Guide pour la surveillance et l'entretien courant des ouvrages d'art liés à la voirie ou son exploitation à l usage des communes et des communautés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide pour la surveillance et l'entretien courant des ouvrages d'art liés à la voirie ou son exploitation à l usage des communes et des communautés"

Transcription

1 Guide pour la surveillance et l'entretien courant des ouvrages d'art liés à la voirie ou son exploitation à l usage des communes et des communautés de communes Direction départementale des Territoires juin 2012

2 Guide pour la surveillance et l'entretien courant des ouvrages d'art liés à la voirie ou son exploitation Sommaire I GÉNÉRALITÉS I.1 - Définitions I.2 - Domanialité I.3 - Connaissance et gestion du patrimoine d'ouvrages d'art II L'ORGANISATION DE LA SURVEILLANCE II.1 - La surveillance continue II.2 - Les actions systématiques de surveillance II.3 - Les actions conditionnelles de surveillance III L'ENTRETIEN COURANT III.1 - Définition III.2 - Les opérations d'entretien courant IV L'ENTRETIEN SPECIALISE ET LES REPARATIONS IV.1 - L'entretien spécialisé IV.2 - Les réparations V ANNEXES AU PRÉSENT GUIDE Annexe 1 : logigramme de gestion des ouvrages d'art Annexe 2 : modèle de PV de contrôle périodique d'ouvrage Annexe 3 : fiches méthodologiques pour l'entretien courant 1

3 I GÉNÉRALITÉS Les ouvrages d'art routiers représentent un patrimoine important des collectivités gestionnaires de voirie car ils sont indispensables à la continuité et/ou la protection des voies de circulation. Le défaut d entretien des ouvrages d art communaux ou communautaires peut avoir des conséquences importantes pour la sécurité des personnes et des biens et la responsabilité des représentants des collectivités, mais aussi des conséquences financières lourdes en cas de détérioration importante voire de ruine de l ouvrage. Une bonne connaissance de leur état ainsi que la mise en œuvre d un entretien préventif sont de nature à prévenir leur dégradation et donc les incidents. En outre, les conditions d exploitation et la qualité de leur entretien allongent sensiblement leur durée de vie. Une action d assistance à la connaissance du patrimoine d'ouvrages d'art a été mise en oeuvre par la DDE envers les collectivités lors du conventionnement ATESAT , elle s'est concrétisée par la remise d un inventaire du patrimoine d'ouvrages d'art communaux ou communautaires liés à la voirie ou son exploitation (ponts d'ouverture supérieure à 2 mètres et murs de soutènement dont la hauteur visible dépasse 2 mètres) et d une première évaluation générale de son état. L enjeu pour les représentants des collectivités est à présent de réfléchir à la mise en place d'une politique de gestion du patrimoine d'ouvrages d'art à travers l'organisation de la surveillance et d'une politique d entretien régulier du patrimoine. A ce titre, il peut s'avérer judicieux pour les collectivités de réfléchir au regroupement des interventions, au niveau intercommunal, afin d'optimiser les dépenses à engager et en vue de mutualiser une compétence spécifique sur un patrimoine suffisamment étendu. I.1 - Définitions Dans le domaine routier, un ouvrage d art est une construction de génie civil autre qu un bâtiment qui permet d assurer et/ou de protéger la continuité d une voie de circulation. Il existe trois grands types d'ouvrages d'art : les ponts (qui comprennent également les buses), les ouvrages de soutènement et les tunnels (qui englobent également les tranchés couvertes). Pont : ouvrage permettant à une voie de circulation de franchir un obstacle naturel ou une autre voie de circulation. Un pont routier comprend 4 parties principales : les abords et la zone d'influence de l'ouvrage : il s'agit des talus, chaussées, remblais contigus à l'ouvrage ainsi que les ouvrages éloignés dont le bon fonctionnement conditionne l'état de l'ouvrage. Pour les petits ouvrages, l'état des abords est souvent très révélateur du bon fonctionnement de la structure de l'ouvrage. Les appuis et fondations : les appuis ont pour principale fonction de transmettre les charges verticales et horizontales du tablier aux fondations. Les appuis d'extrémités, ou culées comprennent des murs qui transmettent des efforts horizontaux de 2

4 poussée des terres. La structure porteuse est constituée d'un tablier qui porte les voies de circulation : il peut être constitué en voûte de maçonnerie, en béton armé, en métal... Les équipements sont des éléments ajoutés à la structure et nécessaires à sa conservation, son usage ou son exploitation : dispositifs de collecte et d'évacuation des eaux : gargouilles, cunettes, garde-corps, trottoirs, corniches, joints de chaussées, signalisation... Illustration 1: morphologie générale d'un pont voûte en maçonnerie de pierre Illustration 2: pont dalle 3

5 Buse : ouvrage hydraulique ou routier de forme tubulaire, en béton armé, en métal ou en maçonnerie, au sein d'un remblai. Les buses peuvent être circulaires, rectangulaires ou de forme ovoïde Illustration 3: buse métallique à Choux Ouvrages «murs» de soutènement : Ouvrages destinés à soutenir des terres, réalisés en élévation ou en excavation. Illustration 4: mur de soutènement à Jeurre 4

6 les tunnels ne seront pas traités dans ce guide car les communes et communautés de communes ne sont pas gestionnaires de ce type d'ouvrages, en outre leur gestion ne relève pas d'une surveillance et d'un entretien courant mais requiert des techniques spécifiques à ce type d'ouvrages et donc le recours à des prestataires spécialisés. I.2 - Domanialité des ouvrages d'art Domanialité des ponts Le Conseil d État adopte une jurisprudence constante : le pont et le mur, et plus généralement les ouvrages d art attenants à une voirie constituent une dépendance de la route qu ils supportent car nécessaires à la conservation et à l exploitation de celle-ci. Il en résulte que le propriétaire de l'ouvrage est le gestionnaire de la voie portée qui est tenu de prendre toutes mesures nécessaires pour maintenir l ouvrage en bon état d entretien et assurer la sécurité à l égard des tiers. Les mesures nécessaires sur ouvrages d art comprennent les mesures d urgence (mise en sécurité à l occasion d un événement exceptionnel) et les mesures de surveillance et d entretien. Les maîtres d ouvrages peuvent toutefois convenir entre eux, de conventions de gestion afin de répartir les frais de surveillance et d entretien. Trois cas particuliers existent : les sociétés concessionnaires d autoroutes qui ont la charge de l entretien de leurs passages supérieurs, car cela est explicitement prévu dans les contrats de concession ; les passerelles piétonnes qui appartiennent à la collectivité qui en a l usage, et les passerelles permettant de traverser les voies ferroviaires ; les passages à faune surplombant une voie qui sont rattachés au domaine public, même si ce sont des passages supérieurs. ATTENTION : une convention de gestion ne peut en aucun cas libérer le maître d ouvrage de la voirie portée des responsabilités qui lui incombent en tant que propriétaire de cette voie de circulation et des ouvrages qui la supportent. Si besoin, le maître d ouvrage gestionnaire doit établir des conventions pour visiter les ouvrages qui franchissent les infrastructures d un autre maître d ouvrage gestionnaire. Domanialité des murs Lorsqu un mur se situe dans l emprise du domaine public de la collectivité territoriale concernée, il lui appartient. Mais il est parfois difficile de fixer précisément la limite du domaine public notamment en raison de l ancienneté du réseau ou des propriétés privées qui sont riveraines. Pour aider à déterminer leur domanialité, le maître d ouvrage s appuie sur l acte de propriété : s il existe un titre de propriété privée et en l absence de tout acte de procédure administrative ayant transféré la propriété du mur dans le domaine public, l ouvrage appartient au particulier propriétaire du terrain d assiette du mur de soutènement. À défaut de titre de propriété, la jurisprudence administrative s applique : le mur qui soutient des terres privées appartient au riverain, celui qui soutient la route appartient à la collectivité gestionnaire de la route. Toutefois s il apparaît que la construction du mur a répondu à la seule utilité de la protection du domaine public et a été construit par et pour le compte de la collectivité gestionnaire de la 5

