COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT"

Transcription

1 COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT 1.L a.s.b.l. FVS/AMADE Burundi désire recruter un consultant pour faire une étude de faisabilité pour la création des mutualités de santé pour les groupements de prise en charge des orphelins et autres enfants vulnérables. 2. Les termes de référence peuvent être retirés au siège de FVS/AMADE Burundi sis à Rohero I Avenue Rutana n 2 ou consultés sur son site Web : 3. Le candidat recherché doit avoir l un des profils suivants : Médecin spécialisé en santé publique, économiste de la santé, expert en gestion des risques sociaux, autre domaine et expérience pertinents. 4.. Les offres techniques et financières doivent être déposées au siège de FVS/AMADE Burundi au plus tard le 9 août 2011 à 10 heures du matin. Fait à Bujumbura, le 29 juillet 2011 La Représentante Légale de FVS/AMADE Burundi Spès NIHANGAZA.

2 FVS/AMADE BURUNDI 2 Avenue Rutana BP 1797 BUJUMBURA TERMES DE REFERENCES ETUDE DE FAISABILITE POUR LA CREATION D UN SYSTEME D ACCES AUX SOINS DE SANTE POUR LES MEMBRES DES GROUPEMENTS DE TUTEURS D ORPHELINS ET AUTRES ENFANTS VULNERABLES I. Contexte de l étude L accès aux soins de santé est un problème majeur pour la grande majorité de la population au Burundi. En effet, en dehors de la mutuelle de la Fonction publique (MFP) qui existe depuis 1980 et de quelques rares initiatives privées; le reste de la population est obligé de faire un payement direct pour les soins de santé malgré son très faible revenu. La Mutuelle de la Fonction publique couvre uniquement les fonctionnaires et les salariés du secteur public et parapublic représentant à peine 10% de la population burundaise. Dans le secteur privé structuré, certains employeurs prennent en charge leur personnel et leurs familles ; soit par le paiement direct des factures auprès des prestataires, soit à travers des micro assurances santé nouvellement reconnus au Burundi comme la SONAVIE, Jubilee Insurance. Cependant, ces derniers ne couvrent là encore qu une très infime partie de la population burundaise. Pour la population du secteur informel (dont fait partie le public cible de FVSMADE), composé essentiellement des agriculteurs, le gouvernement a créé en 1984 la carte d assistance médicale (CAM) vendue par les administrations communales à un prix allant de 500 francs burundais pour les indigents à francs burundais pour les autres. Celle-ci devrait permettre aux plus démunis d accéder à des soins de santé à moindre coût (de 100% à 50% de réduction) dans les établissements sanitaires publics. Aujourd hui, elle n est pratiquement plus acceptée dans les structures de santé à gestion autonome et privée et ne donne pas accès

3 aux médicaments là où elle est encore acceptée. Ainsi, la CAM est en voie de disparition dans la plupart des régions du pays. Depuis quelques temps, des mutuelles de santé communautaires commencent à voir le jour dans quelques 8 provinces du pays. Ces initiatives relèvent du Bureau Diocésain des œuvres médicales pour la province de Gitega, et de Mutuelles de santé des caféiculteurs du Burundi (MUSCABU) présente dans les autres provinces mais restant encore insuffisants. L association FVS/AMADE BURUNDI œuvre pour la protection des droits fondamentaux des orphelins et autres enfants vulnérables au Burundi. Soutenir les OEV 1 et appuyer les efforts des familles et des communautés pour préparer un avenir digne pour les enfants se trouve au centre d intérêt de la FVS-AMADE Burundi. L association intervient dans 4 provinces à savoir Bujumbura mairie, Gitega, Bururi et Makamba. Depuis 2005, la FVS-AMADE Burundi a toujours contacté des donateurs afin de mobiliser les ressources nécessaires pour faire soigner les orphelins et autres enfants vulnérables. A titre d exemple, le budget utilisé pour soins médicaux des OEV bénéficiaires était de francs burundais en 2009 ; francs burundais en 2010 et francs burundais pour l année Le constat est que la ligne avait de moins en moins de bailleurs chaque année alors que les besoins ont toujours dépassé les moyens disponibles. En plus de cela, le système faisait transparaître un aspect discriminatoire car seul les orphelins pouvaient en bénéficier alors que leurs tuteurs et les enfants des tuteurs n en bénéficiaient pas malgré qu ils n étaient couverts par aucune autre assurance maladie. Avec la crise économique mondiale, la mobilisation des ressources devient de plus en plus difficile. C est la raison pour laquelle, la FVS/AMADE Burundi a décidé de prendre une nouvelle orientation visant la recherche d autonomisation des bénéficiaires de ses actions. C est dans ce contexte que l association encourage la création des associations de tuteurs d orphelins dénommées : «groupements de prise en charge des OEVs». Actuellement, 552 groupements totalisant membres sont déjà créés ; soit une moyenne de 28 membres par groupement. Ces groupements bénéficient d un renforcement des capacités en entreprenariat pour réaliser des activités génératrices de revenus. Ils sont également encadrés pour pratiquer un système d épargne et de crédit interne dénommé «NAWE N UZE». 1 Orphelins et autres enfants vulnérables.

