Séance du Vendredi 15 Mars 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séance du Vendredi 15 Mars 2013"

Transcription

1 Séance du Vendredi Thème 1 : les commerçants (suite) - la société anonyme simplifiée entre sociétés (SAS) La SAS a été institué par la loi relative à la société anonyme. C est une forme de société plus souple que la SA et elle est constituée en considération de la personne des membres qui la composent. La SAS est destinée à gérer une filiale entre sociétés, à créer une société qui deviendra société mère. Seules les sociétés dont le capital social est au moins égal à 2 millions de DHS peuvent être membres d une SAS. A la différence de la SA, il s agit d une société fermée et ne peut faire appel public à l épargne. Ce sont ses statuts et non la loi qui déterminent librement ses modes de direction, de fonctionnement et de contrôle la Société à Responsabilité Limitée La SARL constitue à elle seule une catégorie à part de société commerciale dans le sens ou elle se distingue à la fois des sociétés de personnes et des sociétés de capitaux. Néanmoins, sa singularité réside dans le fait qu elle réunit à la fois des caractéristiques des sociétés de personnes et des sociétés de capitaux. La SARL ressemble aux sociétés par actions dans la mesure où ni les gérants, ni les associés n ont la qualité de commerçant. C est la société elle-même qui fait le commerce. De plus, les associés ne sont responsables des dettes de la société qu à raison de leurs apports exactement comme dans les sociétés de capitaux. D un autre coté, elle ressemble aux sociétés de personnes dans la mesure où la personnalité des associés est prise en compte. En principe, les associés d une SARL se connaissent personnellement à la différence des actionnaires dans une société anonyme. Par ailleurs, la loi impose que le nombre d associés dans une SARL ne peut dépasser 50. Les parts sociales qu ils détiennent ne peuvent être représentés par des titres négociables comme dans la SA. Ces parts sociales sont librement cessibles entre associés mais jamais à des tiers étrangers à la société sauf en cas de consentement de la majorité des coassociés représentant au moins les ¾ des parts sociales. Le droit marocain des sociétés distingue deux types de SARL en raison du nombre d associés : la SARL pluripersonnelle et la SARL à associé unique les associations A priori, nous pourrions nous interroger sur la pertinence de considérer les associations comme des commerçants personnes morales de droit privé sachant qu il s agit, en principe, de groupement à but non lucratif. En réalité, la question qui reste posée est celle de certains clubs organisés sous forme P r o f e s s e u r R i d a B e n o t m a n e Page 1

2 d association qui achètent des marchandises qu ils revendent à leurs adhérents. Si ces opérations d achat pour revente deviennent permanentes, ces associations entrent dans le champ de la commercialité. Au Maroc, les associations sont réglementées par le dahir du 15 novembre 1958 réglementant le droit d'association tel que modifié en On distingue deux types d associations : - les associations déclarées : Ce sont celles dont le statut a été déposé au siège de l autorité administrative compétente et au tribunal du lieu du siège social. Elles ont la capacité d ester en justice, d acquérir à titre onéreux, posséder et administrer des cotisations, les locaux, le matériel et les immeubles nécessaires à l accomplissement de leur objet. - les associations reconnues d utilité publique Elles ont les mêmes attributs que les associations déclarées mais en plus de cela elles peuvent recevoir des dons et legs. Elles ont le droit d acquérir à titre gratuit entre vifs ou par testament à titre onéreux. Toutes ces associations ont en commun de rassembler deux ou plusieurs personnes physiques qui mettent en commun d une façon permanente leur connaissance ou leurs activités dans un but autre que de partager des bénéfices Les groupements d intérêts économiques (GIE) Les GIE ont été introduits en droit marocain par la loi relative aux groupements d intérêt économique. Les GIE ne peuvent être formé qu avec des personnes morales. Ils n acquièrent la personnalité morale qu après l immatriculation au registre de commerce. Ils engagent la responsabilité indéfinie et solidaire de leurs membres exactement comme la société en nom collectif. Ils peuvent être créés sans capital social et administrés selon des règles d origine statutaires et non légales. A la différence des sociétés qui sont commerciales par leur forme, le GIE peut avoir un caractère civil ou commercial selon que ses activités soient civiles ou commerciales. Les GIE ont été institué à l origine pour faciliter ou développer l activité économique de leurs membres à condition que l activité conserve son caractère accessoire et auxiliaire par rapport à l activité des membres. 2.2 Les personnes morales de droit public Le dirigisme économique a conduit l Etat et ses collectivités à intervenir dans le commerce et l industrie. Cette intervention s est faite soit de manière directe avec le système des régies, soit de manière indirecte avec la création d offices et d établissements publics. P r o f e s s e u r R i d a B e n o t m a n e Page 2