7 route, le mur est un accessoire de la voie et appartient donc au domaine public. I.3 Connaissance et gestion du patrimoine d'ouvrages d'art Le maintien de la sécurité d'usage d'un ouvrage relève de la responsabilité civile et pénale du maître d'ouvrage en cas de préjudice grave pour la sécurité des usagers. Ce maintien nécessite la mise en oeuvre d'une organisation de la surveillance et d'une politique d'entretien du patrimoine des ouvrages d'art. Le préalable à toute politique de gestion de patrimoine pour un maître d'ouvrage est la connaissance du patrimoine, obtenue à travers la réalisation d'un inventaire et une caractérisation des ouvrages. Cette inventaire et cette caractérisation a été réalisée par la DDE dans le cadre de l'atesat dans le cadre de la convention ATESAT Pour chaque collectivité éligible à l'atesat et propriétaire d'ouvrages, il a été procédé : au recensement des ouvrages, à la description de chacun des ouvrages décrite dans une fiche d'ouvrage remise à la collectivité : nom, localisation, voie portée, obstacle franchi ; type d'ouvrage, structure, caractéristiques physiques et techniques ; caractérisation de l'état de l'ouvrage ; préconisions d'interventions à mettre en oeuvre La collectivité dispose donc d'un inventaire de son patrimoine et d'une première caractérisation de celui-ci. Il appartient à la collectivité de compléter la description des ouvrages réalisée par la DDE dans le cadre de l'atesat, pour les ouvrages à structure simple présentant des problèmes (ouvrages classés en liste A à problème) et pour les ouvrages à structure complexe (ouvrages classés en liste B) en faisant réaliser une inspection détaillée de ces ouvrages voire un diagnostic si des travaux de réparation sont nécessaires par un bureau d'étude spécialisé (se reporter au logigramme de gestion des ouvrages en annexe 1 au présent guide). Il appartient également à la collectivité d'actualiser tout au long de la vie de l ouvrage ces données, à travers la mise en place et la gestion de dossiers d'ouvrages, contenant l'ensemble des informations utiles à la gestion de l'ouvrage : caractéristiques, plans, interventions effectuées (surveillance, contrôles, inspections détaillées, entretien, réparations). La traçabilité des informations est la condition de la bonne organisation de la surveillance du patrimoine et de la mise en oeuvre d'une politique d'entretien efficace. 6

8 II ORGANISATION DE LA SURVEILLANCE La surveillance de l'état des ouvrages d'art est déterminante pour l'entretien du patrimoine et la sécurité des usagers; elle doit donc avoir un caractère systématique. Elle a pour objet de s assurer que chaque ouvrage est dans un état conforme à ce pour quoi il a été construit et offre aux personnes qui l empruntent, ou qui circulent à ses abords, des conditions de sécurité satisfaisantes. La surveillance des ouvrages d art passe par des contrôles et des examens permettant de suivre son état afin de réaliser en temps utile les opérations d'entretien et, le cas échéant, de déclencher les mesures de sécurité nécessaires. Le maire ou le président de la communauté de communes est responsable de l organisation de la surveillance qui doit s appliquer à tous les ouvrages d art dont il est le propriétaire. Cette organisation doit être le fruit d'une réflexion au regard les moyens de la collectivité, l'importance du patrimoine d'ouvrage d'art, les enjeux que présentent les différents ouvrages dans le fonctionnement du réseau de la collectivité. Les communes et communautés de communes disposent des procès-verbaux de visites initiales sommaires réalisées par la DDE sur les ouvrages d'art dans le cadre de l'atesat. Ces données, complétées par les résultats des inspections détaillées réalisées sur les ouvrages à problème ou à structure complexe doivent servir de base une réflexion sur l'organisation de la surveillance du patrimoine d'ouvrages d'art. II.1- La surveillance continue Dans un souci d économie et d efficacité, il y a tout intérêt à repérer et à traiter au plus vite les désordres affectant les ouvrages pour éviter toute dégradation supplémentaire ou tout incident. Or, une situation manifestement anormale, comme : un arrachement d une partie du garde-corps d un pont, un trou dans la chaussée ou la dégradation d un équipement d assainissement,... peut souvent être détectée facilement par quiconque circulant sur l ouvrage. Il y a donc tout intérêt à ce que la collectivité s organise pour que l information recueillie soit portée à sa connaissance et traitée dans les meilleurs délais. De même, la traçabilité des interventions est recommandée : information de départ, décisions prises, actions effectuées,... Dans ce cadre, suivant ses moyens techniques et la typologie de son patrimoine, le maître d ouvrage peut mettre en place le principe d une surveillance continue qui met à profit les tournées de ses agents les mieux placés pour exercer une telle vigilance. II.2 - Les actions systématiques de surveillance Les actions systématiques de surveillance font l objet d une programmation suivant une périodicité définie par le maître d ouvrage. Elles comprennent : 7

9 Le contrôle périodique concrétisé par un procès verbal ou un rapport synthétique; ce contrôle, voulu simple, réalisé sans moyens d accès particulier, peut être effectué par les équipes chargées de l entretien de la voirie sous réserve d une formation préalable. Périodicité : 1 fois par an Le contrôle périodique s applique à tous les ouvrages d'art s'ils ne font pas la même année l'objet d'une autre action (Inspection Détaillée Périodique ou exceptionnelle). Les objectifs du contrôle sont de permettre de : déceler l'évolution manifeste des désordres déjà constatés; constater des désordres graves présentant une menace; permettre de relever la nature des travaux d'entretien courant et des petits travaux d'entretien spécialisé à réaliser. Le contrôle périodique doit obligatoirement faire l'objet d'un constat qui mentionne : L'identification de l'ouvrage, La date de la visite, Les anomalies constatées ainsi que les signes d'évolution manifeste, Les parties de l ouvrage qui n ont pu être évaluées et pour quelles raisons (inaccessibilité, fondations immergées, présence de végétation,...). Un modèle de constat de contrôle périodique est joint en annexe au présent guide. Ce contrôle est réalisé par les agents désignés par le gestionnaire (commune ou communauté de communes) et ayant reçu une formation ou par un prestataire spécialisé. Il nécessite la connaissance du patrimoine et des ouvrages. Il peut être fait à l'occasion des opérations d'entretien courant et permet de programmer d'autres interventions, telles que l'ensemble des actions d'entretien courant et des travaux spécialisés. Toute visite de contrôle d'un ouvrage doit être réalisée par une équipe d'au moins deux personnes, pour raison de sécurité. Il est recommandé que les renseignements recueillis en matière de désordres fassent l'objet de relevés, de photos, de croquis permettant une appréciation des ditsdésordres. Toutes les opérations de contrôles (périodiques ou inspections détaillées) obligent à une bonne programmation des opérations de dévégétalisation qui doivent être effectuées avant les actions de surveillance. En cas d'anomalie grave de nature à mettre en cause la sécurité publique, les mesures de sauvegarde doivent prises sans délai par le gestionnaire (restriction de circulation, limitation de tonnage...) L'inspection détaillée périodique de l'ouvrage réalisée par des équipes ou bureaux d études spécialisés avec utilisation de moyens d accès. Périodicité : une fois tous les trois, six ou neuf ans à définir par le maître d'ouvrage selon le type d ouvrage, de sa sensibilité à son environnement et de son état relevé au cours des contrôles périodiques. L'objectif est d'établir un bilan de santé de l'ouvrage inspecté; des actions générales 8