4 Un programme de microcrédit dénommé «Dukuze Ibibondo Microfinance» a aussi été créé pour ces groupements en vue d aider les membres à améliorer le revenu. Par la présente étude, la FVS/AMADE Burundi voudrait compléter les services offerts en proposant un système d accès aux soins de santé en vue de résoudre l un des problèmes majeurs pour les OEVs, leurs tuteurs et leurs familles. Le système d accès aux soins dont l étude fait objet s adresserait donc prioritairement aux membres de ces groupements. II. Les objectifs de l étude et les questions auxquelles l évaluateur devra répondre : II.1. L objectif de l étude est d étudier la faisabilité d un système d accès aux soins de matière autonome et pérenne pour un grand nombre parmi le public cible de FVS/AMADE Burundi et tenant compte du système de santé existant au Burundi. Le public cible de FVS/AMADE Burundi étant composé des Tuteurs d OEVs, leurs familles et les OEVs pris en charge. II.2. Les questions auxquelles l évaluateur devra répondre: 1) Vérifier la pertinence de création d un système d accès aux soins ( micro assurance santé ou des mutuelles de santé) pour les groupements de tuteurs d OEVs: - Quel est le revenu annuel moyen par ménage? - Quelles sont les maladies les plus fréquentes et combien coûte un épisode maladie? - Combien de temps leur faut-il pour chercher de l argent avant d aller se faire soigner quand un membre de la famille ou un OEV pris en charge tombe malade?(temps de latence) - Quelles sont les attentes des groupements en matière d accès aux soins de santé, celle de leurs familles et des OEVs pris en charge? - Est-ce que les membres des groupements sont prêts à épargner pour leur santé?

5 2) Les services à offrir : - Quelles sont les prestations à assurer (quelles sont les prestations médicales les plus sollicitées par le groupe cible) 3) Fixation d une cotisation à payer par tête/ménage: - Quel est le coût moyen des épisodes maladies les plus fréquentes? - Quelle est la capacité contributive des membres des groupements et quels soins peuvent-ils être pris en charge avec ces montants? - Proposer quelques scénarios : prestation - cotisation à présenter aux potentiels adhérents en considérant les petits et les gros coûts) - Quel montant faut-il cotiser pour tenir compte de la capacité contributive des membres et de la viabilité financière de l institution. 4) Système de recouvrement le plus adapté au groupe cible -Y a-t-il des périodes de l année plus favorables pour le versement des cotisations ou faut- il le faire chaque mois? -L approche cotisation en groupement peut-elle faciliter le recouvrement? - Quels sont les autres approches que vous pourriez proposer? 5) Avec quelles formations sanitaires faut-il signer des conventions? (centres de santé, hôpitaux de district, provincial, de référence nationale, structures privées, etc.) 6) Quel mécanisme faut-il adopter pour avoir le maximum d adhérents? - Comment atteindre tous les tuteurs d OEVs de notre zone d intervention? - Quel est la taille moyenne par ménage d adhérents et quels sont les mécanismes permettant de ne pas exclure les OEV en cas de familles nombreuses? - Comment avoir d autres adhérents parmi les catégories non vulnérables? 7) Par où commencer?

6 - Quelles sont les régions où le système d accès aux soins proposé a le plus de chance d avoir un grand nombre d adhérents remplissant les conditions exigées dès le début du projet? - Quelles conditions doivent être remplies pour s étendre à une deuxième zone? 8) Quelle est la forme institutionnelle la mieux adaptée à mettre en place? (micro assurance santé, mutuelle de santé,.) - Quelle serait son articulation avec l organisation des groupes cibles exisante : Groupements de prise en charge des OEVs, système «Nawe n uze», Dukuze Ibibondo Micro finance,.. - Quelle serait son articulation avec la carte d assistance maladie (CAM). 9) Quels sont les autres intervenants dans la même zone et leurs approches en matière d accès aux soins? 10) Proposer un plan d affaire pour le système d accès aux soins proposé, incluant les subventions nécessaires au démarrage et proposer la période à la quelle l institution pourrait atteindre sa viabilité financière. III. Méthodologie souhaitée En plus de l analyse documentaire, le consultant fera des enquêtes sur terrain. Le travail de terrain devra commencer par faire l enquête des groupes cibles d abord, ensuite les leaders d opinion (pour connaître les besoins et les préférences) et terminer par l enquête auprès des prestataires. Au niveau des enquêtes ménage : tenir compte du contexte culturel au Burundi, varier les personnes à interviewer et tenir compte de l avis des hommes et des femmes. Vu que la femme a le rôle principal de prise en charge des personnes malades en famille (transport des enfants malades, garde malade pour son mari et les enfants, préparation de menus adaptés aux besoin des malades, plus grande fréquentation des structures de santé,.) ; sa place devra être mise en évidence dans cette étude.

