Les complications de la vaccination par le BCG chez les nouveau-nés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les complications de la vaccination par le BCG chez les nouveau-nés"

Transcription

1 Les complications de la vaccination par le BCG chez les nouveau-nés Dj.Arhab S.Chikhi Service de pédiatrie CHU de Tizi-ouzou - Algérie

2 INTRODUCTION Dans le monde la tuberculose : maladie d actualité et problème de santé publique par son ampleur et sa gravité : (première cause de mortalité infectieuse) Monde (OMS 2012) : chez l enfant ( moins de 15 ans) cas de tuberculose (6%) décès de tuberculose ( 8%) Algérie en Incidence Tuberculose à frottis positif : 21,7 / habitants Incidence de tuberculose chez enfant : 7 % à 10 %. Vaccination BCG obligatoire depuis 1969 (décret 17 juin 1969). tous les nouveau-nés non malades quelque soit leur poids de naissance. - la vaccination généralisée par le BCG reste appliquée car les critères préconisés par l UICTMR (Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires) pour modifier la politique vaccinale par le BCG ne sont pas encore atteints, Global Tuberculosis Report Geneva, World Health Organization, 2013 Programme National de Lutte Anti Tuberculeuse 2001

3 OBJECTIFS Estimer la fréquence et le type des effets secondaires du vaccin BCG fait chez les nouveau-nés par voie intradermique. 3

4 MATERIEL ET METHODES Etude prospective : 2 ans ( janvier 2013 à Décembre 2014) Tous les nouveau-nés de la ville de Tizi-Ouzou ont été vaccinés par le BCG en précisant la nature du vaccin BCG utilisé. Lieu de recrutement des nouveau-nés : maternité publique et trois centres de vaccination de la ville de Tizi-Ouzou (PMI). Vaccinations faites par des techniciens de la santé bien formés. Siege de vaccination: Avant bras gauche - dose de BCG reçue : 0,05 ml voie d administration : Intradermique Rythme de surveillance : tous les mois pendant 6 mois puis tous les 3 mois pendant : 18 mois Recherche et prise en charge des effets secondaires liés au vaccin BCG. Recueil des différentes données : fiche technique

5 Enquête prospective : Complications du vaccin BCG chez les nouveau-nés Nom :... Prénom...Date :... Date de naissance : /.../ /.../ /.../ Sexe M /.../ F /.../ Age gestationnel : à terme /.../ prématuré : /.../ semaines - Poids de naissance : /.../ gr. Date de vaccination : /.../ /.../ /.../ Lieu : Maternité /.../ PMI /.../ Souche de vaccin BCG utilisée (références) :... Siege de vaccination Avant bras gauche /.../ autres / / Dose de BCG reçue : /.../ ml - voie d administration : ID /../ Autres / / contrôles BCG : 1 mois, 2 mois 3 mois, 4 mois, 5 mois,6 mois, 9 mois,12 mois 15 mois, 18 mois, 21 mois, 24mois Complications : Oui / / Non /.../ Nature de complication / / Lieu /..../ Taille : /.../ cm Consistance /.../ Prise en charge / /

6 RESULTATS 6

7 Nombre de nouveau-nés vaccinés par le BCG Nombre de nouveau-nés Masculin Féminin Total Nombre % Terme Prématurés Total Masculin Féminin Terme Prématurés

8 Souches de vaccin BCG utilisées Souches de BCG utilisées Nombre = 3148 % Indienne (Serum Institue of India)* (1x à 33 x UFC) Danoise (Copenhagues 1331) ( UFC) % Souche indienne 37 % Souche danoise

9 Complications liées au vaccin BCG Complications Nombre % Adénites 84 2,6 abcès sous cutanés 3 0,08 BCG-ite disséminée 1 0,03 Total ,5 2 1,5 1 0,5 0 Adénites abcès sous cutanés BCGite 2,6 0,08 0,03 Adénites abcès sous cutanés BCGite