10 relatives à l entretien courant ou spécialisé peuvent alors être définies. Au contraire du contrôle périodique, l inspection détaillée se veut exhaustive et, en conséquence, nécessite la mobilisation de moyens d accès. L'inspection détaillée comprend : La reconnaissance du site et la préparation de l intervention, L intervention, La rédaction d un procès verbal d inspection, La rédaction d une note de synthèse et sa restitution orale au maître d ouvrage Sa périodicité normale est de 6 ans, mais elle peut être ramenée à 3 ans pour les ouvrages sensibles ou malades ou portée à 9 ans pour les ouvrages les plus robustes. Tous les ouvrages doivent bénéficier d une inspection détaillée sur une période de dix ans au maximum. Cette action de surveillance nécessite l'intervention de personnels spécialisés et de matériels particuliers. La réalisation se fera de préférence par un prestataire spécialisé, car elle demande de mobiliser des moyens d accès (moyens nautiques, passerelles ou nacelles de visite...) et d adapter les conditions d exploitation de l ouvrage pendant la visite. L objectif de cette visite ou inspection détaillée périodique est de vérifier : que l'état de l'ouvrage ne s'est pas anormalement dégradé, que les dispositifs assurant la sécurité des usagers sont dans un état acceptable, qu'il n'y a pas de désordres apparents menaçant la sécurité. II.3 - Les actions conditionnelles de surveillance Il s'agit d'action diligentées exceptionnellement par le maître d'ouvrage. Elles comprennent : les visites ou inspections exceptionnelles ou les investigations spécialisées réalisées lors d évènements exceptionnels: crues, glissements de terrain, orages violents, tornades, accident,..., ou en fonction des résultats des actions de surveillance systématiques; les actions de surveillance renforcées ou de haute surveillance qui concernent des ouvrages dans un état critique. La programmation de ces actions conditionnelles nécessite le conseil d un spécialiste ouvrages d art afin de cadrer les objectifs, les conditions de réalisation et les résultats à obtenir. L'objectif est de compléter les actions classiques de surveillance organisée ou de fournir des résultats utiles à la réalisation d une étude de grosse réparation. Le déclenchement d une action de surveillance conditionnelle est décidé après examen d un procès verbal de contrôle périodique, d une inspection détaillée, à la suite de phénomènes naturels susceptibles d endommager un ouvrage (par exemple : crue, glissement de terrain, ), ou à cause de circonstances particulières (par exemple : ouverture d'un chantier à proximité, passage d'un convoi exceptionnel, survenue d un accident,...). 9

11 III ORGANISATION DE L'ENTRETIEN COURANT III.1 Définition L entretien courant comprend des tâches régulières et systématiques et des tâches conditionnées par l environnement et l usage des ouvrages. Il ne nécessite pas l application de techniques spéciales ni de moyens spéciaux et ne concerne pas les interventions structurelles. Les interventions sont réalisées périodiquement en fonction d'un calendrier. L'entretien courant des ouvrages doit être réalisé une fois par an. L'eau et la végétation constituent les principales causes de dégradation des ouvrages d'art. Les opérations d'entretien courant visent principalement à remédier à ces attaques, afin de faire en sorte : que l'eau soit évacuée le plus efficacement possible de l'ouvrage afin qu'elle ne pénètre pas dans la structure ; d'éliminer la végétation sur l'ouvrage et aux abords car elle désorganise les structures par ses racines et emprisonne l'humidité L entretien courant peut être réalisé par le maître d ouvrage en régie (par exemple, les équipes d'exploitation chargées de la voirie) ou par un prestataire extérieur. Pour être bien conduit, l'entretien courant des ouvrages d'art doit être effectué: par une équipe habituée à ce genre de travaux, encadrée par un chef d'équipe ayant acquis une bonne connaissance des ouvrages; par une équipe disposant du matériel adapté; suivant un programme préétabli par itinéraire ou par nature d'intervention; au moment opportun : par exemple, le nettoyage des ouvrages peut avantageusement trouver sa place en fin d'hiver, mais aussi à l'automne et comprendre la vérification des dispositifs d'évacuation des eaux. Toute intervention sur un ouvrage doit être réalisé par une équipe d'au moins deux personnes, pour raison de sécurité. Pratiquement toutes les opérations d entretien courant peuvent être programmées. Elles doivent donner lieu à l'établissement d'un constat qui mentionne notamment : l identification de l ouvrage, la date de l intervention, l indication des opérations effectuées. Ce constat peut être regroupé avec celui établi au titre de la visite de contrôle annuel; il peut également contenir des indications sur l'entretien spécialisé à effectuer. III.2 Les opérations d'entretien courant Il s'agit des opérations suivantes : élimination de toute végétation nuisible sur l'ensemble de l'ouvrage et à ses abords (perrés, talus) (PONTS et MURS); 10

12 nettoyage des dispositifs d'écoulement des eaux : gargouilles, barbacanes, fossés, caniveaux, drains... (PONTS et MURS) ; nettoyage des dépôts en rives de la chaussée et sur les trottoirs (PONTS et MURS) ; nettoyage des joints de chaussée, des joints de trottoirs et de leurs accessoires (PONTS) ; nettoyage des sommiers d'appui, de l'intérieur du tablier, s'il y a en a (PONTS) ; enlèvement des embâcles à l'amont des piles ne nécessitant pas de moyens spéciaux (PONTS); contrôle de l'état et nettoyage des dispositifs de retenue (garde-corps, glissières, barrières) et des accès de visite (trappes, portes, échelles, nacelles), s'ils existent (PONTS et MURS) ; contrôle des dispositifs de fixation des réseaux concessionnaires à l'ouvrages, s'il y en a (PONTS); nettoyage des graffitis et des affiches (PONTS et MURS); maintien en état de la signalisation relative à l'exploitation de l'ouvrage et située sur ses abords ou sur les voies (restrictions de circulation, de vitesse, limitation de tonnage...)(ponts et MURS) ; entretien courant de la chaussée sur ouvrage Des fiches pratiques pour la réalisation de l'entretien courant sont jointes en annexe 3 au présent guide. 11