3 2.2.1 L Etat L Etat exploite de moins en moins de régies suite à la politique de privatisation et de l existence d offices ou d établissements publics. Néanmoins, des services publics à caractère industriel et commercial continuent d exister comme par exemple : l imprimerie officielle, le théâtre Mohammed V ou encore le service des chèques postaux. Toutefois, il est à signaler que l on admet que l Etat n est pas commerçant car les activités de production et d échanges auxquelles il se livre ne sont qu accessoires par rapport à ses fonctions générales Les régions, les préfectures, provinces et communes Il s agit de collectivités locales qui constituent des émanations de l Etat. Elles, non plus n ont pas la qualité commerciale pour les mêmes raisons précédemment citées à l occasion par exemple de la gestion des transports publics, de la distribution de l eau et de l électricité ou encore s agissant de l hygiène publique Les établissements publics Ces établissements ont été créés par l Etat en raison de l ampleur de certaines exploitations qui seront confiées à des personnes morales. Ces offices et établissements publics sont soumis au droit administratif et n ont pas la qualité de commerçant Les sociétés d Etat Dans ce cadre, l Etat recourir à des société anonymes pour exercer des activités commerciales. Du moment que la SA est commerciale par sa forme quelque soit son objet, ses sociétés d Etat reçoive la qualité de commerçant. On peut citer comme exemple : Bank Al Magrib (BAM), Royal Air Maroc (RAM) ou encore la Compagnie Marocaine de Navigation (COMANAV). Toutes ces sociétés sont commerciales car elles accomplissent des actes de commerce et sont justiciables devant les tribunaux de commerce. (Fin du Thème 1) P r o f e s s e u r R i d a B e n o t m a n e Page 3

4 Thème 2 : Obligations 1 et droits des commerçants Il s agit d obligations communes pour tous les commerçants (personnes physiques ou morales) et pour toutes les activités commerciales. 1. L obligation d immatriculation au registre de commerce Ce sont les articles 58, 59 et 61 du code de commerce qui fondent l obligation d immatriculation au registre de commerce. 1.1 L organisation du RC Il s agit d une structure qui a une vocation d information à l échelle nationale. L article 27 du code de commerce renseigne que le RC est constitué par le registre local et par le registre central Le registre local Il est tenu auprès du secrétariat-greffe du tribunal de commerce et placé sous la surveillance du président du tribunal. Le registre local comprend un registre chronologique et un registre analytique. - Le registre chronologique Il recueille toutes les demandes et déclarations d inscriptions faites par les responsables des entreprises commerciales et industrielles. - le registre analytique Il est utilisé pendant la durée de l exploitation pour enregistrer les modifications survenues ou complémentaires et à la fin de l activité pour mentionner les radiations. Il est constitué de deux recueils, un dédié aux personnes physiques et l autre aux personnes morales Le registre central Ce registre est administré par le Ministère du Commerce, de l Industrie et des Nouvelles Technologies. Ce registre centralise toutes les déclarations des secrétariats-greffes des tribunaux de commerce. 1 L obligation en droit signifie le lien de droit créé par l'effet de la loi ou par la volonté de celui ou de ceux qui s'engagent en vue de fournir ou de recevoir un bien ou une prestation. P r o f e s s e u r R i d a B e n o t m a n e Page 4

5 Il est constitué de deux registres distincts, l un consacré aux personnes physiques, l autre pour les personnes morales. Le registre central est destiné à : - centraliser l information dans les divers registres locaux, - délivrer des certificats relatifs aux inscriptions des noms de commerçants, dénominations commerciales et enseignes ainsi que les certificats et copies relatifs aux inscriptions qui y sont portées, - publier au début de chaque année un recueil donnant tous les renseignements sur les noms de commerçants, les dénominations commerciales et les enseignes qui lui sont transmis. Il est utile à ce stade de faire la distinction entre les quatre signes permettant à une entreprise de se distinguer d une autre à savoir : la dénomination sociale, le nom commercial, la marque, et l enseigne. Il est utile également sur le plan du droit de faire la distinction entre ces 4 éléments. La dénomination sociale Le nom commercial La marque L enseigne C est le nom officiel de la société personne morale, Elle est choisie lors de la constitution de la société et insérée dans les statuts, Elle sert à identifier la société. (Ex : SARL PIIMT) La dénomination sociale ne peut pas être cédée à la différence du nom commercial, de la marque ou de l enseigne, Il est défini par la loi sur la propriété industrielle, Il ne sert pas à identifier la société sur le plan juridique mais joue plutôt une fonction marketing, C est un élément du fonds de commerce qui peut être cédé contrairement à la dénomination sociale Il appartient à celui qui en fait le 1 er usage visible, public et continu, Elle s acquiert par une inscription auprès de l OMPIC 2 Une marque enregistrée permet à l entreprise une action en contrefaçon qui permet de s opposer à l utilisation de sa marque sur des produits qu elle ne fabrique pas. Il s agit d un signe distinctif apposé matériellement devant une boutique ou une vitrine. Elle permet souvent de signaler un point de vente C est un élément du FC qui peut être cédé L enseigne appartient à celui qui en fait usage public visible et continu en premier. Elle ne doit pas créer Il offre le droit 2 Office Marocain de la Propriété industrielle P r o f e s s e u r R i d a B e n o t m a n e Page 5

6 un risque de confusion avec une autre dénomination sociale. C est pour cela qu elle est protégée par une inscription au registre de commerce et fait bénéficier la société d une action en concurrence déloyale d interdire au tiers l utilisation d un nom identique qui créerait une confusion Il ne doit pas être confondu avec la marque car il permet de distinguer l entreprise alors que la marque désigne les produits et les services de cette entreprise 1.2 Les inscriptions au registre de commerce Elles ont une fonction de publicité en matière commerciale et servent à renseigner les tiers. Les articles 42 à 48 du code de commerce indiquent les mentions qui doivent exister dans la déclaration d immatriculation. L article 36 stipule que les inscriptions au registre de commerce comprennent les immatriculations et les inscriptions modificatives et les radiations L immatriculation L immatriculation ne peut être requise que sur la demande écrite du commerçant ou de son mandataire ou par les gérants ou les membres des organes d administration lorsqu il s agit d une société. L article 37 du code de commerce énumère les personnes assujetties à l immatriculation Les inscriptions modificatives et les radiations Les inscriptions modificatives concernent : - le changement de leur régime matrimonial pour les commerçants étrangers, - l incapacité du commerçant, - le nantissement ou la vente du fonds de commerce, - le déplacement du siège social, - le transfert de la société, - la fluctuation du capital, - et de manière générale toute modification affectant l activité commerciale ou le statut du commerçant P r o f e s s e u r R i d a B e n o t m a n e Page 6