10 Complications du BCG selon la souche de vaccin utilisée Complications Adénites non Suppurées > 1 cm Adénites suppurées BCG danois BCG indien Nombre % Nombre % 27 1, ,90 3 0,25 8 0,40 Abcès sous cutanés 2 0,21 1 0,04 Pas de complication , ,66 Total

11 Complications du BCG selon le lieu de vaccination Complications Adénites non Suppurées > 1 cm Maternité PMI Nombre % Nombre % 32 2, Adénites suppurées 5 0,45 6 0,3 Abcès sous cutanés 1 0,09 2 0,1 BCG ite disséminée 1 0, Pas de complication , ,6 Total

12 Age de survenue des adénites Age Nombre % mois 15 17, mois 57 67, mois 12 14,3 Total mois mois mois mois mois mois

13 Prise en charge des adénites suppurées Gestes Nombre % 1 ponction 3 27,3 2 ponctions 7 63,5 exérèse 1 9,2 Total

14 COMMENTAIRES Le BCG : Vaccin vivant atténué mis au point à partir d une souche de Mycobacterium bovis vaccin toujours contesté: effet protecteur limité, Efficacité estimée à : - 80% pour les formes extra pulmonaires de l enfant - 55% pour les formes pulmonaires pendant 10 à 15 ans après la vaccination Colditz Graham/ méta-analyse,revue de la Littérature publiée JAMA. Mars

15 COMMENTAIRES Algérie 2003 : Etude faite à Alger, l auteur rapporte que sur 63 cas de formes aigues (méningites et miliaires) 14 enfants âgés de moins de 4 ans (22%) T. Anane La tuberculose chez l enfant dans l Algerois CHU Debaghine Bab el oued Alger l

16 COMMENTAIRES Dans le monde l utilisation du vaccin BCG est très répandue (100 millions / an) En 2O14 la couverture vaccinale par le BCG était de 99% en Algérie. pourtant peu d effets secondaires sont signalés 16

17 COMMENTAIRES - Complications locorégionales Lymphadénite régionale - 0,1 à plus de 1 pour 100 vaccinations, bien tolérées elles disparaissent vers 3 à 4 mois lymphadénite suppurée : 1 / 1000 à vaccinés, fréquence fonction de: - Age de la vaccination ( fréquente : chez nouveau-né et enfant de moins de 2 ans) - Souche utilisée ( souches Pasteur et Copenhague les plus réactogènes) - Quantité de vaccin injectée - surtout de l expérience du vaccinateur (technique d injection) Observated rate of vaccine reactions Bacilli Calmette Guerin (BCG) vaccine World Health Organization : April 2012 Informations complementaires sur la sécurité des vaccins / Fréquence de base des manifestations post vaccinales indésirables OMS 2000 WER. Programme élargi de vaccination. Lymphadénite du nourrisson liée au BCG, Zimbabwe. Wkly Epidemiol Rec 1989

18 COMMENTAIRES Abcès sous cutanés : 1 / 1000 à vaccinations, fréquents chez l enfant de moins de 1an,souvent dus à une erreur technique (injection trop profonde) Prise en charge des BCG ites localisées : Aucun traitement validé Abcès incision si sa taille >3 cm adénite suppurée - ponction si diamètre > 3 cm : éviter la fistulisation - exérèse si fistulisation. - Infections disséminées à BCG ou BCG-ites disséminées Gravissime, chez l immunodéprimé: déficit immunitaire congénital, VIH, OMS : 1 / vaccinés dans les déficits immunitaires congénitaux, délai moyen d apparition de 1 à 12 mois. Observated rate of vaccine reactions Bacilli Calmette Guerin (BCG) vaccine World Health Organization : April 2012 Informations complementaires sur la sécurité des vaccins / Fréquence de base des manifestations post vaccinales indésirables OMS

19 BCG ite disséminée 19

20 Adénites suppurées et abcès 20

21 CONCLUSION l enquête réalisée ne permet pas d évaluer précisément l incidence des complications du vaccin BCG ni leurs types en Algérie,néanmoins la fréquence des complications enregistrées rend la balance bénéfices / risques favorable. En Algérie les données épidémiologiques actuelles ne permettent pas de modifier la politique vaccinale appliquée et recommandée par l OMS, Dans le contexte actuel, il est essentiel de continuer à former les personnels de sante à la pratique de l injection Intradermique et de surveiller les réactions vaccinales indésirables et leurs facteurs favorisants. Necessité de la mise en place d un registre national pour la notification des complications du vaccin BCG et les modalités de prise en charge. 21