13 IV ENTRETIEN SPECIALISE ET REPARATIONS L'entretien spécialisé et les réparations ne sont pas traités de manière détaillée dans le présent guide, il s'agit d'interventions programmées au vu des conclusions d'investigations réalisées dans le cadre de la surveillance (contrôle périodique, inspection détaillée périodique ou exceptionnelle) nécessitant le recours à des bureaux d'études et entreprises spécialisées. IV - 1 L'entretien spécialisé l entretien spécialisé comprend les interventions décidées et définies après réalisation de constats (contrôles périodiques, inspections détaillées périodiques, ) et nécessitant l'intervention d'une entreprise spécialisée. Les travaux correspondants sont souvent de faible importance; ils portent pour l essentiel sur les équipements et les éléments de protection, et également sur les défauts mineurs de la structure qui ne remettent pas en cause la capacité portante de l ouvrage. Ces travaux doivent être précédés d'une étude réalisée par un spécialiste (métré des éléments dégradés, calculs de vérification, ), préparés et exécutés avec beaucoup de soin par une entreprise spécialisée et surveillés avec attention. IV - 2 Les réparations La réparation consiste à remettre, partiellement ou totalement, un ouvrage altéré dans un état de service attendu. Elle doit être précédée : d'investigations, d'un diagnostic, d'une réflexion sur le choix du type de réparation, d une étude approfondie des différentes phases de la réparation, tenant compte notamment des conditions d'exploitation et servant à définir les conditions de réception et de contrôle de l'efficacité de la réparation dans le temps, réalisés par un bureau d'étude spécialisé dans la réparation des ouvrages d'art. Un maître d oeuvre spécialisé est requis pour cadrer le marché des travaux et surveiller leur réalisation. Les opérations sont réalisées par des entreprises spécialisées dans la réparation des ouvrages d'art. Toutes les réparations effectuées sur un ouvrage font l'objet d'un archivage dans le dossier de l'ouvrage. 12

14 IV ANNEXES AU PRESENT GUIDE Annexe 1 : logigramme gestion des ouvrages d'art Annexe 2 : modèle de PV de contrôle périodique d'ouvrage : pont et mur Annexe 3 : fiches méthodologiques pour l'entretien courant des ouvrages d'art Annexe 3-1 : élimination de toute végétation nuisible sur l'ensemble de l'ouvrage et à ses abords (perrés, talus) Annexe 3-2 : nettoyage des dispositifs d'écoulement des eaux : gargouilles, barbacanes, fossés, caniveaux, drains... Annexe 3-3 : nettoyage des dépôts en rives de la chaussée et sur les trottoirs Annexe 3-4 : nettoyage des joints de chaussée, des joints de trottoirs et de leurs accessoires Annexe 3-5 : nettoyage des sommiers d'appui, de l'intérieur du tablier Annexe 3-6 : enlèvement des embâcles à l'amont des piles ne nécessitant pas de moyens spéciaux Annexe 3-7 : contrôle de l'état et nettoyage des dispositifs de retenue (garde-corps, glissières, barrières) et des accès de visite (trappes, portes, échelles, nacelles), s'ils existent Annexe 3-8 : contrôle des dispositifs de fixation des réseaux concessionnaires à l'ouvrages Annexe 3-9 : nettoyage des graffitis et des affiches Annexe 3-10 : maintien en état de la signalisation relative à l'exploitation de l'ouvrage et située sur ses abords ou sur les voies Annexe 3-11 : entretien courant de la chaussée sur ouvrage 13

15 SYNOPTIQUE Guide pour la surveillance et l'entretien courant des ouvrages d'art Généralités pages 2-6 L'organisation de la surveillance pages 7-9 L'entretien courant pages L'entretien spécialisé et les réparations page 12 Annexes page 13 Annexe 1 : logigramme de gestion des ouvrages d'art Annexe 2 : modèle de PV de contrôle périodique d'ouvrage Annexe 2-1 : modèle de PV de contrôle périodique pont Annexe 2-2 : modèle de PV de contrôle périodique mur Annexe 3 : fiches méthodologiques pour l'entretien courant Annexe 3-1 : élimination de toute végétation nuisible sur l'ensemble de l'ouvrage et à ses abords Annexe 3-2 : nettoyage des dispositifs d'écoulement des eaux Annexe 3-3 : nettoyage des dépôts en rives de la chaussée et sur les trottoirs Annexe 3-4 : nettoyage des joints de chaussée, des joints de trottoirs et de leurs accessoires Annexe 3-5 : nettoyage des sommiers d'appui, de l'intérieur du tablier Annexe 3-6 : enlèvement des embâcles à l'amont des piles ne nécessitant pas de moyens spéciaux Annexe 3-7 : contrôle de l'état et nettoyage des dispositifs de retenue et des accès de visite Annexe 3-8 : contrôle des dispositifs de fixation des réseaux concessionnaires à l'ouvrages Annexe 3-9 : nettoyage des graffitis et des affiches Schéma 3-10 : maintien en état de la signalisation relative à l'exploitation de l'ouvrage et située sur ses abords ou sur les voies Schéma 3-11 : entretien courant de la chaussée sur ouvrage

Sétra. Surveillance et entretien courant des ouvrages d art routiers. juillet 2011

Sétra. Surveillance et entretien courant des ouvrages d art routiers. juillet 2011 Sétra Service d'études sur les transports, les routes et leurs aménagements juillet 2011 Surveillance et entretien courant des ouvrages d art routiers Page laissée blanche intentionnellement Guide technique

Plus en détail

Gestion des Ouvrages d Art Département du Nord

Gestion des Ouvrages d Art Département du Nord COTITA CG59 - CAMBRAI le 21 juin 212 Gestion des Ouvrages d Art Département du Nord COTITA CG59 - CAMBRAI le 21 juin 212 BOURBOURG Organisation du dispositif de Surveillance BOURBOURG BDOA : 12 agents

Plus en détail

GUIDE POUR LE CONTRÔLE ANNUEL

GUIDE POUR LE CONTRÔLE ANNUEL OUVRAGES D'ART GUIDE POUR LE CONTRÔLE ANNUEL ET L'ENTRETIEN COURANT Direction Départementale des Territoires - DDT de l'yonne Service Ingénierie d'appui aux Politiques Publiques Prioritaires / Unité Conseil

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

NOUVELLE RÉGLEMENTATION

NOUVELLE RÉGLEMENTATION NOUVELLE RÉGLEMENTATION Les principes fondamentaux des actions gouvernementales pour prévenir les risques liés aux endommagements des canalisations et réseaux sont portés par la loi Grenelle 2. Ces principes

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes RECOMMANDATION R 446 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

AGENT DE VOIRIE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS

AGENT DE VOIRIE POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE MISSIONS Direction des Ressources humaines AGENT DE VOIRIE DANS UN CENTRE D EXPLOITATION DÉPARTEMENTAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Routes Service : Centre Technique Départemental

Plus en détail

FIN DE CHANTIER DEFINITION DE LA RECEPTION

FIN DE CHANTIER DEFINITION DE LA RECEPTION FIN DE CHANTIER Article 1792-6 du Code civil DEFINITION DE LA RECEPTION «La réception est l'acte par lequel le maître de l'ouvrage déclare accepter l'ouvrage avec ou sans réserves. Elle intervient à la