7 Vu que l homme est le représentant du ménage et qu il a un rôle prépondérant dans l affectation des ressources du ménage et dans la prise des décisions qui engagent son foyer (décision d adhésion ou pas) ; son avis devra aussi être pris en compte en tant que chef de ménage. Les orphelins chefs de ménages étant aussi une composante du public cible ; ils seront aussi contactés afin de tenir compte de leur avis. Au niveau des prestataires de soins : Les éléments suivants pourront guider l enquêteur : Les soins qui y sont offerts et le coût Disponibilité des médicaments, matériel, équipement, personnel Taux de fréquentation par la population Relations entre le personnel soignant et le comité de gestion du centre de santé Vérifier si la permanence des soins est assurée (garde nuit et week-end et jours fériés) Qualité de l accueil Collaboration avec MFP et autres assurances existantes Système de référence et contre référence Effectif et qualification du personnel FVS/AMADE BURUNDI validera au préalable les questionnaires et le système d échantillonnage proposé par le consultant. En plus des questionnaires, une évaluation qualitative des contextes locaux au moyen des observations directes et des entretiens avec les parties prenantes sera menée. L étude devra associer l ensemble des acteurs de la localité dans le diagnostic, la formulation et la validation des solutions proposées. Les données collectées vont servir comme référence pour des évaluations ultérieures. L étude se déroulera selon les séquences suivantes : Sélection des sites et présentation de l étude aux autorités locales Réalisation des enquêtes au niveau des groupements Réalisation des enquêtes sociales et des enquêtes auprès des prestataires de soins L exploitation des résultats et réalisation de synthèses/feed-back avec les groupements ciblés et avec les autorités locales avec lesquelles l enquêteur s est entretenues. Analyse des synthèses et construction des hypothèses.

8 IV. Les moyens nécessaires à la réalisation de cette étude (composition de l équipe, ressources matérielles et financières nécessaires). Composition de l équipe DEGRE D EXPERTISE ET QUALIFICATIONS REQUISES Qualifications : Médecin spécialisé en santé publique Economiste de la santé Expert en gestion des risques sociaux Autres domaines et expérience pertinents Compétences/Expérience : Le consultant doit avoir une équipe compétente et expérimentée dans : Connaissances générales en matière d assurance santé et ou gestion des risques. Capacité d analyse et interprétation. Aptitude à conduire des réunions et des entretiens avec la population, capacité d écoute et de dialogue Connaissance du contexte et des sources d information disponibles Compétences en matière de conduite d entretiens, d administration de questionnaires d enquête. Compétences informatiques pour la saisie des données et leur traitement Maîtrise technique dans le domaine de l assurance santé en particulier en ce qui concerne le calcul de cotisations, l organisation et les modalités de fonctionnement d un système (règles et procédures) Capacité de synthèse pour rédiger le rapport de l étude de faisabilité Capacité d élaboration de plan d affaire pour le système qu il aura proposé Le fait d avoir déjà conduit des études pour la création des micro-assurances santé constitue un avantage. BN : L étude se fera en étroite collaboration avec le comité de pilotage qui sera désignée pour cette fin.

9 Le consultant devra proposer une offre technique et une offre financière pour l exécution de l étude de faisabilité. V. Le calendrier : Le travail demandé sera effectué en deux étapes : L étude de la demande qui durera 30 jours L élaboration du plan d affaire qui durera 15 jours La date limite de dépôt des offres est fixée au Mardi le 09/08/2011à 10 heures du matin. Sélection des dossiers : Mercredi 10/08/2011 Signature du Contrat : Vendredi, 12/08/2011 Début des travaux de l étude : Vendredi 12/08/2011 Dépôt du rapport provisoire : Lundi 12/09/2011 Remise rapport définitif : Vendredi, le 26/09/2011 Fait à Bujumbura, le 29/7/2011 Pour la FVS/AMADE BURUNDI Spès NIHANGAZA

Une société burundaise où les paysans parviennent à couvrir leurs besoins socioéconomiques par moyens financiers et matériels générés par eux-mêmes.