22 MERCI DE VOTRE ATTENTION 22

Prise en charge des abcès locaux et des adénopathies consécutifs à la vaccination BCG

Prise en charge des abcès locaux et des adénopathies consécutifs à la vaccination BCG Bon usage Mise au point Prise en charge des abcès locaux et des adénopathies consécutifs à la vaccination BCG Décembre 2007 Les messages-clés Depuis la disparition effective du Monovax en décembre 2005,

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Dossier N 2. Cours Module Optionnel MG Vaccinations. Pr Philippe HOFLIGER Mlle Somaly KAING : IMG

Dossier N 2. Cours Module Optionnel MG Vaccinations. Pr Philippe HOFLIGER Mlle Somaly KAING : IMG Dossier N 2 Cours Module Optionnel MG Vaccinations Pr Philippe HOFLIGER Mlle Somaly KAING : IMG Dossier N 2 Pedro, 4 ans, est amené par sa mère car l école lui a demandé de mettre à jour ses vaccinations.

Plus en détail

Focus sur la Tuberculose

Focus sur la Tuberculose Focus sur la Tuberculose 1. Définition C est une maladie infectieuse causée par des bacilles acido-alcoolo résistants (BAAR) appelés M. tuberculosis ou bacille de koch. Ces microorganismes sont également

Plus en détail

Renforcement du réseau de surveillance sentinelle de la grippe au Sénégal. ---

Renforcement du réseau de surveillance sentinelle de la grippe au Sénégal. --- Renforcement du réseau de surveillance sentinelle de la grippe au Sénégal. --- Diamilatou Thiam, Mbayame Niang, Ndongo Dia, Fatoumata Diene Sarr, Déborah Goudiab, Marie Louise Senghor, Davy Kiori, Tening

Plus en détail

L évolution du calendrier vaccinal Algérien: un modèle sur la réduction des maladies transmissibles infantiles.

L évolution du calendrier vaccinal Algérien: un modèle sur la réduction des maladies transmissibles infantiles. L évolution du calendrier vaccinal Algérien: un modèle sur la réduction des maladies transmissibles infantiles. M.TALEB ; S. BRADAI Faculté de Médecine de Sidi Bel Abbès (Algérie) Introduction la vaccination

Plus en détail

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES?

PEUT-ON VACINER CONTRE TOUS LES MICROBES? INTRODUCTION La vaccination, est la protection d'un individu sain avant qu'il ne contracte une maladie, elle constitue l'exemple idéal de la prévention des maladies. La vaccination confère au vacciné une

Plus en détail

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse

CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA GRIPPE SAISONNIERE 2015-2016 Dossier de presse الجمهوريةالجزائريةالديمقراطيةالشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارةالصحة, السكانوإصالحالمستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE DIRECTION GENERALE

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Faire le suivi du statut vaccinal de l usager hémodialysé. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures thérapeutiques.

Plus en détail

LA TUBERCULOSE EN 40 QUESTIONS

LA TUBERCULOSE EN 40 QUESTIONS 1 LA TUBERCULOSE EN 40 QUESTIONS Sommaire 1 La maladie et son histoire naturelle 2 Histoire naturelle de l infection Épidémiologie en France et dans le monde Modes de transmission Dépistage Traitement

Plus en détail

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger 1 Institut national de santé publique Année 2014 2 Sommaire 1- INTRODUCTION 3 2- METHODOLOGIE 4 2-1 Type d étude

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2012. Tableaux synoptiques 7 BEH -5 / 0 avril 0. Calendrier vaccinal 0. Tableaux synoptiques. Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 0 Recommandations générales Rattrapage Populations particulières

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS / DU CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE relatif à la vaccination par le vaccin