7 1.2.3 La publicité des inscriptions On distingue la publicité directe et la publicité indirecte - La publicité directe Toute personne intéressée peut obtenir à ses frais des copies, extraits ou certificats que les secrétariats-greffes et le registre central sont habilités à délivrer - la publicité indirecte Elle résulte de l obligation imposée à tout commerçant ou société commerciale de faire figurer sur ses factures, lettres, bons de commandes, tarifs, prospectus, destinés à des tiers, le numéro, et le lieu de son immatriculation au registre analytique. P r o f e s s e u r R i d a B e n o t m a n e Page 7

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

Circulaire RCSL 16/01

Circulaire RCSL 16/01 Luxembourg, le 24 mars 2016 Circulaire RCSL 16/01 Concerne : Les principales modifications des dispositions légales et réglementaires applicables au registre de commerce et des sociétés L objectif principal

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

1.1.1. Création d une société nouvelle

1.1.1. Création d une société nouvelle L EURL La loi n 2005-882 du 2 août 2005 en faveur des petites et moyennes entreprises (dite Loi PME) a simplifié les règles de constitution et de fonctionnement de l'eurl. 1. Constitution de l EURL 1.1.

Plus en détail

GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE. Un partenaire fiable

GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE. Un partenaire fiable GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE Un partenaire fiable GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE BELGRADE 2014 Sommaire 1 2 INFORMATIONS

Plus en détail

Chapitre I : La constitution de société

Chapitre I : La constitution de société Chapitre I : La constitution de société 1. Aspects généraux Il convient de rappeler que la société est un contrat par lequel deux ou plusieurs personnes conviennent de mettre quelque chose en commun en

Plus en détail

THEME N 8 LES SOCIETES COMMERCIALES

THEME N 8 LES SOCIETES COMMERCIALES THEME N 8 LES SOCIETES COMMERCIALES Au Maroc, les principales structures juridiques sont: * La Personne physique * La Société en commandite simple * La Société en commandite par actions * La Société en

Plus en détail

Boite à outils LES PRINCIPALES FORMES JURIDIQUES D ENTREPRISES. Document élaboré par le cabinet de conseil ORIGINAL INVEST

Boite à outils LES PRINCIPALES FORMES JURIDIQUES D ENTREPRISES. Document élaboré par le cabinet de conseil ORIGINAL INVEST Boite à outils LES PRINCIPALES FORMES JURIDIQUES D ENTREPRISES Document élaboré par le cabinet de conseil ORIGINAL INVEST Casablanca Technopark Tel 0522 52 50 78 Email : contact@originalinvest.com Page

Plus en détail

La société en participation

La société en participation La société en participation La société en participation n est pas une société comme les autres. C est une société simple et souple. C est du moins, ce qui apparaitra à travers l étude de ses caractéristiques

Plus en détail

Statuts de Givaudan SA

Statuts de Givaudan SA Statuts de Givaudan SA Avril 2013 TABLE DES MATIÈRES Section 1 Raison Sociale, Siege et But... 3 Section 2 Capital... 4 Section 3 Organisation... 7 Section 4 Etablissement des Comptes et Emploi du Bénéfice...

Plus en détail

CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE

CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE CONDITIONS D INSCRIPTION AU TABLEAU DE L ORDRE PERSONNE MORALE Les articles 6 et 7 de l ordonnance du 19 septembre 1945 prévoient la possibilité pour les experts-comptables de constituer des sociétés pour

Plus en détail

Evolution juridique d une association

Evolution juridique d une association Evolution juridique d une association Confrontées à un environnement en perpétuelle évolution, mais aussi à des impératifs économiques qu elles ne peuvent ignorer, de nombreuses associations sont amenées

Plus en détail

Principes en matière de dépôt et de publications

Principes en matière de dépôt et de publications Principes en matière de dépôt et de publications Remarques préalables : Les notes présentées par le Registre de commerce et des sociétés (RCS) : sont de nature générale et ne visent pas la situation particulière

Plus en détail

SOCIETE S1 Société par actions simplifiée 26, Boulevard Wilson 67000 STRASBOURG

SOCIETE S1 Société par actions simplifiée 26, Boulevard Wilson 67000 STRASBOURG SOCIETE S1 Société par actions simplifiée 26, Boulevard Wilson 67000 STRASBOURG RAPPORT DU COMMISSAIRE À LA SCISSION ET AUX APPORTS DANS LE CADRE DE L APPORT PARTIEL D ACTIF DE LA SOCIETE ELECTRICITE DE

Plus en détail

Contrôle et traitement comptable des opérations commerciales

Contrôle et traitement comptable des opérations commerciales Thème 1 Contrôle et traitement comptable des opérations commerciales Je fais le point 1. Les différents documents commerciaux Le devis Le devis correspond à une proposition faite à un client, à sa demande.