Une société burundaise où les paysans parviennent à couvrir leurs besoins socioéconomiques par moyens financiers et matériels générés par eux-mêmes. Réf. N :../CAPAD/SE/2014 TERMES DE REFERENCE POUR UN AUDIT FINANCIER EXTERNE 1. Présentation de CAPAD Institution La Confédération des Associations des Producteurs Agricoles pour le Développement, CAPAD

Plus en détail

Termes de références de l évaluation finale du projet «Intamenwa-Les indivisibles»

Termes de références de l évaluation finale du projet «Intamenwa-Les indivisibles» Termes de références de l évaluation finale du projet «Intamenwa-Les indivisibles» 1. Contexte de l étude 1.1. A propos de Search For Common Ground Search for Common Ground (SFCG) est une organisation

Plus en détail

ACHAT DE PRESTATION DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROGRAMMATION ANNUELLE DU PLIE PARIS NORD-EST

ACHAT DE PRESTATION DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROGRAMMATION ANNUELLE DU PLIE PARIS NORD-EST PLAN LOCAL POUR L INSERTION ET L EMPLOI PLIE DE PARIS NORD-EST ACHAT DE PRESTATION DANS LE CADRE DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROGRAMMATION ANNUELLE DU PLIE PARIS NORD-EST «ATELIERS D EXPRESSION» Référence

Plus en détail

Amélioration de la qualité, l accès et la gouvernance de l éducation fondamentale et secondaire dans la région de Gao (Education)

Amélioration de la qualité, l accès et la gouvernance de l éducation fondamentale et secondaire dans la région de Gao (Education) 19/10/2015 Réponses aux ONG appels à projets du Ministère de l Education du Mali Amélioration de la qualité, l accès et la gouvernance de l éducation fondamentale et secondaire dans la région de Gao (Education)

Plus en détail

DEMANDE DE PROPOSITION

DEMANDE DE PROPOSITION DEMANDE DE PROPOSITION POUR LA REALISATION D UNE ETUDE SUR «L APPROCHE PAR MICROPROJET» «La place et le rôle des microprojets de développement en Afrique de l Ouest selon les acteurs du Sud. Etude de cas

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant-maison pour la production et la diffusion radio & TV d une table ronde thématique

Termes de référence pour le recrutement d un consultant-maison pour la production et la diffusion radio & TV d une table ronde thématique Termes de référence pour le recrutement d un consultant-maison pour la production et la diffusion radio & TV d une table ronde thématique mars 2014 Plan de Communication Ligne budgétaire : DP3 Plan de

Plus en détail

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Rapport national Rapport final 26 Mars 2010 Copyright 2010 PricewaterhouseCoopers S.à r.l. "PricewaterhouseCoopers" réfère

Plus en détail

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE PERFECTIONNEMENT DES PROCEDURES DE GESTION DES RH ET ELABORATION DES OUTILS NECESSAIRES RMCR MALI FEVRIER 2016 Avec

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL PROJET «JEUNES AU TRAVAIL» 8, rue ATTOUDRI, Sect 17 P5 HAY RIAD, RABAT, MAROC TEL : +212537713415 FAX : +212537571521

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL PROJET «JEUNES AU TRAVAIL» 8, rue ATTOUDRI, Sect 17 P5 HAY RIAD, RABAT, MAROC TEL : +212537713415 FAX : +212537571521 RECENSEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES ET TECHNIQUES AU PROFIT DES JEUNES NON- DIPLÔMÉS DANS LES RÉGIONS DE L'ORIENTAL, DU SOUSS MASSA DRAA ET DE L'AXE CASABLANCA-KÉNITRA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Plus en détail

OFFRE POUR CONSULTANCE

OFFRE POUR CONSULTANCE 1 3, Rue du Marché, B.P.1490 Bujumbura- Burundi, Tél. (257) 22 301300 / 301302 OFFRE POUR CONSULTANCE Recrutement d un(e) Consultant(e) national pour le poste d appui au programme «Droits des Femmes, Leadership

Plus en détail

Bienvenue dans le module de formation en ligne du Fonds mondial, «Comprendre le tableau relatif aux lacunes programmatiques».

Bienvenue dans le module de formation en ligne du Fonds mondial, «Comprendre le tableau relatif aux lacunes programmatiques». Bienvenue dans le module de formation en ligne du Fonds mondial, «Comprendre le tableau relatif aux lacunes programmatiques». Cliquez sur «Suivant» pour continuer. 1 Cette formation vous permet de : comprendre

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

Appel à projets 2013. Contexte. Présentation de MyLocal Project

Appel à projets 2013. Contexte. Présentation de MyLocal Project Appel à projets 2013 Contexte Les pays occidentaux n ont plus le monopole de l aide au développement et les pays du Sud connaissent une mobilisation de plus en plus grande de leur société civile. Imprégnés

Plus en détail

Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes

Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes 1 Sommaire GUIDE DE REALISATION DU RAPPORT DE SITUATION COMPAREE... 3 Contenu du rapport... 3 La notion

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR DIRECTION GÉNÉRALE DES COLLECTIVITÉS LOCALES

ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR DIRECTION GÉNÉRALE DES COLLECTIVITÉS LOCALES ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR DIRECTION GÉNÉRALE DES COLLECTIVITÉS LOCALES TERMES DE REFERENCE Consultation pour l intégration du genre dans les programmes de la Direction Générale des Collectivités