Plus en détail

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE

Vaccination et Grossesse. Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Vaccination et Grossesse Professeur Cheikh A Tidiane CISSE Objectifs 1-Enoncer la problématique de la vaccination au cours de la période gravido-puerpérale 2-Citer les 4 groupes de vaccins définis à partir

Plus en détail

EDS-MICS 2011 Note de présentation des résultats préliminaires

EDS-MICS 2011 Note de présentation des résultats préliminaires REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix- Travail- Patrie -------------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE -------------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace- Work- Fatherland -------------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

CORRECTION QCM CONF BACTERIO 30 SEPTMBRE 2010

CORRECTION QCM CONF BACTERIO 30 SEPTMBRE 2010 CORRECTION QCM CONF BACTERIO 30 SEPTMBRE 2010 1- Mycobactérium tuberculosis : a) Est une bactérie intracellulaire stricte (BK intra et extracellulaires) b) Sa pathogénicité est due à la production d enzymes

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1

Mieux protéger. Les vaccinations. de la maman, du bébé et de son entourage. autour de la naissance. D après le calendrier vaccinal 2013 1 Mieux protéger autour de la naissance Crédits photos : Fotolia - FRAN000000093 FR00825 - Juillet 2013 Les vaccinations de la maman, du bébé et de son entourage D après le calendrier vaccinal 2013 1 drier

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail

Lignes directrices canadiennes pour la tuberculose et les voyages aériens, version 2.0 (en vigueur en juin 2009)

Lignes directrices canadiennes pour la tuberculose et les voyages aériens, version 2.0 (en vigueur en juin 2009) Lignes directrices canadiennes pour la tuberculose et les voyages aériens, version 2.0 (en vigueur en juin 2009) Préambule Comme les cas non traités ou partiellement traités de tuberculose (TB) respiratoire

Plus en détail

Les actualités du Pharo 2015

Les actualités du Pharo 2015 LA VACCINATION DE L ENFANT DANS LA LUTTE ANTIRABIQUE, UNE ACTIVITE DE L UNITE : MEDECINE PREVENTIVE ET VACCINATION DU CHU DE TLEMCEN EN ALGERIE «2001-2014» N.Chabni, I.Cherif, H.benabderrahmane, L. Henaoui,

Plus en détail

Vaccination des enfants et des adolescents

Vaccination des enfants et des adolescents Information letter from the Norwegian Institute of Public Health No. 3 National vaccination programme in Norway French Last updated May 2010 www.fhi.no/publ/infoletter Vaccination des enfants et des adolescents

Plus en détail

Les systèmes de surveillance de la grippe en France. URM S 707 - Inserm UPMC www.sentiweb.fr

Les systèmes de surveillance de la grippe en France. URM S 707 - Inserm UPMC www.sentiweb.fr Les systèmes de surveillance de la grippe en France URM S 707 - Inserm UPMC www.sentiweb.fr Sommaire Pourquoi surveiller la grippe Les systèmes existants Un travail en commun Morbi-mortalité 10 000 années

Plus en détail

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire

Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire PCR Place de la chirurgie dans la prise en charge de la tuberculose ganglionnaire Chirurgie Nabil DRISS Service ORL, EPS Mahdia Tunis 29/11/2013 1 INTRODUCTION L atteinte ganglionnaire constitue, en Tunisie,

Plus en détail

Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg. la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité

Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg. la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité Présentation de trois rapports sur l état de santé au Luxembourg la santé périnatale la couverture vaccinale la mortalité Conférence de presse du 9 septembre 2010 Pourquoi évaluer l état de santé? Collecte

Plus en détail

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB Retour au sommaire des BEH de 1998 La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB V. Cerase*, I. Rebière* et les biologistes du réseau RENARUB *Réseau

Plus en détail

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes

Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes Chapitre 2 : Les défenses de l organisme face aux microorganismes De très nombreux microorganismes existent dans notre environnement. Certains sont inoffensifs, d'autres sont pathogènes, ils peuvent entraîner

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Tuberculose active

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Tuberculose active GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Tuberculose active Janvier 2007 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen

La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen MODALITES D ENQUETE DE DEPISTAGE AUTOUR DUN CAS DE TUBERCULOSE DECLARE EN COLLECTIVITE DE PERSONNES AGEES Maisons de retraite et EHPAD du Calvados Réunion du :20/11/2007

Plus en détail

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Dr A. BUONACCORSI Infirmière aux URGENCES DE NUIT FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Présentation d un cas clinique Risques Biologiques Travail de nuit Stress aux urgences FEMME ENCEINTE

Plus en détail

Recommandations d utilisation des tests Interféron : HCSP 1 er juillet 2011

Recommandations d utilisation des tests Interféron : HCSP 1 er juillet 2011 Recommandations d utilisation des tests Interféron : HCSP 1 er juillet 2011 Saisine DGS 18 mars 2009 Actualisation des Indications d utilisation des tests IGRA Dans le diagnostic de l ITL ITL récente :

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 Septembre 2013 REMERCIEMENTS Le Ministère de la Santé Publique et de la Population

Plus en détail

Souffle. édito. Tuberculose : toujours là, toujours mortelle N 60. Bulletin de liaison des amis du Comité contre les Maladies Respiratoires

Souffle. édito. Tuberculose : toujours là, toujours mortelle N 60. Bulletin de liaison des amis du Comité contre les Maladies Respiratoires Bulletin de liaison des amis du Comité contre les Maladies Respiratoires Souffle la lettre du NOVEMBRE 2010 N 60 P 2-6 p2-3 p4 p5 p6 Notre grand dossier La tuberculose Qu est-ce que la tuberculose? Tuberculose

Plus en détail

Vaccination en réanimation

Vaccination en réanimation Vaccination en réanimation CÉLINE PULCINI MCU-PH SERVICE D INFECTIOLOGIE CHU DE NICE PLAN 1. Épidémiologie de quelques maladies à prévention vaccinale 2. Réponse immunologique à la vaccination en réanimation

Plus en détail

Vaccins à tropisme respiratoire

Vaccins à tropisme respiratoire Vaccins à tropisme respiratoire Dr V BOISSERIE-LACROIX Vaccination antigrippale! Épidémiologie :! 30-40% des enfants! Taux d hospitalisation d 90-500/100 000! Risque lié à l âge (x 9

Plus en détail

La grippe aviaire Un risque de pandémie?

La grippe aviaire Un risque de pandémie? La grippe aviaire Un risque de pandémie? Liliane Boitel Octobre 2005 1 Définitions Épidémie grippale : forte augmentation dans l espace et dans le temps des cas de grippe Pandémie grippale : forte augmentation

Plus en détail

> Passeport pour la santé

> Passeport pour la santé SAATCHI & SAATCHI - PHOTOS : GETTY IMAGES - 313-06344-B - Août 2006 > Passeport pour la santé Le guide calendrier vaccinal des adolescents et des adultes Mis à jour au 1 er août 2006 2 3 Sommaire Vaccins

Plus en détail

PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires

PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires AUBERT Jean-Pierre, DI PUMPO Alexandrine, GERVAIS Anne, SANTANA Pascale, MAJERHOLC Catherine, MARCELLIN Patrick. JNI, Marseille, 5

Plus en détail

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus UNSPF Lucas Torreilles Juin 2013 Table des matières Introduction 5 I - I) Qu'est-ce que le cancer du col de l'utérus? 7 II - II) Épidémiologie

Plus en détail

Quelques Caractéristiques Épidémiologiques: Maladie saisonnière : pic hivernal de survenue brutale Propagation rapide d une communauté à une

Quelques Caractéristiques Épidémiologiques: Maladie saisonnière : pic hivernal de survenue brutale Propagation rapide d une communauté à une Les déterminants de la surveillance de la grippe (1) Quelques Caractéristiques Épidémiologiques: Maladie saisonnière : pic hivernal de survenue brutale Propagation rapide d une communauté à une autre.