Plus en détail

COMPETENCE INFRASTRUCTURES DE CHARGE POUR VEHICULES ELECTRIQUES

COMPETENCE INFRASTRUCTURES DE CHARGE POUR VEHICULES ELECTRIQUES ANNEXE D COMPETENCE INFRASTRUCTURES DE CHARGE POUR VEHICULES ELECTRIQUES Compétence exercée conformément à l article 3.4 des statuts du SDEC Energie autorisés par arrêté inter préfectoral en date du 4

Plus en détail

Plan de modernisation des installations industrielles

Plan de modernisation des installations industrielles Plan de modernisation des installations industrielles 1 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2 1 Contexte - Introduction

Plus en détail

CHAPITRE 11 USAGES ET CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES

CHAPITRE 11 USAGES ET CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES CHAPITRE 11 USAGES ET CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES 11.1 CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES AUTORISÉES Sont considérés comme des constructions temporaires, les constructions pouvant être démantelées à la cessation

Plus en détail

Pont routier de Condrieu

Pont routier de Condrieu Pont routier de Condrieu R.D. 28 R.D.4 69 Condrieu le Port les) Roches-de-Condrieu Condrieu Dossier IA69006627 réalisé en 2010 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

Commune de Senonches CURAGE ET INSPECTIONS TELEVISEES DU RESEAU D ASSAINISSEMENT. Marché public à procédure adaptée

Commune de Senonches CURAGE ET INSPECTIONS TELEVISEES DU RESEAU D ASSAINISSEMENT. Marché public à procédure adaptée Commune de Senonches Curage et inspection télévisée du réseau d assainissement de Senonches - CCTP 1 Commune de Senonches CURAGE ET INSPECTIONS TELEVISEES DU RESEAU D ASSAINISSEMENT Marché public à procédure

Plus en détail

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE Objectif d'une étude de sol sur site L'objectif d'une étude de sol d'avant projet de construction (étude géotechnique G12.) est de définir ta contrainte ou portance

Plus en détail

Conditions Générales Location d équipements terminaux

Conditions Générales Location d équipements terminaux Conditions Générales Location d équipements terminaux Vous trouverez dans le présent document les conditions générales qui s'appliquent à la location des équipements terminaux de Orange. Elles peuvent

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Mercuriale des prix de réparation des OA

Mercuriale des prix de réparation des OA Centre d études et d expertises sur les risques l environnement, la mobilité et l aménagement Direction Territoriale Ouest Club Régional Ouvrages d Art Saumur, 24 septembre 2014 Mercuriale des prix de

Plus en détail

Les branchements d assainissement sur l agglomération Vésulienne

Les branchements d assainissement sur l agglomération Vésulienne Les branchements d assainissement sur l agglomération Vésulienne Les branchements et le Code de la Santé Publique Les articles que nous utilisons le plus dans notre relation avec les abonnés sont les suivants

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN I - Données Générales INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN Rivalités entre réhabilitation, restauration et rénovation Au cours des dernières années, d'importantes études ont été entreprises dans les quartiers

Plus en détail

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE La mise en place d une politique d archivage offre des solutions pour assurer une gestion pérenne des archives. Ce guide de procédure doit : - servir de base

Plus en détail

Conditions Particulières de Maintenance. Table des matières. Ref : CPM-1.2 du 08/06/2011

Conditions Particulières de Maintenance. Table des matières. Ref : CPM-1.2 du 08/06/2011 Conditions Particulières de Maintenance Ref : Table des matières 1 CONDITIONS PARTICULIÈRES APPLICABLES AUX CONTRATS DE MAINTENANCE...2 1.1 Préambule...2 1.2 Obligations d'atreal et services rendus...2

Plus en détail

Le commentaire de Vélo Québec sur les recommandations à privilégier

Le commentaire de Vélo Québec sur les recommandations à privilégier Groupe de travail sur les transports actifs et alternatifs Sécurité des cyclistes Le commentaire de Vélo Québec sur les recommandations à privilégier Les notes qui suivent font suite aux travaux du Groupe

Plus en détail

069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE

069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE 069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE Centre de Ressources des Technologies de l'information pour le Bâtiment 069.1. Clauses techniques générales 069.2. Clauses techniques particulières

Plus en détail

Tours - les îlots. Généralités. Historique. Maître d'ouvrage Ville de Tours, puis les copropriétés concernées

Tours - les îlots. Généralités. Historique. Maître d'ouvrage Ville de Tours, puis les copropriétés concernées Tours - les îlots Généralités Maître d'ouvrage Ville de Tours, puis les copropriétés concernées Gestionnaire Syndic de copropriété Citya Beranger Linéaire 3 800 m Années de construction Construction des

Plus en détail

Gestion des temps de travail et de repos du personnel d exploitation des routes. Club COTITA Entretien, Exploitation et Sécurité du 10 octobre 2013

Gestion des temps de travail et de repos du personnel d exploitation des routes. Club COTITA Entretien, Exploitation et Sécurité du 10 octobre 2013 Gestion des temps de travail et de repos du personnel d exploitation des routes Club COTITA Entretien, Exploitation et Sécurité du 10 octobre 2013 Les textes réglementaires concernant les temps de travail

Plus en détail

Les types et niveaux de maintenance

Les types et niveaux de maintenance Les types et niveaux de maintenance Les types de maintenance La maintenance des équipements constitue une contrainte réglementaire pour les entreprises possédant des matériels sur lesquels travaillent

Plus en détail

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui Réf.: AF 826401 Monsieur le Président, Dans le cadre du contrôle des comptes et de la gestion du service départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien préalable avec le conseiller-rapporteur,

Plus en détail

Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux

Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux Des ingénieurs spécialisés enrichissant depuis plus de 15 ans une expérience unique du Géoradar et des techniques non destructives.

Plus en détail

VILLE DE FEYZIN ( Rhône ) Réfection d'un réseau d'évacuation d'eau usée. Place René LESCOT

VILLE DE FEYZIN ( Rhône ) Réfection d'un réseau d'évacuation d'eau usée. Place René LESCOT VILLE DE FEYZIN ( Rhône ) MAITRE D'OUVRAGE VILLE DE FEYZIN Réfection d'un réseau d'évacuation d'eau usée Place René LESCOT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUE PARTICULIERES (C.C.T.P) SOMMAIRE 1 OBJET DU MARCHE...3

Plus en détail

Réglement de voirie départementale

Réglement de voirie départementale Réglement de voirie départementale 1 SOMMAIRE TITRE I - LA DOMANIALITÉ 7 CHAPITRE 1 : CARACTÉRISTIQUES DU DOMAINE PUBLIC ROUTIER DÉPARTEMENTAL 7 ARTICLE 1 : Nature et affectation du domaine public routier

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE L ÉQUIPEMENT, DU TOURISME ET DE LA MER Arrêté du 15 janvier 2007 portant application du décret n o 2006-1658 du 21 décembre 2006

