Mais l utilisation d une fonction de réaction interactive (analyse du comportement du Royaume Uni spécifiquement dans les anciennes colonies britanniques en Afrique) met en évidence un comportement pragmatique: le Royaume Uni réduit de façon globale son aide au développement pour le concentrer sur ses anciennes colonies (sa zone d influence). Elle prend ainsi le moins de risque possible Remarque 3: La France, de façon surprenante (parce que c est l ancienne puissance coloniale qui nous semble la plus influente en Afrique), ne semble pas renforcer ses positions dans sa zone d influence (les anciennes colonies), elle n y augmente pas significativement son aide au développement. Cela confirmerait ses intentions déclarées de se désengager de plus en plus de l Afrique 7

24 conclusion 1: catégorisation des bailleurs traditionnels Remarque 1: Lorsque l analyse tient compte de la relation «un donneur traditionnel vs Chine», tous les principaux donneurs traditionnels, présentent des fonctions de réactions significativement croissantes. On pourrait penser à une compétition entre la Chine et les autres Remarque 2: Lorsque qu on introduit dans l analyse l ensemble des pays donneurs, alors aucun des donneurs traditionnels (excepté le Royaume Uni) ne semble réagir à la percée chinoise. Ils ne modifient pas significativement leur comportement d allocation de l aide au développement. Ce qui veut dire que pour l ensemble des donneurs, la Chine est un acteur comme les autres Remarque 2: (étape 1) Le Royaume Uni donne l impression d avoir une fonction de réaction décroissante, ce qui signifierait qu il tend à reculer devant la percée chinoise, en réduisant son aide aux pays africains. (étape 2) Mais l utilisation d une fonction de réaction interactive (analyse du comportement du Royaume Uni spécifiquement dans les anciennes colonies britanniques en Afrique) met en évidence un comportement pragmatique: le Royaume Uni réduit de façon globale son aide au développement pour le concentrer sur ses anciennes colonies (sa zone d influence). Elle prend ainsi le moins de risque possible Remarque 3: La France, de façon surprenante (parce que c est l ancienne puissance coloniale qui nous semble la plus influente en Afrique), ne semble pas renforcer ses positions dans sa zone d influence (les anciennes colonies), elle n y augmente pas significativement son aide au développement. Cela confirmerait ses intentions déclarées de se désengager de plus en plus de l Afrique Remarque finale (élément positif): Il n y a donc pas de risque de réduction des financements des autres donneurs lors les financements chinois augmentent. On peut se concentrer donc sur l analyse des financements chinois et voir dans quelle sens améliorer leur mise en oeuvre 7

25 B - LE projet autoroutier «est-ouest» en Algérie: échec du transfert de technologies chinoises récapitulatif technique linéaire = km profil en travers : 2 X 3 voies vitesse de base : 100 à 120 km/h nombre d échangeurs : 60 (avec option de péage) équipements : aires de repos, stations services, relais routiers, centre d exploitation et d entretien de l autoroute 8

26 50 41,667 33, ,667 8, ,333-16, Progression du commerce intra-uma (%) L autoroute «est-ouest» fait partie du schéma routier élaboré par le ministère des travaux publics algérien. Le coût estimé est de onze milliards de dollars Le projet participe également à la concrétisation de l initiative de route transmaghrébine (7000 km) reliant les pays de l Union du Maghreb Arabe (UMA). L objectif est de relancer le commerce intra-uma et d accélérer l intégration sous-régionale. La meilleure progression ayant été observée au lendemain de la création de l UMA Les pays de l UMA: Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Mauritanie 9

27 La réalisation du projet a été confié à deux consortiums: japonais (Consortium Japonais pour l Autoroute Algérienne «COJAAL») et chinois (China Railway Construction Coorporation et China CITIC Group «CRCC-CITIC») 10

28 La réalisation du projet a été confié à deux consortiums: japonais (Consortium Japonais pour l Autoroute Algérienne «COJAAL») et chinois (China Railway Construction Coorporation et China CITIC Group «CRCC-CITIC») L analyse économique de rentabilité réalisée par la Banque mondiale présente un taux de rentabilité interne (TRI) de 20%, avec des gains potentiels en termes de création d emplois ( avec une composante algérienne de 70%) 10

29 La réalisation du projet a été confié à deux consortiums: japonais (Consortium Japonais pour l Autoroute Algérienne «COJAAL») et chinois (China Railway Construction Coorporation et China CITIC Group «CRCC-CITIC») L analyse économique de rentabilité réalisée par la Banque mondiale présente un taux de rentabilité interne (TRI) de 20%, avec des gains potentiels en termes de création d emplois ( avec une composante algérienne de 70%) Des clauses en termes de transfert de technologie et de mise à niveau des ressources humaines (formation aux techniques d exploitation, de gestion administrative, formation à l analyse physico-financière des projets d infrastructures routières) 10