Plus en détail

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 -

Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - INSTITUT PASTEUR DE MADAGASCAR Précisions sur les cas de peste dans la Commune Urbaine d Antananarivo - 06 février 2015 - Au cours de la semaine du 2 février, de nombreux articles au sujet de la peste

Plus en détail

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID Etude rétrospective des complications infectieuses, thrombotiques et mécaniques associées aux cathéters centraux insérés par voie périphérique (PICC) en onco-hématologie Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010

Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 Position actualisée de l OMS concernant les vaccins antirabiques Genève (Suisse) Août 2010 1 Introduction La note remplace celle publiée sur le même sujet dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire en

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

SEMINAIRE NATIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU NOUVEAU CALENDRIER NATIONAL DE VACCINATION

SEMINAIRE NATIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU NOUVEAU CALENDRIER NATIONAL DE VACCINATION الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE وزارة الصحة, السكان وإصالح المستشفيات MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE SEMINAIRE

Plus en détail

Pratique infirmière et santé communautaire à Casablanca

Pratique infirmière et santé communautaire à Casablanca Faculté des sciences infirmières Pratique infirmière et santé communautaire à Casablanca Présenté par: Vicki Mercille Nancy Da Silva Geneviève-Emmanuelle Menear Professeure responsable du stage: Bilkis

Plus en détail

«Si vous fermez les yeux fort et que vous voyez encore quelque chose, c est que c est une bonne affiche»

«Si vous fermez les yeux fort et que vous voyez encore quelque chose, c est que c est une bonne affiche» R etour CATALOGUE DES AFFICHES «Si vous fermez les yeux fort et que vous voyez encore quelque chose, c est que c est une bonne affiche» B. Villemot 1 Les vaccinations mettent à l abri de nombreuses maladies

Plus en détail

Infections Urinaires Quoi de neuf?

Infections Urinaires Quoi de neuf? Infections Urinaires Quoi de neuf? 6 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en établissement médico-sociaux Laurence Guet De nouvelles recommandations SPILF 2014 1. Recommandations

Plus en détail

PALUDISME PENDANT LA GROSSESSE EN AFRIQUE

PALUDISME PENDANT LA GROSSESSE EN AFRIQUE PALUDISME PENDANT LA GROSSESSE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE: INFLUENCE DU CALENDRIER D ADMINISTRATION DU TRAITEMENT PRÉVENTIF INTERMITTENT BICH-TRAM HUYNH, MD PHD ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE, 4 DÉCEMBRE

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité technique des vaccinations Réseau Mater Sud Est- Lyon 24 novembre 2009

Plus en détail

CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre le Cancer de Haute-Normandie

CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre le Cancer de Haute-Normandie IX ème Journée Régionale de Prévention des Infections Liées aux Soins 14 avril 2011 Cathéter central inséré par voie périphérique Ch. Gorge, Ch. Gray, S. Leroy CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique État au 02.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Plus en détail

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux.

DEFINITION. La vaccination est une préparation antigénique qui. à un agent infectieux. Anna Jagusiak GENERALITES DEFINITION La vaccination est une préparation antigénique qui à un agent infectieux. CLASSIFICATION VACCINS VIVANTS ATTENUES Protection immunitaire proche de celle suivant une

Plus en détail

ETUDE DE LA FREQUENCE DES AFFECTIONS PROFESSIONNELLES DE MECANISME ALLERGIQUE DANS UN ETABLISSEMENT DE SOINS

ETUDE DE LA FREQUENCE DES AFFECTIONS PROFESSIONNELLES DE MECANISME ALLERGIQUE DANS UN ETABLISSEMENT DE SOINS ETUDE DE LA FREQUENCE DES AFFECTIONS PROFESSIONNELLES DE MECANISME ALLERGIQUE DANS UN ETABLISSEMENT DE SOINS A. Semid,, D. Nafai,, F. Djouadi M. Miloudi,Y. Aouchiche CHU de Bab El Oued, Alger Introduction

Plus en détail

Préparation en cas de grippe pandémique : échange des virus grippaux et accès aux vaccins et autres avantages

Préparation en cas de grippe pandémique : échange des virus grippaux et accès aux vaccins et autres avantages CONSEIL EXÉCUTIF EB138/21 Cent trente-huitième session 8 janvier 2016 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Préparation en cas de grippe pandémique : échange des virus grippaux et accès aux vaccins et

Plus en détail

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT

LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT LA SANTÉ DE LA MÈRE ET DE l ENFANT Données issues des certificats de santé 8 ème jour, 9 ème et 24 ème mois Ce document a été réalisé à partir des données épidémiologiques concernant les enfants domiciliés

Plus en détail

HUG - Direction des Soins - 2008-2009. Principes de base de la préparation d injectables. Les dispositifs.