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

OUVRAGES D ART GUIDE POUR LE CONTRÔLE ANNUEL ET L ENTRETIEN COURANT

OUVRAGES D ART GUIDE POUR LE CONTRÔLE ANNUEL ET L ENTRETIEN COURANT OUVRAGES D ART GUIDE POUR LE CONTRÔLE ANNUEL ET L Introduction Le défaut d entretien des ouvrages d art communaux ou communautaires peut avoir des conséquences importantes pour la sécurité des biens et

Plus en détail

COMMUNE DE BERNAVILLE 16, RUE DU GENERAL CREPIN 80370 BERNAVILLE REHABILITATION DE RESEAUX D ASSAINISSEMENT

COMMUNE DE BERNAVILLE 16, RUE DU GENERAL CREPIN 80370 BERNAVILLE REHABILITATION DE RESEAUX D ASSAINISSEMENT MAITRE D OUVRAGE : COMMUNE DE BERNAVILLE 16, RUE DU GENERAL CREPIN 80370 BERNAVILLE REHABILITATION DE RESEAUX D ASSAINISSEMENT Agence d Albert 9 rue Hippolyte Devaux 80300 ALBERT Tel : 03 22 64 00 19 Fax

Plus en détail

Caractérisation technique du service

Caractérisation technique du service rapport sur le prix et la qualité du service public de l assainissement non collectif 2012 3 Caractérisation technique du service Présentation du territoire desservi Le service est géré au niveau communal

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE AUTORISATIONS DE VOIRIE. Compétences par type de police

FICHE TECHNIQUE AUTORISATIONS DE VOIRIE. Compétences par type de police FICHE TECHNIQUE AUTORISATIONS DE VOIRIE Des parties du domaine public routier peuvent être soustraites de l usage commun par des occupations privatives : pour des ouvrages affectant la conservation de

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL 4.6.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL concernant une demande de crédit de Fr. 700'000.- pour la réfection de la couverture du Bied sous la rue Georges-Favre, premier secteur carrefour Klaus

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État statuant au contentieux N 262046 Inédit au Recueil Lebon 7ème et 2ème sous-sections réunies Mlle Sibyle Petitjean, Rapporteur M. Boulouis, Commissaire du gouvernement M. Stirn, Président

Plus en détail

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail;

1 la loi: la loi du 4 août 1996 relative au bien-être des travailleurs lors de l'exécution de leur travail; Arrêté royal du 30 août 2013 fixant des dispositions générales relatives au choix, à l'achat et à l'utilisation d'équipements de protection collective (M.B. 7.10.2013) Chapitre I er. - Dispositions relatives

Plus en détail

CEP-CICAT 5 Février 2015. Lieutenant Jean-marc BRUCKERT - Service Prévention

CEP-CICAT 5 Février 2015. Lieutenant Jean-marc BRUCKERT - Service Prévention CEP-CICAT 5 Février 2015 Lieutenant Jean-marc BRUCKERT - Service Prévention EVACUER EN TOUTE SECURITE ESPACES D ATTENTE SECURISES SOLUTIONS EQUIVALENTES CAS D EXONERATION ERP CODE DU TRAVAIL IGH Introduction

Plus en détail

CONVENTION POUR L ENTRETIEN D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

CONVENTION POUR L ENTRETIEN D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CONVENTION POUR L ENTRETIEN D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Entre : - La COMMUNAUTÉ DES COMMUNES GIENNOISES, propriétaire des ouvrages d'assainissement, représentée par son Président

Plus en détail

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction

AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER OU MODIFIER UN ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (ERP) guide d'aide pour l'instruction Direction Départementale des Territoires Cher Service Urbanisme Habitat Ville Bureau Construction Accessibilité 6, place de la Pyrotechnie 18019 BOURGES CEDEX AUTORISATION DE TRAVAUX POUR CONSTRUIRE, AMENAGER

Plus en détail

La Garantie Dommages Ouvrage. Notre offre, la Procédure et les règles de souscription.

La Garantie Dommages Ouvrage. Notre offre, la Procédure et les règles de souscription. La Garantie Dommages Ouvrage Notre offre, la Procédure et les règles de souscription. Ce document vous présentera toutes les informations nécessaires pour permettre à vos clients de soucrire une Police

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Section 2 : Exposition à l'amiante dans les immeubles bâtis Sous-section 1 : Immeubles construits avant le 1er janvier 1980 Article R1334-14 : Les articles de la présente sous-section

Plus en détail

Article 1. Le présent règlement vise à réglementer les modalités de raccordement des eaux usées et le cas échéant pluviales à l'égout.

Article 1. Le présent règlement vise à réglementer les modalités de raccordement des eaux usées et le cas échéant pluviales à l'égout. Ville de Limbourg Règlement communal visant à organiser le raccordement des particuliers à l égout Adoption lors de la séance du Collège communal du 26 juin 2014. I. Portée du règlement communal Article

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 3/11 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 26 Mars 2010 Commission n 3 Transports, Déplacements et Voirie Commission n 7 Finances DIRECTION PRINCIPALE DES ROUTES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

GEMAPI point d actualité juridique et opérationnelle

GEMAPI point d actualité juridique et opérationnelle GEMAPI point d actualité juridique et opérationnelle Aurélia MINESCAUT Avocat associé Sébastien LOUCHE Consultant WCF du 17 juin 2015 Définition de la compétence GEMAPI Rappel de la définition législative

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières Ville de Cysoing Hôtel de Ville 2, place de la République BP 67 59830 CYSOING Tél : 03.20.79.44.70. Fax : 03.20.79.57.59. N Cys SERVICES D'ENTRETIEN D'ASSAINISSEMENT DES BATIMENTS ET INFRASTRUCTURES MUNICIPAUX

Plus en détail

Les obligations de l'exploitant

Les obligations de l'exploitant Guide technique : Sécurité > Les obligations de l'exploitant > Les obligations de l'exploitant Les obligations de l'exploitant L exploitant assiste aux visites de la commission de sécurité, ou s y fait

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

1 TRAVAUX PREPARATOIRES

1 TRAVAUX PREPARATOIRES 1 TRAVAX PREPARATOIRES 1.1 Installation de chantier J 100 1.2 Implantation et récolement du projet J 30 1.3 Nettoyage et débrousaillage du terrain sur emprise des Travaux m2 100 1.4 Démolition d'ouvrages

Plus en détail

CAP Serrurier-métallier REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES

CAP Serrurier-métallier REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES PRESENTATION DES ACTIVITES ET TACHES ACTIVITES : TACHES 1 - Prendre connaissance des documents, des consignes écrites et orales. 2 - Relever des cotes pour l'exécution

Plus en détail

L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892

L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892 L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892 Guide juridique et pratique pour les interventions publiques sur terrains privés Généralités La loi du 29 décembre 1892

Plus en détail

Voyager en voiture : louer un véhicule

Voyager en voiture : louer un véhicule Les fiches pratiques de la concurrence et de la consommation Voyager en voiture : louer un véhicule Avant la location Comparer les offres des loueurs (en agence ou sur sites Internet) : s informer sur

Plus en détail

Convention relative à la vidange et à l entretien d une installation d assainissement non collectif