30 La réalisation du projet a été confié à deux consortiums: japonais (Consortium Japonais pour l Autoroute Algérienne «COJAAL») et chinois (China Railway Construction Coorporation et China CITIC Group «CRCC-CITIC») L analyse économique de rentabilité réalisée par la Banque mondiale présente un taux de rentabilité interne (TRI) de 20%, avec des gains potentiels en termes de création d emplois ( avec une composante algérienne de 70%) Des clauses en termes de transfert de technologie et de mise à niveau des ressources humaines (formation aux techniques d exploitation, de gestion administrative, formation à l analyse physico-financière des projets d infrastructures routières) CRCC-CITIC s est engagé à construire un institut spécialisé dans les grands travaux publics 10

31 La réalisation du projet a été confié à deux consortiums: japonais (Consortium Japonais pour l Autoroute Algérienne «COJAAL») et chinois (China Railway Construction Coorporation et China CITIC Group «CRCC-CITIC») L analyse économique de rentabilité réalisée par la Banque mondiale présente un taux de rentabilité interne (TRI) de 20%, avec des gains potentiels en termes de création d emplois ( avec une composante algérienne de 70%) Des clauses en termes de transfert de technologie et de mise à niveau des ressources humaines (formation aux techniques d exploitation, de gestion administrative, formation à l analyse physico-financière des projets d infrastructures routières) CRCC-CITIC s est engagé à construire un institut spécialisé dans les grands travaux publics COJAAL s est engagé à construire un centre de contrôle de la qualité des infrastructures routières 10

32 La réalisation du projet a été confié à deux consortiums: japonais (Consortium Japonais pour l Autoroute Algérienne «COJAAL») et chinois (China Railway Construction Coorporation et China CITIC Group «CRCC-CITIC») L analyse économique de rentabilité réalisée par la Banque mondiale présente un taux de rentabilité interne (TRI) de 20%, avec des gains potentiels en termes de création d emplois ( avec une composante algérienne de 70%) Des clauses en termes de transfert de technologie et de mise à niveau des ressources humaines (formation aux techniques d exploitation, de gestion administrative, formation à l analyse physico-financière des projets d infrastructures routières) CRCC-CITIC s est engagé à construire un institut spécialisé dans les grands travaux publics COJAAL s est engagé à construire un centre de contrôle de la qualité des infrastructures routières En janvier 2010, les deux consortiums ont renoncé à honorer leurs engagements 10

33 conclusion 2: Difficulté de réalisation du transfert technologique le cas du projet autoroutier confirme les reproches faites à la Chine de ne pas associer les ressources humaines des pays africains à la réalisation des travaux d infrastructures; les critiques: main d oeuvre en grande partie importée, faible valorisation des potentialités locales 11

34 conclusion 2: Difficulté de réalisation du transfert technologique le cas du projet autoroutier confirme les reproches faites à la Chine de ne pas associer les ressources humaines des pays africains à la réalisation des travaux d infrastructures; les critiques: main d oeuvre en grande partie importée, faible valorisation des potentialités locales 11

35 conclusion 2: Difficulté de réalisation du transfert technologique le cas du projet autoroutier confirme les reproches faites à la Chine de ne pas associer les ressources humaines des pays africains à la réalisation des travaux d infrastructures; les critiques: main d oeuvre en grande partie importée, faible valorisation des potentialités locales la Chine ne donne pas de gages suffisants concernant sa volonté de remédier à cette situation; le non respect des clauses concernant la formation des cadres locaux et la construction d instituts de formation en témoigne 11

36 C - LE BARRAGE HYDROELECTRIQUE «gibe III» en éthiopie: intervention tardive dans le processus de conception des projets et limites chinoises dans la conception des projets Gibe III s inscrit dans le cadre du programme énergétique éthiopien, lui même faisant partie du plan de développement accéléré pour réduire la pauvreté (finalité ) 12

37 C - LE BARRAGE HYDROELECTRIQUE «gibe III» en éthiopie: intervention tardive dans le processus de conception des projets et limites chinoises dans la conception des projets Gibe III s inscrit dans le cadre du programme énergétique éthiopien, lui même faisant partie du plan de développement accéléré pour réduire la pauvreté (finalité ) Les objectifs immédiats: satisfaire la demande nationale et exporter vers les pays du pool énergétique de l Afrique de l est (EAPP) dans le cadre de la mise en place d un marché régional de l énergie 12