Plus en détail

M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e

M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e R é p u b l i q u e d u B é n i n M i n i s t è r e d e l a S a n t é S e c r é t a r i a t G é n é r a l d u M i n i s t è r e Direction des Pharmacies, du Médicament et des Explorations Diagnostiques

Plus en détail

Délibération de l Assemblée Plénière

Délibération de l Assemblée Plénière Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 045-234500023-20150618-15_03_05-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 19/06/2015 Publication : 19/06/2015 Conseil régional du Centre Val

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

CEFORP --------------- DENOMINATION DE LA FORMATION

CEFORP --------------- DENOMINATION DE LA FORMATION REPUBLIQUE DU BENIN Université d Abomey-Calavi Centre de Formation et de Recherche en matière de Population CEFORP --------------- DENOMINATION DE LA FORMATION GRADE : MASTER DOMAINE DE CONNAISSANCE: 5

Plus en détail

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON

PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON PLAN REGIONAL D INSERTION DES TRAVAILLEURS HANDICAPES DU LANGUEDOC-ROUSSILLON - VU la loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des

Plus en détail

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine

La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine La démocratisation de l enseignement supérieur en Chine Université du Hebei L enseignement supérieur chinois se transforme au rythme du développement économique depuis une vingtaine d années. D une façon

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Expert international en Education

Expert international en Education Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

TITRE DU PROJET : AMELIORATION DU FONCTIONNEMENT DES MUTUALITES DE SANTE AU BURUNDI DANS LE CADRE DE LA GESTION DE LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

TITRE DU PROJET : AMELIORATION DU FONCTIONNEMENT DES MUTUALITES DE SANTE AU BURUNDI DANS LE CADRE DE LA GESTION DE LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE TITRE DU PROJET : AMELIORATION DU FONCTIONNEMENT DES MUTUALITES DE SANTE AU BURUNDI DANS LE CADRE DE LA GESTION DE LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Par : Monsieur NDAYIKEJE Pierre Claver ; Dr NAHAYO Floride;

Plus en détail

Projet de soutien au développement économique et social d une partie de la communauté urbaine de Nouakchott (Projet Urbain - PU)

Projet de soutien au développement économique et social d une partie de la communauté urbaine de Nouakchott (Projet Urbain - PU) Projet de soutien au développement économique et social d une partie de la communauté urbaine de Nouakchott (Projet Urbain - PU) Termes de références du consultant Objet : Appui à l élaboration de la suite

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE

Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE 4 décembre 2015 Termes de Références : Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE I. RESUME : Avec le vieillissement des premières générations de MRE, le

Plus en détail

UNICEF Madagascar recrute: UN CONSULTANT INTERNATIONAL

UNICEF Madagascar recrute: UN CONSULTANT INTERNATIONAL UNICEF Madagascar recrute: UN CONSULTANT INTERNATIONAL ------------------------------------------------------------------------------------------ Titre: CONSULTANT(E) CHARGE(E) DE L APPUI A LA REVUE ET

Plus en détail

APPEL A PROJETS ACTION DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN FAVEUR DES PUBLICS DETENUS RELEVANT DE LA MAISON D ARRET DE RIOM «RENOVATION DECORATION»

APPEL A PROJETS ACTION DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN FAVEUR DES PUBLICS DETENUS RELEVANT DE LA MAISON D ARRET DE RIOM «RENOVATION DECORATION» Direction Générale Adjointe Formation, Qualité de la Vie, Education Pôle Formation Professionnelle Continue APPEL A PROJETS ACTION DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN FAVEUR DES PUBLICS DETENUS RELEVANT DE

Plus en détail

Termes de Références Pour le recrutement d un cabinet en charge de la capitalisation de la modernisation des services fonciers

Termes de Références Pour le recrutement d un cabinet en charge de la capitalisation de la modernisation des services fonciers Termes de Références Pour le recrutement d un cabinet en charge de la capitalisation de la modernisation des services fonciers Organisme : Résultat Attendu 1 : Activité 1.D Observatoire du Foncier Référence

Plus en détail

APPEL D OFFRES POUR EXPERTISE D AUDIT EXTERNE DU FONDS DE LA SOCIETE CIVILE RDC (FSC) N FSC/AUDIT/003

APPEL D OFFRES POUR EXPERTISE D AUDIT EXTERNE DU FONDS DE LA SOCIETE CIVILE RDC (FSC) N FSC/AUDIT/003 APPEL D OFFRES POUR EXPERTISE D AUDIT EXTERNE DU FONDS DE LA SOCIETE CIVILE RDC (FSC) N FSC/AUDIT/003 CHRISTIAN AID est une Organisation Non Gouvernementale Britannique créée par 40 Eglises Britanniques

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d une maison consultance pour la production des micro programmes vidéo

Termes de référence pour le recrutement d une maison consultance pour la production des micro programmes vidéo mai 2014 Termes de référence pour le recrutement d une maison consultance pour la production des micro programmes vidéo Plan de Communication Ligne budgétaire : DP 3 Plan de Communication, 4.2.4 1) Contexte

Plus en détail

Mutuelles de santé L approche du CIDR

Mutuelles de santé L approche du CIDR 1 SYNTHESE DE LA SESSION DE FORMATION SUR «LE DEVELOPPEMENT ET LA VIABILITE DES MUTUELLES DE SANTE EN AFRIQUE» Centre de Formation et d appui Sanitaire (CEFA) Kinshasa, du 2 au 6 juin 2003 Depuis un certain

Plus en détail

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services?