Convention relative à la vidange et à l entretien d une installation d assainissement non collectif Communes à signer la convention à passer avec les usagers concernés ; Il a été convenu ce qui suit : L usager, M, Mme, déclare occuper la propriété désignée ci-après, dont il est seul propriétaire ou a

Plus en détail

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime Le SPANC Communauté de communes des Versants d Aime Créé en 2012, le Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de la communauté de communes des Versants d Aime est un service industriel et

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A LA REALISATION DU DIAGNOSTIC D ARCHEOLOGIE PREVENTIVE «[intitulé de l opération]»

CONVENTION RELATIVE A LA REALISATION DU DIAGNOSTIC D ARCHEOLOGIE PREVENTIVE «[intitulé de l opération]» CONVENTION RELATIVE A LA REALISATION DU DIAGNOSTIC D ARCHEOLOGIE PREVENTIVE «[intitulé de l opération]» ENTRE LES SOUSSIGNES, Le Département des Yvelines Sis à l Hôtel du Département, 2 place André Mignot,

Plus en détail

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE

CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR SOMMAIRE CAHIER DES CHARGES AFG CANALISATIONS A L AIR LIBRE OU DANS LES PASSAGES COUVERTS, OUVERTS SUR L'EXTERIEUR RSDG 5 15 décembre 2002 SOMMAIRE 1. - REGLES GENERALES 2 1.1. - Objet du cahier des charges 2 1.2.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

DÉBARDAGE & SÉCURITÉ ROUTIÈRE MAI 2012

DÉBARDAGE & SÉCURITÉ ROUTIÈRE MAI 2012 Fiche N 8 DÉBARDAGE & SÉCURITÉ ROUTIÈRE MAI 2012 OBJET Cette fiche s'applique exclusivement au domaine public RÈGLEMENTATION DÉFINITION Un chantier de débardage (dépôt de bois, stationnement ou évolution

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes Repères Gestion des défibrillateurs automatisés externes Juin 2014 Défibrillateurs automatisés externes grand public : Recommandations à suivre Vous êtes une entreprise, une structure accueillant du public

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX TRAVAUX DE REHABILITATION DU RESEAU D EAUX USEES DU BOURG

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX TRAVAUX DE REHABILITATION DU RESEAU D EAUX USEES DU BOURG MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Objet du marché TRAVAUX DE REHABILITATION DU RESEAU D EAUX USEES DU BOURG 4 - B O R D E R E A U D E S P R I X U N I T A I R E S ( B P U ) Maître de l'ouvrage Commune de Mouzeil

Plus en détail

RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES

RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES ASSURANCE ENTREPRISE PARCOUREZ IBC.CA LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS, ET CHUTES donnent lieu à certaines des réclamations en

Plus en détail

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion!

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion! Liens vers d'autres fiches A quel moment de la démarche? Fiche 5 «Structurer le diagnostic» Fiche 6 «Inclure une dimension transversale» Fiche 9 «Mobiliser les acteurs» A la fin du diagnostic, en conclusion

Plus en détail

LES CHAUVES-SOURIS HÔTES DES PONTS

LES CHAUVES-SOURIS HÔTES DES PONTS LES CHAUVES-SOURIS HÔTES DES PONTS Connaissance et protection La majorité des espèces de chauves-souris est susceptible de s installer au sein des ponts, quels qu en soient l âge ou les matériaux : pierre,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 07VE03227 Inédit au recueil Lebon 4ème Chambre M. BROTONS, président Mme Corinne SIGNERIN-ICRE, rapporteur Mme JARREAU, rapporteur public POULY, avocat(s) lecture

Plus en détail

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREFET DU LOIRET COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC VOUS ETES MAIRE! QUEL EST VOTRE ROLE ET QUELLES SONT VOS RESPONSABILITES? PREFECTURE DU LOIRET CABINET

Plus en détail

COMMUNE D EPERLECQUES. Cahier des Clauses Techniques Particulières

COMMUNE D EPERLECQUES. Cahier des Clauses Techniques Particulières COMMUNE D EPERLECQUES Entretien et rénovation du parc d Eclairage Public - Location, pose et dépose des motifs d illuminations des fêtes de fin d année Cahier des Clauses Techniques Particulières Maître

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

MARCHÉS PUBLICS MARCHÉ DE TRAVAUX «REMPLACEMENT TOITURE BASSIN DE PLONGEE» CAHIER DES CHARGES INDICATIONS GÉNÉRALES DESCRIPTIONS DES PRESTATIONS

MARCHÉS PUBLICS MARCHÉ DE TRAVAUX «REMPLACEMENT TOITURE BASSIN DE PLONGEE» CAHIER DES CHARGES INDICATIONS GÉNÉRALES DESCRIPTIONS DES PRESTATIONS MARCHÉS PUBLICS MARCHÉ DE TRAVAUX «REMPLACEMENT TOITURE BASSIN DE PLONGEE» CAHIER DES CHARGES INDICATIONS GÉNÉRALES DESCRIPTIONS DES PRESTATIONS ARTICLE 1 ER : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Nom et adresse de

Plus en détail

ANALYSE ET OBSERVATOIRE DES ACCIDENTS MORTELS SUR LES ROUTES DÉPARTEMENTALES EN SAVOIE

ANALYSE ET OBSERVATOIRE DES ACCIDENTS MORTELS SUR LES ROUTES DÉPARTEMENTALES EN SAVOIE ANALYSE ET OBSERVATOIRE DES ACCIDENTS MORTELS SUR LES ROUTES DÉPARTEMENTALES EN Une ambition : généraliser les procédures d analyse de tous les accidents corporels de la circulation. Une démarche effective

Plus en détail

REGLEMENT SUR LES EAUX USEES

REGLEMENT SUR LES EAUX USEES 15 mars 1972 REGLEMENT SUR LES EAUX USEES LE CONSEIL GENERAL DE LA VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS vu la loi cantonale sur les constructions, du 12 février 1957, et son règlement d'application, du 12 novembre

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau.

MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L ÉQUIPEMENT Direction des routes et de la circulation routièrẹ Sous-direction des routes et des affaires générales. 3 bureau. CIRCULAIRE N 12

Plus en détail

Rapport du Conseil communal au Conseil général

Rapport du Conseil communal au Conseil général République et Canton de Neuchâtel COMMUNE DE L A T E NE Rapport du Conseil communal au Conseil général concernant une demande de crédit de 53 000 francs pour la réfection des points d ancrage de trois

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières Cahier des Clauses Techniques Particulières Curage hydrodynamique du réseau intérieur ORIGINAL SOMMAIRE 1. OBJET DU MARCHE 1 2. NATURE DES INSTALLATIONS 1 3. NATURE DES PRESTATIONS 2 3.1. Consistance des

Plus en détail

Fiche de renseignements ASSURANCE CONSTRUCTION

Fiche de renseignements ASSURANCE CONSTRUCTION Fiche de renseignements ASSURANCE CONSTRUCTION 1 - SOUSCRIPTEUR N Sociétaire :... Nom/Raison sociale :... Adresse :... Personne chargée du dossier :... Téléphone :... Fax :... E-mail :... En qualité de

Plus en détail

MARCHÉ PUBLIC À PROCÉDURE ADAPTÉE. Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.)