38 C - LE BARRAGE HYDROELECTRIQUE «gibe III» en éthiopie: intervention tardive dans le processus de conception des projets et limites chinoises dans la conception des projets Gibe III s inscrit dans le cadre du programme énergétique éthiopien, lui même faisant partie du plan de développement accéléré pour réduire la pauvreté (finalité ) Les objectifs immédiats: satisfaire la demande nationale et exporter vers les pays du pool énergétique de l Afrique de l est (EAPP) dans le cadre de la mise en place d un marché régional de l énergie Ce qui est attendu au plan national (horizon 2015): un taux national d accès à l électricité de 60% pour l ensemble du pays, 50% pour les zones rurales et 100% pour les zones urbaines 12

39 C - LE BARRAGE HYDROELECTRIQUE «gibe III» en éthiopie: intervention tardive dans le processus de conception des projets et limites chinoises dans la conception des projets Gibe III s inscrit dans le cadre du programme énergétique éthiopien, lui même faisant partie du plan de développement accéléré pour réduire la pauvreté (finalité ) Les objectifs immédiats: satisfaire la demande nationale et exporter vers les pays du pool énergétique de l Afrique de l est (EAPP) dans le cadre de la mise en place d un marché régional de l énergie Ce qui est attendu au plan national (horizon 2015): un taux national d accès à l électricité de 60% pour l ensemble du pays, 50% pour les zones rurales et 100% pour les zones urbaines Les besoins de financement du secteur de l énergie en Ethiopie: 3,3 milliards de dollars 12

40 chronologie des soutiens financiers a gibe iii 13

41 chronologie des soutiens financiers a gibe iii Etape 1: promesse de soutien financier de la Banque Européenne d Investissement (BEI) et soutier financier de la BAfD pour les études de faisabilité 13

42 chronologie des soutiens financiers a gibe iii Etape 1: promesse de soutien financier de la Banque Européenne d Investissement (BEI) et soutier financier de la BAfD pour les études de faisabilité Etape 2: désengagement des deux institutions (annonce officielle du côté de la BEI) et «suspension du suivi du dossier Gibe III» par le département des infrastructures au niveau de la BAfD 13

43 chronologie des soutiens financiers a gibe iii Etape 1: promesse de soutien financier de la Banque Européenne d Investissement (BEI) et soutier financier de la BAfD pour les études de faisabilité Etape 2: désengagement des deux institutions (annonce officielle du côté de la BEI) et «suspension du suivi du dossier Gibe III» par le département des infrastructures au niveau de la BAfD Ces désengagements sont en grande partie lié à l intense campagne médiatique menée par les ONG contre la réalisation du projet (en raison des retombées négatives pour l environnement et les populations) 13

44 chronologie des soutiens financiers a gibe iii Etape 1: promesse de soutien financier de la Banque Européenne d Investissement (BEI) et soutier financier de la BAfD pour les études de faisabilité Etape 2: désengagement des deux institutions (annonce officielle du côté de la BEI) et «suspension du suivi du dossier Gibe III» par le département des infrastructures au niveau de la BAfD Ces désengagements sont en grande partie lié à l intense campagne médiatique menée par les ONG contre la réalisation du projet (en raison des retombées négatives pour l environnement et les populations) Etape 3: obtention d un prêt de la Banque du commerce et de l industrie de Chine (ICBC) pour la construction des turbines du barrage hydroélectrique. Montant = 496 millions de dollars. Construction confiée à une entreprise chinoise: Dongfang International Electric Corporation 13

45 chronologie des soutiens financiers a gibe iii Etape 1: promesse de soutien financier de la Banque Européenne d Investissement (BEI) et soutier financier de la BAfD pour les études de faisabilité Etape 2: désengagement des deux institutions (annonce officielle du côté de la BEI) et «suspension du suivi du dossier Gibe III» par le département des infrastructures au niveau de la BAfD Ces désengagements sont en grande partie lié à l intense campagne médiatique menée par les ONG contre la réalisation du projet (en raison des retombées négatives pour l environnement et les populations) Etape 3: obtention d un prêt de la Banque du commerce et de l industrie de Chine (ICBC) pour la construction des turbines du barrage hydroélectrique. Montant = 496 millions de dollars. Construction confiée à une entreprise chinoise: Dongfang International Electric Corporation Critique: les chinois répondent uniquement aux appels d offre lorsque toutes les études de faisabilité ont été réalisées et qu il ne reste plus qu à trouver une maîtrise d oeuvre pour le projet (l accusation : free-riding «passager clandestin») 13

46 1 Environnement propice au projet (volonté politique, cadre législatif et réglementaire) 2 Définition et conception du projet (identifier les attentes, études de faisabilité) 3 Faisabilité du projet (montage financier, organisation administrative du projet) 4 Structure du projet (partenariat privé/ public, financement du projet, structure légal montage technique): projet rentable Domaines où la Chine ne s implique pas 5 Logistique, bouclage légal et financier (financement, structure légal) 6 Exécution du projet (suivi, évaluation, renégociation) Le champ des compétences chinoises 7 projet livré Le tunnel de mobilisation des fonds: le concept de «Tunnel de fonds» a été mis au point par la BAfD pour encourager le financement collectif de la préparation des projets d infrastructures en Afrique, depuis la conception jusqu au stade où le projet obtient le financement 14 des immobilisations.