Plus en détail

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux.

ont établi, ainsi qu il suit, les statuts d une société par actions simplifiée devant exister entre eux. Statuts d une SAS [Avertissement : Les présents statuts sont proposés par les auteurs. Ils n ont qu un caractère indicatif. En aucun cas, il ne s agit de statuts types. Les personnes désirant rédiger les

Plus en détail

STATUTS. ont établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société civile qu il sont convenus de constituer.

STATUTS. ont établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société civile qu il sont convenus de constituer. STATUTS Les soussignés : - (nom, prénoms, profession, domicile, inscription à l Ordre) - ont établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société civile qu il sont convenus de constituer. Article 1er -

Plus en détail

Le travailleur indépendant

Le travailleur indépendant Le travailleur indépendant Fiche 1 Objectifs Prérequis Mots-clefs 1. Identifier les différents régimes juridiques d exercice d une activité professionnelle 2. Analyser les conditions d accès à une profession

Plus en détail

La Société Anonyme (SA)

La Société Anonyme (SA) Les différents types de sociétés commerciales reconnus au Maroc Les sociétés de personnes : société en nom collectif société en commandite simple société en participation. Ces sociétés se caractérisent

Plus en détail

Les sociétés commerciales *

Les sociétés commerciales * Les sociétés commerciales * Chapitre 1 AVERTISSEMENT La loi relative à la simplification du droit et à l allègement des démarches administratives du 22 mars 2012 est intitulée loi Warsmann. Les numéros

Plus en détail

Laure Siné Avocate à la cour Droit des sociétés

Laure Siné Avocate à la cour Droit des sociétés Laure Siné Avocate à la cour Droit des sociétés 8 e édition Collection «Express» Comptabilité B. Doriath, Comptabilité de gestion, 2007 (4 e édition) B. Doriath, Contrôle de gestion, 2008 (5 e édition)

Plus en détail

De quelle façon exercer l activité

De quelle façon exercer l activité Page 1 De quelle façon exercer l activité commerciale? Certains aspects juridiques et fiscaux Février 2011 1 Les premiers pas, le premier choix Vous avez une idée, un projet d entreprise. Quel cadre juridique

Plus en détail

Domiciliation de l entreprise dans les locaux occupés en commun : «domiciliation commerciale» (Art. 8-VI de la LME)

Domiciliation de l entreprise dans les locaux occupés en commun : «domiciliation commerciale» (Art. 8-VI de la LME) Les incidences de la Loi n 2008-776 de Modernisatio n de l Economie (LME) sur les déclarations et les publicités du Registre du Commerce et des Sociétés I Modifications concernant les personnes physiques

Plus en détail

10 astuces pour éviter les impayés

10 astuces pour éviter les impayés 2016 10 astuces pour éviter les impayés Assistant-juridique.fr Sommaire I Vérifiez la solvabilité de vos clients... 5 A) Vérifiez l existence juridique de vos clients... 5 B) Questionnez directement vos

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES. Le Service est réservé aux personnes juridiquement capables de souscrire des contrats en droit français.

CONDITIONS GENERALES. Le Service est réservé aux personnes juridiquement capables de souscrire des contrats en droit français. CONDITIONS GENERALES Conditions Générales «Caratoo» Les Conditions Générales ont pour objet de définir les modalités selon lesquelles Monsieur Cyrille Huss, immatriculé sous le numéro SIREN 532 921 202

Plus en détail

LOI N 34-03 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ORGANISMES ASSIMILES

LOI N 34-03 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ORGANISMES ASSIMILES LOI N 34-03 RELATIVE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ORGANISMES ASSIMILES Source : Bulletin Officiel n 5400 du 1 er safar 1427 (2 mars 2006) TITRE PREMIER - CHAMP D APPLICATION ET CADRE INSTITUTIONNEL

Plus en détail

OHADA Acte uniforme sur le droit commercial

OHADA Acte uniforme sur le droit commercial Acte uniforme sur le droit commercial Acte adopté le 17 avril 1997 et paru au JO n 1 du 1 er octobre 1997 Index [NB - les chiffres renvoient aux numéros des articles] Acte de commerce : 2 s Agents commerciaux

Plus en détail

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE Une entreprise est une entité économique et sociale qui permet la production et la vente de biens et de services répondant à un besoin par le biais de

Plus en détail

Brochure relative aux associations sans but lucratif

Brochure relative aux associations sans but lucratif Brochure relative aux associations sans but lucratif INFORMATIONS GÉNÉRALES Remarques préalables : Les notes présentées par le Registre de Commerce et des Sociétés (RCS) : sont de nature générale et ne

Plus en détail

ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL

ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL Un cadre juridique complet et adapté privilégiant la liberté d entreprendre Le Maroc a entrepris depuis une vingtaine d années un programme de libéralisation, de modernisation de son économie et de réformes

Plus en détail

CESSION DE FOND DE COMMERCE

CESSION DE FOND DE COMMERCE CESSION DE FOND DE COMMERCE Remarque : Le présent acte de vente de fonds de commerce n est donné qu à titre indicatif. Les parties peuvent donc librement l aménager sous réserve, toutefois, que soient

Plus en détail

FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS

FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS FONDATION CéMaVie Fondation reconnue d utilité publique Siège : Nantes (Loire-Atlantique) ------------------------------------ STATUTS I - But de la Fondation Article 1er L établissement dit CéMaVie fondé

Plus en détail

Décret 362-2008, 16 avril 2008

Décret 362-2008, 16 avril 2008 Editeur officiel du Québec, 2008 1856 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 30 avril 2008, 140 e année, n o 18 Partie 2 peut cependant faire parvenir au secrétaire ses observations écrites en tout temps avant