MARCHÉ PUBLIC À PROCÉDURE ADAPTÉE. Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.) MARCHÉ PUBLIC À PROCÉDURE ADAPTÉE N 2015 07 Ville de Bergues Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.) Pouvoir adjudicateur Ville de Bergues, Hôtel de ville - Place de la République 59380

Plus en détail

Accessibilité / voirie et espaces publics DDE 27 1 1

Accessibilité / voirie et espaces publics DDE 27 1 1 Accessibilité > voirie et espaces publics Réglementation et mise en oeuvre Accessibilité / voirie et espaces publics DDE 27 1 1 Les références réglementaires Le cadre législatif Loi n 2005-102 du 11 février

Plus en détail

Infrastructure de recharge >22kW

Infrastructure de recharge >22kW Directives EVite Directives EVite Infrastructure de recharge >22kW Version 2 1. Le principe EVite... 2 2. Principe... 2 3. Procédure de réalisation d'une station de recharge EVite... 2 3.1. Inscription

Plus en détail

Proposition de formation

Proposition de formation Proposition de formation Programme selon Arrêté du 27 septembre 2012 fixant la composition du jury et les modalités d'organisation des concours externe et interne permettant l'accès au premier grade du

Plus en détail

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention"

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite EF-SCOOT Prévention Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention" Ce document a été réalisé conjointement par l Inspection

Plus en détail

Une nouvelle jeunesse pour le pont du Teil!

Une nouvelle jeunesse pour le pont du Teil! Chers Collègues et Amis, La délégation Rhône-Alpes appuyée par la délégation Méditerranée de l A.F.G.C. organise une visite du chantier sur la réparation du pont du Teil grâce à l accord et à l assistance

Plus en détail

Monsieur le président, Mesdames, Messieurs les conseillers généraux,

Monsieur le président, Mesdames, Messieurs les conseillers généraux, Commune de Bevaix Conseil général Rapport du Conseil communal au Conseil général relatif à une demande de crédit de Fr. 1 100 000.- pour la réfection de la rue Monchevaux : Infrastructure et superstructure

Plus en détail

Accessibilité aux personnes handicapées des locaux à usage de professions libérales

Accessibilité aux personnes handicapées des locaux à usage de professions libérales Accessibilité aux personnes handicapées des locaux à usage de professions libérales Camille PATARD Olivier CLAIREAU Direction départementale des Territoires et de la Mer De la Loire-Atlantique unité SBL/PTB

Plus en détail

REMPLACEMENT DE DEUX TABLIERS MÉTALLIQUES

REMPLACEMENT DE DEUX TABLIERS MÉTALLIQUES PROGRAMME FIABILITÉ ÎLE-DE-FRANCE 2014-2020 LES PRINCIPAUX CHANTIERS DE L ÉTÉ 2014 REMPLACEMENT DE DEUX TABLIERS MÉTALLIQUES AU-DESSUS DU CANAL SAINT-DENIS LIGNE H REMPLACEMENT DE DEUX TABLIERS MÉTALLIQUES

Plus en détail

LOT 04 PLOMBERIE SANITAIRES

LOT 04 PLOMBERIE SANITAIRES LOT 04 PLOMBERIE SANITAIRES page 1 1 CLAUSES ET PRESCRIPTIONS GENERALES 1.1 OBJET DE LA NOTICE Le présent CCTP concerne la description des travaux du lot PLOMBERIE SANITAIRES pour la construction des nouvelles

Plus en détail

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT

CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS DES ADMINISTRATIONS DE L'ETAT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat CONCOURS DE RECRUTEMENT EXTERNE/INTERNE DE SECRETAIRES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

1. GENERALITES MOBILIER D ARCHIVAGE 2. DESCRIPTIF ET LISTE DES OUVRAGES

1. GENERALITES MOBILIER D ARCHIVAGE 2. DESCRIPTIF ET LISTE DES OUVRAGES 1. GENERALITES MOBILIER D ARCHIVAGE 1.1 - Objet 1.2 - Qualification 1.3 - Offre 2. DESCRIPTIF ET LISTE DES OUVRAGES 2.0 Mobilier d archivage fixe 2.1 Meuble à plan 2.2 Armoire à produits dangereux 2.3

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE

CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE CONTENU TYPE DE L EVALUATION FINALE 1. OBJECTIF L évaluation finale a pour objectif d évaluer : les mesures de gestion du risque ; les travaux d assainissement ; ou les travaux d assainissement limité,

Plus en détail

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac Direction des Services Techniques Phase I : DIAGNOSTIC de type «R, X, L» : Ile Fanac Commission Communale d Accessibilité pour les Personnes Handicapées (CCAPH) Réunion n 4 du 13 février 2008 1 ère partie

Plus en détail

Réunion d'information 27 avril 2015. L'application de la loi accessibilité dans les commerces de proximité «Accès à tout pour tous»

Réunion d'information 27 avril 2015. L'application de la loi accessibilité dans les commerces de proximité «Accès à tout pour tous» Réunion d'information 27 avril 2015 L'application de la loi accessibilité dans les commerces de proximité «Accès à tout pour tous» 1 Plan de la présentation I. Préambule II. Les études, les travaux et

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION EN FAVEUR DU PASTORALISME (DISPOSITIF N 323 C DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL) Cadre réservé à l administration

DEMANDE DE SUBVENTION EN FAVEUR DU PASTORALISME (DISPOSITIF N 323 C DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL) Cadre réservé à l administration N 13672*01 DEMANDE DE SUBVENTION EN FAVEUR DU PASTORALISME (DISPOSITIF N 323 C DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL) Cadre réservé à l administration N de dossier OSIRIS : Date de réception :

Plus en détail

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS

Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Référentiel du Baccalauréat professionnel MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS INDUSTRIELS Juin 2005 SOMMAIRE DES ANNEXES DE L ARRÊTÉ DE CRÉATION DU DIPLÔME ANNEXE I : RÉFÉRENTIELS DU DIPLÔME I a. Référentiel

Plus en détail

UNITE PROFESSIONNELLE UP 3 Pose, installation et maintenance d un ouvrage

UNITE PROFESSIONNELLE UP 3 Pose, installation et maintenance d un ouvrage Ministère de la jeunesse, de l éducation nationale et de la recherche C O N T R O L E E N C O U R S D E F O R M A T I O N Nom et prénom du candidat : Diplôme postulé : Etablissement de formation : Entreprise

Plus en détail

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie

CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL. Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie CADASTRE DU LOGEMENT SOCIAL Avis du Comité permanent des Sociétés de Logement de Service public de l'union des Villes et Communes de Wallonie Les sociétés de logement de service public gèrent un parc de

Plus en détail

Directive 2002/49/CE Cartes de bruit de la. Vienne. Réseau ferroviaire RAPPORT. CETE de LYON Centre d'études Techniques de LYON.

Directive 2002/49/CE Cartes de bruit de la. Vienne. Réseau ferroviaire RAPPORT. CETE de LYON Centre d'études Techniques de LYON. RAPPORT CETE de LYON Centre d'études Techniques de LYON Département Environnement Territoires Climat Affaire 51ES1125 Février 213 Directive 22/49/CE Cartes de bruit de la Vienne Réseau ferroviaire Février

Plus en détail