47 1 Environnement propice au projet (volonté politique, cadre législatif et réglementaire) 2 Définition et conception du projet (identifier les attentes, études de faisabilité) 3 Faisabilité du projet (montage financier, organisation administrative du projet) 4 Structure du projet (partenariat privé/ public, financement du projet, structure légal montage technique): projet rentable Domaines où la Chine ne s implique pas 5 Logistique, bouclage légal et financier (financement, structure légal) La Critique faite à la Chine: une implication tardive dans le processus 6 Exécution du projet (suivi, évaluation, renégociation) Le champ des compétences chinoises 7 projet livré Le tunnel de mobilisation des fonds: le concept de «Tunnel de fonds» a été mis au point par la BAfD pour encourager le financement collectif de la préparation des projets d infrastructures en Afrique, depuis la conception jusqu au stade où le projet obtient le financement 14 des immobilisations.

48 argumentaire chinois et autre grille de lecture Argumentaire chinois: intervenir dans le volet conception, étape où sont définies les priorités, peut s assimiler à de l interventionnisme 15

49 argumentaire chinois et autre grille de lecture Argumentaire chinois: intervenir dans le volet conception, étape où sont définies les priorités, peut s assimiler à de l interventionnisme 15

50 argumentaire chinois et autre grille de lecture Argumentaire chinois: intervenir dans le volet conception, étape où sont définies les priorités, peut s assimiler à de l interventionnisme Autre lecture: la Chine est peut être limitée en termes de compétences pour tout ce qui concerne les phases 1 à 4 du schéma précédent 15

51 argumentaire chinois et autre grille de lecture Argumentaire chinois: intervenir dans le volet conception, étape où sont définies les priorités, peut s assimiler à de l interventionnisme Autre lecture: la Chine est peut être limitée en termes de compétences pour tout ce qui concerne les phases 1 à 4 du schéma précédent 15

52 argumentaire chinois et autre grille de lecture Argumentaire chinois: intervenir dans le volet conception, étape où sont définies les priorités, peut s assimiler à de l interventionnisme Autre lecture: la Chine est peut être limitée en termes de compétences pour tout ce qui concerne les phases 1 à 4 du schéma précédent La présence des firmes chinoises est inexistante dans les services de conseil (3%), alors qu ils détiennent 31% des contrats signés avec les agences multilatérales (BM, BAfD) pour la réalisation des infrastructures (phases 6 et 7) 15

53 conclusion 3 L objectif de l ICA et des autres partenaires bilatéraux de l Afrique est d associer la Chine dès les premières étapes des projets 16

54 conclusion 3 L objectif de l ICA et des autres partenaires bilatéraux de l Afrique est d associer la Chine dès les premières étapes des projets 16

55 conclusion 3 L objectif de l ICA et des autres partenaires bilatéraux de l Afrique est d associer la Chine dès les premières étapes des projets Le défi consiste donc à trouver une formule pour y arriver 16

56 conclusion 3 L objectif de l ICA et des autres partenaires bilatéraux de l Afrique est d associer la Chine dès les premières étapes des projets Le défi consiste donc à trouver une formule pour y arriver 16

57 conclusion 3 L objectif de l ICA et des autres partenaires bilatéraux de l Afrique est d associer la Chine dès les premières étapes des projets Le défi consiste donc à trouver une formule pour y arriver Proposition: exploiter les avantages comparés des différents acteurs dans une structure commune; un consortium dans lequel les uns seraient à la conception et les chinois à la réalisation au regard de leurs compétences en génie 16

58 merci 17

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe Unipol

Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe Unipol Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe A propos du groupe : Gruppo Finanziaro S.p.A. est une holding et une société de services, cotée à la Bourse de Milan.

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II

Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II 1. Les apports méthodologiques de la démarche des Fonds structurels pour la mise en œuvre des politiques

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus Rapport de synthèse L objectif de cette étude était d évaluer la mise en œuvre actuelle des dispositions communes concernant les visas dans l espace Schengen du point de vue de l industrie touristique

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES

THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES Présenté par Monsieur Grégoire LAOUROU Président de la commission des

Plus en détail

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local.