Plus en détail

CONTRAT CONSTITUTIF DE GROUPEMENT

CONTRAT CONSTITUTIF DE GROUPEMENT CONTRAT CONSTITUTIF DE GROUPEMENT Les Soussignés : La société. Société à responsabilité Limitée au capital de.. dhs dont le siège social est au. Immatriculée au registre du Commerce de Casablanca sous

Plus en détail

Notions, enjeux et limites de la délégation d activités étatiques. François Bellanger, Professeur à l Université de Genève, avocat

Notions, enjeux et limites de la délégation d activités étatiques. François Bellanger, Professeur à l Université de Genève, avocat Notions, enjeux et limites de la délégation d activités étatiques François Bellanger, Professeur à l Université de Genève, avocat 2 Notions Les activités étatiques. La délégation. 3 Les activités étatiques

Plus en détail

LE FC EN DROIT MAROCAIN

LE FC EN DROIT MAROCAIN LE FC EN DROIT MAROCAIN Le fonds de commerce est, selon l article 79 du code de commerce, Un bien meuble incorporel constitué par l ensemble des biens mobiliers affectés à l exercice d une ou plusieurs

Plus en détail

Le statut de l Auto-entrepreneur Un projet de société

Le statut de l Auto-entrepreneur Un projet de société Le statut de l Auto-entrepreneur Un projet de société Présentation du statut de l Auto-entrepreneur Toute personne physique exerçant, à titre individuel, une activité industrielle, commerciale, artisanale,

Plus en détail

> Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques

> Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques DROIT > Cession de droits d auteur d œuvres chorégraphiques Décembre 2014 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

L encadrement juridique d un site de commerce électronique

L encadrement juridique d un site de commerce électronique L encadrement juridique d un site de commerce électronique Avant s intéresser précisément au cadre juridique de la vente en ligne, nous devons nous interroger sur la capacité juridique des OT et CDT à

Plus en détail

Création de SCP. Caractéristiques de la SCP. Les associés de la SCP. Capital et apports. Règles de constitution

Création de SCP. Caractéristiques de la SCP. Les associés de la SCP. Capital et apports. Règles de constitution 1 Création de SCP Caractéristiques de la SCP But des sociétés civiles... 4000 Professions réglementées... 4001 Hiérarchie des textes... 4001 Intérêt de la SCP... 4003 Régimes fiscal et social... 4003 SCP

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

1 La société civile préférable à l indivision

1 La société civile préférable à l indivision Chapitre 1 La société civile préférable à l indivision 1. La précarité de l indivision 1. définition de l indivision - Il y a indivision lorsque plusieurs personnes,lesindivisairesoucoindivisaires,détiennentunefractiondela

Plus en détail

SOCIETE EN PARTICIPATION

SOCIETE EN PARTICIPATION SOCIETE EN PARTICIPATION PRINCIPE : LA LIBERTE CONTRACTUELLE La société en participation est celle que les associés ont convenu de ne pas immatriculer. Aux termes de l article 1871 du Code civil, il est

Plus en détail

Contrat Type. A.S.B.L. - Statuts

Contrat Type. A.S.B.L. - Statuts http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net A.S.B.L. - Statuts Auteur: Me François Collon, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif de vous informer

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 009 Le groupement d emplloyeurs AVANT PROPOS Le code du travail offre la possibilité aux petites et moyennes entreprises de constituer

Plus en détail

Plan. 2.1) Le compte de résultat. Introduction. Les obligations des commerçants. 1) Immatriculation au registre de commerce

Plan. 2.1) Le compte de résultat. Introduction. Les obligations des commerçants. 1) Immatriculation au registre de commerce Plan Introduction Les obligations des commerçants 1) Immatriculation au registre de commerce 1.1) signification du registre de commerce 1.2) informations regroupés au registre de commerce 1.3) obligations

Plus en détail

Semestre : 2 Module : Environnement Juridique & Communication Elément : Droit d Entreprise Enseignant : Mr Mohammed TAJ

Semestre : 2 Module : Environnement Juridique & Communication Elément : Droit d Entreprise Enseignant : Mr Mohammed TAJ Semestre : 2 Module : Environnement Juridique & Communication Elément : Droit d Entreprise Enseignant : Mr Mohammed TAJ Introduction Générale Le Commerçant Le fonds de Commerce Eléments du cours Portail

Plus en détail

PLAN DU COURS DROIT DES SOCIETES

PLAN DU COURS DROIT DES SOCIETES 1 er Semestre 2014 Droit des sociétés Lisa Fitoussi PLAN DU COURS DROIT DES SOCIETES Séance introductive 1 ERE SEANCE : INTRODUCTION GENERALE 2 EME SEANCE : LE CONTRAT DE SOCIETE I. Certaine conditions

Plus en détail

Document d information. Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie

Document d information. Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie Document d information Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie Introduction Le présent document énumère les principales conditions et modalités

Plus en détail

ASSOCIATION MAROCAINE DES ANCIENS DE SCIENCES PO STATUTS

ASSOCIATION MAROCAINE DES ANCIENS DE SCIENCES PO STATUTS ASSOCIATION MAROCAINE DES ANCIENS DE SCIENCES PO STATUTS ARTICLE 1 : FORMATION Il est formé entre les membres fondateurs, les personnes qui adhèrent ou qui adhéreront aux présents statuts, une association