HUG - Direction des Soins - 2008-2009. Principes de base de la préparation d injectables. Les dispositifs. Direction des Soins Faculté de Médecine SEMINAIRE INTERACTIF - GESTES TECHNIQUES 3 Principes de base de préparation d injections, Injections intra dermiques (ID) et sous cutanées (SC) chez l adulte et

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet Vaccinations et grossesse C.Chatelet L Idéal en préconceptionnel S assurer vaccinations réglementaires. Vacciner patientes à risques hépatites A, B et pneumocoques. Vacciner les «voyageurs potentiels»,

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Vaccination anti-vhb obligatoire : personnes concernées es 4 Les personnels EXPOSES

Plus en détail

Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse

Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse RECOMMANDATIONS EN SANTE PUBLIQUE Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse SYNTHÈSE Octobre 2009 1 Les recommandations et synthèse de cette évaluation

Plus en détail

Parents Note H1N1 : n o 3

Parents Note H1N1 : n o 3 École secondaire Rosemère et écoles primaires McCaig et Pierre Elliott Trudeau Parents Note H1N1 : n o 3 Destinataires : Tous les parents de l école secondaire Rosemère et des écoles primaires McCaig et

Plus en détail

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant

Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital. Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Transmission interhumaine du virus grippal en unités s de soins à l hôpital Édouard Herriot de 2004 à 2008: la place du soignant Sylvie Monier UHE-Hôpital Hôpital Edouard Herriot JNI-11.06.2009 INTRODUCTION

Plus en détail

Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes 1 Plan 1. Définition 2. Epidémiologie 3. Histoire naturelle de la maladie 4. Diagnostic 5. Prévention 6. Traitement 2 1- Définition

Plus en détail

Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies

Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies Prévention des Maladies Infectieuses - Vaccinations - Lutte contre les Epidémies Cours IFSI clinique 2010-2011 Maladies Infectieuses et Tropicales - S3 Dr Sébastien Gallien Service de Maladies Infectieuses

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Facteurs associés aux formes disséminées de tuberculose sous anti-tnf alpha : étude cas-témoin nichée dans la cohorte RATIO.

Facteurs associés aux formes disséminées de tuberculose sous anti-tnf alpha : étude cas-témoin nichée dans la cohorte RATIO. Facteurs associés aux formes disséminées de tuberculose sous anti-tnf alpha : étude cas-témoin nichée dans la cohorte RATIO. F. Danion, F. Tubach, C. Rivoisy, X. Mariette, D. Salmon, O. Lortholary, C.

Plus en détail

Education des patients immunodéprimés traités par immunoglobulines Copol Edith IDE, Hôpital St Louis

Education des patients immunodéprimés traités par immunoglobulines Copol Edith IDE, Hôpital St Louis Education des patients immunodéprimés traités par immunoglobulines Copol Edith IDE, Hôpital St Louis Sommaire I- Préambule II- Cas de Mme B III- Education du patient IV- Suivi à domicile V-Conclusion I.Préambule

Plus en détail

D1/L3 Médecine UE «Santé, Société, Humanité» Module Santé Publique

D1/L3 Médecine UE «Santé, Société, Humanité» Module Santé Publique D1/L3 Médecine UE «Santé, Société, Humanité» Module Santé Publique Grands programmes de prévention et de dépistage VACCINATIONS Pr François DABIS (ISPED) francois.dabis@isped.u-bordeaux2.fr 1 D1/L3 Médecine