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. Avril 2005 Les contreparties Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. L implication du 1% Logement dans le renouvellement urbain ne se limite pas au

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

3. et enfin, comment la prise en compte de ces relations annexes peut aider à comprendre les comportements de respect des échéances des clients.

3. et enfin, comment la prise en compte de ces relations annexes peut aider à comprendre les comportements de respect des échéances des clients. Conclusion Cette thèse a interrogé le fonctionnement de l intermédiation microfinancière dans les institutions de microfinance en Afrique de l Ouest. La question centrale qui l a animée consiste à interroger

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CHAMP D APPLICATION Ce cahier des charges s adresse à l ensemble des structures qui interviennent dans la phase d accompagnement à la VAE et qui

Plus en détail

Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre.

Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre. Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre. Nous sommes honorés de la tenue de cette rencontre présidée par M. le Premier Ministre et qui dénote l importance

Plus en détail

Réforme du secteur électrique en Afrique Sub- Saharienne : retour vers plus de pragmatisme?

Réforme du secteur électrique en Afrique Sub- Saharienne : retour vers plus de pragmatisme? Réforme du secteur électrique en Afrique Sub- Saharienne : retour vers plus de pragmatisme? Dans les années 90, la recherche d une plus grande efficacité des entreprises du secteur de l énergie alliée

Plus en détail

«L intégration des questions relatives aux jeunes» Kassoum Coulibaly Bureau de l UNESCO à Bamako Addis Ababa, 27 200 june 2006 k.coulibaly@unesco.

«L intégration des questions relatives aux jeunes» Kassoum Coulibaly Bureau de l UNESCO à Bamako Addis Ababa, 27 200 june 2006 k.coulibaly@unesco. «L intégration des questions relatives aux jeunes» Kassoum Coulibaly Bureau de l UNESCO à Bamako Addis Ababa, 27 200 june 2006 k.coulibaly@unesco.org L intégration des questions relatives aux jeunes dans

Plus en détail

[CERTIFICATION QUALITE EN 9100]

[CERTIFICATION QUALITE EN 9100] Certification EN9100 [CERTIFICATION QUALITE EN 9100] Demande d accompagnement sur une action collective «Certification qualité EN9100 porté par la filière Normandie AéroEspace. Contexte de la mission...

Plus en détail

La rentabilité socio économique et financière de la LGV PACA

La rentabilité socio économique et financière de la LGV PACA La rentabilité socio économique et financière de la LGV PACA Janvier 2005 2 Préambule : Les données chiffrées encore indicatives dont on dispose sur un projet de ligne nouvelle au stade du débat public

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

ECONOMIE TECHNICIEN/NE COMMERCIAL/E

ECONOMIE TECHNICIEN/NE COMMERCIAL/E Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR 7 ECONOMIE ORIENTATION D' ETUDES : TECHNICIEN/NE COMMERCIAL/E Formation en cours de Carrière Avec l aide du Fonds Social Européen Outils pédagogiques construits

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS FINANCES ET COMPTES PUBLICS LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS Une nouvelle étape à engager Rapport public thématique Synthèse Février 2016 g AVERTISSEMENT Cette synthèse est destinée à

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Exportations des pays en développement, 2013 Pays de destination Vers

Plus en détail

Comité régional en transport collectif de la Mauricie

Comité régional en transport collectif de la Mauricie Comité régional en transport collectif de la Mauricie La première génération En février 2002, le comité de coordination du Consortium en développement social de la Mauricie a tenu une rencontre régionale

Plus en détail

Organisé conjointement par

Organisé conjointement par Intégration de la mise en œuvre de coopération mutuelle du Traité international et du Protocole de Nagoya dans le cadre des objectifs généraux de la politique nationale Un atelier pour les équipes nationales

Plus en détail

LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES

LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES Capital Humain & Technologies Direction des Affaires Générales Département des Etudes et de la Documentation Thème du mois LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES Plan : Introduction

Plus en détail

Rôle d une association de commerçants

Rôle d une association de commerçants Rôle d une association de commerçants Dynamiser le commerce L association de commerçants, relais naturel et partenaire privilégié - Le commerce est un acteur naturel du développement des villes. - Le commerce

Plus en détail

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007 Très haut débit résultats des consultations publiques et orientations Conférence de presse du 28 novembre 2007 Contexte La mutualisation de la partie terminale L accès au génie civil Conclusion 2 La régulation

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/COM.2/ISAR/L.4 18 septembre 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Programme d accueil et d intégration du nouveau personnel

Programme d accueil et d intégration du nouveau personnel Programme d accueil et d intégration Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