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services? Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de prestations de services? 1 Note technique Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

Représentant national 1

Représentant national 1 Représentant national 1 Lieu de travail : Supérieur immédiat : Statut : REMARQUE : Échelle salariale : Exigences linguistiques : Yaounde, Cameroun Chef des programmes pour l Afrique centrale et occidentale

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES

Convention de partenariat Annexe 2. (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES Convention de partenariat Annexe 2 (Actions Locales Inter-entreprises en Zones d Emploi) CAHIER DES CHARGES I - Description du projet Depuis quelques années, les mutations des entreprises font ressentir

Plus en détail

2004-2007. Programme triennal d assistance financière Unités régionales de loisir et de sport

2004-2007. Programme triennal d assistance financière Unités régionales de loisir et de sport Programme triennal d assistance financière Unités régionales de loisir et de sport 2004-2007 Troisième année du programme triennal Date limite d inscription : 23 juin 2006 Le sceau de la poste faisant

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du bureau régional de la Saskatchewan Rapport final Le 15 octobre 2008

Examen des pratiques de gestion du bureau régional de la Saskatchewan Rapport final Le 15 octobre 2008 Examen des pratiques de gestion du bureau régional de la Saskatchewan Rapport final Le 15 octobre 2008 SGGID n o 1618301 1 Objectifs de l examen Déterminer si les contrôles et les pratiques du bureau régional

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

Cahier des charges pour une prestation de compatibilité pour l Atelier Parisien d Urbanisme

Cahier des charges pour une prestation de compatibilité pour l Atelier Parisien d Urbanisme Cahier des charges pour une prestation de compatibilité pour l Atelier Parisien d Urbanisme 22 avril 2013 1. Présentation de l Apur... 2 1.1. Création, missions... 2 1.2. Statuts et membres... 2 1.3. Fonctionnement...

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

La participation au Trophée des Audacieuses

La participation au Trophée des Audacieuses Réglement du concours A ÉDITION 2013 Article 1 : Objet et catégories du Trophée A La création d entreprise par les femmes est encore insuffisante. Les femmes ne représentent, en effet, que 30 % créateurs

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

Une enquête de la Ligue des familles sur la place des allocations familiales dans le budget des parents : «Nos chers enfants»

Une enquête de la Ligue des familles sur la place des allocations familiales dans le budget des parents : «Nos chers enfants» Une enquête de la Ligue des familles sur la place des allocations familiales dans le budget des parents : «Nos chers enfants» Le 3 février 2010, nous vous avons livré les résultats d une grande enquête

Plus en détail

SOUVERAINETE ALIMENTAIRE AU BURUNDI

SOUVERAINETE ALIMENTAIRE AU BURUNDI SOUVERAINETE ALIMENTAIRE AU BURUNDI ETUDE DE L IMPACT DE L IMPORTATION DES PRODUITS SENSIBLES SUR LES PRIX DES PRODUITS AGRICOLES AINSI QUE SUR LA SECURITE ALIMENTAIRE DURABLE AU BURUNDI TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL Thème N 2 "Des ressources pour quelle demande?" «Politique de composition du capital» PASI Côte d'ivoire Séminaire MAIN Les leviers de la pérennité financière Etude de cas PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 1 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE Sommaire Loi du 4 juillet 2008 sur la jeunesse (telle qu elle a été modifiée)... 3 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 3 Loi du 4 juillet

Plus en détail

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL FORMATION DES FORMATEURS EN ENTREPRENARIAT POUR LES CADRES DU MINISTERE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA CULTURE (CADRES DE LA DIRECTION GENERALE DE LA JEUNESSE ET DE L AGENCE BURUNDAISE POUR L EMPLOI

Plus en détail

Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire

Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire Axe 2 : Accompagner l émergence d activités nouvelles, soutenir le développement de projets : Appel à projets 2015 «entreprendre autrement»

Plus en détail

Le stage en entreprise

Le stage en entreprise Collège Geneviève de Gaulle-Anthonioz 45460 LES BORDES Le stage en entreprise Semaine du lundi 14 au vendredi 18 décembre 2015 Le rapport de stage se fera sous la forme d un diaporama avec présentation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 4 mai 2011 fixant le cahier des charges relatif au label national «Orientation pour tous - pôle