Plus en détail

Conditions générales de location

Conditions générales de location Conditions générales de location Applicables à compter du 01/11/2011 ARTICLE 1. Champ d application 1.1 Partie Les présentes conditions générales sont applicables entre : TRAVELLERPAD, SAS au capital de

Plus en détail

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et

Plus en détail

R E S U M E NOTE COMMUNE N 21/ 2005

R E S U M E NOTE COMMUNE N 21/ 2005 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 21/ 2005 OBJET: Commentaire des dispositions des articles 39 et 40 de la loi n 2004-90

Plus en détail

Commercialisation de services touristiques (Nouveau régime en vigueur le 1 er janvier 2010)

Commercialisation de services touristiques (Nouveau régime en vigueur le 1 er janvier 2010) Commercialisation de services touristiques (Nouveau régime en vigueur le 1 er janvier 2010) I. LES PRINCIPES GENERAUX DE LA COMMERCIALISATION A. L Office de tourisme : un service public Le nouvel article

Plus en détail

chambre de commerce de djibouti

chambre de commerce de djibouti 1 Guide PratiQue Sommaire La création d entreprise à djibouti avant-propos... 05 a. Le choix de La Forme juridique... 06 b. LeS étapes de La création d entreprise... 08 1. obtention d un certificat négatif...

Plus en détail

JORF n 0228 du 2 octobre 2014. Texte n 1. LOI LOI n 2014-1104 du 1er octobre 2014 relative aux taxis et aux voitures de transport avec chauffeur (1)

JORF n 0228 du 2 octobre 2014. Texte n 1. LOI LOI n 2014-1104 du 1er octobre 2014 relative aux taxis et aux voitures de transport avec chauffeur (1) Le 2 octobre 2014 JORF n 0228 du 2 octobre 2014 Texte n 1 LOI LOI n 2014-1104 du 1er octobre 2014 relative aux taxis et aux voitures de transport avec chauffeur (1) NOR: INTX1414821L L Assemblée nationale

Plus en détail

INSTITUT SUPERIEUR DES ARTS ET DES CULTURES

INSTITUT SUPERIEUR DES ARTS ET DES CULTURES INSTITUT SUPERIEUR DES ARTS ET DES CULTURES L ACTE UNIFORME RELATIF AU DROIT DES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTÉRÊT ECONOMIQUE par Sylvain SANKALÉ Docteur en Droit ---ooooooo--- L Acte Uniforme

Plus en détail

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI

Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI Conférence PNI Mars 2014 Transmettre son patrimoine/ De la création à la disparition de la SCI De nombreuses personnes s interrogent sur la manière de transmettre leur patrimoine. La société civile immobilière

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France Date de publication : 25 mars 2014 ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014 relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA BANQUE DE FRANCE,

Plus en détail

A 29 LA SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE. (adaptée à la petite entreprise) Avril 2014

A 29 LA SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE. (adaptée à la petite entreprise) Avril 2014 A 29 LA SOCIETE PAR ACTIONS SIMPLIFIEE (adaptée à la petite entreprise) Avril 2014 Pour toute précision concernant le contenu de ce document, vous pouvez contacter le service juridique à l adresse suivante

Plus en détail

Observatoire des SARL à libre capital à Paris

Observatoire des SARL à libre capital à Paris Observatoire des SARL à libre capital à Paris Bilan de janvier 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire, créé au lendemain de

Plus en détail

Boite à outils. Guide des formalités de création d entreprises. Document élaboré par le cabinet de conseil ORIGINAL INVEST

Boite à outils. Guide des formalités de création d entreprises. Document élaboré par le cabinet de conseil ORIGINAL INVEST Boite à outils Guide des formalités de création d entreprises Document élaboré par le cabinet de conseil ORIGINAL INVEST Casablanca Technopark Tel 0522 52 50 78 Email : contact@originalinvest.com Page

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE ARTICLE 1 : CONSTITUTION DENOMINATION Entre les adhérents aux présents statuts il est créé une association dénommée

Plus en détail

2 Les entreprises d assurance

2 Les entreprises d assurance 2 Les entreprises d assurance aujourd hui I Les principes clés L activité d assurance repose sur un engagement contractuel synallagmatique. L assureur et l assuré s engagent réciproquement. Toutefois,

Plus en détail

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret n 67-223 du 17 mars 1967 [NB - Décret n 67-223 du 17 mars 1967 portant règlement d administration publique pour

Plus en détail

Ce dossier est constitué d un ensemble de pièces justificatives décrites dans les deux tableaux ci-annexés.

Ce dossier est constitué d un ensemble de pièces justificatives décrites dans les deux tableaux ci-annexés. Page 1 sur 9 DOSSIERS SOCIETE Les personnes morales doivent obligatoirement constituer auprès de l OPT NC un «dossier de société» permettant de : Prouver leur existence ; Établir qu elles ont été créées

Plus en détail

INCORPORATION FOIRE AUX QUESTIONS

INCORPORATION FOIRE AUX QUESTIONS INCORPORATION FOIRE AUX QUESTIONS LE RÈGLEMENT ET LA SOCIÉTÉ Q1 : Quels sont les membres assujettis aux obligations du Règlement? R1 : Seuls les membres qui entendent bénéficier de la structure juridique

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

Votre projet. d entreprise. www.rabatinvest.ma. Centre Régional d Investissement Rabat - Salé - Zemmour - Zaër

Votre projet. d entreprise. www.rabatinvest.ma. Centre Régional d Investissement Rabat - Salé - Zemmour - Zaër Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Wilaya de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër Votre projet d entreprise www.rabatinvest.ma Sommaire Votre projet d entreprise I. Créer votre entreprise : Le parcours

Plus en détail

Règles de déontologie et recommandations pour la constitution d une société professionnelle de médecins (S.P.R.L. et S.P.R.L.U.)