INTEGRATION DES QUESTIONS RELATIVES A LA DIMENSION ECONOMIQUE DANS LES TACHES ASSIGNEES A L OSCE

INTEGRATION DES QUESTIONS RELATIVES A LA DIMENSION ECONOMIQUE DANS LES TACHES ASSIGNEES A L OSCE Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe INTEGRATION DES QUESTIONS RELATIVES A LA DIMENSION ECONOMIQUE DANS LES TACHES ASSIGNEES A L OSCE RAPPORT DU PRESIDENT EN EXERCICE AU SOMMET DE

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

TROISIEME FORUM DES ENTREPRENEURS MAGHREBINS DECLARATION DE MARRAKECH 18 février 2014, Casablanca

TROISIEME FORUM DES ENTREPRENEURS MAGHREBINS DECLARATION DE MARRAKECH 18 février 2014, Casablanca TROISIEME FORUM DES ENTREPRENEURS MAGHREBINS DECLARATION DE MARRAKECH 18 février 2014, Casablanca Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l assiste, l Union Maghrébine des Entrepreneurs

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

FGC: Aide pour le questionnaire de projet de développement

FGC: Aide pour le questionnaire de projet de développement FGC: Aide pour le questionnaire de projet de développement Les zones grisées correspondent aux endroits où vous compléterez le questionnaire à partir du modèle fgc_questionnaire_projet_sud_2013-09.docx

Plus en détail

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Légende: Examen des différents instruments juridiques dont dispose la Banque centrale européenne. Source: Bulletin mensuel de la BCE. dir. de

Plus en détail

Préparation concours SESAME Toulouse

Préparation concours SESAME Toulouse Cours CAPITOLE -11, rue du Sénéchal 31000-Toulouse - : 05.61.21.60.64 - www.courscapitole.com- contact@courscapitole.com Préparation concours SESAME Toulouse SOMMAIRE : I. Concours SESAME : définition

Plus en détail

Discours de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er Forum Maroc- Guinée

Discours de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er Forum Maroc- Guinée Discours de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er Forum Maroc- Guinée Casablanca, le 9 septembre 2014 1 Excellences, Mesdames et Messieurs, C est pour moi un grand honneur et un réel plaisir d être

Plus en détail

QUAND LA POPULATION S APPROPRIE UN MUSEE. Thérèse Baribeau, consultante en éducation, Projet Biosphère, Environnement Canada

QUAND LA POPULATION S APPROPRIE UN MUSEE. Thérèse Baribeau, consultante en éducation, Projet Biosphère, Environnement Canada LA VEILLE ENVIRONNEMENTALE: QUAND LA POPULATION S APPROPRIE UN MUSEE Thérèse Baribeau, consultante en éducation, Projet Biosphère, Environnement Canada LA VEILLE ENVIRONNEMENTALE La veille est une activité

Plus en détail

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Note pour le groupe technique «Annulation / Allégements de la dette et développement» de la Commission Coopération Développement L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Avril 2000

Plus en détail

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE

ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE ACCORD DE LIBRE ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS- UNIS D AMERIQUE M. EL AZIZI ABDOU Chef du Service Amériques Direction du Trésor et des Finances Extérieures MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Plus en détail

PROJET MASEN. Rédaction des termes de référence de l étude d impact socio-économique. Termes de référence

PROJET MASEN. Rédaction des termes de référence de l étude d impact socio-économique. Termes de référence PROJET MASEN Rédaction des termes de référence de l étude d impact socio-économique Mission du 07 juin au 11 juin 2010 1. Présentation du projet Afin de s affranchir de la dépendance aux énergies fossiles,

Plus en détail

GESTION AXÉE SUR LES RESULTATS. Concepts et Principes

GESTION AXÉE SUR LES RESULTATS. Concepts et Principes Cellule d Analyse de Politiques Gestion Axée sur les Résultats Abidjan Economiques du CIRES GESTION AXÉE SUR LES RESULTATS Concepts et Principes 1 Structure de la Présentation 1. Contexte de la GAR 2.

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre des consultations de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire présenté dans le cadre des consultations de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise Mémoire présenté dans le cadre des consultations de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise 10 octobre 2014 INTRODUCTION Le Gouvernement du Québec s apprête à revoir la fiscalité québécoise

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/CST(3)/4 Conseil économique et social Distr.: Générale 8 octobre 2012 Français Original: Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Comité de statistique

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail

Informal document WP.5 (2014) No. 4

Informal document WP.5 (2014) No. 4 Informal document WP.5 (2014) No. 4 Distr. générale 3 septembre 2015 Français seulement Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de travail chargé d examiner les tendances

Plus en détail

La cérémonie d ouverture a été présidée par son Excellence le Lt c Sylvain NDOUTINGAÏ,Ministre des Mines, de l Energie et de l Hydraulique.