Plus en détail

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG Généralités Epidémiologie Facteurs de risque des Contaminations Professionnelles Généralités et définitions Objectif : éviter la transmission au personnel soignant d infections

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. CYD14 study

COMMUNIQUE DE PRESSE. CYD14 study COMMUNIQUE DE PRESSE CYD14 study Le candidat vaccin dengue développé par Sanofi Pasteur passe avec succès la dernière étape de l étude d efficacité clinique de phase III conduite en Amérique latine - La

Plus en détail

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole Termes de Reference Recrutement d un bureau d étude ou une institution pour l Enquête de Couverture Vaccinale (ECV) post campagne Rougeole en Mauritanie 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Lors de l assemblée

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 ASPECTSENIMAGERIEDE EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 Hantous-Zannad S., Trabelsi S., Ridène I., Zidi A, Baccouche I., Belkhouja K., Ben Romdhane K., Besbes M., Ghedira H., Ben Miled-M

Plus en détail

Approche préventive des dystocies osseuses à Douala, Cameroun

Approche préventive des dystocies osseuses à Douala, Cameroun Approche préventive des dystocies osseuses à Douala, Cameroun Dr ESSOME Henri Gynécologue-Obstétricien Hôpital Laquintinie - Douala Training Course in Reproductive Health Research WHO 2008 Société coopérative

Plus en détail

LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE

LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE INFORMATION aux PARTENAIRES SOCIAUX et MEDICO SOCIAUX CPMI PASS Miséricorde CAEN 12 Octobre 2011 ARS BN Dr Salaün Marie-Anne, médecin coordinateur Fanny Appia,interne en médecine

Plus en détail

Cas clinique n 1. Cas prototypique. Dr D. Caprini Dr C. Casta

Cas clinique n 1. Cas prototypique. Dr D. Caprini Dr C. Casta Cas clinique n 1 Cas prototypique Dr D. Caprini Dr C. Casta Mme N. se présente le 15/09/12 à la consultation pour Noémie, née le 10/11/2011 : «Noémie ne marche pas encore alors que le fils de ma voisine

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente La vaccination antigrippale des professionnels de santé Quelques chiffres Grippe et Vaccination Mythes et réalités E Seringe Arlin Idf Journée Ehpad 3/04/2014 Quelques idées reçues (IR) IR1. Maladie peu

Plus en détail

Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude

Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude Vaccinations et voyage chez le patient infectépar le VIH Pr Sophie Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales Hôpital Bichat-Claude Bernard Cas clinique Mr X, 38 ans, homosexuel, infectépar

Plus en détail

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d'affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique

La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique Mongeat A, Delettre D, Beaufrère M-C, Schikowski D, Beytout J La rougeole est une maladie

Plus en détail

La vaccination des immunodéprimés. N. Viget DUACAI 17/4/2015

La vaccination des immunodéprimés. N. Viget DUACAI 17/4/2015 La vaccination des immunodéprimés N. Viget DUACAI 17/4/2015. Liens d intérêts : congrès Giléad, Janssen, MSD, Viiv. 16/04/2015 Les immuno-déprimés Nombre croissant de patients Chimiothérapies pour tumeurs

Plus en détail

Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant que vous ou votre enfant ne soit vacciné.

Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant que vous ou votre enfant ne soit vacciné. NOTICE ANSM - Mis à jour le : 17/06/2009 Dénomination du médicament VACCIN BCG SSI, poudre et solvant pour suspension injectable Encadré Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant

Plus en détail

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Entre médecine humaine et médecine vétérinaire: l usage et l abandon de la vaccination dans la prophylaxie de la tuberculose

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive.

Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Vaccination des voyageurs dont la sérologie VIH est positive. Pr Jean Beytout Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Ferrand. Comité Technique des Vaccinations Conclusion Le principal

Plus en détail

Corticoïdes et vaccination

Corticoïdes et vaccination Corticoïdes et vaccination Corticoïdes Type? Topique Infiltration Inhalation Voie générale Dose? Type de vaccin V. inactivé V. vivant atténué Fièvre jaune ROR Tuberculose Varicelle Durée de traitement?

Plus en détail