Règles de déontologie et recommandations pour la constitution d une société professionnelle de médecins (S.P.R.L. et S.P.R.L.U.) Mis à jour le 10 août 2009 Règles de déontologie et recommandations pour la constitution d une société professionnelle de médecins (S.P.R.L. et S.P.R.L.U.) Introduction : Les règles de déontologie relatives

Plus en détail

ARTICLE 03 - MODIFICATION OU ANNULATION D UNE COMMANDE SPECIALE

ARTICLE 03 - MODIFICATION OU ANNULATION D UNE COMMANDE SPECIALE CONDITIONS GENERALES DE VENTE SOCIETE «Xtremelashes France by CPE Cosmétique» ARTICLE 01 - APPLICATION DES CONDITIONS GENERALES DE VENTE - OPPOSABILITE DES CONDITIONS GENERALE DE VENTE Les présentes Conditions

Plus en détail

Elles précisent notamment les conditions de passation et de paiement des annonces.

Elles précisent notamment les conditions de passation et de paiement des annonces. CONDITIONS GENERALES DE VENTE Expedicar est une plateforme web, accessible à l adresse www.expedicar.fr (le «Site») exploitée par la société Freecars, société par actions simplifiée au capital de 43 013

Plus en détail

Index alphabétique. CO CC LFus ORC LSR OSRev. Conversion 622 Cours d émission 624 Destruction 659,732a Division 623

Index alphabétique. CO CC LFus ORC LSR OSRev. Conversion 622 Cours d émission 624 Destruction 659,732a Division 623 Index alphabétique CO CC LFus ORC LSR OSRev A Accès aux locaux Entreprises de révision sous surveillance de l Etat 13 Acte authentique Constitution (SA) 629 Constitution (Sàrl) 777 Décision de fusion 20

Plus en détail

Statuts et fonctionnement

Statuts et fonctionnement Statuts et fonctionnement Raison sociale, nom commercial et siège social de la Société La dénomination sociale de la Société et son principal nom commercial est NextRadioTV. Le siège social de la Société

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA

Commentaire. Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014. Société Beverage and Restauration Organisation SA Commentaire Décision n 2014-399 QPC du 6 juin 2014 Société Beverage and Restauration Organisation SA (Liquidation judiciaire ou cessation partielle de l activité prononcée d office pendant la période d

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER

PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE ------------------------------ ----------------------- LOI N 99/015 DU 22 DEC 1999 PORTANT CREATION ET ORGANISATION D UN MARCHE FINANCIER L Assemblée Nationale

Plus en détail

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme L article L. 133-3 du Code du tourisme, dispose : «L'office de tourisme assure l'accueil et l'information des touristes ainsi que la promotion

Plus en détail

Les délais de conservation des documents. d une entreprise

Les délais de conservation des documents. d une entreprise Vie de l entreprise Plus d informations sur les obligations d une entreprise sur www.apce.com Les délais de conservation des documents d une entreprise Ce document présente un récapitulatif des durées

Plus en détail

Votre entreprise a des trésors? Protégez-les!

Votre entreprise a des trésors? Protégez-les! Votre entreprise a des trésors? Protégez-les! Frédéric SALAGNAT, notaire Nathalie SPELTZ, avocat spécialisé PI-TIC Gérard MYON, conseil en propriété industrielle, LAVOIX PLAN Pourquoi la propriété industrielle?

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ÉCONOMIE MODIFICATION DU DROIT DES SOCIÉTÉS

LOI DE MODERNISATION DE L ÉCONOMIE MODIFICATION DU DROIT DES SOCIÉTÉS N 107 - MARCHES n 29 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 9 septembre 2008 ISSN 1769-4000 LOI DE MODERNISATION DE L ÉCONOMIE MODIFICATION DU DROIT DES SOCIÉTÉS L essentiel La loi n 2008-776 du

Plus en détail

leurs clients à franchir le pas : on a ainsi vu des P.M.E. françaises débourser jusqu à 250 000F (3 811 euros) pour créer une limited company à

leurs clients à franchir le pas : on a ainsi vu des P.M.E. françaises débourser jusqu à 250 000F (3 811 euros) pour créer une limited company à Avant-Propos Que vous comptiez vous établir sur le sol britannique sans avoir établi de contact au préalable avec des partenaires ou des clients anglais, ou que vous souhaitiez renforcer les liens commerciaux

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DES SERVICES EN LIGNE DE L OMPIC

GUIDE D UTILISATION DES SERVICES EN LIGNE DE L OMPIC GUIDE D UTILISATION DES SERVICES EN LIGNE DE L OMPIC Mars 2016 TABLE DES MATIERES Présentation des services-------------------------------------------------------------------------------------------------3

Plus en détail

FORMATION TERTIAIRE DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE NOTE DE COURS

FORMATION TERTIAIRE DROIT DES SOCIETES COMMERCIALES ET DU GROUPEMENT D INTERET ECONOMIQUE NOTE DE COURS 1 NOTE DE COURS ORGANISATIONS ET FONCTIONNEMENT DE LA SA ET DE LA SARL SECTION 2 : ORGANISATIONS ET FONCTIONNEMENT DE LA SA ET DE LA SARL Six principaux points seront successivement abordés : - L organe