La cérémonie d ouverture a été présidée par son Excellence le Lt c Sylvain NDOUTINGAÏ,Ministre des Mines, de l Energie et de l Hydraulique. RAPPORT GENERAL DES TRAVAUX DU SEMINAIRE ATELIER DE VALIDATION DES NOUVELLES ORIENTATIONS STRATEGIQUES DE L ENERCA DANS LE CONTEXTE DE LA LIBERALISATION Du mardi 10 au mercredi 11 avril 2007, s est tenu

Plus en détail

Appel à projets de «Social Impact Bonds» Nouvelles solutions de financement pour des actions innovantes de prévention

Appel à projets de «Social Impact Bonds» Nouvelles solutions de financement pour des actions innovantes de prévention Appel à projets de «Social Impact Bonds» Nouvelles solutions de financement pour des actions innovantes de prévention Date de l ouverture de l appel à projets : XX XX 2016 Date de clôture de l appel à

Plus en détail

Séminaire Webhelp MAROC

Séminaire Webhelp MAROC Séminaire Webhelp MAROC Courbe de montée en compétence Juin-2013 1 Pour démarrer POUR DEMARRER, lancer l audio via le bouton : Animé: Akram BOUGARNE Responsable Support SI & Reporting RH Bienvenue! Réalisé:

Plus en détail

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Rencontre Moyen Terme 2014/2018 Grégori Colin Economiste LA BALANCE COMMERCIALE (incluant les services marchands) Les flux

Plus en détail

Comptabilisation des immobilisations corporelles

Comptabilisation des immobilisations corporelles 1 Comptabilisation des immobilisations corporelles Introduction Le gouvernement du Nouveau-Brunswick s apprête à faire un changement important dans ses méthodes comptables, ce qui accroîtra sa responsabilité

Plus en détail

Commission de l Union Africaine, Addis-Ababa. 12 juillet 2012

Commission de l Union Africaine, Addis-Ababa. 12 juillet 2012 SIGNATURE D UN ACCORD DE SUBVENTION ENTRE LA CEDEAO ET LE NEPAD, RELATIF A UN INCUBATEUR COMMERCIAL POUR LES FEMMES AFRICAINES CHEFS D ENTREPRISE (BIAWE). Commission de l Union Africaine, Addis-Ababa 12

Plus en détail

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Le 30 octobre 2009 Consultation sur le projet

Plus en détail

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine Université du Hebei L enseignement supérieur chinois se transforme au rythme du développement économique depuis une vingtaine d années. D une façon

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Profil d enseignement

Profil d enseignement Profil d enseignement Catégorie économique Bachelier en Immobilier Secteur Domaine Sciences humaines et sociales 9 : Sciences économiques et de gestion Niveau CFC Bachelier professionnalisant, niveau 6

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée

L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée L optimisation des liens avec le secteur minier exige une approche politique délibérée Pour que le secteur minier améliore sa contribution au développement généralisé, il doit être mieux intégré dans l

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN CONFORMITE DES LIEUX DE TRAVAIL AUX NORMES DU TRAVAIL DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA, DE LA GUINEE ET DU TCHAD

FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN CONFORMITE DES LIEUX DE TRAVAIL AUX NORMES DU TRAVAIL DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA, DE LA GUINEE ET DU TCHAD FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN CONFORMITE DES LIEUX DE TRAVAIL AUX NORMES DU TRAVAIL DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA, DE LA GUINEE ET DU TCHAD Plus de 50 ans après les Indépendances force est de constater

Plus en détail

Document de travail n 46. La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances. Royaume du Maroc

Document de travail n 46. La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances. Royaume du Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances Novembre 1999 Document de travail n 46 C est un grand plaisir pour

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

DELIBERATION N 14-1309 12 DECEMBRE 2014

DELIBERATION N 14-1309 12 DECEMBRE 2014 DELIBERATION N 14-1309 12 DECEMBRE 2014 DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE Stratégie Régionale d'innovation Evolution des aides régionales en faveur des entreprises, des acteurs de la recherche et de l'innovation

Plus en détail

1. Pourquoi organiser une réunion de concertation?

1. Pourquoi organiser une réunion de concertation? MODALITÉS D ÉCHANGES AVEC LES PARTIES PRENANTES : LES RÉUNIONS DE CONCERTATION FICHE N 3 Informer préalablement les parties prenantes sur l objet, les caractéristiques, les enjeux et objectifs, les plusvalues

Plus en détail

Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8

Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8 Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8 «Le peuple tunisien a, en un temps très court, et par la seule force de ses convictions démocratiques, réalisé une révolution pacifique qui fera