Plus en détail

Rapport de supervision de la collecte des données

Rapport de supervision de la collecte des données Institut National de la Statistique (INS) Observatoire National de la Pauvreté Et du Développement Humain Durable ---------------------------------------- Programme des Nations Unies pour le Développement

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE

AVIS DE VACANCE DE POSTE AVIS DE VACANCE DE POSTE INTITULE DU POSTE Gestionnaire de Projet «IMPACT» PROGRAMME LIEU D AFFECTATION RESPONSIBLE HIERARCHIQUE NATURE DE CONTRAT RDC Goma Directeur de Programme CDD (1an renouvellable)

Plus en détail

Appel à projets Création de places de crèches sur la commune de Marseille

Appel à projets Création de places de crèches sur la commune de Marseille Appel à projets Création de places de crèches sur la commune de Marseille 1 - Le Contexte Le Gouvernement a décidé la mise en œuvre d un pacte de sécurité et de cohésion sociale pour Marseille mobilisant

Plus en détail

SOMMAIRE. 1- Objet du mode opératoire «GFPP» 3. 2- Domaine d application 3. 3- Définitions et terminologie 3. 4- Descriptif détaillé 3

SOMMAIRE. 1- Objet du mode opératoire «GFPP» 3. 2- Domaine d application 3. 3- Définitions et terminologie 3. 4- Descriptif détaillé 3 SOMMAIRE 1- Objet du mode opératoire «GFPP» 3 2- Domaine d application 3 3- Définitions et terminologie 3 4- Descriptif détaillé 3 4-1- Gestion Financière des Projets 3 4-1-1 Rappel des conditions générales

Plus en détail

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville CONVENTION D OBJECTIF ET DE PARTENARIAT CENTRE DE LOISIRS ASSOCIATIF ELEMENTAIRE ENTRE LES SOUSSIGNES Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville ET Madame Sous le n l organisateur)

Plus en détail

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 26 juillet 2012 relative à la mise en œuvre du dispositif d accès à l emploi titulaire

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTEXTE. Qui sommes-nous?

ELEMENTS DE CONTEXTE. Qui sommes-nous? Cahier des charges - Appel à propositions Mise en œuvre de prestations d assistance technique à la mise en œuvre de la formation professionnelle dans les petites et moyennes entreprises du travail temporaire

Plus en détail

Centre de Gestion de la F.P.T. de la Charente

Centre de Gestion de la F.P.T. de la Charente La participation des employeurs à la protection sociale complémentaire des agents 1 Les risques concernés Les collectivités peuvent participer aux garanties en matière de : Santé -> garanties en matière

Plus en détail

DEMANDE DE PRET D ETUDES

DEMANDE DE PRET D ETUDES PROVINCE DE LUXEMBOURG ANNEE 2010-2011 1ére Inspection Générale DEPARTEMENT DES AFFAIRES SOCIALES ET HOSPITALIERES DIVISION DES AFFAIRES SOCIALES Services des Prêts et des Primes DEMANDE DE PRET D ETUDES

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 12 avril 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/16/21 Conseil des droits de l homme Seizième session Point 1 de l ordre du jour Questions d organisation

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS CONVENTION ADHÉSION À LA PRESTATION «DOCUMENT UNIQUE» POUR L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS DE VENDÉE PAR LE CENTRE DE GESTION DANS L ÉLABORATION DE LEUR DOCUMENT UNIQUE D ÉVALUATION

Plus en détail

DEMANDE DE PROPOSITION

DEMANDE DE PROPOSITION POUR LA REALISATION D UNE ETUDE VOLET EVALUATION ET CAPITALISATION «Pertinence, exigences et alternatives de l accès à l énergie par panneaux solaires dans les pays du Sud : exemple des infrastructures

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS

APPEL A PROPOSITIONS APPEL A PROPOSITIONS Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective "POEC" sur le Métier de Commercial Date: 29 Avril 2015 Rédacteur: Reynald GIRARDIN Contact: Reynald GIRARDIN 03.20.53.00.72 rgirardin@agefos-pme.com

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Enfants malades ou hospitalisés

Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Enfants malades ou hospitalisés Règlement d Ordre Intérieur du service «Accueil Assistance» Enfants malades ou hospitalisés A. Utilité Le Règlement d Ordre Intérieur proposé informe chaque partie des différents aspects de la garde d

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT DES MICRO-CRECHES DU PAYS DE BLAIN

PROJET D ETABLISSEMENT DES MICRO-CRECHES DU PAYS DE BLAIN PROJET D ETABLISSEMENT DES MICRO-CRECHES DU PAYS DE BLAIN 1. DESCRIPTION DES ETABLISSEMENTS 1) Gestionnaire Communauté de Communes du Pays de Blain 1, avenue de la Gare BP29 44130 Blain Tel : 02 40 79

Plus en détail

d une gestion inclusive» qui a reçu l appui financier du Gouvernement des Pays-Bas pour la période allant de d aout 2015 à juillet 2018.

d une gestion inclusive» qui a reçu l appui financier du Gouvernement des Pays-Bas pour la période allant de d aout 2015 à juillet 2018. Termes de référence (TdRs) pour le recrutement d un formateur/mentor en genre sur la gestion des ressources naturelles dans le Paysage du Grand Virunga. 1. Contexte La Collaboration Transfrontalière du

Plus en détail

Livret d accueil. livret d accueil 1

Livret d accueil. livret d accueil 1 Livret d accueil livret d accueil 1 2 livret d accueil Somma ire Les prestations proposées Deux agréments Loi informatique et libertés L organisation de la prestation Des prestations assurées 7j/7 et 24h/24

Plus en détail

Entreprendre au féminin

Entreprendre au féminin FÉVRIER 2015 ENTREPRENEURS N 14 ENTREPRENDRE LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Entreprendre au féminin Réalisé dans le cadre d un partenariat

Plus en détail

Programme d'appui à la Formation Professionnelle Agricole et Artisanale (PAFPAA) TERMES DE REFERENCE

Programme d'appui à la Formation Professionnelle Agricole et Artisanale (PAFPAA) TERMES DE REFERENCE Programme d'appui à la Formation Professionnelle Agricole et Artisanale (PAFPAA) TERMES DE REFERENCE ELABORATION DES PLANS D AFFAIRES POUR LES CENTRES DE FORMATION ET OSP AGRICOLES Réalisé en mars 2015

Plus en détail

Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants

Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants La République Tunisienne, l'union européenne (ci-après "UE") et les États membres

Plus en détail

Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement. Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités?

Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement. Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités? Organisation et encadrement des activités Modalités d encadrement Taux d encadrement, statut des personnels d encadrement Quel sera le taux d'encadrement qui sera demandé pour assurer ces activités? Un

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3330 Convention collective nationale IDCC : 2526. ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES DE L HABITAT SOCIAL ACCORD DU

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant local

Termes de référence pour le recrutement d un consultant local Termes de référence pour le recrutement d un consultant local Réalisation d un recensement fiscal et élaboration d une stratégie de recouvrement pour la Communauté rurale de Nguéniène Mars 2014 Ircod Alsace

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE Dans le cadre de l Initiative

Plus en détail

Programme «Promotion des entreprises (TPE/PME) sur Internet»

Programme «Promotion des entreprises (TPE/PME) sur Internet» Cahier des charges Prestataires Programme «Promotion des entreprises (TPE/PME) sur Internet» 1. Le contexte : Pour la grande majorité des TPE/PME, la promotion sur un plan tant national qu international

Plus en détail

Combien de temps dure un dispositif SLIME? La durée du SLIME ne pourra pas être inférieure à 6 mois.

Combien de temps dure un dispositif SLIME? La durée du SLIME ne pourra pas être inférieure à 6 mois. Qu est-ce qu un SLIME? Le programme SLIME (Service Local d Intervention pour la Maîtrise de l Energie) est un programme national d information et d action en faveur de la maîtrise de la demande énergétique,

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2010 Ce fichier nu m é r i q u e ne peut être repr o d u i t, représe

Plus en détail

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP)

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Etude d évaluation des besoins en renforcement des capacités en matière de promotion de l emploi des jeunes au Maghreb (cas du Maroc) I) Contexte et justification

Plus en détail

EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi. LOT N 11: Macroéconomie, Finances publiques et aspects réglementaires DEMANDE N 2009/204525/1

EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi. LOT N 11: Macroéconomie, Finances publiques et aspects réglementaires DEMANDE N 2009/204525/1 EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11: Macroéconomie, Finances publiques et aspects réglementaires DEMANDE N 2009/204525/1 TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES Pour l évaluation des dispositifs de préparation

Plus en détail

Promotion et éducation pour la santé face aux comportements à risques et aux maladies non-transmissibles

Promotion et éducation pour la santé face aux comportements à risques et aux maladies non-transmissibles Note de cadrage 3 Promotion et éducation pour la santé face aux comportements à risques et aux maladies non-transmissibles Objet : Assises de la santé, groupe Promotion et éducation pour la santé faces

Plus en détail

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite?

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Repenser la retraite Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Numéro 4, avril 2012 Une décennie de taux d intérêt en décroissance, plusieurs marchés

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

MUTUALISATION DES TRANSPORTEURS ROUTIERS DU BURUNDI

MUTUALISATION DES TRANSPORTEURS ROUTIERS DU BURUNDI MUTUALISATION DES TRANSPORTEURS ROUTIERS DU BURUNDI PLAN DE PRESENTATION 1. Contexte 2. Objectifs du projet 3. Organisation des activités 4. Ressources nécessaires 5. Chronogramme 6. Conclusion 1. CONTEXTE

Plus en détail