Plus en détail

COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS *

COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * Alain MANZON Expert Immobilier-Consultant N d agrément - 1004 - Diplômé de l Enseignement Supérieur RN98 Beauvallon Guerrevieille 83120 SAINTE-MAXIME Tél :

Plus en détail

CLAUSE STATUTAIRE NOS OBSERVATIONS ET CONSEILS

CLAUSE STATUTAIRE NOS OBSERVATIONS ET CONSEILS Forme Objet Dénomination sociale Préliminaires Les soussignés : M. M. La société, CLAUSE STATUTAIRE représentée par M., agissant en qualité de et ayant tout pouvoir pour engager la société en vertu Ont

Plus en détail

Fourniture de propane vrac pour le Club des Adhérents de la Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l Education - Formation à Rabat

Fourniture de propane vrac pour le Club des Adhérents de la Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l Education - Formation à Rabat ROYAUME DU MAROC LA FONDATION MOHAMMED VI DE PROMOTION DES ŒUVRES SOCIALES DE L EDUCATION - FORMATION CAHIER DE PRESCRIPTIONS SPECIALES APPEL D OFFRES OUVERT SUR OFFRES DE PRIX SEANCE PUBLIQUE N 11/2012

Plus en détail

Règlement de participation au jeu «Rasage pour Homme Facebook» pour tenter de remporter par tirage au sort un coffret «Verdon» de la marque l Occitane

Règlement de participation au jeu «Rasage pour Homme Facebook» pour tenter de remporter par tirage au sort un coffret «Verdon» de la marque l Occitane Règlement de participation au jeu «Rasage pour Homme Facebook» pour tenter de remporter par tirage au sort un coffret «Verdon» de la marque l Occitane Article 1. SOCIÉTÉ ORGANISATRICE La société Relais

Plus en détail

Formalités standards de la création d entreprises

Formalités standards de la création d entreprises Formalités standards de la création d entreprises Formalité 1 : Etablissement du certificat négatif Entreprise s Administration Documents demandés Toutes les sociétés commerciales sauf pour les entreprises

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4207 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 224 110 24 décembre 22 mai 2009 2013 S o m m a i r e LUTTE CONTRE

Plus en détail

DECLARATION 21/06/2016. AU 06 Exercice des activités notariales

DECLARATION 21/06/2016. AU 06 Exercice des activités notariales DECLARATION 21/06/2016 AU 06 Exercice des activités notariales EXERCICE DES ACTIVITÉS NOTARIALES (Déclaration N 06 ) L autorisation unique n AU-006 concerne les traitements mis en œuvre par les offices

Plus en détail

Loi fédérale sur la fusion, la scission, la transformation et le transfert de patrimoine

Loi fédérale sur la fusion, la scission, la transformation et le transfert de patrimoine Loi fédérale sur la fusion, la scission, la transformation et le transfert de patrimoine (Loi sur la fusion, LFus) du 3 octobre 2003 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 122, al.

Plus en détail

Siège de l Association

Siège de l Association ASSOCIATION DES OBTENTEURS HORTICOLES EUROPEENS A.O.H.E. STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Extraordinaire Angers, le 19 Février 1998 Article 1: Dénomination L Association prend la dénomination de

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DU SITE EXTRANET DE TOTAL ENERGIE GAZ Version du 1er octobre 2015

CONDITIONS D UTILISATION DU SITE EXTRANET DE TOTAL ENERGIE GAZ Version du 1er octobre 2015 CONDITIONS D UTILISATION DU SITE EXTRANET DE TOTAL ENERGIE GAZ Version du 1er octobre 2015 TOTAL ENERGIE GAZ, société anonyme au capital social de 9 873 890 euros, dont le siège social est situé 2 place

Plus en détail

Etude juridique. www.coeurdumaroc.ma 1/8

Etude juridique. www.coeurdumaroc.ma 1/8 Etude juridique L étude juridique marque l étape finale de préparation de votre projet. C est pourquoi elle doit être élaborée après les études commerciales et financières et s y adapter. A cette étape,

Plus en détail

Réussir son implantation

Réussir son implantation Réussir son implantation Ouvrir un bureau de représentation Licences temporaires et bureau de liaison La résolution ministérielle n 680 du 10/10/1978 autorise les entreprises étrangères titulaires d'un

Plus en détail

RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS

RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS Homologué par arrêté du 22 janvier 1999 paru au Journal officiel du 2 mars 1999 Modifié par les règlements n 2000-09, 2001-02, 2002-01,

Plus en détail

Caractéristiques Associations loi 1901 Associations RUP Fondations RUP Fondation d entreprise Fonds de dotation

Caractéristiques Associations loi 1901 Associations RUP Fondations RUP Fondation d entreprise Fonds de dotation Tableau comparatif des régimes des associations loi 1901, des associations et fondations reconnues d utilité publique, des fonds de dotation et des fonds d entreprise Dispositions fiscales Dons manuels

Plus en détail

Immatriculations de SARL au capital inférieur à 7 500 Selon les dispositions prévues par la Loi sur l Initiative Economique

Immatriculations de SARL au capital inférieur à 7 500 Selon les dispositions prévues par la Loi sur l Initiative Economique Immatriculations de SARL au capital inférieur à 7 500 Selon les dispositions prévues par la Loi sur l Initiative Economique Novembre 2004 L Observatoire porte un regard attentif sur les SARL constituées

Plus en détail