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

CALENDRIER ET PLAN DE SUIVI DES RECOMMANDATIONS DES EXPERTS

CALENDRIER ET PLAN DE SUIVI DES RECOMMANDATIONS DES EXPERTS CALENDRIER ET PLAN DE SUIVI DES RECOMMANDATIONS DES EXPERTS ÉVALUATION DU BACHELIER EN RELATIONS PUBLIQUES ( 2013-2014) INTRODUCTION L évaluation du bachelier en Relations Publiques est le deuxième exercice

Plus en détail

Institut national d études et d action pour le développement de l Education (INEADE) EVALUATION DES APPRENTISSAGES SCOLAIRES AU SENEGAL

Institut national d études et d action pour le développement de l Education (INEADE) EVALUATION DES APPRENTISSAGES SCOLAIRES AU SENEGAL Institut national d études et d action pour le développement de l Education (INEADE) EVALUATION DES APPRENTISSAGES SCOLAIRES AU SENEGAL 1. Présentation du système éducatif sénégalais 2. Place de l évaluation

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE RÉSOLUTION

SÉNAT PROPOSITION DE RÉSOLUTION N 620 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 mai 2013 PROPOSITION DE RÉSOLUTION PRÉSENTÉE EN APPLICATION DE L ARTICLE 34-1 DE LA CONSTITUTION, en application de

Plus en détail

Indice sage de confiance des entreprises

Indice sage de confiance des entreprises Indice sage de confiance des entreprises Tendances mondiales L indice Sage de confiance des entreprises est une mesure annuelle effectuée auprès des PME dans le monde, afin de présenter une image claire

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 139 139 DÉFINITIONS 139 Le suivi 140 L évaluation 143

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA

SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA DISCOURS DE SON EXCELLENCE

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

PROJET DE SERVICE. association d aide à domicile

PROJET DE SERVICE. association d aide à domicile PROJET DE SERVICE Adhérent labellisé par réseau d'aide à domicile le 1 association d aide à domicile Adhérent labellisé par réseau d'aide à domicile le Conformément à la loi du 02 janvier 2002 rénovant

Plus en détail

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser le pilotage de projets au cours de leur mise en œuvre. 1

Plus en détail

DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES OPPORTUNITES OFFERTES POUR L IMPLEMENTATION DE LA FINANCE ISLAMIQUE

DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES OPPORTUNITES OFFERTES POUR L IMPLEMENTATION DE LA FINANCE ISLAMIQUE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

Soumettre une demande

Soumettre une demande Soumettre une demande Table des matières 1. Financement de projets... 2 1.1 Les règles de financement... 3 1.2 Procédure de dépôt et phases d étude des demandes... 4 1.2.1 Volet Sécurité alimentaire...

Plus en détail

CONSTRUCTION, ANIMATION ET

CONSTRUCTION, ANIMATION ET 2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D'UN ATELIER RECIT Celine Lorenz Réd. Celine Lorenz 14/06/2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D UN ATELIER Ce kit vous permettra de réaliser

Plus en détail

APPEL À COMMUNICATIONS

APPEL À COMMUNICATIONS APPEL À COMMUNICATIONS 2ÈME EDITION DES RENCONTRES EUROPÉENNES DE L EDUCATION PAR LE SPORT «Vivre ensemble par le sport en Europe» 2 ème journée : Conférence européenne «Développer le sport comme outil

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Modèle ou Exemple. Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication

Modèle ou Exemple. Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication MISSION AU MALI ANNEXE 8 Modèle ou Exemple Facilité Alimentaire de l Union Européenne au Benin (2010 2011) Plan de Visibilité et Stratégie de Communication A. Contexte La volatilité des prix couplée à

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique

Conseil d administration Genève, novembre 2003 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. a) Système de vote électronique BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.288/PFA/6 288 e session Conseil d administration Genève, novembre 2003 Commission du programme, du budget et de l administration PFA SIXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

SOCIALE. 17 avril 2013

SOCIALE. 17 avril 2013 POLITIQUE DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE (FDEES)) Mandataire dee : SHERBROOKE INNOPOLE (CLD) 17 avril 2013 1. FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE (FDEES)

Plus en détail

Dossier de presse. Plan vélo. l engagement vélo de Nantes Métropole. Nantes, le 10 décembre 2010. Contact presse

Dossier de presse. Plan vélo. l engagement vélo de Nantes Métropole. Nantes, le 10 décembre 2010. Contact presse Nantes, le 10 décembre 2010 de Nantes Métropole Contact presse Nacéra Arnauld des Lions Tél. : 02 40 99 48 44 Port. : 06 75 25 04 17 Nantes Métropole Direction de la communication 44 923 Nantes CEDEX 9

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/ENERGY/GE.7/2015/3 Conseil économique et social Distr. générale 28 juillet 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail